Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 17:11

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

Non, "Charlie Hebdo" n’est pas raciste !

LE MONDE | 20.11.2013 à 08h26 • Mis à jour le 07.01.2015 à 13h59 | . Charb (Directeur de publication "Charlie Hebdo") et Fabrice Nicolino (Journaliste)

 
 
Le dessinateur Charb, dans les locaux de Charlie Hebdo, en septembre 2012.

Après les accusations de racisme lancées contre Charlie Hebdo en 2013, Le Monde avait publié une tribune de Charb et de Fabrice Nicolino.

Charlie, notre Charlie Hebdo a mal aux tripes et au coeur. Car voilà qu'une incroyable calomnie circule dans des cercles de plus en plus larges, qui nous est rapportée chaque jour. Charlie Hebdo serait devenu une feuille raciste.

Un jour, un chauffeur de taxi arabe exige de l'un des collaborateurs du journal, reconnu par lui, qu'il descende aussitôt, au motif de dessins moquant la religion musulmane. Un autre jour, un interlocuteur nous refuse un entretien pour la raison qu'il "ne parle pas à un journal de gros racistes". Et, quand le crapuleux Minute s'en prend de la manière que l'on sait à Christiane Taubira, il se trouve des imbéciles, jusque dans les télévisions, pour accoler des couvertures de notre journal à celles de ce torchon raciste.

PROCÈS EN SORCELLERIE

Mais où est passée la conscience morale, si toutes les vilenies deviennent à ce point ordinaires ? Nous avons presque honte de rappeler que l'antiracisme et la passion de l'égalité entre tous les humains sont et resteront le pacte fondateur de Charlie Hebdo.

Bien entendu, le procès en sorcellerie que tant d'esprits faibles nous font ne peut être mené qu'en secret, loin de la lumière, en l'absence de toute défense. Car la lecture de notre journal est la preuve définitive de ce que nous affirmons ici. Ceux qui osent dire le contraire ne nous lisent pas, et se contentent de se délecter d'une abominable rumeur.

Pour les autres, qui respectent encore des valeurs élémentaires, voici en quelques phrases notre histoire. Créé après l'interdiction d'Hara Kiri hebdo par le ridicule pouvoir gaulliste de 1970, Charlie Hebdo est fils de Mai 68, de la liberté, de l'insolence, et de personnalités aussi clairement situées que Cavanna, Cabu, Wolinski, Reiser, Gébé, Delfeil de Ton…

Qui oserait leur faire un procès rétrospectif ? Le Charlie Hebdo des années 1970 aura aidé à former l'esprit critique d'une génération. En se moquant certes des pouvoirs et des puissants. En riant, et parfois à gorge déployée, des malheurs du monde, mais toujours, toujours, toujours en défendant la personne humaine et les valeurs universelles qui lui sont associées.

L'un des drames des calomniateurs, c'est que Cavanna, Cabu, Wolinski sont toujours là, fidèles au poste chaque semaine, sans avoir jamais renié une once de leur passé. Contrairement à tant d'autres, qui ont eu le temps, en quarante années, de changer plusieurs fois de costume social, l'équipe de Charlie continue sur la même route.

Nous rions, nous critiquons, nous rêvons encore des mêmes choses. Ce n'est pas trahir un secret : l'équipe actuelle se partage entre tenants de la gauche, de l'extrême gauche, de l'anarchie et de l'écologie. Tous ne votent pas, mais tous ont sablé le champagne quand Nicolas Sarkozy a été battu en mai 2012.

NOUS AVONS CHOISI NOTRE CAMP

Aucun d'entre nous ne songerait à défendre la droite, que nous combattrons jusqu'au bout. Quant aux fascismes, quant au fascisme, nous considérons évidemment cette engeance comme un ennemi définitif, qui ne s'est d'ailleurs jamais privé de nous traîner devant les tribunaux.

Ouvrez donc ce journal ! Jean-Yves Camus y suit avec la rigueur qu'on lui connaît l'activité des extrêmes droites. Laurent Léger dévoile les turpitudes des réseaux si étendus de la corruption. Bernard Maris décortique l'économie et le capitalisme comme aucun autre. Patrick Pelloux raconte avec douceur les horreurs des urgences hospitalières. Gérard Biard ferraille contre le sexisme et la pub. Zineb el Rhazoui critique – oui, et de belle manière – les insupportables manifestations de certain islamisme. Fabrice Nicolino regarde le monde en écologiste radical, mais humaniste. Sigolène Vinson détaille le quotidien absurde de tant de tribunaux. Luce Lapin défend avec une opiniâtreté sans borne les animaux, ces grands absents du débat. Antonio Fischetti raconte la science, les sciences avec drôlerie et impertinence. Philippe Lançon proclame chaque semaine la victoire de la littérature sur la télé. Et puis tous les autres ! Quant aux dessinateurs, qui ne connaît leur trait ?

De Charb à Riss, de Luz à Willem, de Riad Sattouf à Tignous, en passant par Honoré, Catherine et bien sûr Wolin et Cabu, ils font rire chaque semaine ceux qui n'ont pas renoncé à être libres.

Où seraient cachés les supposés racistes ? Nous n'avons pas peur d'avouer que nous sommes des militants antiracistes de toujours. Sans nécessairement avoir une carte, nous avons choisi dans ce domaine notre camp, et n'en changerons évidemment jamais. Si par extraordinaire – mais cela n'arrivera pas – un mot ou un dessin racistes venaient à être publiés dans notre hebdomadaire, nous le quitterions à l'instant, et avec fracas. Encore heureux !

Reste dans ces conditions à comprendre pourquoi. Pourquoi cette idée folle se répand-elle comme une maladie contagieuse ? Nous serions islamophobes, disent nos diffamateurs. Ce qui, dans la novlangue qui est la leur, signifie racisme. Où l'on voit combien la régression a gagné tant d'esprits.

La "une" de "Charlie Hebdo" du 19 septembre. Plusieurs médias américains ont refusé de diffuser les images des caricatures du journal.

NOUS CONTINUERONS, BIEN SÛR

Il y a quarante ans, conspuer, exécrer, conchier même les religions était un parcours obligé. Qui entendait critiquer la marche du monde ne pouvait manquer de mettre en cause les si grands pouvoirs des principaux clergés. Mais à suivre certains, il est vrai de plus en plus nombreux, il faudrait aujourd'hui se taire.

Passe encore que Charlie consacre tant de ses dessins de couverture aux papistes. Mais la religion musulmane, drapeau imposé à d'innombrables peuples de la planète, jusqu'en Indonésie, devrait, elle, être épargnée. Pourquoi diable ? Quel est le rapport, autre qu'idéologique, essentialiste au fond, entre le fait d'être arabe par exemple et l'appartenance à l'islam ?

Nous refusons de nous cacher derrière notre petit doigt, et nous continuerons, bien sûr. Même si c'est moins facile qu'en 1970, nous continuerons à rire des curés, des rabbins et des imams, que cela plaise ou non. Nous sommes minoritaires ? Peut-être, mais fiers de nos traditions en tout cas. Et que ceux qui prétendent et prétendront demain que Charlie est raciste aient au moins le courage de le dire à voix haute, et sous leur nom. Nous saurons quoi leur répondre.

>Toute la rédaction de Charlie Hebdo se joint aux auteurs de cette tribune.

  • Fabrice Nicolino (Journaliste)
     
  • . Charb (Directeur de publication "Charlie Hebdo")
     

L’ensemble de la rédaction de « Charlie Hebdo » s’associe à cette tribune

 

 

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 16:54

 

Source : blogs.mediapart.fr/blog/philippe-corcuff

 

 

Mon ami Charb: les salauds, les cons, l’émotion ordinaire et la tendresse

Même si je n’avais pas connu les victimes, ce qui s’est passé hier serait dégueulasse. Mais je connaissais les victimes, j’ai collaboré à Charlie Hebdo comme chroniqueur d’avril 2001 à décembre 2004, et je suis effondré….

Cabu, Bernard Maris, Tignous, Wolinski…étaient pour moi des visages familiers. Et surtout Charb, qui est devenu au fil du temps un ami avec qui les liens ont perduré jusqu’à aujourd’hui. Ils m’on tant fait rire et je n’ai plus envie de rire.

Des salauds leur ont ôté la vie, comme on écrase des insectes. Ils ont craché sur leur propre humanité. Au nom de quoi ? Des prétextes pour recouvrir des frustrations médiocres, des aigreurs médiocres, des fantasmes médiocres. Et, en prétendant donner ainsi un peu plus de sens à des existences médiocres, ils ont ajouté du non-sens à un monde déjà fort embrouillé. Et nous sommes là, un peu comme des cons, tristes, las, en colère, impuissants face à l’irréversible de l’acte barbare. Il nous reste cette belle émotion ordinaire qui a parcouru spontanément le pays et qui a, pour l’instant, mis à distance les discours de haine dans le recueillement personnel et collectif. Comme si une raison sensible avait réussi à paralyser la déraison possible de la panique et de la désignation de boucs-émissaires, sans que personne ne l’ai explicitement  décidé.

Charb était mon ami. Quand je suis arrivé à la rédaction en avril 2001, il m’a d’abord jaugé avec prudence. Il faut dire que j’avais été introduit par Philippe Val et que Charb était au sein de la rédaction l’opposant le plus constant aux circonvolutions politiques de Val. Cependant, j’étais à l’époque militant de la Ligue Communiste Révolutionnaire, et lui-même pouvait voter pour la LCR ou pour le PCF en fonction des élections. Son casier à Charlie était d’ailleurs recouvert de deux autocollants, l’un du PCF, l’autre de la LCR. Par la suite, ses sympathies se sont stabilisées du côté communiste, mais dans une hostilité forte vis-à-vis du PS. Il continuait toutefois à avoir de l’admiration et de l’affection pour Daniel Bensaïd, dont il illustrera un livre d’introduction à Marx, Marx, mode d’emploi (Zones/La Découverte, 2009).

 Quand je lui ai demandé de dessiner au cours de la soirée d’hommage à Daniel Bensaïd, organisée par le NPA à la Mutualité le 24 janvier 2010, suite à son décès, il a immédiatement accepté. Il a accompagné une soirée pleine d’émotions par des dessins d’un humour tendre.

Nous nous sommes donc rapprochés dès mes années Charlie. Il fit en 2004 les dessins d’un livre composé de mes chroniques de Charlie et d’autres textes de presse, Prises de tête pour un autre monde. Chroniques (Textuel).

J’ai quitté Charlie en décembre 2004, du fait de divergences politiques avec Philippe Val, en particulier à cause la place qu’il donnait à la diabolisation de l’islam dans le contexte de l’après 11 septembre via les textes de Fiammetta Venner et Caroline Fourest, qu’il avait récemment introduites dans la rédaction (1). Charb comme Tignous m’avaient exprimé leur sympathie. Á partir de septembre 2005, la collaboration avec Charb a pris un autre visage dans une chronique irrégulière pour le site culturel Le Zèbre autour du roman noir, « Phil noir », dont il faisait les dessins. Cette chronique est devenue « Phil noir et blues », ajoutant les ressources de la chanson, à partir de mai 2014.

Charb avait le peuple de gauche chevillé au corps. Nous aimions nous retrouver au stand cubain de la Fête de l’Huma autour de mojitos ! Il était partie-prenante de la vraie gauche, dans la variété de ses couleurs radicales, altermondialistes et libertaires, pas celle des politiciens et des technocrates sociaux-libéraux. Il vomirait ces marionnettes du PS et de l’UMP qui croient pouvoir se faire un peu de beurre électoraliste sur son cadavre en bavassant sur les micros.

Il était affecté par les bêtises paresseuses qui circulaient depuis trop longtemps sur internet quant à sa supposée « islamophobie » et à son prétendu « racisme » (2). Les milieux critiques sont trop souvent pourris par des procureurs en chambre, qui géopolitisent avec leurs souris et condamnent avec leurs claviers, sans savoir grand-chose. Des cons qui remplissent leur ignorance arrogante sur internet par des bidons d’aigreur. L’ironie de Charlie s’en prenait avec humour à l’ensemble des religions, tout en se situant clairement dans le camp antiraciste. Il n’y avait pas là de stigmatisation discriminatoire de l’islam, donc à proprement parler d’islamophobie. L’église catholique, la force religieuse majoritaire, était la première visée par les Unes et les dessins, mais également les groupes évangélistes, le dalaï-lama ou les intégrismes juifs.

Dépourvu de préjugés particuliers contre l’islam, la seule expérience militante de Charb dans sa jeunesse avait d’ailleurs concerné la cause palestinienne, où il avait côtoyé des musulmans. Il ne goûtait guère la focalisation médiatique sur l’islam d’une Caroline Fourest. Il m’a raconté que lorsque Philippe Val a quitté en mai 2009 la direction de Charlie pour France Inter, la dite Fourest a fait mine d’endosser la fonction de cheftaine. Mais étoile filante imposée par Val dans la rédaction, elle n’avait guère la légitimité humaine et professionnelle pour la diriger. Le nom de Charb s’est imposé naturellement. Et elle est partie faire des claquettes sur d’autres plateaux….

Pour toutes ces raisons, Charb avait apprécié le communiqué iconoclaste de solidarité avec Charlie que nous avions écrit avec Philippe Poutou le 20 septembre 2012 pour Mediapart : « Contre l’islamophobie, pour le droit à la caricature de Charlie Hebdo ». Ce communiqué, mal vu pour de mauvaises raisons dans certains secteurs des gauches radicales, voulait rompre avec le manichéisme aplatissant des situations compliquées sur un seul plan, en se révélant alors incapable de défendre en même temps deux principes : la liberté d’expression et la lutte contre l’islamophobie.

Charb n’aurait pas prisé les appels actuels à « l’unité nationale ». C’était un artisan orfèvre en dissensus national. Par contre, il aurait aimé l’émotion citoyenne qui vibre de partout, bien au-delà de nos frontières. Il n’aurait pas voulu que les conneries islamophobes s’ajoutent à l’horreur islamiste, pour nous enfoncer un peu plus vers une guerre fantasmée de religions. Il conchierait le Front national, son plus constant ennemi politique, en le voyant saliver à l’avance sur les événements.

Charb était un moqueur affectueux avec ses amis. En témoigne ce dessin produit lors d’une rencontre publique, intitulée « Les Fourneaux de l’Invention », le 19 octobre 2013 à Lyon, où il était descendu avec ses deux gardes du corps policiers :

Charb terminait son dernier texto par « la bise à Basile (sans le réveiller) ». Basile est mon petit garçon de 9 mois. Maître en ironie mordante, Charb était un tendre qui se cachait derrière ses grosses lunettes. Amateur en blagues de cul, c’était un pudique en humanité. J’appréciais tout particulièrement sa série Maurice et Patapon, où la scatologie n’excluait pas la tendresse. Tu me manques l’ami…


Post-scriptum : J’avais perdu de vue, au fil des années, l’ami Tignous. J’ai retrouvé un autoportrait réalisé pour sa venue à Dijon le 2 décembre 2004 dans le cadre d’un « café-débat Charlie Hebdo » que je co-animais. Salut l’ami !

 

Notes :

(1) Voir « Philippe Corcuff quitte Charlie Hebdo », communiqué de presse, site Bellaciao, 3 décembre 2004.

(2) Voir la mise au point claire : « Non "Charlie Hebdo" n’est pas raciste ! », Le Monde, 20 novembre 2013.

 

 

Source : blogs.mediapart.fr/blog/philippe-corcuff

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 16:42

 

 

Source : www.marianne.net

 

 

L’épreuve
Mercredi 7 Janvier 2015 à 17:30

 

Joseph Macé-Scaron

 

Les barbares qui ont perpétré cet attentat contre "Charlie Hebdo" ont agi en ennemis farouches de ce que la France a de meilleure et de plus universel : la liberté de l’esprit, le droit à la satire, au débat et à la controverse, l’irrespect démocratique... Un combat s’engage. Il sera long. Il sera difficile. Il sera âpre. Dans cette épreuve collective, veillons à ne perdre ni notre sang-froid, ni notre lucidité.

 

FRANCOLON XAVIER/SIPA
FRANCOLON XAVIER/SIPA

L’effroi, la stupeur, le chagrin. Jamais sans doute nous n’aurons eu autant de mal à commenter l’actualité tant elle se présente sous un jour terrible et tragique après l’exécution ciblée qui a frappé Charlie Hebdo. Ma première pensée va à Tignous, notre dessinateur depuis toujours.  Tignous n’était pas seulement un grand artiste, c’était un confrère chaleureux qui a incarné avec talent, avec générosité, avec assiduité les valeurs pour lesquelles nous combattons tous. Sa disparition, celle de Charb, de Wolinski, de Cabu, de Bernard Maris et de tant d’autres nous plongent dans la sidération et l’horreur.

Fidèle à sa tradition éditoriale, Charlie Hebdo avait porté à son point d’incandescence la liberté de la presse avec un double axiome : exercer son insolence à l’endroit du pouvoir – de tous les pouvoirs – et l’irréligiosité, ce droit au blasphème, brandi si haut par notre ami Tignous au point de roussir quelques barbes au passage !

Ne nous leurrons pas : les barbares qui ont assassinés ces amis de la liberté n’ont pas agi en redresseurs des torts éventuels de la France, comme certains imbéciles ou salauds, tôt ou tard, nous le murmureront à l’oreille, mais en ennemis farouches de ce qu’elle a de meilleure et de plus universel : la liberté de l’esprit, le droit à la satire, au débat et à la controverse, l’irrespect démocratique, bref, ce fil émancipateur qui court notamment de Voltaire à Charlie Hebdo. Ne nous leurrons pas : ce n’est pas un Occident présumé dominateur qui a été frappé ici au cœur mais la France dans ce qu’elle a de meilleur, la France émancipatrice, la France des Lumières, la France qui parie sur la culture et la réflexion pour désarmer la barbarie.

Hélas, aujourd’hui, non content de conspirer à effacer ce précieux héritage, l’esprit du temps s’emploie à jeter un doute permanent sur cet engagement de progrès. Combien de fois a t-on entendu critiquer Charlie Hebdo qui en « faisait trop » ? Suspectant lourdement le journal d’avoir trouvé dans cette lutte une niche éditoriale. Les artilleurs qui s’adonnaient à cet exercice de dévaluation de l’engament de toute une équipe de fantassins doivent se trouver malins aujourd’hui. Quoique… Ne doutons pas que cela n’empêchera pas ces permanents donneurs de leçon et professeurs es déontologie journalistique de verser des larmes de crocodile. Ne nous leurrons pas : ces petits maîtres du soupçon viennent d’être rattrapés par le réel et n’en tireront aucune leçon.

Un mot encore sur le procès fait à l’humour de Charlie Hebdo. On traque aujourd’hui le rire alors qu’il dit souvent mieux qu’un long discours la chair du monde. Car ce même esprit du temps revêt les rapports humains d’une robe de bure. Je ne sais pas si le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas. Il n’est même pas sûr que Malraux ait prononcé cette phrase. Ce que je sais, en revanche, c’est qu’il n’y a pas d’idée plus salvatrice que la laïcité. Pas de pensée plus novatrice que le refus de se laisser embrigader dans les nouvelles guerres de religion.

En apprenant l’assassinat de nos confrères, Michel Onfray a eu cette réaction immédiate : « C’est notre 11 septembre ». Un combat s’engage. Il sera long. Il sera difficile. Il sera âpre. Dans cette épreuve collective, veillons à ne perdre ni notre sang-froid, ni notre lucidité.

 

 

Source : www.marianne.net

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 16:30

 

Info reçue par mail

 

 

Les organisations gardoises suivantes se sont réunies jeudi 8 janvier: LDH,LICRA, OIP, ACAT, Cimade, UD CFDT, UD CGT, ATTAC, PCF, PG, ENSEMBLE, EELV, PS
Elles ont décidé de reprendre l'appel national ci dessous et d'organiser une marche républicaine le Dimanche 11 janvier à 15 H à Nimes Place des Martyres de la Résistance, avenue Jean Jaurès, rue de la République et parvis des arènes 
Elles appellent toutes les associations, organisations syndicales, partis politiques gardois signataires de cet appel à se joindre à cette marche 

« Nous sommes Charlie : Défendons les valeurs de la République ! » 

L’attentat terroriste, qui a décimé hier la rédaction de Charlie Hebdo et coûté la vie à des fonctionnaires de police, est un crime inqualifiable qui porte atteinte aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Nous - associations, organisations syndicales, partis politiques -appelons tous les citoyens à une marche républicaine silencieuse le dimanche 11 janvier à 15 heures, de la Place de la République à la Nation.

Face à la barbarie, défendons les valeurs de la République !

Premiers signataires :

CFDT - CFE-CGC – CFTC - CGT - EELV - Ensemble - Fondation Copernic - Front Démocrate - FSU - Gauche Unitaire – LDH – LICRA – MDP – MODEM- MRAP – MRC - Nouvelle Donne – PCF - PG – PRG- PS- SNJ- SNJ – CGT- SOS RACISME- UDI- UMP – UNSA


Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 22:11

 

 

Ca faisait chaud au coeur de voir une telle mobilisation à Nîmes...

 

 

Source : www.francebleu.fr

 

 

"Je suis Charlie" : plus d'un millier de personnes rassemblées à Nîmes (photos)
Mercredi 07 janvier 2015 à 21h59 mis à jour le Mercredi 07 janvier 2015 à 22h59

Suite à la fusillade au siège du journal Charlie Hebdo ce mercredi 7 janvier, un rassemblement est organisé à Nîmes, devant les Arènes, à partir de 18h30.

 


"Je suis Charlie" : rassemblement à Nîmes devant les Arènes.  © Radio France

Après l'attaque meurtrière au siège du journal Charlie Hebdo à Paris, un rassemblement est organisé à Nîmes devant les arènes pour rendre hommage aux victimes et soutenir la liberté de la presse.

Plus d'un millier de personnes ont répondu à l'appel lancé par le Club de la presse du Gard.


Signe de ralliement pour rendre un hommage aux victimes de l'attentat à Charlie Hebdo.  



Des terroristes lourdement armés

Mercredi 7 janvier, vers 11 h 30, au moins deux hommes encagoulés ont fait irruption dans les locaux de Charlie Hebdo, dans le 11e arrondissement de Paris, au milieu de la conférence de rédaction du journal. Équipés d'armes lourdes, ils ont ouvert le feu à de nombreuses reprises sur les salariés de l'hebdomadaire.

Les agresseurs ont ensuite pris la fuite en direction du Nord-Est de la capitale, en tirant sur les policiers venus en renfort. Au total, les terroristes ont tué 12 personnes et en ont blessé dix. Arrivés porte de Pantin, ils ont percuté un piéton et braqué un automobiliste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : www.francebleu.fr

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:15

 

Source : www.marianne.net

 

 

L'Espagne diminue le nombre de ses chômeurs... en les exportant !
Mercredi 7 Janvier 2015 à 05:30
Aline Joubert

 

Une baisse de 5,39% du nombre de sans-emploi en Espagne soit 253 627 chômeurs de moins qu'en 2013, c'est ce qu'a claironné le gouvernement de Mariano Rajoy, lundi, sur les réseaux sociaux et dans la presse nationale. La nouvelle a été du plus bel effet dans un pays rongé par la crise depuis l'éclatement de sa bulle immobilière il y a sept ans. En France, "Le Figaro" s'en est même emparé. Sauf qu'à y regarder de plus près, l'Espagne a surtout la "chance" de voir une grosse partie de sa population fuir le pays.

 

Andres Kudacki/AP/SIPA
Andres Kudacki/AP/SIPA
« Nous avons plus de 253 000 raisons d'être optimistes » a déclaré hier la secrétaire d'Etat espagnole à l'Emploi Engracia Hidalgo. Mieux encore, le gouvernement s'enorgueillit d'avoir créé près de 2 millions de contrats de travail ! Une hausse de 13,1% par rapport à l'an passé. Le mois de décembre aurait été ainsi exemplaire avec une baisse de plus de 60 000 demandeurs d'emploi par rapport au mois précédent. La ministre de l'Emploi Fatima Bañez, confiante, a d'ailleurs d'ores et déjà annoncé que les chiffres de 2015 « surpasseront toutes les prévisions », nous rapporte le site du quotidien El Pais. Même Le Figaro et La Croix se réjouissent de la nouvelle en qualifiant l'Espagne de « bonne élève » et en saluant son « regain d'optimisme ».
 
Sauf que, comme le relève le Parti socialiste espagnol, dans l'opposition et qui ne peut s'empêcher de faire la fine bouche, nombre de ces contrats, s'ils sont à durée indéterminée, sont à temps partiel, et un quart de ceux à durée déterminée durent « moins d'une semaine » selon Mariluz Rodriguez, secrétaire à l'Emploi.
On pourrait ajouter qu'il existe une nette différence entre l'embauche des hommes (qui comptent 7,9% de chômeurs en moins) et des femmes (dont seulement 2,9% ont trouvé un emploi). Mais ce serait pinailler, vous dit-on.
 
Surtout, arrivent en tête du classement des plus fortes baisses du nombre de chômeurs la Catalogne (48 924 chanceux), la communauté de Madrid (36 914), celle de Valence (36 196) et l'Andalousie (24 901) selon le site Eleconomista.es.

Courage, fuyons !

Ce classement ressemble en fait trait pour trait à celui des régions au plus fort taux d'émigration. Même ordre. En Catalogne 54 736 personnes ont fait leurs valises, à Madrid elles sont 48 121, à Valence 27 631 et en Andalousie 19 682. Troublant.
 
Les chiffres très officiels de l'Institut national de statistiques montrent que le solde migratoire de l'Espagne est négatif depuis 2008, et qu'il s'est même fortement creusé en 2014. Pour le seul premier semestre de l'année 2014, il est déjà négatif de 124 915 personnes, soit quasi autant que pour toute l'année 2012 (-142 552 personnes).
 
Pendant ce même semestre, ce sont au total 206 492 Espagnols qui ont quitté le pays et plus de 150 000 d'entre eux venaient des quatre communautés autonomes précitées.
 

La recette miracle de Rajoy ?

La solution ibérique pour lutter contre le nombre croissant de chômeurs n'est peut-être pas sciemment pensée par le pouvoir en place. Néanmoins, dans les faits, elle consisterait presque à pousser une partie de sa population hors du pays et à proposer aux restants (et plus particulièrement aux hommes) des contrats à temps partiel, à la semaine, tout en baissant le niveau général des salaires. Ingénieux. On se demande alors pourquoi le quatuor Hollande-Valls-Macron-Rebsamen n'y a pas encore songé ?

 

 

Source : www.marianne.net

 

 


Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:09

 

Source : www.marianne.net

 

 

La loi Macron préfère les patrons délinquants aux représentants du personnel
Mercredi 7 Janvier 2015 à 06:00

 

Gérard Filoche*

 

"La République vous rattrapera", promettait François Hollande, en 2012 à la tribune du Bourget, aux "délinquants financiers". Mais comme le regrette Gérard Filoche, le projet de loi Macron démontre qu'il a choisi son camp : les patrons délinquants plutôt que les représentants du personnel. Comment ? En instaurant "rien de moins que la suppression de la peine d’emprisonnement associée jusqu’ici au délit d’entrave au droit syndical et aux fonctions de représentant du personnel", explique le responsable socialiste.

 

DAMOURETTE/SIPA
DAMOURETTE/SIPA
Le dossier de presse remis le 10 décembre pour la présentation du projet Macron permet de savoir, enfin, ce qui se cachait derrière la volonté, discrètement affichée, de modifier la sanction pénale pour les entraves au droit syndical et aux fonctions de représentant du personnel (délégué du personnel, Comité d'entreprise, Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) : rien de moins que la suppression de la peine d’emprisonnement associée jusqu’ici au délit d’entrave (« susceptible de dissuader les sociétés étrangères d’investir dans les entreprises françaises... » comme l’avance le document de Bercy).
 
Et, peut-être même plus encore : la suppression de toute peine pénale, la formulation du dossier de presse (« Les sanctions pénales associées au délit d’entrave au fonctionnement des instances représentatives du personnel seront remplacées par des sanctions financières ») pouvant laisser entendre que les sanctions financières pourraient n’être plus qu’administratives...
 
Est-ce si choquant qu’un patron qui fait entrave aux lois d’ordre public social concernant l’instauration et le fonctionnement des institutions représentatives du personnel soit punissable de peines de prison ?
 
Cette peine figurait dans le code du travail. Pourquoi ? Parce que la Constitution française considère comme fondamentales ces institutions représentatives du personnel : l'article 8 du préambule de 1946 repris dans la Constitution de 1958 précise : « Tout travailleur participe, par l'intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu'à la gestion des entreprises ».
 
En fait, les juges (hélas) n’ont jamais prononcé de peines de prison ferme pour délit d’entrave. Mais la menace existait quand même. En mai 2010, deux dirigeants de l'usine Molex, appartenant à un groupe américain, avaient été condamnés à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Toulouse pour ne pas avoir informé les représentants du personnel avant d'annoncer la fermeture de l'usine.
 
Certains « grands patrons étrangers » auraient dit leur inquiétude face à ce risque pénal – pourtant si exceptionnel et si peu appliqué. Leurs avocats auraient souvent agité ce « chiffon rouge », leur conseillant la plus grande prudence et les mettant en garde contre « la tentative de délit d’entrave ». Evidemment ils nous racontent, sans preuve, non pas que cela aurait dissuadé certaines entreprises de violer nos droits, mais que cela les aurait empêchées de s’installer en France.
 
Aussi, le président de la République lui-même a-t-il annoncé lors du deuxième Conseil stratégique de l'attractivité ouvert aux patrons étrangers, qui s’est tenu le dimanche 19 octobre à l'Elysée, que cet article du droit pénal du travail serait annulé. « Les peines pénales associées au délit d'entrave, qui parfois même pouvaient être des peines de prisons qui n'étaient bien sûr jamais prononcées mais qui néanmoins pouvaient inquiéter, seront remplacées par des sanctions financières, et c'est mieux qu'il en soit ainsi ». Macron exécute donc cette volonté présidentielle.
 
En contrepartie de la suppression de cette peine, le ministre du Travail envisage que les contraventions aillent au-delà des modestes 3 750 euros actuels. Mais quel niveau d’amende sera assez dissuasif envers des actionnaires milliardaires lointains et rusés pour leur faire respecter notre droit du travail ?
 
Poser la question, c’est y répondre : si la menace de prison n’était déjà qu’un « chiffon rouge », alors l’amende les fera rire. Une fois de plus, on est loin du François Hollande au Bourget, menaçant la délinquance financière : « La République vous rattrapera », disait-il. Là, il s’agit carrément de supprimer les moyens de la rattraper. Au moment de prendre leur décision de fermer, pour causes boursières, des entreprises, rien ne sera plus capable, même à l’état de menace, d’empêcher les spéculateurs de ne pas consulter les élus des salariés.


* Gérard Filoche est membre du Bureau national du PS et ancien inspecteur du travail.


 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 15:41

 

Source : www.lemonde.fr/les-decodeurs

 

Manifestations spontanées et témoignages de solidarité après l'attaque contre « Charlie Hebdo »

Le Monde.fr | 07.01.2015 à 16h38 • Mis à jour le 07.01.2015 à 16h45 | Par Mathilde Damgé


 

Les réactions et les appels à manifestation se multiplient après l'attaque meurtrière de Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier à Paris (suivre en direct les derniers événements sur Le Monde.fr).

Dans un premier temps, le mot-clé #jesuischarlie ainsi qu'une bannière noire reprenant ce slogan, a fleuri sur Twitter, partagé par de nombreux utilisateurs, notamment des personnalités politiques et dessinateurs :

 

Voir l'image sur Twitter

De tout coeur avec Charlie Hebdo.

Appels à manifester à Paris, en région et à l'étranger

La CGT a appelé à un rassemblement à 17 heures, place de la République à Paris. Le parti communiste, la CFDT, le Syndicat national des journalistes invitent à manifester à 18 heures au même endroit.

Le PS, après avoir appelé à un rassemblement dans l'après-midi même, a précisé par la voix de Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire, que cette manifestation « de tous les républicains » aurait lieu « dès que cela sera possible ».

Des rassemblements sont également prévus dans de nombreuses villes de France et à l'étranger.

 

Retrouvez ici l'ensemble des manifestations répertoriées en France par Le Monde.fr.

 

 

 

L'Assemblée nationale en deuil

Au Palais-Bourbon, où siègent les députés, les drapeaux français ont été mis en berne.

 

Voir l'image sur Twitter

L'Assemblée en deuil

Des unes placardées chez un député

En hommage, le député socialiste du Pas-de-Calais Nicolas Bays a affiché plusieurs couvertures de Charlie Hebdo en devanture de sa permanence.


Voir l'image sur Twitter

ma permanence

Plusieurs internautes appellent à s'abonner à l'hebdomadaire satirique en solidarité.

Michel SAUVADE @michel_sauvade

Faire taire Charlie Hebdo ? La réponse : http://boutique.charliehebdo.fr/abonnement.html  

Des émissions de télévision annulées

L'animateur Cyril Hanouna a annoncé sur Twitter que son émission Touche pas à mon poste, sur Direct 8, n'aurait pas lieu mercredi.

Cyril Hanouna         @Cyrilhanouna

Les chéris, je suis horrifié de ce qui s’est passé. Nous n’avons pas envie de rire. Il n’y aura donc pas d’émission ce soir.

Une minute de silence sur les terrains de foot

Le LOSC, club de football de Lille, a annoncé qu'une minute de silence serait observée mercredi soir avant sa rencontre de Ligue 1 contre Evian-Thonon-Gaillard.

LOSC         @losclive

Pour témoigner leur soutien aux familles des victimes, 1 min de silence sera observée avant Les joueurs arboreront un brassard noir


Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 15:21

 

 

Source : www.mediapart.fr

La rédaction attaquée : 12 morts dont Cabu, Charb, Tignous, Maris et Wolinski

|  Par La rédaction de Mediapart

 

 

 

Au moins deux hommes armés et cagoulés ont pénétré mercredi en fin de matinée dans la rédaction de l'hebdomadaire, ouvrant le feu. Plusieurs membres de la rédaction ont été tués, dont Cabu, Charb, Wolinski, Bernard Maris et Tignous. Dans leur fuite, les agresseurs ont également ouvert le feu sur des policiers.

La rédaction de Charlie Hebdo a été la cible ce mercredi 7 janvier d'une attaque de la part d'au moins deux hommes armés – deux hommes sont entrés dans les locaux de l'hebdo, mais le ministère de l'intérieur, trois hommes sont actuellement recherchés. Selon les premiers éléments, douze personnes ont été tuées, quatre ont été grièvement blessées et quatre blessées plus légèrement. Nos deux journalistes sur place ont assisté à la sortie de nombreux corps par les services de secours.

Tweet d'un de nos journalistes sur place 
Tweet d'un de nos journalistes sur place

Selon l'un des avocats de l'hebdo, Cabu, Charb, Wolinski et Tignous sont morts dans l'attaque. Charb, de son vrai nom Stéphane Charbonnier, était le directeur de la publication de Charlie. L'économiste Bernard Maris est également décédé dans la fusillade.

Le journal est situé rue Nicolas-Appert dans le XIe arrondissement de Paris. Charlie Hebdo avait déjà fait l'objet d'un incendie criminel en novembre 2011, dans ses précédents locaux situés dans le XXe arrondissement.

Sur place 
Sur place © MM

L'attaque a eu lieu peu après 11 heures ce mercredi matin. Sur une vidéo filmée par Première ligne, une agence de presse télévisuelle, les deux hommes armés crient Allahu Akbar (Dieu est grand) à l'extérieur du bâtiment. Selon une source policière, les assaillants auraient également crié « Nous avons vengé le prophète ».

 

 

 

Jointe par téléphone par le journal L'Humanité, alors qu’elle était encore sur les lieux de la fusillade, la dessinatrice Corinne Rey a apporté ce témoignage : « J’étais allée chercher ma fille à la garderie, en arrivant devant la porte de l’immeuble du journal deux hommes cagoulés et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J’ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu… ça a duré cinq minutes… Je m’étais réfugiée sous un bureau… Ils parlaient parfaitement le français… Se revendiquaient d’Al-Qaïda. »

Une autre vidéo circule sur les réseaux sociaux, elle a été prise près du journal. On y voit deux hommes abattre de sang-froid un policier à terre puis retourner à petites foulées dans leur véhicule. Nous en avons extrait quatre images :

 

policiertue.jpg

 

Sur place, un voisin, Ludovic Manche a assuré avoir entendu « 40 ou 50 coups de feu » alors qu'il se trouvait dans son appartement du boulevard Richard-Lenoir, juste derrière les locaux de Charlie Hebdo. « Au début, j'ai cru que c'était des pétards de nouvel an chinois. J'ai vu par la fenêtre des policiers qui poursuivaient les malfaiteurs. Ils étaient deux personnes cagoulées, l'un d'eux avait un fusil de guerre. Ça tirait dans tous les sens. Dans la rue, les gens se cachaient derrière les voitures. Puis les tireurs sont partis dans une Citroën C1 noire. »

Les assaillants ont pris la fuite à bord d'un véhicule, avant de l'abandonner et d'en voler un second. Selon le ministère de l'intérieur, trois personnes sont actuellement recherchées.

François Hollande s'est rendu sur place vers 12 h 50. Il s'est adressé à la presse, parlant d'un acte d'une « exceptionnelle barbarie au cœur de Paris contre un journal, contre des journalistes ». Le président français a déclaré qu'il s'agissait d'un « acte terroriste ». « Cela ne fait aucun doute », a-t-il ajouté. « La France est aujourd'hui en état de choc devant un attentat terroriste, ça ne fait pas de doute »,a déclaré François Hollande, accompagné du ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve, de la maire de Paris, Anne Hidalgo, du président de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon, et de plusieurs élus parisiens. La ministre de la justice Christiane Taubira s'est également rendue sur place, de même que les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, Claude Bartolone et Gérard Larcher.

 

François Hollande sur place
François Hollande sur place © MM

Le chef de l'État a confirmé un premier bilan : 11 personnes ont été tuées. Quatre personnes sont dans un état « d'urgence absolue ». Mais, selon François Hollande, il ne s'agit pas encore d'un compte définitif. Le président va réunir à 14 heures à l'Élysée les ministres et responsables directement concernés par la protection à assurer sur tous les lieux potentiellement visés. Le plan Vigipirate est passé à « Vigipirate attentat ».

Le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, a pour sa part dénoncé « une attaque d'une violence démente, barbare comme il n'y en a jamais eu ». « C'est aujourd'hui sans commune mesure le jour le plus noir de l'histoire de la presse française », a-t-il ajouté. « Ils sont rentrés dans d'autres locaux mais n'ont pas tiré, ils visaient clairement Charlie Hebdo », a-t-il encore indiqué.

Cet article va être actualisé régulièrement, merci de rafraîchir votre page.

 

Source : www.mediapart.fr

 

 

                                                                     ***************************************

 

Source : www.tdg.ch

Charlie Hebdo

Trois criminels sont impliqués dans l'attentat

Par Jérémy Santallo/Jugurtha Ait-Ahmed/Myriam Amara. Mis à jour il y a 24 minutes

Une fusillade a éclaté au siège du journal satirique Charlie Hebdo, attaqué à la kalachnikov. Il y a au moins douze victimes.

2154266_pic_970x641.jpg

1/20 Un témoin de la scène a pris cette image. On y voit les tireurs sortir des locaux de Charlie Hebdo. Ils font feu sur la police, qui réplique. Ils sont parvenus à prendre la fuite. (Mercredi 7 janvier 2015)
Image: Keystone

   

(la Tribune de Genève)

Cet article est mis à jour automatiquement.

 


  • 16h10  

    En visant les bureaux de Charlie Hebdo à Paris, les tueurs ont semblé suivre les consignes données notamment par le groupe Etat islamique et parachever une vengeance liée à la publication des caricatures de Mahomet par l'hebdomadaire en 2006.

  • 16h05  

    Confirmation: Bernard Maris, économiste médiatique et chroniqueur sur France Inter, a été tué dans l'attentat, a annoncé Radio France.

    «France Inter pleure et nos pensées vont à sa famille», a tweeté Mathieu Gallet, PDG de Radio France. Bernard Maris, 68 ans, collaborait également à Charlie Hebdo, sous le pseudonyme d'«oncle Bernard».

  • 16 heures  

    Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, a exprimé sa «profonde émotion» après l'attentat commis contre Charlie Hebdo, un «acte abject qui heurte la conscience humaine», et a estimé que la France devait «défendre sans faiblesse» sa «démocratie (qui) est attaquée».

    «Je tiens à exprimer ma profonde abjection face à cet acte barbare qui heurte la conscience humaine. Les journalistes et la rédaction de Charlie Hebdo ont été pris pour cible, c'est une atteinte directe, sauvage, à l'un de nos principes républicains les plus chers, la liberté d'expression», a déclaré Nicolas Sarkozy depuis le siège de l'UMP.

  • 15h56  

    La Maison du dessin de presse à Morges (VD) est sous le choc, après l'attentat contre «Charlie Hebdo». Un hommage sera rendu prochainement à quatre dessinateurs décédés mercredi, annonce la conservatrice Charlotte Contesse, «complètement bouleversée».

  • 15h53  

    La sécurité a été renforcée autour du journal danois «Jyllands-Posten». Cette publication avait choqué le monde musulman en 2005 avec des caricatures du prophète Mahomet. Pour des raisons évidentes, rien n'a été divulgué sur les nouvelles mesures de sécurité qui ont été prises.

  • 15h48  

    La Ligue arabe et Al-Azhar, principale autorité de l'islam sunnite, ont condamné l'attentat «terroriste» contre Charlie Hebdo.

    L'université Al-Azhar a déploré une attaque «criminelle», soulignant que «l'islam dénonce toute violence», tandis que l'institution panarabe, également basée au Caire, a condamné «avec force cette attaque terroriste» qui a fait 12 morts.

  • 15h43  

    Le siège du groupe de presse du journal El Pais à Madrid a été évacué mercredi après réception d'un paquet suspect, a déclaré un porte-parole, évoquant «l'inquiétude» après l'attentat sanglant à Paris.

    A 13h45, soit près de trois heures après l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo, un homme est arrivé avec un paquet jugé suspect et qui contenait notamment des câbles. «La police a évacué l'immeuble» où travaillaient plus de 300 personnes, a déclaré le directeur de communication de El Pais Pedro Zuazua.

  • 15h38  

    «L’attaque à Charlie Hebdo est un acte horrible et injustifiable au cœur d’un journal qui incarne la liberté d’expression», a déclaré Manon Schick, directrice de la Section suisse d’Amnesty International. Nous sommes profondément choqués et présentons nos condoléances aux victimes et à leurs proches».

  • 15h34  

    Suite aux événements tragiques contre la rédaction de Charlie Hebdo, un rassemblement aura lieu à 18 heures devant UNI Mail (esplanade côté Pont-d’Arve).

  • 15h30  

    Il y a «trois criminels à l'origine» de l'attaque contre Charlie Hebdo, a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, à l'issue d'une réunion de crise à l'Élysée.

    Tout est mis en œuvre pour «neutraliser le plus rapidement possible les trois criminels qui ont été à l'origine de cet acte barbare», a déclaré le ministre, qui n'a pas apporté de précisions sur le rôle des différentes personnes impliquées.

  • 15h29  
    Jérôme Libeskind         @Jeromelibeskind

    Bernard Maris, économiste et actionnaire de #CharlieHebdo parmi les victimes

  • 15h23  

    Le président américain Barack Obama a fermement condamné la «fusillade terrifiante» contre Charlie Hebdo, soulignant avoir l'offert l'aide des Etats-Unis pour que les «terroristes» qui en sont responsables soient traduits en justice.

    «La France, et la merveilleuse ville de Paris où cette attaque scandaleuse a eu lieu, sont pour le monde une référence intemporelle qui demeurera bien au-delà de la vision haineuse de ces tueurs», écrit le président américain dans un communiqué.

    Voir l'image sur Twitter

    Obama "strongly condemn the horrific shooting at the offices of Charlie Hebdo magazine." Full statement:

     


  • 15h17  

    Les enquêteurs ont lancé un appel à témoins après l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo, a annoncé le police judiciaire (PJ) parisienne.

    Un numéro vert (08.05.02.17.17) a «été mis à disposition» et «activé» afin de recueillir tout témoignage sur cet attentat, a indiqué Richard Atlan, le porte-parole de la direction de la police judiciaire parisienne, dont la brigade criminelle est en charge de l'enquête avec la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

  • 15h13  

    Des témoins racontent l'attaque contre Charlie Hebdo.

  • 15h10  

    Les attentats les plus meurtriers en France depuis 40 ans.

    2154190_pic_970x641.jpg

    1/10 Mars 2012: Les 11 et 15 mars, Mohamed Merah, 23 ans, tue trois militaires par balles dans la rue, à Toulouse et Montauban, puis, le 19 mars, trois enfants et un enseignant dans un collège juif de Toulouse, avant d'être tué le 22 mars par la police qui assiège son appartement depuis la veille.
    Image: AFP

       
  • 15h06  

    L'attentat contre «Charlie Hebdo» a bouleversé les dessinateurs de presse en Suisse. «Je suis très triste», a déclaré Raymond Burki, en parlant d'«un drame inimaginable, épouvantable».

    Avec la disparition de Cabu, Wolinski, Charb sous les balles de tueurs cagoulés, «le monde a perdu de grandes plumes. Ce sont des sommités dans le dessin. C'est incroyable, c'est pas possible d'être tué à cause d'un dessin ou deux», a déclaré Raymond Burki, qui vient de prendre sa retraite après 38 ans de dessins pour 24 heures.

  • 15h01  

    Le Premier ministre canadien Stephen Harper: «Je suis horrifié par cet acte terroriste barbare commis en France», a écrit le chef du gouvernement canadien sur son compte Twitter.

    Le Canada avait été frappé par deux attaques en octobre par des jeunes radicalisés aux idées jihadistes. Deux militaires avaient été tués au Québec et à Ottawa devant le Parlement lors de ces attaques et les assaillants avaient été abattus par la police.

    Stephen Harper a assuré que les pensées et les prières des Canadiens étaient «avec les victimes et leurs proches».

  • 14h57   407948.jpg

    «Jesuischarlie». Des milliers d'internautes expriment sur les réseaux sociaux leur solidarité avec les victimes de l'attentat visant Charlie Hebdo.

    Le hashtag #jesuischarlie, apparu sur Twitter après l'attaque sanglante contre l'hebdomadaire satirique, avait été utilisé plus de 45'000 fois en une heure peu avant 14h45.

    Une page Facebook, intitulée «Je suis Charlie», en caractères reprenant ceux du journal, sur fond noir, recueillait au même moment plus de 25'000 «likes», relayant des appels à rassemblements à Paris et à Strasbourg.

  • 14h55  

    Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé le terrorisme après l'attentat, selon son porte-parole cité par l'agence de presse TASS. La Russie «condamne fermement le terrorisme sous toutes ses formes», a déclaré le porte-parole, Dmitri Peskov, précisant que Poutine avait présenté ses condoléances aux Français.

  • 14h50  

    Les deux auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo étaient armés de fusils d'assaut kalachnikov mais n'étaient pas équipés de lance-roquette, a affirmé une source policière. Une source proche de l'enquête, s'appuyant sur les premiers éléments des investigations, avait fait état de la présence de lance-roquette.

  • 14h45  

    L'hommage de Plantu.


    Voir l'image sur Twitter

    De tout coeur avec Charlie Hebdo.


  • 14h38  

    «Nos libertés fondamentales sont visées», a réagi Thierry Barrigue après l'attentat contre «Charlie Hebdo». «Ce sont des amis» qui viennent d'être tués, a dit, très ému, le directeur et rédacteur en chef de «Vigousse», le journal satirique romand basé à Lausanne.

  • 14h31  

    Les agresseurs ont abandonné leur véhicule. La course-poursuite continue.

    Voir l'image sur Twitter

    Les tireurs ont abandonné leur voiture dans le 19ème, ils ont pris la fuite à pied. #charliehebdo

     


  • 14h28   407926.jpg

    Quand la bêtise s'empare des réseaux sociaux (voir tweets ci-contre).

  • 14h24   407922.jpg

    Les caricaturistes vedettes de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, Charb, Cabu, Wolinski et Tignous, figurent parmi les douze morts de l'attentat sanglant mercredi à Paris contre le siège de leur journal, a annoncé une source judiciaire

  • 14h22  
    Natalia Gallois @nataliaggg

    Les employés de #CharlieHebdo, des membres de leurs familles et des familles des victimes pris en charge p/ 1 cell psy ds le théâtre voisin

  • 14h17  

    La chancelière allemande Angela Merkel: «Cet acte horrible est non seulement une agression contre la vie des citoyennes et citoyens français» mais «aussi une attaque que rien ne peut justifier contre la liberté de la presse et d'opinion, un fondement de notre culture libre et démocratique».

  • 14h14  

    L'attaque armée à Charlie Hebdo est la plus meurtrière depuis la Seconde guerre mondiale.

  • 14h08  
    Voir l'image sur Twitter

    Terrifiant témoignage de la dessinatrice Coco. http://www.humanite.fr/charlie-hebdo-le-temoignage-de-la-dessinatrice-coco-562041  via @humanite_fr

  • 14h05  

    Le Conseil français du cute musulman (CFCM) a condamné «avec la plus grande détermination» l'acte «barbare», «contre la démocratie et la liberté de la presse», perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire Charlie Hebdo, qui a fait au moins douze morts.

    L'instance représentative de la première communauté musulmane d'Europe, forte de 3,5 à 5 millions de membres, a réagi dans un communiqué au nom des «musulmans de France».

    De son côté, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans, a condamné «de la manière la plus ferme cette attaque criminelle et ces horribles meurtres».

  • 14h02  
    André Simonazzi         @BR_Sprecher

    «La CH condamne fermement l’attentat commis à Paris et présente ses condoléances à la France», S. Sommaruga, présidente de la Confédération.

  • 13h57  

    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker:
     Jean-Claude Juncker         @JunckerEU «Je suis profondément choqué par l'attaque brutale et inhumaine qui a frappé les locaux de Charlie Hebdo. C'est un acte intolérable, une barbarie qui nous interpelle tous en tant qu'êtres humains et Européens», a-t-il réagi, cité par un communiqué.

  •  

    Je suis profondément choqué par l'attaque sur #CharlieHebdo. J'exprime notre plus grande solidarité avec la France http://europa.eu/rapid/press-release_STATEMENT-15-3002_fr.htm 


  • 13h53  

    La Maison Blanche a condamné «dans les termes les plus forts» l'attaque contre Charlie Hebdo. «Toute la Maison Blanche est solidaire des familles de ceux qui ont été tués ou blessés dans cette attaque», a déclaré Josh Earnest, porte-parole du président américain Barack Obama, sur la chaîne MSNBC.

    «De hauts responsables de la Maison Blanche sont en contact étroit avec leurs homologues français (...). Les Etats-Unis sont prêts à collaborer avec les Français pour les aider à mener l'enquête», a-t-il ajouté.

  • 13h48  
    Voir l'image sur Twitter

    La rédaction des Échos est à son tour placée sous protection policière #echoslive

  • 13h46  
    de Cabarrus Thierry @tcabarrus

    Un attentat minutieusement préparé: l'attaque s'est déroulée pendant la conférence de rédaction (10 journalistes tués) #CharlieHebdo

  • 13h45  

    Selon les informations du Figaro, les quatre dessinateurs de Charlie Hebdo (Cabu, Charb, Tignous et Wolinski) sont décédés dans l'attaque.

  • 13h40  

    Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte et les transports sont placés en «protection renforcée» en région parisienne après l'attaque meurtrière mercredi contre Charlie Hebdo, a indiqué Matignon.

  • 13h30  

    Le dernier dessin de Stéphane Charbonnier «Charb», tué dans l'attentat. Cabu fait également partie des victimes, selon France Inter.


    Voir l'image sur Twitter

    Le dernier dessin de Charb - prémonitoire #CharlieHebdo


  • 13h25  

    Sur une vidéo de l'attaque, filmée par un homme réfugié sur un toit et mise en ligne par le site francetvinfo, on entend un homme crier «Allah akbar» entre plusieurs coups de feu.

     

  • 13h23  

    Nouveau bilan: douze personnes, dont deux policiers, ont été tuées. Au moins sept personnes ont été blessées, dont quatre très grièvement, a précisé le parquet.

  • 13h22  

    Les agresseurs ont crié «nous avons vengé le prophète!», selon des témoins cités par une source policière.

  • 13h18   407778.jpg

    Une vidéo a été publiée sur Facebook avant d'être retirée. Voici une nouvelle image des agresseurs.

  • 13h13  
  • 13h10  

    François Hollande a dénoncé «un acte d'une exceptionnelle barbarie» après l'attaque contre Charlie Hebdo, estimant qu'il ne faisait «pas de doute» qu'il s'agissait d'un «attentat terroriste».

  • 13h07  
  • 13h05  
    julien licourt @julienlicourt

    L'entrée du Figaro a été fermée

  • 13 heures  

    Le Premier ministre britannique David Cameron a condamné l'attaque terroriste perpétrée contre le siège de Charlie Hebdo. «Les meurtres commis à Paris sont révoltants. Nous nous tenons aux côtés du peuple français dans le combat contre le terrorisme et pour la défense de la liberté de la presse», a déclaré David Cameron sur son compte Twitter.
    David Cameron         @David_Cameron

    The murders in Paris are sickening. We stand with the French people in the fight against terror and defending the freedom of the press.

     


  • 12h57  

    La vidéo d'un blessé de l'attaque transporté à l’hôpital.

     

  • 12h54  

    Le président François Hollande s'exprime actuellement: pour l'heure «onze personnes mortes, quatre en situation d'urgence absolue».
    RenaudTF @RenaudTF

    François Hollande visiblement très ému devant les caméras. Anne Hidalgo également. Atmosphère très lourde devant #CharlieHebdo #solidarité

     


  • 12h50   407694.jpg

    La photo des tireurs présumés au siège de Charlie Hebdo.


  • Marc Beauge @MrcBg

    Il y a dix minutes, un DS noire, vitres cassées, traverse place de la Répu en trombe. Derrière, un fourgon et au moins 5 voitures de police

  • 12h46  

    Le Premier ministre Manuel Valls a décidé de relever le plan Vigipirate au niveau «alerte attentats», le niveau le plus élevé, sur «l'ensemble de la région Ile-de-France».

  • 12h42  

    Le tweet d'un journaliste de l'AFP à Londres.

    Voir l'image sur Twitter

    A Londres, la BBC et Sky consacrent une édition spéciale à l'attaque contre Charlie Hebdo

     


  • 12h40  

    Le tweet de Charlie Hebdo avant la fusillade.

    Voir l'image sur Twitter

    Meilleurs vœux, au fait.

     


  • 12h35  
    Willy Bracciano @WillyF24

    Les auteurs de la fusillade à #charliehebdo toujours en fuite.

  • 12h34  

    Un nouveau bilan fait état de onze morts dont deux policiers.

  • 12h28  

    Le président François Hollande se rend au siège du journal attaqué, une réunion de crise est agendée à 14 heures.

  • 12h15  

    Le parquet de Paris confirme la mort de dix personnes et deux blessés à Paris devant le siège de Charlie Hebdo.

  • 12h05  

    Des hommes cagoulés, vêtus de noir, et lourdement armés, ont pénétré dans les locaux de l'hebdomadaire. Ils en sont ensuite ressortis et, les voyant armés, «trois policiers arrivés en vélo sont repartis». Les agresseurs sont ensuite montés à bord d'une voiture après avoir crié dans la rue.

  • 12 heures  

    Un policier a été touché par un tir, ont rapporté des témoins. Ceux-ci ont signalé que de nombreux policiers sont présents sur les lieux et qu'une trentaine de coups de feu ont été entendus.

  • 11h55  
    France Info         @franceinfo

    Sur @franceinfo, un témoin évoque la présence de " deux hommes qui auraient lancé on va venger le prophète" #fusillade #CharlieHebdo

  • 11h50  

    «C'est un véritable massacre. Il y a des morts!», avance 20 minutes.fr. «Je pense qu'il y a des victimes», a déclaré par téléphone le dessinateur, Renaud Luzier, dit Luz, visiblement paniqué. Les dernières informations d'iTélé annoncent au moins dix morts et cinq blessés.

  • 11h45  
  • 11h40  

    Une fusillade a éclaté mercredi 07 janvier au siège de Charlie Hebdo, boulevard Richard-Lenoir à Paris. Deux hommes cagoulés ont fait irruption dans le bâtiment et ont tiré une trentaine de coups de feu à la kalachnikov. La chaîne iTélé évoquait au moins un blessé du côté des forces de l'ordre.

  • 11h35  

    La chaîne française iTélé est la première à avoir révélé l'information via Twitter.


    itele         @itele

    Tirs à l'arme automatique sur le siège du journal "Charlie Hebdo" à Paris (@itele)

Créé: 07.01.2015, 15h26

 

 

Source : www.tdg.ch

 

 


 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 01:11

 

Source : lien

 

 

 

 
Ajoutée le 14 mai 2013

La chronique de Nicole Ferroni

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22