Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 15:30

LEMONDE.FR | 30.09.11 | 11h27

 

La centrale nucléaire d'Areva au Tricastin, entre la Drôme et le Vaucluse.

La centrale nucléaire d'Areva au Tricastin, entre la Drôme et le Vaucluse. AFP/PHILIPPE DESMAZES

La Socatri, une filiale d'Areva, a été reconnue jeudi coupable du délit de "déversement de substances toxiques dans les eaux souterraines ayant entraîné une modification significative du régime normal d'alimentation des eaux", après une fuite d'uranium en juillet 2008.

Dans son arrêt, la cour d'appel de Nîmes a condamné la Socatri à une amende de 300 000 euros ainsi qu'au paiement de 20 000 euros de dommages et intérêts à chacune des associations parties civiles, dont Sortir du nucléaire, Amis de la Terre, Greenpeace ou France nature. Elle devra aussi verser 10 000 euros pour préjudice moral à une dizaine de riverains qui s'étaient eux aussi portés parties civiles.

74 KG D'URANIUM REJETÉS

En octobre 2010, la filiale d'Areva avait été relaxée par le tribunal de Carpentras (Vaucluse) "du délit de pollution des eaux ayant causé un effet nuisible sur la santé ou des dommages à la flore ou à la faune". Mais elle avait été reconnue "coupable du délit d'omission de déclaration sans délai à l'Autorité de sûreté nucléaire et au représentant de l'Etat", écopant d'une amende de 40 000 euros.

Dans la nuit du 7 au 8 juillet 2008, 74 kg d'uranium avait été rejetés dans l'environnement sur le site de la Socatri, usine de traitement des déchets, à la suite du débordement d'une cuve. Ce rejet avait contaminé temporairement les rivières alentour et entraîné la mise en place de mesures de précaution. Cet incident très médiatisé avait été classé au niveau 1 de l'échelle INES, l'échelle internationale des événements nucléaires, qui en compte sept.

AFP

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 15:27

Mardi : Nicolas Sarkosy au MUSÉE du DÉSERT !

 

Nous, habitants des Vallées Cévenoles, appelons à un grand rassemblement

 

LUNDI 3 OCTOBRE

17h30

ÀMIALET(parkingduFoyer)

 

Manifestons notre indignation à l’utilisation du symbole de la résistance cévenole !

Nos valeurs habituelles de fraternité, d’accueil et de résistance s’opposent aux politiques actuelles d’injustice et d’inégalité.

 

À l’issue de ce rassemblement, nous envisagerons les actions à venir.

 

LeshabitantsdesValléesCévenoles

Contact : habitantsdesvalleescevenoles@gmail.com

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 11:28

,

Rising Sun

In March on Brussels on 29 September 2011 at 23:43

Amiens, September 29
Day 66 of the March on Brussels. From Breteuil, 32 km.

Acampada this morning in Breteuil

Dear people,

The hot sun felt like summer today, and we enjoy it as long as it lasts. We have advanced to the infamous river Somme, to the city of Amiens. Close to the river, in the more popular neighbourhoods, I have found traces of the low lands to which we are directed. The smell of French fries, and the presence of canals.


After the first few days from Paris, we have had certain problems of convivencia. When the distances become longer, the marchers become fewer. Many go by bus, train or hitch hiking, but they let their backpacks be transported by the comrade Charlie’s van.

When I say that this march seems to go ahead thanks to divine providence, that isn’t completely true. It’s thanks to comrade Charlie. He does logistics, kitchen, and mediation in conflicts. But yesterday, when he arrived and saw that all of the none walkers were drinking beer and didn’t help him unload the van, he was fed up with it.


The Central Committee prepared an internal assembly and announced that everyone will have to carry his own bags as from tomorrow. It was a threat. When people are faced with the necessity to carry their stuff, they start to think about what they really need, and what they can discard. People are used to accumulate, and so they were scared out of their wits.

In the end, according to plan, it was decided that only the people who are actually walking can bring one piece of luggage along in the van. The others will have to arrange themselves.

For the great part of the day I have been walking along with comrade Juan, who joined us in Paris. He is from the Communications commission of Acampada Málaga. We spoke a bit about Spanish history from the War of Succesion at the beginning of the 18th century up until the latest attempt of a military golpe in 1981. Comrade Juan knows his history, and he knows how to synthesise it.

A recurring theme is the existence of two different Spains. You could go back to the middle ages to make to this point, to the seafaring merchants of Catalunia and the feudal warlords of the highlands. The two states of mind have always persisted. On the one hand there is the Spain of the army, the Spain of god, nation, king and order. On the other hand there is the Spain of self determination and freedom, the Spain of the people.

Still, these spirits have never been confined to a specific category. In 1808, the populace rose up in favour of a decrepit monarchy, out of resentment against the French invadors. A few years later the intellectual elite styled the most progressive Constitution of the age, which was duly repressed by the royal establishment. In the century that followed, between one military coup and another, the liberal ideas and the feudal practices flowed and reflowed in Spanish politics.

The civil war in the 1930s was the exemplary expression of this conflict between the dark ages and the enlightenment. It was all the more symbolic because it encompassed all the great political philosophies of the 20th century. The anarchist trade union CNT had over a million members at the time. They formed their own militia’s on the republican side. It was like waging war, real war, in ‘15M-style’. They would take an old truck, paint it red and black, attach a gun to it, if they had one, and call it a tank.

The fascists won the war in the end. And only very recently has the spirit of the other Spain returned to the streets and to the squares.

In front of City Hall, Amiens

'Free massage' from the Massage commission

Another recurring issue, linked to the former, is the question of centralism. Madrid as capital, against the autonomic regions, peoples and villages.

I have noticed this same issue in our movement. Officially, every popular assembly is one hundred percent autonomous. The 15th of May was a nation wide protest in Spain. But the whole history of the acampadas began in Madrid, on Puerta del Sol.

Sol has been an example for many. The first people camping out there in the square, and everyone who assembled in their support, have shown that all those people longing for change are not alone, and that together they can make a difference. As a result, acampadas sprung up in all cities down to the smallest towns of the country. Later, all the Spanish popular marches converged on Sol. But those marches didn’t come to Sol because it was the center, like someone might think. They came to claim the fact that each different assembly was distinct and autonomous. They came to share their experiences on a level of equality. Sol just seemed the appropriate place to meet.

At the moment, there are two assemblies meeting in Puerta del Sol. One is the original Asamblea General de Sol, which represented the acampada in its day, and the other is the Asamblea Popolar de Madrid (APM), which represents the assemblies of the neighbourhoods and the villages of the region.

For some time now, people have been saying that the General Assembly of Sol is no longer necessary. They argue that sovereignty resides in the neighbourhoods, and that the APM is the only representative assembly for Madrid.

We’ve had this discussion in the march as well. When ‘Sol’, asks us to reorganise our Communications, “or else…”, then some of us have the instinctive reaction of saying: “Who do they think they are?” These people generally agree that the Assembly of Sol should be dissolved.

Comrade Getafe and me argue against it. First of all, because Sol is not part of one of the neighbourhoods. Sol is Sol. Second of all, for sentimental reasons. Getafe was one of the Famous Forty, and I have camped in Sol for three weeks. It is our ‘native acampada’. But most important, as for me, Sol is a point of reference, a megaphone, a symbol.

Every revolution needs its symbols. And thanks to Sol, the sun itself has become one of the symbols of our movement.

Acampada in front of City Hall

Popular Assembly in Amiens

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:48
Marianne - Eugène - Blogueur associé | Jeudi 29 Septembre 2011 à 05:01


Selon Le Figaro, les derniers chiffres du chômage sont rassurants et stables, et permettent au gouvernement de souffler. Notre blogueur associé Eugène, du blog économique et social, revient sur cette annonce en évoquant une réalité pas aussi rassurante qu'il n'y parait.



En ouvrant le Figaro ce matin nous pouvions lire le titre rassurant suivant « La hausse du chômage a marqué une pause en août ». Connaissant bien la réalité du terrain, la curiosité du lecteur est piquée au vif. Pourtant, le contenu de l’article raconte une toute autre histoire : « Après trois mauvais mois, les effectifs de la catégorie A reculent de 2000 personnes. Mais la progression se poursuit pour les demandeurs d'emploi en activité réduite. Le gouvernement peut souffler un peu. Après trois mois de forte hausse du nombre de chômeurs en catégorie A à Pôle emploi, le compteur est reparti à la baisse en août. »

Pour connaitre la vérité sur le chiffre réel du chômage en août il faut lire la totalité de l’article qui finalement dévoile timidement le pot aux roses : « Cette quasi-stabilisation, intervenue en pleine crise des dettes souveraines, est toutefois à relativiser, car le nombre de demandeurs d'emploi en activité très réduite (catégorie B, moins de 78 heures de travail dans le mois) ou réduite (catégorie C, plus de 78 heures) a continué, quant à lui, son inexorable progression : + 20.200 inscrits en août, + 102.700 depuis le début de l'année et + 172.500 sur un an. Preuve supplémentaire que la reprise balbutiante de l'emploi se fait essentiellement par le biais de petits boulots à temps partiel. Sur un an, le nombre de chômeurs inscrits dans les catégories A, B et C a progressé de 4,3 %, à près de 4,15 millions de personnes. Selon l'Unedic, il devrait encore croitre de 40.000 d'ici au 31 décembre. ». Nous y voilà ! Le chômage, toutes catégories confondues, a en fait progressé de 0,5 % ! Quant à la catégorie A elle n’a baissé que de 2000 personnes soit de 0,1 % ! Il est donc largement préférable de titrer sur une baisse de -0,1 % que sur une hausse de +0,5 % (catégories A, B et C soit +20 200 personnes de plus en un mois)... Sur un an la hausse du chômage est de 4,3% !

Ces mauvais (vrais) chiffres cachent une dure réalité : le chômage continue d’augmenter, mais la précarisation des emplois est de plus en plus forte. Les jeunes et les plus de 50 ans sont en août beaucoup plus durement touchés que les mois précédents. Pire, Le chômage de longue durée touche un plus haut depuis fin 1999 c’est dire si la situation tout sauf stable !

C’est cette dure réalité qui permet au Figaro de titrer que le chômage fait une pause et que le gouvernement peut soufflet un peu ! Quelle mouche a donc piqué le Figaro ? C’est simple, les chiffres ne s’amélioreront pas et comme cette nouvelle n’est pas très agréable a lire, le journal compte que la plupart de ses lecteurs s’arrêteront au titre très rassurant sur l’action gouvernementale.

Problème : le gouvernement depuis 2007 a déjà beaucoup soufflé et il serait grandement temps qu’il se mette au travail. Mais n’y comptons pas trop, les quelques mois qui nous séparent de l’élection présidentielle ne vont certainement pas être ceux du recul du chômage ni, bien sûr, de la prise en compte par le gouvernement d’une réalité sociale qu’il n’a cessé d’ignorer durant des années. C’est bien pour cette raison que nous allons assister à la place à un festival de mauvaise fois et de maquillage de chiffres. Qu’on se le dise, nous serons manipulés !


Quand le Figaro maquille les chiffres du chômage
Retrouvez les autres billets d'Eugène sur le blog économique et social.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:39

LEMONDE.FR | 29.09.11 | 14h20   •  Mis à jour le 29.09.11 | 14h35

 
 

 

Brice Hortefeux, le 3 février, à Orléans.

Brice Hortefeux, le 3 février, à Orléans.AFP/LIONEL BONAVENTURE

Nouveaux ennuis judiciaires en perspective pour l’ex-ministre de l’intérieur Brice Hortefeux, déjà visé par une enquête préliminaire du parquet de Paris dans le volet financier de l’affaire Karachi. L’avocat des parties civiles dans ce même dossier Karachi, Me Olivier Morice, entend le citer directement devant le tribunal correctionnel. Il lui reproche des propos tenus dans l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, en date du 29 septembre. L’ami le plus proche du chef de l’Etat y dénonce notamment "la lâcheté des journalistes qui fracassent tous les amis de Nicolas Sarkozy", estimant que c’est Me Olivier Morice qui devrait être "fracassé". Un terme qui a fait bondir l’avocat.

"Les propos tenus par Brice Hortefeux sont intolérables, indique au Monde Me Morice. Ils constituent à mon sens une menace et une intimidation envers un avocat dans l’exercice de ses fonctions. J’ai donc demandé à un collectif d’avocats de citer en correctionnelle M. Brice Hortefeux." Le collectif d’avocats regroupe Mes Christian Charrière-Bournazel, Antoine Comte, Olivier Schnerb, Jean-Pierre Mignard, Laurent de Caunes, Nathalie Carrère ou encore Caroline Wassermann.

La citation devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, qui devrait intervenir d'ici à la fin de la semaine, va s’appuyer sur l’article 434-8 du code pénal, qui prévoit que toute menace ou tout acte d'intimidation commis envers un magistrat, un juré ou toute autre personne siégeant dans une formation juridictionnelle, un arbitre, un interprète, un expert ou l'avocat d'une partie en vue d'influencer son comportement dans l'exercice de ses fonctions est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende.

Gérard Davet et Fabrice Lhomme

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:36

LEMONDE | 28.09.11 | 14h48   •  Mis à jour le 29.09.11 | 10h41

 
 

 

La centrale de Fukushima au Japon, le 25 août 2011.

La centrale de Fukushima au Japon, le 25 août 2011.REUTERS/HO

Fukushima Envoyé spécial - "Rabu-chan est là !" A la maison de retraite Suisyoen, l'arrivée de Rabu et de Pisu (prononciation japonaise des mots "love" et "peace") suscite le ravissement. Mme Yatsuzaka enlace Rabu et lui parle : "Tu es mignon, tu sais."

La scène ferait presque oublier que Rabu est un robot à l'apparence d'un bébé phoque, un exemplaire du modèle Paro mis au point au début des années 2000 par l'Institut japonais des sciences et technologies industrielles avancées (AIST), destiné à l'assistance médicale et qui permet à Mme Yatsuzaka de se sentir rassurée.

Comme les 84 autres pensionnaires, elle en a besoin. Suisyoen se situe à Iwaki, dans la préfecture de Fukushima, à 26 km au sud de la centrale nucléaire endommagée et au bord du Pacifique. Le centre a subi de plein fouet la catastrophe du 11 mars.

Evacués deux jours plus tard, les pensionnaires sont revenus en mai, mais le drame a laissé des traces. "La situation redevient peu à peu normale, explique Taku Katoono, le dirigeant du centre, mais il y a encore des comportements un peu bizarres. La présence de Rabu et de Pisu est utile." L'idée de faire appel à ces robots est venue du géant immobilier Daiwa House, qui en a prêté deux à la maison de retraite. "Ils permettent d'oublier la peur", note M. Katoono.

"Plus de volonté"

L'impact psychologique du tsunami et de l'accident nucléaire est considérable. "Les personnes âgées croient ainsi qu'elles sont de trop. Plus généralement, beaucoup de gens s'inquiètent pour l'avenir", analyse Suimei Morikawa, psychiatre engagé depuis fin mars aux côtés de Médecins du monde dans le soutien aux victimes dans la préfecture d'Iwate, une tâche particulièrement complexe.

"Au moment du séisme de Kobe de 1995, précise-t-il, des gens sont morts et ont été blessés. Beaucoup ont souffert du syndrome de stress post-traumatique. Cette fois, les souffrances sont plus complexes. Au séisme s'ajoutent le tsunami et l'accident nucléaire."

Il y a en outre le problème de l'absence de centre de soins psychologiques dans la région. "Traditionnellement, les gens du Tohoku n'expriment guère leurs sentiments, même à leurs proches. Ils peinent à évoquer leurs problèmes." Et puis, avec la perte de milliers d'emplois, la dislocation des communautés et le manque de perspectives pour une population au niveau de vie plutôt bas, l'inactivité pèse. "Beaucoup de gens n'ont plus de volonté, notamment celle de travailler", constate Genyu Sokyu, un prêtre bouddhiste de la préfecture de Fukushima, membre de la commission de reconstruction.

"La fréquentation des pachinko (salles de jeux) a augmenté de 30 %, et la consommation d'alcool a bondi", ajoute le docteur Morikawa, qui s'inquiète du sentiment d'abandon éprouvé dans la région. Une détresse qui devrait s'aggraver, nécessitera un long suivi et a déjà fait grimper le taux de suicide, alors qu'il était déjà parmi les plus élevés du Japon.

Philippe Mesmer

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Fukushima
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:34

LEMONDE.FR avec AFP | 29.09.11 | 09h07

 
 

 

Les Indiens, soutenus par des mouvements écologistes, ont obtenu gain de cause : il n'y aura pas de barrage sur le fleuve Xingu.

Les Indiens, soutenus par des mouvements écologistes, ont obtenu gain de cause : il n'y aura pas de barrage sur le fleuve Xingu.AFP/YASUYOSHI CHIBA

La justice brésilienne a ordonné mercredi 28 septembre l'arrêt des travaux du gigantesque barrage hydroélectrique de Belo Monte en plein cœur de la forêt amazonienne, auxquels s'opposaient les Indiens de la région et les mouvements écologistes.

La justice fédérale de l'Etat du Para, dans le nord du pays, a interdit au consortium Norte Energia d'altérer le lit du fleuve Xingu, par "l'implantation d'un port, des explosions, la construction de digues, le creusement de canaux ou tous autres travaux qui modifient son cours naturel" et "portent atteinte à la faune ichtyologique".

Considérée par les autorités comme un élément fondamental pour le développement énergétique du pays, la construction de ce barrage avait soulevé une forte opposition des Indiens, de la population locale et des défenseurs de l'environnement.

"IL N'EST PAS RAISONNABLE QUE LES FAMILLES SOIENT AFFECTÉES"

"Il n'est pas raisonnable de permettre que les innombrables familles, dont la survie dépend exclusivement de la pêche de poissons ornementaux sur le fleuve Xingu, se voient affectées directement par les travaux du barrage hydroélectrique", a estimé le juge.

L'Association des éleveurs et exportateurs de poissons ornementaux d'Altamira avait notamment argumenté que les travaux auraient pu provoquer la disparition des principales espèces de poissons de la région.  

D'une puissance prévue de 11 200 mégawatts, soit près de 11 % de la puissance installée du Brésil, le barrage de Belo Monte devait représenter le troisième barrage le plus important au monde après ceux des Trois-Gorges, en Chine, et d'Itaipu, à la frontière entre le Brésil et le Paraguay. L'investissement prévu était de 11 milliards de dollars. L'Institut brésilien de l'environnement avait pourtant autorisé sa construction en janvier dernier et confirmé sa décison en juin.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Brésil
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:32

LEMONDE.FR avec AFP | 29.09.11 | 10h58

 

 

Le Danemark est plus avancé dans l'éolien offshore, notamment avec les 80 éoliennes de son parc Horns Rev 1, au large du port d'Esbjerg sur la mer du Nord.

Le Danemark est plus avancé dans l'éolien offshore, notamment avec les 80 éoliennes de son parc Horns Rev 1, au large du port d'Esbjerg sur la mer du Nord.AFP/JORGEN TRUE

Le groupe nucléaire Areva va implanter sur le port du Havre deux usines de fabrication de pales et de nacelles d'éoliennes off-shore qui pourraient générer jusqu'à un millier d'emplois, selon le cabinet du maire du Havre, Edouard Philippe (UMP). Révélé par les quotidiens Paris-Normandie et Les Echos, ce projet pourrait voir le jour en 2015. 

 

Cette annonce s'inscrit dans le cadre de l'appel d'offres lancé en juillet par le gouvernement pour développer l'éolien marin le long des côtes de l'ouest de la France. Il prévoit l'implantation, à partir de 2015, de 600 éoliennes dans cinq parcs, au large du Tréport et de Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-Mer (Calvados), Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). L'objectif, en plus de la création de milliers d'emplois, est de porter à 20 % la part des énergies renouvelables en France, comme prévu dans le Grenelle de l'environnement.

FILIÈRES NUCLÉAIRE ET ÉOLIENNE SE REJOIGNENT

Dans les faits, cet appel d'offre profite essentiellement aux grands acteurs de la filière nucléaire, et non aux PME françaises centrées sur cette énergie renouvelable, souligne le blog du Monde.fr Eco(lo). Il en est ainsi d'Areva, qui s'est porté candidat pour développer les trois champs situés au large de la Normandie en partenariat avec GDF Suez et Vinci, et s'est associé avec l'espagnol Iberdrola et Technip (ingénierie) pour les autres. Le gouvernement doit faire son choix parmi les candidats en avril.

Avec ces usines, Areva se met en situation de servir les futurs parcs éoliens marins français, en priorité ceux situés au large de la Normandie, mais se positionne aussi sur le marché de la côte sud de l'Angleterre, où cette forme de production d'énergie est en plein développement. Les projets dans l'éolien en Grande-Bretagne totalisent 12 gigawatts, soit deux fois plus qu'en France, soulignent Les Echos.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:20

Lettre de Wall Street | LEMONDE | 27.09.11 | 15h24   •  Mis à jour le 28.09.11 | 07h23

lobbying2

On les appelle déjà les "Douze" : six sénateurs et six représentants, moitié démocrates, moitié républicains. Tous sont aujourd'hui l'objet d'une infinie sollicitude des groupes d'intérêts enregistrés au Congrès. Car l'affaire urge. Les "Douze" constituent la "commission spéciale" mise en place après le vote des élus, début août, d'un projet minimaliste sur la résorption des déficits publics sur dix ans. Ce texte leur enjoint l'objectif d'élaborer un plan de lutte "anti-dette" plus vaste : 2 400 milliards de dollars au minimum, 1 000 de plus si affinités entre les élus. L'échéance est fixée à la fête américaine de Thanksgiving, le dernier jeudi de novembre. S'ils ne trouvent pas de compromis, un autre plan, moins ambitieux mais déjà établi, sera imposé d'autorité. Nombre des secteurs qui seraient touchés en ce cas espèrent vivement parvenir à modifier les choses, par exemple les industriels de la défense, car le Pentagone devrait alors rogner plus de 50 milliards de dollars par an sur ses dépenses.

Représentant tous les domaines - de la santé à l'immobilier, des agriculteurs à la finance -, les lobbyistes viennent donc frapper à la porte des "Douze" avant qu'il ne soit trop tard. Personne, leur expliquent-ils, ne disconvient de l'urgence de réduire la dette, mais les élus s'honoreraient en coupant les dépenses ailleurs que dans les secteurs qu'eux-mêmes représentent. Ou bien en évitant de les imposer plus qu'ils ne le sont déjà.

Ici, le subliminal est souvent de mise. En avançant leurs pions, les lobbyistes n'ont pas besoin de le leur rappeler : les élus savent que, tôt ou tard, ils remettront leur mandat en jeu. Ce sera le cas, dans treize mois, des six représentants, et, en 2012 et 2014, de trois des six sénateurs. Ils auront alors bien besoin des faveurs des mêmes lobbyistes pour battre campagne.

Allons voir de plus près. Le cas de Patty Murray est le plus spectaculaire. Cette sénatrice démocrate de l'Etat de Washington est beaucoup financée par Microsoft et Boeing, la seconde ayant toute raison de craindre une diminution des dépenses militaires. La sénatrice est aussi financée par Emily's List, une importante association américaine prochoix (favorable au droit à l'avortement) et par les caisses de retraites. Or, le planning familial et les retraites font l'objet de velléités de coupes radicales du côté républicain, et plus modestes, mais considérées comme inévitables, chez les démocrates.

Mais l'essentiel n'est pas là : Mme Murray est aussi présidente du comité démocrate de la campagne sénatoriale, l'instrument de collecte de fonds du parti pour les élections au Sénat. D'où l'accusation de "conflit d'intérêt" entre cette fonction et sa participation au "Douze". Qui croira, rétorque-t-elle, qu'elle puisse être sensible à d'autres intérêts que ceux de ses électeurs ?

Les données du Center for Responsive Politics, qui recense les donations connues aux élus, suscitent pourtant quelques interrogations. Légitime, en effet, de s'interroger pour savoir si Chris Van Hollen, représentant démocrate du Maryland, qui compte la grande société de gestion de produits financiers NorthWestern Mutual comme premier contributeur - et le secteur de l'assurance comme principal soutien -, ou les républicains Jeb Hensarling (représentant, Texas) et Pat Toomey (sénateur, Pennsylvanie), tous deux soutenus quasi exclusivement par des banques et des sociétés financières (en tête : la carte Visa pour le premier, le Club for Growth, association de patrons ultralibéraux, pour le second), pourraient soutenir une hausse d'impôts sur les gains du capital sans en subir de néfastes conséquences ?

Qui peut réellement croire que Xavier Becerra (démocrate, Californie), dont le secteur de la santé - lobbies des radiologues et de la médecine physique en premier lieu - domine le financement, restera insensible à leurs craintes lorsque s'engagera la bataille au sein de la commission pour fixer les secteurs médicaux devant subir des coupes dans la couverture publique des soins ?

Ce type de questions, on pourrait les poser pour chacun des membres de la commission : le sénateur républicain Rob Portman (Ohio) est très apprécié d'American Financial Group et de General Electric ; le représentant démocrate James Clayburn des sociétés de l'audit comptable, des services électriques et des loisirs, etc. On n'oubliera pas les lobbies des producteurs d'éthanol ou des jets privés, inquiets de la possible annulation des niches fiscales dont bénéficient ces secteurs. Le diable du lobbyisme se cache aussi beaucoup dans le détail de la feuille d'impôts.

Ainsi va un système institutionnel américain de plus en paralysé, non pas uniquement par le refus républicain de "jouer le jeu", mais aussi parce que tous les élus, en campagne permanente, entre adéquation et grand écart, doivent à la fois préserver leur électorat et satisfaire les attentes de ceux qui leur donnent les moyens de se présenter. Du plus modeste (le démocrate Beccera, 345 000 dollars levés, selon les comptes de campagne 2011-2012) aux mieux dotés des vieux briscards (le républicain Toomey, les démocrates John Kerry et Max Baucus, entre 10 et 18 millions de dollars chacun depuis cinq ans), aucun des membres de la Commission spéciale sur la résorption de la dette n'a jugé bon de décréter, par exemple, un moratoire sur ses activités de collecte de fonds auprès des entreprises, le temps que les "Douze" aient fini leur mission : pointer qui pâtira et qui sortira indemne des coupes claires dans les divers budgets de l'Etat.


cypel@lemonde.fr

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 10:09

LEMONDE | 29.09.11 | 12h06

 
 

 

56 médicaments sont sous surveillance, selon la nouvelle liste de l'Agence française de sécurité sanitaire.

56 médicaments sont sous surveillance, selon la nouvelle liste de l'Agence française de sécurité sanitaire.AFP/PHILIPPE HUGUEN

Le 31 janvier, en plein développement du scandale du Mediator (ce médicament du laboratoire Servier accusé d'avoir causé la mort de 500 à 2000 personnes), l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) rendait publique une liste de "77 médicaments sous surveillance" en compagnie de 12 classes thérapeutiques. Soit, au total, 89 molécules ou groupes de produits. L'Agence mettra en ligne la version actualisée de cette liste dans quelques jours. Le Monde a consulté ce document qui fait état, huit mois plus tard, de huit médicaments retirés du marché et de neuf autres sur la sellette, dont le rapport bénéfice-risque est réévalué.

Dirigée depuis le 16 février par le professeur de cancérologie Dominique Maraninchi, l'Afssaps a restructuré son document. Celui élaboré en janvier, à la demande pressante du ministère de la santé, mêlait médicaments surveillés du fait de signaux d'alerte à d'autres suivis de près car ils venaient d'être lancés sur le marché. Dans ce cas, comme le demandent les autorités européennes, un plan de gestion des risques (PGR) imposant des études complémentaires, ou une information particulière des patients et professionnels de santé, est inclus dans l'autorisation de mise sur le marché (AMM).

Au total, 56 médicaments sont sous surveillance : 9 avec une réévaluation de leur bénéfice-risque, 19 avec un suivi de pharmacovigilance et 28 dans le cadre d'un PGR.

 DES RISQUES DE RETRAIT DU MARCHÉ

Neuf médicaments sont en cours de réévaluation, avec des conséquences possibles sur leur commercialisation. C'est le cas du groupe de sirops antitussifs à la pholcodine et du Ferrisat (fer dextran), destiné au traitement des carences en fer, pour lesquels existe un risque de réactions allergiques. Sont également concernées des spécialités contre les infections urinaires contenant du nitrofurantoïne (toxicité hépatique et pulmonaire), et Multaq, indiqué dans les troubles du rythme cardiaque et qui présente un risque de lésions hépatiques. Deux médicaments du laboratoire Servier sont dans le même cas : Trivastal, utilisé dans le déficit cognitif et la maladie de Parkinson avec pour effets secondaires une somnolence et des "attaques de sommeil" ; Vastarel, traitement prophylactique de l'angine de poitrine, qui peut entraîner des syndromes parkinsoniens et une baisse des plaquettes.

Des modifications substantielles de l'AMM, pouvant aller jusqu'au retrait du marché, sont attendues pour trois autres produits : Hexaquine, destiné au traitement des crampes (risque de réactions allergiques, cutanées et hépatiques graves) ; les produits à base de minocycline, antibactérien et antiacnéique (réactions d'hypersensibilité parfois sévères) ; et Nexen, anti-inflammatoire présentant un risque d'atteintes hépatiques.

De plus, le 27 septembre, la commission nationale de pharmacovigilance a demandé la réévaluation du rapport bénéfice-risque du traitement contre l'ostéoporose, Protelos, commercialisé par Servier. Le sujet est à l'ordre du jour de la commission d'AMM, jeudi.

La nouvelle liste comprend également 19 médicaments ou classes thérapeutiques faisant l'objet d'un suivi national de pharmacovigilance en raison de signaux d'alerte : sont concernés le Ketum, un anti-inflammatoire ; le Lévothyrox (hormone thyroïdienne) ; certains antidépresseurs, collyres, immunoglobulines et sclérosants veineux. Pour leur part, 28 médicaments sont assortis d'un PGR, parmi lesquels Alli (aide à la perte de poids) et Champix (aide au sevrage tabagique). Les vaccins, les stupéfiants et les psychotropes sont listés à part, car faisant l'objet d'une procédure de surveillance spécifique et systématique. C'est le cas des vaccins Gardasil et Cervarix (contre le papillomavirus), Prévenar 13 (contre le pneumocoque), et de ceux contre l'hépatite B, le virus grippal A (H1N1) et la grippe saisonnière, même si leur rapport bénéfice-risque positif a été confirmé.

RETRAIT DU MARCHÉ

Huit médicaments et leurs génériques figurant sur la liste initiale ont par ailleurs déjà fait l'objet d'une décision de retrait du marché. Six l'ont été à l'issue d'une procédure de réévaluation de leur rapport bénéfice-risque à la demande des autorités. C'est le cas des antidiabétiques à base de pioglitazone Actos et Competact – retirés le 11 juillet par la France mais bénéficiant toujours d'une AMM européenne –; des antalgiques à base de dextropropoxyphène (Di-Antalvic, Propofan…), retirés le 1er mars ; du vasodilatateur Fonzylane, dont l'AMM a été suspendue le 17 février. Trois retraits sont programmés : ceux de l'hypnotique Noctran, à partir du 27 octobre ; de l'anxiolytique et antihistaminique Mépronizine, le 10 janvier 2012 ; de l'Equanil, début 2012. Deux autres produits ont été retirés à la demande des groupes titulaires de l'AMM : l'antiparkinsonien Celance et Lipiocis (traitement des cancers du foie).

La nouvelle direction de l'Afssaps veut accélérer le mouvement, en n'hésitant pas, lorsqu'un médicament présente un risque, à agiter le chiffon rouge. Non sans efficacité. La mise en garde adressée aux professionnels de santé qui a précédé le retrait d'Actos avait fait chuter de 45 % en trois semaines la consommation de ce produit. Celle concernant Protelos l'a fait diminuer de 60 %, dit-on à l'Afssaps.

Cette nouvelle liste est révélée alors que les députés ont bouclé, dans la nuit de mercredi 28 à jeudi 29 septembre, l'examen du projet de loi de réforme du système de sécurité sanitaire. Un amendement permet à l'Agence de demander à une firme des essais comparant le produit dont elle sollicite l'autorisation à une molécule existante. Sur proposition socialiste, l'Assemblée a par ailleurs adopté le principe d'une réévaluation systématique, tous les cinq ans, de chaque médicament, même en l'absence de signaux d'alerte. Un moyen d'éviter un nouveau Mediator.

Paul Benkimoun

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22