Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:39

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

La police violente de nouveau des manifestants pour le climat

4 décembre 2015 / par Marie Astier (Reporterre)


 


 

Une manifestation pacifique était organisée ce matin dans le Grand Palais, à Paris, où les entreprises tiennent un salon des « Solutions » au changement climatique. Mais la police est violemment intervenue, évacuant ceux qui dénoncent ces « fausses solutions ». Reporterre était là, et s’est fait bousculer.

 

- Paris, reportage

Le rendez-vous était donné à midi à l’intérieur du Grand Palais, près des Champs-Élysées, par des associations (Attac, Amis de la terre, Peuples Solidaires,...). Enjeu : dénoncer ce qui, selon nombre d’associations écologistes, sont des "fausses solutions" au changement climatique.

Pour mettre en avant leurs projets auprès du grand public, de nombreuses entreprises y ont organisé « Solutions COP21 ». Avec des associations et des collectivités territoriales, elles y présentent leurs innovations en matière de lutte contre le changement climatique lors d’une immense exposition gratuite organisée au Grand Palais, à Paris, du 4 au 10 décembre. Cette initiative a coûté 4 millions d’euros.

 

JPEG - 91.5 ko
Le stand de Veolia.
 

En attendant le début de l’action, on fait le tour des stands. Chez Engie, le directeur environnement Hervé Casterman nous explique que « le gaz émet deux fois moins de gaz à effet de serre que les autres énergies fossiles, c’est donc un moyen d’accélérer la transition écologique. » Chez Evian, on nous explique fièrement que le recyclage d’une bouteille permet de fabriquer quatre stylos. Chez Cisco, entreprise californienne fournisseur de services pour l’internet, le directeur développement durable Philippe Dumont explique qu’on peut changer « la vie quotidienne et les comportements grâce à la technologie. » Au stand d’Avril, une magnifique voiture de tournesols symbolise les avantages environnementaux du Diester, qui «  émet 40 à 60 % moins de gaz à effet de serre que le diesel », nous détaille une des employées du service développement durable.

 

JPEG - 352.7 ko
Le stand d’Avril.
 

Un brouhaha de fond donne une ambiance calme, agrémentée d’un bruit de grenouilles fait par de petits véhicules vert à pédales.

Dans le public, on croise des visages connus, on comprend que les militants commencent à entrer dans le Grand Palais avec le public. Mais certains témoignent d’avoir été séparés de leurs amis : « À l’entrée ils font une sélection selon l’apparence, et ils écartent certaines personnes sans explications. Des dreadlocks ou un bonnet coloré ça ne passe pas ! » On constate que des gendarmes sont postés à l’entrée et semblent fouiller le public.

Vers 13h30, les organisateurs décident qu’il y a suffisamment de militants à l’intérieur. Une militante lève une feuille blanche marquée du signe « EN », « Toxic Tour in english », appelle-t-elle. Un amas de caméras s’amasse autour d’elle. Puis un second lance « Toxic Tour in French ! » On le suit.

 

 

Très vite, le groupe de journalistes et de militants est dirigé par des policiers en civil [1] dans un couloir, au bord des stands. « Vous ne voulez pas qu’on puisse voir les logos des entreprises, c’est cela ? » questionne Sylvain Angerand, chargé de campagne aux Amis de la Terre. C’est lui qui mène la visite. « Ce n’est pas grave, regardez derrière vous par exemple, il y a le stand d’Engie. Ils disent qu’ils ne construiront plus de centrales à charbon, mais ils en ont encore trente en fonctionnement ! »

 
 
00:00  lien ici
 
02:57
 
 
 
 
Sylvain Angerand.

 

Il cite également Intermarché, la lessive Le Chat, le groupe Avril, Renault, énumérant des exemples démontrant en quoi ces entreprises n’ont pas de solutions pour le changement climatique mais que leurs action l’accentuent.

Pendant ce temps là, les autres « lobbys tours » poursuivent eux aussi leur chemin. Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, est en visite au salon. Un groupe de paysans se poste sur son passage, chantant « Si t’aimes bien le greenwashing frappe dans tes mains ! ». La police intervient pour les mettre dehors.

 

JPEG - 243.9 ko
Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture.
 

Dans le groupe mené par Sylvain Angerand, nous sommes cernés. D’un coup, une bousculade, les policiers le saisissent violemment pour l’évacuer du Grand Palais. Puis, les policiers entreprennent de sortir les militants qui l’entouraient et qui s’assoient, chantant à nouveau la chanson du greenwashing. Les policiers les prennent un à un, en les forçant à sortir par une des portes latérales du bâtiment. Une femme emmenée fait une crise d’asthme : « Donnez moi ma Ventoline ! » Les policiers n’écoutent pas et l’embarquent. Une autre dame, elle aussi d’une cinquantaine d’année, proteste. Elle est emmenée manu-militari.

 

 

L’ambiance semble se calmer. On se regroupe avec d’autres journalistes, un photographe, bousculé dans la cohue, a pris un coup sur l’arcade sourcilière. Le président des Amis de la Terre, Florent Compain, nous apprend que Sylvain Angerand a juste été mis dehors, il n’est pas interpellé.

 

« Les fausses solutions sentent mauvais ! »

On voit passer d’autres militants, un policier sous chaque bras, se faisant accompagner vers la sortie. C’est là que les policiers nous saisissent fermement. Malgré nos protestations en tant que journalistes, ils nous emmènent aussi dehors. Avec nous, deux journalistes étrangers également. À la sortie, un groupe de policiers relève les identités des personnes exfiltrées. On refuse de donner les nôtres. Finalement, un gendarme nous conduit à la bouche de métro.

- Écouter l’échange, enregistré au téléphone à 14 h 32 (le son n’est pas très bon) entre Marie Astier et des policiers : ceux-ci veulent l’interpeller, puis l’empêcher de travailler. Elle rappelle qu’elle exerce son métier de journaliste et empêche les policiers d’interpeller Maëlle Ausias, étudiante en journalisme et stagiaire à Reporterre :

 

 
 
02:52   lien ici
 
03:58
 
 
 
 

Une chaîne de militants se forme devant le Grand Palais. Pour la briser et repousser les militants, les gendarmes utilisent de petites bombes lacrymogènes. Une banderole est déployée devant les marches : « Fausses solutions 21 : pas de paix sans justice climatique ! » L’ambiance se calme. Les manifestants crient « liberté, liberté ! ».
Les gendarmes mobiles encerclent le regroupement, évacuent les manifestants. L’un d’eux, monté en haut d’un poteau d’éclairage public, est délogé par des gendarmes voltigeurs. Une journaliste états-unienne de Vice News pleure à chaudes larmes, choquée. « Certaines personnes qui essayaient de sortir de la nasse des gendarmes ont été poussées et ont reçu des coups de pieds des gendarmes », affirme un témoin. « Ils n’y sont pas allés de main morte, témoigne un des paysans présents, Emmanuel Aze. Je pense que les policiers en civil étaient de la BAC, qui n’a pas la même culture d’intervention que les CRS... »

 

 

Vers seize heures, le calme est revenu, les gendarmes retournent à leurs camions. Les militants se dispersent. L’un d’eux nous demande : « Vous n’avez rien senti dans le Grand Palais ? » Ses mains sentent le poisson. « On a répandu des extraits de poisson, car les fausses solutions sentent mauvais ! »

Alors que la police a annoncé qu’« une trentaine de manifestants ont été repoussés du Grand Palais, puis contrôlés », donc qu’aucune interpellation n’a eu lieu, les organisateurs évaluent qu’une petite centaine de militants ont pu entrer à l’intérieur et que cinq cents ont accompagné l’action depuis l’extérieur. Ils appellent à revenir sur les lieux pendant toute la Conférence climat, afin de maintenir la pression. Sous quelle forme ? « Les manifestations sont un des moyens d’expression mais il faut se montrer créatif », nous confient-ils.


MOIGNAGE DE PIERRE MOREL, PHOTOJOURNALISTE

« Aujourd’hui 4 décembre 2015, un peu avant 14 h. Je couvrais en tant que photojournaliste accrédité et en commande pour le site d’information Les Jours l’action non violente « Fausses Solutions 21 » organisée au sein du Grand Palais. Un des policiers en civil qui encerclaient des militants et des journalistes a asséné un violent coup de coude à mon appareil photo qui a ensuite heurté mon visage et ouvert une plaie au dessus de l’arcade. Je ne sais pas si son geste était volontaire ou non, mais la conséquence est là.

Rien de grave pour moi si ce n’est une prise en charge par la sécurité civile et quelques points de suture aux urgences de l’hôpital Saint-Louis. Et bien sûr, l’impossibilité de suivre le reste de l’action et le salon.

Lors de cette action, de nombreuses personnes ont été arbitrairement interdites d’entrer dans le Grand Palais. Celles qui sont entrées ont été rapidement et violemment évacuées après le début de l’action. Peu après 14 h, les policiers en civil (que je présume de la BAC, brigade anticriminalité) ont aussi procédé à l’évacuation manu militari des journalistes restants (dont une journaliste de l’Agence France Presse et une autre de Reporterre, évacuée sous mes yeux). Ces dernières ont été clairement visées.

Je tiens à souligner que je n’ai pas été la seule personne visée et de nombreux journalistes et militants ont aussi subi l’action violente de la police en civil. »


MOIGNAGE DE GILLES DEGUET, VICE-PRÉSIDENT EELV DE LAGION CENTRE

L’élu s’est retrouvé mis dehors, alors qu’il n’avait rien à voir avec les manifestations...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

 

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:38

 

Source : http://zad.nadir.org

 

 

bonjour à toutes et tous,
la fin avec un peu de retard de ce feuilleton haletant.
le convoi est fini mais la lutte continue et les procès s'enchainent: la Noé Verte attend des nouvelles pour le 3 décembre, de nombreux occupants historiques sont assignés au Tribunal de Grande Instance le 10 décembre... on ne laissera pas faire!

en attendant on vous rappelle que le Coordination des opposants organise une manifestation de la Vacherit au Bourget (44), départ samedi 5 décembre à 11h.





----- « On vous laisse le Bourget, on prend Versailles ! » –
Récit accéléré des 3 derniers jours de route et du banquet final des convois.

Version avec des photos ici :
http://marchesurlacop.noblogs.org/post/2015/12/02/on-vous-laisse-le-bourget-on-prend-versailles-recit-accelere-des-3-derniers-jours-de-route-et-du-banquet-final-des-convois/


// Jeudi 26 – Préaux sur Perche/Coulomb – Chaud à vélo !

Le jeudi est marqué par la traversé de l’Eure et Loir et la plus grosse étape de notre équipée : 80km de route pendant lesquels résonne régulièrement l’hymne du convoi sur l’air de « Chaud cacao » . « Chaaaaud à vélo!! Chaud, Chaud, Chaud sur Paris (sur Paris) Cap sur la COP 21 , Nous on recul’ devant rien!  ». Nous devons déjà nous arrêter ce soir à Coulombs à 10km de la frontière avec l’Ile de France et le département des Yvelines. Un groupe d’une dizaine de personnes a été missionné pendant la journée pour trouver des hypothèses et plans à proposer en assemblée pour le lendemain. Nous savons que Saclay est déjà bardé de policiers et la Préfecture des Yvelines nous a redit la veille qu’elle ne tolérerait pas l’arrivée de notre convoi sur son département (qui est situé en Ile de France où l’interdiction de manifester est totale). Nous envisageons de parvenir à avancer, mais aussi la possibilité d’être bloqué-e-s à Epernon sur la zone « frontalière ». Nous partons sur place en répérage pour, le cas échéant, pouvoir y déployer un camp sur un espace public et appeler alors publiquement à nous y rejoindre pour faire pression. Nous trouvons par ailleurs le contact d’un agriculteur qui a sa ferme juste 1km plus loin, mais à l’intérieur des Yvelines et qui se trouve tout disposé, au pied levé, à voir notre convoi se poser sur un de ses champs.

A la finde l’après-midi, tout le monde se retrouve sur un terrain boisé où le collectif qui nous accueille a dressé des barnums et guirlandes. S, personnage mythique qui venait, avec son camion-cuisine, nous offrir des crêpes au pied des barricades chaque dimanche pendant les expulsions a rejoint le convoi ce midi. Il s’est immédiatement remis à la tâche et distribue de nouveau ce soir frites et galettes. Ceux et celles de la marche D’Agen, partie à pied le 11 octobre sont déjà là. Face à l’incertitude de la situation, ils ont décidé de nous rejoindre prématurément, tout comme le convoi de l’est qui doit arriver le lendemain matin. Nous apprenons que 2 des personnes qui préparaient notre accueil à Saclay et sur Paris ont été perquisitionnées et assignées à résidence avec obligation de pointer 3 fois par jour au commissariat. D’autres perquisitions et assignations à résidence de militant-e-s et soutiens du mouvement ont eu lieu à Rennes, Lyon, Rouen ou dans une ferme en Dordogne.

Après la criée, les différents plans sont exposés. Il est tard et la décision sur les possibilité de passer en Ile de France est remise au lendemain matin. Quoi qu’il en soit les tracteurs et quasi tous les autres véhicules motorisés sont prêts à tenter de franchir la ligne rouge au moins jusqu’à Emancé. Nouveau coup de théâtre ! Juste après l’assemblée, à 10h du soir, une émissaire du ministère de l’Intérieur vient sur place, pour nous assurer que notre convoi ne sera pas bloqué dans sa traversée des Yvelines. Nous sommes dubitatifs. Elle nous met en lien direct avec la Préfecture qui confirme. Cogitations nocturnes…

// Vendredi 27 – Coulomb/Emancé – le manège enchanté

Le lendemain matin, lors de l’assemblée, les nouvelles arrivées pendant la nuit nous laissent 2 alternatives : pédaler le plus loin possible et monter un camp de fortune en route ou faire une première étape courte dans les Yvelines jusqu’à Emancé. La seconde option est privilégiée, pour être sûrs de compter sur une base stable, et avoir plus de temps pour cogiter, quitte à se lever à l’aube le lendemain. Des coups de klaxon sur la route nous annoncent l’arrivée du convoi de l’est. L’assemblée s’interrompt et tout le monde se regroupe à l’entrée du camp pour aller les saluer.

Le passage dans les Yvelines se fait sans encombre si ce n’est pour la voiture-balai. Ce camion 9 places et remorques, maillon indispensable du convoi, partait vide chaque matin et arrivait bien souvent plein, avec à son bord les vélos cassés du jours et leur malheureux propriétaires. Et ce même si certain acharnés, après une crevaison, prenaient leur pneu dans le camion, le rustinaient aussitôt en route et remontaient en selle à la première pause. A la sortie d’Epernon, un gendarme pris d’un osbscur coup de sang se jette sur le capot de la voiture-balai sans explications. Il lui intime l’ordre de s’arrêter en tapant sur le capot et sur les vitres. La voiture balai refuse d’obtempérer. Il tente d’ouvrir ses portières sans succès. Lui et ses collègues bloquent le tracteur qui la suit. La nouvelle court de talkies, en cris et téléphones jusqu’à la tête du convoi qui s’arrête net, solidaire. Après quelques minutes, le tracteur est libéré et le cortège repart.

Nous arrivons chez notre paysan providentiel d’Emancé. Il devait, à l’origine, nous proposer un terrain et nous ouvre finalement sa cour et ses bâtiments agricoles. Peu après, c’est l’heure de la vente à la ferme. Toute sorte de personnes arrivent et nous proposent des logements. D’autres vont voir la maire du village, qui, réticente tout d’abord, accepte de nous laisser les clés du foyer rural pour un dortoir improvisé, à condition qu’il soit nickel le lendemain matin pour un tournoi de belote. L’équipe cuisine se retrouve invitée à préparer les plats du banquet dans un gîte installé dans un château du coin. Nous sommes de plus en plus nombreuses.Le tenancier d’une école d’équitation, située un peu plus loin dans le village, nous invite à venir faire l’assemblée chez lui plutôt que de rester dans le froid et l’obscurité. Nous nous retrouvons à 400, concentré-e-s et stimulé-es, dans un fabuleux manège à chevaux assis sur le sable, debout ou plus haut sur les rambardes. Ce décor théâtral donne un souffle épique à l’assemblée et à l’élaboration de nos plans pour s’approcher de la capitale. La cantine expose ses craintes de ne pouvoir mener de front la préparation d’un repas pour le soir, celle d’un petit déjeuner quelques heures plus tard et celle du banquet du lendemain. Mais des cyclistes répondent qu’il n’y aura pas besoin de nouveaux repas ce soir, et qu’ils et elles sont même prêt-e-s à se passer aussi de petit dej’ le lendemain si il le faut. J., du groupe trajet, qui s’est prise pendant la semaine d’une passion obsessionnelle pour l’art de rouler en convoi, prévient l’assemblée : « Demain il y aura encore plus de véhicules et de cyclistes. Alors vous oubliez tout ce qu’on a fait jusqu’à maintenant et vous n’écoutez pas ce que diront les flics ! C’est nous qui décidons comment on s’organise et demain on va réinventer une autre manière de rouler en groupe. » Après avoir passé en revue diverses options, nous décidons de tout mettre en oeuvre pour aller jusqu’à…Versailles au portes de Paris et de déployer notre banquet sur la place d’armes. Tout le monde est plutôt excité par ce pied de nez à l’histoire, sans certitude d’y arriver, mais prêt à assumer que l’on nous fasse obstacle. Rendez-vous à l’aube.

// Samedi 28 – Le banquet des communes libres face à Versailles.

On pensait que le départ serait un casse-tête : sans que le soleil soit levé, après quelques heures de sommeil, avec toutes les nouvelles personnes qui nous avaient rejointes pendant la nuit et les voitures garées partout dans Emancé… Mais la détermination à aller jusqu’au bout nous tient et prend le pas sur l’inertie au démarrage qui menace tout grand groupe. Le convoi n’a jamais roulé aussi vite et bien ! A un moment donné, nous prenons la 4 voies, devancé-e-s et suivi-e-s par une escorte policière. Les gendarmes et leurs donneurs d’ordre semblent avoir pris acte du fait que nous ne nous laissions pas intimider. A un moment donné, le gouvernement a sans doute calculé que nous laisser continuer, en tout cas jusqu’à Versailles, était sans doute un moindre mal, plutôt que de se lancer dans un nouveau rapport de force, de risquer de nous faire plus de publicité et de susciter des élans de solidarité. Nous sommes détournés de Rambouillet vers la N10. Nous longeons Rambouillet puis passons dans Saint-Quentin en Yvelines. Ce sont des un fiefs plutôt conservateur, mais où le convoi se fait néanmoins encourager par de nombreux klaxons et saluts. Le 4 voies est à nous, vide de notre coté et pleine de l’autre. On s’arrête en plein au milieu pour une petite pause. On repart en passant devant Saint-Cyr et quelques autres bâtiments officiels copieusement gardés. Au fur et à mesure que nous approchons, la présence des forces de l’ordre est de plus en plus dense, celle des caméras des médias aussi.

A 2km de la place d’armes, nous sommes attendus par les personnes du bus parti de Nantes tôt dans la matinée, entre autres. Le convoi fait halte et tout le monde continue à avancer ensemble à pied derrière une grande banderole sur laquelle une phrase de Shakespeare a été peinte pendant la nuit : « Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois ». A l’abord des édifices de la cour, un chant s’élève, repris en choeur, presque solennel : « fille de… » insolente complainte de gueux, paysan-n-e-s, aventurier-e-s, migrant-e-s, déserteurs-euses et de révolté-e-s de tous les temps. Nous faisons le tour de la place et entrons sur l’esplanade. Une dernière fois un rang de policiers cherche à nous contenir, en l’occurrence autour de la statue de Louis XIV. Mais nous continuons à avancer, et eux à reculer, jusque devant les grilles du château. Les tracteurs se mettent en rang entre nous et la police et des tables sont déployées en rond. De nombreux parisiens, à qui le rendez-vous de Versailles a été donné dans la matinée, arrivent avec une bouteille ou une tarte à partager. La place se remplit. Nous avons tenu notre pari. La cantine mobile du convoi, qui a cuisiné toute la nuit, a été rejoint par une autre cantine suisso-germano-néérlandaise. Ils et elles ont donné le meilleur d’eux-mêmes, multiplié les plats et il y a des montagnes de nourriture. Un ami nous raconte qu’au cours du 19e siècle, marqué par différents moments d’insurrection populaire et par une forte ébullition révolutionnaire, les réunions politiques publiques ont été régulièrement interdites. Afin de se retrouver malgré tout, et pour tromper la loi, les cercles subversifs organisaient alors de grands banquets. En ces temps d’Etat d’urgence, dont la prolongation pour 3 mois a justement été décidé dix jours plus tôt à Versailles, le banquet d’aujourd’hui leur fait écho.

Une déclaration finale de circontance a été discutée la veille, puis pendant la dernière étape du trajet, avec quelques échanges en cours de route ou aux pauses pour finir de s’accorder sur les mots. Au milieu du banquet, 5 personnes montent côte à cote sur un banc et se passent tour à tour à la parole pour revenir sur les forces multiples du mouvement qui ont rendu ce convoi possible. Elles parlent des raisons qui nous ont menées jusqu’ici, du chemin parcouru, de l’accueil inoubliable des comités. Puis la voix d’un paysan qui est venu en tracteur emplit la place et clôt notre prise de parole sous les hourras :

« C’est le 16 novembre 2015, depuis Versailles, que le sénat et le parlement réunis ont décidé de prolonger de 3 mois l’Etat d’urgence sous lequel nous vivons aujourd’hui. C’est au titre de l’Etat d’urgence qu’il a multiplié les interdictions de manifestation, les perquisitions ou les assignations à résidence de personnes qui préparaient notre accueil à Paris. Mais ces mesures liberticides ne pourront étouffer les voix de tous ceux qui considèrent que les logiques économiques et politiques actuelles nous mènent droit dans le mur.

En 1871, Les versaillais avaient écrasé la Commune de paris. Les zads sont aujourd’hui comme autant de nouvelles communes libres. Et nous affirmons ici que ces communes ne se laisseront plus expulser. Nous avons contenus les troupes policières à l’automne 2012, et avons mis en défaite les politiciens pro-aéroport. Nous les mettrons en défaite une nouvelle fois s’ils s’entêtaient à revenir dans le bocage de notre dame des landes. Il n’y aura pas d’aéroport, la zad continuera à fleurir.

C’est à l’été 1973 pendant le premier grand rassemblement de la lutte du larzac que Bernard Lambert, figure des paysans-travailleurs a déclaré « les paysans ne seront plus jamais des versaillais ». Avec les paysans venus de la zad nous sommes fiers aujourd’hui de faire résonner de nouveau ce message ici-même.

Ce banquet n’est que le point final des convois. Il se veux un appel à continuer les luttes de terrain, à Paris comme ailleurs, dans les semaines, mois et années à venir. »

D’autres voix se succèdent ensuite pour parler du Convoi de l’est, des forêts du Morvan, des terres de Bure, de Saclay ou des Lentillères….A l’issue du banquet, notre clown fait la dernière criée juché sur le toit de la remorque des toilettes sèches, avec la foule compacte d’un coté et la police de l’autre. Des dizaines de mots donnés par les participants sont lus et reflètent l’émotion euphorique qui nous a emporté sur la durée du trajet puis pendant cette dernière journée. Un mot sur deux finit par « je vous aime… ». Beaucoup plébiscitent toutes les équipes qui assuraient le fonctionnement et la cohésion du convoi : la logistique, la cantine, la com’, le groupe trajet et soirées. Des mots encore viennent défier les puissants de ce monde, leur troupes et l’état d’urgence. Et une petite inquiétude quand même : « Comment faire mieux que Versailles pour la poursuite de la lutte ? »

Parmi les participant-e-s au convoi, certaines retournent en bus à Nantes, d’autres repartent en tracteur, d’autres encore restent pour continuer les manifs, cantines et débats pendant la Cop 21, en dépit des interdits Tout le monde s’embrasse et chacun a le cœur gonflé à l’idée que le corps composite qui s’est agrégé pendant le convoi puisse se fragmenter. Des promesses sont faites : de repartir ensemble sur la route, de se retrouver pour une grande fête le 15 décembre, de se revoir outils en main fin janvier pour les chantiers de l’appel d’offres lancé par la Zad pour remplacer celui de la Préfecture…Les occasions ne manqueront pas et ce qui s’est vécu cette semaine a, à coup sûr, changé une nouvelle fois le visage du mouvement, ouvert de nouvelle possibilités, confiances et complicités.

// La gavotte finale

Il y a parmi nous deux compères qui ont fait la route ensemble en tandem, alors qu’ils se connaissaient à peine avant le départ, et qui ne se sont pas quitté d’une semelle. Dans la foulée de la criée, ils entonnent ensemble une gavotte :« c’est dans 10 ans les avions ne décolleront pas » le groupe reprend en chœur chaque fois un peu plus fort.. « Leur aéroport ils peuvent toujours l’rêver, chaque jour un peu plus on les fera cauchemarder » Tout le monde danse en cercle, corps à corps…Un ami nous interpelle : « Comment veux-tu que le pouvoir vienne à bout de personnes qui éprouvent une telle joie à lutter ensemble !».

—————

Pour finir en Bonus – La ritournelle du convoi « cap sur la cop », écrite chemin faisant (sur l’air de «chaud cacao »)

REFRAIN x2

———————–

Chaaaaud à vélo!!

Chaud, Chaud, Chaud sur Paris (sur paris)

Cap sur la COP 21

Nous on recule devant rien!

———————–

Partout où on pédale

Soutien phénoménal

Vélos, cabanes tracteurs

Y’a de quoi leur faire peur

Ils essayent d’nous bloquer

On s’laisse pas contrôler

On s’fout des arrêtés

On va manifester

REFRAIN x2

L’état d’urgence, la pluie

Et la gendarmerie

Galères et pneus crevés

On s’arrêtera jamais

“Patates et pois cassés”

Au moins jusqu’au banquet

Et malgré la flicaille

On marche sur Versailles

REFRAIN jusqu’à voix cassée

--
Zone A defendre - http://zad.nadir.org/

 

 

Source : http://zad.nadir.org

 

 

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:34

 

Source : https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

 

 

Bouilles Hedo du 30 novembre au 6 décembre

Mis en avant

Pour commencer, le dernier appel aux dons des Ami-e-s des Bouilles, sorti le 25/10 dernier.  Ce document contient notamment un cumul édifiant de toutes les condamnations connues et recensées ! La solidarité ne doit pas se relacher, faites un don (le document contient en page 2 le formulaire de don et/ou d’adhésion, et pour ceux qui paient des impots, NB, celui-ci est déductible à 66%) !

Et voici la déclaration lue aujourd’hui lors du banquet des convois « Cap sur la cop » sur la place d’armes devant le château de Versailles. Bravo d’être arrivé-e-s jusque là malgrè les embuches !
Et pour relancer localement une dynamique de soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et s’organiser en cas de reprise des travaux ou d’expulsion, n’oubliez pas la réunion le mercredi 2 décembre, à 20 h à Graulhet, cf agenda, organisée par des Bouilles

A lire : Jeudi dernier plusieurs camions transportant des pièces d’éoliennes ont été arraisonnés par le collectif 34 dans le massif de l’Escandorgue ou plusieurs centrales éoliennes sont en contruction. Tout le récit de l’action est disponible ici : http://douze.noblogs.org

et aussi un article pour se faire plein de sous : La lutte contre le réchauffement climatique offre de belles perspectives en bourse…

Albi, près du circuit

Albi, près du circuit

 

 

 

Bouilles Hebdo du 23 au 29 novembre

Jeudi 26 :

Entre l’état d’urgence  et la Cop, beaucoup d’actus qui nous semblent intéressantes/révélatrices :

  • un appel à l’aide d’ami-e-s concernant la prochaine fermeture du centre social et la recyclerie de Cabannes, du côté de Cordes sur ciel. Réunion publique prévue ce vendredi à 18H aux Cabannes (salle municipale à 2 pas du centre social). Tract et
    une video sur la situation

 

Mardi 24 :

En cette fin d’année, la COP 21 approche.
Les ami-e-s du convoi NDDL-Paris ont été bloqué-e-s par la Police ce dimanche près d’Ancenis puis autorisé-e-s à repartir qques heures plus tard, tout en étant averti-e-s que la fin du périple serait  interdite (étape Saclay-Paris). Toutes les infos sur les différentes marches : http://marchesurlacop.noblogs.org
Pour une vision plus globale des différentes actions : http://anticop21.org/
A Toulouse notamment, le dimanche  29/11 : marche citoyenne non-violente pour le climat organisée par la Coalition Climat, où l’on retrouvera tous ceux qui luttent contre les GPII en Midi Pyrénées !

a venir

 

 

 

Bouilles Hebdo du 9 au 22 novembre 2015

Lundi 16 :

Samedi 14 :

  • Le collectif Tant qu’il y aura des Bouilles travaille sur une série de textes de clarification suite au 25 octobre 2015, sur différents aspects de notre engagement. Voici le premier, « Déserter le terrain, embrasser le pouvoir ». Son but est de clarifier le positionnement du collectif vis-à-vis d’autres composantes de la lutte, pour sortir du flou entretenu jusqu’à présent. Signé de membres du collectif, il est susceptible d’être retouché/amendé au gré des prochaines réunions.
  • Un nouveau TESCOOP SORT DE SON LIT, qui ressemble fort à la version numérique d’été prolongée du mois dernier sauf qu’il est cette fois sur papier et contient notamment un dessin d’artiste sérigraphié par nos soins (tirage numéroté de 1 à 100), des paroles échangées le 25 octobre 2014 à Sivens
    Outre le plaisir d’avoir un objet inédit entre les mains, vous pourrez encore mieux imaginervotre place dans le futur équipage du prochain numéro (rappel : ça ouvre et ça tourne au Tescoop !).   Prix libre (coût 2 euros), tirage 100 exemplaires photocopiés noir et blanc. Disponible sur demande (+ 1 euros de frais de port), ou sur place : Marché du Griffoul à Gaillac les dimanches matins !

Mercredi 11 :

Lundi 9 : Beacoup d’infos importantes en ce début de semaine.

Tout d’abord, la réunion du Conseil Départemental de vendredi dernier, où il a été question de Sivens, et notamment du protocole transactionnel censé solder le dossier. Rappelons que l’Etat va « indemniser » le dpt du Tarn, qui pourra ensuite indemniser la CACG et ses sous-traitants. On parlait de 4 millions d’euros…mais pour l’instant l’Etat propose 2.6 millions « seulement ». Donc ça coince. Un bon récapitulatif du Tarn Libre sur ce dossier est dispo ici.
Pour ceux qui découvre le sujet ou qui ont un train de retard, rappelons juste que c’est la CACG qui a sur-dimensionné le projet initial, avant de récupérer la réalisation de celui-ci (elle est pas belle la vie)…et maintenant on leur file plein d’argent public pour les consoler et surtout par ce que « il ne faudrait pas que, à cause de Sivens, la CACG dépose le bilan » (Carcenac, 6/11/2015)…Remarque, vu le passif de cette boite (Sivens, Fourrogue, Col del Four, etc…), cela serait peut être pas une mauvaise chose pourtant…Pour la suite (Sivens 2, projet de territoire), il y a aussi des infos dans l’article sus-mentionné.

Sur le terrain judiciaire, sans doute le terrain des prochaines « avancées », voir le texte constructif  Sivens : responsabilité et justice, signé par des opposant-e-s au projet de barrage, en désaccord avec la manière dont la bataille juridique est menée par la branche plus « légaliste » de la galaxie des opposants au projet de barrage (collectif Testet et FNE notamment)… avec toujours le blog de  B. Viguié sur le même sujet (cf dernier article en date).
Gageons que tout ceci devrait se décanter sous peu, les échéances judiciaires approchant a priori.

Par ailleurs, à noter la litanie des pro-barrage,  à propos de l’état dans lequel le territoire occupé par la ZAD a été laissé : voici un document bien argumenté qui permet de répondre à cette propagande (dispo sur le site du Collectif Testet).

Enfin, pour ceux qui l’aurait loupée dans le feu de l’action, la brochure  écrite collectivement « Pourquoi nous nous opposons à un projet de barrage au Testet »,  publiée le 25/10 dernier…

 

 

 

Bouilles Hebdo du 2 au 8 novembre

Vendredi 6 :

  • Marche / pique-nique  ce samedi 7 novembre sur la zad de Bordères avec un départ à 11h du parking de la nouvelle école de Bordères/Echez, arrivée sur la ZAD de Bordères.A 12h grillade partie organisée par le Collectif des Opposants à l’UTV 65, partagée avec les jeunes de la ZAD.
  • Sur le site suisse romand de contre-info, un texte publié à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Rémi Fraisse…

 

Pour commencer le semaine, le compte rendu d’une action menée à Cestayrols par un groupe de joyeux-ses drilles, fin octobre, à l’occasion d’une cérémonie d’inauguration en présence de Carcenac, Valax, le préfet, etc…puisse-t-‘elle en inspirer d’autres du même genre !

  • Actions en mémoire de Rémi, suite et fin pour cette année : en Allemagne et devant la préfecture de  Moulins (Allier)

Rmi1

Cathédrale de Cologne

Cathédrale de Hambourg toujours

Cathédrale de Cologne toujours

 

 

DSC05188_01

Moulins

 

 

 

Bouilles Hebdo du 26 octobre au 1er novembre

Jeudi 29 :

  • La sculpture en hommage à Rémi a disparu dans la nuit de mardi à jeudi. Comme il est dit en commentaire :  » [les pro-barrage] sont vraiment indécents , mais égaux à eux-mêmes depuis le début … ». Cela dit, de nombreux tarnais croisés ces jours-ci restent incrédules devant tant de bétise…
  • Une vidéo compilant des images des rassemblements du week-end dernier.

STELE

Mardi 27 :

Lundi 26 :

On nous envoie plein de compte-rendus d’actions qui se sont déroulées ces jours-ci, en hommage à Rémi Fraisse :

Et ailleurs :

à Sivens...

à Sivens…

à Sivens...

à Sivens…

 

à Echillais...

à Echillais…

 

 

 

25/10/15 : Une journée digne et belle au Testet

Nous nous retrouvons relativement nombreux à Gaillac vers midi (150 environ). Les GMs sont là aussi, discrets, alentours. Une huile de la préfecture débarque pour discuter.
On comprend assez vite que l’on va pouvoir faire quelque chose. Au final, on décide après l’AG improvisée la plus efficace de l’histoire de se rendre en convoi à la Maison de la Forêt,  où l’on nous autorise à aller semble-t’il. On remplit les voitures et on décolle.
Le brouillard se dissipe, les hauteurs du Gaillacois luisent sous la lumière automnale, les couleurs sont magiques. Après un pique-nique partagé, nous sommes désormais quelques centaines à descendre vers le lieu où Rémi est tombé. Prises de parole  : poèmes, courts témoignages. Certains retrouvent leurs marques sur le lieu, où la vie reprend, d’autres le découvrent. Moments calmes et solennels (à peine troublés par l’hélico de la gendarmerie). Puis, sous le soleil déclinant, nous partons le coeur moins lourd qu’en début de journée.
Nos pensées vont en ce jour à la famille de Rémi et à ses proches. Nous les remercions de leur présence à nos côtés aujourd’hui et saluons leur courage et leur dignité.

 

 

 

24/10 : Marche vers Sivens le 25 et actions du jour

Voici un communiqué du collectif Tant qu’il y aura des Bouilles puis un nouvel appel lancé par des opposant-e-s au barrage de Sivens, soutenu pour l’instant par le Collectif tant qu’il y aura des Bouilles et le NPA81  :

Quel est ce pays où l’on est sommé de s’expatrier pour commémorer un mort ?
Pour comprendre comment nous en sommes arrivés là : deux textes
complémentaires: « Pourquoi nous nous opposons à un projet de barrage au Testet » (texte qui devait être lu à Sivens ce dimanche) et « L’époque est-elle fasciste ? » (rédigé il y a 6-7 mois déjà mais plus que jamais d’actualité !

On nous envoie aussi ce texte : Rémi Fraisse et les nervis fascisants de l’agro-pollution
et à noter sur « Les eaux glacées… » : La com 21 vue de Sivens
Les derniers communiqués du PG81 et du  NPA81.

On nous annonce aussi, pour ce samedi 24 octobre à partir de 16h30 à Gaillac (place de la Libération), le monument éphémère à la vie  qui vous invite à joindre votre présence à lui , en
— participant à son installation ;
— l’enrichissant d’un texte, d’un dessin, d’un objet (qq fournitures seront à disposition, merci d’en amener d’autres) ;
— l’illuminant d’une bougie de veille, dès que le jour baisse (pour cela aussi, venez muni/es).
Venez contempler, vous recueillir, chanter, vous échanger…, seul/es ou en famille — dans un esprit de partage & de sérénité. Cette action se comprend comme une OFFRANDE… à la vie, à la paix ! Au plaisir de vous y retrouver, voire (si les circonstances sont favorables), prolonger la soirée par un repas à ciel ouvert —
d’avance merci d’y contribuer par vos spécialités !

Qques photos de l’action  (avant la vague bleue, merci aux participant-e-s et aux initiateurs-trices) :

DSC_0877.retIMG_1513ret

 

 

 

IMG_1501DSC_0885IMG_1503DSC_0906

 

 

Source : https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

 

 

 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans ZAD du Testet - Barrage de Sivens
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:29

 

Source : http://www.ouest-france.fr

 

 

NDDL. Vinci demande l'expulsion des habitants "historiques" de la Zad

  • Sylvain Fresneau est l'un des paysans concernés.
    Sylvain Fresneau est l'un des paysans concernés. | Archives Ouest-France. Thomas Heng

 

Aéroports du Grand Ouest (Vinci) vient d'assigner au tribunal, selon une procédure d'urgence, des paysans, propriétaires et locataires dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes.

Dans la zone d'aménagement de Notre-Dame-des-Landes, ils sont paysans, propriétaires de terres et maisons, ou encore locataires… Ils ont été expropriés. Maintenant, Aéroports du Grand Ouest (Vinci), agissant pour le compte de l'État, demande leur expulsion immédiate.

Leurs avocats viennent d'être prévenus. L'audience est fixée au jeudi 10 décembre, au tribunal de grande instance de Nantes.

Selon l'Acipa, principale association d'opposants au projet d'aéroport, le tribunal examinera seize dossiers, dont ceux des quatre exploitations agricoles.

« Vinci réclame une astreinte de 200 euros par jour, ainsi que la mise sous séquestre du matériel et du cheptel si les intéressés ne quittent pas les lieux », ajoute Julien Durand, porte-parole de l'Acipa.

« C'est un choc », reconnaît celui-ci. A Notre-Dame-des-Landes, personne ne s'attendait à une telle accélération,  en ce moment précis, avec une audience qui tombe entre les deux tours des élections régionales, et en pleine Cop 21 à Paris. 

On est là dans le cadre normal d'une procédure qui suit son cours, dit-on simplement chez Vinci Airports, sans autre commentaire. Quant à la date de l'audience, "elle relève du juge"

 

 

Source : http://www.ouest-france.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:21

 

Source : https://paris-luttes.info

 

 

Contrôle social

 

Etat d’urgence : le pire est à venir

 
 
 

Vous trouviez que l’état d’urgence constituait un recul des libertés ? Vous pensiez qu’il était dangereux de céder ainsi à la peur ? De troquer nos droits les plus élémentaires contre l’illusion de la sécurité et une rhétorique belliciste ? Ce n’était pourtant qu’un amuse-bouche. Voici le plat de résistance qu’ils s’apprêtent à nous servir.

À en croire l’enquête publiée ce mercredi 2 décembre dans les colonnes du Monde, l’exécutif élabore en ce moment plusieurs réponses aux attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. Il y a l’inscription dans la Constitution de l’état d’urgence (jusqu’ici un peu bancal juridiquement) et de la déchéance de nationalité (jusqu’ici défendue par le Front National).

Mais il y a mieux. Deux lois seraient en cours de rédaction qui renforcent largement les pouvoirs du Parquet et de la police… en temps normal :

“ La possibilité de saisie par la police de tout objet ou document lors d’une perquisition administrative, sans contrôle du procureur, une mesure peu spectaculaire mais politiquement significative. Tout comme les perquisitions de nuit, la création d’un délit d’obstruction de la perquisition administrative, l’interconnexion globale de tous les fichiers, notamment ceux de la sécurité sociale, très complets, l’élargissement des possibilités de vidéosurveillance dans les lieux publics, l’assouplissement du régime de la légitime défense pour les policiers ou encore l’installation systématique de GPS sur les voitures de location, l’injonction faite aux opérateurs téléphoniques de conserver les fadettes pendant deux ans, contre un aujourd’hui, la garde à vue en matière terroriste portée de six à huit jours, l’utilisation des IMSI-Catchers, ces valisettes antenne-relais siphonnant dans un périmètre donné toutes données téléphoniques sans autorisation judiciaire.”

Si nous sortons un jour de l’état d’urgence - ce qui est loin d’être gagné puisque Valls parle déjà d’une nouvelle prorogation après les trois mois déjà votés - les flics pourront donc continuer d’agir en toute tranquillité dans le régime du soupçon et de la présomption de culpabilité.

Toutes prévisions qui ne font que renforcer l’intérêt des mobilisations à venir contre l’État policier et ses dérives violentes.

 

 

 

Source : https://paris-luttes.info

 

 

 

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 20:45

 

Source : http://sciences.blogs.liberation.fr

 

 

 

Le Climat, les riches, les pauvres
 
2 décembre 2015  
 
 
 

Emissions par niveau de revenus

Emissions par niveau de revenus

 

Faut-il procéder à "l'éradication des hauts revenus et patrimoines" pour conduire une politique climatique sérieuse ? L'ONG Oxfam a publié hier un rapport allant en ce sens, rejoignant ainsi d'autres analyses.

Le rapport d'Oxfam  (ici en pdf) commence par souligner quelques évidences : les riches émettent beaucoup plus de gaz à effet de serre, singulièrement du CO2 issu du charbon, du gaz et du pétrole, que les pauvres. Si l'on additionne toutes les émissions des 3,5 milliards de personnes qui constituent la moitié la plus pauvre de la population mondiale, on atteint seulement «10% des émissions totales dues à la consommation individuelle» montre le rapport. A l'inverse «50% de ces émissions sont imputables à 10% des habitants de la planète les plus riches, dont l'empreinte carbone est en moyenne 11 fois plus élevée que celle de la moitié de la population la plus pauvre et 60 fois plus élevée que celle des 10% les plus pauvres. On estime que les 1% les plus riches du monde ont une empreinte carbone moyenne 175 fois supérieure à celle des 10% les plus pauvres», indique Oxfam.

 

Le vin de  Bordeaux et le mil du Sahel

Cette analyse sur les causes du changement climatique se double d'une autre sur ses conséquences. Les pauvres seront les plus victimes de ce changement dont ils ne sont pas

 

Emissions et vulnérabilité

Emissions et vulnérabilité

 

responsables. D'abord parce que nombre des pays les plus vulnérables au changement climatique font partie de ceux où vivent le plus grand nombres des pauvres de la planète, en particulier en Afrique. Le graphique ci-contre, tiré du rapport d'Oxfam, le montre.

Mais aussi parce que les parades aux conséquences du changement climatique nécessitent souvent de la technologie, de l'organisation sociale solide, dotée de compétences et capable d'anticiper l'avenir... bref ce dont les pauvres sont en général privés. Le rapport d'Oxfam souligne ainsi que si 91% des agriculteurs des Etats-Unis sont assurés contre les aléas de la météo, ils ne sont que 1% au Malawi.

Un exemple simple. Dans la région de Bordeaux, l'évolution prévue du climat et notamment des températures va affecter durement les productions de vin. Mais les viticulteurs sont compétents, organisés, et peuvent compter sur un Etat qui fonctionne. Donc, l'INRA - Institut national de recherche agronomique - et les viticulteurs sont déjà en train de tester sur des parcelles expérimentales des cépages venus du Sud, adaptés à des températures plus élevées. Mais où sont les études similaires pour le sorgho ou le mil qui nourrit les populations du Sahel ? Elles n'existent pas.

 

Publicité  et  consumérisme

Les chiffres du rapport d'Oxfam soulignent qu'aucune politique climatique sérieuse ne peut esquiver la question des inégalités sociales. Mais il faut le compléter. Tout d'abord en soulignant que si les pauvres des pays riches sont souvent plus émetteurs que les classes moyennes des pays pauvres ou émergents, c'est qu'ils bénéficient de conditions de vie meilleures. Or, la solution du problème climatique ne proviendra pas de la péjoration de ces conditions de vie. Ensuite en notant que ces conditions de vie meilleures s'accompagnent d'un gaspillage massif, et d'un consumérisme qui ne fait manifestement pas le bonheur. Il faut donc compléter l'éradication des grosses fortunes et patrimoines par celle de la publicité comme facteur de consommations inutiles, une des conditions pour mettre en oeuvre une politique de sobriété énergétique et de matières premières généralisée.

 

Cacophonie climatique

Cacophonie climatique

 

Ci-dessous un extrait du livre Les dessous de la cacophonie climatique qui traite de ces questions:

La première piste est une question dure. Dans quel monde voulons-nous vivre ? Cette question est dure non pas tant par la difficulté d'y répondre que par la multiplicité des réponses et souvent leurs incompatibilités à la fois entre elles et avec l'objectif d'une atténuation réussie du risque climatique. Voulons nous vivre dans un monde juste ou profondément inégalitaire ? Dans un monde où les plus riches pourront se payer un week-end dans un hôtel spatial, emportés par une fusée comme le Spaceshiptwo que propose la Virgin Galactic du milliardaire britannique Richard Branson – bonjour le bilan carbone de cette excursion. Or, qui veut d'un tel monde ? De très nombreux citoyens, responsables politiques et décideurs de l'économie qui prétendent qu'ils détiennent ainsi la meilleure solution pour tous.

Emmanuel Macron, par exemple, le ministre de l’Économie et des finances nommé par François Hollande. Un ministre qui, dans une interview au journal Les Echos le 7 janvier s'exclame : « il faut des jeunes français qui souhaitent devenir milliardaires ». Le ministre prétend qu'une telle ambition est nécessaire pour que l'économie numérique se développe. Chacun peut avoir sur ce sujet l'opinion qu'il veut. La mienne, le lecteur l'aura compris, est qu'un monde sans milliardaires, aux inégalités sociales et économiques limitées, serait probablement un monde plus heureux. Je ne vois guère en effet ce que les plus hauts revenus apportent à notre société, alors que je vérifie chaque jour à quel point de bons mécaniciens, plombiers, enseignants, ingénieurs, médecins ou juges – mais aussi de bons responsables administratifs et politiques - sont nécessaires à notre collectivité. Je ne demande à aucun de mes lecteurs de partager cette opinion. En revanche, je ne vois pas comment concilier une société où de telles inégalités persisteraient avec l'exigence de sobriété énergétique généralisée d'une politique de maîtrise du risque climatique efficace.

 

Une fausse piste

En l'absence d'une telle sobriété, il faudrait, pour parvenir aux objectifs climatiques de Copenhague, une sorte de miracle technologique. Un miracle permettant aux sept milliards actuels et aux huit à neuf milliards d'êtres humains de la moitié du siècle en cours de consommer autant d'énergie que, mettons, les Européens aujourd'hui, et ceci en n'émettant pas plus de gaz à effet de serre par tête de pipe que les habitants de l'Inde actuellement. Soyons franc : il existe une alternative à ce miracle technologique. Celui de sociétés où les inégalités actuelles persistent, et même s'aggravent, afin de comprimer les consommations d'énergie des pauvres et des classes moyennes. Une telle perspective est-elle réaliste ? Oui... si l'on croit qu'il sera toujours possible de convaincre ou de contraindre les dominés et les pauvres de ces sociétés d'accepter cette situation. Une option qui fait manifestement partie de nombreux programmes politiques à travers le monde. Et qui trouve des soutiens jusque chez les pauvres lorsque ces derniers sont persuadés qu'il leur suffit de travailler dur pour accéder aux niveaux plus élevés de consommation

Cet exemple est choisi afin de souligner une fausse piste : le risque climatique proviendrait d'une décision de quelques uns. De méchants responsables, inconscients ou futiles, avides de profits et de pouvoirs. Certes, notre démocratie n'est pas parfaite. Mais qui a fait d'Emmanuel Macron notre ministre de l’Économie ? Un Président élu par une majorité d'électeurs. Et son adversaire d'alors, Nicolas Sarkozy pour lequel une presque moitié de l'électorat s'est prononcé, n'est pas vraiment un ennemi des inégalités et des milliardaires, il a montré qu'il en était même encore plus proche que François Hollande

Certains prétendent que pour conduire au succès une politique de maîtrise du risque climatique, il faut abolir le capitalisme. Ou que les mesures nécessaires à cette politique, qu'on le veuille ou non, conduiront inéluctablement à cette abolition. C'est par exemple la thèse du livre de Naomi Klein Tout peut changer : capitalisme et changement climatique (Actes Sud). Je ne prétends pas savoir si cette thèse est vraie ou fausse, je crains que les classes dominantes des sociétés capitalistes aient plus d'un tour dans leur sac et soient capables de faire face à ce nouveau défi bien qu'il est vraiment redoutable. Mais quittons ce discours général sur les choix de société en « isme » et concentrons nous sur des éléments concrets et limités. Est-il possible de conduire une politique de maîtrise des émissions de gaz à effet de serre dans une société profondément inégalitaire ? Où les classes sociales dominantes n'ont aucune limitation à leur consommation d'énergie ? Si la réponse est non, et si le risque climatique est pris au sérieux, alors il faut des politiques de réduction drastique des inégalités. C'est bien l'éradication des hauts revenus et patrimoines qu'il faut viser. Voici donc un bon « marqueur politique » pour jauger la sincérité et la validité d'un discours de gouvernant ou d'aspirant gouvernant sur le climat : mais que dit-il des inégalités sociales et économiques ? Un conseil au citoyen électeur : ne pas se contenter du discours, mais le confronter aux actes lorsque le pouvoir politique est exercé.

 

Sous la négociation de la COP-21 la science du GIEC.

Comment travaille le Giec ?, une interview de Philippe Ciais, l'un des co-auteurs principaux du rapport.

► Le texte en français de la Convention climat de l'ONU.

► Climat : et si la seule vraie controverse était l'économie ?

► Polémiques entre économistes sur le climat. Et une première note sur cette polémique.

 Contradictions entre experts sur les prévisions énergétiques.

► Quels sont les scientifiques les plus influents en climatologie ?   ► Le ridicule défi des climatosceptiques.

► Les intentions des États annoncées pour la COP-21 très loin de l'objectif des 2°C.

 

Par Sylvestre Huet, le 2 décembre 2015

 

 

Source : http://sciences.blogs.liberation.fr

 

 

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 20:14

 

Source : http://zad.nadir.org

 

 

Infos du 1 au 6 décembre

mardi 1er décembre 2015, par zadist

Merci de nous signaler toute information sur d’éventuelles présences de flics ou d’engins de travaux autour de la ZAD au numéro d’urgence : 06 43 92 07 01. Avant de faire tourner une info, merci de la recouper en regardant sur ce site web ou en appelant le numéro d’urgence si elle n’est pas encore publiée sur le site.

Les infos d’urgence qui tournent sur les réseaux sociaux ne sont pas toujours confirmées. Restons vigilants, mais évitons de crier au loup ! Ca nous permettra de réagir rapidement. Evitons de faire tourner des rumeurs. Merci d’avance !


- S’ils reviennent... Appel et propositions de stratégies en cas de début de travaux sur la Zad


Pour verifier les clef de cryptage de notre site SSL https://zad.nadir.org et adresse mail zad(arrobase)riseup(point)net retrouver les information sur l’article ici : Vérifie nos certificats SSL & clef email GPG


Répression : nouvelle incarcération : S. est en prison préventive depuis vendredi 13 pour avoir refusé le fichage ADN. Nous donnerons plus d’information bientôt.

Vendredi 3 décembre

Ce que l’état d’urgence dit de nous et de nos capacités de résistance, un très beau texte écrit par un camarade assigné à résidence et publié sur Paris-luttes.info. Analyses amères mais pas défaitistes de la situation actuelle.

à lire sur le même site, le témoignagne d’une autre personne assignée, pour avoir avoit participé à l’accueil en IDF du convoi tracto-vélo parti de NDDL : En prison chez moi pendant trois semaines


JEUDI 3 DÉCEMBRE : RENDU DU PROCÈS DE LA NOË VERTE (PAS D’APPEL A RASSEMBLEMENT À NANTES, LE DÉLIBÉRÉ SERA DONNÉ À L’AVOCAT)


Mardi 1 décembre

- Hier matin aux aurores, la magnifique cabane de Gourbi à brûlé... entièrement. Cette cabane collective qui accueillait désormais le non-marché et les réunions habitant.e.s hebdomadaire venait d’être entièrement reconstruite au cours de nombreux chantiers collectifs ces derniers mois et grâce aux efforts de quelques acharné.e.s. Hier soir, nous avons répondu à ce coup dur avec une réoccupation parmi les plus rapide de l’histoire de la Zad. Nous avons donc installé au Gourbi, une nouvelle cabane, fraîchement revenue du convoi "Cap sur la Cap". Bref, comme disaient d’autres en pareilles circonstances, on se laisse pas abattre et on est chaud comme la braise !

- Comme il semblerait que certain.e.s journalistes tentent de faire feu de tout bois pour essayer de ’diaboliser’ les personnes qui vivent sur la zad, voici quelques précisions sur l’incident récent à la gaité. Ainsi, nous rappelons que les témoins présent.e.s sur place sont formel.le.s, la personne qui s’est taillaidé les veines du cou s’est mutilée elle-même et n’a nullement été agressée par une tierce personne.

Sur les assignations à résidence liées à la COP et à l’état d’urgence :
- Bonjour le bilan carbone ! Un texte d’un assigné à résidence en Ariège

- ETAT D’URGENCE : À TOUS LES RÂTELIERS Des échos de plus en plus nombreux quant à l’utilisation de l’état d’urgence pour perquisitionner et astreindre à résidence n’importe qui sous n’importe quel prétexte. Ci-dessous un exemple parmi tant d’autres, des maraîchers bio périgourdins. http://www.bastamag.net/Perquisition-administrative-chez-des-maraichers-bio-Ils-s-attendaient-a-quoi

COP 21 : LEUR CYNISME N’A PAS DE LIMITE La lutte contre le réchauffement climatique offre de belles perspectives en Bourse, nous dévoille le journal capital. Ou comment comprendre ce qui se joue réellement à la COP 21. http://www.capital.fr/bourse/interviews/la-lutte-contre-le-rechauffement-climatique-offre-de-belles-perspectives-en-bourse-1088847#GhzT4vCQXx7CMODr.99

- Jeudi dernier plusieurs camions transportant des pièces d’éoliennes ont été arraisonnés par le collectif 34 dans le massif de l’Escandorgue ou plusieurs centrales éoliennes sont en contruction. Tout le récit de l’action est disponible ici : http://douze.noblogs.org

- Dans l’Est, du côté de Bure, les semis radieux de dimanche de mi novembre se sont bien passé : http://vmc.camp/2015/11/17/radieuse/

- Le dernier appel aux dons des Ami-e-s des Bouilles, l’association qui gère la solidarité suite à la répression de la lutte contre le barrage de Sivens. Le document contient notamment un cumul édifiant de toutes les condamnations connues et recensées. La solidarité ne doit pas se relacher en cette fin d’année, beacoup de frais divers et variés restent à rembourser ! https://tantquilyauradesbouilles.files.wordpress.com/2015/11/appel-dons-adb-23102015.pdf

 

 

 

 

 

Nouvelles du 23 novembre au 29 novembre

lundi 23 novembre 2015, par zadist

 


Répression : nouvelle incarcération : S. est en prison préventive depuis vendredi 13 pour avoir refusé le fichage ADN. Nous donnerons plus d’information bientôt.


Le blog pour suivre le convoi sur la COP21

Nous avons imaginé cette aventure avec comme priorité le respect des personnes, ainsi nous vous demandons d’avoir la bienveillance de toujours prévenir avant d’utiliser une caméra, un appareil photo ou de prise de son, et de ne jamais enregistrer les personnes à leur insu.

Dans le cadre de la cop 21

LUNDI 23 AU VENDREDI 27 NOVEMBRE — SEMAINE DE MOBILISATION (DÉBATS, ATELIERS, CANTINES, SOIRÉE) À L’UNIVERSITÉ PARIS 7. Voir le programme ici


DIMANCHE 29 NOVEMBRE

COP 21

Urgent !!!

Appel à soutien suite manif de cet aprem contre la COP21 à Paris :

- 150 à 200 personnes encerclées à répu coté Magenta (café Pierre), arrestations suspendues, appel à soutien pour que le copain.es soient relâché.es

- pour celleux déjà embarquées (au moins une centaine confirmées), rassemblement devant le commissariat du 32 rue de l’Evangile, 18e, métro Marx Dormoy

Malgré les interdictions de manifester durant tous le week end, aujourd’hui à paris de nombreuses personnes ont braver l’état d’urgence

- COP21. EN IMAGES : la mobilisation citoyenne à Paris

Voici une analyse de la situation dans laquelle nous conduit l’état d’urgence

"Difficile de se dire comment le tableau est devenu si noir... Mais il l’est. Sans doute cela a-t-il été préparé depuis longtemps. Qu’importe, il l’est. Maintenant, l’action et la réflexion doivent se nourrir mutuellement. La dictature constitutionnelle doit rester sous contrôle populaire, en France comme partout."

SAMEDI 28 NOVEMBRE

CAP sur la COP

13h 30 On y est !!!

Bravo les copains !

Le convoi Cap sur la Cop viens d’arriver à versailles, place d’armes. Le convoi parti de Notre Dame des Landes rejoint par des convois partis d’Agen, de Dijon, Bure ou de Forcalquier est entrain d’installer barnum, tables et chaises pour le grand banquet, sous surveillance policière. N’hésitez pas à nous rejoindre RER C versailles Chateau. Venez avec de quoi festoyer et partager : une petite tarte salée, sucrée ou votre plat préféré.

- 11h Le convoi roule sans encombres. Le banquet commencera dès 14h à Versailles, à priori sur la place d’armes (RER C Versailles - Château). Mais nous vous invitons à venir plus tôt sur place pour accueillir l’arrivée du convoi.

Rendez-vous pour l’arrivée et le banquet de la tracto-vélo de Notre Dame des Landes et des autres convois venus d’espaces en résistance

contact presse dédié au convoi : 07 68 17 95 78 - 06 95 06 81 49 adresse mail : mslcnddlpress@riseup.net Notre blog : http://marchesurlacop.noblogs.org ou zad.nadir.org Notre compte twitter : http://twitter.com/MSLC21

La tracto-vélo partie de Notre Damse clôture aujourd’hui à la bordure de Paris pour un grand banquet des zads et autres espaces en résistance. Nous appelons ceux et celles qui souhaitent partager ce banquet avec nous en toute convivialité à nous rejoindre à 14h à Versailles au RER C Château de Versailles – rive gauche. Venez avec de quoi festoyer et partager : une petite tarte salée, sucrée ou votre plat préféré.

Pourquoi faire tout ce chemin ensemble jusqu’à Paris et la cop 21 ?

Nous sommes plusieurs centaines de personnes en vélos, tracteurs et autres véhicules à avoir traversé des centaines de kilomètres pour être présents dans la capitale à la veille de la COP 21. Nous venons porter un message d’espoir, celui qu’il soit possible d’arrêter ici et maintenant les projets nuisibles , imposés et climaticides des gouvernants, celui que nous puissions enfin sortir de la marchandisation du monde. Ce banquet sera le point final des convois et un appel à continuer nos luttes à Paris comme ailleurs dans les semaines et mois à venir.

Important – avant de nous rejoindre !

Nous espérons bien ne pas être bloqué par les autorités sur notre chemin. Si tel est le cas, nous le ferons savoir et appelerons à être soutenus. Dans le cadre de l’organisation de ce convoi, porté par les différentes composantes de lutte anti-aéroport – paysans, associations, occupant-e-s, comités de soutien - nous avons fait le choix d’éviter toute confrontation directe avec les forces de l’ordre. Cela ne nous a pas empêché de braver collectivement les interdictions de circuler et de manifester qui nous étaient faites ou de refuser collectivement les contrôles d’identité. Nous tenons à maintenir ce cadre commun pour le banquet d’aujourd’ hui, et à faire résonner la joie de nous tenir ensemble, et ce malgré la volonté du gouvernement de museler toute contestation. Nous convions toutes celles et ceux qui nous rejoindront tout à l’heure à tenir compte de ce cadre.

Dans la presse aujourd’hui !

- La tracto-vélo des anti-aéroport est arrivée à Versailles

- La marche des zads face au blocus de Paris Quatre convois se sont rejoints pour célébrer samedi à Versailles un « banquet » contre les « grands projets inutiles », malgré les interdictions.

- Notre-Dame-des-Landes : les opposants s’approchent de Versailles

- COP21 : entre "succès considérable" et "mascarade"

- « Ce sont vos opposants politiques que vous avez placés sous résidence surveillée, comme l’aurait fait n’importe quel régime autoritaire »

Témoignages

Récit d’une rencontre avec le préfet d’ile et Vilaine suite aux interdictions de manifester pendant la COP 21

Sur la Zad
- La justice et l’administration continue leurs démarches afin de rendre expulsables un maximum de monde

Depuis plusieurs mois les procèdures judiciaires reprennent sur la zad : procès en expropriation des locataires notification de dépot des sommes dues à l’expropriation à la caisse des dépot ...

Ce matin un huissier est passé chez au moins un des locataire en expropriation pour lui signifier le procès en expulsion. Le procès aura lieu le 10 décembre. Ago leur demande 1000 euros plus 200 euros par jour de retard (de liberation de la maison) à compter du 26 novembre.

- Une vidéo faite sur la zad

 

 

 

VENDREDI 27 NOVEMBRE

CAP sur la COP

- 18h

Le convoi « cap sur la COP » est entré aujourd’hui en Ile de France malgré l’interdiction qui lui en avait été faite dimanche dernier. La préfecture des Yvelines nous a finalement assurés de notre « liberté de circulation » sur son département. C’est une victoire. Notre convoi a été rejoint hier et ce matin par des convois partis d’Agen et de l’est de la France. Nous sommes ce soir à Emancé près d’Epernon dans les Yvelines. Nous continuerons demain notre route vers Paris pour le grand banquet de clôture des convois. Nous ne savons pas encore où celui-ci pourra se tenir, et s’il nous sera possible d’aller au-delà des Yvelines en direction de Paris. Pour toutes les personnes qui souhaiteraient nous rejoindre, nous donnerons donc des infos demain dans la matinée sur le blog mslc, sur anticop21.org, ainsi que sur zad.nadir.org. Nous ferons de notre mieux pour être rejoignables. Préparez de quoi festoyer : une petite tarte salée, sucrée ou votre plat préféré.

Nous souhaitons toujours faire de ce banquet un moment de convergence joyeux et convivial, en porte à faux avec la chape de plomb sécuritaire qui se met en place actuellement. Nous y porterons depuis les territoires en lutte un message d’espoir, celui qu’il soit possible d’arrêter ici et maintenant leurs projets nuisibles et imposés, ainsi que la ferme volonté de sortir enfin de la marchandisation du monde. Il s’agira autant pour nous d’y dénoncer l’hypocrisie du gouvernement lors de la COP 21 que de nous opposer en acte à sa volonté de museler la contestation lors de ce sommet.

A ce titre, nous avons appris hier que deux des personnes qui organisaient depuis plusieurs semaines l’accueil et l’arrivée des convois en Ile de France ont été perquisitionnées à leur domicile et assignées à résidence. D’autres perquisitions et assignations de ce type, ont eu lieu aussi dans diverses autres villes de France. Nous voulons assurer les personnes concernées de notre soutien et de notre solidarité.

A demain pour le banquet !

- 13h

Coulomb, 27 novembre 2015.

Nous avons été informés par la préfecture des Yvelines que le convoi CAP sur la COP ne se trouverait pas bloqué lors de sa traversée de ce département. Arrivés hier soir à Coulomb, nous avons été rejoints par le convoi d’Agen et par celui de l’Est. Nous continuons ensemble notre progression en direction de Paris. Nous vous donnons rendez-vous pour assister à l’arrivée de la tracto-vélo à notre prochaine étape aux alentours de 14h, dans le village d’Emancé. Vous serez ensuite conviés à un point de presse à 14h30 .

Pour toute information, vous pouvez nous contacter aux numéros suivants : 07 68 17 95 78, et/ou 06 95 06 81 49 Rendez vous dès 14h : 13 rue de Chaleine, 78 125 Emancé.

presse

- COP21 : le convoi en « tractovélo » parti de Notre-Dame-des-Landes est arrivé en région parisienne

- De Nantes à Paris, à vélo contre vents et préfets

L’état d’urgence traque les militants, les perquisitionnent, les assignent à résidence ! Ca serai dommage qu’on montre l’hypocrisie de ce rassemblement

- Des militants écologistes assignés à résidence

- COP21 : perquisition dans un squat en banlieue parisienne, pas d’interpellation

- COP21. Des militants assignés à résidence à Rennes

- Joël, militant écologiste assigné à résidence : "Je suis victime d’une mesure totalement arbitraire"

- L’état d’urgence utilisé contre les militants

- Etat d’urgence : perquisitions et assignations dans les milieux zadistes et alternatifs

De plus en plus d’appel à braver l’état d’urgence et à aller manifesterAppels à braver l’état d’urgence et à manifester samedi

JEUDI 26 NOVEMBRE

CAP sur la COP

Le convoi cap sur la cop est aujourd’hui en Eure et Loir - Pourra-t-il entrer en Ile de France ?

La Préfecture d’Eure et Loir nous avait signifié un arrêté d’interdiction de manifester mais a finalement considéré que notre convoi n’était pas une manifestation et a choisit d’autoriser son passage.

Pour le moment, l’île de France et notre destination finale Paris nous semblent toujours interdits, mais nous avons encore envie de pédaler et de faire un grand banquet pour fêter notre joie de lutter et d’être ensemble. A nous l’aventure donc !

Ce jeudi matin, notre convoi est donc reparti comme prévu du petit village de Préaux-du-Perche, ou le collectif d’accueil nous avait cette fois trouvé plus de 200 places chez des habitants sympatisants pour se diriger vers Coulomb en Eure et Loir – 12h30/13h30 : pause déjeuner vers Belhomert-Guéhouville – 18h : arrivée à Coulomb – 19h : repas sous barnum – 20h30 : soirée publique sous barnum avec pour thème l’actualité de la Lutte

Le parcours prévu initialement pour vendredi 27est Coulombs/Villiers-le-Bâcle 52km : départements de l’Eure-et-Loire – Petit déjeuner sous barnum – 12h30/14h : pause déjeuner vers Rambouillet – 17h : arrivée prévue sur le plateau de Saclay, en discussion

Toujours dans le cadre de la COP 21

Le comité bigouden assure de son soutien et de tous ses encouragements les cyclistes et tout leur staff accompagnant dans cette grande traversée vers la capitale ! Que cette belle aventure humaine se poursuive jusqu’à son but et au delà !!! Voici leur communiqué de presse

Presse

- un article sur les actions ménées dans le cadre de la Cop 21 par l’ensemble du mouvement de luttes :Notre-Dame-des-Landes : Les anti-aéroport iront à pied au Bourget, en moins d’une heure !

- La prefecture de l’Essone prépare l’arrivée des convois sur le plateaude saclay !

-Le plateau de Saclay placé en zone de sécurité à la veille de la COP 21

Oh, Vive " l’état d’urgence" , on va pouvoir mater les gauchos, les pauvres, les migrants, ...!!!

- L’etat d’urgence étouffe les mouvements sociaux et contestataires

Un appel du collectif Le doigt sur la gachette, collecitf éphémère d’actions subversives et jubilatoires.! Fêtons l’Etat d’urgence près de Toulouse !

- Les recits de perquisitions arbitraires au nom de "l’état d’urgence" affluent sur le net ! voici le récit de l’une d’elle : Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « Ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ? »

- Les robocops ont tous permis et ils l’assument fierement. Récit d’une expulsion d’un squat à Clermont Ferrand sous me "sacro saint’ état d’urgence

- Le ministre de l’Intérieur perd ses nerfs, confond et assimile le mouvement associatif au terrorisme* Après avoir interdit les manifestations citoyennes autour de la COP21, voici que le ministre de l’Intérieur assigne à résidence M. Joël Domenjoud, en charge de la « legal team » de la coalition au motif qu’il ferait partie de l’ultra-gauche parisienne qui veut remettre en cause la tenue de la COP.

Comme nous l’avions craint, l’état d’urgence s’accompagne de mesures de plus en plus arbitraires.

D’ores et déjà nous demandons la levée immédiate de l’assignation à résidence de M. Joël Domenjoud.

- Si la situation est calme sur Sivens...et devrait le rester encore quelque temps, beaucoup de choses à suivre, dans le Tarn et ailleurs ces jours à venir. Un florilège sur le site, toujours régulièrement mis à jour !

MERCREDI 25 NOVEMBRE

15H15 Urgent COP 21 !RETOURNEMENT !

Hier, nous vous avons fait part de l’interdiction de manifester dans l’Eure et Loir mais ce matin, surprise ! le directeur de cabinet de la pref nous a directement envoyé ce mail :

"je reprécise les termes de l’interdiction de manifestation sur la voie publique : le passage de votre convoi ne fera pas l’objet de blocage de la part des forces de l’ordre du département. Au contraire, nous avons donné la consigne de vous accompagner dans la traversée du département, en sécurisant les carrefours ou les traversées de villes par exemple. Bien à vous, Le directeur de cabinet de la préfecture d’Eure-Et-Loir"

notre passage est possible en Eure-Et-Loir, nous continuons donc notre chemin !!!

Nous avions aussi fait la demande en prévision d’un tel blocage, de nous aider à trouver des pistes de contacts dans le coin de l’Orne, afin de pouvoir éventuellement y accueillir du monde, un banquet, d’y trouver des soutiens, et des contacts pour une ferme, un terrain, une salle des fêtes, des chapiteaux, des couchages, des véhicules, des assos locale, désormais, notre demande a changé : nous cherchons maintenant des pistes à l’est de Dreux, entre Galardon au Sud et Passy/ Eure au Nord, à 15 km maximum de la frontière avec l’ile de France. si jamais vous connaissez du monde dans ce coin là ou que vous avez des pistes c’est génial de le dire par mail sur mslcnddlpress@riseup.net ou de nous appeler au 07 68 17 95 78 (le contact com’ du convoi)

10H  !ancien communiqué ! (Urgent COP 21

Comme vous avez peut-être déjà vu (voir communiqué ci-dessous), le convoi parti de nddl vers la cop 21 pourrait se retrouver bloqué par la police dans l’orne ou l’eure et loir. En prévision d’un tel blocage, des nécessité de rester sur place, de pouvoir éventuellement y accueillir du monde, un banquet, d’y trouver des soutiens, on cherche en urgence des contacts dans ces coins là pour une ferme, un terrain, une salle des fêtes, des chapiteaux, des couchages, des véhicules, des assos locales...si jamais vous connaissez du monde dans ce coin là ou que vous avez des pistes c’est génial de le dire par mail sur mslcnddlpress@riseup.net ou de nous appeler au 07 68 17 95 78 (le contact com’ du convoi)

Pour plus d’info sur les menaces d’arret du convoi dans le département d’Eure et Loire ICI )

dans la presse aujourd’hui L’état d’urgence face au terrorisme tourne à la répression des mouvements sociaux

Un petit mot de l’ateleir couture

Comme annoncé précédemment dans le Zad News, l’atelier Couture a fermé ses portes afin de se refaire une beauté et de rassembler du nouveau matériel. Pour y arriver, nous avons dressé une liste de ce qu’il nous serait utile et nécessaire.

La liste est ici

MARDI 24 NOVEMBRE

convoi sur la cop

A l’heure où nous ecrivons nous venons d’apprendre que la Préfecture d’eure et loir (étape avant l’Ile de France) vient maintenant à son tour d’interdire la présence du convoi parti de notre dame des landes à parti de jeudi minuit. Plus d’infos bientôt.

« Cap sur la COP » : le convoi des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes doit pouvoir entrer en Île-de-France

COMMUNIQUÉ 24 NOVEMBRE 2015

Un convoi regroupant tracteurs et vélos et comprenant 200 personnes est parti de Notre-Dame-des-Landes le 21 novembre pour mettre le « Cap sur la COP ». Il a prévu d’arriver sur la plateau de Saclay le 27 novembre, quelques jours avant la COP 21. D’autres convois, venant d’autres régions de France, ont prévu d’arriver ce même jour.

Le dimanche 22 novembre, la police a informé les organisateurs du convoi de Notre-Dame-des-Landes que l’entrée en Île-de-France leur serait interdite, alors que le trajet francilien a été déposé auprès des différentes préfectures.

Ce convoi vise à dénoncer l’incohérence consistant à vouloir lutter contre le réchauffement climatique tout en menant des grands projets inutiles comme celui de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Les associations et organisations signataires demandent instamment au Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve de ne pas interdire à ce convoi l’accès à l’Île-de-France et de ne pas s’opposer au rassemblement prévu de longue date sur le Plateau de Saclay.

LISTE DES SIGNATAIRES (AU 23 NOVEMBRE)

* Amis de la terre * Attac France * Coalition climat 21 * Coordination des Collectifs AC ! * DAL * Susan George * Union syndicale Solidaires * 350.org

Toujours dans la presse et à propos du convoi sur la cop

Sarthe 200 opposants à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes arrivent au Mans

et dans la presse aussi un article sur L’état d’urgence qui pose des questions de constitutionnalité et pas que !

LUNDI 23 NOVEMBRE

Des nouvelles du convoi "CAP sur la COP"

communiqué du 23 novembre : ============================

Malgré la tentative d’arrêt du convoi d’hier et de contrôle d’identité refusée par l’ensemble du convoi, l’aventure se poursuit.

Après un accueil chaleureux et une bonne nuit passée à Angers, ce matin (23/11), le convoi a fait escale devant le squat de réfugié-e-s de La Pinionnière (récemment expulsé) pour leur manifester notre soutien et rappeler la bêtise que constitue la fermeture et surveillance d’une maison vide quand des personnes dorment dehors.

Un texte du comité de soutien francilien en réponse à l’interception du convoi de Notre-Dame-des-Landes au niveau d’Ancenis

— - Un chouette texte contre l’islamophobie et le racisme dans ce contexte post attentat ici

Dans la presse

A propos du blocage d’hier Yves Rousseau : « Le blocage actuel nous apparaît comme un signe de plus de la volonté du gouvernement de museler toute contestation sociale et environnementale lors de la COP 21. »

 

Nouveles du 16 au 22 novembre 2015

lundi 16 novembre 2015, par zadist

 

Répression : nouvelle incarcération : S. est en prison préventive depuis vendredi 13 pour avoir refusé le fichage ADN. Nous donnerons plus d’information bientôt.


Le blog pour suivre le convoi sur la COP21

Dimanche 22 novembre

L’actualité de la tracto vélo

- Ce matin à 11h à Anetz près d’Ancenis en Loire atlantique (sortie en direction de paris) plusieurs centaines de policiers bloquent le convoi "cap vers la cop 21" : 200 cylistes et 5 tracteurs partis de Notre dame des landes hier.

La Préfecture de loire atlantique avait pourtant annoncé par voie de presse qu’elle ne s’opposerait pas au départ convoi. La première journée de trajet du convoi s’était effectivement déroulée en toute tranquillité. Mais le blocage actuel, nous apparaît comme un signe de plus de la volonté du gouvernement de museler toute contestation sociale et environnementale lors de la cop 21.

- Après 2h de blocage de la nationale 23 et du convoi par la police, celui-ci a été libéré. Les participants au convoi avait décidé d’un commun accord de refuser de décliner leur identité et donc se laisser ficher. Alors que les soutiens de la région commençaient à se rendre sur place, le ministère de l’intérieur a finalement accepté de laisser repartir librement le convoi, en se contentant d’une déclaration au mégaphone. Un policier a affirmé dans le micro que le convoi serait interdit d’accès à Saclay, l’étape avant paris et qu’un périmètre de "sécurité" serait déployé autour de la ferme de l’agriculteur qui devait nous accueillir. Il a aussi annoncé que toute tentative de passer à Saclay ou en île de France serait sévèrement réprimé.

Cette mesure nous apparaît comme un signe de plus de la volonté de museler toute contestation sociale et environnementale lors de la cop 21.

Pourl’heure le convoi continue sa route et sera ce soir à Angers à la salle daviais. Nous invitons les comités qui se sont mobilisé ce matin à nous retrouver sur place et les remercions chaleureusement de leur soutien.

Et dans la presse

Le télégramme

Notre-Dame-des-Landes : Bloqués par la gendarmerie, les anti-aéroport à vélo autorisés à repartir

Après avoir été stoppés par les forces de l’ordre ce dimanche matin, les opposants au projet d’aéroport, à vélo et en tracteurs, ont repris la route.

Envoyé par mail

une affiche à propos de la cop et pas que !

JPEG - 78 ko

Samedi 21 Novembre

COP 21

Communiqué du 21 novembre

Sur la route du convoi – les prochaines étapes -Cap sur la cop 21

contact presse dédié au convoi : 07 68 17 95 78

adresse mail : mslcnddlpress@riseup.net

Notre blog : http://marchesurlacop.noblogs.org

Notre compte twitter : http://twitter.com/MSLC21

CAP sur la COP - The movie, vers la COP21 : https://www.youtube.com/watch?v=OuN5Xa1MBv8

Sachant que la COP 21 aura bien lieu et que le projet d’aéroport n’est pas encore abandonné, nous avons maintenu notre convoi tracto-vélo de NDDL à Paris.

Après un petit déjeuner convivial, deux cent cyclistes et une dizaine de véhicules (tracteurs et remorques pour la logistique) se sont élancés dans cette aventure sous le soleil et les vivats des opposants au projet venus les encourager.

Spectaculaire déploiement de tables, chaises, repas sur la place à Nort sur Erdre (bien meilleure que le Tour de France, notre logistique...,).

Les prochaines étapes :

- Dimanche 22 Ancenis/Angers 12h30 à14h : pause déjeuner à Champtocé 18h : arrivée prévue à la gare d’Angers Saint-Laud et déambulation collective jusqu’à la salle Daviers ( 5 boulevard Daviers) 21h soirée débat : "Que se passe-t-il donc à Notre-Dame des Landes ? Que sont les ZAD ? Pourquoi monter à Paris ?

Lundi 23 Angers/La Flèche . 10h : point presse au squat des migrants à Angers pause déjeuner à Marcé 17h : arrivée à La Baronnière, La Flèche 19h : repas sous barnum dans le champs

Malgré l’escalade sécuritaire et la déferlante annoncée de lois liberticides , notre volonté est de continuera à manifester, à lutter et à porter haut et fort la voix de territoires en luttes impactés par des projets inutiles et imposés . Avec ce convoi, nous voulons continuer de faire grandir et partager un espoir politique collectif qui se construit depuis des années au cœur de la lutte à NDDL. Nous souhaitons également manifester notre solidarité avec les populations qui subissent les guerres et le réchauffement climatique.

N.B. Chaque midi, après le repas, quelques personnes seront disponibles pour répondre à la presse et il vous sera possible, si vous le souhaitez, de profiter de ce moment pour vous entretenir avec des participants et photographier ou filmer le convoi dans la limite d’une demi heure après le départ . Chaque soir, un point presse sera également organisé : il permettra de prendre des nouvelles de la journée, de la lutte en général et des étapes à venir.

Nous avons imaginé cette aventure avec comme priorité le respect des personnes, ainsi nous vous demandons d’avoir la bienveillance de toujours prévenir avant d’utiliser une caméra, un appareil photo ou de prise de son, et de ne jamais enregistrer les personnes à leur insu.

Quelques articles paru suite au départ du convoi

Le parisien France bleu Presse océan

Vendredi 20 Novembre

La préfecture de Loire-Atlantique ne s’oppose pas au départ, vers Paris, du convoi d’opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Quelques commentaires sur l’etat d’urgences et ces conséquences en matière de libertés

- Un article de mediapart : Ne sacrifions pas nos libertés au nom de la guerre contre Daesh

et un autre L’ordre pour perpétuer le désordre

-  Les verts sont réticent à la prolongation de l’état d’urgence noud dit on ! et n’approuve pas l’annulation de la manif du 29http://www.lefigaro.fr/politique/le...

Jeudi 18 Novembre

- Communiqué de presse : "CAP sur la COP" convoi tracto-vélo de NDDL à Paris pour la COP21

 

 

Communique de presse Nouvelles de pars : luttes et COP 21

Mercredi 17 novembre

- Trouvé sur presse océan : "Notre-Dame-des-Landes n’est pas une priorité dans le contexte actuel", confirme Stéphan de Ribou, sous-préfet chargé du dossier. Le gouvernement et les services de l’État sont concentrés sur la réponse forte à apporter aux actes terroristes.".

- un commentaire la dessus de notre cher Alain Mustièrehttp://www.desailespourlouest.fr/un...

Pour Infos : Au cours de l’histoire, l’état français a fait plus de morts et crée plus de terreur que les fachos du Moyen-Orient de Daesh ! N’oublions pas les croisades religieuses, les prises d’otages et déportations d’esclaves, puis plus récemment les tortures et techniques de contre-insurrection, héritées de la collaboration avec les nazzis, employées pendant la guerre d’Algérie, en Indochine puis exportées en Amérique "Latinisée" en soutien aux dictatures d’extrème droite. Enfin n’oublions pas les morts, les blessé.e.s et la répression exercée sur le territoire français qui vise principalement la jeunesse des banlieues. Ces crimes sont commis quotidiennement par ces mêmes féroces de l’ordre à qui l’ont veut donner tous les pouvoirs pour protèger avant tout l’hégémonie du pouvoir.

- des nouvelles de la journée radieuse du dimanche 15 Novembre devant l’espace technologique de Saudron (village quelque km de Bure) http://vmc.camp/2015/11/17/radieuse/

Lundi 16

- Les Verts veulent enfermer les migrants au lieu de construire un aéroport. On est contents de lire des articles de presse de temps en temps pour apprendre que les verts ont des proposition de plus en plus farfelues et de moins en moins de gauche. Il faut assumer quand même : Daniel Cohn-Bendit suggère de construire à la place un « grand centre d’accueil de migrants » à la place de l’Aéroport pour « soulager Calais » et « calmer tout le monde »

20 minutes : Notre-Dame-des-Landes : Plutôt qu’un aéroport, Cohn-Bendit propose un centre pour migrants

France 3 : Notre-Dame-des-Landes : vers un centre de migrants à la place de l’aéroport ?

Ou en réécoutant le 7-9 de france inter vres 1h43

- Presse Un article qui dit... pas grand-chose sur les avancées des procédures juridiques NDDL. Quel est cet animal qui empêche le début des travaux ?

 

 

Nouvelles du 9 au 15 novembre 2015

dimanche 15 novembre 2015, par zadist

 

Répression : nouvelle incarcération : S. est en prison préventive depuis vendredi pour avoir refusé le fichage ADN. Nous donnerons plus d’information bientôt.


Le blog pour suivre le convoi sur la COP21


Dimanche 15 novembre

Sur la ZAD

- AGO se vante d’avoir réussi à venir faire des relevés sur la ZAD en envoyant des employés déguisés en cueilleurs de champignons (une partie de l’article sur le site de Presse Océan)

Luttes contre l’aéroport

- Cap sur la COP Petite revue de presse après la conférence de presse d’appel : 20 minutes, Ouest France. D’ailleurs la COP est maintenue donc à priori le convoi aussi !
- Pendant ce temps Jean-Vincent Placé (les Verts) propose un référendum sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

- Le dernier continent : sortie du film de Vincent Lapize sur le ZAD cette semaine.

Des nouvelles d’ailleurs

- Manif à Landivisiau plus de 2000 personnes ont manifesté sur le site du projet de centrale à gaz de Landivisiau (Le Télégramme)

- Réactions suite aux attentats à Paris quelques analyses intéressantes ont été publiées sur Paris Luttes

- un petit compte-rendu du procès des anonymous accusés d’avoir participé à une action antinucléaire contre le site de l’ANDRA sur Reporterre

Jeudi 12 novembre

- Des policiers en nombre stationnent à Vigneux de Bretagne. Est ce en lien avec la présence de 3 ministres différents à Nantes ? Vigilance en tout cas si vous passez dans le coin. Une personne a été arrếtée dans l’après midi là bas, on ignore encore pourquoi.

- des nouvelles du convoi partant de l’est vers la COP21

- une soirée d’infos sur la ZAD à la fac de Rennes lundi prochain. faites tourner l’info !

- on vous rappelle la manif à Landivisiau ce samedi. ce sera l’occasion aussi de discuter entre membres des comités anti aéroport présents

Mercredi 11 novembre

-  !!! ATTENTION le lieu de rassemblement a changé on relaye un appel à rassemblement : samedi 14 novembre à 15h au Bouffay : Rassemblements de soutien au migrants suite à l’attaque au cocktail molotov dans un squat d’habitation

de la lecture :
- un communiqué de l’ACIPA par rapport au tribunal permanent des peuples : Sentence historique : le TPP reconnaît les violations des droits des peuples liés aux GPII

- un communiqué du collectif de Vannes : "Le Collectif du Pays de Vannes contre le projet d’aéroport à NDDL et les nombreuses structures qui en font partie apportent leur soutien complet aux habitants de la zad et à l’ACIPA dans leur lutte. Nous nous opposerons de façon active et déterminée à toute tentative d’expulsion et tout début des travaux, en intervenant aussi bien sur la zone du projet que dans notre environnement proche. Nous demandons instamment l’abandon complet du projet et que l’expérimentation sociale qui se vit sur la zad puisse se poursuivre. Le réaménagement de l’aéroport actuel est la seule issue à ce conflit."

- Des nouvelles de la lutte au Vieux-Doulon contre le projet urbain de ZAC des Gohards. Le jardin des ronces s’enracine, un collectif de mobilisation se positionne contre le cadre de concertation imposé par Nantes Métropole...

- nouvelles d’ailleurs :

- du côté de la lutte à Sivens :
- les dernières nouvelles sur https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

- Un an après la mort de Rémi Fraisse à la ZAD (zone à défendre) contre la construction d’un barrage dans le Tarn en France, tous les ménages de Allmendingen (Suisse) et des environs ont reçu une lettre de B&T AG, fabricant de Lanceurs de Balles de Défense de là-bas

- lancement d’un journal anticarcéral au Mexique : « El Canero » écrit par plusieurs prisonnier-e-s au Mexique : une communication alternative produite par des prisonniers et prisonnières qui se trouvent derrière les barreaux de plusieurs geôles de la capitale

- appel pour un convoi partant de l’est : le 22 novembre, une semaine avant le début de la farce, un convoi vélo/moteurs des luttes de l’Est partira depuis le Quartier Libre des Lentillères à Dijon. Il réunira des individus et des collectifs de l’est de la France qui luttent contre des projets symptomatiques de l’aménagement capitaliste du territoire : centre d’enfouissement de déchets nucléaires (à Bure), de Center Parks (à Poligny, à Châlons-sur-Saône et à Roybon), d’industrialisation des forêts (à Vauclaix dans le Morvan et à Tonnerre), projet d’éco-quartier aux Lentillères à Dijon...

Lundi 9 novembre

- Ce matin, trois personnes présumées hacktivistes du mouvement Anonymous sont jugées au tribunal de Nancy. Appel et précisions ici.

À 9h, heure du début de l’audience, audience suspendue 15 mn car les avocats n’avaient pas connaissance de la constitution de l’ensemble des parties civiles. Salle comble avec du monde dehors.

- Par, là, un reportage en ligne au sujet de la conserverie à la Noë Verte

 

 

Infos du 2 au 8 novembre

lundi 2 novembre 2015, par zadist

Merci de nous signaler toute information sur d’éventuelles présences de flics ou d’engins de travaux autour de la ZAD au numéro d’urgence : 06 43 92 07 01. _Avant de faire tourner une info, merci de la recouper en regardant sur ce site web ou en appelant le numéro d’urgence si elle n’est pas encore publiée sur le site.

Les infos d’urgence qui tournent sur les réseaux sociaux ne sont pas toujours confirmées. Restons vigilants, mais évitons de crier au loup ! Ca nous permettra de réagir rapidement. Evitons de faire tourner des rumeurs. Merci d’avance !

-  !! notre appel et propositions des stratégies en cas de travaux dans la Zone À Défendre !!


Pour verifier les clef de cryptage de notre site SSL https://zad.nadir.org et adresse mail zad(arrobase)riseup(point)net retrouver les information sur l’article ici : Vérifie nos certificats SSL & clef email GPG


Répression : nouvelle incarcération : S. est en prison préventive depuis vendredi pour avoir refusé le fichage ADN. Nous donnerons plus d’information bientôt.


jeudi 5 novembre

- Encore 2 jours pour vous inscrire au convois de nddl à paris. Envoyer un mail à mslcnddl@riseup.net pour vous inscrire avec le début du sujet : Inscription.

Infos d’ailleurs

[Roybon] Bonjour,
Cette nuit, un incendie s’est déclenché à la marquise et a emporté dans ses flammes l’atelier attenant au batiment. Les policiers et des experts doivent venir aujourd’hui. Sachant que les incendies sont souvent invoqués comme motif d’expulsion nous appelons à un RASSEMBLEMENT AUJOURD’HUI À LA MARQUISE.
Venez nombreux !
Rendez-vous dans les bois vite !
Le mur du collectif : http://fr.padlet.com/GREZADPAD/nw9dl26kz2i0

- Le collectif Convergence des luttes en Alsace et ailleurs (composé d’un dizaine d’assos et collectif locaux) propose de faire un focus le week-end du 6 et 7 novembre sur la thématique de l’enfouissement, en s’intéressant particulièrement aux exemples présents dans la région, en créant un pont entre le passé non assumé et le futur sinistre que l’on nous propose : à savoir entre le désastre de Stocamine dans le Haut-Rhin, et le projet pharaonique et insensé du centre d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure en Lorraine.

Vendredi 6 novembre à 20h au CARDEK : Une soirée est ainsi proposée autour du Film, « A Bure pour l’Eternité », un documentaire de 52 minutes, en présence d’un des deux réalisateurs Aymeric Bonneti. Le film décrit la lutte quotidienne des opposants qui n’a jamais faibli depuis les premières esquisses du projet dans les années 90, et s’attarde en particulier sur la Maison de la résistance, située au cœur du petit village de Bure.

Samedi 7 novembre de 11h à 17h : RDV place Kléber au stand « convergence » pour discuter avec les représentants des opposants du collectif « Destocamine » et de la maison de Bure.
A 13h30 : Prise de parole et point presse.
Concert par les « Bure Haleurs »
http://collectif-alsace-contre-nddl.blogspot.fr/2015/11/convergence-des-luttes-ne-tuons-pas-nos-sols.html

Lundi 2 novembre

Infos de la ZAD

- Communiqué : Les habitant-e-s de la zad répondent à l’appel d’offre et annoncent la reprise des travaux en vidéo exclusive

 

 

 

- Conserverie de la Noe Verte - Date limite de consommation repoussée

- La fameuse association "Des ailes pour l’ouest" nous informe « Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : cette fois c’est vraiment le GO ! ». Font-ils référence au jeu de GO, un jeu stratégique chinois basé sur l’occupation de territoire en encerclant son adversaire pour immobiliser ses actions ?

- l’Etat a pondu un rapport "Concertation publique sur l’évaluation stratégique environnementale des effets cumulés du projet de l’aéroport du Grand Ouest et des projets connexes". Si des gens veulent se pencher dessus, voici le PDF et le lien sur le site de la pref’

Convoi NDDL-Paris "Cap sur la COP"

- Appel à soutien financier pour le convoi NDDL-Paris

- Il est toujours possible de participer au convoi, en s’inscrivant avant le 7 novembre sur mslcnddl@riseup.net avec en objet : Inscription (précisez le nombre de participant-e-s et les dates de participation) !

Infos d’ailleurs

- « Une opération policière franco-allemande a visé mercredi une maison de Tarnac (Corrèze), où vit Julien Coupat, militant libertaire soupçonné de sabotages de lignes SNCF sur des caténaires en 2008, mais s’est heurtée à l’opposition de plusieurs dizaines de manifestants encagoulés ». http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/11163-tarnac-operation-policiere-visant-maison-julien-coupat.html

- une déclaration envoyée à la Sexta qui commémore, ce même jour, dans le contexte de la fête des morts et du « Mictlan rebelde » au palais des Beaux Arts, à Mexico, ses morts et les victimes de la violence d’Etat, comme nous le faisons aujourd’hui ici à Paris.

Documents joints

 

 

 

Infos du 26 octobre au 1er novembre 2015

mardi 27 octobre 2015, par zadist

Vendredi 30 octobre

- Communiqué d’habitant-e-s de la zad en réponse à l’appel d’offres du gouvernement - Nous avons reçu l’information que le gvt a publié un appel d’ offre pour des travaux sur le desserte routière. Nous l’ avons trouvé sur marchés online fr & sur le plate-forme des marchés publics fr ceci prouve que l’état pense de pouvoir passer en force pour démarrer des travaux dédiés a un aéroport ridicule sur cette belle zone libérée des griffes des bétonneurs et les intérêts d’une économie capitaliste, dévastateur du vivant. N’oubliez pas notre appel et propositions des stratégies en cas de travaux dans la Zone À Défendre.

- quelques articles sur ce qui se passe par ici dans les journaux... Un couple refuse son expulsion, "A notre dame des Landes, les zadistes bien campés dans le bocage"....

des nouvelles d’ailleurs :

- Devenez l’un des heureux propriétaires de l’Amassada ! opération d’acquisition collective des 2.000 mètres carrés de terre autour de l’Amassada, sur le site de la Plaine à Saint-Victor-et-Melvieu (Aveyron), convoité par RTE pour implanter son méga-transformateur de sept hectares

-  du côté de Bure  : les travaux préalables au projets CIGEO s’intensifient, tout le monde est aux aguets, la campagne meusienne change de paysages, lire le tract de réaction Pour se tenir au courant de ce qui se passe par ici, suite aux rencontres d’automnes, le site de vmc heberge un fil info :http://vmc.camp/fil-info/

- en convois sur la COP !

- après avoir été arrếté-e-s (convocation le 19 février au tribunal d’Angoulême pour avoir "pénétré et circulé à pied dans une partie de la voie ferrée (…), en l’espèce sur la ligne à grande vitesse Bordeaux-Paris" (qui n’existe pas encore...)), les marcheur-euse-s parti-e-s d’Agen poursuivent leur route : http://marchezadagencop.noblogs.org

- un convoi est parti ce we de Forcalquier ( ou presque) et marchera pour arriver le 28 à Saclay

- pour partir à vélo depuis NDDL, n’oubliez pas de vous inscrireen envoyant un mail à mslcnddl@riseup.net ! ( ça aide l’organisation ...)

Jeudi 29 octobre

- ce matin, une centaine de personnes se sont retrouvées devant le tribunal de Nantes à l’occasion du procés de la Noé Verte. Le verdict sera rendu le 3 décembre.

- Samedi 31 Octobre aura lieu à Paris la marche pour la dignité et contre le racisme, contre l’humiliation quotidienne, contre le mépris, contre l’islamophobie, la négrophobie, la rromophobie, galopantes, contre les crimes policiers. La marche est à l’appel du MAFED, collectif de la Marche des Femmes pour la Dignité et contre le racisme. RDV à 14h à Barbès.

Marche de la Dignité : autre lien vers l’appel, avec le soutien d’Angela Davis (notamment).


plus d’infos ici

mardi 27 octobre

- vendredi dernier Libération faisait un numéro spécial sur la révolution. On peut y lire entre autres choses un retour sur la zad de NDDL à trouver ici.

lundi 26 octobre

- un huissier est passé cet après-midi porter les jugements de procédures d’expropriation en cours depuis quelques années de plusieurs maisons du Limimbout.

Echos du we : 25 octobre : 1 an après la mort de Rémi Fraisse à Sivens

- un retour sur le weekend à Pont de Buis contre les armes de la police : lire le site Désarmons la police, ainsi que l ’article de Reporterre

- à Sivens, la manifestation prévue sur la zone a été interdite par la mairie, mais plusieurs centaines de personnes se sont rassembléesaux alentours. Un rassemblement à la mémoire de Rémi Fraisse a réuni du monde à Plaisance du Touch, commune dont il était originaire.

- il y a aussi eu des manifestations à Toulouse, Gap, Grenoble, Niort, Strasbourg, ... à l’initiative de différents groupes, collectifs ou comités.

- la LDH a sorti un rapport sur les conditions ayant conduit à la mort de R. Fraisse

A l’heure où Valls parle de violence quand des salarié.es d’Air France arrachent la chemise de leur DRH mais refuse qu’on inquiète le(s) gendarme(s) responsables de la mort de Rémi Fraisse il ya un an, il est plus que temps que l’on se mobilise. Et que l’on n’oublie pas.

 

 

Infos du 19 au 25 octobre

jeudi 22 octobre 2015, par zadist

 

 

we du 23 au 25 octobre

- we de mobilisation contre les violences policières en hommage à Rémi Fraisse :
- we d’action contre les armes de la police à Pont de Buis :
pour avoir des infos et des compte-rendus du we : http://desarmonslapolice.noblogs.org/
pour rejoindre le camp ou demander/passer des infos : 0677670242
écoutez « radio poudrière » sur 98,6 – tout le we pour avoir toutes les infos en live, des émissions et prises de paroles, de la bonne musique et plus et plus

Jeudi 22 octobre

- le procès de la Noé Verte est reporté à la semaine prochaine

Mercredi 21 octobre

- demain, deux rdv pour soutenir l’occupation de la Noé Verte et montrer la détermination commune contre l’aéroport et son monde :
à partir de 8h30 devant le tribunal de Nantes,
à 14h à la Noé Verte pour préparer la suite

- Valls continue ses déclarations, la lutte continue sous toutes ses formes

- A la veille des rassemblements de soutien aux salarié-e-s d’Air France,
Depuis Notre Dame des Landes, soutien à celleux qui se révoltent chez Air France

Si nous sommes dans une lutte contre un futur aéroport, c’est parce que nous ne supportons pas que nos vies se fassent balader par les décideurs-aménageurs de ce monde, ni qu’elles soient régies par des logiques de rentabilité.
Nous voulons dire notre solidarité avec tou-te-s celleux qui ne se laissent pas faire et entrent en lutte activement, et qui à cause de cela font face aux foudres médiatiques et à la répression étatiques.
Nous aussi y sommes confronté-e-s quand nos refus passent en actes. On n’a pas encore eu les chemises de Vinci & Co, mais c’est pas l’envie qui nous en manque !

Courage à vous !
Ne nous laissons pas faire !

Quelques occupant-e-s de la ZAD de NDDL et opposant-e-s au projet d’aéroport

- le Dernier Continent, immersion cinématographique et politique dans le quotidien de la ‪ZAD‬ de Notre‬-‪Dame‬-‪des‬-‪Landes‬ de Vincent Lapize, sort en salles à partir du 11 novembre et recherche des associations locales pour aider à le faire programmer :
Si vous êtes intéresséEs par le film, les discussions et les rencontres qu’il peut susciter, contactez jeanjacquesrue@gmail.com / 06 16 55 28 57 pour demander l’organisation d’une projection dans votre cinéma préféré

- des nouvelles d’ailleurs

- à lire :
- une déclaration d’Erri de Luca avant d’être acquitté
- Merhaba Hevalno, brochure publiée chaque semaine pour tenter de résumer les infos sur le Kurdistan publiées sur internet, et donner un aperçu de l’évolution de la situation là-bas
au Mexique, Mario Luna, porte-parole de la tribu yaqui, est sorti de prison

- des nouvelles de la ZAD contre l’unité de traitement des déchets à Bordères-sur-l’échez (UTV 65) :
la presse de là-bas n’a pas encore pris le plis gouvernemental ... ; La ZAD, un lieu de lutte et de convivialité

- du côté de Bure : Dans l’Est, les travaux préalables au projets CIGEO s’intensifient, tout le monde est aux aguets, la campagne meusienne change de paysages ... tract de réaction à lire ici Pour se tenir au courant de ce qui se passe par et des appels : http://vmc.camp/fil-info/

Mardi 20 octobre

- La Noë Verte passe en procès jeudi.Venez nombreux petit-déjeuner et faire du bruit devant le tribunal.

- un communiqué d’associations nantaises qui prennent position contre l’aéroport et en invitent d’autres à faire comme elles : choisir de ne pas choisir, c’est encore et déjà faire un choix.

- le juge d’expropriation a rendu son jugement, et signifié les modalités de départ aux locataires : ils ont un mois pour faire appel.
Comme on le disait déjà quand il a voulu venir, "nous nous opposerons coûte que coûte à tout ce qui menace les habitats et cultures sur la zad. Paysans, occupant.e.s, locataires, nous sommes tous.tes des habitant.e.s des qui résistent. Il n’y aura pas d’expulsion. L’aéroport ne se fera pas !"

- du côté de Sivens : installation d’une sculpture en hommage à Rémi Fraisse "Une dizaine de personnes ont installé dans la nuit du 19 au 20 octobre et dans la plus grande clandestinité une sculpture d’1,8 tonne et de 2 mètres de haut sur la Zad de Sivens. Surnommé la "pelle masquée", ce groupe d’opposants au barrage a préparé cette opération pendant plusieurs mois et dans le plus grand secret.Sur cette main ouverte surmontée d’une sphère, des mots simples et justes sont gravés à côté d’une renoncule, la fleur étudiée par Rémi : "Nous humains, enfants de la terre, continuons le combat pour la vie" _ Reporterre vient de publier un article faisant le point sur l’enquête en cours

Lundi 19 octobre

- Les occupant-e-s de la nouvelle occupation à la Noë Verte sont convoqués au tribunal jeudi :

Depuis ce matin nous avons entre les mains l’assignation du tribunal d’instance en référé d’heure à heure, avec une convocation au tribunal de Nantes :

LE JEUDI 22 OCTOBRE 2015 À 9H00 au palais de justice, 6 Quai François Mitterrand à Nantes

Nous avons rendez-vous dès demain matin avec l’avocat pour préparer notre défense. La procédure en référé annonce une expulsion possiblement immédiate dés le délibéré prononcé, donc dés jeudi, date du jugement. Un appel à mobilisation massive est envisageable le jour du procès, pour donner de la force à la conserverie. Tenons-nous prêt où que nous soyons à montrer notre refus aux grands projets inutiles imposés, pour laisser place à des petites activités consolidant notre avenir.

Mais tout ça n’entache pas notre motivation, nous continuons à édifier la conserverie chaque jour un peu plus, et continuerons tout temps que nos mains seront libres. En attendant la finalisation du plan de la conserverie, des pots de crème de châtaigne, fraîchement cueillies hier, sont bientôt prêtes pour vos papilles (venez chercher dès demain vos premiers bocaux de "craime deux chatègnes"). Aujourd’hui, on est meme venu de Bézier et de Paris pour nous rendre visite et nous filer un petit coup de main à l’épluchage. Merci à eux. Le circuit d’eau de la maison se finalise, le potager commence à voir le soleil, et nous faisons cette semaine un point sur l’aménagement général du lieu : champ, maison, cultures….

Et un clin d’œil spécial au soleil, le soutien le plus haut que nous ayons depuis le premier jour de l’installation.

Depuis la Noë Verte à l’est de la ZAD

Les nouveaux habitant-es

 

 

 

Infos du 12 au 18 octobre

lundi 12 octobre 2015, par zadist


Dimanche 18 octobre

- Le 31 Octobre aura lieu à Paris la marche pour la dignité et contre le racisme dont on peut voir l’appel ici, sur le site de Urgence, notre police assassine (notamment).

- Récidive de journalisme policier de J-F Marival, journaliste à Ouest France. Et un petit peu de contextualisation dans un article sur indymedia, ici

. "La jungle" de Calais compterait désormais 6000 habitant-e-s.

Samedi 17 octobre

- des camarades ont été informés hier de rumeurs de préparation d’une opération commando sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, par des groupements de types milices privées issues des milieux du transport routier et/ou du BTP pro aéroport. L’ACIPA, l’ADECA et COPAIN 44 ont écrit un communiqué à ce sujet. Ouest France présente ça comme une réunion de riverains excédés... menée par Alain Mustière, leader des pro-aéroports

- des nouvelles de la Noë Verte, un projet de conserverie "ultra violent"

- un autre communiqué de l’ACIPA : Notre-Dame-des-Landes : un Premier ministre sous influence et/ou dans l’ignorance ?

Jeudi 15 octobre

- de nombreuses manifestations se préparent en mémoire de Rémi Fraisse et contre les violences d’état. se péparent pour le we prochain

- Valls fait de grandes déclarations, et les Ailes pour l’Ouest y croit ... et organise un concours de nom pour l’aéroport... on nous suggère déjà " dans vos rêves", "le kyste", .... _pendant ce temps là, c’est soirée falafel et chansons du côté de la Noé Verte, projection de films sur le colonialisme au Rosier....la lutte continue !

- Le blog de les marches sur la cop a été mis a jours avec des besoins et des informations pour donner existence aux convois vers la COP21 des différents lieux d’occupation et résistances. Ainsi l’appel au convoi Cap sur la Cop qui démarre de la ZAD à Notre-Dame-des-Landes (21novembre) jusqu’à paris (28novembre).

des nouvelles d’ailleurs :

- une Chronique des ZAD (Zones A Defendre) septembre 2015 : Notre Dame Des Landes, Sivens, Camp du Larzac, L’Amassada et bien d’autres combats... concoctée par un membre du collectif NDDL66. http://lemurparle.blogspot.fr/2015/10/chronique-des-zad-zones-defendre.html

- Des nouvelles de la forêt de Hambach ou des amies occupent un forêt pour arrêter le carnage et la destruction perpétuelle causé par des mines de charbon. Notre merde contre votre violence ! écrit après que une personne a subit de la violence policière (Un poignet cassé, des marques d’impact et une rougeur de l’œil). Il y a aussi Skillshare, du 9 au 18 octobre « Beaucoup de mots ont été prononcés, sur le changement climatique, CO2, capitalisme, maintenant il est temps d’agir. »

- Les Peuples du Chiapas se réunissent pour construire l’Autre Justice

Mercredi 14 octobre

- du côté de la Noé verte : ce matin, les routes ont été débloquées, tout en gardant la possibilité de remettre en place le blocage en cas de menaces d’expulsion. Nous restons vigilants jusqu’à la confirmation que la procédure d’expulsion est engagée et nous maintenons notre rendez-vous matinal et vivifiant : le petit déjeuner des braves à 6h du matin sur place, avec lever de soleil sur bocage garanti... Venez-y donc !

Mardi 13 octobre

pour les comités qui cherchent à les diffuser par chez eux, des affiches et tracts "zad-nddl en cas de démarrage des travaux ou d’expulsion..." voir article ici : sont aussi disponibles à Bellevue et aux Fosses Noires

Un message de bienvenue au nouveau sous-prefet sur indymedia ici

Lundi 12octobre

- Des nouvelles de la conserverie de la Noë Verte avec un appel à soutien pour le petit déjeuner demain et mercredi matin.

Alors qu’à Agen, ce matin, les forces de l’ordre ont évacué le chantier qui était occupé à Brax (rond-point d’accès au projet la future zone industriel). Elles sont actuellement en train d’expulser la bergerie de Sainte-Colombe occupée de façon préventive face à l’arrivée des travaux. Tous les soutiens sont bienvenus.

Depuis dimanche, une marche est partie pour relier Agen à Paris en suivant le tracé d’une non-LGV Bordeaux Agen : bonne route à vous, on se retrouve à Paris avant le début de la "cop 21" !

 

 

 

 

Infos du 5 octobre au 11 octobre

samedi 10 octobre 2015, par zadist

Merci de nous signaler toute information sur d’éventuelles présences de flics ou d’engins de travaux autour de la ZAD au numéro d’urgence : 06 43 92 07 01. _Avant de faire tourner une info, merci de la recouper en regardant sur ce site web ou en appelant le numéro d’urgence si elle n’est pas encore publiée sur le site.

Les infos d’urgence qui tournent sur les réseaux sociaux ne sont pas toujours confirmées. Restons vigilants, mais évitons de crier au loup ! Ca nous permettra de réagir rapidement. Evitons de faire tourner des rumeurs. Merci d’avance !


Pour verifier les clef de cryptage de notre site SSL https://zad.nadir.org et adresse mail zad(arrobase)riseup(point)net retrouver les information sur l’article ici : Vérifie nos certificats SSL && clef email GPG


jusqu’au 11 octobre, L’enquête publique sur la destruction du campagnol amphibie est en ligne : Les Naturalistes en lutte invitent à participer largement à cette "consultation publique".


Dimanche 11 octobre

- Demain matin, appel à petit déjeuner pour défendre la Noë Verte à partir de 6h

- 9h : la situation est finalement calme ce matin du côté de l’extrême est de la Zad, idéale pour une journée de chantier de remise en état de la maison, d’installations des projets ... n’hésitez pas à y passer !

- un article dans ouest france

- un communiqué du comité de soutien du Pays de Retz :

Le comité du pays de Retz, comité de soutien à l’ACIPA et à ceux qui luttent contre le projet aberrant d’aéroport à NDDL, soutien la nouvelle occupation de la maison abandonnée à Grandchamp des Fontaines.

Nous sommes solidaires avec ceux qui occupent cette maison pour plusieurs raisons :

1 cette maison était vide et vendue abusivement à VINCI,

2 à l’approche de l’hiver, les habitants de la ZAD ont droit à un hébergement solide, chaud et à l’abri des intempéries.

3 cette occupation est porteuse d’un projet constructif : une conserverie artisanale pour les produit locaux cultivés localement et sur la ZAD.

Les membres du comité du pays de Retz soutien cette action : moralement, publiquement et physiquement, par une participation aux travaux et à la protection de cette maison.

Solidairement et amicalement

Le comité du pays de retz

Comité pays de Retz pays.retz.soutien.acipa@gmail.com

Samedi 10 octobre

- un communiqué publié dans la nuit : La nouvelle installation à l’est de la ZAD se poursuit, des routes sont bloquées

- un article sur la nouvelle occupation (France Bleue)

- 21h30 : nouvelles de la Noé verte : « Aujourd’hui, nous, collectif portant le projet d’une conserverie et de ses cultures maraîchères, entamons notre installation à La Noë Verte sur la commune de Grandchamp les Fontaines à l’extrême est de la ZAD de NDDL.
Nous étions nombreux de tout age et de tous horizons à commencer à aménager ce lieu et sa maison au son de l’accordéon et dans la bonne humeur.
l’huissier est passé cet apresm constater l’occupation, c’est une victoire, mais ça ne protège pas de l’expulsion : il y a toujours besoin de monde très tôt demain matin. Ce soir, il n’y a plus de forces de l’"ordre" sur le lieu. »

- 16h50 : l’huissier vient de passer, la vigilance reste de mise.

- 14h20 : 4 fourgons sont signalés sur place, et quelques véhicules de gendarmes signalés aux alentours ( Chapelle sur Erdre, Savenay)

- 14h : URGENT :la gendarmerie menace d’intervenir à la nouvelle maison Suite à la nouvelle occupation sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes à la Noe-Verte, les gendarmes sont arrivés (quelques fourgons) et nous ont menacé d’intervenir cet après-midi pour empêcher notre installation et anihiler notre projet.

Nous faisons donc un appel à nous rejoindre le plus rapidement possible et à nous soutenir.

- 14h  : passage d’hélico

- 13h : une vingtaine de gendarmes sont postés sur la route au sud de la nouvelle maison et contrôlent les véhicules arrivants.

Des menaces planent … La ZAD s’étend !
Naissance d’un nouveau lieu de vie et de culture sur la ZAD

A toutes et à tous,

Au moment où vous lisez ce message, une nouvelle maison pour lancer une habitation et un projet de conserverie auto-gérée, est en train de s’ouvrir sous les coups de masse des habitant-es, des paysann-es, des ami-es de tous âges et tous horizon, au son de l’accordéon.

Venez nombreux et nombeuses nous rejoindre !
pour s’y rendre : entrée en face de la route menant au bourg de Chanais :
en partant de NDDL : direction Grandchamp jusqu’à la route de Chanais
en partant de la Boissière : prendre la D326 en direction de Grandchamp, Curette puis la 1ère à gauche jusqu’à la route de Chanais

coordonnées gps 47.359532, -1.670273

Diffuser sans relâche le communiqué suivant !

A l’est de la ZAD La Noé Verte

- conférence de presse à 15h

vendredi 9 octobre

communiqué d’habitant.es sur l’opération policière du 9 octobre 2015
publié à 12h, après avoir discuté de la situation des habitant.es ont souhaité réagir à ce qui s’est passé aujourd’hui :

Un poids-lourd a emprunté cette nuit la route RD281 qui traverse la Zone A Défendre contre l’aéroport, dite « route des chicanes ». Cette route est ouverte à la circulation à tout véhicule, de la voiture aux engins agricoles, mais pas aux poids-lourds. Nous regrettons que la signalisation évitant aux poids lourds de s’engager sur cette route soit systématiquement enlevée à chaque fois qu’on la remet en place. Ceci amène régulièrement des camions à avoir des difficultés de manœuvre entre les chicanes parfois relativement étroites. En général, les chauffeurs trouvent toujours quelqu’un pour les aider à bouger un obstacle ou pour les guider dans leur manœuvre. Cette nuit, le camion de 38 tonnes est resté bloqué et n’est pas parvenu à se dégager. Les habitants dormaient quand le camion est arrivé à 3h du matin. Il n’y a eu aucune violence sur le chauffeur qui est resté tranquillement dans sa cabine jusqu’au matin où un véhicule est venu le chercher. Personne ne s’est opposé à la récupération de la marchandise. Vers 10h30, le camion a été dégagé par une dépanneuse et est reparti par ses propres moyens ensuite. Nous déplorons le vocabulaire guerrier utilisé une nouvelle fois par la gendarmerie pour parler de cette anecdocte : « kidnapping », « prise d’otages », « séquestration », « embuscade », etc. Entre mobilisation massive de gendarmes et survol de la zad pendant des heures par un hélicoptère, combien aura coûté cette inutile opération ?

Contact presse zad : zadcontactpresse@riseup.net et 0695068149

- 9h : une trentaine de fourgons ont été signalés à Blain

- 9h30 : une dizaine de véhicules aux Ardillières, qui bloquent le carrefour, ils partent à pied vers la D281

- les journaux disent qu’un camion aurait été réquisitionné cette nuit sur cette route, et que les gendarmes viennent le récupérer. D’après les gens d’ici, le chauffeur aurait laissé son véhicule en voyant qu’il n’arrivait pas à passer.

- 10h30 : les gendarmes reculent pour partir tranquillement, le camion perdu a été extrait.

- hier, on apprenait que les locaux du groupement Vinci-Bouygues étaient perquisitionnés à la Réunion, dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de malversation...ça n’a pas l’air de déclencher autant d’articles passionés qu’un camion égaré...

Jeudi 8 octobre

La nouvelle salle de boxe alain mustière sera très prochainement inaugurée sur la zad...

Un documentaire sur la Zad de Sivens et la mort de Rémi Fraisse a été diffusé dans l’émission "Les Pieds sur Terre" de France Culture ces lundi 6 et mardi 7 octobre entre 13h30 et 14h.

Liens pour réécouter ici lundi 6 mardi 7

Appel à soutien pour le procès des Anonymous, 9/11 à Nancy

Trois personnes présumées hacktivistes du mouvement Anonymous seront jugées le lundi 9 novembre à 9h au tribunal de Nancy, pour des attaques informatiques bénignes contre des sites institutionnels en décembre 2013 et janvier 2014 : celui du ministère de la défense (en réponse au décès de Rémi Fraisse à Sivens), celui du conseil général de la Meuse, du conseil régional de Lorraine, et de l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (ANDRA).

Le procureur a retenu le délit d’« accès et maintien frauduleux » dans un système informatique « en bande organisée » : Ercun, Boby et seamymsg encourent donc jusqu’à dix ans de prison et/ou 150 000 euros d’amende. appel à soutien relayé ici

Mercredi 7 octobre

Reçu : Alerte sur la Zad d’Agen
Après une semaine de blocage du chantier, la charge est sur le point d’être donnée.
Ce matin (7 octobre) les huissiers sont passés sur tous les lieux occupés pour remettre le commandement de quitter les lieux.
Les CRS et gendarmes sont de plus en plus présent sur place et le maire de Brax (commune ou les travaux sont bloqués) demande dans la presse l’évacuation. (http://www.sudouest.fr/2015/10/07/l-appel-du-web-avec-le-maire-de-brax-qui-souhaite-l-expulsion-des-zadistes-2147422-3603.php)
Tout semble donc confirmer la rumeur d’expulsion qui existe depuis lundi pour ce jeudi 8 octobre.

Les occupant.e.s appellent à venir sur place en renfort.
Zad partout !

PS : la marche sur la cop qui devait partir lundi de la zad d’Agen risque de partir en avance... et avec plus de monde !! A suivre sur http://marchezadagencop.noblogs.org

Mardi 6 octobre

- retours du we :

- la récolte de patates a été terminée samedi, avec un chantier-goûter pour commencer à les trier. Il y a quand même plus de patates que de taupins : tout va bien !

- l’action de Beach Art prévue par le comité Indre SaintHerblain a été a annulé suite à l’interdiction préfectorale d’une activité "ne rentrant pas dans la définition d’une utilisation normale de la plage"....

- un article de Reporterre surla participation de Vinci à l’opération " Solutions cop21"

- nouvelles d’ailleurs de ce monde ... :

- appel à la mobilisation générale contre les projets miniers en Bretagne : réunion d’information le 8, manif le 24 à Guigamp

- Alain Bauer entarté : un "artisan du tournant sécuritaire en cours" invité des colloques de géopolitique organisés ces jours-ci à Nantes, s’est vu offrir deux tartes...

- en Alsace, la préfecture est sur le point de signer l’autorisation pour la construction d’une ferme-usine de 1200 taurillons à Wintershouse

- un reportage sur ce qu’il reste d’antimilitarisme sur le Larzac : contre la venue de la légion étrangère

 

 

 

Source : http://zad.nadir.org

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 19:31

 

Source : http://piketty.blog.lemonde.fr

 

 

Pourquoi le gouvernement protège-t-il les multinationales ?

 

 

En pleine COP 21, alors que la planète entière est réunie à Paris pour tenter de s’accorder sur des principes de solidarité et de responsabilité, le gouvernement français va-t-il prendre la défense de l’opacité financière et des stratégies d’optimisation fiscale des multinationales? C’est malheureusement ce qui se profile.

Un vote important va en effet avoir lieu ce vendredi 4 décembre à l’Assemblée nationale, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative. Les députés doivent se prononcer sur un amendement qui introduit un reporting public pays par pays pour les entreprises multinationales. En clair, il s’agit de rendre public un certain nombre d’informations sur les activités des multinationales dans les différents pays où elles opèrent : chiffre d’affaire, effectifs employés, masse salariale, profits réalisés, montant des impôts payés (ou pas), etc. La liste des informations obligatoirement rendues publiques mériterait d’ailleurs d’être élargie, par exemple à la structure des rémunérations versées.

Les députés de la commission des finances se sont prononcés en faveur de cet amendement mercredi 25 novembre. Mais il s'agit désormais de transformer l'essai et ce n'est pas gagné, car le gouvernement est farouchement opposé à ce que ces informations soient rendues publiques. Il souhaite s'en tenir à la proposition minimaliste défendue par le lobby des multinationales et par l'OCDE, selon laquelle ces informations seraient transmises uniquement aux administrations fiscales.

L’argument selon lequel il faudrait préserver le secret des affaires sur les activités réalisées par Google en Irlande ou Total au Congo n’est pourtant guère convaincant. On ne trahit aucun brevet, aucun secret légitime, en imposant le reporting pays par pays. De telles informations sont au contraire indispensables pour que les acteurs de la société civile puissent se mobiliser pour constater année après année les progrès réalisés – ou non – en matière de transparence financière et de justice fiscale.

L’autre argument, avancé par le gouvernement, est que l’on ne peut prendre le risque de pénaliser les seules multinationales françaises. Là encore, cela ne tient pas. Les eurodéputés ont voté en juillet dernier le principe du reporting public pays par pays, ouvrant la voie à l’adoption d’une directive européenne ambitieuse sur la question. Si la position conservatrice du gouvernement est suivie, alors la France risque d'envoyer un signal très négatif à l'Union européenne, alors même qu'elle aime se présenter comme un leader sur ces questions de transparence, et de bloquer ainsi toute législation européenne ambitieuse. Espérons que les députés tiennent bon et se prononcent pour cet amendement.

 

 

Source : http://piketty.blog.lemonde.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 19:22

 

Source : http://www.lemonde.fr/planete

 

 

Climat : EDF, BNP Paribas et Chevron « remportent » le prix Pinocchio

 

Le Monde.fr | | Par

 

 

 

BNP  a été distingué dans la catégorie « Impacts Locaux » par les organisateurs du prix Pinocchio du climat 2015 pour son soutien au secteur du charbon, notamment en Afrique du Sud.

EDF, BNP Paribas et Chevron sont les grands « vainqueurs » du prix Pinocchio du climat 2015. Ce prix est attribué chaque année aux entreprises qui se distinguent par leurs actions de « greenwashing », de lobbying ou par leur impact négatif sur les communautés locales. Il est organisé chaque année depuis 2008 par les Amis de la Terre, en partenariat avec le Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID), Corporate Europe Observatory et Peuples solidaires-ActionAid France. À l’occasion de la COP21, « la sélection des entreprises s’est effectuée autour du climat et à l’échelle internationale », explique Sylvain Angerand, coordinateur de campagne chez les Amis de la Terre.

 

Lire aussi : Total accusé de « crime contre l’humanité » par des militants écologistes

 

Parmi les nominés, neuf entreprises ont été sélectionnées par les organisateurs. Total, par exemple, concourait pour avoir « infiltré les associations professionnelles de promotion des énergies renouvelables », selon les ONG. Shell pour « son empreinte dévastatrice sur le plan social et environnemental laissée au Nigeria », et l’entreprise Engie, anciennement GDF Suez, pour ses investissements dans les énergies fossiles. Du 3 novembre au 2 décembre, près de 43 000 votes en ligne ont été comptabilisés pour déterminer les lauréats.

 

« Créer un dialogue avec les entreprises »

Dans la catégorie « impacts locaux », le prix Pinocchio du climat 2015 est accordé à BNP Paribas. Comme son nom l’indique, cette distinction est réservée aux entreprises dont les activités nuisent aux communautés locales. Ce sponsor officiel de la COP21 a été choisi pour son soutien financier au secteur du charbon et les conséquences des activités minières sur les communautés locales, en particulier en Afrique du Sud et en Inde.

Contactée par Le Monde, la banque met en avant ses nouveaux engagements en faveur des énergies renouvelables et des populations affectées par ses activités. Dans un communiqué, elle affirme « ne plus financer l’extraction de charbon que ce soit via les projets miniers ou via les sociétés minières spécialisées dans le charbon qui n’ont pas de stratégie de diversification. »

Lire aussi : Les énergéticiens français sur la sellette

Quant au financement des centrales, l’établissement bancaire indique que ces projets devront « faire l’objet d’une consultation des populations locales potentiellement impactées. Leur dédommagement devra être prévu si nécessaire et elles devront avoir accès à un mécanisme de recours ».

Ce nouvel engagement chez BNP Paribas est une preuve, pour Sylvain Angerand, de l’impact du Prix Pinocchio. « Il nous permet surtout de créer un dialogue avec les entreprises. C’est un moyen d’accroître la pression. »

 

Chevron, sélectionné dans la catégorie « lobbying »

Le pétrolier américain Chevron se voit décerner un prix dans la catégorie « lobbying ». Cette récompense est « remise à l’entreprise qui a déployé le plus d’actions de lobby pour saper les politiques climatiques », selon les critères du Prix. Pour les ONG, Chevron mène une politique « très agressive de lobbying » pro-gaz de schiste en Argentine, et plus particulièrement en Patagonie.

Pascoe Sabido, chercheur et chargé de campagne pour l’Observatoire de l’Europe industrielle, dénonce « l’exploitation des énergies polluantes par l’entreprise Chevron qui ne serait pas possible sans les relations privilégiées qu’elle entretient avec les mêmes gouvernements qui sont censés réguler ses activités ».

 

EDF, leader du « greenwashing »

EDF, autre sponsor officiel de la COP, se voit « récompensée » dans la catégorie « greenwashing ». Celle-ci distingue les entreprises qui se « blanchissent en employant un discours de développement durable ». Les ONG reprochent au Français sa campagne de publicité « visant à faire du nucléaire une énergie propre » et ses investissements dans les énergies fossiles.

 

EDF remporte le prix Pinocchio du climat 2015 dans la catégorie « Greenwashing » pour « sa campagne visant à faire du nucléaire une énergie propre» selon les ONG.

De son côté, le fournisseur d’électricité précise que cette campagne portait avant tout sur les émissions de dioxyde de carbone. « La campagne s’appuie sur des faits : l’électricité produite par EDF est peu chère et émet peu de CO2 ». L’entreprise affirme avoir plus que divisé par deux ses rejets de carbone depuis 1990. Elle spécifie également que « 98 % de l’électricité d’EDF est produite sans carbone, en France ».

Juliette Renaud, chargée de campagne sur les industries et la responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSEE) pour les Amis de la Terre, en est convaincue. « En votant massivement pour ces deux sponsors de la COP21, analyse-t-elle, les citoyens ont montré qu’ils ne sont pas dupes des mensonges qui polluent les négociations et sapent la possibilité de parvenir à un accord ambitieux et équitable sur le climat ».

 

 

 

Source : http://www.lemonde.fr/planete

 

 

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 18:39

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Tefal: la justice condamne l’inspectrice du travail et le lanceur d’alerte

4 décembre 2015 | Par Rachida El Azzouzi
 
 
 

L’inspectrice du travail et le lanceur d’alerte qui dénonçaient les abus et pressions de la société d’électroménager sont condamnés à 3 500 euros d’amende avec sursis.

3 500 euros, c’est l’amende à laquelle un employeur est condamné s’il entrave un inspecteur du travail dans ses missions. Pas à Annecy, en Haute-Savoie, où la justice marche à l’envers. Ce vendredi 4 décembre, le jugement est tombé dans l’affaire Tefal qui fait couler de l’encre depuis trois ans (sur Mediapart ici, ou encore ). Laura Pfeiffer, l’inspectrice du travail, traînée en justice pour avoir dénoncé les entraves à sa fonction de la part de la société d’électroménager Tefal, est condamnée. Elle écope de 3 500 euros d’amende avec sursis, pour « violation du secret professionnel » et « recel d'e-mails internes ». La condamnation sera inscrite à son casier judiciaire. Soit un coup d’arrêt à sa carrière professionnelle si son ministère de tutelle le décide. Mais selon le cabinet de la ministre du travail, Myriam El-Khomri, joint par Mediapart, Laura Pfeiffer sera « maintenue dans ses fonctions ». 

Christophe M., le « lanceur d’alerte », un ancien informaticien de Tefal, licencié depuis l’affaire, qui a transmis les e-mails à l'inspectrice prouvant l’étendue des pressions qu’exerçait sur elle la direction de cette filiale du groupe Seb, a été condamné à la même peine. 3 500 euros d’amende avec sursis pour « détournement de courriels » et « accès frauduleux à un système informatique ». Laura Pfeiffer et Christophe M. devront également verser un euro symbolique à chacune des cinq parties civiles au procès (la société Tefal et quatre personnes physiques), ainsi que payer solidairement 2 500 euros au titre des frais de justice.

 

La justice leur reproche d’avoir diffusé dans les syndicats et la presse des documents obtenus frauduleusement, internes au service des ressources humaines de Tefal. Ces documents, fournis par Christophe M. à l’inspectrice, ont permis de révéler l’ampleur des abus et pressions du principal employeur privé de Haute-Savoie pour se débarrasser de Laura Pfeiffer. Tout commence en 2013 quand l’inspectrice, en charge du contrôle de Tefal, dénonce l’accord caduc sur les 35 heures. Furieuse de cette remise en cause qui peut coûter cher à l’entreprise, la direction de Tefal s’acharne pour obtenir la mutation de la fonctionnaire. Du Medef local aux renseignements généraux, en passant par le préfet et, plus grave, par le supérieur hiérarchique de Laura Pfeiffer, Philippe Dumont – qui, en échange du service rendu à Tefal, obtiendra l’embauche en stage d’un de ses protégés, un étudiant, membre éloigné de sa famille, en dernière année d’école d’ingénieurs à Paris –, Tefal a joué de ses relations et pouvoirs pour parvenir à ses fins.

 

Laura Pfeiffer (au premier rang à droite) lors de l'audience du 5 juin qui a vu le procès renvoyé au 16 octobre. © Rachida El Azzouzi Laura Pfeiffer (au premier rang à droite) lors de l'audience du 5 juin qui a vu le procès renvoyé au 16 octobre. © Rachida El Azzouzi
 

« Ça me choque. J'avais toujours l'espoir qu'on sorte de l'absurde. J'ai le sentiment d'avoir juste fait mon métier, ce qui apparemment dérange », a réagi Laura Pfeiffer auprès de l’AFP, à l’annonce de sa condamnation ce vendredi 4 décembre. Elle était accompagnée d'une centaine de syndicalistes venus la soutenir. Son avocat, Henri Leclerc, va faire appel de la décision (pas encore motivée à l’heure où nous publions ces lignes). Le 16 octobre dernier, au terme de six heures d’audience, il avait plaidé la relaxe pure et simple dans cette affaire « absurde ». Un procès politique dans l’air ultralibéral du temps. Celui d’un corps de métier, de la police du travail chargée de faire respecter le droit du travail bien malmené dans les entreprises. Loin de tout débat juridique et du fond de l’affaire : les pressions exercées par l’un des plus gros pourvoyeurs d’emplois pour mettre hors jeu une inspectrice.

 

Le procureur d'Annecy Éric Maillaud – pour qui les intérêts économiques semblent compter plus que le droit du travail – avait, lui, requis 5 000 euros d'amende, éventuellement assortie de sursis, à l'encontre de Laura Pfeiffer, et une amende « symbolique » intégralement assortie de sursis à l'encontre de Christophe M. Le magistrat n’avait d’ailleurs jamais caché vouloir « faire le ménage » chez les inspecteurs, selon des propos tenus auprès d’une journaliste de l’Humanité en juin dernier qui lui avaient valu les réprimandes du directeur général du travail (DGT) Yves Struillou, lui-même ancien inspecteur (lire ici). S’il a instruit avec célérité la plainte de Tefal, les plaintes de l’inspectrice, contre le groupe d’électroménager pour « obstacle aux fonctions d’inspecteurs du travail » et contre son supérieur de l’époque pour harcèlement, dorment toujours à ce jour dans les tiroirs de son parquet.

À l’audience, Éric Maillaud s’était trouvé des alliés : l’avocat de Tefal et la présidente du tribunal. Cette dernière avait surpris l’assistance avec ses questions très orientées à destination de l’inspectrice et des différents agents qui viendront témoigner en sa faveur. Notamment en les interrogeant sur leur conception du métier. « “Appliquer le code du travail”, “garantir de bonnes relations sociales”, expliqueront la plupart d’entre eux. Jusqu’à ce que l’un d’eux trébuche : “Pour défendre aussi les plus faibles”, dira-t-il. Propos qui sera ensuite utilisé par le procureur dans son réquisitoire », racontait Libération ici.

L’annonce de la condamnation de l’inspectrice et du lanceur d’alerte ce matin a fait l’effet d’une bombe dans les inspections du travail de l’Hexagone, en émoi depuis le début de l’affaire en 2013. Une centaine d’agents se sont rassemblés en début d’après-midi devant le ministère du travail à Paris tandis qu’une délégation était reçue par la ministre El-Khomri. « Nous sommes indignés et stupéfaits », écrit dans un communiqué l’intersyndicale du ministère du travail (CGT, Sud, FO, CNT, FSU). Il n’est pas possible de condamner une inspectrice du travail pour n’avoir fait que son travail. Il n’est pas possible de condamner un lanceur d’alerte pour avoir joué ce rôle essentiel d’aiguillon. » L’intersyndicale dénonce « un procès honteux », « symbole de la collusion entre le patronat et les hauts cadres de l’État ». Elle appelle « l’ensemble des collègues et des salariés » à organiser des assemblées générales. Un préavis de grève pour une durée illimitée a été déposé au niveau national à compter de lundi prochain par plusieurs syndicats dont la CGT et Sud. « Du jamais vu », dit une fonctionnaire.

Tout au long de cette affaire, tombée en plein démantèlement de l’inspection du travail au travers de la réforme Sapin, et dans un contexte généralisé de casse du code du travail par une « gauche » au pouvoir qui a cédé à l’ultralibéralisme, Laura Pfeiffer n’a bénéficié d'aucun soutien de sa hiérarchie régionale ni de son ministère de tutelle – qui refuse de reconnaître en accident de service son arrêt maladie. Alors même que les pressions et l’atteinte à l’indépendance des inspecteurs du travail sont caractérisées, alors même qu’un avis du Conseil national de l’inspection du travail (CNIT) reconnaît clairement les pressions indues exercées sur l’inspectrice. Seul appui : les syndicats de sa corporation.

Lorsque François Rebsamen était ministre du travail, l’indifférence était la rigueur. Le sera-t-elle encore avec Myriam El-Khomri, qui lui a succédé ? « La ministre ne commente pas publiquement une procédure judiciaire, ni une décision de justice. En revanche, elle s’est entretenue longuement avec Laura Pfeiffer avant le délibéré et l’a assurée de son soutien », insiste aujourd’hui le cabinet de la ministre, joint par Mediapart. L’intersyndicale reste sceptique. Si elle est rassurée par l’engagement oral de la ministre de ne pas sanctionner la carrière de l’inspectrice, le compte n’y est pas, selon une syndicaliste proche du dossier : « Le ministère refuse tout soutien public comme de s’engager sur la reconnaissance de l’accident de service de Laura Pfeiffer en arrêt maladie. Mercredi prochain, Laura Pfeiffer est convoquée par le directeur général du travail et sa hiérarchie régionale. Mais cela ressemble plus à une convocation qu’à une discussion pour sortir par le haut de cette histoire. Et dans ces conditions, Laura refuse l’entretien. » À suivre.

 

 

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22