Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 13:21
Appel finalisé pour les actions des 2 et 3 mars, à l'initiative des désobéissants, et dans la continuité des manfiestations de solidarité du 18 février, merci si vous pouvez diffuser, à+!

 

Occupons les banques, occupons la dette, nous sommes tous des Grecs
L’argent est devenu maître de nos vies, il dicte la politique.
Les politiciens valsent et obéissent toujours aux mêmes injonctions. 
Ils veulent nous y soumettre alors résistons !
 
Ils voudraient nous enchaîner par la dette
cette escroquerie du siècle
ce pouvoir indûment donné aux banques et à la finance internationale, sur notre avenir et nos vies.
 
Ils voudraient nous faire peur 
en nous montrant l'hyper-austérité infligée à la Grèce  
La Grèce, où des enfants s’évanouissent de faim dans les écoles
Où des malades meurent faute de médicaments dans les hôpitaux 
Où malgré la terrible répression, le peuple grec redresse courageusement la tête
Il nous appelle, nous interpelle...
Leur combat est le nôtre.
 
Nous sommes tous grecs, 
Nous sommes un et unis, 
Nous sommes légion,
Nous ne lâcherons rien ! 
Les 2 et 3 mars, 
Contre la dette qui nous enchaîne dans le monde entier 
imposons des solutions pour reprendre le pouvoir sur nos vies.
Occupons les banques
Occupons la dette...
 
 


Evènement en France
https://www.facebook.com/events/334553109917107/

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 13:14

 

http://www.youtube.com/watch?v=Uvu-FxIWq_w&sns=em

 

Ajoutée par mindthecam le 21 févr. 2012

 

 

 

We asked for solidarity

and your answer was

#weareallgreeks

We just want to say

Thank you all !!!!!!

equality justice dignity

for everybody

NOW!

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 02:31

 

 

 

 

Ce documentaire est en quelque sorte un "retour sur le futur" pour la plupart des pays endettés d’Europe, car la situation vécue par la Grèce est un scénario qui va se répéter dans tous les pays confrontés à l’impossibilité de rembourser une dette souveraine en croissance exponentielle.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Comprendre la dette
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 20:30


18 présents ;

 


A l'ordre du jour :

 


- Compte rendu de la journée internationale des indignés du samedi 18/02 en soutien au peuple Grec ;


- Venue du poëte philosophe franco-grec Yanis Youlountas ;


- Débat sur le Mecanisme Européen de Stabilité financière (MES)


- Actions à venir;

 


Le rassemblement de ce samedi a débuté par un hommage à notre copain syndicaliste Jean Lou décédé prématurément.


Aprés quelques mises aux points mettant en relief les prochaines échéances électorales, s' en est suivi un débat trés animé avec plus de 60 participants sur les conséquences de la pseudo dette sur la population. Le lien a été souligné entre ce que subit et vit ce peuple par rapport à ce que nous vivons et allons endurer en France. Il est clair que ce pays est considéré par l'oligarchie financière comme un laboratoire testant jusqu'ou elle peut aller dans la suppression des droits sociaux, des services publics..... etc.

 


De cet ultra-libéralisme découlent une répression sauvage, une situation déplorable, honteuse, catastrophique, indigne de notre époque où:
- des gens se retrouvent avec la moitié de leur salaire ou indemnisation,
- des gens se retrouvent dans la rue ne pouvant ni manger ni se loger,
- des gens se retrouvent dans l'incapacité de se soigner,
- etc etc;


Sans compter que l'argent qui sera obtenu de la troïka ne servira qu'à rembourser les banques dont 3 françaises: le Crédit Agricole, la Société Générale et BNP Parisbas.

Un projet d'action est envisagé contre ces banques les 2 et 3 Mars. A suivre !

 


Mécanisme Européen de Stabilité financière:
Cette situation du peuple grec est à mettre en lien direct avec la nouvelle règle d' Or baptisée Mécanisme Européen de Stabilité (MES). Cette nouvelle loi dont la première partie doit être votée en toute discrétion par le parlement ce lundi 21/02, fixe à 0,5% le déficit autorisé par Bruxelles pour tous les pays de la zone euro. La totalité du traité sera signé en Mars. L'ancien taux de 3% n'ayant été que trop rarement respecté comment celui de 0,5 peut-il l'être ? Tout simplement parceque chaque prêt se traduira par un plan de rigueur. En clair cela signifie que le système financier appuyé par certains politiques s'apprêtent à nous faire les poches d'une manière draconienne. Ce qui se passe actuellement
en Grèce va se propager à travers l'Europe, ce n'est qu'une question de temps.


Nous vous demandons de manifester votre colère en envoyant un mail suivi d'un coup de téléphone à vos députés. Des modèles de lettre sont disponibles sur plusieurs sites.


Liste des députés par département et leur contact : https://memopol.lqdn.fr/france/assemblee/department/


Exemple : Lachaud Yvan
Phones: 0466021150 ou 0140630102
Courriel : ylachaud@assemblee-nationale.fr
ylachaud.depute.gard@gmail.com


La grève du Mercredi 29 Février lancée par la Confédération Européenne des Syndicats portera également contre ce MES. Rendez vous à 14h place de la Maison Carrée !

 

 

 

Rencontre organisée par la FA et les Indignés avec Yanis Youlountas:
Ce poëte et philosophe franco-grec connaissant bien le sujet des révoltes en Grèce a déjà fait plusieurs réunions publiques et écrit des ouvrages dont :


Paroles de murs athéniens, reflétant 3 années de reportages aux côtés des Indignés et émeutiés grecs. Il a signé un article dans le journal Le Monde : vive la rébellion citoyenne et est intervenu dans le second Grenelle de l'environnement.
Cette initiative va demander : participation, implication et financement. Cette rencontre est prévue pour le samedi 17 Mars entre 14h et 17h30 à Pablo Neruda. Nous en reparlerons rapidement.

 

 


Actions et annonces à venir :

 


- Samedi 25/02 à 14h gare routière, action contre ACTA. Acta est une offensive de plus contre le partage de la culture sur internet. En clair c'est du flicage pour racketter les internautes.


- Mardi 28 au Séma à 20H30 film Debtocratie. Débat avec le collectif CAC30.

  Réservations des places à partir du mercredi 22/02.

 

 - Mercredi 29/02 : à 14H Maison Carrée rassemblement inter-syndical contre le MES et ses conséquences; à 19H30 Auditorium de Pablo Neruda : conférence avec R. Desbordes, pdt de la CRIRAD, contre les conséquences du nucléaire


- Mardi 2 Mars à 20h à Sommiéres, salle polyvalente : conférence-débat: quel avenir énergétique ? Organisé par le collectif "Transition Vidourle Vaunage" "Collectif gaz de schiste non-merci Garrigues Vaunage" " Rencontres
citoyennes" et le "Civam du Vidourle".

 


Nous remercions particulièrement Janie pour ses dates et infos et le collectif CAC 30.

 


A lundi prochain ! Bonne lecture !

 

 

Repost 0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 18:33

 

Programme de la 5e édition de MARS ATTAC, festival de ciné-débats qui se tiendra à Nîmes du 21 au 27 mars 2012 au cinéma le Sémaphore (avec également une soirée le 16 mars avec le collectif "d'ailleurs nous sommes d'ici"). Pendant la semaine, il y aura aussi une exposition photo à la cafétéria du Sémaphore: vernissage le 21 mars à l'issue du débat.
Nous sommes très satisfaits de cette programmation ainsi que de cette nouvelle affiche !
 
A noter également: une autre soirée projection-débat autour du film "Debtocracy" .

 
Mardi 28 février à 20h30 : DEBTOCRACY

Soirée avec le Collectif 30 pour un audit citoyen de la dette publique
Documentaire (Grèce) 2011 - 1h15 – réal : Aris Hatzistefanou, Katerina Kitidi
Debtocracy est un documentaire important pour comprendre la crise mondiale et son impact sur la Grèce. Il prend pour exemple le cas de l'Equateur , et montre comment ce pays a réussi à s'en sortir grâce à un audit de sa dette et en répudiant une partie de sa dette.

Débat avec Christian Celdran, membre du Conseil Scientifique d'ATTAC et du Comité de coordination des collectifs pour un audit citoyen de la dette publique

http://www.audit-citoyen.org/


N'hésitez pas à diffuser l'info,

 

5ème édition de la semaine du cinéma altermondialiste

Nîmes 21 mars > 27 mars

 

Pour plus de renseignements : Cinéma le Sémaphore – 25, rue Porte de France / Tél : 04 66 67 83 11 / Web : www.cinema-semaphore.fr Pour des infos sur Attac (Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne) www.france.attac.org www.local.attac.org/attac30 nimes@attac.org / 04 66 38 22 95

 

 

Notes

[1] A partir du 21 mars, expo photo dans la Cafétéria du Sémaphore : Hors-champs de Sandy Korzekwa est une série de photographies de lieux oubliés. Entre ville et campagne, une déambulation dans un entre-deux mondes.

 

 

En avant-goût de Mars ATTAC :

 

Vendredi 16 mars à 20h : SOUS LA MAIN DE L’AUTRE attention, lieu différent !

(projection gratuite à l’Agora – 2, impasse Jean Macé à Nîmes). Soirée avec le Collectif « d’ailleurs nous sommes d’ici » (contre le racisme, la politique d’immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans-papiers)

Documentaire (Suisse) 2011 – 1h29 – réal : Vincent Detours, Dominique Henry

Document bouleversant sur la prise en charge psychologique par l’association suisse Appartenances de migrants victimes de tortures. « Sous la main de l’autre » est pour­tant un film fon­da­men­ta­le­ment opti­miste sur les capa­ci­tés des êtres humains à se recons­truire. Débat avec des représentants de l’association Appartenances

 

Mercredi 21 mars à 20h : INDIGNADOS

Documentaire (France) 2010 - 1h30 – réal : Tony Gatlif

Indignados est le témoignage de ce qui se passe aujourd’hui, et nous plonge dans la réalité dense et palpable d’une Europe révoltée. Au cœur de l’actualité, au sein même des mouvements des Indignés, nous découvrons, à travers le regard et le voyage de Betty, jeune clandestine africaine, des hommes et femmes qui se dressent face à un système, pour juste pouvoir vivre.

Débat avec Tony Gatlif, le réalisateur

Et à l’issue du débat, à la cafétéria du Sémaphore : vernissage de l’expo photo [1] et verre de l’amitié.

 

Jeudi 22 mars à 20h : NOSOTROS DEL BAUEN

Documentaire (France) 2010 – 1h35 – réal : Didier Zyserman, Jérémie Reichenbach

Buenos Aires, depuis mars 2003, les employés de l’hôtel Bauen travaillent en autogestion, se partageant les tâches et les salaires, votant lors des assemblées générales toutes les décisions les concernant. Ils luttent aujourd’hui contre leurs anciens patrons, désireux de récupérer l’immeuble à leur profit. Droit au travail contre droit à la propriété, quelle légitimité l’emportera ?

Débat avec Nils Solari, auteur d’une enquête sur les entreprises récupérées par les travailleurs en Argentine et XXXXXXXXXXXXXXXXX de l’Union Régionale des SCOP (Sociétés coopératives et participatives)


Vendredi 23 mars à 20h : NOS ANCETRES LES GAULOISES

Soirée avec le Carnaval des Différences (contre le racisme et les discriminations)

Documentaire (France) 2011 – 1h30 – réal : Christian Zerbib

« Un docu chaleureux sur l’immigration en France : l’aventure enjouée d’une dizaine de mères de familles dijonnaises, d’origine étrangères auxquelles on a proposé de participer à un spectacle théâtral narrant leur rapport à la France, les tribulations liées à leur parcours compliqué » (les inrocks)

« Drôle, émouvant et d’une grande dignité » (téléciné obs) Débat avec des représentants de l’APTI (Association pour la Promotion des Travailleurs Immigrants), d’AZUR (XXX………………………………………………………………………….),XXXXXXXXXXXXXXXXXX

 

Lundi 26 mars à 20h : LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE

Soirée avec le journal MEDIAPART

Documentaire (France) 2010 – 1h44 - réal : Gilles Balbastre, Yannick Kergoat – Avec Arlette Chabot, Laurence Ferrari, David Pujadas… mais aussi Frédéric Lordon et Jean Gadrey.

La grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Le film dénonce cette presse qui, se revendiquant indépendante, objective et pluraliste, se prétend contre-pouvoir démocratique.

Débat avec Laurent Mauduit, écrivain, journaliste et co-fondateur de MEDIAPART


Mardi 27 mars à 20h : DE MEMOIRES D’OUVRIERS

Documentaire (France) 2012 – 1h19 – réal : Gilles Perret

Après Walter, retour en résistance, Gilles Perret revient avec ce film qui commence par une histoire locale et finit par raconter la grande histoire sociale française. C’est l’histoire ouvrière en général que racontent les hommes rencontrés. Dignes et lucides, ils se souviennent de ce qu’ils furent et témoignent de ce qu’ils sont devenus dans la mondialisation.

Débat avec Gilles Perret, le réalisateur


Et pendant la semaine, vous pourrez aussi voir : TAHRIR, PLACE DE LA LIBERATION

Documentaire (Italie, France) 2012 – 1h31 – réal : Stefano Savona

Le Caire, février 2011. Sur la Place Tahrir occupée nuit et jour, on parle, on crie, on chante ce qui n’a pu être dit à haute voix jusque là, on résiste, on apprend à discuter, à inventer des slogans et à soigner les blessés, à défier l’armée et à préserver le territoire conquis : un espace de liberté où l’on s’enivre de mots. C’est une chronique au jour le jour de la révolution, aux côtés de ses protagonistes.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 17:48

Among the Savages

In March to Athens on 21 February 2012 at 15:37


March to Athens

 

Day 105-XXXI, from Eboli to Contursi Terme, 21 km.
Day 106-XXXII, Contursi Terme.

 

Contursi, February 21

 

Dear people,

We have started our ascent into the wilderness. There exist no known maps of this territory, only old stories. According to the accounts of ancient travellers like Pliny the Elder and Herodotus, it’s at least a week marching up to the pass, the watershed that divides the west from the east. The peasants confirm. But all the brave people from the outside world who have entered this territory before us did so in summertime. We are climbing the mountains in the dead of winter.

Lifting camp in Eboli

Carlo Levi, in his Cristo si è fermato in Eboli, paints a vivid image of the natives. For them times had never changed. Since the dawn of man, they had gotten up with the first light to work their small and rocky pieces of land down in the valley. And afterwards they returned up the hill to their caves or their houses every evening. They were small and dark-skinned and they usually survived up to their forties.

If they survived, they suffered disasters of all types. Plagues, earthquakes, draught, famine, the overlord and the state. Their religion had a sauce of christianity over it, but in its core it was still made up of pagan rites and beliefs and superstitions linked to the forces of nature. Witchcraft was a common practice.

In the 1930s the peasants and the degenerated local nobility had made their first acquaintance with the outside world. An automobile was seen, and over the mayor’s radio set you could listen to victorious proclamations about the war in Abessinnia. The immortal fatherland and Rome almighty were illuminating the world through the power of fascism, but the peasants didn’t care. For them, the only thing that ever came from Rome, aside from the proclamations, was the tax collector. He came to confiscate their livestock, their tools and their houses when austerity measures were imposed to finance the war or the debt.

Next to the mysterious Black Madonna of Viggiano, the people revered only one other idol. Franklin Delano Roosevelt. For the peasants, the civilised world wasn’t here in Italy, it was on the other side, either in heaven or in America. Many peasants emigrated, they made their fortune, and they lived like civilized people. Some of them returned here with a bag full of dollars, believing that things would change under fascism.

They never did. So the remigrants spent the rest of their days reminiscing about America. And they died of boredom.

At the end of the rainbow... there is a gas station.

Three to four generations have passed when the March to Athens, after a one day stop in Eboli, pushes on into the unknown.

The first of the savages we meet is a small and dark-skinned peasant. He simply smiles us on. The next is a shepherd guiding a herd of sheep. He bears a certain resemblance to the homo sapiens. And from my first impression I think it won’t be too far-fetched to hypothesise that we have a common ancestor somewhere.

I try to speak to the old man. First in signs and then in primordial sounds, but he doesn’t understand me. As a last resort I simply speak Italian.

He understands, to my surprise, and his language is actually pretty similar to Italian. I wonder if he has ever been as far as the coast, or if the people from the civilised world have been up here in recent years.

Not likely. When I take a picture of the panorama the old shepherd marvels at my camera. I show him how it works, and once he has seen the result he insists on being photographed.

The shepherd...

 

... and his herd.

Finally he shows us the way. And so here we are in Contursi, camped on a windy hill top over a river valley, closed in by two walls of mountains.

The actual situation that I find here is pretty different from that of seventy years ago. While neither Greece, nor Rome, nor Christ have penetrated here, globalisation has..
“There is no work here”, says an old lady. The local agriculture has been destroyed by the import of lowcost products from elsewhere. What remains is the monoculture of olives, some small scale agriculture and the thermal baths. There’s no artisanry or industry.

Still, Contursi is not a dying village. It looks inhabited, clean, pretty rich. And not only, I’ve noticed more than one house with solar panels on the roof, or a small wind turbine. On the other side of the valley there is an entire wind park on a hill top.
Instead of a prehistoric society, in Contursi I find the first possible signs of a sustainable future.

 

Contursi Terme

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 17:42
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 17:35

zinfos974.com

Mardi 21 Février 2012 - 15:28

 

 

10h30: Une grande surface de Saint-Benoît prise d'assaut par des manifestants

 

 

Après les barrages filtrants sur les ronds-points de l'île, les indignés péi de Saint-Benoît, avec l'appui de l'ARCP et de Jean-Hugues Ratenon, se sont mis aux barrages filtrants… au niveau des caisses de supermarché. Une technique pour faire prendre conscience aux consommateurs Réunionnais les écarts de prix constatés entre la métropole et la Réunion. Après cette opération coup de poing, les indignés de Saint-Benoît se donnent rendez-vous ce soir devant la mairie pour continuer le combat.

 

Le point de rendez-vous a été donné ce matin aux alentours de 10 heures devant une grande surface de Saint-Benoît. Une quarantaine d'indignés péi et l'ARCP, emmenée par Jean-Hugues Ratenon, se sont rendus à l'intérieur du magasin pour dire "stop" à la vie chère et dénoncer les différences de prix qui existent entre la métropole et la Réunion.

"Je suis suis habitante de Saint-Benoît et je suis venue pour faire le comparatif des prix dans les grandes surfaces dans ma ville", explique Laëtitia. Pour cela, elle a demandé à l'ARCP et Jean-Hugues Ratenon de venir soutenir le mouvement qu'elle a démarré ce week-end. Objectif de l'action de ce matin, bloquer les caisses pendant quelques minutes en utilisant la méthode des "barrages filtrants".

Si beaucoup de clients ont compris, d'autres ont protesté face à une "prise d'otage". Des consommateurs qui ne se sentaient pas concernés. Pourtant, un peu plus tôt, Eric Parlier, membre de l'ARCP, rappelait avant de pénétrer dans le magasin la différence de prix qu'il existe entre les produits achetés à la Réunion et en métropole. "Si vous voulez que ça change, il faut que toute la population boycotte les plus gros supermarchés de l'île", a-t-il expliqué.

Après ce mouvement pacifiste, l'ARCP est partie vers le Port pour soutenir les transporteurs et les indignés de Saint-Benoît se sont donnés rendez-vous ce soir devant la mairie pour ne pas faire retomber la "pression".

 

Mardi 21 Février 2012 - 15:28
Julien Delarue

1

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 17:31
Libération - Aujourd'hui à 16h10

Le tribunal correctionnel de Troyes s'est déclaré mardi "incompétent", dans le procès de neuf militants de Greenpeace.
Le tribunal correctionnel de Troyes s'est déclaré mardi "incompétent", dans le procès de neuf militants de Greenpeace. (Photo Francois Nascimbeni. AFP)

Neuf militants Greenpeace s'étaient introduits dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine en décembre. Leur procès relèverait d'une juridiction spécifique.

 

Le tribunal correctionnel de Troyes s'est déclaré mardi «incompétent», dans le procès de neuf militants de Greenpeace qui s'étaient introduit dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) en décembre 2011, renvoyant la balle au parquet.

 

Les six femmes et trois hommes, âgés de 22 à 60 ans, avaient comparu devant le tribunal de Troyes le 20 janvier pour «violation de domicile et locaux professionnels et dégradations en réunion» et encouraient jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

 

Le procureur avait requis des peines de quatre à six mois de prison avec sursis, assorties d'amendes de 1 000 à 1 500 euros, pour chacun des prévenus.

 

Dans ses attendus, le tribunal de Troyes a estimé que cette qualification de violation de domicile ne pouvait être retenue contre les militants et a invité les pouvoirs publics à plutôt invoquer le chef d'accusation d' «introduction non autorisée dans un bâtiment intéressant la défense nationale» pour ces affaires.

 

Pour le parquet de Troyes, qui a dix jours pour faire appel et trois ans pour requalifier les faits, la qualification pénale relevait «d'un choix d'action publique. On a préféré retenir un texte générique comme on l'aurait fait pour toute autre installation industrielle sans retenir de spécificité particulière», avait expliqué Alex Perrin, procureur de la République de Troyes.

 

Délit spécifique

«Le tribunal a admis qu'on ne pouvait pas nous reprocher une violation de domicile passible de cinq ans de prison alors que tout autour de la centrale, il y a des panneaux indiquant que l'intrusion est interdite sous peine de six mois de prison et 7 500 euros d'amende selon l'article 413-7 du Code pénal», a souligné Alexandre Faro, l'avocat de Greenpeace.

 

Selon lui, l'intrusion dans une centrale nucléaire correspond à un délit spécifique intéressant la défense nationale et relève d'une juridiction spéciale.

 

«Le tribunal a renvoyé sa copie au procureur qui avait décidé d'élever les peines encourues pour probablement être plus dissuasif vis à vis des actions de ce genre», a poursuivi l'avocat.

 

Cinq militants sur les neuf prévenus, accompagnés de leur avocat et de cadres de Greenpeace, avaient fait le déplacement jusqu'au tribunal pour entendre le jugement. «Nous sommes plutôt satisfaits mais le parquet peut faire appel et on est donc toujours dans l'attente», a commenté l'un d'entre eux, Vivien Rabé.

 

«Le tribunal a peut-être compris que cette action a été faite pour élever le débat sur la sécurité nucléaire en France et non pas pour dégrader», a-t-il avancé.

 

Le 5 décembre 2011 à l'aube, neuf activistes de Greenpeace avaient découpé les trois grillages de l'enceinte de la centrale de Nogent-sur-Seine avant de grimper sur le dôme d'un des deux réacteurs, pour tenter d'y peindre le symbole «danger».

 

Ils avaient été interpellés en fin de matinée, certains sur le dôme, d'autres enchaînés sur des échelles d'accès, les derniers cachés dans un buisson.

 

Deux autres militants de Greenpeace qui s'étaient introduits le même jour dans la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche) avaient comparu le 24 janvier devant le tribunal correctionnel de Privas, qui doit rendre son jugement le 28 février. Le même chef d'accusation que pour leurs collègues de l'Aube a été retenu contre eux.

 

(AFP)

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 17:24

Bernard Laponche et Benjamin Dessus, deux des fondateurs de l'association Global Chance, dénoncent l'«irresponsabilité» du gouvernement et d'EDF, qui font «l'impasse totale sur les risques majeurs» de la «prolongation de la durée de (fonctionnement) du parc [nucléaire] actuel».

 

 

Une offensive tous azimuts du gouvernement et de la direction d’EDF tente de faire accepter par l’opinion publique l’intérêt «évident» du prolongement de la durée de fonctionnement des réacteurs nucléaires actuels qui équipent les centrales nucléaires françaises, jusqu’à cinquante et peut-être soixante ans.

 

Devant cette offensive de communication, Global Chance tient à préciser un certain nombre d’éléments.

 

Rappelons d’abord qu’en France, il n’y a pas de durée d’exploitation a priori, contrairement aux Etats-Unis qui fixent deux butoirs pour les licences d’exploitation: quarante ans, puis vingt ans.


En France, les réacteurs sont soumis à deux types de mesures de contrôle: contrôle permanent et revue de sûreté par inspections d’une part et, d’autre part, revues périodiques (tous les dix ans) de sûreté nucléaire, en liaison avec le programme d’arrêt pour maintenance.

 

D’après EDF, les deux composants d’une centrale nucléaire qui ne sont pas remplaçables sont la cuve du réacteur et l’enceinte de confinement. Mais on peut se poser des questions sur d’autres éléments: le circuit primaire et tous les câblages électriques à l’intérieur de l’enceinte de confinement par exemple. En ce qui concerne les aciers de la cuve et du circuit primaire par exemple, on sait que plus longtemps dure l'intense irradiation neutronique, plus ils deviennent cassants: une injection massive d'eau froide dite de secours en cas d'accident pourrait entraîner la rupture brutale d'une cuve ou d'une tuyauterie primaire vieillie trop longtemps, surtout dans les premières centrales où les aciers sont sujets à des ségrégations de phosphore dites «veines sombres» qui accentuent le phénomène, concurremment parfois avec la présence de fissures entre acier au carbone résistant et revêtement d'inox interne anti-corrosion.

 

De même, en cas de situation accidentelle, notamment impliquant un incendie dans les parties centrales de l’ilot nucléaire le vieillissement à la longue et la détérioration des innombrables câbles et traversées électriques peut rendre inopérantes les tentatives de contrôle de la situation. Le remplacement de ces câbles et traversées, très imbriqués dans toutes les parties du cœur de la centrale et souvent en zone irradiée, représente un chantier considérable.

 

Pour juger des questions de sûreté liées l’allongement de la durée de fonctionnement des réacteurs nucléaires au-delà de leur durée prévue au moment de leur conception, soit trente ans, il nous paraît indispensable de nous reporter à quelques-uns des témoignages de ceux qui sont responsables de la sûreté nucléaire, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

 

Nous en citons quelques uns ci-dessous:

 

1. Dans son rapport « R&D relative aux accidents graves dans les réacteurs à eau pressurisée : bilan et perspectives », l’IRSN définit ce que l’on entend par accident grave et présente l’objectif des recherches sur la sûreté relative à cet accident (La Documentation française, janvier 2007). On peut y lire:

«La recherche concerne les réacteurs en fonctionnement et les réacteurs futurs. Les phénomènes de base sont les mêmes pour les réacteurs à eau sous pression actuels ou en projet. Toutefois, dans le cas des centrales existantes, les accidents graves n’ont pas été considérés lors de leur conception.
Les modifications envisageables de l’installation sont donc restreintes et les recherches menées dans ce cadre ont essentiellement pour objectif de trouver des moyens de limiter les conséquences d’un éventuel accident grave
».


2. Jacques Répussard, directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) écrit dans Le Monde du mercredi 6 avril 2011.
«
Sur le parc mondial, 14 000 années-réacteur sont déjà passées, et les statistiques montrent qu’on est à 0,0002(2x10-4) accident nucléaire grave par an, soit vingt fois plus qu’attendu selon les études probabilistes, qui ne savent pas bien prendre en compte l’aléa naturel et le facteur humain. Le nucléaire fait jeu égal avec l’industrie chimique. C’est insuffisant. On peut donc se poser la question: l’homme est-il en mesure de maîtriser cette technologie pour diviser au moins par deux ce risque d’accident? Y a-t-il une barrière?
Ce serait une conclusion inquiétante, car cela signifierait qu’avec 1 000 réacteurs installés, un accident nucléaire grave se produirait en moyenne tous les dix ans, ce qui n’est pas supportable
».
Ce calcul est basé sur trois accidents graves ou au-dessus (Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima, compté comme un seul accident).

Notons qu’en faisant le même calcul pour les quatre réacteurs ayant connu un accident majeur (et pas seulement grave), un à Tchernobyl et trois à Fukushima, on trouve un rapport de l’ordre de 300 et non plus de 20 par rapport aux attentes des études probabilistes.(1)

 

3. Jacques Repussard, dans le Journal du Dimanche (JDD) du 1er janvier 2012 répond aux questions d’un journaliste:

«Qu’a révélé votre audit post-Fukushima sur la sûreté des centrales françaises?
Celles-ci ne prennent pas en compte des scénarios comme Fukushima avec une perte totale d’eau et d’électricité. EDF propose des moyens de secours sous vingt-quatre heures mais on ne peut pas attendre tant de temps. Un séisme pourrait provoquer des accidents sérieux sur certains sites comme à Fessenheim et au Bugey. Les sites des vallées du Rhône et de la Loire doivent surélever leurs digues pour se protéger de fortes inondations
.

La centrale de Fessenheim est pointée du doigt. La fermerez-vous?
Depuis plusieurs années, nous disons qu’il faut renforcer son radier [dalle sous le réacteur] pour éviter une fuite en cas d’accident. Si EDF ne réalise pas ces travaux, il faudra fermer la centrale. Il n’est plus admissible que ces sujets retombent dans l’oubli. Cela nécessite des arbitrages économiques en faveur de la sûreté. Mais il ne faut pas non plus "sacraliser" la fermeture d’un réacteur. La France choisit de rester dans le nucléaire, il faudra construire de nouvelles centrales et donc arrêter les anciennes au fur et à mesure ».

 

4. André-Claude Lacoste, président de l’ASN, écrit dans Le Monde du 4 janvier 2012:

«Nous avons beau être porteurs de l'idée qu'un accident nucléaire ne peut être exclu, c'est quand même un choc de voir un accident qui conduit à l'évacuation de 200000 personnes, un territoire de 2 000 km2 ravagé».

 

5. André-Claude Lacoste, dans une audition parlementaire du 30 mars 2011 affirme:

«La position constante de l’ASN a toujours été la suivante : personne ne peut garantir qu’il n’y aura jamais en France un accident nucléaire. Je dis ce que je dis, et je répète une position constante de l’ASN française ».

 

6. Dans son Avis DSR_2010-153 du 19 mai 2010, sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, l’IRSN écrit:

«L’IRSN en conclut qu’à VD3+5 ans ( visite des 30 ans+5ans, soit 35 ans) le risque de rupture brutale n’est pas exclu pour les cuves des réacteurs de Dampierre 4, Cruas 1, Cruas 2, Saint-Laurent B1 et Chinon B2 en cas de situations incidentelles et accidentelles... Les marges à la rupture sont également insuffisantes à VD3 + 5 ans pour les cuves de Saint-Laurent B1 et de Bugey 5 qui sont affectées de défauts ».

 

7. Dans son avis n°2011-AV-0120 du 4 juillet 2011, l’ASN écrit:

«L’ASN considère que, sous réserve des conclusions à venir des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) engagées à la suite de l’accident de Fukushima et au vu du bilan du troisième réexamen de sûreté du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim, le réacteur n°1 est apte à être exploité pour une durée de dix années supplémentaires après ce troisième réexamen à condition de respecter les prescriptions de la décision de l’ASN n° 2011-DC-0231 du 4 juillet 2011 et notamment les deux prescriptions majeures suivantes:

  • Renforcer le radier du réacteur avant le 30 juin 2013, afin d’augmenter sa résistance au corium en cas d’accident grave avec percement de la cuve; 
  • Installer avant le 31 décembre 2012 des dispositions techniques de secours permettant d’évacuer durablement la puissance résiduelle en cas de perte de la source froide. » Et ce n’est que pour atteindre 40 ans...

 

8. Enfin , dans son rapport «les coûts de la filière électronucléaire» du 13 février 2012, la Cour des comptes, dans le chapitre consacré aux questions d’assurance du risque d’accident grave ou majeur indique: «Les estimations de l’IRSN donnent un coût moyen compris entre 70 Md€ pour un accident modéré sur un réacteur comme celui qui s’est produit à Three Mile Island en 1979 et 600 à 1000 Md€ pour un accident très grave comme ceux de Tchernobyl ou de Fukushima.»

Au vu de ces prises de position publiques et témoignages de personnalités reconnues, directement impliquées dans les questions de sûreté nucléaire, Global Chance s’élève vivement contre l’irresponsabilité dont font preuve aujourd’hui EDF et le gouvernement, en présentant la prolongation de la durée de vie du parc actuel de 10 à 20 ans comme une évidence industrielle et économique incontournable et en faisant, de fait, l’impasse totale sur les risques majeurs d’une telle stratégie pour nos concitoyens.

 

(1) Les études probabilistes se fondent sur l’hypothèse de 10-5 accident grave par année réacteur et 10-6 accident majeur par année réacteur.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22