Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 18:31

LEMONDE.FR avec AFP | 11.03.12 | 16h56   •  Mis à jour le 11.03.12 | 18h23

 
 

 

Formation d'une chaîne humaine devant la centrale nucléaire de Cruas, le 11 mars.

Formation d'une chaîne humaine devant la centrale nucléaire de Cruas, le 11 mars.AFP/PHILIPPE DESMAZES


Vêtue de gilets fluo, une foule, parmi laquelle deux candidats à l'Elysée, s'est déployée dimanche après-midi le long de la nationale 7, entre Lyon et Avignon, formant une "chaîne humaine pour sortir du nucléaire", à l'occasion de l'anniversaire de la catastrophe de Fukushima.

Plusieurs dizaines de cars venus d'Allemagne, de Suisse, de Belgique et de toute la France ont déferlé sur le site depuis la fin de matinée. Selon les organisateurs, la chaîne a rassemblé 60 000 personnes. Les autorités n'étaient pas en mesure de donner un chiffre global de la participation. Seule la préfecture de la Drôme a dénombré 16 000 manifestants sur la portion dans ce département, soit 129 km de la RN 7.

 

Eva Joly et la direction d'EELV prennent place dans la chaîne humaine.

Eva Joly et la direction d'EELV prennent place dans la chaîne humaine.REUTERS/ROBERT PRATTA

Arrivée peu après 15 heures en Ardèche, Eva Joly, la candidate d'EELV à la présidentielle, s'est mêlée à la chaîne humaine, en face de la centrale nucléaire de Cruas, au côté de ses porte-parole, l'eurodéputé José Bové et Dominique Voynet, et du sénateur Jean-Vincent Placé. Quelques mètres plus loin, Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) à l'Elysée, a également pris place.

RÉGION LA PLUS NUCLÉARISÉE D'EUROPE

Portant des gilets fluo jaunes ou oranges et brandissant des drapeaux "Europe Ecologie" ou "Sortir du nucléaire", les militants se sont déployés en se tenant par la main ou en étant reliés par des rubans adhésifs pour occuper tout l'espace sur les 230 km séparant Lyon et Avignon. "Je trouve ça symbolique que la chaîne humaine soit devant cette centrale. C'est une mobilisation citoyenne, pour clairement dire que le peuple de France ne veut pas de l'énergie nucléaire", a déclaré à la presse Eva Joly, au bras de José Bové.

Avec ses 14 réacteurs, la vallée du Rhône est en effet la région la plus nucléarisée d'Europe. "C'est un moment où nous marquons l'anniversaire de l'horrible tragédie de Fukushima, c'est pour ne pas oublier, c'est aussi un geste de solidarité avec le peuple japonais", a ajouté Mme Joly. Pour la candidate à l'Elysée, c'est aussi pour "marquer notre espoir qu'avec le changement programmé de président et de gouvernement, nous allons travailler à la sortie du nucléaire".

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 18:25

varmatin.com

   Publié le dimanche 11 mars 2012 à 11h34

Hommage Fukushima MSK - 16266267.jpgRappelant la catastrophe de Fukushima, il y a un an, ce groupe de Toulonnais milite pour la sortie du nucléaire.M. Sk.

Femmes et hommes de toutes professions, Karine, Guy, Laurent ou Katia : depuis octobre 2011, les Indignés de Toulon se retrouvent les samedis sur la place de la Liberté, pour attirer l'attention des promeneurs sur les grands problèmes de l'humanité.

Hier, ils rappelaient le triste anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, le 11 mars 2011, à la suite d'un séisme sur la côte pacifique. Combinaisons blanches revêtues, tour réfrigérante dressée, banderoles d'information et alarmistes déployées, ils invitaient ceux qui leur prêtaient l'oreille à s'indigner avec eux, à réagir pour sortir du nucléaire. Une sirène a émis sa longue plainte, les badauds se sont retournés et les Indignés de Toulon se sont couchés sur le sol, immobiles…

 

Plus d'informations sur Facebook : les Indignés Toulon Var Provence. http://indignesduvar.over-blog.fr

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 20:10

Smurf Land

In March to Athens on 10 March 2012 at 17:58


March to Athens

Day 123-XLIX, from Altamura to Toritto, 23 km.

Day 124-L, from Toritto to Palo del Colle, 8 km.

 

trullo

Palo del Colle, March 10

Dear people,

The walk from Altamura into the plains was the worst. Twenty kilometres straight along a busy national road in the rain. There is nothing we can do but push on at an elevated pace to get it over with.

Finally the last few kilometres we have the road all for ourselves. It’s not yet in use, so we’re able to inaugurate it with our shopping carts. The rain has stopped, and in the olives fields along the road our efforts are rewarded by the view of the trulli.

A trullo is a typical Apulian peasant house. It looks a bit like the homes of the Smurfs. I adore them. When I was only a couple of years old, I wanted to travel to find the village of the Smurfs. Unfortunately, back then I didn’t find it, but I knew that some day I would. And indeed, I did.

At about fifty kilometres further south from here there is a village which is almost exclusively made up of trulli. It’s called Alberobello. You should see it. It’s even better than Disneyland.

It’s already dark when everyone has reached Toritto, the first suburb in the gravity zone of Bari. Tonight we would prefer a place with a roof, but there is none to be found, so we take the square. The sole officer on duty makes a worried phone call and then leaves us in peace.

News from Athens is coming in. Our people on the spot have grudgingly accepted May 5 as the day on which ‘Agora Athens’ will begin. They would have preferred to start a week earlier, but in the absence of convincing reasons there was no way that our assembly would agree to change the date of arrival. With that, the hot issue of the date is finally closed.

Other more interesting news concerns the rumours of a German march which will start in Patras on May 2 and which will arrive in Athens on May 15. Then there is even talk of a bicycle march which will start in Holland to cross all of Europe and arrive in Greece through the Balcans. It sounds great, and I hope it won’t turn out to be just rumours.

Comrade Bobò

Comrade José Miguel cleaning the square

Later on in the evening, people from the association Libera, which manages the real estate confiscated from the mafia, open the entrance of their building on the square, so that we can find shelter in case of rain.

Now, for me electricity is a daily necessity, and I’m lucky enough to find a place in the entrance where I can plug in my laptop. Today I won’t write any updates. From all the various fronts of the revolution, messages are coming in. From Jesus Christ, who is participating in one of the marches going to Paris for the French elections, from Spain, from Greece, from Holland. I want to answer them all.

But every now and then, people notice me and they gather around. They want to know everything about the march. How many people we are, where we are from, when the march has started, when we will arrive, what we hope to accomplish, etc.

I must have answered all these question at least a thousand times, and every time I put away my computer and I answer them again, with the same enthusiasm. Because I’m well aware that if ever I would say ‘Not now, I have other things to do’, I would have ceased to be a revolutionary.

So I talk to people all evening. I see the admiration in their eyes whenever I speak about our march. And when all the others have already gone to sleep, the locals bring their things to me. Late at night, when I finally finish my letters, there’s a pile of pizzas next to me, bags full of pastries for breakfast, softdrinks, cigarettes etc. I get up, and while I carry everything to the camp, a car stops in front of me, a window rolls down. It’s one of the people I met earlier this evening. “Hey Oscar, will you come grab a beer?”

“Thanks man, but not tonight. It’s really time for me to get some sleep.”

Arriving in Palo del Colle

Bringing the vessel safely to port

Spring

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 20:06

Rhetoric

In March to Athens on 8 March 2012 at 23:19


March to Athens
Day 122-XLVIII, Altamura.

 

Acampada Altamura after the rain

Altamura, March 8

Dear people,

Where the police didn’t succeed, the weather did. At least in part. Last night the rains came down, and when it started again this afternoon we were a lot less bold than when we took the square the day before. Those of us whose tents hadn’t resisted started to seek shelter under a roof.

It was a real shame. Not only because the rain brings down the morale, but also because it impeded us once again to hold a popular assembly. The last serious popular assemblies we held were in Potenza and in Vietri.

Today we hide under the arches of the old cathedral for an assembly among ourselves. The tensions between us and our people in Athens haven’t yet faded away, and apart from that we have to decide to go to Igoumenitsa or Patras.

Even though I always try to keep my distance, I obviously have my opinions, and I have shifted my position a bit since I joined the march in Rome. By now, I have made a tacit alliance with the Old Man. We have come to appreciate each other, and we share the same long term goals. So whenever the assembly is about to decide on something important we meet up for a petit conseil de guerre, ‘a small war council’.

Instead of exasperating the assembly by simply blocking proposals, we try to prepare the terrain by measuring the spirits and trying to convince people before the assembly starts.

At the moment the important thing is to make sure we go to Igoumenitsa instead of Patras. Most of the French are in favour of Igoumenitsa. They did more than 1500 kilometres of march already, so 500 more won’t be a problem. Many of the Spanish are in favour of Patras. They want to walk less with the excuse that ‘we can do more propaganda in the villages we pass.’

Now, those of you who have been following my adventures, know very well that I don’t take myself – or life as a whole – completely serious. I like to play. And today I played the role of orator to defend the cause of Igoumenitsa. The original was in Italian…

“Dear comrades,

First of all, I would like to remind you that if we didn’t have the fortune of possessing a well filled treasury, then Patras wouldn’t have been an option at all, and we wouldn’t be here discussing about it.

If we decide to go to Patras, we will empty our treasury. And with all the unknown factors of Greece ahead there might come a day that we will bitterly regret it.

Having said this, there are a lot of more or less valid reasons to go to Patras.

We will be able to do more propaganda. We will be under less pressure. We will be able to choose between many possible routes, etc. But most of all we will have more time. Indeed, we will have so much time that we could easily take an entire month of holiday before continuing our march and still be in Athens before the fifth of May.

But I sense that the real reason why people would want to go to Patras is because it would mean we wouldn’t have to walk so much.

To me, Patras smells very much like the ‘easy way out’. I would interpret it as a sign of weakness, almost of defeat. And not just me.

My proposed route from Igoumenitsa

Surely I would understand us taking this option into consideration if we really didn’t have enough time. But I can assure you, with all the data at hand, that we can easily cross all of Greece and reach Athens before May 5, respecting the consensus that we reached at Sermoneta. [15 to 20 km a day. Two days of rest per week]

For me, this would be reason enough to go to Igoumenitsa. But maybe not for you.

That is why I want you all to realise very well what we are doing, and what we have already achieved.

Tomorrow this march will be four months old. Some of us have done it all, right from the start in Nice. And many of us have walked the greater part of it.

Not me. I have only been with you since Rome. But all the same, it has been a pleasure and an honour to walk with you people.

In these past four months the march has crossed the mountains three times, in winter.

I can tell you that not even Hannibal, nor Caesar, have ever done something similar.

Our march has encountered the snow, it has resisted against the freezing cold, against persisent rains, hail storms and more.

So here we are. We have reached the other end of Italy, and with our efforts we have conquered the hearts of the people we encountered on the way.

And now that spring is finally upon us, I cannot conceive the possibility that these hardened veterans would choose to sacrifice our treasury to bypass most of Greece and take the easy way out, going to Patras.

I honestly think that everyone who is to be considered a real marcher of the March to Athens has the moral obligation, towards him- or herself, towards the people who support us, and towards history, to finish this march in grand style by crossing all of Greece, starting in Igoumenitsa.”

Even though it was a tongue-in-cheek speech, the French loved it. They nicknamed me Cicero. I hope it will be enough. For now we haven’t decided yet. Whenever we have, you will be the first to know.

 

Drying a sleeping bag on the victory monument

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:56

 

 

*Note perso :   LES INDIGNES DE NIMES Y SERONT, REJOIGNEZ-NOUS !!!

 

franceinfo.fr  - le Samedi 10 Mars 2012 à 10:10


La vallée du Rhône est la zone la plus nucléarisée d'Europe, c'est donc un lieu symbolique choisi par les associations pour organiser une chaîne humaine de 235 km ce dimanche, date anniversaire de l'accident de Fukushima.

Yannick Rousselet, de Greenpeace, attend un grand nombre de participants à la chaîne humaine   

Lecture
Partager

La chaîne humaine devrait relier  Lyon à Avignon et quelques 10.000 personnes se seraient déjà inscrites dans toute la France. Le tracé n'est pas laissé au hasard, car dans cette région, les habitants sont "tous à 30 km d'une centrale", selon Chrisitne Hasse, de l'association Réaction en chaîne humaine :

"Avec ses 14 réacteurs, c'est la région la plus nucléarisée d' Europe."

Les manifestants ont prévu de se prendre par la main le long de la Nationale 7. Ils pourront partir de l'un des 128 départs groupés prévus dans tout le pays. Les soixante points de ralliement de Lyon à Avignon sont détaillés par taux de remplissage pour permettre une meilleure répartition des participants.

 

La grande inconnue reste le nombre d'habitants de la Vallée du Rhône susceptibles de joindre la chaîne. © Sortir du nucléaire


Les soutiens à la chaîne sont nombreux : outre Sortir du nucléaire, Attac, Sud-Rail, Agir pour l'environnement, France Libertés, Greenpeace, Les amis de la terre, Cap 21, Écologie sans frontière, EELV, NPA, et le Parti de gauche entre autres on rejoint le mouvement.

Corinne Lepage et Eva Joly participeront même à a conférence de presse prévue à Montélimar dimanche midi. Stephane Hessel a également apporté son soutien à la manifestation.

Des chaîne humaines à moindre échelle ont déjà été organisées depuis un an dans la vallée du Rhône, réunissant quelques centaines de personnes, selon les organisateurs :

"C'est en descendant dans la rue, en se mobilisant par dizaines de milliers que les Allemands ont obtenu une décision de sortir du nucléaire d'ici à 2022."

Les héritiers de Boris Vian ont accepté de prêter la chanson Le Déserteur pour l'occasion, que les manifestants vont chanter en la détournant sous le titre "Déserter le nucléaire".

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:51

liberation.fr - Dépêches Aujourd'hui à 18h00


Des centaines de militants anti-nucléaires, dont de nombreux Allemands, ont manifesté samedi aux abords de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans l'est de la France, à l'occasion du premier anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima au Japon
Des centaines de militants anti-nucléaires, dont de nombreux Allemands, ont manifesté samedi aux abords de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans l'est de la France, à l'occasion du premier anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima au Japon ( © AFP Sebastien Bozon)

STRASBOURG (France) (AFP) -

 

Des centaines de militants anti-nucléaires, dont de nombreux Allemands, ont manifesté samedi aux abords de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans l'est de la France, à l'occasion du premier anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima au Japon.

A Fessenheim, environ 700 personnes selon la préfecture ont réclamé la fermeture de la plus ancienne centrale du parc nucléaire français, mise en service en 1977. Plus de la moitié des manifestants venaient de l'Allemagne voisine, ont indiqué les organisateurs.

"Un an après la catastrophe de Fukushima, on a marqué fortement la détermination des populations qui demandent la fermeture de cette vieille dame sous perfusion qu'est la centrale de Fessenheim", a déclaré à l'AFP André Hatz, de l'association Halte au Nucléaire, co-organisatrice de la manifestation.

De leur côté, une soixantaine de salariés de la centrale de Fessenheim, mobilisés contre la fermeture, s'étaient réunis devant la centrale, à l'appel d'une intersyndicale, "en solidarité avec le peuple japonais".

"C'était un hommage pour les victimes du séisme qui a touché le Japon le 11 mars 2011, ce n'était pas une manifestation dans le cadre de notre combat pour défendre notre centrale", a précisé Jean-Luc Cardoso, délégué syndical CGT, trouvant "déplacé" le discours des adversaires du nucléaire.

A Metz (est), environ 350 personnes se sont réunies selon la police pour réclamer "la sortie du nucléaire", à l'appel notamment de Sortir du Nucléaire, du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) et d'Europe Ecologie Les Verts (EELV).

Dimanche, des milliers de personnes sont attendues dans la vallée du Rhône entre Lyon et Avignon, pour former une "chaîne humaine pour sortir du nucléaire".

Ces manifestations sont organisées un an après l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima, consécutif au séisme et au tsunami du 11 mars 2011, qui ont fait plus de 19.000 morts et disparus dans le nord-est du Japon. Il s'agit de la plus grave catastrophe atomique depuis celle de Tchernobyl en 1986.

© 2012 AFP

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:45

http://www.fase22.org/agenda/evenement-departemental/concert-des-indignes.html

Concert des Indignés

 

  • 31/03/2012 15:30
  • Bar le Fut Chantant - Saint Brieuc
  • éventuellement le prix d'une conso

 

concert-31-mars-1.jpg

 

Parce qu'il faut construire la réelle alternative ciyoyenne à un système non démocratique qui légalise les profits aveugles au détriment des solidarités durement acquises...

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:39

 

http://www.scoop.it/t/road-to-dignity 

March 8, 2:11 PM


Road to Dignity ► Global SPRING 2012
Road to Dignity ► Global SPRING 2012 | #Road to Dignity | Scoop.it

Road to Dignity 2012 ►Appel à tous les Êtres Humains


[FRA/ESP/ENG]
les Indignés du monde entier appellent à une JOURNEE MONDIALE dès le mois de mai 2012. Lors des sommets G8/NATO à Chicago, les 1er,12 & 15 Mai, nous voulons attirer l'attention du monde entier sur les problèmes de justice économique et sociale.


Nous vous invitons à rejoindre notre action pour la liberté, l'égalité, la paix, la justice et la réelle démocratie à travers le monde.

Rejoignez les Groupes de travail [#12M 15M]
[DRY Internacional] ► agenda http://m1p.fr/dnl
[BXL] www.indignez-vous.be

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:35

 

 

Banner_indybxl01

http://bxl.indymedia.org/articles/3938

 

Publié: vendredi 09 mars 2012 01:19 par sh  


Depuis un an, le Portugal s'agite...

 

Manifeste du 12 mars 2012


Nous, personnes sans emploi, « cinqcenteurotistes » et autres mal rémunérées, esclaves déguisées, en sous contrats, en CDD, fausses travailleuses indépendantes, travailleuses intermittentes, stagiaires, boursières, travailleuses-étudiants, précaires, virées, licenciées, sans abri, émigrantes, immigrées, exilées isolées, retraitées, exclues, censurées, personnes nouvelles et anciennes pauvres, toutes et tous nous confrontons quotidiennement aux graves limitations de notre dignité et liberté,

Il y a 1 an, le 12 mars 2011, au Portugal et à l'étranger, nous sommes sortis dans les rues révolté-e-s mais avec espoir, préoccupés mais déterminés à construire un futur meilleur. « à l'arrache » et indignés mais avec des propositions : nous étions plus de 500 000.

C'est le jour où nous avons affirmé : nous sommes la Démocratie.

Avec la volonté d'exercer activement nos droits, nous avons versé au Parlement des milliers de propositions et idées concrètes, que chacune et chacun de nous avons apporté lors de la manifestation, sur comment construire une nouvelle et meilleure société. Nous avons lancé une semence de participation civique. Nous avons montré qu'il est possible, que nous pouvons décider et faire. Que nous nous dépassons à chaque fois, à chaque génération, lorsque nous coopérons.

Depuis ce jour, de nouvelles dynamiques sociales se sont créées, de nouveaux mouvements, de nouvelles rencontres de volontés, espérances et projets; une proposition de Loi Contre la Précarité faite par des citoyen-ne-s, une Initiative d'Audit citoyen de la Dette Publique, des protestations, assemblées populaire, actions directes, ce ne sont que quelques exemples de la vitalité d'une société qui participe de façon informée et responsable aux processus d'influence et de changement politique et social, tout au long de cette année passée.

Le 12 mars sera toujours une conquête, parce que les personnes ont prit conscience de leur pouvoir.

Nous voulons nous faire entendre. Nous avons montré que « nous ne voulions pas aller par là » et, un an après, tout est pire.

Les gouvernants ne nous ont pas écouté. Jamais nous n'avons tant travaillé, d'une forme si flexible, comme de façon tant précaire.

Ils nous ont vendus la fausse promesse que, si nous avions moins de sécurité au travail, il existerait plus d'emplois pour tous. Aujourd'hui, le taux de chômage est le plus élevé de l'après 25 avril 1974. Dans les écoles, des enfants ont faim. Abandonnés, des milliers de personnes âgées doivent choisir entre les médicaments ou manger. Du nord au sud des commerces, fabriques, boutiques se ferment lançant des milliers de personnes au chômage. Les personnes les plus jeunes, étudiant-e-s, récemment-licencié-e-s, sont incitées à émigrer, en une claire confession d'impotence et d'incompétence du gouvernement.

Dès l'arrivée antidémocratique de la troïka, nous souffrons d'un plan d'austérité qui nous asphyxie. Le Portugal est aujourd'hui le pays d'Europe où ces mesures exigent plus aux personnes les plus pauvres qu'aux plus riches. Où la distribution des richesses est des plus inégalitaires de toute l'OCDE. Et où l'on oblige les personnes les plus fragiles à payer la corruption, les des mafias locales, régionales et internationales. S'instaure une dictature économique qui rompt ce qu'il restait du pacte social inauguré avec le 25 avril 1974.

Le 12 mars 2012, nous réaffirmons que, nous, citoyen-ne-s, sommes la Démocratie. Que les États démocratiques sont des personnes et non des marchés. L'économie existe pour servir les personnes, et non pas le FMI et autres créanciers.

Les États existent parce que nous leur confions le devoir d'organiser les droits élémentaires comme l'éducation, la santé, la justice, la sécurité, la mobilité, la protection des ressources naturelles, la sécurité sociale pour toutes et tous et surtout aux plus défavorisés. C'est pour ces raisons, pour qu'il y ait la justice sociale, pour que le pays se développe de façon soutenable, que nous payons l'impôt. Non pour alimenter des emprunts internationaux à des taux odieux.

L'État portugais se doit d'être le garant des droits fondamentaux consacrés dans la Constitution et le Droit International.

Si les taxes que nous payons, fruit de notre travail, ne servent plus à assurer les droits, la liberté et les garanties, pourquoi payons-nous les impôts ?

Nous réaffirmons les idées, l'espérance et la volonté de reconstruire notre communauté, notre rue, notre village, notre quartier, notre ville, notre pays, notre continent, notre Monde.

Nous n'acceptons pas l'imposition d'un État proto-fasciste qui a pour prétexte le paiement, à tout prix, d'une dette. Nous ne permettrons pas la criminalisation du mouvement social et que les forces de sécurité soient instrumentalisées pour provoquer le désordre et distiller la peur dans la population.

Nous n'abdiquons pas du droit à manifester, du droit à la contradiction et à la pluralité d'opinions. Nous ne croyons pas à l'inévitable, en la pensée unique ni dans la politique moraliste des sacrifices.

Parce que la démocratie est ce que nous faisons d'elle.

Nous allons, unis, s'en dessus dessous, refonder l'État et de nouveau défendre des idéaux de justice, d'égalité, de liberté e de coopération que les gouvernants ont depuis longtemps cessé de pratiquer.

Le 12 mars est à toutes, est à tous. Il est à chacun et chacune d'entre nous.

Que le 13 mars le soit aussi !

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:26

Source: Editionslibertalia

 

Je n’aime pas la violence. Je ne pense pas que l’on gagne beaucoup à brûler des banques et faire tomber des vitrines. Et pourtant, je ressens une poussée de plaisir quand je vois, à Athènes et dans d’autres villes grecques, les réactions à la ratification par le Parlement grec des mesures imposées par l’Union européenne. Voire plus : s’il n’y avait pas eu d’explosion de colère, je me serais senti perdu à la dérive dans un océan de dépression.

Cette joie est celle de voir le ver, trop souvent piétiné, se retourner et rugir. La joie de voir ceux et celles dont les joues ont été claquées milles fois, rendre la claque. Comment peut-on demander à des gens d’accepter docilement les coupes drastiques, qu’impliquent les mesures d’austérité, dans leurs niveaux de vie ? Doit-on souhaiter qu’ils acceptent simplement que l’énorme potentiel créatif de tant de jeunes gens soit noyé, leurs talents piégés dans une vie de chômage de masse et de longue durée ? Tout cela pour que les banques soient remboursées, et que les riches puissent s’enrichir ? Tout cela, seulement pour maintenir en vie un système capitaliste qui a depuis longtemps dépassé sa date de péremption, et qui n’offre aujourd’hui au monde rien d’autre que la destruction ? Que les Grecs acceptent ces mesures ne serait que l’augmentation exponentielle de la dépression, celle de l’échec d’un système aggravé par la dépression de la dignité perdue.

 

La violence des réactions en Grèce est un cri qui traverse la planète. Combien de temps encore resterons-nous assis, à regarder le monde être disloqué par ces barbares, les riches, les banques ? Combien de temps encore supporterons-nous de voir les injustices augmenter, les services de santé démantelés, l’éducation réduite au non-sens acritique, les ressources en eau être privatisées, les solidarités anéanties, et la terre éventrée pour le seul profit des industries minières ?

Cette offensive, qui est si manifeste en Grèce, a lieu partout sur la Terre. Partout, l’argent soumet les vies humaines et non-humaines à sa logique, celle du profit. Ce n’est pas nouveau, c’est l’ampleur et l’intensité de cette offensive qui l’est. Ce qui est également nouveau, c’est la conscience générale que cette dynamique est une dynamique de mort, que nous allons droit vers l’annihilation de la vie humaine sur Terre. Quand les commentateurs avisés détaillent les dernières négociations entre les gouvernements sur l’avenir de la zone-Euro, ils oublient de mentionner que ce qui s’y négocie allègrement est le futur de l’humanité.

Nous sommes tous grecs. Nous sommes tous des acteurs dont la subjectivité est tout simplement écrasée par le rouleau-compresseur d’une histoire écrite par les marchés financiers. C’est en tout cas ce à quoi cela ressemble, et ce que les marchés devraient récolter. Des millions d’Italiens ont protesté et manifesté, encore et encore, contre Silvio Berlusconi ; mais ce sont les marchés financiers qui l’ont destitué. Il en va de même en Grèce : de manifestations en manifestations contre George Papandreou, ce sont finalement les marchés financiers qui l’ont congédié. Dans les deux cas, des serviteurs avérés et bien connus de l’argent ont pris la place de ces politiciens déchus, sans même l’excuse d’une consultation populaire. Ce n’est même pas l’histoire écrite par les riches et les puissants, bien que certains d’entre eux en profitent : c’est l’histoire déterminée par une dynamique que personne ne contrôle, une dynamique qui détruit ce monde… si nous la laissons faire.

Les flammes d’Athènes sont des flammes de rage, et nous y réchauffons notre joie. Pourtant, la rage est dangereuse. Si elle est personnalisée ou qu’elle se retourne contre des groupes en particulier – ici, contre les Allemands – elle peut très facilement devenir purement destructrice à son tour. Ce n’est pas un hasard si le premier membre du gouvernement Grec à avoir démissionné en signe de protestation contre les mesures d’austérité est le leader d’un parti d’extrême droite, Laos. La rage peut si facilement devenir une rage nationaliste, ou même fasciste ; une rage qui en aucun cas ne peut rendre ce monde meilleur. Il est alors essentiel d’être clair : notre rage n’est pas une rage contre les Allemands, ni même une rage contre Angela Merkel, David Cameron ou Nicolas Sarkozy. Ces politiciens ne sont que les symboles pitoyables et arrogants de l’objet réel de notre rage – la loi de l’argent, la soumission de toute forme de vie à la logique du profit.

L’amour et la rage, la rage et l’amour. L’amour a été une thématique importante dans les luttes qui ont redéfini le sens de la politique ces dernières années, une thématique omniprésente dans les mouvements « Occupy », un sentiment profond présent même dans les affrontements violents aux quatre coins du globe. L’amour marche main dans la main avec la rage, la rage du « comment osent-ils nous séparer de nos propres vies, comment osent-ils nous traiter en objet ? » La rage d’un autre monde qui se fraie un chemin à travers l’obscénité du monde qui nous entoure. Peut-être.

Cette irruption d’un monde différent n’est pas qu’une question de rage, bien que la rage en fasse partie. Elle implique nécessairement la construction patiente d’autres manières d’agir, la création de différentes formes de cohésion sociale et de soutiens mutuels. Derrière le spectacle des banques grecques en feu repose un profond processus, le mouvement silencieux de ceux et celles qui refusent de payer les transports en commun, les factures d’électricité, les péages, les crédits… un mouvement émergeant de la nécessité et de la conviction, fait de personnes organisant leur vie différemment, créant de la solidarité et des réseaux d’alimentation, squattant des terres et des bâtiments vides, cultivant des jardins partagés, retournant à la campagne, tournant le dos aux politiciens – qui ont désormais peur de se montrer en public – et inaugurant directement des formes de discussion et de prise de décisions sociales. Cela est peut-être encore insuffisant, encore expérimental, mais cela est crucial. Derrières les flammes spectaculaires, se tiennent la recherche et la création d’un mode de vie différent qui déterminera le futur de la Grèce, et du monde.

Le mouvement social grec demande le soutien de la Terre entière. Nous sommes tous grecs.

John Holloway
Traduit de l’anglais par Julien Bordier

— -

John Holloway est l’auteur de Changer le monde sans prendre le pouvoir (Lux/Syllepse) et de Crack Capitalism (à paraître aux éditions Libertalia), il contribue régulièrement à la revue internationale de théorie critique Variations.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22