Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 22:01

*Voir article "Sarkosy le 04 Octobre à Alès..." publié dimanche 02 octobre à 00h37

 

Débarquer d’hélicoptère, parcourir quelques mètres entre deux rangées d’indigènes recrutés par les chefs de village et agitant de petits drapeaux colorés, protégé par des snipers et des militaires, dire deux mots sur la grandeur du pays et de soi même puisqu’on en est Président et repartir comme on est venu, en commando débarqué des airs.

Sarkozy en Afghanistan ? Que nenni, visite ordinaire à son bon peuple de France d’un monarque républicain. On est en Cévennes, pas au Pashtounistan.

 

Derrière ce chef de gang (dixit l’Express, on invente rien...), qui se presse et se bouscule pour être aux premières loges ? Évidemment des élus professionnels de l’endettement et de la passation de marché légalement louche, baratineurs professionnels et plongés jusqu’au cou dans des piscines de milliardaires. C’est aussi bien sûr la cohorte habituelle d’entrepreneurs bétonneurs, fracturateurs ou irradiateurs et de leurs employés journaleux, chargés d’habiller d’idées et de mots le pantin.

 

Arrogant, cynique et dévastateur, lamentable incarnation de ce qu’est devenue la politique, livrée aux sondeurs experts en marketing et aux lobbies marchands, il est le symbolique et, on l'espère, ultime avatar français de ce capitalisme libéral qu’on nous assène depuis bientôt trente ans.

 

Trente « Honteuses » qui nous ont vu renoncer petit à petit à construire une société juste et libre, au nom de l’efficacité économique et de la rationalité gestionnaire, de la saine compétitivité et de la Sainte Croissance. Nous en sommes à plus de chômage, plus de précarité, plus de contrôles, plus de corruption, plus d’inégalité et en route vers l’esclavage, selon toute vraisemblance.

 

Alors que déjà on habille pour le Printemps prochain son successeur, probablement plus 'ordinaire' puisque 'l'expert du FMI' s'est disqualifié, qu’avons-nous d’autre à faire que de le remiser dans la poussière d'un Musée ce mannequin aussi carbonisé que G.Bush Jr, son frère ?

 

Hé, Sarko, tu sait ce qu'il te dit, le "Patrimoine Mondial", à toi et à tes semblables ?:   dégage !

 
Mais ne lâchons pas la proie pour l’ombre, il n’est que le nom de  notre soumission ordinaire.

Levons nous!

Les Indignés de Nîmes

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 21:51

UNIVERSITÉ CRITIQUE ET CITOYENNE DE NÎMES


CONFÉRENCE INAUGURALE :


« LA CITÉ, LA CRISE DE LA DÉMOCRATIE ET LES MÉDIAS »
PAR EDWY PLENEL (FONDATEUR DU SITE INDÉPENDANT MEDIAPART)


MARDI 4 OCTOBRE 2011 – DE 19H A 21H SALLE TERRISSE

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 21:49

spaanserevolutie

Who’s Afraid of the Big Bad Wolf?

In March on Brussels on 2 October 2011 at 18:59

Carvin, October 2
Day 69 of the March on Brussels. From Arras, 30 km

First light in Arras

Dear people,

I arrived in Arras yesterday together with comrade Alexis. He remained with the march, so far, and he tries to avoid Cowboy and most others where he can.

Alexis is not a vicious person or a slacker. He just makes himself impossible for most. Since he lost his faith in the march, a couple of weeks ago, he has become a bit more sympathetic. Now, instead of getting angry, he ridiculises things. Many people can’t appreciate that, but I can.

In Paris he has spent a couple of days with the Pretorians. To him, they must have seemed a gang of small time crooks from a Woody Allen movie. They were battering the cities and the towns, asking for money in name of the movement, but their booty didn’t ammount to much. In Paris they wanted to make their big move. They tried to open a bank account, where acampada’s could make deposits for the march.

It didn’t work. The word got out. But I would have loved to see it. The Cuban as the godfather, Felix as his little helper, and Legionario as the brainless muscleman. None of them speaking a word of French, in Paris, trying to set up a hoax.

The possible routes from Lille

This morning Alexis left with other two people who are fed up with the march, to take another route. We go on, but not after some people have been sowing fear in the group this morning.

Terrorism, far from being a threat to our contemporary way of life, is one of its most important pillars. It means control through fear. The average citizen is controlled and influenced through fear all day long. Fear for himself, fear for the safety of his children. Fear of his boss, fear of losing his job. Fear for his health, fear of losing his looks. Fear about his home, his property, his pension, his future. Terrorism is everywhere, and we call it advertising. It strengthens power and it sells products.

One of the countless cemeteries in the region. Many of the graves simply say "A soldier of the Great War. Known unto God."

Terrorism has entered our march, not as a tool, but as a result of genuine fear. Today we go to Carvin, and when some people heard that name this morning, they began a rumour campaign. Carvin is supposedly controlled by the extreme right. People made it seem like the place was a nazi stronghold where gangs of skinheads roamed the streets and snipers fired at anyone who didn’t correspond to the description of blond hair and blue eyes.

The people who sowed fear were the same ones who were drinking and dancing the night before when comrade Abel repeatedly announced a meeting of the Route commission.

“You should have been there to talk about this. Now the route is made up, we are going to Carvin.”

Some people will go directly to Lille, and the rest made the summertime walk through Picardy.


In Arras the familiar signs of flemishness got stronger, in the architecture, in the beer and the fries, in the names of the streets and the faces of the people. Walking further North, we enter the miners’ district. A big agglomeration which goes far into Belgium, centered around Lille. You see impressive artificial hills in the land, to indicate the mines, you pass by village after village made of bricks.

Carvin has suffered much from having to adapt its economy from soil exploitation to debt slavery. There is a lot of unemployment, which might explain the surge of the far right of which people are so fearfully rumouring. But we don’t meet gangs, nor snipers. Only hospitable citizens and a man on the parking lot who lost his house after he divorced from his wife. He still has his job, but he has to sleep in his car. He is as indignado as the rest of us, and more.

Carvin

With Christ in the morning I reviewed the state of the march. The positive news is that we will make it to Brussels. As for the negative news, there’s a wide choice. The ‘Logroño case’ is exemplary for certain human weaknesses in our group.

Lately, the Acampada Logroño has donated a couple of hundred euro’s to the march. They said they would like it to benefit the group, but they left the decision about the money to the three people from Logroño among us. These three didn’t hesitate to divide the sum among themselves.

As for two of them, I’m not surprised. The third person was our oldest comrade, Abdullah. He sold the respect and the moral authority he enjoyed for a fistful of euros to buy tobacco.


On the positive side, I can reveal that the grave things that had happened in Paris are resolved. We feared that in Paris we lost the so called ‘Book of the People’. It’s the notebook in which we have written down the problems of the villages and the propositions of the people which we want to bring to Brussels. It would have been scandalous if it had come out. What on earth are we doing this march for if we can’t even safeguard all the things we want to bring to Brussels? We were already planning a dissimulation, trying to gather whatever information we could get from the acts and from memory.

But yesterday, fortunately, Christ asked for a piece of scrap paper to one of our comrades.

“Here”, was the answer as our comrade ripped a piece of paper out of a notebook.

“Hey! That’s the Book of the People!”

“Is it?”

“It is! Give it to me! I’m the official librarian of the march.”

Problem solved.

Acampada Carvin

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 15:24
Olivia Giorgio - fonctionnaire grecque | Dimanche 2 Octobre 2011 à 12:01


Olivia Giorgio, correspondante en Grèce de notre blogueur associé David Desgouilles, a interviewé Marina, une fonctionnaire grec. Celle-ci nous fait part du changement radical de vie imposé au peuple grec, et solicite un soutien moral de la part des Français.



Ressentez-vous la « crise » dans la vie quotidienne ? 

Notre  manière  de  vivre  a  changé  radicalement.  Outre  le  fait  que  nous  avons  réduit drastiquement l’achat  des  biens  de  consommation,  on  dort  et  on  se  réveille  avec  l’incertitude du lendemain et une anxiété permanente. On a perdu le sourire mais surtout notre santé psychologique.

En  France,  il  est  dit  que  les  Grecs  refuseraient  d’échanger  leurs  euros  contre  des drachmes: info ou intox ? 

Intox ! Moi,  personnellement,  je   souhaite cet échange.  De  plus  en  plus  de  monde  veut sortir de l’euro. Il ne nous a apporté que des problèmes.

Comment envisageriez-vous un retour aux drachmes ? Cela vous fait-il peur ? 

Non  cela  ne  m’effraie  pas.  En  Grèce  on  dit :  « celui  qui  est  mouillé  n’a  pas  peur  de la  pluie ». J’aurais préféré  les  drachmes.  Le  chemin  sera  difficile,  mais  on  arrêtera  de s’acharner sur la Grèce et peut être retrouverons-nous notre dignité.

La troïka : héros ou zéro ? 

La Troïka est composée de trois personnes, rien de plus. Son rôle et de superviser et non pas d’appliquer des mesures. Selon moi, les seuls responsables de cette soumission sont nos politiciens. Ils ont le pouvoir de dire non, mais pourquoi ne le font-ils pas ?

Pensez-vous  que  les  pays  européens  leaders  font  tout  leur  possible  pour  aider  la Grèce ? 

Non,  les  pays  européens  n’aident  pas  la  Grèce.  Ils  la  regardent  sombrer  et  n’ont  rien empêché. Encore  maintenant,  ils n’essayent  pas  de  sauver  la  Grèce,  mais  plutôt  de sauver l’Euro, pour ne pas qu’il sombre lui aussi dans cette crise économique.

Payez-vous vos impôts ? Si non, pourquoi ? Si oui, ont-ils augmenté ? 

Les salariés, les retraités et les pauvres ont toujours payé leurs impôts. Ils payaient et ils payent toujours les impôts les plus élevés par rapport aux autres pays européens. Oui, nous les payons, même s’ils ont doublé. Mais l’année prochaine ?

Vous avez l’occasion de passer un message au peuple français, lequel serait-il ? 

Les Grecs sont un des peuples les plus fiers, travailleurs et honnêtes au monde. Si vous voulez  nous faire  payer  une  erreur,  la  seule  chose  que  vous  puissiez  nous  reprocher c’est d’avoir « laissé » nos politiciens tricher. Cela s’est également produit dans d’autres pays, mais cela n’a jamais rompu l’honneur et la dignité d’un peuple. J’appelle le peuple français  à  nous  apporter  un  soutien  moral  et  à  aider  à  maintenir  notre  réputation  et notre dignité en tant que peuple.

Pensez-vous que la Grèce est encore un pays souverain ? 

La Grèce a perdu sa souveraineté à cause de ceux qui nous gouvernent depuis tant d’années. Ils ont brisé et vendu la Grèce en ignorant le peuple grec. Je veux croire et espère que la Grèce, un jour, redeviendra un Etat souverain et qu’elle reprendra la place qu’elle mérite.

(Traduction de Yannis Retsinas).
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 15:21

Le ministère de l'Intérieur et plusieurs policiers ont déposé plainte en diffamation contre un site encourageant la collecte de données sur les forces de l'ordre.

Libération - 30 septembre - 17h45

Par C.B.

Libertaires vs le ministère de l'Intérieur, nouvel acte. Objet du bras de fer, le site Copwatch Nord-IDF, qui depuis une semaine publie des photos et commentaires peu amènes sur des policiers et CRS. Les auteurs du site, qui entendent rester anonymes, se réclament du copwatching, une pratique de surveillance citoyenne de l'action policière en vue d'en prévenir les dérives, développée aux Etats-Unis. L'entreprise a demandé «plusieurs mois» de collecte, précisent les auteurs.



Ciblant dans un premier temps les forces de l'ordre de Paris, Lille et Calais, «ce site est consacré à la diffusion de renseignements précis sur l'ensemble des forces de l'ordre par le biais d'articles, d'images (photos et vidéos), mais aussi et surtout de trois larges bases de données sur la police. Ces bases de données, accessibles par tous, permettront à toute personne victime d'abus, d'humiliations ou de violences de la part des flics, d'identifier le ou les policiers auteurs de ces actes», peut-on lire au chapitre présentation.

En somme, du flicage de flics. D'autres sites s'y sont déjà employé, notamment depuis les manifestations anti-CPE. Mais celui-ci, après un précédent avorté sur Indymedia Paris, va plus loin. Les photos, récupérées pour certaines sur Facebook, s'accompagnent des noms, prénoms, lieu d'affectation des policiers et de mises en garde: untel est réputé proche de l'extrême-droite, un autre «n'hésite pas à cogner et foutre en garde à vue» et se révèlerait «un stratège du guet-apens et de la chasse aux pauvre», etc.

«Nous n'hésiterons pas à user de termes sévères à l'égard de la police et de la gendarmerie, car nous considérons ces institutions comme la fosse commune de l'humanité, le charnier de l'évolution, la mise à mort quotidienne de la déontologie et de l'éthique. Nous serons sans équivoque. Policiers, nous vous identifierons tous un-à-un», revendiquent les auteurs – qui n'ont pas repondu à notre sollicitation.

«Délation»

Les syndicats de police sont évidemment remontés. Moins par la diffusion de photos de policiers en action, légale à l'exception de certaines équipes (Raid, GIGN...) que par le recoupement avec les adresses, le procédé de fichage et le discours résolument anti-police. «Filmer et révéler éventuellement des bavures, comme cela se fait aux Etats-Unis, c'est une chose, mais là il s'agit ni plus ni moins de délation, sur la seule base de photos qui ne sont pas de réelles photos d'intervention, et ne démontrent rien du tout», dénonce Denis Jacob, secrétaire administratif général d'Alliance, deuxième syndicat de gardiens de la paix. «Si Copwatch a des éléments tangibles, qu'il les communique à la justice. En l'état, c'est de l'antiflic primaire, source de graves conséquences pour les fonctionnaires de police et leurs familles.»

«Ce site ne diffuse et ne diffusera jamais une seule donnée concernant les familles des policiers», rétorque Copwatch. «A partir du moment où vous avez la photo et le quartier, c'est suffisament grave», s'inquiète Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, qui qualifie le site de «mélange assez nauséabond»: «Ce qui pose problème, c'est l'association de photos, d'adresses et de propos haineux et diffamatoires.» Quant à l'objectif affiché de lutter contre les dérives policières, «il y a déjà tout un arsenal judiciaire et administratif qui permet de garantir un contrôle déontologique de l'action de la police. Ce n'est pas au Web de faire la justice», oppose-t-il.

Alerté par Alliance, le ministère a annoncé, mercredi, le dépôt de deux plaintes en diffamation. L'une pour «diffamation publique envers un fonctionnaire de police», l'autre pour «diffamation publique de l'administration». En parallèle, «plusieurs dizaines de policiers fichés» sur Copwatch ont déposé plainte, fait savoir Alliance.

Histoire d'accélérer la manœuvre, le ministère a aussi demandé une procédure en référé auprès du tribunal de grande instance de Paris, pour faire retirer du site «les pages incriminées». Hébergé aux Etats-Unis (mais pourvu d'un nom de domaine acheté auprès d'un prestataire français) le site est difficilement attaquable. Mais «des recours sont possibles» assure l'Intérieur.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 15:15

 

  Libération -   30 septembre à 18h17 (Mis à jour à 19:25)
Policiers en banlieue. (© AFP Jean-Philippe Ksiazek

Une rumeur sur la suppression de vacances a déclenché vendredi matin des manifestations lycéennes et des violences urbaines en région parisienne et dans le Nord et l'Est de la France.

Au Chesnay, dans les Yvelines, une dizaine de voitures ont été endommagées autour d’un lycée. Dans le Nord de la France, plusieurs milliers de lycéens ont manifesté dans des villes du Nord/Pas-de-Calais, de Picardie et de Champagne-Ardenne en raison de cette rumeur infondée selon laquelle le gouvernement voudrait supprimer un mois de vacances.

Dix-huit jeunes manifestants ont été interpellés dans le Pas-de-Calais après des incidents à Lens et à Arras, où, selon la préfecture, ils auraient dégradé des bus, mis le feu à des conteneurs et sont soupçonnés d’outrage à agent.

Par ailleurs, quatre jeunes ont été interpellés à proximité d’un lycée professionnel d’Amiens-Nord, après avoir jeté des cocktails Molotov et des briques sur la police, a indiqué la préfecture de la Somme. Il ne s’agit pas d’élèves, mais de «gens extérieurs qui étaient là pour casser», selon cette source.

SMS et Facebook

Ces manifestations sont parties d’une consigne, propagée par SMS et sur Facebook, appelant à bloquer l’accès aux établissements scolaires au motif que le président Nicolas Sarkozy voulait supprimer un mois de vacances, a-t-on expliqué au rectorat d’Amiens.

Selon le rectorat de Lille, quelque 500 lycéens d’établissements professionnels ont manifesté à Douai et une centaine à Dunkerque, dans le département du Nord, où des établissements de Lille et Trith-Saint-Léger ont également été touchés.

Près de 500 lycéens ont également protesté à Béthune (Pas-de-Calais), sans désordres, a précisé la préfecture du Pas-de-Calais, région où plus de 2.000 manifestants ont été dénombrés au total. Le mouvement a même touché plusieurs petites villes.

Des consignes de fermeté ont été données aux forces de l’ordre, selon la préfecture. «Cela n’a ni queue ni tête. On ne sait pas d’où part cette rumeur infondée et ubuesque», a expliqué le rectorat de Lille, qui a dénoncé une «désinformation orchestrée».

La rumeur se répand par SMS et le réseau social Facebook, et «fait tâche d’huile», selon la même source.

Feu de poubelles

En Picardie, une vingtaine d’établissements ont été touchés, dont cinq à Amiens qui concentraient la majorité des manifestants. Ils ont tenté de bloquer l’accès aux bâtiments et, pour certains, ont mis le feu à des poubelles, jeté des pierres, des oeufs ou des tomates.

En Champagne-Ardenne, «plusieurs petits rassemblements» ont été recensés vendredi matin, mais sans débordements.

Un rapport du comité de pilotage sur les rythmes scolaires proposait de raccourcir de deux semaines les vacances d’été et de porter la durée des vacances de la Toussaint à deux semaines, mais aucune décision n’a été prise.

Le ministre de l’Education Luc Chatel avait dit en juillet à l’AFP vouloir entamer une «concertation» avec les syndicats enseignants pour annoncer «à l’automne» des décisions qui pourraient entrer en vigueur «dès la rentrée 2013».

(Source AFP)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 15:08

Rue89 - Par Arthur Nazaret | Journaliste | 02/10/2011 | 16H51

Mi-septembre, l'enseigne de grande distribution a abandonné l'extension du travail de nuit dans des hypermachés.

Un chariot devant un magasin Carrefour, Drogenbos, Belgique, avril 2010 (François Lenoir/Reuters).

Evidemment, ils rayonnent. Travailler de 2 heures à 9h30 pour remplir les allées des hypermarchés sera bientôt de l'histoire ancienne pour les salariés de Carrefour.

Ce coup d'arrêt à l'extension du travail de nuit, déjà très présent dans la grande distribution, est une « excellente nouvelle », se félicite Michel Enguelz délégué central FO, syndicat maison le plus important. Un retournement assez rare puisque la tendance est à l'explosion de ce mode de travail. De 2,5 millions de salariés concernés en 1991, on est passé à 3,6 en 2008.

Dix-sept hypermarchés concernés en France

Testée sur deux magasins en 2010, la nouvelle organisation des hypermarchés s'accompagnait d'un surplus d'heures de nuit. Ce « modèle opérationnel » a ensuite gagné quinze autres hypers début 2011. Les syndicats craignaient donc une généralisation aux deux cents et quelques autres enseignes du même type. D'où leur soulagement lorsque mi-septembre la direction a décidé d'abandonner l'extension du travail de nuit.

« Au terme de cette période de test, la direction des hypermarchés a constaté que cette organisation ne répondait pas totalement aux objectifs fixés », explique-t-on avec un art consommé de la litote chez Carrefour. Difficile d'obtenir plus de détails de la part de cette entreprise à la communication très maîtrisée.

« Entre 2 heures et 5 heures, c'est le créneau le plus difficile »

En somme, plus personne ne commencera sa journée de travail dans les rayons à 23 heures, comme ce fut le cas à Bègles, ou à 2 heures, comme à Villiers-en-Bière. Peut-être à 5 heures (voire 4 heures), comme avant. Quelques heures qui « changent tout. Entre 2 heures et 5 heures du matin, c'est le créneau le plus difficile », explique Michel Enguelz de FO.

Pour les syndicats, si l'expérimentation s'arrête, c'est que la rentabilité n'était pas au rendez-vous. Un constat qu'appuie Serge Corsa délégué national CFDT :

« En termes de chiffre d'affaires, cela n'a rien rapporté. C'est un ratage complet. Cette réorganisation foutait un bordel monstre. Quand vous étalez les plages horaires sans recruter un bras de plus, vous diluez vos forces. Au moment des coups de bourre, il y avait moins de monde disponible. »

Et le syndicaliste de pointer les rayons vides aux heures de rush.

Plus 10% de casse

Un rapport confidentiel réalisé par le cabinet Arec (et dont les conclusions servent de base à un autre rapport de la commission économique du CCE, que nous avons pu consulter) égrène de bien mauvais résultats. Sur dix magasins analysés :

  • la marge brute baisse de 1,2%,
  • la casse progresse de 10,4%,
  • la démarque bondit de 56,9%,
  • les frais de personnel grimpent de 12%.

Revoyant sa copie, Carrefour reconnaît un manque d'« adhésion des équipes ». Difficile de lui donner tort. « Conditions de travail dégradées » (CFDT), « un massacre dans les magasins » (CGT), « pas bon pour la santé » (FO). Ces heures de nuit, payées 30% de plus, « c'étaient quelques euros de plus pour mourir plus vite », résume Claudette Montoya, déléguée nationale CGT chez Carrefour.

A la CGT : « Notre petite santé, ils s'en tamponnent royalement »

Résultat, plus d'absentéisme. Travailler la nuit, « c'est épuisant. Et puis pour la famille, les premiers jours ça va mais après il y a une désociabilisation et un sentiment d'isolement », poursuit Claudette Montoya. « Notre petite vie et notre santé, ils s'en tamponnent royalement », renchérit son collègue de la CGT, Frank Gaulin.

Télécharger le rapport sur le travail de nuit, CESE, 2010.Effectivement, pour avoir des troupes en forme et productives, les faire bosser à l'heure où l'on dort n'est sans doute pas le meilleur calcul. « Troubles du sommeil » et « risques cardiovasculaires voire un accroissement des risques de cancer », met en garde le Conseil économique, social et environnemental (CESE) dans un rapport datant de 2010. (Télécharger le rapport)

Sans oublier, les « troubles digestifs », le « risque accru de pathologie dépressive », et autres problèmes type fausse couche également mentionnés par le CESE qui préconise « d'autres organisations de travail » et qui érige le travail de nuit en « véritable question de santé publique ».

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 15:06

Marteau de justice (bloomsberries/Flickr/CC).

C'est la réintroduction masquée des anciens frais de justice. D'après le décret publié jeudi 28 septembre, il faudra désormais s'acquitter d'un « droit » de 35 euros pour accéder à la justice civile. Cette nouvelle taxe, qui devrait rapporter 86 millions d'euros par an, sera affectée « au fonds d'indemnisation de la profession d'avoué près les cours d'appel », et non plus au financement de la réforme de la garde à vue comme prévu initialement.

(De nos archives) Au nom de la « solidarité financière entre l'ensemble des justiciables », disait le projet de loi, chacun devra s'acquitter de cette contribution pour « toute instance introduite en matière civile, commerciale, prud'homale, sociale
ou rurale ou devant une juridiction administrative ».

Sous forme de droit de timbre fixé à 35 euros, deviendra une condition de recevabilité du dossier. Les bénéficiaires de l'aide juridictionnelle seront toutefois exonérées.

Cette mesure va creuser l'écart entre la justice des plus riches et celle des plus pauvres. Contacté par Rue89, Pascale Taelman, présidente du Syndicat des Avocats de France, s'insurge :

« C'est tout à fait scandaleux. Il faudra payer une taxe pour pouvoir saisir la justice ! Il s'agit de réintroduire les frais de justice pourtant supprimés il y a des dizaines d'années. »

Après la suppression de la prise en charge du droit de plaidoirie par l'Etat au début de l'année, c'est un deuxième coup de maillet sur les justiciables modestes. Me Volland, avocate à Ivry-sur-Seine, explique :

« Ce sont les personnes à la limite de l'attribution de l'aide juridictionnelle (AJ) qui vont payer le prix de cette mesure. Ceux dont le salaire dépasse de quelques euros le plafond exigé pour l'AJ. »

Elle continue :

« Le deuxième problème, c'est que dans certains cas, même les bénéficiaires de l'AJ devront payer. Il m'arrive très souvent, dans les affaires urgentes, de commencer la procédure avant même d'être désignée, pour aller plus vite.

Je vais donc devoir demander à mes clients de payer ces 35 euros, et pour l'instant aucune disposition ne permet leur remboursement dans ce cas là. »

« Une taxe pour renflouer les caisses »

Le gouvernement, au vu du rapport de Philippe Marini, fait au nom de la commission des Finances, justifie aussi cette réforme par le coût de aide juridictionnelle et par les « abus de justiciables procéduriers ».

Contacté par Rue89, François Bouchart, vice-président du conseil des Prud'hommes de Nice conteste :

« Il s'agit d'une disposition antisociale et injuste, qui n'aura aucun effet dissuasif. Elle n'est pas prise pour éviter les abus, puisqu'elle n'empêchera pas les gens de faire des saisines. 35 euros, ce n'est pas une somme assez rédhibitoire. »

Décision contraire à la Convention européenne des droits de l'homme

D'accord sur ce point, Me Volland affirme que la mesure n'a été prise que pour dégager des ressources et pour financer une « réforme mal gérée, dont le budget n'a pas été anticipé ». « Coincé », le gouvernement se retrouve obligé « d'aller ponctionner les justiciables pour trouver l'argent qu'ils auraient du prévoir ».

Convaincue que les recettes dégagées par cette mesure ne permettront pas de résoudre la crise de l'AJ, sa collègue, Me Seniak, ajoute :

« La question de l'AJ est trop centrale, trop fondamentale, trop nécessaire pour que l'on se contente d'une solution peu réfléchie. Tout le système de l'AJ doit être remis en place. Bien sûr, il s'agit d'une réforme casse gueule, et dont les nombreux enjeux entravent la motivation des politiques. »

Enfin, il s'agit d'une mesure qui pourrait contrevenir à l'article 6 de la Convention européenne des droits de l'homme, qui défend le principe d'égal accès à la justice. C'est ce même article qui a d'ailleurs justifié la réforme de la garde à vue.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 15:02

A 47 ans, il veut « aller le plus loin possible » de la centrale nucléaire de Tepco, près de laquelle il a vécu dix ans. Rencontre.

Simon, à la rédaction de Rue89 (Audrey Cerdan/Rue89).

Info signalée par un internauteUne riveraine de Rue89, Yasha, photographe japonaise installée à Paris, débarque à la rédaction pour nous présenter un « irradié » de passage à Paris et désireux de raconter la « vérité » sur Fukuhima. Au début, on se méfie forcément.

« Il a trois bras ? »

« Il va te contaminer ? »

Voici les réactions autour de moi quand j'annonce que je vais rencontrer un « rescapé » de cette catastrophe loin d'être terminée.

« Quand il y a eu l'explosion d'hydrogène, j'ai commencé à douter »

Simon ne parle pas français, un peu l'anglais, mais il sait utiliser le langage des images : comédien professionnel, il a tourné quelques vidéos, notamment cette rencontre qui avait dégénéré le 19 juillet entre les autorités et les citoyens.


Simon habite depuis dix ans à Fukushima City, située à 60 km de la centrale, bien au-delà du rayon d'exclusion – de 20 à 30 km. Il se souvient des suites du séisme du 11 mars :

« Le gouvernement a parlé de dégâts sur la centrale, mais pas de problèmes de radioactivité. Quand il y a eu l'explosion d'hydrogène le 14 mars, je me suis dit que c'était loin, mais je commençais à douter des autorités qui ne cessaient de dire que tout était sous contrôle. »

La prise de conscience de Simon, avec d'autres citoyens japonais, met plusieurs semaines à se formaliser. Début mai, il rejoint l'association Kodomo Fukushima, dont le but est de protéger les enfants des radiations. Seulement une centaine de membres seraient actifs, estime Simon – « C'est peu. »

« Des citoyens qui se sont formés à la radioactivité »

A 47 ans, Simon veut tourner la page Fukushima. Il laisse derrière lui son appartement, son travail, ses amis, et restera en France les trois mois que lui autorise son visa touriste. Puis, peut-être l'Angleterre, ou l'île d'Okinawa, « un peu les Antilles du Japon, le plus loin possible de Fukushima. »

Son idée ? Faire analyser la dose de radioactivité qu'il a reçue. Il a entendu parler du « Whole Body Counter » (ou anthroporadiamétrie), une machine qui détecte les radionucléides contenus dans l'organisme. La seule machine disponible près de chez lui est inaccessible : elle est près de Tokyo, « mais cela coûte près de 1000 euros » pour y avoir accès. Il raconte cette anecdote :

« A Fukushima City, seulement cinq personnes ont pu l'utiliser : ils tournaient une émission télé, et c'est la chaîne qui a payé.

Officiellement, les résultats sont normaux, mais une contre-expertise est en cours par des citoyens qui se sont formés à la radioactivité. »

Avec son Geiger acheté sur Internet, il fait ses propres mesures

Les analyses d'urine, bien moins chères, ont été réservées aux enfants. Pendant la semaine qui a suivi l'accident, Simon est sorti en combinaison de ski, masque et lunettes, « de la science fiction », se souvient-il. Puis, il n'a eu qu'à croire les propos toujours rassurants du gouvernement :

« La limite d'exposition a été élevée de 1 à 20 millisieverts (mSv) par an [20 mSv/an est la dose prévue pour les travailleurs du nucléaire en France, ndlr], sinon il aurait fallu évacuer. On se bat pour la faire redescendre.

J'ai acheté un compteur Geiger sur Internet, je fais des mesures moi-même et je le prête. Souvent, je détecte une radiation largement supérieure à 20 mSv. »

« C'est une panique silencieuse. Les gens ne veulent pas savoir »

Un jour d'avril, vêtu comme un travailleur du nucléaire, il a entrepris un road trip avec un ami. Sans compteur Geiger, avec la peur au ventre. Il s'est approché jusqu'à 7 km de la centrale, sans sortir de la voiture. Les territoires, magnifiques, sont aussi déserts qu'inquiétants. Sur les images qu'il nous a montrées (et qu'il garde pour un documentaire), on voit des animaux errants, chiens, vaches, cochons, des feux rouges arrêtés et quelques policiers aux check points. Comme le décrypte Simon, la radioactivité est un « piège » :

« Elle ne se voit pas, c'est comme s'il ne s'était rien passé, le tsunami a touché les côtes, mais à l'intérieur, c'est une panique silencieuse. Les gens ne veulent pas savoir.

Moi-même, je ne ressens rien dans mon corps, mais j'aurais peut-être un cancer dans dix ans. »

Avant de partir, il essayait de faire attention à la nourriture :

« Au supermarché, il y avait beaucoup moins de choix qu'avant, les produits frais venaient d'autres préfectures. Mais je sais que la récolte de riz, en ce moment, mélange le riz venu de partout. C'est scandaleux mais c'est vrai. »

Comme beaucoup de Japonais, il a trouvé indécente la campagne du ministère de l'Agriculture, des forêts et de la pêche qui clamait :

« Mangeons la nourriture des zones sinistrées afin de les soutenir et d'aider à la reconstruction. »

Une campagne à l'image de toute la propagande véhiculée par le lobby nucléaire.

Evacuer ? « Sans doute ce qu'il faudrait faire »

« Les gens veulent de l'information et de l'argent », résume-t-il. Pour l'instant, seules les personnes habitant à 10 km de la centrale ont été indemnisées par Tepco, opérateur de Fukushima Daiichi, pour la perte définitive de leurs biens, explique Simon.

Alain Rannou, expert à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) concède que :

« S'il n'y avait pas de difficulté à évacuer beaucoup de monde, c'est sans doute ce qu'il faudrait faire. »

Pour lui, la limite de 20 mSv fixée par le gouvernement « augmente le risque de cancer de 0,1% », ce qui « n'est pas considérable ». L'expert reconnaît toutefois qu'« il n'est pas normal que les gens n'aient pas d'information sur leur exposition à la radioactivité, qu'ils puissent décider de partir en toute connaissance de cause ».

Photo : Simon, à la rédaction de Rue89 (Audrey Cerdan/Rue89).

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Fukushima
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 15:01

Le Monde - 01 octobre 2011

   

    Les mouvements de protestation se multiplient dans les villes américaines.
    Par rapport aux chiffres européens, les "occupations" ne représentent pas grand chose mais le mouvement Occupy Wall Street commence à s'étendre: Occupy Atlanta, Occupy Houston, Occupy Los Angeles..  Plus de 100 villes se sont inscrites sur FaceBook. 
    Une manifestation de Occupy Together (la maison mère) est prévue le 6 octobre à Washington.
    A New York, plusieurs milliers de manifestants ont envahi samedi le Pont de Brooklyn. La police a entrepris de les déloger. Des militants filmaient la scène en permanence et ils ont été jusquà 20.000 spectateurs à suivre le streaming des arrestations de masse... Selon AP, il y a eu 700 arrestations.
    La gauche reproche aux medias de ne pas couvrir les manifestations alors qu'ils ont avidement couvert les rassemblements du Tea Party.

 

 

Libération - Aujourd'hui à 11h40

700 manifestants anti Wall Street arrêtés à New York

Ils bloquaient la circulation, dénonçant les effets de la crise et l'ultralibéralisme.

Les policiers bloquent des manifestants sur le pont de Brooklyn, samedi 1er octobre 2011. (Reuters)

Quelque 700 personnes ont été arrêtées samedi à New York parce qu’elles bloquaient la circulation, protestant contre les effets de la crise économique. Des manifestants «ont bloqué pendant deux heures la circulation sur le pont de Brooklyn, en direction de Brooklyn», a expliqué un porte-parole de la police new-yorkaise. En dépit du caractère pacifique de la manifestation, «plus de 700 personnes ont été arrêtées. La plupart pour atteinte à l’ordre public», a-t-il précisé. Certains des manifestants ont été relâchés après quelques heures tandis que d’autres devaient être détenus 24 heures ou faire l’objet de poursuites, a-t-on encore indiqué de source policière.

La manifestation avait débuté dans l’après-midi à Liberty Plaza, dans le quartier de la finance, où campent depuis deux semaines des militants du mouvement «Occupons Wall Street». Des centaines de personnes se sont ensuite dirigées vers le pont de Brooklyn, selon la police qui a précisé que la majorité des manifestants étaient restés sur le trottoir, sans incident.

Des manifestants arboraient des pancartes écrites à la main incitant à «en finir avec la Fed», la Réserve fédérale, ou à braquer des «bombes au poivre sur Goldman Sachs», grande banque d’investissement new-yorkaise mise en cause pour son rôle dans la crise des «subprimes» ou emprunts à risque, qui a dégénéré en crise économique générale en 2008.

Des militants d’«Occupons Wall Street», qui s’inspire des mouvements pro-démocratiques du printemps arabe, campent dans un parc du sud de Manhattan pour traduire leur «mécontentement provoqué par l’actuel climat politique et économique». «Nous sommes de toutes les races, tous les sexes, toutes les croyances. Nous sommes la majorité. Nous sommes les 99%. Et, nous ne voulons plus être silencieux», ont-ils expliqué sur leur site internet.

Une manifestation dans le même esprit a également eu lieu à Boston (nord-est), aux abords des bureaux de la Bank of America. Vingt-quatre personnes ont été arrêtées. Selon les organisateurs, 3.000 personnes y ont participé.

(Source AFP)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22