Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 12:56

Rue89 - Indignados 20/11/2011 à 09h20

Lali Sandiumenge · Traduit par Samy Boutayeb

 

La campagne pour les élections générales prévues ce dimanche en Espagne a une autre version, citoyenne et totalement différente, sur le Net. La contre-campagne virtuelle, initiée sous l'impulsion du movimiento 15-M (Mouvement du 15 mai) est hyperactive et se propage à travers les réseaux sociaux.

 


Affiche de la campagne citoyenne (Global Voices)

Bien qu'elle s'adresse à l'ensemble des électeurs, elle peut surtout avoir des incidences sur les indécis et sur ceux qui ont tendance à exprimer leur morosité et l'indignation par le choix de l'abstention.

Même si l'idée majoritaire en Espagne est que tout est déjà décidé - les sondages annoncent la défaite du PSOE (Partido Socialista Obrero Español) et attribuent une majorité absolue au PP (Partido Popular) de droite - les internautes se sont lancés dans un contre-la-montre en se mobilisant, au cours d'un débat animé, pour la réflexion et le suffrage responsable et informé.

La consigne majoritaire est de participer, mais en choisissant des formations minoritaires afin de briser le système bipartite et d'alternance au pouvoir consolidé depuis plusieurs décennies entre les socialistes et les populaires.

L'abstention, précisent-ils, ne compte pas, et les bulletins blancs portent préjudice aux petites formations politiques.

Faire monter les petits partis

La journaliste et blogueuse Mónica Solanas résumait il y a quelques jours ce sentiment dans un tweet :

@monicontomate : Il nous reste encore une semaine pour renverser la tendance de ce qui semble bien inévitable. Nous pouvons le faire. Nous devons le faire.

D'autres twitteurs écrivent pour leur part :

@CarlosCAlvarez : Déposer un bulletin blanc, c'est comme voter PP et PSOE, car cela fait monter la barre encore plus haut pour les petits partis

@ bufetalmeida : Ce n'est pas en votant pour ceux qui ont des politiques liberticides et restreignant nos droits que nous sortirons de la crise, cela ne fera que restreindre les droits et les libertés.

@ivanbreve  : J'ai deux options pour voter. C'est clair que ce ne sera pas le ppsoe. J'opterai pour la même chose

@AiTask : Mon fils de 5 ans me demande ce qu'il y aura sur la terre le jour où nous aurons disparu comme les dinosaures. Je lui ai répondu : des politiciens et des banquiers.

Ateneapensativa : Ce qui est bien, c'est qu'après les élections, nous aurons 4 ans pour continuer à nous disputer pour une démocratie réelle

Les initiatives sont nombreuses et sont discutées dans le cyberespace sous les hashtags #20N, #PPSOE, #nolesvotes ou #votaaotros, qui s'ajoutent et se superposent ces jours-ci à ceux qui encouragent la protestation et les actions dans la rue pour la défense de l'enseignement public (#porlapublica) ou contre les expulsions des citoyens qui ne peuvent pas payer les hypothèques de leur appartement (#stopdesahucios).

« Democracia Real Ya n'encourage pas l'abstention »

Democracia Real Ya (DRY), la plateforme qui est à l'origine de la première manifestation du 15 mai dernier, et est l'une des plus actives, a déjà fait connaître sa position :

« Democracia Real Ya n'encourage pas l'abstention, les bulletins nuls ou blancs ni de donner sa voix à aucun parti concrètement, nous incitons à participer à l'élection en connaissance de cause et en conscience.

L'option la plus efficace pour affaiblir les partis majoritaires consiste à donner sa voix à d'autres, même si cela peut être interprété comme l'acceptation du système électoral. »

La Op20N, lancée par le mouvement des anonymes, défend une position similaire et la plateforme No les votes (Ne vote pas pour eux), une initiative très active sur le Net, qui a vu le jour en février pour dénoncer la loi Sinde et qui incite à ne voter pour aucune des trois principales formations présentes sur l'échiquier politique qui ont approuvé la loi, (outre le PP et le PSOE, le parti nationaliste catalan CiU, Convergència i Unió). Son portail a reçu plus de 4 680 000 visites uniques.

« Nous ne te demandons pas de voter pour un parti ou une idéologie quelconque. Nous te demandons de ne voter pour aucun des partis ou idéologie concrètement, mais de t'informer pour vérifier s'il y a des alternatives politiques qui représentent peut-être mieux tes idées, et l'idée que nous autres citoyens nous faisons de la démocratie.

La démocratie, ce ne sont pas les grandes partis : la démocratie, c'est toi et des millions de personnes comme toi. Sans ta voix, ils ne sont rien. Aux prochaines élections, NE VOTE PAS POUR EUX. »

La plateforme renvoie vers le blog AritmEtica20N, qui calcule quelles sont les formations minoritaires qui ont le plus de chances d'être élues dans chaque circonscription et suggère de voter non pas en fonction de la couleur politique ni du programme mais d'un objectif à atteindre :

« faire s'écrouler le monopole PP, PSOE et CiU et empêcher que le PP ne gouverne avec la majorité absolue ».

La contre-campagne électorale de DRY est très complète : elle a mis en place des outils de pédagogie électorale pour sensibiliser les électeurs et expliquer le fonctionnement de la répartition des sièges d'après la méthode D'Hondt, utilisée en Espagne.

Elle organise également des actions de protestation massive, comme l'opération DoriYakiTu, qui, sous un nom exotique, propose aux électeurs de présenter ce dimanche devant les bureaux de vote une réclamation consistant à manifester leur désaccord avec le système électoral et de scrutin actuel, considéré « injuste et disproportionné », dans la mesure où il pénalise la représentation des minorités.

« Je suis un vote »

De même, le portail Socvot (dont le nom est formé sur « Social Vote » et signifie en même temps Je suis un vote, Soy voto, en catalan) essaie de clarifier le mécanisme et d'informer les électeurs sur toutes les options disponibles.

Il montre également quelle serait la répartition des sièges au sein du Congrès s'il s'agissait d'une « circonscription unique » Twitter ou Facebook, en attribuant les sièges en fonction du nombre de suiveurs totalisés par chacun des partis dans les deux réseaux sociaux.

D'autres plateformes se mobilisent contre la corruption politique, comme le portail País corrupto, qui enregistre sur une carte de l'Espagne les cas de corruption impliquant les partis, ou Huele a Corrupto, une sorte d'agrégateur de nouvelles, blogs et commentaires dans les réseaux sociaux, qui utilisent les termes « corrompu » ou « corruption ».

Une vidéo sur YouTube reprend au rythme de la chanson « Money“, de Pink Floyd, une présentation des candidats au Congrès et au Sénat visés par des présomptions, des enquêtes ou des présomptions d'implications dans des affaires d'abus de pouvoir.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 12:52

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 20.11.11 | 10h38   •  Mis à jour le 20.11.11 | 12h45

 
 

 

Manifestation en faveur de Bachar Al-Assad, dans le centre de Damas, le 26 octobre. Depuis le début de l'insurrection en mars, le pouvoir syrien organise des contre-manifestations de soutien.

Manifestation en faveur de Bachar Al-Assad, dans le centre de Damas, le 26 octobre. Depuis le début de l'insurrection en mars, le pouvoir syrien organise des contre-manifestations de soutien.REUTERS/KHALED AL-HARIRI


Les violences n'ont pas connu de répit samedi en Syrie, faisant au moins 17 morts dont 11 civils, avant l'expiration d'un ultimatum de la Ligue arabe sommant le régime de cesser la répression de la révolte populaire. Dans un entretien publié dimanche par l'hebdomadaire britannique The Sunday Times, le président syrien Bachar Al-Assad a estimé que l'injonction avait été lancée pour "fournir aux pays occidendaux un prétexte pour mener une intervention militaire contre la Syrie".

Se disant "tout à fait" prêt à combattre et à mourir s'il devait affronter des forces étrangères – "cela va sans dire et c'est indéniable" – le président syrien a déclaré qu'il ressentait du chagrin à chaque goutte de sang versée dans son pays, mais que son régime devait faire respecter la loi face à des bandes armées. "Le conflit continuera et la pression pour assujettir la Syrie continuera", a estimé le président syrien, ajoutant que "la Syrie ne s'inclinera pas".

 

ONZE CIVILS TUÉS

Damas n'a pas officiellement répondu à l'ultimatum de la Ligue arabe qui lui avait donné mercredi trois jours pour cesser la répression des civils sous peine de sanctions économiques, après avoir suspendu la Syrie des travaux de l'organisation. Le délai accordé au régime expirait samedi à minuit (23 heures à Paris).

 

Des manifestants anti-régime défilent à Kafranbel derrière une banderole disant "Un grand merci à la Ligue arabe", le 18 novembre.

Des manifestants anti-régime défilent à Kafranbel derrière une banderole disant "Un grand merci à la Ligue arabe", le 18 novembre.REUTERS/HANDOUT


Faisant fi des appels internationaux à la retenue, le régime a poursuivi sa violente répression, faisant onze morts parmi les civils à travers le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé au Royaume-Uni. Sept d'entre eux sont morts à Kafr Takhareem dans la province d'Idleb (nord-ouest) dans des attaques de l'armée, tandis que deux ont été tués par des tirs lors d'affrontements entre des militaires et des soldats dissidents à Qousseir (centre). Un civil a par ailleurs été tué par un tireur embusqué à Homs (centre), et un autre est mort lors de perquisitions dans la région de Hama (centre).

L'armée syrienne a "pénétré à Chezar, dans la région de Hama, après l'avoir bombardée à l'artillerie lourde" et a "procédé à une campagne de perquisitions", ont indiqué de leur côté les Comités locaux de coordination (LCC), un groupe chapeautant les contestataires. Parallèlement, quatre agents des services de renseignement ont été tués par des soldats dissidents, dans le centre du pays, selon l'OSDH. Deux militaires ayant fait défection ont péri dans des affrontements avec des soldats dans la région de Homs, selon la même source.

CRAINTES D'UNE GUERRE CIVILE

Les pays arabes reprochent au gouvernement syrien de ne pas respecter, contrairement à sa promesse, le plan de sortie de crise arabe qui prévoit la fin des violences, le retrait des troupes des villes, la libération de milliers de détenus et l'envoi d'observateurs arabes sur le terrain. Face à la recrudescence des violences, les Etats-Unis, la France, la Turquie mais aussi l'Iran ont dit craindre une "guerre civile" alors que les attaques de militaires dissidents se multiplient parallèlement aux manifestations pacifiques.

 

Des déserteurs de l'armée syrienne affirmant dans un message qu'ils vont défendre la population contre les forces fidèles à Bachar Al-Assad.

Des déserteurs de l'armée syrienne affirmant dans un message qu'ils vont défendre la population contre les forces fidèles à Bachar Al-Assad.REUTERS/REUTERS TV


Au moins deux roquettes ont été tirées dimanche à Damas sur l'un des sièges du parti Baas au pouvoir depuis 1963. Il s'agit de la première attaque des opposants au président  dans la capitale depuis le début du soulèvement populaire mi-mars. Elle "s'est produite juste avant l'aube et le bâtiment était pratiquement vide. Il semble que l'intention était d'adresser un message au régime", a dit un des témoins qui a requis l'anonymat.

Les Etats-Unis, l'Union européenne et la Turquie préconisent une accentuation des sanctions. Paris, Berlin et Londres veulent présenter au Comité des droits de l'homme de l'Assemblée générale de l'ONU une résolution condamnant la répression et un vote devrait intervenir mardi. Malgré les pressions croissantes de l'Occident et des Arabes, Bachar Al-Assad peut encore se targuer des soutiens de ses alliés chinois et russe, qui refusent toute ingérence étrangère en dépit des violences qui ont fait plus de 3 500 morts en huit mois selon l'ONU.

Le CNS prévoit une transition d'un an, l'élection d'une constituante

Le Conseil national syrien (CNS), regroupant la majorité des courants de l'opposition, a annoncé dimanche un projet de programme politique ayant pour objectifs la chute du régime syrien. Selon le texte, "le conseil oœuvre à construire un Etat civil, démocratique et pluraliste, avec un système parlementaire", et prévoit l'égalite des citoyens, la séparation des pouvoirs, la protection et la garantie des droits des minorités.

Le conseil "dirigera le pays avec l'institution militaire pendant la période transitoire afin de préserver l'unité et la sécurité du pays." "Un gouvernement temporaire sera formé et il sera chargé d'organiser des élections libres au bout d'un an sous une supervision arabe et internationale pour désigner une assemblée constituante avec pour mission d'élaborer une nouvelle Constitution", ajoute le texte.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 12:48

LEMONDE.FR avec AFP | 20.11.11 | 13h37   •  Mis à jour le 20.11.11 | 13h37

 
 

Des centaines de journalistes, dont des présentateurs vedettes de la radio télévision, ont dénoncé dimanche 20 novembre les menaces qui pèsent selon eux sur la liberté de la presse, lors d'un rassemblement à Tel Aviv. Cette manifestation, sans précédent en Israël, visait la campagne législative tous azimuts du camp ultranationaliste, ciblant les médias jugés trop critiques envers le pouvoir, la Cour suprême et des ONG classées à gauche. 

"Nous sommes confrontés à une ivresse d'un pouvoir qui ne connaît plus ses limites", a déclaré à la tribune le principal présentateur de nouvelles à la radio militaire, Razi Barkaï. "L'attaque contre la liberté de la presse est inséparable de l'offensive contre l'indépendance de la justice", a mis en garde une autre journaliste, Ilana Dayan, reporter de la seconde chaîne de télévision privée.

Les journalistes s'insurgent contre un projet de loi élaboré par des députés d'extrême droite destiné à aggraver de façon draconienne la législation sur la diffamation. S'il était adopté par la Knesset (parlement), il permettrait d'infliger des amendes très lourdes à des médias attaqués en justice pour diffamation, quand bien même les plaignants n'apporteraient pas la preuve qu'ils ont subi des dommages réels du fait de la publication des textes incriminés.

Les journalistes se sont également élevés contre les pressions sur la chaîne privée 10. Connue pour son indépendance dans ses programmes de nouvelles, elle est menacée de fermeture après qu'une commission parlementaire à majorité de droite eut refusé de renflouer ses dettes. Le 13 novembre, l'extrême droite avait marqué un nouveau point en obtenant le feu vert du gouvernement à deux propositions de loi controversées ciblant le financement d'ONG israéliennes hostiles à l'occupation et à la colonisation des Territoires palestiniens. Pour l'heure, toutefois les deux lois ont été gelées, suite au tollé qu'elles ont provoqué en Israël et à l'étranger.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 20:40

 

laprovence.com - Publié le samedi 12 novembre 2011 à 17H18

 

La roue, monnaie locale alternative spéciale "crise", arrive demain.

 

François Delay et Thierry Cottet ont tissé eux-aussi, un lien en s'unissant pour imprimer les "roues", une monnaie alternative.

Photo Valérie Suau

 

Vous avez toujours entendu dire que l'inflation c'est pas bon, n'est-ce pas ? Oui mais on vous explique aussi que certains mécanismes obscurs font que la dette fond grâce à elle, l'inflation. Vous suivez ? En parlant de dette, allez comprendre alors pourquoi le continent européen dont on dit que ses dettes le rendent faible, souffre d'avoir une monnaie trop forte... Ça y est, vous êtes perdu ? Comme tout le monde. Et pourtant, la monnaie, vous savez ce que c'est. C'est rond et métallique ou en papier rectangulaire, ça se trouve dans un porte-monnaie et ça sert à acheter son pain, payer ses courses et son journal. Et parfois on en glisse un peu dans la main de ceux qui n'en ont pas ou pas beaucoup.

Pour redonner du sens à ce qui en a perdu et remettre l'argent à sa juste place, ils sont quelques-uns à avoir imaginé de lancer, à Avignon et dans le département, une nouvelle monnaie. Une monnaie alternative et locale qui ne servirait pas à jouer au casino boursier mais simplement à acheter des choses et à faire travailler des gens qui, à leur tour, en feraient travailler d'autres. L'essentiel quoi. Cette nouvelle devise a été fondée par les mêmes que ceux à qui l'on doit la Maison alternative et solidaire d'Avignon, au travers d'une asssociation baptisée "Seve" (pour Système d'échange pour vitaliser l'économie). Elle s'appellera la "roue" et son principe a beau être simple, il fallait l'inventer.

Concrètement, chacun pourra échanger ses euros contre des roues qui se présentent sous forme de billets de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 tout juste sortis de deux imprimeries de Pernes (lire ci-dessous). 1€ = 1 roue. Muni de vos roues, vous pourrez ensuite les dépenser auprès des producteurs, artisans et commerçants qui les acceptent (ils ne sont qu'une poignée pour le lancement mais de nombreuses négociations sont en cours).

Ce système n'est pas nouveau. Il serait né en Argentine au début des années 2000 lorsque le pays était frappé par une violente crise monétaire. Plutôt que de continuer à utiliser une devise dépréciée qui ne valait même plus le papier sur lequel elle était imprimée, certains ont eu l'idée de mettre en place une monnaie alternative, qui n'avait pas cours sur les marchés internationaux des changes. Une monnaie qui redonnait aux choses leur véritable valeur et a permis de faire redémarrer les économies locales.

La roue d'Avignon et du Vaucluse nourrit quelque part les mêmes objectifs. D'abord, elle favorise les circuits courts et promet ainsi un développement durable. Ensuite, elle sera une monnaie "fondante". Mais dans la main, pas dans la bouche. La nouvelle devise perdra progressivement de sa valeur si elle n'est pas dépensée. Alors rien ne sert de l'amasser, la roue doit tourner. Ainsi, elle favorisera les échanges et la production, de manière à remettre l'économie au service de l'homme. Bref, elle est une monnaie comme on en rêvait, frappée au coin de la solidarité. Et demain, elle sera réalité.

Romain CANTENOT


"Un rêve : imprimer des billets"

"On naît pauvres, en se disant qu'il faut emprunter aux riches ce qu'ils ont : l'argent. Moi, ce qui m'a plu, c'est le côté Robin des bois de la roue. Quand on se fait confiance, avec cette monnaie, on n'a plus besoin des riches. Ça pousse les gens à l'action, au talent, sans humiliation" : François Delay, fondateur et directeur de l'imprimerie MG à Pernes-les-Fontaines, n'a pas hésité longtemps quand l'association lui a demandé d'imprimer les billets. "J'ai toujours eu envie de le faire ! Et puis ce qui m'a plu, c'est qu'ils disent que l'économie est un lien. C'est ce que nous vivons nous, avec nos clients."

Pour preuve, il a tissé, lui, des liens d'amitié avec son concurrent carpentrassien Thierry Cottet, au point de travailler avec lui : François a réalisé les roues, Thierry les a dotées d'une petite ligne dorée qui les rend infalsifiables. Mais il n'y a rien d'étonnant quand on approche ce Breton, installé avec son épouse Sophie, à Pernes, depuis 17 ans : attentif, il a veillé à ce que ses dix salariés aient un intéressement au chiffre d'affaires. Et négocie avec des artistes qui lui demandent des rabais : "Je leur demande, en échange, de faire une oeuvre qui intègre le nom de notre entreprise". Le résultat est tour à tour drôle, splendide, naïf… Mais toujours exposé.

Alors, du coup, François Delay a travaillé bénévolement pour réaliser plusieurs milliers de billets de 2, 5, 10 ou 50 roues. Avec autant de rigueur que s'il était dans les locaux de Chamalières (site de l'Imprimerie nationale). "J'ai aussi aimé que les billets aient un espace, pour y mettre une date de péremption. Ça rend la confiance vivante", dit-il, conscient des limites: "Dans mon métier, on ne peut pas les utiliser. Nous avons, nous, des produits d'importations que nous payons".

S.A

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 20:38

 

présents : 15
Deux points à l'ordre du jour :
la dette ;
l'action du samedi 19 Nov. à la mairie lors du conseil municipal ;


1 La dette :

Rappel de la conférence du 10 Novembre d'Eric Toussaint, au Conseil Général :
en Amérique Latine, l'impossibilité de rembourser la dette a poussé les peuples à développer l'action sociale, puis à faire tomber démocratiquement les gouvernements conservateurs, remplacés par des gouvernements de gauche (Argentine et Equateur). Ainsi ces Etats ont eu les moyens politiques d'imposer aux banques une renégociation de leur dette, permettant d'en réduire considérablement le montant.
Cette réduction de la dette a permis d'investir dans le bien-être social et de relancer l'économie (8% de croissance économique en Argentine).
Après l'évocation très rapide du cas islandais (référendum annulant le remboursement des emprunts aux banques britanniques et hollandaises), le grave problème actuel de la dette publique supporté par les peuples européens a ensuite été longuement évoqué.
Cette dette a explosé à cause de la réduction du taux d'imposition des grandes entreprises (seulement 8%) et des grandes fortunes, ainsi que de la réduction des recettes. Ce manque à gagner provoque une augmentation des charges sur le travail (C.S.G. & C.R.D.S.), des impôts indirects (TVA) et des emprunts. L'action conjuguée des gouvernements et des banques entraine alors le cercle vicieux : récession, diminution des recettes et augmentation de la dette ( 1700 milliards pour la France, dont 10% imputés aux collectivités locales ). Il n'y a plus d'équité ni d'égalité.

2 L'action de samedi à la mairie lors du conseil municipal :
Compte tenu de cette situation générale et de l'appel du CADTM pour réaliser l'audit citoyen de la dette publique, il nous semble nécessaire d'agir au plan local : Nîmes (85 millions € d'endettement) + le C.H.U. (2,5 millions €) + coût du T.C.S.P. (?) … Le but de notre action auprès du Conseil Municipal nous permettra de nous approprier le débat, de repérer les éléments de délinquance et d'organiser une mobilisation sociale en vue de l'annulation de la part illégitime de cette dette que les Nîmois ne doivent pas payer.
Rendez-vous à 7 H 45, le 19, avec nos pancartes-slogans pour assister au Conseil Municipal, avant de commencer notre sit-in devant la porte de la mairie. Il est nécessaire de venir nombreux.


Réunion lundi soir 18h au bar Les Ramblas,ou un compte rendu de l action de samedi au conseil municipal sera fait.

Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 20:36

Communiqué de presse des citoyens occupant le parvis de la Défense.

 

15 novembre 2011.

 

Depuis le 04 novembre, le quartier de la Défense a vu s'installer un campement, symbole de la réappropriation et de l'occupation de l'espace public par de nombreux citoyens Indignés. Une centaine de personnes se relaient afin de faire vivre ce campement depuis 12 jours, avec pour objectif de construire une démocratie plus juste et plus directe.

 

Cette initiative citoyenne non-violente se heurte à une campagne de démoralisation de la part des  forces de l'ordre qui n'agissent sur aucune base légale. Le matériel de campement destiné à se protéger du froid et de la pluie est systématiquement confisqué ; toute construction, même provisoire, est détruite.

 

Les  violences illégitimes et humiliations quotidiennes infligées par les forces de l'ordre à l'égard des occupants ont atteint lundi encore un seuil préoccupant :

-  La gendarmerie a décidé de mettre en place un embargo sur le papier, le carton, la nourriture, fermant même l'accès au camp aux personnes venant à la rencontre des occupants et en entravant ainsi les libertés  fondamentales de circulation et d'expression.

- Vers midi un incident a éclaté suite à une tentative d'introduction sur le campement de rouleaux de papiers. Au cours de la bousculade, la gendarmerie a fait usage de gaz lacrymogènes sur un mineur. Un ressortissant slovaque a été également blessé au bas-ventre par un gendarme et par la suite a été emmené par les pompiers à l´hôpital entrainant ainsi une plainte du consulat de Slovaquie.

-  Semblant prendre conscience de l'absurdité et de la totale illégalité de ce dérapage, l'embargo a ensuite été levé, laissant la libre circulation des personnes et du matériel sur le parvis de la Défense. Les gendarmes refusant d'appliquer les ordres, c'est une Compagnie Républicaine de Sécurité qui a fait son apparition en fin de journée pour prendre le relais.

- Peu avant 22h00, les occupants ont éte victimes d'une nouvelle charge policière sans sommation, visant à détruire une partie des équipements montés dans la journée. Cette intervention s'est transformée en un véritable pillage, les policiers saisissant les affaires personnelles et les couvertures stockées dans une partie du camp. La démonstration de force démesurée a duré environ vingt minutes, laissant une cinquantaine de personnes dans des conditions d'une précarité intolérable, engendrant de forts risques sanitaires et portant atteinte à la dignité, la santé et l'integrité physique de ces personnes. 

Il est à noter que le campement n'a toujours pas reçu d'avis d'expulsion, et que les forces de l'ordre ont refusé de soumettre les textes légaux sur lesquels étaient basées leurs interventions. Une demande directement adressée à la préfecture reste à ce jour sans réponse.

 

Ce harcèlement policier ne fait que renforcer la légitimité de cette occupation par ces citoyens déterminés à prendre leurs responsabilités et à résister de manière non-violente face à un Etat qui emploie des méthodes fascistes indignes d'une démocratie. 

 

Dans la nuit de mardi, le campement s´est vu à nouveau saccagé avec violence par les forces de l´ordre qui sont allées jusqu´à piétiner la nourriture et les médicaments.

 

Une action légale commune des indigné-e-s est en cours pour dénoncer toutes ces actions, toutes les personnes concernées par ces abus de pouvoir sont invitées à se manifester. Toutes les informations accessibles sur http://paris.reelledemocratie. com/node/709

 

Malgré toutes ces entraves, les indigné-e-s continuent à s´organiser et résistent encore et toujours à l´oligarchie financière.

 

Nous vous invitons tous et toutes à nous rejoindre sur le parvis de la Défense pour continuer à dénoncer notre démocratie défaillante. Venez défendre vos droits, nos droits ! 

Les journalistes sont également convié-e-s à venir partager nos expériences, aventure garantie ! 

 

Les indigné-e-s de la Défense

 


 

même si je ne suis pas fan de ce personnage, M-O Fogiel nous a invité sur M6.

M6 replay
Séquence 4
http://www.m6replay.fr/#/info/face-a-l-actu/36740


la web-série sur les Indignés, sur arte.tv

http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/arte-journal/103288,CmC=4256396.html

 

Subject: Re: canal + sur les indignés

  http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3847-c-la-nouvelle-edition.html?vid=543150

 

 

Gazage et violences policières en ce moment sur la Défense

  11/11 

 (Mur de La Paix)

http://lci.tf1.fr/filnews/politique/joly-contrariee-par-une-manifestatio...

http://www.europe1.fr/France/Joly-legerement-contrariee-par-des-Indignes...

 

La Défense

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/11/11/des-indignes-manifesten...

 

 

13/11 

  http://www.mediapart.fr/journal/france/121111/les-indignes-continuent-le...

 

TV :

http://www.m6replay.fr/#/info/face-a-l-actu/3674 (à partir de 49mn 50 sc)

 

 

14/11  

http://www.mediapart.fr/journal/france/141111/une-poignee-d-indignes-fra...

http://www.franceinter.fr/emission-un-temps-de-pauchon-et-vous-qu-est-ce...

Subject: Re: 20 minutes et des indignés

 

http://www.20minutes.fr/article/823360/campement-indignes-sursis

http://www.20minutes.fr/societe/815468-mouvement-indignes-en-france-chacun-coin

http://www.20minutes.fr/article/823292/onze-indignes-relaxes-hier-toujours-lutte

Marie-Ange


 

1 charge cette nuit, et encore une charge à 15 h, dure, dure d'être indignés

  sur France Inter (1ère partie, émission "un temps de Pauchon", du 14/11)

  http://www.franceinter.fr/ emission-un-temps-de-pauchon- et-vous-qu-est-ce-qui-vous- fait-battre-le-coeur

 

 

Bonjour,

Message rapide que je re-préciserais plus tard.

Merci aux encourageants des co-workers de Province que j'encourage aussi vu qu'il y a désormais 50 campements en France. Malheureusement, vos encouragements face à la justice ont été de courtes durées, vu qu'RG présent au tribunal balaçait les infos - donc, la police et gendamerie ont été rapidement informés et ont commencé à être agressifs sur le campement de la Défense. Un blessé grave au niveau des testicules et l'aisne.

Deuxième charge à 23 heures, nous n'avons désormais plus de couverture, ni de couverture de survie, ni de tente, ni de vêtement chaud. Néanmoins, l'embargo sur la nourriture reste toujours levé. Heureusement qu'on peut encore manger. Apporter nous couvertures, vêtements et amour, etc....

Cela est dur, mais nous tenons - UNIS.

 

nouveaux sons du 12/11

  http://democratie-reelle- paris.bonnes-ondes.fr/ep/ occupy-defense-jour-8-1211

 

et du 13/11

  http://democratie-reelle- paris.bonnes-ondes.fr/ep/ occupy-defense-jour-9-1311

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 RELAXE pour les 11 indignés. 
 
Lundi 14 novembre 2011, les 11 indignés ont été relaxés par le TGI de Paris.
 
 
L’accusation portait sur le désajustement d’une vitre de fourgon de police.
 
Deux des personnes mises en cause n’étaient jamais entrées dans ce fourgon.
 
 
Cette comparution faisait suite à un rassemblement spontané, pacifique et paisible place de la Bourse le 21 septembre au cours duquel une centaine de personnes avait été arrêtée.
 
 
A 15 heures, l'avocat, le témoin et des relaxés ont répondu aux questions de la presse.
 
Les membres du mouvement continuent à occuper la place publique, à faire vivre des campements - notamment celui du Parvis de la Défense – afin de construire une réelle démocratie.
 
 
Cordialement.
 
Les indignés de la Bastille à la Défense, Mouvement Démocratie Réelle Maintenant.

 

 

Posté le 9 novembre : http://www.defense-92.fr/ lesnewsdeladefense.html

Il y a 7 heures : http://www.2424actu.fr/ actualite-economique/des- indignes-veulent-passer-une- troisieme-nuit-a-la-defense- 3169830/#read-3167976

http://resistanceinventerre. wordpress.com/2011/11/08/ paris-indignes-de-la-defense- neuf-fourgons-de-gendarmes- mobiles-par-raids-successifs- les-forces-de-lordre-se-sont- emparees-des-tentes-des- manifestants/

 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20110919.OBS0604/allemagne-les-pirates-entrent-au-parlement-de-berlin.html

 

 08//11/2011 

  http://www.20minutes.fr/article/819436/resistance-installe-defense 

 

http://www.lescandaleuxmag.fr/index.php/tribunes/societe/1021-les-indignes-occupent-la-defense-sans-grand-succes 

 

http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/indignes-les-francais-peu-mobilises-la-defense-1875025/ 

 

 

j'ignore si vous vous rendez vraiment compte de la violence policière sur cette vidéo, car être sur place est bien différent!

http://www.youtube.com/watch?v=KoD7L1FCtqE&feature=youtu.be

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 20:33

Publié par Poetes Indignes le 19/11/2011

Un message de la part d’un ami: Bonjour les ami(e)s, voici l’état de notre démocratie.

 

(16/11) Encore une fois hier soir la violence aveugle et sourde de l’état s’est abattue sur le camp des Indignés de La Défense : vols de propriétés privées, destruction du camp, violence exercée sur des personnes non-violentes.

Cela me fait mal de voir ainsi nos enfants courageux se faire massacrer dans l’indifférence générale.

N’hésitez pas à transmettre ces informations à vos réseaux.

Coeurdialement, Charles

N.B. Je vous rappelle un précédent article avec d’autres sites d’information à faire connaître.Y.M.

 

Communiqué de l’association ATTAC:

Nous sommes les 99% : solidarité déterminée avec le mouvement Occupy Wall Street et les Indignés

La police new-yorkaise procède aujourd’hui à l’expulsion brutale du « Parc de la Liberté » : cette place du sud de Manhattan, qu’occupe depuis le 17 septembre dernier le mouvement « Occupy Wall Street ». D’autres campements ont été évacués ces derniers jours un peu partout aux États-Unis, parfois très violemment, comme à Oakland (Californie).

De leur côté, les Indignés français subissent un harcèlement policier permanent, qui vise à empêcher l’installation durable de tout campement.

C’est une preuve de plus de la régression démocratique inouïe à laquelle la crise sert de prétexte. Les 1% ont bien compris qu’ils ne pourront jamais faire accepter l’austérité aux 99%. Car nous savons tous que ce sont eux, les plus riches, qui sont les uniques bénéficiaires d’une crise dont ils portent la responsabilité.

Ne pouvant réaliser la proposition de Brecht de « dissoudre le peuple », ils ont tout simplement décidé de s’en passer. En Italie et en Grèce, des gouvernements « d’union nationale » ont été mis en place par et pour les banques, et la tutelle de la Troïka, Banque centrale, FMI et Union Européenne, est toujours plus forte.

À la Défense comme à New-York, place Syntagma comme Puerta del Sol, ce sont les expressions déterminées de cette indignation planétaire qu’on veut réduire au silence.

Nous sommes déterminés à résister. Attac France apporte son soutien aux militants new-yorkais, aux indignés français, et à toutes celles et ceux qui résistent à ces reculs démocratiques, et réaffirme son engagement à désarmer les marchés.

Attac France,

le 15 novembre 2011

Contact : Nicolas Haeringer, 06.50.86.12.59

Source: http://www.yvesmichel.org

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 20:25

crise de croissance

lci - le 19 novembre 2011 à 09h44 , mis à jour le 19 novembre 2011 à 09h48


Les manifestations organisées jeudi pour les deux mois du mouvement Occupy Wall Street ont rassemblé des milliers de personnes. Mais beaucoup étaient des syndicalistes, d'où des soupçons de tentative de récupération. Pendant qu'à New York, les anciens campeurs du square Zuccotti se raréfient.


 
 
les indignés états-unis 

Après une journée de mobilisation organisée pour marquer ses deux mois d'existence, et qualifiée "d'historique" aux Etats-Unis, Occupy Wall Street se dit déterminé à construire un mouvement "encore plus large". Avec le soutien des syndicats et des étudiants, les "Indignés" américains ont affirmé avoir rassemblé jeudi jusqu'à 30.000 personnes dans la seule ville de new York lors d'une marche sur la partie piétonne du pont de Brooklyn. "Nous sommes nombreux à nous être couchés avec le sentiment d'avoir vécu le meilleur jour du mouvement", a indiqué un porte-parole du mouvement protestataire, Ed Needham. "Mais nous continuons de penser ce n'est que le début d'un nouveau chapitre".

Il est vrai que le mouvement, parti du square Zuccotti à New York, non loin du coeur de la finance mondiale (d'où son nom) s'est étendu depuis septembre à de nombreuses villes américaines. Suivi à l'origine par quelques dizaines de personnes, il a réussi à fédérer des milliers de manifestants à New York même et dans d'autres grands centres, suscitant l'attention croissante des médias américains, sous les yeux d'une police souvent fébrile et parfois violente. Mais il est désormais confronté à une crise de croissance. Sa popularité même accroît les risques de récupération. "Une des choses à noter, c'est qu'une partie importante des gens étaient des syndicalistes, privés ou municipaux. Ils avaient leurs pancartes et leurs leaders, ce n'était pas vraiment les manifestants qui ont campé sur le square Zuccotti", a ainsi commenté le maire de New York, Michael Bloomberg, revenant sur les manifestations de jeudi.

"Difficile de dire ce qui va se passer"

Parallèlement, quelques jours après le démantèlement de leur campement du parc Zuccotti, les organisateurs du mouvement sont confrontés à des difficultés logistiques qui pourraient décourager les sympathisants et jeter une ombre sur la poursuite du mouvement. Sur le parc situé dans le sud de Manhattan, ils ne sont plus qu'une poignée de manifestants à braver les températures automnales pour maintenir le mouvement anti-Wall Street à flot. Et face à la baisse de la mobilisation, les autorités new yorkaises, qui avaient ordonné l'évacuation du parc en invoquant des raisons d'hygiène et de sécurité, se prennent à espérer une fin rapide du mouvement.

"Il y a des problèmes dans le pays", a déclaré Michael Bloomberg dans son émission radiophonique hebdomadaire. "Vous pouvez faire entendre votre voix, ce qui, je pense, a été fait. Maintenant il est temps de repartir et de construire l'économie et de créer les emplois dont les gens ont besoin". 

"C'est difficile de dire ce qui va se passer maintenant", reconnaît un des protestataires, John Carhart, 28 ans, venu du New Jersey. Les organisateurs espèrent trouver un espace d'ici la fin de l'année "pour que les gens puissent avoir un endroit pour déposer leurs affaires et une place pour dormir au chaud", dit-il. Pour l'heure, les anciens campeurs du parc Zuccotti ont trouvé refuge dans quelques églises ou chez des militants new-yorkais. Caiti Lattimer, qui dit accueillir des "Indignés" chez elle, estime toutefois que l'arrivée des vacances de Noël pourrait porter un coup à la mobilisation. "Les gens vont revenir chez eux pour Noël. Mais il y aura toujours des gens qui (...) resteront", estime-t-elle.

le 19 novembre 2011 à 09:44
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 20:19

letemps.ch - samedi19 novembre 2011

 

Zurich Alors que les indignés zurichois n'ont installé leurs tentes que mardi près de l'église St-Jacques, ils cherchent déjà un nouveau lieu où s'installer. L'emplacement devant l'église, à la place Stauffacher, est en effet jugé trop petit.

Les activistes "apprécient hautement" que la paroisse les autorise à camper devant son lieu de culte, ont-ils indiqué samedi dans un communiqué. Grâce à sa situation centrale, cet emplacement est idéal pour des actions d'information du public.

Mais il n'est pas approprié pour développer les infrastructures afin d'en faire un lieu où l'on peut habiter et travailler. De nombreux groupes de travail doivent donc souvent tenir leurs séances dans des appartements privés. Le mouvement a par conséquent décidé vendredi, "de manière consensuelle, qu'il se mettait à la recherche d'un nouvel endroit".

Les indignés remercient la paroisse réformée et regrettent en même temps que celle-ci ait enregistré plusieurs retraits de l'Eglise dus au mouvement d'occupation. Comme par exemple celui de Roger Liebi, le président de l'UDC de la ville de Zurich, qui l'a annoncé de manière démonstrative cette semaine.

Samedi, les indignés ont de nouveau occupé la Paradeplatz sans autorisation, comme c'était déjà le cas il y a une semaine. Les quelque 50 militants ont peint le tronçon de trottoir situé devant le siège du Credit Suisse, ont joué de la musique et scandé leurs revendications avec un mégaphone.

La police municipale a dû intervenir brièvement car quelques manifestants ont allumé un feu. Sinon, l'action s'est déroulée de manière pacifique.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 20:13

Publié par Poetes Indignes le 19/11/2011

Toronto - Autre sursis pour les indignés

Les quelque 500 manifestants occupent le campement au parc St. James. 

© Dave Abel / Agence QMI

TORONTO – Les indignés de Toronto obtiennent un autre sursis dans leur lutte contre l’avis d’expulsion que leur a remis les autorités municipales, mardi matin.

Les quelque 500 manifestants qui occupent le campement au parc St. James depuis plus d’un mois pourront continuer de dormir dans leurs tentes, sur le site, jusqu’à au moins lundi.

Le juge David Brown, qui doit analyser les arguments des parties en cause à la suite de l’injonction qu’ont obtenu les indignés contre l’application des règlements municipaux, avait indiqué qu’il rendrait sa décision samedi.

Le juge a toutefois averti la Ville de Toronto, jeudi, qu’il repousse sa décision jusqu’en début de semaine prochaine.

«Ce sera le statu quo (entre la Ville et Occupons Toronto) durant toute la fin de semaine», a déclaré la porte-parole de la Ville de Toronto, Margaret Dougherty.

La Ville de Toronto a notamment signifié dans son avis d’expulsion remis aux indignés qu’il est illégal d’occuper le parc St. James entre minuit et 5 h 30.

Dans l’ouest du pays, les indignés d’Occupons Victoria, en Colombie-Britannique, ont démantelé leur campement au Centennial Square, jeudi, après que l’administration municipale eut demandé une injonction de la cour pour expulser les manifestants. Une décision est attendue vendredi.

«Peu parmi nous sont prêts à se faire arrêter et se faire confisquer nos biens», a indiqué Celine Daoust à un quotidien de Vancouver.

Source: http://fr.canoe.ca

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22