Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 15:37

 

 

Source : https://www.franceinter.fr/societe/jacqueline-warner-je-ne-crois-qu-on-ne-savait-qu-on-etait-10-humain-et-90-bacterien

 

 

Jacqueline Warner : “Je crois qu’on ne savait pas qu’on était 10% humain et 90% bactérien”

 

 

 

Longtemps, nous avons réduit l’intestin à ses fonctions digestives avant de découvrir d'autres fonctions fondamentales : il prédomine nos comportements, nos actes, nos pensées.

 

Schéma de l'appareil digestif

Schéma de l'appareil digestif © Getty / De Agostini Picture Library

 

Au micro d'Ali Rebeihi dans Grand bien vous fasse, Thomas Uhl (naturopathe), Jacqueline Warnet (hépato-gastroentérologue spécialisée en micro nutrition) et Louis Berthelot (acupuncteur spécialisé en médecine traditionnelle chinoise et en micro nutrition) expliquent l'importance de notre microbiote.

Jacqueline Warnet remarque : “Je ne crois qu’on ne savait pas qu’on était 10% humain et 90% bactérien”. Et pour l'essentiel, ces bactéries se trouvent dans les intestins... Il est donc grand temps de s'y intéresser !

 

Le charme discret de l'intestin

 

Elle n'était pas la première à s'"intéresser au sujet... Mais elle est assurément celle qui l'a popularisé : Giulia Enders est une jeune étudiante en médecine, allemande ; en 2014 elle publie sa thèse sur les bactéries qui peuplent nos intestins... et cela fait un tabac : "Le charme discret de l'intestin", sous-titré "Tout sur un organe mal-aimé".

 

Elle était invitée de Mathieu Vidard, réécoutez-la : lien

 

 

 

Le microbiote, c'est quoi ?

Le microbiote est ce qu'on appelait la flore intestinale ; cela représente 100 000 milliards de bactéries. Parmi elles, des bactéries dominantes, des sous dominantes, et d'autres enfin qui ne sont que de passage. C'est cet équilibre qui est important et qui détermine notre immunité (et donc notre santé). Pour Louis Berthelot :

Le microbiote est le pilier de la santé.

Louis Berthelot explique : "Dès qu’il est en déséquilibre,vous aurez en cascade un ensemble de problématiques qui peuvent apparaître." Parmi eux, des manifestations "classiques" (gaz, diarrhées, vomissements...) mais aussi des troubles de l'humeur, de la fatigue, des problèmes dermatologiques...

Pour Jacqueline Warner :

Le microbiote intestinal est l’un des chefs d’orchestre du corps.

► LIRE AUSSI | les conseils alimentaires de Louis Berthelot, Jacquline Warner et Thomas Uhl pour être en forme

 

Vivre en symbiose avec nos bactéries

Dès notre naissance, nous vivons en symbiose avec nos bactéries. Cela nécessite un équilibre, une harmonie. Quand cela n'est pas le cas, les manifestations peuvent être très variées : troubles de l'humeur, de la concentration, de la respiration…

Jacqueline Warnet cite l'exemple du candida albican, un champignon qui vit dans notre corps et qui, en règle générale, lui est bénéfique. Du moins il l'est s’il vit dans ses bonnes mesures. Mais s'il y a du stress, un traitement antibiotique, une mauvaise alimentation, il peut être amené à se développer. Il provoque une addiction au sucre très forte donc une soif très forte de sucre... et de ce fait il amène des comportement comme l'irritabilité, des tensions, un épuisement général.

Le docteur Jacqueline Warnet note que "de nombreuses personnes ont des candida albican sans le savoir".

"Deux types de cellules ont besoin de beaucoup de sucre : les candida albican et les cellules cancéreuses. Donc, à chaque fois que vous mangez du sucre, réfléchissez, parce qu’il va y avoir des conséquences. Vous n'allez pas nourrir ce que vous voulez et vous allez faire dysfonctionner votre cerveau".

 

Le chemin de la nourriture

  1. La bouche. Déjà, quand on met un aliment en bouche, on le met en petit morceaux (ce qui permettra à l'estomac de faire son boulot) et on l’imprègne de salive (la digestion commence dès ce niveau avec les amylases).
  2. L'estomac. L'acide gastrique, antibactérien, sépare les protéines et les met en petits morceaux
  3. Le petit intestin. Ici se fait l'assimilation (les nutriments passe dans la circulation) : le glucose, les acides aminés, les acides gras à courte chaîne et le glycérol passent dans les vaisseaux sanguins ; les acides gras à longue chaîne et les triglycérides passent dans les vaisseaux lymphatiques ; l'eau, les sels minéraux et les vitamines quant à eux peuvent passer dans les deux types de vaisseaux.
  4. Le gros intestin (ou colon). Il récupère ce qui reste - là, 100 000 milliards de bactéries attendent à manger.
  5. ... Et dans les selles, on trouve : ⅓ de fibres ; ⅓ de cellules mortes ; ⅓ de bactéries.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Se protéger Consommer et agir autrement
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 15:31

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

À J-2 du procès de l’évasion fiscale à Dax : quatre nouvelles actions ciblent BNP-Paribas

 

samedi 7 janvier 2017, par Attac France

 

 

 

Après avoir mis en prison les fraudeurs fiscaux et leurs complices à Paris hier, 4 nouvelles actions ont été menées ce matin à Amiens, Fontenay sous Bois, Nîmes et Orléans.

 

 

À Fontenay sous Bois, les militant·e·s d’Attac 94, rejoints par des élèves et parents d’élèves, se sont rassemblés devant l’agence BNP Paribas et ont mis en scène une salle de classe pour dénoncer les suppressions de classes dans le Val-de-Marne. Ils ont expliqué que ce sont les paradis fiscaux qu’il faut supprimer, pas les classes d’école !

À Orléans, les militant·e·s d’Attac 45, soutenus par le MAN d’Orléans, ont manifesté contre l’impunité fiscale en offrant le vin chaud aux passant·e·s. Ils ont apporté leur soutien au Faucheur de chaises Jon Palais et aux lanceurs d’alerte du « LuxLeaks » (Antoine Deltour, Raphaël Halet et Édouard Perrin).

À Amiens, les Faucheurs de chaises se sont réunis devant la BNP Paribas, rue des Trois-Cailloux, fermée pour l’occasion. À l’aide de divers jeux et animations, ils ont présenté leurs vœux, à leur manière, aux dirigeants de la banque.

A Nîmes, 30 militant·e·s d’Attac Nîmes, du CCFD, de Nuit debout et Nîmes en transition ont confectionné une couronne des rois avec de faux billets de 60 milliards d’euros devant l’agence BNP, fermée pour l’occasion.

Ces actions se déroulent à deux jours du procès de l’évasion fiscale qui se tiendra à Dax lundi 9 janvier, en soutien au Faucheur de chaises Jon Palais, jugé pour vol en réunion.

À cette occasion, des centaines de personnes feront le procès de l’évasion fiscale. De nombreuses personnalités associatives, syndicales et politiques sont attendues. Attac France sera représentée par Annick Coupé (secrétaire générale d’Attac France), Thomas Coutrot et Geneviève Azam (ex porte-paroles d’Attac France).

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Affiche proces du 9 janvier

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 15:23

 

 

Source : https://france.attac.org

Source : https://www.youtube.com/watch?v=yPdNRpmEKOs&feature=youtu.be

 

 

Eva Joly à la défense ! Soutien aux Faucheurs De Chaises

mercredi 4 janvier 2017, par Action non-violente COP21
 
 
 

 

Action Non-Violente COP21

Ajoutée le 30 déc. 2016

Grand procès de l'évasion fiscale : Eva Joly, avocate et députée européenne défendra Jon Palais​ le 9 janvier 2017 à Dax.

Soutenez la mobilisation : https://faucheursdechaises.eu/
Venir au procès : https://faucheursdechaises.eu/venir-a...

 

 

Source : https://france.attac.org

Source : https://www.youtube.com/watch?v=yPdNRpmEKOs&feature=youtu.be

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Economie et social
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 15:13

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Soutien à Dominique Henry, militante de la confédération paysanne qui risque la prison

Affaire des « mille vaches » : l’acharnement judiciaire se poursuit

 

Publié le 6 janvier 2017

 

 

 

Dominique Henry est une ancienne institutrice et agricultrice en retraite dans le Haut Doubs, militante de la Confédération Paysanne. A l’occasion de la mobilisation initiée en 2013 contre le projet de la « ferme » des 1000 vaches, elle a été condamnée, comme neuf de ses camarades à de la prison avec sursis en 2014. Mais elle n’en n’a visiblement pas terminé avec la justice : elle est convoquée le 12 janvier prochain au tribunal correctionnel de Montbéliard, pour refus de prélèvement ADN, ce qui constitue un délit depuis que cette procédure a été étendue largement. Elle risque la prison.

Sael Bison

Retour sur les faits


Le 28 mai 2014, une cinquantaine de militants de la Confédération paysanne de toute la France sont allés sur le site de la future ferme-usine des 1000 vaches pour démonter symboliquement quelques pièces de la salle de traite. L’objectif de cette action de jour à visage découvert : ramener les pièces sur Paris pour les rendre à Stéphane Le Foll (Ministre de l’agriculture) et Ségolène Royal (Ministre de l’écologie et du développement durable) alors qu’ils inauguraient le « printemps bio » au parc de la Villette. Dominique Henry participe à cette action qu’elle présente elle-même ainsi : « Démonter, dévisser, déboulonner, ne rien casser bien sûr. » Pour ce simple fait, elle est interpellée puis gardée à vue pendant plus de 2 jours, avec 3 autres militants, car elle a refusé le prélèvement d’ADN exigé par la police. En septembre 2014, elle est donc jugée par le tribunal d’Amiens avec neuf de ses camarades, condamnés en première instance pour des faits allant du « refus de prélèvement ADN » à la « dégradation en réunion ». Elle écopera d’une peine de prison avec sursis. La condamnation est confirmée en appel mais sa peine se verra qualifiée de « symbolique », en raison de la reconnaissance de son statut de lanceuse d’alerte.

Mais Dominique n’est pas au bout de ses peines : le 24 décembre 2015, la gendarmerie du Russey la convoque. Un nouveau prélèvement d’ADN lui est réclamé. Elle le refuse une deuxième fois. Pour cette raison, elle comparaîtra le 12 janvier prochain devant le tribunal de Montbéliard. Elle risque jusqu’à 1 an de prison et 15 000 euros d’amende.

La « ferme » des mille vaches : de l’industrialisation massive de l’élevage bovin à la défense des intérêts du grand patronat

 

Cette action s’inscrit dans le contexte plus large de lutte contre l’industrialisation de l’élevage, jusqu’à alors limitée aux volailles. La « ferme » des mille vaches incarne l’une des premières tentatives de développer l’élevage bovin à grande échelle à l’image des énormes complexes industriels qui existent déjà aux Etats Unis. Conséquence : alors que les plus grosses exploitations de la région disposent d’une cinquantaine de vaches laitières, M.Ramery, entrepreneur en BTP patron de 3500 salariés et 365ème fortune de France, stocke aujourd’hui plus de 700 animaux et compte encore augmenter son effectif. Pourtant, le tribunal administratif lui avait imposé un quota de 500 vaches et limité l’étendue du permis de construire. Aucune de ces exigences n’a été respectée par l’industriel sans qu’évidemment il ne soit inquiété par la justice.

Et pour cause, son projet relève d’un dispositif bien rodé : « Le projet de M.Ramery, subventionné par la PAC, prévoit de produire de l’électricité à partir d’un immense méthaniseur alimenté par le lisier, le fumier, des résidus de céréales et autres végétaux. Le méthane libéré par la fermentation alimente un générateur électrique d’une puissance équivalente à 25 éoliennes. Le courant sera racheté par EDF. Encouragé par les primes, le méthane agricole est un nouvel agro-business. Le lait n’est qu’un sous-produit du lisier, du lait « low cost », vendu à moins 20% du prix du marché » explique Dominique Henry. Il s’agit là bien évidemment d’une concurrence intenable pour les petits paysans, synonyme d’une détérioration radicale de leurs conditions de vie, comme de celles des ouvriers à la chaine de cette future ferme-usine.

Ainsi, depuis l’annonce du projet en 2013, les habitants de la région se sont massivement mobilisés, organisés notamment autour de l’association NOVISSEN (NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement) et d’autres collectifs écologistes.

Répression des actions syndicales et criminalisation des militants


Dans ce contexte, l’extension du prélèvement ADN, procédure initialement prévue à l’encontre des « délinquants sexuels » est loin d’être anodine.

Dominique Henry, interviewée par France 3, raconte : « En 98, au départ, ce fichier est créé pour les délinquants sexuels puis étendu par Nicolas Sarkozy en 2003 pour toutes les personnes gardées à vue et reconnues coupables. Ce qui est mon cas. Mais sont exclues celles qui sont coupables d’abus de confiance ou de biens sociaux, de favoritisme, de corruption ou trafic d’influence, bref on le comprend, tous les délinquants en col blanc... »

Si vous êtes dans ce fichier, c’est pour 40 ans. Pendant 40 ans, vous êtes un suspect permanent. Dans mon ADN, il y a des caractéristiques personnelles, sur le groupe ethnique ou encore des informations sur ma santé ou des maladies génétiques. Je pense à mes enfants, mes petits-enfants. On est tous concerné. Je fais le parallèle avec la seconde Guerre Mondiale : dans l’histoire, on a vu des fichiers utilisés à mauvais escient. »

Le procès de Dominique doit se comprendre à l’aune du processus de répression aigue des militants politiques et syndicaux : qu’il s’agisse des Goodyear, des militants de la loi Travail des frères Traoré ou encore de Cédric Herrou, les condamnations pleuvent et nombreuses sont les victimes d’une justice de classe qui libère dans le même temps Christine Lagarde et blanchit les policiers qui tuent impunément.

De Montbéliard à Amiens : les 11 et 12 janvier, tous ensemble contre la répression et la justice de classe !

 

En effet, le procès de Dominique Henry se déroulera le lendemain du rendu du jugement faisant suite à l’audience du 19 octobre 2016 à Amiens pour les 8 Goodyear. Le 19 octobre, une mobilisation d’ampleur en soutien aux Goodyear a permis de faire tomber la réquisition du parquet à de la prison ferme. Face à ce tournant autoritaire et liberticide, il est nécessaire de lutter ensemble pour la défense de nos libertés politiques et syndicales et mettre un coup d’arrêt à la criminalisation de l’action militante.

Alors, d’Amiens à Montbéliard, en passant par Nice et Bobigny, soyons nombreux pour exiger la relaxe de tous les inculpés et l’arrêt immédiat des poursuites contre nos camarades militants et militantes.

 

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 14:53

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Du haut de sa tour d’ivoire surchauffée

Pendant que les sans-abris meurent de froid, Emmanuelle Cosse se félicite de sa politique du logement

 

Publié le 6 janvier 2017

 

 

 

Pour Emmanuel Cosse, ministre du logement, cet hiver ne serait « pas plus difficile que les autres » sur le plan de l’hébergement. Une déclaration scandaleuse alors que des millions de gens redoutent la vague de froid annoncée pour les prochains jours.

Renan Granger

C’est une déclaration qui en dit long sur le mépris des membres du gouvernement vis-à-vis des classes populaires. Alors qu’on attend jusqu’à -8°C ce vendredi dans certaines régions de France, des températures qui ont déjà provoqué la mort d’un SDF à La Rochelle, la ministre du logement, membre d’EELV, ne semble pas plus inquiète que cela. Pour elle, « cela ne sert à rien de dramatiser une situation qui est tendue ». Pourtant, du côté des associations, c’est un autre son de cloche qui se fait entendre. Celles-ci sont grandement préoccupées par la situation actuelle. Selon la FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion), une demande sur deux d’hébergement d’urgence n’aboutirait pas, faute de places disponibles. Certaines associations, comme Action Froid, face à cette situation d’urgence et le peu de réponses de l’Etat, ont même choisi de distribuer des écharpes, des gants et des couvertures aux SDF pour pallier à l’urgence.

Cette aggravation était attendue, car depuis 10 ans, la situation du logement en France n’a fait que se dégrader. En 2016, selon la Fondation Abbé Pierre, on dénombrait par exemple 141 500 sans-abris en France, en augmentation de 50 % sur 11 ans. Et cette situation de grande précarité touche désormais toutes les couches de la population. Selon une étude menée par l’INSEE et l’INED en 2012, 10 % de ces sans-abris seraient diplômés du supérieur et 15 % seraient des étudiants inscrits à l’université. En plus de cette explosion du nombre de sans-abris, le mal-logement a lui aussi largement progressé. Toujours selon la fondation Abbé Pierre, cela concernerait 14,5 millions de personnes en France, dont 2,1 millions vivant sans eau courante, sans WC, sans cuisine, sans douche ou dans un immeuble à la façade très dégradée.

Des chiffres terrifiants dont sont directement responsables le gouvernement et sa ministre du logement, Emmanuelle Cosse. En 2015, le financement de logements sociaux a baissé de 9 %. Une baisse particulièrement accentuée dans la catégorie des logements très sociaux (dits PLAI), dont 700 seulement ont été programmés alors que 3 000 étaient promis en 2015. D’autant plus qu’il y aurait, selon l’INSEE, 2 640 000 logements vacants en 2014, une augmentation de 73 % sur 10 ans. Alors, face à l’urgence, pour que les plus de 323 SDF morts en France l’an dernier soient les derniers, nous devons exiger dès maintenant un logement décent pour tout le monde, en commençant par la réquisition des logements vides.

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 14:45

 

 

Source : http://www.francetvinfo.fr

 

 

Lycéenne le jour, sans-abri la nuit : le témoignage de Marie, 18 ans et SDF

 

 
 
avatar
Violaine Jaussent France Télévisions

Mis à jour le
publié le

 

Les enseignants du lycée Auguste-Blanqui, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), se mobilisent pour trouver une solution de logement pérenne à au moins sept élèves sans domicile fixe. Parmi eux, Marie. Franceinfo l'a rencontrée et a recueilli son témoignage.

 

Marie (le prénom a été modifié), le 5 janvier 2017 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

 

"C'est impossible de fermer les yeux. Il y a toujours une peur. Tu te demandes : 'est-ce que je vais me faire agresser ou pas, qu'est-ce qui va se passer ?' La nuit est hyper longue. Et il fait hyper froid." Avec ses mots, ceux d'une lycéenne de 18 ans, Marie* nous raconte la rue. Comment, avec sa mère et sa sœur de 17 ans, elle s'est retrouvée sans toit pendant dix jours consécutifs en novembre 2016. Comment, la nuit venue, toutes les trois se sont blotties dans des Abribus, des parkings, ou encore dans une gare de la région parisienne. Et comment, le jour, elle essayait de suivre les cours.

Marie est en terminale au lycée Auguste-Blanqui de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Et dans son établissement, elle et sa sœur ne sont pas les seules à se retrouver sans domicile fixe. Cinq autres élèves subissent le même sort. Chacun a une situation particulière, mais tous ont en commun d'avoir dormi à la rue quand le 115, saturé, ne répondait plus. Il y a aussi de longues nuits passées dans une voiture. C'est pourquoi les professeurs du lycée appellent à manifester devant la mairie de Saint-Ouen, jeudi 12 janvier à partir de 18 heures.

Au-delà de la Seine-Saint-Denis, ce cas est loin d'être isolé en France. Mais difficile de savoir combien d'élèves sont SDF. L'Education nationale ne recense pas ce type d'information privée. En effet, une convention de 1989 ratifiée par la France garantit à l'enfant le droit à l'éducation en dehors de toute distinction qui tienne à sa nationalité ou à sa situation personnelle. Toutefois, une enquête de l'Insee (PDF), menée en 2012 auprès des bénéficiaires des centres d'hébergement et de distributions de repas, comptabilise 31 000 enfants sans domicile, qui s'ajoutent aux 81 000 SDF adultes.

 

"La nuit je dormais pas. Je dormais en cours"

Comment un élève se retrouve-t-il à la rue ? Souvent, la situation bascule très vite. Marie est arrivée en France il y a sept ans. Tout se passe bien. Jusqu'au moment où sa mère perd son emploi et a des problèmes de santé. 

"Ma mère avait un travail, comme tout le monde. Mais elle a été virée. On vivait dans un logement de fonction. Ils nous ont dit de quitter le logement."

Marie

à franceinfo

 

Marie, sa mère et sa sœur sont alors hébergées chez une tante pendant onze mois. "C'était loin : tous les jours je me réveillais à 5 heures pour venir au lycée. J'avais deux heures de trajet, mais je me disais que j'avais un logement, que je pouvais dormir. En novembre, ma tante nous a dit qu'elle ne pouvait plus nous prendre en charge, qu'on devait quitter le logement. C'est là que tout a commencé", raconte Marie.

Toutes les trois quittent ce logement et composent le 115, le numéro d'hébergement d'urgence. "C'était un vendredi. Ils nous ont trouvé un hébergement pour un week-end. Et après, le lundi, on a rappelé. Il n'y avait plus rien. On passait notre journée à les appeler, mais il n'y avait jamais de place." Marie marque une pause. Elle se touche machinalement l'oreille. Evoquer cette période ravive de "mauvais souvenirs". "C'était impossible pour moi de travailler, je n'arrivais vraiment pas à suivre. J'ai raté beaucoup de contrôles. C'était vraiment compliqué. La nuit je dormais pas. Du tout. Je dormais en cours."

 

L'anonymat au lycée

Lycéenne le jour, sans-abri la nuit : la jeune fille mène une double vie pendant dix jours. Sans qu'au lycée personne, ou presque, n'en sache rien. Le fait de dormir à la rue est vécu comme une honte. Aujourd'hui encore, Marie est une anonyme, parmi les quelque 1 000 élèves de l'établissement scolaire. Les élèves sans domicile fixe "ne savent pas forcément qui ils sont, même entre eux", relève Clémence Touboul. Cette professeure d'anglais, qui chapeaute et aide Marie, a souhaité assister à l'interview.

On préfère les préserver, pour qu'ils gardent une vie normale au lycée

Clémence Touboul, professeure d'anglais

à franceinfo

Clémence Touboul poursuit : "Pendant les vacances, deux autres familles d'élèves du lycée hébergées par le 115 ont découvert qu'elles étaient sur le même palier, dans le même hôtel. Maintenant elles se soutiennent, mais elles ne savaient même pas qu'elles dormaient au même endroit."

 

"J'étais choqué que ça arrive à une élève"

Marie a mis du temps à se livrer, y compris auprès de ses amis les plus proches. Elle a quand même fini par mettre quelques élèves de sa classe dans la confidence. Leur soutien se révèle précieux : "Ils m'aidaient beaucoup. Ils prenaient les cours pour moi."

Amine* est de ceux-là. Il est aussi à ses côtés pendant l'interview, pour l'épauler. Il raconte comment il a appris que son amie dormait dans la rue. "D'habitude, elle est souriante. Mais là ça se voyait qu'elle était mal. Mes blagues ne marchaient pas !" se souvient-il en riant. Il jette un regard à Marie. "Ce jour-là, j'étais fatiguée et lui il a vu que ça n'allait pas", commente la lycéenne.

Amine reprend : "Je l'ai vue la tête baissée, jusqu'à la fin du cours. Je lui ai envoyé un SMS. Elle m'a juste répondu : 'Dehors, c'est difficile.' Je n'ai pas trop compris. C'est à force d'insister qu'elle m'a tout dit." Amine ne s'attendait pas à ça. Il est stupéfait. "J'étais choqué que ça arrive à une élève, et en plus dans ma classe", reconnaît-il, un peu gêné.

 

Cagnotte et mobilisation

Marie a pu compter sur un autre soutien de poids : celui de l'assistante sociale du lycée. "Cela fait un an qu'elle est au courant de la situation. Je lui ai dit qu'on était hébergées par une tante. Jusqu'au moment où on a été mises dehors", indique la jeune fille. L'assistante sociale réagit comme elle peut, selon Marie : "Tous les soirs, elle m'envoyait des messages : 'comment ça va ?' Elle était vraiment perturbée." 

L'assistante sociale voyait que tous les jours je venais en cours sans avoir pris de douche, rien. Alors, elle me laissait de quoi faire ma toilette à l'infirmerie. Tous les matins, je faisais ça.

Marie

à franceinfo

 

C'est l'assistante sociale qui alerte les professeurs de la situation. L'idée d'une cagnotte s'impose. Une enveloppe de billets circule. Puis la collecte prend de l'ampleur, avec une cagnotte créée sur internet. Mais surtout, les enseignants se mobilisent pour trouver un toit aux lycéens. Un appartement est trouvé pour Marie et sa famille, d'abord jusqu'au 28 décembre. Elles sont ensuite hébergées cinq jours ailleurs, puis, depuis début janvier, dans le studio d'une personne partie en voyage. Une solution temporaire, valable jusqu'au 21 février et financée par l'argent récolté.

 

"C'est le métier des pouvoirs publics"

"On fait ce qu'on peut, de la manière qu'on peut, mais ça reste du bricolage, estime Clémence Touboul. Là, on atteint nos limites. On se rend compte que ce n'est pas notre métier, mais que c'est celui des pouvoirs publics. C'est à eux de faire quelque chose." Les professeurs les ont interpellés à travers une lettre ouverte, diffusée le 10 décembre. Leur message a notamment été relayé sur Twitter par un journaliste du Bondy Blog, Mehdi Meklat, ancien élève du lycée Auguste-Blanqui.

https://pbs.twimg.com/media/CzV3BFiXEAA9qp4.jpg

 

Depuis, Marie a fait une demande de logement à son nom. "Mais la situation ne s'est pas encore débloquée. Avant les vacances scolaires de fin d'année, la préfecture a annoncé qu'un logement allait être libéré à Saint-Ouen pour la famille de Marie. Donc maintenant on attend que ça se concrétise", précise Clémence Touboul. 

La préfecture de Seine-Saint-Denis, sollicitée par franceinfo, répond que le dossier est en cours d'examen. Elle attend d'avoir toutes les informations en main. Elle précise que chaque cas relève d'une situation différente. Elle affirme avoir déjà proposé à certains une solution d'hébergement, mais que les familles n'ont pas donné suite. La plupart de ces solutions d'hébergement ont été formulées par les services du 115.

 

"On apprend au contact de ces élèves"

"Ce qui est impressionnant, c'est que ces élèves ne lâchent pas le morceau. Ils ont quand même envie d'avancer et de réussir. Ils ont cette force-là, et c'est ça qui donne l'énergie de continuer. On apprend à leur contact, c'est complètement fou, insiste de son côté la professeure d'anglais. On se dit : 'combien d'élèves sont passés par là sans qu'on ne le sache ?' Donc c'est tout à ton honneur, Marie, de t'être manifestée, d'en avoir parlé à des adultes."

Un sourire timide s'affiche sur le visage de Marie. "J'ai un endroit où dormir, je peux prendre une douche et je peux faire mes devoirs aussi", glisse la lycéenne.

Je suis quelqu'un qui reste toujours positif. Et après je me dis qu'il y a pire que moi.

Marie

à franceinfo

La jeune fille ne pense pas trop à l'après et préfère se concentrer sur son baccalauréat. Avec un rêve : devenir ingénieure de contrôle aérien.

 

*Le prénom a été changé

 

 

Source : http://www.francetvinfo.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 18:12

 

 

 

Source : http://www.cadtm.org/Documents-secrets-du-FMI-sur-la

 

 

Documents secrets du FMI sur la Grèce avec commentaires d’Eric Toussaint (CADTM)

5 janvier par Eric Toussaint

 

 

 

 

Nous mettons à la disposition du public francophone des documents tenus secrets par le FMI. Il s’agit de documents authentiques qui ont été mis à la disposition de la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque par Zoe Konstantopoulou, la présidente du Parlement grec en fonction entre le 6 février et le 3 octobre 2015. Le contenu de ces 2 documents qui datent de mars et de mai 2010 est accablant pour le FMI.

Afin de convaincre le FMI, les dirigeants français, allemand et hollandais ont menti Le compte-rendu officiel de la réunion du 9 mai 2010 au cours de laquelle la direction du FMI approuvé un crédit de 30 milliards € à la Grèce montre très clairement qu’un nombre élevé de membres de la direction ont exprimé de très fortes critiques à l’égard du programme que l’institution s’apprêtait à mettre en œuvre. Certains d’entre eux ont dénoncé le fait que le programme visait à sauver les banques privées européennes qui étaient créancières de la dette publique et privée grecque, principalement quelques grandes banques françaises et allemandes. Plusieurs d’entre eux ont dénoncé une politique qui reproduisait ce qui avait conduit à la crise argentine de 2001 et à la crise asiatique de 1996-1997 (voir encadré avec la citation du directeur exécutif argentin). Plusieurs dirigeants ont dénoncé le fait que le noyau dirigeant du FMI avait modifié à l’insu des autres membres du conseil d’administration une des règles fondamentales qui conditionnent les crédits alloués par le FMI à ses membres. En effet, pour qu’un crédit puisse être octroyé par le FMI, il faut démontrer que ce crédit et le programme qui l’accompagne rendront soutenable le remboursement de la dette. Vu que cette condition ne pouvait pas être satisfaite dans le cas de la Grèce étant donné que la direction du FMI et les autorités européennes refusaient de réduire la dette grecque et d’y faire participer les banques privées, la condition mentionnée plus haut a été supprimée en catimini. Elle a été remplacée par un nouveau critère : la nécessité d’éviter un risque élevé de déstabilisation financière systémique internationale. La direction du FMI a justifié par l’urgence ce changement de critère non respectueux des règles de fonctionnement. Afin de convaincre ceux des dirigeants du FMI qui émettaient de très fortes réserves, les dirigeants français, allemand et hollandais ont menti en assurant que les banques de leur pays ne se débarrasseraient pas des titres grecs. Selon eux, les banques françaises, allemandes et hollandaises allaient conserver les titres grecs en leur possession afin de permettre la réussite du programme qui allait commencer. Or il est prouvé que les banques françaises, allemandes et hollandaises ont vendu massivement les titres qu’elles détenaient sur le marché secondaire en provoquant une aggravation de la crise grecque et en reportant sur le dos des contribuables européens, et en premier lieu sur le peuple de la Grèce, les risques qu’elles avaient pris et la crise qu’elles avaient très largement contribué à provoquer. Toujours pour lever les réticences de certains membres de la direction du FMI, les responsables du FMI en charge des relations avec la Grèce ont affirmé que des mesures sociales seraient prises pour éviter que les bas salaires et les petits retraités soient touchés par les mesures d’austérité. Ils ont menti. Pour emporter également l’accord des membres de la direction du FMI, ils ont affirmé que les banques grecques étaient saines et que leurs problèmes provenaient uniquement des risques que faisaient porter sur elles le poids d’une dette publique trop importante et d’un déficit public abyssal. C’était faux : les banques grecques se trouvaient dans un état désastreux. Toujours pour convaincre ceux des dirigeants qui doutaient, on leur a déclaré que le plan serait soumis pour approbation au Parlement grec. Or, en réalité, le programme a été imposé à la hussarde au parlement, sans possibilité d’amendement et en bafouant la constitution grecque, comme l’ont dénoncé à l’époque de nombreux juristes.

Le président de la BCE a menacé la Grèce de couper l’accès des banques aux liquidités de la BCE Pour convaincre les membres de la direction du FMI qui souhaitaient qu’on demande aux banques de participer « collectivement » à l’effort en acceptant une réduction de leurs créances, les responsables du dossier grec ont affirmé que les autorités grecques ne voulaient pas d’une réduction de la dette publique. Et le représentant grec, Panagiotis Rouméliotis, a confirmé cette version des faits. Plus tard, ce même représentant a affirmé que c’est sous la pression du président de la Banque centrale européenne (BCE) que la Grèce a déclaré qu’elle ne souhaitait pas une réduction de sa dette. Selon le représentant de la Grèce au FMI, Jean-Claude Trichet aurait menacé la Grèce de couper l’accès des banques grecques aux liquidités de la BCE. Il est certain que Jean-Claude Trichet a utilisé cette menace dans les mois au cours desquels le mémorandum a été négocié. Il est également avéré qu’il a utilisé la même menace à l’égard de l’Irlande quelques mois plus tard lors de la mise au point du mémorandum concernant ce pays. Il est également certain que les banquiers grecs, tout comme les banquiers français, allemands ou hollandais ne voulaient pas entendre parler d’une réduction de la dette grecque car ils n’acceptaient pas d’être mis à contribution pour assurer leur propre sauvetage. Les banquiers ont obtenu deux ans de répit afin de pouvoir se dégager et obtenir des compensations importantes.

Le FMI affirme très clairement que, vu l’appartenance de la Grèce à la zone euro, il lui est impossible de retrouver de la compétitivité en dévaluant sa monnaie. Du coup, le FMI considère qu’il faut dévaluer les salaires et les allocations sociales : c’est ce qu’on appelle la dévaluation interne. Elle fait des ravages en Grèce et dans d’autres pays périphériques au sein de la zone euro. Le contenu de ces documents secrets conforte le jugement porté par la Commission pour la vérité sur la dette : les dettes réclamées par le FMI à la Grèce sont illégitimes, illégales, odieuses et insoutenables (voir le chapitre 8 du rapport de la commission)

Comment fonctionne le FMI ?

À l’aide de l’organigramme simplifié du FMI ci-dessous, Michel Husson précise le fonctionnement du FMI.


Source : FMI, Comment les décisions sont prises au FMI, Avril 2016

« Une décision comme le plan d’aide à la Grèce est prise par le Conseil d’administration, sur la base d’études préparatoires commandées par la direction générale aux services compétents. Le staff emploie 2400 personnes, dont la moitié d’économistes.
Entre les économistes du staff et la direction générale, il existe des interactions variables ou plutôt des liens plus ou moins distendus qui ne concernent pas de la même manière l’ensemble des économistes payés par le FMI. Dans certains cas, la bride est relâchée et l’on obtient des études qui frisent l’hétérodoxie. Mais quand on passe aux affaires sérieuses, la courroie de transmission fonctionne à l’envers et les économistes ont alors pour fonction d’assurer la défense et l’illustration des orientations politiques
. » |1|

Dans la traduction des documents du FMI ci-dessous, nous utilisons les termes de « directeurs exécutifs » pour désigner les membres du « conseil d’administration » (Executive Board) du FMI. Nous utilisons le terme « staff » pour désigner les « services » du FMI.

En premier lieu, nous proposons à la lecture le compte-rendu de la réunion du conseil d’administration du FMI du 9 mai 2010 car il met en évidence les divergences internes et n’est pas rédigé dans la langue de bois habituelle du FMI. Ce compte-rendu officiel sort tout à fait de l’ordinaire. Il est certain qu’il n’a pas été apprécié par les principaux dirigeants de cette institution despotique et mortifère. À vous de lire et de vous faire une opinion.

 

JPEG - 361.6 ko
Première page du document - version annotée

10 mai 2010

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

Sujet :Réunion du Conseil d’administration à propos de la demande d’un Accord de confirmation (Stand-By Arrangement, SBA) pour la Grèce – 9 mai 2010

Le Conseil d’administration a adopté à l’unanimité la demande formulée par la Grèce afin d’obtenir un Stand-By Arrangement (SBA) sur trois ans pour un total de 30 milliards d’euros (26,4 milliards DTS), soit 32 fois le quota grec, le plus important programme adopté par le Fonds à ce jour. Les partenaires de la zone euro participeront à une aide financière bilatérale à hauteur de 80 milliards d’euros. Le montant total de 110 milliards d’euros couvrira le manque attendu de financements publics durant la période d’application du programme. Pour chaque paiement qui aura lieu durant la période d’application du programme, la Grèce s’est engagée à utiliser les ressources du FMI et de la Commission européenne (CE) dans un ratio constant de 3 pour 8.

Les principaux objectifs du programme sont : (i) de réduire le déficit budgétaire en-dessous de 3 % du PIB d’ici à 2014, le ratio dette/PIB devant commencer à se stabiliser à partir de 2013, puis décliner progressivement ; (ii) de sauvegarder la stabilité du système financier à travers l’établissement d’un Fonds de stabilité financière (FSF) entièrement indépendant qui soutiendra les banques si nécessaire |2| ; et (iii) de restaurer la compétitivité de l’économie grecque à travers des réformes structurelles complètes.

En plus des mesures budgétaires déjà adoptées par les autorités au début de l’année 2010 (totalisant 5 % du PIB), le programme envisage un ajustement budgétaire de départ de 11 % du PIB entre 2010 et 2013. Toutes les mesures ont été identifiées, les principales étant : (i) une augmentation des recettes fiscales à hauteur de 4% du PIB, principalement par une TVA plus élevée ; (ii) une réduction significative des dépenses à hauteur de 5,2 % du PIB, principalement à travers l’abolition des 13e et 14e mois de salaire pour les fonctionnaires ainsi que des 13e et 14e mois de pension, tant dans le secteur public que dans le secteur privé, à l’exception de ceux qui ont de bas salaires ou de basses pensions ; et (iii) des mesures budgétaires structurelles à hauteur de 1,8 % du PIB.

Tout en soutenant le programme, plusieurs directeurs exécutifs non-européens ont soulevé de nombreuses critiques.


1. Une demande d’aide du Fonds arrivée trop tard

Selon certains directeurs exécutifs (Australie, Canada, Chine, Russie, Suisse), le caractère tardif de la demande d’aide révélait des défauts dans l’architecture de la zone euro, y compris dans sa stratégie de communication (portant plutôt à confusion), qui semblait « parcellaire » selon le directeur étatsunien. Le directeur exécutif allemand a clarifié le fait qu’en l’absence d’une disposition appropriée dans le Traité de Maastricht, l’Union européenne avait dû rapidement concevoir un mécanisme d’assistance financière, désormais entièrement opérationnel. Il a été largement remarqué que six directeurs exécutifs européens (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Pays-Bas et Danemark) avaient publié un communiqué commun soutenant l’accord du SBA à la Grèce.


2. Des hypothèses de croissance optimistes

Les directeurs exécutifs chinois et suisse ont mis l’accent sur le fait que la croissance déterminerait à terme la capacité de la Grèce à se débarrasser du fardeau de sa dette. Un seul écart au scénario de référence du programme suffirait à faire dérailler l’objectif de consolidation budgétaire, mettant en danger la soutenabilité de la dette. Le staff du FMI a répondu en mentionnant qu’il pouvait à l’inverse y avoir des risques à la hausse, en raison des incertitudes sur l’ampleur de l’économie informelle.


3. Risques liés au programme

En raison de l’ajustement budgétaire à deux chiffres face auquel se retrouve la Grèce, certains directeurs exécutifs (Argentine, Australie, Canada, Brésil et Russie) ont souligné les risques « immenses » que comporte le programme (ainsi que le risque de réputation qui s’en suivrait pour le Fonds). Certains ont comparé la situation grecque à celle de l’Argentine avant la crise de la fin 2001.

1er Encadré réalisé par le CADTM et inséré dans le texte du FMI afin de le rendre plus compréhensible.

Pablo Pereira, le représentant argentin, critique sans ambages l’orientation passée et présente du FMI : « Les dures leçons de nos propres crises passées sont difficiles à oublier. En 2001, des politiques similaires ont été proposées par le Fonds en Argentine. Ses conséquences catastrophiques sont bien connues (...) Il y a une réalité qui ne fait aucun doute et qui ne peut être contestée : une dette qui ne peut pas être payée ne sera pas payée sans une croissance soutenue (...) Nous savons trop bien quelles sont les effets des « réformes structurelles » ou des politiques d’ajustement qui finissent par déprimer la demande globale et, par conséquent, les perspectives de reprise économique (...) Il est très probable que la Grèce finisse plus mal en point après la mise en œuvre de ce programme. Les mesures d’ajustement recommandées par le Fonds vont réduire le bien-être de sa population et la capacité réelle de remboursement de la Grèce ». 

D’un autre côté, le directeur exécutif russe a fait remarquer que, par le passé, d’autres programmes du Fonds (par exemple au Brésil et en Turquie) que l’on estimait particulièrement risqués se sont finalement révélés être des succès.
Le staff du FMI a lui-même reconnu les risques exceptionnellement élevés du programme, notamment dans leur évaluation de la soutenabilité de la dette à propos de laquelle ils déclarent : « dans l’ensemble, le staff considère que la dette est soutenable sur le moyen terme, mais des incertitudes de taille sur ce sujet rendent difficile toute affirmation catégorique qui dirait qu’il y a une forte probabilité que la dette soit soutenable ».

Le staff du FMI a souligné que la crédibilité du programme repose en partie sur le fait qu’il permet à la Grèce de ne pas devoir retourner sur les marchés financiers avant longtemps (un à deux ans). La mise en place effective du programme conduirait à des excédents budgétaires considérables dont on estime qu’ils rassureront les marchés malgré le niveau élevé de la dette publique.

Le staff du FMI admet que le programme ne fonctionnera pas sans la mise en œuvre de réformes structurelles. À cet égard, les autorités auront pour plus grand défi de vaincre l’opposition féroce des intérêts particuliers. Le directeur exécutif australien a mis l’accent sur le fait qu’il existe un risque à répéter les erreurs commises durant la crise asiatique, en ce qui concerne le fait d’imposer trop de conditionnalité structurelle. Alors que la conditionnalité structurelle du Fonds est vitale au niveau « macro », celle imposée par la Commission européenne ressemble à une « liste de courses » (« shopping list ») - un inventaire à la Prévert ou un catalogue des Trois Suisses.

Le staff du FMI reconnait que le programme mettra certainement la société grecque au défi. Le staff du FMI a rencontré les principaux partis d’oppositions, organisations non-gouvernementales et syndicats. Selon le staff du FMI, la « chose frappante » est que le secteur privé soutient entièrement le programme, vu comme l’instrument qui permettra de mettre fin à de nombreux privilèges du secteur public.

JPEG - 309.2 ko

Extrait du document - page 3 - version annotée

4. Restructuration de la dette.

Plusieurs directeurs exécutifs (Argentine, Brésil, Inde, Russie et Suisse) ont regretté l’absence d’un volet dans le programme : celui-ci devrait avoir inclus la restructuration de la dette et la « participation du secteur privé » (Private Sector Involvement, PSI), afin d’éviter, selon le directeur brésilien, « un bail-out des détenteurs privés de la dette grecque, principalement des institutions financières européennes ». Le directeur argentin a largement critiqué le programme en ce que celui-ci semble répéter les erreurs (c’est-à-dire un resserrement budgétaire insoutenable) qui ont préparé la crise argentine de 2001. À la surprise des autres directeurs exécutifs européens, le directeur suisse a répété énergiquement les inquiétudes mentionnées ci-dessus en ce qui concerne l’absence d’une mesure de restructuration de la dette dans le programme, et a pointé du doigt la nécessité de reprendre les discussions concernant un mécanisme de restructuration des dettes souveraines.

Le staff du FMI a fait remarquer que la restructuration de la dette avait été écartée par les autorités grecques elles-mêmes. Bien qu’il y ait eu des discussions sur le PSI, il était impossible de reproduire l’expérience de la Bank Coordination (« Vienna ») Initiative, en raison de la dispersion des titres publics grecs entre un nombre indéfini de porteurs. En outre, M. Lipsky a souligné le fait que 90% de ces titres ne comportent pas de clause d’action collective, ce qui rendrait une restructuration encore plus difficile.

Les directeurs exécutifs néerlandais, français et allemand ont fait part au conseil d’administration des engagements de leurs banques commerciales destinés à soutenir la Grèce et plus largement à maintenir leur exposition.

2e Encadré réalisé par le CADTM et inséré dans le texte du FMI afin de le rendre plus compréhensible :

Une socialisation des pertes des banques privées et une thérapie de choc qui rappelle ce qui s’est passé en Amérique latine et en Asie

Voici un extrait de la déclaration du directeur exécutif brésilien concernant l’absence de processus de restructuration dans le programme :
« En l’état, le programme risque de remplacer un financement privé par un financement public. Pour le dire en des mots plus forts, il pourrait être vu non pas comme un plan de sauvetage de la Grèce, qui aurait à subir un violent ajustement, mais comme un bail-out des détenteurs privés de la dette grecque, principalement des institutions financières européennes. »

Le directeur exécutif argentin a quant à lui déclaré :
« Dans la mesure où nous traversons encore une crise systémique mondiale, la stratégie de resserrement budgétaire et d’isolation du pays en le blâmant pour son indiscipline budgétaire passée ou son manque de compétitivité, sera très probablement un échec. […]
Un partage intelligent et équitable du fardeau que représentent les coûts de la crise aurait été souhaitable pour la réputation du Fonds (en l’état, il risque d’être accusé de simplement faire gagner du temps, ou de garantir aux banques qu’elles seront entièrement remboursées dans l’année qui arrive, avant que l’inévitable se produise), et cela aurait été encore plus souhaitable pour la population grecque et pour les prévisions de croissance du pays.
 »

Le directeur allemand a ensuite répondu la chose suivante :
« Je peux informer les directeurs exécutifs que les banques allemandes envisagent de soutenir la Grèce, mais je dois également souligner que cela se fera notamment, ou uniquement, sur une base volontaire. Il ne s’agit pas d’une restructuration de dette, il s’agit d’actions volontaires. Je n’ai pas d’information définitive pour le moment, mais je sais que ces banques veulent maintenir une certaine exposition aux banques grecques, ce qui signifie qu’elles ne vendront pas de titres grecs et qu’elles maintiendront leurs lignes de crédit à la Grèce. »

Le directeur français a fait une déclaration dans le même sens :
« Plus tôt cette semaine, une réunion s’est tenue entre nos principales banques et ma ministre, Mme Lagarde |3|. J’aimerais souligner ce qui a été publié à l’issue de cette réunion, à savoir un communiqué dans lequel ces banques françaises s’engagent à maintenir leur exposition en Grèce pendant toute la durée du programme […]. Il est donc clair que les banques françaises, qui figurent parmi les banques les plus exposées en Grèce, vont faire leur travail. »

Enfin, le directeur néerlandais a déclaré :
« Les banques néerlandaises, après avoir consulté notre ministre des Finances, ont annoncé publiquement qu’elles joueraient leur rôle et soutiendraient le gouvernement grec et les banques grecques.  »

En réalité, comme le suspectaient plusieurs directeurs exécutifs du FMI, et comme l’a montré le rapport de la Commission pour la vérité sur la dette grecque, la finalité réelle de l’accord était de donner le temps aux banques des pays les plus forts de la zone euro de se débarrasser des titres grecs.

Le graphique ci-dessous montre très bien que les banques françaises, allemandes, hollandaises, belges, autrichiennes, italiennes, … se sont délestées des titres grecs au cours des années 2010 et 2011.

Exposition des banques étrangères en Grèce (en Mds d’euros)

Source : BRI, Consolidated Ultimate Risk Basis.

Nous montrerons dans un autre article que c’est la BCE qui les a aidées directement à se débarrasser des titres grecs en les protégeant contre les pertes qu’elles auraient dû affronter.

Le refus des créanciers d’accepter une décote sur leurs titres grecs eut pour conséquence un accroissement de la dette souveraine grecque qui passa de 299 à 355 Mds d’euros entre la fin de l’année 2009 et la fin de l’année 2011, ce qui représente une augmentation de 18,78 %. Au cours des années 2010-2013, une récession sans précédent fut provoquée par les politiques dictées par le Fmi et le reste de la Troïka. Aucun des pronostics du FMI concernant l’amélioration des finances de la Grèce ne s’est concrétisé. Les résultats du mémorandum de 2010 constituent un démenti complet aux prévisions optimistes du FMI.

5. Modalités des évaluations communes FMI/CE/BCE du programme.

Certains directeurs exécutifs (Chine, Égypte et Suisse) ont souligné le risque que des évaluations communes révèlent des différences de jugement entre les trois institutions impliquées (FMI/CE/BCE). Le staff du FMI a spécifié que des représentants de ces trois institutions seraient « assis à la même table au même moment ». Le Fonds est une institution indépendante et mènera les évaluations en conséquence. En principe, si la CE n’acceptait pas de verser sa part de financement en raison de conditionnalités non respectées par les autorités grecques, le Fonds pourrait bloquer sa part de financement en raison d’un manque d’assurances financières. Mais cela ne semble être qu’une possibilité théorique. En réalité, le chef de mission en Grèce (M. Thomsen) a insisté sur le fait que « la coopération a bien débuté », puisque lors des discussions à Athènes, la BCE a entrepris de s’occuper des problèmes du secteur financier, la Commission européenne des problèmes structurels, et le Fonds des problèmes budgétaires. La coopération est une force du programme, et s’exerce dans un système d’équilibre des pouvoirs.


6. Le statut de « créancier privilégié » du FMI.

Le directeur exécutif étatsunien (soutenu par le Brésil et la Suisse) a souligné qu’en raison du statut de créancier privilégié du FMI, le prêt de ce dernier serait considéré supérieur aux prêts bilatéraux de pays membres de l’UE sous supervision de la Commission européenne. Le staff du FMI a confirmé cette supériorité en raison de la nature de bien public que revêt le financement du Fonds, supériorité qui ne va pas à l’encontre des règles du Club de Paris.


7. Critère n°2 pour un accès exceptionnel aux ressources du Fonds.

Le directeur exécutif suisse (soutenu par l’Australie, le Brésil, l’Iran) a fait remarquer que le staff du FMI avait « silencieusement » modifié les documents officiels (c’est-à-dire sans autorisation préalable du conseil d’administration) afin d’en changer le critère n°2 pour l’accès exceptionnel aux ressources du Fonds, en étendant cet accès aux cas dans lesquels il existe un risque élevé de déstabilisation financière systémique internationale (« a high risk of international systemic spillover effects »). Le directeur du département juridique (The General Counsel) a clarifié le fait que cette décision était justifiée par la nécessité d’agir de manière expéditive, en se basant sur l’hypothèse que le conseil d’administration donnerait son approbation lors du compte-rendu suivant. Ce changement dans la politique d’accès aux ressources était nécessaire car la Grèce ne pouvait pas représenter une exception, en raison du fait que les politiques du Fonds doivent être applicables uniformément à tous les Etats membres.

Contributeur : F. Spadafora

Fin du compte-rendu officiel réalisé par le FMI.

Extrait du document - version annotée

Deuxième document du FMI, il date du 25 mars 2010
Fonds Monétaire International (FMI)

 

SECRET

Grèce – Questions clés
[25 mars 2010]

La Grèce a besoin d’un programme d’ajustement sur plusieurs années incluant un large filet de sécurité financier. Elle a besoin de plus de temps que ce qui lui est actuellement imparti en vertu du pacte de stabilité et de croissance (PSC) afin d’ajuster son équilibre budgétaire, de contrôler sa dette et de mettre en œuvre les réformes structurelles permettant de restaurer sa compétitivité. Durant cette période de transition, les besoins de financement seront importants, l’économie sera très sensible aux chocs négatifs, et la tension sera élevée pour l’ensemble de la société également. Les marchés des capitaux ont besoin de signaux d’assurance forts pour permettre à ces efforts de s’inscrire dans la durée, ou bien les taux d’intérêt des titres grecs ne redescendront pas et rendront insoutenables les dynamiques d’endettement. Le défi va bien au-delà de la résolution des problèmes à court terme qui résulteront des quelques paiements d’amortissement des mois d’avril et de mai de cette année.

L’économie n’est pas compétitive. Peu de réformes ont été mises en œuvre, l’économie reste relativement fermée, et la compétitivité a chuté d’environ 25% depuis l’adoption de l’euro, tandis que les prix domestiques ont toujours dépassé la moyenne des pays de la zone euro. Le solde des comptes actuel, même en période de récession, reste à un niveau de 11% du PIB.

La politique budgétaire a été peu ambitieuse. Tandis que les dépenses en salaires et en allocations, comme les réductions d’impôts, ont été importantes, les dépenses hors paiement des intérêts de la dette ont bondi à hauteur de 8% du PIB entre 2000 et 2009, et les recettes ont diminué de 3%, fragilisant l’équilibre budgétaire de 11% du PIB depuis 2000. La dette publique a augmenté pour atteindre 115% du PIB.

La déflation et la croissance faible rendront ce fardeau d’endettement plus difficile à gérer. Sans recours à des modifications du taux de change, la Grèce doit faire face au double défi de restaurer sa compétitivité à travers la dévaluation interne – ce qui est toujours long et laborieux – tout en mettant en œuvre un ajustement budgétaire ambitieux. Cela forcera la Grèce à entreprendre des coupes dans les salaires nominaux et dans les allocations sociales – un scénario de désinflation selon lequel le PIB nominal diminuera certainement durant plusieurs années. Les dépenses domestiques, qui sont à la base des rentrées fiscales, seront forcément faibles. Ainsi, par rapport au PIB, le déficit budgétaire et la dette resteront sous une pression à la hausse, même si un ajustement budgétaire significatif était mis en œuvre : malgré des mesures ambitieuses à hauteur de 4% du PIB cette année, il est attendu que le déficit atteigne 11,5% du PIB l’année prochaine. Un ajustement budgétaire fort et prolongé est nécessaire afin de renverser la tendance à la hausse du ratio d’endettement à laquelle la Grèce est confrontée dans les conditions actuelles.

Mais l’ajustement budgétaire doit aussi être réaliste. Même avec des mesures budgétaires additionnelles s’élevant à 2-2,25% du PIB chaque année durant les cinq prochaines années, le ratio de la dette par rapport au PIB s’élèverait à environ 150% du PIB d’ici à 2013, avant de se stabiliser puis de diminuer lentement. Un ajustement plus rapide – tel qu’impliqué par l’objectif d’un déficit de 3% du PIB d’ici à 2012 fixé par le PSC – sera très risqué : la Grèce est une économie relativement fermée, et la contraction budgétaire qu’impliquerait cet ajustement provoquerait une contraction brutale de la demande domestique et une profonde récession qui lui serait liée, détruisant sévèrement le tissu social. De plus, cela semble difficilement faisable puisque des coupes durables dans les dépenses nécessitent des réformes et des changements dans les programmes de prestations sociales qui demanderont du temps afin de les mettre en œuvre et d’en tirer des résultats.

Le système bancaire pose un autre risque important. Avec la dégradation de la situation économique de l’État, les banques ont été mises sous pression pour trouver des financements, mises à l’écart des lignes de crédit interbancaires comme du financement en gros, et, récemment, ont perdu des dépôts. Les banques ont recours à la BCE pour rester à flot, mais ceci n’est pas une solution durable. De plus, le lent déclin économique qui nous attend va faire augmenter le nombre de crédits non recouvrables de manière significative, et il est possible, et même probable, que le gouvernement devra injecter du capital afin de stabiliser le système bancaire et de sauvegarder les dépôts. Ces sommes s’ajouteraient aux besoins de financement du gouvernement, qui sont déjà importants.

Le financement doit rester important. En raison du fait que la réduction du déficit prend du temps tandis qu’il faut rembourser et refinancer le capital emprunté, les besoins d’emprunts du secteur public atteindront en moyenne autour de 50 milliards d’euros en 2010-2012, même avec des mesures budgétaires à hauteur de 2 à 2,5% du PIB chaque année, telles que cela a été présenté plus haut. Et cela ne tient pas compte du besoin potentiel d’un sauvetage public du système bancaire.

C’est pourquoi les marchés de capitaux sont inquiets. Les marchés financiers anticipent et perçoivent que la période qui s’ouvre va être difficile. L’augmentation continue du ratio de la dette menace la notation de l’État et accroît les rendements exigés par les acheteurs de titres grecs. Les marchés ont besoin d’être assurés qu’un défaut de paiement n’est pas à l’ordre du jour avant d’engager plus de fonds.


Traduction de l’anglais vers le français par Nathan Legrand
en collaboration avec Éric Toussaint.

 

Documents visible ici

 

Notes

|1| Michel Husson, Grèce : les « erreurs » du FMI, 2 septembre 2016

|2| Note du CADTM : il s’agit du Fonds hellénique de stabilité financière créé en juillet 2010. Voir le site officiel

|3| Christine Lagarde était, à l’époque, ministre dans le gouvernement du président N. Sarkozy. En 2011, elle est devenue directrice générale du Fonds monétaire international (FMI).

Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France. Il est l’auteur des livres Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège. Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission poursuit ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.

 

 

 

Source : http://www.cadtm.org/Documents-secrets-du-FMI-sur-la

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Grèce
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 17:43

 

Info reçue par mail

 

Message d'ATTAC :
 
BESOIN DE MONDE : action « faisons le siège des banques » ce samedi 7 janvier, RDV à 10h, place Questel à Nîmes !
 
Contexte :
Alors que les faucheurs de chaises ou des lanceurs d’alerte se retrouvent devant des tribunaux, l’impunité judiciaire dont jouissent les délinquants fiscaux et leurs complices est une injustice que nous ne pouvons pas accepter. C’est pour cette raison que les faucheurs de chaises ont repris leurs actions en « faisant le siège » de BNP Paribas.
Ces actions auront comme point d’orgue un rassemblement massif à Dax le lundi 9 janvier 2017 appelé par Action Non-Violente COP 21, les Amis de la Terre, Attac, et Bizi ! pour faire le procès de l’évasion fiscale avec un mot d’ordre : « Ce ne sont pas les faucheurs de chaises qu’il faut juger, c’est l’évasion fiscale en bande organisée ! »
 
Rendez-vous pour l’action de ce samedi :
Dans le prolongement des actions qui ont eu lieu les vendredi 9 et samedi 10 décembre 2016, à l’encontre de la BNP Paribas pour dénoncer le système de l’évasion fiscale et appeler au financement de la transition écologique et sociale, ATTAC Nîmes vous invite à participer à une action symbolique et pacifique ce samedi 7 janvier 2017 au matin.
 
NOUS AVONS BESOIN DE MONDE !
Rendez-vous ce samedi à 10h, place Questel (proche Maison Carrée) pour cette action de 10h30 à 12h environ.
NB : important d’être au RDV à 10h pour les préparatifs de l’action !
 
Voir aussi le communiqué commun au sujet de cette journée de mobilisation (avec plein d’images des actions déjà menées !) : « Multiplication des actions des Faucheurs de chaises : des dizaines d’agences BNP Paribas fermées partout en France » :
 
 
 
Un autre message d'ATTAC
 
Le 9 janvier 2017 à Dax, faisons le procès de l’évasion fiscale !
Et réservez votre place dans le bus (arrêt à Nîmes).
 
Le 9 janvier 2017 à Dax, faisons le procès de l’évasion fiscale !
Rassemblement festif et revendicatif contre l’évasion fiscale et l’impunité fiscale, et pour le financement de la transition sociale et écologique. Plus d’infos: ici.
 
Réservez votre place dans le bus pour faire le procès de l’évasion fiscale, à Dax, le lundi 9 janvier (départ de Nîmes le dimanche 8 janvier à 11h, RDV à l’entrée d’autoroute A9 « Nîmes Ouest », possibilité de se garer sur le parking de Carrefour Nîmes Ouest et d’aller au RDV à pied). Toutes les infos : 
 
La fraude et l’évasion fiscale coûtent chaque année entre 60 et 80 milliards d’euros en France, et 1 000 milliards d’euros au niveau européen. Au niveau mondial, on estime que plus de 20 000 milliards de dollars sont abrités dans les paradis fiscaux.
Ces sommes astronomiques manquent aux finances publiques, et nous privent de moyens pour financer nos écoles, des crèches, des transports publics, des logements, des centres d’accueil, des hôpitaux, la justice, etc. à l’heure même où le chômage, la pauvreté et les inégalités augmentent.
Ces sommes manquent d’autant plus cruellement que la crise écologique s’aggrave, et que des millions de personnes dans le monde sont contraintes de migrer à cause des guerres et des premiers impacts du dérèglement climatique. Nous devons de toute urgence nous engager dans une transition vers une société qui soit à la fois socialement plus juste, créatrice d’emplois, et écologiquement soutenable. Pour relever ce défi, nous avons besoin de moyens financiers, de services publics renforcés, et de nous rassembler autour de valeurs de partage et de solidarité.

 

 

 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 17:33

 

 

Source : http://www.cadtm.org/Banques-Comment-controler-leur

 

 

Banques : Comment contrôler leur pouvoir exorbitant ?

 

13 décembre 2016 par Eric Toussaint , Eric de Keuleneer , Aline Fares , Fred Mawet

 

 

 

Nous publions la vidéo (durée : 2 heures) de la table ronde consacrée au monde de la finance et à la question de la nécessaire reprise de contrôle sur ce « nerf de la guerre ». Comment contrôler le pouvoir aujourd’hui exorbitant de la finance ? Avec Aline Fares (Finance Watch), Eric De Keuleneer (Solvay Brussels School of Economics) et Eric Toussaint (CADTM) ; modération Fred Mawet (d’ATTAC Bruxelles2).

Dans le cadre de l’université d’Automne d’Attac Wallonie Bruxelles, les 8-9 octobre 2016 à Liège - Ré-enchanter la vie : La fin et les moyens.

Déroulement de la conférence : 2 X 1h : 1h d’interventions et 1h de débat

Nous publions la vidéo (durée : 2 heures) de la table ronde consacrée au monde de la finance et à la question de la nécessaire reprise de contrôle sur ce « nerf de la guerre ». Comment contrôler le pouvoir aujourd’hui exorbitant de la finance ? Avec Aline Fares (Finance Watch), Eric De Keuleneer (Solvay Brussels School of Economics) et Eric Toussaint (CADTM) ; modération Fred Mawet (d’ATTAC Bruxelles2).

Dans le cadre de l’université d’Automne d’Attac Wallonie Bruxelles, les 8-9 octobre 2016 à Liège - Ré-enchanter la vie : La fin et les moyens.

Déroulement de la conférence : 2 X 1h : 1h d’interventions et 1h de débat

Introduction et animation par Fred Mawet :

Les banques sont un enjeu essentiel à tout projet de changement social : Qu’est-ce qu’une banque ? une structure qui a le pouvoir immense de définir qui peut ou pas avoir de l’argent pour monter des projets => pour définir les villes, la société et son économie.

Or, la crise de 2008 et d’autres épisodes ont démontré s’il le fallait encore que les banques fonctionnent sur la recherche de maximalisation de leur profit et pas sur la préoccupation de financer l’économie réelle et les réponses aux besoins de la collectivité. ! Il y a un enjeu démocratique majeur à stopper cette dérive et à exercer un réel contrôle démocratique sur les banques.

Là-dessus, presque tout le monde est d’accord, mais :

Qui doit exercer effectivement ce contrôle et comment ? Et par quel chemin essayer de préparer cette transition ? ça, c’est une autre paire de manches et c’est ce que nous allons tenter d’explorer au cours de cette table ronde.


Intervenants :

Eric Toussaint – historien de formation, docteur en sciences politiques, a fondé le CADTM en 1990 et en est le président et le porte-parole le plus connu. Il est membre du conseil scientifique d’ATTAC France. A écrit La dette ou la vie, Bancocratie, AAA et une bonne vingtaine d’ouvrages… Il a également signé de nombreux articles sur la nécessaire socialisation des banques et est connu pour son travail d’audit sur les dettes publiques, notamment en Equateur, à la demande de Correa, et en Grèce, à la demande de la présidente du Parlement de janvier à octobre 2015, mais dans l’indifférence de Tsipras et des autres membres du gouvernement Syriza. Eric tient son savoir sur les banques de son travail d’investigation et d’auto-formation sur la question.

Les 2 autres intervenants viennent de l’intérieur du système bancaire :

Eric de Keuleneer – est Ingénieur commercial – travaille dans le secteur bancaire depuis 1977 et est administrateur délégué de l’OCCH (l’Office Central de Crédit Hypothécaire, devenu CREDIBE - une structure privée) depuis 21 ans. A écrit plusieurs livres sur les problèmes bancaires : L’autonomie bien contrôlée (La Mediane, 1997), Het Land der filialen (Roularta, 1998), L’entreprise surveillée (Bruylant, 2003, livre collectif), Pratiques et Techniques Bancaires avec Yassine Boudghene (Larcier 2012)

Aline Fares – A fait HEC en France et est ancienne employée du groupe Dexia à Luxembourg, puis à Bruxelles, où elle a notamment été conseillère auprès du directeur des activités de banque commerciale. Aline a été licenciée dans le cadre de la crise de 2008. Après avoir passé un an à réfléchir à ce qui avait pu arriver, et à se demander comment cela avait pu arriver, Aline Fares a rejoint à l’automne 2012 les rangs de Finance Watch, organisation créée en juin 2011 suite à l’appel de plus de 200 parlementaires affichant la volonté politique de réglementer la finance pour éviter qu’une telle catastrophe ne puisse se reproduire à nouveau. L’ONG, qui compte entre temps 13 salariés provenant pour la plupart du secteur financier, a donc pour fonction principale de faire un contrepoids au lobbying privé en offrant une expertise motivée par l’intérêt général, quand la plupart des experts sollicités aux différents niveaux des procédures législatives représentent en général exclusivement les intérêts du secteur. Aline a travaillé pendant 4 ans à Finance Watch et y dirige encore un projet sur la représentation de l’intérêt général dans les banques.


Les questions pour les 3 conférenciers :

1. Résumé des épisodes précédents : que s’est-il passé depuis 2008 ? Aline FARES (10 min – 3 dias)

2. Est-ce que des enseignements ont été tirés ou pas de 2008 ? Des promesses n’avaient-elles pas été faites ? par qui et pourquoi n’ont-elles pas été tenues ? (10 min Eric DK)

Les engagements pris au moment de la crise financière par les banquiers, les financiers, les politiques et les organismes de contrôle, un peu partout et en Belgique =
-

 

Couverture La séparation des banques de détail des banques d’investissement
-

 

Couverture La fin des bonus et des rémunérations exorbitantes
-

 

Couverture Le financement de l’économie réelle
-

 

 Engagements pas tenus : il n’y a pas eu de moralisation du système bancaire.


3. Qu’est-ce qu’il faut mettre en place pour que les 6 mesures urgentes (ci-dessous) énoncées par Eric T entrent en application réellement ? (10 min Eric T)

D’une certaine façon, Eric, tu proposes de façon plus étayée et plus drastique les mêmes mesures => qu’est-ce qui ferait que ça marche maintenant ?

6 mesures urgentes :

  • 1. Restructurer le secteur bancaire : réduire la taille des banques, séparer banques de dépôt et banques d’affaires, interdire les relations de crédit entre banques de dépôt et banques d’affaires ;
  • 3. Mettre fin au secret bancaire : interdire les transactions avec les paradis fiscaux ;
  • 4. Réguler le secteur bancaire : exiger des banques une augmentation radicale du volume de leurs fonds propres, interdire la socialisation des pertes, restaurer la responsabilité illimitée des grands actionnaires en cas de faillite, taxer fortement les banques, poursuivre systématiquement les dirigeants responsables de délits et crimes financiers et retirer la licence bancaire aux institutions coupables de malversations, sauver les banques d’une autre manière (faillite ordonnée avec la création de 2 structures : une banque de défaisance privée et une banque publique vers laquelle sont transférés les dépots et les actifs) ;
  • 5. Financer autrement la dette : donner pour mission nouvelle à la banque centrale d’octroyer des prêts à taux zéro aux pouvoirs publics ;
  • 6. Renforcer les banques publiques existantes et en recréer dans les pays où elles ont été privatisées.

Et tu le dis : « tout cela ne suffira pas : il faut socialiser le secteur bancaire : on ne peut pas le laisser aux mains des capitalistes ! »

Du coup, par quel bout on commence, stratégiquement ? où met-on son énergie pour changer ce système mortifère : pourquoi faut-il s’épuiser à tenter de changer un système dont on ne croit pas qu’il puisse réellement se transformer ? ( Aline 5 min – Eric DK 5min – Eric T 5min )

Ça se passe près de chez vous : comment se fait-il qu’en Allemagne, 2/3 du système bancaire est public ou coopératif ? Comment est-ce possible ? l’Allemagne n’est pas moins capitaliste que la Belgique ?.... qu’est-ce que ça produit ? Est-ce un cas isolé ou est-ce la Belgique qui est un cas isolé en Europe ? quels enseignements pouvons-nous en tirer pour garder Belfius et la transformer en VRAIE banque publique ? (Eric T – Eric DK et Aline, 5 min chacun).

 

Source : Attac Bruxelles

 

 

 
 
 
 

Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France. Il est l’auteur des livres Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège. Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission poursuit ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.

 
 

Eric de Keuleneer

est Ingénieur commercial – travaille dans le secteur bancaire depuis 1977 et est administrateur délégué de l’OCCH (l’Office Central de Crédit Hypothécaire, devenu CREDIBE - une structure privée) depuis 21 ans. A écrit plusieurs livres sur les problèmes bancaires : L’autonomie bien contrôlée (La Mediane, 1997), Het Land der filialen (Roularta, 1998), L’entreprise surveillée (Bruylant, 2003, livre collectif), Pratiques et Techniques Bancaires avec Yassine Boudghene (Larcier 2012)

 
 

Aline Fares

Coordinatrice de l’expertise et des campagnes chez Finance Watch

 

Autres articles en français de Aline Fares (6)

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 17:32

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Attac met les fraudeurs fiscaux et leurs complices derrière les barreaux

vendredi 6 janvier 2017, par Attac France
 
 

 

40 militant·e·s d’Attac ont représenté symboliquement l’incarcération des fraudeurs fiscaux et de leurs complices au cours d’une action d’occupation de l’Agence BNP Paribas Opéra. Cette action s’inscrit dans une vague de mobilisation du collectif des « Faucheurs de chaises », lancée le 2 novembre 2016 et qui a déjà suscité plus de 60 actions dans des agences BNP Paribas dans toute la France. Elle aura pour point d’orgue la tenue du procès de l’évasion fiscale le 9 janvier 2017 à Dax, en parallèle du premier procès d’un « Faucheur de chaises », Jon Palais.

 

Aujourd’hui, depuis 10 h ce matin, 40 militant·e·s d’Attac occupent l’agence BNP Paribas d’Opéra à Paris. Sous les yeux des employé·e·s et des client·e·s, ils se sont installés dans la banque pour dénoncer les responsables de l’évasion fiscale que sont les fraudeurs fiscaux et les multinationales, mais aussi ceux qui leur apportent leur soutien technique ou politique. En mettant symboliquement en prison des figures connues de l’évasion fiscale, ils ont souligné la nécessité d’agir concrètement et plus sévèrement contre ces responsables, afin de faire cesser l’impunité fiscale dont ils bénéficient.

Quatre figures de l’évasion fiscale avaient été choisies. Tout d’abord, les banques, intermédiaires privilégiés de l’évasion fiscale, étaient représentées par une parodie de banquier de la BNP Paribas. Cette dernière se démarque comme une championne de l’évasion fiscale, avec quelques 200 filiales dans les paradis fiscaux. Les multinationales, quant à elles, étaient personnalisées par Ronald McDonald, au titre de son milliard d’euros soustraient aux États européens grâce à son optimisation fiscale agressive. Venait ensuite Patrick Balkany, député des Hauts de Seine, exemple d’un particulier échappant à l’impôt en France en masquant son patrimoine derrière des montages financiers complexes. Et pour finir, au poste de politique complaisant envers l’évasion fiscale, on trouvait Jean-Claude Juncker, le président de la Commission Européenne. Alors qu’il était déjà éclaboussé par l’affaire des « LuxLeaks », ces accords fiscaux secrets passés entre le Luxembourg et de nombreuses multinationales, des documents confidentiels ont récemment révélé son rôle actif pour empêcher de faire avancer la législation européenne contre l’évasion fiscale.

JPEG - 304.8 ko

Ce système organisé d’évasion fiscale a pour conséquence que 60 à 80 milliards d’euros échappent chaque année au budget de la France et qu’il s’agit de 1 000 milliards à l’échelle européenne. Mais Attac entend démontrer que des solutions crédibles existent. « Les fraudeurs fiscaux et leurs complices bénéficient d’un traitement de faveur et ne sont quasiment jamais condamnés. Nous pouvons lutter concrètement contre cette impunité fiscale : en renforçant les effectifs et les moyens de l’administration fiscale, de la police fiscale et du parquet financier qui traquent la délinquance financière, mais aussi en condamnant plus systématiquement les fraudeurs et leurs complices, les banques et les cabinets d’affaire. Si des dizaines de milliards d’euros échappent encore au fisc annuellement, c’est uniquement le résultat de décisions politiques. » rappelle Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac France.

Les associations mobilisées contre l’évasion fiscale feront entendre ces revendications lors du premier procès d’un Faucheur de chaises, Jon Palais, poursuivi par BNP Paribas pour avoir participé à une action de réquisition citoyenne de chaises dans l’une de ses agences. En 2015, le collectif des Faucheurs de chaises, composé d’Action Non-Violente COP 21, des Amis de la Terre, d’Attac, de Bizi ! avait réquisitionné symboliquement 196 chaises dans des banques participant au système organisé de l’évasion fiscale. Ces 196 chaises avaient servi à l’organisation d’un sommet citoyen le 6 décembre à Montreuil pendant la COP 21, puis avaient été rendues à la justice le 8 février 2016 à l’occasion de l’ouverture du procès de Jérôme Cahuzac. Le collectif appelle maintenant à la participation massive le 9 janvier 2017 à Dax au procès de l’évasion fiscale organisé en parallèle du procès de Jon Palais. Cet événement d’envergure nationale réunira des personnalités telles que Eva et Caroline Joly, qui seront les avocates de Jon Palais, Antoine Peillon, Edgar Morin, Patrick Viveret, des personnalités associatives, syndicales et politiques.

 

Et le tout en chanson...lien ici

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22