Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:38



Des personnes assistent à un débat organisé par les « indignés » dans l’immeuble UBS de Londres le 19 novembre 2011.
Des personnes assistent à un débat organisé par les « indignés » dans l’immeuble UBS de Londres le 19 novembre 2011.
REUTERS / Neil Hall

Par RFI

Des militants anticapitalistes venus d’une dizaine de sites occupés en Grande-Bretagne se sont retrouvés hier samedi 19 novembre à Londres. Ils ont symboliquement inauguré une «banque d’idée» dans un immeuble désaffecté appartenant à la banque suisse UBS. Ce lieu est le troisième site occupé par les «indignés» dans la capitale britannique.

Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

Une centaine de tentes sont toujours autour de la cathédrale Saint-Paul. Elles sont là depuis maintenant cinq semaines. Un autre village de toile est installé dans un square non loin de là. Et depuis vendredi 18 novembre, un immeuble désaffecté appartenant à la banque suisse UBS, est squatté par des manifestants anticapitalistes. Ils en ont fait ce qu’ils appellent une « banque d’idées », un lieu de débat pour discuter les actions à mener et les revendications à défendre.

Des manifestants étaient venus samedi 19 novembre de Plymouth, Newcastle, Bath, Brighton, Bristol, Liverpool, Cardiff, et Edimbourg. Ils veulent lancer une campagne nationale. Les « indignés » interviendront la semaine prochaine dans une conférence intersyndicale à Londres. C’est le signe que les syndicats sont prêts à faire alliance avec eux. Ils vont aussi s’associer à la grève du secteur public pour défendre les retraites à la fin du mois.

La corporation de la City de Londres va demander mercredi 23 novembre leur expulsion à la justice. La banque suisse UBS, dernière victime des indignés, a promis, elle « une réaction appropriée ».

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:32

r.canoe.ca - Agence QMI 
19/11/2011 20h50 - Mise à jour 19/11/2011 22h54


Mieux à Montréal qu’ailleurs au Canada

 

 

MONTRÉAL – Tolérés par l’administration municipale, financés par des citoyens favorables à leur cause, les indignés d’Occupons Montréal ont la vie plus facile que leurs semblables ailleurs au pays.

Après que les autorités eurent exigé le démantèlement de leurs installations en bois pour des raisons de sécurité, vendredi, les indignés du square Victoria ont annoncé avoir fait l’acquisition de sept tentes militaires, pouvant accueillir plusieurs personnes et adaptées aux conditions hivernales.

Payées grâce aux dons de citoyens amassés par le comité financier du mouvement, les tentes ont coûté environ 650 $ chacune. Samedi soir, l’une d’entre elles avait partiellement été montée sur le site.

Pour l’instant, rien ne semble indiquer que les autorités municipales s’opposent à cette nouvelle avenue empruntée par les indignés. L’un des responsables du comité sanitaire d’Occupons Montréal, Alain Berger, a même indiqué qu’étant donné que les indignés ont négocié serré le démantèlement des structures en bois, leur droit d’occuper les lieux n’a pas été discuté.

En fait, la patience de l’administration municipale à l’endroit d’Occupons Montréal en surprend plusieurs, alors qu’ailleurs au Canada, les autorités et les indignés débattent en cour le droit de planter indéfiniment des tentes dans un parc.

«Des manifestants ont marché jusqu’à l’hôtel de ville (de Montréal), l’autre soir, à 20 h, et ils ont pu parler avec un politicien», s’est étonnée Ellen Elizarez, une Américaine de Philadelphie qui vit sur le site depuis deux semaines.

«Les Montréalais ont un accès direct aux élus, a-t-elle ajouté. Ce qui arrive ici n’arriverait jamais à Philadelphie.» Selon Alain Berger, qui affirme avoir déjà travaillé pour le parti du maire Gérald Tremblay, la sympathie que semble accorder une partie de la population au mouvement est ce qui fait hésiter les politiciens.

«J’en connais plusieurs (élus municipaux), a dit le manifestant. Je ne les ai jamais vus aussi déstabilisés. C’est que les gens qui votent pour eux sont un peu de notre côté. Les autorités ne font que rôder autour.»

Certains politiciens ont néanmoins commencé à afficher leur exaspération devant le phénomène, notamment le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, qui a déclaré la semaine dernière qu’à un moment donné, «il faut que ça arrête parce que c'est en plein... On ne créera pas un slum de Mumbai en plein milieu de la place Victoria».

Organisés

Plus d’un mois après le début de leur occupation du square Victoria, au centre-ville de Montréal, force est d’admettre que les indignés ont su s’organiser. Des comités ont été formés pour gérer les différents aspects de leur vie, que ce soit au niveau logistique, financier ou sanitaire.

Une grande yourte accueille ceux qui s’occupent des relations avec les médias. Une bibliothèque a été aménagée ainsi qu’une cuisine qui sert une centaine de repas par jour. Des toilettes ont aussi été disposées sur le site.

Les finances, a expliqué Alain Berger, ont été mises entre les mains de «personnes en qui nous avons confiance». Il a toutefois admis que des boîtes contenant des dons ont été volées dans le passé.

 

                                                                      *****************************************

 

branchez-vous.com - dimanche 20 novembre 2011 à 06H44

Les indignés de Montréal obtiennent des appuis (PC)

 

MONTRÉAL - Une trentaine d'écrivains et auteurs devraient aller donner leur appui aux indignés d’Occupons Montréal, dimanche.

Vers midi, à l’invitation de l’écrivain et directeur éditorial de Leméac, Jean Barbe, ils devraient se rendre au Square Victoria pour manifester leur soutien au mouvement des indignés.

Bertrand Laverdure, Isabelle Baez, Jean-Simon Desrochers et Michel Vézina auraient notamment confirmé leur participation à l’événement.

Entre-temps, les indignés d’Occupons Montréal affirment avoir respecté les exigences des autorités en disposant des structures de bois sur leur campement. Dix-huit batiments avaient été jugés non sécuritaires. Les manifestants entendent les remplacer par des tentes de type militaire, mieux équipées pour faire face aux températures froides.

Les indignés - Mieux à Montréal qu’ailleurs au Canada
Les indignés du square Victoria, à Montréal, ont commencé à installer une de leurs tentes militaires sur le site, samedi soir.  
©Ian Gauthier / Agence QMI
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:27
Marianne - Eugène - Blogueur associé | Dimanche 20 Novembre 2011 à 16:01

 

Nul ne doute maintenant qu’il y aura d’autres plans d’austérité en France, la seule question que nous pouvons nous poser est quand arriveront-ils ? Comme les deux premiers étaient un affront fait aux Français, observe notre blogueur associé Eugène, voici sa proposition, parfaitement indolore et efficace, qui pourrait régler le problème de la France durablement et même d’annuler les deux autres plans de Fillon !



Un troisième et dernier plan d’austérité indolore ?
En fait, l’idée ne vient pas de moi, mais de la Cour des comptes ! Elle avait publié en 2010, un rapport fort instructif nous donnant les clefs du problème. Rappelons que nous devons, pour payer les intérêts de la dette française, 50 milliards d’euros par ans.

En théorie, pour rembourser cette dette, il faudrait donc 50 milliards, mais pour la résorber et revenir à l’équilibre, ce dont la France s’est engagée, il faut rembourser plus de 50 milliards, trouver 70 milliards de recettes (ou d’économies) serait un très bon début.

Or les deux plans du gouvernement ne nous en donnent qu’une faible fraction. Faible fraction qui, de plus, est supportée à 85 % par les Français moyens ou pauvres. D’où les qualificatifs d’ « injustes » concernant ces plans. Le gouvernement nous fait croire que trouver autant d’argent est difficile, surtout si l’on ne veut pas pénaliser la croissance française. Il est donc hors de question de fortement augmenter l’impôt des plus riches.

Conclusion : ceux qui payent seront principalement les classes moyennes et pauvres. Le gouvernement et l’UMP nous font croire que nous n’avons pas le choix, que pour mieux maintenir nos acquis sociaux, il est obligatoire de les raboter ( sic !).

Dépenser, un besoin impératif et matériel

D’ailleurs, d’après eux, la France est une débauche d’assistanat, de tricheurs et de fainéants. Avantages non justifié dans les périodes troubles que nous vivons et en regard de la mondialisation. Il faut donc, ineffaçablement se serrer la ceinture et réduire tous les avantages sociaux en France. Voilà pour la propagande de l’UMP et du gouvernement.

Mais, en réalité, la situation est très différente. D’abord, concernant l’emploi et la croissance, contrairement à ce que dit le gouvernement, taxer les classes moyennes et pauvres est la pire des choses. Pourquoi ? C’est excessivement simple : les Français les plus pauvres, s’ils avaient un peu plus d’argent (ou si l’on n’augmentait pas leurs impôts) dépenserait la majorité de cet argent, car cela correspond a un BESOIN impératif et matériel. Ils pourraient donc mieux se nourrir, se loger, se soigner, se divertir, s’éduquer et éduquer correctement leurs enfants, etc. Bref, tous les besoins actuels qu’ils ont et qui ne peuvent être satisfaits actuellement faute de moyen le seraient.

En revanche, le multimillionnaire à déjà des voitures, des appartements, se nourris et se soigne correctement, voyage à l’étranger, investit et épargne massivement. Plus d’argent ne lui servirait donc qu’à épargner plus ! Une véritable aberration ! D’autant que, contrairement à l’Allemagne, dont le gouvernement aime s’inspirer, les riches français ont pris la très mauvaise habitude d’investir à l’étranger. Ainsi, plus d’argent pour eux, c’est plus d’épargne, comme nous l’avons dit, mais aussi plus d’argent épargné pour soutenir l’économie… étrangère !

Revenons au rapport du Conseil Des Prélèvements Obligatoires, nous y apprenons qu’en 2010, les niches fiscales conduisant à des allègements d’impôts se sont élevées à 66 milliards, quant aux niches dites sociales, c'est-à-dire les niches permettant des allègements de cotisations, elles représentent 35 milliards. Enfin, des niches « diverses et variées », inclassables, ont représenté 71 milliards. Vous pouvez faire le compte vous-même : cela fait un total de 172 milliards d’euros !

Multinationales et aux gros actionnaires seuls bénéficiaires

Un troisième et dernier plan d’austérité indolore ?
Largement suffisant pour payer les intérêts de la dette et la rembourser à grandes enjambées. De plus, nul besoin des mesures ridicules et injustes des deux plans Fillon. Le rapport nous apprend également à qui profitent ces allègements d’impôts : elles profitent essentiellement aux multinationales et aux gros actionnaires. Elles ne profitent pas, en revanche aux PME et artisans, pourtant premiers employeurs de France. Étrange ? Certainement pas !

De nombreuses niches ne sont pas accessibles a de petites structures et, pour les autres, elles ne sont accessibles qu’aux entités et personnes pouvant se payer un professionnel de « l’optimisation fiscale ». 384 niches et mesures sont impossibles a appréhender pour un particulier ou une PME, il faut l’usage d’un conseil coûteux d’autant plus facilement rentabilisé que l’on a beaucoup d’argent à « sauver » du système d’imposition français.

C’est par ce biais que des entreprises comme Total ne payent pas d’impôt en France et que de riches contribuables comme Liliane Bettencourt ne sont imposés qu’à une dizaine de pour cent tandis qu’un français normal peut payer jusqu'à 41 % ! Depuis que la droite est au pouvoir, le taux d’imposition maximal est passé de 60 % à 41 % ! Que l’on vienne nous dire que la France n’est plus assez riche et qui nous devons sacrifier notre système social, que les 35 heures ont détruit la France !

La vérité c’est que la France a été détruite à petit feu par 10 ans d’une droite qui ne travaille pas pour les français, mais pour les grandes entreprises, les gros actionnaires et les ultrariches. La vérité, c’est que la France a été appauvrie par 10 ans de baisses d’impôts des plus riches et que l’on veut nous faire croire que l’addition doit être payée par les Français les plus modestes. La vérité c’est que si nous laissons faire cette politique scélérate, nous condamnerons la France.

Retrouvez les articles d'Eugène sur son Blog économique et social.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:24
Clotilde Cadu - Marianne | Samedi 19 Novembre 2011 à 12:01 

Depuis 2001, le 19 novembre est décrété Journée mondiale des toilettes. Clip, chanson officielle, site internet pour suivre à la trace les eaux usées une fois la chasse d’eau tirée… Autant d'initiatives bonnes (ou pas) pour rappeler que 2,6 milliards d'individus n'ont toujours pas accès à des toilettes propres et saines.



Joyeuse journée des toilettes !
Si vous avez loupé, dimanche dernier, la journée mondiale de la gentillesse (qui correspond également à la journée mondiale de l’utilisabilité ), vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas au courant qu’aujourd’hui 19 novembre, c’est la journée mondiale des toilettes (mais aussi la journée mondiale pour la prévention des abus envers les enfants, allez comprendre). Cela ressemble à une vaste blague…

C’est pourtant on ne peut plus sérieux. « Il est difficile d’imaginer une vie sans quelque chose que l’on juge acquis, mais pour 2,6 milliards de personnes, c’est une réalité. 40% de la population mondiale n’a pas accès à des installations sanitaires adéquate », explique l’Organisation mondiale des toilettes, instigatrice de cette journée destinée à faire bouger les choses. « Tout le monde devrait avoir le droit d’avoir accès à des toilettes n’importe quand et n’importe où », poursuit l'ONG, rappelant que chaque jour, plus de la moitié des lits d'hôpitaux d'Afrique subsaharienne est occupée par des patients souffrant de maladies liées à ce manque d'hygiène sanitaire. « Diarrhées, poliomyélite, hépatite A, typhoïdes, infections parasitaires… : ces maladies sont étroitement associées au manque d’assainissement et d’hygiène, une réalité pour plus d’une personne sur 3 dans le monde », ajoute Action contre la faim, sans tourner autour du pot. Et de rappeler que chaque année, 2,2 millions de décès, dont 1,2 chez les moins de 5 ans, sont attribués à des diarrhées évitables.
 

 

Triste réalité, mais pas très glam’ à médiatiser… Les défenseurs de la journée mondiale des toilettes – qui sera suivie d’un très sérieux sommet mondial des toilettes du 22 au 24 novembre – semblent l’avoir bien compris. Pour assurer la promotion du 19 novembre, ils se la jouent détendu. D’abord avec une chanson officielle, I love my loo (J’aime mes toilettes), dont la mélodie reste en tête pendant des heures. Ensuite avec la liste décalée des « 15 choses à faire pour la journée mondiale des toilettes  » : nettoyer les chiottes du bureau entre collègues, télécharger l’application iDragPaper pour jouer à des jeux lorsque vous êtes sur le trône, commander le livre Flush this book, ouvrage sur les toilettes et dont les bénéfices sont reversés en partie à l’Organisation mondiale des toilettes, devenir membre de l’organisation…

Surfant sur la même vague, la marque de nettoyants pour WC Domestos a, elle, lancé un site internet proposant de suivre à la trace les eaux usées une fois la chasse d’eau tirée. Sur flushtracker.com, il suffit d’indiquer quand et où vous avez tiré la chasse pour la dernière fois et s’affichent devant vos yeux ébahis l’itinéraire de vos excréments sur Google Map, la distance parcourue et la vitesse d’évacuation. Un mail vous avertit une fois la marchandise arrivée à destination… « Nous suivons dès à présent votre trace à travers un système d’égouts hors du commun », explique Domestos. « 2,6 milliards : c’est le nombre stupéfiant d’individus n’ayant pas accès à des toilettes propres. Leurs selles ne vont nulle part, et cela les expose à des maladies graves. Aidez Domestos et l’Organisation mondiale des toilettes à sensibiliser les individus à cette situation critique de manque d’hygiène ». Les plus « sensibles » peuvent même partager leur parcours sur les réseaux sociaux. Dommage qu'au final, le véritable message de cette campagne – 40% de la population mondiale n'a pas accès à des installations sanitaires saines et en meurt – soit lui aussi évacué.
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:19
Marianne - SuperNo - Blogueur associé | Dimanche 20 Novembre 2011 à 12:01

Moi, bon Président! Vous, méchants fraudeurs!

Non, le Mox, c'est pas dangereux. Et non, PSA ne licenciera pas. A en croire le président de la République tout va bien dans le meilleur des mondes. Et la crise ? C'est la faute aux fraudeurs ! Une stratégie au poil pour gagner en 2012, ironise SuperNo.



La crise, c’est la faute aux fraudeurs de l’assurance maladie.

On a bien fait d’adopter le traité de Lisbonne.

Grâce à la bonne gestion de Sarkozy, la France a mérité son «Triple A»

Mais il faut rembourser la dette, on n’a pas le choix si on veut garder le «Triple A».

D’ailleurs, il suffira de faire des efforts pour rembourser 1700 milliards. À cet effet, on supprimera des fonctionnaires (profs, infirmières, pompiers, flics…), ce qui améliorera la vie des Français.

Les nouveaux dirigeants italien et grec sont arrivés au pouvoir de manière démocratique. Leurs liens avec la banque Goldman Sachs ne posent aucun problème de conflit d’intérêt, et sont le pur fruit du hasard.

«Frauder, que dis-je, voler la Sécurité sociale, c’est trahir la confiance de tous les Français et c’est porter un coup terrible à la belle idée, nécessaire, de solidarité nationale». Par contre, tripler son salaire et se faire payer un Air Sarko One à 180 millions, ça ne trahit personne.

Le nucléaire est une énergie propre, qui assure notre indépendance énergétique.

Le Mox, c’est pas dangereux.

Il n’y aura pas de plan social chez PSA, et d’ailleurs l’avenir de l’industrie automobile est France est radieux.

 
Sarkozy est un grand Président, avec un bilan formidable. Il va gagner haut la main en 2012.

 

Moi, bon Président! Vous, méchants fraudeurs!
Retrouvez SuperNo sur son blog.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:13

sarkofrance.blogspot.com - dimanche 20 novembre 2011

Nucléaire: les caricatures atomiques de Nicolas Sarkozy masquent sa peur.

Ils n'ont rien compris. Les éditorialistes professionnels se sont précipités comme des lions affamés sur un morceau de steak. Il fallait dire quelque chose de l'accord électoral entre Europe Ecologie Les Verts et le Parti Socialiste.

La négociation cet accord a aussi été l'occasion d'un déchaînements de critiques caricaturales de la part de la totalité du camp sarkozyste. La meute s'est lâchée, et même le Monarque a cru bon d'y perdre ses nerfs. Cette crise de nerfs, au sommet de l'Etat, alors que le pays avait quelque peine à emprunter à un taux décent sa tranche de 7 milliards d'euros pour financer ces déficits, illustrait bien combien cette alliance électorale faisait peur au Palais de l'Elysée.

Un accord pour virer les députés UMP
Cette négociation ne fut pas sans rebondissements, mais ces derniers étaient somme toute bien légers et prévisibles. Les écologistes sont favorables à une sortie du nucléaire, les socialistes non. Il était assez évident qu'il faudrait de la dispute et du compromis pour parvenir à un quelconque résultat. Les journalistes politiques avaient soif de chroniques politiques. Le président français joue encore à cache-cache.

Il fait campagne sans se déclarer candidat. Il n'a aucun programme à part faire des études qualitatives pour déterminer qui il doit caresser et sur qui il doit taper à chacun de ses déplacements provinciaux hebdomadaires. Ses suppôts sont bien en peine de défendre un bilan - on le cache derrière la Grande Crise - ou un programme pour 2012.

Quand le camp écologique se dota d'une candidate, à l'issue de ses primaires, l'Elysée s'interrogeait. Certes, l'opposition se divisait. EELV avait récolté de si bons scores aux élections intermédiaires (européennes, régionales) qu'il était toujours une bonne nouvelle de constater qu'ils décidaient de faire camp à part pour le scrutin présidentiel. Mais cette division permettait aussi d'élargir les suffrages. Seulement voilà, les écologistes n'avaient pas abandonné l'idée de sécuriser un accord électoral pour les ... législatives.

Nicolas Sarkozy, François Fillon, leurs sbires et autres lieutenants de propagande faisaient semblant de ne pas comprendre. François Hollande ne négociait rien. L'objet n'était même pas un contrat de gouvernement. Il ne s'agissait que d'un accord électoral pour s'allier et débouter l'UMP de ses circonscriptions. Jeudi matin, Cécile Duflot expliquait que l'accord consacrait une alliance mais reconnaissait des désaccords.

D'où le stress, l'inquiétude, la peur tétanisante qui frappa cette Sarkofrance.

Le stress à l'Elysée
Avez-vous entendu Nicolas Sarkozy, jeudi matin au lendemain de l'accord écolo-socialiste ? On aurait cru une déclaration de guerre. Sarkozy s'est pris un instant pour le de Gaulle d'une France envahie par de dangereux saboteurs, des traîtres à la nation nucléariste. Fallait-il qu'il soit inquiet pour s'exprimer ainsi, et sortir de sa posture reculée qu'il s'est imposée depuis un an pour se « présidentialiser »...

« Je ne laisserai pas remettre en cause ce qui est un atout exceptionnel et je ne laisserai pas dilapider l'héritage industriel et énergétique bâti ces cinquante dernières années. »

Depuis toujours, et surtout depuis Fukushima, Nicolas Sarkozy refuse tout débat sur le nucléaire. Le sujet est tabou. Quiconque critique la politique nucléariste française est traité de fou, d'irresponsable. Pour se défendre, il est prêt à raconter n'importe quoi, comme sur le coût de cette énergie.

« Les industriels paient leur énergie 40% moins cher que les autres pays européens, grâce à cette filière industrielle du nucléaire, toutes les familles politiques françaises ont porté cet effort national sans précédent qui a permis à la France d'être au premier rang, je ne laisserai pas brader cet avantage en France, ce serait irresponsable.»


Aurait-il peur d'un référendum ?

Les conventions inutiles de l'UMP
A l'UMP, on organise des conventions. On tente de motiver les troupes. L'assistance est âgée, oisive et retraitée. Sur l'estrade, des responsables du Parti et des ministres en cascade dont on se demande s'ils ne sont pas plutôt payés pour officier dans leur ministère.

Cette semaine, justement, l'UMP avait opportunément organisé une convention sur l'écologie. Il y avait de quoi faire.

Les conseillers élyséens avaient choisi l'attaque, coordonné les arguments. Les mêmes éléments furent donc répéter par les perroquets de Sarkofrance. Un clip publicitaire, évidemment coûteux, fut lancé sur Dailymotion. On y voyait un dentiste opérer un patient avec une roulette allumée comme une tronçonneuse à pétrole. Quelle finesse de l'argumentation !

Il y a une semaine, Jean-François Copé avait « demandé » à François Hollande de cesser toute négociation. Il rebondissait d'ailleurs sur les déclarations partisanes du patron d'EDF placé par Nicolas Sarkozy: « Avec les déclarations d'Henri Proglio, il (François Hollande) a le meilleur prétexte pour interrompre, dans l'intérêt de la France, ses discussions stériles avec ces Verts qui n'ont rien d'écologique (…) qui sont proches de l'extrême gauche ». Il fallait rappeler à Copé que Nicolas Hulot aussi venait de se déclarer contre la poursuite du nucléaire.

Copé aurait dû débattre du bilan écologique de son Monarque. Nathalie Kosciusko-Morizet agissait tel un disque rayé, répétant sur toutes les ondes le même message: «  Je ne crois pas aux partis spécialisés. (...) le parti spécialisé sert d'alibi pour le parti principal de la plate-forme politique, à gauche en l'occurrence, le Parti socialiste. Vous avez un parti de gouvernement qui en fait ne fait pas son travail sur l'écologie et qui le sous-traite au parti spécialisé ».

Mais assume-t-elle le maigre bilan de son propre monarque ? Le nucléaire s'incarne désormais par Fukushima. La consommation d'énergie primaire est restée stable depuis 2007, tout comme la pollution de l'air; les efforts ou encouragements d'économies d'énergie ont été inexistants. Quatre ans après le Grenelle de l'Environnement, les belles promesses, par ailleurs timides, ont été abandonnées: report de la taxe poids lourds, assouplissements des seuils de pollution de pesticides, attentisme en matière OGM, autorisation de circulation des 44 tonnes, abandon progressif de la fiscalité verte. Et que dire du gigantesque échec du sommet de Copenhague tant publicisé par notre Monarque en 2009 ?

Sur un sujet aussi simple et consensuel que la pollution des plages bretonnes par les algues vertes, Nathalie Kosciusko-Morizet a ... attendu les tests. La ministre de l'eco-industrie attendait des preuves... Elle avait même préparé son décret alléger les normes actuelles d'épandage de déjections animales azotées sur les terres agricoles, on a cru au cauchemar.

Ecologiste de pacotille, la ministre a même autorisé l'extension de la chasse au pigeon ramier et autoriser la chasse de la bernache du Canada en France jusqu’au 10 février 2015.

Qui est le pigeon ?

Un lobby nucléaire mobilisé
Le lobby nucléaire s'est aussi mobilisé. Henri Proglio, président placé à la tête d'EDF par notre Monarque, s'est permis une salve très politique: « Sortir du nucléaire en France (...) augmenterait probablement de 50% les émissions de gaz à effet de serre à cause de l’utilisation du charbon, du gaz et du pétrole pour remplacer le nucléaire» a-t-il expliqué au Parisien lundi dernier. Cela « impliquerait un investissement de 400 milliards d’euros pour remplacer le parc existant par des moyens alternatifs, ce qui se traduirait par un doublement de la facture d’électricité ».  Le patron d'EDF dénonçait la disparition d'un million d'emplois en cas de sortie du nucléaire, « dont 400.000 emplois directs et indirects de la filière nucléaire, 500.000 emplois dans les entreprises actuellement localisées en France et très gourmandes en énergie, comme l’aluminium, qui risquerait de partir à l’étranger » et « 100.000 emplois futurs provenant du développement du nucléaire mondial à partir de la France ». 

Proglio se trompe, ou ment. C'est selon. On se souvient comment il souhaitait conserver son double salaire. Cette fois-ci, le bordel est ailleurs. La filière nucléaire n'emploie directement, sous-traitants compris, que 100.000 personnes en France. Son estimation des emplois indirects est bien brute, sans mesurer les emplois à créer dans les énergies alternatives. Quand aux 100.000 emplois futurs, Proglio est si visionnaire qu'il en devient Houdini.

Le million est une chimère. Henri Proglio a déjà une conception toute relative de la liberté d'expression. La Tribune publie un article révélant qu'EDF souhaiterait se désengager de l'EPR au profit de centrales plus rentables. Sacrilège ! EDF annule tous ses investissements publicitaires dans le journal.

Sarkozy, apprenti sorcier atomique.
Il faudrait enfin rappeler l'essentiel. Nicolas Sarkozy, depuis son élection en mai 2007, a usé et abusé d'une diplomatie atomique. Il a même créé une agence, France Nucléaire International, en mai 2008, pour apporter « l’expertise française aux États étrangers qui souhaitent préparer leur environnement institutionnel, humain et technique à la mise en place d’une filière nucléaire civile, dans le respect des normes les plus strictes en matière de sûreté, de sécurité, de non prolifération et de préservation de l’environnement ».

Il a aussi tenté de vendre la technologie nucléaire française un peu partout dans le monde et même dans les pires autocraties. Même la Libye du boucher Kadhafi eut droit à son contrat. Tout comme l'Algérie, la Tunisie (de Ben Ali), l'Afrique du Sud, l'Inde, l'Arabie Saoudite, Abou Dhabi, l'Egypte. Notre Monarque avait même précisé, en novembre 2007, que l'Iran avait droit au nucléaire civil s'il renonçait à son programme militaire.

Nicolas Sarkozy a joué au Docteur Folamour.

Un irresponsable qui donne aujourd'hui de leçons.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:09

Marianne - Les coulisses de Juan (Sarkofrance)

Publié le20 novembre 2011


 

Dimanche dernier, j’étais devant eux, à Manhattan, les Indignés d’OccupyWallstreet. Trois jours plus tard, mardi 15 novembre, ils étaient expulsés.

On passait d’abord à côté d’un immense bâtiment gris-beige, le fameux American Stock Exchange, à quelques mètres de Ground Zero. Puis, au détour d’une rue, voici le square, encadré par la police, une belle soixantaine de tentes. Des pancartes, des touristes, des Indignés qui expliquent leur démarche. Il était 10 heures du matin, il faisait frais.

 

 

 

 

 

 

 

 

À Berlin ils sont hébergés sur l’esplanade de l’église Saint-Pierre comme au bon vieux temps de la RDA où les religieux mal tolérés par les communistes hébergeaient les contestataires.
Peut-être que les indignés de Wall Street devraient tels les Quasimodos moyens demander asile à l’église !

C’est le moment de mettre l’église à l’épreuve, elle qui prétend être du côté des faibles.
A Berlin c’est uniquement parce que le mur n’est pas tout à fait tombé, en fait. On s’en rend compte à chaque élection où l’est de Berlin vote majoritairement communiste.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:07

 

L'actualité quotidienne de Nicolas Sarkozy - Dimanche 20 Novembre 2011

237ème semaine de Sarkofrance: Sarkozy, irresponsable européen
Nous avons eu la preuve et l'illustration, cette semaine, de l'irresponsabilité européenne de Nicolas Sarkozy. Depuis mai 2007, le Monarque avait choisi de jouer sa carte personnelle aux détriments d'une plus forte gouvernance européenne. La chose fut peu commentée, effacée du radar par la Grande Crise.

On nous a fait même fait croire qu'à l'automne 2008, Nicolas Sarkozy avait été ce Très Grand Homme qui protégea la France de la faillite et guida l'Europe toute entière vers le salut. Puis, de sommets européens en G20 grandiloquents, notre président français s'est agité sur des estrades à fond bleu aux côtés d'Angela Merkel, pour nous faire convaincre que l'Europe serait sauvée par un leadership franco-allemand renouvelé.

C'était gravement faux.

Sarkozy a gâché l'Europe
Une dizaine de sommets de la dernière chance plus tard, chacun peut comprendre que cette agitation immobile et autocentrée de Nicolas Sarkozy a été complètement contre-productive. Il a agi sous l'emprise de son narcissisme, avec ce besoin de multiplier les shows bilatéraux et les conférences, aux détriments d'un renforcement de la présidence européenne et du rôle du Parlement. Il a préféré l'émiettement à l'intégration, une attitude complètement irresponsable dans la période que nous traversons. Il n'a eu également de cesse que de minorer l'importance du Parlement européen. Pour des raisons de tactique politicienne internes, il préféré perdre du temps et de l'énergie à multiplier les  symposiums thématiques non prioritaires voire inutiles alors que l'urgence était toujours de résoudre cette crise des dettes souveraines.

Certes, il n'était pas seul à privilégier les discussions bilatérales et les conseils européens, l'Europe des Chefs d'Etat contre l'Europe tout court. Sa grande amie Angela Merkel aussi  fait de la résistance. Mais Sarkozy a été aveugle et imprévoyant. Il a cru que la France pourrait co-diriger l'Union européenne avec la grande Allemange. Sarkozy n'a eu droit qu'à un strapontin à côté de la conductrice Merkel. L'économie allemande est sortie de la crise, pas la France.

La seule tactique possible eut été de confronter Merkel à un front plus élargi de pays européens solidaires. Sarkozy a préféré se coucher. Il s'est dit qu'il avait plus à gagner à coller la France au modèle allemand, un mirage puisque rien n'a été mis en oeuvre depuis 2007 à l'exception ... de la suppression du bouclier fiscal (sic!).

Aujourd'hui, la situation est donc grave.

La France menacée par les marchés
Désormais, la totalité des Etats européens, sauf l'Allemagne, sont sous la menace d'investisseurs méfiants. La Grèce cumulait tous les handicaps: statistiques truquées, déficit budgétaire, et surendettement. Mais d'autres Etats, endettés mais moins fragiles, sont désormais attaqués avec autant de vigueur. Les investisseurs n'ont plus confiance en personne; l'Italie est surendettée mais dégage toujours un excédent budgétaire; la Finlande pourtant rigoureuse ; même l'Autriche, dont l'endettement est plus de 10 points de PIB inférieur à celui d ela France, craint une dégradation de sa solvabilité d'un seul cran, de AAA à AA+, qui lui ferait payer trois milliards d'euros d'intérêts en plus chaque année. Or cette méfiance généralisée provoque un renchérissement des taux d'emprunt par ces Etats sur les marchés. Cette semaine, la Finlande a emprunté à 7%, comme l'Espagne. Cette inflation des taux aggrave leurs déficits. Vendredi, les 27 Etats-membres et le Parlement européen bataillaient pour trouver une solution de sortie.

Même Nicolas Sarkozy en a enfin conscience. Il aimerait que la BCE intervienne plus massivement pour garantir les emprunts européens, mais Angela Merkel ne veut pas. Il voudrait une zone euro plus resserrée, mais Mme Merkel veut, et a obtenu, des sanctions contre les Etats mauvais gestionnaires. Pire, la méfiance des marchés s'emballe aussi contre la France, un pays un peu moins endettée que l'Italie, mais aux budgets largement plus déséquilibrés.

Jeudi, la Sarkofrance avait une échéance peu connue du grand public : l'Etat français devait lever 6 à 7 milliards d'euros d'emprunts pour financer ses déficits. Il y parvint durant la matinée, mais à quel prix ! Ces derniers jours, l'écart de taux d'emprunt entre la France et l'Allemagne n'avait cessé d'augmenter. Pour emprunter à 10 ans, les Français ont dû proposer une rémunération de 3,7% aux marchés, quand les Allemands sont toujours à 1,7%. L'écart est historique depuis la création de l'euro: « Les investisseurs estiment que la France a déjà perdu sa précieuse note AAA » relevait Reuters.

Nicolas Sarkozy est dans une impasse. Et, ces derniers jours, notre Monarque a perdu le sens de la mesure. Il veut porter le fer contre Hollande. Il trépigne tellement qu'il en oublie qu'il a une crise à gérer.

Sarkozy préfère faire campagne
Mardi, il avait donc endossé son costume de candidat. En visite à Bordeaux, il confia publiquement que sa femme Carla avait peur de manquer de lait maternelle pour leur petite Giulia. Plus tard, il invoqua de Gaulle et le Conseil national de la Résistance pour fustiger les fraudeurs sociaux. Il confirmait l'obligation de travail pour les bénéficiaires du RSA (7 heures de travail gratuit) et même l'extension du délai de carence d'indemnité pour les salariés malades. Même les fonctionnaires en ont eu pour leur compte. Alors que trois quarts des salariés du privé sont couverts par leur employeur, les fonctionnaires subiront une journée de carence de salaire s'ils tombent malade. L'amalgame était total. Le dégoût aussi. Jamais Nicolas Sarkozy n'avait organisé de similaire show contre la fraude aux cotisations (une quinzaine de milliards d'euros par an)

Le lendemain, son ministre de l'Enseignement Supérieur Laurent Wauquiez croyait bon surenchérir sur les propos de son Monarque. L'assisté de Haute-Loire (il a hérité de sa circonscription par le désistement de Jacques Barrot en 2004 ) justifiait : « Si jamais, quand vous tombez malade, cela n'a aucun impact sur votre indemnité et votre salaire, ce n'est pas très responsabilisant ».


Sarkozy, lui, adoptait le budget « le plus rigoureux depuis 1945 » en conseil des ministres: 93 milliards d'euros de déficit budgétaire encore cette année, et une nouvelle impasse en perspective pour 2012 vu la révision à 0,6% de la croissance française par la Commission européenne. Le même jour, le Monarque félicitait Mario Monti, le nouveau premier ministre italien. La patronne Merkel a été plus directe: « Il vous revient (...) de décider et de mettre en oeuvre rapidement des réformes décisives et nécessaires ».


Jeudi, Sarkozy profita d'un discours pour les 3 ans du Fond Stratégique d'Investissement pour fustiger publiquement l'accord entre écologistes et socialistes. Ses sbires se déchaînèrent contre une prétendue irresponsabilité. Ils craignaient pour leurs postes. L'accord EELV-PS a créé un stress, il n'a qu'un objectif, virer un maximum de députés UMP en juin prochain. A l'Elysée, on a sonné la charge. Copé et Kosciusko-Morizet se déchaînent. Même Henri Proglio, patron d'EDF nommé par Sarkozy, est appelé à la rescousse.

Ce jeudi, Sarkozy a aussi tremblé pour la filière automobile. Deux jours avant, le PDG de Peugeot avait annoncé 6.800 suppressions de postes, mais Sarkozy avait oublié de réagir. Deux jours plus tard, il racontait l'incompréhensible: « je peux vous annoncer qu'il n'y aura pas de plan social en France chez PSA ». Sans blague ?

Sarkozy s'emballe
Vendredi, Sarkozy s'emballe. Il était parti à Avignon, pour le quatrième Forum d'Avignon sur la culture et l'économie. Sur la tribune, il était secoué de tics. Le Figaro s'emballe tout autant: Sarkozy impose la baisse de la TVA sur l'e-book. Primo, la France qui se lève tôt est ravie. Elle n'aura pas les moyens de se payer un e-book avant quelques décennies. En revanche, elle supportera le relèvement de 5,5 à 7% de la TVA dès l'année prochaine. Secundo, Sarkozy n'impose rien. Il suggère un peu tard l'instauration d'un taux unique de TVA à l'ensemble des biens culturels: « J'espère que la Commission européenne ne s'opposera pas à cette initiative.» Le Monarque a d'autres envies. Il a compris que son Hadopi contre le téléchargement de fichiers culturels était la riposte du passé. Il veut s'attaquer au streaming. On lui souhaite tout le courage nécessaire.

Du courage, il en aura aussi besoin pour affronter les affaires. Mercredi, le parquet de Paris a été obéissant. Il a classé sans suite l'enquête préliminaire sur les accusations françafricaines de l'avocat Bourgi. Le candidat Sarkozy ne veut aucun remous à droite. Bourgi chargeait Chirac. On l'a fait taire. Un autre repenti reste énervé. Ziad Takieddine, dans les colonnes du Point cette semaine, a confirmé, enfin, qu'il y avait bien des commissions occultes versées dès les premières heures des contrats d'armements signées par le gouvernement Balladur. Bravo !

Last but not least, Mediapart révélait que Takieddine invitait, dans son yacht, en 2002, le patron des Douanes, Pierre-Mathieu Duhamel, futur directeur du budget au ministère de l'économie et des finances et proche de Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy.




Ami sarkozyste, où es-tu ?
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 13:05

Rue89 - Publié le : 20/11/2011 à 11h00

 

Pour se faire de la pub, Gildas Le Béhoc, agriculteur morbihannais, a tagué des QRcodes (code-barres en 2D qui stockent des informations numériques et pouvant être décodés avec un smartphone) sur le flanc de ses vaches. Le QRcode, une fois scanné, débouche sur un jeu qui permet de gagner des produits laitiers issus de la ferme de l'agriculteur.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 13:01

 

Partenariat France Inter 19/11/2011 à 13h16

Rue89

 

L'hôtel des Indignados à Madrid

 

Avec près de cinq millions de chômeurs, la crise économique en Espagne s'installe au centre de la campagne électorale espagnole. Le vote a lieu ce dimanche, et le PSOE, le parti socialiste du premier ministre sortant Jose-Luis Zapatero a toutes les chances d'être balayé du pouvoir.

A cette occasion, France Inter, en partenariat avec Rue89, a effectué une plongée multimédia dans la crise espagnole, entre Indignés et Innovateurs.

Nous vous présentons un extrait de ce travail, avec l'hôtel des Indignados. Depuis la nuit du 15 octobre, après une nouvelle manifestation des indignés Puerta del Sol, des dizaines de sympathisants du mouvement décident d'occuper un ancien hôtel Best Western du centre de Madrid.

Depuis près d'un mois, ils organisent l'espace pour héberger des personnes sans abris, organiser des groupes de réflexion et proposer un lieu de passage ouvert à tous. L'hôtel peut abriter un peu plus de 80 personnes.

Les autres épisodes de cette plongée interactive sont à retrouver sur le site de France Inter.


Capture d'écran (France Inter)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22