Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 19:17

LEMONDE.FR | 24.02.12 | 21h46   •  Mis à jour le 24.02.12 | 21h47

 
 

 

Capture d'écran d'une vidéo montrant les bombardements sur Homs, le 6 février 2012.

Capture d'écran d'une vidéo montrant les bombardements sur Homs, le 6 février 2012.AFP/-


Marie Colvin et Rémi Ochlik, les deux journalistes tués dans le bombardement du centre de presse de Homs qui a également blessé plusieurs journalistes européens, ont-ils été trahis par leurs téléphones satellitaires ? Le Telegraph rapporte que dans les jours précédant l'attaque, plusieurs journalistes présents dans la ville soupçonnaient que leurs téléphones satellitaires aient pu être repérés, et que le signal de ces appareils soit utilisé pour guider des bombardements.

L'hypothèse n'est toutefois pas la plus probable. Comme le rappelle l'organisation de défense de la presse Reporters sans frontières, les militaires syriens n'ont pas eu besoin de recourir à des technologies avancées pour cibler le centre de presse. "Le bâtiment aurait été visé de manière intentionnelle, étant de notoriété publique qu'il accueillait régulièrement des journalistes", explique l'ONG, qui voit dans ce bombardement la preuve directe de la volonté de l'armée de cibler délibérément les journalistes sur place.

Plusieurs témoignages laissent cependant entendre que l'armée utilise les signaux des téléphones mobiles pour guider ses tirs d'artillerie dans le quartier de Baba Amro, épicentre de la contestation contre la dictature. Les lignes téléphoniques filaires ont été coupées dans la ville.

 

UN SYSTÈME DE SURVEILLANCE INSTALLÉ PAR UNE ENTREPRISE ITALIENNE

Repérer les signaux de téléphones mobiles et en déduire l'origine du signal ne fait pas appel à une technologie élaborée. En triangulant la source d'un signal, il est possible, avec un matériel relativement basique, de déterminer l'endroit où se situe un téléphone mobile avec une précision relative, mais parfaitement suffisante pour un bombardement.

La Syrie a cependant mis en place un véritable système de surveillance à grande échelle des moyens de communication. Le pays avait acheté à Area SpA, une entreprise italienne, un ensemble de logiciels de surveillance américains, français et allemands, permettant de surveiller aussi bien les communications Web que les conversations téléphoniques. Selon l'agence Bloomberg, la Syrie a notamment acheté, via Area, une technologie de surveillance des communications Web au français Qosmos, qui élabore notamment des systèmes d'inspection de paquets (DPI, Deep Packet Inspection), l'équivalent électronique d'un passage au scanner.

Malgré les sanctions prises par la communauté internationale contre Damas et l'interdiction de vente d'armes à la Syrie, la vente de ces technologies de surveillance n'est pas proscrite. Pour les défenseurs des droits de l'homme, elle est cependant assimilable à une complicité de crimes de guerre, puisque ces technologies de surveillance sont utilisées par la Syrie pour surveiller et retrouver les dissidents, victimes de tortures et d'exécutions sommaires.

 

LES TÉLÉPHONES SATELLITAIRES VULNÉRABLES

La surveillance des téléphones satellitaires est également possible – et techniquement simple concernant des informations de base. Localiser un appareil, par exemple, requiert un équipement minimal, et les signaux de ces appareils sont aisément identifiables.

Espionner les conversations transmises par ces appareils est en revanche plus complexe, mais n'est pas impossible. Début février, une équipe de chercheurs de l'université de Bochum (Allemagne) était parvenue à "casser" partiellement l'encryptage utilisé par la plupart des téléphones satellitaires. Les chercheurs ne sont pas parvenus à décoder intégralement les signaux cryptés échangés par le téléphone et le satellite, mais estiment que les vulnérabilités qu'ils ont découvertes montrent que les encryptages actuels peuvent être cassés.

Surtout, les téléphones satellitaires constituent une cible de choix pour les services de renseignement, syriens ou non, puisqu'ils sont très majoritairement utilisés par les journalistes, hommes d'affaires ou autres personnes ayant besoin d'un système de communication indépendant et échangeant des informations sensibles. "Gardez cela à l'esprit la prochaine fois que vous utiliserez votre [téléphone ou pager satellitaire], spécialement dans une zone de guerre", rappelle le blog spécialisé Open BTS. "Quel que soit votre encryptage ou système d'identification, la simple existence de ces signaux radio envoie un message à tout observateur militaire : 'il y a quelqu'un ici avec un système de communication particulier, et ce n'est pas l'un des nôtres'. C'est un message qui peut être très dangereux."

Le Monde.fr


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 14:21

Occupons les banques, occupons la dette, nous sommes tous des Grecs


L’argent est devenu maître de nos vies, il dicte la politique.
Les politiciens valsent et obéissent toujours aux mêmes injonctions.
Ils veulent nous y soumettre alors résistons !

 

Ils voudraient nous enchaîner par la dette
cette escroquerie du siècle
ce pouvoir indûment donné aux banques et à la finance internationale, sur notre avenir et nos vies.

 

Ils voudraient nous faire peur
en nous montrant l’hyper-austérité infligée à la Grèce
La Grèce, où des enfants s’évanouissent de faim dans les écoles
Où des malades meurent faute de médicaments dans les hôpitaux
Où malgré la terrible répression, le peuple grec redresse courageusement la tête
Il nous appelle, nous interpelle…

 

Leur combat est le nôtre,
Nous sommes tous grecs,
Nous sommes un et unis,
Nous sommes légion,
Nous ne lâcherons rien !

 

Les 2 et 3 mars,
Contre la dette qui nous enchaîne dans le monde entier
imposons des solutions pour reprendre le pouvoir sur nos vies.
Occupons les banques
Occupons la dette…

 

Indiquer votre événement sur le facebook pour qu’on puisse le référencer

France
Clermont-Ferrand (3/03) : pas de rassemblement communiqué si vous voulez participer contactez les par email admin@occupyclermont.org

Tunisie
Tunis : https://www.facebook.com/events/303317646396309/

 

Quelques éléments pour aider la mobilisation :

Repérez un lieu qu’on souhaite occuper (agence de banque, agence d’assurance, conseil d’administration, …)
- horaires
- accès
- dispositif de sécurité
- …

 

Appelez à un rassemblement public pour que le plus de personnes possibles participent et soutiennent l’action.
ATTENTION le lieu de rassemblement n’est pas le lieu d’occupation, il faudra emmener les personnes du rassemblement à l’action.

 

- pour appeler ce rassemblement utilisez le maximum de vecteurs de communication, évènement facebook qui sera référencé sur la liste des évènements, référencez votre action sur des agendas militants http://www.fruncut.org/ http://www.demosphere.eu/ http://millebabords.org/
- mailing listes communiqués, tracts, bouche à oreille, affiches, téléphone…
- renseignez-vous, transmettez aux autres
- n’attendez pas que les autres proposent, proposez (vidéos tracts affiches, banderoles, communiqué, site web, autocollants…)


- quand vous proposez soyez le premier à faire
- amenez ce qui peut être utile (par exemple il vaut mieux deux mégaphones qu’aucun)
- la prise d’initiative ne doit pas empêcher la concertation, à plusieurs on va plus loin
- la clé de la mobilisation est l’implication, demandez de l’aide à vos amis, vos voisins votre famille, aux autres inscrits sur l’évènement. Vous pouvez même proposer des moment collectifs de préparation (réunion de discussion, atelier de création de banderoles et de pancartes, séance de collage d’affiches ou de distribution de tracts)

 

Enfin le jour même, détermination, non violence, sérieux, bonne humeur, imagination, respect, partage…

à diffuser.

 

This post is also available in: Anglais*, Espagnol*, Portugais – du Brésil*

(Note perso : Pour les lire, appuyer sur la touche "Crl" de votre clavier + cliquer gauche sur l'un des liens ci-dessus*)

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 14:15


Pour sortir du piège de la dette publique !
 
Projection du film (séance unique !)
DEBTOCRACY
 
Suivi d’un débat avec Christian Celdran d’ATTAC France
et du comité de coordination des collectifs pour un audit citoyen de la dette publique
 
Debtocracy est un documentaire important pour comprendre la crise mondiale et son impact sur la Grèce et l’Europe. Il envisage également les expériences argentine et équatorienne de lutte contre la dette comme remèdes possibles à la dettocratie.

Mardi 28 février à 20h30
au cinéma le Sémaphore – Nîmes
 
Soirée à l’initiative du Collectif 30 pour un audit citoyen de la dette publique
http://www.audit-citoyen.org/  Contact : cac30@audit-citoyen.org 
Parce que les alternatives aux politiques d’austérité existent

  
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 14:07

The Conquest of the South

In March to Athens on 23 February 2012 at 18:57


March to Athens

Day 108-XXXIV, from Bivio Palomonte to Buccino, 12 km.

 

 

Putting up camp in Buccino

Buccino, February 23

 

Dear people,

 

We doubled our altitude today. And most of it was left for the last few kilometres up to Buccino. People were exhausted when they arrived, but satisfied. The walk was marvellous. The olive groves are gradually making way for the bare forests of winter. In twelve kilometres we encountered only a single car, twice. Carabinieri. They informally interrogate us. As a last word they say ‘occhio’, which means look out. So I wonder if there are still briganti active in this territory…

I’ll get to that another time. But first, the historical context.

A break along the way

 

Relaxing in between the olives

After the execution of Murat, the Bourbon family returned to the throne. All over Europe it was ‘restoration’ time. The reigning families wanted to pretend that the revolution had never happened. They thought that after Napoleon’s final defeat at Waterloo they could simply return to business as usual.

They couldn’t of course. History flows on, and you can’t row against the current.

Revolutionary fervour returned to Europe more than once in the 19th century, and in Italy the masonic lodges prepared for the country to be united.

I won’t go into it. There was a big component of obscure diplomatic plots, there were wars, there was the help or tacit support of Prussia/Germany and Great Britain, and there was more.

 

Giuseppe Garibaldi was the great hero of the unification. He was a born condottiero, an icon of his days, like Che Guevara a century later.

Garibaldi had fought for the independence of Uruguay from the empire of Brasil, he had fought all over Italy, and finally in France against the Germans in 1870.

His most famous enterprise was the ‘Expedition of the Thousand’, which sailed from near Genova to Sicily, and which would become the start of the conquest of the South by the North.

This time, the peasants had a real hope that something would change. They supported Garibaldi and the unification because they thought the estates of the nobles would be redistributed, so that they could finally own the land they worked.

It never happened. In fact, things got worse after the unification.

The kingdom of Naples might have been a medieval society, but it was a lot richer than many nationalist Italian historians will give it credit for. The south was literally conquered by the north, and treated as a colony. The new king of Italy, who held his court in Turin, implemented his own laws, but left the local nobles in place. And to stimulate the emerging industry, he levied taxes on agricultural products.

Agriculture was the main source of income for the south. When it was taxed, the exports fell, and misery was a result. The peasants had been betrayed. Many of them emigrated to America. And many others picked up their arms and took to the hills to fight a guerilla war against the new kingdom.

These rebels were known as briganti. And this region was the land where they lived, and died.

The 'Platano Valley

 

Comrade Mami in Buccino

We are sitting of on the steps of the local archeological museum of Volscei, the ancient name of Buccino. Like every evening when we arrive, we start to build camp. The barrels are placed, people go looking for wood, the fire is lit, the pans are filled, and food is cooked. People gather around.

Others among us have been visiting the museum. And they witnessed another familiar story.

We race through the centuries from one showcase to another, and it all makes sense. First there were tools and recipients. Then came art for decoration. Then came jewels, for art’s own sake, a first sign of social distinction. With social distinction came weapons and armours and warfare, and yet more riches…

Then came the Greeks. They did penetrate as far as here after all. Local art started to fade and disappear. Then came the Romans, and once again, culture changed. Etc. etc.

Modern consumerism is just another culture that we have adapted to. It will pass with the current of history. And maybe one day, people will marvel at an archaeological exposition of Coca Cola cans and all the other trash that you find along the roads today.

Above, an ancient clip

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 18:57

 

44 députés contre le MES

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 18:56

 

Invitation pour la conférence d’action européenne à Francfort/Main, Allemagne du 24 au 26 février 2012 En 2011 les choses ont commencé à bouger: Inspiré des soulévements en Afrique du nord des centaines de milliers de personnes ont manifesté tout autour du globe à maintes reprises contre l’oppression et la crise mondiale du capital. La Grèce a connu une grève générale aprés l’autre; en Israel des cortèges immense de manifestants ont défilé dans les rues contre le coût de la vie qui augmente; en Espagne des dizaines de milliers de personnes ont campé sur les places centrales, et de „Occupy Wall Street“ aux États-Unis est né un mouvement mondial que l’on remarque même en Allemagne et dont l’écho a enfin retenti dans la Russie de Poutine et pendant la grève générale nigériane.

En Allemagne les esprits sont restés relativement calmes jusque-là: il est grand temps de prendre aussi position, d’envoyer un signe d’ici, un signe de solidarité avec la résistance mondiale, un signe contre la troïka et ses dirigeants à Francfort et Berlin. Dans ce but environ 250 activistes de differents réseaux se sont reunis à Francfort le 22 janvier et ont convenu de se retrouver à une conférence d’action européenne pour préparer un printemps „chaud“ cette année. Voilà les questions que nous aimerions discuter avec vous, nos amis, collègues et camarades de différents pays, pendant la conférence d’action: Comment pouvons-nous faire comprendre que les choses ne peuvent pas continuer comme ça?

Que pouvons-nous faire pour que les choses prennent une autre direction?

Comment peut-on développer la contestation et la résistance contre le régime de crise autoritaire des gouvernements, des banques et des multinationales?

Comment pouvons-nous contrarier le gouvernement allemand?

Comment contribuer à une organisation transnationale du mouvement?

Avec quelles exigences voulons-nous mobiliser les masses?

Voulons-nous démocratiser ou suspendre l’UE?

Comment allons-nous réconcilier la critique du système capitaliste et les petits combats sociaux quotidiens?

Comment unir la diversité des revendications et la détermination de la protestation?

Des ateliers, des séances plénières, des groupes de travail, des débats publics et des tables rondes offrirons beaucoup d’occasions de se mettre d’accord, de planifier, d’organiser.

Commençons maintenant! Venez nombreux pour débattre, penser plus loin, organiser du nouveau et passer ensemble des mots aux actes. Voilà les idées d’action à la base desquelles nous voulons décider un plan d’action à la conférence:

La manifestation près du chantier de la BCE à Francfort, dans le cadre d’une journée d’action européenne le 31 mars 2012, sera suivie du 1er mai comme journée rassemblant des mouvements de protestation solidaires aux salariés, aux sans-emploi et aux camarades syndiqués. Le 31 mars aura lieu également une réunion d’organisation à Milan qui a pour but d’approfondir la coordination transnationale autour des prochaines journées d’action mondiales entre le 12 et le 15 mai 2012.

A l’occassion de ces journées il y aura des actions locales aussi en Allemagne, intégrées dans les actions mondiales. Le vent de la contestation mondiale en poupe, une multitude d’actions va avoir lieux concentrés à Francfort, avec une mobilisation à l’échelle européenne.

Occupons le quartier financier comme les indignés de Oakland ont occupé le port. Le but est d’envoyer un signal de solidarité grâce à des actions également pluralistes et déterminées. Soyons unis, déterminés, solidaires, pour une action couronnée de succès! Créons des conditions favorables pour un automne chaud, à l’occassion de l’anniversaire d’Occupy Wall Street en Septembre; après les banques directement contre les gouvernements!

Pendant la conférence, concernants la manifestation à Francfort, nous allons prendre une décision quant aux dates situées entre le „global actionday“ et la fin mai. De même pour la pérennisation des protestations au-delà de l’été. La conférence d’action va commencer le vendredi 24 février 2012 à 19.30 h avec une réunion centrale, et se terminer le dimanche à 13.00 h avec une séance plénière. […]

La conférence se tiendra á la maison des étudiants (Studierendenhaus) du campus Bockenheim à Francfort/Main.

Vous trouverez plus d’informations sous: www.european-resistance.org info@european-resistance.org Groupes d’accueil: Attac DeutschlandDie Linke HessenGrüne Jugend BundesverbandInterventionistische LinkeErwerbslosen Forum Deutschlandver.di StuttgartBerliner KrisenbündnisKein Mensch ist illegal/transactautonome antifa [f]turn*leftdes activistes du mouvement OccupyNoTroika Rhein-MainFriedens- und ZukunftswerkstattSozialistische Initiative BerlinRevolutionär Sozialistischer Bund (RSB)Sozialistische Kooperation (SoKo)
Via european-resistance.org

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 18:50

http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6076

Publié, le jeudi 23 février 2012 |


Dernière modification : jeudi 23 février 2012

 

"Car si ça continue comme ça, nous précaires, chômeurs, salariés nous allons commencer à imprimer nous-mêmes les dollars et les euros dont nous avons besoin pour financer l’égalité et les bien communs"
Richard Mac Laren - campeur d’Occupy Wall Street, 22 novembre 2011

 

 

 

Chers amis,

Tant sur le plan de la dette [1] que des libertés sur internet ou du renforcement du contrôle propriétaire de la création et de l’innovation, une seule politique impériale de prédation accumule ses ravages : la dette et l’ACTA (Accord Commercial Anti-Contrefaçon) sont les deux faces de cette politique.

L’offensive impériale est globale, impulsée par les banques et les multinationales de la culture et du multimédia, relayée par le gouvernement d’Obama et par la Commission Européenne.
La propriété privée des droits et l’enchaînement des populations à la dette privée et publique déterminent une paupérisation de masse de l’imaginaire, de l’innovation et de la création. S’y couplent la précarisation des existences, l’asservissement à l’emploi [2] et aux salaires à 600 euros, la contraction du périmètre déjà résiduel des libertés.

Au nom de la défense du droit d’auteur et du devoir absolu de régler la dette, les gouvernements n’ont de cesse de consolider le droit propriétaire des méga firmes et de leurs actionnaires, de renflouer les banques et de paupériser les chômeurs, les précaires, les salariés.

Comment se loger dans des studios à 700 euros, comment vivre en multipliant les stages gratuits, comme subsister avec un CDD à 800 euros mensuels, comment être autonome avec des miettes de revenu de plus en plus chiche ? Comment ne plus dépendre de sa famille quand on 22, 23, 28 ans ? Comment acheter des médicaments, comment se soigner à l’heure de la privatisation des systèmes de sécurité sociale et du renchérissement brutal des tarifs des mutuelles ? Comme payer des frais de scolarité de plus en plus élevés dans une économie du savoir asservie au crédit ? Comment exister dans la concurrence de tous contre tous ? Comment acquitter des droits d’auteurs à des agences chargées de nous traquer ?

Alors tous entrepreneurs de soi ? [3] Tous endettés à perpétuité auprès de Cofinoga ou à travers le marché des obligations souveraines ?

Ils disaient : vous serez tous propriétaires [4], tous actionnaires, vous vous enrichirez grâce à vos diplômes [5], vos enfants auront un meilleur avenir que le votre, le Net est ce paradis où vous serez tous égaux échangeant librement des fichiers, des informations, des affects. La vraie vie est la propriété privée. Le plein emploi sera le soleil de cet Eden.

Maintenant que cette pyramide de Ponzi s’est écroulée sur les clients, et que « les marchés » ont capté le produit de la valeur du travail de tous, l’oligarchie bleue et la rose disent : le maintien de notre gouvernance par la dette exige de ta part des sacrifices. Pour garantir le flux béni de crédits et la très sainte croissance, soumets-toi à l’ACTA, paie ce que tu dois à nos banques, à nos fonds de pension, à nos compagnie d’assurance. Résous-toi au chômage, au licenciement, à la baisse des salaires et des allocations sociales, au RSA-Travail Obligatoire, à l’emploi précaire à mi-temps, aux agences privées qui font régner l’ordre propriétaire sur Internet.

Que sont les droits de propriété si ce n’est des sortes de crédits à régler aux firmes transnationales du multimédia ? Que sont les abonnés, les usagers, les forces de la création et de l’innovation sinon d’inédits endettés menacés de devoir régler des droits astronomiques aux actionnaires et à la poignée d’auteurs qui vivent du travail et de la création de millions d’autres dépourvus, eux, de droits ?

Sois compétitif, aide par ton travail nos firmes à le devenir. Le CAC 40 et le NASDAQ devant, et nous derrière tous paupérisés (stagiaires, retraités [6], CDD, smicards, Rsastes, intermittents, SDF, etc) encadrés par la gendarmerie d’Hadopi et le FBI d’Acta.

Comme le Net, la dette est un prolongement de soi. La dette est la loi insérée dans le corps des multitudes. Le traité Acta est la loi insérée dans ce corps en réseau, incessante circulation de désirs de démocratie radicale et de créativité socialisée.

Pour les banques et leurs gouvernements, les échanges de connaissances, les soins aux malades, la liberté de création s’apparentent à de la contrefaçon criminelle. Créer, soigner, apprendre doivent être soumis aux droits de douane des firmes propriétaires. Pour eux nous sommes tous des frontières où ils prétendent installer leurs péages et prélever les intérêts de leurs crédits-marchandises, voire infliger des agios constitutionnels à ceux qui peinent à les régler.

Dans la colonie néolibérale la frontière a été internalisée. Elle se trouve partout d’où sourd le désir de démocratie, d’invention, d’échanges, de savoir. La dîme est prélevée sur les fichiers MP3, les molécules pharmaceutiques, le génome humain.

Alors, après les gouvernements techniques, les gouvernements Acta-militaires ? L’état d’urgence ou d’exception pour appliquer l’austérité et la ponction des droits jusque dans le dernier Pôle emploi au fond du désert, jusqu’au tréfonds du dernier disque dur aux confins de la biosphère ? Jusque dans le silence des organes ?

Refusons de payer les copyright !

Refuser de rembourser la dette, ce n’est pas voler, c’est affirmer l’égalité, c’est notre droit d’auteur !

Ni Goldman Sachs, ni Time Warner ! Ni Société Générale, ni Google !

La propriété intellectuelle, c’est le vol ! Écartons les firmes transnationales du Net !

Communisons la Banque centrale européenne !

Démocratie réelle ! Revenu garanti pour tous !

 

Bienvenue à l’assemblée populaire des Indignés de Belleville

SAMEDI 3 MARS 2012 à 14h30 (sortie métro Belleville, coté 19ème arr.)

-------- Assemblée.belleville@gmail.com --------

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 17:16
Rue89 - Tribune 23/02/2012 à 17h43

Anne-Sophie Rochegune, RéunionnaiseImprimer

 

 


Au Chaudron, le 23 février (capture d'écran d'une vidéo)

 

Je souhaitais vous faire part de mon intérêt et de mon indignation concernant le sort de La Réunion et les événements qui s'y déroulent depuis maintenant quelques mois, avec, en prime, la vision que l'on peut avoir de la France et de son actuel gouvernement, suite aux projets de l'année des Outre-mer.

Je suis une Française de 25 ans qui a vécu dix-sept ans ans de sa vie dans le département de La Réunion. J'ai choisi de quitter cette île il y a un an et demi car je désespérais :

Aujourd'hui, je constate qu'à part Europe1 mardi, nul journal, nulle chaîne de télévision n'a réellement parlé des événements qui se produisent depuis trois jours (et plus) à La Réunion, pas plus qu'il n'en a été question pour Mayotte le mois dernier !

Emeutes au Chaudron

En effet, depuis trois jours le quartier chaud du chef-lieu est à feu et à sang. Au Chaudron, les émeutes, qui semblaient « maitrisées par les forces de police » le premier soir, persistent jusqu'à ce jour. Cette nuit de mercredi à jeudi encore, on pouvait apercevoir des jeunes regroupés au pied des immeubles occupés à brûler voitures et poubelles en pleine rue.

Mercredi, des groupes d'une cinquantaine de personnes s'attaquaient aux pharmacies et petits commerces. A moins de 200 m de là, un cordon de policiers encerclait la grande surface locale Jumbo Score en balançant, à intervalles réguliers, des bombes lacrymogènes afin de tenir loin les vandales cherchant à percer pour venir dévaliser le grand magasin et ce, sans plus se soucier des boutiques mises à mal sous leur nez !

 

 

Emeutes au Chaudron (1)
Emeutes au Chaudron (1)

Pendant ce temps-là, dans la ville du Port (à l'ouest de l'île), que certains pourraient qualifier de cité de banlieue en métropole, on pouvait avoir les mêmes aperçus qu'au Chaudron : le feu, la casse, les voitures le long des routes détériorées...

La cause de tout ce cirque ? La Réunion, ayant sa propre branche économique en termes de pétrole et de gaz, une énième augmentation de ces produits essentiels – dans une île où la circulation ne se fait qu'en voiture, avec peu de transports en commun pratiques et où le gaz de ville n'existe pas – finit d'accabler particuliers et entreprises avec son coût impossible à tenir, s'ensuit un blocage des routes par nos amis routiers puis un appel à la révolte de la part des associations avec à leur tête monsieur Jean-Hugues Ratenon et son Cospar.

Evidemment, on peut encore se dire que la réaction de la population jeune n'est que prétexte, comme il fut en 2005 des émeutes aux quatre coins de la France : ce mode d'expression n'est pas le plus constructif pour apporter davantage à nos quartiers, nos villes, notre département. Cependant il faut encore expliquer les drames précédents et le contexte social.

Alors que monsieur Sarkozy annonçait pour l'an dernier l'année des Outre-mer, La Réunion n'a pas tant touché sa part du gâteau en terme d'évolutions économique et sociale. A part subir la venue de Sarkozy à 1,5 million d'euros aux frais de la princesse-contribuable pour son meeting de vœux de bonne année (sur invitation, SVP ! ), les Réunionnais ont vu leur taux de chômage augmenter en 2011 pour atteindre un niveau jamais vu depuis dix ans.

Selon les chiffres de l'Insee, la population de La Réunion se caractérise par une certaine jeunesse (avec une population de moins de 40 ans représentant 61,8% de l'ensemble), jeunesse qui doit impérativement traverser les mers et gagner la métropole pour obtenir une formation décente et un premier emploi avant de s'en retourner dans le DOM.

Bien sûr, il existe le Cnarm mobilité pour assurer la continuité territoriale, mais une majorité de son budget est assumée par la région Réunion alors qu'il serait logique d'avoir un appui direct et officiel du ministère de l'Outre-mer ou du ministère de l'Intérieur.

Rien ne bouge si la presse ne s'en mêle pas

Toujours sur la question du déplacement, le gouvernement s'est montré bien silencieux lorsqu'il s'est agi de fournir un budget conséquent dans le projet du tram-train Nord-Ouest, transport en commun qui aurait pu accroître l'essor économique du département en permettant aux populations de se déplacer sur un quart à une moitié de l'île aisément et de trouver de l'emploi ailleurs que dans sa propre ville tout en permettant à La Réunion de respirer plus aisément et d'obtenir un meilleur rendement sur le plan écologique. En diminuant progressivement le parc automobile qui figure parmi les plus importants proportionnellement en France, on aurait pu permettre un assainissement environnemental progressif mais durable.

Néanmoins, toujours coincés par les moyens, les Réunionnais ne verront jamais fleurir cette progression économique, écologique et sociale.

Et que dire de nos 1 500 hectares de forêt et de plantes endémiques flambées durant quatre à cinq jours en octobre 2011 ? Nombreux ont été les Réunionnais à échanger via Facebook sur la question et tous sont arrivés à la même conclusion : si deux Dash ont été mis à disposition, cela aura été uniquement parce qu'enfin l'information aura atteint le continent par le biais du Figaro qui a attiré l'attention des autres journalistes sur cet évènement. Quel prix avons-nous payé avant que cela n'arrive...

L'Outre-mer, parlons-en

Cette année, Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l'Outre-mer, aura fait parler d'elle plus que de son travail ou des collectivités territoriales dont elle a la charge. Afficher clairement sa préférence pour son département d'origine, la Guadeloupe, séjourner moins de trois jours dans un DOM autre que le sien et laisser Mayotte crier à la vie chère dans son coin lui ont paru naturellement être un bilan exemplaire de son œuvre. Mais à quoi bon le souligner ? Mayotte, La Réunion ? La vie chère ? Qui s'en soucie ?

L'année des Outre-mer, tu parles !

Bilan : l'année des Outre-mer, une année censée représenter au mieux les DOM-COM et promouvoir leurs bienfaits, leurs apports, le patrimoine exotique
naturel faunique et floral et la diversité qu'elle crée au sein de ce pays, un projet censé relancer le tourisme et l'économie locale... aura finalement tourné à :

  • l'ignorance des terres françaises perdues dans les mers,
  • l'ignorance des difficultés sociales autant que ses particularités ethniques,
  • l'ignorance d'une population qui a besoin de soutien financier et politique pour se tenir sur un pied d'égalité avec les autres régions.

On n'a fait que chipoter face aux agriculteurs qui tiraient la sonnette d'alarme concernant leur difficulté à produire avec des conditions climatiques spécifiques.

Mais bien sûr, en métropole personne n'en parle. C'est loin, on s'en fout, non ? Ce n'est jamais que 800 000 habitants qu'on laisse partir à vau-l'eau et qu'on recontactera éventuellement pour la présidentielle à l'instar de Marine Le Pen il y a deux semaines...

A bon entendeur, salut

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 17:10

LEMONDE.FR avec AFP | 22.02.12 | 16h40

 
 

 

Cette année, le pouvoir d'achat a baissé dans les grandes surfaces.

Cette année, le pouvoir d'achat a baissé dans les grandes surfaces.AFP/PHILIPPE MERLE


Les prix des produits de grande consommation dans les supermarchés et les hypermarchés se sont renchéris de 4 % en l'espace d'un an, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Depuis mars, les prix montent de manière continue en comparaison à l'année précédente. Le mois de janvier 2012 a été celui qui a connu la plus forte inflation des prix des produits de grande consommation, avec 4 % de hausse par rapport à janvier 2011.

En début d'année, le panier dans les hypermarchés coûte 3,9 % de plus que l'année précédente. Dans les supermarchés, l'augmentation est de 4 % tandis que les autrs formats de vente enregistrent une hausse de 5,2 %.

 

PREMIÈRES VICTIMES, LES BOUTEILLES

En un an, les prix des produits alimentaires (hors produits frais) se sont renchéris de 4,2 %. Ils ont progressé de 0,2 % en janvier sur un mois. Le prix de la viande a augmenté de 0,2 % sur un mois et de 4,4 % sur un an, et celui des boissons, de 0,7 % sur un mois et de 4,6% sur un an.

"Cette hausse de prix traduit notamment celles des alcools (apéritifs, eaux de vie et liqueurs) et des boissons gazeuzes, jus et sirops", précise l'Insee.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 17:03

 

LEMONDE.FR avec AFP | 22.02.12 | 17h30   •  Mis à jour le 23.02.12 | 09h03

 
 

Dans son numéro de mars, à paraître jeudi 23 février, le magazine 60 Millions de consommateurs dénonce "l'ampleur" du secteur libéral et des dépassements d'honoraires au sein des hôpitaux publics. L'enquête menée par le mensuel, avec le soutien logistique de Santéclair, filiale commune à plusieurs complémentaires santé, a duré plus de un an et demi.

"Autorisés à exercer une activité libérale au sein même d'un hôpital public, certains chirurgiens en profitent pour pratiquer des tarifs indécents", écrit 60 Millions de consommateurs. Ainsi, sur un total de près de 45 000 praticiens du public, 4 524 exercent une activité privée au sein de l'hôpital. Parmi ces derniers, 1 824 relèvent du secteur 2 et fixent librement leurs honoraires pour certains patients qui veulent être soignés par eux, selon des chiffres de 2010.

 

>> Lire l'article "'Développement excessif' des honoraires libres chez les médecins spécialistes"

RÉDUCTION DU DÉLAI DE PRISE EN CHARGE PAYÉE AU PRIX FORT

Un patient qui souhaite être traité par un médecin de renom ou qui ne souhaite pas attendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant d'être pris en charge peut demander à être reçu en privé par certains praticiens qui officient au sein d'un hôpital public.

Parmi les exemples cités par le magazine, celui de certains spécialistes de l'hôpital Cochin, à Paris, qui facturent jusqu'à 4 250 euros la pose d'une prothèse de hanche, alors que le tarif conventionné se limite à 459,80 euros. Pour une opération simple, celle de la cataracte, dont le tarif conventionné (remboursé par l'assurance-maladie) est de 271,70 euros, un patient pourra avoir à débourser jusqu'à 1 490 euros s'il choisit un "ponte" de l'Hôtel-Dieu à Paris, ajoute le mensuel.

Sur une quarantaine d'actes médicaux, la moyenne des dépassements oscille entre 68 et 408 % du tarif de la Sécurité sociale, mais "il n'est pas rare que les montants facturés atteignent des taux supérieurs à 1 000 %", écrit 60 Millions de consommateurs. Le mensuel affirme par ailleurs s'être heurté à de nombreuses difficultés pour obtenir ces chiffres, tant auprès des agences régionales de santé, des hôpitaux que de l'assurance-maladie.

Fin janvier, la Caisse nationale d'assurance-maladie a annoncé qu'elle avait lancé l'instruction de deux cent cinquante dossiers de médecins "susceptibles d'être déférés devant le Conseil de l'ordre" pour des pratiques tarifaires abusives.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22