Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 20:10

Smurf Land

In March to Athens on 10 March 2012 at 17:58


March to Athens

Day 123-XLIX, from Altamura to Toritto, 23 km.

Day 124-L, from Toritto to Palo del Colle, 8 km.

 

trullo

Palo del Colle, March 10

Dear people,

The walk from Altamura into the plains was the worst. Twenty kilometres straight along a busy national road in the rain. There is nothing we can do but push on at an elevated pace to get it over with.

Finally the last few kilometres we have the road all for ourselves. It’s not yet in use, so we’re able to inaugurate it with our shopping carts. The rain has stopped, and in the olives fields along the road our efforts are rewarded by the view of the trulli.

A trullo is a typical Apulian peasant house. It looks a bit like the homes of the Smurfs. I adore them. When I was only a couple of years old, I wanted to travel to find the village of the Smurfs. Unfortunately, back then I didn’t find it, but I knew that some day I would. And indeed, I did.

At about fifty kilometres further south from here there is a village which is almost exclusively made up of trulli. It’s called Alberobello. You should see it. It’s even better than Disneyland.

It’s already dark when everyone has reached Toritto, the first suburb in the gravity zone of Bari. Tonight we would prefer a place with a roof, but there is none to be found, so we take the square. The sole officer on duty makes a worried phone call and then leaves us in peace.

News from Athens is coming in. Our people on the spot have grudgingly accepted May 5 as the day on which ‘Agora Athens’ will begin. They would have preferred to start a week earlier, but in the absence of convincing reasons there was no way that our assembly would agree to change the date of arrival. With that, the hot issue of the date is finally closed.

Other more interesting news concerns the rumours of a German march which will start in Patras on May 2 and which will arrive in Athens on May 15. Then there is even talk of a bicycle march which will start in Holland to cross all of Europe and arrive in Greece through the Balcans. It sounds great, and I hope it won’t turn out to be just rumours.

Comrade Bobò

Comrade José Miguel cleaning the square

Later on in the evening, people from the association Libera, which manages the real estate confiscated from the mafia, open the entrance of their building on the square, so that we can find shelter in case of rain.

Now, for me electricity is a daily necessity, and I’m lucky enough to find a place in the entrance where I can plug in my laptop. Today I won’t write any updates. From all the various fronts of the revolution, messages are coming in. From Jesus Christ, who is participating in one of the marches going to Paris for the French elections, from Spain, from Greece, from Holland. I want to answer them all.

But every now and then, people notice me and they gather around. They want to know everything about the march. How many people we are, where we are from, when the march has started, when we will arrive, what we hope to accomplish, etc.

I must have answered all these question at least a thousand times, and every time I put away my computer and I answer them again, with the same enthusiasm. Because I’m well aware that if ever I would say ‘Not now, I have other things to do’, I would have ceased to be a revolutionary.

So I talk to people all evening. I see the admiration in their eyes whenever I speak about our march. And when all the others have already gone to sleep, the locals bring their things to me. Late at night, when I finally finish my letters, there’s a pile of pizzas next to me, bags full of pastries for breakfast, softdrinks, cigarettes etc. I get up, and while I carry everything to the camp, a car stops in front of me, a window rolls down. It’s one of the people I met earlier this evening. “Hey Oscar, will you come grab a beer?”

“Thanks man, but not tonight. It’s really time for me to get some sleep.”

Arriving in Palo del Colle

Bringing the vessel safely to port

Spring

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 20:06

Rhetoric

In March to Athens on 8 March 2012 at 23:19


March to Athens
Day 122-XLVIII, Altamura.

 

Acampada Altamura after the rain

Altamura, March 8

Dear people,

Where the police didn’t succeed, the weather did. At least in part. Last night the rains came down, and when it started again this afternoon we were a lot less bold than when we took the square the day before. Those of us whose tents hadn’t resisted started to seek shelter under a roof.

It was a real shame. Not only because the rain brings down the morale, but also because it impeded us once again to hold a popular assembly. The last serious popular assemblies we held were in Potenza and in Vietri.

Today we hide under the arches of the old cathedral for an assembly among ourselves. The tensions between us and our people in Athens haven’t yet faded away, and apart from that we have to decide to go to Igoumenitsa or Patras.

Even though I always try to keep my distance, I obviously have my opinions, and I have shifted my position a bit since I joined the march in Rome. By now, I have made a tacit alliance with the Old Man. We have come to appreciate each other, and we share the same long term goals. So whenever the assembly is about to decide on something important we meet up for a petit conseil de guerre, ‘a small war council’.

Instead of exasperating the assembly by simply blocking proposals, we try to prepare the terrain by measuring the spirits and trying to convince people before the assembly starts.

At the moment the important thing is to make sure we go to Igoumenitsa instead of Patras. Most of the French are in favour of Igoumenitsa. They did more than 1500 kilometres of march already, so 500 more won’t be a problem. Many of the Spanish are in favour of Patras. They want to walk less with the excuse that ‘we can do more propaganda in the villages we pass.’

Now, those of you who have been following my adventures, know very well that I don’t take myself – or life as a whole – completely serious. I like to play. And today I played the role of orator to defend the cause of Igoumenitsa. The original was in Italian…

“Dear comrades,

First of all, I would like to remind you that if we didn’t have the fortune of possessing a well filled treasury, then Patras wouldn’t have been an option at all, and we wouldn’t be here discussing about it.

If we decide to go to Patras, we will empty our treasury. And with all the unknown factors of Greece ahead there might come a day that we will bitterly regret it.

Having said this, there are a lot of more or less valid reasons to go to Patras.

We will be able to do more propaganda. We will be under less pressure. We will be able to choose between many possible routes, etc. But most of all we will have more time. Indeed, we will have so much time that we could easily take an entire month of holiday before continuing our march and still be in Athens before the fifth of May.

But I sense that the real reason why people would want to go to Patras is because it would mean we wouldn’t have to walk so much.

To me, Patras smells very much like the ‘easy way out’. I would interpret it as a sign of weakness, almost of defeat. And not just me.

My proposed route from Igoumenitsa

Surely I would understand us taking this option into consideration if we really didn’t have enough time. But I can assure you, with all the data at hand, that we can easily cross all of Greece and reach Athens before May 5, respecting the consensus that we reached at Sermoneta. [15 to 20 km a day. Two days of rest per week]

For me, this would be reason enough to go to Igoumenitsa. But maybe not for you.

That is why I want you all to realise very well what we are doing, and what we have already achieved.

Tomorrow this march will be four months old. Some of us have done it all, right from the start in Nice. And many of us have walked the greater part of it.

Not me. I have only been with you since Rome. But all the same, it has been a pleasure and an honour to walk with you people.

In these past four months the march has crossed the mountains three times, in winter.

I can tell you that not even Hannibal, nor Caesar, have ever done something similar.

Our march has encountered the snow, it has resisted against the freezing cold, against persisent rains, hail storms and more.

So here we are. We have reached the other end of Italy, and with our efforts we have conquered the hearts of the people we encountered on the way.

And now that spring is finally upon us, I cannot conceive the possibility that these hardened veterans would choose to sacrifice our treasury to bypass most of Greece and take the easy way out, going to Patras.

I honestly think that everyone who is to be considered a real marcher of the March to Athens has the moral obligation, towards him- or herself, towards the people who support us, and towards history, to finish this march in grand style by crossing all of Greece, starting in Igoumenitsa.”

Even though it was a tongue-in-cheek speech, the French loved it. They nicknamed me Cicero. I hope it will be enough. For now we haven’t decided yet. Whenever we have, you will be the first to know.

 

Drying a sleeping bag on the victory monument

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:56

 

 

*Note perso :   LES INDIGNES DE NIMES Y SERONT, REJOIGNEZ-NOUS !!!

 

franceinfo.fr  - le Samedi 10 Mars 2012 à 10:10


La vallée du Rhône est la zone la plus nucléarisée d'Europe, c'est donc un lieu symbolique choisi par les associations pour organiser une chaîne humaine de 235 km ce dimanche, date anniversaire de l'accident de Fukushima.

Yannick Rousselet, de Greenpeace, attend un grand nombre de participants à la chaîne humaine   

Lecture
Partager

La chaîne humaine devrait relier  Lyon à Avignon et quelques 10.000 personnes se seraient déjà inscrites dans toute la France. Le tracé n'est pas laissé au hasard, car dans cette région, les habitants sont "tous à 30 km d'une centrale", selon Chrisitne Hasse, de l'association Réaction en chaîne humaine :

"Avec ses 14 réacteurs, c'est la région la plus nucléarisée d' Europe."

Les manifestants ont prévu de se prendre par la main le long de la Nationale 7. Ils pourront partir de l'un des 128 départs groupés prévus dans tout le pays. Les soixante points de ralliement de Lyon à Avignon sont détaillés par taux de remplissage pour permettre une meilleure répartition des participants.

 

La grande inconnue reste le nombre d'habitants de la Vallée du Rhône susceptibles de joindre la chaîne. © Sortir du nucléaire


Les soutiens à la chaîne sont nombreux : outre Sortir du nucléaire, Attac, Sud-Rail, Agir pour l'environnement, France Libertés, Greenpeace, Les amis de la terre, Cap 21, Écologie sans frontière, EELV, NPA, et le Parti de gauche entre autres on rejoint le mouvement.

Corinne Lepage et Eva Joly participeront même à a conférence de presse prévue à Montélimar dimanche midi. Stephane Hessel a également apporté son soutien à la manifestation.

Des chaîne humaines à moindre échelle ont déjà été organisées depuis un an dans la vallée du Rhône, réunissant quelques centaines de personnes, selon les organisateurs :

"C'est en descendant dans la rue, en se mobilisant par dizaines de milliers que les Allemands ont obtenu une décision de sortir du nucléaire d'ici à 2022."

Les héritiers de Boris Vian ont accepté de prêter la chanson Le Déserteur pour l'occasion, que les manifestants vont chanter en la détournant sous le titre "Déserter le nucléaire".

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:51

liberation.fr - Dépêches Aujourd'hui à 18h00


Des centaines de militants anti-nucléaires, dont de nombreux Allemands, ont manifesté samedi aux abords de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans l'est de la France, à l'occasion du premier anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima au Japon
Des centaines de militants anti-nucléaires, dont de nombreux Allemands, ont manifesté samedi aux abords de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans l'est de la France, à l'occasion du premier anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima au Japon ( © AFP Sebastien Bozon)

STRASBOURG (France) (AFP) -

 

Des centaines de militants anti-nucléaires, dont de nombreux Allemands, ont manifesté samedi aux abords de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans l'est de la France, à l'occasion du premier anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima au Japon.

A Fessenheim, environ 700 personnes selon la préfecture ont réclamé la fermeture de la plus ancienne centrale du parc nucléaire français, mise en service en 1977. Plus de la moitié des manifestants venaient de l'Allemagne voisine, ont indiqué les organisateurs.

"Un an après la catastrophe de Fukushima, on a marqué fortement la détermination des populations qui demandent la fermeture de cette vieille dame sous perfusion qu'est la centrale de Fessenheim", a déclaré à l'AFP André Hatz, de l'association Halte au Nucléaire, co-organisatrice de la manifestation.

De leur côté, une soixantaine de salariés de la centrale de Fessenheim, mobilisés contre la fermeture, s'étaient réunis devant la centrale, à l'appel d'une intersyndicale, "en solidarité avec le peuple japonais".

"C'était un hommage pour les victimes du séisme qui a touché le Japon le 11 mars 2011, ce n'était pas une manifestation dans le cadre de notre combat pour défendre notre centrale", a précisé Jean-Luc Cardoso, délégué syndical CGT, trouvant "déplacé" le discours des adversaires du nucléaire.

A Metz (est), environ 350 personnes se sont réunies selon la police pour réclamer "la sortie du nucléaire", à l'appel notamment de Sortir du Nucléaire, du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) et d'Europe Ecologie Les Verts (EELV).

Dimanche, des milliers de personnes sont attendues dans la vallée du Rhône entre Lyon et Avignon, pour former une "chaîne humaine pour sortir du nucléaire".

Ces manifestations sont organisées un an après l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima, consécutif au séisme et au tsunami du 11 mars 2011, qui ont fait plus de 19.000 morts et disparus dans le nord-est du Japon. Il s'agit de la plus grave catastrophe atomique depuis celle de Tchernobyl en 1986.

© 2012 AFP

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:45

http://www.fase22.org/agenda/evenement-departemental/concert-des-indignes.html

Concert des Indignés

 

  • 31/03/2012 15:30
  • Bar le Fut Chantant - Saint Brieuc
  • éventuellement le prix d'une conso

 

concert-31-mars-1.jpg

 

Parce qu'il faut construire la réelle alternative ciyoyenne à un système non démocratique qui légalise les profits aveugles au détriment des solidarités durement acquises...

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:39

 

http://www.scoop.it/t/road-to-dignity 

March 8, 2:11 PM


Road to Dignity ► Global SPRING 2012
Road to Dignity ► Global SPRING 2012 | #Road to Dignity | Scoop.it

Road to Dignity 2012 ►Appel à tous les Êtres Humains


[FRA/ESP/ENG]
les Indignés du monde entier appellent à une JOURNEE MONDIALE dès le mois de mai 2012. Lors des sommets G8/NATO à Chicago, les 1er,12 & 15 Mai, nous voulons attirer l'attention du monde entier sur les problèmes de justice économique et sociale.


Nous vous invitons à rejoindre notre action pour la liberté, l'égalité, la paix, la justice et la réelle démocratie à travers le monde.

Rejoignez les Groupes de travail [#12M 15M]
[DRY Internacional] ► agenda http://m1p.fr/dnl
[BXL] www.indignez-vous.be

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:35

 

 

Banner_indybxl01

http://bxl.indymedia.org/articles/3938

 

Publié: vendredi 09 mars 2012 01:19 par sh  


Depuis un an, le Portugal s'agite...

 

Manifeste du 12 mars 2012


Nous, personnes sans emploi, « cinqcenteurotistes » et autres mal rémunérées, esclaves déguisées, en sous contrats, en CDD, fausses travailleuses indépendantes, travailleuses intermittentes, stagiaires, boursières, travailleuses-étudiants, précaires, virées, licenciées, sans abri, émigrantes, immigrées, exilées isolées, retraitées, exclues, censurées, personnes nouvelles et anciennes pauvres, toutes et tous nous confrontons quotidiennement aux graves limitations de notre dignité et liberté,

Il y a 1 an, le 12 mars 2011, au Portugal et à l'étranger, nous sommes sortis dans les rues révolté-e-s mais avec espoir, préoccupés mais déterminés à construire un futur meilleur. « à l'arrache » et indignés mais avec des propositions : nous étions plus de 500 000.

C'est le jour où nous avons affirmé : nous sommes la Démocratie.

Avec la volonté d'exercer activement nos droits, nous avons versé au Parlement des milliers de propositions et idées concrètes, que chacune et chacun de nous avons apporté lors de la manifestation, sur comment construire une nouvelle et meilleure société. Nous avons lancé une semence de participation civique. Nous avons montré qu'il est possible, que nous pouvons décider et faire. Que nous nous dépassons à chaque fois, à chaque génération, lorsque nous coopérons.

Depuis ce jour, de nouvelles dynamiques sociales se sont créées, de nouveaux mouvements, de nouvelles rencontres de volontés, espérances et projets; une proposition de Loi Contre la Précarité faite par des citoyen-ne-s, une Initiative d'Audit citoyen de la Dette Publique, des protestations, assemblées populaire, actions directes, ce ne sont que quelques exemples de la vitalité d'une société qui participe de façon informée et responsable aux processus d'influence et de changement politique et social, tout au long de cette année passée.

Le 12 mars sera toujours une conquête, parce que les personnes ont prit conscience de leur pouvoir.

Nous voulons nous faire entendre. Nous avons montré que « nous ne voulions pas aller par là » et, un an après, tout est pire.

Les gouvernants ne nous ont pas écouté. Jamais nous n'avons tant travaillé, d'une forme si flexible, comme de façon tant précaire.

Ils nous ont vendus la fausse promesse que, si nous avions moins de sécurité au travail, il existerait plus d'emplois pour tous. Aujourd'hui, le taux de chômage est le plus élevé de l'après 25 avril 1974. Dans les écoles, des enfants ont faim. Abandonnés, des milliers de personnes âgées doivent choisir entre les médicaments ou manger. Du nord au sud des commerces, fabriques, boutiques se ferment lançant des milliers de personnes au chômage. Les personnes les plus jeunes, étudiant-e-s, récemment-licencié-e-s, sont incitées à émigrer, en une claire confession d'impotence et d'incompétence du gouvernement.

Dès l'arrivée antidémocratique de la troïka, nous souffrons d'un plan d'austérité qui nous asphyxie. Le Portugal est aujourd'hui le pays d'Europe où ces mesures exigent plus aux personnes les plus pauvres qu'aux plus riches. Où la distribution des richesses est des plus inégalitaires de toute l'OCDE. Et où l'on oblige les personnes les plus fragiles à payer la corruption, les des mafias locales, régionales et internationales. S'instaure une dictature économique qui rompt ce qu'il restait du pacte social inauguré avec le 25 avril 1974.

Le 12 mars 2012, nous réaffirmons que, nous, citoyen-ne-s, sommes la Démocratie. Que les États démocratiques sont des personnes et non des marchés. L'économie existe pour servir les personnes, et non pas le FMI et autres créanciers.

Les États existent parce que nous leur confions le devoir d'organiser les droits élémentaires comme l'éducation, la santé, la justice, la sécurité, la mobilité, la protection des ressources naturelles, la sécurité sociale pour toutes et tous et surtout aux plus défavorisés. C'est pour ces raisons, pour qu'il y ait la justice sociale, pour que le pays se développe de façon soutenable, que nous payons l'impôt. Non pour alimenter des emprunts internationaux à des taux odieux.

L'État portugais se doit d'être le garant des droits fondamentaux consacrés dans la Constitution et le Droit International.

Si les taxes que nous payons, fruit de notre travail, ne servent plus à assurer les droits, la liberté et les garanties, pourquoi payons-nous les impôts ?

Nous réaffirmons les idées, l'espérance et la volonté de reconstruire notre communauté, notre rue, notre village, notre quartier, notre ville, notre pays, notre continent, notre Monde.

Nous n'acceptons pas l'imposition d'un État proto-fasciste qui a pour prétexte le paiement, à tout prix, d'une dette. Nous ne permettrons pas la criminalisation du mouvement social et que les forces de sécurité soient instrumentalisées pour provoquer le désordre et distiller la peur dans la population.

Nous n'abdiquons pas du droit à manifester, du droit à la contradiction et à la pluralité d'opinions. Nous ne croyons pas à l'inévitable, en la pensée unique ni dans la politique moraliste des sacrifices.

Parce que la démocratie est ce que nous faisons d'elle.

Nous allons, unis, s'en dessus dessous, refonder l'État et de nouveau défendre des idéaux de justice, d'égalité, de liberté e de coopération que les gouvernants ont depuis longtemps cessé de pratiquer.

Le 12 mars est à toutes, est à tous. Il est à chacun et chacune d'entre nous.

Que le 13 mars le soit aussi !

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:26

Source: Editionslibertalia

 

Je n’aime pas la violence. Je ne pense pas que l’on gagne beaucoup à brûler des banques et faire tomber des vitrines. Et pourtant, je ressens une poussée de plaisir quand je vois, à Athènes et dans d’autres villes grecques, les réactions à la ratification par le Parlement grec des mesures imposées par l’Union européenne. Voire plus : s’il n’y avait pas eu d’explosion de colère, je me serais senti perdu à la dérive dans un océan de dépression.

Cette joie est celle de voir le ver, trop souvent piétiné, se retourner et rugir. La joie de voir ceux et celles dont les joues ont été claquées milles fois, rendre la claque. Comment peut-on demander à des gens d’accepter docilement les coupes drastiques, qu’impliquent les mesures d’austérité, dans leurs niveaux de vie ? Doit-on souhaiter qu’ils acceptent simplement que l’énorme potentiel créatif de tant de jeunes gens soit noyé, leurs talents piégés dans une vie de chômage de masse et de longue durée ? Tout cela pour que les banques soient remboursées, et que les riches puissent s’enrichir ? Tout cela, seulement pour maintenir en vie un système capitaliste qui a depuis longtemps dépassé sa date de péremption, et qui n’offre aujourd’hui au monde rien d’autre que la destruction ? Que les Grecs acceptent ces mesures ne serait que l’augmentation exponentielle de la dépression, celle de l’échec d’un système aggravé par la dépression de la dignité perdue.

 

La violence des réactions en Grèce est un cri qui traverse la planète. Combien de temps encore resterons-nous assis, à regarder le monde être disloqué par ces barbares, les riches, les banques ? Combien de temps encore supporterons-nous de voir les injustices augmenter, les services de santé démantelés, l’éducation réduite au non-sens acritique, les ressources en eau être privatisées, les solidarités anéanties, et la terre éventrée pour le seul profit des industries minières ?

Cette offensive, qui est si manifeste en Grèce, a lieu partout sur la Terre. Partout, l’argent soumet les vies humaines et non-humaines à sa logique, celle du profit. Ce n’est pas nouveau, c’est l’ampleur et l’intensité de cette offensive qui l’est. Ce qui est également nouveau, c’est la conscience générale que cette dynamique est une dynamique de mort, que nous allons droit vers l’annihilation de la vie humaine sur Terre. Quand les commentateurs avisés détaillent les dernières négociations entre les gouvernements sur l’avenir de la zone-Euro, ils oublient de mentionner que ce qui s’y négocie allègrement est le futur de l’humanité.

Nous sommes tous grecs. Nous sommes tous des acteurs dont la subjectivité est tout simplement écrasée par le rouleau-compresseur d’une histoire écrite par les marchés financiers. C’est en tout cas ce à quoi cela ressemble, et ce que les marchés devraient récolter. Des millions d’Italiens ont protesté et manifesté, encore et encore, contre Silvio Berlusconi ; mais ce sont les marchés financiers qui l’ont destitué. Il en va de même en Grèce : de manifestations en manifestations contre George Papandreou, ce sont finalement les marchés financiers qui l’ont congédié. Dans les deux cas, des serviteurs avérés et bien connus de l’argent ont pris la place de ces politiciens déchus, sans même l’excuse d’une consultation populaire. Ce n’est même pas l’histoire écrite par les riches et les puissants, bien que certains d’entre eux en profitent : c’est l’histoire déterminée par une dynamique que personne ne contrôle, une dynamique qui détruit ce monde… si nous la laissons faire.

Les flammes d’Athènes sont des flammes de rage, et nous y réchauffons notre joie. Pourtant, la rage est dangereuse. Si elle est personnalisée ou qu’elle se retourne contre des groupes en particulier – ici, contre les Allemands – elle peut très facilement devenir purement destructrice à son tour. Ce n’est pas un hasard si le premier membre du gouvernement Grec à avoir démissionné en signe de protestation contre les mesures d’austérité est le leader d’un parti d’extrême droite, Laos. La rage peut si facilement devenir une rage nationaliste, ou même fasciste ; une rage qui en aucun cas ne peut rendre ce monde meilleur. Il est alors essentiel d’être clair : notre rage n’est pas une rage contre les Allemands, ni même une rage contre Angela Merkel, David Cameron ou Nicolas Sarkozy. Ces politiciens ne sont que les symboles pitoyables et arrogants de l’objet réel de notre rage – la loi de l’argent, la soumission de toute forme de vie à la logique du profit.

L’amour et la rage, la rage et l’amour. L’amour a été une thématique importante dans les luttes qui ont redéfini le sens de la politique ces dernières années, une thématique omniprésente dans les mouvements « Occupy », un sentiment profond présent même dans les affrontements violents aux quatre coins du globe. L’amour marche main dans la main avec la rage, la rage du « comment osent-ils nous séparer de nos propres vies, comment osent-ils nous traiter en objet ? » La rage d’un autre monde qui se fraie un chemin à travers l’obscénité du monde qui nous entoure. Peut-être.

Cette irruption d’un monde différent n’est pas qu’une question de rage, bien que la rage en fasse partie. Elle implique nécessairement la construction patiente d’autres manières d’agir, la création de différentes formes de cohésion sociale et de soutiens mutuels. Derrière le spectacle des banques grecques en feu repose un profond processus, le mouvement silencieux de ceux et celles qui refusent de payer les transports en commun, les factures d’électricité, les péages, les crédits… un mouvement émergeant de la nécessité et de la conviction, fait de personnes organisant leur vie différemment, créant de la solidarité et des réseaux d’alimentation, squattant des terres et des bâtiments vides, cultivant des jardins partagés, retournant à la campagne, tournant le dos aux politiciens – qui ont désormais peur de se montrer en public – et inaugurant directement des formes de discussion et de prise de décisions sociales. Cela est peut-être encore insuffisant, encore expérimental, mais cela est crucial. Derrières les flammes spectaculaires, se tiennent la recherche et la création d’un mode de vie différent qui déterminera le futur de la Grèce, et du monde.

Le mouvement social grec demande le soutien de la Terre entière. Nous sommes tous grecs.

John Holloway
Traduit de l’anglais par Julien Bordier

— -

John Holloway est l’auteur de Changer le monde sans prendre le pouvoir (Lux/Syllepse) et de Crack Capitalism (à paraître aux éditions Libertalia), il contribue régulièrement à la revue internationale de théorie critique Variations.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:17
Vendredi 9 Mars 2012 à 18:00

 

Greek Crisis
Historien et ethnologue, ancien correspondant en France pour la revue grecque Nemecis, Panagiotis...

 

L'histoire a changé. Même si la ville de Rhodes se bat toujours contre le colosse, ce n'est plus de la mythologie mais le combat d'un peuple contre le dictat des banques et de l'Union européenne... Choses vues par Panagiotis Grigoriou dans cette Grèce des îles touchée par la crise et en insurrection lantente contre son gouvernement.

 

(Rhodes, Ile de Dodecanese - FRILET/SIPA)
(Rhodes, Ile de Dodecanese - FRILET/SIPA)
Lorsque l'ancien et le nouveau se mélangent violemment, mordant ainsi à plein croc dans la nuque de la théâtralité humaine, eh bien, c'est évident, les temps changent, même ici, à l'autre bout de la mer Égée, sous le signe du printemps.
 
Je me trouve sur l'île de Rhodes, bénéficiant de l'hospitalité offerte par le Centre International des Écrivains et des Traducteurs qui dépend de la ville de Rhodes. J'avais terminé ici deux livres, d'abord une monographie historique comme on dit encore parfois, un livre-enquête sur les pratiques culturelles des soldats et officiers de l'armée grecque entre 1916 et 1923, puis, la dernière fois, durant mai 2011, j'achevais un roman de fiction politique (en grec), ce dernier n'ayant pas trouvé d'éditeur (pour le moment en tout cas).
 
Quant au livre historique, il résultait d'une recherche financée par le CNRS grec. Ce contrat annuel arrivant à son terme en décembre 2010, il n'a pas été renouvelé pour cause de Mémorandum. Je me souviens d'avoir présenté l'avancement de mon enquête aux locaux du Centre de Recherche en juillet 2010, par une chaleur si accablante.

Le CNRS en difficulté

Le directeur a alors branché un ventilateur en apportant une grande carafe d'eau et des gobelets : « Excusez-nous, c'est la première fois que nous nous trouvons dans une telle situation, l'usage de la climatisation nous est désormais interdit, le financement ne suit plus depuis le Mémorandum ».

Fin 2010, l'organisme a tout de même pu honorer notre contrat, sauf sur un point : « Vous venez de rendre votre livre-enquête à temps, j'ai aussitôt signé l'ordre de paiement, n'hésitez pas, téléphonez à partir de la semaine prochaine au service comptable et tous les jours même, jusqu'à l'édition de votre chèque. Ensuite, venez le récupérer rapidement et encaissez-le tout de suite. Par contre, je dois vous annoncer avec regret que votre texte, tout comme les autres textes issus des enquêtes de cette année, ne sera pas publié par nos éditions... nous n'éditerons plus me semble-t-il, durant un long moment, les temps sont durs ».

Ainsi, « mes » fantassins disparus à jamais, doivent sans doute patienter encore un moment, avant de ressurgir j'espère un jour, des tranchées de l'oubli. Moi ou d'autres confrères, nous finirons par les aider à enjamber le parapet de l'histoire plus tard. Mais pour l'instant, c'est dans l'urgence que nous devons tout mettre en œuvre pour enjamber, celui colossal paraît-il des banksters... espérons au moins ne pas inaugurer une nouvelle guerre de Cent Ans !
 
Travaillant en ce moment sur un nouveau projet éditorial, je constate alors avec plaisir, que ce Centre International des Écrivains et des Traducteurs demeure encore... vivant. Les écrivains, les traducteurs et les artistes qui produisent ici ne rangent pas forcement parmi les plus connus. Ils ne disposent d'aucune résidence sur les îles de chez nous ou d'ailleurs, pour ainsi s'isoler et écrire dans ce cadre si apaisant.

Je pense finalement que la seule grande aventure commune, ou sinon parallèle, et en tout cas initiale chez nos peuples et nations de la vieille Europe, est bien celle-ci. La CCE (Communauté Culturelle Européenne), potentiellement institutionnalisée pourquoi pas d'emblée, et durant cinquante ans, sans rapport aucun avec les rouages économiques des pays restés alors souverains et autonomes, finançant finalement de leur propre budget, cette République des lettres. Eh bien, au bout d'un demi siècle de navigation difficile à travers notre archipel paneuropéen de la pensée et de l'inventivité, un projet politique européen serait alors envisageable, en excluant le secteur banquier et la finance, de toute implication, et ceci dès le Traité initial.

Des coutumes aux manifestations

Oui, sur Rhodes on peut éventuellement encore rêver je crois, ce qui à Athènes n'est déjà plus possible car le syllogisme collectif est trop amputé par la souffrance, et dans sa clarté. Pour l'instant, en tout cas. Mais à Rhodes, à part le rêve, il y a également de la colère du peuple. J'ai voulu être là ce 7 mars, car on commémore à Rhodes et dans toutes les îles du Dodécannèse, le rattachement à la Grèce, à la suite de l'occupation italienne de 1912 à 1945, de surcroît essentiellement fasciste par la séquentialité de l'histoire italienne. Occupation ensuite allemande vers la fin de la guerre, et après 1945, un bref épisode de gestion britannique a précédé la nouvelle ère du 7 mars 1948.
 
Cette commémoration s'organise suivant les symboles les plus stéréotypés des fêtes nationales grecques, ce qui ne veut pas dire que ce processus soit dépourvu de sens. Il y a d'abord un défilé de la jeunesse des écoles, puis un défilé militaire, devant la tribune des officiels, politiques, militaires et de l'Église, le peuple se trouvant en face et tout autour. Voilà pour le cadre.
Les historiens ont déjà remarqué que les défilés de ce type, pour ainsi dire « globaux », relèvent d'une pratique introduite par la dictature du général Ioannis Metaxas (1936-1941), induisant une certaine militarisation de la société. Ce qui n'est pas au goût de tout le monde, et c'est vrai, une partie de la gauche grecque et bien évidemment le mouvement anarchiste du pays, ont souvent réclamé leur suppression.
 
Seulement, depuis la bancocratie nationale et supranationale, voilà que ces commémorations ont pris un caractère d'indignation et de jacquerie populaire, spontanément au départ, puis suivant une séquentialité plus organisée par la suite, surtout après les évènements de la fête nationale du 28 octobre dernier. Dans la majorité de nos villes aujourd'hui, les parades et autres festivités nationales se sont donc transformées en violentes manifestations populaires.

Dans de nombreux cas, les tribunes officielles ont pris l'allure de sièges éjectables, surtout pour les députes PS et les ministres qui pensaient encore poser dans le cadre nationale. Du jamais vu depuis l'occupation (de 1940), Karolos Papoulias, notre Président de la « République » fut conspué par la foule des indignés à Salonique, il a été évacué d'urgence et le défilé militaire fut annulé (voir sur ce blog, le billet du 29 octobre 2011).

Rhodes dans les rues

Donc, j'ai voulu mesurer à une échelle locale, si lointaine géographiquement de la place de la Constitution à Athènes, combien et comment, l'ancien et le nouveau se mélangent alors violemment ou encore harmonieusement, mordant justement à plein croc dans la nuque de la théâtralité humaine, en l'occurrence celle de la commémoration. Puis soulignons que Rhodes fait partie de la Grèce généralement plus aisée que la moyenne nationale.
 
En mai 2011 j'avais assisté déjà à une première manifestation du mouvement des indignés comme on disait alors, la plus grande manifestation de protestation politique sur l'île depuis bien de décennies selon les habitants. Les gens étaient très en colère, et ils ont manifesté à travers la ville, puis tout le monde s'était rendu devant le bâtiment de la mairie avant la dispersion, sans incidents. Beaucoup de détermination dans la joie pourtant et l'espoir, certes vagues. Ensuite, les amis de Rhodes ont refait le monde et resserré les coudes de la « révolution »... aux bistrots près de la mer. Pourquoi pas ?
 
Ce 7 mars, j'ai vu autre chose. D'abord sur l'arrêt du bus desservant la ligne entre l'aéroport et la ville de Rhodes, une affichette dans une pochette, indique qu'ici aussi, on se chauffe au bois, surtout cet hiver assez rude. « Nous n'avions pas connu un tel froid depuis les années 70 ici », a alors expliqué un retraité. Puis, certains magasins et boutiques ont fait faillite, y compris au centre ville, car comme me disait un habitant : « La crise chez nous a été ressentie après l'été, pas avant. Elle n'a rien à voir avec le tourisme qui a été bon en 2011, mais ses ressources, enrichissent désormais une partie seulement de la population, de plus en plus restreinte, et tout le reste, devient alors comme ailleurs en Grèce, mais en moins dramatique pour l'instant. Je sais qu'à Salonique, les gens ont déjà faim ».
 
Une autre affichette collée un peu partout en ville cette fois-ci, résumait ainsi l'appel du jour : « Appel patriotique du 7 mars sur la place de la Mairie. Grecs du Dodécannèse, le 7 mars 2012 nous comptons déjà 65 ans depuis notre libération. Aujourd'hui notre nation est l'esclave des banquiers et des politiciens traîtres et corrompus. Nos droits inscrits dans la Constitution sont violemment bafoués, ainsi le peuple se voit dépossédé de ses libertés liées au travail, à la santé et à la prévoyance. Notre peuple si fier est humilié par une poignée de traîtres et par le chantage. Peuple du Dodécannèse, rendez-vous le 7 mars sur la place de la Mairie. Révoltez-vous, le peuple grec ne baissera pas la tête devant aucun occupant !!! À bas les banquiers !! Les Allemands dehors de notre pays !!! »

Arrestations et espoir

J'ai remarqué que cet appel n'était pas signé, intéressant! Une dernière affichette, posée à l'intérieur d'une voiture et montrant une photo de la chambre des députés, exprimait ceci : « Vous avez volé mon argent, le sourire de mes enfants, le rêve et l'espoir de mes petits enfants ». Et le défilé a démarré avec les écoliers. Devant la mairie, une grande banderole reprend le texte de la dernière affichette en y ajoutant : « Vous avez volé à nous Grecs, notre patrie », ainsi qu'une signalétique bien connue de l'UE. fut accompagnée du texte suivant : « Union Européenne Allemande ». Cette banderole fut par contre signée par « l'Union des Associations Culturelles de Rhodes ».
 
Sur fond d'architecture datant de l'ère mussolinienne, une banderole bien remarquée par tous explicite le lien à travers l'imaginaire populaire entre la commémoration, et le présent : « À l'époque c'était le fascisme des Italiens, maintenant c'est le fascisme des banques », cette banderole a été plébiscitée par des applaudissements fréquents.
 
Devant l'estrade des officiels les manifestants se mêlent aux spectateurs. Ils crient leur indignation, le personnel politique, députés et élus régionaux sont insultés durant un long moment. Soudainement, les barrières tombent et la foule se lance contre les officiels, interrompant ainsi le défilé. La police intervient mais d'abord sans violence vis à vis des manifestants, juste pour laisser le temps aux hommes politiques. Évidemment, ces derniers vont rapidement se diriger vers le bâtiment situé derrière, montant les escaliers sous les insultes et les bouteilles d'eaux lancées par certains manifestants. Un grand et bref moment expiatoire, pratiquement préparé car prévisible, presque un rituel.

Un élu a fait le bras d'honneur à l'encontre de la foule, renforçant les traits de notre dramaturgie du jour. Peu de gens ont exprimé du mécontentement, tel un homme âgé : « Moi je suis là pour voir défiler mes petits enfants, vous m'emmerdez espèce de communistes », mais aussitôt plusieurs personnes l'on fait taire : « Quels communistes ? Tu ne vas pas bien, ils veulent nous diviser, ici nous sommes tous unis contre les voleurs » et l'homme n'a pas insisté. Mais si effectivement cela relève désormais du rituel expiatoire, il faut alors inventer autre chose, car ce n'est pas vraiment par le rituel qu'on arrive d'habitude à la praxis politiquement efficace, au-delà de toute signification symboliquement certes forte et tout à fait réelle.
 
En tout cas, seuls les militaires, les élus locaux et les dignitaires de l'Église sont restés à leur place, car les manifestants n'ont pas montré d'autre hostilité. Ces derniers, ont même reculé pour permettre à la fanfare militaire de prendre place. Ensuite, le défilé s'est poursuivi avec les militaires, très applaudis par tout le monde il faut dire. Deux ou trois personnes ont alors crié : « Nous voulons l'armée maintenant » mais le gros des manifestants n'a pas repris le slogan. Vers la fin, un manifestant a ainsi commenté : « C'est un peu du cinéma tout cela, c'est dans les urnes qu'il faut se montrer efficace votant à gauche » mais personne n'a prêté attention, peut-être, parce qu'au même moment devant le bâtiment de mairie des jeunes se faisaient interpeller par les policiers, et toute la foule a couru derrière. 

« Ils n'ont rien dit d'insultant, rien fait non plus — a crié une jeune femme — j'étais à proximité, j'ai tout vu, les flics, les ont arrêtés au faciès, ces jeunes ont la coiffe des Iroquois, le pouvoir montre ses dents, salopards... la maman d'un de ces garçons a exigé des flics qu'on laisse son fils, puis quelqu'un, un policier en civil peut-être, lui a répondu — Madame nous ouvrirons les îles pour les déportés politiques comme jadis et nous vous réserverons une bonne place — n'importe quoi... » !

Une partie de la foule s'est dirigée vers le poste de la police pour ainsi faire libérer les manifestants interpellés. Ils ont été relâchés sauf deux, ils seront déférés devant le parquet demain jeudi car selon le communiqué de la police « ils ont violemment poussé les barrières, un agent a été blessé, ils ont troublé l'ordre public et en plus, un couteau a été trouvé sur une personne interpellée ».

La journée fut ainsi belle et ensoleillée, les terrasses des cafés se sont vite remplies après le défilé, les chats de Rhodes, tous originaires de Chypre sont sortis aussi prendre le soleil, et les cargos au large, imperturbables, poursuivaient leur route.
 
« À l'année prochaine mais libres », a souhaité un homme, à sa compagne, quittant la place de la mairie. L'année prochaine, elle est loin...
 

Retrouvez Panagiotis Grigoriou sur son blog.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:11
| Par Laurent Mauduit

C’est l’un des paradoxes les plus étonnants de cette campagne présidentielle : le pouvoir d’achat est, avec l’emploi, le sujet qui préoccupe le plus les Français. Mais c’est aussi l’un de ceux dont parlent le moins François Hollande et Nicolas Sarkozy. Ou plutôt, c’est l’un de ceux sur lequel le candidat socialiste pourrait se montrer le plus offensif, tant le bilan du « candidat sortant » est le plus calamiteux ; et pourtant il n’en fait rien. Il faut donc savoir décrypter cet étrange théâtre d’ombre autour d’un sujet pourtant majeur de toute politique économique. Un sujet qui a valeur de test car il révèle les graves inégalités qui se sont creusées au cours du quinquennat mais aussi la prudence sinon la gêne des socialistes.

C’est peu dire en effet qu’avec cette question du pouvoir d’achat, François Hollande pourrait pousser son avantage et établir devant l’opinion que non seulement le « président des riches » a abreuvé les plus grandes fortunes d’une cascade de cadeaux fiscaux mais que de surcroît, il a infligé aux plus modestes une politique d’austérité.

C’est même pis que cela ! C’est le dossier qui pourrait permettre au candidat socialiste d’établir le plus facilement l’une des principales impostures sur laquelle Nicolas Sarkozy a construit sa victoire à la présidentielle de 2007, promettant avant l’élection d’être le « président du pouvoir d’achat », et s’indignant ensuite qu’on lui rappelle son engagement, comme en rend compte la vidéo ci-dessous :


Que l'on se souvienne ! Battant la campagne, au début de 2007,  Nicolas Sarkozy explique jour après jour à qui veut l'entendre que « l'une des questions centrales pour la France, c'est celle du pouvoir d'achat des Français ». « Les salaires sont trop bas, les revenus sont trop faibles. Et moi, je veux parler à la France qui travaille, celle qui a un métier, (...) celle qui travaille dur et qui pense pourtant que l'on n'arrive pas à joindre les deux bouts », martèle-t-il jour après jour. Et puis, sitôt l’élection présidentielle passée, le nouveau chef de l’Etat tombe le masque et applique une politique de rigueur salariale sans précédent.

Un seul exemple, le plus révélateur de tous : Nicolas Sarkozy est le premier président de la République depuis que le Smic a été créé, en 1970 (dans le prolongement du Smig, créé, lui en 1950) qui a choisi de ne le faire profiter d’aucun « coup de pouce ». En clair, le salaire minimum a bénéficié depuis 2007 des revalorisations légales obligatoires (ici les règles de revalorisations), mais Nicolas Sarkozy n’a jamais usé de la faculté que lui donne la loi de faire plus que les revalorisations légales – c’est cela que l’on appelle communément un « coup de pouce ». Et cinq ans de suite, inflexible, il s’en est tenu à cette ligne de conduite, manifestant un égoïsme social sans précédent (lire Le pacte que Sarkozy a passé contre le Smic).

Ainsi, au 1er janvier dernier, Nicolas Sarkozy a refusé pour la cinquième année consécutive de donner un « coup de pouce » au Smic. Celui-ci n’a donc été revalorisé que de l’obligation légale : le Smic mensuel brut pour 151,67 heures de travail est passé de 1.343,77 euros à  seulement 1.365 euros. Ce qui correspond à un Smic mensuel net de près de 1.073 euros contre 1.055,42 euros tout au long de l'année 2010.

« Le premier sujet de préoccupation des Français »

Et le résultat est celui que l’on sait : n’usant d’aucun des outils de la politique économique pour amortir le choc de la crise, Nicolas Sarkozy est devenu « le président… de la baisse du pouvoir d’achat ». Il suffit de se référer aux derniers chiffres qui font foi, ceux de l’Insee, pour en prendre la mesure (Lire Les 7 péchés du sarkozysme 2/ L’avarice et Alerte, récession !). Dans sa dernière note de conjoncture, l’Insee révèle ainsi que le pouvoir d'achat par unité de consommation (qui correspond à ce qu'éprouvent réellement les Français), la hausse a seulement été de 0,7 % en 2011 et pour le premier semestre de 2012, il devrait être en baisse de l'ordre de -0,5 à -0,6 point.

Sous les effets de la crise mais tout autant de la politique économique, le nombre de pauvres a aussi explosé. Pour la seule année 2010, il a ainsi augmenté de plus de 400.000, portant le nombre de pauvres en France à plus de 8,2 millions de personnes, un niveau historique. Et pour 2011 et le début de 2012, les chiffres ne sont pas encore connus, mais ils seront naturellement en hausse spectaculaire, compte tenu de l’envolée du chômage. Et pour ceux qui ont un travail, cela vaut à peine mieux, puisque le revenu médian des Français est actuellement de 1.584 euros par mois. Autrement dit, 50 % des Français ont un revenu inférieur à ce seuil.

Voilà donc le bilan sarkoziste. Il est accablant. On comprend donc mieux pourquoi Nicolas Sarkozy tente aujourd’hui de brouiller les cartes, en suggérant un obscur tour de bonneteau consistant à supprimer la prime pour l’emploi et à la remplacer par un allègement des charges sociales sur les bas salaires, et en voulant faire croire que cela génèrerait une hausse des salaires nets, alors qu’en vérité cela ne dégagerait qu’une hausse microscopique. On comprend donc mieux aussi pourquoi, face à un pays où l’exaspération sociale est palpable, Nicolas Sarkozy multiplie les opérations de diversion et vient de plus en plus souvent sur le terrain nauséabond de l’extrême droite, pour attiser d’autres haines.

Témoin cette sortie stupéfiante, soulignée à juste titre par Rue89, proférée par le champion de l’UMP, le 5 mars à Saint-Quentin (Aisne) sur « le premier sujet de préoccupation des Français ». Quel est-il, ce « premier sujet », aux dires du candidat de l’UMP ? S’agit-il précisément du pouvoir d’achat ? Ou alors de l’emploi ? Nenni ! Pour Nicolas Sarkozy, « le premier sujet de préoccupation de discussion des Français, c'est cette question de la viande halal », a-t-il osé dire, comme en atteste le document sonore ci-dessous.

Face à ces manœuvres de diversion d’une droite de plus en plus radicale – ou extrême, c’est comme l’on veut –, le candidat socialiste avait donc une formidable opportunité de placer la question sociale au centre de son projet. Et tout particulièrement la question du pouvoir d’achat.

Or, force est de le constater, depuis le début de sa campagne, François Hollande se montre sur le sujet discret ou prudent. De cela, il existe un premier indice. Quand il publie ses « 60 engagements pour la France », à la mi-janvier dernier, le candidat socialiste crée la surprise (Lire Un projet social au souffle court) : les mots de « pouvoir d’achat » ne sont pas même mentionnés dans la plate-forme du candidat, sauf une fois, pour justifier les… économies de chauffage ! Et il n’est pas fait mention non plus du salaire minimum.

Pour le vérifier, il suffit de se reporter à ce projet que voici :


Plaidoyer « pour une modération salariale»

S’agit-il d’un oubli ? Non, c’est évidemment un choix délibéré, qui a été discuté puis tranché par le candidat socialiste avec son équipe de campagne. Car voici un an, l’affaire était entendue : le projet initialement voté par les militants socialistes au printemps 2011 envisageait une revalorisation du salaire minimum.

Pour nous en assurer, replongeons-nous dans ce projet du PS. Le voici :

A la page 14 de ce document, l’engagement était clairement consigné : « Le Smic constitue un levier à court terme pour améliorer les conditions de vie des plus modestes et stimuler la consommation. La revalorisation de son pouvoir d’achat sera engagée après des années d’abandon par la droite. »

Mais, durant l’été, alors que se préparent les primaires socialistes, François Hollande et ses proches débattent du sujet et ne manifestent guère d’enthousiasme pour cette revalorisation du Smic. Et cela transparaît publiquement quand François Hollande organise le 24 août 2011, à la Maison de l’Amérique latine, une première réunion avec des économistes qui lui sont proches (Lire L’énigme François Hollande).

L’un des économistes présents est en effet Gilbert Cette. Peu connu du grand public, cet expert, qui apparaît sur la vidéo officielle ci-dessous retraçant les travaux de la réunion, s’est en effet distingué en co-signant en 2008 un rapport public pour François Fillon préconisant ni plus ni moins que de casser le système du salaire minimum. Mediapart s’en était fait l’écho et avait révélé le rapport le 9 avril 2008 (lire Un rapport officiel veut casser le salaire minimum).

 

 

Or, le 24 août, le même Gilbert Cette repart à la charge contre le Smic. Et le plus étonnant, c’est que ce qu’il dit est retenu comme parole d’évangile. On en trouve trace dans le compte-rendu officiel (il est ici) de la troisième table ronde qui a eu lieu ce jour-là, dénommée – ce n’est guère enthousiasmant ni mobilisateur ! : « Concilier pouvoir d’achat, compétitivité, et consolidation des finances publiques ».

Cela commence par l’énoncé suivant: « Cette troisième table ronde a permis de définir des pistes de conciliation entre, d’une part, la sauvegarde du pouvoir d’achat et, d’autre part, deux forces contraires : un regain de compétitivité qui plaide pour une modération salariale et un contexte de sobriété budgétaire susceptible de toucher les dépenses dont bénéficient les foyers modestes. »

Autrement dit, la table ronde fait siens tous les poncifs réactionnaires de la politique libérale, qui a été le socle des politiques économiques suivies par la droite comme par la gauche depuis le virage de 1982/1983 : une politique salariale trop généreuse fait le lit du chômage et nuit à la compétitivité. Cela a été en particulier le credo de Pierre Bérégovoy comme celui d’Édouard Balladur. Il faut donc conduire une politique de l’offre plutôt qu’une politique de la demande. Tout est dit dans cette formule : il faut privilégier « un regain de compétitivité » et cela « plaide pour une modération salariale ».

Et le compte-rendu officiel poursuit : « S’agissant des classes populaires, les participants font le constat d’un tassement de l’échelle des salaires lié à une progression du Smic plus rapide que celle du salaire médian. Les intervenants se sont accordés pour dire qu’un Smic élevé n’est pas le meilleur outil de soutien aux plus modestes, les dispositifs de solidarité de type RSA ou PPE étant mieux adaptés car sans incidence directe sur le coût du travail. Ces outils pourront être évalués et ajustés, mais les moyens qui leur sont alloués devront être ménagés afin que la phase de désendettement ne génère pas de nouvelles inégalités. » Plus brutalement dit, si « un Smic élevé n’est pas le meilleur outil », on peut en déduire qu’il ne faudrait donc pas donner de « coup de pouce » au Smic.

Mélenchon pour un Smic net à 1 700 euros pendant la législature

En quelque sorte, les économistes proches de François Hollande donnent donc raison, sans le dire ouvertement, à Nicolas Sarkozy de ne pas avoir donné de « coup de pouce » au Smic et prennent donc leur distance avec le projet du PS.

L’absence de référence au salaire minimum dans le projet de François Hollande ne doit donc rien au hasard. Mais sans doute l’équipe du candidat socialiste a-t-elle compris qu’elle avait commis une erreur en faisant à ce point l’impasse, plus largement, sur la question du pouvoir d’achat dans la plate-forme. Depuis quelques semaines, les proches de François Hollande essaient donc de rectifier le tir et, agrégeant différentes mesures éparpillées dans le projet, ils s’appliquent à faire la démonstration qu’elles constituent le socle d’une véritable politique en faveur du pouvoir d’achat.

Le site Internet du candidat présente même désormais une page dédiée à cette question (elle est ici) où sont détaillées les sept propositions de François Hollande pour le pouvoir d’achat : « 1. Une nouvelle tarification progressive de l'eau, du gaz et de l'électricité ; 2. Baisse des frais bancaires et valorisation de l’épargne populaire ; 3. Lutte contre la spéculation sur les prix de l'essence ; 4. Fiscalité : protéger le pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires ; 5. Augmentation de 25 % de l'allocation de rentrée scolaire ; 6. Encadrement des loyers ; 7. Baisse du prix des médicaments ».

On admettra pourtant qu’en dehors de la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire, aucune de ces mesures n’aurait d’effet direct et vraiment sensible. Et dans tous les cas de figure, sans doute pourraient-elles contribuer à défendre le pouvoir d’achat, mais guère plus. En tirer argument pour dire que le candidat socialiste prône une politique de relance relèverait en tout état de cause de l’abus de langage.

Dans l’entourage de François Hollande, certains veulent croire toutefois que le débat n’est pas tranché. Comme Mediapart le racontait dans un article récent, (Lire Le candidat Hollande affine sa méthode de gouvernement), syndicats et patronat seront en effet appelés, en cas de victoire du PS, à se retrouver au lendemain de la présidentielle pour une « conférence sociale », qui pourrait s’appeler « Assises de la démocratie sociale ». Elle pourrait se tenir avant même les élections législatives.

« Il s'agira d'évoquer le calendrier des négociations sociales entre les partenaires sociaux sur toute une série de sujets, mais aussi de lancer les mesures urgentes pour l'emploi et d'évoquer une éventuelle revalorisation du Smic », affirme Alain Vidalies, qui est responsable du pôle « travail, emploi » dans l’équipe de campagne de François Hollande. Dans ce même article, nous précisions que, selon ce même responsable socialiste, l'idée d'un coup de pouce au salaire minimum a même été validée par l'entourage du candidat.

Mais pour l’heure, le candidat s’est gardé de le dire publiquement. Sur ce front, donc, la différence entre le projet du candidat socialiste et celui de Jean-Luc Mélenchon est donc grande. La plate-forme du Front de gauche (elle est ici) préconise en effet une forte revalorisation du Smic : « Afin d’enrayer la montée des inégalités de richesse dans notre pays, nous procéderons à une réévaluation globale des salaires et des traitements, des indemnisations du chômage et des retraites, et les indexerons sur l’évolution du coût de la vie. Cette réévaluation se fera aux deux extrémités de l’échelle des salaires. Nous porterons immédiatement le Smic à 1.700 euros brut par mois pour 35 heures, conformément aux revendications syndicales, et 1.700 euros net pendant la législature. Un salaire maximum sera instauré. La Confédération européenne des syndicats propose d’ailleurs, dans toutes les entreprises, que l’écart entre le plus bas et le plus haut salaire ne puisse dépasser 1 à 20. Ainsi, les patrons ne pourront gagner plus sans d’abord augmenter les salariés du « bas de l’échelle ». Par la fiscalité, nous établirons un revenu maximum fixé à 20 fois le revenu médian (soit aujourd’hui 360.000 euros par an) ».

La prudence de François Hollande est d’autant plus sensible que le Smic n’est pas le seul levier de la politique économique lui permettant de relancer le pouvoir d’achat. Parmi d’autres leviers, il y a aussi la politique fiscale. Le projet initialement conçu par l’économiste Thomas Piketty, et repris à son compte par le PS dans son projet entériné au printemps 2011, pouvait avoir cet effet. Prévoyant de fusionner l’impôt sur le revenu et la Contribution sociale généralisée (CSG) et de redessiner des taux d’imposition organisant une meilleure progressivité de ce nouvel impôt, la réforme visait à organiser une vaste redistribution des revenus, pour redonner du pouvoir d’achat aux revenus modestes et assujettir davantage les hauts revenus.

Or, François Hollande n’envisage plus cette fusion rapidement. Elle n’aura lieu qu' « à terme ».  Du même coup, le candidat socialiste s’est aussi privé d’un outil de relance du pouvoir d’achat, comme l’a expliqué l’économiste Thomas Piketty dans un entretien-vidéo récent (Lire Piketty à Hollande : davantage d’audace !)

 


 

Dans cet entretien, l’économiste faisait en particulier ces constats : « Dans ce que propose Hollande actuellement, il y a un mérite, c’est qu’il dit assez clairement là où il veut aller chercher des recettes complémentaires, mais il y a plusieurs insuffisances qui tiennent au fait que, comme il ne remet pas en cause les structures, comme il ne refonde pas véritablement l’impôt sur le revenu, il s’interdit de mener une politique du pouvoir d’achat vis-à-vis des classes populaires et des classes moyennes. » Car c’était cela, faisait-il valoir, le sens de la proposition de révolution fiscale qu’il préconise. « Cette absence de politique de pouvoir d’achat dans le programme de Hollande est intimement liée à l’absence d’ambition fiscale, de véritable remise à plat fiscale. »

Mais il est vrai que la campagne n’est pas encore finie. Alors, comme il l’a fait dans le cas de l’impôt sur le revenu, en se prononçant pour un taux supérieur à 75 % (Lire Fiscalité : Hollande invente la réforme Canada dry), François Hollande pourrait-il sortir de sa hotte une mesure surprise un peu plus spectaculaire en faveur du pouvoir d’achat ? Si beaucoup de Français aspirent à tourner une bonne fois pour toutes la page du sarkozisme, c’est aussi pour cela…

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22