Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 17:17

 

Info reçue par mail

 

Salut à tous,
 
De septembre 2015 à juin 2016 avec Zicomatic Asso 
on cherche à mettre en place des stages de théâtre adultes sur Nimes (ou alentours).
Ça sera du théâtre d'impro (méthode Stanislavsky)
Stage que j'animerai moi même (je suis comédienne et intervenante en théâtre).
Le stage se fera un Week-End par mois (journée entière du samedi et dimanche après-midi) et coûtera 35 euro par mois pour chômeurs- RSA- petits salaires ou petite retraite et 45 euros pour les autres. Les participants devront s'engager sur l'année pour pouvoir faire un travail évolutif.
Pour l'instant je suis à la recherche d'une salle.
Etant donné coût du stage (très petit prix par rapport à nos tarifs habituels, mon but étant de le rendre accessible à tous) il me faudrait un minimum de 10 personnes. Pour l'instant je tâte le terrain de qui peut-être intéressé avant de me lancer dans la pub. 
Pouvez vous faire tourner l'info. Si des personnes sont interessées elles peuvent envoyer un mail à zicomaticasso@yahoo.fr ou un texto au 06.09.38.60.21. Si vous avez des idées de salle je suis preneuse.
Merci de faire tourner, ayant peu de contacts sur Nîmes je compte sur le bouche à oreilleS.
Merci. 
Marion

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 17:01

 

Info reçue par mail

 

 

 

ROBIN DES TOITS
Correspondance : 33 rue d'Amsterdam 75008 Paris

Tél. : 33 1 47 00 96 33


De : <info@santepublique-editions.fr>

Objet : URGENT : Appel à mobilisation contre le compteur Linky

 

Bonjour, (MERCI DE BIEN VOULOIR TRANSFERER CE MAIL A VOTRE CARNET D'ADRESSES)
 

La loi de transition énergétique, qui sera votée « avant l'été 2015 », prévoit de rendre obligatoire le Linky, un nouveau compteur électrique qui émet des radiofréquences, sous peine d'amende de 1.500 euros.

Les radiofréquences qu'émet le Linky sont classées « cancérogènes possibles » depuis le 31 mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l'OMS.

Après l'installation d'un compteur Linky, tous les appareils électriques ré-émettent ces radiofréquences sur une distance de 2,50 mètres.

(voir la vidéo de mesures réalisée par l'association Next-up, en ligne sur
http://www.santepublique-editions.fr/loi-de-transition-energetique-linky-3-mois-de-sursis-pour-les-victimes-c.html#videonext).

Si la loi de transition énergétique est adoptée en l'état par les députés et les sénateurs lors de son deuxième examen « avant l'été 2015 », personne ne pourra échapper aux radiofréquences.

De plus, le système Linky prévoit que des « opérateurs d'effacement » éteindront à distance nos appareils électriques pour lisser les « pointes » de consommation. Mais cette non-consommation ne diminuera pas nos factures, ce sont les « opérateurs d'effacement » (des sociétés privées) qui s'en mettront « plein les poches » selon l'expression toute crue utilisée en séance par un sénateur UMP le 18 février 2015.

La presse reste muette sur le sujet alors que 2.500 journalistes ont reçu par mail, entre le 3 février et le 3 mars 2015, des informations détaillées sur les raisons supplémentaires de ne pas déployer 35 millions de compteurs Linky en France :

- l'augmentation des cas d'électro-hypersensibilité

- la surveillance, à distance et en temps réel, de l'activité des occupants des logements

- l'augmentation de 10 à 20 % de la consommation mesurée (et facturée), car le compteur Linky mesure la consommation réelle des appareils électriques munis de moteur, comme le lave-linge, l'aspirateur, les robots ménagers, l'outillage pour le bricolage, les ventilateurs, les climatiseurs, les pompes à chaleur, les appareils munis de tranformateurs et/ou de batteries rechargeables -téléphone portable, ordinateur fixe et portable, imprimante, scanner, hifi, etc. (Tous les appareils électriques sont munis de moteurs, à l'exception de ceux qui produisent de la chaleur au moyen d'une résistance : radiateur, ballon d'eau chaude, four, plaque de cuisson, grille-pain, bouilloire, fer à repasser.)

Quant aux ampoules basse consommation fluocompactes, dont le Cosinus Phi est de 0,5, leur consommation mesurée (et facturée) va doubler. De plus, il faut savoir qu'après avoir été rendues obligatoires, ces ampoules sont d'ores et déjà interdites au niveau mondial à l'horizon 2020 par la Convention de Minimata, signée le 19 janvier 2013 à Genève par 140 Etats dont la France, en raison de leur teneur en mercure.

Tout ce qu'il faut savoir est en ligne sur le site http://www.santepublique-editions.fr

Voici des idées d'actions à mettre en oeuvre avant l'été 2015 afin de faire pression sur le gouvernement et sur le parlement pour qu'ils renoncent au déploiement du compteur Linky (le mode d'emploi détaillé de chaque action est en ligne sur le site http://www.santepublique-editions.fr)

1. Transférer ce mail à tout votre carnet d'adresses pour alerter un
maximum de personnes avant le prochain réexamen de la loi de transition énergétique, en demandant à vos correspondants de transférer eux aussi le mail à tout leur carnet d'adresse, afin de créer une chaîne d'information par mail. Il faudrait que toute personne qui dispose d'une adresse mail en France reçoive cette information avant le 15 mai 2015, puisque la presse n'en parle pas.

2. Signer et faire signer la pétition contre le compteur Linky et l'envoyer à Madame Ségolène Royal, ministre de l?Ecologie et de l'Energie. (Il est certes facile de cliquer sur une pétition en ligne, mais l'impact sera plus fort si des milliers de pétitions "papier" lui parviennent chaque matin par la poste.)

3. Prendre rendez-vous avec votre député et votre sénateur pour leur apporter des informations et leur demander de déposer des amendements contre le système Linky lors de l'examen de la loi en deuxième lecture.

4. Envoyer en quelques clics un mail à tous les députés et sénateurs (le mode d'emploi et toutes les adresses mail sont en ligne sur www.santepublique-editions.fr)

5. Envoyer un mail ou une lettre à François Hollande. L'envoi du courrier au président de la République est gratuit (franchise postale).

6. Demander aux journalistes des médias que vous lisez ou auxquels vous êtes
abonné-e de révéler sans délai toutes les informations disponibles sur les nombreux inconvénients du Linky.

***

Dans un premier temps, l'obligation du compteur Linky s'appliquera à tous les
bénéficiaires des minima sociaux et à ceux qui procèderont à une rénovation thermique de leur logement. L'obligation sera ensuite étendue par voie d'ordonnance aux autres catégories de population.

C'est maintenant qu'il faut manifester notre opposition au Linky !

Merci de bien vouloir diffuser largement cette information autour de vous.

Bien sincèrement à vous,

Annie Lobé
Journaliste scientifique indépendante
http://www.santepublique-edtions.fr

SantéPublique éditions
20 avenue de Stalingrad
94260 FRESNES


2 pièces jointes : - ALTERNATIF bien-être : conseils pratiques pour se protéger des ondes

- fiche technique Mesures_CQFD sur le CPL (Courant Porteur en Ligne) couplé au compteur LINKY obligatoirement.

Marc CENDRIER
Chargé de l'Information Scientifique

Tél. : 33 1 47 00 96 33

Permanences téléphoniques :
- le matin entre 8h00 et 9h00 (sauf samedi et dimanche matin)
- le soir entre 21h00 et 22h00
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 16:50

 

Info reçue par mail

 

Equinox, le centre équestre de Sauve (Gard) a besoin d'aide

 

 

Bonjour,
Demain vendredi 24, de 18h30 à 20h, Équinox organise une "réunion-apéro" pour créer un comité de soutien destiné à nous entourer face à la situation de grande difficulté où nous sommes rendus. Toutes les bonnes volontés sont bienvenues, il y a urgence ! Voici un mail si vous ne pouvez pas venir mais que vous souhaitez être informé(e) à ce sujet : alertebanassou@yahoo.fr
De nîmes, prendre la D999 direction le Vigan jusqu'à SAUVE. à Sauve, laisser le village sur la gauche et prendre à droite la D 182 direction VILLESEQUE. Continuer 3 km en suivant les panneaux Equinox sur la D 182. L'entrée est un chemin sur la droite, indiqué par un panneau avec un cheval ! Pour ceux qui le souhaitent, il est possible de rester dormir sur place, avec une tente ou en yourte (prévoir duvet ou drap + couverture). Après la réunion, il est aussi possible de prolonger la soirée au village avec un concert au bar Troquet Toqué.
http://www.equinox-equitation.com/

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 16:45

 

Source : http://zad.nadir.org

 

Infos du 20 avril au 26 avril

mercredi 22 avril 2015, par zadist

 

 

Point sur les rumeurs concernant une possible intervention sur la ZAD de NDDL

Il y a toujours des rumeurs au sujet d’une possible intervention des flics.

- si vous voyez quelque chose, de nous signaler toute information sur d’éventuelles présences de flics ou d’engins de travaux au numéro d’urgence : 06 43 92 07 01 ;
- avant de faire tourner une info, de la recouper en regardant sur ce site web ou en appelant le numéro d’urgence si elle n’est pas encore publiée sur le site.

Les infos d’urgence qui tournent sur les réseaux sociaux ne sont pas toujours confirmées. Restons vigilants, mais évitons de crier au loup ! Ca nous permettra de réagir rapidement et évitera de faire tourner des rumeurs.

Merci d’avance !


Pour la connexion sécurisé de notre site : https://zad.nadir.org l’empreinte du nouveau certificat c’est 7C:88:27:D9:7F:FE:BD:EC:2B:F9:7E:7F:74:43:22:33:90:02:B7:68 (du 12/04/2015 au 22/05/2015)


Infos sur la répression

- Jordan est incarcéré suite à la manif du 22 février ; il avait pris 5 mois ferme (qui devaient être aménagés en autre chose que de la prison). Pour lui écrire : MAHE Jordan - écrou 60532 - Centre Pénitentiaire de Nantes - B.P. 71636 - 44316 NANTES-CÉDEX


La saison d’étude du "Suivi scientifique du dispositif de compensation en faveur du Triton marbré" ayant repris, ouvrons l’oeil pour repérer les étudiant-e-s, les dispositifs de prélèvements, ... (de mi mars à fin juillet). Contre l’aéroport et son monde de compensation !!

- Mardi 21 avril

- des nouvelles de Vinci :
même pas honte : Vinci porte plainte en diffamation contre l’association Sherpa suite au dépot de plainte contre Vinci Construction Grands Projets et sa filiale Qatarie le 23 mars pour travail forcé et réduction en servitude.

- et de la CCI : qui sort une nouvelle étude pour dire que l’extension de l’aéroport actuel ne serait pas possible, le tout sous couvert d’écologie... en tout cas, c’est pas l’avis de l’Atelier Citoyen, qui présentera ses réflexions à Blain le 28 avril à 20h à la salle Henri Dunan...

-  des nouvelles d’ailleurs :

- la ZAD d’Oléron est expulsable : courage et solidarité !

- des nouvelles du comité NDDL 09 qui ont organisé le we dernier une soirée de soutien à Sivens et un rassemblement devant un réservoir vide, projet qui avait été combattu à son époque ...

- à Vannes, Le groupe libertaire Lochu appelle à se mobiliser contre le rassemblement initié par le groupe d’extrême droite bretonne Adsav, samedi 25 avril au port de Vannes. Sous prétexte de dénonciation du trafic de drogue, leur communiqué montre très vite que leur démarche est xénophobe. Mais, au fond, leur revendication vise à accroître la surveillance déjà installée par la mairie UMP de Vannes sur l’ensemble de la population. Place des Lices, à Vannes, dès 13h30

- de la lecture  : une tribune dans Libération "Manifester en France, c’est risquer de finir en prison" signée par de nombreuses personnalités pour dénoncer la criminalisation des luttes sociales et politiques en ce moment en france.

- un petit aperçu de la journée du 17 avril, journée internationale des luttes paysannes : à Bruxelles, une cinquantaine de paysan-ne-s et personnes concernéesont occupé pendant quelques heures le département responsable de l’agriculture de la commission européenne, pour demander la fin des négociations sur le traité transatlantique. A Vannes, une chanson au milieu de la cantine de la cité de l’agriculture a retenti pour affirmer qu’on ne se laissera pas faire, on aura accès aux terres !

- Le soleil brille toujours, les jardins se relancent, les cabanes poussent, les discussions se poursuivent, les oignons sont plantés, ... c’est le printemps ....

 

Source : http://zad.nadir.org

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 15:28

 

Source : http://www.reporterre.net

 

En Catalogne, une colonie éco-industrielle invente une façon de vivre libérée du profit

22 avril 2015 / Emmanuel Daniel (Reporterre)
 


 

 

Construire un analyseur d’eau, des systèmes d’éclairage écolos, brasser de la bière ou créer un réseau de téléphone alternatif... Voilà à quoi s’affairent une vingtaine de Géo Trouvetou installés dans une usine délabrée transformée en communauté rurale libertaire et high-tech. Cette « colonie éco-industrielle post-capitaliste » invente des façons de vivre et de produire libérées de la logique du profit.

 

- Calafou (Espagne), reportage

Pour accéder au fond de la vallée, le véhicule doit naviguer entre les bosses d’un chemin de terre mal entretenu. A l’arrivée, on est acccueilli par une barrière levée et rouillée qui semble bloquée dans cette position depuis des décennies. Sur le muret d’enceinte, on peut lire en lettres vertes et noires sur fond blanc : « Calafou, colonie éco-industrielle post-capitaliste ».

De prime abord, le post-capitalisme n’a rien de séduisant. Des murs grisâtres défraîchis par le temps, des embrasures de portes sans portes, des carreaux brisés qui laissent passer le vent frais de février. Certains bâtiments donnent l’impression d’avoir été abandonnés avant même d’avoir été finis. Derrière l’un d’eux, une cheminée industrielle pointe encore son nez vers le ciel mais cela fait longtemps qu’aucune fumée n’en est sortie.

 

 

Adossée au bâtiment principal, une petite église investie par la végétation sert de débarras. Sans la présence de voitures et de caravanes, on pourrait penser que Calafou fait partie de la centaine de colonies industrielles désaffectées qui pourrissent près des rivières catalanes, vestige du passé industriel de la région.

 

Souveraineté technologique

« Au siècle dernier, plusieurs dizaines de familles vivaient ici et produisaient du papier, du textile ou plus récemment des plaques de métal », me raconte Pablo, un doctorant en biologie, en s’appuyant sur les souvenirs de l’ancien propriétaire et les quelques archives dénichées dans les sous-sols de Calafou. Abandonnée depuis l’incendie d’un des bâtiments au milieu des années 2000, cette friche industrielle située à 60km à l’ouest de Barcelone a été rachetée il y a quatre ans par une bande de néo-ruraux pas comme les autres.

Didac, un des initiateurs du projet explique qu’ici « l’objectif n’est pas tant d’arriver à l’autosuffisance alimentaire qu’à la souveraineté technologique ». Pour ce sociologue qui a vécu plus d’un an sur place, Calafou s’inscrit dans une logique de réappropriation de la technique et des outils qu’il refuse de laisser « entre les mains des entreprises capitalistes internationales ».

En quatre ans, de nombreux travaux ont été effectués. Mais malgré les efforts des habitants, les 28 000 m² de hangars offrent encore un paysage que Didac qualifie de « post-apocalyptique ». Et c’est précisément ce qui a attiré Maxigas, doctorant en production collaborative.

 

 

Installé devant un écran traversé par des lignes d’écriture verte qui semblent venir directement de la planète Mars, une tasse de maté fumante à la main, il m’explique les raisons de sa présence ici : « Vu que la société est une ruine, j’aurais l’impression de me mentir à moi-même si j’habitais dans un appartement propret aux finitions parfaites. J’aime les ruines et les univers chaotiques, ils m’ont l’air plus réels ».

 

Biologie, porno et bricolage

Ulyses, un trentenaire au sourire ineffaçable se charge de faire visiter les lieux aux cinq personnes arrivées ces derniers jours. On découvre que derrière ces mastodontes de béton se cache une Silicon Valley rurale et anti-capitaliste.

Le long d’un grand hangar à ciel ouvert, quelques portes donnent sur des ateliers abrités par la seule partie du toit épargnée par les flammes. Derrière l’une d’elles, on trouve un laboratoire de biologie où Pablo analyse notamment l’eau et la terre des environs qu’il soupçonne d’avoir été souillées par les rejets industriels des dernières décennies.

 

 

Sur la table et les étagères de ce minuscule local, quelques instruments d’analyse et de stérilisation traînent aux côtés d’un cendrier et d’une pile de bouquins. Mais faute de moyens, l’équipement du labo est minimaliste. Heureusement, ses utilisateurs ne manquent pas de créativité :

« On a construit notre propre incubateur avec un appareil photo, des lumières et du wifi. Grâce à ça, on peut voir les bactéries en train de se développer à distance », raconte-t-il avec fierté en ouvrant le vieux frigo dans lequel leur création est conservée.

Quelques portes plus loin, des inscriptions à la bombe nous indiquent l’entrée du Penchblenda, un « trans-hack feminism lab ». Dans ce cabinet des curiosités à peine plus grand qu’un studio d’étudiant, chaque centimètre carré est utilisé pour stocker une des inventions de Pin, une des taulières du lieu.

 

 

Cette autodidacte aux cheveux roses et rebelles nous fait visiter son antre avec un enthousiasme communicatif. A côté d’un détecteur gérant le remplissage d’une cuve à eau, d’une dynamo artisanale, d’un projet de LEDs, de piezo-électricité et d’un microscope fabriqué avec une caméra USB, elle nous montre des godemichés moulés sur place dans une matière caoutchouteuse innovante, des instruments de musique corporels, des outils pour faire soi-même son diagnostic gynécologique et des photos de « post-porn ».

Une cohabitation surprenante d’objets et de concepts qui répond pourtant d’une même volonté : reprendre la main aussi bien sur son corps que sur son environnement. Transformer et bidouiller tout ce qui a été standardisé et par le capitalisme et « l’hétéro-patriarcat ».

 

Pirates des temps modernes

A l’étage inférieur, je pénètre via une porte branlante dans un des lieux phares de la colonie : le Hackafou. Sous le regard rieur de Jolly Roger, le drapeau pirate qui flotte au milieu de la salle, des hackers s’affairent.

Pendant que la coque d’un analyseur d’eau sort couche par couche d’une imprimante 3D, un homme installe Linux sur un ordinateur pendant qu’un autre s’amuse à pirater mon appareil photo. C’est à ce moment que Pin surgit et repart avec sous le bras une pile de vieux ordinateurs portables qu’elle entend ressusciter.

Dans ce repère où cohabitent des petits génies, du matériel high-tech, un poêle à bois antédiluvien et des revendications politiques, plusieurs équipes ont travaillé sur le développement d’outils destinés aux mouvements sociaux comme un réseau social alternatif ou un réseau téléphonique gratuit et sécurisé.

 

 

Mais c’est le Bitcoin, une monnaie virtuelle cryptée, qui a apporté une renommée internationale à Calafou, au grand dam des habitants actuels. Amir Taaki, surnommé le « Guru du bitcoin » a séjourné plusieurs mois à la colonie avec son équipe, attirant des journalistes laissant entendre dans leurs articles que Calafou était le QG du Bitcoin.

Cette publicité indésirable ramène encore aujourd’hui des curieux du monde entier en quête d’informations sur cette la fameuse monnaie qui prend de l’ampleur hors de tout contrôle étatique. Sauf que les occupants acceptent difficilement d’être associés à cette monnaie « anarcho capitaliste » et ils sont nombreux à la colonie à garder un souvenir amer du Guru et de son équipe.

Peuplée de punks, de technophiles, de féministes radicales et de bricoleurs, Calafou n’a rien d’une communauté de hippies. « On ne ressemble pas aux communautés néo-rurales classiques qui font pousser des légumes. Moi je voulais vivre à la campagne et faire des choses liées à la science et à la technologie », raconte Pablo.

 

 

Dans cette atmosphère technophile fleurissent néanmoins des projets divers. Près du bâtiment principal, dans une salle carrelée, trois personnes surveillent un thermomètre plongé dans une cuve. De là sortira la Rosa de Foc (Rose de feu, surnom de Barcelone), la bière artisanale dont ils produisent 800 litres par mois.

Ulyses explique qu’à Calafou on trouve également un mini cirque, une fabrique de savon, un projet de numérisation de livres, un centre social, un jardin... La colonie compte aussi un énorme atelier équipé d’une dizaine de machines dédiées au travail du bois. Ces outils sont collectivisés et n’importe qui peut les utiliser gratuitement à condition de reverser une part à Calafou en cas de profit.

 

Une économie alternative

Certains projets comme le centre social ou le laboratoire de biologie sont dits collectifs et à ce titre bénéficient du soutien de la Colonie et de locaux gratuits. Les autres, comme la brasserie ou la fabrique de savon, sont dits autonomes. Ceux-ci louent l’espace utilisé à raison d’1€ par mois et par m² et doivent reverser une partie de leurs bénéfices à la communauté.

Généralement, les projets autonomes versent 1/3 des recettes à ceux qui y participent, 1/3 pour consolider le projet et 1/3 pour la colonie. Pour le moment l’équilibre financier est fragile et la Colonie a bouclé l’année dernière avec difficulté. « Mais ça va mieux. Cette année, on va mettre le paquet », assure Pablo.

Et puis, en cas de problème, ils ne sont pas seuls. Calafou est un des projets autonomes de la Coopérative intégrale catalane (CIC), un mastodonte de l’alternative doté d’un budget d’un demi million d’euros issu de « l’insoumission fiscale », en clair, de l’évasion fiscale à des fins sociales. Avec cet argent, ils développent des outils juridiques, techniques et économiques afin de faciliter la construction d’alternatives dans le domaine de la santé, de l’éducation ou encore du logement. On trouve à Calafou un bon exemple de ce que permettent les outils crées par la commission logement de la CIC.

Au fond du terrain, caché entre un flanc de montagne et l’énorme hangar au toit carbonisé, se trouve la coopérative de logement social, une des sources principales de rentrées d’argent de Calafou. Le bâtiment compte 27 appartements et près d’une vingtaine sont pour l’instant occupés. Les habitants peuvent payer un loyer de 175 € à la coopérative ou acheter le droit d’usage de l’appartement pour 16 800 €.

 

 

C’est ce qu’a choisi de faire Karioka. Il peut en jouir à vie et récupérer sa mise en cas de départ, mais les murs continuent d’appartenir à la coopérative. Il ne peut donc pas revendre son logement. « L’avantage du droit d’usage est qu’on ne peut pas spéculer sur l’immobilier », explique ce grand gaillard avec sa voix puissante et un cheveu sur la langue.

C’est notamment cet argent qui a permis d’acheter la colonie vendue 400 000€ par son propriétaire. Près de la moitié a déjà été remboursée et ils entendent se libérer de la dette en moins de dix ans. Les habitants qui ne peuvent ou ne veulent pas payer pour un appartement personnel résident dans la « maison rouge », bâtiment en brique composé de dortoirs où logent également les invités.

 

Vers le post-capitalisme

En cette fin février, la colonie ne déborde pas d’activité et on se demande si les vingt-cinq personnes qui y vivent actuellement ne sont pas entrées en hibernation. Rox explique que le climat n’y est pas pour rien. « L’hiver a été très froid et sans la structure pour affronter ce froid, c’est dur d’être productif. En été, quand on peut faire des choses sans avoir cinq épaisseurs de vêtements sur soi, ça change la donne », raconte cette Italienne dont les mèches bleues dépassent de ses deux capuches.

Mais ce n’est pas la seule raison. « Beaucoup d’activités ici ne sont pas visibles. Le lieu est très grand donc personne ne te voit travailler », continue-t-elle. En effet, chaque jour passé sur place, j’ai découvert au moins une nouvelle pièce dans ce dédale industriel...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 15:00

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

Pour l’Afrique et ailleurs 22/04/2015 à 13h18

Des ordis dans des bidons

Claire Richard | Journaliste Rue89

 

 
 

Récupération et coûts minimum : le mouvement des Jerrys diffuse un accès facilité à l’informatique avec des composants d’ordinateur et des logiciels libres dans des jerrycans et autres matériaux simples.

 

Un jerry ouvert (Jerry-DIT)

Installer un ordi dans un bidon, une calebasse ou une mappemonde ? Oui, c’est possible. Un peu partout dans le monde, la communauté des « Jerrys » s’affaire à organiser des ateliers pour fabriquer des ordis de récup’. L’idée : lutter contre la fracture numérique et se réapproprier de façon ludique la technologie.

 

Un ordi dans un bidon

Les Jerrys sont nés en 2011, à l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (l’ENSCI), d’une collaboration entre des étudiants et l’entreprise Hedera, qui voulait fabriquer des serveurs à bas prix pour les pays en voie de développement. Justine Hannequin, membre de Jerry Paris, raconte :

« En faisant des études de terrain en Afrique, ils s’étaient rendu compte que ces populations n’avaient pas accès aux technologies à cause des coûts d’acheminement. A cette époque, il n’existait pas d’usine de production de serveur ou d’ordinateur en Afrique. Les coûts étaient donc exorbitants : au coût des composants s’ajoutait le transport de la matière des carcasses qui les entourent. »

Pour que l’hébergement des composants informatiques coûte moins cher et que le coût des infrastructures diminue, trois étudiants proposent d’utiliser un bidon. Car les bidons sont très courants en Afrique et ailleurs, très résistants mais aussi faciles à découper et à modifier. L’idée s’impose et les étudiants créent une association pour diffuser cette idée simple : installer les composants d’un ordinateur dans un bidon.

 

Du « Do It Yourself » au « Do It Together »

Jerry est d’abord un projet « Do It Yourself » (faites-le vous-mêmes) : on est censé lire la méthodologie et les tutoriels, et le faire soi-même.

 

 

Mais rapidement, le projet prend de l’ampleur. En 2012, des étudiants algériens contactent les membres de Jerry Paris, pour qu’ils les aident à installer des jerrys dans leur fac.

« On y a passé un mois et on les a aidés à organiser deux semaines d’ateliers. C’est ça qui a marqué le tournant vers le Do It Together, l’idée de faire à plusieurs. Là-bas, on a compris que c’était une composante essentielle du projet. »

Jerry s’étoffe et devient une communauté, avec un projet social et pédagogique. Les jerrys se fabriquent en « workshop », à plusieurs. A chaque fois, c’est l’usage qui prime sur la méthode : le groupe commence par se demander à quoi servira le jerry avant de le construire.

« De là, on sait qu’on va avoir besoin d’un disque dur qui fasse minimum telle taille, une carte-mère qui ait un minimum de telle ou telle puissance... L’idée ce n’est pas de générer de nouveaux déchets, mais de les confier à des organismes capables de les retraiter. »

Car Jerry est aussi un outil de recyclage, face au problème grandissant des déchets électroniques en Afrique.

 

Leçon de choses

Concrètement, comment ça marche ? Pour nous l’expliquer, Justine Hannequin nous a amené un jerry, installé dans un bidon bleu. Elle l’a ouvert pour nous donner une petite leçon de choses sur le fonctionnement des ordinateurs.

En sortant un à un les composants du bidon, elle explique :

 

Justine et son « jerry bleu » (Claire Richard)

 

« Il faut toujours trois composants : la carte mère, qui fait les calculs, le disque dur, qui fait office de mémoire, qui va stocker les données, et l’alimentation, qui fournira en électricité les autres composants.
Ça c’est la base. »

 

On branche la carte mère... (Claire Richard)

 

« Il te faut aussi un système, qui consiste en une sorte de livre de recettes pour l’ordinateur, si tu veux. Puis tu connectes les composants les uns aux autres, tu les alimentes en électricité, et tu installes ensuite le système, que tu mets sur une clef USB ou un disque.

Après, on peut avoir besoin de cartes graphiques puissantes, si on veut installer des logiciels 3D ou jouer à des jeux vidéo, ou d’une carte son, si tu veux faire de la musique. Et donc tu as des périphériques qui viennent se rajouter.

Si tu veux faire du réseau, si tu veux que ton jerry serve de serveur wifi local, par exemple, il te faut une carte réseau. »

Et voilà : un petit ordinateur qui fonctionne, pour un coût proche de zéro.

 

On range tout et on referme le bidon (Claire Richard)

Est-ce pour autant facile à faire dans sa cuisine ? Les membres de la communauté Jerry ont beaucoup travaillé pour mettre en ligne beaucoup de ressources : un manuel (PDF), un wiki et des tutoriels vidéo. Mais, reconnaît Justine, pour la plupart des gens, cela ne suffit pas. D’où le modèle du Do It Together.

 

Concrètement, à quoi servent les jerrys ?

Le plus fou c’est que ça marche. Les jerrys sont particulièrement utiles dans les zones où l’accès à Internet est lent ou inexistant, et l’accès à la technologie coûteux. Ils s’adaptent à chaque cas.

Le site Adopt A Jerry présente une galerie de jerrys, venus de France et d’Afrique :

 

Jerry Junior, Tchad

 

Ce jerry héberge le service OpenStreetMap, pour servir à la cartographie libre, au Tchad.

 

Jerry Marathon, Côte d’Ivoire

 

Ce jerry héberge un serveur d’envoi de SMS pour des étudiants d’Abidjan, qui leur envoie régulièrement des informations comme les dates de rentrées, les horaires de leurs cours et quand leurs bulletins sont disponibles.

 

Jerry dans une calebasse, Burkina Faso

 

Ce jerry installé dans une calebasse, premier du genre, a servi à cartographier le réseau de bus de Ouagadougou en hébergeant le service OpenStreetMap.

Bref le jerry est flexible et s’adapte aux besoins et aux circonstances.

Ainsi, en Côte d’Ivoire, le clan Jerry a commencé par une idée potache : proposer un service d’envoi de SMS romantiques aux amants en mal d’inspiration, ou envoyer les scores des matchs de foot pendant la Coupe du monde. Mais ils ont ensuite développé un service pour les femmes enceintes en zones rurales : le système envoie des SMS de conseils et de recommandations – utiles pour des femmes qui habitent souvent très loin d’hôpitaux et ont souvent du mal à faire un suivi médical optimal.

 

A Saint-Etienne

Mais pas besoin d’aller en Afrique pour trouver des zones mal connectées. La fracture numérique existe aussi en France. Plusieurs projets Jerrys ont été menés avec des écoles ou des centres sociaux en France. Simon Jacquemin a ainsi fabriqué en 2013 un Jerry avec des jeunes de Saint-Etienne.

« Certaines salles d’écoles ou de centre sociaux ne possèdent pas d’ordinateur ou/et de connexion internet. Nous avons voulu installer sur l’ordinateur Emmabuntüs, un système d’exploitation libre développé par une association affiliée à Emmaüs.

Ce système propose des logiciels éducatifs et une suite Office pour travailler. Le gros plus que nous avons ajouté à ce Jerry, c’est une version de Wikipédia accessible en hors ligne pour aider aux recherches dans le cadre des devoirs.

Pour faire ceci nous avons téléchargé, absorbé l’ensemble du contenu textuel de Wikipédia (près de 20 gigaoctets de données) pour le mettre sur le disque dur du jerry. Avec un logiciel comme Kiwix il était ainsi possible de faire une recherche sur ce Wikipédia Hors ligne. »

Ici encore, l’enjeu est pédagogique : il s’agit de sensibiliser aux enjeux du logiciel libre. Justine Hannequin :

« C’est aussi une façon d’expliquer comment fonctionne Internet - parce que la plupart du temps, on en reste à un côté un peu magique. Quand on voit qu’on peut accéder à Wikipédia même sans Internet, on comprend qu’Internet c’est une série d’ordinateurs connectés les uns aux autres, qui rendent leur contenu accessible. »

 

D’autres valeurs pour la technologie

L’intérêt du jerry est donc aussi de nous faire penser autrement notre rapport aux technologies et à la technique. Jerry s’est ainsi doté d’un manifeste, très ancré dans la tradition du mouvement du « faire » et des makers. On y lit ainsi la déclaration suivante :

« La technologie est un outil. Nous préférons créer et maîtriser nos outils plutôt que leur être soumis. Les ordinateurs peuvent stocker, traiter, recevoir et transmettre de l’information. Nous exploitons ces capacités selon nos besoins et nos désirs, pour communiquer et trouver des solutions créatives à des problèmes. »

Bien sûr, il est très difficile de comprendre entièrement le fonctionnement d’une machine. Car aux mystères du « hardware » s’ajoutent les opacités du « software », des logiciels et algorithmes de plus en plus complexes.

« Il y a une espèce de surenchère des techniques fermées qui fait qu’on perd de plus en plus d’autonomie. On exécute, mais on n’est pas dans la réflexion de : comment je vais faire ? Pourquoi je fais comme ça et pas comme ça ? »

De bidons en calebasses, Jerry propose un premier pas vers une réappropriation de la technologie. Et pointe, de façon critique, l’importance de penser à l’impact de l’informatique sur l’environnement.

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 14:46

 

Source : http://www.mediapart.fr

 

 

Ayrault et Montebourg constatent le désastre politique de Florange

|  Par Paul Moreira

 

 

Comment le FN a-t-il pris pied dans l'un des plus anciens bastions du syndicalisme ouvrier, le pays de l'acier lorrain ? Diffusé lundi 20 avril à 21 heures sur Canal Plus, le documentaire Danse avec le FN donne la parole à ces syndicalistes et ouvriers d'ArcelorMittal qui ont basculé lorsque le projet de nationalisation de Florange a été abandonné. Extrait et entretiens avec Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg.

 

Comment le Front National a-t-il pris pied dans l'un des plus anciens bastions du syndicalisme ouvrier, le pays de l'acier lorrain ? Aux élections départementales, Fabien Engelmann, maire FN de Hayange, n'a pas réussi à gagner le canton mais il frôle tout de même les 40 %. En mars 2014, il avait arraché la mairie de Hayange au parti socialiste avec 34 % des voix. Diffusé lundi 20 avril à 21 heures sur Canal Plus, le documentaire Danse avec le FN (lire la Boîte noire de cet article), donne la parole à ces syndicalistes et ouvriers d'ArcelorMittal qui ont basculé. Le moment pivot : l'abandon du projet de nationalisation par le gouvernement Hollande.

Au départ, il y a ces quelques photos. Dans les images prises en 2012 et 2013 lors du mouvement des sidérurgistes d'ArcelorMittal, on voit une femme blonde, face aux CRS, un gilet rouge sur le dos, le poing levé. D'abord combative puis désespérée, les traits tirés sur fond de fumée noire. Quelques semaines plus tard, autre photo, cette même femme pose sur les affiches électorales du Front national pour les municipales. Elle était deuxième de la liste d'Hayange, aux côtés du futur maire, Fabien Engelmann. Figée, le visage durci et déterminé… Marie da Silva.

 

Marie da Silva, au deuxième plan, derrière le leader CFDT Édouard Martin lors d&#039;une manifestation pour Florange.Marie da Silva, au deuxième plan, derrière le leader CFDT Édouard Martin lors d'une manifestation pour Florange. © (dr)
 
La même Marie da Silva, devenue candidate FN.
La même Marie da Silva, devenue candidate FN.
 

Lionel Buriello, le jeune leader de la CGT, en est alors dépité. « On la connaissait bien, elle venait là, au local syndical, pendant la grève, se souvient-il. Elle a participé à tout le mouvement pour les hauts fourneaux. Elle travaillait à l'extérieur mais son mari était ouvrier sous-traitant à ArcelorMittal. C'étaient des militants syndicaux, des gens de gauche. Quand on m'a montré sa photo sur les tracts du FN, j'ai eu un mouvement de recul : c'est pas possible, c'est pas elle ! Mais ouais, c'était bien elle. »

Lionel Buriello a vu d'autres camarades basculer vers le Front national. Il le découvrait toujours par hasard. Stupéfait : « L'autre choc, ce fut Pascal Olivarez ! Je travaillais dans la même équipe que lui, on gardait les hauts-fourneaux éteints. C'est vrai que c'était usant. Il n'y avait rien à faire. On nourrissait les chats. Pendant deux ans. Deux ans… Un jour, lors d'une visite de Hollande, en 2013, Pascal avait traversé tout le dispositif de sécurité, c'était blindé de flics et il fallait un super badge pour approcher Hollande. Il était là et il parlait aux journalistes. Il leur racontait qu'il en avait marre des hauts-fourneaux éteints, que Hollande n'avait pas tenu sa promesse et qu'il allait voter FN. Il était à la CFDT, Pascal, personne n'a rien compris… »

Qu'est ce qui s'était passé ? Il faut revenir à 2012 pour comprendre le passage décisif au vote d'extrême droite de certains ouvriers de la sidérurgie. Le mouvement est massif dans le pays puisqu'il concerne quasiment un ouvrier sur deux. Mais dans la Lorraine de l'acier, le vote FN ouvrier a ceci de particulier qu'il découle directement des choix politiques du gouvernement socialiste, des dédits, des renoncements, des promesses non tenues. Pour Arnaud Montebourg, ancien ministre du redressement productif, cela ne fait aucun doute : « En politique, la lâcheté a un prix… », dit-il.

Cette histoire, on peut la raconter à travers Marie, Alain et Pascal. Leurs trois trajectoires sont celles de militants et syndicalistes venus de la gauche, confrontés aux choix d'un gouvernement socialiste dans lequel ils avaient investi leurs espoirs. En 2011, Marie da Silva s'engage dans le mouvement ArcelorMittal pour venir en aide à son mari, sous-traitant, dont le job était en danger. « J'ai toujours été syndicaliste, j'ai toujours aidé les autres. Et là, je me suis sentie plus que concernée puisque mon mari ne pouvait pas se permettre de faire grève. C'était ça les sous-traitants. Je me suis dit, si moi, je peux faire quelque chose par ma présence, bah, j'y vais », dit-elle.

Dans les années 1970, le patronat de l'acier a divisé les sidérurgistes en deux catégories. D'un côté, les salariés internes ArcelorMittal, protégés, syndiqués. De l'autre, les précaires, intérimaires et sous-traitants, disponibles à tout moment. Ils sont très nombreux auprès des hauts-fourneaux, exposés aux tâches les plus dures. Premier sentiment d'injustice et d'isolement social. « On fait le plus dur, raconte Alain da Silva. On est exposés à l'amiante et la silice. Arcelor donne ça à des sous-traitants parce que si vous tombez malade, Arcelor, ça dégage sa responsabilité. C'était à votre patron de prendre des mesures. On est les invisibles. Sans nous, la sidérurgie ne peut pas tourner. On est aussi nombreux que les ouvriers qui sont intégrés à ArcelorMittal mais on ne parle jamais de nous. »

 

« Si l'acier meurt, le pays est mort »

En 2012, les ouvriers et les sous-traitants d'ArcelorMittal vont se battre unis pour sauver leurs hauts-fourneaux. Leur patron, l'Indien Lakshmi Mittal, estime qu'ils ne sont plus rentables. Il ne veut garder que la filière froide. Pendant deux ans, il va plonger les hauts-fourneaux de Florange en sommeil. Malgré son virage vers le Front national, Alain da Silva se souvient du combat avec émotion : « On était solidaires, comme au boulot quand il faut se donner un coup de main. Édouard Martin, de la CFDT, il a été formidable. Je sais qu'il y en a qui le critiquent parce qu'il est devenu eurodéputé, mais moi, j'oublie pas. Il s'est battu pour tous les ouvriers, quel que soit leur statut. »

 

Pascal Olivarez.
Pascal Olivarez. © Premières Lignes
 

Pascal Olivarez, fils de sidérurgistes, était à Gandrange au moment de la fermeture. Puis, il a gardé les hauts-fourneaux éteints. Il habite une petite maison ouvrière sur les coteaux de Moyeuvre. Il fume des cigarettes à la chaîne et ne porte que des tee-shirts avec des têtes de mort. Il voit l'avenir d'un œil sombre. « J'étais à Gandrange, Sarkozy a laissé fermer Gandrange. Je suis venu à Florange, Hollande a laissé fermer les hauts-fourneaux, dit-il. Je ne sais pas où je serai dans trois ans. Je ne comprends pas qu'on laisse mourir l'acier comme ça. Pour moi, c'est une force, on a construit la tour Eiffel avec ! Si l'acier meure, le pays est mort. »

Pascal, Alain et Marie avaient mis tous leurs espoirs dans l'élection de François Hollande. Le candidat était venu le 24 février 2012, il était monté sur une camionnette et il s'était engagé. Y compris pour les sous-traitants et les intérimaires. « On s'est dit, s'il passe ce gars-là, on est sauvés », se souvient Marie da Silva. Ils vont tous voter Hollande. « Moi j'avais voté Sarkozy en 2007, je croyais qu'il sauverait Gandrange, explique Pascal Olivarez. Là, j'ai voté Hollande. »

Élu président de la République, François Hollande confie le dossier ArcelorMittal à Arnaud Montebourg, son ministre du redressement productif. Pour forcer Mittal à rallumer les hauts-fourneaux, Montebourg a un plan. Et il l'exprime à l'automne 2012 : la nationalisation temporaire. Chez les sidérurgistes, une lumière s'allume. Marie da Silva : « La nationalisation, oui, ça aurait pu nous sauver. » Pascal Olivarez : « À partir du moment où le mot nationalisation avait été prononcé, je vivais l'œil sur les journaux et j'étais pas le seul. Tous, on était pendus à ce que nous disait Montebourg. C'était symbolique, ça voulait dire que l'État allait enfin protéger les ouvriers… »

Montebourg semblait déterminé et tout puissant. Il était ministre après tout… Comment imaginer qu'il n'ait pas les moyens d'accomplir ce qu'il s'engageait à réaliser ? Le 30 novembre 2012, c'est le choc. À la télévision, le premier ministre Jean-Marc Ayrault annonce qu'il ne nationalisera pas Florange. Ayrault l'ignore mais, en quelques mots, il vient de déclencher la mécanique qui va mener Marie, Alain et Pascal à voter Front national. Pascal Olivarez : « Ça m'a serré le cœur, j'ai pensé, merde, on s'est encore fait avoir. » Marie da Silva : « On s'est sentis abandonnés. J'ai senti un feu bouillonnant qui me disait : pourquoi t'y as cru ? Pourquoi tu t'es laissée avoir comme ça. Y'a donc plus personne d'honnête en politique, personne qui tient sa parole. » Alain : « Je savais à ce moment-là que des tas de gars de ma boîte allaient se retrouver sur le carreau et c'est exactement ce qui s'est passé. »

Marie da Silva ne le cache pas, c'est à ce moment-là qu'elle s'est plongée dans la profession de foi du Front national qu'elle avait gardée dans un tiroir depuis les dernières élections. Dans la tête de Pascal Olivarez s'est installé un doute sur lequel prospère le Front national, l'idée que le pouvoir politique est ligoté. Que les ministres obéissent à des logiques plus fortes qu'eux. « Je me suis dit : en fait, président de la République, c'est devenu un titre honorifique. La décision de tuer la nationalisation et de fermer les hauts-fourneaux avait dû être prise ailleurs. Dans les grands centres financiers internationaux. Le FMI, la Banque centrale européenne. Et peut-être même qu'au-dessus, il y avait les grands trusts capitalistes étrangers. »

L'imagination galope d'autant plus que personne n'est venu expliquer aux ouvriers ce qui s'était passé dans la coulisse. « Je n'en sais rien moi, lâche Pascal... Même Edouard Martin, il le sait pas, sinon il nous l'aurait dit. Pourquoi il nous l'aurait pas dit ? » Aujourd'hui, l'ancien ministre Montebourg évoque cette période avec un fond de colère et une parole affranchie de la solidarité gouvernementale. Il sait à quel point le basculement de certains ouvriers de l'acier est lié à ce moment.

 

Montebourg : « Une énorme faute politique »

« À un moment, il faut faire des choix, nous déclare-t-il. Soit vous choisissez d’avoir des éloges dans le Financial Times, soit vous choisissez les ouvriers qui vous ont élu. Bon, moi, j’avais fait mon choix. Le premier ministre et le président de la République ont fait un choix inverse. Pour moi, c'est une humiliation personnelle et une défaite politique. C’était un abandon en rase campagne. Et le prix payé, c’est la chute de la mairie d’Hayange dans les mains du Front national. C’est une énorme faute politique, qui a eu pour conséquence de désespérer le monde ouvrier. Ils attendaient que l’État soit un protecteur quand le système financier devient fou, ce qui est le cas de l’entreprise Mittal. »

D'après Arnaud Montebourg, « rien ne s'opposait à la nationalisation, ni Bruxelles, ni personne. Deux personnes ont brisé le consensus républicain, le premier ministre et le président de la République. La veille, ils m'ont enlevé le dossier ».
Voir dans la vidéo ci-dessous les entretiens avec Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg :

 

 

Pour Jean-Marc Ayrault, alors premier ministre, la nationalisation était un risque économique qu'il ne pouvait pas courir. « Moi j'ai pris le dossier en cours et j'ai été tout de suite convaincu que l'option nationalisation n'était pas viable, dit-il. Bien sûr, on aurait pu sauver les hauts-fourneaux artificiellement pendant quelques mois. Et après, on aurait fait quoi ? On aurait reculé pour mieux sauter ?… Il fallait investir un milliard d'euros. Mais on n'était pas certain que cet acier serait vendu. Il n'y a jamais eu de promesse du candidat François Hollande pour nationaliser ce site, ou un autre, d'ailleurs. »

Aujourd'hui, Jean-Marc Ayrault déplore l'impact politique dramatique d'une erreur de communication. « On a laissé se créer une illusion et c'est pas bien, ce n'est pas une manière de traiter les gens », assure-t-il. Arnaud Montebourg va plus loin et laisse entendre qu'il a été trahi par le conseiller économique de François Hollande, Emmanuel Macron. « Je me souviens de cette formule d'Emmanuel Macron, insiste-t-il. Il m'a dit : on saute avec toi. J'ai sauté, je n'avais pas de parachute et je me suis fracassé, avec tout les ouvriers d'Arcelor. Voilà ce qui s'est passé. »

Aujourd'hui, la totalité des ouvriers staffés ArcelorMittal ont été recasés dans la filière froide. Mais depuis la fermeture des hauts-fourneaux, les précaires et les sous-traitants se sont retrouvés au chômage par centaines. Combien exactement ? Au gouvernement, personne ne le sait. Ce n'est pas un secret. C'est juste que personne ne les a comptés. Dans l'entreprise où travaille Alain da Silva, c'est l'hécatombe : « Ma boîte est passée de 60 personnes à 16 et elle est en redressement judiciaire. »

Lionel Buriello, de la CGT, évalue à un millier le nombre de sous-traitants sur le carreau. D'après lui, c'est chez eux que le vote FN a été le plus fort. « Ils le savent qu'ils sont les oubliés, dit-il. Alors ils se disent : si on parle jamais de moi, toi président de la République, toi premier ministre, toi gouvernement, toi syndicaliste… eh bien, je vais voter Front national… Peut-être que, eux, ils parleront de moi. Mais c'est vraiment un vote de rage, parce que franchement, dans l'usine, les militants du FN, on ne les voit jamais. »

 

Marie et Alain da Silva.Marie et Alain da Silva. © Premières Lignes
 

Depuis, Alain et Marie da Silva ont quitté le Front national. Après un engagement auprès du maire FN d'Hayange et un contact rapproché avec l'appareil du parti, ils ont fait marche arrière. Choqués par l'autoritarisme et l'islamophobie qu'ils ont rencontrés. En décembre 2014, le maire Fabien Engelmann a été condamné à un an d'inéligibilité dans l'affaire de ses comptes de campagne truqués et a aussitôt fait appel (lire ici). « Nous, on est allés au FN parce qu'on pensait que leur programme économique pourrait aider la sidérurgie, explique Alain da Silva. Ils étaient pour la nationalisation d'ArcelorMittal, aussi pour la remise en cause de la directive européenne sur les travailleurs détachés qui détruisent beaucoup de boulots chez les sous-traitants locaux. Mais ce qu'on a vu à l'intérieur du FN ne nous a pas plu. Pas du tout. On est venus pour un programme économique et on tombe sur des gens qui veulent nous faire peur avec des histoires d'islamistes qui nous coincent dans les rues. Ici, ça n'existe pas. La destruction de l'emploi, ça n'a rien à voir avec les musulmans. »

 

 

 

Source : http://www.mediapart.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 14:33

 

Source : http://www.actu-environnement.com

 

Loi Macron : le retour en force du projet Cigéo

Gestion des risques  |    |  Florence Roussel

 

 

Dans le cadre de l'examen en commission sénatoriale du projet de loi pour la croissance et l'activité (dite loi Macron), le projet Cigéo refait surface. Retiré du projet de loi sur la transition énergétique en juin puis exclu de la version d'origine de la loi Macron, le centre d'enfouissement de déchets nucléaire bénéficie désormais d'un article à la demande des sénateurs de la Meuse et de l'Aube. Gérard Longuet (UMP) et Philippe Adnot (sans étiquettte) ont ouvert le débat en pleine nuit afin de "connaître l'intention du Gouvernement et de laisser une trace".

Les deux parlementaires rappellent que la loi du 28 juin 2006 relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs avait fixé une date limite pour autoriser la création d'un centre de gestion durable des déchets nucléaires de haute activité et à vie longue : 2015. "Nous y sommes, et le Gouvernement n'est pas à même de prendre aujourd'hui le décret prévoyant le stockage des déchets nucléaires, car cette mesure doit être précédée, à juste titre et en vertu de la loi précitée, de l'adoption d'un texte législatif définissant la réversibilité".

Les deux parlementaires misent donc sur le projet de loi Macron pour répondre à ces exigences et lancer les réflexions sur la notion de réversibilité qu'il définisse ainsi : "La réversibilité est la capacité, pour les générations successives, à revenir sur des décisions prises lors de la mise en œuvre progressive d'un système de stockage. La réversibilité permet de garantir la possibilité de récupérer des colis de déchets déjà stockés pendant une période donnée et d'adapter l'installation initialement conçue en fonction de choix futurs."

"On ne peut pas dire que l'on met en œuvre une politique responsable sur l'ensemble de la filière si l'on ne pose pas cette question, tout en considérant que cette solution n'est peut-être pas la seule en termes de retraitement : il faut poursuivre la recherche par ailleurs", a répondu le ministre de l'Economie Emmanuel Macron. Confortés par ces propos, les deux sénateurs ont maintenu leur amendement et demandé un scrutin public qui s'est soldé par 200 votes pour et 139 contre, bien que plusieurs sénateurs aient demandé à reporter ce débat à une heure moins tardive (5h du matin) afin de débattre plus longuement sur un sujet "très sensible et très politique" (Nicole Bricq, PS).

Les ONG opposées au projet Cigéo dénoncent un "nouveau tour de passe-passe atomique" : "Le processus démocratique parlementaire a été pris en otage pour trancher dans des conditions inacceptable sur une question fondamentale qui engage notre société toute entière pour des milliers d'années", réagit le Réseau Sortir du nucléaire.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 14:23

 

Source : http://www.mediapart.fr

 

 

Nucléaire : l'EPR, histoire d'un acharnement

|  Par Jade Lindgaard

 

 

Ex-futur joyau de la filière nucléaire française, l’EPR n’a jamais été si proche du crash, après l’alerte de l’autorité de sûreté sur les défauts de sa cuve. Depuis dix ans, industriels et État ont fait de ce réacteur un enjeu irrationnel de grandeur nationale. Chronique d’un aveuglement.
 

Ségolène Royal a beau affirmer que l’EPR « n'est pas condamné », le réacteur nucléaire n’a jamais été si proche du crash après l’alerte lancée le 7 avril par l’autorité de sûreté du nucléaire (ASN) sur des anomalies de fabrication de sa cuve. Des défauts de la composition de l’acier ont été détectés dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur en construction à Flamanville. Si bien que leur tenue mécanique n’est pas garantie dans les conditions extrêmes de charge (chaleur, pression, radioactivité…) que leur imposera le fonctionnement de l’EPR, le réacteur le plus puissant du monde, avec 1600 MegaWatts (MWe). Or, la cuve est une pièce très importante pour la sûreté car elle contient le combustible nucléaire, et sert de barrière de confinement de la radioactivité. Selon l’expert Yves Marignac, directeur du bureau d’études Wise-Paris, ces défauts de fabrication sont « susceptibles, par leur taille et leurs caractéristiques, de remettre sérieusement en cause la démonstration de sûreté du réacteur ». Il a publié une note d’analyse détaillée à ce sujet.

 

Le chantier de l&#039;EPR, à Flamanville (Benoît Tessier/Reuters).Le chantier de l'EPR, à Flamanville (Benoît Tessier/Reuters).

EDF et Areva espèrent encore démontrer la conformité des équipements de l’EPR aux critères de sûreté de l’ASN, à qui ils vont soumettre un nouveau programme d’essais. S’ils échouent, le constructeur devra réparer ou remplacer les pièces défectueuses. Des opérations techniquement inédites et probablement très coûteuses. La réparation ou le remplacement des équipements défectueux apparaît « difficilement réalisable et particulièrement coûteux dans le cas du fond de cuve, selon Yves Marignac. C’est bien l’avenir de l’ensemble du projet Flamanville-3 qui est remis en question ». C’est d’autant plus problématique que certaines calottes des cuves des EPR en construction en Chine (Taishan 1 et 2) ont été fabriquées selon un procédé similaire. Des pièces semblables pourraient aussi avoir été produites à l’avance pour le projet de réacteur Hinkley-Point C, que la Grande-Bretagne est en train d’acheter à EDF. En attendant, le chantier de Flamanville se poursuit. Son coût pourrait désormais atteindre 9 milliards d’euros, soit près du triple de son prix initial, estimé à 3,3 milliards en 2007. Au plus tôt, il sera en pleine activité en 2018, soit six ans après sa date prévue de mise en service.  

Pour la filière nucléaire française, c’est un véritable coup de semonce. Car la sûreté affichée du réacteur était son premier atout commercial. Au point qu’Anne Lauvergeon, alors PDG d’Areva, avait déclaré après la catastrophe de Fukushima en 2011 que « s'il y avait des EPR à Fukushima, il n'y aurait pas de fuites possibles dans l'environnement » et que « les caractéristiques d'architecture de l'EPR répondent à un certain nombre de critères de sûreté qui sont au top niveau. Je le constate à chaque fois que je vais sur ce chantier ».

Comment expliquer que la cuve de l’EPR, un des équipements les plus cruciaux pour sa sûreté, présente des défauts de fabrication potentiellement aussi graves ? L’anomalie constatée est une « ségrégation », explique Yves Marignac, c’est-à-dire une concentration accrue de carbone dans l’acier, dans certaines zones des calottes du couvercle et du fond, due à l’élimination « insuffisante lors du forgeage de la partie haute du lingot » d’acier qui a servi à concevoir la cuve. Pour l’expert, « la raison pour laquelle un phénomène aussi bien connu n’a pas été maîtrisé constituera, selon l’ASN, une partie importante de l’instruction à mener ».

Cuve de l&#039;EPR (©ASN)Cuve de l'EPR (©ASN)

Pourquoi ces défauts ont-ils été repérés si tardivement ? La chronologie des décisions prises par le fabricant – Areva – sur son chantier soulève plusieurs questions. D’abord, le couvercle et le fond de cuve de l’EPR de Flamanville semblent avoir été forgés dès 2006, signale Yves Marignac. C’est-à-dire un an avant l’obtention de l’autorisation de création d’un nouveau réacteur, délivrée par un décret en avril 2007. Ensuite, les anomalies rendues publiques par l’ASN ont été mises en évidence lors de tests pratiqués en octobre 2014, transmis à l’autorité deux mois plus tard, en décembre. Or ces évaluations ont été réalisées alors que la cuve avait déjà été insérée à l’intérieur du bâtiment réacteur. Concrètement, les essais de l’automne 2014 ont porté sur un couvercle témoin, fabriqué dans les mêmes conditions que celui qui avait déjà été glissé dans le bâtiment en construction. Il semble extrêmement probable que la cuve de l’EPR présente les mêmes défauts, puisqu’elle a été fabriquée dans les mêmes conditions. Pour sa défense, Areva dénonce la mauvaise qualité des essais (qu'il a lui-même réalisés), évoquant mardi 21 avril dans un communiqué un « dysfonctionnement de la qualité du contrôle qui oblige à réinterpréter des données ou refaire certains essais ».

« Rien n’explique pour l’instant pourquoi le processus industriel est allé jusqu’au positionnement du corps de la cuve dans le puits de la cuve, puis à la poursuite pendant plusieurs mois de la construction des ouvrages de génie civil et de montage des circuits autour de cette cuve, alors même que les essais de qualification n’avaient pas commencé », analyse Yves Marignac. Tout semble s’être déroulé comme si le fabricant avait considéré le résultat des tests comme acquis d’avance. Pour Wise-Paris, « cela questionne à la fois la raison pour laquelle Areva n’a pas repéré ce problème majeur plus tôt dans le processus, et la raison pour laquelle EDF a décidé de procéder au montage alors que cette qualification n’était pas complète ». L’ASN enquête aujourd’hui sur les raisons de ce retard dans les évaluations.
De son côté, Areva doit désormais conduire de nouveaux tests. Ségolène Royal a annoncé que leurs résultats seraient présentés en octobre 2015. L’ASN devra alors en examiner le contenu, ainsi que les justifications apportées par le fabricant.

 

« EPR et crise démocratique »

Bien avant ces péripéties, l’histoire de l’EPR était déjà marquée par les coups de menton de la filière nucléaire et les pressions des dirigeants politiques. Au point que l’historienne Sezin Topçu parle d’« EPR et crise démocratique » dans son fantastique livre sur La France nucléaire. En 2005, le projet de loi d’orientation sur l’énergie prévoyant la construction de l’EPR a été présenté par le gouvernement en juin, et publié au Journal officiel le 14 juillet, avant même l’organisation du débat public, qui s’est tenu, lui, entre octobre 2005 et février 2006. Le choix du site de Flamanville était arrêté dès 2004.

Ce débat public s’est déroulé dans des conditions rocambolesques. Industriels, associations, collectivités et État étaient invités à remplir des cahiers d’acteurs, exprimant leur point de vue sur la pertinence du projet de réacteur. La contribution du Réseau Sortir du nucléaire fut censurée par le président de la commission particulière du débat public, à la demande du gouvernement, car elle dénonçait l’incapacité du réacteur à résister à une chute d’avion. Le Réseau s’appuyait sur un document officiel d’EDF, classé secret défense, révélé dès 2003 par Stéphane Lhomme, alors porte-parole du Réseau, et publié ensuite dans la presse. Le militant fut arrêté à deux reprises, et son ordinateur espionné, comme le révéla Mediapart. En signe de protestation contre la censure, les ONG claquèrent la porte et quittèrent le débat, qui continua malgré tout. « En décidant de maintenir un débat sans finalité concrète (débat dénaturé), y compris après le départ des principaux acteurs critiques du nucléaire (débat vidé), la commission nationale de débat public aura inventé une nouvelle forme de consultation publique : le débat sans débat et sans acteur », analyse Sezin Topçu.

 

©Reuters.
©Reuters.


Dans les cahiers d’acteurs de 2005, la filière nucléaire s’exprime de façon claire, nette et précise : la construction d’un EPR est la condition de la sauvegarde de l’avenir de l’atome. « La technologie des réacteurs est un domaine d’excellence de l’industrie française et européenne, explique par exemple Areva. La construction d’un EPR en France préserve cette avance et nourrit ces talents. Les perspectives à l’exportation en sont confortées, alors que la demande de nouveaux réacteurs se confirme et que l’EPR s’est imposé face à la concurrence russe et américaine en Finlande. »

Pour construire le réacteur en Finlande et le vendre à l’étranger, il faut déjà l’avoir développé en France, plaide le fabricant. Pour le ministère de l’énergie et des matières premières, « l’implantation d’un réacteur EPR à Flamanville répond au souhait exprimé par le Parlement de maintenir l’option nucléaire ouverte. Il permettra de démontrer les performances de la technologie EPR et d’identifier, le cas échéant, les moyens de les optimiser ». La SFEN, lobby de professionnels du nucléaire, est encore plus catégorique : « Sur le plan mondial, la période à venir va voir le développement ou la relance des programmes de construction de centrales nucléaires dans de nombreux pays. Dans ce contexte, la construction d’un EPR sera la "vitrine" de la compétence française dans le domaine des réacteurs de nouvelle génération. »

Ce n’est pas qu’un discours d’affichage. L’industrie de l’atome a, alors, un calendrier précis en tête. À le relire aujourd’hui, il est stupéfiant. Ainsi, Areva explique qu’il faut d’urgence construire l’EPR afin d’être prêt à le développer en série dès 2015, c’est-à-dire cette année ! Le fabricant imagine que l’EPR aura déjà fonctionné plusieurs années. « La France devra commencer à mettre sur le réseau une nouvelle génération de centrales nucléaires au moment où les centrales actuelles les plus anciennes commenceront à atteindre leur limite d’âge, soit en 2020 au plus tard, peut-on lire dans la contribution du groupe. Cela exige que les premières constructions en série soient engagées en 2015 au plus tard. La tête de série devra, à cette date, avoir fonctionné depuis plusieurs années pour bénéficier du nécessaire retour d’expérience. Le lancement effectif du projet EPR tête de série ne peut donc plus être différé. »

Encore plus fou, en comparaison avec la situation actuelle, Areva explique que « les décisions d’investissement prises à partir de 2005 montreront alors tous leurs effets – et à l’inverse, si les décisions sont retardées ou repoussées, c’est vers 2030 que la pénurie énergétique atteindra son point maximum ». Le ministère de l’énergie partage totalement cette vision : « Toutes les options seront ouvertes au moment où la question du renouvellement du parc nucléaire actuel se posera, c'est-à-dire en 2015. C’est en effet aux alentours de cette date qu’il faudra lancer la réalisation des installations de production d’électricité destinées à remplacer les centrales les plus anciennes. » On peut noter qu’à l’époque, personne n’ose évoquer le prolongement de la durée de vie des centrales et leur passage éventuellement à 50 ans, comme EDF le fait aujourd’hui. Pour la Sfen, « si l’on table raisonnablement sur une durée de vie de l’ordre de 40 ans pour nos réacteurs les plus anciens, la période 2017-2025 verra la mise hors service de plusieurs dizaines de réacteurs, représentant plus du tiers de la capacité totale de production d’électricité de la France ! ». Et de conclure à la nécessité de construire une série de nouveaux réacteurs à partir de 2015 car « faute de garantir le renouvellement de ses capacités électronucléaires, la France serait à coup sûr obligée de recourir dans de larges proportions à des combustibles fossiles importés ».  Aucun de ces acteurs majeurs de l'énergie n'accepte l'hypothèse depuis concrétisée d'un plafonnement de la demande d'électricité.

Pour tous, c’est la garantie sine qua non de la compétitivité hexagonale : « Cela renforcera les chances de la France de nouer des partenariats commerciaux sur ce marché concurrentiel et confortera sa position de leader dans un des rares secteurs de haute technologie où elle fait la course en tête. »

Ainsi présenté, le choix de l’EPR ne résulte ni d’arbitrages techniques, ni même d’une décision strictement énergétique : c’est un enjeu de rayonnement national, de grandeur de la France dans le monde. Cette fierté nucléaire a nourri l’obstination à construire un réacteur trop gros, trop puissant, trop complexe, trop cher en ignorant délibérément la critique au fil des ans. 

 

 

Source : http://www.mediapart.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 21:43

 

Source : https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com

 

 

Bouilles Hebdo du 20 au 26 avril

Jeudi 23 :  Printemps de Sivens,  le dernier communiqué du collectif en date du jeudi 23 (et le programme demain matin) : Rappel sur l’esprit des rencontres et informations pratiques.
Le voici reproduit  :

 

Bienvenue au Printemps 2 Sivens!

 

Nous sommes nombreuses à avoir souhaité que cet événement ait lieu dans le Tarn, rapidement après l’expulsion de la ZAD du Testet. En effet, après les moments intenses qu’ont pu vivre les sympathisantes de la lutte en février et mars, le besoin est grand de se retrouver dans une ambiance apaisée et apaisante pour faire le point ensemble et partager nos ressentis, nos analyses, nos craintes etc.

 

Face aux intimidations du gouvernement et des milices, il n’est ni le temps de se taire, ni de se cacher. Ils veulent déconsidérer le mouvement et le morceler, il s’agit donc pour toutes celles qui ne veulent ni succomber au fatalisme ni au cynisme de réfléchir ensemble pour mettre en œuvre des pratiques et une culture de lutte communes, respectant la diversité des approches. Cela est plus que nécessaire si l’on veut survivre en tant que mouvement et en tant que force politique et ainsi envisager un avenir pour cette lutte, et d’autres.

L’esprit de ces rencontres – qui ne sont pas un festival – est donc familial et résolument convivial. Nous l’avons en tout cas pensé comme tel: musique acoustique, pas d’électricité, communication par bouche à oreille etc.

 

Quelques points pratiques sont à noter:


– merci par respect pour le lieu qui accueille, de venir sans vos chiens (ni vos loups)!
samedi midi: auberge espagnole, vas cueillir des respounchous (pousses de tamier commun) en forêt et ramène ton claquos’ ! De la nourriture et des boissons sont prévues sur place le samedi soir: merci de prévoir son bol, son Opinel et sa cuillère (plus son économe si vous voulez aider)! Dimanche midi: casse-croûte tiré du sac!

– soyez autonome: lampe frontale, parapluie, matériel de camping etc.
merci de privilégier le covoiturage pour ne pas saturer les parkings
ne pas communiquer le lieu de ces rencontres à grande échelle (Internet…)
– pour les journalistes, merci de venir sans caméra, micro ou appareil photo ou de nous contacter à l’avance
– une ligne Info-ZAD où des militantes seront joignables ce W-E: 06-78-57-37-30


A bientôt!
Camille & Camille
P.S: le programme de ces rencontres sera mis en ligne vendredi 24

 

Lundi 26 :

Beaucoup de monde à la soirée de soutien à Montferrier samedi dernier, merci les ariégeois-es  ! Pour débuter la semaine, le communiqué du collectif concernant le printemps de Sivens (en pdf ici et voir aussi post ci-dessous) :

 

Printemps de Sivens : maintenu, déplacé et redimensionné

 

L’évènement prévu les 25 et 26 avril à Vaour est annulé. Contrairement à ce qui a été annoncé, rien ne se passera à Vaour : ne vous y rendez pas et faites passer le message. Notons cependant que cet évènement n’aura pas manqué d’attirer l’attention héliportée et tatillonne de la gendarmerie et de la préfecture, ainsi que celle des pro-barrages bien entendu.

 

Dans un tel contexte, il apparaît clairement que nous ne pouvons ni accepter de nous taire, ni tomber dans le piège de l’affrontement direct. Nous voulions un temps pour que toutes les personnes qui ont participé à un moment ou à un autre à la lutte contre le barrage de Sivens puissent se retrouver, parler de tout ce qui s’est passé, partager et réfléchir ensemble, dans une ambiance familiale et conviviale. Nous le voulons toujours et c’est ce que nous organisons. Comme le conseil général du Tarn, nous avons décidé de redimensionner notre projet (sans plus de précision), et de le déplacer (sans plus de précision).

 

Dans l’immédiat et avec les informations dont nous disposons, nous ne prévoyons pas de réoccuper la zone au cours de ce week-end. Nous ne comptons rien faire d’autre qu’exercer notre droit à nous rassembler. Mais nous avons déjà constaté que nous ne pouvions pas compter sur l’état républicain pour nous garantir ce droit. Nous allons donc nous le garantir nous-même dans la joie et la bonne humeur. Une équipe travaille à cela. Si vous avez déjà participé de près ou de loin, vous la trouverez facilement pour l’aider. Le lieu de rendez-vous ne sera certainement pas communiqué par internet, mais cela se passera dans le Tarn. Le programme (de samedi 25 à 10h au dimanche 26 à 14h) sera diffusé vendredi 24. Pour les détails, la communication directe de personne à personne sera favorisée, en espérant n’exclure personne. D’autres communiqués suivront sans doute, consultez régulièrement le site tantquilyauradesbouilles.wordpress.com et ne croyez pas trop aux rumeurs !

Le collectif Tant qu’il y aura des Bouilles

 

 

Source : https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans ZAD du Testet - Barrage de Sivens
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22