Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 14:51

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

ça bouge ! Climat

Désobéissance, chaîne humaine, lignes rouges : les mobilisations prévues à Paris le 12 décembre

par

 

 

 

Le 12 décembre, les négociations climatiques, dans le cadre de la COP21, sont censées se clôturer sur un accord. « Mais nous savons que l’avenir de la planète, et de celles et ceux qui y vivent, ne sera pas pour autant assuré », plaident plusieurs organisations de la Coalition Climat 21. « Le 12 décembre, le dernier mot ne sera pas dans la salle des négociations mais dans la rue ! ». Voici les quatre moments forts de mobilisation de la journée du 12 décembre qui vise à ouvrir un nouveau chapitre du mouvement pour la justice climatique, en 2016 et au-delà.

Au moment où l’ONU annoncera les résultats de ses négociations marathon, des mouvements de citoyens passeront à l’acte dans les rues de Paris et du Bourget pour porter plusieurs exigences : la réduction immédiate et drastique des émissions des gaz à effet de serre, l’abandon des fausses solutions pour se concentrer sur des solutions efficaces et renouvelables, le soutien à la transition écologique notamment dans les pays pauvres et vulnérables.

L’état d’urgence mis en place depuis les attentats du 13 novembre à Paris s’est traduit par l’interdiction des manifestations pour le climat. Quatre actions ont cependant été décidées par la Coalition climat 21, qui rassemble plus de 130 organisations de la société civile. A noter qu’une partie des grandes ONG n’appellent pas à certaines de ces actions, craignant leur caractère illégal. La première débutera dès 9h30 à l’initiative de l’association des Amis de la Terre. Ces derniers invitent à participer à l’action « Climate Justice for Peace ». Voici une vidéo qui résume les grands principes de cette action [1] :

 

Lignes rouges « infranchissables » dans Paris à midi

L’ONG 350.org appelle à ce que des milliers de personnes convergent et forment des lignes rouges dans Paris le 12 décembre à midi. « Les négociateurs sont arrivés à Paris avec des propositions d’engagements qui franchissent les lignes rouges garantissant la sécurité climatique et tout semble indiquer que l’accord final sera encore plus insuffisant pour répondre aux exigences de la situation, explique l’ONG. Nous devons continuer d’exiger des mesures réelles, même après la fin des négociations. Nous tracerons les lignes rouges infranchissables pour garantir la sécurité climatique et nous nous engagerons collectivement à agir pour les défendre. »

Le lieu sera communiqué dans les heures précédant l’action. Pour le connaitre, il vous faut vous inscrire en vous rendant sur ce lien : vous assisterez à une réunion pour savoir où vous devrez vous rendre. 350.org invite chaque participant à apporter quelque chose de personnel de couleur rouge. Il peut s’agir d’un parapluie, d’une écharpe, d’une bannière ou de tout autre objet que vous jugerez approprié.

 

Rassemblement à 14h sur le Champ-de-Mars

Plusieurs organisations [2] appellent « à un rassemblement massif, pacifique et déterminé déclarant l’état d’urgence climatique » le samedi 12 décembre à 14h à Paris, sur le Champ-de-Mars, devant la Tour Eiffel. « Nous sommes hautement préoccupé-e-s par le déroulement actuel de la COP21, soulignent-elles. Alors que ce sommet international avait pour mission d’aboutir à un accord permettant de stabiliser le climat, tout indique qu’il n’en sera rien. » Les engagements actés de réduction d’émissions de gaz à effet de serre mènent pour l’heure vers un dérèglement de plus de 3°C, faisant franchir les seuils irréversibles et incontrôlables d’emballement du climat.

Les organisations pointent également « l’insuffisance criante de financements propres permettant aux pays et populations les plus vulnérables de se protéger contre les conséquences catastrophiques du dérèglement climatique en cours et à venir ». Elles demandent à signer et relayer la pétition appelant à ce rassemblement et à se mobiliser [3]. « Nous constituerons de très larges chaînes humaines, portant les messages d’alerte et de mobilisation que nous adresserons aux peuples du monde », précisent les organisations. Avec la volonté d’interpeller sans relâche au cours des années à venir « les dirigeants politiques et économiques en vue de changer le cours des choses pendant qu’il est encore temps ».

 

Rassemblement au stade Charléty à partir de 16h

Un rassemblement au Stade Charléty est prévu de 16h à 18h. Au programme : des prises de paroles, notamment de Naomi Klein et de concerts d’artistes d’Amérique Latine, d’Afrique et de France.

- Plus d’informations sur le site de la Coalition Climat 21

Photo de Une : © Jean de Pena / Collectif à-vif(s)

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 14:41

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Démocratie

À la zone d’action pour le climat, chacun est invité à venir discuter de l’avenir de la planète

par

 

 

 

Pendant que les gouvernements du monde entier marchandent leurs niveaux de pollution « acceptables » à la conférence sur le climat au Bourget, la société civile a ouvert lundi 7 décembre sa « Zone d’action pour le climat » dans les espaces du 104, à Paris. Des organisations non gouvernementales, des associations, des curieux et des citoyens de tous les continents se lancent dans cinq jours de conférences, d’ateliers, de présentation de trouvailles écologiques, et de discussions autour des négociations officielles et des mobilisations. Reportage.

Trois conférences en même temps, une douzaine de conférences différentes par jour, des ateliers, des expositions, des projections… Au premier jour de la « Zone d’action pour le climat » (Zac), des centaines de visiteurs se pressent entre les multiples activités. Ici, on ne marchande pas au rabais les contributions que les pays industrialisés devront verser pour aider les plus vulnérables à faire face au changement climatique. On ne cherche pas à négocier à la hausse les températures acceptables pour l’avenir de l’humanité. Ici, on parle de l’assemblée des peuples pour la justice climatique, de démocratie énergétique, de l’impact des industries extractives sur les communautés ou de la justice raciale face au réchauffement de la planète. 150 activités sont organisées sur les cinq jours de la Zac, par des organisations venues du monde entier. L’espace, initié par la Coalition Climat 21, qui rassemble plus de 130 organisations de la société civile française, a pris place au 104, un espace culturel de l’Est parisien (voir le programme complet).

 

Système de recyclage infini de l’eau chaude de douche

Dans une petite salle, les représentants d’organisations du Nord et du Sud discutent de la suite à donner à cette dynamique de la société civile du monde entier pour la justice climatique. « Nous sommes en train de mettre en place une alliance de la société civile au Maroc pour la Cop 22, de 2016, pas seulement avec les associations environnementales, mais aussi avec les syndicats et les associations de femmes, explique Hamouda Soubhi, responsable au Forum social mondial et de la délégation de la société civile marocaine. La Cop, ce n’est pas une fin en soi. Mais il faut aider à faire entendre une autre voix du Sud dans ce mouvement. »

Le 104 grouille de monde. Au Médiacenter, l’équipe de radio Campus Paris prépare son émission quotidienne enregistrée tous les jours sur place. Au sous-sol, les ingénieurs bricoleurs de la POC21, ce collectif d’éco-inventeurs qui s’était réuni pendant un mois à l’automne dans les Yvelines (Voir notre article), exposent et présentent leurs trouvailles écologiques : vélos cargos, production de légumes à domicile, générateur électrique solaire mobile et modulable pour zones isolées… Jason, jeune ingénieur venu de Finlande, explique son système de recyclage infini de l’eau chaude de douche. Sur son smartphone, il montre des vidéos de ses systèmes expérimentaux de recyclage de l’eau. « En Finlande, je partage mon énergie entre ma startup et un Fablab, où je passe le plus de temps possible. » Des ateliers sont prévus tout au long de la semaine avec les éco-inventeurs, comme pour apprendre à imprimer en 3D un filtre à eau antibactérien.

 

Les nouvelles de la Cop ne sont pas bonnes

À 17 h, une assemblée générale commence. La nef centrale du 104 est noire de monde, la plupart assis sur le sol. Tous les jours en première partie, des représentants d’ONG discutent d’un aspect de la justice climatique. Aujourd’hui, c’est “Guerre, climat et antiterrorisme”. « Malheureusement, en France, le mouvement anti-guerre est extrêmement faible », regrette Juliette Rousseau, coordinatrice de la Coalition climat 21. Puis, des représentants d’ONG qui suivent les négociations officielles en rendent compte au public. Les nouvelles ne sont pas bonnes. Une ébauche d’accord a été adoptée samedi à mi-parcours de la Cop. « Le thème de l’énergie n’y est mentionné qu’une fois, c’est pour parler de l’agence internationale de l’énergie atomique, déplore Geneviève Azam, porte-parole d’Attac, face à l’audience. Ni les énergies renouvelables, ni les énergies fossiles n’existent dans le texte des négociations. Sur la question de savoir si l’accord sera contraignant, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a précisé que cela ne signifierait de toute façon que contraignant nationalement, mais pas face à la communauté internationale. » Le public soupire. « Et les ONG sont reléguées dans les salles d’observations. Mais n’ont aucun pouvoir », rappelle Geneviève Azam.

Ici, les ONG et citoyens reprennent de la voix, et organisent les mobilisations à venir. Pour le 12 décembre, plusieurs actions sont prévues. Même si, en raison de l’état d’urgence, la mobilisation ne pourra pas prendre la forme d’un rassemblement dans la rue. En fin d’AG, un homme prend la parole dans le public : « L’État d’urgence interdit les manifestations, mais à un moment, il faut peut-être sortir de la légalité. »

 

Rachel Knaebel
Photo : © NnoMan - Collectif OEIL

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 14:36

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Contre le discours vide du lobby bancaire

9 décembre 2015 | Par Dan Israel
 
 

L’économiste Jézabel Couppey-Soubeyran balaye les arguments des banquiers pour s'opposer à tout contrôle de leur activité, arguments mille fois entendus.

Dissiper les écrans de fumée rhétoriques et traquer les contre-vérités. Dans son ouvrage Blabla Banque, le discours de l'inaction, l’économiste Jézabel Couppey-Soubeyran, maître de conférences à Paris I, s’attaque aux discours du lobby de la finance, et balaye les arguments des banquiers mille fois entendus lorsqu'ils s’opposent à tout contrôle de leur activité.

« La réglementation des banques va tuer les investissements et la croissance » ; « Le remède sera pire que le mal ! » ; « Cela ne sert à rien » : ces trois grands types d’arguments sont employés pour s'opposer à toute tentative de réforme ou d'encadrement du secteur. Et ils rappellent étrangement, selon l’auteure, ceux que l'économiste américain Albert Hirschman avait mis en évidence dans le discours antiprogressiste et réactionnaire.

 

Durée 10:07 min

 

Avec ce petit livre très accessible, Jézabel Couppey-Soubeyran entend mettre fin à une certaine capture du discours public. C’est la même démarche qui l’a animée lorsqu’elle a lancé, avec les économistes Laurence Scialom et Anne-Laure Delatte, la lettre ouverte s’opposant à la nomination à la tête de la Banque de France de François Villeroy de Galhau, un ancien de BNP Paribas.

 

 

Leur initiative a été très largement suivie, puisque la lettre a rassemblé les signatures de quelque 150 économistes, et non des moindres, comme Thomas Piketty, Michel Aglietta, Xavier Timbeau ou Jean-Michel Naulot. Un banquier à la tête de l’institution qui surveille les banques ? Un choix dangereux, comme les mots utilisés pour le défendre.

 

Blabla Banque, le discours de l'inaction de Jézabel Couppey-Soubeyran. Michalon, 19 €, 266 p.

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 14:10

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

En Espagne, la Galice est devenue le laboratoire des gauches et des «indignés»

9 décembre 2015 | Par Ludovic Lamant
 
 
 

Les élections législatives se tiennent le 20 décembre. Réputée l’une des terres les plus conservatrices du pays, la Galice a basculé à gauche aux municipales de mai. C’est le résultat d’un travail de fond mené par les «marées», des plateformes citoyennes qui veulent incarner «l’unité populaire». Pablo Iglesias y a fait ses gammes, avant de lancer Podemos. De Saint-Jacques-de-Compostelle à La Corogne, Mediapart a arpenté cette «Galice rebelle».

De notre envoyé spécial à Ferrol, La Corogne et Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice, Espagne). Jorge Suárez grimace lorsqu’il regarde les deux tableaux accrochés au mur. « Je les trouve affreuses, ces peintures. Mais je n’ai rien touché, rien déplacé. Je suis de passage dans ce bureau. Tout cela ne m’appartient pas », se justifie l’ancien syndicaliste, barbu, veste noire et chemise blanche. L’élu a tout de même transformé la petite salle de bains en carrelage bleu attenante, vestige d’une époque où le maire aimait – semble-t-il – prendre des bains sur ses heures de travail, en un élégant fumoir pour lui et ses collaborateurs.

Au printemps, Suárez, 39 ans, est devenu le maire « indigné » de Ferrol, l’un des ports les plus pauvres de Galice (environ 69 000 habitants), dans le nord-ouest de l’Espagne. À une cinquantaine de kilomètres de là, un autre port, La Corogne, l’un des poumons économiques de la région (240 000 habitants) a lui aussi porté au pouvoir une plateforme citoyenne, La Marée Atlantique. À l’intérieur des terres, c’est une autre « confluence », baptisée Compostela Aberta, qui s’est emparée de la capitale politique, Saint-Jacques-de-Compostelle (90 000 habitants).

 

Le maire de Ferrol Jorge Suárez.  © LL. Le maire de Ferrol Jorge Suárez. © LL.

 

Si l’attention des médias s’est portée, aux municipales de mai, sur les victoires « indignées » d’Ada Colau à Barcelone et de Manuela Carmena à Madrid (lire nos reportages ici et ), d’autres maires « rebelles » ont été élus ailleurs, de Cadix à Saragosse. Et c’est en Galice que le phénomène des « marées » a pris le tour le plus étonnant, avec trois des grandes villes de cette région – souvent comparée à la Bretagne – désormais dirigées par les héritiers du mouvement « indigné ».

Signe qui ne trompe pas, Pablo Iglesias est venu en personne observer de très près, dès 2012, ce qu’il appelle l’« écosystème » des gauches en Galice, et qui compte désormais parmi les sources d’inspiration officielles de son parti, Podemos. « Dans cette Galice où l’on croit souvent, à Madrid, qu’il ne se passe rien, maintenant, on nous situe sur la carte », sourit Yolanda Diaz, une députée régionale communiste (IU), qui participe depuis 2012 à ce travail de convergence des gauches. Cinq mois après leur arrivée au pouvoir, ces plateformes bataillent pour faire passer leurs promesses de campagne. Dans un contexte hostile, certaines redoutent même le scénario d’une humiliation « à la Syriza ».

Galice © mediapart

 

La métaphore maritime des « marées » a surgi dans la bouche d’un écrivain galicien, Manuel Rivas, au printemps 2014. « Nous devons être des dornas [des bateaux de pêche traditionnels de Galice – ndlr] solidaires dans la tempête, une marée solidaire de milliers de dornas, tandis que d’autres se battent pour obtenir les meilleures cabines du Titanic, sans comprendre qu’il est en train de sombrer », avait lancé Rivas. Depuis, le terme s’est imposé, en référence à l’extrême fluidité de ces plateformes sans sigles ni banderoles.

La « marée » de La Corogne est sans doute la plus emblématique des « confluences », où l’emprise des partis traditionnels est quasiment inexistante. À peine trois des dix conseillers municipaux issus de la liste de La Marea Atlantica appartiennent à des partis. Les sept autres sont issus de la société civile. Ils ont mis leur métier entre parenthèses, le temps du mandat (quatre ans). Dans cette ville, tenue par les socialistes pendant 28 ans, la dynamique s’est enclenchée très tôt, dans la foulée des européennes de mai 2014. Dès septembre, des assemblées thématiques, et par quartiers, s’organisent pour rédiger un programme.

« On retrouve dans ces plateformes des activistes du 15-M [en référence au 15 mai 2011, lorsque des "Indignés" se sont mis à camper sur les places d’Espagne – ndlr] mais de manière plus significative sans doute, des réseaux plus anciens, liés au Nunca Máis », décrit la journaliste Virginia Uzal, qui suit de près ces « marées ». Le Nunca Máis ("plus jamais", en galicien) est le nom générique d’une myriade de collectifs constitués dans la foulée de la marée noire du Prestige sur les côtes galiciennes en 2002, pour réclamer des sanctions aux responsables, et faire en sorte que d’autres désastres soient évités.

 

 

Se greffent ensuite des militants de mouvements anti-austérité, des activistes au sein de squats, ou des intellectuels qui ont lancé, ces dernières années à La Corogne, des médias indépendants, tous en galicien : une revue culturelle, Luzes (« Lumières »), ou encore un site internet consacré à des débats politiques long format, Galiza Ano Cero (« Galice année zéro », qui n’est pas sans rappeler l’expérience de la Tuerka, l’émission télé lancée par Pablo Iglesias à Madrid). Des primaires sont organisées début 2014, d’où émerge de manière consensuelle un quasi-inconnu, Xulio Ferreiro.

 

Dès 2012, une « Syriza galicienne »

 

« O 15, le journal de l'année du changement », édité en ligne par la Marée Atlantique. « O 15, le journal de l'année du changement », édité en ligne par la Marée Atlantique.
 

« Personne ne me connaissait avant ma désignation comme candidat de la Marée, dans la foulée des primaires. J’étais un activiste de longue date, depuis l’université [en particulier contre le processus de Bologne – ndlr], mais je n’intervenais pas dans les médias. Rien à voir avec Ada Colau à Barcelone, par exemple, qui était déjà une figure de premier plan au moment de la campagne », raconte Ferreiro. Ce magistrat de profession, abonné au Deportivo, le club de foot de La Corogne depuis ses 22 ans, a baissé le salaire du maire, passé de 60 000 euros brut par an à 40 000 (ce qui, dans son cas, a représenté une perte de 13 000 euros par rapport à sa rémunération de 2013).

 

« L’une des clés de notre succès, c’est d’avoir su nous entendre sur des objectifs concrets. On n’est pas venus avec nos identités politiques et nos sigles aux assemblées. Si l’on avait dit d’entrée de jeu : moi je suis communiste, un autre écologiste, un autre nationaliste, on aurait perdu vingt fois avant de se lancer », assure-t-il. Cette méthode de « confluence » (pensée contre les « coalitions » associées aux partis traditionnels), pour établir un « programme de base » (programa de mínimos), se combine avec une forme de leadership très doux, à des années-lumière du charisme plus agressif d’un Pablo Iglesias à la tête de Podemos. « Notre leadership ne peut être que collectif », assure Ferreiro, qui continue de porter depuis son élection les mêmes chemises à carreaux qu’avant.

 

Le maire de La Corogne Xulio Ferreiro. © LL. Le maire de La Corogne Xulio Ferreiro. © LL.
 

Si l’expérience du Nunca Máis, en réaction à la marée noire du Prestige, explique pourquoi la « confluence » en Galice a commencé très tôt, il faut aussi, pour comprendre la spécificité de ce territoire de 2,8 millions d’habitants, se plonger dans les méandres de la gauche locale plus institutionnelle. Avec une particularité de taille, au-delà des socialistes : la gauche galicienne se partage depuis toujours entre une branche nationaliste, incarnée par son homme fort, Xosé Manuel Beiras, et une branche fédérale, façon Izquierda Unida (IU, écolo-communistes). Le moment clé intervient en 2012, peu après le surgissement des « Indignés » : Beiras, totem de la gauche galicienne, né en 1936, quitte le Bloc national galicien (BNG) pour fonder Anova et se rapprocher d’IU.

« À l’époque, Beiras comprend que le débat central porte sur la démocratie [plus encore que l’indépendance de la Galice – ndlr]. On a supprimé nos droits sociaux. On a abandonné des services publics, sous prétexte de la crise financière. Les citoyens se sont fait arnaquer. C’est une lecture importante que fait Beiras, parce qu’elle n’est pas commune dans le nationalisme [en particulier par rapport aux courants majoritaires du nationalisme catalan – ndlr] », commente Yolanda Diaz, d’IU.

Aux régionales de 2012, Beiras et Diaz vont s’entendre et lancer l’Alternative galicienne de gauche, une coalition de partis que Diaz présente comme une « Syriza galicienne ». Leur campagne éclair, avec l’aide d’un conseiller inconnu à l’époque, un certain Pablo Iglesias, cartonne : une troisième place, et 14 % des votes. C’est d’ailleurs pour rendre hommage à ce succès qu’Alexis Tsipras a choisi, comme seule date en Espagne, pour sa campagne aux européennes de 2014 (le Grec était alors candidat à la commission de Bruxelles), de venir en meeting à Saint-Jacques-de-Compostelle : une consécration pour la gauche locale.

 

Des volontaires lavent une plage de Galice en décembre 2012, après la marée noire du Prestige. © Marcelo del Pozo / Reuters. Des volontaires lavent une plage de Galice en décembre 2012, après la marée noire du Prestige. © Marcelo del Pozo / Reuters.
 

« En 2012 s’est produite la première accumulation des forces, du côté des partis de gauche. Nous avons commencé à faire éclater les frontières. Les plateformes municipales, ce fut l’étape d’après, deux ans plus tard », estime aujourd’hui le maire de Saint-Jacques-de-Compostelle, Martiño Noriega. Ce dernier présente un profil un peu différent des deux autres maires « rebelles » de la région : médecin de formation, né en 1975, il est proche de Beiras, et porte-parole d’Anova. Cet habitué des médias, avec son béret toujours enfoncé sur la tête, a déjà dirigé, pendant huit ans, une petite municipalité de la région. C’est la « marée » de Saint-Jacques, très en retard dans la préparation du programme, et assez désorganisée, qui est venue le chercher en renfort début 2015, racontent aujourd’hui des membres de l’assemblée.

 

« Je crois que j’ai apporté un plus, en matière d’expérience des institutions. Quand tout le monde nous tombe dessus, aujourd’hui, pour dire que l’on ne sait pas comment tout cela fonctionne, eh bien, si justement, j’ai fait ça pendant huit ans », estime Noriega. Il est convaincu qu’il doit sa victoire à la capacité de la Marée à avoir créé un « espace métissé ». « Ce brassage des gauches a permis d’élargir le spectre de la représentation. On a retrouvé des gens que la gauche partisane avait perdus. Et ce lieu a permis de contester l’hégémonie du PP et du PSOE », raconte Noriega.

 

Des contentieux juridiques avec des multinationales

Qu’ont fait les mairies « indignées » de Galice depuis l’été ? Elles ont adopté quelques mesures symboliques, et engagé des bras de fer à l’issue encore incertaine. Au nom de la laïcité, elles ont décidé de ne pas participer aux fêtes religieuses estivales, provoquant une polémique qui n’est toujours pas retombée (surtout à Saint-Jacques). Les conseillers municipaux élus ont tous baissé leurs rémunérations. Ils ont adopté un « code éthique » (pas de cumul des mandats, pas plus de deux mandats dans le temps). Dans les trois villes, les rues portant des noms liés au franquisme commencent à être débaptisées (il existe encore une rue "Division Azul" à La Corogne, du nom de ce bataillon franquiste parti combattre avec la Wehrmacht…).

 

La rue 'Division Azul' à La Corogne, du nom de ces volontaires franquistes partis aider la Wehrmacht. ©LL. La rue 'Division Azul' à La Corogne, du nom de ces volontaires franquistes partis aider la Wehrmacht. ©LL.

 

À Saint-Jacques, une expérience pilote de budget participatif a été lancée, pour la gestion des infrastructures sportives. Un moratoire a été décidé sur l’ouverture de boutiques à touristes, dans les environs de la cathédrale. À La Corogne, l’exécutif va lancer l’an prochain, avec le soutien des socialistes, un « revenu municipal pour les ménages frappés de pauvreté » : au moins 532 euros mensuels par foyer, pour une mesure qui devrait bénéficier à une fourchette de 500 à 1 000 familles les plus démunies de la ville – de quoi amortir, espèrent-ils, certains dégâts sociaux de la crise en cours.

Au-delà, c’est un changement d’image qui est en train de s’accélérer, grâce au succès des « marées », très habiles pour jouer sur la fibre locale d’une région souvent ignorée par Madrid. La vision réductrice d’une Galice rurale et hyper conservatrice, dirigée pendant 15 ans (1990-2005) par Manuel Fraga, ex-ministre de Franco, est en train de voler en éclats. Les mémoires de l’anarchisme, à La Corogne (à l’image d’ordinaire très bourgeoise, siège du patron d’Inditex, le propriétaire de Zara), ou encore des luttes ouvrières des ouvriers des chantiers navals à Ferrol (la ville de naissance de Franco) remontent à la surface. Les maires prennent la parole en galicien, langue proscrite sous le franquisme – ce qui n’était pas le cas de leurs prédécesseurs.

À Saint-Jacques-de-Compostelle, où trois maires PP (droite) viennent de se succéder en à peine quatre ans sur fond de scandales politiques, Compostela Aberta cherche aussi à dépasser la vision d’une ville saturée par le tourisme religieux. « Cette ville spectacle, cet incroyable patrimoine, tout cela fait écran. Ces façades sont propriété de l’Église. Il y a de grands déséquilibres sociaux ici. 17 % des habitants sont menacés d’exclusion sociale, explique l’adjointe à la culture Branca Novoneyra, une chorégraphe de 39 ans. Depuis ses origines, la ville a été, grâce au chemin de Saint-Jacques, un réceptacle d’idées, de processus politiques, qui sont encore présents ici, mais qui ont été enfouis. Nous voulons les déterrer, renouer avec ce Saint-Jacques qui fut le lieu d’un projet européen possible, à un moment où l’Europe traverse une crise majeure. »

« Nous avons rompu les clichés, les images préfabriquées d’une ville qui n’existait pas, où l’on ne parlait qu’espagnol, renchérit José Manuel Sande, adjoint à la culture de La Corogne, un ancien programmateur à la cinémathèque locale. Nous avons travaillé dès 2014 dans les quartiers pauvres, pour faire remonter ces contradictions qui existent depuis longtemps à l’échelle de la ville, mais que personne n’avait encore révélées. »

 

Le journal de campagne de « Compostela Aberta »: « Décidons tous et toutes ensemble » Le journal de campagne de « Compostela Aberta »: « Décidons tous et toutes ensemble »
 

Mais les difficultés, sur le terrain, sont énormes. Les soutiens, aux échelons régional ou national, sont inexistants. Et les équilibres politiques restent fragiles. L’exemple le plus saisissant se trouve à Saint-Jacques-de-Compostelle. Le PP et le PSOE, les deux « vieux » partis du jeu espagnol, et officiellement adversaires de toujours, se sont associés pour mettre en minorité la plateforme au pouvoir sur un sujet clé : la fiscalité locale. Contre l’avis du maire, ils ont fait voter une baisse des impôts, qui entraînera un manque à gagner de trois millions d’euros pour le mandat à venir.

 

La manœuvre annonce sans doute la couleur pour la suite du mandat. « Le PP et le PSOE ont non seulement tué notre proposition qui visait à renforcer la progressivité fiscale, mais ils ont en plus adopté une loi qui limite nos ressources fiscales, ce qui leur permettra d’expliquer, à la fin du mandat, que l’on est de mauvais gestionnaires, que l’on n’a pas tenu nos promesses… », se lamente Noriega.

 

Le maire de Saint-Jacques-de-Compostelle Martiño Noriega. © LL. Le maire de Saint-Jacques-de-Compostelle Martiño Noriega. © LL.

 

De là à penser qu’il existe un risque « à la Syriza », qui consisterait pour les pouvoirs traditionnels – partis comme médias locaux – à s'allier pour tuer d’entrée de jeu toute alternative naissante ? « C’est toute la difficulté de prendre le pouvoir, en acceptant de jouer un jeu dont les règles sont pipées, en se confrontant à une culture politique qui n’est pas la nôtre, poursuit Noriega. Maintenant que l’on est arrivé au pouvoir malgré ces règles pipées en faveur des vieux partis, on nous dit que l’on ne peut pas gouverner… Cela fait quatre mois que je dois justifier nos décisions sur la laïcité : c’était dans notre programme ! Cela fait quatre mois que j’explique pourquoi on a retiré les soutiens financiers aux associations anti-avortement : c’était dans notre programme ! Je passe mon temps à justifier le fait que je veux simplement appliquer le programme de la liste qui a fait le plus de voix dans la ville… »

Autre cas de figure : la mairie de Ferrol s’est trouvée dès l'été prise dans une affaire de niveaux anormalement élevés de pollution des eaux de la ville. Depuis, la mairie a toutes les peines du monde à revoir les contrats signés par l’exécutif précédent, avec des groupes privés chargés de l’exécution des principaux services publics – le ramassage des ordures, la propreté, la gestion de l’eau… En clair, la plateforme « indignée » se trouve pieds et poings liés, à court terme, par les engagements des prédécesseurs.

« Toutes ces entreprises sont propriété d’un même homme, Florentino Pérez, par ailleurs le patron du Real Madrid, râle Jorge Suarez. On est donc en pleine bataille avec ce géant, qui s’appuie sur des services juridiques bien plus puissants que les nôtres… On a quatre ans pour essayer de changer cela, ça ne va pas être simple… »

 

« Podemos manque de générosité »

À La Corogne, la situation semble – un peu – plus apaisée, notamment grâce à l’appui du PSOE local. Mais une inconnue persiste : comment faire pour que ces plateformes, une fois au pouvoir, ne se banalisent pas, conservent la fraîcheur des débuts, gardent le contact avec le mouvement des assemblées dans la ville ? « Ces plateformes ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Elles vont s’implanter. Mais le risque, c’est qu’elles deviennent un parti comme les autres », s’inquiète Alfonso Zarauza, un cinéaste qui a participé activement à la « marée » de Saint-Jacques-de-Compostelle.

« Le lien décisif entre ceux qui travaillent à la mairie et la Marée est un point problématique à ce jour. On s’est retrouvés, d’un coup, pris dans des rythmes de travail énormes depuis notre installation. Et c’est vrai que le fait de rendre des comptes, semaine après semaine, n’est pas simple. On se rend compte que l’on ne peut pas toujours tout dire, au quotidien, de ce qui est dans le tuyaux… », reconnaît José Manuel Sande, de l'équipe de La Corogne.

 

« Il y a toute une lourdeur bureaucratique, qui ralentit nos intentions politiques, poursuit Suárez. Le point décisif, c’est de miser plus que jamais sur la participation des citoyens, pour leur expliquer pourquoi l’exécution du programme prend du temps. » Mais dans les faits, aucune des trois mairies n’a encore trouvé la manière de formaliser au mieux cette promesse électorale des candidats des « marées », de rendre des comptes aux assemblées, par nature ouvertes à tous, et mouvantes d’une semaine à l’autre (à la différence d’un parti politique et de ses adhérents).

À ce stade de l’expérience, tous les acteurs des plateformes rencontrés par Mediapart sont unanimes : ils manquent aujourd’hui d’alliés, aux échelons régionaux et nationaux. Le seul réseau de villes « indignées », dont Madrid et Barcelone, ne suffit pas pour inverser les rapports de force souvent durs sur le terrain. D’où l’importance des élections législatives du 20 décembre, et des élections régionales de Galice l’an prochain. Mais la plupart d’entre eux sont aussi très sceptiques sur les chances de Podemos de l’emporter, estimant que la gauche espagnole a déjà perdu une « opportunité historique » pour construire l’« unité populaire ».

« Depuis les années 1930, nous n’avions pas eu une opportunité pareille. Et de ce point de vue, le fait que nous n’ayons pas été capables de construire une vraie candidature d’unité populaire, c’est très grave », juge Yolanda Diaz. La députée est très remontée contre le « manque de générosité » d’un Podemos « bunkérisé », mais n’épargne pas non plus son propre parti, IU, qui « a lui aussi mal fait les choses ».

« Une fenêtre d’opportunité s’est ouverte, avec des débuts de processus constituants dans certaines régions, juge le maire de Saint-Jacques-de-Compostelle. Mais le régime de 1978 [celui né de la transition espagnole, après la mort de Franco – ndlr] s’est fait un lifting. Il a changé de visages, pas de politique. On a changé de roi, mais la monarchie reste. On a changé le patron du PSOE [Pedro Sanchez – ndlr], mais c’est toujours le même vieux parti socialiste. Et au même moment, la réponse de Podemos et des plateformes citoyennes, est très mal articulée. Nous sommes en train de rater cette fenêtre d’opportunité. »

 

Ciutats pel Bé Comú. Guanyar compartint experiències de canvi © Barcelona En Comú

 

Jorge Suárez, le maire de Ferrol, est sur la même ligne. « Nous n’avons pas su profiter de l’élan créé par les victoires de plateformes citoyennes. Les intérêts partisans ont repris le dessus avant les législatives, à Podemos comme à Izquierda Unida. Et nous en sommes en partie responsables : je n’ai moi-même pas eu le temps de faire pression sur le parti à Madrid, englouti par la gestion de la mairie… » À l’instar d’une Ada Colau, maire de Barcelone, qui n’a presque pas fait campagne pour la liste de Podemos aux régionales en Catalogne en septembre, ces plateformes, sous le feu des critiques dès leur installation, semblent parfois avoir été tentées par un repli sur soi, à l’écart des dynamiques nationales.

Aux élections du 20 décembre, la Galice constituera, là encore, une exception. Ce sera l’une des seules communautés autonomes (avec la Catalogne) où Podemos a accepté de jouer le jeu de l’unité populaire, en s’associant à la gauche communiste de Yolanda Diaz (IU), et à Anova de Xosé Manuel Beiras. Mais le parti d’Iglesias n’a pas souhaité enclencher de convergence plus vaste, à l’échelle de toute l’Espagne, en partie pour « protéger sa marque », mais aussi parce que ses éventuels alliés n’ont rien facilité. Les activistes galiciens, experts en « confluence », redoutent que Podemos ne finisse par payer cher cette situation dans les urnes.

 

 

Boîte noire : Ce reportage a été réalisé du 10 au 12 novembre 2015. La vidéo en fin d'article est la retransmission d'un débat organisé à l'initiative de la mairie de Barcelone, le 4 septembre 2015, pour mettre en place un réseau de « villes pour le bien commun » à l'échelle de l'Espagne. On y retrouve notamment deux des maires galiciens interrogés dans l'article, Xulio Ferreiro et Martiño Noriega.

 

 

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Repost 0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 23:04

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Des vétérans anglais jettent leurs médailles de guerre

Le Monde.fr |

 

 

 

 

En images

 

Pour protester contre les bombardements britanniques en Syrie récemment décidés, des anciens militaires britanniques se sont rendus, mardi 8 décembre au 10 Downing Street pour jeter leurs médailles. Membres de l’association Veterans for Peace (« Vétérans pour la paix », qui regroupe des membres ayant combattu pour l’Angleterre depuis la seconde guerre mondiale), ils se disent « dégoûtés » par l’attitude guerrière de leur pays et ne veulent plus dans ces conditions porter leurs récompenses.

 

Le Monde.fr

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Syrie
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 22:45

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Pas d’accord sur une taxe Tobin européenne

8 décembre 2015 | Par Ludovic Lamant
 
 
 

Les négociations sur une taxe sur les transactions financières continuent de patiner. À peine dix États ont fini par s’entendre sur l’assiette de la taxe. « Une étape fondamentale », pour Michel Sapin. « Un saut de puce », selon des ONG.

De notre envoyé spécial à Bruxelles. Certains s’attendaient à un accord triomphal, en plein milieu de la COP21. Mais le miracle n’a pas eu lieu, à l’issue de deux réunions des ministres des finances lundi soir et mardi matin à Bruxelles : le chantier d’une taxe sur les transactions financières (TTF) reste toujours aussi incertain, plus de quatre ans après la présentation, en septembre 2011, d’une directive par la commission. Les plus optimistes, au premier rang desquels le Français Michel Sapin, veulent tout de même y voir une « étape décisive » : « Nous sommes satisfaits de constater que le sujet le plus difficile, celui qui fait l’objet de discussions depuis des mois et des années, la base sur laquelle on va récolter cette taxe, soit clos », s’est réjoui mardi le ministre français des finances, ironisant sur les « esprits chagrins ».

« Un pas majeur a été franchi, même si ce n’est pas la fin de l’histoire. Je sens qu’il y a de l’irréversible, la volonté de le faire, nous ne reculerons pas, j’en ai la conviction », se félicite, de son côté, Pierre Moscovici, commissaire aux affaires économiques. Pour rappel, le ministre Sapin s’était déjà enthousiasmé, pas plus tard qu’en septembre, à l’issue d’une autre réunion ministérielle, cette fois à Luxembourg : « Je crois pouvoir dire que nous avons franchi une étape décisive en nous mettant d’accord sur un certain nombre de principes »… Cherchez l’erreur.

À cause du lobbying musclé de l’industrie bancaire, et du veto de certains pays, comme la Grande-Bretagne, les Européens les plus motivés avaient choisi de se lancer dans une « coopération renforcée » entre 11 États membres (dont la France et l’Allemagne), en juin 2012. Mais les discussions, présidées par l’Autriche depuis janvier, mieux organisées, restent depuis tumultueuses. Les désaccords sont nombreux, à la fois sur l’assiette des titres à taxer (quels produits financiers taxer, mais aussi quelles exemptions prévoir), sur le niveau des taux pour les actions et les dérivés, ou encore sur les manières de s’y prendre, concrètement, pour récolter cette taxe.

« Au début de l’année, on avait encore 24 scénarios sur la table. Ensuite on est tombés à trois. Et maintenant, il n’y en a plus qu’un. C’est quand même une avancée considérable », veut croire une source européenne proche du dossier, pour qui « tous les paramètres sont désormais en place ». Selon le document de travail (ci-dessous) validé mardi par dix capitales (l’Estonie a quitté la table des négociations lundi), un accord existe désormais sur l’assiette de taxation « la plus large possible », qui concerne à la fois les actions et les dérivés. À l’origine, la taxe à 28 devait permettre de dégager quelque 57 milliards d’euros par an, selon les prévisions de la commission. À présent, en l’absence d’un début de consensus sur les niveaux de taux, on ignore combien cette taxe pourrait rapporter (sans doute moins de dix milliards d’euros par an).

 

 

« La commission va désormais travailler à des hypothèses de taux, qui nous rapporteront des hypothèses de revenus, s’est contenté d’expliquer Michel Sapin. Beaucoup avaient dit, à l’origine : cela va rapporter 35, 100 milliards d’euros même, et se sont mis à rêver… Nous avons pris le chemin inverse, nous avons défini d’abord la base, et l’on avance. C’est méthodique. » Dans le détail, le projet prévoit bien de taxer actions et produits dérivés (en 2014, Paris continuait de défendre une exemption sur les dérivés). Autre point sensible, plutôt bien accueilli par la société civile : la taxe devrait couvrir les transactions dites « intraday », c’est-à-dire achetées et vendues dans une même journée, et le trading à « haute fréquence », ces opérations de transactions automatiques, capables d’exécuter des opérations de marché en quelques microsecondes, et qui renforcent la spéculation sur les marchés.

 

Mais si l’on s’en tient au texte, qui recourt à une formule floue (point 1.d), le « principe de résidence », la question – cruciale (notamment vis-à-vis de la Grande-Bretagne) – de savoir si les actions étrangères achetées, ou cédées, par des banques européennes, n’a pas encore été tranchée. « Sans l’établissement du principe de résidence, selon nos estimations, cela représenterait pour la France seulement un manque à gagner de 1,2 milliards d’euros », affirme Alexandre Naulot, de l’ONG Oxfam-France. Du côté des dérivés, comme attendu, les obligations d’État (la dette des pays) ne seront pas concernées. Plus étonnant, le document précisé (le point 2.c.4) que « dans certains cas », des « ajustements » seront possibles, pour l’assiette de taxation, comme pour les taux. « Ils se ménagent la possibilité d’exceptions », regrette Alexandre Naulot.

 

Du côté de la société civile, les réactions sont tièdes. « C'est au moins une preuve que la TTF européenne n'est pas morte. Mais quand on sait que les États négocient depuis plus de deux ans, l'accord partiel annoncé aujourd'hui paraît évidemment assez maigre », juge Hakima Himmich, à la tête de Coalition PLUS, un réseau francophone d’associations de lutte contre le sida. « C’est une décision en demi-teinte qui caractérise le manque d'ambition politique des gouvernements des pays européens et le lobbying intense exercé par les lobbies bancaires et financiers », estime de son côté Maxime Combes, porte-parole d’Attac sur les questions climatiques.

 

Comme d’habitude, faute d’accord fin 2015, les ministres ont avancé une nouvelle date butoir : ils espèrent une traduction juridique de ce « deal » à dix d’ici juin 2016. Après quoi (ou en même temps ?) il faudra s’entendre sur les taux et, en bout de course, sur l’affectation des fonds. On voit mal, en l’état, comment le calendrier promis par François Hollande lors de son intervention aux Nations unies en septembre dernier, d’une mise en application de la taxe en janvier 2017, sera tenu. Il faut être se montrer sacrément optimiste pour y croire, pour trois raisons au moins :

 

1 - Il faut neuf pays au moins pour enclencher une « coopération renforcée ». Ils ne sont plus que dix depuis lundi, l’Estonie ayant choisi de quitter l’aventure. D’autres États, dont la Grèce, la Slovaquie ou la Slovénie, tirent eux aussi la langue, mais restent jusqu'à présent. Il suffirait de deux défections supplémentaires – ce qui n’est pas impossible, si l’on rentre dans le détail des chiffres, des taux et des revenus pour chacun – pour que toute la démarche tombe à l’eau.

 

2 - À partir de janvier, ce sont les Pays-Bas qui président l’UE pour six mois. Le pays ne s’en cache pas : la TTF ne sera pas leur priorité. Ils s'inquiètent même des conséquences pour leur économie. Plus gênant encore, le débat européen, courant 2016, sera dominé par le risque d’un « Brexit » et la tenue d’une consultation en Grande-Bretagne sur le maintien du pays dans l’UE, peut-être dès l’été 2016. Or, Londres ne cesse de mettre en scène son opposition à ce projet. Mardi, sans surprise, le ministre des finances britannique, George Osborne, l’a dit encore une fois, jugeant la démarche de ses collègues « très incertaine ». Surtout, ce document « n’est qu’une feuille de papier, pas un document de l’Ecofin », en référence à la réunion des 28 ministres des finances dans le jargon européen. Londres fera tout son possible pour bloquer les travaux, surtout si les banques britanniques doivent elles aussi payer la taxe.

 

3 - La COP21 offrait une fenêtre d’opportunité idéale, pour boucler un accord. Certains rêvaient même d’un engagement des dix pour une affectation des fonds aux questions climatiques et de développement. Avec la fin de la COP21, la pression pour une TTF va retomber. Et il sera sans doute très difficile de remonter au créneau sur les enjeux de l’affectation, depuis Bruxelles : « Il n’y a pas eu de discussions au niveau communautaire là-dessus, tout débat sur l’utilisation des recettes fiscales se déroule au niveau des États », se contentait de résumer un proche du dossier, en début de semaine.

 

 

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 22:39

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Ces députés qui acceptent le contrôle de leur frais professionnels

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par

 

 

Charles-Amédée de Courson, président UDI de la commission d'enquête parlementaire sur la gestion par le gouvernement de l'affaire Cahuzac.

La transparence sur les frais de représentation des députés attendra encore. L'amendement de Charles de Courson, député (UDI) de la Marne, qui proposait de fiscaliser la part de l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) – 6 412 euros par mois – non utilisée à des fins professionnelles, a été rejeté dans la nuit de jeudi à vendredi.

 

>> Lire : Frais de mandat : les députés renvoient la balle au président de l'Assemblée

 

Le sort de cet amendement avait été scellé en commission des finances de l'Assemblée nationale quand Christian Eckert, rapporteur général (PS), avait émié un avis défavorable, appuyé par Gilles Carrez, président (UMP) de la commission. L'adoption de cette proposition aurait, il est vrai, impliqué que les parlementaires fournissent à l'administration fiscale des justificatifs de leur frais pour qu'lle puisse déterminer ce qui devait - ou non - échapper à l'impôt sur le revenu. Ils n'en voulaient pas et l'ont fait savoir en votant contre en séance.

 

AMENDEMENT "TRANSPARENCE"

Seuls 24 députés ont voté pour. Six socialistes n'ont ainsi pas suivi l'avis de la commission: Marie-Anne Chapdelaine (Ille-et-Vilaine), Viviane Le Dissez (Côtes-d'Armor), Catherine Lemorton (Haute-Garonne), Elisabeth Pochon (Seine-Saint-Denis), Odile Saugues (Puy-de-Dôme) et Pascal Terrasse (Ardèche). Ce dernier avait été un des députés épinglés sur ce sujet par Mediapart. La majorité du groupe socialiste a voté contre ; sept de ses membres se sont abstenus.

Le reste de la gauche soit s'est abstenu - écologistes et Front de gauche -, soit n'a pas pris part au vote dans le cas des radicaux de gauche.

Les députés UMP se sont prononcés très largement contre l'amendement. Six ont voté pour : Georges Fenech (Rhône), Nathalie Kosciusko-Morizet (Essonne), Pierre Morel-A-L'huissier (Lozère), Fernand Siré (Pyrénées-Orientales), Thierry Solère (Hauts-de-Seine) et Dominique Tian (Bouches-du-Rhône).

Les centristes, à l'inverse, se sont tous prononcés pour l'amendement "transparence", soutenu par le président du groupe UDI, Jean-Louis Borloo.

Les deux députés du Front national, non inscrits, Marion Maréchal-Le Pen (Vaucluse) et Gilbert Collard (Gard), ont voté pour l'amendement.

 

 

 

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 21:56

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

 

La répression violente contre le journalisme environnemental s’aggrave dans le monde

8 décembre 2015 / Marie Astier (Reporterre)
 

 

 

 

Depuis 2010, dix journalistes ont été assassinés parce qu’ils enquêtaient sur des sujets environnementaux, selon Reporters sans frontières. Les sujets écologiques traitent des enjeux qui peuvent bousculer les pouvoirs politiques et économiques, et il faut donc mieux protéger les reporters qui les couvrent.

Il y a des rapports qui nous touchent plus que d’autres. A Reporterre, on ne peut pas rester indifférent à celui publié samedi 5 décembre par Reporters Sans Frontières, intitulé Climat hostile contre les journalistes environnementaux.

On y apprend que depuis 2010, au moins dix journalistes sont morts pour avoir enquêté sur des sujets environnementaux. En Inde, cette année, ils sont deux à avoir été tués parce qu’ils enquêtaient sur l’exploitation minière illégale. Au Cambodge, c’est la déforestation et la pêche illégales qui ont coûté la vie à quatre journalistes entre 2012 et 2014. Autres pays concernés par des assassinats de reporters : l’Indonésie, les Philippines et la Russie. Dans la plupart des cas, l’enquête sur la mort de ces journalistes est classée sans suite. Autre signe que s’intéresser aux questions environnementales est dangereux, Global Witness rapportait il y a un an qu’entre 2002 et 2013, près de neuf cent militants écologistes ont été tués dans trente-cinq pays.

 

JPEG - 51.7 ko
Mikhaïl Beketov, ancien rédacteur en chef de Khimkinskaya Pravda, a succombé à ses blessures en avril 2013. Il avait été battu et laissé pour mort lors d’une manifestation contre la construction d’une autoroute dans la forêt de Khimki, près de Moscou, en novembre 2008. Durant ses cinq dernières années, il était resté handicapé

 

Et il n’y a pas que ça. Le rapport de RSF recense des agressions contre des journalistes au Pérou qui couvraient, au printemps 2015, des manifestations contre le projet de mine de cuivre à ciel ouvert Tia Maria ; en Italie, des menaces de la mafia contre un journaliste des Pouilles qui dénonce les touristes s’installant illégalement dans les zones protégées ; des menaces encore en Chine, contre un photo-reporter qui a réalisé un documentaire sur le braconnage des oiseaux migrateurs.

La menace peut aussi venir de l’État, note Reporters sans frontières. Par exemple en Ouzbékistan, où un pigiste (journaliste indépendant) trop curieux a été accusé de trafic de drogue et condamné à dix ans de prison. En Algérie, un caricaturiste qui a fait apparaître dans ses dessins l’opposition aux gaz de schiste s’est retrouvé devant le tribunal - il a été acquitté. En Russie, lors des jeux de Sotchi l’an dernier, une journaliste a été emprisonnée trois jours pour avoir voulu couvrir les dégâts environnementaux, subissant ainsi les mêmes pressions que les associations environnementales locales. Aujourd’hui dans le monde, au moins sept journalistes environnementaux sont en prison pour avoir exercé leur métier, estime l’ONG.

« Jamais un tel niveau de violence avait été atteint », estime le rapport. Il observe que les terrains, souvent reculés, sur lesquels s’aventurent les journalistes environnementaux sont dangereux. « Quand Naomi Klein évoque “un système économique [...] en guerre contre la vie sur Terre”, ne sous-entend elle pas que les journalistes environnementaux travaillent en zone de conflit,au même titre que les reporters de guerre ? », s’interroge le document.

Quand les reporters ne sont pas directement menacés, il reste l’arme de la censure pour empêcher que certaines informations soient publiées. En Chine encore, lors de l’explosion à l’usine de produits chimiques de Tianjin, « les journaux n’ont eu d’autres choix que de raconter la bravoure des pompiers et les sauvetages héroïques. En revanche, pas un mot sur l’origine des explosions, sur la mort de nombreux sauveteurs et sur les personnes disparues », remarque RSF. Les autorités chinoises ont également empêché les équipes de journalistes occidentaux d’approcher des lieux du drame, affirme le rapport. Il cite également l’Équateur, où les autorités tentent d’empêcher la diffusion d’information sur l’exploitation minière dans le parc naturel du Yasuni.

Les pays du Sud ne sont pas seuls concernés. Au Canada, les sables bitumineux sont un sujet « tabou », observe RSF. Deux exemples sont cités : « Le bureau de conservation des ressources énergétiques (Energy Resources Conservation Board) a tenté par tous les moyens d’empêcher la publication du livre du reporter Andrew Nikiforuk,Tar Sands (Les sables bitumineux), en 2010. ». Au pouvoir jusqu’en octobre dernier, le gouvernement Harper a également complexifié « les demandes d’accréditation pour les demandes d’interview auprès des chercheurs qui travaillent pour l’État. » Résultat : « Quatre scientifiques de renom, régulièrement sollicités par les médias, ont répondu à 12 interviews en 2008, contre 99 en 2007 », regrette le document.

Le journaliste canadien Stephen Leahy, auteur de nombreuses enquêtes, confirme : « Un chercheur que j’avais interviewé sur la couche d’ozone a vu ses financements supprimés par le gouvernement. Et même de petites associations locales avaient peur de parler dans les médias, car elles craignaient un contrôle fiscal qu’elles n’auraient pas pu payer. » La situation devrait cependant s’améliorer au Canada, avec l’arrivée au pouvoir du nouveau Premier ministre, Justin Trudeau début novembre.

Enfin, RSF documente plusieurs cas de tentatives de corruption, où des journalistes se sont vus proposer de l’argent de la part d’entreprises, en échange de leur silence…

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

Repost 0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 19:55

 

Source : http://www.ladepeche.fr

 

 

Le vote écolo au plus haut autour de Sivens

Elections régionales - Régionales

 

 

Gérard Onesta s'est opposé au barrage de Sivens./ Photo DDM, P.G.

Gérard Onesta s'est opposé au barrage de Sivens./ Photo DDM, P.G.

 

 

En donnant 30 % de ses voix en faveur de la liste écologiste Front de gauche «Nouveau Monde», la commune de Vaour est à contre-courant de la vague bleu marine qui a déferlé sur les territoires ruraux du Tarn. La liste de Gérard Onesta arrive en deuxième position derrière Carole Delga (33,64 %) et devance largement la liste FN (20 %).

Ce résultat favorable à la liste écologiste est un cas isolé. Le Tarn, marqué par une poussée frontiste, est loin d'avoir été le département le plus vert de la grande région lors de ce premier tour avec un score de 9,61 %.

Néanmoins, au nord-ouest du Tarn, dans cette zone marquée par l'affrontement autour du projet de barrage de Sivens, «Nouveau monde» a réalisé des résultats à deux chiffres.

C'est notamment le cas pour le canton «Vignobles et bastides» avec un 13,43 % des voix. À Lisle- sur-Tarn, commune de Sivens, la liste écologiste obtient 11,64 % des voix ; à Castelnau-de -Montmiral, elle est au coude à coude avec la liste socialiste (15,87 %) ; à Puycelsi, elle atteint les 18,75 % et 17,41 à Salvagnac, talonnant les Républicains ; à Rabastens, elle obtient 12,78 %. Même à Gaillac, aidée par l'ancrage du Front de gauche, elle réalise un score de 11,73 %.

Au cœur de la tourmente autour du barrage de Sivens, ses défenseurs vilipendaient «ces écologistes qui n'étaient même pas d'ici».

Les résultats des régionales laissent à penser que les citoyens soucieux de l'environnement vivent et votent aussi ici.

 

 

Source : http://www.ladepeche.fr

 

 

 

Repost 0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 19:47

 

Source : http://www.actu-environnement.com

 

 

La Commission européenne autorise deux OGM de la société Monsanto

Agriculture  |    |  Laurent Radisson
 

 

 

Par deux décisions publiées ce mardi 8 décembre, la Commission européenne autorise la mise sur le marché de deux maïs génétiquement modifiés supplémentaires dans l'UE.

Il s'agit des maïs NK603 x T25 et MON 87427 produits par la société Monsanto. L'autorisation porte sur la mise sur le marché de produits contenant ces OGM et destinés à l'alimentation humaine ou animale, ou à toute autre utilisation différente de la mise en culture. L'autorisation est donnée pour une période de dix ans.

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait émis des avis favorables sur ces demandes d'autorisation en juin et juillet derniers. La Commission avait lancé dans la foulée des consultations publiques sur ces projets d'autorisation.

Il s'agit de deux maïs tolérants aux herbicides contenant du glyphosate, substance active utilisée notamment dans le RoundUp commercialisé également par Monsanto. Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a classé le glyphosate "cancérogène probable pour l'homme" en mars 2015, mais s'est vu contredire par l'Efsa par un avis publié le 12 novembre dernier.

Dans une résolution adoptée le 1er décembre, la commission environnement du Parlement européen demandait à la Commission de ne pas autoriser le maïs NK 603 x T25. Elle réclamait également une suspension des autorisations d'aliments génétiquement modifiés à destination humaine et animale, tant que la procédure actuelle n'aurait pas été améliorée.

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur

 

 

Source : http://www.actu-environnement.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans OGM Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22