Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 17:37

 

Source : www.greenetvert.fr

 

De la Chine, l’imprimante à l’eau. Contre la pollution et la déforestation

Chine / 05.02.2014 / Asie

 


La méthode, mise au point par un groupe de chercheurs asiatiques, permettra d’imprimer sans utiliser d’encre. Le texte est supprimé dans les 24 heures et la carte peut être recyclée 

 


© Loty

 

Il était une fois l’encre invisible avec lequel les adultes et les enfants s’amusaient à faire des blagues et se moquer des amis. Personne n’a jamais pensé, cependant, que le même processus chimique pourrait être utilisée pour défendre l’environnement et faire quelque chose de bon pour la planète, au moins jusqu’à aujourd’hui.

 

Les inventeurs de l’imprimante à l’eau.

Développé par des chimistes de l’Université de Jilin, province de Chine, cette imprimante révolutionnaire utilise réellement l’eau à la place de l’encre classique, avec l’avantage que dans les 24 heures, le papier est blanc à nouveau et peut ensuite être réutilisé.

Une innovation qui peut aider à combattre dans le même temps, l’une des principales causes de la pollution (l’encre) et l’un des principaux problèmes environnementaux (déforestation). Les statistiques disent en fait que 40% de papier de bureau atteint la poubelle après une seule utilisation, quand il pourrait être utilisé pour de nombreuses fois encore.

La merveille, dans ce cas, n’est pas dans l’imprimante, mais dans un papier spécial qui est traité avec un produit chimique spécial (le oxazolidina). Le papier, en contact avec l’eau, est coloré pour une période d’environ 22 heures fournissant, selon les chercheurs, une rédaction claire à un coût égal à un centième par rapport à celles des imprimantes à jet d’encre. Sans perte de qualité et de solidité du papier. Et pourquoi pas, avec d’importantes économies pour les entreprises.

Selon l’étude, publiée dans la revue scientifique Nature Communications, le papier est absolument sûr, mais des tests de laboratoire sont en cours pour prouver la toxicité possible.

 

 

Source : www.greenetvert.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 17:26

 

Source : www.infogm.org

 

Que dit l’étiquetage « avec ou sans OGM » en France et en Europe ?

Inf’OGM, août 2013

En France, il existe deux types d’étiquetage en ce qui concerne les OGM : un étiquetage obligatoire des produits contenant des OGM, défini par la législation européenne, et un étiquetage volontaire des produits « sans OGM », défini par un décret français adopté en 2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Doivent être obligatoirement étiquetés tous les produits qui contiennent plus de 0,9% d’OGM par ingrédient. C’est le règlement européen 1829/2003 qui l’impose.

Mais il existe des exceptions :
- les produits issus d’animaux nourris au OGM (œufs, lait, viande, poisson...) ;
- les OGM cachés, c’est-à-dire qui sont issus d’une manipulation génétique mais qui échappent à la réglementation européenne (mutagénèse, fusion cellulaire...) ;
- les restaurants et cantines n’ont pas l’obligation d’informer les consommateurs s’ils utilisent des OGM dans leur menu.

En Europe, il est plutôt rare de trouver des produits qui sont concernés par cet étiquetage, seulement une trentaine de références : la grande distribution les a en effet retirés des rayons face aux refus des consommateurs.

Il existe également un étiquetage volontaire concernant les produits « sans OGM ». Cet étiquetage est français, mais l’Allemagne et l’Autriche ont également mis en place un étiquetage similaire (Ohne Gentechnik).
Le « sans OGM » français concerne :
- les produits végétaux « sans OGM < à 0,1% » ;
- la viande ou le poisson issus d’animaux « nourris sans OGM < à 0,1% » ou « < à 0,9% » ;
- le lait, les œufs, fromages et produits transformés « issus d’animaux nourris sans OGM < à 0,1% » ou « < à 0,9% » ;
- et le miel et les produits de la ruche : « sans OGM dans un rayon de 3 km ».

Cet étiquetage est visible dans la liste des ingrédients ou sur l’avant du paquet, lorsque l’ingrédient concerné représente plus de 95% du poids total sec du produit.

D’autres cahiers des charges excluent les OGM de leurs produits et de l’alimentation des animaux : c’est le cas de l’agriculture biologique, de certains labels rouges et d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC).

 

Source : www.infogm.org

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans OGM
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 17:12

 

Source : potagerdurable.com

 

Des semis de tomates plus résistants avec la technique de la bouteille

Pour assurer le meilleur départ possible aux semis de tomates, j'ai mis au point la technique de la bouteille, une technique qui va permettre au plant de se fortifier au fur et à mesure de sa croissance.

Je vous montre d'abord comment je fais dans la vidéo ci-dessous, et après je vous donne les explications.

 

 

Voici donc quelques détails supplémentaires

  • Le plastique transparent des bouteilles permet la lumière d'atteindre les jeunes plants au moment où ils en ont le plus besoin, c'est à dire à l'intérieur de la maison.
  • Au fur et à mesure de la croissance des plants de tomates dans les bouteilles, je rajoute du compost. Ainsi de nouvelles radicelles vont se former sur la partie de la tige qui est enterrée, ce qui offrira à la plante un système racinaire plus développé.
  • Je ne fais pas de repiquage intermédiaire, voilà donc un stress en moins pour les jeunes plants.
  • Pour moi, un avantage non négligeable de faire ses propres semis, c'est de choisir des variétés précoces ou anciennes que l'on ne trouve pas en pots dans les jardineries.
  • Pour réussir vos semis, pensez à apporter le maximum de luminosité aux jeunes plants de tomates, derrière une fenêtre au sud par exemple.

Je sème mes tomates en 3 coups

Pour ma part, je commence toujours par semer une variété précoce durant la seconde quinzaine du mois de février.

Puis je fais le gros de mes semis entre le 1er et le 15 mars. Je termine par un dernier semis à la mi-avril.

A cette époque tardive, les plants poussent très vite et ils pourront être installés au potager un mois plus tard.

Ils ne produiront des tomates que fin août, mais ils seront à ce moment-là au sommet de leur forme, alors que les autres plants commenceront à dégénérer.

Pour ceux qui veulent aller plus loin...

...et apprendre à faire pousser des tomates sans maladies,
je vous invite à cliquer sur ce lien
.

Et si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser dans les commentaires.

 

Source : potagerdurable.com

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 17:01

 

Source : www.observatoire-des-aliments.fr

 

Des animaux d’élevage nourris aux OGM

Publié le 29 octobre 2013 à 17:15

 
   

aliments bétail - soja

Personne n’aime les OGM mais la grande majorité des Français et des Européens consomment des animaux d’élevage quotidiennement nourris au soja OGM. Un circuit agro-alimentaire qui soulève de sérieuses questions.

 

Les Européens consomment bien plus d’OGM qu’ils ne l’imaginent. Depuis une quinzaine d’années, l’élevage européen s’est en effet tourné vers les protéines végétales les plus compétitives, à savoir les  tourteaux de soja OGM. Pour accélérer la croissance de leurs animaux (impératif lié à la recherche de productivité), les éleveurs complètent l’alimentation de leurs bêtes avec des protéines. Le soja est l’une des meilleures sources de protéines végétales. Et le soja OGM est le moins cher.

 

Des millions de tonnes de protéines végétales importées

 

Pour nourrir ses 19 millions de bovins, ses porcs et ses volailles, la France a un besoin considérable de protéines végétales : environ 3,5 millions de tonnes par an. Elle n’en produit que 2 millions (tirées du colza, du tournesol ou de légumineuses comme les pois). Résultat, la France et ses voisins européens sont devenus « accros » aux protéines de soja OGM, d’autant plus que l’Europe a interdit l’usage de farines animales en 2000.

 

Le soja OGM et l’herbicide glyphosate

 

Courant des années 2000, l’Argentine, le Brésil, et les Etats-Unis sont devenus les rois du soja avec une variété de soja OGM, le Roundup©Ready, un soja transgénique résistant à l’herbicide glyphosate. Actuellement, sur la centaine de millions d’hectares de cultures du soja dans le monde, les trois-quarts sont dédiés au soja OGM.

 

Etanchéifier deux filières

 

Une partie des éleveurs européens achètent du soja non-OGM mais jusqu’à quand, et dans quelles conditions ? Les contraintes rencontrées par les producteurs et les distributeurs pour «étanchéifier » les deux filières sont élevées. Si le consommateur exige une viande véritablement sans OGM (le seuil de tolérance est actuellement de 0,9%, un taux autorisant une présence fortuite d’OGM dans un produit non-OGM), il est probable qu’il devra payer un prix plus élevé pour permettre de consolider la filière non-OGM.

 

Déforestation et traitement chimique inconsidéré

 

Que l’élevage en Europe soit en grande partie dépendant des cultures de soja OGM au Brésil et en Argentine pose problème. D’abord, pour une simple question de dépendance économique, des éleveurs. Au moment où les cours mondiaux des céréales et du soja sont à la hausse, ce n’est pas anodin. Ensuite, pour des questions environnementales bien connues : la culture du soja OGM contribue largement à la destruction massive de forêts primaires d’une valeur inestimable.

 

Questions sur la santé

 

En outre, la culture extensive de cette légumineuse va de pair – paradoxalement – avec un usage inconsidéré de pesticides (les variétés OGM résistantes aux herbicides et insecticides facilitent les traitements chimiques), avec des risques avérés pour les agriculteurs et leurs familles.  Enfin, parce qu’on est encore loin d’avoir répondu à toutes les questions sur les incidences des OGM sur la santé humaine.

 

Bernard Duran

 

A lire aussi : Le boeuf

 

Crédit photo : www.taloncoproduits.com

Sources :

Argentine : la culture de soja OGM qui rend malade

Inf’OGM, janvier 2013. http://www.infogm.org

« Les animaux d’élevage français gavés de soja OGM importé »

Chloé Hecketsweiler - publié le 09/11/2012

http://lexpansion.lexpress.fr

 

Source : www.observatoire-des-aliments.fr

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans OGM
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 16:02

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

Ce qui nous arrive sur la Toile 24/02/2014 à 10h53

La prochaine Bastille qui brûlera sera un hangar plein d’ordinateurs

Xavier de La Porte | France Culture

 

 


Un avion miniature (Prime Tambayong)

 

Et si, sans le savoir, nous étions prisonniers ? Et si, au moment même où certains pensent se libérer d’un pouvoir, ils tombaient sous l’autorité d’un autre pouvoir, moins visible, moins physique, mais tout aussi autoritaire ? Et si nous étions tous prisonniers des algorithmes ?

C’est la thèse développée récemment par un journaliste de la revue américaine The Atlantic, Bill Davidow, et qui fait écho – sans le savoir sans doute – au travail mené par deux chercheurs belges, Antoinette Rouvroy et Thomas Berns.

Depuis plusieurs années déjà ceux-ci parlent de « nouvelle gouvernementalité algorithmique » et montrent que nous sommes en passe de nous soumettre à un nouveau genre de pouvoir : celui des programmes informatiques.

Notre solvabilité, nos goûts et nos dépenses

Intuitivement, on sent bien que de plus en plus de nos gestes de la vie quotidienne, d’interactions avec les autres, sont dépendants de programmes informatiques, mais de là à parler de prison, il y a peut-être un pas. Bill Davidow le franchit allègrement. Et il ne manque pas d’arguments.

Les gouvernements et les entreprises, explique-t-il, utilisent l’information d’une manière inédite : grâce à d’énormes bases de données le plus souvent puisées sur Internet, grâce à des algorithmes fins et puissants qui fouillent ces données, ils nous profilent, prévoient nos actes, notre solvabilité, nos goûts, nos dépenses, et ils agissent en conséquence.

Ainsi nombre d’Américains se voient-ils refuser un prêt, imposer une augmentation de leur police d’assurance ou refuser un emploi parce les algorithmes l’ont conseillé. La voilà cette prison algorithmique.

Interdits de vol sans le savoir

Vous pensez que Bill Davidow est un peu paranoïaque. Eh bien sachez que le service chargé aux Etats-Unis de la sécurité des transports utilise un programme du nom de « Automated Targeting System », dont l’algorithme confronte des données comme :

  • les feuilles d’impôts ;
  • les voyages précédents ;
  • les titres de propriété  ;
  • les caractéristiques physiques ;
  • le casier judiciaire et autres informations provenant des services de renseignements, pour établir la dangerosité d’un passager.

Plusieurs centaines d’Américains auraient ainsi leur nom sur une liste d’interdits de vol, sans même le savoir.

Vous pensez que de tel procédé sont réservées à la sécurité ? Une entreprise du nom de The Gild a inventé un algorithme qui prédit les capacités des programmeurs informatiques en allant voir les lignes de codes qu’ils ont écrites dans des programmes open source, comment ils ont établi leur profil sur LinkedIn (un réseau social professionnel) ou comment ils répondent aux questions dans les forums informatiques.

Spécialité : le renseignement client

Vous pensez que c’est réservé aux informaticiens ? Mais les algorithmes contraignent votre espace sur Internet, vous le savez au moins intuitivement. Les liens qui vous sont proposés, les publicités qui s’affichent sur votre écran, et dans une certaine mesure les résultats des moteurs de recherche, sont déterminés par des algorithmes, en fonction de ce qu’ils savent de vous.

Vous pensez que tout cela est réservé à votre vie en ligne ? Il existe aux Etats-Unis une quarantaine d’entreprises répertoriées pour faire du renseignement client.

Ces entreprises fournissent des dossiers aux banques, aux sociétés de crédit, aux établissements de jeu, aux compagnies d’assurance, aux sociétés de location, ou à une entreprise qui voudrait connaître l’historique professionnel de quelqu’un.

Un contrôle invisible et à bas coût

Ainsi il n’y a pas UNE prison algorithmique, mais une multitude de ces prisons. Parce que gouvernement et entreprises ont toujours eu cette tentation de contrôle invisible des populations mais surtout, parce qu’il est possible aujourd’hui de l’établir à un coût très bas.

Le problème de ces prisons algorithmiques, c’est qu’on ne sait pas où sont les barreaux, mais on ne sait pas vraiment non plus où sont les geôliers. D’où provient l’algorithme qui me refuse un prêt ? De quelle entreprise ? Ou est-ce un programme de ma banque ? Et puis, comment savoir quel comportement l’algorithme sanctionne ou encourage ? Tout cela est encore peu encadré.

Ce qui se joue donc – et ce n’est plus Bill Davidow qui le dit, mais Antoinette Rouvroy –, c’est une nouvelle forme de pouvoir qui ne s’exerce plus sur nos corps dans le présent (comme le fait une prison) mais sur nos comportements à venir.

Contre cette forme de pouvoir, il est dur de se rebeller, parce qu’il ne fait pas couler le sang, ne tue pas. A quoi ressembleront les révolutions de demain ? A quoi ressembleront les Bastilles que nous brûleront ? Sans doute à des hangars pleins d’ordinateurs.

 

Publié initialement sur
France Culture

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 15:58

 

Source : www.reporterre.net

 

EDITO - Le mirage de la violence

Hervé Kempf

lundi 24 février 2014

 

 

Les provocations de samedi ont mis en danger les manifestants et affaiblissent la lutte.


 

La manifestation qui s’est déroulée le samedi 22 février à Nantes est une étape notable dans l’histoire de la lutte contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.

Les médias institués auront retenu l’aspect spectaculaire de la confrontation de plusieurs centaines de provocateurs, venus pour en découdre, avec les forces de police. Cette violence a permis au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, de réagir presque en direct, en fin d’après-midi, pour la stigmatiser et donner le ton de la réaction officielle.

Mais cette expression violente ne saurait faire oublier l’autre volet crucial de cette folle journée de Nantes : une mobilisation jamais atteinte dans la ville même, avec plus de trente mille manifestants et plus de cinq cents tracteurs. Ce succès atteste que la détermination populaire contre ce projet d’aéroport reste extrêmement forte.

En revanche, l’image de violence projetée par la manifestation l’a détournée de son but. Il ne fait pas de doute que les images des désordres à Nantes vont marquer l’opinion publique et être utilisés par les promoteurs du projet, sur le mode d’un syllogisme simplificateur : « Les opposants sont violents, donc il est légitime de faire l’aéroport ».

Au demeurant, les lieux détruits ont été précisément choisis : un bureau de la société Vinci, et deux agences de voyage, l’une de la SNCF (contre le projet Lyon-Turin), et l’autre de Nouvelles frontières (qui promeut des voyages en avion). Il n’y a pas eu de destruction généralisée, de volonté de saccage, de pillage. Les destructions avaient un sens politique, comme l’ont été le tagage d’un commissariat ou de l’hôtel de ville ou la destruction de deux engins de chantier. En même temps, il y a eu volonté de provoquer des gendarmes et CRS, massivement présents dans la ville, avec jets de projectiles, fusées, et bientôt pavés de la ligne de tramway, tandis qu’un bureau de cette ligne était incendié.

Mais au final, la ville de Nantes n’a pas été mise à feu et à sang, et dès samedi soir, rue de Strasbourg, les voitures des fêtards réoccupaient les trottoirs sans inquiétude

 

« Pour défendre notre terre, nous sommes prêts à la violence »

Il n’en reste pas moins que la manifestation a largement échappé à ses organisateurs, et que l’image des affrontements a fait le délice des télévisions et sans doute jeté l’effroi dans nombre de foyers.

Comment ont réagi les forces en présence ?

Le préfet de Loire-Atlantique, Christian de Lavernée, a donné dimanche matin sa version, lors d’une conférence de presse à laquelle assistait Reporterre : « Il y a un rapport entre ce qui s’est passé à Nantes et ce qui se passe sur la Zad. (…) Le combat de Nantes est une répétition de ce qui se passerait si les travaux commençaient sur la Zad ».

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 15:46

 

Source : www.mediapart.fr

Nantes : un manifestant éborgné par des tirs

|  Par Louise Fessard

 

 

Quentin, un charpentier cordiste de 29 ans, a été gravement blessé à l'œil samedi lors de la manifestation contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Un jeune homme de 29 ans, Quentin, a perdu son œil suite à un tir reçu lors de la manifestation du 22 février 2014 à Nantes contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Selon sa mère Nathalie, jointe ce matin, « il a été opéré trois heures dès samedi soir par le chef du service ophtalmologie du CHU de Nantes ». « Il  n'a plus d'œil, ni de paupière, et souffre de plusieurs fractures », indique-t-elle.

Dans une interview réalisée dimanche midi par une amie de son père et publiée sur un blog de Mediapart, Quentin, charpentier-cordiste à Carquefou, près de Nantes, explique qu'il a été touché alors qu'il cherchait à se replier pour échapper aux affrontements. « Je reculais en les regardant (les policiers, ndlr) pour pas être pris à revers et pouvoir voir les projectiles qui arrivaient, indique-t-il. Et là, à un moment, j’ai senti un choc, une grosse explosion et là je me suis retrouvé à terre et, comme ils continuaient à nous gazer, ils continuaient à envoyer des bombes assourdissantes alors que j’étais au sol, des gens ont essayé de me sortir le plus vite possible, de m’emmener plus loin aussi. » 

Pour l'heure, ses proches cherchent à rassembler les témoignages pour comprendre l'origine du tir. Dans son entretien, Quentin qui est toujours hospitalisé, estime avoir été touché par une grenade assourdissante, mais évoque également des CRS qui « visaient, au Flashball ». « Il n'était pas masqué, pas armé, en train de reculer face à une charge, dit sa mère Nathalie. J'ai une tristesse infinie, une rage qu'un gosse qui est là pacifiquement pour manifester son désaccord se retrouve dézingué. Il n'a rien fait que d'être là. »

Selon la préfecture de Loire-Atlantique, une dizaine de personnes ont été hospitalisées dans les rangs des forces de l'ordre à la suite de la manifestation.

DOSSIER: L'AÉROPORT DE LA DISCORDE

 

Source : www.mediapart.fr

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 15:40

 

Source : rue89.nouvelobs.com


 

Témoignage 24/02/2014 à 12h00

NDDL : j’étais à la manif, et je n’ai pas vu la même chose que les télés

Isabelle Thibault

 

 

 


Des opposants déguisés lors de la manifestation anti-Notre-Dame-des-Landes à Nantes, le 22 février 2014 (SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA)

 

J’étais présente à la manifestation anti-Notre-Dame-des-Landes à Nantes et, de 13h30 à 17 heures, je suis restée sur cette place du commerce où ont eu lieu les incidents de samedi. Je n’étais pas cagoulée, j’ai plus de 50 ans, je suis enseignante et je venais de Bordeaux pour soutenir les opposants à l’aéroport.

Ce que j’ai vécu ce jour-là, je ne le reconnais pas dans la quasi-totalité des infos lues sur le Net ou dans la presse papier, ou vues à la télé.

« Guérilla urbaine », vraiment ?

Making of

Suite à la manifestation anti-aéroport de ce samedi à Nantes, Isabelle Thibault a contacté Rue89. Elle est indignée par le décalage entre ce qu’elle a vécu et la représentation médiatique, axée seulement sur l’aspect violent et occultant l’« ambiance bon enfant », « la musique », « les cafés pris en terrasse entre manifestants ». Selon elle, « le combat des paysans n’a pas été montré à sa juste valeur ».

Cette quinquagénaire, employée de l’Education nationale, syndiquée au SGEN, a déjà pris part à la manifestation du 17 novembre, sur le site de la ZAD. Pour marquer son soutien aux paysans, à la ZAD et au mouvement en général. « Le plus important, c’est de se demander quel avenir on veut pour nos enfants. » Amélie Robaux

Les images, en boucle : elles montrent des lieux cassés, détruits, quelques flammes, une barricade. Elles sont accompagnées d’un vocabulaire relatif à une violence forte : « guérilla urbaine », le fait de « quelques milliers de personnes », « commerces saccagés », « centre de Nantes saccagé », « vitrines détruites ».

En fait, sur cette place du commerce, deux cabanes ont brûlé, un abri a été détruit. J’ai vu la façade de Vinci repeinte ainsi que celle de la SNCF, des murs tagués. Une vingtaine de personnes cagoulées ont essayé à partir de 13h30 de franchir un barrage de police devant les yeux d’une foule hétérogène (enfants, jeunes vieux, paysans sur leurs tracteurs).

En interrogeant des personnes dans la foule, il se racontait que la rue barrée par la police était prévue initialement dans le parcours. D’où la colère de certains…

Des personnes cagoulées demandaient à la foule de ne pas s’arrêter, de continuer la manif. D’autres, toujours cagoulées, annonçaient par porte-voix qu’il y avait de quoi soigner les personnes touchées par les gaz lacrymogènes. La violence n’était donc pas uniquement du côté des manifestants.

Pourquoi ne pas avoir montré son côté festif ?

A aucun moment je n’ai eu un sentiment de peur (« guérilla urbaine… »). C’était comme si on attendait que la rue s’ouvre à nouveau.

Des cabanes détruites, certes, deux de trop. Des murs tagués, c’est vrai. Mais le fait de filmer les mêmes lieux sous des angles différents a amplifié aux yeux des téléspectateurs un phénomène très réduit.

Pourquoi ne pas avoir montré les centaines de tracteurs (vus un quart de seconde dans un seul reportage, sur BFM-TV), preuve que le mouvement est suivi et s’amplifie dans le monde paysan ?

Pourquoi ne pas avoir montré les petits orchestres (cor, guitare, tambours) et les multiples déguisements (personnes et chars) qui donnaient à la manifestation un caractère festif ?

Pourquoi ne pas avoir interviewé les participants de la manif ?

Ça me laisse un goût amer

Je n’ai vu aucun journaliste, aucune télé sur la place (et j’y suis restée de 13h30 à 17 heures…). J’ai plus de 50 ans et ce que je viens de vivre me laisse un goût amer et me fait davantage comprendre la méfiance de nombreux Français vis-à-vis d’une certaine presse et des JT qui ne donnent qu’un aspect réducteur et peu objectif.

Propos incomplets, images prises du côté des forces de l’ordre, réaction des politiques, texte de l’AFP repris mot pour mot par plusieurs sites de journaux… J’aurais aimé entendre les gens s’exprimer sur leur vision de la manifestation.

Enfin, les propos du préfet amènent encore de la confusion dans la connaissance de la réalité : assimiler violence urbaine et violence sur la ZAD [Zone à défendre, ndlr] est un signe de méconnaissance de ce mouvement.

 

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 15:27

 

Source : rue89.nouvelobs.com


 

Vie de bureau 24/02/2014 à 11h59

Faire ses 35 heures sur quatre jours, c’est possible (et c’est bien !)

Anne-Laure Pineau | Journaliste

 

 


Des brochettes dans un barbecue (Pixabay/CC)

 

Tous les mercredis, Sébastien Antonio reste chez lui. Une journée « sacrée » pour se reposer, profiter de ses enfants et faire les courses. Ce père modèle, ancien serveur, est responsable du site d’exploitation rémois d’Yprema, une société de valorisation de déchets du BTP. Il ne travaille pas à temps partiel. Il fait ses 35 heures en quatre jours. Comme 80% de ses collègues.

Yprema a été créée il y a 24 ans. L’entreprise s’inscrit dans une politique de développement durable et fait 22 millions d’euros de chiffre d’affaire. Elle emploie 90 salariés et se déploie sur une petite dizaine de sites en France.

En 1997, devançant les 35 heures de Martine Aubry, le PDG de la société, Claude Prigent, décide de profiter de la loi Robien sur le partage du temps de travail (voir encadré). Tomber de 39 à 35 heures lui permet d’embaucher quatorze CDI en un an, et de passer de 42 à 90 salariés en une dizaine d’années.

« Moi je suis pour travailler moins »

Les exonérations de charges qu’offrait ce dispositif ont été selon lui le moyen d’oser appliquer cette politique. « Moi je suis pour travailler moins », nous dit-il :

« Mon entreprise œuvre pour le développement durable. Tout en développant l’entreprise, je trouve normal de lutter contre la pénibilité au travail. »

La loi Robien
Dès 1993, l’industriel Antoine Riboud, fondateur de Danone, déclarait au Monde : « Il faut descendre à 32 heures [...], cela obligera toutes les entreprises à créer des emplois ». Cet avis, le membre de l’UDI Gilles de Robien, alors vice-président de l’Assemblée Nationale, le partage. Il fait voter en 1996 la loi facultative de partage du temps de travail, dite Loi Robien. Cette formule, c’est un troc : en échange d’une exonération de charges sociales, l’entreprise doit réduire le temps de travail et recruter 10% de sa masse salariale en plus, et en CDI. Des centaines d’entreprises, de la TPE au grand groupe, ont fait ce pari : parmi elles, Télérama, Mamie Nova, la Macif ou encore les Brioches Pasquier. A.L.P.

Aujourd’hui, les salariés sont tous sous le régime des 35 heures et la règle des quatre jours travaillés est appliquée pour 80% d’entre eux. Ce jour de repos supplémentaire, les salariés le choisissent en grande majorité : Sébastien a par exemple opté pour le mercredi, Jean [le prénom a été changé], comptable au siège depuis cinq ans, a préféré le lundi, une journée proposée dès la signature de son contrat.

Par contre, certains n’ont pas eu le même choix : « Les lundis, mercredis et vendredis, sont les jours les plus demandés », nous confie Susana Mendez, DRH de la société, qui poursuit :

« On ne peut pas répondre oui à tous. Donc on a imposé à certains les mardis et les jeudis, parce qu’il faut bien que ce soit fixe, sinon c’est ingérable. »

La cadre l’assure, si « nouvelles contingences personnelles » il y a, alors la journée peut être modifiée en cours d’année.

Dans les ateliers, pas le temps de souffler

Bien sûr, 35 heures sur quatre jours, il faut le dire, ce sont aussi des journées sans temps morts, 8h30-18h15, avec une pause d’une heure comme en témoigne Sébastien Antonio :

« Parfois c’est dur, car tout est concentré, et dans les ateliers les cadences peuvent être rudes, pas le temps de souffler, mais quand je sais que c’est pour passer une journée de plus chez moi, ça me va. »

Les 20% de salariés restants, qui travaillent 35 heures ou plus (avec des RTT) sur cinq jours, sont les cadres dirigeants, les commerciaux et les agents d’accueil.

Pour ces derniers, le poste a été divisé en deux, le premier effectuant l’ouverture, l’autre la fermeture. Cela a permis en outre d’élargir les horaires d’ouverture de l’accueil : au siège social d’Yprema, à Chennevière-sur-Marne par exemple, les bureaux sont ouverts de 7h à 19h.

Pour Ornella Champion, embauchée début janvier à l’accueil, de 11h à 19h, c’est un rythme tout à fait convenable. Et pour ce qui est de la politique des quatre jours, même si elle concerne ses collègues, elle n’y voit que du positif :

« Pour les seniors et les parents surtout, c’est très pratique. Et ça participe du bien-être en entreprise. »

Le casse-tête des jours fériés et des ponts

La mise en place de la semaine de quatre jours a pourtant connu quelques couacs lors de sa mise en place. Pour la gestion des jours fériés et les ponts, en particulier. Un « casse-tête » comme la qualifie Susana Mendez :

« Certains petits malins se débrouillaient pour placer leurs RTT avant ou après leur jour de congé : ils pouvaient avoir quasiment une semaine sans aller au travail. Les plannings d’exploitation étaient pleins de trous, c’était impossible. »

En accord avec les syndicats, un avenant a donc été signé pour changer de facto les jours fériés en RTT. Une pilule pas trop difficile à avaler pour Sébastien :

« Pour les jours fériés, c’est vrai, on a fait une concession. Mais il ne faut pas oublier qu’on est là pour bosser, pas pour partir en week-end. »

« Comme il pleut, j’ai pris du poulet »

Pour Yprema, il existe d’autres avantages, moins évident que le confort des salariés, à la semaine de quatre jours. Les dizaines de postes créés grâce à la Loi Robien ont facilité un système de turn-over dans tous les services : ainsi, les contrats de 35h sur quatre jours ne coûtent pas plus cher à l’employeur.

Pour combler les absences de postes en postes, l’entreprise a opté pour des postes polyvalents, qui comblent les trous, sur ses sites d’exploitation. Victor Lopez fut le premier employé de ce type sur le site de Lagny-sur-Marne :

« Quand j’ai commencé j’étais pilote d’installation : je surveillais les tapis, le tri du mâchefer. Puis on m’a proposé le poste polyvalent : ça m’a tout chamboulé. En tant qu’adjoint du chef, je me suis servi d’un ordi, ce qui n’est pas du tout mon truc, mais j’ai aussi été initié au chargement de la camelote dans les camions ou au nettoyage des machines... »

Cet ancien cuisinier, qui avait quitté la profession à cause de ses horaires impossibles, s’occupe même du barbecue hebdomadaire :

« Ce jeudi, comme il pleut, j’ai pris du poulet. »

Obligés de « travailler ensemble »

Dans les bureaux par contre, pas de poste polyvalent : le fonctionnement a été repensé en binômes et en trinômes. Chaque membre remplace l’autre, si besoin, pendant sa journée de congés. Le comptable, Jean Dupont, analyse :

« Comme ça, quoi qu’il arrive, notre interlocuteur a les réponses qu’il cherche auprès de notre binôme ou de notre chef de service. »

Selon Susana Mendez, ce fonctionnement a contribué à changer le « travailler ensemble » :

« Ça a encouragé la communication entre les salariés et, parce que chacun apprend de l’autre, ça a aussi favorisé la promotion en interne. »

Beaucoup de cadres de l’entreprise, comme Sébastien Antonio ont profité de cet ascenseur social. Ils le reconnaissent volontiers.

« On est un petit Google du recyclage »

Côté bénéfices, l’entreprise y a aussi gagné. Grâce au système de turn-over, les machines tournent 44 heures, contre 39 auparavant. Soit cinq heures de plus par semaines. « Ça nous a fait gagner en moyenne un mois de production par an, c’est énorme », estime Claude Prigent l’heureux PDG qui ne reviendrait sur sa décision pour rien au monde :

« On est un petit Google du recyclage : nos salariés, plus reposés, sont plus efficaces et donc on y gagne. On est la preuve que ça marche ! »

Même si Pierre Larrouturou, économiste de gauche et fervent avocat de la semaine à 32h, est convaincu que la réduction du temps de travail est la solution à une baisse durable du chômage, il n’en reste pas moins qu’elle est très rarement appliquée dans les entreprises, et encore moins dans les PME.

Un mystère pour le PDG d’Yprema :

« Moi, je suis prêt à payer une étude pour rencontrer toutes les entreprises qui utilisent les quatre jours, et montrer aux sceptiques que tout est possible. »

Avis aux amateurs.

 

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 22:54

 

 

Source : www.lemonde.fr

 

La chimie, c'est presque fini

M le magazine du Monde | 21.02.2014 à 14h34 • Mis à jour le 23.02.2014 à 10h36 | Par Elisa Mignot

 

  • Caroline Chenet a perdu son mari en 2011, intoxiqué chronique au benzène. Depuis, elle a repris la gestion de l'élevage de bovins à Saujon (Charente-Maritime) qu'elle aimerait passer en bio.
  • Crédits : Guillaume Riviere pour M Le magazine du Monde

 

 

 Paul François est un rescapé. En février 2012, cet homme a gagné un procès contre Monsanto. La firme de Creve Cœur, dans le Missouri, a été jugée responsable de son intoxication aiguë au Lasso, un herbicide qu'elle fabriquait. Mais le géant américain a fait appel. David et Goliath n'en ont pas terminé. En 2004, Paul François avait inhalé ce désherbant – depuis retiré de la vente – en nettoyant une cuve. Après des mois d'hospitalisation, il a gardé des séquelles neurologiques et doit aujourd'hui travailler à mi-temps. Le quinquagénaire n'a plus le droit de manipuler de pesticides. Pourtant, ses deux salariés le font encore. Y compris de la marque Monsanto.

"Une exploitation, c'est pire qu'un paquebot à faire changer d'orientation, explique le céréalier. Dès 1995, bien avant mon accident, nous avions déjà diminué de 30 % les produits phytosanitaires. Pas pour des raisons de santé ou d'environnement mais parce que les rendements diminuaient. On s'est aperçu que l'agriculture intensive était une fuite en avant." L'homme d'affaires agricole, smartphone vissé à l'oreille et mèche poivre et sel, déclare pratiquer désormais une "agriculture raisonnable".

Il entend diminuer encore l'usage de produits chimiques, pour faire des économies, mais pas s'en passer complètement. Même si ces "produits phytosanitaires" ont failli lui coûter la vie, il leur alloue encore aujourd'hui deux locaux dans sa grande et belle ferme de Bernac, en Charente. La terminologie censée être rassurante désigne les pesticides que le céréalier répand, plusieurs fois par an, sur les 260 hectares de son exploitation charentaise.

Par ailleurs, il est également président de Phyto-Victimes, une association créée en 2011 pour venir en aide aux agriculteurs victimes de pesticides. En janvier, il a même reçu la Légion d'honneur au nom de cet engagement. Paul François a opté pour le compromis.

 

 LENTE PRISE DE CONSCIENCE

Comme lui, les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à remettre en question le tout-chimique. Qu'ils aient touché les limites économiques de cette pratique qui finit par appauvrir leurs sols ou qu'ils aient compris les dangers pour eux, leurs proches, l'environnement et le consommateur, de l'agriculture intensive. La prise de conscience est en marche. Mais elle est très lente. La France figure toujours parmi les premiers utilisateurs de produits phytosanitaires en Europe.

En octobre 2012, un an après la création de l'association Phyto-Victimes, Nicole Bonnefoy, sénatrice de Charente, rendait un rapport consacré à l'impact des pesticides sur l'environnement et la santé, assorti d'une longue liste de recommandations. Elle avait auditionné une centaine de personnes, dont Paul François. L'association et le rapport ont mis le département agricole sous les projecteurs. "On entend souvent qu'avant les produits étaient pires, qu'on avait moins de protections qu'aujourd'hui... Sans doute, déclare la sénatrice socialiste. Mais ils restent dangereux ! Il n'y a qu'à voir comment, dans les usines où on les fabrique, les salariés prennent d'infinies précautions. On ne peut donc pas continuer avec le tout-chimique."

Son rapport a été adopté à l'unanimité, en juillet 2013, par les membres de la mission parlementaire mais sa proposition de loi n'a pas été mise en discussion au Sénat. L'élue aux yeux charbonneux essaie donc, à coups d'amendements, de faire passer ses recommandations dans des projets sur la santé, la consommation, la biodiversité, l'agriculture... Plusieurs fois confrontée aux lobbys des grands fabricants de pesticides, qui répètent à l'envi que le lien entre certaines maladies et leurs produits n'est pas prouvé, la socialiste demande aussi que les décès et les accidents dus aux pesticides soient mieux comptabilisés.

 

« ON NE PEUT PAS FAIRE CONFIANCE AUX FIRMES »

Caroline Chenet est la vice-présidente de l'association Phyto-Victimes. Elle a vu mourir son mari à petit feu, emporté par une leucémie en 2011. Ils se sont battus pour la faire reconnaître comme maladie professionnelle par la Mutualité sociale agricole. Ce cancer résultait d'une intoxication chronique au benzène, un hydrocarbure qui sert d'adjuvant à nombre de pesticides. Dans sa maison aux volets lavande, Caroline Chenet boit du thé, mais pas de café – à cause de ses ulcères. La petite femme gironde, ancienne secrétaire, est récemment entrée à la chambre d'agriculture de Charente-Maritime pour mieux comprendre ce milieu agricole dont elle n'est pas issue. "On a traité leurs grands-pères de bouseux, eux ont été considérés comme plus modernes avec la mécanisation et la chimie, ils ont pu enfin participer à la société de progrès, voir leurs conditions de vie améliorées et aujourd'hui, le monde urbain commence à les traiter de pollueurs, d'assassins."

 

Caroline Chenet a perdu son mari en 2011, intoxiqué chronique au benzène. Depuis, elle a repris la gestion de l'élevage de bovins à Saujon (Charente-Maritime) qu'elle aimerait passer en bio.

 

Caroline Chenet aimerait passer son exploitation en bio, en appliquant des méthodes qu'elle apprend dans les livres. Mais elle doit reconnaître que, seule, à 48 ans, c'est compliqué. "Agriculture raisonnée, raisonnable, peu importent les noms, quels que soient les produits, on ne peut pas faire confiance aux firmes qui les fabriquent. Eux ne feront pas de produits raisonnables !", s'emporte-t-elle, avant d'ajouter : "Ça me rend malade à chaque fois que j'en utilise un."

Car elle aussi en emploie encore. Elle a pulvérisé cinq produits sur sa vigne l'année dernière – certes, c'est mieux que les douze des voisins – et loue une partie de ses terres à un céréalier qui traite plusieurs fois par récolte. Egalement éleveuse, elle fait paître ses 130 vaches à viande, à destination des hypermarchés Leclerc, dans ses marais bio et les nourrit avec de l'épeautre traité "de façon limitée". Pour sa consommation personnelle, elle a sa vache "qui n'a pas vu la couleur d'un pesticide" et son potager bio.

 

« LES AGRICULTEURS SONT ESCLAVES »

Chez tous les agriculteurs rencontrés, la conscience des dangers butte sans cesse sur la vie quotidienne, comme un gros caillou sous le soc d'une charrue. Leur situation économique, la pression des vendeurs de produits phytosanitaires, le regard des collègues, les aides financières favorisant les grosses exploitations, leur âge, et leur retraite proche, l'impossibilité de valoriser une production de meilleure qualité... en pétrifient plus d'un.

De plus, la conversion au bio leur fait craindre de nouvelles difficultés : travailler encore plus et perdre de l'argent, être débordé de paperasses administratives, assailli de contrôles. Ils sont donc quelques-uns à tâtonner vers une agriculture plus respectueuse de la nature. Impossible de déterminer leur nombre, car le ministère de l'agriculture les englobe dans les 95 % d'agriculteurs conventionnels (non bio) – qu'ils usent à tout-va des produits chimiques ou le moins possible.

"C'est bien sûr un mieux qu'il y ait des agriculteurs dans cet entre-deux", souligne Claude Bourguignon, microbiologiste et militant de longue date du bio. Avec sa femme Lydia, ils ont créé un laboratoire indépendant d'analyse des sols, et ensemble ils vont toute l'année de conférences en études de parcelles. "On explique aux agriculteurs qu'il faut se réapproprier les sols qu'ils violent depuis des années, qu'il faut réapprendre l'agronomie, enchaîne Lydia Bourguignon. Mais il faut aussi arrêter de penser que c'est un agriculteur qui, tout seul, dans l'adversité, peut faire changer les choses."

Eux, la sénatrice et les agriculteurs évoqueront tous le rôle essentiel du consommateur qui doit faire attention à ce qu'il achète et mange. "Il faut dire aussi que les agriculteurs sont esclaves, avance Claude Bourguignon. Ils sont coincés dans des systèmes, pieds et poings liés avec les firmes qui leur vendent semences, produits, et les coopératives qui achètent à des prix qu'elles ont fixés."


« POURQUOI NE DIT-ON PAS QUE L'ON PEUT FAIRE AUTREMENT ? »

Didier Sardin a assisté à une conférence que le couple Bourguignon donnait dans la région. C'était il y a plus de quinze ans. L'éleveur charentais s'intéresse depuis toujours à l'agronomie. Sur sa table de cuisine, il y a toute une littérature sur le sujet. "Nous autres, on a toujours été contre ce système, on a toujours fait comme les anciens, raconte le très grand homme à l'oeil curieux. Et puis on n'est pas des moutons, on a l'habitude de dire non à ce qu'on nous impose."

 

Didier et Madeleine Sardin élèvent 57 vaches laitières sur leur exploitation à Montemboeuf (Charente). Ils utilisent le minimum de produits phytosanitaires sans pour autant être en bio.

 

Au bout d'un chemin du village de Montemboeuf, avec sa femme Madeleine, ils élèvent 57 vaches laitières. Ils vendent à la seule coopérative du coin, Terra Lacta, précisent-ils en levant les yeux au ciel. Pas le choix. Mais ils ont toujours refusé les désinfectants pour les pis des vaches, achètent des produits naturels pour nettoyer leur matériel de trait, diminuent chaque année un peu plus leur usage de produits phytosanitaires et ne traitent pas leurs champs situés près du collège voisin. A la coopérative, leur production quasi bio est malgré tout mélangée à celle des autres.

Les Sardin ne seraient pas sortis de leur réserve s'ils n'avaient pas perdu leur fils, 28 ans, foudroyé en un mois par un cancer des testicules, en août 2013. Stéphane était mécanicien agricole, il entretenait et dépannait les pulvérisateurs, les tracteurs, les épandeurs, les désherbeurs. "Dans son camion, c'était infect, se souvient Madeleine. Les produits étaient juste à l'arrière, il n'y avait aucune ventilation. L'entreprise ne lui avait fourni que des gants, même pas une combinaison !" Leur fils se plaignait souvent de maux de tête et de ventre après des interventions.

Pour les Sardin, il est mort empoisonné par un cocktail de ces produits ingérés à la longue, par petites doses. "Ça fait trente ans que nous nous battons contre toute cette cochonnerie en évitant d'employer les produits et les semences des firmes, martèle Didier Sardin, son épaisse main crispée sur la toile cirée. Pourquoi ne dit-on pas que l'on peut faire autrement ?" Avec sa femme, ils n'ont jamais voulu pratiquer une agriculture 100 % biologique, trop de contraintes, pensent-ils. En plus, la coopérative ne fait pas de lait bio et ne le leur achètera pas plus cher. Et puis, au fond, ils n'y croient pas vraiment, au bio : "Entre les avions au-dessus de nos têtes qui larguent tout leur benzène et les voisins qui polluent les champs et les nappes phréatiques."


 "FALLAIT QUE JE CHANGE DE MÉTIER OU DE MÉTHODE"

Sophie Brard-Blanchard n'est pas d'accord. La viticultrice de 38 ans prend bien soin de la haie qui justement la sépare de ses voisins. En bio depuis plus de quatre décennies, son vignoble de 20 hectares à Boutiers-Saint-Trojan produit du cognac, du vin de pays et du pineau, tous certifiés AB (agriculture biologique). Malgré la proximité de vignerons moins scrupuleux, son vignoble contrôlé chaque année remplit tous les critères. La grande femme blonde aux yeux dorés ne cache pas le travail que cela demande. "Même après toutes ces années, il faut être très attentif et en recherche perpétuelle. Par exemple, il y a deux ans, le mildiou a anéanti les trois quarts de nos récoltes, malgré tous nos tests. On a dû tenir grâce à nos stocks. D'un autre côté, nous n'avons plus de problème d'insectes depuis trente-cinq ans !"

Pour elle qui a baigné dans le bio depuis son enfance, le respect de sa santé, de la nature et du consommateur est une évidence, une philosophie de vie. Elle était d'ailleurs complètement perdue dans son BTS viticulture et œnologie qui n'enseignait que le tout-chimique. Mais elle n'a jamais douté. "Et quand je vois tous les gens du milieu qui, autour de moi, ont des problèmes pour faire des enfants, je ne regrette vraiment rien."

Son père, Jacques Brard-Blanchard, était un pionnier. Le deuxième vigneron bio de Charente. Après des allergies respiratoires liées à un fongicide, le folpel, il a décidé de passer en bio, d'abord sur une parcelle puis sur toutes. On était au début des années 1970. "Fallait que je change de métier ou de méthode", raconte-t-il, casquette sur la tête, accoudé au bar en bois où lui et sa fille font de la vente directe. "Tous les anciens qui se sont mis au bio ont eu le déclic après des problèmes de santé avec les traitements", se souvient-il. Pourtant au début, rien n'était gagné. Son look barbe, cheveux longs et sa passion pour Le Métèque de Moustaki n'arrangeaient rien. "Tous les collègues attendaient que je me plante."


LE CANCER DE LA VESSIE, « MALADIE DES VITICULTEURS »
 

Jacky Ferrand était de ceux-là. Viticulteur de la même génération, près de Cognac lui aussi, il se baladait alors dans les vignes bio en se moquant des herbes et des fleurs qui poussaient entre les pieds. Lui a traité, produit plus et traité à nouveau. Il n'en est pas fier du tout. Triste ironie du sort, le même folpel est également accusé d'avoir causé la mort de son fils en 2011. Frédéric Ferrand avait 41 ans, deux enfants. Et un cancer de la vessie métastasé au niveau des os. "C'est la maladie des viticulteurs", lui avait-on dit dans le service de cancérologie de Bordeaux où il était soigné.

 

Jacky Ferrand, installé à Gondeville (Charente), a perdu son fils en 2011, des suites d'un cancer de la vessie, "la maladie des viticulteurs".

 

Là-bas, ils étaient une petite dizaine touchés par ce cancer. Jacky et Marie-Rose Ferrand revoient encore leur fils s'en aller vomir après avoir fait les mélanges pour traiter sa vigne. A sa mort, ils ont épluché, avec l'aide d'un médecin, vingt ans de factures de produits achetés pour leur exploitation : pas une n'était exempte de produit cancérigène. "Frédéric a grandi dans les vignes, c'était sa passion, c'est ce qui l'a maintenu en vie", murmure sa mère. C'est aussi ce qui l'a tué.

  • Elisa Mignot

 

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22