Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 14:17

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

révolution 29/09/2014 à 16h36

FireChat, l’appli anti-coupure de réseau des manifestants à Hong Kong

 

Pierre Haski | Cofondateur Rue89

 

Des manifestants pro-démocratie à Hong Kong, le 28 septembre 2014 (Mitsuru Tamura/AP/SIPA)

 

Les manifestants pro-démocratie à Hong Kong ont découvert l’appli anti-censure par excellence, même si elle n’a pas été inventée pour ça ! FireChat, une app de messagerie instantanée, développée par un Français installé en Californie, fonctionne même lorsqu’il n’y a ni réseau cellulaire, ni connexion internet.

Les jeunes protestataires Hongkongais, qui occupent le centre administratif et d’affaires de l’ancienne colonie britannique, craignent que les autorités chinoises ne coupent les connexions internet et cellulaires pour gêner leur mouvement, comme a pu le faire le régime égyptien pendant la révolution contre Moubarak.

 


L’app FireChat sur l’appstore d’Apple (capture)

 

Entre dimanche soir et lundi, selon le Wall Street Journal, les Hongkongais ont téléchargé plus de 100 000 fois l’appli gratuite FireChat, dont le slogan publicitaire affirme :

« Tchattez n’importe où. Même sans internet ou réseau. »

FireChat fonctionne en fait par Bluetooth, et porte à 70 mètres de distance, même sans réseau. Idéal pour partager des infos ou des consignes dans un contexte de protestation de rue à grande échelle comme ce que sont en train de vivre les Hongkongais.

C’est le jeune leader du mouvement étudiant, Joshua Wong, seulement âgé de 17 ans, qui a donné le signal dimanche sur sa page Facebook, suivie par plus de 200 000 personnes.

Aussitôt, les téléchargements ont décollé, plaçant FireChat en tête de toutes les applis téléchargées à Hong Kong.

 


La page de Joshua Wong appelant à télécharger FireChat (capture via TechinAsia)

 

Problèmes de connexion

Les Hongkongais ont déjà des problèmes de connexion, dont rien n’indique qu’ils sont dus à la censure, mais sans doute au fait que la demande sur le réseau est immense là où les manifestants campent.

Sur Twitter, certains internautes signalaient dès dimanche le recours à FireChat parmi les manifestants, alors que réseau cellulaire ne fonctionnait plus.

 

Edwin Chu @edwincheese

Activists use @Firechatapp to distribute updates about the protest because cellular network is out of function

 

FireChat a été développée par la société Open Garden, fondée en 2011 en Californie par un entrepreneur français, Micha Benoliel. A l’origine, l’appli a été conçue pour permettre les échanges dans les rassemblements de foules où les connexions sont parfois difficiles, comme les stades ou les méga-concerts.

Elle a eu quelques soucis avec les opérateurs télécoms qui voyaient d’un mauvais œil cette app « disruptive » qui permet de les contourner...

Selon le site TechInAsia, des activistes ont très vite repéré l’usage qu’ils pouvaient faire de cette app qui permet d’échanger des messages dans toutes les circonstances. Ce fut le cas en Irak en juin, ou encore à Taïwan lorsque les étudiants ont occupé le Parlement cet été.

Pub gratuite pour FireChat

Selon la plateforme Crunchbase, Micha Benoliel a travaillé précédemment sur des programmes liés à Skype, le système de communication via Internet. Sa biographie indique qu’il a appris à coder à l’age de 8 ans sur le PC Zenith de son père...

Sur son compte Twitter, il relaye aujourd’hui le succès de FireChat à Hong Kong, profitant à plein de cette pub gratuite inespérée que lui offre la révolution démocratique hongkongaise. Désormais, dans le kit du parfait manifestant, il faudra ajouter le téléchargement de FireChat...

 


Capture d’écran de la page Twitter de Micha Benoliel

 

 

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 13:19

 

Edité sur facebook

 

publié dans ZAD DU TESTET sauvont la forêt de sivens il y a 13 min :
[Mode coup de gueule]

On s'en fou de votre rassemblement le 25 Octobre c'était aujourd'hui ou jamais .... ( les gens qui lèvent les bras pour acquiescer ce rassemblement inutile )

Seulement quelques véhicules pour bloquer les accès ce matin, nous sommes épuisés sur places, blessés, les camps sont brulés ,on a ramassé sévère ce matin ils nous on pas envoyé des gentils

Le 25 octobre ce sera trop tard !

Ca va être sympa de réoccuper une zone décapée .... "Youhou"

[/Fin de coup de gueule]

 

C'est la guerre à la ‪#‎ZAD‬ du ‪#‎TESTET‬ : 
Les gm sont arrivés en nombre et sont passés en force en brisant les fenêtres des voitures qui barraient le passage.
La violence est extrême, toutes les affaires trouvées sont brûlées.
Gazad est en feu...
A l'aide !
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans ZAD du Testet - Barrage de Sivens
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 13:03

 

Transmis par les alternatifs30

 

Pour communiquer vos dates, contacter :

 

06 15 33 61 73

30@alternatifs.org

@ jmarneguy@wanadoo.fr

 

 

*Petite précision : le choix des rendez-vous et dates retenus sont propres à leur auteur, nous les commuiquons tels quels, sans filtres.

 

 

 

 

 

 

 

Les indigné-e-s "Démocratie Réelle Nîmes" : RV Chaque mercredi 18h et samedi 13h au terrain de Caveirac

 

 

Repas à l’Association Côté Jardins Solidaires le mardi 0466845199

 


Agenda Démosphère Gard-Cévennes http://gard.demosphere.eu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dates

Evènement

Lieu

heure

Lundi 29/9

Ciné-parents, projection « L’Exposé »d’Ismaël Ferroukhi et rencontre thème Enfance et Education

Médiathèque Marc Bernard

14h

Lundi 29/9

Spectacle Théâtral « Avenir radieux, une fission française » de et avec N.Lambert (histoire du nucléaire.. )

Salle Jean et Pons Dedieu

20h

Mardi 30/9

Rassemblement Retraités contre l’Austérité :CGT, SOLIDAIRES, FSU

Préfecture

15h

Mardi 30/9

Collectif soutien aux ROMS

Local APTI

18h

Mardi 30/9

UCCN : F.Flipo, philosophe : « Pour une philosophie écologiste »

IUFM

18h30 à 20h30

Mercredi 1/10

Collectif STOP TAFTA 30 +anti nuc + anti gaz de schiste

St Génies de Malgoires

18h30

Jeudi 2/10

Rencontre présentation du réseau ANAIS = Réseau des Associations Nîmoises d’Action et d’Interventions Sociales contacts : 0466582527 reseau.anais30@gmail.com

Auditorium du Conseil Général

De 10 à 13h

Vendredi 3 /10

Réunion débat « le mouvement associatif en 2014 »Pour la création du Conseil Nîmois de la Vie Associative en présence d’A.Détolle(collectif Associations Citoyennes)

Maison du Protestantisme

18h

Vendredi 3/10

Pot de rentrée de la Compagnie Beau Parleur : présentation activités et projets

Maison de quartier 47rue Pierre Semard

18h30

Vendredi 3/10

Pissevin fait son cinéma « Le Lorax »de C.Renaud et K.Balda et 1 court-métrage sur actions de l’Espace de Coopération de Nîmes Pissevin

Ecole Henri Wallon

19h

Samedi 4/10

Tour de ville avec Croco Vélo

Palais de justice

11h

Samedi 4/10

« ECHOS de Palestine » : lecture/mise en espace de Poésies de jeunes Palestinien/ne/s par la Compagnie la Feuille d’Or et rencontre avec A.Hassan de GAZA

Théâtre C. Liger

19h30

Dimanche 5/10

Fête Confédération Paysanne : Forum débats citoyens, Marché paysan, Village associatif, expo photo, repas, buvette, jeux enfants, Film(15h) et débat « Quelle place pour l’agriculture paysanne ? »

St Génies de Malgoires

9 à 19h

Dimanche 5/10

Journée nationale des Voies Vertes »fête pour la VIARHÔNA » Contacts et infos

http://club.quomodo.com/voieverte-du-pontdugard/accueil.html

Sauveterre

Aramon

Avignon

Dès 9h

Dimanche 5/10

Grand Rassemblement contre le Projet E.O.N. centrale et abattage de forêts dans nos Cévennes ++

contact@sosforetcevennes.org

Gardanne place de la Mairie

10h30

Dimanche 5/10

Les Beaux Dimanches ! « Les Superblondes » avec la Compagnie Beau Parleur

Entraide Gardoise

15h

Mardi 7/10

Rencontre et Concert avec l’OIP Groupe de Nîmes « La prison, la vie, l’amour » avec B.Bolze, L.Perego et Nanoche qui chante ..

Petit Subito La Placette

18h30

Mardi 7/10

Signature/dédicace Livre « Les Cheminots »de J.P.Levaray par la Coop des livres et des idées et amis librairie Diderot et Conf /débat

Librairie Diderot

 

Centre Pablo Neruda

17h

19h30

Jeudi 9/10

Réunion publique « Syndicalistes uni-e-s contre l’extrême-droite » par SOLIDAIRES – FSU – CGT

Avec 2 militants de VISA(Vigilances initiatives Syndicales antifascistes)

Auditorium Pablo Nerduda

19H

Vendredi 10/10

Exposition collective collages « Anthropisation/ Désanthropisation »

Galerie 4Barbiers

18h

Samedi 11/10

Journée européenne HORS TAFTA + anti nucléaire + anti Gaz de schiste

Carré d’Art

A préciser

Samedi 11/10

Rassemblement de solidarité pour la LIBERATION de MARWAN BARGHOUTI, le Nelson Mandela Palestinien en présence de N.Jadallah, 1er secrétaire Ambassade Palestine en France, par le PCF, le MJCF avec l’AFPS Nîmes

Cour du Prolé

Rue Jean reboul

11h30

Samedi 11 et dim 12/10

2ème Salon « AUTOUR du FEMININ »ateliers, stands, spectacles, danses, conférences, lectures++

http://lechantdesarbres.over-blog.com

Jardin Intérieur Marguerittes

De 10 à 19h

Dimanche 12/10

Vide-grenier Gambetta

Boulevard Gambetta +++

8 à 18h

Dimanche 12/10

Fête de l’Olivier :stands + activités

Chemin de Russan

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 21:13
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans ZAD du Testet - Barrage de Sivens
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 21:00

 

 

 

Source : www.courrierinternational.com


 

 

HONG KONG Occupy Central bloque le centre ville

 

 

 

Des manifestations étudiantes émaillées d'incidents avec la police dans le centre de Hong Kong ont précipité le lancement du mouvement, appelant la population à bloquer le centre ville en soutien à la revendication démocratique.
A Hong Kong, le 28 septembre 2014 - AFP / AARON TAM
A Hong Kong, le 28 septembre 2014 - AFP / AARON TAM

Après deux nuits d'incidents devant le siège du gouvernment de Hong Kong, où les étudiants en grève pour une réforme démocratique se sont rassemblés dès le vendredi 26 septembre au soir, Benny Tai, le responsable du mouvement Occupy Central, a officiellement lancé l'opération. La population de Hong Kong est appelée à bloquer le centre de Hong Kong par un rassemblement permanent.

Dimanche 28, des milliers de Hongkongais ont afflué et bloqué certaines artères du centre ville, et des affrontements sporadiques ont eu lieu entre les manifestants et la police en uniforme anti-émeutes, selon le site du South China Morning Post. Plusieurs policiers ont été blessés. La police a chargé et fait usage de gaz lacrymogènes de type gaz au poivre, les manifestants tentant de se protéger avec des parapluies.

Réforme

La tension était montée dès la nuit du 26 au 27 lorsque la police avait fait usage de ces gaz contre les quelques centaines d'étudiants rassemblés devant le siège du gouvernement, sur la place Tamar. Les incidents avaient fait quelques dizaines de blessés parmi les étudiants et chez les policiers. Le 27, les personnalités pro-démocrates se sont succédées aux côtés des étudiants, et après quelques hésitations, Benny Tai a décrété le lancement du mouvement Occupy.

Celui-ci a pour but d'exiger le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin, jugé anti-démocratique. Il demande la mise en place d'une véritable réforme démocratique qui mène à un suffrage universel, en conformité avec l'accord sino-britannique conclu lors de la rétrocession de l'ancienne colonie britannique à la Chine en 1997.

Ces incidents surviennent quelques jours avant la date originellement prévue pour le lancement d'Occupy Central, le 1er octobre, qui est le jour de la fête nationale chinoise.

 

 

 

Source : www.courrierinternational.com

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Chine
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 18:02

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

CHRONIQUE - Ils foncent dans le mur ? Une autre voie est possible !

Vincent Liegey

vendredi 26 septembre 2014

 

 

 

 

À regarder ce monde qui marche sur la tête, on aurait vite fait de perdre espoir... Mais la société fourmille d’énergie et d’inventivité pour imaginer d’autres possibles, des alternatives concrètes s’inventent chaque jour pour créer une société où le profit et la compétition ne sont pas les seuls horizons. Rassemblons-nous et gardons espoir !



- Vincent Liegey -

Difficile de garder de l’espoir, lorsque, en vrac, on regarde les indicateurs écologiques (dépassement toujours plus tôt de la consommation des ressources fournies par la planète chaque année, raréfaction des énergies fossiles, des métaux, dernier rapport du GIEC), les inégalités toujours plus grandes (1 % de la population qui s’approprie 50 % des richesses, la rémunération du capital toujours plus grande, l’imposture de la dette et les plans d’austérités), ou encore la religion de l’économie et le rabâchage toujours plus absurde sur la sacro-sainte croissante comme unique solution (de Hollande à Valls, en passant par le bonimenteur Sarkozy)...

Et on ne parle même pas de la géopolitique avec en outre l’escalade militaire et les guerres impérialistes pour le pétrole qui continuent ; on assiste à la recomposition de deux blocs et donc d’une nouvelle guerre froide, déjà bien chaude, à nos portes, en Ukraine !

Et pourtant...

Deux mondes parallèles, et dans le nôtre, il y a l’espoir

Cet été fut, une nouvelle fois, l’occasion de se projeter dans un monde parallèle, bien réel, tout autre que celui décrit par les médias dominants, qui plus que jamais font le jeu des populismes pour mieux renforcer les partis oligarchiques. Quelques exemples.

En juillet, à Barcelone, soixante-dix étudiants du monde entier se sont retrouvés pour suivre des cours intensifs sur la Décroissance dans le cadre de la Degrowth Summer School. De son côté, l’Alter-tour a traversé la France d’est en ouest avec la découverte de son lot d’alternatives, de débats, notamment autour de notre ouvrage Un Projet de Décroissance et avec un final en apothéose avec une Vélorution dans les rues de la Rochelle et bien-sûr une messe de la très Sainte consommation sur la plage !

L’été s’est ensuite poursuivi pour moi à l’université du revenu de base où l’ambiance, bien que différente de celle de l’Alter-tour, a été très studieuse avec des débats intenses et des questionnements notamment sur le sens de nos vies, comment se réapproprier nos activités, quelle démocratie, mise en place d’une constituante, revenu maximal acceptable ou pas ?

Ensuite, je me suis rendu aux (F)estives (université d’été de la Décroissance) à Cerbère, où les mêmes questions ont été abordées suivant trois thèmes : le rejet, le projet, le trajet. Là aussi quelles dynamiques dans les discussions, les échanges, les réflexions mais aussi dans la pratique avec autogestion et communication non-violente !

Une rencontre historique

Enfin, s’est tenue la rencontre historique de Leipzig, quatrième conférence internationale pour la Décroissance, avec les mêmes questions abordées par plus de 3200 personnes provenant de soixante-quatorze pays, de tous les continents...

Enfin, je rentre tout juste de Bruxelles pour la rencontre European Citizenship Summit organisée entre autres par l’ONG chapeau DEEEP, dans un chapiteau devant l’antre de la croissance technocratique et oligarchique, le Parlement Européen.

Le thème de cette année : l’Union Européenne au-delà de l’obsession de la croissance... Il y a deux-trois ans, un tel thème central aurait vraisemblablement été rejeté… Là aussi, travail en atelier ou les mêmes thématiques et propositions ressortent : démocratie directe, plus grande participation, émancipation, débats sur les communs, l’extension des sphères de la gratuité, etc.


- Leipzig, quatrième conférence internationale pour la Décroissance. -

Vers une nouvelle internationale ?

Une nouvelle internationale est en train de naître, elle n’a pas de nom, ni d’organisation, elle n’est pas totalement décroissante mais elle est latente, en gestation s’appuyant sur l’incroyable vigueur des alternatives et des réflexions existantes !

La transition est en marche dans les têtes et en pratique mais elle n’est pas encore intégrée par tout le monde et partout. Surtout, la même question revient comme un boulet : comment repenser la politique en cohérence avec ces aspirations ?

Les structures politiques traditionnelles n’arrivent plus à mobiliser et à représenter de manière légitimes des populations qui doutent du système. Comment les dépasser pour redonner du sens à l’action politique ?

Tout d’abord, il y a de fortes convergences qui apparaissent tant au niveau programmatique qu’au niveau des propositions : comme une constituante pour une première démocratie, le revenu de base inconditionnel (si possible en y intégrant des gratuités et des monnaies locales), couplé à un revenu maximum acceptable, travailler moins pour vivre mieux, la relocalisation ouverte, une réappropriation politique des outils économiques, avec entre autres la remise à leur place comme levier de la transition des banques centrales, de la création monétaire, des audits citoyens sur les dettes publiques (quelle part serait illégitime ? Quels intérêts servent-elles ?), la fin des GPII, la démocratie directe, etc.

Si des convergences sur le projet sont en cours, malgré des désaccords qu’il faut assumer, cette étape, bien que nécessaire, n’est pas suffisante.

De nouvelles manières de pratiquer la politique

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 


 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 17:41

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

Alternatiba en pleine forme, dimanche à Nantes et en octobre à Bordeaux

Barnabé Binctin (Reporterre)

samedi 27 septembre 2014

 

 

 

« Voir fleurir dix, cent, mille Alternatiba ». Un an après, les graines lancées par les organisateurs du premier Alternatiba, à Bayonne, sont en train d’éclore. Ce week-end à Nantes, en octobre à Bordeaux. Et en partenariat avec Reporterre. Pour l’action concrète contre le changement climatique... et en chansons.


C’était il y a près d’un an, à Bayonne, les 5 et 6 octobre 2013 : le premier Alternatiba, dont Reporterre était partenaire, accueillait dans la bonne humeur des milliers de gens venus de partout pour découvrir qu’au quotidien, les alternatives permettent de lutter contre le changement climatique. Ce succès a depuis fait germer quantité d’initiatives reprenant à leur compte le label Alternatiba.

On en compte quarante-deux. « En moyenne, presque un nouvel Alternatiba s’est déclaré chaque semaine depuis le moment déclencheur de Bayonne », se félicite Jon Palais, l’un des responsables de Bizi !, l’organisation à l’initiative du premier Alternatiba. Si celui de Gonesse, près de Paris, le week-end dernier, n’est pas parvenu à mobiliser les foules, la séquence qui s’ouvre sur les prochaines semaines pourrait faire montre de l’ampleur que prend ce mouvement social autour du climat.

Nantes ce dimanche, dont Reporterre est partenaire, Lille le week-end prochain et Bordeaux le suivant - Reporterre en sera partenaire - verront ainsi voir des milliers de personnes découvrir ces « villages des alternatives », dont le but est de valoriser toutes les pratiques qui, chaque jour, dans l’agriculture, l’énergie, la finance, le transport, la culture,... et l’information, participent concrètement à la lutte contre le réchauffement climatique.

La dynamique a même pris outre-mer, avec des préparations d’Alternatiba en cours à Papeete (Tahiti) ou à la Réunion. D’autres s’enclenchent à Lyon ou à Nancy. Le mouvement ne vise pas toujours la masse critique, comme à Agen où seules quelques dizaines de personnes se sont réunies le 13 septembre dernier. « Il y en a des petits et des gros, c’est la philosophie d’Alternatiba ».

Les solutions locales au cœur du projet Alternatiba


- Préparation d’Alternatiba Gironde -

L’action est une valeur cardinale d’Alternatiba : « Nous ne refusons pas le débat, mais nous ne voulons pas tomber dans le tout-théorique et dans l’abstrait. Ce qui compte, c’est le concret » insiste Jon Palais. Au moment où, à l’image de la Marche pour le Climat, vont se multiplier les manifestations visant à interpeller les responsables politiques en vue de la COP 21, Alternatiba veut mettre la priorité sur les solutions locales et les initiatives vivantes.

Un choix mûri par l’échec des mobilisations climatiques précédentes, sorte de « syndrome de Copenhague » : une mobilisation massive et rapide, au moment d’un grand sommet international, dans le but d’envoyer un message aux dirigeants. « Mais on ne peut plus attendre les réponses d’en-haut, il faut montrer que les solutions viennent d’en-bas », dit Jon Palais.

C’est d’ailleurs ce qui a séduit de nouvelles catégories d’activistes : « Beaucoup sont venus instinctivement, sans forcément tout comprendre aux enjeux du climat, parce qu’ils voyaient un processus opérationnel », poursuit-il. On cite l’aphorisme de Saul Alinsky en exemple : ce n’est pas la conscience qui crée la pratique, c’est la pratique qui crée la conscience.

Un nouveau profil militant

Alternatiba contribue ainsi à faire émerger une nouvelle génération de militants sur le climat. Pour beaucoup, c’est leur premier engagement concret dans un projet de mobilisation. « Si ce n’est une première expérience, on sent que certains franchissent un cap dans leur activisme, c’est un vrai passage à l’acte » témoigne Antoine Lagneau, qui participe à la construction collective du Alternatiba Ile-de-France, et co-animateur des Amis de Reporterre.

Qu’explique cet engouement ? « On dépasse les sentiments de sidération, de peur et d’impuissance encore parfois associés à l’écologie », analyse Jon Palais. Riche de plusieurs expériences dans les mouvements sociaux, Antoine Lagneau estime que « l’originalité d’Alternatiba tient à sa capacité à rendre son discours attrayant. Là où le militantisme traditionnel, au sein des partis politiques ou parmi les syndicats, ne cesse de refluer, ce mouvement a réussi à renouveler les visages vieillissants de l’engagement. Actions concrètes sur le terrain, mode de décision collégial et basé sur le consensus, construction d’un imaginaire positif : autant de facteurs qui ont fait se mêler les militants aguerris et une génération nouvelle et spontanée ».

Localisme : le risque de l’extrême-droite

Si le thème des alternatives locales, porteur car dans l’air du temps, est ce qui permet de mobiliser, il est aussi ce qui pourrait fragiliser à terme le mouvement. Samedi dernier, la participation d’un conseiller municipal étiquetté Front national, Karim Ouchickh, a semé le trouble. Malgré plusieurs remontrances des manifestants, il a participé à l’ensemble de la marche au nom de la contestation du projet Europa City d’Auchan.

« Le localisme a ce danger qu’il apparaît compatible avec le FN dans la tendance politique actuelle. Or, Alternatiba est un mouvement naissant, et tous les nouveaux venus ne sont pas également outillés face à ces tentatives de récupération politique », estime Guillaume Durin, politologue qui accompagne la création d’un Alternatiba à Lyon.

L’épisode n’est pas isolé. Dans d’autres Alternatiba, le risque d’une irruption frontiste s’est présenté. Cela pose la question des moyens de s’en prémunir, et donc celle de l’organisation collective qui régit ce mouvement, maintenant qu’il s’est propagé. Alternatiba est-il une fédération ? « Non, c’est une coordination. Les Alternatiba locaux ont une totale autonomie », répond Jon Palais. La Déclaration finale du premier Alternatiba à Bayonne, signée par 98 organisations différentes, constitue le canevas collectif, et trace quelques lignes rouges sur le nucléaire ou les agrocarburants. « Mais certains Alternatiba, comme à Lille ou en Gironde, ont réécrit leur propre Charte », note Jon Palais.

Une dynamique qui fonctionne sur l’horizontalité

 

*Suite de l'article sur reporterre


 

Source : www.reporterre.net

 

 


 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 17:30

 

 

Source : www.agoravox.fr

 

 

Vrais chiffres chômage aout 2014, 15200 chomeurs de moins, mais 31000 radiations de plus

 

par patdu49
jeudi 25 septembre 2014

 

 

 

Vous l'aurez compris, la baisse est pour tout ou partie artificielle, par contre ce sont bien des êtres vivants, les radiés des listes (à part les morts classés dans "autre cas", bien entendu).

327 500 radiations en Aout contre 296 500 radiations en Juillet. (soit 31000 de + que le mois précédent).

Toujours 1 inscrit sur 2 qui ne perçoit aucune indemnité de Pôle emploi.

Seuls 2 chômeurs sur 10, sortent des listes pour "reprise d'emploi déclarée".

221 172 offres (y compris précaires) pour 6 063 900 demandeurs d'emploi officieux (sans compter les 3 500 000 invisibles).

33 % environ de la population active sans emploi ou sans emploi stable.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Aout 2014 :
 
- Défauts d'Actualisation : 227 700, 45,7 % des sorties des listes. +14,4% sur 1 mois

- Radiations Administratives (les punis) : 52 500, 10,5 % des sorties. +5,4 % sur 1 mois

- Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 47 300 et 9,5 % des sorties.
 
soit  327 500 radiés des listes (65,7 %) pour autres motifs que :
 
- Stages parking : 37 400, 7,5 % des sorties. +13% sur 1 an

- Arrêts maladie, maternité etc : 38 800, 7,8 % des sorties.
 
- Reprises d'emploi déclarées : 84 100, ne représentent que 18,9 % des sorties des listes de pôle emploi.
 
Demandeurs d'emploi par catégories :

A : 3 413 300 -0,3 % ( + 5,2 % sur 1 an ).


B : 670 300 +0,8 % ( + 6 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 994 400 +0% ( + 8,5 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.
D : 260 100 -3,1 % ( + 0,9 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 394 000 -0,3% ( + 10,8 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 5 732 100 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 6 % sur 1 an, 15200 chômeurs de moins, par rapport à Juillet.

TOTAL, dom-tom compris : 6 063 900 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page )

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 14,5 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,2 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 11,6 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (53,1 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER ...)

Offres d'emploi dispo, dernier chiffre connu : 221 172.

Le + scandaleux, LES INVISIBLES, complètement en dehors des statistiques :
 
Ne sont pas comptés dans ces 6 063 900 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :
 
1 393 200 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 906 800 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.


+ 1 000 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'une pension d'invalidité, ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d' accès à emploi adapté.

+ d'1 million de SANS-DROITS, principalement :
 
- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe)
 
- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d'allocation chomage, ou 790€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 629€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions (veufs, veuves) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA, et qui n'ont pas encore l'age pour prendre la retraite ou encore percevoir le minimum vieillesse "ASPA" ( 67 ans) ASPA récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- on peut également évoquer, des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits)
 
- on peut évoquer enfin, des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

 - on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable


Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 9,5 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.
 
Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p...

Rendez-vous le samedi 25 Octobre 2014, pour avoir les vrais chiffres du chômage de Septembre 2014.

 


Sur le même thème

Vrais chiffres chômage juin 2014, 23700 chômeurs de plus malgré 303500 radiations ce mois
Vrais chiffres chômage juillet 2014, 27900 chômeurs de plus malgré 296500 radiations ce mois
Vrais chiffres chômage Avril 2014, 41100 chômeurs de plus, malgré 304600 radiations
Vrais chiffres chômage Mai 2014, 32900 chômeurs de plus, malgré 294000 radiés
Vrais chiffres chômage Mars 2014, 10000 chômeurs de plus, malgré 324000 radiés

 

 

Source : www.agoravox.fr

 

 



Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 15:14

 

 

Reflexion d'un indigné "démocratie Réelle Nîmes"

 

 

 

Trois guerres en deux ans...pas mal pour un "état en faillite".
Décidément, en plus d'être plus ultra libéral que les ultra libéraux le gouvernement Valls-Hollande (ou vice et versa) est aussi un foutu va t-en guerre.

Comme toujours entre la connerie
et le cynisme on ne peut trancher:
cette guerre inadaptée et vouée à un inéluctable et sanglant échec est une erreur manifeste d'analyse, un pansement sur une jambe de bois et une course en avant vers l'abîme tout autant qu'une sinistre farce jouée par des politiciens manipulateurs désespérément en quête de popularité sondagière.

Après avoir activement forgé et consciencieusement affuté le sabre de l'assassin, "Hollande" et/ou ses semblables utilisent la mort d'un pauvre bougre pour se mettre à la remorque des faucons yankees dans leur entreprise mortifère de pulvériser l'Irak, seul état (hors Iran) à peu près viable de la région (car possédant ressources et population) et donc potentiellement gênant pour l'impérialisme US (UE aussi).

Au passage on en profite pour en remettre une couche sur les lois liberticides et carcérales dites "anti terroristes".
Au passage on déroule le tapis rouge (CETA, TAFTA...) à toutes ces multinationales qui savent si bien tirer profit des crises et des guerres...et les déclencher si elles viennent pas toutes seules.

30 ans qu'on fait une "guerre impitoyable au terrorisme et à la barbarie"..
30 ans qu'on va "chercher la croissance avec les dents"...
30 qu'on lutte contre le chômage et la précarité...
30 ans qu'on réforme pour "adapter le pays à la modernité"...

Cela vous viendrait pas à l'idée de mettre toutes ces foutaises bout à bout?

Y'à des jours où on a vraiment envie d'être un furieux barbare!

TINA

 

 

 

 

 

Barbares ?

 

Tous figés au garde à vous derrière les drapeaux « bleu blanc rouge » en bernes, est-il encore possible de rappeler quelques faits fondamentaux ?

 

Sans remonter aux accords Syke-Picots (1916) découpant le Moyen-Orient en « zones d’influences » peut-on rappeler qu’il y a un peu plus de 20 ans que nous, Français, participons peu ou prou à un bombardement quotidien de l’Irak ?

 

Peut-on rappeler que nous avions auparavant fructueusement surarmé un certain Saddam pour une guerre de dix ans contre l’Iran qui fit plusieurs millions de morts ?

 

Peut-on rappeler qu’on nous a promis, il y a 20 ans, les yeux dans les yeux, un « nouvel ordre mondial » et un « nouveau modèle démocratique » pour les pays arabes ?

 

Peut-on rappeler que plus de trente ans de guerre « inflexible » contre le terrorisme n’ont donné strictement aucun autre résultat que d’engraisser les marchands d’armes, de faire des millions de morts et de réfugiés et de faire prospérer la violence et la terreur comme jamais.

 

Peut-on rappeler que lors du « Printemps Arabe » la seule réponse au soulèvement du peuple Tunisien de notre ministre des armées et de tout le gouvernement français fut d’offrir au dictateur l’expertise et tout le matériel anti émeute high-tech de notre glorieuse armée républicaine ?

 

Peut-on rappeler le très timide soutien au peuple Syrien et à ses revendications démocratiques ? Peut-on rappeler que nous avons fourni des armes à ces mêmes djihadistes que nous combattons aujourd’hui là-bas?

 

Peut-on rappeler que ces djihadistes furieux ont été financés par les monarchies pétrolières, pays certainement pas réputés pour leurs valeurs démocratiques et qui font pourtant aujourd’hui partie de la « coalition mondiale contre la barbarie » ?

 

Peut-on rappeler que le résultat concret de la « guerre pour le peuple Libyen » a été de créer là-bas, outre un foutu bordel, un sanctuaire pour le terrorisme qui diffuse actuellement dans toute l’Afrique, du Mali à la Somalie ?

 

Peut-on rappeler que les ruines de Gaza fument encore et que le plus vaste bidonville de la planète qui est aussi le plus vaste camp de concentration jamais construit compte plus de 50 000 bâtiments détruits, plusieurs milliards de dollars de dégâts, 5 ou 6 000 civils morts en quelques semaines…

 

Peut-on rappeler que le soutien à l’état raciste d’Israël est constant, indéfectible et indiscutable en France même, si beau pays des droits de l’homme et de la démocratie où les militants des campagnes de boycott sont poursuivis par la police et la « Justice » ?

 

Peut-on rappeler que l’engagement de notre actuel ministre des affaires étrangères « à défendre  l’état Irakien» se traduit concrètement sur le terrain par l’éclatement définitif de cet état, en plusieurs entités ethnico-religieuses, Kurdes, Chiites, Sunnites…? But non avoué mais enfin presque atteint des tous les faucons US.

 

Tous ces faits n’excusent en rien les assassins fanatiques mais ils sont là, têtus, pour nous rappeler que la « barbarie » des terroristes s’est nourrie au fil des ans de l’incroyable injustice faite aux peuples arabes et qu’au compte lugubre des morts les « terroristes » sont, littéralement, des enfants de chœur.

 

Quand à savoir qui est le plus « barbare » entre celui qui, tenant concrètement la victime et le sabre, trouve la rage suffisante pour exécuter lui-même le geste fatal et celui qui, après avoir espionné des heures par drone et caméra interposés, appuie sur un joystick pour déclencher le tir d’un missile sur une place de village à 10 000 km de là pour ensuite retourner avec la bonne conscience du devoir accompli dans sa banlieue californienne retrouver sa femme, sa pipe et son chien, je vous laisse seuls juges.

Ce que je constate, c’est qu’un pouvoir « à la ramasse » auto proclamé « socialiste » s’engage, en une tentative aussi conne que désespérée de « redorer son blason », dans une guerre coloniale aussi insensée que tout ce qu’il a pu faire auparavant et dont la seule justification est, au bout du compte, de pouvoir envoyer, depuis un quelconque « aéroport de Notre Dame des Landes » et en low-cost des « touristes innocents » claquer des euros aux quatre coins d’un monde « urbain » où 80% de la population vit de fait en esclavage dans des bidonvilles, sans eau, sans égouts, sans médecins, sans écoles et sans aucun espoir de s’en sortir.

 

Civilisation ? Droits de l’Homme ? Lutte contre la Barbarie ? Union Nationale ?

Merde !

TINA

 

 


Repost 0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 21:58

 

Source : www.reporterre.net

 

 

« Le TAFTA veut placer les profits avant l’intérêt des peuples »

Glyn Moody

vendredi 26 septembre 2014

 

 

 

Le 26 septembre marque la fin des négociations du CETA, l’accord commercial entre l’Union Européenne et le Canada. Mais il est encore possible de contrecarrer son application, ainsi que de combattre son homologue entre l’union Européenne et les Etats-Unis, le TAFTA.

Pour comprendre ce qui se joue derrière ces négociations quasi-secrètes, nous avons interrogé le spécialiste Glyn Moody : ses explications sont lumineuses.


Alors que Stephen Harper, le Premier ministre du Canada, Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, et José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, célèbrent aujourd’hui la conclusion des négociations de l’accord commercial Canada-UE (CETA), nous avons rencontré Glyn Moody, spécialiste des droits d’auteur et de la liberté d’internet, militant contre ACTA et maintenant contre CETA et TAFTA.

Malgré les cérémonies qui tentent de faire croire que tout est dit, rien n’est encore vraiment conclu. Après le 26 septembre, le processus de ratification - y compris la traduction des 42 chapitres et 48 annexes de l’accord en 23 langues - pourrait prendre un certain temps. Il nécessite la ratification par les dix assemblées législatives provinciales canadiennes (et peut-être les trois législatures territoriales), les 751 membres du Parlement européen, et les 28 États membres de l’UE.

- Glyn Moody

Reporterre - Comment avez-vous commencé à vous intéresser au TAFTA ?

Glyn Moody - Étonnamment, je suis arrivé à écrire sur le TAFTA / TTIP* à partir des mathématiques. En tant que mathématicien, j’ai naturellement été fasciné par les premiers micro-ordinateurs qui sont sortis dans les années 1980, et quand j’ai décidé de devenir journaliste après l’université, c’était un domaine sur lequel je voulais écrire.

J’ai découvert Internet en 1994 et commencé à me concentrer sur ce domaine qui est vite devenu mon principal intérêt journalistique. Internet est essentiellement construit sur des logiciels libres, ou open source, ce qui est radicalement différent des produits vendus par des sociétés comme Microsoft.

Le logiciel libre est au centre de la liberté, et cela signifie que j’en suis venu à comprendre les menaces que représentaient le droit d’auteur pour l’open source et même plus largement pour notre vie. J’ai donc commencé à écrire de plus en plus sur le droit d’auteur et les domaines connexes des droits numériques.

En conséquence de cela, j’ai découvert ACTA, l’accord commercial anti-contrefaçon, en 2008, et j’ai beaucoup écrit sur son ascension et sa chute.

Quand les nouvelles sur le TAFTA / TTIP ont commencé à faire surface, la crainte était que ce traité pourrait être un autre ACTA. En fait, c’est bien pire, car il touche à tous les aspects de nos vies - pas seulement le droit d’auteur, mais aussi la santé, la sécurité, l’environnement, l’emploi et les affaires. D’où mon intérêt, et ma volonté d’informer sur la menace très sérieuse qu’il représente pour tous ces domaines.

Le CETA contient des clauses qui étaient déjà dans ACTA et avaient été refusées par les citoyens. Quelle est la stratégie de la Commission européenne pour tenter de faire avaler aux gens le TAFTA ?

Initialement, le plan était de précipiter la signature du TAFTA / TTIP, de faire les choses aussi rapidement que possible, de sorte que l’opposition n’aurait pas le temps de se construire. Le secret était de la plus haute importance : si les gens ne savent pas ce qui est en cours de négociation, ils ne peuvent pas critiquer ou faire des commentaires constructifs. Cela permettait d’arriver aux accords sans pressions extérieures pour influer sur la rédaction du texte.

Si cela avait réussi, l’objectif était de le présenter comme un fait accompli au public, qui serait autorisé à lire le texte, mais pas à le modifier. À ce stade, le Parlement européen aurait eu le choix de dire oui ou non. Oui, en acceptant tous les éléments négatifs pour permettre à la population de l’UE de bénéficier des gains qu’on lui fait miroiter, ou Non en le rejetant complètement, risquant ainsi d’apparaître comme anti-commerce et ennemi du peuple

Nous pouvons être sûrs que c’était le plan, car c’est précisément ce qui s’est passé avec l’accord commercial entre l’UE et le Canada (CETA) : il a été négocié en secret, sans publication officielle du texte. L’objectif est de le signer en grande pompe le 26 septembre, et de faire chanter le Parlement européen pour qu’il le ratifie sous prétexte que l’Europe a « besoin » de la relance économique que ce traité est censé apporter.

Heureusement, le CETA et le TAFTA / TTIP se sont tous deux heurtés à d’énormes problèmes. Non seulement le texte complet du CETA été divulgué, mais les gens et les politiciens se sont rendus compte que la ratification du CETA consacrerait l’une des pires idées de TAFTA / TTIP, le « règlement des différends investisseur-État » ([SDS : système qui permet aux entreprises de contester les politiques démocratiquement décidées parce qu’elles réduisent potentiellement les bénéfices futurs], chapitre qui permet aux entreprises de se placer au-dessus du droit communautaire et de poursuivre les citoyens européens pour prétendue « expropriation indirecte de bénéfices futurs. »

Sur le front du TAFTA / TTIP, les négociations sont très en retard au fur et à mesure que le public se fait de plus en plus attentif, et la Commission européenne a été forcée de faire des concessions, même si elles sont insatisfaisantes, comme l’était la consultation publique sur l’ISDS.

Il est également de plus en plus clair qu’il y a très peu de domaines où il y aura des « victoires » rapides et faciles - les normes pour les voitures sont l’un des rares domaines où l’harmonisation réglementaire a un sens. Dans la plupart des autres, cela va inévitablement causer un nivellement par le bas.

Par exemple, en termes de produits chimiques toxiques, seulement onze substances sont interdites dans les cosmétiques aux États-Unis. Dans l’Union européenne (UE), 1.300 d’entre eux sont interdits - 1.289 pour être précis. Si la reconnaissance mutuelle des normes était réalisée conformément au TAFTA/TTIP - et étant donné que les deux systèmes de réglementation sont complètement différents pour cette industrie, c’est la seule option ici - cela signifierait que les produits cosmétiques vendus aux États-Unis contenant certains des 1.289 produits chimiques qui ont été interdits en Europe pourraient être vendus légalement dans l’UE.

De plus en plus de citoyens comprennent maintenant ce que la suppression de ce qu’on appelle des « barrières non tarifaires » signifie dans la pratique. La résistance au TAFTA / TTIP grandit, et il devient plus difficile de « vendre » les avantages supposés. En outre, la manière dont la Commission européenne tente de tromper le public sur ses soi-disant « avantages » est de plus en plus largement reconnue.

Le projet de traité est présenté comme devant augmenter la croissance

La prétendue augmentation du produit intérieur brut européen annoncée à 119 milliards d’euros qui est si souvent mentionnée par la Commission est, en fait, la prévision la plus optimiste de ses recherches. Il n’y a pas le moindre espoir, étant donné les problèmes mentionnés ci-dessus, que cela puisse arriver.

En outre, ce chiffre se réfère à 2027. C’est la différence projetée du PIB entre une Europe qui aurait signé le TTIP, et celle qui ne l’aurait pas signé. Ainsi, même ce chiffre irréaliste représente une croissance cumulée sur dix ans : chaque année, elle ne se traduit que par 0,05 % de PIB supplémentaire en moyenne.

C’est un chiffre minuscule, submergé par les incertitudes de la modélisation économétrique, et qui ne peut justifier des bouleversements économiques et sociaux massifs comme ceux que le TAFTA / TTIP apportera inévitablement.

Pourquoi la Commission européenne semble-t-elle tellement acquise au TAFTA / TTIP ?

Nous ne le savons pas, puisque tout est enveloppé dans un très grand secret ! Nous ne pouvons que tenter de deviner sur la base de ce qui se passe. Je pense que l’enthousiasme aveugle de la Commission européenne pour le TAFTA / TTIP en dépit de ses problèmes et des dangers manifestes est en grande partie un produit de son histoire.

Il y a vingt ans, la Commission ne fonctionnait qu’en liaison avec l’industrie et ses lobbyistes, le public n’avait aucune voix dans les affaires - il ne votait pas pour la Commission, et n’avait aucun moyen de communiquer avec ses membres.

Cela a conduit à une relation dangereusement confortable entre la Commission et l’industrie, exacerbée par la fameuse « porte tournante » qui voit souvent les commissaires occuper des emplois très bien payés dans l’industrie une fois qu’ils quittent la politique européenne.

Deux choses ont changé avec le TAFTA / TTIP, qui étaient toutes deux déjà apparentes avec l’ACTA. Tout d’abord, grâce aux médias sociaux, les gens peuvent non seulement se faire entendre, mais aussi s’organiser sur une large base - plus de 100.000 personnes ont pris part aux protestations européennes contre l’ACTA.

Deuxièmement, ce qui était autrefois des accords commerciaux obscurs qui ne touchaient le public que de manière indirecte, sont devenus cruciaux pour le type de société dans lequel nous vivons.

Le TAFTA / TTIP n’est que marginalement un accord commercial : comme tout le monde l’admet, les barrières tarifaires entre l’UE et les États-Unis sont déjà très basses, donc il reste très peu à faire là-dessus. Le TAFTA / TTIP vise au démantèlement des « barrières non tarifaires », qui sont considérées comme des « obstacles » au commerce, des choses comme la législation de la santé et de la sécurité, la protection de l’environnement, la législation du travail et ainsi de suite.

Mais peut-on absolument le refuser ?

La terminologie est importante car ce ne sont pas des « obstacles » qui sont visés, mais les protections chèrement acquises contre le mauvais comportement des entreprises - par exemple, celles qui vendent de la nourriture produite dans des élevages industriels où le bien-être animal n’est pas respecté, et où on est obligé d’utiliser des antibiotiques massivement parce que l’hygiène générale est mauvaise. Le TAFTA / TTIP veut mettre le profit avant les gens en redéfinissant ces protections comme « entraves aux bénéfices ».

L’inclusion de l’ISDS est une autre manifestation de la même volonté. Ce système permet aux entreprises de contester les politiques démocratiquement décidées tout simplement parce qu’elles réduisent potentiellement les bénéfices futurs.

C’est pourquoi un si large éventail de la population s’inquiète du TAFTA / TTIP : ils comprennent que ce n’est pas principalement un accord sur le commerce, mais un accord conclu en vue de balayer des protections sociales clés au nom du profit des entreprises.

La Commission européenne sert aux entreprises à mettre en œuvre ce qui les arrange. Lorsque cela signifiait la suppression des tarifs traditionnels, cela pouvait avoir un sens (même si c’est discutable). Mais maintenant que presque tous les droits de douane ont disparu, il est clair que l’ordre du jour est une déréglementation massive. Il y a un énorme fossé entre ce que la Commission tente de faire passer, et ce qui servirait à vraiment améliorer la vie des citoyens européens.

Croyez-vous que la Commission pourrait modifier le projet initial ?

Jusqu’à récemment, cela semblait très peu probable. Et pourtant, il y a quelques semaines, le ministre qui supervise actuellement les négociations au nom du Conseil européen a suggéré qu’il serait possible de conclure un « accord intérimaire ». Maintenant, il est possible que ce soit juste une façon hypocrite de faciliter l’avancée du TAFTA / TTIP par petites bouchées, mais c’est tout de même un aveu clair que le TAFTA / TTIP est très en retard, et en difficulté.

Que va-t-il se passer maintenant que les citoyens, surtout en Allemagne, ont commencé à s’opposer ouvertement à l’ISDS ?

Les citoyens allemands ont joué un rôle clé dans l’arrêt d’ACTA, et je m’attends à ce qu’ils soient tout aussi importants ici. Si l’Allemagne hésite encore plus dans son soutien pour le projet - et de nombreux politiciens allemands ont dit qu’ils veulent que la clause ISDS soit retirée du texte – le TAFTA / TTIP est mort. Comme avec l’ACTA, il se pourrait bien que la bataille sur TAFTA / TTIP soit gagnée dans les rues allemandes.

Que peut-on faire pour combattre et tuer le TAFTA ?

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

 


Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22