Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:22

Publié le 27-09-11 à 11:29    Modifié à 12:20     par Le Nouvel Observateur     

André Cicolella, directeur du Réseau Environnement Santé, estime qu'il faut interdire cette substance. Interview par Guillaume Malaurie.

Le Bisphenol est signalé par un triangle et les chiffres 7, 6 et 3. (DURAND FLORENCE/SIPA) Le Bisphenol est signalé par un triangle et les chiffres 7, 6 et 3. (DURAND FLORENCE/SIPA)

L’avis de l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) sur le Bisphenol rendu public ce matin marque-t-il à vos yeux un changement radical ?

- Oui. L’Agence a changé son référentiel. Elle ne s’en tient plus à des analyses prenant en compte les expositions fortes mais reconnaît les effets à faible dose. Du coup, la Dose Journalière Admissible est deux millions de fois plus faible qu’auparavant ! Ce qui revient de facto à reconnaître la toxicité du Bisphenol A dans tous les cas de figure et à conclure à son interdiction.

 

Particulièrement pour quels usages ?

- Il faut citer en tête les boîtes de conserve, le matériel médical et les canettes qui possèdent un revêtement contenant du Bisphenol A. Notez bien que cette substance est la plus emblématique des perturbateurs endocriniens mais il y en a beaucoup d’autres qui tombent sous le coup du même raisonnement.

 

Mauvaise nouvelle pour les industriels…

- Surtout une bonne nouvelle pour la santé humaine. Car les effets bénéfiques peuvent être extrêmement rapides. Notamment pour les fœtus particulièrement vulnérables et exposés aux risques de dérèglements du système hormonal pendant les premiers mois de grossesse. L’Anses reconnaît très explicitement que les risques sont plus marqués selon les périodes de la vie.

 

L’Anses est la première Agence sanitaire a conclure ainsi…

- Oui, mais c’est aussi la plus importante de Agences sanitaires européennes. Et il faut espérer que l’Agence Européenne, l’Efsa, lui emboîtera le pas conduisant le reste du monde à suivre. C’est une décision de très grande portée. Il faut d’ailleurs saluer le travail de l’Anses. Elle a le mérite d’avoir osé changer une méthodologie qui était celle des industriels et masquait les risques de santé publique.

 

Le Réseau Environnement Santé que vous dirigez est aujourd’hui satisfait ?

- Nous menons cette lutte depuis notre création il y a trois ans. Comme quoi ce type d’association citoyenne réunissant des praticiens, des scientifiques et des médecins auquel on voudrait aujourd’hui mettre des bâtons dans les roues peut avoir un rôle moteur et accélérateur face aux inerties.

 

Interview d'André Cicolella, directeur du Réseau Environnement Santé, par Guillaume Malaurie

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:18

Karachi, valises françafricaines, plaidoirie du Parquet pour une relaxe générale dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, feuilleton Woerth/Bettencourt… Balayée par les révélations en série de toutes ces « affaires », la présomption d'innocence cède le pas à une solide et tenace présomption de culpabilité.

Privilège des nantis et des puissants – le Rom, le voleur de bicyclette ou le sans-papiers n'en bénéficient guère – la présomption d'innocence n'apparaît plus que comme un ultime rempart des filous pour gagner cahin-caha le rivage des prescriptions commodes et des non-lieux douteux.

Œil poché, pif amoché et proche du chaos, l'idée démocratique, elle, chancelle sous les coups bas. Tous pourris, et si c'était vrai ?

Tous pourris, et si c'était vrai ?

On ne peut comprendre cette longue descente aux enfers de nos illusions, emportées elles aussi dans le maelström de ce que j'ai appelé la « Grande Perdition », si l'on ne se pose pas la question des mécanismes qui président aux comportements humains.

Le chirurgien et neurobiologiste Henri Laborit posait que le cortex cérébral des humains, cette Raison dont nous sommes si fiers, ne nous servait pas à domestiquer nos pulsions inconscientes. Mais, avec l'aide de ce langage qui nous distingue paraît-il des animaux, à les justifier coûte que coûte.

L'idée démocratique, pour ceux qui s'en revendiquent haut et fort, ne devient plus qu'un alibi où manifestement tous les coups sont permis pour conquérir pouvoirs et richesses. A droite comme à gauche. Car si la Françafrique de droite eut son Jacques Foccart, celle de la gauche mitterrandienne s'accommoda fort bien de son Guy Penne.

Ajoutons à ces combines mafieuses, la perversion plus insidieuse qui consiste à légaliser carrément les exactions. Le problème actuel de la dette publique provient, non d'une augmentation des dépenses de l'Etat, mais d'une diminution volontaire de ses recettes à grands coups de paquet fiscal et de niches juteuses pour les copains. Là encore, droite et gauche institutionnelles s'entendent comme larrons en foire.

La « Grande Perdition » marque la fin d'un cycle

Heureusement, les comportements humains fonctionnent par cycles qui vont se renouvelant au fil de l'histoire. Henri Laborit distinguait quatre sortes de comportements. Passons sur les deux premiers (les comportements de consommation et de gratification qui présidèrent peu ou prou à nos Trente Glorieuses), et arrêtons-nous sur les deux derniers, typiques de cette période de « Grande Perdition ».

Quand il est pris la main dans le sac, quand il et mis devant ses méfaits accomplis, le petit humain adopte le comportement de la punition. Il y fait face, soit en fuyant (on passe à autre chose, on détourne l'attention sur un bouc émissaire), soit en essayant de détruire le sujet de l'agression.

Rappelez-vous le président Sarkozy face au « journaliste-pédophile » qui l'interrogeait sur l'affaire Karachi ! Malgré la qualité médiocre du document ci-dessous, avouez qu'on s'y sent plus proche de « l'eau ferrugineuse » de Bourvil que des ors de la République.

 


 

L'ultime comportement du cycle d'Henri Laborit est le comportement de l'inhibition.

« On ne bouge plus. On attend en tension. Et on débouche sur l'angoisse. L'angoisse, c'est l'impossibilité de dominer une situation. »

En gros, c'est nos G8 ou 20 face à la descente aux abimes du système ; c'est la pétrification des instances américaines ou européennes devant leur déclin ; c'est la torpeur des masses dites populaires devant la démolition de leur espace de vie.

La « Grande Perdition » a le grand mérite de mettre à nu cette paralysie générale. Elle précède toujours la guerre, les périodes de régression livrées à des forces obscurantistes… ou les révolutions ! Encore une fois, c'est pendant les grandes périodes de troubles que se sont produites les plus grandes avancées sociales.

La présidentielle de 2012 ne sert à rien

On remarquera qu'aucun des grands changements historiques n'est venu d'un processus démocratique : pas plus la Révolution française de 1789 que l'avènement d'un Mandela en Afrique du sud, pas plus les acquis du Front populaire de 1936 (fruits des mouvements ouvriers plutôt que de l'élection de Léon Blum) que les ordonnances du Conseil national de la résistance en 1945.

Voilà pourquoi, même si l'on voudrait tous furieusement espérer le contraire, la future présidentielle de 2012 n'aura probablement aucune utilité, sinon celle d'amuser la galerie en mettant aux prises l'équipe A au pouvoir et son équipe B socialiste, toutes les deux pieds et mains liés à leurs sponsors financiers, à leurs gardes-chiourmes médiatiques et à leurs affaires troubles.

A moins d'aider un peu plus Marine Le Pen dans sa montée des marches ? Ce n'est pas la dénonciation du « tous pourris » qui favorise les extrémismes régressifs. Ce sont bien les agissements des « tous pourris » eux-mêmes.

Les révolutions ne viennent jamais des masses populaires, encore moins lorsque, égarées, celles-ci s'expriment dans l'intimité anxiogène d'un isoloir. Elles viennent des minorités agissantes qui les rallient à leur cause en désespoir de la leur : le mouvement de résistance initié par l'appel du général de Gaulle en 1940, les révolutions arabes de 2011, le mouvement des Indignés…

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:15

Dessin de Na

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:08

 Les défilés contre les suppressions de postes dans l'éducation nationale ont réuni mardi plus de 165 000 manifestants en France, dont "45 000 à Paris", selon une première estimation des syndicats.

 

Sarkozy en visite à Venette, mardi 27 septembre.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:04

Education : une grève suivie dans le public et le privé

Les défilés contre les suppressions de postes dans l'éducation nationale, à l'appel des syndicats du public et du privé, ont réuni mardi plus de 165 000 manifestants en France, dont "45 000 à Paris", selon une première estimation des syndicats.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:02

 Un puissant typhon balaie les Philippines

Le typhon Nesat, arrivé mardi sur la côte est des Philippines, a fait au moins sept morts et provoqué d'importantes inondations et des coupures de courant dans la capitale du pays, Manille, avec des vents de plus de 200 km/h.

Un vieil homme philippin évacue ses affaires au Nord de Manille. Nesat, vaste système dépressionnaire d'un diamètre de 650 km, est un typhon de catégorie 3, avec des vents soufflant à 200 km/h.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:00

LEMONDE.FR avec AFP | 27.09.11 | 07h41   •  Mis à jour le 27.09.11 | 13h42

 

Le gazoduc qui livre du gaz égyptien à Israël et à la Jordanie a été touché par une explosion dans la nuit de lundi à mardi 27 septembre. L'explosion a eu lieu dans la région de la ville égyptienne d'Al-Arish, dans le nord de la péninsule du Sinaï, a-t-on appris auprès des services de sécurité égyptiens, qui n'ont fait état d'aucune victime.

L'incendie qui a éclaté à la suite de cet incident était "sous contrôle" mardi matin, a indiqué l'agence officielle égyptienne MENA.

L'origine de cette explosion n'a pas été formellement précisée, mais ce gazoduc a déjà été visé par une série d'explosions criminelles depuis février et plusieurs tentatives d'attentats ont également été déjouées.

Cette nouvelle explosion contre ce gazoduc survient dans un climat difficile entre l'Egypte et Israël, marqué par l'attaque par des manifestants de l'ambassade d'Israël au Caire le 9 septembre.

Le 18 août, huit Israéliens avaient été tués dans une attaque près d'Eilat, dans le sud d'Israël, près de la frontière égyptienne. En prenant les assaillants en chasse, les forces israéliennes avaient tué six policiers égyptiens durant les échanges de tirs, provoquant une crise diplomatique avec Le Caire, qui exige des excuses.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 15:25

LEMONDE.FR Avec AFP | 26.09.11 | 16h28   •  Mis à jour le 26.09.11 | 17h03

 
 

 

Une vue aérienne de Hongkong, prise le 3 avril 2011, où la pollution de l'air est souvent pointée du doigt.

Une vue aérienne de Hongkong, prise le 3 avril 2011, où la pollution de l'air est souvent pointée du doigt.AFP/Ed Jones

Plus de 2 millions de personnes meurent chaque année dans le monde du fait de maladies causées par la pollution de l'air, selon une étude publiée lundi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Sur ces 2 millions, 1,3 million meurent suite à la pollution dans les villes, qui touche autant les pays développés que les pays en développement. En outre, indique l'OMS, 1,1 million de décès auraient pu être évités si les normes avaient été respectées.

L'air pollué peut "pénétrer dans les poumons, entrer dans la circulation sanguine et provoquer des cardiopathies, des cancers du poumon, des cas d'asthme et des infections respiratoires", indique l'OMS, qui a compilé les données sur la qualité de l'air fournies par 1 100 villes dans 91 pays.

 L'INDE ET LA CHINE, ZONES LES PLUS DANGEREUSES

Selon ces données, 80 des 91 pays ayant transmis des informations à l'OMS ne respectent pas les valeurs de référence de l'organisation internationale en matière de pollution de l'air.

Dans de nombreuses villes, a indiqué lundi devant la presse la docteur Maria Neira, directrice du département santé publique et environnement de l'OMS, "la pollution atmosphérique atteint des niveaux dangereux pour la santé".

Les zones les plus dangereuses sont situées dans les pays à rapide croissance, comme l'Inde et la Chine. Dans certaines villes, indique l'OMS, qui se refuse à dresser un classement des villes les plus touchées, la concentration des particules fines est jusqu'à quinze fois supérieure au seuil maximum fixé par l'OMS.

Cette pollution provient surtout de sources de combustion, comme les centrales électriques et les véhicules à moteur.

Pour la Dr Neira, si les pays "contrôlent et gèrent l'environnement correctement, nous pouvons réduire considérablement le nombre de gens qui souffrent d'affections respiratoires et cardiaques et de cancer du poumon". "De nombreux pays sont dépourvus de réglementation sur la qualité de l'air, et lorsqu'il y en a une, les normes nationales et leur application varient considérablement", a-t-elle ajouté.

LES ENFANTS ET LES PERSONNES ÂGÉES SONT LES PLUS TOUCHÉS

Les premières causes de la pollution de l'air sont les moyens de transports, l'industrie, l'utilisation de biomasse ou de charbon dans les cuisines et pour le chauffage, ainsi que les centrales électriques au charbon.

Selon l'OMS, les effets les plus graves de la pollution de l'air s'observent chez les personnes déjà malades, les enfants et les personnes âgées.

Pour lutter contre la pollution de l'air, l'OMS recommande le développement des transports publics, la promotion de la marche et du vélo, ainsi que la construction de centrales utilisant des combustibles autres que le charbon.

La compilation de données publiée lundi par l'OMS est cependant incomplète, a relevé l'organisation internationale, car il manque les chiffres de nombreux pays, comme la Russie et certains pays africains.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 15:14

LEMONDE | 27.09.11 | 10h49   •  Mis à jour le 27.09.11 | 12h25

 
 

 

L'Agence française de sécurité sanitaire établit une liste de 60 secteurs d’activité concernés.

L'Agence française de sécurité sanitaire établit une liste de 60 secteurs d’activité concernés.AFP/JOEL SAGET

L'interdiction de fabrication et de commercialisation des biberons contenant du bisphénol A (BPA) dans l'ensemble de l'Union européenne depuis le 1er juin est loin d'avoir clos le dossier de ce perturbateur endocrinien. Les deux rapports rendus publics, mardi 27 septembre, par l'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) sont en effet catégoriques sur les dangers de ce produit de synthèse largement utilisé dans la fabrication des plastiques.

Le premier travail consistait à étudier la littérature scientifique existante afin de disposer d'une vision globale des effets sanitaires du BPA. Il conclut notamment à l'existence d'effets "avérés chez l'animal et suspectés chez l'homme, même à de faibles niveaux d'exposition". L'Anses considère dès lors "disposer de suffisamment d'éléments scientifiques" pour affirmer "que l'objectif prioritaire consiste à réduire les expositions au bisphénol A des populations les plus sensibles", c'est-à-dire les femmes enceintes ou allaitant ainsi que les enfants en bas âge.

La deuxième étude avait pour objectif de recenser les utilisations du BPA. "Près d'une soixantaine de secteurs d'activité potentiellement utilisateurs de bisphénol A en France ont été identifiés", indique l'Anses. La liste des produits susceptibles d'en contenir est impressionnante : emballages alimentaires, mais aussi lunettes et lentilles de contact, CD et DVD, câbles, mastics, adhésifs, électroménager, optiques de phare et pare-chocs, articles de sport, appareils médicaux, revêtements de sol, vernis et peintures, bateaux de plaisance, encres d'imprimerie, etc.

En 2010, l'Anses avait émis des recommandations visant notamment à réduire l'exposition au bisphénol A des populations les plus sensibles, à améliorer l'information des consommateurs par un étiquetage systématique et à rechercher des substituts au BPA. Cette fois, il s'agissait d'effectuer l'analyse la plus complète possible des nombreuses publications scientifiques, "afin de les mettre en perspective et de tenter d'objectiver le paysage", selon les termes de Dominique Gombert, directeur de l'évaluation des risques à l'Anses.

Les experts ont retenu trois catégories d'effets "suspectés" sur la santé humaine, touchant à la fertilité féminine, aux pathologies cardiovasculaires et au diabète.Les effets "avérés" chez l'animal sont au nombre de sept, parmi lesquels l'avancement de l'âge de la puberté, l'augmentation de la survenue de kystes ovariens et de lésions sur la glande mammaire, l'altération de la production spermatique… Le rapport conclut également à l'existence de "ces effets à des doses notablement inférieures aux doses de référence utilisées à des fins réglementaires, et plus particulièrement lors de certaines périodes de la vie [grossesse, périodes pré et postnatale]". Dès lors, la dose journalière admissible (DJA), fixée au niveau européen à 0,05 milligramme par kilo de poids corporel et par jour pour le bisphénol A, ne constituerait pas réellement un seuil de protection contre les effets du composé chimique.

 

DEUXIÈME SÉRIE DE TRAVAUX

 

"A partir du moment où il existe des fenêtres de susceptibilité extrêmement fortes pour certaines populations sensibles, la notion de dose de référence a-t-elle encore un sens ? interroge M. Gombert. En tout cas, cela pose la question de l'exposition à la substance dans son ensemble." L'Anses va transmettre "immédiatement" ses conclusions aux instances européennes "en vue d'examiner la pertinence d'une révision des doses de référence". La réaction de l'Autorité européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA) sera particulièrement attendue : en septembre 2010, l'EFSA avait estimé qu'aucun élément scientifique ne rendait nécessaire d'abaisser la DJA pour le bisphénolA.

Par ailleurs, une deuxième série de travaux coordonnés par l'Anses est en cours afin d'étudier les mécanismes et voies d'exposition de la population au bisphénol A, sujet sur lequel "on est souvent confronté à un gros déficit de données", selon Dominique Gombert. Leurs conclusions sont attendues pour le premier semestre 2012. L'agence a aussi lancé, le 26 septembre, un appel à contributions "afin de recueillir d'ici au 30 novembre des données scientifiques ou informations sur les produits de substitution [au BPA] disponibles" et de "s'assurer de leur innocuité".

Consulter la liste des articles et préparation ssusceptibles de contenir du bisphénol A

Gilles van Kote

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 23:30

27 septembre : grève et manifestation, 14h, Nîmes

A l’initiative de la FSU, de la FERC-CGT, de l’UNSA-éducation et du SGEN-CFDT


 GREVE NATIONALE DANS L’ÉDUCATION
MARDI 27 SEPTEMBRE

MANIFESTATION DÉPARTEMENTALE

NÎMES, 14h, Maison Carrée

Avec le SNES, (ré)agir pour nos métiers et pour le second degré :
➜ POUR un plan pluriannuel de recrutement massif à la hauteur des enjeux des services publics
➜ POUR le respect de nos métiers et de nos missions
➜ POUR la revalorisation de nos professions et de nos salaires
➜ POUR donner un avenir au collège
➜ POUR construire un lycée démocratique
➜ POUR une réelle relance de l’éducation prioritaire
➜ POUR une autre réforme de la formation des enseignants
➜ POUR développer une véritable orientation scolaire


Communiqués de presse

Journée de grève dans l’éducation le 27 septembre 2011

Communiqué commun des Fédérations de l’Education nationale
FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT et UNSA Education
Paris, le 10 juin 2011

Depuis 4 ans, le Ministère de l’Education nationale a supprimé plus de 52 000 postes.

Le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux met l’Ecole publique à genoux, ne lui permettant plus d’assurer ses missions de Service public. Ce dogme ne permet plus aux personnels d’exercer leur métier avec sérénité et professionnalisme.

Les personnels de l’Education, les parents et les jeunes se sont mobilisés régulièrement au cours de cette année pour dénoncer les 16 000 nouvelles suppressions de postes effectives à la prochaine rentrée scolaire alors même que plus de 60 000 élèves supplémentaires sont attendus. Ces suppressions associées au manque d’ambition éducative dégradent encore plus les conditions d’apprentissage des élèves et de travail des personnels.

Dans ce contexte, la campagne publicitaire sur les recrutements lancée par le Ministre de l’Education nationale sonne comme une provocation d’autant que la préparation du prochain budget prévoit de nouvelles suppressions d’emplois et n’affiche d’autre objectif pour le système éducatif que la recherche d’économies.

Si le gouvernement cherche à tromper l’opinion en affirmant sans cesse, comme si cela pouvait convaincre, que l’on peut faire « plus avec moins », la France reste un des pays qui investit le moins dans son éducation et donc dans l’avenir.

En plus de la question fondamentale des postes, la politique éducative, l’avalanche de mesures inadaptées, incohérentes et précipitées maintiennent un système éducatif inégalitaire qui ne permet pas de lutter réellement contre l’échec scolaire.

La nécessité d’une toute autre politique éducative passe aussi par un budget plus volontaire. Pour cela, les organisations FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education appellent les personnels de l’Education nationale et de l’enseignement agricole public à se mettre en grève le 27 septembre prochain. Elles exigent l’arrêt des suppressions d’emplois, une autre logique pour le prochain budget et une transformation démocratique du système éducatif afin d’assurer la réussite de tous les élèves.

Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin d’un système éducatif qui s’attaque réellement aux inégalités scolaires et traite la situation des élèves en grande difficulté. D’autres choix pour la réussite de tous les jeunes sont nécessaires afin que l’École remplisse les objectifs d’une École démocratique, ambitieuse et émancipatrice.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22