Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 21:16

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Justin Trudeau veut mettre un terme à l’exploitation des sables bitumineux d’Alberta

 

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le

 

 

Cherchant à concilier climat et croissance économique, le premier ministre canadien veut que la transition énergétique se fasse progressivement.

 

Justin Trudeau lors d’une conférence à La Havane à Cuba, en novembre 2016.

 

Le Canada, sixième producteur mondial de pétrole, doit « mettre un terme progressivement » à l’exploitation des sables bitumineux d’Alberta et cesser sa « dépendance » aux hydrocarbures, a plaidé vendredi 13 janvier son premier ministre, Justin Trudeau.

 

« On ne peut pas fermer [les mines] de sables bitumineux demain. On doit y mettre un terme progressivement », a déclaré le dirigeant libéral lors d’une rencontre en Ontario, la province la plus peuplée du Canada, avec des citoyens. « Nous devons préparer la transition pour rompre notre dépendance aux énergies fossiles », a-t-il ajouté, tout en reconnaissant que « cela prendra[it] du temps ».

 

Lire aussi :   L’Alberta souhaite réduire sa dépendance au pétrole

 

Il répondait à une question portant sur sa décision, à la fin de novembre, d’autoriser l’augmentation de la capacité de deux oléoducs dans l’ouest du pays. Leur modernisation va accroître de près d’un million de barils par jour la capacité à l’export du pays.

« On ne peut pas choisir entre l’environnement et l’économie », a affirmé en outre M. Trudeau, convaincu de pouvoir concilier la lutte contre le réchauffement climatique et la croissance économique.

 

Des propos condamnés par l’opposition conservatrice

Engagé à réduire les émissions canadiennes de gaz à effet de serre conformément à l’Accord de Paris, ratifié par le Canada, M. Trudeau a ainsi annoncé cet automne une taxe nationale sur le carbone effective (« carbone réel ») en 2018, avec l’appui de l’Alberta, province de l’ouest du pays) où est concentrée l’industrie pétrolière.

 

Lire aussi :   Le Canada ratifie l’accord de Paris et propose une taxe carbone polémique

 

L’opposition conservatrice a immédiatement condamné les propos du premier ministre. « Si M. Trudeau veut fermer les sables bitumineux d’Alberta, et de ma ville d’origine, qu’il soit averti : il devra d’abord me passer dessus et sur les quatre millions d’habitants de l’Alberta », a lancé dans un communiqué Brian Jean, député conservateur de Fort McMurray, capitale pétrolière du pays.

Les sables bitumineux sont décriés pour le coût économique et environnemental de leur extraction. Présent sous forme sablonneuse dans le sous-sol de la forêt boréale, le pétrole est produit au terme d’un long processus polluant et énergivore.

Ce pétrole n’est rentable que si le cours mondial du baril est élevé. En octobre et en décembre, deux grands groupes des hydrocarbures, Shell puis Statoil, ont d’ailleurs décidé de se désengager des sables bitumineux canadiens.

 

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Repost 0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 18:27

 

Source : http://www.lavoixdunord.fr

 

 

EMPLOI

Les caisses automatiques vont-elles tuer le métier d’hôtesse ?

 

Jean-Marc Petit |

 

 

Caisse-minute, scanner libre-service ou par smartphone, les formes d’encaissement automatique se multiplient. Photo Pierre Le Masson

Caisse-minute, scanner libre-service ou par smartphone, les formes d’encaissement automatique se multiplient. Photo Pierre Le Masson

La première est apparue à l’hypermarché d’Auchan V2 en juin 2004. Pour la première fois, la « caisse minute » permettait au client de scanner des articles en libre-service et de payer directement à la machine sans autre intervention humaine.

 

 

Depuis, les caisses automatiques (ou « caisses alternatives ») ont proliféré dans toute la grande distribution. On en compterait aujourd’hui plus de 10 000 implantées dans le commerce alimentaire (source LSA), même si aucune statistique officielle n’existe. Il faut dire que le débat est délicat au sein de la grande distribution et perdure depuis quinze ans. Les caisses automatiques, comme toutes les nouvelles formes de paiements automatisés (via scanner, chariots connectés ou smartphone) tuent-elles le métier d’hôtesse de caisse ?

C’est la crainte de la CFDT d’Auchan France qui manifeste ce vendredi à Englos à ce sujet. «  Une nouvelle vague d’automatisation se prépare  », estime Guy Laplatine, délégué central CFDT du groupe. «  La fuite en avant de la guerre des prix, les marges qui se réduisent font que les enseignes recherchent à tout prix des gains de productivité. Plus de 1 500 postes équivalents temps plein sont visés sur trois ans, soit au bas mot plus de 2 000 emplois d’hôtesses de caisses qui seront remplacées par des automates.  »

 

Gains de productivité

Des chiffres «  sans aucun fondement  » selon un porte-parole d’Auchan qui assure «  qu’il n’y a jamais eu et qu’il n’y a pas de plan prévu de suppressions d’emplois en caisse  ». Le développement des « caisses alternatives » répond à l’intérêt du client pour gagner du temps. Sans remettre en cause le nombre d’hôtesses de caisses. Et de fait, selon Auchan, les effectifs d’hôtesses de caisse seraient même en augmentation autour de 14 000.

Des chiffres contestés par la CFDT pour qui le poste « relation client » est resté stable depuis dix ans. «  Sauf que pendant ce temps, on a ouvert cinq hypermarchés et quatre-vingt-dix-sept drives  », constate Guy Laplatine pour qui l’arrivée des caisses automatiques a fait perdre (ou gagner selon le point de vue où l’on se place) près de 2 millions d’heures de travail entre 2008 et 2010, soit 1 800 équivalents temps plein. Le débat n’est pas clos.

La voix de Jean-Marc Petit : « Des robots ou des salariés ? »

La polémique autour de l’automatisation des caisses est un aspect du débat plus global sur les mutations actuelles du travail liées aux nouvelles technologies et à la révolution numérique. Serons-nous tous demain remplacés par des robots ? Non, rassure le Conseil d’orientation de l’emploi (COE), qui vient justement de publier une étude évaluant l’impact des nouvelles technologies sur l’emploi.

Selon le COE, seul un emploi sur dix serait très exposé aux mutations technologiques, au risque d’être supprimé. Les métiers les plus concernés sont souvent manuels et peu qualifiés. À eux seuls, les agents d’entretien représentent 21 % de l’ensemble des emplois à risque, suivis par les ouvriers qualifiés des industries de process et les ouvriers non qualifiés de la manutention.

Pour autant, un emploi sur deux est aujourd’hui transformé par la robotisation et la numérisation. D’autres métiers apparaissent, générés par les bouleversements technologiques. Nos métiers « mutent », préparons-nous…

« Moins pénible physiquement, mais plus stressant »
 

Les hôtesses de caisse veulent pouvoir alterner.  Photo Ludovic Maillard

Sociologue du travail à l’université Paris-Dauphine, Sophie Bernard s’est intéressée dans plusieurs ouvrages aux mutations du travail. «  L’obsession de la grande distribution, c’est l’adéquation parfaite entre le nombre de caissières et le flux de clients. Les caisses automatiques sont un outil, dans ce processus de rationalisation, pour gérer les pics d’affluence.  »

Mais l’impact sur l’emploi reste difficile à déterminer. «  Quand une hôtesse gère quatre à six caisses automatiques, on peut penser que cela supprime des postes de caisses classiques. En fait, on vient souvent rajouter des caisses automatiques aux lignes classiques au moment de la rénovation d’un magasin. Et l’effet sur l’emploi se fait insidieusement par le non-renouvellement de CDD ou le non-remplacement de départs en retraite.  »

 

« Un travail en simultané »

L’effet des caisses automatiques se fait surtout ressentir dans les nouveaux modes de travail des hôtesses de caisse. «  D’un travail très séquentiel, où les choses s’enchaînent avec de petits temps morts, on passe à un travail en simultané où l’on supervise plusieurs caisses en même temps. C’est certes moins pénible physiquement mais beaucoup plus stressant car nécessitant une attention permanente, ininterrompue, avec plusieurs clients à gérer simultanément. La relation avec celui-ci est purement de contrôle, donc parfois source de conflit. Les caissières ne remettent pas en cause les caisses automatiques. Elles apprécient la polyvalence qui évite l’ennui. Mais les hôtesses refusent de vouloir travailler exclusivement sur automates, elles veulent pouvoir alterner avec les caisses classiques.  »

La plupart des enseignes ont d’ailleurs choisi de limiter le travail posté aux caisses automatiques à quatre heures. Quant au client, qui croit gagner du temps, une étude a montré qu’il scanne deux fois plus lentement qu’une caissière. Comme il est occupé, seule la perception du temps d’attente diminue…

 

J.-M. P.

 

 

 

Source : http://www.lavoixdunord.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 17:56
 
  Association des Chats Libres de Nîmes et son Agglo

 

Ce dimanche 15 janvier de 10 h à 17 h, venez chiner lors du vide-garage au 12 rue Robert, derrière la Poste Gambetta à Nîmes !
Vous y trouverez des petits meubles, des vêtements, des jouets, des objets de décoration...
Tout à petit prix !

Partagez ce post et venez nous voir !

L’image contient peut-être : intérieur

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 17:46

 

Info reçue par mail

 

http://3.bp.blogspot.com/-ek8SKTwO2OA/VLf0wc2ULMI/AAAAAAAAAH0/MsbkUQ9-ah0/s1600/logo%2Bsolidaires%2B30%2Bbandeau%2Bblog%2B2.jpg

 

 

 

 

Communiqué de presse

 

 

Nîmes, le 13 janvier 2017

 

La Mairie de Nîmes expulse l’Union Syndicale

 

Solidaires du Gard... et des milliers de salarié-e-s !!!

 

 

L’Union Syndicale Solidaires du Gard dénonce la décision de la Municipalité de Nîmes d’expulser notre Union Syndicale de son local actuel, situé au 6 rue Porte d'Alès, au prétexte que nous n’avons pas voulu accepter un local alternatif que l'on estime inadapté et surtout trop exigüe au vu de notre activité syndicale...

 

Ce virage autoritaire vient s’ajouter à l’ensemble des mesures prises à l’encontre de toutes les organisations syndicales en voulant leur faire payer : un loyer et les fluides... Les Bourses du Travail ont été créées à la fin du 19ème siècle, elles ont été créées pour pouvoir accueillir les différentes organisations syndicales.

 

De mauvais choix politiques ont supprimé cette Bourse du Travail à Nîmes. Pourtant, c’est bien cette dernière qui doit bien voir le jour, à l’image des Maisons des Associations et des Maisons des Syndicats, qui peuvent exister dans bien des villes. C’est la demande de l’ensemble des organisations syndicale du Gard de voir bâtir cet ensemble nécessaire à l’ensemble de la population.

 

Dans l’attente de la construction de cette Maison des Syndicats, l’Union Syndicale Solidaires du Gard demande à la Municipalité de Nîmes de nous laisser dans nos locaux actuels, et ce d'autant que nous n’avons pas vu dans la publication des locaux à vendre que notre local de la Porte d’Alès en faisait partie.

 

Nous demandons en cas de relogement que celui-ci ait lieu dans des locaux décents

permettant d’accueillir les salarié-e-s, précaires et chômeurs qui subissent les méfaits de ce monde du travail qui ne cesse de briser nos acquis sociaux.

 

Aussi, l’Union Syndicale Solidaires du Gard se placera devant la Mairie, le mardi 17 janvier 2017 à partir de 12h00, pour rencontrer directement les salarié-e-s dans la rue et leur faire signer une pétition. A cette occasion, l’Union Syndicale Solidaires du Gard sera disponible pour rencontrer Monsieur le Maire pour qu’un accord soit trouvé pour que des milliers de salarié-e-s puissent être reçu-e-s, entretenu-e-s et défendu-e-s dans des locaux dignes de ce nom.

 

Contacts Solidaires Gard :

Dominique BACHA : 06 20 47 56 07

Jérémie BERTHUIN : 06 64 97 58 05

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions Economie et social
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 21:05

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

Tribune

Grippe et hôpitaux : comment un virus saisonnier peut-il produire une telle situation ?

 

Professeur de médecine en pédiatrie et néphrologie, Université Aix-Marseille

L’épidémie en cours met en lumière l’exaspération de toute une profession.
 

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a déjà averti que « le bilan de la grippe cette année sera probablement lourd ». - NICOLAS MESSYASZ - JACQUE/SIPA

L’épidémie de grippe devrait , selon Santé publique France. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a déjà averti que . Le 11 janvier, elle a appelé à reporter les opérations non urgentes pour « désengorger » les . Et la difficulté à garantir la disponibilité des lits dans les hôpitaux a pris la première place dans la communication ministérielle.

Que se passe-t-il, pour qu’un événement aussi récurrent qu’une épidémie de grippe hivernale engendre de telles tensions ? Comment un virus de saison a-t-il pu « gripper » à ce point la mécanique ? La réponse n’est pas simple, mais cette crise montre à quel point notre système de santé est malmené par des choix politiques radicaux qui ne datent pas d’hier. Ceux-ci se révèlent avec le temps bien plus dangereux pour la santé des citoyens que le virus grippal lui-même.

Car voici ce que j’entends, en tant que médecin de l’hôpital, quand j’écoute la ministre de la Santé : « Chers praticiens hospitaliers, il faut déprogrammer les hospitalisations prévues pour faire de la place à la grippe. Votre charge de travail, déjà lourde, va encore augmenter. Les blocs opératoires seront vides mais les services, pleins de patients en attente d’intervention. Les absences ne seront pas remplacées, vous savez que l’hôpital doit être à l’équilibre. J’en conviens, le bilan de cette épidémie risque de ne pas être bon, mais c’est de la faute du virus. »

Une profession exaspérée

L’épidémie en cours met en lumière l’. Parmi les contraintes qui ont conduit à l’hôpital « grippé » d’aujourd’hui, il y a d’abord la dictature des indicateurs chiffrés imposée par la , la T2A.

Instituée en 2004, la T2A remplit les caisses de l’hôpital en fonction du nombre et du type de séjours de patients. Au début, la T2A a été perçue comme un levier de la performance, stimulant à la fois l’activité et la maîtrise des coûts. Mais l’hôpital est finalement devenu une entreprise sans en avoir la culture, entrant dans une qui a conduit à la dégradation de sa situation financière. Cette contradiction est responsable d’une , à l’instar de ce qui se passe dans d’autres services publics privatisés ou en voie de l’être, comme France Telecom devenu Orange, ou La Poste.

L’apologie de l’ambulatoire

Avec la T2A est venue l’apologie du « virage ambulatoire », visant à opérer les malades sans les garder pour la nuit. Cette généralisation des interventions en ambulatoire se traduit par une capacité moindre d’hospitalisation. L’évolution sur les trois dernières années du nombre de lits disponibles en France fait actuellement l’. Par contre, il est établi que ces chiffres ont décru de façon significative sur une période plus longue. Les hôpitaux publics sont passés de 392 644 lits en 1981 à 256 051 lits en 2011, et les hôpitaux privés à but non lucratif de 70 479 en 2000 à 57 717 en 2011, (Irdes).

Ces restructurations n’ont pas démontré, à ce jour, leur efficacité en termes de santé publique. L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a rendu en 2012 un rapport sur les effets de la tarification à l’activité sur le management des établissements de santé, et ses conclusions n’étaient pas tendres. La T2A a eu, au mieux, un impact limité sur la définition d’une stratégie d’offre de soins, tant à l’échelle des établissements de santé qu’au niveau régional. Et le tout récent , dernier acte d’une planification arbitraire du système de santé, n’est pas de nature à changer la donne.

Allez aux urgences, c’est toujours ouvert

Pour en revenir à l’épidémie de grippe, la ministre de la Santé ne rend pas service à l’hôpital en appelant à décaler les opérations chirurgicales programmées. Car elle fait passer, du même coup, un message implicite : « Que votre médecin traitant réponde ou pas au téléphone, allez aux urgences, c’est toujours ouvert ! »

Dans les périodes où les virus de la grippe et de la gastro-entérite circulent intensément, les médecins généralistes se retrouvent en effet en première ligne. Ils ne sont pas assez nombreux pour répondre aux demandes de consultations et , ce qui se traduit par un report d’activité sur les services d’urgences des hôpitaux. Aujourd’hui, le problème des « déserts médicaux » est bel et bien reconnu, et la crise actuelle en fournit une illustration.

On ne peut attendre de l’hôpital public qu’il reste performant dans les situations extrêmes, alors que les ressources allouées sont en baisse constante. Pour éviter qu’un mécanisme se grippe, il faut mettre régulièrement de l’huile dans les rouages. Un sondage réalisé en 2016 montre que . Ils ne peuvent rester accueillants sans une vision claire proposée par leurs dirigeants, qui manque aujourd’hui. Car un hôpital qui tourne bien, c’est d’abord une affaire d’état d’esprit.

The Conversation

, Professeur de médecine en pédiatrie et néphrologie,

La de cet article a été publiée sur .

 

 

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 21:42

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

Après Volkswagen, les USA accusent Fiat Chrysler d'utiliser des logiciels trompeurs

 

 

 

Après Volkswagen, les USA accusent Fiat Chrysler d'utiliser des logiciels trompeurs

Le scandale du diesel continue : Fiat Chrysler est accusé d'avoir truqué 104.000 moteurs pour masquer les émissions de gaz polluants. Un mauvais point de plus pour le constructeur, déjà très critiqué en Europe.

 

Panique chez le constructeur italo-américain Fiat Chrysler pris à son tour dans le Dieselgate : l’agence environnementale américaine (EPA), celle qui avait coincé Volkswagen (VW) en 2015, vient d’annoncer, ce jeudi 12 janvier, qu’elle avait découvert qu’il utilisait un logiciel trompeur pour minimiser les émissions polluantes de ses moteurs diesel sur des modèles comme les Jeep Cherokee, ou des Dodge Ram 500. Ce sont 104.000 voitures qui seraient concernées, sur le continent américain seulement...

La première réaction du groupe a été de démentir complètement l’emploi de tels logiciels. La nouvelle a pourtant fait couler le titre Fiat Chrysler de plus de 18% à la bourse de Milan, ce qui est en soit surprenant : il fallait n’avoir jamais jeté un coup d’œil sur le dossier du "dieselgate" pour ignorer que Fiat avait des pratiques étranges.

Tous les contrôles pratiqués sur le continent européen depuis septembre 2015 dans la foulée du scandale VW ont abouti à une seule et unique conclusion : les voitures diesel Fiat 500 sont parmi les plus polluantes sur le continent. Elles ne respectent les limites d’émissions de gaz polluant que pendant une vingtaine de minutes, comme si leurs moteurs avaient été conçus dans un seul but : passer les tests officiels de norme, qui durent 20 minutes. Au-delà de cette limite, le moteur diesel des Fiat fait partie des plus gros pollueurs du marché !

La justice de plusieurs pays européens cherche donc également la preuve que les moteurs Fiat utilisaient un logiciel trompeur (et d'autres marques comme Renault sont également sous le coup d'une enquête approfondie), mais ce sont les Américains qui affirment l’avoir trouvé en premier, sur des modèles de la gamme Chrysler.

 

Les entourloupes des constructeurs

Est-ce grave pour le constructeur ? Oui, si l’EPA apporte la preuve de la tromperie. Pour avoir faussé les moteurs de 600.000 voitures sur le sol américain, Volkswagen en est pour le moment à prévoir le versement de 20 milliards d’euros de pénalités et amendes aux USA ! Et cette facture peut encore grimper. Fiat Chrysler encourt donc une amende six fois moindre en théorie, ce qui peut monter à 3 ou 4 milliards d’euros.

En Europe, Fiat ne risque pas grand-chose. Pour le moment, même VW, qui a admis l’utilisation des fameux logiciels, n’a pas souffert judiciairement de ses entourloupes, car la législation européenne n’était pas assez claire sur le sujet du diesel : elle prête à interprétation. Les Européens autorisent en effet les constructeurs à polluer plus que prévu, si les procédés antipollution nuisent aux performances du moteur ! Incroyable, mais vrai. Il est donc relativement simple pour un constructeur de plaider que son moteur est trop fragile pour respecter les limites d’émission de gaz dangereux, comme les Nox, fixées pourtant par la réglementation.

Le groupe FCA, Fiat Chrysler automobile, est toujours contrôlé et dirigé par la famille Agnelli, qui l’avait fondé à Turin en 1899. Elle contrôle des marques comme Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Maserati, Chrysler, Dodge ou Jeep.

Claude Soula

Claude Soula

 

Claude Soula

Journaliste

 

Couverture

Voir son profil

 

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 21:27

 

 

Source : http://www.streetpress.com

 

 

Je suis SDF, voici comment j’arrive à survivre à la rue

 

10 Janvier 2017

 

par Christian Page, Malgré une demande de logement social et un dossier de droit au logement opposable, Christian Page, 44 ans, dort à la rue depuis qu’il a divorcé, perdu son emploi puis son logement. Cela fait deux ans.

 

411 personnes sont mortes dans la rue en 2016 selon le Collectif des Morts de la Rue. Christian Page, SDF, raconte comment il y survit.

Là, c’est ma chambre à coucher avec mes quatre couvertures, mon duvet [Christian montre la grande poche de son sac à dos kaki, puis ouvre une petite poche intérieure]. Là c’est mon bureau avec mes papiers, mes stylos. Tout en bas, j’ai la salle de bain avec le déo, le gel douche, les cotons-tiges. Et puis ici [il sort une gourde de la pochette du dessus], c’est le bar : elle est vide, mais c’est dans celle-ci que je mets de l’eau et je précise bien, que de l’eau ! Sinon la bière, elle perd son gaz.

J’ai toujours tout sur moi. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Comme ça, si je me retrouve à l’autre bout de Paris, je peux dormir sur place. Car le vrai problème, c’est le logement. J’ai un petit endroit où je dors avec Ervé et les copains. Si t’es tout seul, tu peux te faire dépouiller. On a trouvé un coin à l’abri du vent, au bord du canal Saint-Martin, quai de Jemmapes. C’est l’entrée d’un centre de loisirs de la ville de Paris [Espace Jemmapes]. Parfois le personnel apporte du café au réveil. Pas tout le temps… Mais on ne peut pas demander aux gens de remplacer l’Etat ! J’aimerais bien qu’Emmanuelle Cosse m’apporte mon petit café le matin, en admettant : « Excuse-moi, je suis ministre du logement et je n’ai rien pour toi ! ».

 

 

 

Couverture

 

« J’aimerais bien qu’Emmanuelle Cosse m’apporte mon petit café le matin, en admettant : “Excuse-moi, je suis ministre du logement et je n’ai rien pour toi !”. »

Christian Page, sans-abri

 

 

Si j’ai choisi ce quartier c’est parce que c’est un vrai quartier populaire, où les gens veillent encore les uns sur les autres. Quand ça a commencé à faire frisquet, une dame est descendue et m’a donné une couverture. Il y a l’épicier de la rue Bichat qui nous file toujours un truc en plus quand on va faire nos courses et le gars qui nous ramène les pizzas qui lui restent après la fermeture du restaurant. Ils ont peur de devenir comme nous. Ils se disent : « Si je l’aide à s’en sortir, si un jour je me retrouve à sa place, quelqu’un m’aidera. »

 

Droit au logement opposable et hébergement d’urgence

Il y a bien l’hébergement d’urgence. T’appelles le Samu social à 6h du mat’. Tu tapes le 115… Une fois que tu auras passé le quart d’heure de disque – « You’re phoning le 115… » – ils répondent : « Rappelez à partir de 19h parce qu’on n’a plus de place. » A 19h, ils te disent rappelez à partir de 21h. A 21h : « Écoutez, allez vous mettre à Nation, quai du RER A, direction Boissy-St-Léger. » A cet endroit, alors que le dernier bus est passé, les mecs du Samu arrivent et annoncent : « Bon, les gars, il y a neuf places… » Voilà. Ce que les gens ne savent pas, c’est qu’il y a aussi le DAHO, le droit à l’hébergement opposable. Si au bout de six mois, on ne t’a pas trouvé un hébergement, alors t’as le droit de porter plainte contre l’Etat. T’es seul, t’es à la rue, tu déposes plainte contre l’Etat… C’est bien, mais en gros t’as aucune chance. J’en suis là.

 

 

 

Couverture

 

« Le DAHO ? T’es seul, t’es à la rue, tu déposes plainte contre l’Etat… C’est bien, mais en gros t’as aucune chance. J’en suis là ».

Christian Page, sans-abri

 

 

Tous les matins, je vais rue Bichat, dans un accueil de jour de la fondation Abbé Pierre. On peut tout faire : prendre une douche, faire une machine à laver, petit-déjeuner. L’hiver, il faut manger beaucoup plus parce que le froid te fait dépenser plus de calories. Je mange que des choses fraîches. Donc je vais dans des associations qui cuisinent. Sinon ce sont des barquettes Sodexo et c’est de la merde. Il n’y a aucune valeur nutritive. On a besoin de vitamines, de sels minéraux. Donc je prends toujours un bon petit-dèj, histoire de remettre le corps à température, puis je fais ce que j’ai à faire. Malheureusement, j’ai souvent rien à faire.

 

Rendez-vous et petits jobs au black

J’ai parfois des rendez-vous quand même, et pas que avec ma bière ! Je vais voir des assos qui donnent des bons pour des soins ou pour aller voir un ophtalmo – j’ai des lunettes [avec un verre cassé]. Dans ce cas-là, j’y vais à pieds. Je pars une heure en avance. Je ne prends pas le métro. C’est très con : quand je travaillais, je payais les transports. Depuis que j’ai les transports gratuits [avec le RSA], je marche.

Il m’arrive aussi de filer un coup de main à une mamie parce que faut ramener un pack de lait chez elle ou l’aider pour un déménagement. Un jour une personne âgée m’a juste demandé de décrocher ses rideaux et de les emmener au pressing puis de les raccrocher. Un petit débarrassage de câbles de temps en temps… Ouais c’est du black, que je ne déclare pas, mais bon qu’ils viennent me faire un procès et moi je leur apprends ce que c’est que l’article 345 2-2 du code de l’action sociale qui dit que toute personne devrait avoir accès à un hébergement.

 

Mon fils m’aide à tenir

Ce qui me fait tenir ? [Il sort son portable. Un ado en photo d’arrière-plan] C’est la seule photo que j’ai. C’est mon fils. Il s’appelle Pierrick, il a 13 ans. Il vit avec sa mère à Perpignan. Je ne l’ai pas vu depuis deux ans et je ne peux pas communiquer avec lui. Tout doit passer par sa mère. Elle a intenté une procédure pour m’enlever tous les droits parentaux du fait que je suis SDF. C’est dégueulasse. Mais au mois d’août, j’étais au bord du canal, un peu dépressif en pensant à tout ça et puis un gars costard-cravate débarque et me demande s’il peut faire quelque chose pour moi. Je le regarde et lui dis : « A moins que vous soyez ministre de la justice, vous pouvez rien faire. » Et là, le mec me répond : « Ben écoutez je suis avocat, on peut peut-être s’y mettre… » Je lui ai montré la procédure. Il m’a donné rendez-vous le lendemain à 11h à son cabinet, juste à côté dans le quartier. Je suis tombé sur un très très bon avocat qui est en train de remettre tout ça dans l’ordre.

 

 

 

Couverture

 

« Le problème dans la rue c’est que tu meurs quand tu as accepté ta condition. »

Christian Page, sans-abri

 

 

Le problème dans la rue c’est que tu meurs quand tu as accepté ta condition. Alors là, le compteur se met en route, tu t’isoles, tu ne prends plus soin de ta santé, plus soin de ton apparence et tu crèves au bout d’un moment. Si tu renonces à tout ça, et que tu te dis « non, non je suis quelqu’un, je vais me battre, je prends soin de moi ». Là tu survis.

Edité par Sarah Lefèvre
 

 

 

 

Source : http://www.streetpress.com

 

 

 

 

 

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 20:37

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Europe : une pétition pour la démission de Juncker recueille déjà 75.000 signatures

 

 

 

Lancée il y a quelques jours sur change.org, une pétition demandant le départ pur et simple de l'actuel président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, empêtré dans le scandale LuxLeaks, a déjà recueilli plus de 75.000 signatures.

 

 

La pétition demandant le départ de Jean-Claude Juncker a recueilli plus de 75.000 signatures en quelques jours. - Degiorgio/Shutterstock/SIPA

"Jean-Claude Juncker doit partir !" C’est en ces termes, limpides, que commence la pétition lancée il y a quelques jours contre le président de la Commission européenne sur la plateforme par Jacques Nikonoff, professeur d’économie à Paris VIII et 2017 sous la bannière du Parti de la démondialisation (Pardem), créé en février 2016. Ouvrier, énarque, issu d’une famille communiste et partisan de la restitution de la souveraineté aux peuples (notamment monétaire), Jacques Nikonoff, 65 ans, dénonce en effet l’attitude des responsables européens et en particulier de Jean-Claude Juncker et ses collègues luxembourgeois qui acceptent d’appliquer, écrit-il, "une austérité dramatique pour les peuples" tout en agissant afin d'"empêcher la lutte contre le dumping fiscal." 

 

Et pour cause. Dans la tourmente depuis les révélations, en 2014, du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) autour du gigantesque scandale financier LuxLeaks, le Luxembourg ne cesse d’affirmer que sa haute administration n’était pas au courant des accords secrets conclus avec les cabinets d'audit travaillant pour le compte de multinationales dans le but de faire baisser les impôts de ces dernières sur le sol luxembourgeois. Or, explique Jacques Nikonoff dans la pétition, le quotidien britannique a publié début janvier allemands qui montrent que les dirigeants du Grand-Duché n’ignoraient rien de ces pratiques.

Pis, Jean-Claude Juncker, ancien ministre des Finances puis Premier ministre du Luxembourg entre 1995 et 2013 aurait, toujours d’après le Guardian, posé son veto au nom de son pays à une proposition visant à accroître le partage d’informations entre les États au sujet des accords confidentiels avec les multinationales, ou encore à une enquête sur les stratégies d’évitement fiscal des grands groupes, dans le cadre des travaux du comité "Code de conduite (fiscalités des entreprises)", créé en 1998 par le Conseil européen afin de lutter contre l’évasion fiscale.

"Monsieur Juncker doit quitter son poste"

"Par conséquent Monsieur Juncker doit quitter son poste de président de la Commission européenne", conclut Jacques Nikonoff. "Soit il démissionne de lui-même s’il lui reste un peu de décence, soit les commissaires européens nomment un autre président. C’est d’ailleurs ce qu’avait fait, rappelle-t-il, la Commission européenne en 1999 qui avait démissionné le président de l’époque, Jacques Santer accusé d’avoir couvert des fraudes et du népotisme."

La pétition a déjà recueilli plus de 75.000 signatures. "Ce monsieur (Juncker) représente exactement ce qui a amené tant de gens à se détourner d’une grande idée, l’Europe", déplore l’un des signataires. "Encore un qui a confondu intérêt général et intérêt particulier", regrette un autre. "La corruption et la collusion ça suffit ! Donnez nous une Europe sociale et démocratique si elle doit vivre... sinon tuons-la !!!!" propose un troisième.

 

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 20:33

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

« C’était même pas : dans quelles conditions elle est décédée… c’est : mon Dieu la famille va arriver »

Marseille. Deux aides-soignantes virées pour avoir dénoncé pressions et maltraitance !

Publié le 11 janvier 2017

 

 

Deux aides-soignantes d’un établissement pour personnes âgées du groupe KORIAN, à Marseille, ont été licenciées après avoir dénoncé des cas de maltraitance et des pressions subies au travail par le groupe KORIAN situé à Marseille. Déjà licenciées à l’heure du reportage sur France Culture, les deux aides soignantes avaient témoignées de nouveau à la radio de leurs conditions de travail en décrivant les pressions que subissaient les employé-e-s, ainsi que les maltraitances que subissent les résidents. L’inspection du travail va mener une enquête sur les risques psycho-sociaux que représente l’établissement. La CGT Santé et Actions sociale a lancé une pétition demandant leurs réintégrations.

Les situations et citations sont basées sur leurs témoignages sur France Culture.

 

Un manque cruel d’effectif : « Si on veut respecter la personne, on ne peut pas respecter le planning »

 
Les aides-soignants, qui s’occupent intégralement de personnes très âgées souffrant de démence, ne sont qu’au nombre de deux par étage, parfois même seuls, et peuvent avoir en charge jusqu’à 24 résidents. À deux, ils doivent faire prendre leur douche aux résidents, leur faire prendre leur repas et gérer les crises de démence et les décès. Mais, avec le peu de temps qu’ils ont, impossible pour eux de s’occuper convenablement des patients, notamment à cause du temps perdu à s’occuper des patients les plus difficiles, ce qui les amène à bâcler leur travail pour pouvoir s’occuper de tous les résidents.

Malgré leur demande à la direction pour avoir plus de personnel, leur effectif reste inchangé. Les employés se sont plaints que la direction cherche à les culpabiliser pour les mauvais traitements qu’ils infligent aux patients faute de temps et que tout est fait pour les responsabiliser dans des situations parfois insoutenables.
 

 

« Ils ont travaillé toute leur vie pour se payer une retraite… ils payent leur maltraitance et leurs morts »

 
Les résidents payent environ 6000 € par mois et leurs repas pour la journée (petit-déjeuner et goûter inclus) coûtent… 4 €. Et ce prix n’est sûrement pas dû à des salaires mirobolants pour les aides-soignants ! Par exemple, les deux évoquées en début d’article sont chacune payées 1230 € et 1290 € par mois. Une belle usine à fric… subventionnée par l’État.

Une des aides-soignantes s’occupait d’une vieille dame de 87 ans, qui posait peu de problèmes en dehors de crises d’angoisse qui arrivaient notamment si on fermait sa porte. Mais, une nuit, des intérimaires peu formés et ne connaissant pas les patients, s’occupaient de l’étage et ont fermé la porte, ont mis leurs bipeurs (qui prévient l’aide-soignant quand un patient a besoin d’aide) dans leur chariot pour pouvoir dormir pendant leur pause. Les aides-soignantes ont retrouvé la vieille femme le lendemain matin, face contre terre, baignant dans son sang. Elles n’avaient aucune idée de ce qui lui était arrivée, et, sous le choc, ont appelé un infirmier qui s’est occupé de la remettre dans son lit et de nettoyer la chambre. « C’était même pas : dans quelles conditions elle est décédée… c’est : mon Dieu la famille va arriver ». « Il fallait faire toute une mise en scène pour que quand la famille arrive on s’imagine une mort naturelle ». Elles racontent avoir fait part de cet accident à la direction, qui a nié en bloc et remis en cause leurs témoignages. « On ne peut pas le marquer sur l’ordinateur, sur le DRI, parce que sinon on va se faire massacrer par la direction ».
 

 

« Il faut que je dénonce ces monstres »

 
En décembre, deux d’entre elles se sont faites licencier et demandent leur réintégration au sein de l’établissement ! Elles espèrent que l’enquête de l’inspection du travail va permettre à d’autres employés de témoigner des cas de maltraitance et des pressions subies au travail, la direction niant en bloc toutes ces accusations.

Il est indispensable de soutenir les deux aides-soignantes qui ont eu le courage de porter sur la place publique la réalité qui se cache derrière les murs de l’établissement. En effet, le traitement inhumain infligé aux personnes âgées et les pressions physiques et morales infligées au personnel sont la résultante d’une volonté, pour la direction, d’une maximisation du profit. C’est pour cela qu’il s’agit non seulement d’exiger la réintégration des deux aides-soignantes, car leur licenciement est avant tout un avertissement envers tous les employés, mais aussi l’embauche de personnel et des équipements adaptés pour qu’une telle tragédie ne puisse plus avoir lieu.

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 13:32

 

 

Info reçue par mail

 

 

Chantier participatif: PLANTONS DES ARBRES

 

 

 

AGRO-ECOLOGIE,

PERMACULTURE, ECO-CONSTRUCTION...

CHANTIER PARTICIPATIF

PLANTATION D'ARBRES FRUITIERS

Variétés anciennes et rustiques

A Durfort, dans le Gard (30 170)

 

Cette année encore, nous plantons des arbres ! Et cette année encore, nous aimerions faire de cette journée un moment festif, d'échanges, de rencontre, et de partage, grâce à votre participation et à votre enthousiasme.

30 fruitiers, des variétés anciennes et rustiques, seront plantés : asiminiers, azéroliers, kiwaïs, pour les plus surprenants ; figuiers, cerisiers et autres pour les plus classiques.

Le dimanche 05 Février 2017

Le programme :

- 9 H 30 : accueil et présentation du projet (maison d'inspiration bioclimatique-isolation en bottes de paille, ET projet agricole)

- 10H00 : plantation des arbres & installation du système d'irrigation ; le tout entrecoupé d'une pause repas... pris en commun et dont nous nous chargeons.

Renseignements et inscriptions (pour la logistique, le matériel et le repas) auprès de :

David Authelain - 06 03 39 45 07

Informations pratiques :

David Authelain & Elmina Perrin,

Les Rompudes Basses, Ancien chemin de Quissac, 30170 Durfort et Saint Martin de Sossenac (aller au bout du chemin, le petit mazet en cours de rénovation avant les centres équestres, c'est là)

En venant de Durfort : quitter la D 982 pour la D 117 (direction Sauve) - au bout de 550 m, tourner à gauche sur l'ancien chemin de Quissac. Faire 1,2 km, et vous êtes arrivés (petit mazet en cours de restauration sur la gauche).

En venant de Sauve (attention, la D 117 est barrée pour causes de travaux, ce qui vous oblige à passer par Conqueyrac, donc à arriver pat Durfort): quitter la D 999 pour la D 117 (direction Durfort) - Au bout de 4,6 km, tourner à droite sur l'ancien chemin de Quissac. Faire 1,2 km, et vous êtes arrivés (petit mazet en cours de restauration sur la gauche).

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22