Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 22:32

spaanserevolutie

The Path of the Righteous

In March on Brussels on 13 August 2011 at 22:20

Beasain, August 13.
Day 19 of the March on Brussels. From Oñati, 33 km.

Morning walk

Dear people,

We left the river valley today to take a swirling road through the hills. Most people, almost everybody, kept to the asphalt, to avoid getting lost. Only four of us decided to take an old path through the woods, which was almost completely consumed by nature. Comrade Marianne from Syntagma Square, comrade Carmela from Galicia, comrade Jesus Christ and me.

I wonder if the path will lead us to our destination. I have my doubts, but Marianne reassures me. “Just follow Jesus. He knows the way.”

"Jesus knows the way."

And so, as Jesus steps away on his sandals through the thorn bushes, we follow along. It turned out it wasn’t the shortest route. We started off first, and we were bound to be the last. But my goodness, it was well worth it. So that is my advice, people. Don’t go with the herd, don’t take the easy road in life. You will see things you have never even dreamed of.

Convincing the lost souls to come back

Euskadi, to me, seems to be the land of great stories. These hills, these woods, these little villages covered by the fog, these towns suspended between modern times and timelessnes can serve as the background for every type of tale or fairytale.

I myself grew up in a country completely devoid of every type of nationalism, fortunately, but I can understand that the people of Euskadi are strongly attached to their native land. I would be too.


Once we’ve crossed the hills and reached the rest of the group I walk along with a Basque comrade from the village of Oñati, a real working class hero. He will accompany us for today’s long leg to Beasain. Yesterday he gave a touching speech to our assembly. He asked for us to understand the deep desire of the Basque people to be able to decide about their own fate.

Back on the road again. Photo: Marianne

Now that we have all the time to talk, I ask him to explain to me a bit about the current political situation. In synthesis, this is what he told me.

Under Franco the repression of the Basque culture was complete. The local language, which is said to be the oldest of Europe, was banned. It still hurts. At the same time the Basque country has a very strong left wing tradition. ETA is an expression of this. They want an independent socialist state. In recent years the Spanish government has granted far reaching autonomy to the region and stimulated the use of Euskara. But this is seen by many as a ‘privilege’ that was granted to appease the people, and to link the local elites to the central government in Madrid. The Spanish state never explicitly gave the people the right to self determination.

For years ETA has fought a guerilla war against the regime. Their goals are shared by many Basques, though their means are not. In the eighties the government fought back in a dirty war, using paramilitary militias. Many people were killed. Many ETA members were caught and imprisoned, but hardly any of the paramilitary fighters were brought to justice.

In recent years ETA, and the political parties linked to the her, have recognised that the violent struggle is not in the interest of the Basque people. But in the meantime the Spanish state has intensified its offensive. They have adopted a law with which any political party that doesn’t explicitly adhere to certain democratic principles can be outlawed. On the base of this they have arbitrarely prevented left wing parties from participating in the elections.

One of the charismatic ETA leaders, comandante Arnaldo Otegi, has been imprisoned repeatedly, lately for ‘glorifying terrorism’, because he refused to condemn the armed struggle [for corrections see Mayu's response below]. From a legal point of view, this is very dangerous. The man has served his term in prison for what he has done (attack on the garrison of San Sebastián, kidnapping, armed robbery). Now he is being imprisoned, not even for what he said, but for what he didn’t say.

Other ETA prisoners are said to have been tortured by the Spanish police, even people who didn’t have anything to do with the armed struggle. Many prisoners serve their term far away from home, to prevent them from having contact with their families and comrades. The final goal of the government, they say, is not the ‘war against terrorism’, but the eradication of any left wing independence movement, by linking them all to ETA.

For all these reasons the rage against the Spanish government is as strong as ever in the Basque country. The people want to be recognised as a sovereign nation. They want to be able to pronounce themselves on independence and build their own future without intervention from anyone else. They will continue to pursue this goal, with peaceful means if necessary.

Jesus dividing the bread in front of the supermarket

The Basque country is rich. It is blessed with a favourable climate. The highland of Castilla is poor and dry. It’s typical. People are used to think that it’s the rich countries who have colonised the poor countries. But in practice it’s the other way around. It’s always the poor countries who set out to conquer the others. England is a poor country, Holland is a poor country. Their harsh northern climate doesn’t allow for much variety. That’s why they set out to conquer the richest territories of the world. Africa and all the Indies, East and West.

Passing the factories of Mondragón

Now, I am neither a historian, nor an anthropologist, but I think this is a recurring event in history, going back to the dawn of civilization.

There was a time when tribes of men began settling down to dedicate themselves to agriculture. At the same time, most tribes were still hunters and gathers. I think it’s likely that the hunters imposed themselves on the farmers by force and instituted something called government.

This way they formed a parasiting elite which has perpetuated itself through time, be it aristocratically, or militarily, or ‘democratically’. The governing class has always self justified itself by saying that without them there would be chaos.

The last few miles

Arrival at Zamárraga

This is not true. People can self govern themselves very well. They have probably done so for most of the time that man kind has inhabited the earth. And the idea of revolution - not just the 15M revolution or the French revolution or the American revolution – but the idea of Revolution as such, is the awareness of the fact that outside government is not indispensable.

The real Revolution will be complete once we, the farmers, will knock on the door of our improductive ‘representatives’, saying: “Hey, it’s time for you to get a real job. Here’s a hoe. Start working the soil. If you have any ideas about how to run our society, you can present them at the assembly.”

Arrival at Beasain

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 21:33

spaanserevolutie

Cooperative Corporation

In March on Brussels on 12 August 2011 at 20:19

Oñati, August 12.

Day 18 of the March on Brussels. From Leintz Gatzaga, 24 km.

Dear people,

Last night, behind the massive wooden doors of the only tavern in Leintz, we miraculously found a shred of internet, so our Communication team immediately occupied the long tables and filled them with cups of coffee and laptops.

Sporadic information is beginning to arrive, saying we are not alone. There are marches to Brussels under way from various places. Last monday a dozen people left Barcelona. There is said to be a march under way from Valencia as well. They call it ‘the Mediterranean Column’, for it will follow the coast up to Marseilles before turning inland to take the route Napoléon going north. There are also rumours about marches from England and from Italy. Even in Germany they say a march is being planned. I imagine the French High Command is already in a state of alert.

The road out of Leintz

The news from Barcelona is not encouraging. Their march doesn’t have support vehicles, and that makes the walk, the camping, and the food preparation a lot harder. One of our comrades has a car, and together with a veteran from the Northern Column, he doesn’t hesitate. While most people are preparing to go to sleep, they say a quick goodbye, and they are off into the night. To the Barcelona column. “Over there we’re needed more than here.”

The march today was protected by the clouds. We continue our walk down from the highlands, passing in between the hills of Euskadi along a river valley. It’s the natural transit route to the coast, so this is where the roads pass. Along them, all types of industry have sprouted. From mining to manufacturing to transportation. It’s not an enchanting sight, but later I hear there’s an interesting story behind all this industrial activity.

Entering Arrasate/Mondragón

The center of gravity of this zone is the town of Arrasate/Mondragón. It’s the home of the Mondragón Cooperative Corporation. All the factories and all other means of production we’ve encountered here are in the hands of the workers. The Mondragón Corporation is active in retail, banking and industrial production of everything from car parts to bikes, to office furniture and elevators. It even has its own university. All decisions regarding the fate of the corporation and the remuneration of its members are taken democratically. Each of the workers/owners has one vote, be it the manager, or the blue collar at the assembly line.

Crossing the market. The sign says 'Defend Mother Earth'

The Mondragón Corporation is highly competitive internationally. They do business all over the globe and they make a steady profit, maybe because money is treated as a means and not as an end. It goes to show that we could maintain all the consumerist culture we want, and still be a society based on human values.

Scenes from a mid morning break

Marching separately, today we’re almost ninety people including the support crew. There’s a middle aged woman from Peru walking the march with her Spanish husband. She fills me in on another interesting side of Basque and Spanish history.

After the discovery of America, Seville replaced Bilbao as Spain’s most important harbour. Many of the Conquistadores were Basques. They exchanged the hills of Euskadi for the mountains of the Andes, where they played their part in violently subdueing the native civilizations. Ironically, they behaved exactly like the Castillian warlords did when they conquered the Iberian peninsula from the Moors. Many Basques went on to form the white upper class of Chile and Peru. They founded immense estates and they exploited local farmers for the greater glory of god and the king of Spain, but mostly for themselves.

We arrive in Oñati. This is the very heart of the Basque country. Here the signs and texts, which used to be bilingual, are almost exclusively in Basque, even on the ambulances and fire trucks. A recurring symbol, exposed from many balconies – and from town halls – is a banner with a map of Euskadi, and the demand for the ETA prisoners to sit out their sentence in their native land.

Entering Oñati

The 15M movement has not rooted in these villages. People see it as something that comes from Spain, so they distrust it. What we do is we enter the towns singing slogans in Basque. Also the announcements of our evening assembly are presented in the local language. We invite people to speak Euskara and have it translated in our meetings, but we try to explain that the 15M is not about nationalism of any kind. It’s about the citizens, about normal people getting together to talk about their local problems in order to find a solution that suits them all.

'Proposals'

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 12:58

Du 25 au 28 août

Lieu : Lézan (30)

Dernière modification : 9 août 2011

Le Réseau "Sortir du nucléaire" s’associe à la Convergence pour la transition énergétique de Lezan. Nous serons présents pendant les 3 jours de l’évènement : les 26, 27 et 28 août.

Nous interviendrons le samedi lors de la table ronde "Les voies pour une transition énergétique : du local au global" et nous y animerons un atelier (détails à venir).

Nous tiendrons également un stand pendant toute le durée de l’évènement. Si vous souhaitez vous joindre à nous et tenir le stand pendant quelques heures, contactez nous. laura.hameaux@sortirdunucleaire.fr, jusqu’au 19 août puis guillaume.blavette@wanadoo.fr

Invitation des réseaux associatifs aux Rencontres Internationales Citoyennes pour une Transition Énergétique à Lézan dans le Gard les 25/26/27/28 Août

La Coordination Nationale des Collectifs en lutte contre la prospection et l’exploitation des gaz et huiles de schiste, en partenariat avec des réseaux nationaux et internationaux militant pour un autre avenir énergétique organisent ces Rencontres de "Convergence citoyenne pour une Transition Énergétique".

Ces rencontres seront un lieu de convergence citoyenne pour informer et s’informer, échanger des connaissances et des idées, avancer vers un quotidien moins énergivore en ressources fossiles, plus respectueux de la démocratie, de la santé et de l’environnement de notre terre et de ses habitants.

Durant 4 jours, de nombreux ateliers, tables rondes et témoignages permettront d’aborder, avec la participation active de tous, les différents aspects de la question énergétique, de partager ces connaissances avec l’appui d’intervenants nationaux et internationaux.

Un état des lieux des énergies actuellement utilisées en France et de par le monde, des conséquences pour la population des pays fournisseurs de ressources et pour la planète, des luttes existantes pour une transition énergétique, sera présenté.

Des échanges autour de la nécessaire transition énergétique, du passage des énergies fossiles et nucléaire à des sources alternatives d’énergie auront lieu lors de tables rondes et ateliers pratiques, à la fin desquels des propositions concrètes seront envisagées.

PROGRAMME

Jeudi 25 août

- 18h30 : Plénière d’ouverture Après les premières mobilisations contre les projets d’exploitation du gaz de schiste, l’état des lieux de la crise énergétique et climatique.

Geneviève Azam ATTAC, Nnimmo Bassey Nigéria, les Amis de la Terre, Benjamin Dessus Global Chance, Fabrice Nicolino, lanceur d’alerte.

- 19h30 : Conférence gesticulée sur la transition par Etienne Lecomte Comment, avec une vie sans pétrole, transformer nos paysages et territoires
- 21h : Tous au Larzac (2011) de Christian Rouaud, film documentaire retraçant la lutte des années 1971-1981

Vendredi 26 août

Consolider la lutte contre les gaz de schiste et les énergies fossiles

Sessions « grandes problématique » (10h - 12h)

- Gaz de schiste, pétrole … stopper la course aux énergies fossiles : Maxime Combes, ATTAC, Aymeric de Vallon, Collectif Ile de France, Benoît Thévard, Un avenir sans pétrole, François Veillerette, Génération Futur,

- Ruée sur l’énergie, menaces sur l’eau : Fondation France Libertés Sophie Borderes, Coordination eau bien commun PACA

- La santé sous le feu croisé des pollutions : Gilles Nalbone, Réseau Environnement Santé, Vincent Besin, médecin, Jean Nicolas Antoniotti, association Aria Linda, Yannick Vicaire, Vigie Tox,

- Sortir d’un modèle de surconsommation et vivre mieux : Thierry Salomon, Négawatt, Serge Latouche, Ligne d’Horizon, témoignages du village des possibles, Relocalisons,

Sessions « controverses » (14h – 15h30)

- Démocratie confisquée, débat usurpé : comment instaurer un contrôle citoyen ? H.Pelosse, IRENA, un représentant du monde de l’expertise, Fabrice Nicolino ? lanceur d’alerte, Richard Neuville, Alter autogestion

- Institutions publiques, élus locaux et associations : comment maîtriser et réduire la consommation énergétique ? Sylvette Escazaux-ATOS Nature et Progrès, Jean Claude Amara, Droits Devant, Edouard Chaulet, maire de Barjac, François Calvet Conseiller régional Midi Pyrénées (ancien de la Confédération paysanne), Stéphane Linoux Conseiller Général Aude

- Approche systémique des luttes : quelles mobilisations, quelle coordination ? Estelle Tardy : Collectif Causse Méjean, Eric Jousse, Netoyen, Serge Latouche, Thierry Salentin, Collectif Ile de France

- État des luttes internationales : comment mutualiser les savoirs et articuler les mobilisations ? Maxime Combes, ATTAC, Juliette Renaud, les Amis de la Terre, un représentant du mouvement des indignés

Sessions « méthodes » (16h - 17h30)

- Mobilisation et contre les permis d’extraction des gaz de schiste : Claude Pradal, Maire de Villeneuve de Berg ?

- Désobéissance civile : Les désobéissants

- Résistance passive : Greenpeace

- Questions/réponses aux formations politiques : mesures concrètes pour sortir de la dépendance des énergies fossiles

Trois sessions de clôture : « Perspectives communes » (18h-19h30)

- La question du juridique : commission juridique des collectifs gaz de schiste

- Communication au service de la lutte : commission communication

- Engagements communs et agenda des luttes à la rentrée.

Samedi 27 août

Table ronde (9h30 - 11h30)

- Fuite en avant énergétique et chaos climatique. Benjamin Dessus* Global Chance, Fabrice Nicolino*, lanceur d’alerte, Roland Desbordes, CRIIRAD, Maxime Combes, ATTAC, Observatoire du Nucléaire, Collectif gaz de schiste, x, Action Climat - Modératrice : Nathalie Péré-Marzano* (CRID)

Grands Ateliers simultanés (11h30 – 13h30)

- Sortie immédiate du nucléaire – Didier Glatigny, STOP Nucléaire

- Agrocarburants, les luttes – Eric Jousse, Netoyen, Christian Berdot, Amis de la Terre, Pascal Pavie, Confédération Paysanne,

- Transition énergétique, relocalisations, reconversion industrielle – Michel Lepesant, Daniel Burette

- Des luttes locales aux échéances internationales (G20, Durban, Rio + 20) : comment articuler le mouvement ? – Maxime Combes –

Tables rondes simultanées (14h30 - 16h30)

- Les enjeux et les pièges du capitalisme vert : Sylvain Angerand, Les Amis de la Terre, Geneviève Azam, ATTAC, Agnès Bertrand, auteure - Modératrice : Fanny Simon (AITEC)

- Les voies pour une transition énergétique : du local au global : Sylvia Pérez, sociologue économiste, La Ligne d’horizon, François Plassard, auteur, Josie Riffaud, Confédération Paysanne, Via Campesina, Greenpeace , Guillaume Blavette - Réseau Sortir du Nucléaire - Modératrice : Jacqueline Balvet (ATTAC)

Grands ateliers simultanés (17h – 19h)

- Énergies renouvelables et relocalisation – Simon Coussus

- Pour une agriculture qui sorte de la dépendance énergétique - Solagro, réseau cohérence

- Pour une politique des transports alternative, Sud Rail, FNAUT,

- L’espace écologique, un outil pour faire converger les luttes écologiques et sociales – Sylvain Angerand

- Un Habitat économe en énergie, Maxime Vasseur

Conférence gesticulée sur la transition (19h - 20h)

- Étienne Lecomte : Retour vers le futur...

Vendredi et Samedi

- de 18h30 à 19h30 Témoignages des autres continents avec des porte parole d’Inde, du Japon, du Mali, du Nigeria, d’Amérique Latine
- A partir de 20h30 Soirées festives et culturelles

Dimanche 28 août

matin

Plénières de clôture de la Convergence (10h-11h30)

- convergence des luttes :

- Vinci, dégage ! (10h-11h30) NDDL, LGV, Autoroute autour de Moscou,

- Les pistes pour la transition énergétique (11h30-13h)

Les prochains rendez-vous : Geneviève Azam, ATTAC, Jean-Claude Pierre*, Pierre Péguin, Claude Pradal, Paul Ariès, représentants des collectifs gaz de schiste et des coalitions G20 et Rio + 20

l’après midi

- Réunion des Collectifs GDS en Coordination Nationale

- Pratiques sur les alternatives énergétiques


Y aller en vélo  :
BiclouPour ceux qui le souhaitent, un départ groupé en vélo est en cours d’organisation par région pour converger vers le village de Lézan, en récupérant petit à petit les différents parcours pour une étape finale au départ d’Alès (la gare SNCF d’Alès permettra à ceux qui le souhaitent de ne participer qu’à la dernière étape d’une dizaine de Km). Ce sera une itinérance festive et militante, joyeuse et donnant envie de nous rejoindre : musique, banderoles, couleurs, élégance et fantaisie seront de mise !

Si l’aventure cycliste collective vous tente, n’hésitez pas à vous faire connaître sur l’adresse velo.militant@gmail.com : nous nous chargerons de vous mettre en relation avec les personnes de votre coin pour vous organiser. Pour toute question, nous sommes là pour tenter d’y répondre ou inventer la suite avec vous !

Et bien sûr, nous comptons sur vous pour répandre l’information !!!

Contact pour les réseaux : Alain Dordé, Les Amis de la Terre, adorde@gmail.com, ou Aurélie Schild, france@amisdelaterre.org, 01.48.51.32.22 ou 06.62.64.64.26

Site de l’évènement : www.convergenceenergetique.org ;

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 12:54

spaanserevolutie

The Old Railroad

In March on Brussels on 11 August 2011 at 19:21

Leintz Gatzaga, August 11.

Day 17 of the March on Brussels. From Vitoria/Gasteiz, 28 km.

Dear people,

We have a tight schedule. Just like on the Northern Column the idea is to get up at six and to be on the march at seven, so that we can cover as much distance as possible before the sun starts to become a real nuisance. But in practice it doesn’t work that way. Usually at seven most people start to wake up, and it’s not uncommon to be on the march only around eight thirty.

Today we did better. We departed just thirty minutes behind schedule. And still we managed to waste another hour to get out of Vitoria, because on almost every street corner people stopped to hold an assembly about which direction to take. It’s exasperating. A local map would be of great help. When we finally reach the outskirts a message arrives from the vanguard. They don’t know either. “Just take the motorway. At least you don’t get lost.” Another assembly. I don’t partecipate. They can decide whatever they want, but I, as a free individual, have decided not to walk along the motorway today.

We’re about seven persons who take an alternative route. We know the direction, more or less, we know the name of the village where we are headed, and the rest we can ask. So we walk off, into the mist.

At the old railroad

The fog covering the meadows feels nice and cool. It seems as though not only the visibility is dimmed by it, but also the sounds of nature. The only thing you can hear, apart from social-political discussions, is the call of the crows. Together with the wind playing through the foliage of the poplars it makes me think of Holland. After a couple of kilometres the road bisects. We stop. Fortunately one of us has a bike. While we sit, the bike goes down one of the roads on reconnaissance. When he reappears out of the fog we can also start to distinguish the rest of the group joining us. In the end they too decided that the motorway was neither the most pleasant route, nor the safest route to follow.

Waiting for news from the reconnaisance bike

Reconnaissance bicycle returning from the fog

Instead we follow the old Basque-Navarra railroad. The tracks are gone, but a green path through the woods remains. Once in a while we are treated to the romantic sight of an abandoned station.

Arrival at the station

Late in the morning the fog finally clears and the sun reveals to us the Basque Country in all its glory. It’s marvellous. Thick green forests cover the hills and the valleys, dotted only by isolated houses and old villages. There is a lake untouched by human exploitation in the distance. This is what I wanted to see. This is the country that I wanted to cross on foot.

Descent on Leintz

Finally we descend on our destination for today, the tiny mountain village of Leintz Gatzaga. You will find no Spanish flags here, not even on the municipality in front of which we camp. The village is inhabited by a handful of mainly elderly people. They sympathise with us, and compared to the people in the cities, they offer us loads of food.

Places like this, however stupendous they are, are at risk of extinction. A comrade of ours has a map of dozens of phantom villages in the Pyrennees, ready to be squatted. It will be a very important aspect of the revolution to allow these places to be repopulated by people who are prepared to work the land and create vital, sustainable communities. They could be completely self-sufficient, without the need of outside government, but connected to the rest of the world through the great medium of internet.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 11:57

AgoraVox

jeudi 11 août - par aurouet

Les Indignés entre aujourd’hui et demain

Le mouvement des Indignés forme un espoir dans le décor de désespérance fataliste qui tient lieu d'histoire dans l'Europe contemporaine. Il représente en premier lieu le signal d'un refus dans une jeunesse qui subit de plein fouet une situation qu'on ne saurait appeler "crise" tant elle est durablement installée. En fait de crise, il s'agit plutôt d'un grand mouvement de reflux du politique sans précédent depuis la seconde guerre mondiale, que l'on peut dater des années 1980 sous l'effet de la révolution néolibérale accentuée tout au long des années 1990 et 2000 dans le sillage de la décomposition brutale de l'Union soviétique. La victoire idéologique du néolibéralisme semble à ce point aboutie que des solutions déjà mises en œuvre dans le passé paraissent aujourd'hui au mieux radicales, au pire utopiques. C'est pourquoi ce mouvement des Indignés s'apparente à un réveil après trois décennies de lavage de cerveau. Les consciences amollies semblent vouloir prendre le dessus et recommencent à revendiquer le primat du politique sur des forces prétendument rationnelles. C'est déjà beaucoup tant la génération à laquelle j'appartiens a été priée de s'adapter et d'accepter de bonne grâce tant l'accumulation de décisions régressives que le climat d'impuissance sur fond de "modernisation permanente" de nos sociétés systématiquement convoquées devant le tribunal des "réformes structurelles". Mais il y a plus admirable encore dans ce mouvement. Au lieu de verser dans l'antiparlementarisme violent et de prôner des solutions autoritaires attentatoires aux libertés fondamentales, ce mouvement prend acte de la trahison des élites tout en revendiquant davantage de démocratie. C'est un fait encourageant notamment si l'on se réfère aux années de l'entre-deux-guerres où la faillite économique et financière fut imputée aux démocraties, au profit des idéologies totalitaires d'alors. De plus, on ne relève aucune tentation nationaliste semblable à ce que l’Europe connut en ce temps. Les Indignés ne cherchent pas de bouc-émissaire à la crise et ne stigmatisent aucune catégorie de population. Mépriser leur mouvement serait donc commettre une erreur certaine, avec le risque que demain d’autres forces moins sympathiques mais plus efficaces dans l’influence voire la conquête du pouvoir mobilisent des foules exaspérées et désespérées.
 
Cependant, il est important que le mouvement des Indignés franchisse le pas politique qui mène de l’indignation à la participation active au changement. Deux voies s’ouvrent à lui quant aux objectifs qu’il peut se fixer. La première consiste à organiser une pression toujours plus forte sur les pouvoirs politiques élus pour qu’ils débattent et décident de mesures qu’ils n’osent pas aborder comme par exemple le salaire maximum. Seule la pression des corps sociaux peut faire utilement contrepoids à l’inertie de classes politiques effrayées par les marchés financiers et dociles vis-à-vis des oligarchies capitalistes. Il s’agit ici de s’arroger de fait un pouvoir d’initiative législative en prenant appui sur la capacité de mobilisation et sur l’opinion publique. Il s’agit de partir à la reconquête de la société civile désertée par les partis traditionnels qui ne sauraient être qualifiés, au vu du nombre de leurs adhérents, de partis de masse. Porte à porte, pétition sur les réseaux sociaux, organisation de conférence-débats puis de marches de masse en soutien de telle ou telle mesure, il faut beaucoup de ténacité. Dans cette optique, le mouvement des Indignés doit se vivre comme une sorte de « campagne électorale permanente » qui impose ses thèmes et ses préoccupations à une classe politique certes élue mais désespérément sourde aux attentes populaires. Cette stratégie présente l’avantage de l’efficacité immédiate, avec des victoires potentielles précises et concrètes. Elle permet de conserver le caractère non partisan du mouvement au sens classique de la science politique moderne. En revanche, le mouvement risque de s’essouffler sur la durée dans la mesure où il reste encore en marge de la politique institutionnelle. L’autre voie possible consiste à capitaliser sur l’indignation collective à l’œuvre en créant une structure politique nouvelle et spécifique. Cela impliquerait de présenter des candidats aux élections locales, nationales voire européennes. Il s’agirait de viser la conquête du pouvoir politique. C’est un pari beaucoup plus audacieux qui chercherait à inscrire le mouvement dans la durée. Néanmoins une telle stratégie risque de se fracasser sur des désaccords partisans. Certains rejoindront des partis déjà existants, d’autres tenteront l’aventure dans le nouveau parti mais avec la délicate nécessité médiatique de se classer à droite ou à gauche. Finalement, la question des alliances politiques finira sans doute par se poser sans quoi les Indignés pourraient ne rester qu’un parti d’opposition à l’avenir très incertain du fait de sa faible consistance idéologique.
 
Il existe, nous semble-t-il, une voie intermédiaire. Les Indignés pourraient aller plus loin que la pression de masse que lui dicte la première voie esquissée ici. Il pourrait aussi élaborer son propre programme politique dans le cadre d’un mouvement plutôt que d’un parti. Le mouvement aurait des sections nationales libres mais en contact entre elles, avec une ambition commune : ré-intellectualiser la politique en réexplorant le domaine du possible, le volontarisme chevillé au corps. Il viserait à contrebalancer la politique spectacle par laquelle des hommes sans idée font une carrière comme n’importe quelle autre, et par laquelle des partis éternels peinent à s’emparer, sauf mode exceptionnelle, du mouvement des idées qui parcourt le siècle. Ce mouvement irait plus loin qu’un simple think tank, par sa prétention à s’insérer dans la société civile, à atteindre un large public et d’abord la jeunesse. Plus encore, il chercherait à approfondir la démocratie en dépassant l’élection. Il s’agit ici de promouvoir le tirage au sort, de le penser et de se battre pour son triomphe, afin que les hommes et femmes de ce continent ne soient pas condamnés à vivre la démocratie en spectateur et consommateur. Le mouvement pourrait donc inventer une nouvelle étape de la marche démocratique de l’Occident, et d’abord l’Europe, en exigeant que la politique partisane ne résume pas le champ du politique. Cela donnerait au souffle initial, spontané, de la participation politique, tel qu'il s'est exprimé à la Plazza del sol, une incarnation institutionnelle durable, chargée des meilleures promesses pour l’humanité présente et future.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 11:53

Après l'Irlande, le Portugal, la Grèce, les risques de faillite de l'Italie et de l'Espagne et la nécessité de les renflouer signent la mort probable de l'euro à court terme. 

Car le fardeau financier, de centaines de milliards d'euros d'endettement pourri, repose sur un nombre de plus en plus réduit de pays. 

Techniquement, le rachat d'obligations italiennes ou espagnoles est en train de dégrader très rapidement le bilan de la BCE ainsi que celui des banques centrales nationales de l'Eurosystème, dont la Bundesbank.

Au sein de la zone euro, l'Allemagne, le Luxembourg, les Pays Bas et la Finlande ont déjà informé :

  • qu'ils ne paieront plus pour le Fonds Européen de Solidarité Financière,
  • et qu'ils ne souhaitent en aucun cas continuer à dégrader la structure bilantielle de leur Banque centrale nationale.

Cela signifie que l'euro n'a plus longtemps à vivre.

Le gouvernement français, pour sa part, est évidemment pris de court par la tournure des événements puisqu'il était interdit de s'interroger, dans les administrations françaises, sur la survie de l'euro et a fortiori sur la façon de réagir en cas de désastre. [J'en sais quelque chose, puisque c'est justement pour avoir pronostiqué l'explosion de l'euro (dans un dossier très circonstancié remis à M. Sarkozy, ministre des finances, le 18 juin 2004, il y a ... 7ans) que j'ai vu ma carrière brisée.]

Donc :

  • - d'une part M. Sarkozy et son gouvernement n'ont pas d'autre objectif que de vouloir, coûte que coûte, la survie de l'euro, sans même savoir pourquoi d'ailleurs !
  • - mais d'autre part le gouvernement se rend compte des sommes de plus en plus colossales que cela risque de coûter à la France. Et probablement en pure perte puisque les pays précités, eux, ne veulent plus rester dans le Titanic. La France pourrait en effet voir sa dette publique bondir de 84 à 112% du PIB si elle rachetait des obligations pourries espagnoles ou italiennes. Le risque que l'une ou l'autre des agences de notation retire à la France sa note AAA devient désormais chaque jour plus élevé.

En bref, le gouvernement français, Nicolas Sarkozy en tête, prend la pose de gravité de circonstance devant les caméras. Mais, derrière les portes capitonnées de l'Elysée et de Matignon, on ne sait tout bonnement plus quoi faire.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Au bout du compte, tout le château de cartes risque donc de s'effondrer sur le dernier maillon : l'Allemagne. Et ce sont donc des sommes prodigieuses qui seraient à payer par les contribuables allemands !

Pour Berlin, qui a les yeux rivés sur la situation et qui a déjà préparé secrètement ses plans de sortie, il n'est pas question de laisser se poursuivre ce désastre.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

L'ALLEMAGNE NE VEUT PLUS PAYER.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

J'estime donc qu'il est probable que l'Allemagne siffle la fin de partie très rapidement. 

La fin de l'euro n'est sans doute plus question d'années mais de mois, sinon de semaines.

Tout en essayant de faire reposer la responsabilité politique sur d'autres, l'Allemagne va probablement briser l'euro d'une façon ou d'une autre, par exemple :

  • en supprimant la libre circulation des transferts financiers d'un État de la zone euro,
  • et/ou en refusant tout net d'acheter des obligations italiennes ou espagnoles.

Si c'est en effet ce que décidait l'Allemagne, cette mesure d'apparence technique signifierait ipso facto la réapparition des monnaies nationales : avec un euro-mark, un euro-franc, un euro-lire, etc., dont les cours fluctueraient instantanément les uns par rapport aux autres. 

Il n'y aurait alors plus d'autre solution que de recréer en toute urgence des monnaies nationales sous forme fiduciaire (billets et pièces).

 Naturellement, cette réapparition brutale se ferait dans l'impréparation de la France. 

Et bien entendu avec des problèmes techniques colossaux en perspective, puisque rien n'a été anticipé.

 

François Asselineau,

Président de l'Union Populaire Républicaine

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 11:21
Après son succès initial, le mouvement chercher à se construire une pérennité et une méthode.
- A la Puerta del Sol à Madrid le 24 juillet Susana Vera / Reuters -
Emmanuel Haddad   Journaliste installé à Barcelone. 

Où partent les indignés espagnols cet été? Fatigués de camper sur le bitume, certains vont substituer le slogan «Toma la plaza» par «Toma la playa».

Nouvelle campagne aux accents écolos, les cibles de cette indignation estivale sont des symboles de l’urbanisation du littoral comme le Palmar de Cadiz (un complexe touristique à 500m de la mer) ou l’hôtel Algarrobico à Almeria (un hôtel de 22 étages situé dans un parc naturel).

D’autres préfèrent s’adonner à la randonnée pédestre. Depuis le 26 juillet, un groupe d’indignés a quitté Madrid pour Bruxelles. Arrivée prévue le 8 octobre après une pause le 17 septembre à Paris, jour où les indignés new-yorkais devraient envahir Wall Street. Derrière ces nouvelles formes de mobilisation, une même volonté de poursuivre le mouvement autrement avant la rentrée marquée par une manifestation internationale annoncée le 15 octobre.

Et après? Si le mouvement survit à la rupture estivale, peut-on prévoir son évolution à long terme?

«Les indignés inaugurent un nouveau cycle politique tant pour la société que pour les structures représentatives, dans le sillage des nouveaux mouvements globaux», annonce Angel Calle Collado dans une tribune publiée sur le quotidien espagnol Público.

Mais selon ce professeur de sociologie engagé dans le mouvement «Toma la plaza» à Cordoba, le mouvement émergent n’échappera pas à certains dilemmes: «comment construire des coordinations fluides entre les divers éléments qui composent le mouvement? Comment gérer les pressions internes et externes sans user l’horizontalité et la porosité du 15M? Comment incorporer des dynamiques concrètes pour maintenir la tension militante? Quelles relations entretenir avec les «vielles formes» d’organisation politique?», se demande-t-il.

A circonstances inédites, nouveaux critères d’analyse

Le mouvement des indignés a trois têtes et d’autres pourraient pousser. A l’entité «Democracia Real Ya» s’ajoute l’activisme de «Toma la plaza» et des luttes contre les expulsions de logement. Et depuis qu’ils ont levé les acampadas des places publiques, les indignés nourrissent les assemblées de quartier des grandes villes espagnoles.

Ce qui fait dire à Luis Blanco, leader de l’Intersyndicale Alternative de Catalogne (IAC) que le mouvement tangue entre réforme et révolution: «On a d’un côté la volonté de transformation sociale avec des slogans comme "ce n’est pas une crise, c’est le système" ("no es una crisis, es el sistema"), et de l’autre des propositions concrètes plutôt réformatrices comme l’impôt sur les transactions financières ou la "dacion en pago" (une réforme législative qui permettrait aux ménages de rembourser la totalité de leur hypothèque avec la vente de leur logement. A l’heure actuelle, les banques exigent des ménages qu’ils continuent à rembourser leurs dettes même après avoir vendu leur logement, ndlr)», dit le syndicaliste.

Combien de temps peut-on concilier les deux? «On ne sait pas sur quoi va déboucher le 15M, mais il est fondamental qu’il maintienne sa méthodologie d’action, basée sur la décision collective et horizontale. Sur ce plan, l’apprentissage est permanent. Les militants plus expérimentés n’ont pas à imposer de grille de lecture».

Thomas Coutrot, vice-président d’Attac France, insiste aussi sur la nécessité de conserver l’essence du mouvement coûte que coûte: «Il ne faut pas retomber dans les ornières des formes politiques traditionnelle, où la parole est confisquée par quelques-uns, prévient-il. Mais il faudra trouver une traduction institutionnelle. On ne peut pas rester dans un mouvement de rue uniquement contestataire pour changer les institutions.»

D’ailleurs, «l’autre monde possible» des altermondialistes de 2001 n’est-il pas le même que celui qu’appellent les indignés de leurs vœux dix ans plus tard?  

«Il y a certainement une filiation d’idées dans le constat commun de la crise de la démocratie et de la confiscation par l’élite politique et économique qui décrète que le seul horizon politique en vigueur est celui des marchés, admet Thomas Coutrot. La forme de mobilisation spontanée, horizontale et l’absence de porte-parole sont inspirés du mouvement altermondialiste. Mais les indignés vont plus loin.»

Les indignés se différencient dans les circonstances de leur naissance. En 2001, quand Attac parle d’altermondialisme pour la première fois, la crise économique ne touche que l’Argentine, pas l’Europe.

Dans le rapport à la violence aussi. Là où les altermondialistes étaient partagés entre une branche plus pacifiste que l’autre, les indignés font tout pour éviter le rapport de force.

Dans l’humour et l’originalité des initiatives: les indignés «ne sont pas anti-système, c’est le système qui est contre eux.» Et surtout dans l’éclectisme idéologique et générationnel du mouvement.

Alors quand on demande à David Iglesias Corada, spécialiste en marketing et engagé dans la commission communication de l’acampada de Barcelone, s’il qualifie plus le mouvement de réformateur ou de révolutionnaire, il répond forcément à côté: «Je préfère parler d’évolution. L’idée est d’aller au-delà de ce que nous connaissons et de créer quelque chose de nouveau parce qu’il a été démontré que ce qui a été fait jusqu’ici ne marche pas».

Une récupération, quelle récupération?

L’activiste de 32 ans souligne autant l’échec du système que des entités censées représenter une alternative. En Espagne et en Grèce où le mouvement a le plus d’écho, les gouvernements socialistes ont été critiqués tant pour leurs politiques d’austérité que pour la corruption de leurs dirigeants.

Le premier ministre socialiste espagnol vient d’appeler à des élections anticipées le 20 novembre (jour de la mort de Franco et du créateur de la Phalange José Antonio Primo de Rivera, ndlr) où selon le Centre d’Investigations Sociologiques (CIS), le parti populaire de Rajoy remporterait 43,1% des voix contre 36% pour les socialistes.

Dans ces conditions, ne pourraient-ils pas carrément créer un parti pour relancer la gauche, à l’heure où 79% des citoyens soutiennent les propositions des indignés selon une étude de Metroscopia pour El Pais?  

«Je pense possible que demain, il se créé un certain type de parti politique, répond Ignacio Escolar, journaliste fondateur du quotidien Público. Mais à court terme, cela me paraît peu envisageable car les personnes impliqués dans les assemblées et dans le mouvement «Democracia Real Ya» ne sont pas dans cette démarche. Ils voient plus leur rôle comme celui d’un groupe de pression citoyen sur les partis pour peser sur l’agenda politique. Mais sans penser à devenir leader de cette masse citoyenne.»

Même opinion du côté de Joseph Stiglitz, le prix Nobel d’économie de passage au premier Forum Social des indignés lundi 25 juillet: «Il est important qu’ils maintiennent le mouvement politique mais qu’en parallèle, ils donnent une place au plan analytique», a-t-il affirmé sur Público, avant d’ajouter que cela ne devait pas «nécessairement» passer par la création d’un parti politique: «Tout dépend de comment réagit la scène politique».

Le dilemme que les indignés se posent quant à leur relation aux «vieilles formes» politiques et syndicales ne dépend donc pas que d’eux. On attend de voir comment le système politique va réagir face à cette nouvelle voix qui refuse tout type de catégorisation. Là-dessus, les citoyens espagnols y croient moins. Selon le baromètre du Cabinet d’Etudes Sociales et de l’Opinion Publique (GESOp), 68,5% d’entre-eux sont persuadés que les partis ne feront pas le moindre cas des indignés. Pourtant, «les partis ne peuvent pas se permettre de ne pas leur prêter attention», prévient une journaliste d’El Pais.

«A court terme, le 15M peut faire augmenter le vote blanc, mais il n’aura pas d’influence réelle sur les élections, estime Luis Blanco. Après, en fonction de la manière dont le probable gouvernement Rajoy se positionne, ça peut changer. Et les partis de la gauche parlementaire pourraient opter pour le soutenir plus… D’ailleurs, ça commence déjà… »

Un parti aurait en effet bien du mal à se dire ouvertement contre le mouvement des indignés aujourd’hui, même si son slogan principal est «no nos representan» («ils ne nous représentent pas»). Résultat, «que ce soit les partis de gauche ou de droite, tous essaient d’inclure les idées du 15M, précise Ignacio Escolar. Le candidat socialiste Rubalcalba en a reprises beaucoup, même si ce n’est pour l’instant qu’un discours de façade. Mais ça signifie que les idées du 15M se sont diffusées dans la société. Et pour les partis à la gauche de la gauche comme Izquierda Unida (IU) ou les Verts, l’attention va beaucoup plus loin car ils sont conscients que 90% ou 100% de leur électorat sont des sympathisants des indignés

«Si le mouvement meurt, un autre prendra sa place»

Une chose est sûre pour le journaliste espagnol, les indignés ont déjà fait bouger les lignes. «Le mouvement des indignés a réussi à amener sur la place publique des thèmes dont jusque-là personne ne s’intéressait vraiment: la question de l’absence d’alternance politique, celle de la réforme de loi électorale, le drame de l’endettement à vie des familles sous le coup de l’hypothèque».

 Les mouvements sociaux espagnols aussi sont à jamais bousculés. «Le 14 mai, la veille du 15M, les syndicats avaient réunis 50.000 personnes, soit cinq fois plus que le lendemain. Désormais, le rapport des forces est inversé: le 19 juin, 200.000 personnes sont descendues dans les rues de Barcelone à l’appel des indignés. Deux jours plus tard, la mobilisation de la Confédération Européenne des Syndicats a rameuté 500 personnes…», sourit le syndicaliste, bien content d’être plus proche des indignés que des syndicats majoritaires qui ont participé à cette marche ridicule. Il évoque les dissensions internes au sein des deux grands syndicats (UGT et CC OO), incapables de se mettre d’accord sur la relation à établir avec le mouvement citoyen.

Quel que soit l’avenir du 15M, «la plus grande erreur de tous ceux qui cherchent à l’enterrer est de croire que ces protestations peuvent disparaître avant que les causes qui ont provoqué leur naissance aient été résolues », écrit Ignacio Escolar sur son blog politique, le plus lu en castillan. «Même si le 15M finissait par perdre le soutien populaire dont il jouit, un autre mouvement viendrait prendre sa place.»

Quant à savoir si le mouvement peut s’internationaliser, difficile à dire sur quoi va déboucher la marche populaire qui s’achèvera à Bruxelles le 8 octobre, date à laquelle ils livreront aux eurodéputés leurs revendications «globales».

Le fait que des Allemands d’Aquisgrán (à la frontière avec la Belgique) se joignent à la fête, ainsi que des Français partis de Toulouse et de Paris, n’augure pas encore la naissance d’un mouvement européen structuré.

L’appel des indignés américains à inonder Wall Street de «tentes, cuisines et barricades» le 17 septembre n’annonce pas non plus la promesse d’un soulèvement mondial. Mais pour Thomas Coutrot, la protestation espagnole a bien une saveur européenne, car «les racines des mouvements espagnol et grec sont présentes dans toutes l’Europe. La crise de la dette va s’étendre et atteindre d’autres pays qui appliquent le même type de restrictions budgétaires.»

Entre les Cassandres du 15M et celles des finances européennes, les paris sont ouverts.

Emmanuel Haddad

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 10:59

AgoraVox le média citoyen

 

 

 

C’est le 3 janvier 1973 que la France adopte la loi Pompidou-Giscard d’Estaing lui interdisant d'emprunter à la Banque de France et l'obligeant à le faire auprès des banques privées avec intérêts. C’est le début de l'ère de la dette. Les marchés ont donc la clé du financement des États.
 
Cette privatisation du crédit public est inscrite dans les textes européens à l’article 104 du traité de Maastricht : « Il est interdit à la BCE et aux autres banques centrales des états membres, ci-après dénommées -banques centrales nationales- d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des Etats membres ; l’acquisition directe auprès d’eux par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite ».
 
Ainsi, les Etats sont à la botte des banques privées et depuis, l’addition est plutôt lourde !
 
L’ouvrage de Holbecq et Deruder « La dette publique, une affaire rentable »[1] nous renseigne. On y apprend « qu’au total entre les années 1980 et la fin de l’année 2006, nous avons payé 1 142 milliards d’euros d’intérêts ». C’était en 2006 ! Aujourd’hui cela dépasse les 1300 milliards.
 
Les auteurs expliquent que « si nous n’avions pas emprunté ces sommes sur les marchés monétaires, c'est-à-dire si nous avions pu créer notre monnaie comme avant, […] la dette qui était de 229 milliards d’euros au début 1980 serait inexistante aujourd’hui ».
 
Avec l’équipe Sarkozy entre 2002 et 2010 le déficit de la France est passé de 851 milliards d’euros à 1591 milliards, soit une hausse de 87% ce qui permet aux détenteurs de la dette[2] , « les amis de l’équipe », d’encaisser quelques 50 milliards d’intérêts par an. Il suffit pour enrichir encore davantage les amis des amis que la note d’un pays soit dégradée par d’autres amis pour que les taux d’intérêts augmentent, aggravent encore davantage la dette du pays et augmentent en conséquence le bénéfice des préteurs.
 
C’est pour payer ces intérêts que les gouvernements d’Europe et les partisans du libéralisme débridé demandent aux peuples de se serrer la ceinture.
 
Les « économistes atterrés » expliquent qu’il s’agit d’un mécanisme de transfert de richesses des contribuables ordinaires vers les rentiers. Ces politiques fiscales « anti-redistributives » ont donc aggravé à la fois et les inégalités sociales et les déficits publics.
 
Comme l’ont bien montré Bruno Tinel et Franck Van de Velde, « le conflit générationnel opportunément mis en avant sur le mode bêlant de « la dette que nous allons léguer à nos enfants » a surtout pour fonction de masquer le conflit fondamental entre les moins riches, qui, par leurs impôts, payent le service de la dette, et les plus riches, qui en détiennent les titres. »[3]
 
Le temps est venu de ne plus applaudir et de libérer le monde de ces prédateurs et de tous ceux qui les soutiennent ! L’homme politique doit être clair et loyal pour être respecté ! (Ils ne sont pas tous comme Sarkozy et ses amis)
Il doit s’engager pour redonner le droit des Etats d’emprunter directement auprès de la banque centrale, soit par l’Europe, soit directement en dénonçant les traités qui interdisent cela !
 
Préparez le programme ! Je prépare le bulletin. Si ce dernier ne peut s’exprimer, la démocratie sera balayée !


[1] André-Jacques Holbecq se dit être un « économiste citoyen » et Pierre Derudder était chef d’entreprise et consacre ses recherches pour mettre l’économie et l’argent au service de l’homme. « La dette publique une affaire rentable » - Editions Yves Michel 2008 - préface d’Etienne Chouard 
[2] 62 % de la dette de l’Etat est détenue par des non-résidents, c’est à dire des entités financières (Etats, fonds, banques, etc.) ne résidant pas ‘fiscalement’ en France.
[3] Bruno Tinel - Maître de conférences à l’université Paris-I (Panthéon-Sorbonne) Franck Van de Velde - Maître de conférences à l’université de sciences et de technologie Lille-I « Le Monde Diplomatique » – juillet 2008
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 10:51
Frederik Verbeke - 11/08/2011 |

Les ''indignés'' de Bayonne appellent à un rassemblement ce samedi pour dénoncer les privations illégales des droits et libertés par les états policiers, avant d'accueillir la marche des "indignés"


manifa_indignados_madrid_efeagrandir image

Le mouvement des ''indignés''. Photo: EFE

La marche pacifique des ''indignés'' en direction du parlement européen à Bruxelles est arrivée au Pays Basque. Les ''indignés'' de Bayonne appellent à un rassemblement ce samedi 13 août pour dénoncer les privations illégales des droits et libertés par les états policiers, avant d'accueillir la marche des "indignés" le mercredi prochain.

Partis le 24 juillet depuis la Puerta del Sol de Madrid, une cinquantaine d'indignés se dirigent vers Bruxelles où ils devraient arriver le 8 octobre prochain, une semaine avant la grande journée internationale des indignés qui aura lieu le 15 octobre. Il s'agit de la première marche européenne des indignés.

Ce mercredi 10 août, la marche est arrivée à Vitoria-Gasteiz, en Pays Basque sud, où les "indignés" ont dressé un camp de tentes sur la place de la Virgen Blanca, place emblématique du mouvement 15-M dans la capitale basque.

Un soutien grandissant accompagne les indignés tout le long de leur marche, a assuré un des membres du mouvement. "Le soutien moral fait du bien," a-t-il dit, tout en ajoutant qu'ils ont aussi besoin d'"aide matérielle".

En attendant leur arrivée en Pays Basque nord, les "indignés" de Bayonne appellent à un rassemblement ce samedi devant la mairie de Bayonne pour dénoncer les privations illégales des droits et libertés par les états policiers.

Lors de ce rassemblement, ils vont inaugurer un Monument aux Vivants, "faisant foi que la vivacité de la résistance a elle aussi besoin d'un effort de mémoire". Le Monument sera érigé en honneur de "tous ceux qui ont été censuré et victimes de la répression des états gouvernants".

"Souvent violente, toujours indignante", cette répression "renie le pouvoir des peuples à décider de son avenir et s'oppose au droit fondamental de la liberté d'expression," dénoncent les indignés de Bayonne dans un communiqué.

Cette action sera aussi l'occasion d'annoncer l'arrivée des indignés partis de Madrid, le 17 août à 8h à la frontière d'Irun (pont piéton). À l'occasion de ce passage symbolique, des citoyens indignés du Pays Basque nord viendront les soutenir et marcher avec eux jusqu'à Bayonne, où ils sont attendus vers 20h au mail Chao Pelletier.

"Le bras de fer a commencé," assurent les indignés, "les peuples harassés de n'être considérés que comme un rouage du capitalisme appellent leurs concitoyens à se mobiliser, pour la vie et pour une gouvernance intelligente et démocratique". Une lutte qui se veut surtout pacifique: "Les citoyens indignés du monde ne prendront pas les armes de la répression avec lesquels on tente de les soumettre".

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 10:41

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Photos - Vidéos - Sons
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22