Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 22:47

Journée internationale des Assemblées des Indignés et du Carnaval Electoral du samedi 14 Janvier 2012


Compte rendu des Indignés nîmois


Tenue dans son cadre habituel de réunion hebdomadaire les Indignés nîmois, sur la place de la Maison Carrée

ont d'abord partagé un frugal repas pris en commun.


Ensuite, plusieurs nous ont rejoint pour former ensemble une troupe colorée d'une vingtaine de personnes.

Parmi cette joyeuse bande : clowns, musiciens, … et bonne humeur, chacun ayant amené pancartes, panneaux

traitant du thème «Carnaval électoral »


Nous avons tenu notre assemblée pour débattre des points suivants :


– Lecture et approbation de la Charte des Indignés nîmois
– Marche sur Paris avant les élections présidentielles ;
– Mise au point de l'action « Occupons pôle emploi »
– Détermination du parcours pour la farandole dans les rues de la ville ;


Tout ceci en tractant, en discutant, en débattant avec les passants.


1- la Charte : chaque Indigné présent en a lu un paragraphe. Adoptée à l'unanimité des présents,
     nous pouvons en retrouver le texte sur le blog : democratie-reelle-nimes.over-blog.com ;


2-Marche sur Paris : l'arrivée serait probablement le vendredi 22 Avril avant le premier tour des
    élections présidentielles. Compte tenu des forces en présence et de nos finances nous nous
    proposons à ce jour de participer uniquement à l'accueil des marcheurs.


3-Au sujet de l'action « Occupons Pôle Emploi » du mardi 17, nous avons discuté longuement sur
    la stratégie à adopter du fait du nombre d'agences (6) sur Nîmes. Une dizaine d'entre nous se sont
    décidés pour cette action et les agences retenues sont : celle du Parnasse et celle des Costières....


Un compte rendu de cette journée sera fait prochainement.


Et enfin parcours dans les rues du centre ville aux sons de l'accordéon de Marianne, des maracas
de notre clown William, des tambourins de Thierry et Rémy, et des tracts de Marleen....


Une fois de plus nous avons pu apprécier le soutien de la population qui, bien qu'il ne soit que
moral n'en est pas moins chaleureux. Est-ce dû au fait d'une nouvelle forme de distribution ?


La presse présente (trop tôt) n'a pas fait un compte rendu fidèle mais dans les circonstances
actuelles, est-ce bien surprenant ?


Nous remercions les Indignés ayant participé à cette journée particulière notamment ceux de
Ganges, d'Alès... qui n'ont pas hésité à nous rejoindre.

 

 

Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 22:39

 

Réunion du Collectif pour l'audit citoyen de la dette publique
lundi 23 janvier à 18h 30 à la Bourse du travail à Sète


objectifs :
Après l'action symbolique (et très récréative) de nettoyage des banques (12 "belles vitrines") à Sète (samedi 14/01),
que midi "libre" a transformé en action de protestation contre la perte du aaa !

* expliquer la dette, sensibiliser les populations du Bassin de Thau
* les villes de Sète, Agde, Villeneuve et leurs emprunts toxiques (Dexia, banque de Scotland, etc ... quid ?
* organisation d'actions diverses  ....
autres propositions : ..........


Autre proposition - du Père Peinard :
Dans les  Folles
Années 70's...
- ça y est, il va encore radoter -
... devant la menace des banques d'augmenter les frais jusqu'à taxer les chèques et les dépôts à vue
les associations de consommateurs avait lancé un vaste mouvement civique :
- émettre des chèques à un franc, à l'époque,
envoyés à des copains sur toutes sortes de supports libres
(non pas le p-Q !)
comme c'est légal du moment que figurent les identités bancaires du  tireur, du tiré...
- désolé, ce sont les termes légaux - et du bénéficiaire. Daté signé.
Des centaines de milliers de mini-chèques furent émis et les banques reculèrent - provisoirement !

Le traitement d'un chèque revient à 1,5 euros...
Les signatures ne sont plus vérifiées.

Sinon : quand tu dois 10 000 euros à ton banquier, même populaire, TU as un problème...
Si tu lui dois un million d'euros, c'est LUI qui a un problème.
Vous voyez ce qu'il nous reste à faire...

Robin Peinard des Bois...

Tous mes précédents blogs et fesse de bouc ont été détruits par un ennemi invisible.
Désormais :
http://perepeinard.over-blog.com/
- pour adultes avertis...
http://perepeinard.over-blog.com/article-la-bataille-de-sete-par-christian-durand-97309683.html

Inscrivez-vous à la newsletter.
Nombre de places limité.


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 22:33

 


nucléaire

Depuis quelques minutes, ce vendredi 20 janvier 2012, des militants antinucléaires de Vaucluse occupent le Conseil Général réuni en session.

Les citoyens habitants et salariés de Vaucluse qui ont fait irruption dans l’enceinte de l’Assemblée, porteurs de banderole et pancartes et de portraits de victimes du nucléaire, entendent que les élus se préoccupent enfin de la santé publique et de la mise en danger de la population et des territoires par les installations nucléaires, la Provence étant la région la plus nucléarisée de France.

Plusieurs fois interpellés par courriers et courriels, aucun-e des élu-es départementaux, à une rare exception près de dernière heure, ni aucun-e maire de Vaucluse n’a daigné répondre aux multiples interpellations citoyennes effectuées depuis plus de 2 ans par le Collectif antinucléaire 84.

Pourtant les nombreux accidents nucléaires sur les installations nucléaires de la vallée Rhône/Durance (plus de 250 de tous ordres en 2010) portent atteinte à la vie et à la santé de la population et des salariés :

-    la contamination de l’eau du robinet de plusieurs localités du département par du tritium radioactif suite à l’accident du site nucléaire du Tricastin durant l’été 2008,

-    l’explosion du four de déchets nucléaires de la Centraco à Marcoule à l’automne 2011 faisant un mort, un blessé grave toujours entre la vie et la mort, de nombreux traumatisés et répandant un nuage radioactif sur le Vaucluse, le Gard et l’Hérault,

-    les rejets quotidiens, depuis des dizaines d’années, de radiocontaminants dans l’atmosphère et dans les rivières,

-    la présence – découverte en 2003- de plutonium dans le Rhône jusqu’en Camargue.

Cancers multiples, leucémies, atteintes neuronales et cardiaques, déstructuration de l’ADN, femmes enceintes ayant des fœtus malformés se multiplient.

L’étude épidémiologique que l’INSERM a publié la semaine passée montre que les victimes non-salariées des installations nucléaires sont 2,2 fois plus nombreuses que prévues, notamment les jeunes enfants atteint de leucémie. Cette études sanitaire confirme celles révélées en Allemagne et en Suisse ces dernières années.

Aujourd’hui, alors que la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon se poursuit, catastrophe faisant dramatiquement suite à celle de Tchernobyl de 1986 en Ukraine et celle de Three Miles Island 10ans plus tôt aux Etats-Unis : l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et l’Institut de Radioprotection et de Sécurité Nucléaire (IRSN) affirment qu’un accident nucléaire ne peut plus être exclu en France.

Le récent rapport « Evaluations Complémentaires de Sûreté » de l’ASN met en lumière l’état de délabrement des installations du Tricastin, la dangerosité de celles de Marcoule et de Cadarache, aucune de ses installations nucléaires situées sur des failles sismiques n’est en état de résister à un séisme ou à une inondation, aucun Plan d’Intervention ne peut prévenir du drame.

Les antinucléaires, porteurs d’une pétition signée par plus de 7500 vauclusien-e-s entendent que les Conseiller-e-s Généraux cessent de se soumettre au diktat du lobby nucléaire, brisent la loi du silence, assument leurs responsabilités en matière de protection de la santé publique et de la Provence, fassent procéder à des analyses systématiques de radioactivité dans toutes les villes et villages du département et se prononcent par une résolution pour la mise à l’arrêt immédiat des installations nucléaires de la vallée Rhône-Durance (Tricastin, Marcoule, Cadarache, Cruas), pour l’arrêt immédiat définitif et inconditionnel du nucléaire, pas dans 10 ans, pas dans 20 ans.


____
Contact presse :
Collectif antinucléaire de Vaucluse / CAN84
06 60 76 04 03
collectifantinucleaire84@hotmail.fr
www.coordination-antinucleaire-sudest.org

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:46

http://cnr-midipyrenees.blogspot.com/2012/01/les-indignes-demandent-la-protection-de.html

 

jeudi 19 janvier 2012

Les indignés demandent la protection de la justice

Les indignés saisissent la justice contre les forces de l'ordre : pour défendre nos droits en justice comme sur les places publiques et faire en sorte que la loi soit respectée par ceux qui sont censés la faire appliquer.

Conférence de presse le 17 janvier 2012 à 15 heures chez Oscar 11-13 boulevard Beaumarchais 75004 Paris (Métro Bastille).

 

Ce99379b8deed3443a84b3396ac2cd12a29a51d8.1280x960
Image by: Pressenza Francia

Pressenza Paris, 1/17/12 Rappel : le 4 novembre 2011, 700 Indignés, pacifiques et porteurs d'un message d'avenir démocratique, se sont réunis sur le parvis du quartier d'affaire de La Défense et y ont créé un éphémère village populaire de tentes.

 

A 21H30, une demi-heure après la fin de la manifestation, les forces de l'ordre sont intervenues. De nombreuses personnes ont été frappées sur les membres ; certaines, blessées, se sont vus refuser une assistance médicale ; deux ont été hospitalisées. Par ailleurs, les forces de l'ordre, dans leurs interventions à la Défense, ont systématiquement détruit nos tentes et enlevé notre matériel. Vidéo

 

L’occupation du parvis de La Défense par les Indignés aura eu lieu du 4 novembre 2011 au 16 décembre 2011, durant lesquels la création d’un lieu d’échange populaire et l’installation d’un campement citoyen a été systématiquement empêché par les charges des forces de l’ordre. (Une liste exhaustive et un résume de vidéos, images et liens, jour par jour, vous serait proposée à la conférence de presse).

 

Le 16 décembre, nous avons été expulsés puis quotidiennement dispersés et empêchés de nous rassembler sur le parvis de la Défense. Certains d'entre nous ont subi des traitements violents et dégradants. Une vingtaine d'indignés ont été arrêtés, mis en garde à vue, et sont convoqués devant le délégué du procureur pour rappel à la loi ou avertissement à partir du 16 janvier. Nous serons présents et solidaires à leurs côtés. L’avocate Me Plaza les défend.

 

Face à ces violations manifestes de nos droits et face à ces intimidations, nous ripostons sur le plan juridique.

Nos valeurs et nos attitudes relèvent des droits fondamentaux, consacrées par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, ainsi que par la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

 

Nous avons déposé une plainte pour "entrave à la liberté de rassemblement et d'expression, atteinte aux personnes, à leur dignité, à leurs biens, intimidations, coups et blessures, chantage, gazage à bout portant dans les yeux..." auprès du Procureur de la République de Nanterre afin de faire condamner nommément les responsables et permettre à l’avenir une liberté effective de rassemblement.

Plus exactement nous portons plainte pour :

- entrave à la liberté d’expression,

- atteintes volontaires à l’intégrité physique de la personne,

- vols,

- destructions de biens,

- discrimination du fait du refus de recevoir les plaintes,

- propos injurieux.


Une conférence de presse aura lieu le 17 janvier 2012 pour exposer notre démarche, avec des plaignants et Me Christophe AYELA, avocat au barreau de Paris, qui défend gratuitement l'ensemble des plaignants.

Nous avons aussi engagé un référé liberté pour demander au juge administratif d'enjoindre à l'autorité préfectorale de cesser de porter atteinte aux libertés fondamentales. Le juge a confirmé qu'à défaut d'arrêté préfectoral d'interdiction, notre rassemblement déclaré était autorisé. Toutefois il n'a pas jugé recevable la requête car nos nombreux témoignages émanaient des indignés et non de personnes en dehors du mouvement. Considérant que le tribunal aurait dû demander des explications à l'administration, nous avons décidé de nous pourvoir en Cassation auprès du Conseil d'Etat.

 

Qui sommes-nous ?

Nous sommes des personnes simples et ordinaires. Parmi nous, certains se considèrent progressistes, d’autres plutôt conservateurs. Nous sommes athées, agnostiques ou croyants. Certains ont des idéologies affirmées, d’autres sont apolitiques. Mais nous sommes tous préoccupés et indignés par la situation politique, économique et sociale actuelle.

Nous dénonçons les manipulations et les injustices de tout type et nous voulons construire une voie pour sortir de la crise internationale sans violence.

Nous valorisons le respect de chacun, la coopération, les relations humaines, la créativité et l’intelligence collective en tant que piliers pour instaurer une véritable souveraineté du peuple. Notre mouvement est un processus pour construire l'autodétermination.

 

Pourquoi faire respecter nos droits ?

Parce que le mouvement fait grandir la vague d’espoir qui s'exprime partout dans le monde. Ce mouvement est international et pleinement politique mais a-partisan, horizontal et non violent.

Les forces de l'ordre font un usage abusif de la violence à l'encontre de notre mouvement pacifique. Les vidéos sur internet en témoignent largement.

Faire respecter nos droits c'est empêcher qu'on nous fasse taire. Nous sommes les "99 %", quand nous ne sommes pas respectés, ce sont tous les citoyens qui sont attaqués.

 

Conférence de presse

mardi 17 janvier 2012, 15H00.

Chez Oscar, 11 boulevard Beaumarchais, 75004 Paris (Métro Bastille)

Vous pouvez télécharger

Cordialement.

Les indigné-e-s de Paris, Mouvement Démocratie Réelle Maintenant.

Web: [http://paris.reelledemocratie.com /](http://paris.reelledemocratie.com /) http://occuponsladefense.net

Twitter: @acampadaparis / @occupydefense

Contact mail : prensa.acampada.paris@gmail.com Téléphone presse francophone : Marie-Ange (06 21 89 91 96) Téléphone : Me Ayela (06 18 06 18 54)

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:42

 

http://www.bordeaux.indigne-e-s.fr/agenda/icalrepeat.detail/2012/01/21/1060/-/-

 

Les indignés de Bordeaux

Assemblée thématique

Samedi, 21. Janvier 2012, 15:00

 


 

Assemblée Générale sur le thème de la Création Monétaire.

VENEZ DÉBATTRE, ÉCHANGER, INFORMER !!!

D'où provient la dette dont le remboursement justifierait leurs mesures d'austérité ??

Loi "Rothschild" n°73-7 du 3 janvier 1973
"Auparavant, l’État français avait le droit de battre monnaie, et avec cette nouvelle loi, il perd ce droit qui est du même coup légué aux banques privées, qui en profitent pour s’enrichir aux dépends de l’État en lui prêtant avec intérêt l’argent dont il a besoin."

Article 104 du Traité de Maastricht
"Il interdit à la BCE et aux Banques Centrales Nationales de consentir des avances ou des prêts aux États ou aux Collectivités Publiques.
Cette loi s’étend donc à toute l’Europe."

Article 123 traité de Lisbonne
« 1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales des instruments de leur dette est également interdite »

L'argent Dette de Paul Grignon : http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_l-argent-dette-de-paul-grignon-fr-i_news

VENEZ DÉBATTRE, ÉCHANGER, INFORMER !!!





 

 

Ajouté par Pierre

 



Type d'évènement: Animation / forum

Lieu: Pl. de la Victoire, Bordeaux
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:39
http://les-indignes-stephanois.forcinfo.com/?p=447

 

Soyez les bienvenues
Samedi 21 janvier à 12h à la Maison de quartier du Crêt de Roch
(65, rue de l’Eternité, à St Etienne)

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:35

marseille.bondyblog.fr

Vendredi 20/01/2012 | Posté par Alda

 

Le week-end dernier, les Indignés de Marseille tenaient leurs Assemblées Populaires dans cinq quartiers de la ville. Deux bloggeuses du MBB ont suivi ces rencontres. Alda était à la Belle-de-Mai. VIDEO EN +

 

Assemblée Populaire des Indignés à la Belle-de-Mai -- Cliquez pour voir l'image en entier

Samedi 14 janvier, 13h30, Place Caffo à la Belle-de-Mai, sous une guirlande d’affiches clamant :  "Place du Peuple, la rue est à nous" et "Ne laissons pas les affaires du monde au monde des affaires !", une dizaine de personnes discutent, assis sur des cartons ou sur le banc près de l’arrêt de bus. Peu à peu, d’autres personnes se joignent au groupe et après quelques minutes, l’Assemblée Populaire, comptant une petite vingtaine de participants, débute.

Jérémy, qui a rejoint les Indignés de Marseille depuis le 15 octobre 2011, prend la parole et fait un bref rappel de l’histoire du mouvement des Indignés, de ses revendications et de ses actions. C’est à l’occasion de la Journée Mondiale des Assemblées Populaires, initiée par les Indignés afin "d’habituer les gens à la démocratie directe, de donner la parole à tous, de construire une alternative mondiale" (voir la vidéo ci-dessous), que les Indignés de Marseille ont souhaité expérimenter ce principe dans cinq quartiers de Marseille, dont la Belle-de- Mai.

 


L’Assemblée Populaire est fondée sur le principe d’écoute de chacun et les décisions se prennent par consensus et non par vote. Pour permettre son bon déroulement, des gestes avec les mains sont utilisés pour demander la parole, exprimer son accord ou son désaccord, demander le silence, ajouter un point technique, etc.

Informer, réfléchir, décider, l’Assemblée Populaire donne à chaque citoyen la possibilité de s’exprimer sur des sujets ou problèmes de son choix. Elle peut également mandater des groupes de travail et former des Commissions chargées d’approfondir les réflexions, de proposer des solutions ou des actions.

A l’ordre du jour : "exprimer ses motifs d’indignation". Un à un, les membres de l’Assemblée – commerçant, étudiant, travailleur précaire de l’Éducation Nationale, chômeur, postier, animateur de radio, travailleur social, de tous âges – prennent la parole :
quotidien difficile, situations précaires, statut des Roms, logement pour tous, crise de l’Éducation Nationale, endettement des ménages, AMAP, questions énergétiques, démocratie participative, etc., les sujets ne manquent pas et les langues se délient, la discussion s’anime, les idées germent…

Près de deux heures plus tard, le froid commence à se faire sentir mais la volonté est née de continuer les débats et surtout d’y faire participer de plus en plus de personnes…
La décision est donc prise de créer une Assemblée Populaire à la Belle de Mai et le prochain rendez-vous est fixé au samedi 21 janvier, 14h, à la Place Bernard Cadenat.

La trame d’un tract d’information est mise en place, que deux volontaires rédigeront, et que chacun pourra distribuer autour de lui et dans les lieux publics.

Alors avis aux amateurs, habitants ou non du quartier, et si vous souhaitez plus d’informations sur les Indignés de Marseille, voici où vous pourrez en trouver :

Sur leur
site internet, leur compte Facebook, ou en les contactant par mail : indignados.marseille@yahoo.fr    

L’initiative des Indignés se veut être un premier pas vers une démocratie incluant l’ensemble des voix de ses citoyens, invités dès aujourd’hui à réinvestir l’espace public pour échanger, débattre et construire. Et chacun est le bienvenu.


Samedi 21 janvier, les Assemblées Populaires auront lieu à la Belle-de-Mai, sur la Place Bernard-Cadenat, et au Cours Julien, autour des bassins. Rendez-vous à 14h.



Crédit photo : Alda

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:31

 

tvanouvelles.ca - Première publication 19 janvier 2012 à 11h06


Les indignés sont de retour avec leurs tentes à Toronto.



Quelques personnes du mouvement Occupons Toronto ont établi un nouveau campement à l'ombre de l'hôtel de ville de Toronto, mardi soir, dans la foulée de la manifestation qui s'est déroulée au moment de l'adoption du budget municipal, mardi soir.

«L'intention de la ville visant à transférer des emplois du secteur public au secteur privé est une erreur. Ces gens ont donné leur vie à la ville», a expliqué Ian Smart, un des indignés.

Wes Trotman est un autre indigné qui a établi une résidence sur le site du campement. Il avoue toutefois ne rien connaître du budget.

«Je suis ici pour chanter, danser et prier. Le monde est en transformation, et ce sera pour le mieux», a-t-il raconté.

Un peu moins d'une dizaine de tentes ont été érigées sur le nouveau site d'Occupons Toronto.

Dans la foulée d'autres occupations partout en Amérique du Nord, Occupons Toronto avait élu domicile au parc St. James en octobre dernier. Le campement a été démantelé tout juste avant Noël.

 

Les indignés de retour

 


Crédit photo : Agence QMI Agence QMI
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:27
ladepeche.f
Publié le 20/01/2012 08:03 | J.-P.R.

Le Collectif a décidé de modifier sensiblement son action : « Nous voulons sortir des institutions. Il ne sert à rien de vouloir convaincre un directeur aux ordres de l'Agence régionale de santé. Maintenant, nous voulons aller au-devant des gens pour informer le plus grand nombre. Nous allons interpeller les politiques en campagne électorale (la conseillère générale PS Françoise Pouget nous a déjà faits part de son soutien), informer les parents des usagers de la détérioration programmée de nos conditions de travail.

Pour que leur combat soit visible, le collectif de la branche action sanitaire va calquer son mouvement sur celui des « Indignés ».

« Avec l'accord du maire, une tente de l'indignation et de la résistance sera installée mercredi, jeudi et vendredi prochains, devant la mairie. Et nous serons présents de 12 heures à 20 heures pour expliquer nos revendications.

Ramonville sera le point de départ du mouvement. Mais déjà, du côté du Tarn, on se mobilise pour planter aussi la tente et dire « Pas touche à nos conventions. »

Nous donnerons prochainement la parole au syndicat des employeurs, notamment à la FEHAP (Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs).

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:24

 

presseurop.eu -

România liberă - Bucarest - 19 janvier 2012

 

 Bucarest, le 16 janvier. Lors de la manifestation des "indignés", place de l'Université.

Bucarest, le 16 janvier. Lors de la manifestation des "indignés", place de l'Université.

 

AFP

Depuis près d’une semaine, des milliers de personnes de tous horizons manifestent partout dans le pays contre les mesures d’austérité et la corruption qui gangrène la politique. Il serait temps, estime un sociologue roumain, que le gouvernement prenne leurs griefs au sérieux.

Il s'agit peut-être de la démonstration la moins homogène qu'il m'ait été donné de voir en Roumanie. Tant en raison de la variété des participants (retraités, étudiants, révolutionnaires, intellectuels, chômeurs, supporters de football, chanteurs, etc.), que par leurs revendications et leurs griefs : salaires, retraites, taxe sur les voitures achetées à l'étranger, démantèlement des partis, exploitation de l'or de Roşia Montană, démission du président Traian Băsescu, l'indépendance par rapport à la finance mondiale [en 2009, la Roumanie a signé un accord avec l'UE, le FMI et la Banque mondiale portant sur un prêt global de 20 milliards d'euros. Le gouvernement s'est engagé en échange à réduire son déficit public]. Mais avec un seul dénominateur commun : l'indignation.

La diversité typologique des manifestants implique de même une diversité des comportements . Contrairement à avril 1990 [lorsqu'une manifestation contre le gouvernement de Ion Iliescu fut stoppée net par l'arrivée des mineurs de Valea Jiului], la place de l'Université, à Bucarest, n'est plus peuplée aujourd'hui majoritairement d’intellectuels, avec leur conscience civique et leur art du dialogue cultivé dans des colloques doctes.

Tout le monde espère que quelque chose va changer

Ces jours-ci, parmi les révoltés, on trouve aussi des marginaux, des bandes de jeunes, mécontents – eux aussi – de ne pas trouver de travail, de la réduction des prestations sociales, de l'augmentation du coût de la vie, du fait que la police protège les usuriers et les proxénètes mais les grille à la moindre bévue. Qu'on le veuille ou non, ils font également partie de la société civile.

Pour eux, la confrontation consiste à avant tout causer le plus de dégâts possible à l'adversaire, lui cracher dans l'œil, lui mettre un poing dans le plexus. Ils ont toujours cassé les vitrines des arrêts de bus, pas nécessairement parce qu'elles appartenaient à "l'Etat", mais tout simplement parce qu'il faisait nuit et que personne ne pouvait les voir.

Bon nombre d'entre eux font également partie des clubs de supporters des équipes de football. Ils se déchaînent parce qu'il ont toujours besoin d’un exutoire pour leur esprit grégaire ; parce qu'il leur est facile de diviser le monde en "les nôtres" et les ennemis ; parce que, de toute manière, ils n'ont pas d'autres distractions.

Mais ce ne sont pas ces raisons qui les ont poussés sur la Place de l'Université : ils sont ici, parce qu’ils peuvent hurler à leur guise leur exaspération, parce qu’enfin, ils trouvent une place parmi ceux qui d'habitude les rejettent, parce qu'ils espèrent, comme nous tous, que quelque chose va changer dans leur vie.

Ces jours-ci, les protestataires ont fraternisé avec les gendarmes, les opposants avec ceux qui soutiennent le pouvoir, les journalistes de la chaîne de télévision Antena 3 avec leurs concurrents de B1. Avec tout le monde, sauf avec les casseurs. Les manifestants qui paraissent devant les caméras ont en effet toujours pris soin de dire qu'ils protestaient pacifiquement. La violence nous répugne tous.

"Laissez-les mariner dans leur propre jus !"

Mais la violence, ce n'est pas seulement d'arracher les pavés des rues et de les jeter à la tête du gendarme. La violence, c'est aussi d'imposer une loi électorale sans arguments valables et sans débat public.

Ou la réduction des salaires de ceux qui travaillent honnêtement. Ou encore la démolition des bâtiments faisant partie du patrimoine roumain. Si nous nous bornons à chercher la violence uniquement du côté des casseurs, alors nous perdrons le sens fondamental de la protestation.

Il semblerait que les casseurs aient été identifiés, arrêtés, isolés. Les protestations se déroulent, enfin, pacifiquement. Les gendarmes contrôlent tous les suspects et arrêtent à tour de bras (113 arrestations lundi 16 janvier). Quant au gouvernement, il exprime sa pleine compréhension envers les griefs des manifestants et affirme reconnaître leur respect du droit démocratique de manifester dans des lieux autorisés.

Mais il ne change en rien à sa conduite. Il attend, de toute évidence, qu’une rafale providentielle de blizzard ou bien de lassitude, chasse les manifestants de la Place. J’ai comme l’impression d’avoir déjà entendu cette solution : "Laissez-les mariner dans leur propre jus !", avait dit Ion Iliescu, lors de manifestations d'avril 1990.

Mais cette stratégie comporte des risques : lorsque les gens comprendront qu'il ne suffit pas de manifester symboliquement leur exaspération, il ne seront peut-être pas encore complètement las. Mais ils se sentiront marginalisés. Et ils deviendront eux aussi des marginaux. Et la gendarmerie devra identifier encore plus de casseurs !

Vox populi

“Tous pourris !”

“Personne, au pouvoir comme dans l’opposition, n’a la confiance de la population”, affirme Evenimentul Zilei sur sa Une : “tel est le niveau atteint par l’insatisfaction”. Désormais, que ça soit dans la mythique place de l’Université, haut lieu des révolutions roumaines, à commencer par celle  de 1989 contre Nicolae Ceausescu, ou ailleurs dans le pays, “les protestataires écrivent 'USL [Union Social-Libérale, opposition de gauche] = PDL [Parti Démocrate-Libéral, au pouvoir]”, écrit EVZ.

Si, en ce qui concerne le PDL, l’explication réside dans les mesures d’austérité très dures qu’il a imposées, l’opposition pour sa part paye “ses scandales internes, qui ont érodé la confiance de l’électorat et le discours qui ne répond pas aux priorités de la population”, explique le journal, ce même 19 janvier où l’opposition a convoqué une immense manifestation contre le gouvernement d’Emil Boc.

Quant au président Trajan Basescu, il ne devrait pas trop craindre pour son fauteuil : la Frankfurter Rundschau explique en effet que

Les manifestants ne doivent pas espérer le soutien de Bruxelles, car, avec sa politique d’austerité, l’autocrate de Bucarest y est encore bien vu. Ce n’est qu’en 2014 que son mandat –  le dernier, selon la Constitution –  se termine. Cela ne représentera pas la fin de son pouvoir : son surnom, “Putinescu” laisse craindre le pire.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22