Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 13:50

Jeudi 10 novembre 2011 – JOUR 2

Hier soir, lors de notre première étape à La Turbie, l’assemblée de la marche a acté les deux choses suivantes:

- Nous allons à Monaco demain pour y faire une action, soit en traversant la ville (mais il est peut probable d’y arriver !), soit devant le barrage policier nous empêchant d’entrer. L’idée était de se présenter à l’entrée de la ville sans parler, simplement en tapant dans nos mains dans un rythme un peu inquiétant porté par le son d’un tambour.

-Nous “prenons la place” de Ventimiglia, à la frontière italienne, pour y établir une assemblée populaire et le campement.

Ce matin, escortés par la police, nous nous sommes rendu à Monaco. Barrage de police (comme prévu): assemblée improvisée à la frontière monegasque.

S1240023-300x168.png

Le débat était le suivant: “Pourquoi l’argent passe et pas les personnes ?”. Cela a abouti à l’action suivante: déposer des pièces de monnaie au-delà de la frontière, au pied de la police, en espérant recevoir de gros intérêts l’année prochaine (si le Paradis fiscal de Monaco existe encore d’ici notre arrivée à Athènes) ! Ensuite, toujours escortés, nous avons rejoint la sortie de Beausoleil (ville limitrophe de Monaco) en manifestation improvisée qui a reçu beaucoup de messages de soutien de la part du peuple monégasque et  français.

S1240038-300x168.png

Nous nous dirigeons maintenant vers une autre frontière : l’Italie ! (qui nous attend dans un contexte économico-politique d’urgence)

Commission communication nomade de la marche (bientôt Media Center nomade !)

http://www.marchtoathens.tk/2011/11/10/jeudi-10-novembre-2011-jour-2/

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 13:13

Le Monde - 10 novembre 2011

Combien d'esclaves travaillent pour vous ? (slaveryfootprint.org)

 

Bienvenue dans l'ère de la responsabilité (et de la culpabilité). Avez-vous pensé ce matin au salaire du petit enfant chinois qui a confectionné le T-shirt que vous portez aujourd'hui ? Vous arrive-t-il souvent de songer au nombre de mineurs africains qui sont morts pour extraire le brillant que vous avez offert à votre femme à votre mariage ?

Non ? et bien vous avez de la chance, un site se propose de le faire avec vous. Slavery Footprint, lancé par une association américaine et le bureau de lutte contre le trafic d'êtres humains du département d'Etat américain, permet de savoir combien d'esclaves vous faites travailler dans le monde en fonction de votre mode de vie, rapporte Nec plus ultra, un blog de France Inter. En d'autres termes : quelle est votre empreinte esclavagiste ?

"Sur la planète, 27 millions de personnes travaillent sous la contrainte, sans être rémunérées (ou très peu), pour produire notre nourriture, nos vêtements ou nos équipements high-tech", souligne Nec plus ultra. Slavery Footprint ambitionne, à travers une application ludique, de sensibiliser les habitants des pays riches à la question de l'esclavage moderne.

A travers une série de onze tableaux thématiques interactifs (habitat, habitudes alimentaires, usage des nouvelles technologies, produits de beauté, vêtements, etc.), il s'agit pour l'internaute de dresser son auto-portrait de consommateur. Les concepteurs de cette campagne originale profitent de chaque thème pour glisser des informations sur l'esclavage moderne.

Au détour du chapitre "Vêtements", on apprend par exemple que 1,4 million d'enfants ouzbeks sont forcés de travailler dans les champs de coton. "C'est plus que le nombre total d'enfants scolarisés dans l'éducation publique de la ville de New York", est-il précisé.

Au rayon des bijoux, on nous explique que les diamants ne sont pas les seules pierres à faire couler du sang. Les rubis sont sans doute le deuxième produit d'exportation de la Birmanie, derrière le teck. Or les mines, contrôlées par le gouvernement, exploitent des travailleurs dans des "conditions terribles" et pour des salaires de misère.

A la page des sports, on lit qu'en Chine, les confectionneurs de ballon de football travaillent jusqu'à 21 heures par jour. "Même le plus sévère des coach américains ne demanderait pas ça à ses joueurs", relève le site, qui joue définitivement la carte de la légèreté pour faire passer le message sans prendre le risque d'assommer le citoyen-consommateur.

Une fois les onze thématiques du test renseignées, votre score est calculée en nombre d'esclaves, répartis par zones géographiques sur un planisphère. Afin de vous aider à progresser, il vous est expliqué quels chapitres de consommation ont le plus pesé dans votre score. L'internaute est également invité à partager ce test sur Facebook et à participer activement à la campagne de Slavery Blooprint.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 13:06

LEMONDE.FR avec AFP | 10.11.11 | 13h42

 

 

Un manifestant fait face aux forces de sécurité syriennes à Khalidia, à proximité de Homs, le 4 novembre 2011.

Un manifestant fait face aux forces de sécurité syriennes à Khalidia, à proximité de Homs, le 4 novembre 2011.REUTERS/HANDOUT


L'économie syrienne est frappée de plein fouet par près de huit mois de répression de la révolte contre le président Bachar al-Assad et par les sanctions économiques occidentales visant à faire pression sur le régime pour qu'il cesse ses violences.

Dans les hauts lieux de l'insurrection où des manifestations sont réprimées quasi quotidiennement, "il n'y a pas d'activité commerciale normale. Les familles subsistent grâce à la solidarité de leurs proches", affirme Rami Abdel Rahmane, chef de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

A Jabal Al-Zaouiya, à Idleb (nord-ouest), dans certains quartiers de Homs (centre), de Banias et de Lattaquié (ouest), et dans des localités de la région de Deraa (sud-ouest), "les gens manquent d'argent, ils vivent dans la pauvreté", assure M. Abdel Rahmane. "Les foyers manquent de mazout pour se chauffer" car le fioul est utilisé par les chars syriens déployés à travers le pays, ajoute le militant.

FUITE DE CAPITAUX

Des opposant estiment que "le régime tente de resserrer l'étau autour de ces régions dans le but de leur faire sentir l'impact des sanctions internationales" exercées sur la Syrie.

Au final, l'activité économique est au ralenti, l'achat de biens de consommation est en berne et les hôtels sont vides. Les violences ont eu raison du secteur touristique, qui employait 11 % de la main-d'œuvre, générant plus de 7,6 milliards de dollars en 2010, soit 12 % du PIB, selon Paul Salem, directeur du centre Carnegie pour le Moyen-Orient.

"Le commerce extérieur a baissé de plus de 50 %, les investissements étrangers ont cessé, la fuite des capitaux s'est accélérée", notamment vers Dubaï, affirme M. Salem. Des experts économiques et des hommes d'affaires syriens évoquent des transferts de plus de quatre milliards de dollars hors de Syrie depuis le début de la contestation en mars, alors que la livre syrienne a perdu 10 % de sa valeur face au dollar.

SANCTIONS COMMERCIALES

L'Union européenne et les Etats-Unis ont imposé de sévères sanctions commerciales au régime syrien pour dénoncer la répression, qui a fait plus de 3 500 morts parmi les civils selon l'ONU. L'UE prépare, en outre, un gel des crédits de la Banque européenne d'investissement à la Syrie, dans le cadre d'un nouveau train de sanctions.

Ces mesures n'empêchent toutefois pas la répression de se poursuivre. Jeudi, sept personnes, dont une fillette et quatre soldats, ont péri lors d'opérations des forces de l'ordre et d'affrontements entre l'armée régulière et des déserteurs présumés. Mercredi, la répression des manifestations avait déjà fait seize victimes civiles, selon l'OSDH.

En réaction, une grève générale a été décrétée à Jabal Al-Zaouiya, dans la région d'Idleb, jeudi, à l'appel d'opposants sur le terrain, et les forces de l'ordre tentaient d'ouvrir les magasins par la force.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 13:02

LEMONDE.FR avec AFP, Reuters | 10.11.11 | 06h31   •  Mis à jour le 10.11.11 | 12h45

 

 

"La croissance s'est arrêtée en Europe et nous pourrions connaître une nouvelle phase de récession", a prévenu le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, le 10 novembre 2011.

"La croissance s'est arrêtée en Europe et nous pourrions connaître une nouvelle phase de récession", a prévenu le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, le 10 novembre 2011.REUTERS/KAI PFAFFENBACH


  • Moody's inquiète des conséquences de la crise de la zone euro. Selon l'agence, l'économie américaine pourrait subir un choc financier similaire à celui encaissé lors de la faillite de Lehman Brothers si la crise de la dette de la zone euro touche des pays européens de premier plan tels que l'Italie, dont la dette atteint 1 900 milliards d'euros, soit 120 % du PIB environ. Cette contagion prendrait la même forme que ce qui s'était passé lors de l'effondrement de Lehman, en 2008, à savoir un gel du marché interbancaire qui aurait des conséquences sur les prêts aux entreprises et aux particuliers. L'agence de notation a toutefois précisé qu'elle ne retenait pas ce scénario et qu'elle s'en tenait à sa prévision de croissance de 1,5 % à 2,5 % pour la première puissance économique mondiale en 2012.

>> Lire le chat : "Silvio Berlusconi, 'nouvelle victime des marchés financiers'"

  • Incertitudes sur les marchés financiers. Jeudi matin, les Bourses européennes ouvraient à la baisse dans l'incertitude de la réalité des mesures d'austérité annoncées en Italie. La Bourse de Paris chutait de 2,16 % avant de repasser dans le vert, à 0,41 % en milieu de matinée. Francfort perdait 1,67 % et Londres 1,67 %. Milan perdait 1,33 %, pour prendre plus de 3 % en milieu de matinée, le marché pariant sur la fin de l'incertitude politique en Italie avec l'arrivée probable de Mario Monti à la tête du gouvernement du pays, en proie à la crise de la dette. Peu avant, les Bourses asiatiques chutaient à l'ouverture et l'euro s'affaiblissait, de même que le dollar australien, devise considérée comme "à risques" et donc très sensible aux inquiétudes du marché. A Tokyo, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes perdait 2,35 % à la mi-séance. Vers 4 h 20 (heure de Paris), Sydney lâchait 2,70 %, Séoul 3,36 %, Hongkong 4,41 % et Shanghaï 0,96 %. Les rendements des obligations d'Etat italiennes à dix ans ont dépassé mercredi le seuil critique de 7 %, avec un pic de 7,502 % en séance, le soulagement provoqué par l'annonce du prochain départ de Silvio Berlusconi ayant cédé le pas à l'inquiétude. Le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, a prévenu que l'envolée des taux italiens sur le marché de la dette risquait d'avoir des retombées "significatives" sur l'économie réelle en raison de la hausse des coûts de financement du pays. Les taux d'intérêt à un an payés par le Trésor italien ont atteint le niveau record de 6,087 %, jeudi lors d'une émission obligataire test. Ils ont donc presque doublé par rapport à la dernière opération similaire datant du 11 octobre, où ils s'étaient inscrits à 3, 57 %.
  • Le FMI réclame de la clarté politique en Italie. Une "clarification politique" est nécessaire en Italie et en Grèce, a déclaré jeudi à Pékin la directrice générale du FMI, Christine Lagarde. Le FMI s'est vu attribuer une tâche cruciale et doit, selon Mme Lagarde, mettre son "expertise" et son "savoir-faire" au service d'une "surveillance budgétaire de l'Italie à un rythme trimestriel". De son côté, la France, par la voix de sa ministre du budget, Valérie Pécresse, assure qu'"il faut un plan crédible, un plan qui sera jugé comme un engagement que l'Italie tiendra et je crois que c'est urgent. Je crois en même temps que ça passe par une nouvelle gouvernance italienne".
  • La Commission européenne craint une récession en Europe. "La croissance s'est arrêtée en Europe et nous pourrions connaître une nouvelle phase de récession", a prévenu le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, à l'occasion de la publication des prévisions économiques d'automne de l'exécutif européen. La Commission a, par ailleurs, revu à la hausse ses prévisions de déficit public en Grèce cette année et l'an prochain, à respectivement 7,8 % et 5,4 % du produit intérieur brut, alors que le pays reste englué dans la récession. En ce qui concerne le cas français, la croissance devrait s'établir à 0,6 % en 2012, selon les prévisions de la Commission européenne, plus pessimistes que celles du gouvernement, qui table sur 1 % de croissance l'an prochain.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:59

LEMONDE.FR avec AFP | 10.11.11 | 10h37

 

 

L'an dernier, 2 433 mineurs sont morts en Chine, selon les statistiques officielles, soit plus de six par jour. Des chiffres sous-évalués, selon des ONG.

L'an dernier, 2 433 mineurs sont morts en Chine, selon les statistiques officielles, soit plus de six par jour. Des chiffres sous-évalués, selon des ONG.AP/Zhu Xiang

Au moins vingt mineurs ont été tués par un coup de grisou, jeudi 10 novembre, dans une mine de charbon de la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine. Les secours sont à pied d'œuvre pour tenter de sauver vingt-trois autres mineurs pris au piège, a ajouté un responsable des pompiers de la municipalité de Qujing, précisant à l'agence semi-officielle China News Service que le niveau élevé de gaz dans la mine entravait les opérations.

La municipalité a évoqué un "coup de grisou" et un doute subsistait sur le nombre exact de mineurs qui travaillaient au moment de l'accident, a indiqué, pour sa part, l'agence Chine nouvelle. La mine se trouve dans le district de Shizong, dans la province du Yunnan, et ce nouvel accident vient de nouveau endeuiller une industrie minière chinoise particulièrement coûteuse en vies humaines.

Une trentaine de pompiers, une centaine de secouristes professionnels et quelque trois cents membres du personnel médical étaient sur place, a précisé le bureau des situations d'urgence du Yunnan, cité par Chine nouvelle.

2 433 MINEURS SONT MORTS EN 2010

Samedi, quarante-cinq mineurs pris au piège après une explosion dans une houillère du centre de la Chine avaient pu être ramenés à la surface, une opération de secours réussie. L'accident, qui était survenu dans une mine de la province du Henan, avait cependant fait huit morts.

L'an dernier, 2 433 mineurs sont morts en Chine, selon les statistiques officielles, soit plus de six par jour. Mais ces chiffres, déjà très élevés, sont probablement largement sous-évalués, selon des ONG.
Avec l'arrivée de l'hiver, les mines chinoises tournent à plein régime.

"En cette saison où la consommation et le prix du charbon sont élevés et où les profits sont juteux, les responsables des compagnies [minières] devraient redoubler d'attention", a déclaré samedi Luo Lin, chef du bureau national chargé de la sécurité du travail.

Première consommatrice mondiale de charbon, la Chine tire plus de 70 % de son énergie de ce combustible. Elle est également le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre.
Le charbon sert surtout à produire de l'électricité afin de répondre à la demande en hausse constante. Ces huit dernières années, il s'est construit en moyenne une centrale de charbon par semaine en Chine.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Chine
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:53

LEMONDE.FR avec AFP | 10.11.11 | 09h48   •  Mis à jour le 10.11.11 | 12h05


 

Après une manifestation dans les rues de Koungou (Mayotte), le 9 octobre 2011.

Après une manifestation dans les rues de Koungou (Mayotte), le 9 octobre 2011.AFP/RICHARD BOUHET

Il ne manquait plus qu'une signature pour mettre fin à quarante-cinq jours de grève à Mayotte. L'intersyndicale et les associations de consommateurs de l'île avait en effet donné leur accord, mercredi 9 novembre, à la "suspension" du mouvement social contre la vie chère et leur intention de signer le projet de sortie de crise présenté par le médiateur gouvernemental et ex-préfet de ce département de l'océan Indien, Denis Robin. Fin connaisseur du territoire mahorais, il avait été nommé par la ministre de l'outre-mer, Marie-Luce Penchard, au début du mois de novembre.

BAISSE DES PRIX

Pourtant, l'intersyndicale n'est pas venue signer, jeudi matin, l'accord tant attendu. Les représentants de l'Etat et du patronat l'attendaient à 9 heures, soit deux heures de plus qu'en métropole, à la Case Rocher, bâtiment officiel de Petite Terre. Comme prévu. Le projet d'accord prévoit une baisse des prix de la viande de bœuf de 10 %, principal point de crispation du mouvement, une fixation du prix du sable de construction à 35 euros la tonne partout dans l'île et une négociation concernant le gaz, dont le prix est maintenu jusqu'à l'entrée en vigueur de la réglementation par l'Etat.

Présent à la Case Rocher, M. Robin a affirmé que sa tâche était terminée. Il laisse désormais le protocole entre les mains du préfet de l'île et doit quitter le département après un peu moins de dix jours passés sur place. "Je remets ce protocole au préfet de Mayotte, Thomas Degos, il pourra être signé à tout moment dès que les acteurs le décideront", a-t-il indiqué dans un communiqué dans lequel il indique que sa mission est "achevée". La crise a conduit à des pénuries, à l'interruption de l'activité commerciale et touristique ainsi qu'à des heurts violents entre manifestants et forces de l'ordre. Des violences qui ont fait un mort et plusieurs blessés depuis le 21 septembre.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:45

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, lors d'une conférence de presse à Saint-Etienne, le 9 juin 2011.

Dans une lettre que "Le Monde" s'est procurée, le leader de la CGT explique pourquoi il ne s'est pas associé à la déclaration commune entre patronat et syndicats, présentée lors du sommet du G20.

 

Lorsque le Labour 20 (L20) et le Business 20 (B20) ont présenté, le 3 novembre à Cannes, leur déclaration commune à l'intention des chefs d'Etat et de gouvernement du G20, l'absence de Bernard Thibault avait été très remarquée. A la différence de ses homologues de la CFDT et de FO, François Chérèque et Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de la CGT n'avait pas fait le déplacement pour cette initiative inédite associant des représentants du patronat et des syndicats. Pis, il avait boycotté la réunion organisée la veille à l'Elysée, où Nicolas Sarkozy avait reçu à déjeuner une délégation du L20 menée par Sharon Burrow, la secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI), qui fédére 301 syndicats, dont la CGT, la CFDT, FO et la CFTC.

Le blog "Questions sociales" est en mesure de révéler la raison de cette absence : Bernard Thibault était en désaccord avec le principe d'une déclaration commune entre le L20 et le B20.

Dans une lettre à Sharan Burrow, en date du 27 octobre, que le blog s'est procurée, Bernard Thibault souligne que "la pertinence politique de cette initiative" n'a pas été débattue lors du conseil général de la CSI et que la CGT "invitée à participer au L20 n'a jamais été sollicitée à ce sujet".

Bernard Thibault va plus loin : "Il me parait inopportun, écrit-il, au regard de la crise actuelle et de la situation à laquelle sont confrontées les organisations syndicales dans nombre de pays, de laisser entendre qu'il y aurait une vision partagée entre syndicats de salariés et patronaux sur les principaux facteurs qui permettraient une sortie de crise durable."

"LA CGT NE PEUT SE DECLARER SOLIDAIRE"

"Celle-ci passerait, entre autres, poursuit M. Thibault, par une mise en cause des critères de gestion qui prévalent dans les multinationales aujourd'hui. Tant sur la forme que sur le fond, la CGT ne peut se déclarer solidaire de cette démarche. Aussi, si un texte commun au B20 et au L20 doit être publié, il ne peut laisser entendre, par la présentation utilisée, qu'il a reçu l'accord de la CGT."

Cette "mise au point" n'a pas été rendue publique lors du sommet de Cannes. Et François Chérèque et Jean-Claude Mailly avaient assuré que la CGT n'avait pas exprimé de réserves officielles sur la déclaration commune, mettant l'absence de Bernard Thibault à l'Elysée sur le compte du lourd contentieux qui oppose la centrale syndicale au président de la République. La lettre de Bernard Thibault écorne singulièrement la belle unanimité syndicale que prétendait afficher cette déclaration.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:40

LEMONDE.FR | 10.11.11 | 12h46

 

Le chauffeur est licencié pour "altercation physique et menaces à l'égard d'un collègue sur (le) lieu de travail " et " introduction d'un tiers dans un local privé".

Le chauffeur est licencié pour "altercation physique et menaces à l'égard d'un collègue sur (le) lieu de travail " et " introduction d'un tiers dans un local privé".REUTERS/MAX ROSSI

Il s'appelle Makhouf. Conducteur de bus sur la ligne 421, qui rallie la gare de Vaires-sur-Marne à celle de Torcy, cet homme agé de 48 ans a commis l'erreur de permettre "l'accès des toilettes réservées aux conducteurs à un voyageur… handicapé," rapporte le Parisien. Il a été licencié par sa direction.

 

"INTRODUCTION D'UN TIERS DANS UN LOCAL PRIVÉ" 

"Le 23 juillet dernier, Jean-Claude, un usager habitué de la ligne, m'a demandé à aller aux toilettes (...) Alors je lui ai ouvert l'accès de notre salle de pause, qui se situe sur l'esplanade de la gare RER de Torcy et qui est équipée de sanitaires," explique le chauffeur de bus. Un collègue de Makhlouf passe par là. Jean-Claude, la personne handicapée, oublie manifestement de le saluer. "Ils ont eu des mots alors je me suis interposé, poursuit Makhlouf. Mon collègue m'a agrippé au col et je l'ai retenu," raconte le quotidien. Puis intervient un autre collègue de Makhlouf qui profère des menaces à son encontre. Il porte plainte au commissariat.

Mais c'est à la mi-septembre que Makhlouf est convoqué par sa direction, la Compagnie d'exploitation automobile et de transports (CEAT), une filiale du groupe européen Transdev. Il est licencié le mois suivant pour "altercation physique et menaces à l'égard d'un collègue sur (le) lieu de travail" et "introduction d'un tiers dans un local privé". Makhlouf a travaillé vingt ans pour la CEAT. "On me reproche un geste humain. Mais comment refuser à un homme handicapé à 80 % de satisfaire un besoin naturel ?" Son avocat a saisi le conseil des prud'hommes.

Le Parisien a pris contact avec le directeur d'exploitation de la CEAT, selon lui, "il est clairement notifié que l'accès aux tiers est interdit, handicapé ou pas. Ce n'est pas nouveau !" La notification est inscrite au règlement par la RATP. C'est la régie qui aurait "gracieusement mis à disposition" le local à l'employeur de Makhlouf.

Le Monde.fr

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:33


 

Nous nous réunirons ce vendredi 11/11/11 à 11h11 place de la maison carrée à Nîmes pour un pique-nique et des échanges  chaleureux. Venez nombreux ! Avec ou sans encas mais surtout avec votre belle energie...

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nos actions menées et à venir
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:27

L'initiative "Occupons la Défense" a commencé le 4 novembre dernier.
Des Indignés sont toujours sur place en dépit des interventions brutales de la police qui a détruit et confisqués des tentes ainsi que des vivres (les campeurs doivent actuellement dormir dans le froid, sans abri, parfois sous la pluie...).

Nous soutenons l'occupation de la Défense, les initiatives dans les autres villes, et d'une manière générale le mouvement en France qui exprime ici la même chose que dans d'autres pays : exigence de démocratie, refus des plans d'austérité...
Nous appelons les militant-e-s qui le peuvent à s'engager dans les différents rassemblements et campements, à en particulier à apporter soutien et chaleur aux occupants de la Défense.
Demain 11 novembre, nous appelons les Franciliens à participer à la marche des 99% qui sera organisée dans le cadre de la journée mondiale d'action des indignés, et qui partira à 11h11 du Mur pour la Paix (Champ de Mars) pour aller jusqu'à l'arche de la Défense, où une Assemblée populaire sera organisée à 14h (http://paris.reelledemocratie.com/node/682)

Pour plus d'informations :
http://paris.reelledemocratie.com/
http://www.occuponsladefense.net/

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22