Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 23:17

spaanserevolutie

Reform

In March on Brussels on 26 September 2011 at 20:14

Ste. Geneviève, September 26

Day 63 of the March on Brussels. From L’Isle Adam, 26 km.

View from my tent this morning

Dear people,

 

It’s good to be walking. I missed the rhythm of footsteps on the stones. And it’s good that we are many. Fresh revolutionary enthusiasm is what we need.

Even if we are stronger than before, we need to adapt to a new situation. And so yesterday we made an effort of internal reform. The commissions were redefined and their members newly appointed themselves.

The Route commission didn’t need any reorganisation. It works like never before, thanks to comrade Abel, who joined us last week from Spain. He is our new knight, replacing our Venezuelan comrade Canario who remained in Paris for the time being.

Comrade Abel preparing the route

Abel knows how to read a map and to take the most interesting roads. He goes ahead on his bike and he attaches signs at every intersection right up to the final square, with countdown in kilometers. He impeccably guided the group through the suburbs of Paris. It’s one less thing to worry about.

Communication is another story. I received a message from an aquaintance at the Communication commission in Sol saying that it is impossible to contact us. Both Madrid and Barcelona urge us to construct reliable channels for the exchange of information, or else it will be impossible for them to support us in any way.

The people which have formed the Communication commission ever the since the march began and of whom no-one really knows what they are doing are being ignored. A new commission is being created, and it can only be better than before. Comrade Getafe is active in its formation. He is one of our stronger pieces, an asiduous walker with enough patience to attend every assembly.

Crossing the Oise river

 

 

The logistical part of our march is an even more impellent problem at the moment. We are more than before, but we are doing less difusion and we count on less popular support. This means that rations are down. Breakfast is reduced from the luscious banquets we enjoyed in Spain to a single piece of bread. Fortunately, there is always coffee.

A very important addition to our food supply comes from the newly created Recycling commission. They recuperate yesterday’s bread at the countless boulangeries. Many of these graciously donate. Sometimes they add some fresh pastries as well.

The French Communications van

Today we did a sunny walk from the woodland hills north of Paris back into the plains. I noticed that people are very much focussed on Brussels and the big cities. They seem to regard the villages on the route only as a place to rest and sleep. I also noticed that there are signs of fever going around. The nights are longer than the days by now, the temperatures plumet when it gets dark and popular interest for our assemblies is reduced.

This is the North, the land where the people who have remained to inhabit these villages, return home at six, and close the curtains.

At Ste. Geneviève

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 23:15

spaanserevolutie

Back on Track

In March on Brussels on 25 September 2011 at 22:32

L’Isle Adam, September 25

Day 62 of the March on Brussels. From St. Denis, 29 km.

Dear people,

Finally we are on the road again. Yesterday late in the evening the assembly decided on the three possible routes that were prepared by the Route commission. Before it began I had already measured the spirits in the group and I was pretty confident that people would decide on route number one.

The shortest of the three routes was the number two, which goes direct over Compiègne, St. Quentin and Valenciennes. A daily average of 21 km. The number one route is the long one, with an average of 26 km per day. Most people prefer it, because it takes us to some very interesting cities like Amiens, Arras and Lille.

The third route didn’t gain any popularity. It would go over Reims. There was even a variant which would include a train trip to Reims, and from there a large manoeuvre through the Ardennes to be able to hit Luxemburg and Namur.

Indeed, the number one route was voted by almost everybody from the Meseta and Toulouse marches. Many slackers from the Mediterranean voted for the short route. In the end, this morning, we decided to go together for the moment. I woke up late, I had to run. Some groups had already left.

According to the latest information gathered by the Intelligence commission, there are five cities in Belgium with permanent Popular Assemblies. These are Brussels, Liège, Namur, Mons and Gent. Note that only one of these cities is Flemish.

Once we arrive in Lille there is the possibility for the march to split in a Flemish branch and a Walloon branch. The Flemish branch would pass by Gent, the Walloon branch would pass by Mons and enter Brussels through Waterloo. We would leave the city of Liège and possibly the city of Namur to be touched by the German march departing from Aachen at the beginning of October. I’ve also heard rumours about a Dutch bicycle march from Amsterdam, which could stir things up in Antwerp.

So yes, we start to focus on Brussels, and we walk again. After a week in Paris, we have to get accustomed to it once more.

The city of Paris itself has its strokes of colour, but in general it’s so bourgeois that you can’t count it as a really vital city. Life begins in the suburbs. The dense multicultural matter of St. Denis slowly gets thinner when you march away from the center of gravity. You pass by town after town of middle class homes and gardens. After that, the spaces become bigger and bigger, as do the houses. The final belt around Paris is one of luxury villa’s on the edge of the forest.

The forest we enter represents a very welcome change. It’s sloping, there are some cornfields in between. The roads are small, and some of them are very old. The one we follow straight through the woods seems to be a Roman one. As I look at the autumn light which filters through the yellow foliage of the trees, I imagine encountering Asterix and Obelix chasing a wild boar, or a platoon of Roman legionnaires.

We arrive at L’Isle Adam, a rich village for the well-to-do family man working in the big city.

Paris has given the march an impulse. We are a large group with many new faces. And even though I’m a bit disappointed by the lack of popular support we found there, I’m content about what we did. I think that as a march we grew stronger after Paris, and if all goes well along the route, we will be even stronger when we get to Brussels.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 20:27

Lors de l'épreuve de philo du bac 2011, au lycée Clémenceau à Nantes (Stéphane Mahé/Reuters)

De nombreux proviseurs de lycées, principaux de collège et adjoints s'associent au mouvement de grève de mardi. Didier Laffeach, principal d'un collège à Rouen et secrétaire général adjoint d'Indépendance et direction, leur organisation syndicale, explique leur ras-le-bol.

Mardi matin, dans mon collège, je vais assurer la sécurité des élèves, des personnels et des biens mais sans répondre au téléphone ni aux sollicitations extérieures, puisque c'est notre seule façon de protester.

Comment, pourquoi ces personnels de responsabilité, ces cadres de l'Education nationale en sont-ils arrivés là [principaux et proviseurs s'associent rarement aux mouvements de grève, ndlr] ? Ils ont le spleen ! Le quotidien est devenu infernal, et le sentiment général est que cette école est déboussolée. Elle ne répond plus aux attentes ni de la société, ni des parents.

En quatre ans, depuis les derniers accords professionnels avec le ministère, et en dépit des suppressions de postes de personnels administratifs, ce sont plus d'une trentaine de missions nouvelles que nous devons assumer proviseurs et principaux ; toujours dans des délais plus brefs, toujours avec moins de moyens humains !

Le poids et le nombre des responsabilités augmentent à chaque nouvelle annonce, mais le temps n'y suffit plus. Et la reconnaissance morale ou financière fait cruellement défaut.

Le métier ne se ressemble plus. L'essentiel des tâches quotidiennes tend à détourner les personnels de direction de leurs missions principales de pilotage pédagogique de l'établissement. Nous sommes un peu dans la situation d'un directeur d'hôpital que l'on appellerait chaque fois qu'il y a un problème aux urgences, un malade mécontent ou une fuite d'eau dans une chambre.

Voici quelques éléments concrets qui expliquent notre malaise, et à vrai dire je ne pense pas être dans l'excès puisque les responsables d'établissements privés qui partagent avec nous certaines contraintes manifestent aussi leur mécontentement.

Une journée de grève où le principal est bien seul

Les jours de grève, nous découvrons le matin même qui participe au mouvement, et nous sommes parfois seuls ou quasiment. Il faut être sur tous les fronts pour assurer la sécurité des élèves et la continuité du service public : restauration, contrôle des présences, surveillance des entrées pour éviter les intrusions de manifestants…

Le rectorat, sans même se soucier de savoir si nous avons eu le temps de rentrer dans notre bureau, a pour unique souci de connaître le plus vite possible le nombre de grévistes. Ce qui passe par trois connexions successives à l'intranet du rectorat, dans les quarante-cinq premières minutes d'ouverture de l'établissement, pour compléter une enquête qui, selon un calcul illogique mais imparable, permet au ministère de minimiser la proportion de personnels absents dans sa présentation aux médias.

Une rentrée 2011 bouclée en dernière minute

Elle a été l'une des plus complexes à organiser, les dernières nominations de personnels enseignants aux services parfois partagés entre deux ou trois établissements sont intervenues quarante-huit heures avant la rentrée, obligeant les personnels de direction à travailler jour et nuit pour pouvoir remettre aux enseignants leurs emplois du temps le jour de la rentrée.

Cette réduction des délais sous-estime ou ignore totalement le quotidien d'un personnel de direction.

Des suppressions de postes au détriment des élèves

Depuis plusieurs années, les moyens humains mis à disposition des établissements sont de plus en plus contraints pour atteindre aujourd'hui la limite inférieure :

  • Les allègements d'effectifs pour permettre des travaux pratiques sont supprimés dans les disciplines scientifiques. Tant pis pour les élèves que cela passionnait.
  • Ceux qui étudient l'allemand sont regroupés sur plusieurs niveaux puisqu'ils ne sont plus assez nombreux. Tant pis pour les promesses de soutenir l'enseignement de la langue de la première puissance européenne.
  • Les classes sont chargées au maximum. Tant pis si c'est un frein majeur aux évolutions pédagogiques prônées par ailleurs, comme l'enseignement par compétences.
  • Les professeurs sont tenus de faire des heures supplémentaires au-delà de leurs souhaits. Tant pis s'ils sont moins disponibles pour les dispositifs d'aide individualisée présentés par ailleurs comme LE moyen de faire évoluer le système au profit des élèves rencontrant des difficultés.
  • Des professeurs sont nommés sur deux voire trois établissements parfois distants de plus de 30 km. Tant pis s'ils sont épuisés, si leur disponibilité en pâtit.
  • Il n'y a plus de « marge de manœuvre » pour adapter l'établissement au public accueilli. Tant pis pour les bonnes intentions des discours officiels.

Des remplacement des profs assurés par les heures sup

Les chefs d'établissements souffrent aussi des injonctions paradoxales de la hiérarchie qui demande par exemple d'organiser des remplacements de courte durée, sans donner le pouvoir de les imposer aux personnels ou de distribuer deux fois plus d'heures supplémentaires que ce que prévoit le statut des enseignants !

La gestion du remplacement des professeurs absents est cette année plus sensible que jamais dans un contexte de réduction du nombre de postes d'enseignants au-delà du raisonnable.

Les récentes réformes ayant eu pour effet de réduire les horaires de sciences physiques, au lycée comme au collège, c'est au chef d'établissement de persuader (il ne peut l'y contraindre) le professeur spécialiste de cette discipline de se muer en professeur de mathématiques… ou de technologie, selon les besoins du moment. Au détriment, bien sûr, de la qualité de l'enseignement et donc des élèves !

De telles situations se multiplient, démontrant bien les limites d'un système fondé sur les heures supplémentaires en lieu et place de poste de remplaçants et d'une gestion efficace des moyens de remplacement.

Des sollicitations incessantes du rectorat

Vendredi à 17 heures, la secrétaire se connecte une dernière fois sur la messagerie électronique du rectorat avant d'achever sa journée et découvre un message concernant les élections professionnelles.

Une vingtaine de dossiers compressés, chacun pouvant contenir des dizaines de fichiers qu'il faut imprimer et impérativement afficher dans un ordre précis, pour… la veille dernier délai !

Ce type de séquence, qui peut se répéter plusieurs fois par semaine et tout au long de l'année, illustre parfaitement l'indifférence voire le mépris de notre administration pour notre emploi du temps et donc pour nous.

Le nombre de messages quotidiens et la masse d'informations qu'ils contiennent pourraient à eux seuls mobiliser la totalité de notre temps sur des sujets parfois futiles et très éloignés de nos missions essentielles.

Des tâches en plus : le suivi des les profs stagiaires…

Jusqu'alors, les personnels de direction n'avaient qu'un rôle mineur dans ce dossier, depuis l'année dernière ils ont en charge le suivi de la formation professionnelle de ces personnels.

Avec cinq stagiaires, un
collègue en lycée professionnel doit réaliser deux entretiens d'évaluation pour chacun, soit dix entretiens d'une heure chacun, élaborer deux rapports de stage sans compter les nombreuses rencontres informelles soit avec ces personnels débutants pour leur donner des conseils, soit avec le professeur-tuteur pour le suivi du stagiaire.

Tout cela sans aucune rémunération spécifique quand les professeurs-tuteurs bénéficient d'une indemnité de 2 000 euros pour le suivi de leur stagiaire !

… et le calcul des primes à distribuer pour les CCF

Depuis l'année scolaire dernière, les proviseurs doivent rémunérer les enseignants pour les contrôles en cours de formation (épreuves de contrôle ponctuel tout au long de l'année), ils reçoivent donc une enveloppe en euros qu'ils sont chargés de ventiler par enseignant selon un mode de calcul que chaque chef d'établissement doit inventer (donc forcément différent d'un établissement à l'autre ! ).

Il faut faire vite et bien, pour rester cohérent et équitable en remplissant soigneusement les formulaires informatiques. Encore des heures de travail non rémunérées.

Deux semaines de vacances d'été seulement pour certains

Avant, les opérations liées au baccalauréat ne se télescopaient pas avec les inscriptions et réinscriptions des élèves, ce qui permettait de constituer les classes fin juin-début juillet, pour que les proviseur adjoints puissent commencer à travailler sur l'emploi du temps dès le début du mois.

Aujourd'hui, comme les collégiens ne connaissent leur affectation que vers le 30 juin et que les réaffectations des redoublants de première et terminale ne sont connues qu'après les derniers résultats du bac, les classes ne peuvent être constituées qu'après le 15 juillet, et comme il faut bien une semaine pour arrêter la structure et tous les groupes liés à la réforme du lycée, c'est seulement vers le 25 juillet que les proviseurs adjoints peuvent commencer l'emploi du temps.

Cette opération nécessitant deux bonnes semaines, les adjoints les plus chanceux et les plus performants peuvent espérer deux semaines de congés d'été…. On est loin des deux mois de vacances.

Personnellement, avec l'expérience et une situation moins complexe compte-tenu de la structure de mon collège, j'ai bénéficié de cinq semaines, ce qui est correct. Mais ce n'est pas le cas des adjoints de « gros » lycées.

Jusqu'à quand pourra t-on encore en demander plus aux chefs d'établissements ? Jusqu'à quand le ministère pourra-t-il feindre d'ignorer la nécessaire reconnaissance de leur implication ?

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 13:33

Lis moi avec webReader


Commentaire suite à un article paru dans le journal LE SOIR 

"Des manifestants contre la crise arrêtés à Wall Street". Précisons que cet article n'est qu'une copie pure et simple d’un communiqué de l’AFP.


Le rédacteur en chef du quotidien belge Le Soir, Didier Hamann, aurait-il refusé d'informer explicitement les lecteurs à propos du mouvement des Indignés qui sera à Bruxelles en octobre ? Faut-il y voir le symptôme d’une forme d’omerta au sein du monde bien pensant de la presse généraliste ? Jusqu’à présent en tout cas, force est de constater qu'on n’y trouve quasi aucun écho de l’arrivée de la Marche des Indignés à Bruxelles du 8 au 15 octobre... Manque de professionnalisme ? Incompétences ? Manipulation volontaire ? Volonté de minimiser la réalité pour éviter que le mouvement prenne de l'ampleur ? Nous avons toutes les raisons de nous poser la question ! 
 
Je suis indigné! Le communiqué laconique de l’AFP ne donne pas la pleine mesure de l'événement or c'est loin d'être anodin. 


Je cite :
 

"Cela faisait une semaine qu’ils campaient au coeur de Wall Street. La manifestation, intitulée Occupy Wall Street, a été dispersée, les protestataires arrêtés... Quelque 80 manifestants qui campaient depuis une semaine sur une place au coeur de Wall Street, à New York, pour protester contre les effets de la crise économique mondiale, ont été arrêtés samedi, a-t-on appris de source policière..."

Ce que ce communiqué ne précise pas, c’est qu'il y a eu des milliers de personnes devant Wall Street dès le 17.09 (Anti-Banks day). Ces infos (images & son aussi) sont pourtant accessible sur le web ("Chronyx", "Le Buvard Bavard", "Indignez-vous", "Appel à l'humanité" sur Google, Twitter,  Facebook, etc.).


 Bruxellois, j'étais du 17 au 20 Septembre à Paris au coeur du mouvement pacifique des Indignés, durement réprimé par la police (voyez les vidéos dans les articles "Les Indignés marchent sur Paris" et "La Police, avec nous !" publiés ici sur Le Buvard Bavard) et dont si peu de médias osent correctement se faire l'écho. Nous suivons de près ce qu'il se passe à NY car à l'évidence c'est le pendant de ce qui arrive chez nous.


Dans le même genre et pour que vous puissiez prendre la mesure de l'omerta et de la désinformation qui règne parmi les médias traditionnels, je vous invite à lire cet article édifiant de Holly Crapp publié hier sur AgoraVox "LCI pris en flagrant délit de désinformation


 Informez-vous svp! Les mouvement des Indignés sera à Bruxelles du 8 au 15 octobre, et ça, ce n'est pas de l'intox, venez! Nous appelons à la convergence des mouvements citoyens, l'appel vaut pour tous les hommes et les femmes qui ne se résignent pas!
 
  Dites-le donc autours de vous, Indignés de Wall Street, Paris, Bruxelles et d'ailleurs... rendez-vous du 8 au 15 octobre!



Afin que vous puissiez comparer les informations (dont fait état l'AFP et que le journal Le Soir relaie aveuglément ou intentionnellement) dont on nous abreuvent à longueur de journée avec la réalité, je vous encourage à visionner les vidéos et les photos ci-dessous :

Voici le lien vers le compte Flickr de Paul Weiskel où vous pourrez voir les photos de l'étau policier de New York : 


Et les vidéos des violences policières d'hier à New York :










Voici la vidéo qui circule sur la toile depuis ce soir. N'hésitez pas à la partager avec vos familles, vos amis, vos voisins, vos collègues ! Le 15 Octobre, nous serons tous à Bruxelles.

Littéralement,
Roland Nasky & Badi Baltazar
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 13:24

MarchestoBrussels - September 25, 2:17 PM

Appel à la Collaboration de toute les Assemblées pour Agora Bruxelles

Appel à la Collaboration de toute les Assemblées pour Agora Bruxelles | The Marches to Brussels | Scoop.it

Le 8 octobre prochain, les marches du mouvement des différents pays arrivent à Bruxelles. Ce même jour commence la première Agora Globale du mouvement, à laquelle sont invitées toutes les assemblées et personnes de la planète.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 13:21
 

62e étape Saint-Denis 23S

Les indignés se sont réveillés tant bien que mal dans la matinée après une nuit difficile pour certains. Les tentes et couvertures étant arrivées tard dans la nuit, quelques-uns ont connu une nuit courte et fraîche.
Plusieurs groupes de travails se sont organisés. Le premier est parti en direction du tribunal pour aller soutenir les onze indignés incarcérés qui devaient passer en comparution immédiate. Ce groupe a commencé un travail visant à compiler un maximum de témoignage pouvant aider à éclaircir les faits qui se sont déroulé Place de la Bourse et à libérer les compagnons injustement détenus.
Un deuxième groupe est resté sur place pour travailler sur la dynamisation des assemblées et la cohésion du groupe. L’assemblée interne prévue dans la l’après-midi pouvant permettre la création ou la consolidation des différents groupe de travail, l’accent a été mis sur un processus ludique permettant à tous de mieux se connaître et de mieux trouver sa place au sein du groupe.

Un troisème groupe a travaillé sur le projet des Rencontres Populaires des Quartiers. Ces rencontres largement diffusées dans les zones en périphérie de la capitale visent a créer un point de rencontre et de débat sur la situation des quartiers, les formes d'actions violentes et non-violentes.

Vers 11h00, les onze compagnons détenus ont été relâchés et la nouvelle fut accueillie avec des cris de joie. Le jugement semble être reporté au 31 octobre, mais les chefs d’accusation restent encore en place. Les onze ont rejoint le reste du groupe à Saint-Denis après un bon repas.
L’assemblée interne informative s’est tenue en fin d’après-midi. Les différents groupes de travail ont été annoncés et tous ont pu se mettre au travail dès la fin de l’assemblée. Tous ont pu être informés des incarcérations qui avaient eu lieu à New-York devant Wall-Street.  Des nouvelles de Barcelone informaient également que la police procédait à des contrôles d’identité et à une évacuation des indignés qui manifestaient sur place devant le consulat de France.
Cette solidarité au niveau international est la preuve que le mouvement des indignés (ou du 15M) est un mouvement global. Les soutiens reçus par les marcheurs lors des violences policières à Paris leur ont donné beaucoup de force pour continuer la lutte. Les marcheurs avoient eux aussi leurs soutiens à tous ceux qui sont en ce moment dans la lutte pour que la voix du peuple soie écoutée. C’est un seul peuple qui est en train de se lever, et ce sur les cinq continents.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:37

Publié le 26-09-11 à 11:00    Modifié à 12:13     par Le Nouvel Observateur avec AFP   

 

Un groupe d'étudiants a envahi les studios de la chaîne nationale dimanche soir pour contester la réforme des universités.

Un groupe d'étudiants grecs a fait irruption, dimanche soir 25 septembre, au siège de la chaîne de télévision publique, entraînant l'interruption des émissions, a annoncé un porte-parole du gouvernement. Au même moment la police faisait usage de gaz lacrymogènes contre une manifestation d'étudiants à proximité du Parlement.

 


 

 

"Il y a eu occupation de la chaîne de télévision publique NET et nous oeuvrons au rétablissement de la situation", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement Elias Mossialos.

Une cinquantaine d'étudiants a pénétré dans les locaux du siège de la chaîne avec, selon la police, l'intention de diffuser un message s'opposant à la réforme des universités. Cette réforme a provoqué des protestations et des sit-ins dans plusieurs facultés. Mais les responsables de la chaîne ont repoussé leur demande.

Manifestations contre la politique économique du gouvernement.

A l'extérieur du Parlement, dans le centre d'Athènes, la police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants hostiles à la politique économique du gouvernement, qui bloquaient une avenue du centre de la capitale passant devant le Parlement, a constaté un photographe de l'AFP.

Quelque 2.000 personnes se sont rassemblées sur la place Syntagma, foyer des manifestations organisées contre le gouvernement par le mouvement des "indignés", qui a pris pour modèle celui des manifestants espagnols.

Les manifestants sont plus particulièrement en colère contre une taxe controversée sur les salaires, contre la diminution des pensions et contre l'augmentation de la TVA. L'austérité, réclamée par les bailleurs de fonds de l'UE et du FMI, qui se poursuit pour la deuxième année consécutive, a donné lieu à de nombreuses manifestations.

Le Nouvel Observateur avec l'AFP

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:31
Marianne - Laurent Pinsolle - Blogueur associé | Lundi 26 Septembre 2011 à 12:01 | Lu 722 fois


Le gouvernement grec s'est résigné, mercredi 21 septembre, à adopter de nouvelles mesures d'austérité pour 2011 et 2012, sous la pression de l'UE et du FMI, pour combler les trous dans ses comptes publics et écarter un défaut de paiement. Notre blogueur associé Laurent Pinsolle, proche de Debout la République, s'indigne du traitement infligé au peuple grec, et pense que ces plans d'austérité à répétition n'aboutiront qu'à l'effondrement total de l'économie du pays.



( Dessin : Louison )
( Dessin : Louison )

Athènes va dans le mur, en accélérant

On entend tout et son contraire sur ce que fait la Grèce. Certains éditorialistes affirment que le pays ne fait rien et implicitement qu’il faudrait couper le robinet financier et prennent pour preuve de l’inconséquence d’Athènes la persistance d’un fort déficit. D’autres s’indignent du traitement infligé au peuple grec et soulignent que c’est l’effondrement économique du pays (le PIB aura baissé d’environ 12% en trois ans) qui explique la persistance de ces déficits.

Dans la réalité, la Grèce n’a pas fait tout ce qui lui est demandé puisque le programme de privatisation n’a pas vraiment avancé. En même temps, les conditions ne sont pas vraiment réunies sur les marchés financiers. Mais en revanche, Athènes a avancé sur beaucoup de sujets très douloureux en baissant jusqu’à 30% le traitement des fonctionnaires (qui ont perdu leur 13ème et 14ème mois), en augmentant lourdement les impôts et notamment la TVA.

Mais cette cure d’austérité provoque un tel effondrement de l’économie que les économies sont presque intégralement compensées par la contraction des recettes d’une économie profondément anémiée. Après presque trois années de récession, et alors qu’on en prévoit déjà une quatrième en 2012, on pourrait penser que le gouvernement a compris et que l’austérité est en train de tuer l’économie grecque et qu’il faut penser à une autre solution, comme la sortie de l’Euro.

Jusqu’au bout de l’absurde

Le menu de cette énième potion amère n’est pas anodin. Toutes les retraites au-delà de 1200 euros par mois subiront une baisse de 20% de la tranche au-delà de cette somme. 30 000 salariés du secteur public vont être mis au chômage technique dans le cadre de la restructuration de la fonction publique et beaucoup devraient finir par perdre leur emploi. Le seuil d’imposition, qui avait été baissé de douze à huit mille euros, va tomber à cinq mille euros.

Dimanche dernier, le ministre des finances a fait circuler dans tous les ministères une liste de quinze mesures à mettre en place pour satisfaire les demandes de la fameuse troïka. Cette liste comporte des mesures déjà prises et d’autres en cours de validation : des coupes généralisées dans les services publics, une réduction des subventions ou des remboursements des médicaments, une grande marche en arrière de l’ensemble du service public en Grèce.

Bref, alors que le pays traverse sa plus grave crise économique depuis des décennies, les coupes sombres affaiblissent l’Etat et le service de protection sociale, une purge économique qui asphyxie l’économie et ne lui permettra pas de se redresser. D’ailleurs, alors que la toïka persistait à prévoir de la croissance en 2012 (sans expliquer comment elle pourrait advenir si ce n’est par magie), l’année prochaine devrait marquer la 4ème de récession du pays, comme l’Argentine en 2001.

Ce que la Grèce accepte de faire en suivant les injonctions de la troïka technocratique est un véritable scandale économique par-delà l’humiliation politique. Cette saignée sans fin et inefficace ne marche pas et fait souffrir le peuple grec pour rien. Mais cela n’aura qu’un temps.


Encore un plan d'austérité : jusqu'où va-t-on saigner le peuple grec?
Retrouvez les autres billets de Laurent Pinsolle sur son blog.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:13

La France des réseaux.Les diplômés de la plus cotée des écoles de commerce française HEC ont fait main basse sur l'univers des médias de manière plutôt discrète, mais efficace. Leur omniprésence aux postes de commandes des télés et des journaux intrigue…

Ils ont réussi une OPA silencieuse. Les HEC ont pris progressivement les manettes des grands médias français. Une sorte de révolution dans cette galaxie de saltimbanques qui croyaient faire partie de « l'exception culturelle ».

La montée en puissance des gestionnaires, des publicitaires, des pros de l'audience et des parts de marché a, en réalité, transformé les médias en entreprises comme les autres, au grand dam des journalistes et animateurs télé d'antan.

Pfimlin, Izraelewicz, Dreyfus, Chain, Romatet…

Aujourd'hui, après avoir envahi les agences de pub, les HEC sont bien les rois des médias. La nomination du placide Rémy Pflimlin, ancien président de l'association des diplômés HEC, à la tête de France Télévisions, illustre ce phénomène, tout comme l'arrivée de deux HEC, le journaliste Eric Izraelewicz et le gestionnaire Louis Dreyfus (venu de Libération et du Nouvel Obs), à la tête du groupe Le Monde.

Autres symboles de cette progression : la réussite du présentateur-producteur de télévision HEC Emmanuel Chain (qui a fondé Eléphant & Cie, fournisseur de programmes pour toutes les chaînes), la promotion du HEC Xavier Romatet à la tête de Condé Nast France, l'arrivée du HEC Marc Feuillée à la direction générale du groupe Figaro ou l'ascension d'Alain Weill, le patron de NextradioTV (BFM, RMC), titulaire d'un MBA d'HEC.

Les ex-HEC se mêlent aussi du contenu des programmes

Mais ce n'est que la partie la plus visible de cet iceberg. Car les HEC ne se contentent pas d'être des managers ou des publicitaires, ils veulent aussi s'occuper du contenu des chaînes de télévision, afin que ceux-ci collent aux demandes des téléspectateurs-clients.

Venu du marketing du lessivier Procter & Gamble, puis du conseil chez McKinsey, Rodolphe Belmer dirige ainsi les programmes de Canal Plus depuis 2001. Le patron de TF1, Nonce Paolini, a, lui aussi, choisi en 2008 un HEC formé chez Procter & Gamble, Laurent Storch, pour prendre en charge la grille de programmes de sa chaîne, avant de le remplacer en mai dernier par un autre expert du marketing, Jean-François Lancelier, et de lui confier les rênes de la production des fictions et de TF1 Films Production.

Même si les HEC des médias ne constituent pas une mafia homogène, ils sont liés par une certaine connivence. « On se connaît tous, à force de se côtoyer dans les instances professionnelles et le réseau des anciens », témoigne Xavier Romatet.

Le groupe qui les réunit s'appelle opportunément « Médias et Entertainment ». Rassemblant près de 1 400 diplômés travaillant dans le secteur de la presse, la radio, la TV, l'internet, le cinéma et l'édition, il est dirigé par Louis Vaudeville, le producteur de la série documentaire « Apocalypse » sur la Seconde Guerre mondiale. Ses affidés se croisent régulièrement à des réunions et des cocktails. Certains se retrouvent chaque année pour un voyage, au Japon, en Chine, à Dubaï, ou en juin 2011 à Istanbul.

Ils visitent ensemble des rédactions, rencontrent des publicitaires, décryptent les nouvelles technologies, échangent des tuyaux, des blogs, des emails et des cartes de visites. Une manière de rester branchés. Tout en faisant des affaires.

Découvrez la suite de l'enquête, les photos, les archives, interviews et reportages vidéo sur LaFranceDesReseaux.com.

En partenariat avec La France des réseaux

La France des réseaux.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:07

LEMONDE.FR avec AFP | 26.09.11 | 10h44   •  Mis à jour le 26.09.11 | 10h48

 

 

A l'école primaire, 9 000 postes sur 16 000 devraient être supprimés.

A l'école primaire, 9 000 postes sur 16 000 devraient être supprimés.AFP/DAMIEN MEYER

Signe d'un profond malaise dans l'éducation nationale, un front uni des syndicats du public et, fait exceptionnel, du privé, appelle à une grève, mardi 27 septembre, pour dénoncer la "dégradation" de l'école.

Les organisations syndicales veulent peser sur le projet de budget 2012 qui passe mercredi en conseil des ministres et prévoit la suppression de 14 000 postes dans l'éducation nationale, portant à 80 000 le nombre de postes supprimés entre 2007 et 2012, alors que les effectifs d'élèves augmentent.

La grève doit permettre de "délivrer un message fort pour que l'éducation soit au cœur des priorités de notre pays", a déclaré Sébastien Sihr, du SNUIPP-FSU, principal syndicat du primaire, alors que l'école est devenue l'un des grands enjeux de la présidentielle de 2012.

ENTRE 20 ET 54 % DE GRÉVISTES

La grève sera-t-elle bien suivie? Si Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, se dit "confiante", Patrick Gonthier d'UNSA éducation, prône la prudence "face à un gouvernement qui ne lâche rien" et alors que des enseignants "attendent" la présidentielle.

En primaire, où les grévistes doivent se déclarer quarante-huit heures à l'avance, entre 20,5 % de professeurs selon le ministère et 54 % selon le SNUIPP devraient faire grève, ce qui devrait être "très significatif dans de nombreux départements", selon le syndicat.

Depuis 2008, un service minimum d'accueil (SMA) est obligatoire quand plus de 25 % des enseignants d'une école sont en grève, mais certaines communes refusent toujours de le mettre en place. A Paris, "au moins quatre-vingt-dix écoles seront fermées", selon le SNUIPP-75.

Une centaine de manifestations sont également prévues dans le pays. Dans la capitale, le défilé doit partir à 14 h 30 de Luxembourg.

"PAS RÉVOLUTIONNAIRE"

Le ministre Luc Chatel se veut serein. "Une grève fin septembre dans l'éducation nationale, ce n'est pas révolutionnaire", a-t-il dit, soulignant la proximité des élections professionnelles (13 au 20 octobre).

M. Chatel, qui "assume" les suppressions de postes, assure que "la vraie question aujourd'hui, c'est le sur-mesure" des enseignements et non "la quantité".

Justement, cette communication sur un enseignement "sur-mesure" est mal passée auprès des syndicats, qui constatent que les suppressions de postes détériorent surtout les possibilités de suivi individuel des élèves. "On ne fera pas de la qualité si on n'a pas des personnels formés en nombre suffisant", estime ainsi Bernadette Groison, de laFSU.

BAISSE DES MOYENS DANS LES ÉTABLISSEMENTS DÉFAVORISÉS

Selon une enquête du SNPDEN, principal syndicat des principaux et proviseurs du public, les établissements défavorisés ont été "les plus durement touchés" en cette rentrée : ils ont perdu en moyenne 2,5 % de leurs heures, alors que les favorisés ont vu leurs heures légèrement augmenter.

En outre, selon l'enquête du SNPDEN, le "levier" le plus employé pour supprimer les postes a été de limiter les cours à effectifs réduits, remettant justement en cause l'accompagnement personnalisé et le "sur-mesure".

En cette rentrée, l'école primaire est particulièrement touchée : elle a perdu près de 9 000 postes, sur un total de 16 000.

Dans le secondaire, "on supprime tout ce qui est qualitatif" et "les postes ont été retirés en priorité aux collèges et lycées en difficulté : on prend plus à ceux qui ont moins", selon Philippe Tournier, du SNDPEN.

La scolarisation des tout-petits, les cours à effectifs réduits, les projets éducatifs, les postes de "rased" de lutte contre l'échec scolaire sont des "variables d'ajustement". Classes surchargées, réserve de remplaçants quasi inexistante, bas salaires et réformes contestées, telle celle de la formation des enseignants, sont d'autres motifs de mécontentement.

Le privé, où l'appel à la mobilisation est historique, réclame "zéro retrait d'emploi pour 2012" et met en avant ses spécificités : tous les enseignants sont chaque jour devant une classe (aucun professeur n'est en disponibilité) et il n'y a pas de remplaçants."La suppression de près de 1 500 postes de plus cette année pose d'énormes problèmes. Il a fallu retirer des heures d'accompagnement personnalisé aux élèves", a affirmé le secrétaire général de l'enseignement catholique, Eric de Labarre.

L'ÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE

Pour Mme Groison,"le gouvernement a renoncé à la réussite de tous les jeunes". L'école de la République "relève plus du tri sélectif que de l'ascenseur social", dénonce Christian Chevalier, du SE-UNSA.

"Le poids des inégalités sociales est toujours aussi fort pour expliquer les performances moyennes des élèves à l'âge de 15 ans en France", a aussi constaté l'OCDE dans un rapport récent.

Avec la présidentielle, l'année scolaire 2011-2012 sera celle du "choix" entre un modèle éducatif libéral et un modèle républicain, prévient M. Chevalier.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22