Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 10:45

Le Monde - 18 novembre 2011

Capture d'écran d'une vidéo du "bat-signal" d'Occupy Wall Street

Nous ne sommes pas à Gotham City mais bien à New York le 17 novembre 2011. Alors qu'une pluie d'arrestations est venue ponctuer une nouvelle marche des "indignés" d'Occupy Wall Street célébrant les deux mois du mouvement, voilà que les manifestants s'inspirent des méthodes de communication du héros de comics Batman.

 

Certains d'entre eux ont en effet réussi à projeter à l'entrée du pont de Brooklyn, sur la façade d'un gratte-ciel hébergeant le siège de l'entreprise de télécommunication Verizon, de nombreux slogans du mouvement. Voilà le message diffusé.

"99 % / MIC CHECK! / LOOK AROUND / YOU ARE A PART / OF A GLOBAL UPRISING / WE ARE A CRY / FROM THE HEART / OF THE WORLD / WE ARE UNSTOPPABLE / ANOTHER WORLD IS POSSIBLE / HAPPY BIRTHDAY / #OCCUPY MOVEMENT / OCCUPY WALL [suit une longue liste de villes où a essaimé le mouvement] OCCUPY EARTH / WE ARE WINNING / IT IS THE BEGINNING OF THE BEGINNING / DO NOT BE AFRAID / LOVE."

 

 

Le site Boingboing a retrouvé l'un des auteurs du "bat-signal". Mark Read, 45 ans, explique qu'il a travaillé pendant deux semaines pour mettre l'opération au point. Aidé d'autres membres du mouvement et d'une femme habitant en face du building, l'opération n'aura pas été troublée par les forces de polices. Et Occupy Wall Street occupa la Skyline.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 10:41

LEMONDE.FR Avec AFP | 18.11.11 | 06h31   •  Mis à jour le 18.11.11 | 08h01

 
 

 

Manifestants du mouvement "Occupy Wall Street" sur le pont de Brooklyn, le 17 septembre 2011.

Manifestants du mouvement "Occupy Wall Street" sur le pont de Brooklyn, le 17 septembre 2011.REUTERS/EDUARDO MUNOZ

Des centaines de manifestants ont été arrêtés jeudi aux Etats-Unis, dont la plupart à New York, lors d'une journée d'action nationale marquant les deux mois du mouvement Occupy Wall Street.
A New York, où des escarmouches parfois violentes ont émaillé la journée, la police omniprésente a procédé à 250 arrestations. Soixante-quatre d'entre elles ont eu lieu dans la soirée, lors d'une manifestation de plusieurs milliers de personnes — protestataires d'Occupy wall Street, syndicalistes et étudiants — qui, partis de la place Foley, ont ensuite marché sur la piste cyclable du pont de Brooklyn, sans interrompre la circulation.

"On ne peut pas nous arrêter, un autre monde est possible. Nous sommes les 99 %", scandaient les manifestants dans la soirée sur le pont de Brooklyn, dont certains tapaient sur des seaux en plastique ou des casseroles. Les manifestants ont réussi à projeter à l'entrée du pont, sur la facade d'un gratte-ciel, la liste des villes où le mouvement a essaimé, comme Oakland, Seattle ou Dallas, certains de leurs slogans dont le désormais célèbre "nous sommes les 99 %", ou encore un grand "Joyeux anniversaire" en lettres blanches, pour célébrer les deux mois du mouvement. Occupy wall Street a parlé de 30 000 personnes, la police s'est refusée à toute estimation.

Sur la côte Ouest, 73 personnes ont été arrêtées à Los Angeles, dont une infirmière retraitée de 81 ans. Sur le campus de l'université de Berkeley, près de San Francisco, une vingtaine de tentes ont été enlevées par les forces de l'ordre. A Portland, 34 personnes ont également été arrêtées lors d'incidents avec la police qui a utilisé des gaz lacrymogènes contre les manifestants. A Chicago, des milliers de manifestants ont bloqué le trafic à l'heure de pointe. La police a verbalisé 46 personnes. Des manifestations ont également eu lieu à Seattle et Dallas, et dans la capitale, Washington, plus de 300 personnes ont défilé, sans incident.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 10:36

LEMONDE.FR avec AFP | 18.11.11 | 08h05

 
 

 

Le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel, juge "possible" de continuer à réduire le nombre de poste dans l'éducation après 2012.

Le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel, juge "possible" de continuer à réduire le nombre de poste dans l'éducation après 2012.AFP/MARTIN BUREAU

Le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel, juge "possible" de continuer à réduire le nombre de poste dans l'éducation après 2012, dans un entretien publié jeudi sur le site des Echos, et n'écarte pas pour la première fois de recourir "à un organisme indépendant" pour l'évaluation des élèves.

"Je pense que si l'on fait des réformes d'organisation et de structures du système éducatif, oui, il sera possible de réduire encore le nombre de postes en ne remplaçant pas un certain nombre de départs en retraite", déclare M. Chatel.

"Ma conviction, c'est qu'il faudra continuer à baisser la part des dépenses publiques. Ce sera au candidat soutenu par l'UMP à la présidentielle de choisir la méthode", a-t-il précisé à ce sujet. Le projet de budget 2012 prévoit 14 000 nouvelles suppressions de postes dans l'éducation, ce qui ferait près de 80 000 suppressions de 2007 à 2012.

"PAS CONTRE LE RECOURS À UN ORGANISME INDÉPENDANT" POUR L'ÉVALUATION DES ÉLÈVES

Concernant les évaluations des élèves, le ministre se dit "surpris par certaines critiques". "Maintenant, je suis ouvert à toute discussion sur la méthodologie et je ne suis pas contre le recours à un organisme indépendant. Mais notre direction générale de l'enseignement scolaire n'est pas la moins bien placée pour contribuer à ces évaluations", ajoute-t-il.

Dans un rapport de septembre (voir en PDF), le Haut conseil de l'éducation (HCE) avait critiqué les évaluations de CE1 et CM2, voulues par le gouvernement et pilotées depuis 2008 par cette direction, en réclamant de "créer un dispositif nouveau" confié à "une agence indépendante".

Concernant la réforme de la formation des enseignants, ou "masterisation", critiquée dans de nombreux rapports institutionnels, le ministre dit: "Je crois que nous sommes sur la bonne voie". A la question de savoir s'il fallait revenir en profondeur sur cette réforme, M. Chatel a répondu "non, car en confiant aux universités de former les enseignants au niveau bac+5, la France s'est mise au standard international".

Sur les rythmes scolaires, il affirme que des décisions seraient prises "avant l'élection présidentielle, s'il y a un consensus" et que "sinon, cela sera un très bon sujet de débat".

"UNE PROVOCATION DE PLUS" DU "CANCRE CHATEL"

Vincent Peillon, chargé de l'éducation dans l'équipe de campagne de François Hollande, a dénoncé jeudi "une provocation de plus du cancre Chatel" après les déclarations du ministre jugeant "possible" de nouvelles réductions de postes dans ce secteur.

"Un sauvageon bouffi de morgue et de suffisance : tel apparaît celui qui prétend au titre de ministre de l'éducation nationale, qui se livre à une provocation de plus en annonçant que d'autres suppressions de postes sont possibles dans l'éducation nationale", estime M. Peillon dans un communiqué.

Selon lui, Luc Chatel "veut poursuivre son oeuvre de destruction méthodique et opiniâtre de l'éducation nationale" après "avoir désorganisé les rythmes scolaires avec la semaine de quatre jours, détruit la formation des enseignants, réduit à peau de chagrin la scolarisation des jeunes enfants, supprimé 70 000 postes en 5 ans et plus de 100 000 postes depuis 2003...".

De son côté, M. Hollande propose notamment d'embaucher 60 000 personnes dans l'éducation, lors du prochain quinquennat. Une proposition vivement critiquée à l'UMP.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 15:35

Publié le 17 novembre 2011 à 07h02 | Mis à jour à 07h02

Gérald Tremblay a la cote auprès des indignés


De Madrid à New York, en passant par Montréal et Toronto, le mouvement des «indignés» qui dénonce la main-mise de la finance sur l'économie et l'attitude du 1% de la population qui représente les plus riches s'étend désormais à l'échelle planétaire. »

Les indignés

Alors que la Ville leur demande de démanteler leurs structures en bois d'ici les prochains jours pour des raisons de sécurité, les indignés du mouvement Occupons Montréal ont souligné mercredi qu'ils continuent d'apprécier l'attitude du maire Gérald Tremblay, qu'ils invitent même à prendre la parole lors d'une de leurs assemblées.

«Nous tenons à adresser une invitation au maire Gérald Tremblay à venir parler lors de notre Assemblée générale. Son soutien a été très apprécié par les occupants et nous aimerions entendre ses réflexions sur les questions susmentionnées ainsi que sur le mouvement en général», ont déclaré les occupants réunis au Square Victoria, dans un communiqué distribué aux médias.

Les participants au mouvement ont tenu une assemblée mercredi soir pour discuter de la réponse à donner aux demandes de la Ville sur les structures en bois.

Selon ce qu'ils ont expliqué, la Ville leur donnerait jusqu'à dimanche pour démanteler une quinzaine de structures jugées dangereuses pour la sécurité du public, dont quelques tipis et maisons longues, et des habitations comme «la tente à Jason», «le tempo de la milice» et «la maison au toit en pente».

«De nombreux occupants sont contrariés que la ville ne leur donne pas une chance de prouver que des abris peuvent être construits en toute sécurité, malgré le fait que nous ayons les moyens d'assurer leur sécurité et que nous ayons pleinement coopéré avec la Ville sur toutes les autres questions à ce jour», précise le communiqué du groupe.

Par ailleurs, alors que les autorités municipales s'inquiètent du risque d'incendie dans les structures solides, une tente a pris feu et fondu au campement de Occupy Calgary. Deux protestataires ont été blessés dans l'incident.

À Régina, des employés municipaux ont enlevé les tentes et autres articles laissés à Victoria Park par une foule d'indignés qui avait déjà abandonné le campement.

Le mouvement Occupy Wall Street a prévu une nouvelle journée d'action aujourd'hui pour marquer ses deux mois d'existence, refusant de se laisser abattre par son expulsion du square de New York, berceau de la contestation qui s'est étendue dans plusieurs villes américaines. Après l'impressionnante opération policière qui a démantelé mardi leur village de toile en pleine nuit, les manifestants new-yorkais ont confirmé qu'il y aurait des marches à New York «et dans des centaines de villes». Sur leur site web, des actions sont annoncées aujourd'hui à Portland (Oregon), Madrid, Gand en Belgique et dans une dizaine de villes en Allemagne. Les protestataires d'Occupy Washington DC, Atlanta et Detroit ont également prévu de se mobiliser. À New York, ils sont notamment invités à se rassembler à 7h au square Zuccotti. Le mot d'ordre reste vague: «avant la cloche d'ouverture de la Bourse», pour «confronter Wall Street à des histoires de personnes vivant l'injustice économique».

 

Vincent Larouche
La Presse

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 15:28

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 15:24

Social-Eco - le 17 Novembre 2011

Voilà quinze jours que les Indignés parisiens occupent le parvis de la Défense. Quinze jours qu'ils poursuivent le même but: se réapproprier l'espace public et les lieux de pouvoir, pour que les 99% qui subissent les décisions prises d'en haut reprennent en main leurs destinées. Mais au bout de ces quinze jours de lutte pacifique, les Indignés en ont plus qu'assez de subir la répression policière dès la nuit venue et dès qu'ils osent s'abriter du froid ou de la pluie sous une simple bâche (vidéos ici). Aussi ont-ils décidé ce jeudi matin de lancer "aux peuples de France et du Monde ce message d’alerte et d’espoir".

Via un communiqué, ils expliquent: "Malgré une attitude strictement non-violente, nous avons été molestés ou spoliés de nos biens par la force publique. Cette même force publique instituée selon la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen « pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.»"


Leur voix mérite pourtant d'être écoutée et entendue. "Nous refusons de n’être que de simples pions manipulés par la mécanique d’un système opaque, sur lequel nous n’avons aucune prise, affirment-ils. Alors qu'une grande partie de notre classe gouvernante s’est mise au service du monde financier et des grands groupes industriels, nous estimons que le système de démocratie dit « représentatif » ne nous représente plus. Ainsi, unis comme un seul peuple, nous reconnaissons ce fait indéniable : l'avenir de l'Humanité exige la coopération de ses membres. Nous n'aspirons pas à jouer le rôle d'un parti politique. Ce qui nous distingue, c'est que nous ne voulons pas accaparer le pouvoir, mais le rendre accessible à tous. Notre action, via internet et les assemblées populaires, va dans le sens de la démocratie directe et réelle."

  • A lire:

Harcèlement policier contre les Indignés de la Défense

"Je resterai coûte que coûte", le carnet de bord d'un Indigné de la Défense

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 15:17
  Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Les policiers étaient nombreux à protéger l'accès de la Bourse de New York, jeudi matin. Les policiers étaient nombreux à protéger l'accès de la Bourse de New York, jeudi matin.   © John Minchillo

Environ un millier de manifestants anti-Wall Street se sont massés dans le quartier financier de New York, jeudi matin, sans toutefois pouvoir atteindre l'édifice de la Bourse de New York, protégé par d'imposantes forces policières. Plusieurs manifestants ont été arrêtés.

Quelques centaines de protestataires sont partis vers 8 heures jeudi matin du parc Zucotti, berceau du mouvement dont les manifestants ont été expulsés dans la nuit de lundi à mardi. Le défilé a été presque immédiatement arrêté par les forces de l'ordre à l'entrée de Wall Street, où se trouve la Bourse de New York.

Les manifestants souhaitaient empêcher de façon non violente les employés des banques de se rendre au travail et les convaincre de participer à une fête populaire prévue devant l'édifice de la Bourse.

Affrontements et arrestations

Selon nos correspondants sur le terrain, on retrouvait pratiquement autant de policiers que de manifestants dans le quartier financier, jeudi matin.

Notre journaliste Joyce Napier a estimé que si les manifestants étaient en général assez calmes, la police new-yorkaise était quant à elle, étonnamment, « un peu agressive ». « Ils poussent beaucoup, ils ne distinguent pas les manifestants des passants, des journalistes, tout le monde se fait pousser », a-t-elle décrit.

À 10 heures, la police avait procédé à une cinquantaine d'arrestations, selon un porte-parole.

Certains manifestants rencontrés ont estimé que l'opération a été un succès, un groupe ayant tout de même réussi à s'approcher à un coin de rue de la Bourse de New York. D'autres étaient outrés de l'importance de la présence policière et ont estimé que leur droit à la manifestation a été brimé.

En début d'après-midi, les manifestants ont regagné le parc Zucotti avant de poursuivre la série d'actions prévues par le mouvement Occupons Wall Street pour souligner ses deux mois d'existence.

À 15 heures, les indignés prévoient se rendre dans seize stations de métro pour partager leur message avec les citoyens, et à 17 heures, un rassemblement est annoncé au square Foley, siège de plusieurs tribunaux à Manhattan. Une marche est ensuite prévue sur le pont de Brooklyn.

Cette journée est en quelque sorte un test pour le mouvement des indignés new-yorkais, qui cherche à se réinventer après l'interruption forcée de son occupation permanente.

« Tout le monde est optimiste. Nous nous ressourçons, le travail continue, avec ou sans quartier général », a affirmé Bill Dobbs, un porte-parole du mouvement.

Des manifestants ont marché dans le quartier financier, à New York, jeudi avant-midi. Des manifestants ont marché dans le quartier financier, à New York, jeudi avant-midi.   © Mary Altaffer

Aux États-Unis, des manifestations sont prévues dans plusieurs villes, dont Portland, Atlanta, Détroit et la capitale, Washington. Dans ces villes, les manifestants pourraient tenter de bloquer l'accès à des ponts.

Au Canada, le mouvement Occupons Ottawa a donné rendez-vous aux manifestants dans le parc de la Confédération à 11 heures pour participer à différentes actions.

Des actions sont aussi annoncées du côté européen à Madrid, en Espagne, à Gand, en Belgique et dans une dizaine de villes en Allemagne.

En Grande-Bretagne, à Londres, les indignés qui ont installé leurs tentes dans la City, le quartier de la finance, ont reçu un ultimatum pour les démanteler. Mais ils n'ont pas l'intention de se plier à l'injonction de la Ville, qu'ils comptent contester en justice.

Les racines du mouvementIl y a deux mois jour pour jour, le 17 septembre 2011, un mouvement que plusieurs jugeaient marginal est né à New York, lorsque des manifestants ont entrepris d'occuper Wall Street pour dénoncer les iniquités économiques. Ils se sont installés dans le parc Zucotti, à New York, et leur mouvement a fait boule de neige. Selon l'organisation d'Occupons Wall Street, le mouvement s'est étendu à 100 villes aux États-Unis et des actions ont été entamées dans plus de 1500 villes dans le monde.

Sur son site web, le mouvement Occupons Wall Street dit être inspiré des révolutions en Égypte et en Tunisie, révolutions phares du printemps arabe. Le mouvement rappelle également celui des « indignés » espagnol, terme qui a d'ailleurs été repris pour qualifier les manifestants de l'actuel mouvement né à New York.

En mai dernier, un mouvement spontané de contestation naissait à Madrid, en Espagne, pour protester contre le haut taux de chômage, les excès du capitalisme, les politiciens « corrompus » ou encore le système électoral espagnol. Un village alternatif avait été érigé sur la Puerta del Sol, et des milliers d'Espagnols avaient appuyé ce mouvement des indignés, qui s'était d'ailleurs étendu partout au pays. Le mouvement avait également déclenché d'autres manifestations en Europe, notamment en France et en Grèce.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 15:03

 

france24.com - 17/11/2011

 

 

 

Les indignés veulent peser sur les législatives
Dans un climat de colère lié au marasme économique espagnol, le Parti populaire de centre droit est assuré de la victoire aux législatives de dimanche. Le mouvement des indignés reste mobilisé.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 14:51

Indignés Luxembourg: Notre Objectif « Réveillez les Luxembourgeois »

Publié par Poetes Indignes le 17/11/2011

 

LUXEMBOURG – Des indignés à Occupy Wall Street, les mouvements citoyens s’organisent. La contestation gronde… même au Grand-Duché. Rencontre avec une indignée luxembourgeoise.

Nadine a 38 ans, salariée dans le privée et maman de deux enfants, elle fait partie de ces quelques indignés luxembourgeois qui occupent régulièrement la place d’Armes, depuis juin dernier.

 

Pourquoi vous êtes-vous lancée dans ce mouvement?

J’avais beaucoup suivi le mouvement des indignés en Espagne, notamment sur Facebook. Avec un groupe d’amis on voulait aller à Bruxelles pour se joindre au mouvement des indignés belges, et puis en surfant sur le web on a vu  que des mouvements similaires se mettaient en place au Luxembourg. On est donc restés ici. Mon engagement personnel est motivé par un constat: mes parents m’ont légué un monde vivable, je dois la même chose à mes enfants. Parti comme c’est parti, j’ai peur que ce ne soit pas le cas mais je veux changer le cours des choses.

Quelles sont vos principales revendications?

Notre objectif: plus de démocratie participative, on veut que le pouvoir financier soit moins important notamment au niveau politique, on veut réveiller les Luxembourgeois. Le Luxembourg vit grâce à la finance, ses habitants vivent globalement bien mais si la crise financière s’empire ils sont foutus, ils leur restera quoi? On veut leur ouvrir les yeux, les faire bouger… et c’est dur!

Le mouvement des indignés est divisé au Luxembourg. Est-ce que cela ne nuit pas trop à la visibilité?

Peut-être. C’est vrai que cinq mouvements (Real Democracy Luxembourg, United for Global Change, Anonymous, Occupy Luxembourg et Attac) c’est beaucoup mais nous nous entendons très bien et on arrive à s’organiser. Nous travaillons à une unification des mouvements où chacun serait représenté.

Pensez-vous que votre engagement peut changer quelque chose?

Pour moi cela ne fait aucun doute, je me sens utile et notre mouvement sert à injecter plus de démocratie dans la société. Faire entendre le peuple c’est changer le système. On ne s’arrêtera pas là, on revient occuper la place d’Armes, le 10 décembre. Moi j’y serai avec mes enfants…

 

 

 

 

 

 

Propos recueillis par Fatima Rougi/L’essentiel Online

Source: http://www.lessentiel.lu

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 14:48

Les "Indignés" de la Défense campent sur le parvis du quartier d'affaires, près de Paris, le 15 novembre 2011 (AFP/Archives, Joel Saget)


Les "Indignés" de la Défense

LA DEFENSE (Hauts-de-Seine) — "On y est, on y reste!": malgré leur nombre limité et les interventions régulières des forces de l'ordre, les dizaines d'Indignés qui campent depuis deux semaines dans le quartier d'affaires de La Défense (Hauts-de-Seine) restent déterminés.

"Le plus dur, ce n'est pas le froid, c'est la répression policière", soupire Mathilde, cheveux roux en bataille et yeux cernés, émergeant d'un duvet. "Chaque jour, on construit le campement, chaque soir les policiers détruisent tout", déplore-t-elle mercredi matin.

Les manifestants, qui entameront vendredi leur troisième semaine sur place, se sont installés à la fin du sommet du G20 de Cannes, le 4 novembre. Leur nombre oscillant entre plusieurs centaines et quelques dizaines, loin de l'ampleur d'autres mouvements en Europe ou aux Etats-Unis.

"Fatalisme", "individualisme", "manque de médiatisation": plusieurs raisons sont invoquées pour expliquer le manque d'engouement pour le mouvement, pourtant largement relayé sur les réseaux sociaux.

"Il fait froid, ça n'aide pas et puis on parle peu de nous dans les médias ou seulement pour évoquer les violences de la police, ça ne donne pas envie de nous rejoindre", lâche Olivier, un ingénieur de 33 ans, qui quitte la Défense au lever du jour, un duvet accroché au sac à dos, pour rejoindre son travail.

"Nous ne sommes pas résignés: on y est, on y reste", martèle Thierry, 56 ans, présent depuis 11 jours. "Nous sommes juste au début, il y a un gros soutien sur internet", assure un autre Indigné.

Dès le premier soir d'installation, les tentes ont été confisquées par les forces de l'ordre. Mardi soir, une centaine de policiers et de gendarmes mobiles sont de nouveau intervenus pour enlever cartons, bâches et pancartes, emportant aussi de la nourriture et des effets personnels, selon des Indignés.

Une intervention qui vise "à nettoyer l'esplanade des cartons et des meubles amassés par les Indignés", mais "pas à évacuer les personnes, ni à procéder à des interpellations", selon la préfecture des Hauts-de-Seine.

Une poignée d'irréductibles continue pourtant à dormir chaque nuit au pied de la Grande Arche de La Défense, serrés les uns contre les autres dans des sacs de couchage, sous l'oeil des forces de l'ordre.

Vers 7 heures du matin, le regard encore endormi de quelques-uns croise celui des travailleurs qui s'échappent de la bouche de métro.

"Vous nous intéressez, venez débattre", "Et vous, qu'est-ce qui vous fait battre le coeur?" interpellent quelques pancartes posées à même le sol.

"Vous avez du courage!" leur lance Marie-Suzanne Roussel, documentaliste au ministère du Développement durable. "Ils nous offrent une nouvelle réflexion, une nouvelle forme de pensée et c'est un combat pacifique", approuve-t-elle.

D'autres sont indifférents voire critiques: "Charlots!, lâche un homme en passant rapidement devant le campement, "ils n'ont qu'à aller bosser!"

Dans la bouche des Indignés, un seul mot d'ordre: "Nous ne partirons pas".

Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés. Plus »

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22