Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:28

 

Transmis par "Les alternatifs30"
 

 

Si vous souhaitez communiquer vos dates, contactez  Janie

06 15 33 61 73

 

@   jmarneguy@gmail.com

 

 

 

*Note perso : Le choix de certaines infos transmises ci-dessous sont propres à leur auteur(e) et ne sont relayées qu'à titre indicatif...

 

 

 

Site Ensemble ! www.ensemble-gard.fr

Janie


 

 

Dates

Evènement

Lieu

heure

Lundi/jeudi

Nuit Debout Nîmes

Square Antonin

19h

Jeudi 19/1

Assemblée Générale  du DAL droit au Logement

Solidaires

6 Porte Alès

18h30

Jeudi 19/1

Conférence de M.Dufumier « Nourrir correctement et durablement l’humanité toute entière »complet

Musée Histoire naturelle

18h

Vendredi 20/1

Conf- Témoignage Débat : « Pourquoi meurt on encore de faim en 2017 ? » avec P.Micheletti et C.Oberdorif, avec Action contre la Faim Gard

Auditorium Pablo Neruda

19h30

Samedi 21/1

Présentation des Vœux pour 2017 de la Fédération du PCF

Le Prolé

A partir de 12h

Samedi 21/1

GRATIFERIA avec Nuit Debout et mobilisation contre l’ABATTAGE des pins de la Place

Place St Charles

14 à 17h

Samedi 21/1

Forums « Résistances,désobéissance, révolutions :repenser l’émancipation : « les partis politiques sont ils utiles pour l’émancipation ? » avec J.C.Angaut,  V.Angeli, F.Flipo, S.Joshua, R.Martelli, animée par F.Bonnet de Médiapart, par UCCN, ATTAC, Féria du livre

Foyer Albaric 27 rue Jean Reboul

10h30/12h30 et 14h30/16h30

Samedi 21/1

Avec la Libre Pensée du Gard une Conf-débat de D.Gozlan, Secrétaire National « Islam et Laïcité »

Auditorium Pablo Neruda

18h45

Lundi 23/1

Soirée STOP CETA avec le Collectif Stop Tafta 30, Ensemble !, EELV, Les Insoumis, le PCF

Maison du Protestantisme

19h30

Mardi 24/1

Conférence-débat « Développement durable humain et droits de l’homme » avec P. Viveret, philosophe par la LDH Nîmes

Maison du Protestantisme

19h

Vendredi 27 et samedi 28 janvier

Spectacle par l’Open Théâtre Languedoc « Toi et tes nuages » Eric Westphal, adaptation scénique, mise en scène par Monique Robeet, avec C.Moreno, T.Tisseyre, T.Kpomahou

Centre Social S.Veil à Valdegour

Vendredi à 14h30

Samedi à 19h

 

Repas à l’Association Côté Jardins Solidaires le mardi 0466845199

Permanences du DAL (Droit au logement) les 2èmes et 4èmes samedis du mois : Local Solidaires 6 rue Porte d’Alès / AG 3ème jeudi du mois)

Agenda //Démosphère Gard Cévennes http://gard.demosphere.eu

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:12

 

  NON AU TRAITE DES MULTINATIONALES

 

Alors que les négociations sur le TAFTA
(le traité de libre-échange entre l'Union
européenne et les Etats-Unis) sont provisoirement suspendues, l'Europe s'apprête à ratifier un traité similaire avec le Canada : le CETA
Cet accord menace notre santé, l'environnement, l'économie rurale, notre alimentation, l'emploi,
les services publics
 
Exigeons de nos députés européens qu'ils disent
NON au CETA
 
OUI
à un commerce garant de la justice sociale de la redistribution équitable des richesses et du
respect de l'environnement
 
Le collectif Stop Tafta 30
avec Ensemble, Europe Ecologie Les Verts, les Insoumis,
le Parti Communiste
 
vous invite
Lundi 23 janvier 2017
19h
salle du Protestantisme
3 rue Claude Brousson
Nîmes
 
Repost 0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:04

 

 

 
  
 

  NUIT  DEBOUT.

               organise cet après-midi,        samedi 21 janvier.       .

 

  sa 6ème GRATIFERIA

     (Marché Gratuit)

   

  Où chacun apporte ce dont il n’a plus besoin,

                                                       …et repart avec ce qui lui est nécessaire.

 Avec, soupe bio, boissons chaudes,   et animations pour les enfants

 

 

    Place Saint Charles     (à côté de la poste Gambetta)

                              de 14 à   19 h.

 

 

 

 

           Site : www.nuitdeboutnimes.fr

      Mail : nuitdeboutnimes@gmail.com

            Facebook : Nuit   Debout – Nîmes

              Instagram : nuitdeboutnimes

                  Tél : 06 11 41 34 40

 

 

        

                  ALERTE   :

On coupe les arbres !

 

La Mairie de Nîmes a décidé de couper les magnifiques arbres centenaires de nos places  publiques.

 

                                       Pour quelles raisons ?

                                       Nul ne le sait !

 

Il est en effet impossible de le savoir, car Monsieur Le Maire,   et   ses Adjoints   sont aux abonnés absents à ce sujet.

La seule chose connue,   c’est que l’abattage commencera le 23 janvier, Place Saint Charles,

puis au Square de La Bouquerie.   Ensuite on ne sait pas où,   mais la coupe se poursuivra.  

Le béton et l’asphalte sont-ils préférable la verdure  ?

 

                                     Quel dommage,   quel gâchis !

 

En effet, les arbres apportent tout abord un très joli, et très agréable   cadre aux habitants.

Ils sont aussi le poumon   des villes,   une qualité   non négligeable   face à la pollution.

Enfin, leurs ombrages est très appréciable pour tous,   en été,   surtout maintenant avec le réchauffement climatique galopant.

Cet acharnement contre nos arbres n’est pas acceptable,   car tout le monde sait qu’il faut plus de 100 ans

(et parfois bien d’avantage)   pour obtenir des plans, aussi majestueux que ceux que nous côtoyons tous les jours à Nîmes.

 

 

 

 

                                                                      *******************************

 

 

Article de La Gazette d'aujourd'hui pour le courrier de l'association ARBRES.

https://webmail.laposte.net/service/home/~/?auth=co&loc=fr&id=63340&part=2  

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:37

 

 

Source : http://www.lefigaro.fr

 

 

L'Allemagne légalise le cannabis à usage thérapeutique

 

  • Mis à jour
  • Publié

 

 

 

Les députés allemands ont légalisé aujourd'hui à l'unanimité l'usage du cannabis à des fins thérapeutiques pour des patients atteints de maladies "graves", comme certains cancers, et en l'absence de "thérapie alternative" efficace.

Avec la loi votée par le Bundestag, la chambre basse du Parlement, les médecins pourront désormais prescrire du cannabis à leurs patients souffrant de "pathologies graves" - cancers, épilepsie, sclérose en plaque - et ne pouvant bénéficier de "thérapies alternatives".

L'Allemagne rejoint ainsi les rangs des pays de l'UE qui ont légalisé des produits à base de cannabis: l'Autriche, la Grande-Bretagne, la République tchèque, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie, l'Espagne, la Croatie et la Macédoine.

Les patients allemands pourront se procurer dans les pharmacies et sur ordonnance de l'extrait de cannabis ou des feuilles séchées. Certains pourront aussi commander à l'étranger des dérivés synthétiques du cannabis, comme le dronabinol.

Le texte, qui prévoit la prise en charge des frais par les caisses d'assurance maladie, entrera en vigueur en mars. Il permettra une "amélioration" de la prise en charge des patients en soins palliatifs, a estimé le ministre conservateur de la Santé, le CSU Hermann Gröhe, dont la loi a été saluée jeudi par l'ensemble des partis, gauche et droite confondues.

La loi n'autorise par contre pas les patients à cultiver leur propre cannabis et elle rappelle qu'une telle pratique est contraire à la loi sur les stupéfiants en vigueur en Allemagne, où la possession de cannabis est interdite. De fait, la détention de petites doses est toutefois tolérée, les quantités acceptées variant suivant les Etats régionaux.

Une agence publique du cannabis médicale chargée de sa culture va par ailleurs être créée. D'ici là, l'Allemagne s'approvisionnera à l'étranger.

 

 

 

Source : http://www.lefigaro.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:29

 

 

Source : https://reporterre.net

 

 

Les expropriations des habitants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes ne sont plus valables

 

19 janvier 2017 / Nicolas de La Casinière (Reporterre)

 

 

Il y a cinq ans qu’ont été prises les ordonnances officielles d’expulsion de la trentaine de propriétaires devant faire place nette au projet d’aéroport. Les travaux n’ayant pas débuté, les propriétaires peuvent demander à l’État la rétrocession de leurs terres.

 

  • Nantes (Loire-Atlantique), correspondance

Rien n’est irréversible, pas même les expropriations. Mercredi 18 janvier, pour une trentaine d’occupants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, ces décisions d’éviction par la force de leurs terrains, de leurs fermes et de leurs maisons sont devenues caduques. Ou presque. Les ordonnances d’expropriation prononcées par la justice sont datées du 18 janvier 2012. Il s’est passé cinq années et la raison avancée pour ces expropriations est restée un argument de papier. Sur le terrain, les travaux n’ont pas commencé. Les actes délivrés par des juges et remis par huissier étaient conditionnés par ces fameux travaux. Donc, au bout de cinq ans, comme le stipule noir sur plan le Code des expropriations, la raison d’être de l’expropriation tombe à l’eau. Ou s’embourbe en zone humide.

« Ce n’est pas une date butoir, mais un point à partir duquel les personnes expropriées sur le fondement de la déclaration d’utilité publique de 2008 peuvent demander rétrocession de leurs terres, explique Me Thomas Dubreuil, un des avocats des occupants à Notre-Dame-des-Landes. Les travaux ne sont pas mis en œuvre, il n’y a plus de raison de priver les gens de leur propriété. »

L’intérêt général allégué par l’État tient à la déclaration d’utilité publique du projet. Les libertés individuelles, c’est la propriété de prairies et bosquets, de fermes ou de maisons, que l’État ne peut bafouer sans cause majeure : celle d’un projet dont l’intérêt collectif primerait sur ces droits individuels de propriété.

La notion de rétrocession implique que l’État devrait rendre la possession et l’usage de leurs terres aux expropriés après cinq ans sans bulldozer ni bétonneuse. Au conditionnel quand même. « La demande de rétrocession, l’État y fait droit ou pas. Ce n’est pas automatique. On peut même dire dans ces circonstances et avec la volonté affichée de commencer des travaux de l’aéroport, qu’à 99 % de probabilité, l’État refuserait », dit Me Dubreuil. La stratégie judiciaire serait alors, non pas d’attaquer le refus de l’Etat au tribunal administratif, mais plus directement de le contester auprès du juge de l’expropriation au tribunal de grande instance.

La grande majorité des propriétaires n’a pas voulu toucher l’argent de l’expropriation...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : https://reporterre.net

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:18

 

 

Source : http://www.actu-environnement.com

 

 

Présidentielles : une campagne pour mener de front transitions écologique et sociale

 

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat

 

Syndicats et associations lancent une campagne pour conjuguer lutte contre le changement climatique et lutte contre le chômage. Un million d'emplois pourront être créés si la transition est anticipée et accompagnée.

 

 

Présidentielles : une campagne pour mener de front transitions écologique et sociale

"Il n'y a pas d'emplois sur une planète morte". Ces mots, martelés par Maxime Combes, économiste d'Attac, plantent le décor. Le mouvement altermondialiste lance, avec le Réseau action climat (RAC), les syndicats FSU, Solidaires, la Confédération paysanne, le collectif Roosevelt et la fondation politique Heinrich Böll Stitftung France, une campagne pour conjuguer lutte contre le changement climatique et contre le chômage. Selon eux, la transition écologique doit aussi être sociale. La protection du climat pourrait créer 1 million d'emplois si elle est bien organisée. Pour cela, il faut que le changement soit anticipé et accompagné. "Il est urgent que les pouvoirs publics fassent en sorte qu'il n'y ait pas de chômeurs climatiques, souligne Maxime Combes. Quand on oublie les mesures liées à la transition écologique, les résistances sont nombreuses. On le voit avec la question de la fermeture des centrales à charbon". L'opposition à la fermeture de la centrale de Fessenheim se place également sur le terrain de l'emploi et de l'activité économique sur ce bassin. C'est pourquoi des acteurs qui parfois s'opposent (syndicats et associations) ont décidés de s'allier pour défendre une transition en douceur et une lutte contre le changement climatique créatrice d'emploi.

 

 

Accompagner les salariés face au changement

Abordées lors du débat national sur l'énergie et de plusieurs conférences environnementales, les questions de l'emploi et des transitions professionnelles ont été inscrites dans la loi relative à la transition énergétique. Car si la transition énergétique est créatrice d'emplois dans les énergies renouvelables et la rénovation notamment, elle va être destructrice d'emplois dans certains secteurs, comme les raffineries, les centrales au charbon ou l'industrie manufacturière. "D'autres secteurs devront se transformer, comme le secteur automobile ou l'agriculture industrielle intensive", note le collectif. "Nous avons besoin de nous adresser aux salariés des secteurs menacés, on ne peut pas penser la transition énergétique si on les laisse de côté ", analyse Julien Rivoire, de FSU. Selon lui, "les formations existent, en nombre insuffisant, mais les infrastructures sont là. Il y a un déficit de réflexion sur la transition écologique dans l'éducation nationale. Et un angle mort : celui de la prise en charge des salariés en formation", indique Julien Rivoire.

Mais les choses bougent. L'article 180 de la loi prévoit que "les politiques d'emploi et le dialogue social, tant au niveau des branches professionnelles que des entreprises, consacrent une attention particulière à l'accompagnement des transitions professionnelles afférentes à la transition écologique et énergétique". Il indique que l'enseignement supérieur devra être vigilant aux nouveaux besoins de compétences et à l'adaptation des formations supérieures. La formation continue doit elle aussi permettre d'organiser les transitions professionnelles. "La réforme de la formation professionnelle va dans le bon sens", estime Meike Fink, du RAC.

La loi prévoit également une planification à l'échelle territoriale, afin d'évaluer "les besoins d'évolution en matière d'emploi et de compétences sur les territoires et dans les secteurs professionnels au regard de la transition écologique et énergétique".

 

 

Créer des emplois utiles à la collectivité

Le cadre existe, "y a plus qu'à"… Le collectif donne des pistes pour accélérer les choses. Ainsi, le projet expérimental "territoires à zéro chômeur de longue durée" permettrait de proposer aux chômeurs un emploi en CDI au Smic, adapté à ses compétences et aux besoins des territoires. Financé par la réorientation des assurances chômage, ce dispositif ne rentrerait pas en compétition avec les entreprises du bassin d'emploi car les activités seraient "en supplément".

Des emplois pourraient être créés dans l'éducation à l'environnement et l'accompagnement des personnes en difficulté (précarité énergétique). "Le métier des assistantes sociales, en intégrant ces questions, participe à la transition écologique", note le collectif. "Il s'agit également de transformer des activités utiles au niveau social et écologique mais "non rentables économiquement" en emplois pérennes et de qualité" : valorisation du compost, recyclage des matériaux de déconstruction, réparation du petit électroménager…

Le collectif propose aussi de créer 250.000 emplois aidés sur des postes d'animateurs de la transition écologique dans les territoires, 100.000 emplois dans le secteur public pour participer notamment à l'élaboration des plans climat air énergie territoriaux… Enfin, pour créer des emplois dans la rénovation, les énergies renouvelables ou la mobilité douce, le collectif recommande de conditionner les aides publiques à la création d'emplois.

 

 

 

 

 

Source : http://www.actu-environnement.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:14

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

2 millions de bénéfices et beaucoup de pains au chocolat...

 

370 suppressions de postes chez Neuhauser : malgré les bénéfices, les licenciements continuent

 

Publié le 19 janvier 2017

 

 

 

Neuhauser, spécialiste de la boulangerie industrielle, a certes perdu 60 M€ de chiffres d’affaires ces deux dernières années mais garde un bénéfice net de plus de 2M€ en juin 2015. C’est alors que Arnaud Marion, connu notamment pour avoir “remis sur pied” le volailler Doux en supprimant un millier d’emploi dans l’entreprise, a été nommé en novembre 2016 pour effectué la même recette. Et ça n’a pas trainé : quatre mois après, le groupe annonce la suppression de 370 postes sur 4 sites différents.

John Strempe

L’entreprise Neuhauser est leader européen en boulangerie et viennoiserie et emploi près de 3000 personnes en France sur 19 sites. Elle a été rachetée en 2014 par le groupe Soufflet, détenu par Michel Soufflet, dont la famille est classée 107e plus grosse fortune de France en 2015 par Challenges, avec notamment une hausse de ses revenus de 20% entre 2014 et 2015. On ne peut pas dire vraiment que ce soit la crise. Mais l’entreprise Neuhauser, qui reste bénéficiaire de plus de 2 millions d’euros, à perdu 60 millions d’euros de chiffres d’affaires en deux ans. Globalement, le groupe Soufflet se porte bien avec près de 5 milliards de chiffre d’affaire pour l’exercice 2014/2015.

Mais malgré tout, la direction de Neuhauser a quand même annoncé un plan de licenciement le 17 janvier dernier en Comité Central d’Etablissement . Il a ensuite été communiqué le lendemain aux salariés, en parlant de "plan de réorganisation de ses effectifs et de ses lignes de production". Précisément, ce sont 4 sites du groupe de l’agroalimentaire qui vont être touchés : 259 postes supprimés a Folschviller, 71 à Sainte-Hermine, 36 à Maubeuge et 4 à Tarascon. La direction annonce que, sur les 370 postes supprimés, 201 salariés seront reclassés en interne sur des postes occupés en ce moment par des intérimaires. Pour les 169 postes restant, la direction parle de "départ volontaire avec accompagnement"...on connait la rengaine.

Pour l’instant, la CGT présente sur le site ne s’est pas encore exprimée en attendant une réunion du syndicat samedi matin.

Un PSE pas si inattendu que ça

 

Ce plan de suppression de poste était à prévoir. La nomination à la direction d’Arnaurd Marion, dont la presse bourgeoise vante les mérites, est connu dans le milieu pour être une "star du retournement d’entreprise" ou encore comme un "mercenaire du business". En gros, il fait parti d’une catégorie de "redresseurs d’entreprises" sollicités quand ça va mal, avec des missions éclairs. Arnaud Marion est notamment connu pour avoir supprimé près d’un millier de postes chez le volailler Doux. Et ce n’est pas son seul fait d’arme, il est reconnu, parmi d’autres, dans le milieu pour diverses missions similaires. D’ailleurs, ces « redresseurs d’entreprises » savent eux-mêmes qu’ils sont là pour détruire des emplois et qui ne sont pas aimé par les salariés. Certains d’entre eux ont été séquestrés, comme Cédric Colaert, qui avait répondu à cela "il faut savoir passer ces heures-là", comme si cela faisait parti du métier.

Alors que la presse bourgeoise les dépeint en sauveurs, c’est en occultant le nombre de familles mises à la porte, sacrifiées sur l’autel des bénéfices, pour une logique opposée aux intérêts des salariés et de la population en général. Face à ces rois de la gâchette qui tirent des balles “chômage” tous les quatre matins, certains ont cependant résisté un certain nombre d’années, préservant leurs emplois contre ces démolisseurs au service du patronat avec les seules méthodes que ces mercenaires connaissent : la mise en place d’un rapport de force avec la direction, par la mobilisation des salariés.

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:04

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Lettre ouverte. « Je suis juste une femme de terrain épuisée par un système obsolète »

 

« Je sais que je suis infirmière quand... ». Cri de colère contre des conditions de travail alarmantes

 

Publié le 11 janvier 2017

 

Peu avant les fêtes, la section CGT de l’Hôpital de Montauban a reçu la lettre anonyme d’une infirmière de ses services, adressée « à nos dirigeants de gauche comme de droite ». Dans une longue énumération, la soignante couche sur le papier son cri de colère qui fait écho à la souffrance et aux conditions de travail déplorables que connaît bien tout personnel soignant des hôpitaux de la fonction publique. Au manque de moyens et à la dégradation des services publics, elle oppose à raison le faste dans lequel vivent les dirigeants et les salaires des députés. Nous reproduisons ici l’intégralité de sa lettre, dont des extraits ont été publiés sur le site de la CGT de l’hôpital de Montauban, qui appelle le personnel hospitalier à des assemblées générales dans les jours prochains pour se mobiliser contre ces conditions de travail et de soin déplorables.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je commence mon service aux Urgences d’un centre hospitalier publique de province (ce pourrait être le CH de Montauban ou un autre, peu importe, nous sommes tous dans le même bateau à la dérive), et que les couloirs sont remplis de brancards sur lesquels, important de le préciser, des êtres humains sont dans l’attente de soins !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

L’attente de soins pour ces pauvres gens peut dépasser 5, 6, voire 7 heures et nous avons vu
pire encore !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je ne peux répondre en temps voulu aux besoins les plus simples et fondamentaux des personnes installées sur ces brancards de fortune. Non par manque d’humanité mais parce que j’ai toujours plus urgent à faire ! En collaboration avec un médecin : Sauver une vie, en stabiliser une autre, tout en surveillant un patient qui pourrait décompenser à tout moment ! Et entre temps, je n’oublie pas les prélèvements de fluides humains en tout genre des autres patients, les pansements et tous les autres actes non exhaustifs liés à notre métier de soignant. Je suis en mode machine de soins ou machine de guerre. Le tout avec sourire et bienveillance !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Le matériel obsolète voire inexistant nous rend la tâche encore plus pénible, les brancards, les pieds à perfusion, les scopes ne fonctionnent pas ou mal.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

J’ai honte d’accueillir mes concitoyens malades dans de telles conditions !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Notre directeur (Je ne mets pas de majuscule volontairement au mot directeur) nous dit d’aller chercher des brancards ailleurs quand nous n’en n’avons plus pour installer les patients ....) Ailleurs c’est où exactement monsieur le directeur ? (Toujours pas de majuscule au mot monsieur). Ne nous imposez pas ce que vous ne pourriez pas tolérer vous-même monsieur le directeur. Venez passer 12 heures de votre vie dans votre service et de préférence le samedi quand les urgences de la clinique voisine ferme ses portes !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je ne vois aucun responsable d’établissement, chef de pôle, et de service et autre administratif sur le terrain pour nous comprendre et nous soutenir. Un trou abyssal se creuse entre les agents opérationnels et les dirigeants d’établissement, voire même les cadres toujours en réunion à essayer de faire des plannings avec de moins en moins de personnels.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je vois mon cadre infirmier craquer de jour en jour et s’arrêter en maladie voire même partir du jour au lendemain, sans explication ! Tristesse

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Les pannes incessantes d’ordinateurs, d’imprimantes, photocopieuses et de téléphones nous prennent le temps que nous n’avons pas ! On parle de procédures dégradées ! Pour être dégradée, la procédure, elle 1’est !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Les locaux et zones d’attentes destinés à accueillir les patients ne sont plus adaptés à recevoir le flux incessant de personnes toujours de plus en plus nombreux au fil des années, de jour comme de nuit l

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je me fais insulter voire de temps à autre frapper par des personnes agitées, alcoolisées, droguées, ou simplement stupides, la violence aux urgences fait partie de notre quotidien.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je soigne toutes ces personnes de la même façon sans faire de différence

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je suis rappelée sur mes jours de repos parce qu’une collègue est malade. Heure sup ou pas heure sup ça dépend du temps ! Je ne suis malheureusement pas la coiffeuse de mon président de la république qui a la chance d’avoir ses heures supplémentaires payées à bon tarif pour le peu de cheveux à couper !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Mes jours de formation sont proposés sur mes jours de repos ! Un choix stratégique doit se faire et vite, être fatiguée et opérationnelle grâce à la formation en question ou être un peu moins fatiguée et non opérationnelle. Devinez ce que je choisis ???? Dilemme !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je vois des jeunes infirmiers et infirmières, non formés et inexpérimentés catapultés sur des postes clés et difficiles aux urgences. Infirmiers de psychiatrie à l’UHCD qui n’ont jamais fait de psychiatrie ! Infirmiers intérimaires qui n’ont aucune expérience en service d’urgences, infirmière faisant fonction de cadre qui n’a aucune formation et expérience dans ce service de haute voltige.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Un collègue de travail se tue sur la route après son travail car épuisé par des nuits bien chargées.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Le médecin du travail ne reste pas plus de six mois en poste, je le comprends au vu de la tâche à accomplir ! Les médecins du travail ne sont pas masochistes ! En plus, ils supportent mal la pression de 1’administration hospitalière qui leur dicte comment exercer leur métier. Parfois, nous n’en avons même pas.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je vois mes collègues infirmières partir en pleurant de leur service ! Je vois les aides-soignants à qui l’on demande toujours plus, craquer également. Savez-vous qu’un aide-soignant exerce plus de 4 métiers dans notre service, il peut être permanencier au 15, ambulancier SMUR, brancardier, et ASH, selon le créneau horaire. Je ne parle pas du poste fantôme G18 créé pour renforcer les équipes de jour !!! Il n’existe que par son nom !!!! La ligne sur le planning est vide de nom 350 jours sur 365 jours !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je lis le journal avec tristesse annonçant que cinq infirmiers se sont donné la mort depuis le mois de juin 2016, à Toulouse, au Havre, à Saint-Calais, près du Mans, et à Reims. Seul le suicide survenu à Toulouse a pour le moment officiellement été reconnu comme un accident du travail. Mais pour les syndicats, tous sont liés à la dégradation des conditions de travail.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Les risques de notre métier augmentent en raison de la fatigue accumulée, du stress, des accidents d’exposition au sang, du burn-out qui plane sur nos têtes, de la pénibilité du travail de nuit qui engendre des pathologies connues. Il parait même que nous vivons en moyenne quinze ans de moins que nos concitoyens ! Au moins, vous n’aurez pas de longues et petites retraites à nous payer !!!! Le risque doit être calculé ainsi ....

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Ces mêmes risques ne sont pas pris en compte dans la pénibilité de mon travail.

 

Je sais que je suis infirmière quand...
Mon dos, mes cervicales me lâchent parce que je dois installer seule ces personnes car mes collègues sont tout aussi occupées que moi ! Je sais que je suis infirmière quand ...
En fin de service mes jambes et mes bras me lâchent parce que je coure et ne vole pas, je n’ai
malheureusement pas les ailes d’un oiseau ! Avec grand regret, car je pourrais alors m’évader de temps en temps...

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Moi-même je ne peux aller uriner par manque de temps et développe de nombreuses infections urinaires, première pathologie du soignant normalement constitué !

 

Je sais que je suis infirmière de la Fonction Publique Hospitalière quand...

Je regarde les informations de PUJADAS où je suis montrée du doigt pour mon départ en retraite. Je me vois accusée des pires maux de la planète et surtout de voler les deniers publics de l’état. Alors que c’est faux, regardez le rapport officiel du COR (Conseil d’Orientation des Retraites). Ce qui me rend le plus triste, c’est que ce soit les dirigeants et dirigeantes pour lesquels j’ai voté, qui nous trahissent, soutenus par de pseudo journalistes sans éthique professionnelle. Pourquoi faut-il s’attaquer aux agents du service public : ils seraient trop nombreux et bénéficieraient de privilèges ruineux pour le pays ! Soigner, Eduquer et Protéger ne sont vraiment que futilité à vos yeux ? Attaquez-vous aux emplois fictifs de l’état !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

J’ai envie de crier face à ce genre de calomnies !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je partirai à la retraite au mieux à 62 ans au pire à 65 ans
Je sais que je suis infirmière quand...
Je n’ai jamais fait grève de ma vie parce que toujours réquisitionnée !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je regarde avec impuissance le gâchis fait au sein même de l’état qui nous critique, où de hauts fonctionnaires ne se poseront jamais la question des lendemains difficiles.

 

Exemple parmi tant d’autres :

La cour des comptes déplore le nombre grandissant des affectations « hors-cadre » de préfets rémunérés alors qu’ils ne travaillent pas. On nomme en réalité deux fois plus de préfets qu’il n’y a de postes territoriaux à pourvoir : sur 250 préfets, seuls 127 sont affectés à un poste territorial, le reste étant « en détachement » ou « hors-cadre ».

Selon les données recueillies par Mediapart, le montant des dépenses accordées aux anciens premiers ministres a dépassé 2,9 millions d’euros, entre 2011 et 2014, sans compter leurs frais de sécurité, et 860.000 euros rien qu’en 2014. Que de postes de soignants vous pourriez créer dans les hôpitaux avec tout cet argent !!!

Le salaire mensuel brut d’un député est fixé à 7100,15 euros. Ce montant correspond à la somme de son indemnité de base (5514,68 euros), de son indemnité de fonction (1420,03 euros) et de son indemnité de résidence (165,44 euros). Une fois déduites les cotisations et les contributions applicables, le salaire net d’un député s’élève à 5189,27 euros par mois.

Mais à ce montant s’ajoutent des indemnités et des avantages supplémentaires. Certains parlementaires cumulent les fonctions de député avec celles d’élu local (celle de maire notamment). Les indemnités perçues au titre de ce mandat local ne peuvent être cumulés que dans la limite d’1,5 fois le montant de l’indemnité de base d’un député (fixée à 5514,68 euros). Un député qui cumulerait plusieurs mandats ne peut donc pas toucher plus de 5514,68 X 1,5 = 8272,02 euros par mois. En plus de l’indemnité parlementaire, chaque député bénéficie d’une indemnité représentative des frais de mandat visant à prendre en charge les dépenses liées à l’exercice de ses fonctions. Son montant est de 6412 euros bruts mensuels. Un député dispose également d’un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs recrutés par lui, et dont les effectifs varient de 1 à 5. Son montant mensuel est de 9138 euros. Enfin, différents moyens pratiques sont également mis à la disposition d’un député. En matière de déplacement, il bénéficie notamment d’un accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1ère classe et de la prise en charge de 80 déplacements aériens par an entre Paris et sa circonscription. Il dispose également d’un bureau individuel au sein du Palais Bourbon ou de ses dépendances. Chaque député bénéficie de la prise en charge de ses frais de communication (Internet, téléphone, courriers, ...).

L’indemnité représentative de frais de mandat de députés et sénateurs, s’élève à 5 770 euros par mois, et permet aux élus de régler leurs frais professionnels. Mais aucun contrôle n’est exercé sur la manière dont ils dépensent cet argent.

 

Pendant ce temps je dois compter les compresses que j’utilise pour soigner et faire des économies.

Le prix de la démocratie en France est très onéreux alors que dans certains pays nordiques, il est cent fois moins ! En France, on dépense l’argent qu’on n’a pas et surtout celui des contribuables, et tout le monde s’en fout !!! Nous sommes de gentilles petites chèvres dociles et imbéciles ! Nous sommes des CONS, certes bienveillants mais des cons quand même !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je touche 2.73 euros d’indemnité par mois pour mes chaussures !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je regarde ma feuille de paye avec plus de 15 ans d’ancienneté et que j’arrive péniblement à 2100 Euros. Je vous assure mesdames et messieurs les dirigeants que je n’ai pas l’impression de voler l’état ! Je n’irai pas planquer mon argent comme CAHUZAC parce que je n’en ai pas et en plus je paye des impôts !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Certains hommes politiques remettent en question les 35 heures hebdomadaires de travail. Savez-vous qu’à l’hôpital cela fait bien longtemps qu’on ne fait plus 35 heures mais plutôt 40
à 48 heures hebdomadaires voire plus et que nos surplus d’heures sont mis sur un compte
épargne temps parce que 1’hôpital ne nous paye pas ces heures supplémentaires annuelles effectuées. On les récupérera peut-être à la retraite ! Si on y arrive ! Alors vos 35 heures Mr FILLON, elles sont loin déjà et depuis très longtemps !!!Monsieur FILLON nous sommes plus d’un million de paramédicaux et nous serons au rendez-vous en 2017 pour voter ! Les urnes parleront... Mais d’ici là, vous retournerez votre petite veste en cachemire comme tous les autres !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je travaille de nuit et que je suis rémunérée de 0,17€ de l’heure pour une heure normale, et de 0,90€ par heure pour travail intensif effectué entre 21 h et 6 h. Les taux des indemnités sont fixés par arrêtés des 20 avril et 30 aout 2001 et n’ont jamais été réévalués depuis cette date ! Chouette je peux en fin de mois offrir une petite sortie ciné ou un petit plus à mes enfants ! Mais pas tous les mois, car point trop n’en faut ! Il parait que nous sommes trop payés en nuit ?? Auquel peut s’ajouter l’Indemnité forfaitaire dimanches et fêtes qui s’élève à 44.89 euros. Cela tombe bien car je travaille en moyenne entre deux à trois weekend par mois. Je tiens à préciser que cela ne sera pas pris en compte dans ma retraite que je prendrai peut-être à 65 ans comme beaucoup et si j’y arrive. En effet, les primes ne rentrent pas en compte dans le calcul de la retraite.

 

Je sais que je suis infirmière quand...

J’aimerai avoir un planning un peu plus d’un mois en avance afin d’organiser la vie de mes enfants et la mienne accessoirement. Je ne parle même pas des congés annuels que je pourrais peut-être poser avant le 31 mars. Cette année comme beaucoup d’autres soignants de mon service, je ne partirai pas en vacances car je ne peux réserver aucun séjour ou location n’ayant aucun déroulé de planning prévisionnel ! On nous puni comme des enfants parce que quelques collègues courageuses sont allées se plaindre aux syndicats de cette anomalie. Alors pam pam la fessée à tous et à toutes !!! Cela vous apprendra de vouloir des plannings à peu près corrects et un peu en avance ! Puisque c’est ça, la réunion des Congés se fera le 31 mars et puis c’est tout !

 

Je sais que je suis infirmière quand ...

J’habite dans une ville de 60 000 habitants où le secteur de la santé est partagé entre cliniques hautement bénéficiaires avec actionnaires rémunérés par de grands groupes et le Centre hospitalier hautement déficitaires dans lequel je travaille. Imaginez une minute que tout ce qui rapporte beaucoup d’argent dans le secteur du soin appartient aux cliniques privées : Dialyse, plateau technique de coronarographie, chirurgie spécialisée et j’en passe. C’est donc indirectement que notre CPAM et nos mutuelles financent 1’actionnariat ! Je préférerais que cet argent alimente les caisses de l’hôpital plutôt que les poches déjà bien remplies des actionnaires des cliniques.

Par contre, rassurez-vous ou inquiétez-vous, souvent, le vendredi, le samedi et dimanche soir à minuit, les urgences de cette super clinique sont fermées pour des raisons toujours assez obscures. Moralité, ils pompent bien l’argent de notre CPAM mais ne remplissent pas leur mission de service auprès de notre population.

En attendant, aux urgences de l’hôpital, nous acceptons toujours tout le monde. Place ou pas place ! L’ARS devrait mieux nous expliquer cette répartition incroyable des soins qui rapportent et des soins qui ne rapportent pas ! Ou comment nous annoncer la mort programmée de notre accès aux soins dans les petits départements grâce à l’argent qui part dans le privé ! Rassurant ou pas, nous sommes sous un gouvernement de gauche !!! Waouhhhhhh ! « Moi Président ... mon véritable adversaire, sera le monde de la finance » Et patati et patata !

 

Je sais que je suis infirmière quand...

Je ne souhaite pas dévoiler mon identité par peur de représailles et de pression supplémentaire, je vous assure que je le regrette bien ! Le courage me manque pour cela mais le peu qu’il me reste, je le garde pour vous soigner le mieux que je puisse, dans les conditions que vous nous imposez.

Peut-être un jour, mes enfants ou petits-enfants trouveront cette lettre en rangeant mes affaires et ils diront, c’est maman qui l’a écrite un jour « de ras le bol ». J’espère qu’ils diront aussi
« Nous sommes fiers d’elle, maman c’était quelqu’un de bien ! »

Cette lettre est un cri de colère. Faites ce que vous voulez avec. Elle ne m’appartient plus. Je ne suis pas une intello, ni une journaliste d’investigation. Certains chiffres seront peut-être erronés, mais l’intention y est ! Quelques fautes d’orthographe et de syntaxe se seront sans doute glissées aussi dans ce courrier. Je ne sais pas trop bien écrire mais là, ici et maintenant cela me fait beaucoup de bien !!! Je suis juste une femme de terrain épuisée par un système obsolète.

 

 

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 20:51

 

 

Source : http://www.huffingtonpost.fr

 

 

Accusée de ne pas travailler pour l'AP-HP, Sabrina Ali Benali, l'interne qui avait interpellé Marisol Touraine, brandit sa fiche de paie

 

Sa première vidéo avait fait un carton sur Facebook. Sa deuxième, où elle répond à Martin Hirsch et Patrick Cohen, devrait connaître le même succès.

 

19/01/2017 10:12 CET | Actualisé il y a 8 heures

 

Vincent Gibert Journaliste au Huffington Post

 

 

 

 

Sabrina Aurora Facebook
Sabrina Ali Benali montrant sa fiche de paie de l'AP-HP.

HOPITAUX - Dans une vidéo postée le 11 janvier sur Facebook, une jeune interne, Sabrina Ali Benali, interpellait Marisol Touraine, ministre de la Santé, dénonçant le manque de moyens dans son hôpital de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), en pleine pénurie de lits à cause de la grippe.

 

Avec un grand sourire plein d'ironie, elle lançait: "Bonsoir Mme Touraine, c'est encore moi, c'est l'interne. Juste une petite question, c'est quoi cette grosse blague?", tout en brandissant une manchette de journal sur "l'état d'urgence" dû à la grippe. "C'est tous les jours l'état d'urgence à l'hôpital, Mme Touraine... La bonne opération de communication!", ajoutait la jeune femme, également coresponsable de la "commission santé" du Parti de Gauche.

 

Une vidéo (à voir ci-dessous) vue plus de 11 millions de fois sur les réseaux sociaux, avec de nombreux commentaires d'internes, témoignant ou racontant une anecdote vécue dans leur hôpital.

Avec cette vidéo virale, la jeune interne fait rapidement le tour des médias (i-Télé, "La Nouvelle Edition" sur Canal+, "Quotidien" sur TMC), se faisant même inviter dans la matinale de Patrick Cohen sur France Inter mercredi 18 janvier, la plus écoutée de France avec 3,8 millions d'auditeurs.

 

 

"Elle n'est pas de l'AP-HP"

Problème: Sabrina Ali Benali (Sabrina Aurora sur Facebook) ne travaille pas dans un hôpital de l'AP-HP. C'est du moins ce qu'affirme Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, le soir-même dans l'émission "Le Téléphone sonne" sur France Inter.

"Elle n'est pas de l'AP-HP, nous apprend-il. (...) Elle y est de temps en temps si je puis dire. Mais depuis son semestre-là, et ce qu'elle évoquait en disant 'la semaine dernière j'ai vécu cela' (un problème avec une patiente en insuffisance cardiaque qui a dû passer la nuit aux urgences sur un brancard faute de lit disponible, raconté dans sa vidéo, NDLR) ne s'est pas passé dans les hôpitaux de l'AP-HP." (à écouter ci-dessous à partir de 31'45)

 

 

Martin Hirsch "l'interne Sabrina Ali Benali n'est pas en ce moment interne dans un hôpital de l'AP-HP"

Conséquence, Patrick Cohen l'a un peu mauvaise. Dans sa matinale ce jeudi 19 janvier, le journaliste est ainsi revenu dans sa chronique de 7h43 sur "le sentiment de s'être un peu fait avoir par l'invitée d'hier matin de 7h50". Patrick Cohen y précise que Sabrina Ali Ben est affectée dans un hôpital privé du 12e arrondissement de Paris, où il n'y a pas de service d'urgence, contrairement à ce qu'elle explique dans sa vidéo sur Facebook.

 

La réponse de l'interne est tombée dans la nuit de mercredi à jeudi. Sabrina Ali Benali a publié une nouvelle vidéo sur sa page Facebook (à voir ci-dessous), déjà vue plus de 375.000 fois (jeudi à 11h), dans laquelle elle brandit sa fiche de paie du mois de décembre 2016, avec en-tête et adresse du siège de l'AP-HP dans le 4e arrondissement de Paris (3, avenue Victoria).

"Le vent se lève et on dérange apparemment", dit-elle, avant de raconter qu'elle avait appelé onze hôpitaux pour transférer sa patiente en insuffisance cardiaque attendant un lit, dont quatre étaient des établissements de l'AP-HP. Dans cette nouvelle vidéo, l'interne, interpellée dans un tweet d'un conseiller de la ministre de la Santé l'accusant de "manipulation politicienne", se défend aussi de tout prosélytisme, elle qui ne s'est jamais cachée d'être responsable de la Santé au Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon.

Nouvelle clarification de l'AP-HP

L'histoire ne s'arrête pas là. Après la publication de cette nouvelle vidéo, et de nouveau mise en cause, l'AP-HP a tenu encore une fois à réagir afin de clarifier la situation, donnant de plus amples détails sur le passé et le présent professionnel de la jeune interne.

"Les internes en médecine effectuent des stages semestriels et changent donc de service et/ou d'établissement tous les six mois, début novembre et début mai, explique la direction de la communication de l'AP-HP au HuffPost. Nous confirmons que Mme Ali Benali n'est pas, ce semestre (novembre 2016-mai 2017), en stage dans un hôpital de l'AP-HP."

Une précision importante ici, étant donné que Sabrina Ali Benali parle dans sa première vidéo publiée le 11 janvier de difficultés rencontrées "la semaine dernière", ce qui renvoie grand maximum à la date du lundi 2 janvier 2017.

Au HuffPost, la direction de l'AP-HP donne plus de précisions sur le stage actuel de la jeune interne: "Elle a choisi d'effectuer ce semestre un stage dans un hôpital privé à but non lucratif (situé dans le 12e arrondissement de Paris mais dont nous avons choisi ici de ne pas donner le nom, NDLR). Cet établissement privé hors AP-HP a passé une convention avec l'AP-HP, et la paie est assurée par le bureau des internes de l'AP-HP, même si l'interne n'intervient pas dans un des services de l'AP-HP."

Ce qui explique donc ici l'en-tête de l'AP-HP de la fiche de paie de décembre 2016 montrée par l'interne dans sa deuxième vidéo.

Toutes les précisions sont d'ailleurs publiques et disponibles en ligne, dans l'onglet "Livret des internes" du site de l'AP-HP. Le compte Twitter de l'AP-HP l'a d'ailleurs relayé jeudi dans l'après-midi:

 

dans un hôpital de l’AP-HP 1/2

Comme pour tous les internes de la région parisienne sa fiche de paie est émise par l’AP-HP http://www.aphp.fr/livret-des-internes  2/2 pic.twitter.com/h9eiFeWeaa

Enfin, l'AP-HP a communiqué au HuffPost les dates des deux stages effectués par Sabrina Ali Benali au sein d'établissements de l'AP-HP durant son internat: "entre mai et novembre 2015" dans un grand hôpital parisien (nous ne donnons pas volontairement ici aussi le nom de l'établissement, NDLR); et "entre mai et novembre 2016 dans un hôpital gériatrique sans service d'urgence".

 

 

 

Source : http://www.huffingtonpost.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 19:18

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

VIDEO - Un auditeur de France Inter à Manuel Valls : "On est 66 millions à vouloir te la mettre, la claque"

 

 

Un auditeur a pris l'antenne de France Inter ce 18 janvier pour interpeller Manuel Valls en s'amusant de la gifle reçue la veille : "C'était juste trop bon."
 

La gifle verbale. Mardi 17 janvier, lors d'un déplacement en Bretagne, Manuel Valls a été visé par un jeune homme de 18 ans qui a tenté de lui mettre une gifle et est parvenu à le toucher. Il a annoncé avoir . La scène, notamment filmée par Le Télégramme et Quotidien, a beaucoup tourné. Et a fait des émules. Au micro de France Inter ce 18 janvier, un autre jeune homme - un certain Guillaume, de Grenoble - est parvenu à interpeller en direct l'ancien Premier ministre. Mais en lieu et place de question, il lance :

 
"C’était pour te dire Manu… Je sais pas si tu trouves ça normal ou pas mais la claque on est juste 66 millions à vouloir te la mettre, c’était juste trop bon ! Sans déconner quoi, il a été parfait le bonhomme !"

Il est immédiatement interrompu par le journaliste Patrick Cohen : "Alors cet appel à la violence sur l'antenne de France inter, c'est non !" On ne sait pas encore si le jeune homme a pu prendre l'antenne sous un prétexte fallacieux ou si le programmateur était conscient du propos qui serait tenu.

Manuel Valls est pour sa part resté sur sa ligne de conduite depuis l'épisode de la gifle : dénoncer "toute forme de violence", "la violence de notre société" qu'il "combat". Visiblement un peu perturbé par l'intervention, il évoque du tout au tout "les gens qui souffrent, ceux qui sont au RSA" puis son "combat contre Dieudonné", puis ajoute : "Quand, sur une antenne, on fait profession de violence, ça veut dire qu'il y a quelque chose qui bascule." Il conclut : "C'est parce que je peux gagner qu'on me vise, je ne me laisserai pas impressionner".

 

>> Voici la vidéo de ce moment :

 

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22