Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 12:35

 

Info reçue par mail

 

 

 

ASSOCIATION TROP C TROP
COMMUNIQUE DU 11 AVRIL 2016
 
Vendredi prochain, 15 avril à 10H du matin
 
TOUS ET TOUTES devant la MAIRIE DE NIMES
Pour manifester votre mécontentement des tarifs des bus TANGO
 
Déposez votre vote citoyen, si vous n'avez pas de bulletin de vote venez nous le demander sur place le jour même
 
NOUS NE VOULONS PAS DU TARIF SOLIDAIRE
NOUS RECLAMONS SON ABROGATION
NOUS MANIFESTERONS NOTRE REJET PAR UNE PRESENCE MASSIVE
 
Pourquoi place de la mairie ?
parce qu'elle est centrale, accessible donc facilement, surtout pour les personnes qui ne peuvent plus ou qui ne veulent plus se déplacer en bus
 
Nous demandons à tous les partis politiques qui nous ont soutenu dans notre action de venir se joindre à nous pour cette manifestation
 
Nous sommes scandalisés par l'attitude humainement froide et cruelle envers les plus démunis des membres du conseil communautaire de NIMES METROPOLE qui ont voté ce changement de tarif
 
Notre combat va se poursuivre sous d'autres formes après cette manifestation, et toutes les alliances seront les bienvenues
 
 
                                     André-Philippe AROWAS
 
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 11:18

 

Source : http://gard.demosphere.eu/rv/2927

 

 

mardi 12 avril 2016 à 20h30

 

Mars Attac : projection "Je lutte donc je suis" - débat avec Yannis Youlountas

Semaine de cinéma altermondialiste Mars Attac

Du 9 au 16 mars 2016

Au cinéma le Sémaphore à Nîmes

Mardi 12 avril à 20h30 : Je lutte donc je suis

Documentaire (France, Espagne, Grèce) 2015 - 1h20

Réalisé par Yannis Youlountas.

"De Grèce et d'Espagne, un vent du sud contre la résignation souffle sur l'Europe. Un voyage palpitant en musique, en terres de luttes et d'utopie".

Débat avec Yannis Youlountas, philosophe, poète, écrivain et réalisateur franco-grec - co-organisé avec le collectif nîmois de soutien au peuple grec.

 

 

 

Source : http://gard.demosphere.eu/rv/2927

 

Repost 0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 10:14

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Bloquons les agences Société Générale 

Après l'action réussie de samedi matin, on continue !Mercredi 13 avril à Nîmes

Rendez-vous à 16h à l'agence de banque privée de la Société Générale7 Boulevard Amiral Courbet, 30000 Nîmes
 
---------------------------------------------------------------------------------------

Puisque le gouvernement n’agit qu’en parole, nous voulons poser des actes.

Société Générale possède 103 agences de « banque privée » en France. 

Ces agences dédiées à la « gestion de patrimoine d’une clientèle d’entrepreneurs et de particuliers fortunés » sont un des points de départ de l’évasion fiscale organisée par la banque. 

C’est pour cette raison que jeudi 7 avril 30 militant·e·s d’Attac ont occupé et bloqué pendant 6 heures l’agence de banque privée Société Générale de Paris Bourse.

Nous appelons à mener des actions similaires auprès des agences de banque privée de Société Générale en France.

Nous appelons à mener ces actions au grand jour, à visage découvert, dans l’esprit de l’action non violente et de la désobéissance civile, en respectant les personnes tout en affichant notre détermination à faire changer cette situation. 

Nous nous engageons à poursuivre ces actions jusqu’à ce que les pouvoirs publics prennent enfin les mesures nécessaires pour en finir avec l’évasion fiscale.

 

Tract en pièce jointe (ci-dessous)

 

 

Occupons la Société générale

Loi Travail, « Panama Papers » même combat
vendredi 8 avril 2016, par Attac France

Puisque le gouvernement n’agit qu’en parole, nous voulons poser des actes. Société générale possède 103 agences de « banque privée » en France. Ces agences dédiées à la « gestion de patrimoine d’une clientèle d’entrepreneurs et de particuliers fortunés » sont un des points de départ de l’évasion fiscale organisée par la banque. Jeudi 7 avril, 30 militant·e·s d’Attac ont occupé et bloqué pendant 6 heures l’agence de banque privée Société Générale de Paris Bourse. Nous appelons à mener des actions similaires dans les 103 agences de banques privée de Société Générale de France.

 

 

La loi Travail, une aubaine pour les paradis fiscaux ?

Oui ! Car elle autorise le licenciement économique dès que l’entreprise connaît une baisse de ses résultats non plus au niveau mondial, comme aujourd’hui, mais seulement en France. Pour les groupes du CAC 40, rien de plus facile : en augmentant la part des profits localisée dans un paradis fiscal, on fait chuter les résultats en France. Et on légalise ainsi n’importe quelle fermeture de site ou plan de licenciement, même si le groupe gagne des milliards. Le juge n’aura plus rien à dire, puisque la loi l’autorise explicitement !

Une nouvelle fois, il a fallu un lanceur d’alerte pour prouver ce que chacun sait et que l’État laisse faire : les banques françaises organisent industriellement l’évasion fiscale.

Après BNP Paribas et le Crédit agricole en 2013 dans le scandale « Offshore Leaks », la Société générale est prise la main dans le sac avec ses 979 société offshore des « Panama Papers ».

Comme à chaque fois, « la Société générale s’engage à la transparence » (dixit Michel Sapin !) et jure d’arrêter toute activité au Panama. Allons-nous supporter encore longtemps cette mascarade ? Laisser nos gouvernants faire la loi pour le Medef et les banquiers, ces délinquants en col blanc ?

En 2014 la Société générale détenait 136 filiales dans les paradis fiscaux, BNP Paribas 200 filiales, Crédit agricole 159 filiales [1]. Jusqu’à quand ? Chaque année, ce sont 60 à 80 milliards d’euros qui manquent au budget de l’État à cause de la fraude et de l’évasion fiscale. Des sommes qui permettraient de créer des centaines de milliers d’emplois pour répondre aux urgences sociales et écologiques. Combien de scandales encore avant que François Hollande ne tienne sa « promesse n°07.2 », « interdire aux banques d’exercer dans les paradis fiscaux » ?

 

Bloquons les agences banque privée Société générale

Puisque le gouvernement n’agit qu’en parole, nous voulons poser des actes. Société générale possède 103 agences de « banque privée [2] » en France. Ces agences dédiées à la « gestion de patrimoine d’une clientèle d’entrepreneurs et de particuliers fortunés » sont un des points de départ de l’évasion fiscale organisée par la banque. C’est pour cette raison que jeudi 7 avril 30 militant·e·s d’Attac ont occupé et bloqué pendant 6 heures l’agence de banque privée Société générale de Paris Bourse.

 

 

Nous appelons à mener des actions similaires dans les 103 agences de banques privée de Société générale de France (liste des agences et matériels disponibles sur le site france.attac.org). Nous appelons à mener ces actions au grand jour, à visage découvert, dans l’esprit de l’action non violente et de la désobéissance civile, en respectant les personnes tout en affichant notre détermination à faire changer cette situation d’injustice. Nous nous engageons à poursuivre ces actions jusqu’à ce que les pouvoirs publics prennent enfin les mesures nécessaire pour en finir avec l’évasion fiscale :

1) Immédiatement :

  • interdiction aux banques implantées en France de poursuivre leurs activités dans les paradis fiscaux (sur la base d’une liste française actualisée fondée sur les travaux du Tax Justice Network).
  • renforcement des services fiscaux par la création immédiate de 10 000 emplois pour compenser les 3 100 emplois supprimés depuis 2010 et amplifier le travail de traque des fraudeurs : faute de quoi toutes les déclarations vertueuses resteront du vent.
  • adoption d’une loi définissant et pénalisant de prison les crimes d’évasion fiscale et de complicité d’évasion fiscale.

2) juste après :

  • transparence obligatoire sur les activités réelles des filiales des banques et l’identité des détenteurs de compte, y compris via des sociétés écrans
  • échange automatique d’informations bancaires avec tous les pays

N’attendez pas la prochaine crise pour vous révolter, passez à l’Attac !

 

JPEG - 105.4 ko

Notes

[1«  Sur la piste des banques françaises dans les paradis fiscaux, Rapport CCFD - Oxfam - Secours Catholique - Plate Forme PFJ, mars 2016

[2Pour en savoir plus : https://www.privatebanking.societegenerale.fr/ : «  Société Générale Private Banking est la Banque Privée du Groupe Société Générale présente dans 14 pays à travers le monde  ; elle propose des services de gestion de patrimoine à une clientèle d’entrepreneurs et de particuliers fortunés.  »

 

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions Ils réagissent
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 21:44

 

Source : http://rue89bordeaux.com

 

 

 

Nuit Debout Bordeaux attaque son marathon

 
  • 6:00
  • 10 avril 2016
  • par La Rédaction
 
 

Plus de 1000 personnes ont participé à l'AG de Nuit Debout (SB/Rue89 Bordeaux)

Plus de 1000 personnes ont participé à l’AG de Nuit Debout (SB/Rue89 Bordeaux)

 

Une assemblée générale de 1500 participants, Merci patron, et une fin de soirée avec les marathoniens : Rue89 Bordeaux a passé la première Nuit Debout bordelaise place de la République. Par Simon Barthélémy et Xavier Ridon, avec Walid Salem.

 

18h15. La manifestation contre la loi travail vient de s’achever (lire l’encadré), et la place de la République se remplit doucement. Pour accueillir les gens, les organisateurs de la première Nuit Debout bordelaise ont fait simple, avec les moyens du bord : un point d’accueil médical, un coin lounge et buffet avec des coussins sous une bâche, quelques canapés et fauteuil disséminés dans l’espace.

Des banderoles #OnVautMieuxQueCa sont déployées sur les grilles du tribunal. Pas d’autres drapeaux, hormis celui contre l’aéroport de Notre Dame des Landes.

La sono est installée sous une tente, en cas d’intempérie. Plusieurs centaines de personnes sont désormais présentes, l’assemblée générale va pouvoir commencer.

 

Mobilisation mitigée contre la loi Travail

En début d’après-midi, Entre près de 4000 et 8000 personnes ont défilé contre la Loi Travail. Un manifestant sourit : « La légende retiendra que la pluie s’est arrêtée quand la manif a démarré ». Nulle doute qu’elle retiendra aussi une baisse sensible du nombre de manifestants derrière la banderole des syndicats CGT, FSU, Solidaires, Unef et Unl, par rapport aux 30000 personnes mobilisées le 31 mars. A l’heure des grandes marées sur la côte aquitaine, Gilbert Hanna de Solidaires concède : « Il y a des grandes vagues, des petites… là c’est une vague moyenne ». Il reste convaincu que chaque manifestant peut mobiliser ses proches face à une telle loi pour dépasser la mobilisation du 31 mars avec ses 30000 manifestants à Bordeaux.

 

19h20. Agiter les mains en l’air pour approuver un propos, les mettre en croix pour désapprouver, mouliner pour indiquer à l’orateur qu’il répète des choses dites auparavant : la gestuelle des débats en assemblée est expliquée à la foule. Chacun-e est libre de venir s’inscrire au tour de parole, et de dire au micro ce qui lui chante. Seules règles : ne pas faire plus long que deux minutes – « pour qu’un maximum de personnes s’expriment car c’est un lieu de réflexion collective », souligne une organisatrice – et ne pas tenir de propos agressifs ou injurieux.

C’est ensuite parti pour presque trois heures de catharsis. Issu du mouvement contre la loi El Khomri, Nuit Debout offre en effet un défouloir à ce peuple de gauche remonté contre ce gouvernement. Des dizaines de de personnes vont se succéder pour témoigner de leurs situations, pousser un coup de gueule, faire des propositions… Ninon se propose de faire la « crieuse publique », d’écrire les doléances de ceux qui n’oseraient pas s’exprimer au micro.

« C’est la première fois que je parle devant un public, commence Bruno, 54 ans. Personnellement, je suis à bout. Après avoir été cadre commercial d’une multinationale suisse, et gagné 4 à 6000 euros par mois, j’ai été victime il y a 5 ans d’un licenciement boursier, ceux que François Hollande dénonçait. Depuis, je galère, dans l’intérim et les boulots de merde. Je nettoie ou convoie des voitures pour Avis et Europcar, et je suis incapable de trouver un vrai travail car on me juge trop vieux ou « surdimensionné ».  Je vis grâce aux minimas sociaux, et je n’ai plus rien à perdre. Ce gouvernement a trahi le peuple, plus jamais je ne voterai socialiste. Il faut que ça pète. »

 

Sur le canapé pour la Nuit Debout comme chez soi devant le film du soir, Merci Patron. (XR/Rue89 Bordeaux)

Sur le canapé pour la Nuit Debout comme chez soi devant le film du soir, Merci Patron. (XR/Rue89 Bordeaux)

 

« Psychanalyse collective »

Camille renchérit, citant l’état d’urgence ou la question des réfugiés, malmenés par la France :

« Nous devons obtenir la démission de ce gouvernement, lui dire vous ne nous représentez pas, partez maintenant. »

Un jeune fille prend le micro pour dire son angoisse – « J’ai 12 ans, je n’ai pas envie de faire des études pour me retrouver avec un avenir de merde, je ne veux pas qu’on réduise les droits des travailleurs… » Un quadragénaire évoque aussi « sa peur pour son gamin de 8 ans ».

« Aujourd’hui, c’est une psychanalyse collective, les gens ont besoin de vider leur sac, estime Ninon, 19 ans, originaire de Bordeaux, mais qui vit à Toulouse, où elle participe à la Nuit Debout locale. Nous avons vu des propositions concrètes émerger au bout de deux ou trois jours, par exemple une tentative de réécriture de la Constitution française. »

 

L'accueil de Nuit Debout place de la République (SB/Rue89 Bordeaux)

L’accueil de Nuit Debout place de la République (SB/Rue89 Bordeaux)

 

Cependant, beaucoup d’orateurs déclarent aussi leur plaisir d’être là, et se réjouissent de voir que plus d’un millier de Bordelais ont répondu présent. « Mais il faudrait qu’on soit 70000 ou 80000 ! », rétorquent certains.

« C’est l’occasion ou jamais, mais il n’y a pas encore assez de monde, sans doute car les gens ne le savent pas, analyse Laurie, une musicienne de 32 ans. La seule chose rapportée par les flashs infos sur les antennes de Radio France, c’est qu’il y a eu 120000 manifestants aujourd’hui, et des violences… Pas un mot sur nos AG. Pour ma part, j’ai interpellé sans succès des spectateurs du marathon, je leur ai dit qu’il n’y a rien d ‘autre à faire que d’écouter des gens qui parlent. Je ne veux pas croire qu’on soit si peu nombreux que ça à ne pas être heureux de notre mode de vie. Moi j’avais besoin de me dire des choses, et envie de m’encourager, pour faire en sorte que ce ne soit pas juste pour une soirée, une nuit. Je voulais me dire : ne dors pas ! »

 

« Le réalisme, on l’emmerde ! »

Au micro, Laurie a appelé à une action de blocage, ou de boycott, d’un hypermarché, « parce qu’il faut défendre la cause paysanne et la santé publique, que cela parle à tout le monde et que ce n’est pas difficile à mettre en place ». D’autres proposent des opérations encore plus radicales, comme le blocage des sites pétroliers de Bassens, des attaques informatiques contre les sites web du gouvernement, ou, bien sûr, la grève générale…

Quelques sujets reviennent régulièrement dans la discussion, en particulier l’écologie – on applaudit à plusieurs reprises l’action à Pau contre  le sommet des pétroliers -, et la démocratie participative – une jeune femme suggère de recourir davantage au tirage au sort.

On veut remettre l’utopie au cœur du village : « Si on avait été réaliste, on n’aurait jamais eu les congés payés en 36. Le réalisme, on l’emmerde ! », lâche quelqu’un. On évoque le mouvement qui fait tâche d’huile à Bruxelles, à Berlin ou en Espagne, en appelant à un « printemps des peuples européens ». Les slogans sentent le mois de mai.

21h45. Quelques occupants tentent de subvertir les coureurs du deuxième marathon nocturne de Bordeaux qui passent au bout de la place. « Rejoignez-nous ! » leur lancent-ils, mais rien y fait. Les chiens des punks aboient, la caravane passe.

L’AG touche à sa fin. Les bras font de plus en plus de moulinets. Ninon, la crieuse publique, rapporte les phrases des un-e-s et des autres notées sur ses petites fiches, parfois très poétiques :

« Ils ont voulu nous enterrer, mais ils ont complètement oublié qu’on était de très belles graines ».

Un intervenant a même carrément slamé, sous les vivats de la foule. Celle-ci commence à s’éparpiller lorsqu’un feu d’artifice est déclenché. Pendant qu’un reggae raisonne, les petites mains de l’organisation reprennent du service : il faut trouver des bénévoles pour tenir la permanence de l’infirmerie, collecter les dernières propositions de commissions, accrocher les propositions de l’AG sur les barreaux de l’entrée de la Cour d’Appel, installer un vidéoprojecteur pour visionner Merci Patron, le film de François Ruffin…

 

Les propositions sorties de l'AG sont retranscrites (SB/Rue89 Bordeaux)

Les propositions sorties de l’AG sont retranscrites (SB/Rue89 Bordeaux)

 

22h30. Marie Reix, membre du syndicat des avocats de France, se réjouit de voir sur les murs de la Cour d’Appel le documentaire picard aux 200.000 entrées :

« Ça me fait chaud au cœur. Ça va envoyer de bonne vibration à la justice », car finalement le film comme la Loi Travail parle de justice sociale.

Plusieurs centaines de spectateurs ne regrettent pas non plus de rester dans le froid et s’enthousiasment devant l’idée de « racketter les PDG », promue (et réalisée) par François Ruffin. Les applaudissements tonnent aussi quand un ancien RG, devenu barbouze pour Bernard Arnault, avoue que « ce sont les minorités agissantes qui font tout ».

00h15. Une batucada s’anime, des manifestants dansent frénétiquement. Un feu d’artifice retentit encore. A Paris, le mouvement a lancé l’opération « un apéro chez Valls » pour se rendre chez le premier ministre. A Bordeaux, rendez-vous sont déjà pris pour ce dimanche après un pique-nique le midi, les commissions se réuniront dès 14h pour parler convergences, autonomie alimentaire, revenu universel, sciences et éducation. A 18h aura lieu une nouvelle assemblée générale. Légalement, la déclaration d’occupation de la place de la République tient jusqu’à lundi 10h.

1h00. Quelques marathoniens viennent se mêler à la foule. Une équipe de 8 bénévoles est partie récupérer ce qui reste du ravitaillement de l’épreuve. Mieux vaut faire des réserves pour tenir Nuit Debout, une course de fond.

 

Même la Nuit Debout s'achève à l'horizontale (WS/Rue89 Bordeaux)

Même la Nuit Debout s’achève à l’horizontale (WS/Rue89 Bordeaux)

 

 

Source : http://rue89bordeaux.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 21:03

 

AG de NîmesDebout dimanche 9 avril

 

Photos de Pietro Truddaiu

CR de TINA l'un(e) de nos indigné-e-s

 

 

Inutile de remercier tous ceux qui sont venus hier montrer que la convergence des luttes ce n'est pas que du baratin mais une réalité concrète. Qu'ils se congratulent eux mêmes d'avoir eu le besoin de participer, les Indignés de Nîmes ne sont en position de remercier personne et s'auto dissolvent volontiers dans quelque chose à naître de plus grand qu'eux-mêmes et qui les dépasse. C'est bien à ce genre de fusion des groupes, organisations et partis que nous devons aboutir pour bâtir un Commun qui n'appartienne à personne mais soit le résultat en actes de l'appartenance de tous.
Preuves d'une immense envie, les choses se sont "organisées" par elles mêmes, selon l'addition des libres initiatives de chacun.
Cependant il est légitime que se posent des questions sur le sens du mouvement, sur la place que tous  peuvent (et doivent) y prendre. Un mouvement sans chefs est déconcertant, précisément sans direction, il nécessite un certain temps pour que se définissent des actions concrètes et des réflexions partagées.
Inutile de dire que pour être conséquent avec nous-mêmes, tout commence donc.

Ce soir Dimanche #41 Mars Nuit Debout continue.Assemblée à 19 h place de la Bouquerie
Nous mettrions
notamment à l'ordre du jour :

-Bilan de la mobilisation d'hier à Nîmes et ailleurs en France et en Europe. "Occupy Europa" est-il possible?
-En s'abreuvant et en mangeant, les participants ont levé une "caisse de guerre" conséquente. Nous avons donc quelques (modestes quand même) moyens. Donc qu'en fait-on? T
racts, affiches, autres dépenses d'équipement?
-Plusieurs commissions se sont constituées, ont-elles aboutit à qq chose ou  sont-elles restées, dans la hâte générale, seulement virtuelles?

-Suites et fins du mouvement. Il est clair que tous ont en tête que la loi Khomry est la goutte d'eau qui fait déborder le vase (version optimiste) ou l'un des derniers clous planté sur notre cercueil (moins gai...). C'est un refus général qui s'exprime et fatalement ça part dans tous les sens. Bien que le Parlement soit le lieu du simulacre de la démocratie ne serait-ce pas ce théâtre que nous devrions bloquer tout en s'organisant au niveau local ?

Passe Mardi 12 Yannis Youloutas et son film "Je lutte donc je suis".
Et si on était?

Biz à tous et à toutes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 20:44

 

Source : https://www.youtube.com/watch?v=pOwmFeUe4iI

 

 

PARI TENU : Les pétroliers reculent

 

 

 9 avril ·

 

 
 
 

 9 avril ·

 

PARI TENU ¦ Pour ce troisième et dernier jour du blocage du MCEDD, des images incroyables des fossoyeurs du climat reculant devant la détermination des citoyens! #StopMCEDD #KeepItInTheGround

 

Retrouvez la campagne #STOPMCEDD http://anv-cop21.org/

Crédits:
Une production Vincent Verzat http://vincentvideos.com

 

Repost 0
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 14:44

 

publication de Pietro Truddaiu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 16:15

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

Savoirs

#NuitDebout : bientôt une bibliothèque et une « PirateBox »

Ce samedi 9 avril, le collectif SavoirsCom1 veut construire une bibliothèque place de la République à Paris. Il y sera aussi installé une PirateBox.

 
 

Ce samedi 9 avril, une bibliothèque éphémère devrait voir le jour place de la République à Paris (XIe), où est né le 31 mars le mouvement « Nuit debout ». C’est SavoirsCom1, un collectif consacré aux politiques des « communs de la connaissance », qui a lancé l’idée de créer une « BiblioDebout » sur la place.

« Radio Debout »
Le mercredi 6 avril, à l'heure de l'assemblée générale (18 heures) Radio Debout a émis pour la première fois place de la République, à l'initiative de passionnés de radio, techniciens, réalisateurs ou reporters. Elle est à écouter tous les soirs de 18 heures jusqu'à minuit sur la plateforme Mixlr.

« Tous les grands mouvements de protestation citoyenne par occupation des espaces publics ont eu leur bibliothèque », lit-on dans l’appel du collectif.

« Les Indignados espagnols avaient créé la leur sur la Puerta del Sol à Madrid ; sur la Place Taksim au Parc Gezi, les opposants d’Istanbul avaient eux aussi érigé une bibliothèque éphémère. Mais la plus célèbre est la “People’s Library” rassemblée par les participants du mouvement Occupy Wall Street.

Initiée le plus simplement du monde, par le don de quelques livres déposés sur un banc du Zuccotti Parc [parc situé à Manhattan, ndlr], cette bibliothèque du peuple a fini par compter plus de 5 000 ouvrages. Gérée comme un commun, chacun était libre d’y contribuer en apportant des livres et chacun pouvait venir y puiser en prenant des ouvrages selon ses besoins. »

Ils avaient été évacués par la police en novembre 2011 et la bibliothèque en très grande partie détruite.

 

Livres, tréteaux et bâches

Créer une bibliothèque éphémère à la Nuit debout, c’est aussi l’occasion de « mettre au cœur du débat et de l’action la question des communs et des communs de la connaissance », explique Thomas Fourmeux, membre du collectif SavoirsCom1 et assistant multimédia dans le réseau de bibliothèques d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

« Ce qui nous intéresse, c’est de gérer en commun une ressource, la partager et la diffuser. »

Ceux qui souhaitent participer à la construction de la bibliothèque éphémère place de la République, à Paris, sont invités à se rassembler samedi à 10 heures – les manifestants des autres villes en France sont appelés à créer eux aussi la leur (à Toulouse, une BiblioDebout est déjà en préparation).

 

La

La « People’s Library » du mouvement Occupy Wall Street, le 10 octobre 2011 à New York - SHOWALTER AARON/SIPA
 

Le collectif SavoirsCom1 propose à chacun d’apporter ses livres pour les mettre en partage mais aussi des tréteaux, des cartons, des bâches, des pancartes pour créer la bibliothèque, ainsi que « tout ce que vous jugerez utile pour la faire vivre ».

« Erigeons un Commun temporaire et mettons la connaissance au cœur de ce mouvement en train de naître en réaction aux abus répétés du pouvoir en place ! Que ces livres viennent nourrir les débats qui s’épanouissent sur cette place ! Qu’ils symbolisent notre volonté de participer à cet élan en nous réappropriant notre culture commune ! »

Réseau d’échange anonyme

En complément de la bibliothèque de papier, au moins une PirateBox devrait aussi être installée à BiblioDebout ce samedi matin : dans cet espace virtuel libre et anonyme, les manifestants pourront discuter avec les autres utilisateurs et déposer ou télécharger des fichiers (ouvrages, revues, musique, docus, films, etc).

« La bibliothèque éphémère a l’avantage de se voir, facilité par sa matérialité, et la dimension numérique fait écho au point de départ du mouvement, qui s’est fait notamment sur les réseaux sociaux », complète Thomas Fourmeux, qui installera la PirateBox samedi.

La PirateBox est composée d’un routeur Wifi, d’un dispositif de stockage d’information et d’une batterie. On peut s’y connecter depuis un smartphone, une tablette ou encore d’un ordinateur. N’étant pas reliée à Internet, elle constitue un réseau d’échange libre pour un coût de fabrication d’une cinquantaine d’euros environ. Thomas Fourmeux :

« On s’est posé la question : est-ce qu’on s’affranchit du Code de la propriété intellectuelle ou on reste dans la légalité ? Pour l’instant, on y déposera des œuvres dans le domaine public ou sous licence libre mais chacun sera libre d’y mettre ce qu’il entend, on ne censurera pas. »

Le principe de la PirateBox a été imaginé en 2011 par David Darts, professeur de technologie à l’université de New York, qui a déposé son invention sous licence libre.

Elle a été utilisée en France : dans le réseau de bibliothèques d’Aulnay-sous-Bois, par exemple, les usagers peuvent télécharger des œuvres sur une BiblioBox. A Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), des membres des Indignés du 63 ont développé en 2013 une « share box » (« ce nom fait moins peur aux gens »), un réseau Internet local qui permet d’échanger des fichiers anonymement, pendant une réunion ou une manif.

 

 

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

 

Repost 0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 15:31

 

 

 

#NuitDebout Nîmes

 

#NîmesDebout

 

« Nos rêves contre leurs privilèges ! »

 

 Samedi 9 Avril

 

Square de la Bouquerie - A partir de 16h

 

 

C'est la goutte d'eau…


Si le projet de « loi Travail » a tant mobilisé, c'est parce qu'en poussant toujours plus loin l'Injustice, il a fini par faire brutalement céder les dernières digues qui nous protégeaient, encore à peine, de l'Insupportable.

Nos gouvernants, enfermés dans leur obsession de perpétuer un système à bout de souffle, ont œuvré consciencieusement depuis 30 ans, dans une unique direction :

Les « réformes », toujours plus rétrogrades -puisque désespérément conformes à la logique néolibérale- se sont succédé les unes aux autres…

Le résultat est là ! Quantifiable, factuel, sans appel :

Tous les pouvoirs ont désormais été cédés aux actionnaires et aux patrons, ces privilégiés qui accaparent les richesses collectives !


Ce système nous est imposé, gouvernement après gouvernement, détruisant lentement les dernières traces de Démocratie subsistant encore. Le projet de loi Travail pourrait bien être retiré, et Valls sauter avec, nous ne rentrerons pas chez nous pour autant : ce monde qu'ils construisent avec acharnement contre nous, nous n'en voulons pas ! Un élan populaire est en train de naître. Lycéen-ne-s, étudiant-e-s, salarié-e-s (syndiqué-e-s ou non), chômeurs en colère, discriminé-e-s en tout genre, syndicalistes réprimé-e-s, paysan-ne-s et écolos zadistes, ça fuse de partout et c'est beau à voir !


La démocratie ne se décrète pas, elle ne se consomme pas. Elle se fait.

Face aux diktats et aux décrets c'est donc partout et surtout localement que nous devons porter nos espoirs avec résolution et fermeté. Des solutions existent, nous avons des sources d'inspiration, des idées, des expériences, des savoirs et des savoir-faire, de l'énergie, de la bienveillance et de la joie. Ce tournant est à notre portée !

Au-delà de leur opposition à la destruction du Code du Travail, nous invitons à nous rejoindre le 9 avril tous ceux qui aspirent à construire en commun un projet politique ambitieux, progressiste et émancipateur.

Le samedi 9 avril (#40mars) on se pose, on discute et on décide ensemble des actions à mener pour faire de la Nuit Debout le début d'un mouvement à la hauteur des enjeux.


Au programme : Assemblée, informations sur les luttes locales, animation, projections vidéos, atelier panneaux et plein de surprises.

Amenez l'apéro, le pique nique, les feutres, papiers, cartons, instruments de musique, bonne humeur …

sur Facebook : https://www.facebook.com/NimesDebout/

sur Twitter : @NîmesDebout

par mail : nuitdeboutnimes@gmail.com

Source : https://www.facebook.com/events/2218232648399
Source : message reçu le 5 avril 01h

 

 

 

A PARTIR DE 16H

ON SE RASSEMBLE SQUARE DE LA BOUQUERIE

POUR INVENTER LA SOCIETE DE DEMAIN

 

 

La loi travail a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de notre indignation.

A la suite de la mobilisation en ligne derrière le mot d’ordre #OnVautMieuxQueCa

et dans l’effervescence créatrice provoquée par le film Merci Patron,

un collectif de citoyens ouvert, déterminé, joyeux et pragmatique s’est formé.

A la convergence des luttes sociales et écologistes puis de la mobilisation étudiante,

notre mobilisation vise d’abord à rassembler et à libérer une parole citoyenne

inaudible dans les cadres étriqués de la représentation politique traditionnelle.


Pour passer du clavier au pavé, nous avons décidé d’occuper pacifiquement des places

publiques. La #NuitDebout est née d’un pari fou auquel le nombre a donné raison.

Nourris des expériences citoyennes des indignés, d’occupy et des printemps arabes,

nous construisons une dynamique horizontale, non-violente et créative.


Toutes les conditions sont réunies pour que s’accomplisse enfin un véritable renouvellement

démocratique conçu collectivement par des citoyens jusqu’ici résignés et écœurés.

Partout en France, des initiatives bourgeonnent spontanément, voulues par des citoyen-ne-s

désireux de reprendre en main leur présent et leur futur.


La Nuit Debout ne fait que commencer

 

 

Repost 0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 15:12

 

Info reçue par mail

 

 

 

http://3.bp.blogspot.com/-ek8SKTwO2OA/VLf0wc2ULMI/AAAAAAAAAH0/MsbkUQ9-ah0/s1600/logo%2Bsolidaires%2B30%2Bbandeau%2Bblog%2B2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nîmes, le 8 avril 2016

 

 

BLOQUER L’ÉCONOMIE ET CONSTRUIRE

 

LA GRÈVE GÉNÉRALE INTERPROFESSIONNELLE

 

 

 

La journée du 31 mars a été un succès au niveau local,

 

avec près de 1500 personnes à Alès

 

et près de 10 000 à Nîmes,

 

pour exiger le retrait pur et simple de la Loi Travail.

 

Nous étions 1,2 millions de personnes dans la rue au niveau national

 

autour de la revendication du retrait de la Loi El Khomri.

 

Face à un gouvernement qui ne cesse de nous mépriser et qui veut mettre

 

en place une politique scélérate en matière de droit du travail

 

, il propose de le supprimer et de donner tout pouvoir au patronat dans les

 

entreprises, la colère monte chez les travailleurs et dans la jeunesse.

 

Le gouvernement craint que le mouvement prenne de l’ampleur, il réprime le

 

mouvement dans la violence dans plusieurs villes. Le 31 mars,

 

les étudiants et les jeunes mobilisés ont été victimes des provocations

 

et des  brutalités policières, pour casser le mouvement.

 

Le 31 mars ne doit pas rester une journée sans lendemain, déjà dans certains

 

secteurs les salariés demandent des préavis de grève illimités pour faire reculer

 

le gouvernement et arrêter de subir la régression sociale.

 

L’Union Syndicale Solidaires Gard appelle, d'ores et déjà, les travailleurs à

 

s’organiser sur leur lieu de travail et à prendre en main la lutte pour construire

 

un véritable mouvement interprofessionnel d’ensemble,

 

pour créer les conditions d'un blocage de l'économie

 

et d’une grève générale reconductible

 

capable de faire gagner nos revendications

 

comme le partage du temps de travail :

 

travailler 32 heures par semaines c’est possible.

 

Dans le cadre de l’intersyndicale, nous appelons à se joindre aux mobilisations

 

déjà annoncées pour le samedi 9 avril 2016 à 10h30 sur différentes

 

villes du département.

 

Nous appelons aussi à participer à toutes les initiatives Nuit debout,

 

avec comme rdv sur Nîmes le samedi 9 avril à partir de 16h

 

au square de La Bouquerie.

 

D'ici la journée de grève interprofessionnelle du jeudi 28 avril ,

 

qui sera une étape essentielle de la mobilisation,

 

Solidaires Gard participera à toutes les actions et rassemblements

 

qui contribueront à amplifier la mobilisation.

 

 

NI AMENDABLE, NI NÉGOCIABLE

 

RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22