Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 13:39

LEMONDE.FR | 17.11.11 | 09h49   •  Mis à jour le 17.11.11 | 13h37

 
 

 

Faible en calories et avec un pouvoir sucrant supérieur au saccharose, l'aspartame est utilisé dans de nombreux produits alimentaires.

Faible en calories et avec un pouvoir sucrant supérieur au saccharose, l'aspartame est utilisé dans de nombreux produits alimentaires.D.R.

Des scientifiques, des pédiatres et des gynécologues ont adressé un courrier, jeudi 17 novembre, au ministre de la santé, Xavier Bertrand, lui demandant d'alerter les femmes enceintes du risque d'accoucher prématurément si elles consomment de l'aspartame, un édulcorant qu'on trouve notamment dans les boissons light.

"Les chiffres se passent de commentaires", précise Europe 1 qui publie la lettre sur son site Internet. Les scientifiques de Réseau environnement santé (RES) se basent sur une étude danoise, publiée il y a un an, qui "mettait en évidence un taux plus élevé de naissance prématurée tardive (soit entre les 32e e et 36e semaines d'aménorrhée), proportionnel à la consommation de boissons gazeuses avec édulcorants".

L'étude, conduite par le Danois Thorhallur Halldorsson, publiée en 2010 dans l'American Journal of Clinical Nutrition, était consacrée à l'impact des boissons light ou sans sucre – c'est-à-dire contenant un édulcorant – sur près de 60 000 Danoises enceintes. Il est apparu que la consommation d'au moins une boisson gazeuse contenant un édulcorant augmentait en moyenne de 38 % les risques de naissance avant terme. L'augmentation des risques est de 27 % si l'on n'en boit qu'une par jour, 35 % si l'on en boit 2 ou 3, 78 % quand c'est plus de 4. L'impact est moindre quand les boissons sont non gazeuses, l'augmentation du risque allant de 11 à 29 %.

"LE DOUTE DEVRAIT PROFITER AU CONSOMMATEUR"

Pour les scientifiques, il est temps d'avertir les femmes enceintes de ce risque. "Vous avez déclaré, à propos de l'affaire du Mediator, que le doute devait désormais profiter au malade. Dans le cas présent, il nous semble que le doute devrait profiter au consommateur", concluent-ils leur courrier à l'adresse de M. Bertrand.

L'aspartame, édulcorant le plus utilisé au monde (Canderel, Nutrasweet...), se retrouve dans plus de 6 000 produits, du chewing-gum aux boissons light, dont plus de 500 produits pharmaceutiques. Selon le RES, 200 millions de personnes en consommeraient "régulièrement". Chez les enfants et les femmes en âge de procréer, l'absorption quotidienne est estimée à 2,5 à 5 mg par kg de poids corporel. La dose journalière admissible établie par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est de 40 mg/kg. L'EFSA a été invitée en mai 2011 par la Commission européenne à anticiper la réévaluation complète de la sécurité de l'aspartame (E 951) en 2012.

Le Monde.fr

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 13:35

LEMONDE.FR | 16.11.11 | 19h20   •  Mis à jour le 17.11.11 | 07h43

 
 

 

Des membres de l'US Navy photographient Hongkong à bord du porte-avions USS "George-Washington", le 9 novembre.

Des membres de l'US Navy photographient Hongkong à bord du porte-avions USS "George-Washington", le 9 novembre.AP/Kin Cheung

Il s'agit d'un geste fort de la part de l'administration Obama. Un véritable défi géostratégique lancé à la Chine, qui n'a guère plu à Pékin. Pour contrer les ambitions grandissantes de la Chine dans le Pacifique, les Etats-Unis, qui possèdent déjà des bases au Japon et en Corée du Sud, ont annoncé, mercredi 16 novembre, un renforcement de leur présence militaire en Australie.

Washington va déployer 250 marines dans le nord du pays à partir de la mi-2012, un effectif qui sera au fil des ans porté à 2 500. Canberra affirme que ce dispositif militaire américain dans la base de Darwin n'annonce pas la création d'une nouvelle base, mais l'arrivée à terme de plus de 2 000 marines et les rotations de bâtiments de l'US Navy dans ce port en créeront une de facto.

Quelle est la portée de ce déploiement de troupes dans le Pacifique à la lumière des relations sino-américaines ? Eléments de réponse en quelques points clés.

  • Obama à la reconquête de l'Asie

Au moment où les forces américaines finissent de se retirer d'Irak et entament leur départ d'Afghanistan, les Etats-Unis veulent réorienter leur politique de sécurité vers l'Asie, a déclaré la semaine dernière la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton. Le renforcement de la coopération militaire avec l'Australie, annoncé mercredi, vient concrétiser la doctrine Obama pour l'Asie-Pacifique et renforcer la présence américaine dans l'océan Indien.

"Depuis son arrivée au pouvoir, Barack Obama s'est lancé dans un vaste chantier de redéfinition de la politique américaine en Asie-Pacifique. Cette nouvelle politique, qui contraste avec les années Bush marquées par un engagement assez faible, ambitionne de restaurer la présence américaine dans cette région, qui est de plus en plus sujette à interrogations", explique Barthélémy Courmont, professeur de science politique à Hallym University (Corée du Sud), chercheur associé à l'IRIS, et rédacteur en chef de la revue Monde chinois, nouvelle Asie.

>> Entretien : "Pékin et Washington sont engagés dans un bras de fer naval"

  • Une nouvelle "base" dans le Pacifique

 

Manifestation devant l'ambassade américaine à Tokyo, en février 2008, contre la présence de soldats américains au Japon, suite au viol présumé d'une adolescente par un marine.

Manifestation devant l'ambassade américaine à Tokyo, en février 2008, contre la présence de soldats américains au Japon, suite au viol présumé d'une adolescente par un marine.AFP/YOSHIKAZU TSUNO

L'armée américaine est déjà très présente dans le Pacifique. Les deux tiers des marines américains sont aujourd'hui positionnés dans la région, notamment au Japon (40 000 hommes) et en Corée du Sud (28 000), ainsi qu'à Guam, un territoire américain à 2 000 kilomètres au nord de la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Ce nouveau point d'appui en Australie a donc de fortes chances d'être considéré par la Chine comme une preuve que Washington cherche à l'encercler. Un porte-parole de la diplomatie chinoise n'a d'ailleurs pas tardé à qualifier ce rapprochement d'"assez inopportun". "C'est tout à fait opportun", lui a rétorqué, depuis Canberra, Ben Rhodes, conseiller américain adjoint pour la sécurité nationale.

Le renforcement de la coopération entre Washington et son allié historique – la visite d'Obama en Australie marque les soixante ans de l'alliance entre les deux pays, qui ont combattu côte-à-côte dans toutes les grandes guerres – constitue également une solution de repli stratégique pour les Américains, dans une période où leur présence militaire au Japon, de plus en plus décriée par la population, est amenée à s'alléger.

  • Une réponse à la modernisation de l'armée chinoise

 

Des soldats de la marine chinoise patrouillent sur le récif Yongshu, de l'archipel Nansha, en mer de Chine méridionale.

Des soldats de la marine chinoise patrouillent sur le récif Yongshu, de l'archipel Nansha, en mer de Chine méridionale.AP/Zha Chunming

Pour le 60e anniversaire de la création de la "marine de l'Armée populaire de libération", en 2009, Pékin avait annoncé un plan ambitieux de modernisation de sa flotte et l'expansion de ses capacités de frappe (des missiles de longue portée plus précis) et de projection en haute mer de Chine. Le 10 août, la Chine a lancé son premier porte-avions en mer. L'Armée populaire de libération – dont le budget a atteint 119 milliards de dollars en 2010, au deuxième rang mondial derrière les Etats-Unis (698 milliards) – ne cesse de se moderniser. Ses moyens ont encore été augmentés de 12,7 % cette année.

Le redéploiement des marines américains en Australie apparaît ainsi comme une réponse à cette montée en puissance de l'empire du Milieu, explique au Sunday Morning Herald Alan Dupont, de l'Université de Sydney. "Il s'agit tout particulièrement de répondre à la vulnérabilité croissante des forces américaines au Japon et à Guam face aux missiles de nouvelle génération chinois, explique-t-il. Ces nouveaux missiles sont susceptibles de les menacer comme ils ne l'ont jamais été jusqu'ici. Les Américains se repositionnent donc pour être moins vulnérables. L'éloignement géographique de l'Australie est désormais un avantage stratégique."

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 13:30

LEMONDE.FR avec AFP | 16.11.11 | 20h58   •  Mis à jour le 16.11.11 | 21h02

Les anticapitalistes sommés de quitter la City de Londres

 

 

 

"L'érection de tentes (...) devant la cathédrale Saint-Paul constitue une obstruction illégale de la voie publique", ont déclaré les autorités municipales de Londres dans l'avis placardé sur des tentes du campement.

"L'érection de tentes (...) devant la cathédrale Saint-Paul constitue une obstruction illégale de la voie publique", ont déclaré les autorités municipales de Londres dans l'avis placardé sur des tentes du campement. REUTERS/SUZANNE PLUNKETT


Les "indignés" qui campent dans la City de Londres ont reçu mercredi 16 novembre l'ordre de démonter leurs tentes d'ici à jeudi, une injonction qu'ils entendent combattre en justice pour éviter la répétition du scénario new-yorkais. La police américaine a en effet démantelé mardi le campement historique des manifestants anti-Wall Street.

"L'érection de tentes (...) devant la cathédrale Saint-Paul constitue une obstruction illégale de la voie publique", ont déclaré les autorités municipales de Londres dans l'avis placardé sur des tentes du campement. La ville de Londres "vous donne l'ordre de démonter les tentes (...) d'ici au jeudi 17 novembre 2011 à 18 heures" .

Les militants anticapitalistes, installés depuis le 15 octobre au cœur de la City, "ne vont pas se plier à cette demande", a prévenu un porte-parole des manifestants. "Nous allons saisir la Haute Cour. Nous avons une formidable équipe d'avocats qui travaillent en ce moment même sur le cas", a-t-il affirmé, accusant d'"hypocrisie" la municipalité. Les autorités "s'en prennent aux manifestants pacifiques alors que les personnes responsables de la crise économique sont récompensées avec d'énormes bonus", a-t-il ajouté.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 13:28

LEMONDE.FR avec AFP | 17.11.11 | 13h33

 
 

Penser "plus aux gens et moins à sauver les banques". Des milliers de lycéens et d'étudiants sont descendus dans la rue, jeudi 17 novembre, dans toute l'Italie pour dénoncer les coupes dans le budget de l'école publique, dans le cadre d'un mouvement international.

A Milan, des manifestants ont jeté des œufs sur le bâtiment de l'université privée catholique du Sacré-Cœur, dont était recteur le nouveau ministre de la culture, Lorenzo Ornaghi, qui a fait aussi l'objet de quolibets. "Redonnez-nous notre argent, que l'Eglise paye", scandaient les protestataires, exigeant l'arrêt des soutiens publics au système privé.

Un autre groupe a essayé d'atteindre la prestigieuse faculté privée d'économie Bocconi, dont le nouveau chef du gouvernement, Mario Monti, ancien commissaire européen, était encore tout récemment président. Mais il a été refoulé sans ménagement par la police à coups de matraque.
D'autres ont essayé d'envahir le siège de l'Association des banques italiennes. "Save schools, not banks, de l'argent pour l'instruction publique", avaient-ils écrit sur une grande banderole. Ils ont été stoppés dans le hall d'entrée.

"NOUS NE SOMMES PAS DES MARCHANDISES"

A Rome, les slogans de quelque deux mille manifestants ironisaient sur le nom du nouveau ministre de l'éducation nationale, Francesco Profumo ("parfum" en italien), en dénonçant par avance "un parfum d'austérité. Non au gouvernement des sacrifices". Partis de l'université publique de La Sapienza, ils devaient rejoindre un cortège du syndicat minoritaire mais radical Cobas, dont le mot d'ordre de grève dans les transports publics, a coïncidé, par un hasard de calendrier, avec les manifestations estudiantines.

Une délégation de trois cents manifestants a été autorisée à se rendre à proximité du Sénat, où Mario Monti doit prononcer un discours avant un vote de confiance dans la soirée.

A Palerme, en Sicile, quelque cinq mille protestataires, le plus grand cortège jusqu'à présent, ont scandé des slogans contre l'ultralibéralisme qui domine, selon eux, en Europe. "Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiciens et banquiers", criaient-ils.

A Turin, la tension est montée en fin de matinée quand un groupe d'étudiants a lancé des bouteilles et des œufs contre les forces de l'ordre qui voulaient les empêcher d'atteindre l'antenne locale de la Banque d'Italie.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Italie
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 13:23

LEMONDE.FR Avec Reuters | 17.11.11 | 08h40   •  Mis à jour le 17.11.11 | 12h43

 
 

 

L'ampleur du rassemblement, le premier depuis presque un mois, devrait donner le pouls de l'opinion publique et de l'éventuel bras de fer social à venir entre le pouvoir et la rue.

L'ampleur du rassemblement, le premier depuis presque un mois, devrait donner le pouls de l'opinion publique et de l'éventuel bras de fer social à venir entre le pouvoir et la rue.AFP/ARIS MESSINIS

Journée test pour le nouveau pouvoir grec. Des milliers de personnes sont attendues jeudi dans les rues d'Athènes pour mettre en garde Lucas Papadémos, dont le gouvernement a obtenu la confiance du Parlement mercredi, contre l'instauration de nouvelles mesures d'austérité réclamées par l'Union européenne.

L'ampleur du rassemblement, le premier depuis presque un mois, devrait donner le pouls de l'opinion publique et de l'éventuel bras de fer social à venir entre le pouvoir et la rue. Les sondages montrent que près de trois quarts de Grecs soutiennent Papadémos, ancien vice-président de la Banque centrale européenne, mais le nouveau programme d'austérité a du mal à passer auprès de la population. La coalition de crise réunit le parti socialiste de l'ancien premier ministre George Papandréou (Pasok), la Nouvelle Démocratie d'Antonis Samaras (ND, convervateurs) et le parti LAOS d'extrême droite.

Après avoir remporté sans surprise la confiance du Parlement mercredi, le chef du gouvernement va avoir la lourde tâche de maintenir la cohésion de la coalition. Il doit parvenir à resserrer les rangs de la majorité derrière les réformes impopulaires alors que des dissensions ont fait leur apparition. Antonis Samaras a ainsi de nouveau exclu, mercredi, de s'engager par écrit à respecter les modalités du dernier plan de sauvetage de la Grèce, comme le réclame la Commission européenne.

HAUSSES D'IMPÔTS ET COUPES BUDGÉTAIRES

Cette année, outre la protestation sociale, les manifestations devraient aussi revêtir un aspect très politique, après l'entrée de l'extrême droite dans le gouvernement grec de coalition, pour la première fois depuis la chute de la dictature des colonels. C'est la raison qui a poussé un député Pasok dissident à voter mercredi soir contre la confiance au gouvernement. Député du département de Xanthi en Thrace (nord-est) où vit la minorité musulmane de Grèce, Tsten Mantazi s'est dit contre la participation au gouvernement de transition du LAOS, dont les députés expriment régulièrement des positions xénohobes.

Jeudi, le journal communiste Rizospastis souligne que les communistes placent le défilé sous le signe de la résistance au "retour du fascisme" et, faisant le lien avec la situation immédiate de la Grèce, rappelle que le slogan de novembre 1973 "Pain, éducation, liberté", n'a jamais été autant d'actualité. Le quotidien Ta Nea à grand tirage assure que tout laisse présager une "marche à haute tension". Le défilé marque l'anniversaire de la répression sanglante du soulèvement étudiant de 1973 par le régime des colonels qui était renversé l'année suivante.

Il s'agit aussi de la première marche de ce type depuis le vote d'une loi réformant l'université l'été dernier, modifiant le droit d'asile qui interdisait jusqu'à présent à la police d'entrer dans des locaux universitaires. "L'atmosphère est électrique" depuis mercredi, affirme le journal citant un premier incident entre militants de gauche à l'école Polytechnique, bastion de la résistance étudiante au régime des colonels. Après cet incident, la ministre de l'éducation socialiste Anna Diamantopoulou a annoncé qu'elle n'irait pas déposer de gerbe sur les lieux du soulèvement comme le veut la tradition. Selon Ta Nea, c'est la première fois que cette tradition ne sera pas respectée.

Athènes tente de s'assurer le versement de la dernière tranche de huit milliards d'euros du premier plan d'aide européen de 110 milliards. Le pays doit aussi rétablir la confiance des inspecteurs de la troïka (Fonds monétaire international, UE et Banque centrale européenne) afin de bénéficier d'un deuxième plan de sauvetage de 130 milliards d'euros ayant fait l'objet d'un accord à Bruxelle fin octobre.
Le gouvernement va soumettre au Parlement, vendredi, le projet de budget 2012 du pays, incluant des hausses des impôts et des coupes budgétaires censées répondre aux exigences de l'Union européenne et du FMI.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 13:49

LEMONDE.FR | 16.11.11 | 14h46  

 
 

 

Des employés de PSA se sont rassemblés devant le siège du constructeur, à Paris, pour protester contre les milliers de licenciements annoncés, le 15 novembre 2011.

Des employés de PSA se sont rassemblés devant le siège du constructeur, à Paris, pour protester contre les milliers de licenciements annoncés, le 15 novembre 2011. AFP/MARTIN BUREAU

Le groupe PSA Peugeot-Citroën a annoncé, mardi 15 novembre, la suppression de plus de 4 000 postes en France en 2012. Sur Le Monde.fr, des employés du groupe réagissent à cette mesure.

Pour certains, l'annonce de PSA masque mal une volonté de délocalisation, menaçant clairement de nombreux emplois en France.

  • "Réduction du potentiel de production en Europe" par Jean-Louis

Structurellement, la baisse des effectifs de l'"amont industriel" est inscrite dans le tableau de marche du groupe. Les embauches et le recours massifs aux prestataires extérieurs depuis plus d'une décennie pour les études et recherches coïncidaient avec les nécessités de renforcer les gammes de produits, de se mettre au niveau technologique, d'accompagner le développement industriel avec la création de nouveaux sites...

(...) Par ailleurs, les départs des vieux n'ont jamais cessé, PSA étant passé maître, dans l'innovation des formules de départs, dans l'officialisation des agendas (cycle bas de l'activité, proximité des échéances électorales...). Son poids économique lui assurant la bonne grâce des administrations, d'autant que les comparaisons avec Renault offrent à PSA des marges de manœuvre.

L'annonce de ce plan est tronquée. Les plans stratégiques inscrivent dans une tendance lourde la réduction du potentiel de production en Europe avec la suppression de sites et de milliers d'emplois.

  • "Think global..." par Patrick

Depuis l'arrivée dans le groupe de Philippe Varin, une pression forte a été mise sur les collaborateurs en recherche et développement afin qu'ils s'approprient la langue de Shakespeare dans le but de "s'internationaliser". Parallèlement on a constaté la création d'un centre de recherche en Chine qui a notamment développé la DS5 en complément de la R&D française. La maîtrise de l'anglais permet de mieux transmettre notre savoir-faire aux ingénieurs chinois. Ce centre d'étude ne cesse de s'aggrandir alors que les nôtres s'apprêtent à fondre... C'est à l'image de la construction d'un nouveau site de production par an quelque part dans le monde financé par les économies et la modération salariale réalisée sur les sites français et européens.

Même si on est loin de ce qu'a fait Renault en quelques décennies sans être le moins du monde inquiété par les gouvernements de droite ou de gauche, cette tendance demeure fort inquiétante une fois de plus pour l'avenir de notre industrie automobile et ses dizaines de milliers d'emplois indirects.

Certains collaborateurs du groupe dénoncent une décision qui pénalise les salariés pour satisfaire les actionnaires.

  • "Où vont les gains ?" par Bertrand

La suppression d'emploi en France impensable il y a quelques années par son impact sur les ventes, se concrétise au fur à mesure de la mondialisation des ventes. Qui se soucie lors de ses achats des derniers licenciements chez ses fournisseurs chinois ?

Cette vague de licenciements n'est que la première d'une longue série où les gains de productivité sont affectés uniquement au profit de certains. Les primes de +30 % pour résultats exceptionnels comme en 2010 pour tout le conseil d'administration de PSA sont l'avenir. Ne nous parlez pas de crise ou alors du management à la française.

  • "Comme toujours : l'équité des mesures en question" par Pierrick

La principale réaction que m'évoque cette vague de suppressions de postes est une question : qui va cotiser à cette économie de 800 millions ? Je veux bien comprendre que la situation soit difficile, que les investissements ne seront pas rentables à courte échéance (Chine, Inde, Russie...), mais doit-on se contenter de supprimer des postes ou doit-on aussi montrer l'exemple :

- Supprimer les dividendes aux actionnaires qui eux aussi pourraient attendre quelques années le retour sur investissement.

- Supprimer les voitures de fonctions et autres avantages donnés aux dirigeants. Ce n'est pas de la démagogie, c'est une goutte d'eau, de celles qui font des rivières et des fleuves.

- Prendre en compte les remontées du terrain et donner un vrai cap à l'entreprise, sans changer son fusil d'épaule tous les 3 mois.

- Limiter le sponsoring de clubs de foots à 1 ou 2 et non 4 ou 5, bon pour l'image, mais coûteux à court terme.

En bref, comme pour nos dirigeants politiques : la situation est difficile, il faut gérer nos budgets en "bons pères de famille" : limiter les investissements au juste nécessaire, et faire cotiser toutes les couches de l'entreprise, toutes, à l'effort.

Certains salariés de PSA abordent directement les conséquences de telles mesures sur leur quotidien, professionnel ou personnel. Certains craignent à terme la fermeture de certains sites en France.

  • "C'est un calvaire" par Laurent

Mes collègues et moi nous sommes inquiets et les conditions de travail sont de plus en plus exécrables. Nous n'avons plus le sourire et chaque matin on se demande si on aura du boulot le lendemain. Cela se ressent au travail, à la maison. Certains sont plus qu'inquiets et ont des soucis de santé dus au stress. Je travaille au poste de peinture et contrôle des finitions, et je n'ai plus le cœur à l'ouvrage. Je suis dans la société depuis plusieurs années et voilà comment nous allons finir.

  • "Comment se projeter dans de telles conditions" par François

Je suis salarié d'Aulnay et la pression dans l'usine est constante, pas directement mais toujours par moyens détournés : des offres d'emploi affichées partout, nos "responsables" qui nous demandent de réfléchir à notre avenir avec des allusions à peine voilées...

J'ai participé au rassemblement de ce mardi devant le siège social de PSA, mais le dialogue est malheureusement à sens unique. Comment voir son avenir dans de telles conditions ?

Enfin certains estiment que la décision de PSA est un choix difficile, mais nécessaire dans une perspective à long terme.

  • "Survivre à un monde trop grand" par Christophe

C'est assurément une question de survie pour PSA que de commencer à prendre des mesures pour améliorer sa productivité. Le marché automobile mondial est encore ouvert sur quelques continents, mais les moyens et les stratégies mis en œuvre par la concurrence vont rapidement reléguer notre groupe à une position de petit-constructeur-mourant-du-Vieux-Continent. La seule question à se poser est de savoir combien il faudra sacrifier d'emplois pour en sauver d'autres ? Que ce travail soit fait posément, maintenant et par nous. Mourir d'une mort lente ou renaître ? En 3 ans, General Motors a connu ce sort mais a dû payer le prix de ce rebond. A notre tour.

  • "Prendre ses responsabilités" par Marc

J'ai été embauché cette année par le groupe PSA pour garnir les troupes dans une entité en plein développement. Nous avons eu une communication de la part de la hiérarchie sur les annonces faites à la presse et les publications pour nous informer que notre entité ne serait pas touchée. Cependant, les prestataires ne sont pas confiants sur leur avenir au sein de PSA.

Il faut retenir d'autres chiffres, pas seulement ceux que la presse communique massivement. Durant tout le premier semestre 2011, PSA a embauché entre 3 000 et 4 000 personnes et personne n'en a parlé... Dans un contexte défavorable (...), que faut-il faire ? Continuer à produire comme si de rien n'était et faire exploser les stocks pour ensuite demander l'aide de l'état comme en 2008-2009 ? Ou alors prendre ses responsabilités et adapter la production et l'emploi au contexte actuel dès le départ ? Il faut préserver le peu d'industrie qu'il nous reste en France...

Un autre chiffre intéressant, PSA produit une voiture sur deux en France alors que la société n'en vend qu'une sur quatre en France. L'entreprise a conservé une large majorité de ses effectifs en France. L'ouverture des usines dans les pays en développement c'est de la logique économique et écologique. Avec l'explosion du prix du pétrole on ne peut pas envoyer des voitures comme bon nous semble aux quatre coins du monde.

Le Monde.fr

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 13:32

LEMONDE.FR | 16.11.11 | 15h44

 
 

 

Les salariés français ne recourent pas plus souvent aux arrêts maladie que leurs voisins européens.

Les salariés français ne recourent pas plus souvent aux arrêts maladie que leurs voisins européens.LE BOT ALAIN

L'annonce de la création d'un jour de carence pour les fonctionnaires en arrêt maladie, en parallèle à l'ajout d'un quatrième jour de carence pour les salariés du privé, n'a pas manqué de vous faire réagir. Les commentaires se sont multipliés pour comprendre l'origine et les raisons d'une telle différence de traitement. Afin d'éclaircir le débat, voici un détail des différences entre les deux régimes.

Combien d'arrêts maladie ? Pour la fonction publique d'Etat, les derniers chiffres disponibles datent de 2003. Le nombre de jours d'arrêt maladie est de 13 jours par an en moyenne par agent. Les chiffres varient de 6 à la jeunesse et aux sports à 23 au ministère de l'outre-mer, en passant par 19 dans la police nationale. Dans la fonction publique hospitalière, le nombre d'arrêts par agent est de 14,2 en 2008. Dans la fonction publique territoriale, c'est 18 jours par an et par agent.

Côté privé, l'assurance maladie ne compte que les jours indemnisés, après les trois jours de carence. Deux cent trois millions de jours ont été indemnisés en 2010, ce qui, rapporté au nombre de salariés du privé, donne une moyenne de 8,5 jours indemnisés par salarié. Tous ayant bénéficié des trois jours de carence, cela représente, au minimum, 11,5 jours par salariés en 2010, sans compter les arrêts de moins de trois jours.

Carence. Avec les nouvelles règles annoncées par le gouvernement, les agents du public, fonctionnaires et contractuels, perdront un jour de carence lors de leurs arrêts maladie. Côté privé, il y aura quatre jours de carence. Mais une bonne partie des salariés du privé verront ce jour pris en charge par leur employeur dans le cadre d'un accord d'entreprise ou de branche. "Cela va coûter de l'argent aux entreprises parce que, dans la plupart des cas, ce sont les entreprises qui paient ces journées de carence", a critiqué Laurence Parisot, présidente du Medef, sur RTL, mercredi matin.

 

 

Il est difficile de savoir le nombre de salariés qui verront ce jour de carence rester à leur charge, chaque branche ayant des accords spécifiques. Les salariés des PME seront les plus fortement touchés, car "leurs employeurs ont moins les moyens de les prendre en charge que dans les grandes", justifie Jean-François Roubaud, président de la CGPME.

Taux d'indemnisation. Le taux d'indemnisation varie entre public et privé. Les fonctionnaires perçoivent de la Sécurité sociale l'équivalent de l'intégralité de leur traitement de base les trois premiers mois, puis la motié les neuf mois suivants. Certaines primes sont suspendues, ce qui peut avoir un effet non négligeable.

Dans le privé, sous réserve de l'absence d'un accord d'entreprise ou de branche plus favorable, là aussi très répandu, le salarié perçoit 50 % de son salaire brut. Par ailleurs, au-delà du huitième jour d'arrêt, l'employeur est obligé de compléter l'indemnité de base pour les salariés qui ont plus d'un an d'ancienneté, afin que l'indemnité totale atteigne au moins 90 % de leur salaire brut.

Jean-Baptiste Chastand

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 13:27
| Par Laurent Mauduit

L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) publie ce mercredi son traditionnel « Portrait social » de la France. Regroupant des études qui ont déjà été publiées, mais seulement de manière partielle, et d'autres études qui ne l'ont pas encore été, ce document annuel de l'Insee permet de prendre l'exacte mesure des fractures sociales qui minent le pays. Inégalités de revenu, inégalités face à l'emploi et au chômage, inégalités face à la formation : c'est un formidable outil que l'institut offre pour comprendre les mutations qui affectent l'économie française, et les souffrances sociales qu'elles génèrent.

Toutes les études présentées dans ce document méritent attention. Mais dans la livraison de cette année, quelques points sont particulièrement saillants. L'Insee met ainsi en évidence le désastre que la déréglementation du travail a suscité, avec à la clef une envolée de l'intérim et un recul des contrats stables. Il met aussi en évidence un enrichissement des plus riches et s'applique à chiffrer les gains que ces mêmes hauts revenus ont tirés de l'allègement de l'impôt sur le revenu.

Un constat en forme de réquisitoire

  • L'envolée de l'intérim

Décrivant les évolutions du marché du travail, l'Insee met en valeur (lire à partir de la page 13) les conséquences de la déréglementation qui a affecté le marché du travail en France. Elle a été si violente au cours ces deux dernières décennies que l'intérim occupe désormais une part prépondérante dans l'emploi. Explication de l'Insee :

« L'intérim a été la principale variable d'ajustement de l'emploi à l'activité entre 2008 et 2010. Entre le 1er trimestre 2008 et le 1er trimestre 2009, les effectifs intérimaires se sont contractés de 35 %. Le taux de recours à l'intérim s'est effondré dans les secteurs marchands, passant de 4,1% au 1er trimestre 2008 à 2,8 % au 1er trimestre 2009. Dès la mi-2009, l'intérim est reparti à la hausse. Ce redémarrage précoce de l'intérim se poursuit tout au long de 2010 (+ 96.000 intérimaires). Au total, sur l'année, l'intérim contribue pour plus des deux tiers aux créations d'emploi. Le dynamisme de l'intérim s'essouffle cependant au 1er semestre 2011 (+ 17.000 créations) et le taux de recours se stabilise à 3,8 %, soit légèrement en deçà de ce qui prévalait avant la crise. »

Le fait que l'intérim contribue pour plus des deux tiers aux créations d'emploi est un phénomène nouveau et spectaculaire. Par contraste, au début des années 1980, près de neuf emplois sur dix créés étaient des contrats à durée indéterminée (CDI). Or désormais, la part des emplois en CDI ne cesse de baisser, comme le détaille l'Insee :

« Le taux d'emploi en CDI a ainsi atteint un point haut au 4e trimestre 2008,où il s'établissait à 50,5% de la population, puis il a diminué en 2009. La reprise de l'activité n'enraye pas tout de suite cette diminution: le taux d'emploi en CDI continue de baisser tout au long de 2010 et début 2011 (48,7% au 1er trimestre 2011) pour ne repartir à la hausse qu'au 2e trimestre 2011. »

  • La stagnation du pouvoir d'achat

L'Insee confirme (page 19) la stagnation du pouvoir d'achat des ménages en 2010. Il indique que « le pouvoir d'achat au niveau individuel (c'est-à-dire par unité de consommation) est quasi stable en 2010 (+ 0,1 % après +0,6 % en 2009) ».

  • Les inégalités salariales

L'Insee consacre une longue étude (à partir de la page 53) à détailler ces inégalités. Il fait en particulier ces constats :

« En 2009, le revenu salarial moyen sur l'ensemble de la population salariée des secteurs privé et public s'établit à 19.284 euros, mais les situations sont hétérogènes. Au cours de l'année 2009, un quart des salariés ont perçu moins de 9.414 euros de revenu salarial net (1er quartile Q1, soit 0,75 Smic dans l'année) : soit ils ont un emploi stable mais avec un faible nombre d'heures de travail par jour (temps partiel) ; soit ils n'ont été en emploi qu'une partie de l'année, parce qu'ils alternent périodes d'emploi et périodes de chômage, ou bien parce qu'ils sont entrés sur le marché du travail en cours d'année (cas des étudiants) ou sortis du marché du travail en cours d'année (cas des retraités).»

L'Insee note aussi que «le revenu salarial moyen des 25 % de salariés les mieux payés ( 38.749 euros ) est 10 fois supérieur au revenu salarial moyen des 25 % de salariés les moins payés (3.891 euros)».

Autre inégalité scandaleuse, celle dont les femmes sont les victimes : « En 2009, les femmes perçoivent un revenu salarial inférieur de 25% en moyenne à celui des hommes. Cette différence est d'abord imputable à un salaire horaire moyen inférieur de 18,6%. À cela s'ajoute une durée d'emploi en équivalent plein temps dans l'année plus faible de 7,7% en moyenne, du fait de l'importance du temps partiel féminin », souligne l'Insee.

L'institut consacre aussi un très intéressant encadré (page 74) aux très hauts revenus. On y apprend notamment ceci :

«Au cours de la période 1995-2009, la distribution de revenu salarial au-dessus de la médiane et jusqu'au 99e centile inclus ne s'est pas déformée. Les revenus salariaux moyens ont évolué à peu près parallèlement, à un rythme annuel d'environ +0,6%: c'est vrai pour le 3e quart, le 4e quart, le dernier décile, le 91e centile, etc., et le 99e centile. En revanche, le revenu salarial moyen des "très hauts revenus salariaux" (les 1% les mieux rémunérés) croît plus rapidement, de 1,4% par an en moyenne. Il avait augmenté à un rythme plus rapide jusqu'en 2007, mais a connu une baisse en 2008 et 2009. Le dernier centile est d'ailleurs le seul pour lequel se produit une baisse du revenu salarial pendant la crise. Cette baisse qui atteint au total 3,7% vient du fait que la part variable du salaire est sensiblement plus élevée dans le haut de la distribution.

«Entre 1995 et 2009, la part dans la masse salariale totale des "très hauts revenus salariaux" est passée de 6,1% à 6,6%. En 2007, cette part était montée à 7%, mais elle a baissé depuis suite à la crise. Ainsi les écarts de revenu salarial entre les 1% de salariés les mieux rémunérés et les autres ont globalement augmenté entre 1995 et 2009, même si cette tendance s'est inversée durant la crise. »

  • Les inégalités de niveau de vie

L'Insee rappelle (page 78) un chiffre qui était déjà connu, mais qui frappe les imaginations : « En France métropolitaine, la moitié des personnes ont un niveau de vie inférieur à 19.080 euros par an en 2009, soit 1.590 euros par mois, selon l'enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS). »

Mais l'Insee complète ce tableau, en révélant une accélération des inégalités, au profit des plus hauts revenus : « Ainsi les 10 % de personnes les plus aisées ont plus profité de la hausse des niveaux de vie pendant la période : elles détenaient 22,5 % de la masse des niveaux de vie en 1996, elles en détiennent 24,0 % en 2009. De 1996 à 2004, les plus modestes ont également connu une augmentation du poids de leurs niveaux de vie. À l 'inverse, la part détenue par les personnes ayant un niveau de vie intermédiaire a diminué. Après 2004, la réduction des écarts de niveau de vie entre le bas et le milieu de la distribution cesse tandis que la part des niveaux de vie détenue par les plus aisés continue à progresser, d' où une augmentation des inégalités par le haut. »

  • Les inégalités du système de redistribution

Après avoir pointé ces inégalités de niveau de vie, l'Insee souligne un paradoxe: le système redistributif français ne corrige pas ces tendances mais à l'inverse les accentue. Consacrant une longue étude à cette question (à partir de la page 86), l'Insee commence par relever que « la législation actuelle est légèrement moins progressive que celle de 1990 ».

Et l'Insee étudie tout particulièrement l'impact des réformes de ces dernières années portant sur l'impôt sur le revenu : « L'impôt sur le revenu est devenu nettement moins progressif : les ménages du dernier quintile acquittent un montant d'impôt sur le revenu plus faible avec la législation de 2010 qu'avec celle de 1990, la différence correspondant à 5 % de leur niveau de vie. »

Ce constat-là vaut réquisitoire de la politique fiscale conduite ces dernières années : ceux dont le niveau de vie a le plus progressé sont aussi ceux qui ont profité des réformes fiscales.

 

*Le livret du portrait social de l'INSEE est visible sur le site de médiapart

pour suivre le lien, appuyer sur "Ctrl" (de votre clavier) + cliquer sur la ligne du lien ci-dessous

http://www.mediapart.fr/journal/france/151111/le-triste-florilege-des-inegalites-francaises
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 13:23

LEMONDE.FR | 16.11.11 | 09h39   •  Mis à jour le 16.11.11 | 15h00

 
 

 

La centrale nucléaire d'Areva au Tricastin, entre la Drôme et le Vaucluse.

La centrale nucléaire d'Areva au Tricastin, entre la Drôme et le Vaucluse. AFP/PHILIPPE DESMAZES

Ce ne sont que quelques lignes mais leur disparition pourrait s'avérer tout sauf fortuite : le "contrat de mandature" signé dans la douleur, mardi 15 novembre à 15h30 entre EELV et PS, comportait un point précis : "La reconversion, à emploi constant, de la filière de retraitement et de fabrication du MOX", un type de combustible nucléaire. Cette phrase figure en toutes lettres en page 16 de l'accord, que Le Monde s'est procuré :

 

Accord PS-EELV, 1e version

Accord PS-EELV, 1e versionLe Monde


L'abandon de la filière MOX est également annoncé dans une dépêche AFP datant de 19 h 30 mardi et détaillant les principaux points d'accord entre écologistes et socialistes.

Mais cette phrase a tout bonnement disparu de la version finale de l'accord présenté à la presse après son vote par le Bureau national du PS, dont voici le fac-similé.

 

Accord EELV-PS distribué à la presse mardi 15 novembre au soir

Accord EELV-PS distribué à la presse mardi 15 novembre Le Monde

Comme on le voit, le texte est en tout point identique à celui présenté plus tôt, à l'exception d'un paragraphe, tout bonnement disparu.

 AREVA EST INTEVENU AUPRÈS DU PS

La disparition de la mention de ce point d'accord dans le texte distribué par le conseil national du PS est tout sauf innocente : le MOX (pour "mélange d'oxydes") est un combustible "recyclé", fabriqué à partir d'uranium ou de plutonium déjà consommé dans des centrales, et une spécialité du géant français du nucléaire Areva, qui produit 95% du MOX dans le monde.

Il est employé dans 20 réacteurs en France, et notamment pour le fameux réacteur à eau pressurisée (EPR) de Flammanville (même si celui-ci pourrait fonctionner sans). Ce combustible est dénoncé par les écologistes, notamment parce qu'il est beaucoup plus radioactif que le combustible courant.

L'abandon d'une telle filière constituait donc un signe fort d'une volonté de réduire fortement la part du nucléaire, mais aussi un très mauvais signal pour le groupe Areva, qui a fait du Mox et de son exploitation l'un de ses paris stratégiques.  Le groupe AREVA indique "être intervenu" auprès du PS au sujet de l'accord PS-EELV, pour le prévenir des "des conséquences économiques, sociales, industrielles, environnementales très graves, qui conduiraient aussi à la disparition du leadership de la France dans le nucléaire civil".

CONFUSION

Selon les informations du Monde, le paragraphe sur le MOX aurait été ajouté, dans le cadre des négociations, par Michel Sapin, chargé de superviser le projet de M. Hollande.Mais c'est le candidat socialiste lui-même qui aurait tiqué en découvrant ce passage après la signature de l'accord, et aurait donc refusé qu'il figure dans le texte, et fait part de ce point de vue à Cécile Duflot. La dirigeante des Verts n'a cependant pas réagi publiquement à ce désaccord nouveau.

En fin de matinée, Pascal Durand, porte-parole d'EELV, a dit "attendre que Martine Aubry appelle Cécile Duflot" pour l'informer de la situation. "Des textes modifiés après accord, on a rarement vu ça", a-t-il ajouté. L'accord doit être ratifié samedi par le conseil fédéral des écologistes.

En fin de matinée mercredi, le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a indiqué que le paragraphe avait été "retiré provisoirement" afin de "clarifier" une "différence d'interprétation" entre socialistes et écologistes. "Ce point ne fait pas l'objet d'un désaccord" entre les deux partis, selon lui, mais "d'une différence d'interprétation". Il a souligné que les négociateurs PS allaient "en reparler avec leurs partenaires d'EELV". De quoi laisser planer l'impression d'une certaine confusion.

Anne-Sophie Mercier et Samuel Laurent

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 13:21

Médiapart - | Par Stéphane Alliès et Jade Lindgaard

 

Cela semble trop gros pour être vrai. C'est Gérard Collomb qui a vendu la mèche, en sortant du bureau national (BN) du PS de ce mardi soir. Irrité par les concessions électorales faites aux écolos, il lâche: «Je ne suis pas sûr qu'à l'heure actuelle, il y ait un vrai accord programmatique.» S'il est sorti le premier et une heure avant les autres membres du BN, certains des camarades du maire de Lyon évoqueront ensuite vaguement «un problème sur La Hague».

Intrigué par quelques autres silences gênés, bottages en touche et maladresses sur le sujet, Mediapart s'est rendu compte, en marge du BN ayant acté l'accord parlementaire avec Europe-Ecologie/Les Verts (lire notre article ici), de la disparition d'un paragraphe hautement sensible. Il concerne la reconversion de la filière MOX, ce combustible de centrale nucléaire fabriqué à l'usine de retraitement de La Hague et jugé particulièrement dangereux par de nombreux experts et écologistes.

Contrairement à l'habitude, le texte voté par le BN n'a pas été envoyé par mail ni publié sur le site internet du parti à l'issue du vote, mais seulement distribué sous format papier aux journalistes présents, barré du terme "Projet".

Or Mediapart s'est procuré le texte original de l'accord (ici en PDF), tel qu'il a été bouclé par Cécile Duflot et Martine Aubry à 15h30 dans un hôtel parisien du VIIe arrondissement. Et, par comparaison avec la version communiquée par le PS, dont on ne sait plus du coup si elle est officielle, il apparaît que le paragraphe suivant, au début de la page 12, a bel et bien disparu:

 


Deux sources socialistes ayant participé aux négociations nous ont confirmé que le texte a été volontairement «trappé» durant le BN socialiste. Et d'expliquer qu'il s'agirait d'une intervention forte téléguidée par Henri Proglio, président d'EDF, et acteur de pointe du lobby nucléaire. «Nous avons tous reçu des textos en plein BN, nous demandant de retirer le texte. On n'a pas réussi à se mettre d'accord, donc on a retiré le paragraphe à la hussarde, après le vote…», nous confirme même un secrétaire national, pour qui «il est bien d'être ferme avec les partenaires, mais il serait bien aussi de l'être avec les lobbies».

Contacté par Mediapart, Henri Proglio affirme n'être «absolument pas intervenu de quelque manière que ce soit dans la rédaction du programme EELV/PS». Une autre source à EDF explique: «On n'en a rien à foutre du MOX, c'est le problème d'Areva…»

A la mi-journée, mercredi, une dépêche AFP indique qu'Areva reconnaît «avoir appelé le responsable socialiste Bernard Cazeneuve pour lui faire part "des conséquences économiques, sociales, industrielles, environnementales très graves, qui conduiraient aussi à la disparition du leadership de la France dans le nucléaire civil"».

Le même député Cazeneuve, nommé ce mercredi matin porte-parole de François Hollande, explique dans le quotidien La Presse de la Manche (article non disponible en ligne) qu'on lui avait donné «l'assurance qu'il n'y a pas d'engagement concernant le retraitement dans cet accord».

Proglio avait toutefois déjà alerté, via son prédécesseur François Roussely (ainsi que Le Monde l'a écrit), François Hollande des inquiétudes des industriels du nucléaire. Mardi, il a été joint par un député proche de François Hollande juste après la conclusion de l'accord. Le président d'EDF et Areva ont alors organisé l'offensive pour faire retirer cet engagement qui concerne l'avenir de l'usine de retraitement de La Hague et l'usine Melox dans le Gard, gérées par Areva. Un participant au BN, pas informé par les sous-textes de l'histoire, nous raconte: «Je ne comprenais pas. A la fin du BN, au moment de voter, Stéphane Le Foll (lieutenant historique de Hollande - ndlr) a fait irruption dans la salle en disant: "Attendez, attendez, il faut enlever…" et Aubry l'a coupé en lui disant: "Oui, oui, c'est bon, on vote…"» Tout ce beau monde espérait-il que cela passe inaperçu?

«Erreur d'impression» et «retrait temporaire»

Du côté de chez Europe-Ecologie, on assure qu'il n'est pas question de lâcher. «Cet accord parlementaire n'est pas un “projet”, mais un texte sur lequel on travaille depuis presque six mois, explique un dirigeant écologiste. On ne doute pas que c'est le texte conclu par Aubry et nous, dans son bureau, que le BN a évidemment voté. Et c'est ce texte que, bien évidemment, on soumettra au vote de notre conseil fédéral ce week-end.»

Par texto mercredi matin, Denis Baupin, l'un des négociateurs écolos, se veut catégorique: «Un accord est un accord, aucune des parties n'est habilitée à le détricoter.» Cécile Duflot a appelé mercredi matin le socialiste Michel Sapin pour une explication de texte.

Interrogé par Mediapart à la fin de la réunion de présentation de l'équipe de campagne du candidat, le négociateur socialiste nous a d'abord expliqué qu'il s'agissait «d'une erreur d'impression»... Avant de donner quelques explications plus crédibles: «Il n'y a aucune divergence entre les gens sérieux qui étaient autour de la table. Après, il peut y avoir volonté de tirer l'accord dans un sens ou dans un autre de la part de gens pas sérieux qui n'étaient pas autour de la table.»

De son côté, Benoît Hamon a indiqué à la mi-journée qu'il ne s'agirait que d'«un retrait temporaire». Le porte-parole du PS a ainsi déclaré à l'AFP: «Ce paragraphe faisant l'objet de deux interprétations différentes, on l'a retiré de l'examen du Bureau national. On l'a provisoirement mis de côté, le temps d'en rediscuter, de clarifier l'interprétation qu'on en faisait avec nos partenaires.»

Alors, ce fameux paragraphe sera-t-il rétabli? «Puisqu'on ferme des centrales, on va donc produire de moins en moins de MOX, c'est ce qui est dit dans ce paragraphe», ajoute Michel Sapin. Donc, sera-t-il rétabli? Rien n'est moins sûr. L'affaire pourrait-elle aller jusqu'à faire capoter l'accord obtenu au forceps mardi? Car cette promesse de «reconversion à emploi constant de la filière du retraitement et de fabrication du MOX » marquerait un tournant historique dans le nucléaire français.

Un combustible particulièrement dangereux

Utilisé en France depuis 1987, mais surtout développé à partir du milieu des années 1990, ce mélange d'oxydes de plutonium et d'uranium (d'où son nom – MOX) est un combustible nucléaire désormais répandu dans les centrales françaises (on en trouve dans vingt et une d'entre elles). Sa particularité est d'être fabriqué à partir d'éléments déjà utilisés dans les réacteurs, ce qui permet de «recycler» ainsi une petite partie des déchets générés par la filière.

Mais c'est justement l'un des éléments «qui posent le plus de problèmes à la filière de retraitement, compte tenu de ses caractéristiques qui le rendent très dangereux», expliquait il y a quelques mois l'Autorité environnementale. Les écologistes dénoncent ses dangers pour l'environnement et pour les hommes depuis des années.

En France, deux sites se sont spécialisés dans la fabrication et le traitement du MOX: l'usine Melox sur le site de Marcoule, dans le Gard, et le centre de traitement des déchets de La Hague, dans la Manche. Tous deux appartiennent au groupe Areva, qui, mardi soir, dénonçait la mise en péril de 14.000 emplois (10.000 directs et indirects pour La Hague, 1.300 pour Marcoule). En réalité, l'usine de La Hague et les autres filiales en Basse-Normandie représentent à peine 5.000 emplois, plus environ 1.800 emplois parmi les sous-traitants. L'usine Melox emploie environ 700 personnes.

De plus, l'utilisation de combustible MOX dans les réacteurs français arrive de toute façon à son terme : d'après l'Autorité environnementale, il ne reste plus que les tranches 3 et 4 de la centrale du Blayais à équiper. Pour sortir du MOX, il suffirait donc de progressivement remplacer ce combustible par de l'uranium, ce qui peut se faire au bout de trois ans. Par ailleurs, l'EPR permet un fonctionnement avec 30% de MOX dans le cœur, voire jusqu'à 100%. Cette caractéristique a été dénoncée par Eva Joly, mardi matin sur France Inter. Mais il peut aussi fonctionner avec de l'uranium – l'utilisation de MOX n'est pas prévue pour l'EPR finlandais.

La production mondiale de MOX est dominée à 95% par Areva, dont le premier client est EDF. Depuis 2009-2010, on en trouve dans quatre réacteurs japonais, dont les tranches 3 et 4 de la centrale de Fukushima Daiichi. Sans MOX dans les centrales françaises, cette activité d'Areva perdrait donc sa raison d'être. Elle pèse 1,7 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires global d'Areva de plus de 9 milliards d'euros.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22