Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 16:35

 

Source : www.lemonde.fr

 

Allemagne : ouverture d'un débat sur la durée de travail des parents

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 10.01.2014 à 11h53 • Mis à jour le 10.01.2014 à 15h14

 
 

 

"Il est toujours difficile de trouver un équilibre entre le travail et la vie familiale mais il faut faciliter la vie des familles en Allemagne", affirme Manuela Schwesig.

 

La nouvelle ministre de la famille allemande, Manuela Schwesig, propose que le temps de travail des parents de jeunes enfants soit réduit à 32 heures par semaine, afin de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale, dans un entretien au quotidien économique Handelsblatt vendredi.

La ministre, qui vient d'entrer dans le nouveau gouvernement de coalition d'Angela Merkel, affirme vouloir « faire progresser la compatibilité du travail avec la famille pour les deux parents », alors qu'en Allemagne beaucoup de femmes n'ont pas d'enfants pour continuer à travailler ou renoncent à travailler dès qu'elles deviennent mères.

Le manque à gagner pour les entreprises « pourrait être compensé en partie par la fiscalité » a ajouté la ministre, dans une autre interview à Bild. Le journal populaire cite une étude de l'institut économique DIW chiffrant à 140 millions d'euros le surcoût d'une telle mesure pour le budget de l'Etat.

 

 CHANGER LA CULTURE DU TRAVAIL

Le député conservateur Michael Fuchs a jugé, dans Bild, une telle mesure non finançable, tandis que la fédération allemande des chambres de commerce et d'industrie a estimé dans le journal régional Passauer Neuen Presse que les aménagements de temps de travail « devaient être trouvés au sein des entreprises » et non par une législation. Joachim Pfeiffer, porte-parole de la CDU pour l'économie, juge que le fait de contraindre les entreprises à payer à plein temps des salariés effectuant un temps partiel serait une « attaque contre la compétitivité de l'économie allemande ».

« L'économie doit devenir plus flexible et offrir de bonnes chances de carrière aussi aux parents qui réduisent leur temps de travail pour leur famille », insiste Manuela Schwesig, appelant de ses vœux « une culture du travail dans laquelle les pères qui décident de passer plus de temps avec leur famille ne fassent pas sourire ou ne soient pas regardés de travers ».

Deux hauts responsables sociaux-démocrates allemands ont récemment mis en avant leur volonté de davantage s'occuper de leurs enfants pour expliquer des choix professionnels. Le vice-chancelier et donc numéro deux du gouvernement, Sigmar Gabriel, a ainsi décidé de réserver son mercredi après-midi à sa fille. Quant à Jörg Asmussen, il a mis en avant des raisons familiales dans son choix de quitter son poste au directoire de la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort, pour devenir secrétaire d'Etat dans le nouveau gouvernement et voir de nouveau quotidiennement ses deux jeunes enfants qui vivent à Berlin.

Lire (édition abonnés) : France et Allemagne face au défi commun du vieillissement

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 16:18

 

 

Source : andregattolin.eelv.fr

 

Négociations commerciales transatlantiques : une myopie stratégie étonnante

 

Publié le 9 janvier 2014

                                                                                                                                                                                                                  André Gattolin est intervenu le 9 janvier en séance publique, au nom du Groupe écologiste, au cours du débat portant sur les négociations commerciales transatlantiques.

Seul le prononcé fait foi.

 

Monsieur le Président, Madame la Ministre, Mes chers collègues,

Approcher le projet de traité dont il est question ici « comme un accord bilatéral de libre-échange de plus, alors qu’il s’agit de l’accord bilatéral de trop, révèle (…) une myopie stratégique étonnante.  Comment expliquer cette myopie sinon (…) par le conformisme néolibéral qui prévaut toujours dans les enceintes européennes, malgré la crise, et par l’entremise de l’activisme des lobbies ? » Dans ce domaine, « les affinités politiques ou mercantilistes entre Londres, Berlin et Washington ont joué à plein. »

Ce propos très critique à l’endroit du TTIP, que je partage largement, n’est pas le mien. C’est celui de Pierre Defraigne, un économiste et ancien haut-fonctionnaire européen, qui fut le bras droit de Pascal Lamy à Bruxelles ; un homme qu’on ne peut soupçonner d’être un eurosceptique acharné, un anti-américain ou encore un anti-libéral viscéral. Il y a là de quoi, je crois, donner à réfléchir à l’ensemble de la classe politique européenne et des décideurs nationaux…

Ce projet de traité, le TTIP, s’inscrit dans un double mouvement.

D’une part, il poursuit des intentions déjà anciennes : supprimer autant que possible les obstacles au commerce et à la circulation des capitaux entre l’Europe et les Etats-Unis.

D’autre part, il participe d’une dynamique plus récente et qui a été très lourdement renforcée par l’actuelle Commission européenne, et en particulier par Karel de Gucht, Commissaire en charge du commerce international : je veux parler de la démultiplication des traités de commerce bilatéraux, tandis que l’OMC ne cesse depuis plus d’une décennie de s’affaiblir encore et encore.

Ce n’est un secret pour personne : l’Europe ne s’est jamais construite contre, ni même en dépit des Etats-Unis. L’histoire de l’Union européenne, c’est largement l’histoire d’un compagnonnage avec ces amis et alliés, qui sont à l’origine du rapprochement entre ceux qui allaient devenir les fondateurs de la CECA.

Mais l’Union européenne a aussi pu et su affirmer et conserver une identité qui lui était propre. Une identité fondée sur une culture largement partagée – celle de la démocratie libérale, de la norme que l’on veut fonder « en raison », comme un souvenir du siècle des Lumières. Et c’est peu de dire que la norme, les lois, les règles occupent de fait une place prépondérante dans notre organisation politique et sociale.

Certains s’en plaignent sans cesse, surtout de l’autre côté de la Manche.

On peut évidemment juger ce système perfectible, et il l’est très amplement ! Mais c’est bel et bien cette approche qui a doté l’Europe, et notamment la France, de systèmes sociaux, de défenses juridiquement contraignantes des libertés fondamentales et de standards sanitaires et environnementaux que beaucoup nous envient.

Quelles seront les conséquences concrètes du TTIP, si celui-ci devait être conclus, signé, voté, et mis en application ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les droits de douane n’en souffriront guère. Ils sont en effet déjà très bas entre Union européenne et Etats-Unis. Pour l’entrée sur le marché européen depuis l’autre côté de l’Atlantique, les taux sont en moyenne de 5.2%. Pour l’entrée sur le marché américain, ils sont en moyenne de 3.5%.

Non, les « barrières » que le TTIP veut abaisser ce sont surtout des barrières sociales, sanitaires et environnementales. Ce sont en particulier les règles d’attribution des marchés publics.

Les hydrocarbures les plus polluants, issus de l’exploitation du gaz de schiste ou des sables bitumineux, pourront-ils être importés  en Europe ?

Les OGM pourront-ils y être légalement commercialisés, comme la viande de boeuf aux hormones ?

Dans quelle mesure Monsanto, les géants pharmaceutiques, les géants du numérique américains pourront-ils renforcer leurs positions souvent déjà extravagantes sur l’économie européenne ?

Ce sont là quelques-uns des enjeux que nous avons devant nous. Sachant qu’on ignore en outre parfaitement à l’heure actuelle comment les éventuels conflits entre Etats-Unis et Union européenne ou même entre entreprises et Etats pourront être résolus…

Alors évidemment, on dira que les négociations en cours visent à lever ces incertitudes. Mais ce négociations débutent dans une opacité quasi-complète, en dépit de la tenue aujourd’hui de ce débat que nous tenons à saluer. La Commission européenne a reçu un mandat extrêmement large des Etats-membres, conformément aux souhaits d’Angela Merkel et de David Cameron. Même les rares domaines qui ont été exclus a priori des discussions – à savoir la culture et l’armement – peuvent y être réintroduits à tout moment, ne serait-ce que pour faire pression sur d’autres points.

Sans doute devrions-nous auditionner au Sénat M. de Gucht pour avoir quelques précisions sur tout cela, comme l’ont fait par exemple nos amis du Sénat néerlandais. Mais le dogmatisme et le manque de vision à moyen et long terme semblent déjà caractérisés !

Les défenseurs du TTIP promettent que celui-ci apporterait à l’Europe un demi-point de croissance supplémentaire…

Mais on ignore de quelle croissance il s’agirait ; quels seraient les emplois induits, quels secteurs en bénéficieraient, ou même si un tel demi-point de croissance apparaitrait effectivement dans nos bilans économiques. On voit bien que certains pays et notamment certaines zones portuaires du nord de l’Europe comme Rotterdam ou à Anvers, qui bénéficient déjà d’une forte activité et de dispositions fiscales favorables en profiteront… au détriment évidemment d’autres Etats membres. Mais pour le reste ?

Le Président de notre commission des Affaires européennes, Simon Sutour a – à juste titre – plusieurs fois réclamé la réalisation d’études d’impact détaillées, Etat par Etat et même région par région, pour mieux cerner les coûts, les avantages éventuels, les disparités qui résulteraient de ce traité.

C’est une pratique courante de l’autre côté de l’Atlantique. Qu’attend-on pour les lancer et les communiquer à nos parlements nationaux ?

Monsieur le Président, Madame la Ministre, mes chers collègues,

Je suis un fervent partisan d’une Europe unie et fédérale et un grand ami de l’Amérique du Nord. C’est donc avec d’autant plus de franchise que je me permets de vous dire que ce projet est mauvais et qu’il existe d’autres façons d’entretenir et de renforcer nos liens avec les Etats-Unis. Nous devons en prendre conscience avant de nous y laisser piéger.

Cela aurait dû être fait déjà, lorsque le scandale des écoutes de la NSA a éclaté. Ce dernier a prouvé que les dés étaient pipés dès le début, puisque les Américains ont manifestement les moyens de tout savoir de nos priorités, de nos politiques, de nos exigences. Ce sont des méthodes que l’Europe ne peut plus accepter.

Au reste, je ne suis pas certain que le Parlement européen votera au final le projet de traité, quand bien même la Commission européenne et qu’une majorité d’Etats y trouveraient officiellement leur compte, car c’est précisément sur des textes de ce genre que le Parlement européen trouve encore matière à affirmer son indépendance.

Mais, même dans ce cas, les dommages seraient très grands, car notre incapacité à réagir assez vite aura sans doute aggravé le scepticisme des citoyens européens vis-à-vis de leurs propres dirigeants et vis-à-vis de nos amis.

Alors que les institutions européennes seront renouvelées prochainement, nous devons oeuvrer avec détermination à une réorientation des politiques de l’Union, et cela passe à notre sens par une remise en cause de ce projet.

Je vous remercie.

 

Source : andregattolin.eelv.fr

 

 

Repost 0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 16:01

 

Source : www.politis.fr

 

Par Florence Tricoire - 10 janvier 2014

Des Dalton contre Dassault

 

 

Le collectif Sauvons les riches s’est rassemblé ce matin devant le Palais du Luxembourg. Il protestait contre le vote du bureau du Sénat qui a refusé de lever l’immunité parlementaire de Serge Dassault.

 

 

« Arrête ton char Dassault  », « Honte  », « Liberté, égalité, opacité  ». Un petit groupe déguisé en frères Dalton et équipé de pancartes s’est installé sur le trottoir de la rue de Vaugirard, face à l’entrée du Sénat, usant comme à son habitude d’un ironie mordante. Le collectif Sauvons les riches est venu faire une haie d’honneur aux sénateurs qui ont « courageusement voté contre la levée d’immunité de Serge Dassault  », explique Julien Bayou, membre du collectif et conseiller régional EELV en Ile-de-France. Pourquoi avoir imité les habits des célèbres malfrats de Lucky Luke ? « Parce que le Sénat est devenu un point de chute plus accueillant que la tôle », s’exclame le militant.

Soupçonné d’achat de votes, de corruption, de blanchiment et d’abus de biens sociaux, l’ancien maire de Corbeil-Essonnes avait écrit aux membres du bureau du Sénat en se présentant comme « l’ancien doyen du Sénat, grand officier de la Légion d’honneur » et en leur assurant que les mesures de « coercition  » n’étaient pas obligatoire puisqu’il se mettrait à l’entière disposition de la justice. Il a manifestement été entendu, même à gauche, puisque deux sénateurs de la majorité dont on ne connaît pas encore l’identité ont probablement, pour l’un, voté contre la levée de l’immunité, et, pour l’autre, opté pour l’abstention.

Répondre au « bras d’honneur des sénateurs »

« Nous sommes venus manifester contre l’opacité de ce vote qui nous a outrés, explique Gaëtan Mortier, de Sauvons les Riches. Nous sommes venus faire une haie d’honneur pour répondre au bras d’honneur des sénateurs. » Le collectif demande à ce qu’un nouveau vote soit effectué, mais à main levée. « Pour la seconde fois, le Sénat protège Dassault [en juillet 2013, il avait déjà refusé la levée de l’immunité parlementaire de l’avionneur, NDLR], constate Fatima Benomar, sympathisante du collectif. À la base, l’immunité parlementaire servait à protéger les sénateurs de la corruption, mais c’est l’inverse qui se passe. » Pour la jeune femme, l’événement a mis en évidence une solidarité de « l’oligarchie », qui « prend la démocratie et les citoyens en otage  ».

 

Venue soutenir la manifestation, Eva Joly, députée européenne EELV, juge « inacceptable  » le rejet de la demande de levée d’immunité du propriétaire du Figaro. « Ce vote montre la faille très grande entre le peuple et ses représentants. Il encourage au mépris des politiques, déplore-t-elle. Je demande un nouveau vote ainsi que la modification du règlement intérieur du Sénat pour que les votes soient tous rendus publics.  »

Après une petite demi-heure d’agitation au son du générique de « Dallas, ton univers impitoyable », et faute d’avoir eu l’autorisation de manifester devant l’entrée du Palais du Luxembourg, le petit groupe se disperse calmement. Durant la journée, un petit groupe de citoyens devrait continuer le rassemblement, comme il l’a déjà fait hier.

 

Nota Bene :

Photos : Florence Tricoire / Politis

 

 

Source : www.politis.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 15:43

 

Source : fr.finance.yahoo.com

 

Quand votre banque en faillite viendra se servir sur votre compte

Ce n'est plus une utopie : L'Europe l'a acté : Les banques en difficulté pourront ponctionner les comptes de leurs clients pour se refaire, exactement comme à Chypre en mars dernier. Faut-il se précipiter à la banque et vider son compte ? Rassurez vous : cela n'arrivera pas avant 2016. Enfin, seulement si...

 

Pour intervenir en Centrafrique il aura fallut à la France trois bons mois pour obtenir un feu vert du Conseil de Sécurité de l'ONU. Ce qui est rapide. François Hollande a beau ne plus vouloir que la France soit le gendarme de l'Afrique, on ne peut pas pour autant jeter le famas dans le fossé et tourner le dos aux massacres. D'où le la Libye, la Côte d'Ivoire, le Mali, la Centrafrique, le tout en quatre ans et deux présidents.

 

Pour sauver des banques, ou mieux, le système bancaire mondial, la théorie voudrait qu'il faille des mois ou des années, vu le nombre de protagonistes impliqués. Seulement voilà : des hommes des femmes et des enfants qui se font massacrer peuvent attendre. L'économie mondiale, non. Si demain, une nouvelle crise -probable, malheureusement - survient, et que les banques - sûrement - se retrouvent à nouveau en première ligne, les chefs d'Etat des grands pays industrialisés qui représentent 80 % de l'économie mondiale - en gros, le G20 - n'auront que quelques heures pour intervenir.

 

En ce sens, l'accord conclu au niveau européen le 11 décembre dernier est une bonne chose. La directive en cours de préparation, et qui s'appliquera à compter de janvier 2016, prévoit le mécanisme dit de "bail-un", par opposition au "bail-out". Bail-in, bail-out kesako ? Le bail-out, c'est ce qui a été fait en 2008, quand les Etats sont venus au secours de leurs banques, en leur prêtant massivement de l'argent, en entrant à leur capital, ou carrément en les nationalisant. C'est l'argent public (du moins, la garantie apportée par les Etats qui ont emprunté pour refinancer les banques) qui a sauvé les banques. Il n'a fallut que quelques heures pour décider  des modalités du (des) sauvetage(s). Quelques jours pour les mettre en oeuvre. 

 

Mais voilà : en l'état des finances publiques, et surtout de leurs taux d'endettement, les Etats ne veulent plus prendre le risque de devoir à nouveau intervenir pour sauver les banques, et risquer de "partir avec l'eau du bain" comme dit le proverbe américain. En 2016, donc, ce seront les actionnaires des banques, puis, les détenteurs d'obligations, et enfin, les déposants, qui seront mis à contribution. 

Si vous n'êtes pas sûrs d'avoir bien compris, voici en substance ce qui se passera "le jour où" les banques seront en difficulté : Constatant l'impasse dans laquelle la Banque Duchtruc se trouve, menaçant par contrecoup les banques Duchmol et Duchnou, les autorités décideront de chercher l'argent là où il se trouve. J'avoue ne pas avoir bien compris comment l'on irait pomper du cash aux détenteurs d'actions des banques en question, alors même que les cours des dites banques seront forcément en chute libre, voire suspendus. Peut-être en décrétant que tout détenteur de 10 actions ou obligations n'en détiendra plus que 9 ou 8, les autres servant, par leur revente, à apporter du cash à la banque. Mais qui en voudra ? Et quand ? 

 

Non, là où l'argent se trouve, si vous aviez encore un doute, c'est.. sur votre compte en banque. Et pour le coup, là, c'est facile. Le patron de la banque, équipé de son mot de passe de super administrateur, n'aura qu'à taper un ordre sur son ordinateur, et ponctionner les comptes de ses clients. De combien ? Le texte européen prévoit d'autoriser jusqu'à 8 % de "confiscation". Mais si cela ne suffit pas, et que la banque coule malgré tout ? Plutôt que de devoir honorer la garantie les dépôts bancaires, plafonnée à 100 000 euros, il sera bien plus rationnel pour l'Etat et les autorités bancaires d'autoriser une confiscation par palîers.. comme à Chypre.

 

A Chypre, les dépots supérieurs à 100 000 euros ont été  taxés à .... 37,5 %, et dans certains cas (origines des fonds douteuses et placement sur des produits d'épargne vendus par la banque dont le capital n'était pas garanti) jusqu'à 60 %. Nul doute que de 8 %, le plafond autorisé par l'accord européen, on n'hésitera pas à monter à 10, 15, ou 20. Ou, moins douloureux, à passer deux fois, à quelques semaines d'écart, tout en bloquant les sorties de cash entre les deux. 

 

Prévoir un plan de sauvetage pour les banques est évidemment responsable. Mais là où le bat blesse, c'est que les règles de fonctionnement des dites banques n'ont, elles, pas vraiment évoluées. La manière dont les banques prennent des risques, d'un côté, pour faire de "l'argent facile", on parle de spéculation financière, et de l'autre, ne jouent pas leur rôle dans l'économie réelle, refusant de financier les entreprises et l'innovation est choquante.

 

Dans une grande banque, quelques centaines de personnes - pour ne pas dire quelques dizaines - jouent avec l'argent des millions de clients en le plaçant sur les marchés sur des produits à haut rendement, mais à fort risque. Et dans le même temps, les milliers de conseillers bancaires, conseillers d'entreprises comme de particuliers, rechignent à accorder un prêt car les règles de prise de risque de la banque ont changées... On préfere espérer gagner 50 % (ou les perdre) sur un placement, que de n'en gagner 3 ou 4, avec un risque pourtant très limité, alors même que c'est la fonction première de la banque, accompagner l'économie réelle, et non pas jouer avec des milliards avec des ordinateurs ultra-puissants sur des marchés boursiers virtuels.

 

En 2016, voire avant, votre compte en banque pourra servir à sauver une banque dont les turpitudes dans l'économie virtuelle auront précipité sa chute. A vous de voir si vous vous sentez solidaire.

 

Moi, pas.

 

Source : fr.finance.yahoo.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 14:59

 

Source : www.afrik.com

 

Maroc : les violeurs ne pourront plus épouser leurs victimes

L’article 475 du code pénal marocain permettait, jusqu’à présent, aux agresseurs sexuels d’épouser leurs victimes afin d’échapper à la prison. Mais une loi proposée par le PAM met un terme à cette alternative.

Au Maroc, les violeurs n’auront plus la possibilité d’épouser leurs victimes. La commission de justice à la Chambre des représentants a adopté mercredi un amendement de l’article 475 du code pénal. Le groupe parlementaire du PAM avait déposé en ce sens un projet de loi pour la suppression de l’alinéa 2. Il permet aux agresseurs sexuels d’épouser leurs victimes comme solution alternative à la prison.

« Lorsqu’une mineure nubile ainsi enlevée ou détournée a épousé son ravisseur, celui-ci ne peut être poursuivi que sur la plainte des personnes ayant qualité pour demander l’annulation du mariage et ne peut être condamné qu’après que cette annulation du mariage a été prononcée ». C’est donc ce texte de l’article 475 qui sera supprimé après l’adoption de l’amendement en plénière.

La mort d’Aminal Al Filali, cette jeune fille de 15 ans violée qui avait reçu l’obligation d’épouser son bourreau avant de se suicider le 10 mars 2012 pour échapper à cette double peine, avait relancé le débat. C’est donc une première victoire pour les défenseurs des droits humains et de la femme au Maroc, même si le combat est encore loin d’être gagnée.

En revanche, l’amendement du durcissement des peines d’emprisonnement contre les violeurs des filles mineures d’« un à cinq ans » à « dix ans », tel qu’il figurait dans le texte initial présenté par le groupe des députés du PAM le 26 juin 2012, a été rejeté, rapporte Yabiladi. La peine d’emprisonnement restera donc d’un à cinq ans maximum.

Les ONG demandent au Premier ministre, Abdelilah Benkirane, d’accélérer la procédure législative car l’urgence est désormais d’empêcher que ne se réalise le même scénario de l’affaire Amina Al Filali avant le passage de la loi pour la suppression de l’alinéa 2.

 

Source : www.afrik.com

 


 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 14:43

 

Source : www.lepoint.fr

Le Point.fr - Publié le 04/03/2013 à 13:40 - Modifié le 05/03/2013 à 09:20

Le ministère israélien des Transports a annoncé la création de nouvelles lignes exclusivement réservées aux travailleurs palestiniens qui se rendent en Israël.

Des Palestiniens à bord d'un bus israélien qui leur est exclusivement réservé, ce lundi 4 mars. Des Palestiniens à bord d'un bus israélien qui leur est exclusivement réservé, ce lundi 4 mars. © MENAHEM KAHANA / AFP

S'il ne s'agit pas officiellement de ségrégation raciale, cela en a tout l'air. Le ministère israélien des Transports a annoncé dimanche la création de nouvelles lignes de bus exclusivement réservées aux usagers palestiniens travaillant dans l'État hébreu. La mesure concerne les lignes qui partent du point de passage d'Eyal, situé près de la ville palestinienne de Qalqilya, et qui rejoignent la métropole de Tel-Aviv. Elle touche toutes les populations arabes de Cisjordanie bénéficiant de permis pour travailler quotidiennement dans l'État hébreu.

Officiellement, c'est le bien-être des Palestiniens qui est visé. "Le plan vise à faciliter le déplacement des passagers palestiniens et à leur offrir une solution face aux compagnies de bus pirates, qui leur soutirent des prix exorbitants", explique dans un communiqué la compagnie israélienne Afikim, qui gère les lignes de bus entre Cisjordanie et Israël. D'après le ministère israélien des Transports, des prix "spécialement bas" oscillant entre 1 et 2 euros leur seront proposés, soit bien moins que les 8 euros que certains Palestiniens doivent parfois débourser en empruntant des compagnies privées.

Pression des colons

Outre l'amélioration du confort de vie des Palestiniens, la décision vise aussi à désencombrer un réseau devenu surchargé pour les utilisateurs juifs. Ainsi, une source ministérielle israélienne évoque au quotidien populaire Yedioth Aharonoth le grand nombre de plaintes déposées par des usagers israéliens mécontents à cause de la surpopulation des bus qui force les chauffeurs à ne pas marquer l'arrêt dans plusieurs stations. "Les nouvelles lignes vont réduire la charge qui s'est formée sur le réseau de bus, résultat de l'augmentation du nombre de permis de travail accordés aux Palestiniens", affirme le communiqué ministériel.

D'après le quotidien israélien Haaretz, la décision résulte avant tout des pressions exercées sur le gouvernement par les colons israéliens de Cisjordanie. D'après ce journal, l'ancien maire de la colonie d'Ariel, Ron Nahman, ainsi qu'un dirigeant local de la colonie de Karnei Shomron se sont élevés en novembre dernier contre le risque sécuritaire posé par la présence d'utilisateurs arabes dans les bus empruntés par les colons. Le ministère israélien des Transports fait pour sa part état de plusieurs incidents impliquant des passagers juifs et arabes dans les cars en provenance de Cisjordanie. Quelque 520 000 Israéliens peuplent aujourd'hui des colonies situées dans les Territoires palestiniens et considérées comme illégales en vertu du droit international. Et l'annonce en décembre dernier de la construction de nouvelles "implantations" israéliennes en Cisjordanie va encore augmenter leur nombre.

Palestiniens débarqués

Si les explications gouvernementales sur le but des nouvelles lignes de bus se veulent rassurantes, les précisions apportées par les conducteurs de ces mêmes bus le sont beaucoup moins. Plusieurs d'entre eux affirment au Yedioth Aharonoth que les passagers palestiniens qui refuseront d'emprunter les nouveaux "bus palestiniens" seront priés de quitter les bus dits "mixtes". "À partir de cette semaine, des contrôles seront menés aux checkpoints (point de contrôle) et il sera demandé aux Palestiniens de prendre leur propre bus", affirme au quotidien israélien un conducteur de la compagnie Afikim.

Côté gouvernemental, on assure pourtant qu'il est "interdit d'empêcher tout passager d'embarquer à bord d'une ligne publique de transport" en Israël. Le ministère des Transports ajoute que la création des nouvelles "lignes palestiniennes", considérées comme "lignes de bus générales", a été portée à la connaissance des Palestiniens et a en outre bénéficié de leur "accord complet". Il est vrai que la nouvelle mesure n'a été annoncée qu'en Cisjordanie. D'après le Yedioth Aharonoth, de nombreux flyers ont été distribués dans les villages palestiniens, exhortant les usagers arabes à n'emprunter que les lignes qui leur sont réservées.

Déploiement policier

"Créer des lignes de bus séparées pour les juifs israéliens et les Palestiniens est révoltant", s'est insurgée dimanche à la radio militaire Jessica Montell, directrice de l'ONG israélienne pour les droits de l'homme B'Tselem. "C'est tout simplement du racisme. Un tel plan ne peut se justifier par des besoins sécuritaires ou des questions de surpopulation", a ajouté la militante. Pour l'heure, la police israélienne opérant en Cisjordanie a annoncé le déploiement de forces additionnelles de maintien de l'ordre au point de passage d'Eyal. Interrogées par le Yedioth Aharonoth, des sources policières ont confirmé que les usagers palestiniens refusant de monter à bord des nouveaux bus ne seraient pas exclus, tout en ajoutant que leurs forces "feront de leur mieux pour exécuter la décision ministérielle".

Le récent témoignage de la militante israélienne Ofra Yeshua-Lyth, membre de l'ONG Machsom Watch et passagère du bus 286 entre Tel-Aviv et la Cisjordanie, sonne comme un mauvais présage : "L'officier de police, le sergent major Shai Zecharia, a arrêté le bus à une station. Les soldats ont alors ordonné aux Palestiniens de descendre", raconte-t-elle au quotidien Haaretz. "La première chose qu'ils ont faite a été de collecter leurs cartes d'identité. Un par un, les Palestiniens ont été sommés de quitter la station de bus et de rejoindre à pied le point de contrôle Azzun Atma, qui se trouvait à 2,5 km de l'interconnexion Shaar Shomron." Pour seule explication, l'officier de police leur a lancé : "Vous n'êtes pas autorisés [à voyager] sur l'autoroute 5. Vous devriez voyager dans des vans spéciaux, pas sur des bus israéliens."

 

Source : www.lepoint.fr

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Palestine
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 14:26

 

 

Source : www.franceinfo.fr

 

 

Danemark : le bonheur de payer des impôts

le Lundi 13 Janvier 2014 à 05:25
Lecture
Partager

 

 

(Ré)écouter cette émission 

 

 

D'après l'OCDE, le Danemark est le pays de l'Union européenne où la pression fiscale est la plus forte, devant la Belgique et la France. Et pourtant 80 % des Danois trouvent normal de payer des impôts, ils sont même 12 % à trouver qu'ils n'en paient pas assez. 

 

Skat : le trésor public danois © DR


"C'est tout à fait normal de payer 50 % d'impôts parce qu'il y a des services publics de qualité, parce qu'il y a une place en crèche quand on en a besoin. Payer des impôts pour avoir ces services, pour soi et pour les autres, c'est tout à fait normal", assène Mona. 

 

Cette Danoise d'une trentaine d'années n'a rien d'une excentrique : difficile au Danemark de trouver des contribuables qui pestent contre les impôts. Il y a bien un débat sur la pression fiscale alimenté par les groupes de réflexion libéraux et  le parti conservateur. Mais à une très grande majorité, les Danois se disent satisfaits de payer des impôts.

 

Tous payent des impôts

Une des explications, c'est qu'au Danemark l'impôt sur le revenu est beaucoup plus indolore qu'en France : ici tout est prélevé à la source, directement sur la feuille de salaire. Il n'y a donc rien à redonner au fisc. Un système simple, efficace d'autant que dans le petit royaume scandinave, il n'y a ni niches fiscales, ni exonérations.

 

Tout le monde paie des impôts : les salariés, les retraités, les chômeurs et même les étudiants comme Ida, 21 ans, en deuxième année d'école de commerce : "Je touche l'allocation étudiante, c'est 760 euros par mois. Et dessus je suis imposée à 8 %... Et je trouve ça bien. Nous avons tellement d'aides sociales, d'avantages : on peut aller gratuitement à l'hôpital, le médecin est gratuit, l'école est gratuite. On reçoit même de l'argent pour faire des études....Ca n'existe pas dans beaucoup d'autres pays...alors payer des impôts je trouve vraiment ça bien."


Un État très généreux

Si les Danois sont des contribuables modèles, c'est que leurs impôts financent un État providence très généreux : tous les étudiants, quel que soit le revenu de leurs parents, ont droit à une bourse,  le congé maternité est d'un an, presque tous les enfants ont une place en crèche.

 

Il vaut mieux que les Danois aiment payer leurs impôts car ils en paient beaucoup : jusqu'à 60% de leurs revenus, sans compter une TVA à 25% même sur les produits de nécessité, quant aux voitures elles sont taxées à 180% ! Mais pour faire passer cette pilule fiscale, les Danois ont un secret : dans leur langue impôt se dit "Skat", c'est le  même mot que pour dire "chéri". 

 

 

Source : www.franceinfo.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 20:21

 

 

 

             Download.html?IDMSG=3689&PJRANG=2&NAME=&  

La lettre d’ATTAC Nîmes
 
Janvier 2014

  
Sommaire :
 
1/ Bonne année 2014 !
2/ Vous adhérez aux idées d’ATTAC…en 2014,#message adhérez à ATTAC ! 
3/ Samedi 18 janvier : nouvelle action d’appel à boycott d’Unilever en soutien aux salariés de FRALIB (Thé l’Eléphant) : besoin de monde !
4/ IMPORTANT ! Jeudi 23 janvier à 18h30 (Nîmes): réunion en vue de la création d’un collectif « anti GMT/TAFTA* »,#message contre le projet de Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement
5/ Prochaine réunion mensuelle du groupe ATTAC Nîmes : mardi 14 janvier à 19h
6/ MARS ATTAC 2014 – 7e édition du 26 mars au 1er avril
7/ Communiqués d’ATTAC France et d’ATTAC Europe : réforme bancaire / Irlande / mediapart
8/ « Il faut renoncer à la croissance économique »,#message dit Thomas Coutrot,#message porte-parole d’Attac
9/ Les 15 ans d’ATTAC – courtes vidéos d’Edwy Plenel et d’HK et les déserteurs 
10/ Nouveau site ATTAC France !
11/ Réforme fiscale : 360 milliards d'euros pour un vrai débat
12/ Démosphère Gard-Cévennes,#message l’agenda participatif en ligne,#message une adresse à retenir et à faire connaître…
13/Et toujours : pour recevoir les infos d’ATTAC France et les meilleurs émissions à la télé,#message ATTAC pour les Nuls,#message les lectures ATTAC,#message pour voir ou revoir le documentaire « Goldman Sachs,#message la banque qui dirige le monde »,#message pour changer de banque…
1/ Bonne année 2014 !
 
ATTAC Nîmes vous souhaite une très bonne année 2014 ! Pour cela, nous souhaitons vous faire partager les beaux vœux d’Ariane Mnouchkine pour cette nouvelle année :
 
Les vœux de l’an 2014 d'Ariane Mnouchkine :
 
« Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,
 
À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur.
Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaité-je vraiment ?
Je m’explique :
Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.
D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.
Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.
Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain. Le chantier des chantiers.
Ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit Au Public“
Je crois que j’ose parler de la démocratie.
Etre consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout.

 

2/ Vous adhérez aux idées d’ATTAC…en 2014, adhérez à ATTAC !
 
Attac ? Pourquoi faire ?  
  
Rêvons un peu : la finance a été domestiquée, les banquiers ont arrêté de spéculer avec nos dépôts et sont revenus à leurs vrais métiers, gérer nos comptes et financer les productions utiles. Ils se sont même mis à privilégier l'emploi et les projets écologiques !
  
A Attac, on aurait bien aimé… ranger nos drapeaux et faire la fête dans un monde enfin engagé dans la transition écologique et sociale. Mais c'est ainsi, il va falloir encore lutter. Depuis 15 ans qu'on se démène contre la dictature de la finance, on a bien avancé dans la bataille des idées, mais la finance est plus puissante et prédatrice que jamais. Alors on continue ! Mais on fait la fête aussi, parce que sans ça la vie n'aurait pas de sens…
 
Adhérer à Attac c’est se donner les moyens d’agir et de participer à la construction d’une dynamique rassembleuse pour une véritable alternative.

Adhérer à Attac c’est un choix politique pour la mise en mouvement de toutes et tous pour une société solidaire, démocratique, écologique et féministe.

En 2014, comme 50 000 personnes dans plus de 40 pays… rejoignez un réseau altermondialiste, national, européen et international !

 
Attac étant reconnue association d’utilité publique, 66% de votre adhésion auprès d’Attac sera déductible de vos impôts (pour les personnes imposables).

Download.html?IDMSG=3689&PJRANG=3&NAME=a
 

 
3/ Samedi 18 janvier : nouvelle action d’appel à boycott d’Unilever en soutien aux salariés de FRALIB (Thé l’Eléphant) : besoin de monde !

 
Soutien aux salariés de Fralib de Gémenos. Attac sera sur la piste des éléphants !

Download.html?IDMSG=3689&PJRANG=4&NAME=f

  
 
A l’appel des Fralib, le samedi 18 janvier 2014 est la seconde journée de mobilisation contre le groupe Unilever.
 
Avec les Fralib, Attac s'engage pour libérer l'Eléphant !
 
Des représentant-e-s du mouvement social, politique et intellectuel ont décidé, en accord avec les salariés de Fralib (à Géménos près de Marseille), de lancer un appel à la mobilisation citoyenne le samedi 18 janvier prochain dans les supermarchés de France pour populariser l'appel au boycott de Fralib.
Il s'agit de contraindre par la pression citoyenne la multinationale Unilever à rendre possible le lancement du projet de SCOP (coopérative de production) élaboré par les salariés de Fralib. Concrètement, les Fralib demandent de pouvoir récupérer la marque Eléphant (abandonnée par Unilever). 
 
Après le succès de la journée du 7 décembre, une nouvelle action (en cours de préparation) se déroulera dans un supermarché de Nîmes le samedi 18 janvier à partir de 14h30 (prévoir 2 heures environ).
Merci aux personnes intéressées de se faire connaître : nimes@attac.org / 04 66 38 22 95 (Loïc)
Nous avons  besoin de monde pour cette action nécessaire et conviviale : n'hésitez pas à vous joindre à l'évènement !
 
 
Pour plus d’informations et pour voir les marques du groupe Unilever à boycotter: 
 
> Los Fralibos - les salariés de Fralib chantent leur lutte :
 
> La solution alternative de reprise:
4/ IMPORTANT !
Jeudi 23 janvier à 18h30 (Nîmes): réunion en vue de la création d’un collectif « anti GMT/TAFTA* », contre le projet de Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement
 
Réunion ouverte à tou-te-s !
 
Afin d’échanger sur le sujet du Grand marché transatlantique(*), sur les très graves menaces qu’il fera peser dans de nombreux secteurs et surtout afin d’envisager ensemble les réactions et les mobilisations à venir, nous vous invitons
 
le jeudi 23 janvier à 18h30
au centre Pablo Neruda (salle 2) à Nîmes, 1 place Hubert Rouger
 
à une réunion dont l'objet sera d'échanger sur la création nécessaire d'un collectif anti GMT/TAFTA
 
En 2013, l’UE et les Etats-Unis ont entamé des négociations en vue de conclure un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement. Ce serait l’un des accords de libre-échange et de libéralisation de l’investissement les plus importants jamais conclus, représentant la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux.
Or il se négocie dans l’opacité la plus totale, alors que cet accord pourrait avoir des conséquences considérables dans bien des domaines (agriculture, énergie, internet, services,…). Il vise en effet le démantèlement ou l’affaiblissement de toutes les normes qui limitent les profits des entreprises, qu’elles soient européennes ou états-uniennes et inscrit le droit des multinationales au dessus de celui des Etats.
Nous devons faire dérailler ces négociations pour stopper le projet d’accord !
Pour en savoir plus sur le sujet, vous trouverez ci-après un point sur les risques liés à l’application de cet accord commercial ainsi qu’un lien vers le site d’ATTAC Nîmes où sont mis en ligne :
-        un diaporama de Raoul Marc Jennar, qui avait déjà fait un très appréciable travail du genre au moment du Traité constitutionnel européen ;
-        l’enregistrement audio de la présentation de Frédéric Viale d’ATTAC France lors de sa venue à Nîmes sur ce sujet le 29 novembre.
 
D’autres informations sont également disponibles sur le site d’ATTAC France (dont le Guide de navigation pour affronter le grand marché transatlantique):
 
Nous avons refusé en son temps l’AMI (Accord multilatéral sur l’investissement), et nous avons obtenu l’arrêt des négociations. Nous refusons ce projet !
 
(*) GMT ou TAFTA (Trans-Atlantic Free Trade Agreement) ou TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership) ou encore PTCI (Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement)
5/ Prochaine réunion mensuelle du groupe ATTAC Nîmes : mardi 14 janvier à 19h
 
Attention, exceptionnellement cette réunion se tiendra le 14 janvier. A partir de février, les réunions mensuelles du groupe ATTAC Nîmes reprendront le 3e mardi de chaque mois (mardi 18 février, etc).
 
Réunion du CA (conseil d’administration) d’ATTAC Nîmes : pour participer à la vie de l’association au niveau local et décider des initiatives locales.
Au 6, rue Porte d’Alès (1er étage) à Nîmes.
Réunion qui se finit en une conviviale « auberge espagnole » : chacun amène de quoi grignoter, boire un coup et on partage tout.
Ces réunions sont ouvertes à tout le monde.
 
N’hésitez pas à venir nous rencontrer, l’actualité est chargée,
tous les coups de main seront les bienvenus !
6/ MARS ATTAC 2014 – 7e édition du 26 mars au 1er avril
 
7e édition (déjà !) en cours de préparation dans nos meilleurs chaudrons…
Réservez ces dates dans vos agendas !
A bientôt pour de plus amples nouvelles.
7/ Communiqués d’ATTAC France et d’ATTAC Europe
 
> Union bancaire européenne : une réforme qui passe à côté de l’essentiel
vendredi 20 décembre 2013, par Attac France
 
Les ministres européens des finances viennent de conclure un accord pour la mise en place de l’union bancaire, présentée comme une « relance de l’Europe » et un « saut décisif pour sauver l’euro ».
Ce nouveau dispositif de régulation bancaire ne s’attaque pas aux causes de la crise de l’euro, il les aggrave. Il n’empêchera pas les crises bancaires futures car il ne remet pas en cause le fonctionnement actuel des banques, dominé par la spéculation.
La suite :
 
 
> La « success story » irlandaise est une escroquerie, champagne pour les banques !
mardi 31 décembre 2013, par Attac d’Europe
 
Le 15 décembre 2013, l’Irlande est devenue le premier pays à sortir d’un programme de « sauvetage » de la Troïka - Commission européenne, Banque centrale européenne et FMI. Au moment où les élites politiques européennes sablent le champagne en l’honneur du « succès » irlandais, Attac publie une étude inédite à partir de chiffres officiels jusqu’ici dispersés.
Alors que l’Irlande a reçu 67,5 milliards € de prêts pour son renflouement depuis la fin de 2010, le pays a transféré un montant total de 89,5 milliards € à son secteur financier au cours de la même période. 55,8 de ces milliards sont tombés dans les poches des banques créancières, toutes étrangères et certaines françaises.
L’étude confirme que la situation économique et sociale de l’Irlande demeure désastreuse : ces milliards n’ont en rien profité aux Irlandais, broyés par la politique d’austérité infligée à leur pays pour payer ces dettes illégitimes.
L’étude publiée aujourd’hui par le réseau des Attac d’Europe a été coordonnée par Attac Autriche et Attac Irlande.
 
 
> Soutenons Médiapart - Appel pour l'égalité fiscale

 

 
Médiapart est dans la ligne de mire des oligarques de Bercy. Ils n'ont pas digéré l'affaire Cahuzac ni les analyses acérées de Médiapart sur leurs complaisances envers leurs amis banquiers. Depuis vendredi 20 décembre des agents du fisc sont dans les locaux de Médiapart pour un redressement fiscal visant à appliquer un taux de TVA à 19,6% à la presse en ligne alors que la presse écrite, par ailleurs largement subventionnée, est soumise au taux de 2,1%.
Un appel de soutien est à signer en ligne ; nous appelons tous les adhérents et sympathisants d'Attac à le signer et à le faire circuler autour d'eux.
 
Le bureau d'Attac France
Paris, le 23 décembre 2013
 
8/ « Il faut renoncer à la croissance économique », dit Thomas Coutrot, porte-parole d’Attac
 
Attac a quinze ans. Mouvement au coeur de l’altermondialisme, son histoire en reflète les échecs et les succès. Son porte-parole, Thomas Coutrot, raconte comment l’écologie est entrée dans le logiciel du mouvement, et évoque l’explosion du système du fait du blocage du capitalisme.
 
Entretien avec Thomas Coutrot, ATTAC France. Propos recueillis par Hervé Kempf de Reporterre.
Voir en ligne : article sur Reporterre

9/ Les 15 ans d’ATTAC – courtes vidéos d’Edwy Plenel et d’HK et les déserteurs :
 
Deux nouvelles vidéos bien sympas à propos des 15 ans d’Attac:
 
-        Edwy Plenel
 
-        HK et les Déserteurs
 
Les autres vidéos pour cette occasion à retrouver ici : http://local.attac.org/attacnimes/?Les-15-ans-d-ATTAC
10/ Nouveau site ATTAC France !
Allez donc vous y promener pour découvrir les nouveautés en ligne : http://france.attac.org/
11/ Réforme fiscale : 360 milliards d'euros pour un vrai débat
 
360 milliards d'euros pour un vrai débat :
Plus d’infos ici :
12/ Démosphère Gard-Cévennes, l’agenda participatif en ligne, une adresse à retenir et à faire connaître…
 
Beaucoup d’autres dates à aller voir sur Démosphère Gard-Cévennes, l’agenda participatif en ligne…
L’actualité est riche et variée : il y en a pour tous les goûts !
De plus en plus de rendez-vous sur ce site de plus en plus consulté mais dont beaucoup ignorent encore l’existence…et pourtant, quel outil !
Démosphère, parlez-en autour de vous !
Un lien à conserver et à faire connaître :http://gard.demosphere.eu/
13/ Et toujours :
 
> Pour recevoir directement la lettre d’ATTAC Nîmes (1 à 2 par mois en général), merci de nous le demander en écrivant à nimes@attac.org
 
> Pour recevoir les infos d’ATTAC France :
Il existe 2 listes auxquelles vous pouvez vous inscrire :
 > La Lettre générale :
Liste de diffusion générale d'Attac France. Vous recevrez directement les communiqués, déclarations et autres informations de l’association (en moyenne 3 à 4 messages par semaine).
 > La revue du Conseil Scientifique :
Nouvelle revue « les possibles » gratuite et trimestrielle à l’initiative du Conseil Scientifique d’Attac France et de ses membres.
 
> Pour recevoir une sélection des meilleurs documentaires et films (pour qui n’a pas encore jeté sa télé…)
Super initiative prise par un copain d’ATTAC Isère - St Marcellin : inscrivez-vous et vous recevrez une sélection des meilleurs documentaires et films programmés à la télé.
Pour s’inscrire, rien de plus simple : https://list.attac.org/wws/subscribe/cinema.attac38
 
 > Les lectures ATTAC :
Les dernières parutions :
-        Petit manuel de la transition, pour toutes celles et ceux qui aimeraient mais doutent qu’un autre monde soit possible (ATTAC) NOUVEAU !
-        Leur dette, notre démocratie (ATTAC) NOUVEAU !
-        Changer l’Europe ! (les économistes atterrés)
-        Leur dette, notre démocratie (ATTAC)
-        Le féminisme pour changer la société (ATTAC – Fondation Copernic)
-        La richesse, la valeur et l'inestimable - fondements d'une critique socio-écologique de l'économie capitaliste (Jean-Marie Harribey)
-        L’Europe mal-traitée (les économistes atterés)
-        La nature n’a pas de prix ! Les méprises de l’économie verte (ATTAC)
-        15 idées reçues sur la fiscalité (ATTAC)
-        Le piège de la dette publique, comment s’en sortir (ATTAC)
Plus d’infos et les autres livres conseillés : http://www.france.attac.org/livres
 
 > Visitez le site d’ATTAC France !
Régulièrement des nouveautés en ligne, de nouvelles courtes vidéos, interviews, communiqués…sur http://www.france.attac.org/
 
> Le coin vidéo :
- nouvelles vidéos en ligne dont les interviews d’ATTAC TV France à l’Université d’été d’Attac France à Nîmes en juillet 2013 !
Conférences filmées et les toutes dernières courtes interviews d’ATTAC TV France (souvent de 2 à 4 minutes) :
 
- « Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde » (diffusion Arte)
Depuis cinq ans, Goldman Sachs incarne les excès et les dérives de la spéculation financière. Anatomie d’un pouvoir qui ne connaît ni frontières ni limites et menace directement les démocraties.
 
- « Ne vivons plus comme des esclaves » (Grèce) : Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’utopies en marche, venu de la mer Égée. A voir ici : http://nevivonspluscommedesesclaves.net/
 
> Changer de banque ?
Les banques françaises au banc d’essai par ATTAC et les Amis de la Terre :
Synthèse du rapport :
 
> « ATTAC pour les Nuls » par notre groupe local.
N’hésitez pas à le faire connaître !
> Quelques bonnes sources d’informations :
 
% Deux blogs à suivre de près :
• Blog de Jean-Marie Harribey (ex-co-président d’ATTAC France, membre du Conseil Scientifique d’ATTAC France et co-président des Economistes Atterrés) : http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey/
 
• Blog de Jean Gadrey (économiste, membre du Conseil Scientifique d’ATTAC France et auteur de « Adieu à la croissance ») : http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/
 
% BASTA ! sur bastamag.net !
Inscrivez-vous pour recevoir la lettre mensuelle de Basta (inscription gratuite mais soutien possible). De très bons articles sur les questions environnementales et sociales, à découvrir d’urgence si ce n’est déjà fait !
Par exemple, la dernière livraison de novembre : http://www.bastamag.net/newsletter201.html
 
% Rezo.net :
Une sélection des meilleurs articles de la presse, des blogs, des dépêches…
 
% Politis :
Hebdomadaire qui est aussi un des membres fondateurs d’ATTAC.
Dans toutes les bonnes librairies ou sur le net sur abonnement.
 
% Emission radio « là-bas si j’y suis » (France inter – Daniel Mermet) :
Toutes les émissions depuis 2002 à retrouver sur ce site : http://www.la-bas.org/
Classement par date, par thème, par popularité,…une mine d’informations !



Download.html?IDMSG=3689&PJRANG=2&NAME=&        
Pour recevoir directement les infos d'attac Nîmes, merci de nous laisser votre adresse à  nimes@attac.org site ATTAC France : http://france.attac.org site ATTAC Gard : http://local.attac.org/attacnimes

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 20:10

 

Transmis par "Les alternatifs30"

 

Pour communiquer vos dates, contacter : 

30@alternatifs.org

 jmarneguy@wanadoo.fr

 

 

 

 

 LES INDIGNE/E/S -  AG chaque mercredi 18h et samedi  13h  Maison Carrée

 

Mercredi 18h RESF Nîmes au local de l’APTI

 

Agenda Démosphère Gard-Cévennes http://gard.demosphere.eu

 

 


Dates

Evènement

Lieu

heure

Mardi 14/1

UCCN Conf  « Morale et laïcité » avec P.Dharréville

IUFM Nîmes

18h30 à 20h30

Jeudi 16/1

Réunion de ENSEMBLE Nîmes

Local GA/NPA

18h30

Jeudi 16/1

Conférence de S.Mazauric, professeur « Diderot, l’Encyclopédie et les sciences »

Carré d’Art salle de Conf Niveau -1

18 à 20h

Vendredi 17/1

Collectif notre Dame des Landes Nîmes

Les Ramblas

18h

Samedi 18/1

Inauguration du local de Campagne de « VIVONS Nîmes ENSEMBLE » et Vœux aux Nîmoises, Nîmois

Place de la Révolution

A partir de 11h

Samedi 18/1

Action de soutien aux FRALIB de Gémenos Thé ELEPHANT (contacts ATTAC Nîmes)

Nîmes

14h30

Samedi 18/1

ENERCOOP : Ne plus financer le nucléaire, c’est possible : énergies renouvelables .RV de la Maison de l’Energie

Le Vigan

14h à 21h ++

Du lundi 20/1 au 30/1

Inauguration à l ‘ATRIA 19h Festival international de films des Droits de l’Homme avec Secours Catholique/Amnesty International/ ACAT/ OIP/ LDH : 21/1 :One day after peace/22/1 ;Bakoroman / 24/1 Le Déménagement Contacts :0670841023

Nîmes /Alès/St Hyppolte du fort/ Bagnols sur Cèze

Pablo Neruda 20h

Mardi 21/1

Réunion publique Comité de quartier Gambetta et Vœux du Comité

Bar le KARLSON

18h

Mardi 21/1

Café du  Peuple :Eco-construction, matériaux locaux et biosources. Réunion du SEL

Instant T/ 2 rue Racine

19h

Jeudi 23/1

Réunion autour du Grand Marché Transatlantique et création du Collectif anti GMT/ TAFTA

Centre Pablo Neruda

18h30

Vendredi 24/1

Projection/débat Film palestinien « ROUTE 60,un itinéraire au-delà des frontières »présence réalisateur Alaa Ashkar ,avec AFPS/UJFP/ Femmes en Noir/LDH Russan/Ste Anastasie

Centre Social Valdegour 4 place Avogadro

19h

Samedi 25/1

-Femmes en Noir pour la Palestine

-AFPS : soutien au peuple Palestinien

Place de l’horloge

Carré d’Art

11 à 12h

15 à 17h

Vendredi 31 et samedi 1 /2

1ère rencontre internationale Europe -

Méditerranée « l’Economie des travailleurs »

Dans usine occupée des FRALIB Gémenos/Aubagne

Dès 10H++

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 18:17

 

 

 

A Niîmes : Samedi 18 janvier : nouvelle action d’appel à boycott d’Unilever
en soutien aux salariés de FRALIB (Thé l’Eléphant) : besoin de monde !
     
Soutien aux salariés de Fralib de Gémenos. Attac sera sur la piste des éléphants !
A l’appel des Fralib, le samedi 18 janvier 2014 est la seconde journée de mobilisation contre le groupe Unilever.
Avec les Fralib, Attac s'engage pour libérer l'Eléphant !
Des représentant-e-s du mouvement social, politique et intellectuel ont décidé, en accord avec les salariés de Fralib (à Géménos près de Marseille), de lancer un appel à la mobilisation citoyenne le samedi 18 janvier prochain dans les supermarchés de France pour populariser l'appel au boycott de Fralib.
Il s'agit de contraindre par la pression citoyenne la multinationale Unilever à rendre possible le lancement du projet de SCOP (coopérative de production) élaboré par les salariés de Fralib. Concrètement, les Fralib demandent de pouvoir récupérer la marque Eléphant (abandonnée par Unilever).
Après le succès de la journée du 7 décembre, une nouvelle action (en cours de préparation) se déroulera dans un supermarché de Nîmes le samedi 18 janvier à partir de 14h30 (prévoir 2 heures environ).
Merci aux personnes intéressées de se faire connaître : nimes (at) attac.org
Nous avons besoin de monde pour cette action nécessaire et conviviale : n'hésitez pas à vous joindre à l'évènement !

Pour plus d’informations et pour voir les marques du groupe Unilever à boycotter:
https://blogs.attac.org/liberez-l-elephant/article/le-samedi-18-janvier-nouveau

> Los Fralibos - les salariés de Fralib chantent leur lutte :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=A3KqeXcgy4w

 

 
A Niîmes : Samedi 18 janvier : nouvelle action d’appel à boycott d’Unilever en soutien aux salariés de FRALIB (Thé l’Eléphant) : besoin de monde ! Soutien aux salariés de Fralib de Gémenos. Attac sera sur la piste des éléphants ! A l’appel des Fralib, le samedi 18 janvier 2014 est la seconde journée de mobilisation contre le groupe Unilever. Avec les Fralib, Attac s'engage pour libérer l'Eléphant ! Des représentant-e-s du mouvement social, politique et intellectuel ont décidé, en accord avec les salariés de Fralib (à Géménos près de Marseille), de lancer un appel à la mobilisation citoyenne le samedi 18 janvier prochain dans les supermarchés de France pour populariser l'appel au boycott de Fralib. Il s'agit de contraindre par la pression citoyenne la multinationale Unilever à rendre possible le lancement du projet de SCOP (coopérative de production) élaboré par les salariés de Fralib. Concrètement, les Fralib demandent de pouvoir récupérer la marque Eléphant (abandonnée par Unilever). Après le succès de la journée du 7 décembre, une nouvelle action (en cours de préparation) se déroulera dans un supermarché de Nîmes le samedi 18 janvier à partir de 14h30 (prévoir 2 heures environ). Merci aux personnes intéressées de se faire connaître : nimes (at) attac.org Nous avons besoin de monde pour cette action nécessaire et conviviale : n'hésitez pas à vous joindre à l'évènement ! Pour plus d’informations et pour voir les marques du groupe Unilever à boycotter: https://blogs.attac.org/liberez-l-elephant/article/le-samedi-18-janvier-nouveau > Los Fralibos - les salariés de Fralib chantent leur lutte : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=A3KqeXcgy4w > La solution alternative de reprise: http://www.autogestion.asso.fr/wp-content/uploads/2012/05/Fralib-solution-alternative-201205.pdf
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22