Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:32
http://indignesduvar.over-blog.fr
Mercredi 29 février 2012

Aujourd'hui, mercredi 29 février 2012, une journée d'action européenne syndicale était organisée. Nous avons préparé nos banderoles dans la bonne humeur, et nous nous sommes invités à cette manifestation, tout simplement.

 

Mais ce n'est pas en manifestant un jour que nous pourrons nous faire entendre, c'est en prenant la rue, tous les jours s'il le faut! Nous devons en finir avec ces politiques qui ne visent qu'à affaiblir les peuples en les excluant des décisions qui les concernent en premier lieu, en les affamant.

P1070387

 

Nous devons nous mobiliser, nous réunir, et réfléchir nous-mêmes à l'institution d'une réelle démocratie.

 

Ils ne nous entendent pas, ne nous écoutent même pas, nous écrasent continuellement! Ils ne nous représentent pas!

 

Nous ne devons plus accepter d'être considérés comme de simples marchandises aux mains de financiers et de politiciens qui ne soignent que leur propres intérêts!

 

 Reportage France3 locale :

 

 

 

La seule solution viendra du peuple. Prenons la rue, unis, car ensemble un peuple est fort.

 

 Nous sommes les 99%!!!P1070389CS

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:21

Groupe facebook : Democracia Real ¡YA! (MONTPELLIER). #SpanishRevolution
Email : acampadamontpellier(at)gmail.com


 

jeudi 1 mars 2012

Compte rendu du Vendredi 24 Février 2012

Prochaine assemblée : Vendredi 2 Mars 18 H à la Mezzanine, 39 rue de l'aiguillerie.

 1. Petit résumé sur la DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE (D. P.) voulue par la Mairie : Un nombre de commissions pour la ville à été établi (éco et environnement, urbanisme, jeunesse et écoles, transports, handicap etc...) ainsi que quelques projets rentrant dans ces commissions (Village des associations au Peyrou pour contrecarrer les centres commerciaux genre Odysséum, jardins partagés, re-municipalisation de l'eau à Montpellier, participation dans les écoles pour apprendre la vie citoyenne, REFERENDUM LOCAUX, LIEUX PERMANENTS de DÉMOCRATIE etc...) Il y a un premier appel à projet qui se boucle le 28 mars. Pour nous aider dans cette mise en place de la D. P. qui possède un budget, il y a des outils en constructions tel que site internet pour participation à distance, communication pour amener le plus de gens ou d'avis différents à participer, et surtout l'Institut LAZARSFELD qui à pour mission de nous aider à établir la CHARTE de la Démocratie Participative en clarifiant le pouvoir des citoyens, en nous fournissant la structure légale de travail sur laquelle s'appuyer pour que cette charte soit légitime et efficace et que le conseil Municipal ne puisse refuser des projets dont la représentativité citoyenne est suffisante (Lazarsfeld propose aussi d'instaurer un droit de pétition, un Haut Comité de la D. P. qui puisse noter les institutions politiques et administratives...)
TOUT LE MONDE PEUT Y PARTICIPER, ALORS N'HÉSITEZ PAS.

2. Le RASSEMBLEMENT DES INDIGNES FRANÇAIS nous est à nouveau apparu comme essentiel, un site comme chez les espagnols (qui utilisent takethesquare.net et N-1) HORS FACEBOOK, car en France le plus gros des interactions entre personnes et entre ville se fait par ce réseau social privé. Les quelques sites francophones de rassemblement qui existent ne sont pas fédérateurs et finissent par faire de la division. Il FAUT trouver UNE STRUCTURE existante ou à créer FÉDÉRATRICE (on a pensé recruter chez des étudiants en informatique, 2 ou 3 suffiraient pour commencer à la créer).

3. UN ESPAGNOL était présent à la Mezzanine et nous à interpellé en comprenant que l'on parlait des indignés en France. Nous avons conversé en Anglais et il nous a rappelé que le mouvement partait de la base des citoyens, une inversion obligatoire pour contrecarrer les pouvoirs, nous a dit qu’il avait l’impression que les français étaient plus soudés dans ce mouvement que les Espagnols (ce que nous lui avons démentis), et nous a conseillés quand on fait des pétitions de recensement de mettre l’adresse mail, le lieux d’habitation et LA TRANCHE D’AGE, ainsi que de DIFFUSER en permanence DE L'INFORMATION venant de nous et entre nous au maximum, puisque comme en Espagne les médias ne le font pas.

4. L’un de nous a peut-être l’intention de refaire UN CAMP avec plusieurs personnes motivées ; une seule revendication : que la Mairie leur donne un terrain ou ils puissent s’autogérer. Une mise en garde par rapport à ça : si elle donne un terrain loin du centre elle pourrait refuser toute autre manifestation puisqu’ayant accédé à cette requête.

5. POUR LA JOURNÉE DU 12 MAI : pour les 1 an du mouvement des indignés nous avons constatés qu’une journée organisée en centre ville serait la meilleure solution. Un VRAI PROGRAMME commençant vers 10H le matin peut-être sur le kiosque de l’esplanade (pour lequel nous demanderions l’accord de la Mairie), avec des GROUPES DE MUSIQUE, une chorale, des animations, des ateliers d’expression libre, des cracheurs de feu professionnels, des danseurs… avec quelques cessions libres pour les musiciens et DES COMMUNICATIONS DU MOUVEMENT entre chaque groupes. Eventuellement une exposition de portrait. J’ai pensé aussi inviter des producteurs locaux pour assurer une vente pour le repas de midi.
L’un de nous a déjà un contact pour une chorale, un autre devrait avoir un contact avec quelques groupes, dont MARIANNE la chanteuse de Gingkobiloba, et un troisième avec d’autres musiciens et des organisateurs. Il y aura une date limite à déterminer pour l’inscription de nouveaux groupes à la programmation, vos propositions sont les bienvenues, bénévolement bien sûr.
Quelqu’un peut assurer des affiches et leur publication à bas prix.
Deux d’entre nous irons voir assez rapidement la Mairie pour savoir si on peut avoir un accord. Dans le cas contraire, les participants devront être prévenus.


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:13

Les policiers de la MRC des Collines-de-l'Outaouais ont procédé à l'arrestation du dernier manifestant sur le chantier du prolongement de l'autoroute 5.

Le dernier manifestant, juché dans un arbre tri-centenaire, a été arrêté vers 8 h, jeudi matin.

Au total, neuf manifestants ont été arrêtés depuis hier soir et deux d'entre eux sont présentement hospitalisés pour hypothermie. Le temps froid et les vents qui soufflent ont également poussé d'autres manifestants à descendre des arbres au cours de la nuit.

Hier, des opposants au prolongement de l'autoroute 5 ont défié une injonction en grimpant dans des arbres du chantier, forçant la machinerie à faire demi-tour.

Certaines personnes ont été arrêtées pour avoir tenté de venir en aide aux grimpeurs.

Toute la nuit, un policier, un pompier et un ambulancier se trouvaient sous chaque arbre, prêt à intervenir.

Les policiers demeurent sur place pour aider les travailleurs forestiers à poursuivre la coupe de bois. Le porte-parole de la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais, Martin Fournel, confirme que des manifestants sont toujours sur place, mais qu'ils se trouvent à l'extérieur du cordon de sécurité mis en place par les policiers.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 15:02

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xp47ns_violences-policieres-a-nice-carnaval-independant-carnaval-des-indignes-et-carnavelo-26-fevrier-2012_news

 

Faites suivre cette video le plus possible. Envoyez-nous vos témoignages et/ou vos photos et videos afin de nous permettre d'avoir le plus d'éléments possible (infos en fin de video).


Un des reportages de France 3 est ici :
mms://a988.v101995.c10199.e.vm.akamaistream.net/7/988/10199/3f97c7e6/ftvigrp.download.akamai.com/10199/cappuccino/production/publication/France_3/Autre/2012/S09/J1/388477_HD_1200_nice_midipile_270212.wmv

L'autre là :
http://www.dailymotion.com/video/xp3b04_nice-carnaval-independant-quelle-securite-pour-les-carnavalliers_news

Celui de Nice Matin est là :
http://www.nicematin.com/article/derniere-minute/a-nice-le-carnaval-independant-sacheve-par-quatre-arrestations.800903.html

 

 
 

Tout le monde avait choisi le dimanche 26 février pour retrouver le vrai carnaval populaire et revendicatif et faire la fête. A midi, on se retrouve pour un pique nique au Jardin Thiole, on fait connaissance, on partage de quoi grignoter et on affine les déguisements. Départ à 15 h, soit deux heures de retard, mais personne ne râle : c’est la fête. Tout se passe bien, on déambule dans les rues, escortés par les voitures de police qui tentent en vain de nous tracer le chemin, mais on est libre et l'on va au gré des humeurs. La musique est présente, beaucoup de familles avec les enfants qui s'ébahissent devant tant de beaux déguisements fabriqués de bric et broc et des vélos comme ils n’en avaient jamais vu . Tout va bien, un bon dimanche qui s’annonce, les habitants nous saluent de leurs balcons et les passants n’en reviennent pas ! Mais arrivés Place Garibaldi, un cordon de CRS en tenue de combat guerre attendait le cortège. On ignore, la musique nous fait danser encore mais les policiers en civil et en tenue de combat ont foncé dans la foule pour arrêter Bastien, accusé d’avoir fait, dans un accès de rage de liberté, ce que beaucoup d’entre nous aimeraient faire : barbouiller une caméra de Vidéo surveillance. Un policier a essayé de l’attraper, mais le cortège est solidaire et l’a repris sous son aile. Les gens présents on essayé de les empêcher de le violenter et de le trainer pour l'embarquer. Les policiers ont frappé quiconque essayait de s'interposer, maintenant à terre quiconque avait essayé de s'en mêler. Des scènes délirantes de jeunes filles trainées par terre, de garçons trainés, jetés dans des voitures et finis à l'intérieur à coups de pieds. Dans la foule, les familles inquiètes pour les enfants, les badauds assis sur les bancs, qui se régalaient de la fête, ne comprenaient pas ce qui se passait sur cette Place devenue tout à coup un enfer, sous le regard de Sainte Précaire qui trônait au beau milieu, très seule, et qui finira brulée. Le public conspuait les policiers qui n’en avaient que faire et répondaient vulgairement à toute personne qui les incitait au calme. Un père et ses deux enfants âgés de 4 et 7 ans ont reçu des gaz lacrymogène et sont rentrés traumatisés. Peu importe qu’il y ait eu des enfants ou des personnes âgées. Le combat devait continuer : sept personnes ont été embarquées au commissariat d’Auvare malgré nos protestations. Leurs amis, inquiets, sur conseil de l’avocat, sont allés à Auvare demander de leurs nouvelles. Réponse donnée : violences policières et jets de gaz lacrymogène pour les éloigner. Nous avons recueilli de nombreux témoignages écrits, vidéo ou photos qui montrent cette violence et qui démontrent que tout cela était prémédité pour réprimer toute velléité de liberté. La police traque toutes les vidéos qui circulent, a épluché facebook. Et quand Nice-Matin diffuse uniquement la version donnée par la police, personne ne s’en étonne plus. Mais lorsque des commentaires postés sous forme de témoignages sur leur site disparaissent, cela fait trop ! Que cherchent- ils à cacher ? Tout le monde a vu. Les personnes arrêtées sont toutes sorties à ce jour d’Auvare, et sont convoquées au TGI pour jugement les 19 avril pour certains, le 11 septembre pour les autres. Motifs d’inculpation : injures à forces de l’ordre en exercice, rébellion, violence, incitation à l’émeute pour avoir crié « Liberté !». Continuons à revendiquer la liberté et restons mobilisés. A suivre ...

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 14:53

 

LEMONDE.FR avec AFP | 01.03.12 | 11h51

 
 

 

AFP/FRED DUFOUR


Un quinquagénaire a été retrouvé pendu mercredi soir dans son bureau de la caisse primaire d'assurance-maladie, à Béziers, après avoir laissé une lettre où il accuse le directeur de la CPAM de l'Hérault d'être à l'origine de son geste, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
 

"Ce geste est la conséquence de ce que je vis au quotidien depuis deux ans. C'est pourquoi j'accuse (le directeur de la CPAM) de m'avoir pourri mes deux dernières années de vie sans me laisser la moindre chance de survie", a écrit cet homme de 51 ans, dans un long courrier reçu jeudi par le quotidien Midi libre et dont l'AFP a obtenu copie.
 

"Il est 20 h 15. Nous sommes le 29 février 2012. Si vous lisez cette lettre c'est que je vous aurai quitté définitivement", commence-t-il, avant de s'en prendre à son supérieur auquel il reproche "de l'avoir mis dans un placard à son arrivée il y a deux ans et de n'avoir rien fait pour trouver une solution" : il dit avoir été "tué professionnellement et détruit psychologiquement". "J'ai essayé de tenir mais c'était trop dur", assure le désespéré, avant de lancer : "Si je ne devais pas être le premier, que surtout je sois le dernier !" La direction de la CPAM n'a pu être jointe dans l'immédiat.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 14:48

LEMONDE.FR avec AFP | 01.03.12 | 13h30

 
 

 

Entrée du magasin Ikea de Lomme, dans le Nord, le 29 février 2012.

Entrée du magasin Ikea de Lomme, dans le Nord, le 29 février 2012.AFP/PHILIPPE HUGUEN


Le parquet de Versailles a enregistré une plainte contre X déposée par le syndicat Force ouvrière (FO), qui soupçonne le géant suédois du meuble Ikea de surveillances illégales de salariés et de clients.

L'Union départementale FO de la Seine-Saint-Denis dans sa plainte pour "utilisation frauduleuse de données personnelles", dont l'AFP a obtenu copie, produit des courriels échangés entre des cadres du groupe et des enquêteurs privés, qui proposent notamment contre rémunération des "consultations équivalentes à celles du STIC", le système de traitement des infractions constatées, la base de données des fichiers policiers qui répertorie toute personne concernée par une procédure judiciaire.

Le syndicat soupçonne le groupe suédois d'avoir demandé à ces enquêteurs des renseignements sur les antécédents judiciaires, policiers ou sur les comptes en banque de salariés ou de clients en litige avec l'enseigne.

Les avocats du syndicat, Mes Yassine Yakouti et Sofiane Hakiki, estiment qu'il s'agit d'une "infraction d'habitude", ces échanges ayant "commencé au plus tard en 2003 et (s'étant) perpétués jusqu'au 17 juillet 2009 au moins" et qu'aucune prescription ne peut être invoquée, les faits ayant été dissimulés.
"Si ces faits sont avérés, il s'agit d'une atteinte très grave aux droits des salariés mais aussi des citoyens", a déclaré Hocine Redouani, délégué syndical FO du magasin Ikea Paris-Nord 2.
 

"Ce sont des pratiques qu'on ne pensait pas possibles. Nous espérons que cela va être tiré au clair par la justice et que les responsabilités des uns et des autres seront établies", a-t-il ajouté, estimant que le directeur de la gestion du risque d'Ikea France, "mis en disponibilité" depuis mercredi, n'était "pas le seul au courant". A la suite de ces accusations révélées par le Canard enchaîné, Ikea France a ouvert une enquête.

>> Lire aussi Ikea accusé d'espionner salariés et clients


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 14:42

LEMONDE | 29.02.12 | 17h38   •  Mis à jour le 29.02.12 | 17h56

 
 

Dans un climat politique où il est tant question d'opposition entre les "élites" et le "peuple", voici une étude qui devrait faire couler beaucoup d'encre. Et pour cause : des chercheurs américains et canadiens documentent, dans l'édition du lundi 27 février de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), l'existence d'une relation inverse entre élévation dans la hiérarchie sociale et éthique du comportement individuel. C'est-à-dire, exprimé de manière un peu plus directe, que plus vous êtes riche, plus vous êtes susceptible de vous comporter de manière moralement lamentable.

L'équipe américano-canadienne menée par Paul Piff (université de Californie à Berkeley) a quelques arguments. Les chercheurs ont mené pas moins de sept protocoles expérimentaux différents, qui concluent tous dans le même sens.

 

"CUPIDITÉ"

Le premier est simple : il s'est simplement agi de se poster à un carrefour et d'observer les véhicules pris en flagrant délit de refus de priorité. La deuxième expérience, très semblable, a quant à elle consisté à relever les situations dans lesquelles un piéton engagé sur un passage ad hoc se fait couper la route par une voiture. Dans les deux cas, les chercheurs ont classé les véhicules en cinq catégories, des épaves roulantes (groupe 1) aux berlines de luxe (groupe 5). Résultat : près de 30 % des véhicules du groupe 5 forcent le passage aux voitures prioritaires, un taux quatre fois supérieur aux groupes 1 et 2, et trois fois supérieur aux groupes 3 et 4. Corrélation quasi identique pour le respect dû aux piétons...

Mais, direz-vous, ce n'est pas parce qu'on a une belle voiture qu'on est nécessairement riche. Ce qui n'est pas faux. Aussi, les chercheurs ont complété ces deux expériences par d'autres, menées en laboratoire. A chaque fois, une centaine d'individus ont été invités à prendre connaissance de divers scénarios ou situations : atteinte d'un objectif au prix d'une entorse à la morale, captation d'un bien de manière indue au détriment d'un tiers, mensonge au cours d'une négociation, caution d'une faute dans le cadre professionnel. Puis les participants ont rempli un questionnaire répondant à la question de savoir dans quelle mesure ils seraient prêts à reproduire ces comportements. A chaque fois, une corrélation entre le statut social des participants et leur capacité à enfreindre l'éthique est mise en évidence.

Une dernière expérience a consisté à placer près de 200 personnes devant un jeu informatique de lancer de dés : une somme d'argent leur était promise si le score atteint après cinq lancers était élevé. Mais, bien sûr, le jeu était pipé et le score ne pouvait excéder 12 points. Ceux qui ont rapporté des scores supérieurs aux expérimentateurs ont donc triché. Même en tenant compte de nombreux paramètres comme l'ethnie, le sexe, l'âge, la religiosité, l'orientation politique, il n'y a rien à faire, "la classe sociale prédit positivement le fait de tricher". A quoi tient ce lien entre hauteur sociale et bassesse morale ? En partie, répondent les chercheurs, "à une perception plus favorable de la cupidité".

Stéphane Foucart

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 14:38

Le Point.fr - Publié le 29/02/2012 à 16:48 - Modifié le 29/02/2012 à 17:58

 

 

La BCE veut éviter un "credit crunch" en zone euro.

La BCE veut éviter un "credit crunch" en zone euro. © Sipa


"Open bar" pour les banques ! Après avoir reçu pour Noël 489 milliards de prêts à 1 % de la BCE, les établissements financiers européens ont une nouvelle fois vu la liquidité couler à flots mercredi. Ils ont ramassé quelque 529 milliards d'euros de prêts à un taux dérisoire de moins de 1 %, remboursables dans trois ans.

Certains tablaient même sur des sommes allant jusqu'à 1 milliards d'euros, ce qui aurait été "très inquiétant pour l'état des banques européennes", note Jean-Louis Mullenbach, expert-comptable, commissaire aux comptes et associé du cabinet Bellot Mullenbach & Associés. "Finalement, on se situe dans le consensus des analystes", constate-t-il.

Plus que le montant du prêt, ce qui frappe surtout, mercredi, c'est l'augmentation du nombre d'établissements qui ont profité de l'offre de la BCE : 800 au total contre 523 lors de l'opération précédente. "La première fois, de nombreux établissements moyens n'avaient pas d'actifs suffisamment sûrs à apporter en collatéral pour y participer", rappelle Jean-Louis Mullenbach. La BCE a donc assoupli ses conditions de prêts dans 7 pays dont la France, l'Italie et l'Espagne, afin de s'assurer que ces banques de taille modeste, qui jouent un rôle important dans le financement des petites et moyennes entreprises (PME), ne soient pas laissées de côté.

Éviter un effondrement du crédit

L'objectif est en effet d'éviter à tout prix un effondrement du crédit dans la zone euro. De ce point de vue la première opération exceptionnelle décidée par le nouveau président de la BCE, Mario Draghi, ne semble pas avoir été un succès. Les banques européennes se montrent toujours réticentes à prêter car elles doivent faire face à d'importants besoins de refinancement, tout en devant simultanément renforcer massivement leurs fonds propres pour se conformer à des obligations réglementaires d'ici fin juin. "Du côté des PME, on observe un début de contraction du crédit, les dossiers sont étudiés dans des conditions de plus en plus strictes", confirme Jean-Louis Mullenbach.

En revanche, l'action de la BCE a déjà produit des résultats spectaculaires sur le marché de la dette souveraine. La crise s'est calmée depuis que l'institution de Francfort a dégainé son "bazooka de petit calibre" - elle n'achète pas de la dette souveraine directement aux États - en sous-traitant aux banques le financement des dettes publiques. "L'action de la BCE a brisé le cercle vicieux entre dettes souveraines et le bilan des banques", se félicite Jean-Louis Mullenbach.

Un jeu risqué

Les taux à 10 ans de l'Italie sont ainsi tombés à leur plus bas niveau depuis le mois d'août, alors que Rome a placé mardi 6,25 milliards d'euros d'obligations à 5 et 10 ans, soit le maximum visé. L'explication est simple : les banques nationales n'ont qu'à se baisser pour ramasser des titres d'État bien plus rentables que le taux d'intérêt de 1 % réclamé par la BCE. "Quand une entreprise est en détresse financière, elle a un appétit pour le risque extrêmement élevé dans l'espoir de dégager à nouveau de la valeur pour ses actionnaires. On appelle cela le gambling for resurrection.

"C'est un peu le raisonnement que font les banques actuellement", décrypte Augustin Landier, professeur à l'École d'économie de Toulouse. Et comme le sort des banques est très lié à la santé de leur pays d'origine, il est normal qu'elles investissent massivement sur la dette souveraine de leur État. Si celui-ci venait à faire faillite, elles seraient de toute façon emportées elles aussi. C'est ce qui explique pourquoi les banques espagnoles investissent sur la dette souveraine espagnole, les banques italiennes sur la dette souveraine italienne, et ainsi de suite. L'ouverture d'un nouveau guichet mercredi devrait donc continuer à rassurer les investisseurs, notamment dans les pays du Sud comme l'Italie, qui doit toujours renouveler une part importante de sa dette arrivant à échéance en 2012.

Mais ce jeu de la BCE, aussi qualifié de "Sarko Trade" parce que son but inavoué de détendre le marché de la dette souveraine avait été explicité par le président français, n'est pas sans risque. Il faudra bien que les banques remboursent leur emprunt dans trois ans et il n'est pas certain que toutes puissent le faire sans difficulté. Surtout, cela revient à faire le pari que les États du sud de l'Europe ne seront jamais contraints à un défaut. Car si tel devait être le cas, les banques affaiblies, à nouveau chargées de dette souveraine pour espérer se refaire, pourraient subir des faillites encore plus abyssales. Avec le risque d'emporter le reste du système financier européen.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 14:33

 

LEMONDE.FR | 01.03.12 | 08h29   •  Mis à jour le 01.03.12 | 08h48

 
 

 

L'organisation écologiste a remis jeudi au ministère indonésien des forêts les résultats d'une enquête qui révèle que la plus grosse usine du groupe APP utilise du ramin, une essence menacée.

L'organisation écologiste a remis jeudi au ministère indonésien des forêts les résultats d'une enquête qui révèle que la plus grosse usine du groupe APP utilise du ramin, une essence menacée.AFP/AHMAD ZAMRONI


Si elles sont avérées, les nouvelles accusations portées par Greenpeace contre Asia Pulp and Paper (APP) ne vont pas améliorer la réputation du seul groupe papetier de rang mondial – avec l'autre indonésien April – qui fabrique encore sa pâte à papier en défrichant des forêts naturelles. Jeudi 1er mars, l'organisation écologiste a remis au ministère indonésien des forêts les résultats d'une enquête qui révèle que la plus grosse usine du groupe, Indah Kiat Perawang, sur l'île de Sumatra, utilise du ramin (gonystyslus). L'exploitation et le commerce de cette essence menacée – typique en Indonésie des zones de tourbières où vivent aussi les derniers tigres de Sumatra – sont strictement règlementés en vertu de la loi indonésienne et de la CITES (convention sur le commerce international des espèces en danger). Le gouvernement a suspendu le commerce du ramin en 2001. En 2010, seule une entreprise PT Diamond Raya, dont la gestion forestière est certifiée par le label FSC (forest stewarship council) bénéficiait d'une autorisation d'exploitation, selon les données de la CITES. Trois autres possédaient une licence d'exportation pour un volume total de 5 087 m3. APP n'en faisait pas partie.

Contacté par Le Monde, APP assure qu'aucune essence protégée n'entre dans la fabrication de sa pâte à papier. "APP possède un système de contrôle qui lui permet d'assurer que seul du bois légal est utilisé dans ses usines et que les essences en danger sont protégées conformément aux lois indonésiennes. APP respecte intégralement ces lois" déclare APP. Le groupe n'a cependant pas répondu directement aux allégations de Greenpeace sur l'usine d'Indah Kiat Perawang.

L'investigation de l'ONG s'est déroulée de février 2011 à janvier 2012. Une vidéo tournée à l'intérieur de l'usine montre des grumes claires caractérisques du ramin. Les échantillons prélevés ont été analysés par deux laboratoires, l'un américain Integrated paper services et l'autre allemand dépendant de l'Université de Hambourg, Institute of wood technology and wood biology. Les résultats, attestent, selon Greenpeace qu'il s'agit bien de l'essence prohibée. Ces grumes étaient destinées à être broyées puis mixées à d'autres essences tropicales pour produire du "mixed tropical hardwood". Ce MTH désigne dans le secteur une matière première produite à partir de bois issu de forêts naturelles par opposition au bois des plantations à partir desquelles les industriels du secteur papetier fabriquent leur pâte.

 

 

 

Le groupe sino-indonésien affirme que ses usines sont alimentées à 85 % par de l'acacia provenant de plantations et à 15 % par du MTH. Mais à Indah Kiat Perawang, la répartition serait plutôt 70/30  Indah Kiat fournit, selon Greenpeace, du MTH à neuf autres usines d'APP en Indonésie et en Chine, lesquelles produisent 3,1 millions de tonnes par an de papier, de mouchoirs et de produits d'emballages pour le marché mondial. Plus précisément, 136 pays importent des produits provenant des usines d'APP en Chine ou en Indonésie ayant un lien avec Indah Kiat. Parmi ces produits, Greenpeace cite l'emballage de lait en poudre de marque Danone distribué par Carrefour en Indonésie, du papier pour photocopieuse vendu par Walmart (USA) ou par Xerox en Grèce, des livres des éditions de National Geographic disponibles aux Etats-Unis par le site amazon.com… L'organisation écologiste n'est pas en mesure de prouver que ces produits qui contiennent des traces de MTH contiennent aussi du ramin. Les laboratoires ne disposent pas des moyens techniques de l'établir. Mais elle espère au moins que les entreprises identifiées seront incitées à se pencher d'un peu plus prêt sur les coulisses de leur fournisseur.

C'est aussi en interpellant les multinationales clientes d'APP que Greenpeace avait mené sa première campagne en 2010. Il s'agissait alors de faire prendre conscience au travers d'une très efficace vidéo mettant en scène les célèbres poupées Ken et Barbie que les emballages des jouets destinés à nos chers enfants provenaient de forêts abattues illégalement. Greenpeace visait en premier lieu l'américain Mattel. Mais la liste des compagnies qui ont rompu leur contrat avec APP ne s'arrête pas là et Greenpeace n'est pas la seule ONG à dénoncer depuis plusieurs années les pratiques de ce puissant groupe familial. "APP est le plus gros acteur privé de la déforestation en Indonésie", affirme Boris Patrenpreger de WWF-France. Fait rarissime, le label FSC a interdit en 2007 à APP d'utiliser son nom de quelque façon que ce soit. "Nous ne voulons pas que notre nom puisse être associé à une entreprise aux pratiques aussi désastreuses pour l'environnement", confirme Marie Vallée de FSC-France. A la suite de différentes campagnes d'opinion, Carrefour, Auchan, Tesco ont ainsi sorti APP de leurs fournisseurs pour leurs produits en marque propre. Unilever, Kraft, Montblanc, le fabricant de stylo de luxe, Metcash, la plus grande chaine de supermarchés d'Australie ont aussi pris leur distance.

Le papetier qui, pour contrer ces attaques, communique à grand renfort de publicités dans la presse internationale, promet depuis 2004 qu'il sera bientôt en mesure de n'utiliser que du bois issu de plantations. La prochaine échéance a été fixée à 2015. Pourtant ceux qui connaissent bien l'histoire d'APP restent pessimistes. "En construisant des usines gigantesques, APP a misé sur le fait qu'il bénéficierait d'un accès pérenne à une ressource pas chère [ la forêt], explique Romain Pirard de l'IDDRI (institut du développement durable et les relations internationales). Adopter un mode de production durable pour la forêt lui coûterait plus cher que de perdre quelques clients. APP est un groupe puissant et il fait vivre beaucoup de monde. En dépit de ses affirmations, l'environnement ne fait pas partie de ses priorités. Il n'a jamais eu et n'aura sans doute jamais la volonté de changer. Ce qui fait peser une des menaces les plus fortes sur une des dernières forêts naturelles d'Indonésie ".

Laurence Caramel

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 14:27

Lettre de Russie | LEMONDE | 01.03.12 | 14h21   •  Mis à jour le 01.03.12 | 14h24

par Marie Jego (Lettre de Russie)

 
 

Plus la présidentielle du 4 mars approche, plus les nerfs sont à vif. Chaque camp fourbit ses armes. Chez les "anti-Poutine", une armée d'observateurs s'apprête à surveiller le vote pour empêcher les fraudes. Rien qu'à Moscou, des dizaines de milliers de volontaires, formés par les ONG, vont tenter d'empêcher la répétition du scénario joué aux législatives de décembre 2011 : urnes bourrées dès l'ouverture des bureaux de vote, réécriture des protocoles de décompte des voix après leur fermeture.

Pour Vladimir Tchourov, le président de la commission électorale centrale, les observateurs sont un casse-tête. Trop nombreux, ils sont une source potentielle de déstabilisation. En conséquence, ils pourront "être expulsés des bureaux de vote" à tout moment, a-t-il prévenu.

Le "magicien" des élections, comme l'a surnommé le président Dmitri Medvedev, se donne beaucoup de mal pour que tout se déroule conformément aux voeux du Kremlin : en un tour et avec une confortable majorité des voix pour le premier ministre Vladimir Poutine, candidat à un troisième mandat et donné favori par tous les instituts de sondage (entre 50 % et 66 % des suffrages).

Des primes confortables ont ainsi été promises aux membres des commissions électorales de quartiers en cas de victoire du "leader national" dès le premier tour. "L'élection est un plaisir qui coûte cher", expliquait récemment le président de la Cour des comptes, Sergueï Stepachine. Elle peut "conduire à des pertes financières excessives", a renchéri le député Andreï Issaev, membre du parti pro-Kremlin Russie unie. Voilà pourquoi les employés des commissions électorales locales seront gratifiés si le scrutin n'a qu'un tour. Contribuer à économiser les deniers publics, voilà qui mérite récompense.

La tension est montée d'un cran mercredi 29 février, quand Vladimir Poutine, visiblement très agité, s'en est pris à l'opposition, l'accusant de préparer des fraudes électorales ainsi qu'un assassinat. "Ils cherchent une victime sacrificielle parmi des gens célèbres. Ils sont capables de flinguer quelqu'un et d'accuser ensuite le pouvoir", a-t-il déclaré, lors d'une rencontre avec les représentants de son comité de soutien. "Je connais ces méthodes et cette tactique, cela fait dix ans qu'ils tentent de le faire", a ajouté l'ancien lieutenant-colonel du KGB, friand de roman noir.

Qu'on se le dise, les opposants "vont eux-mêmes bourrer les urnes (...) et présenter des plaintes eux-mêmes" pour discréditer le pouvoir, a affirmé M. Poutine, également amateur des scénarios de fiction. Ces déclarations sont une façon d'annoncer la fraude électorale à venir. Le plus inquiétant est évidemment l'allusion à l'assassinat d'une personne célèbre. Tout le monde garde ici en mémoire les meurtres des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme - Anna Politkovskaïa en 2006, Natalia Estemirova en 2009 et bien d'autres opposants moins connus - restés non élucidés à ce jour.

Dans les cuisines des appartements, dans les cafés, à travers la blogosphère, chacun est persuadé que Vladimir Poutine, une fois élu, va serrer la vis. Dans cette optique, chaque camp se prépare au 5 mars, le lendemain du vote. C'est comme si l'élection était déjà terminée avant d'avoir eu lieu.

Mercredi 29 février, le blogueur Alexeï Navalny a prévenu que la victoire du candidat Poutine ne serait pas reconnue par l'opposition. Le même jour, au centre de Moscou, des militants anti-Poutine ont tenté de distribuer des tentes, en prévision de manifestations de longue durée. Ils en ont été empêchés par la police et des membres de la jeunesse poutinienne. Depuis peu, pro et anti-Poutine se disputent les places du centre de la capitale, en vue des manifestations de l'après-4 mars.

Même les terroristes ne pensent qu'à l'après-élection. "Notre objectif final était d'aller à Moscou pour tenter d'assassiner Poutine après la présidentielle", a confessé Adam Osmaev, arrêté le 4 février à Odessa, en Ukraine, alors qu'il préparait un attentat contre le numéro un russe. Encadré par deux gardes masqués, le prévenu Osmaev, le visage tuméfié et badigeonné de zelionka (liquide vert iodé), a été montré sur toutes les télévisions en train de faire des aveux.

Cette confession, visiblement arrachée sous la torture, n'était guère convaincante. La ficelle est un peu grosse. Lors de leur arrestation, Adam Osmaev et ses complices avaient été décrits par les services ukrainiens comme préparant un attentat contre un oligarque ukrainien. A quelques jours de la présidentielle, ils sont présentés désormais comme des terroristes tchétchènes complotant contre le Kremlin. Selon la version officielle, ils sont venus des Emirats arabes unis jusqu'à Odessa pour s'entraîner à mettre une bombe sous le cortège de Vladimir Poutine à Moscou.

La nouvelle a suscité des commentaires sarcastiques dans les médias et dans la blogosphère. "Réel ou pas, le projet d'attentat a été annoncé par la première chaîne, six jours avant la présidentielle. C'est un attentat qui tombe bien", a raillé Oleg Kachine, le commentateur politique de la radio Kommersant FM. "S'agit-il d'un attentat réel ou d'une blague ?", a interrogé le tabloïd Moskovski Komsomolets. "En Papouasie, des cannibales ont été arrêtés car ils préparaient un attentat contre Vladimir Vladimirovitch Poutine. Ils comptaient le manger juste après l'élection", ironise le blogueur Aristocle.


jego@lemonde.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Russie
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22