Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 11:47

Publié le 24-09-11 à 12:50    Modifié à 12:47   

TOKYO (AP) — Le gouvernement japonais a annoncé samedi avoir ordonné des analyses complémentaires après avoir relevé des niveaux importants de césium radioactif dans un échantillon de riz de la région de Fukushima (nord-est)

Des taux atteignant le seuil légal de 500 becquerels ont été mesurés dans un échantillon prélevé dans une rizière à Nihonmatsu, à 55km à l'ouest de la centrale nucléaire de Fukushima, accidentée après le tsunami du 11 mars.

Des analyses ont déjà été réalisées en 400 endroits de la préfecture de Fukushima. Les niveaux les plus élevés mesurés jusqu'à présent étaient de 136 becquerels par kilo, selon un responsable de la préfecture. AP

ll/v0154

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Fukushima
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 09:56

Le Monde - 24 septembre 2011

J'ai d'abord cru qu'il y avait une énorme coquille dans cet article du Financial Times du 21 septembre. Mais non. Son auteur, Ed Crooks, chef du service industrie aux Etats-Unis, m'a fait part de son propre effarement. Pas d'erreur, son papier contient bien une très grosse bombe, sans doute à fragmentation. 

[FT] Shell chief warns of era of energy volatility, par Ed Crooks

Le pdg de Shell, Peter Voser, déclare :

« La production des champs existants décline de 5 % par an à mesure que les réserves s'épuisent, si bien qu'il faudrait que le monde ajoute l'équivalent de quatre Arabies Saoudites (sic) ou de dix mers du Nord dans les dix prochaines années rien que pour maintenir l'offre à son niveau actuel, avant même un quelconque accroissement de la demande. »

Quatre Arabies Saoudites ? En dix ans ? 40 millions de barils par jour (Mb/j) à mettre en production, soit presque la moitié de la production mondiale actuelle... !?

Bien entendu, Shell ne fournit pas la moindre précision pour étayer cette surenchère... cataclysmique. Peter Voser se contente de rappeler qu'il faut « entre six à huit ans » pour développer tout nouveau projet pétrolier ou gazier important. Tout ça afin de poser que « nous allons vers une grande volatilité inévitable (...) des prix de l'énergie en général. » Peter, tu donnes l'heure.

Et M. Voser d'enfoncer le clou :« Nous allons très probablement voir apparaître des difficultés dans l'équilibre offre-demande, et donc une hausse des prix de l'énergie sur le long terme. Je crois qu'il faut nous y faire. »  Là, las, le clou n'est qu'à moitié enfoncé : le patron de Shell ne donne certainement pas la pleine mesure de ce que risque d'imposer le besoin de remplacer... quatre Arabies Saoudites en dix ans !

Peter Voser, pdg de Shell [DR]

En novembre 2010, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) évoquait discrètement la nécessité de développer l'équivalent de la production de "seulement" deux Arabies Saoudites avant 2020, juste pour compenser le déclin des champs existants. Déjà un défi fantastique, sans doute chimérique d'après de nombreux spécialistes (géologues, ingénieurs, militaires, financiers, etc.)

Voilà maintenant que Shell double la charge : presque la moitié des capacités de production mondiales à remplacer... en dix ans ! (Bon ok, je me calme avec la ponctuation.)

N'empêche : par quel tour de force inouï l'industrie serait-elle capable de compenser en si peu de temps le déclin apparemment plus rapide encore qu'annoncé de bon nombre des régions pétrolifères les plus anciennes et les plus généreuses, et cela avec du pétrole difficile d'accès et lent à produire (en eau très profonde au large du Brésil, avec les schistes fracturées aux Etats-Unis et les sables bitumineux canadiens, peut-être demain en Arctique, ou même avec les agrocarburants et la transformation de gaz naturel en carburant liquide) ?

Les propos tenus par le pdg de la Shell prouvent assez son propre manque d'optimisme...

* Le pourcentage de déclin annuel de la production mondiale existante mis en avant par Shell est bien plus lourd que les 2 % habituellement mentionnés. Mais 5 %, ce n'est pas un rythme invraisemblable : la production de brut européenne (essentiellement la mer du Nord) chute en moyenne de 6 % par an depuis dix ans. [Avec 5 % par an sur 10 ans, on arrive je crois à 33 ou 36 Mb/j, selon qu'on retient la production actuelle de brut, 82 Mb/j, ou la capacité maximale théorique "tous liquides" (pétroles + agrocarburants), 90 Mb/j : ami lecteur, merci de vérifier, suis pas matheux pour un rond. Cela fait bien dix mers du Nord et un peu moins de quatre Arabies Saoudites.]

 

Le discours des compagnies pétrolières occidentales devient vraiment étrange et inquiétant. A croire qu'après avoir feint pendant des années d'ignorer le sérieux du problème posé par le pic pétrolier, plusieurs majors jouent maintenant à qui sera la plus alarmiste.

Pourquoi un tel revirement ?

Les grandes compagnies occidentales sont désormais en manque chronique de réserves fraîches de pétrole. Y compris les firmes américaines, puisque la production des Etats-Unis, ancien premier exportateur et aujourd'hui premier importateur mondial, décroît depuis plus de quarante ans.

Les puissances coloniales ont projeté très loin leurs forces pour accéder à leur fix de brut : d'abord les Britanniques en Perse et en Irak, puis les Américains en Amérique Latine et en Arabie Saoudite (sans 's'), la France, enfin, en Afrique de l'Ouest et du Nord.

Mais depuis une ou deux décennies, ça coince de plus en plus. Même le n°1 américain, Exxon, n'est parvenu à remplacer que 95 % du pétrole qu'il a pompé un peu partout dans le monde au cours des dix dernières années.  

Alors la com' change, de conserve avec la stratégie. (À suivre)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 09:50

LEMONDE.FR avec AFP | 25.09.11 | 08h03

 
 

 

La police a notamment invoqué des troubles à l'ordre public pour justifier les dizaines d'arrestations des manifestants du mouvement "Occupy Wall Street", samedi 24 septembre à New York.

La police a notamment invoqué des troubles à l'ordre public pour justifier les dizaines d'arrestations des manifestants du mouvement "Occupy Wall Street", samedi 24 septembre à New York.AP/Tina Fineberg

Environ 80 manifestants qui campaient depuis une semaine sur une place au cœur de Wall Street, à New York, pour protester contre les effets de la crise économique mondiale, ont été arrêtés samedi 24 septembre. La police de New York (NYPD) les accuse d'entrave à la circulation et de résistance. Une personne a été inculpée pour agression contre un officier de police et un agent a été légèrement blessé.

Le principal site Internet de ralliement des protestataires, Occupy Wall Street, a confirmé les arrestations, la plupart à Union Square à Manhattan.

Se présentant comme des "[représentants] de syndicats, des étudiants, des enseignants, des familles et des sans-emploi", les manifestants avaient entamé leur mouvement le 17 septembre et ont rivalisé d'inventivité pour se faire entendre. Jusqu'ici les forces de police très présentes surveillaient joueurs de tambours et autres harangueurs dans le calme.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 15:01

spaanserevolutie

Prisoners of Peace

In March on Brussels on 22 September 2011 at 22:25

St. Denis, September 22

Day 59 of the March on Brussels. From Paris, 8 km

 

Paris 22S, indignados waking up in front of the Stock Exchange

 

Dear people,

 

After we slept there, we occupied the square of the Stock Exchange for most of the day. We put up signs, we wrote slogans in chalk and we held an internal assembly under the watchful eye of massive police presence. The bus which has taken us away twice already was right around the corner.

It was a great day, especially because there was an event in the stock exchange which attracted many suits and ties. It was priceless to see them parading by the signs accusing the financial system and inviting the people to rise up, while our colourful bunch was holding an assembly.

Internal Assembly at Place de la Bourse

 

Looking back on these days we made great progress. When we arrived we walked straight into a police ambush at the Bastille and had to retreat to the Marne in the early morning. In subsequent days we went on a crazy march through the city, we occupied Bercy, and finally we conquered the Stock Exchange. But the repression has been exhausting for many people, both physically and mentally.

Today, the police would not let us leave the square to walk to St. Denis in group. Some of us managed to break the barrier in small numbers. I walked alone.

When I left the city of Paris, it was like I could breath again. I was back in the real world, with real people of all races and ages leading real lives. The pressure from the authorities on everything different seemed to have lifted.

"If the people would understand the banking system, I think there would be a revolution before the day is over." Henry Ford.

 

 

But that was all imagination. In St. Denis there are half a dozen of police present in civilian outfit. As long as we are in the greater Paris area, the police will not leave us alone. They will continue their repression and their intimidation.

 

Today it turned out that not all the detenidos have been freed. On the contrary. Eleven of them are still in custody. They are almost exclusively French, they are charged with damaging or degrading public property (the police bus), and resistance to arrest. But rumours are also going around that they are accused of ‘terrorism’.

It’s a dirty tactic by the authorities. They catch the French in our movement, and they fry them a couple of days to dissuade other indignés to speak up or to act. We are cooperating with a local lawyer and we have created a working group to have them liberated as soon as possible. This will prolongue our presence in the Paris area even more. Saturday a peaceful concentration has been called for to protest against police repression. Every day that passes, our daily marches to Brussels will grow longer and longer.

 

'Paris, rise up!'

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 14:13

Roselyne Bachelot, le 15 novembre 2010, à Paris.

Roselyne Bachelot a confirmé que des contrats aidés de 7 heures par semaine, rémunérés sur la base du Smic, seront proposés aux allocataires du revenu de solidarité active (RSA).

Le Monde - 23.09 | 16h56

 

 

La ministre des solidarités, Roselyne Bachelot, a confirmé, vendredi 23 septembre, à Chambéry (Savoie), que des contrats aidés de sept heures par semaine, rémunérés sur la base du smic, seront proposés aux allocataires du revenu de solidarité active (RSA) dans une quinzaine de départements. L'objectif du gouvernement est d'aboutir à 10 000 contrats de ce type d'ici à la fin 2012, d'évaluer le dispositif et, le cas échéant, de le généraliser.

Ces nouveaux contrats aidés, préconisés par Marc-Philippe Daubresse (député UMP du Nord), seront des contrats unique d'insertion (CUI). Jusqu'à présent, les conseils généraux pouvaient en proposer, mais ils n'étaient pris en charge par l'Etat à 95 % qu'à partir de vingt heures d'activité par semaine. Le surcoût, pour l'Etat, des 10 000 CUI de sept heures hebdomadaires sera de 3 millions d'euros.

Le nouveau dispositif est donc avantageux pour les conseils généraux. Il peut permettre aux personnes percevant le RSA de gagner 130 euros par mois en plus (pour les célibataires). Mais il présente aussi un avantage certain pour le gouvernement : faire sortir des statistiques du chômage ceux qui en bénéficieront.

En effet, les allocataires du RSA sont, dans une proportion importante, inscrits à Pôle emploi. En juillet, 474 400  d'entre eux figuraient dans la catégorie A des demandeurs d'emploi, c'est-à-dire les personnes inscrites à Pôle emploi, sans emploi et n'ayant pas exercé d'activité réduite dans le mois précédant leur inscription.

Ceux qui, sans emploi, prendront un CUI de sept heures par semaine (et ils n'auront pas le choix s'il leur est proposé) sortiront immédiatement de la catégorie A des demandeurs d'emploi, celle qui sert de baromètre officiel du chômage, a précisé au Monde Pôle emploi.

Les chiffres du chômage s'en trouveraient alors améliorés à peu de frais. C'est ce que l'on appelle le « traitement  statistique » du chômage. Les gouvernements sont souvent tentés d'y recourir dans les périodes d'augmentation du nombre des demandeurs d'emploi.

Or, l'Unedic a revu à la hausse, le 22 septembre, ses prévisions de chômage : elle s'attend à 36 700 chômeurs de plus dans la catégorie A en 2011 et à 55 500 de plus en 2012. Le nombre total des chômeurs indemnisés par l'assurance chômage passerait de 2 071 000 en 2010 à 2 092 500 cette année et à 2 139 600 en 2012.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 14:01

LEMONDE.FR | 23.09.11 | 18h20   •  Mis à jour le 23.09.11 | 19h50

 
 

 

Alors que les indemnités maladie étaient jusqu'ici calculées sur la salaire brut, elles seront calculées en 2012 sur le montant du salaire net, comme pour les indemnités maternité.

Alors que les indemnités maladie étaient jusqu'ici calculées sur la salaire brut, elles seront calculées en 2012 sur le montant du salaire net, comme pour les indemnités maternité.AFP/FRED DUFOUR

Officiellement, il s'agit d'une simple harmonisation. Mais une harmonisation qui doit rapporter 220 millions d'euros au budget de la Sécu a forcément des conséquences. Dans le budget de la Sécurité sociale pour 2012, présenté jeudi 22 septembre, le gouvernement a introduit un nouveau mode de calcul des indémnités journalières pour maladie et accident du travail qui va se traduire par une perte pour un certain nombre de salariés, les plus jeunes et les plus précaires.

Alors qu'elles étaient jusqu'ici calculées sur la salaire brut (50 % du brut pour les indemnités maladie, 60 % pour les accidents du travail), elles seront calculées en 2012 sur le montant du salaire net, comme pour les indemnités maternité. Le taux passera ainsi à 60 % du net pour la maladie, 80 % pour les accidents du travail inférieurs à 29 jours. Pour les salariés qui bénéficient d'un complément de l'employeur dans le cadre de leur convention collective ou de contrats de prévoyance, ce changement devrait être indolore. Selon le gouvernement, plus des trois quarts des salariés seraient dans ce cas.

"MESURE CONCENTRÉE SUR LES SALARIÉS DES TPE"

Mais pour les autres, souvent employés des plus petites entreprises, le droit du travail ne prévoit un complément de l'employeur pour atteindre 90 % du salaire brut qu'au delà de huit jours d'arrêt maladie, et uniquement pour les salariés qui ont plus d'un an d'ancienneté. Au delà de trente jours d'arrêt-maladie, l'indemnité totale n'est plus que de 66 % du brut. "Cette mesure sera concentrée sur les salariés des TPE", critique ainsi la CGT dans un communiqué.

Par ailleurs, les intermittents, les saisonniers, les intérimaires sont déjà exclus du bénéfice de cette loi. Résultat : au cabinet du ministre de la santé, on admet que ce sont les salariés les plus jeunes et les plus précaires qui verront le plus leurs indemnités baisser. Les salariés en arrêt longue maladie sans accord d'entreprise seront aussi lourdement touchés. Mais ceux avec le plus d'ancienneté et les salariés des grandes entreprises devraient voir leur employeur prendre en charge la différence.

Et la perte ne devrait pas être négligeable. "Pour les salariés, en arrêt maladie, cela représenterait une perte d'environ 10 %", assure ainsi  la CFTC dans un communiqué. De son côté, Xavier Bertrand, le ministre du travail, a parlé d'une baisse des indemnités comprise "entre 1 et 1,20 euro par jour d'arrêt pour un smicard". "Un euro par jour pour des gens malades et au smic, c'est déjà beaucoup", tonne la fédération des accidentés de la vie (FNATH).

UNE "SIMPLIFICATION" ADOPTÉE PAR DÉCRET

Selon les calculs du Monde, un salarié au SMIC en arrêt maladie, sans ancienneté et sans convention collective meilleure que la loi ni contrat prévoyance, touchera ainsi uniquement 643,8 euros par mois contre 682,50 actuellement. Selon le ministère, la baisse devrait être de 75 euros par mois pour un cadre qui atteindrait le plafond de la sécurité sociale, fixé à 2 946 euros bruts mensuel.

Cette mesure est officiellement justifiée comme source de simplification pour les employeurs qui n'auront plus qu'à transmettre le salaire net aux régimes de sécurité sociale, alors qu'ils doivent actuellement également transmettre le brut. Une simplification qui devrait entrer en vigueur au 1er janvier et sur laquelle les parlementaires n'auront même pas leur mot à dire : elle sera mise en œuvre par décret, annonce le ministère de la santé.

Jean-Baptiste Chastand

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 13:57

LEMONDE.FR avec AFP | 23.09.11 | 18h10

 

Le document est également émaillé de considérations extra-professionnelles comme "vieux garçon", "chimio depuis deux ans", "a dû avorter [du] deuxième [enfant] pour maladie".

Le document est également émaillé de considérations extra-professionnelles comme "vieux garçon", "chimio depuis deux ans", "a dû avorter [du] deuxième [enfant] pour maladie".AFP/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

"Santé fragile", "n'est pas valeur d'exemple", "dynamique de merde", "cas social" : c'est ce qu'ont pu lire les salariés d'un entrepôt de Decathlon en Isère dans un fichier nominatif découvert en juillet, a-t-on appris vendredi 23 septembre de source syndicale. Sur sept pages, le document rédigé à la main parle de onze salariés d'une équipe logistique d'un entrepôt de Saint-Quentin-Fallavier. Pour chacun sont indiqués l'ancienneté, le niveau d'études, mais sont délivrées aussi des appréciations lapidaires sur des attitudes telles que : "consciente qu'elle n'a rien à faire ici", "fait des histoires"

Le document est également émaillé de considérations extra-professionnelles comme "vieux garçon", "chimio depuis deux ans", "a dû avorter [du] deuxième [enfant] pour maladie". "Les propos insultants et humiliants font de plus référence à la vie privée des salariés", s'est offusqué le délégué central de la CGT, Frédéric Le Meur, qui a annoncé avec la CFDT et la CFE-CGC son intention de porter plainte.

"MOTS-CLÉS RETENUS MALADROITEMENT, LORS D'UNE PASSATION"

Le fichier, découvert à l'occasion d'un déménagement début juillet sur l'armoire d'un open space, était en fait un "cahier de passation" entre deux responsables d'équipe qui se sont succédé. Ces femmes manageuses, âgées de moins de 30 ans, qui font toujours partie de l'entreprise, ont été mises à pied et devraient suivre une formation maison "valeurs et volonté, qui met l'homme au cœur de l'entreprise". "Il s'agissait de mots-clés retenus maladroitement, lors d'une passation", a déclaré le directeur des ressources humaines du groupe, Jean-Pierre Haemmerlein, qui s'est déplacé le 12 septembre pour rencontrer l'équipe.

Pour le PDG de Decathlon, Yves Claude, "les écrits de ces deux responsables sont très graves et très humiliants pour les personnes concernées". Les syndicats, qui regrettent le manque de réaction de la direction de leur site, ont demandé aux dirigeants de Decathlon de s'expliquer lors du prochain comité central d'entreprise, le 30 septembre, afin que des "sanctions exemplaires" soient prises.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 13:52

Le nouvel observateur - Publié le 24-09-11 à 07:39    Modifié à 13:38     

Tel est le sentiment de la presse après l'ouverture d'une enquête préliminaire pour "violation du secret professionnel et "recel" visant Brice Hortefeux.

Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux (Sipa) Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux (Sipa)

La "République irréprochable" promise par Nicolas Sarkozy en 2007 "se porte mal" et le président est "directement touché" par les nouvelles révélations sur l'affaire de Karachi mettant en cause un fidèle parmi les fidèles, Brice Hortefeux, estime la presse régionale samedi 24 septembre.

"De rebonds en rebondissements, de révélations en allégations, de dénégations en semi-aveux, l'affaire de Karachi poursuit sa course folle", constate Patrice Chabanet dans son éditorial du Journal de la Haute-Marne.

"L'atmosphère devient irrespirable"

"Au train où vont les choses, dire que l'affaire Karachi est en train de semer la panique à l'Elysée va finir par relever de l'euphémisme", assure Jacques Guyon dans les colonnes de La Charente libre.

"Chaque jour, chaque heure amène son petit lot de révélations, sa rumeur qui est déjà une certitude, la liste ne cessant de s'allonger des copains et des coquins qui se goinfrent sur le ventre de Marianne. L'atmosphère devient irrespirable", s'exaspère L'Union/L'Ardennais sous la plume d'Hervé Chabaud.

Sarkozy directement "touché"

Après la mise en examen de deux proches de Nicolas Sarkozy dans l'enquête sur le volet financier du dossier Karachi, c'est Brice Hortefeux, homme de confiance du chef de l'Etat, qui se retrouve dans la tourmente après la révélation d'une conversation téléphonique avec un protagoniste de l'affaire dans laquelle l'ex-ministre de l'Intérieur s'inquiète de l'enquête du juge.

Pour Olivier Pirot, de La Nouvelle République du Centre Ouest, il ne fait aucun doute que "lorsque c'est Brice Hortefeux qui se fait rattraper par l'affaire Karachi, c'est le président de la République qui par ricochet est directement touché".

"C'est un jeu de massacre autour de Nicolas Sarkozy. Un à un, ceux qui l'ont accompagné tout au long de sa carrière, sont en passe de tomber au champ de déshonneur", commente Jean-Michel Helvig dans La République des Pyrénées.

La République irréprochable que promettait Nicolas Sarkozy se porte mal", juge Patrick Fluckiger dans L'Alsace.

Appel à la transparence

Alors que le parquet de Paris a décidé "d'enquêter sur les fuites qui ont permis à la presse de remonter, par Hortefeux interposé, jusqu'au sommet de l'Etat, où la fébrilité est patente", l'éditorialiste alsacien note amèrement que "cela devient une habitude : ce n'est pas le scandale qui inquiète, c'est sa révélation".

"Désormais, le chantre de la République irréprochable se retrouve disqualifié dans son opération main propre", renchérit Yann Marec dans le Midi libre.

"A vouloir éviter les éclaboussures, la présidence s'est exposée. Il lui faut trouver une nouvelle arme. Pourquoi pas la transparence ?", demande faussement candide Matthieu Verrier dans La Voix du Nord.

Le Nouvel Observateur - AFP

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 13:45

LEMONDE.FR | 23.09.11 | 19h29   •  Mis à jour le 24.09.11 | 15h16

 
 

 

Nicolas Sarkozy a confié à l'ancien Premier ministre Edouard Balladur la mission de mettre en oeuvre le "Partenariat de Deauville", pour favoriser le processus de démocratisation des pays arabes.

Nicolas Sarkozy a confié à l'ancien Premier ministre Edouard Balladur la mission de mettre en oeuvre le "Partenariat de Deauville", pour favoriser le processus de démocratisation des pays arabes.REUTERS/PHILIPPE WOJAZER

Le communiqué de presse quelque peu lapidaire publié jeudi 22 septembre par l'Elysée est l'une des rares communications officielles de la présidence sur l'affaire Karachi, qui empoisonne le pouvoir depuis 2009. Retour sur les expressions de Nicolas Sarkozy et son entourage, qui ont parfois légèrement évolué, même si le message général est resté le même.


- 15 SEPTEMBRE 2008 : PAS DE COMMENTAIRE

La possibilité d'une affaire française de financement politique illégal, développée en parallèle de l'enquête sur l'attentat de 2002 à Karachi, au Pakistan, est évoquée dès 2008. Le site Bakchich publie un rapport de police luxembourgeois, datant de mars 2007, évoquant l'autorisation donnée en 1994 par le ministre du budget, M. Sarkozy, à la création au Luxembourg de la société Heine, destinée à faire transiter les commissions aux intermédiaires des ventes de sous-marins au Pakistan.

>> Voir notre infographie : " Comprendre l'affaire Karachi en trois minutes"

Interrogé par 20minutes suite à cette révélation, l'Elysée se refuse à tout commentaire.

- 19 JUIN 2009 : UNE "FABLE"

La première fois que la question est posée à Nicolas Sarkozy, c'est en marge d'un sommet européen, à Bruxelles. Lors d'une conférence de presse, un journaliste de l'AFP pose la question à M. Sarkozy sur la possibilité qu'il y ait eu des rétrocommissions et un financement illégal de la campagne de M. Balladur.

Derrière l'humour et la moquerie, la réponse est cinglante : "Grotesque", "ridicule", "qui peut croire une fable pareille ?" rétorque Nicolas Sarkozy. "Soit il y a des éléments, donnez-les nous. Grotesque. Raisonnons, alors : pour son financement, M. Balladur aurait accepté des fonds... Qu'est-ce que vous voulez que je réponde là dessus ? On est dans un monde ou tout ce sait, où le secret d'Etat n'existe plus... Respectons la douleur des victimes."

Et le chef de l'Etat de terminer par un trait d'humour : "S'il y a un braquage à Bruxelles aujourd'hui, j'y étais, là c'est certain." Avant de se reprendre : "Non pardon, je ne ris pas, il y a eu Karachi, c'est la douleur des familles, tout ça."

 

- 10 JUILLET 2009 : "PAS DE SECRET DÉFENSE"

L'affaire, complexe, est alors encore peu connue et peu médiatisée. En pointe dans les investigations, Mediapart n'est que très peu, voire pas repris par le reste de la presse pour ses révélations.

Nicolas Sarkozy évoque une nouvelle fois l'affaire de Karachi, cette fois de sa propre initiative. En marge du sommet du G8 à L'Aquila, il est interrogé sur l'affaire du massacre des moines de Tibéhirine. Il explique alors qu'il "n'y aura pas de secret défense" dans cette affaire. "Je veux que la vérité soit faite", demande-t-il. Et il ajoute : "Sur le terrible attentat de Karachi, pareil."

Deux ans plus tard, malgré la réitération de cette promesse, la totalité des documents réclamés par les juges dans l'affaire Karachi n'a toujours pas été déclassifiée,en dépit des demandes de levée du secret défense formulée notamment par les députés PS, dont Bernard Cazeneuve.

- 20 NOVEMBRE 2010 : "EN TEMPS ET HEURE"

A l'automne 2010, l'affaire de Karachi s'emballe. Au fil de l'enquête et des révélations, les soupçons se font plus précis : le versement de rétrocommissions est évoqué par des témoins, les auditions des anciens ministres Charles Millon ou François Léotard apportent de nouveaux éclairages, le financement de la campagne d'Edouard Balladur apparaît de plus en plus comme potentiellement frauduleux.

Interrogé lors d'une conférence de presse en marge du sommet de Lisbonne, Nicolas Sarkozy promet : "Je n'entretiendrai pas une polémique qui n'a pas lieu d'être. La justice est saisie, qu'elle fasse son travail, voilà. Qu'on n'essaie pas de coller dessus des commentaires politiciens qui ne sont vraiment pas à la hauteur de la douleur des familles qui ont perdu leurs proches. C'est ça la seule chose qui compte."


- 23 NOVEMBRE 2010 : LE PRÉSIDENT ET "LES PÉDOPHILES"

Trois jours plus tard, le ton présidentiel n'est plus du tout le même lorsqu'il s'exprime en "off"devant les journalistes présents. Nicolas Sarkozy ne cache plus son agacement. '"On me dit, il y a eu des commissions. Parfait. Personne n'a la moindre preuve de quoi que ce soit, personne. Ah, il y a de l'argent liquide sur la campagne de M. Balladur, très bien, OK, dont les comptes ont été validés par le Conseil constitutionnel."

L'enquête montrera quelques mois plus tard que cet argent liquide représente plusieurs millions d'euros, dont la provenance est suspecte, même si les comptes ont effectivement été validés. Et plusieurs témoins attestent qu'il y a eu non seulement des commissions, mais surtout des rétrocommissions.

Nicolas Sarkozy poursuit : "Est-ce qu'il y en a un seul parmi vous qui a vu un document qui me mette en cause ni de près, ni de loin  (...) Y a-t-il un document qui me mette en cause, un seul ?" Plusieurs documents citant M. Sarkozy dans la procédure seront produits dans les jours qui suivent. M. Sarkozy enchaîne : "Vous voyez le ministre du budget qui va signer un document pour donner son aval à une société luxembourgeoise ?" Là encore, il sera contredit par les faits : plusieurs pièces du dossier, notamment, affirment qu'il avait bel et bien donné son aval à cette société.

Ce jour de novembre, M. Sarkozy dénonce le juge Van Ruymbeke, l'accuse à demi-mots d'être partial, puis s'en prend à Charles Millon, qui a lui aussi évoqué des rétrocommissions. Et tente de faire une démonstration par l'absurde en prenant à partie un journaliste : "Et vous – j'ai rien du tout contre vous –, il semblerait que vous soyez pédophile… Qui me l'a dit ? J'en ai l'intime conviction." (Lire le verbatim du "off")

 

- 22 SEPTEMBRE 2011 : "CALOMNIE ET MANIPULATION POLITICIENNE"

Il faut attendre presque un an pour un nouvelle communication elyséenne sur l'affaire. Elle prend la forme d'un bref communiqué, dont les imprécisions et les manques posent question. Et laissent notamment penser que l'Elysée a connaissance de l'intégralité du dossier de l'instruction, ce qui n'est, en droit, pas normal.

En trois ans, la communication de l'Elysée n'aura donc pas varié sur l'affaire Karachi  : nier, en bloc, l'existence d'un financement occulte de la campagne de M. Balladur, mais aussi tout rôle financier dans cette campagne, et surtout nier toute présence du chef de l'Etat dans le dossier. Quitte à être, depuis trois ans, en partie démenti par les faits.

Samuel Laurent

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 13:42

LEMONDE.FR | 23.09.11 | 14h45   •  Mis à jour le 23.09.11 | 17h12

 
 

En plaçant sur écoute un portable de Thierry Gaubert, la police capte, le 19 juillet, une conversation entre sa fille, Nastasia, et un ami, David C., portant sur les révélations que la femme de M. Gaubert pourrait faire à la police.

- Nastasia : "En fait, ils ont trouvé un compte aux Bahamas, et euh... mon père l'avait mis au nom de ma mère."

- David : "Oui, oui."

- N. : "Donc voilà. Il a dit à ma mère : si tu craques euh..., toute la famille saute, on saute tous (...) Il lui a dit euh... vraiment, on est dans la merde."

- D. : "Putain."

- N. : "Ouais. Et euh... personne pour l'aider parce que euh... Copé est trop dans la merde. Hortefeux est trop dans la merde. Et si euh... Sarko ne... ne passe pas au deuxième tour, euh... lui aussi est (inaudible) dans la merde et personne ne l'aide. Il a dit... Mon père, il a dit à ma mère : personne m'aidera. Parce que tout le monde est dans la merde (...). Sarko, il veut même pas l'aider. Enfin là, ça va encore, mais si... si Sarko il passe pas en 2012 euh..., vraiment, ils sont tous dans la merde."

- D. : "Ah là je crois que si Sarko il passe pas, ils sont morts."

- N. : "Ah ouais. Tous."

Gérard Davet et Fabrice Lhomme

 

 

Affaire Karachi : "L'audition de Nicolas Sarkozy serait logique"

 

Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes au "Monde" | LEMONDE.FR | 23.09.11 | 12h51   • 

 Mis à jour le 23.09.11 | 18h26

 
 

 

Nicolas Bazire (à droite), directeur de campagne de l'ex-premier ministre Edouard Balladur en 1995, le 20 juillet 1994.

Nicolas Bazire (à droite), directeur de campagne de l'ex-premier ministre Edouard Balladur en 1995, le 20 juillet 1994.AFP/GERARD FOUET

L'intégralité du débat avec Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes au "Monde", vendredi 23 septembre 2011

Suedois : Pourquoi cette affaire met-elle autant de temps à remonter, et quelles pourraient être les conséquences pour Balladur ?

Gérard Davet et Fabrice Lhomme : Elle met du temps à ressortir à la surface pour la bonne et simple raison que la justice n'a été saisie des faits révélés ces derniers mois que très tardivement. Quant à Edouard Balladur, il sera inévitablement convoqué par les juges, qui devront décider s'ils ont ou pas les éléments pour le mettre en examen.

Fulanor : Edouard Balladur a-t-il été entendu dans cette affaire ? Peut-on penser qu'il sera impliqué avant Nicolas Sarkozy (si celui-ci est un jour impliqué…) ?

Pour le moment, Edouard Balladur s'est seulement expliqué devant la mission d'information parlementaire conduite par le député socialiste Bernard Cazeneuve, qui a rendu ses conclusions au printemps 2010. Il est, à l'évidence, pour le moment en tout cas, beaucoup plus impliqué que Nicolas Sarkozy.

Louise : L'affaire peut-elle être "étouffée" à peu près "légalement" ?

Il va être compliqué de museler le juge Renaud Van Ruymbeke. Il est sous le coup d'une procédure disciplinaire. Comme il le raconte dans notre livre Sarko m'a tuer [Stock, 19 euros, 364 pages], il assimile cela à une tentative de déstabilisation, mais cela ne l'arrêtera pas. En revanche, il travaille sous l'étroite surveillance du parquet de Paris, qui examine ses initiatives avec inquiétude. Mais comme il s'agit d'un juge indépendant, et fort heureusement, la réforme [la suppression du juge d'instruction] voulue par Nicolas Sarkozy n'a pas débouché, il est encore maître de ses actes.

Sasha : Pouvez-vous nous expliquer le principe du secret de l'instruction et comment il s'applique aux journalistes ?

Le secret de l'instruction ne s'applique pas aux journalistes. Seules les parties à la procédure sont astreintes à ce secret. Cela signifie qu'elles ne peuvent communiquer à l'extérieur les avancées de l'enquête. Avec une notable exception : les parties civiles, avec l'accord du juge, ont le droit de prendre connaissance des pièces judiciaires. Enfin, le parquet est parfaitement habilité à s'exprimer sur tous les aspects d'une enquête.

Chantal : Les juges peuvent-ils revoir les comptes de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995 ?

De toute façon, les comptes de la campagne d'Edouard Balladur avaient été validés à l'époque par le Conseil constitutionnel. Mais on n'a découvert que très récemment que les rapporteurs chargés d'examiner ces comptes s'étaient prononcés pour un rejet, estimant qu'il y avait des irrégularités. Les juges d'instruction, à défaut de se prononcer sur les comptes de campagne, pourraient peut-être, en revanche, demander au parquet d'étendre leur enquête à l'incrimination de "financement illicite de campagne électorale". Il faut en effet rappeler que pour l'instant, les juges ne sont saisis que d'"abus de biens sociaux".

He : J'ai lu que la justice n'avait pour l'instant pas de "preuves" dans cette affaire, est-ce vrai ?

 Il existe des preuves, bien évidemment. Par exemple, il est avéré, dorénavant, que les comptes de campagne de M. Balladur ont été maquillés. Les enquêteurs ont établi qu'une vingtaine de millions de francs avaient été versés sans justificatifs. Par ailleurs, il est avéré aussi, selon plusieurs documents, que les contrats Agosta et Sawari II (l'achat de frégates par l'Arabie saoudite) ont donné lieu à des versements de commissions illicites. En revanche, il sera très difficile d'établir un lien entre le financement de la campagne Balladur et le versement de ces commissions. Cela étant, le juge a lancé plusieurs commissions rogatoires afin de tracer le circuit de l'argent.

Nicolas : Vous parlez de maquillage de comptes de campagne de M. Balladur. Pourrait-il être poursuivi pour cette fraude ?

Roland Dumas, à l'époque président du Conseil constitutionnel, a validé ces comptes au motif qu'il ne voulait pas déstabiliser la vie politique française. Or il savait pertinemment que le financement de la campagne Balladur était irrégulier. Quant à savoir si M. Balladur pourrait être poursuivi pour fraude, cela paraît difficile. En effet, les décisions du Conseil constitutionnel s'imposent.

Cissou : Que sait-on exactement sur cette société Heine, le rôle de Sarkozy en lien avec elle ?

Cette société offshore a été créée au Luxembourg en 1994 afin de faire transiter, dans le cadre de la signature du contrat Agosta (la vente de sous-marins au Pakistan), des commissions destinées à des intermédiaires. Nicolas Sarkozy, qui était alors ministre du budget, a donné son aval à la constitution de cette société. Divers documents, notamment un rapport de la police luxembourgeoise, en attestent.

Guest : Sarkozy était porte-parole de Balladur. Quel est le rôle d'un porte-parole ? Participe-t-il à l'organisation de la campagne ?

Tous les porte-parole n'ont pas le même rôle. En l'occurrence, en 1995, Nicolas Sarkozy était beaucoup plus que le communicant du candidat Balladur. Il faisait partie du cercle restreint de ses conseillers les plus proches, et à ce titre, n'ignorait rien des dessous de la campagne.

Ender : Peut-on penser que, si Nicolas Sarkozy n'était pas président de la République, il aurait déjà été entendu ?

Je ne suis pas certain qu'il aurait déjà été entendu. En revanche, son audition, au minimum en qualité de témoin, serait logique au vu du dossier. Il faut rappeler qu'en tant que ministre du budget, il a eu à connaître des deux contrats d'armement au cœur de l'enquête judiciaire.

A.N. : Quelle peut être l'origine de la fuite qui a permis à Brice Hortefeux de connaître le témoignage d'Hélène de Yougoslavie ?

Il existe aujourd'hui tout un système bâti autour du chef de l'Etat qui permet de neutraliser d'éventuels gêneurs, mais aussi de freiner des enquêtes gênantes. Les hommes en place sont les mieux renseignés de France. Tout procès verbal sensible est directement transmis à la haute hiérarchie policière, puis à l'autorité politique. Il est aisé d'imaginer qu'en tant qu'ancien ministre de l'intérieur et ami intime de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux a en toute logique pu obtenir des renseignements confidentiels sur une enquête qui menace le chef de l'Etat.

François Roux : S'il y a eu versements de commissions et de rétrocommissions en 1995, c'est évidemment répréhensible. Mais c'est l'arrêt des versements qui a provoqué l'attentat de Karachi. Qui est le plus coupable ? Balladur ou Chirac ?

On ne peut pas dire que c'est l'arrêt des versements qui a débouché sur l'attentat de Karachi. Il s'agit simplement d'une hypothèse de travail. Il y a aujourd'hui deux enquêtes distinctes : l'une porte sur l'attentat de Karachi, et c'est le juge Trévidic qui tente de percer le mystère de ce drame ; l'autre est plus spécialement axée sur le retour éventuel de commissions vers la France à l'occasion de la passation de plusieurs marchés d'armement. Pour l'instant, il est largement prématuré de désigner un coupable.

Guest : J'ai lu un article dans votre journal concernant le remplacement d'une dizaine de procureurs généraux. Quelle pourrait être leur influence dans nos affaires ?

Il est désormais plus compliqué pour le pouvoir de désigner les procureurs généraux présumés conciliants. Cela étant, il y a certains postes, comme à Paris avec l'affaire Karachi ou celle des fadettes, et à Bordeaux avec l'affaire Bettencourt, où l'exécutif a besoin de disposer d'un relais fiable au parquet, qui dépend toujours, en France, de la chancellerie. Il est certain que le vaste mouvement qui s'amorce est scruté de très près en haut lieu. Cela dit, à Paris, il ne semble pas que le procureur général actuel soit sur le départ.

Benoit : Ce type de faits pourraient-ils se reproduire dans le financement de la campagne de 2012, ou a-t-on plus de moyens de contrôle aujourd'hui ?

Malgré les lois successives de financement de la vie politique, il est à craindre que la circulation des valises de billets n'ait jamais cessé. En France, la vie politique souffre d'un mal endémique : le manque d'argent.

Claire : Quels sont les enjeux de cette affaire ?

Ils sont multiples. Sur le plan judiciaire, parvenir à établir plus de quinze ans après les faits qu'une campagne électorale a été financée frauduleusement relève de la gageure. Sur le plan politique, il est certain que cette affaire va alimenter, voire polluer, la campagne présidentielle de 2012.

Steve : Peut-on parler d'affaire d'Etat ? La plus grave de la Ve République ?

On peut parler d'une affaire d'Etat, oui. Pour autant, il est difficile de classer ces dossiers sensibles, a fortiori quand ils sont encore en cours. En revanche, il est certain que cette affaire, au même titre que le cas Bettencourt ou le dossier des fadettes, va empoisonner le climat électoral et la probable campagne présidentielle du chef de l'Etat dans les mois à venir.

Modéré par Clara Georges et Cyril Ouzoulias

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22