Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 22:44

 

 

Par Okeanos

9 mars 2013 - 10:00
(dernière modification le 8/03/2013 - 19:07)

 

Charlie Hebdo a eu la gentillesse d'autoriser OkeaNews à publier cet article d'Angélique Kourounis sur la situation actuelle en Grèce. Baisses des revenus, réquisitions, grèves déclarées illégales, suspensions de salaires des fonctionnaires impliqués dans un procès ou gouvernance par décret : quand un Etat Européen devient autoritaire ... 


CHARLIEHEBDO-Logo

 

Pendant que le FMI persiste dans ses erreurs, la Grèce oublie de moins en moins lentement et de plus en plus sûrement qu’elle a inventé la démocratie.

Tout le monde parle désormais d’une sortie de la crise proche pour la Grèce. Le FMI, de son côté, fait son mea culpa. Il reconnaît s’être trompé dans le calcul de la récession grecque, « une erreur technique », selon Olivier Blanchard, économiste maison. Certes, il a prévu un chômage de 15 %, il dépasse les 26 %, une récession en recul, elle a augmenté et plafonne à 6 %. L’essentiel du programme néolibéral appliqué au pays mise sur la reprise via des investissements qui créeront des emplois et des privatisations qui rempliront les caisses de l’État. Or, jusqu’à présent, les seules privatisations qui se sont faites l’ont toutes été au détriment du pays et très en deçà des sommes attendues. Dernière en date : celle de la région de Cassiopée, sur l’île de Corfou, raflée par la société immobilière américaine NCH, qui la loue pour 99 ans pour 23 millions d’euros, alors que le prix de départ était de plus de 50 ! Idem pour la loterie nationale, vendue en décembre dernier.

RÉQUISITIONS TOUS AZIMUTS

Le FMI peut-il alors tout imposer au nom de son dogme ? Les privatisations sont très en retard sur les prévisions exigées par l’institution. Si ce retard persiste, il faudra, selon Christine Lagarde, « procéder à de nouvelles mesures d’austérité »... Mais les Grecs n’en peuvent plus. Irini, professeure de lettres, gagnait 1 460 euros en décembre 2009, 800 en janvier 2012, et 770 en janvier 2013. « J’ai lu deux fois ma fiche de salaire, dit-elle, je n’y croyais pas, 30 euros de moins, c’est les courses d’une semaine ! » Irini a d’autres raisons d’être inquiète.

Les nouvelles lois liées aux mémorandums d’austérité permettent de suspendre sans salaire tout fonctionnaire impliqué dans un procès le temps de la procédure, qui, en Grèce, peut prendre jusqu’à cinq ans. S’il perd ce procès, ce fonctionnaire perd aussi son emploi. Idem pour tout salarié qui conteste son licenciement. Le temps de la contestation, il ne peut toucher aucune indemnité... « Ils veulent faire baisser les têtes, casser toute contestation », s’indigne Petros Petropoulos,  syndicaliste.

Pour qui en doute, la réquisition du métro par les forces antiémeute, qui ont donné l’assaut à l’aube au dépôt principal, en apporte la preuve amère. La feuille de réquisition des 2 500 grévistes a été portée à domicile par la police dans une opération de porte-à-porte jamais vue. But de l’opération : mettre fin à neuf jours de grève. D’ailleurs, depuis quelques mois, toutes les grèves qui durent un peu sont systématiquement déclarées « illégales » par la justice grecque, complice d’un autoritarisme qui s’installe. La semaine dernière, des syndicalistes proches du Parti communiste ont voulu rencontrer le ministre du Travail pour protester contre la réquisition des employés du métro. Les forces antiémeute ont enfoncé la porte du bureau du ministre et 35 militants ont été déférés devant la justice.

Quant aux agriculteurs qui veulent bloquer les routes afin de protester contre la nouvelle réforme fiscale, pour les en empêcher, les autorités ont interdit les manifestations aux « véhicules qui roulent à moins de 50 km/h sur l’autoroute ». Résultat, depuis plus d’une semaine, les agriculteurs sont massés sur le bas-côté des routes, encadrés par les forces anti-émeute, dans un face-à-face qui peut à tout moment dégénérer.

Pire, depuis le vote du troisième mémorandum d’austérité, le gouvernement fait passer toutes les mesures sensibles par décret. On en compte 24 pour la seule année 2012, soit autant que de 2000 à 2011. L’un des derniers en date vaut son pesant d’or : le Parlement grec a ratifié un décret permettant la réinsertion des policiers qui avaient démissionné le temps d’être couchés sur une liste électorale et qui n’ont pas été élus. C’est qu’il en faut, des policiers, pour évacuer les squats d’anarchistes du centre d’Athènes. Des squats qui existaient depuis des décennies et qui étaient au centre de la contestation contre les néonazis d’Aube Dorée. Mais ce n’est pas si grave, après tout : depuis janvier 2013, la Grèce est représentée au Conseil de l’Europe par Eleni Zaroulia, députée d’Aube Dorée, justement...

Angélique Kourounis

Dans le cas ou vous souhaitez partager cet article, vous devez a minima copier également le texte ci-dessous (en conservant le lien) :
source : OkeaNews

Merci de votre compréhension.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 22:38

 

 

 

Une semaine pour converger et étendre la lutte

contre les Gaz et Pétroles de schiste !

Et leur Monde…

Bonjour,

Voici une proposition pour étendre notre lutte dans un coin qui pour l'instant n'est pas trop informé et pourtant concerné, La Bretagne.

L'idée est de présenter notre lutte aux amis bretons chez eux, et comme ils sont aussi engagés dans une lutte soeur contre l'aéroport de Notre Dame des Landes (NDDL), c'est à cet endroit que nous pouvons trouver le plus de gens sensibilisés pour transmettre le message.

Voici donc la proposition, nous organisons du 25 mars au 3 avril une semaine "d'occupation" de la Châtaigne sur la ZAD de Notre Dame des Landes (lieu d'accueil des comités de soutien construit lors de la manif de réoccupation du 17 novembre) avec comme sujets d'animation Les gaz et pétrole de schiste,  l'extractivisme et la convergence des luttes, la transition énergétique. 

Il faut préciser que c'est suite à l'AG des comités de soutien de décembre dernier que cette idée a émergé, les gens de NDDL ayant lancé cet appel :

"Un appel qui émane de la Châtaigne (le village construit depuis la manifestation de réoccupation), invite les comités des différentes villes à venir « tenir » le lieu, par périodes d’environ une semaine, en amenant des contenus, des savoir-faire, un appui logistique." l'appel complet est ici link https://zad.nadir.org/Appel-aux-comiteslocaux-a-faire (pour tous les liens vers ZAD.NADIR, faire copier-coller de l'adresse dans votre navigateur et approuver  même si impossible de vérifier l'identité).

L'intérêt de cette semaine c'est donc d'amener du contenu en lien (ou pas) avec la lutte de Notre Dame des Landes et son monde, parler des gaz et pétrole de schiste (et leur monde) est donc bienvenu.

Pour avoir une idée de ce qui s'organise sur place link https://zad.nadir.org/du-14-au-22-semaine-proposee

Le projet :

• Les personnes intéressées organisateurs ou simple participants (vous ;-) se joignent à nous pour 1, 2, 3…jours, ou une semaine à Notre Dame des Landes entre les 25 mars et 3 avril. 

• Nous logeons à la Châtaigne (lieu reconstruit lors de la manif du 17/10/2012- cabanes et maisons ossature bois, mais chauffées et avec cuisine, sanitaires, etc… c'est gratuit ;-).

• Nous prenons en charge la logistique de la Châtaigne* (cuisine, entretien, bois, eau, chantiers en cours, etc.).

• Nous organisons des soirées d'information, des animations (GPDS, extractivisme,

convergence, transition énergétique), toutes vos propositions sont évidemment les

bienvenues et désirées (conférence-débat, projection-débat, spectacle, etc…)

• Nous organisons des animations en journée (voir des idées** en fin de documents ;-).

• A noter que le 26 mars, il y a à Nantes la projection en avant première du film Promised

Land et se serait l'occasion de proposer un débat sur les gaz et pétrole de schiste après le film dans une grande ville comme Nantes c'est très intéressant…

link*https://zad.nadir.org/La-Chat-teigne-infos-pratiques

Afin de savoir si nous serons assez nombreux pour réussir à organiser ce

projet, nous vous demandons de vous inscrire ici : link http://framadate.org/rv8t15i5zvdzw4pl

Et-ce qu'elle que soit la manière dont vous avez envie de participer, libre à vous de présenter quelque chose, ou si vous préférez, vous pouvez simplement participer aux travaux quotidiens et aux chantiers organisés sur place.

Si au 11 mars, il n'y a pas encore suffisamment de participants, nous laisserons tomber ce projet.

Si vous avez des idées ou des envies d'animations pour les soirées ou pour la journée, vous pouvez les exprimer ici : link https://estelle.framapad.org/1 

Seconde partie du projet…

La prochaine "grosse" actualité à NDDL c'est la manif de replantation nommée "Sème

ta ZAD", ce sera le 13 avril 2013.

Après discussion avec les comités de soutien NDDL de Lozère et du Gard, certaines personnes se sont montrées intéressées pour organiser quelque chose ce jour là et même en amont et aval.

L'objectif : Offrir à la ZAD une serre et un potager replanté le jour de la manif, un nouveau lieu de vie:

Une Cabane Causse Cévennes, qui pourrait nous servir de point de chute pour nos visites sur la ZAD et pourquoi pas devenir un lieu ressource pour des infos sur les GPDS.

Lors de la semaine de vie à la Chat Teigne (du 25.03 au 3.04) nous préparerons (si nous sommes assez nombreux) le lieu :

Débroussaillage, montage de la serre, préparation de la terre, construction de cabanes, toilettes

sèches, etc.

Les personnes présentes lors de la semaine à la Chat Teigne seront invitées à nous aider dans ce travail.

Là aussi toutes vos idées et le travail en amont sont les bienvenues même si vous ne pouvez pas venir sur place aux dates proposées, vous pouvez participer (préparation : de plans de végétaux, d'arbres fruitiers, de pots plantés, de cabanes en kit, proposition de transport, don de matériel de jardin et construction, d'animaux, etc.).

Des idées de dons ici link https://zad.nadir.org/spip.php?article1183

Une idée de projet avicole par là link https://zad.nadir.org/spip.php?article1300

Le site complet : link https://zad.nadir.org/spip.php?rubrique44

Vous pouvez ajouter vos propositions et idées en bas du pad ici link https://estelle.framapad.org/1?

**Animations en Journée :

Des idées d'animation en journée sont aussi désirées pour la semaine du 25/03 au 03/04.

A vous de proposer vos savoir faire, mais on aimerait :

Construction de panneaux solaires, fours solaires, éoliennes, chauffage, construction de cabanes,

toilettes sèches, et tout ce qui vous fait envie ! Si vous voulez proposer une animation c'est encore

ici: link https://estelle.framapad.org/1?


MERCI DE VOTRE ATTENTION

ET PEUT ÊTRE

DE VOTRE PARTICIPATION,

N'HÉSITEZ PAS À FAIRE TOURNER

DANS VOS RÉSEAUX ;-)


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:40

 

 zad.nadir.org

samedi 9 mars 2013, par zadist

 


 [1] 9 mars l’occupation militaire dure depuis 105 jours (pour une opération débutée il y a 144 jours). Un camarade est emprisonné depuis 101 jours


Info Chat Teigne : l’huissier est passé le 14 février refiler une assignation à comparaître pour le mardi 26 février. Le procès est finalement reporté au 12 mars, à Saint Nazaire. Lire l’appel à rassemblement


Info Bellevue : Un nouveau procès pour Bellevue. l’huissier est encore passe le 8 mars avec un papier pour un nouveau proces, le 20 mars a Saint-Nazaire. Jusqu’à le rendu de ce procès, la ferme ne sera pas expulsable. AGO demande des amandes de 1000€ par jour, 20 000€ pour dommage et intérêt et 2000€ de frais de justice.

Sur place, ça s’organise pour défendre Bellevue comme les autres lieux de la ZAD, et les appels à réagir partout en cas d’intervention policière sont remis au goût du jour !

Dans le cadre de cette mobilisation forte, le dimanche 10 mars 2013, à partir de 11h00, les paysans du Copain 44 vous invitent à venir accompagner l’arrivée par la route, en mini transhumance, d’un nouveau troupeau de vaches menées à la mise à l’herbe de printemps, dans les prairies de la Ferme de Bellevue. Les éleveurs qui souhaiteraient compléter les effectifs du troupeau en amenant une ou plusieurs vaches de réforme peuvent contacter Cyril : 06 21 04 76 84.

Contre l’aéroport et son monde, s’ils attaquent on riposte,
Appel à actions au moment des expulsions de la ZAD et
Contre l’aéroport et son monde : s’ils détruisent notre lieu d’organisation, nous occuperons les leurs !


Un camarade est en ce moment en prison, un a été libéré et un troisième a été condamné à 6 mois avec mise à l’épreuve, c’est-à-dire qu’il risque d’être enfermé à un moment ou un autre.

Tout acte de solidarité est le bienvenu. Participer à la lutte contre l’aéroport et son monde en est un. Puis rester en contact avec les personnes incarcérées pour leur montrer notre soutien en est un autre, bien nécessaire pour rendre leur temps d’incarcération plus vivable et pour qu’ils n’oublient pas qu’ils ne sont pas tous seuls face à ce monde répressif. N’hésitez donc pas à leur écrire des LETTRES ou des cartes postales. Lire ici pour toutes les infos sur Comment soutenir les personnes incarcérées et autres inculpé-e-s

- Pour écrire à Cyril, enfermé depuis le 28 novembre, vous pouvez lui adresser vos courriers directement : Centre Pénitentiaire Quartier Maison d’Arrêt Cyril n° d’écrou 57360 rue de la Mainguais 44300 Nantes

Info procès La décision du procès en appel sera rendue le 3 Avril. Solidarité avec Cyril, qui sera libéré avant le rendu du procès...

Des nouvelles d’un camarade qui est passé par la Zad : Lutin est en prison à Rennes depuis 2 mois. Il ne reçoit pas de courrier et sa maman a eu récemment le droit d’aller le voir. Il venait souvent sur la ZAD, et demande que les copains et copines lui écrivent

Voici son adresse Lutin ecrou 3610 MA1 CELLULE 03 Centre pénitencier des hommes Rennes Vezin CS 14605 rue du petit pré 35746 Vezin le coquet cedex

Il est aussi possible de passer des messages pour les prisonniers à Rennes via l’émission de radio du dimanche midi qui passe sur canal b (94°fm) ! en laissant des messages entre 9h00 et 11h30 ! http://www.canalb.fr/genepi


Suite aux nombreux blessés de la ZAD, le collectif « Face aux armes de la Police » propose de lancer une procédure juridique devant le tribunal administratif. plus d’infos ici


Infos utiles pour venir ici

Point d’info de 10h à 20h sur le campement "Hors Contrôle" établi le long de la D81 entre le lieu dit Les Domaines (la Vache-Rit) et la Rolandière. Si vous nous rejoignez sur la zone, voyez ici. Il est aussi possible de venir directement sur la zone, par ex par la D281, et d’y croiser du monde !

- Accueil "hors contrôle" : 06 32 98 78 36
- Contact presse de la Zad : 06 38 17 36 19
- Équipe légale  : 06 75 30 95 45 : à contacter uniquement si vous êtes témoins d’arrestation, si vous êtes arrêté-e-s, et après votre libération IMPORTANT : s’il vous plait lisez le texte "en cas d’interpellation" Et surtout, refusez les comparutions immédiates !
- Équipe médicale : contactable par mail : equipemediczad at riseup.net pour toute communication non-urgente. La street médic est joignable par téléphone uniquement lors de journées d’interventions militaires/policières sur la zone ou autres "moments chauds" au 07 60 26 42 14.
- Liste du matos à ramener (mise à jour le 02/01) : disponible ici

Si jamais le Site ne fonctionne pas, on continuera la-bas : http://lazad.noblogs.org/

RADIO KLAXON :

On a un streaming qui marche (même si la qualité serait mieux avec une radio qui aurait une vraie antenne) :

EXPOSITION itinérante de la ZAD

Un Territoire se défend avec tout-e-s ses habitant-e-s, Notre mémoire commune nous nous l’approprions, nous la faisons vivre. C’est notre résistance que l’on vous invite à partager ici et ailleurs - a travers cette exposition itinérante !

Pour une organisation simple, voici un Planning qui vous permette de réserver l’exposition ( une seule personne référent pour simplifier la communication ). Pour tout les gestions concernant l’expo, mail a zad@riseup.net avec le sujet "EXPO" svp !


On est pas tou-t-e-s francophones, (les claviers non plus), ni bien réveillé-e-s, ni toujours en top forme d’activité cérébrale, ni doué-e-s en orthographe ou grammaire ou syntaxe ou... bref, merci de votre indulgence quant à la lecture de ce site internet

Infos du jour

- reçu de Quimper : Le collectif de Quimper a construit sa 15ème cabane ce matin sur la place Terre Au Duc sous la pluie mais de bonne humeur

Merci Juliette :)

- reçu : ci dessous le lien d’un article racontant la lutte victorieuse d’un aborigène luttant contre l’extraction d’uranium en australie contre Areva ! je l’ai pas vu sur votre site, donc le voilà

Vous savez ce qu’est un flic sur un tracteur ? Un poulet fermier.

- reçu : http://khimkiforest.org/news/khimki...

"Hollande listened to Chirikova with attention and said that he had discussed the project of Moscow – St. Petersburg motorway with President Putin. Mr. Hollande thanked for information on Vinci as important and new for him. And he promised to talk to the management of Vinci."

et si on lui demandait, à François, d’en profiter, quand il va parler de la forêt de Khimki au management de Vinci, de leur caler deux mots à propos de la forêt de Rohanne et surtout de rappeler ses petits poulets au bercail...?mmm ?

- INFO : On vous informe que le procès du 11 mars concernant les 15 inculpé.e.s de l’affaire Pinault est reporté !! Nous vous informerons le moment venu de la date qui sera retenue pour ce procès.

Nous vous informerons le moment venu de la date qui sera retenue pour ce procès

- INFO : Il y a 15 fourgons de GM avec deux grandes bennes a Vigneux de Bretagne. On trouve ça plutôt étrange....

- Khimki Forest in the agenda of French President’s visit to Moscow

- ON REÇOIT PAS MAL CE GENRE DE MAILS : Je suis tombé sur cet article hier soir, et j’ai pas arrêté d’y penser cette nuit…. Quel est l’objectif de cet article publié publiquement ? Alors que de nombreuses affirmations sont fausses… https://nantes.indymedia.org/articl... En bonne intelligence, et pour éviter de donner du choux gras à nos adversaires, peut-on retirer cet article et provoquer une réunion ZAD-ACIPA ? Avant de balancer des merdes pareilles, on devrait être capables d’en discuter avant, entre adultes, qu’en pensez-vous ?

On a l’envie de vous faire savoir que ce texte ne sort pas de la Zad ni de notre Site, ni de nos plumes !!!! Cela n’est pas une position collective, mais un constat à faire il nous semble !! L’Article d’origine se trouve ici : http://lutteaeroportnddl.com Vous pouvez laisser des commentaires !!

- Aujourd’hui sur la zad : 16 h : atelier "se réunir pour agir"

Envie d’organiser, de résister, d’agir et de construire collectivement mais pas de se taper des réunions interminables tuant l’enthousiasme - soit parce qu’elles sont dominées par des grandes gueules, ou parce que l’on ne sait pas comment les rendre efficaces et exaltantes ? Nous sommes quelques un-e-s à avoir expérimenté certaines techniques et outils (facilitation, consensus) dans des contextes divers (mouvements alters, camps action climat britanniques et français, luttes locales, etc) et proposons de les partager pour tenter de rendre les réunions et prises de décisions plus efficaces, collectives et dynamisantes. Conscient-e-s des limites de ces techniques mais n’ayant rien trouvé de mieux pour l’instant (!), nous souhaitons les faire connaitre, les faire évoluer et mettre en commun nos expériences pour avancer dans nos contextes respectifs. Quand et où ? Le deuxième samedi de chaque mois de 16h à 19h, à la Châteigne (salle à préciser à chaque fois). Le prochain aura lieu le samedi 9 mars et le suivant le dimanche 14 avril (exceptionnellement décalé d’un jour en raison de la manifestation de mise en culture prévue le samedi), à partir de 16h. Ces deux ateliers seront similaires au premier qui a eu lieu le 9 février. Tou-te-s sont evidemment bienvenu-e-s, avec experience ou pas autour de ces questions ... Pour plus d’info : info@labofii.net

- INFO reçu : de nombreux camions bleus sur le parking du Miron

- Notre-Dame-des-Landes. 300 opposants toujours sur le pied de guerre

- L’Europe veut aller vite sur le dossier Notre-Dame-des-Landes

« Les parlementaires veulent aller vite, il y a urgence. Sur le terrain, de nombreux signes montrent que l’État français est décidé à engager rapidement les travaux, afin de rendre la situation irréversible », explique la députée écologiste Sandrine Bélier

- Notre-Dame-des-Landes ou le nécessaire tournant écologique ! en utilisent la fonction de recherche avec "Notre dame des landes" c’est le première article....

- reçu : Il y a une chaine humaine antinucléaire, aujourd’hui, dans Paris pour les 2 ans de Fukushima. Faites passer le message à vos proches !

Il y a eu aussi une émission très intéressante ce matin sur France Culture : Terre a terre

Il faut l’écouter.. Ça laisse réveur..

- Nouvelle du jour : ON VA GAGNER !!!!!

 :)

- Un canular vidéo interprété par DJUN, faux journaliste de Télédirecte2.0, en réaction à l’article « Une com’ qui décolle sec », paru dans le canard enchaîné du 20 février 2013.(Signature d’une convention entre le conseil régional des Pays de la Loire et France Télévision locale : « 900 000 ? sur trois ans pour valoriser le fait régional et favoriser l’analyse et la compréhension des enjeux locaux ».) Les journalistes résisteront-ils autant que les zadistes face à une telle aberration ? Ici : https://vimeo.com/61404589

- Article dans leMonde : Notre-Dame-des-Landes : vol "retardé"

opendocument text - 33.2 ko

- il est 13h41, Bonjour :) Tout se passe calme sur la zad, c’est vrai on commence très tôt avec une looooong pause de dodo supplémentaire ! Il fait beau, ça donne l’envie d’être dehors. Plein des activités sur la zad encore cette weekend. Enfin, la vie est belle, même sur une zone sous occupation militaire !

- 02h18 : Bonjoir ! A celles et ceux qui sont plongéEs dans un doux et profond sommeil (bandes de veinard(e)s !), et bienjùr bonjoir au geek, à ceux qui sont rendus à leur 3ème film et qui entame le 4è.., à ceux qui lutte... avec leurs paupières !... Eh oui, c’est pô évident à toutes les heures..tabernacle... hum...

Pour commencer cette magnifique journée une annonce : un concert des plus palpitants se tiendra A LLAAAAAAAAAA WAAARDINE dimanche soir (grange St Antoine) !


 

pour trouver les RDV à venir des différents collectifs


Aujourd’hui

Sur la ZAD

samedi 9 mars – Sortie Botanique RDV 10h à Bellevue

samedi 9 mars – 10h : rendez-vous prépa installations agricoles sur la ZAD A la grange ST Antoine - Chemin de Suez.

samedi 9 mars – week-end anti THT sur la ZAD : 12h30 auberge espagnole/14h : discussion historique de la lutte antiTHT et convergence avec celle de NDDL/ soirée : projection+concert

samedi 9 mars – 16 h : atelier "se réunir pour agir"

samedi 9 mars – Appel à témoignage des blessés et témoins des violences policières à la ZAD

- Guingamp : tracto marche

tracto-marche en soutien aux opposants de l’aéroport de Notre Dame des Landes de Guingamp (départ place du Vallye à 14h30), arrivée salle du Danouet à Bourbriac - Possibilité de restauration sur place

- Bourbriac  : festnoz

salle du Danouet à partir de 21h jusqu’au matin

PDF - 1.8 Mo

- Beaumont (43100)

Journée de soutien festive et autogérée aux irréductibles de Notre Dame Des Landes,

le samedi 09 mars 2013, à Beaumont (43100).

Le samedi 09 mars 2013, le comité local de soutien aux irréductibles de Notre Dame Des Landes propose une journée festive et autogérée à la salle de la fête de Beaumont (43100)

Comme on peut le vivre sur la ZAD de Notre Dame Des Landes (Zone A Défendre), on imagine un moment riche en rencontres et initiatives ! Venez avec vos assiettes et couverts.

De midi à minuit... se succèderont projections de documentaires sur la lutte contre l’aéroport inutile du Grand Ouest, discussions, témoignages, jeux, repas du soir préparé en commun, buvette, scène ouverte à prix libre...

On collectera ce jour du matériel qui partira là-bas, amenez vêtements chauds et imperméables, chaussettes, gants, outils de jardinage, plants, graines, marteaux, matériel de grimpe, nourritures...


 

pour trouver les RDV quotidiens ou réguliers des collectifs,

Documents joints

  • Document (opendocument text – 33.2 ko)

Notes

[1] Aujourd’hui

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:28

 

 

Plus un jour ne se passe désormais sans que le gouvernement n’annonce une nouvelle hausse de la fiscalité, de nouvelles économies budgétaires. Vendredi, Matignon a rendu public son projet de lettre de cadrage budgétaire pour 2014. Cinq milliards d’économies supplémentaires sont à trouver pour le budget de l’an prochain. Les annonces sont si nombreuses qu’on finit par se perdre dans les milliards d’économies à réaliser entre cette année et l’année prochaine. Car ces nouvelles réductions s’ajoutent à celles déjà prévues dans le cadre du budget triennal (2013-2015). Il y était déjà inscrit une diminution de 4 % des crédits de fonctionnement et d’une partie des crédits d’intervention en 2014 par rapport à 2013.

Le gouvernement assure qu’il n’a pas oublié ses promesses de campagne, lorsqu’il dénonçait les approches purement comptables et les coupes budgétaires aveugles. « Cet effort portera principalement sur les dépenses hors masse salariale, car nous avons pris l’engagement de stabiliser les effectifs de l’État. Il ne sera pas assuré par des mesures uniformes, mais reposera sur la mise en œuvre d’ambitieuses réformes structurelles sur les dépenses de chaque ministère et de ses agences. Le Premier ministre demande à chaque ministre de veiller personnellement à la mise en place de ces réformes, qui s’appuieront sur la démarche de modernisation de l’action publique lancée fin 2012 », explique Matignon dans un communiqué.

En théorie, il s’agit donc pour le gouvernement d’entreprendre une véritable remise à plat de son fonctionnement et de ses pratiques, afin de dégager des ressources supplémentaires pour financer le social. En pratique, cela risque d’être comme d’habitude : une politique de comptable. En dehors de la masse salariale et des retraites, l’État veut trouver 5 % d’économies sur les 100 milliards de dépenses du budget général. L’effort est historique.

Les économistes, y compris du FMI, ont mis en garde les États européens sur les effets dévastateurs que pouvaient avoir les réductions des dépenses publiques en période de récession. Les effets récessifs seront limités, affirme le gouvernement car la situation économique, selon lui, « devrait être meilleure en 2014 ».

Pressé de donner des gages à la commission européenne, le gouvernement a choisi, de toute façon, d’ignorer les avertissements. À défaut de ne pouvoir respecter le dogme des 3 % en 2013, il promet, contre un allégement partiel de cette règle cette année, de faire disparaître tout déficit à l’horizon 2017. Depuis, c’est la foire aux mesures de rigueur. Bercy sort en vrac de ses tiroirs les vieux projets. Tout y passe, de la hausse de la fiscalité sur le diesel, en passant par la suppression de la demi-part pour les étudiants majeurs. Tout cela donne une impression d’improvisation et de panique, d’absence totale de vision, renforçant la défiance des Français, au risque d’accentuer la récession en cours.

 

Pilotage automatique

« Je veux rassurer les Français : il n'y a rien qui va les frapper davantage ou demander davantage d'efforts dans le secteur public en 2013 », a déclaré vendredi le ministre des finances Pierre Moscovici, avant de promettre un « budget juste et équilibré » pour 2014. Pourtant, même s’il multiplie les déclarations sur la nécessité de ne pas ajouter « l’austérité à la récession », c’est bien vers l’austérité sans fin que se dirige la France. Sécurité sociale, allocations chômage, retraite, tout est appelé à passer sous la toise de la rigueur, dès cette année. Sans parler d’une inévitable hausse de la fiscalité, le pacte de compétitivité emploi de 20 milliards d’euros n'étant toujours pas financé. 

Le chantier des retraites est déjà ouvert. Les partenaires sociaux n’ont pas réussi jeudi 7 mars à trouver un accord sur la réforme des retraites complémentaires – Agirc (cadres) et Arrco (tous les salariés). Les syndicats avaient accepté le principe d’une désindexation des retraites et d’une hausse des cotisations pour renflouer les régimes complémentaires en déficit. Mais le Medef a campé derechef sur son intransigeance. Au lieu d’une désindexation pendant deux ans, il a exigé au moins trois ans. De même, il a refusé que les hausses de cotisations soient accompagnées de nouveaux droits, sauf si l’âge de départ à la retraite était « significativement retardé ». Jugeant ces conditions inacceptables, les syndicats ont refusé d’entériner l’accord.

Même si le principe de la désindexation des retraites n’est pas entériné par les partenaires sociaux, il est déjà quasiment acquis au gouvernement. Officiellement, celui-ci attend le verdict des experts sur la réforme des retraites pour se prononcer. Mais le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, a déjà livré son analyse sur le sujet : « Un accord de ce type des partenaires sociaux sur les retraites complémentaires serait un élément d'appréciation très important. On ne pourra pas ne pas en tenir compte », a-t-il estimé dans un entretien aux Échos en janvier.

Le reste des « réformes » viendra plus tard. Car elles viendront et seront de la même mouture qu’en Espagne ou en Italie. Sans discuter, le gouvernement français a en effet opté pour un alignement sans conditions sur « le pilotage automatique », selon la formule de Mario Monti, de la politique budgétaire dessinée par l’Europe, qui impose, quelles que soient la couleur du gouvernement ou les circonstances, les mêmes préceptes. Avec le succès que l’on sait.

Sans surprise, le ministère du budget a ainsi annoncé vendredi que le déficit de l’État s’était creusé de 300 millions d’euros fin janvier, pour s’établir à 12,8 milliards d’euros, par rapport à l'an dernier. Même si les dépenses ont été strictement contrôlées, les rentrées fiscales, elles, n’ont pas été à la hauteur prévue. En dépit de la hausse des prélèvements, celles-ci ont reculé du fait de la baisse de 4,4 % des rentrées de la TVA, liée à la chute de la consommation. Les déboires ne font que commencer. La spirale infernale, trop connue, de la récession et de l’austérité, est enclenchée.

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:20

 

 

Lire aussi

Les 3 000 salariés du Printemps sont inquiets. Pour la cinquième fois en vingt ans, le groupe est appelé à changer de main. Fin février, la société Borletti, actionnaire à hauteur de 30 % des grands magasins, a annoncé, comme l’avait dévoilé Mediapart, des négociations exclusives pour racheter les 70 % détenus par le fonds d'investissement RREEF, avec l'appui d' un groupement d’investisseurs du Qatar, derrière lequel il n’y a qu’un seul nom : French properties, émanation du fonds personnel de l’émir du Qatar, Hamad ben Khalifa Al-Thani. Le groupe Borletti, très embarrassé par nos révélations, assure que le montage dévoilé n'est plus d'actualité. Des documents internes attestent pourtant que celui-ci était toujours en discussion début février. 

Cette nouvelle suscite beaucoup de crainte chez les salariés. Quel sort va-t-il leur être réservé ? Auront-ils seulement un avenir dans le groupe avec le futur repreneur ? Sans attendre, certains se sont déclarés ouvertement hostiles à ce projet de rachat actuel. « Ce n’est qu’une opération financière qui menacera un peu plus le groupe », assure Bernard Demarcq, secrétaire des cadres UGICT-CGT et membre du conseil de supervision du Printemps. Celui-ci se déclare favorable à une reprise du groupe par les Galeries Lafayette, concurrent historique et candidat jusqu’alors éconduit à la reprise. « Bien sûr, il aura des doublons, mais un rapprochement avec les Galeries Lafayette peut permettre des reclassements. Leur stratégie est connue de longue date. Ils évoluent dans le même monde que nous. Et ils ont réussi. »

D’autres sont plus circonspects. Georges Das Neves, délégué syndical central de l'Unsa-Printemps, a le sentiment de devoir choisir « entre la peste et le choléra ». En tout cas, il se refuse à donner un soutien sans conditions aux Galeries Lafayette. La CGC, elle, soutient le projet de rachat envisagé par Borletti Group.

 

 
© dr

Les salariés se sentent d’autant plus menacés qu’ils savent la fragilité de leur groupe. L’avenir du Printemps est gravement obéré par le passé. Au cours de ces cinq dernières années, les grands magasins ont fait l’objet d’un pillage systématique, organisé par une association de repreneurs financiers. Pas un actif intéressant, pas une ligne du bilan n’a échappé à leur cupidité. Toutes les richesses accumulées au fil des années ont été liquidées. Un exemple parfait de prédation financière.

Le pillage était inscrit dès le rachat du Printemps en 2006 par la société Borletti et un fonds d’investissement RREEF, géré par la Deutsche Bank. À l’époque, les deux partenaires se portent acquéreurs pour 1,060 milliard d’euros. La société Borletti, basée au Luxembourg, n’a pas d’argent. En tout cas, pas l’argent nécessaire pour une telle opération. Le fonds RREEF pour sa part, qui regroupe de nombreux fonds de pension comme CalPers, la caisse de retraite des professeurs de New York ou de Chicago ou des fonctionnaires du Colorado, est à la recherche d’un placement à très haut rendement.  Ensemble, les deux actionnaires vont mettre une pincée de capital : moins de 30 millions d'euros. Ils préféreront apporter au groupe 200 millions de prêts actionnaires, assortis d'un intérêt de 6,375%. La formule a l'immense avantage de leur assurer des dividendes, sous forme de frais financiers, quelle que soit la santé des grands magasins.

 

Un gigantesque effet de levier

Tout le reste va être financé par endettement. Ainsi se met en place un gigantesque LBO (leverage buy out). L’effet de levier est presque du jamais vu. Il y a presque 100 % de dettes ! Sans la référence de la Deutsche Bank, à la fois créancière et gérante du fonds, ce montage n’aurait sans doute jamais pu voir le jour. Dans ce schéma, c’est le Printemps qui est sommé de se racheter, en dégageant les sommes suffisantes pour payer les frais financiers et la dette. Or les grands magasins sont un secteur à faible marge, autour de 5 % par an. Dans le cas du Printemps, c’est même moins, le groupe ayant été déficitaire pendant plusieurs années. Mais cela ne semble pas effrayer les actionnaires et les créanciers. De toute façon, l’expérience est censée être limitée dans le temps : en 2014, le montage doit être dénoué.

À peine racheté, le Printemps hérite donc d’une montagne de dettes. Dans le même temps, la direction opérationnelle veut repositionner la chaîne de grands magasins, pour sortir de la période de marasme qui a prévalu dans les dernières années de la gestion du groupe Pinault. Tout cela coûte de l’argent. Mais une fois de plus, les actionnaires sont aux abonnés absents. Le groupe doit s’endetter à hauteur de 240 millions d’euros pour financer son exploitation et sa modernisation.

Ce repositionnement permet au groupe de redevenir bénéficiaire à partir de 2011. En 2012, le groupe Printemps a enregistré un bénéfice de 45,5 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 762 millions, en hausse de 12 % sur un an.

Mais les frais financiers courent durant toute cette période. En cinq ans, le groupe a dû verser plus de 240 millions d’euros à ses créanciers. Faute de moyens suffisants, le groupe, sous la pression de ses actionnaires, commence à liquider son patrimoine. Dans le monde financier, tout ce capital « qui dort », de toute façon, est une faute : il convient en urgence de le monétiser.

 

 
© dr

Les propriétés de Marseille, Strasbourg, Rennes, Lille, Toulon, Rouen, etc., sont ainsi vendues en moins de deux ans. Ces cessions rapportent plus de 465 millions d’euros. Mais ces sommes ont à peine servi à désendetter le groupe. Entre 2009 et 2012, son endettement est passé de 868 à 764 millions d’euros. En revanche, il lui faut désormais faire face à une charge d’exploitation supplémentaire : les loyers. Selon nos informations, ceux-ci ne seraient pas loin de représenter 100 millions d’euros par an, soit la deuxième charge après les dépenses salariales. Mais autant ces dernières semblent insupportables, autant ces loyers ne posent aucun problème aux financiers. Il s’agit de la juste rémunération du capital.

 

Un groupe exsangue

Croulant sous les dettes, le groupe n’a plus de fonds propres en regard. Les capitaux propres ont été consommés par les pertes successives. Depuis quatre ans, ils sont négatifs, à hauteur de 40 millions d'euros en 2012. Les actionnaires actuels n’ont jamais jugé utile de recapitaliser le groupe. Les commissaires aux comptes du groupe ont avalisé le tout, sans sourciller.

Dans cette situation financière précaire, les dirigeants du Printemps ont été priés de trouver des économies. Pression sur les fournisseurs, allongement des délais de paiement, toutes les « bonnes pratiques » de la gestion actuelle ont été utilisées. L’emploi a naturellement été dans la ligne de mire. En moins de cinq ans, le groupe a supprimé plus de 900 emplois, « sans jamais faire le moindre plan social », s’étonne Bernard Demarcq.

Désormais, les salariés dépendant des marques installées dans les locaux des grands magasins sont plus nombreux que ceux du Printemps. Les syndicats redoutent que ce mouvement ne s’amplifie. Précarisée, entièrement à la merci des marques qui peuvent les renvoyer du jour au lendemain, cette main-d’œuvre, souvent intérimaire, est vue comme la nouvelle martingale pour externaliser toutes les dépenses sociales des grands magasins. Poussant l’expérience un peu plus loin, la direction du Printemps a, selon nos informations, signé des baux privés avec certaines grandes marques, comme Vuitton, pour leur concéder toute une partie de l’intérieur de leurs magasins, transformant un peu plus un groupe de commerce en un simple prestataire immobilier.

Les actionnaires qui s’apprêtent à revendre le Printemps ne peuvent que se féliciter de leur opération. Acheté pour un milliard d’euros, le groupe doit être revendu pour 1,6 milliard d’euros, soit 600 millions de plus-value. Le fonds géré par la Deutsche Bank est en train de négocier le rachat de ses 70 % pour 650 à 700 millions d'euros, soit au moins six fois sa mise de départ, le tout sans impôt, puisque tout est logé au Luxembourg. C’est le type d’opération que les financiers adorent, surtout en période de crise et de taux d’intérêt financiers proches de zéro.

Ils laissent derrière eux un groupe totalement exsangue, ne possédant plus que quelques magasins en propre, dont celui du boulevard Haussmann. Seul actif susceptible d’attirer d’autres investisseurs étrangers, il est totalement endetté et doit faire face, comme les autres, à un effondrement de la consommation. Tout repreneur devra faire face à cette équation.

Le fonds de l’émir du Qatar peut-il aider à redresser la situation, en recapitalisant massivement le groupe et en l’aidant à retrouver un avenir ? Difficile à imaginer. Jusqu’alors, celui-ci a surtout montré son goût pour l’immobilier de luxe. Et comme les autres, il prise beaucoup les effets de levier. La partie de Monopoly risque donc de se poursuivre. Les salariés n’étant qu’une contingence annexe dans ce monde éthéré de la finance.

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 19:01

 

LeParisien.fr


Julie Reynié | Publié le 09.03.2013, 15h28 | Mise à jour : 19h50

Deux ans après la catastrophe de Fukushima, des militants anti-nucléaires ont organisé une chaîne humaine géante dans plusieurs quartiers de Paris samedi pour réclamer l'arrêt du nucléaire civil et militaire en France.

Deux ans après la catastrophe de Fukushima, des militants anti-nucléaires ont organisé une chaîne humaine géante dans plusieurs quartiers de Paris samedi pour réclamer l'arrêt du nucléaire civil et militaire en France. | @ChaineHumaine

 

Deux ans après la catastrophe de Fukushima, plusieurs milliers de personnes (20.000 selon les organisateurs, 4.000 selon la police) se sont rassemblés samedi après-midi à Paris, formant une longue chaîne humaine afin de réclamer l'arrêt du nucléaire civil et militaire en France.


«Nous demandons la fin du nucléaire civil et militaire, et notamment l'arrêt de toutes les centrales nucléaires de plus de 30 ans», a lancé Pierric Duflos, porte-parole de Sortir du nucléaire. Une vingtaine des 58 réacteurs nucléaires français ont aujourd'hui plus de 30 ans.

Coordonnée par le réseau Sortir du nucléaire, la mobilisation s'est déroulée dans 18 points différents de la capitale. Les lieux choisis étaient tous symboliques : de la Défense au ministère de l'économie à Bercy  en passant par l'Autorité de Sûreté nucléaire (ASN), les sièges d'EDF et d'Areva, de la BNP et de la Société générale, l'Assemblée nationale et le Sénat. Des «lieux de pouvoir» qui contribuent à promouvoir l'énergie nucléaire, selon Pierric Duflos.

 

Message de solidarité au peuple japonais

Au-delà du «message d'indignation (envoyé) aux décideurs», il s'agissait pour les manifestants, dont beaucoup étaient venus de province, de faire passer un message de solidarité au peuple japonais. De nombreux Japonais participaient d'ailleurs à la chaîne humaine dans le quartier de l'Opéra. La manifestation s'est terminée par une minute de silence très émouvante, ponctuée à la Bastille par des tambours japonais.

Une dizaine de députés d'Europe Ecologie les Verts (EELV), dont Denis Baupin et Yves Cochet (député européen), mais également des représentants du Parti de Gauche, du NPA et de CAP 21 ont aussi participé à la mobilisation tout comme le syndicat SUD-rail qui s'oppose au transport des déchets nucléaires par le train.

Une première chaîne humaine pour sortir du nucléaire avait été organisée l'an dernier entre Lyon et Avignon, le long de la nationale 7, rassemblant 60.000 personnes selon les organisateurs et 31.000 selon la police.


Chaîne humaine de Neuilly à la Grande Arche de La Défense...
Rodéric Aarsse @R0deric

#chainehumaine à la Defense : de la Grande Arche jusqu'à #Neuilly ! Grosse mobilisation, bravo à tous @sdnfr #EELV pic.twitter.com/dzfKwFQ2iq

Voir l'image sur Twitter


...le long des quais...

Un cheval dans la #chainehumaine contre le #nucleaire à Paris ! pic.twitter.com/vSWIavFKW7

Voir l'image sur Twitter
 

...à travers le 8e arrondissement....
Greenpeace France         @greenpeacefr

RT @ChaineHumaine Une jolie #ChaineHumaine au 8eme arrondissement pic.twitter.com/wMLpA0BMxz

Voir l'image sur Twitter


...devant la gare St Lazare...
jyjyjie @jyjy

RT @ChaineHumaine: Une #ChaineHumaine qui se déploie Saint-Lazare - Rue de Rome pic.twitter.com/A5ZgOHaq1g

Voir l'image sur Twitter


...autour de l'Opéra...
Chaîne Humaine @ChaineHumaine

Place de l'Opera: @Sdn75 et Yosomono-net informent sur la situation au Japon: a #Fukushima, la catastrophe continue ! pic.twitter.com/18ntY4xB9f

Voir l'image sur Twitter


...autour l'Hôtel de Ville.
Chaîne Humaine @ChaineHumaine

Parvis de l'Hôtel de Ville pic.twitter.com/Kikh16Gygh

Voir l'image sur Twitter


...Place de la Bastille...

Chaîne Humaine @ChaineHumaine

Tronçon de la #ChaineHumaine a la Place de la Bastille pic.twitter.com/m2rGOZqZyW

Voir l'image sur Twitter

...devant l'Autorité de sureté nucléaire, vers Gare de Lyon...

Catherine Hervieu @CatHervieu

#sortirdunucleaire #ChaineHumaine #Paris autour de l'Autorité de Sûreté Nucléaire #EELV pic.twitter.com/rfOtMbEIgE

Voir l'image sur Twitter


...jusqu'à Bercy.

david gréau @davidgreau

Chaîne humaine contre le #nucleaire: de Gare de Lyon à Bercy #eelv pic.twitter.com/yYx8fD2zvV

Voir l'image sur Twitter

EELV Rouen @eelvrouen

"@DavidCormand: Chaîne humaine contre le nucléaire devant Bercy, le Nucléaire coûte cher. pic.twitter.com/fufIJRZx7F"

Voir l'image sur Twitter
VIDEO. Une chaîne humaine géante contre le nucléaire

"Sortir du nucléaire" organise une chaîne... par BFMTV

LeParisien.fr

 

 

                                                                           *********************************

 

 

CHAINE HUMAINE pour l'arrêt du nucléaire civil et militaire

09-03-2013

 

 

 

 

Par jean jacques GAUMET

Des militants anti-nucleaire ont commencé à se rassembler samedi 9 mars 2013 dans plusieurs quartiers de Paris dans le but de former une chaine humaine pour l'interpellation de l'Etat Français et des hautes autoritées civiles et militaires de notre France...
  
                                                                     ***************************************
Repost 0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 18:47

 

Libération

  9 mars 2013 à 15:06 (Mis à jour: 18:49)

Les milliers de manifestants ont encerclé des «lieux de pouvoir» qui contribuent à promouvoir l'énergie nucléaire, comme l'Assemblée et le Sénat, des ministères, les sièges d'EDF et d'Areva et des banques.

Plusieurs milliers de personnes (20.000 selon les organisateurs, 4.000 selon la police) ont formé une vaste chaîne humaine, samedi dans Paris, pour réclamer l'arrêt du nucléaire civil et militaire en France, deux ans après la catastrophe de Fukushima.

Aux cris de «Fukushima, plus jamais ça», les manifestants, vêtus pour la plupart de gilets fluos jaunes et dont beaucoup étaient venus de province, se sont déployés à partir de 18 points de ralliement pour former une longue chaîne humaine allant du quartier de la Défense au ministère de l'Economie.

Ils se sont donné la main et ont scandé des slogans anti-nucléaires sur des trottoirs encombrés de badauds, notamment dans le quartier de l'Opéra où ils ont «encerclé» symboliquement le siège de la BNP et de la Société générale, deux banques qui financent des projets de centrales nucléaires. D'autres «lieux de pouvoir» ont également été visés comme l'Assemblée Nationale, plusieurs ministères dont celui de l'Economie, l'Autorité de Sûreté nucléaire (ASN), ainsi que les sièges d'EDF et d'Areva.

Coordonnée par le réseau Sortir du nucléaire, la mobilisation était notamment destinée à «envoyer un message d'indignation aux décideurs» ainsi qu'un message de solidarité au peuple japonais. «Nous demandons la fin du nucléaire civil et militaire, et notamment l'arrêt de toutes les centrales nucléaires de plus de 30 ans», a précisé le porte parole du Réseau, Pierric Duflos. Une vingtaine des 58 réacteurs nucléaires français ont plus de 30 ans.

De nombreux Japonais participaient à la chaîne humaine dans le quartier de l'Opéra. «Il faut réagir dès maintenant pour l'avenir de nos enfants», expliquait Chiso Takemoto, une mère de deux enfants, tandis que Yuki Takahata, une représentante du réseau japonais Yosomono-net dénonçait «l'arrogance des élites» sur la question du nucléaire.

Une dizaine de députés d'Europe Ecologie les Verts (EELV), mais également des représentants du Parti de Gauche, du NPA et de CAP 21 participaient à la mobilisation, tout comme le syndicat SUD-rail qui s'oppose au transport des déchets nucléaires par le train. Pour Denis Baupin, député EELV de Paris, «la France n'a toujours pas tiré les enseignements de la catastrophe» de Fukushima, alors que le député européen vert, Yves Cochet, juge le nucléaire «dangereux, inutile et dispendieux». La manifestation s'est terminée par une minute de silence, ponctuée à la Bastille par des tambours japonais.

Une première chaîne humaine pour sortir du nucléaire avait été organisée l'an dernier entre Lyon et Avignon, le long de la nationale 7, rassemblant 60.000 personnes selon les organisateurs et 31.000 selon la police.

(AFP

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 18:40

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 09.03.2013 à 11h46 • Mis à jour le 09.03.2013 à 17h17

 

 

 

Des milliers de manifestants ont défilé samedi à Tokyo pour exiger l'abandon rapide de l'énergie nucléaire au Japon, près de deux ans jour pour jour après le début de la catastrophe de Fukushima.

Des milliers de manifestants ont défilé samedi 9 mars à Tokyo pour exiger l'abandon rapide de l'énergie nucléaire au Japon, près de deux ans jour pour jour après le début de la catastrophe de Fukushima.

Les participants se sont d'abord rassemblés dans un parc du centre de la capitale : la foule comprenait des résidents de la région de Fukushima (nord-est du Japon) et des personnalités, dont le prix Nobel de littérature, Kenzaburo Oe. Les protestataires ont ensuite défilé dans les rues de Tokyo pour appeler le premier ministre japonais Shinzo Abe, au pouvoir depuis la victoire de son parti aux élections législatives de décembre, à ordonner le démantèlement de toutes les centrales nucléaires du pays.

Les organisateurs ont affirmé que 15 000 personnes avaient participé à la manifestation, tandis que la police n'a fourni aucune estimation dans l'immédiat.

 

 GRANDE CHAÎNE HUMAINE À PARIS

En France, des militants anti-nucléaires ont commencé à former dans plusieurs quartiers de la capitale française une longue chaîne humaine pour réclamer l'arrêt du nucléaire civil et militaire en France. Coordonnée par le réseau "Sortir du nucléaire", la mobilisation se déroule dans dix-huit points différents de Paris d'où les manifestants partiront pour former en milieu d'après-midi une longue chaîne humaine allant du quartier la Défense, au nord et où se trouvent les sièges des grandes sociétés, au ministère de l'économie au sud de la capitale.

 

Des manifestants antinucléaire ont formé une chaîne humaine devant le ministère de l'économie, samedi 9 mars.

 

"Deux ans après la catastrophe de Fukushima, la France n'a toujours pas tiré les enseignements de la catastrophe", a déclaré pour sa part le député d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de Paris, Denis Baupin, qui participe à la mobilisation. Des représentants d'une trentaine d'associations ou organisations nationales soutiennent la manifestation pour laquelle les organisateurs espèrent rassembler plusieurs dizaines de milliers de personnes au total.

C'est dans ce contexte qu'un sondage (IFOP pour Dimanche Ouest-France) indique que 42 % des Français se disent inquiets à propos des centrales nucléaires sur le territoire national. Ils étaient toutefois 56 % en avril 2011, deux semaines après l'accident de Fukushima.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 18:13

 

Médiapart - Blog

un lion dans la manif ? 
un lion dans la manif ?© la dame du bois-joli

Dimanche 3 mars. Nous voilà arrivés en car d’Abbeville et d’Amiens. 13 heures, gare Montparnasse. Soleil et vent frais. Conditions idéales pour manifester. Banderoles. Sono juchée sur un petit bus. Pancartes. Porte-voix pour les slogans. Chaussures confortables. Un bonnet.  Des citoyens lambdas. Les habitants des villages concernés par le projet gigantesque de ferme-usine de M. Ramery et de ses acolytes, près d’Abbeville, dans la Somme. Des maires résistants, leur écharpe tricolore en travers du ventre. Des associations comme Picardie Nature, L214, la fondation Brigitte Bardot, Picardie Nature, Good Food et d’autres. Le PCF, le front de gauche ont déployé quelques drapeaux. EELV est là, la confédération paysanne aussi.  On compte les troupes. En route. Concert de cloches à vaches et de sifflets.

Au départ, la manif ressemblait à ça 

 

Novissen fait front !  
Novissen fait front ! © la dame du bois-joli

 

 

puis un lion est arrivé ...

 

un lion dans la manif' 
un lion dans la manif'© la dame du bois-joli

 

2 000 personnes (et un lion donc qui garde le troupeau …) commencent leur manifestation vers la porte de Versailles, pour se réunir devant le salon de l’agriculture, lieu emblématique pour nous. Beaucoup de curieux aux fenêtres, des applaudissements, des bravos sur notre passage. Notre mouvement est populaire car il se situe au milieu des  scandales sanitaires actuels, comme le cheval dans les lasagnes ou la viande avariée dans un Flunch, ou encore des matières fécales dans des gâteaux, sans compter les projets de faire de la viande avec de la merde, oui vous avez bien lu, de la merde, de la vraie merde, des shit burgers que ça s’appellera, voir là  http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-anne-kraft/060313/refusons-de-manger-de-la-merde.

Nous disons tout haut ce que de plus en plus de consommateurs, qui commencent à douter de la qualité des produits,  murmurent encore.

 

Voici les mots du président de Novissen, M. Kfoury

 

 

le président de NOVISSEN© la dame du bois-joli

 

Le bol est plein. Nous disons Ras le bol.

Ras le bol de manger n’importe quoi. De ces viandes dures, qui ne veulent pas cuire ou gorgées d’eau, ou de lymphe,  ou de quoi en fait ?

de retrouver dans nos assiettes  le produit de ces élevages industriels et tous les antibiotiques et autres substances qu’il a fallu donner aux animaux pour qu’ils ne meurent pas avant d’être rentables. Qui peut nous affirmer que ces produits sont sans danger pour la santé ? Qui ?

de l’opacité des circuits de production et de distribution.

de  voir un saucisson ou un pack de yaourts faire le tour de l’Europe pour être produit, conditionné, vendu, revendu et enfin mis sur le marché. Bonjour le bilan carbone.

de ces étiquetages douteux qui vous font croire qu’un produit alimentaire est français alors qu’il s’est promené dans 5 ou 6 pays parfois. Qu’a-t-il de français ce produit ? Il est français parce que la dernière usine où il est passé est en France et a posé l’étiquette « made in France » sur son emballage ?

de cet étiquetage qui ne donne pas le pourcentage de sel ou de sucre sur les emballages. Et ras le bol de devoir prendre une loupe pour lire les lignes sur les cartons et boîtes et paquets de nourriture.

des aides européennes en grande partie réservées aux importants exploitants ou éleveurs.

de cette agriculture subventionnée qui oublie les fermes de petite taille, qui laisse sur la paille les paysans et les éleveurs sans beaucoup de moyens.

des promesses du Grenelle de l’environnement qui devait faire émerger une agriculture de plus en plus bio. Or qu’en est-il aujourd’hui ? Vous les voyez fleurir les fermes bio ? Les fermiers qui veulent faire du bio sont-ils aidés ? Enquêtez autour de vous et sur les marchés et vous aurez la réponse.

des produits toxiques qui empoisonnent les abeilles. Allons-nous bientôt voir, en France, comme aux USA, des camionnettes et des apiculteurs qui se promènent avec des abeilles pour aller polliniser des cultures dans des régions où les abeilles auront disparu ? En Chine, ils pollinisent à la main… la main d’œuvre y est bon marché.

des monocultures bardées de désherbants et de pesticides qui font fondre la couche d’humus, tuent les vers de terre, les insectes, les oiseaux.

de voir ces terres appauvries, sèches et grises comme des vieilles veuves de guerre, dont la matrice est recroquevillée et stérile. Allez faire un tour dans des vignes, en Champagne, grattez la terre, si vous trouvez un seul ver, envoyez-moi une photo, je l’encadrerai et l’accrocherai au-dessus de la cheminée.

de voir ces technocrates en gants blancs, ces manageurs, ces investisseurs, qui veulent faire du fric et du fric et encore du fric sur le dos des animaux.

de toute cette souffrance animale, de ces vaches au pis énorme , et tellement gros qu’elles peuvent à peine se lever et quand elles ne sont plus bonnes à rien pour leur bourreau d’éleveur, elles partent à l’abattoir. Ras le bol de les voir se tordre les pattes sur du béton. Elles ont besoin d’herbe, merde ! et d’air et de se frotter contre une clôture, et de s’allonger pour ruminer tranquillement, comme elles le font depuis des milliers d’années. Certaines vaches sont traites 3 fois par jour, car elles doivent donner toujours plus toujours plus de lait, pour faire de plus en plus de yaourts, de desserts lactés, de fromage, encore, encore, encore. 10 000 litres de lait par an pour les Holstein. Ce ne sont plus des animaux, ce sont des usines à lait.

de tout ce lait, de toute cette viande. Nous pouvons nous nourrir autrement, avec des céréales, des oléagineuses, des fruits, des légumes. Et si nous ne sommes pas encore prêts à sauter le pas vers plus de végétarien, nous pouvons décider de manger de la viande, de temps en temps, de la bonne viande, issue d’animaux élevés dignement, dans des élevages de petite taille, sur de l’herbe. Et ainsi nous aiderons l’éleveur, le boucher, le paysan qui fait son travail correctement, dans des fermes à taille humaine.

 

 

l'association L214 qui milite contre la souffrance animale© la dame du bois-joli


 

de cette nourriture insipide, reconstituée, dont le mauvais goût est masqué par des adjuvants, des colorants, ou rehaussé par des exhausteurs de goût.

de voir les vaches tuées, transformées, pilées, découpées, écrasées, mélangées, ratatinées en minerai. Quel cerveau malade a osé inventer le mot même de minerai ? Non, les animaux ne sont pas des usines à lait ou du minerai, MM les technocrates, ce sont  nos co-habitants et nous vivons ensemble, sur la planète Terre.

de voir ces poulets qui vivent toute leur très courte vie sur une feuille A4, sous la lumière de leurs hangars, dans un brouhaha incessant.

de voir ces porcs mutilés, aux oreilles coupées, aux dents limées au bistouri ça fait bien mal, faut croire que les gens qui font ça sont des sadiques.

de voir ces veaux arrachés à leur mère dès leur naissance, engraissés pour faire des blanquettes quelques mois plus tard.

 

Stop à la folie humaine! 
Stop à la folie humaine!© la dame du bois-joli

 


de voir ces lapins dans des cages, tapis, apeurés, malades.

de ces ministres français de l’agriculture et de l’environnement, incapables de faire se développer une agriculture respectueuse de l’environnement et des animaux. Ils roulent pour l’agro-bizness, les multinationales agroalimentaires, les fabricants de poisons divers  et pensent qu’ainsi ils sauveront les fameux emplois après lesquels ils courent sans jamais pouvoir les attraper. Cette automatisation des élevages nécessite de moins en moins de main-d’œuvre, mais ils ne l’ont pas encore compris. Monsieur Le Foll vous êtes bien fol et Madame Batho, vous nous menez en.

 

eh oh! les ministres, vous nous entendez? 
eh oh! les ministres, vous nous entendez?© la dame du bois-joli


 

Ras le bol des sols pollués de nitrates et de phosphates, des nappes phréatiques souillées et irrécupérables. Combien d’entre elles ont été empoisonnées par l’atrazine, un désherbant pour le maïs utilisé dans les années 60, pendant une bonne trentaine d’années ? Les communes cherchent des nouveaux captages pour trouver une eau potable. Ces travaux coûtent cher. Ni responsables, ni coupables. On peut empoisonner les sols et l’eau sans rendre de comptes

des allergies, des cancers, de l’asthme dûs à la pollution agricole.

 

La joyeuse et calme troupe de 2 000 manifestants et un lion dit fermement STOP !

STOP aux fermes-usines. NON ! Non au projet de la ferme des 1000 vaches au-dessus d’Abbeville ! Non aux élevages surdimensionnés et aux fermes-usines. NON AUX ELEVAGES CONCENTRATIONNAIRES.

L’association NOVISSEN qui porte la contestation, a été rejointe par d’autres citoyens d’autres régions (Bourgogne, Bretagne, Nord/Pas de Calais), inquiets de voir surgir sur leur territoire des projets similaires.

Nous ne voulons plus de ces investisseurs sans état d’âme tout juste occupés à faire fructifier leur pognon, au détriment du bien-être général, humain et animal.

Nous réclamons une agriculture respectueuse, durable, équitable, biologique. Une agriculture qui assure l’avenir de notre planète et le bien-être de ses habitants.

 

 

 

" lorsqu'une voiture est usée on n'est pas obligés d'acheter la même"© la dame du bois-joli

 

 

Nous réclamons des élevages qui respectent l’animal. L’animal a des émotions, il n’est pas une machine. Tout être humain qui considère que l’animal est à son service et qu’il peut en faire n’importe quoi a perdu la part d’Humanisme et d’Humanité qui est en lui. 

 

Nous avons le choix, nous consommateurs. BOYCOTTONS les entreprises qui pratiquent l’opacité et privilégient leurs super-profits. Il y a des AMP, des jardins à cultiver dans la France entière, des fermiers à soutenir dans leurs projets de révolution douce vers plus  de bio.

 

 

 

exerçons notre pouvoir de consommateur© la dame du bois-joli

 

Nous sommes à un tournant essentiel et capital de l’évolution de notre espèce humaine. C’est le moment de faire les bons choix. Un manifestant a employé le mot de sociocide.  Notre société est manipulée et contrôlée par des groupes d’intérêts, des lobbies, des banquiers, des fonds de pension. Au prix des désastres sociaux que nous connaissons.

 

 

 

le sociocide, crime contre la société© la dame du bois-joli

 

 

Lundi 4 mars, une centaine de manifestants sont venus soutenir devant le commissariat d’Abbeville, leur président Michel Kfoury contre lequel le sous-préfet a porté plainte après avoir reçu une lettre de Novissen signée par son président et qui ne lui a pas plu. A suivre … On lâche rien et les manifs , on y prend goût !

 

Dans quelques jours, à Strasbourg, le 13 mars, va être votée la nouvelle PAC. L’association Good Food et la confédération paysanne  se mobilisent à Strasbourg, le 12 mars,  pour tenter d’infléchir les décisions et dire nos volontés de citoyens/acteurs de notre avenir.. Résistants alsaciens, c’est à vous de jouer. Ainsi que tous ceux qui auront la possibilité de se déplacer en Alsace ce week-end.

 

 

 

GOOD FOOD réclame que la PAC aide les petites exploitations© la dame du bois-joli
 

 

 

la confédération paysanne soutient NOVISSEN© la dame du bois-joli

 

http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=1312&PHPSESSID=9f1tjgq9b47m453shv0glrghi6

 

 

Le bonheur est dans le pré. Avec les vaches, les cochons et les poulets. Est-ce que tu le vois ?

 Courzyvit’courzyvit’ dépêche-toi.

Dès que t’as le dos tourné, ça bétonne derrière ton dos, ça s’frotte les mains ça ricane ça  compte et recompte  ses euros

Courzyvit’courzyvit’ dépêche-toi et ne dis pas, plus tard, que tu ne savais pas

 

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 17:57

 

 

Marianne - Vendredi 8 Mars 2013 à 05:00

 

 

Journaliste économique à Marianne En savoir plus sur cet auteur

 

Durant des années, grâce à des artifices comptables « discutables », l'une des filiales monégasques de BNP Paribas n'a pas payé un sou d'impôt, comme le révèle « Marianne », qui a eu accès à un document d'audit. Alors que le projet de loi sur les activités bancaires passe devant les sénateurs, le texte ne prévoit toujours pas que les banques publient la répartition géographique de leurs bénéfices et de leurs impôts. On comprend pourquoi...

 

Jacques Brinon/AP/SIPA
Jacques Brinon/AP/SIPA
Pourquoi les banques se sont-elles battues pour ne pas publier la répartition géographique de leurs bénéfices et des impôts qui les frappent ? Comment les établissements français se sont-ils débrouillés pour ne payer que 8 % d’impôt sur les sociétés (IS), quatre fois moins qu’une PME, sur la période 2002-2009 ? Le document d’audit de l’antenne monégasque de BNP Paribas Wealth Management Suisse, elle-même filiale du groupe de la Chaussée-d’Antin, que Marianne s’est procuré, lève une partie du voile.

A Monaco, BNP Paribas n’a pas payé un fifrelin d’IS jusqu’en 2010. La filiale du géant bancaire a réussi la prouesse de faire remonter vers sa maison mère suisse une centaine de millions d’euros de dividendes (23 millions d’euros pour la seule année 2006) sans passer par la case percepteur. Maison mère qui refilait ensuite le tout à Paris, contribuant ainsi aux résultats mirobolants du groupe, 6,6 milliards d’euros sur le dernier exercice. L’exploit est de taille. A la limite de la légalité, selon le rapport signé par deux auditeurs, Jean-Humbert Croci et Claude Palmero.

 

Fac-similé du rapport des commissaires aux comptes
Fac-similé du rapport des commissaires aux comptes
Ce document illustre parfaitement les libertés comptables que s’autorisent les multinationales. Quitte à gruger les aimables paradis fiscaux qui les accueillent. Pour BNP Paribas, qui n’a pas répondu à nos sollicitations, l’astuce consistait à jouer sur une niche fiscale monégasque : toute entreprise réalisant plus de 75 % de son chiffre d’affaires dans la principauté est dispensée d’impôt sur les sociétés. Problème : dans la pratique, c’est en France que l’essentiel du chiffre d’affaires est constitué. Pas sur le Rocher. Qu’à cela ne tienne, la filiale monégasque a artificiellement gonflé son activité en souscrivant un prêt (4 milliards d’euros, rien que cela) depuis Guernesey à un taux lambda, puis en prêtant cet argent à BNP Paribas France à ce même taux : + 0,02 %.

Un tour de passe-passe que les commissaires aux comptes de la banque ont eux-mêmes jugé « disproportionné et artificiel ».Pis, il a été dissimulé aux autorités monégasques, notent-ils : « Cette garantie financière n’est pas précisée dans les notes aux comptes annuels. […] Cette convention n’est pas non plus mentionnée dans les opérations “article 23” [déclaration visant justement à identifier les opérations fictives entre une filiale et sa maison mère]. » Et de conclure que cette « position est justifiée même si elle pourrait être discutable ». Situation que le groupe n’ignorait évidemment pas.
Grâce à ce chiffre d’affaires bidon, la filiale monégasque, on l’a vu, n’était pas taxée sur ses profits. Elle ne s’est donc pas privée pour les gonfler au maximum. Comment ? En utilisant là encore un jeu d’écritures. « Un écart de 5,8 millions d’euros (au 31 décembre 2008) existe entre la charge comptabilisée [et] le montant refacturé […] historiquement plafonné autour de 1 million d’euros », notent les auditeurs. Autrement dit, la maison mère suisse fournissait environ 7 millions d’euros de services à sa succursale monégasque… qui n’en payait que 1 million. En 2008, ces 5,8 millions d’euros représentaient 40 % de son bénéfice total ; en 2009, presque 80 % ! Victime collatérale : la France, qui collecte la TVA pour le compte de Monaco, a ainsi vu s’échapper plus de 1 million d’euros de recettes fiscales par an.
En 2010, à l’occasion de l’absorption par BNP Paribas de Fortis, à Monaco comme ailleurs dans le monde, la banque a mis fin à cette gonflette. En réalité, elle n’en avait plus besoin. En avalant Fortis, BNP Paribas Monaco a hérité de 8,9 millions d’euros de déficits fiscaux, autrement dit une créance sur le fisc d’Albert II. De quoi voir venir, et alimenter un peu plus les profits records de la première banque française.
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22