Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 14:51

 

Le Monde.fr avec AFP | 01.04.2012 à 09h12 • Mis à jour le 01.04.2012 à 16h57

 
A l'issue des élections partielles de dimanche, l'opposante historique deviendrait députée, selon son parti.
 
Le scrutin a commencé comme prévu à 6 heures locales dans la capitale birmane.

 

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche 1er avril en Birmanie pour des élections partielles historiques qui devraient permettre à l'opposante Aung San Suu Kyi d'entrer au parlement après quinze années passées en résidence surveillée.

La Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi, a annoncé que l'opposante avait remporté haut la main un siège de députée, pour la première fois de sa carrière politique, à Kawhmu, une circonscription rurale à deux heures de Rangoun.

La lauréate du prix Nobel de la paix en 1991, qui s'imposerait avec "82% des voix", affrontait le verdict des urnes pour la première fois de sa vie. Le LND assure être en tête dans les 44 circonscriptions où elle se présente. Les premiers résultats officiels sont attendus en fin d'après-midi. Un total de 45 sièges sont en jeu dans tout le pays, dont 44 brigués par la LND d'Aung San Suu Kyi : 37 à la chambre basse du parlement, six à la chambre haute et deux dans des chambres régionales.

IRRÉGULARITÉS

Plus tôt dans la journée, la LND avait dénoncé des irrégularités dans des bureaux de vote. "C'est le cas partout dans le pays, la commission électorale est responsable de ce qui se passe", a déclaré Nyan Win, porte-parole de la LND. "La principale plainte concerne de la cire sur les bulletins, à côté du nom du candidat de la LND", a-t-il ajouté, laissant supposer que la cire pouvait être ensuite enlevée et le vote ainsi annulé.

Malgorzata Wasilewska, responsable de l'Union européenne invitée à observer le scrutin, a indiqué que les élections partielles ont montré des signes "très encourageants" dans les bureaux qu'elle a pu visiter à Rangoun, même si "ce n'est sûrement pas suffisant pour supposer que c'est significatif de la façon dont les choses se sont passées dans le reste du pays". Bruxelles ne considère pas l'invitation lancée par les autorités birmanes à venir assister au scrutin comme une véritable mission d'observation

>> Voir le portfolio commenté Effervescence en Birmanie avant les élections

Le gouvernement, composé d'anciens militaires réformateurs arrivés au pouvoir il y a un an, tente de prouver que ses réformes politiques sont sincères et peuvent justifier la levée des sanctions occidentales qui étranglent l'économie du pays. Au terme d'un processus de transition non violent et sous contrôle de l'armée, cette nouvelle équipe a proposé à Aung San Suu Kyi d'intégrer l'échiquier politique officiel. Selon tous les analystes, le gouvernement a lui-même intérêt à voir l'opposante triompher sous le regard de la communauté internationale.

L'opposante Aung San Suu Kyi à Kamwhu, le 1er avril.

"NOTRE MÈRE EST DE RETOUR"

Aung San Suu Kyi a dénoncé une campagne pleine d'irrégularités. Mais elle a aussi revendiqué le besoin de participer - donc de légitimer - le processus en cours pour changer les choses de l'intérieur. "Une fois au parlement, nous pourrons travailler pour une véritable démocratisation", a-t-elle justifié vendredi. Après avoir mis un terme à ses déplacements il y a quelques jours à la suite de problèmes de santé mineurs, l'opposante a quitté samedi sa maison de Rangoun pour rejoindre Kawhmu.

Voir le portfolio Aung San Suu Kyi, la Dame de Rangoun

Après des années à dissimuler leur soutien pour une femme devenue une icône de la résistance à la junte, ses partisans laissaient depuis quelques semaines éclater leur joie. La chanson "Notre mère est de retour" est ainsi devenue un tube de campagne. Et sur les trottoirs, les habitants étaient visiblement heureux de pouvoir enfin exprimer librement leur soutien.

L'OPPORTUNITÉ "RATÉE" DE 1990

Aung San Suu Kyi avait triomphé aux élections de 1990, sans que la junte ne reconnaisse jamais les résultats. Elle était en résidence surveillée vingt ans plus tard, en novembre 2010, lors de législatives boycottées par la LND et qualifiées de mascarade par l'Occident. "Le processus électoral de 2010 (...) a représenté une opportunité ratée (...) Cela ne doit pas se reproduire alors que la Birmanie entre dans une ère nouvelle et plus ouverte", a estimé dans un communiqué l'envoyé spécial de l'ONU sur les droits de l'homme en Birmanie, Tomas Ojea Quintana.

La LND vise une victoire dans les 44 circonscriptions où elle se présente.

La LND vise une victoire dans les 44 circonscriptions où elle se présente. Mais si le charisme et l'expérience de sa chef de file semblent inébranlables, certains de ses autres candidats sont opposés à des leaders fortement implantés localement, notamment dans les zones ethniques des confins du pays.

Quels que soient les résultats, le pouvoir n'a pour sa part rien à craindre de ces élections partielles. Le Parti de la solidarité et du développement de l'Union (USDP), créé de toutes pièces par l'ancienne junte, avait revendiqué environ 80 % des sièges en 2010. Et un quart des parlementaires sont, en vertu de la Constitution, des militaires d'active désignés en marge du processus électoral.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 14:43
Libération - Aujourd'hui à 15h25

 

Capture d'écran de YouTube d'un quartier de Homs bombardé le 31 mars 2012 par l'armée syrienne.
Capture d'écran de YouTube d'un quartier de Homs bombardé le 31 mars 2012 par l'armée syrienne. (© AFP -)

 

Au moins 34 personnes ont été tuées dimanche en Syrie, dont 15 membres des forces gouvernementales dans de violents combats et des attaques rebelles à travers le pays, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les violences se poursuivaient au lendemain de l’annonce par le régime de Bachar al-Assad qu’il avait gagné «une fois pour toutes» la bataille contre l’opposition et les insurgés, au moment où ses troupes tentent toujours d’écraser les poches de résistance.

Ce nouveau bilan intervient au moment même où les représentants de plus de 70 pays se réunissent à Istanbul pour «accroître la pression» sur le régime pour le pousser à mettre en oeuvre le plan de sortie de crise de l’émissaire international Kofi Annan.

Cinq rebelles, quatre soldats --dont un officier-- et un civil ont été tués lors de violents combats dans la ville de Qourriyé, dans la province de Deir Ezzor (est), selon l’OSDH.

Quatre autres soldats ont été tués dans une attaque menée par un groupe de déserteurs contre un convoi militaire dimanche matin dans la région de Jisr al-Choughour (province d’Idleb, nord-ouest) près de la frontière turque, a ajouté l’ONG.

Dans la même province, une femme a été tuée par un tireur embusqué dans la région de Maaret al-Noomane et des combats ont éclaté près de la ville de Saraqeb entre des rebelles et l’armée qui menait des perquisitions dans la zone.

De même, quatre soldats ont été tués dans de violents combats près de la ville de Jassem dans la province de Deraa, berceau de la contestation dans le sud. Trois soldats qui ont fait défection lors de ces affrontements ont été rattrapés et abattus par un officier, selon l’OSDH.

Dans l’est de cette province, à Oum al-Mayazen, deux civils ont été tués par les forces de sécurité et trois membres des services de sécurité ont été tués dans une attaque rebelle contre leurs véhicules à Sehm el-Joulane.

A Homs (centre), deux civils ont été tués, l’un par des bombardement des quartiers de la vieille ville et un autre par des tirs.

Un jeune homme a été tué par des tirs dans le quartier de Roukneddine dans le nord de Damas lors de perquisitions.

Près de la capitale, un jeune homme a été tué dans une embuscade tendue par les forces de sécurité dans la ville de Dmeir où quatre autres personnes ont été arrêtées, selon l’OSDH.

Dans la même région, à Kafar Batna, «des chars étaient déployés en masse à tous les barrages» et des «tireurs embusqués tiraient sur tout ce qui bouge», a affirmé à l’AFP Dib al-Dimachki, porte-parole du Conseil de commandement de la révolution pour la région de Damas.

Dans le nord de la province de Hama (centre), trois civils ont été tués par des tirs lors de perquisitions des forces de sécurité dans la localité de Latamné.

L’AFP n’est pas en mesure de confirmer ces informations et ces bilans en raison des restrictions draconiennes imposées aux médias dans la couverture de la crise.

(AFP)
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 14:36



A voir les ruées de manifestants, qui, ces temps-ci près de la Sorbonne, doivent réussir l’exploit de courir à toute vitesse, mais les yeux fermés, pour s’écarter des fumées blanches et trouver refuge dans les cafés ; à entendre les conseils paniqués «frotte pas les yeux, frotte pas les yeux !!!» lancés par les plus aguerris aux débutants en contestation, il fallait bien, un jour, répondre à cette question brûlante : «Comment me protéger des gaz lacrymogènes quand je reste un peu trop longtemps aux manifestations ?» Dont acte.

Citron.
En ouverture, et comme rien ne vaut les conseils des professionnels, on entendra ceux d’un CRS, vingt ans de maison, qui recommande de se masquer le nez et les yeux avec ce que l’on peut avoir sous la main : «Une écharpe, un cheiche.» Gérald, 21 ans, ex-occupant de la Sorbonne, au front tous les jours face aux forces de police, ajoute une petite astuce supplémentaire : «Avant les jets de grenades, tu presses un citron sur ton écharpe. L’acidité, ça filtre les gaz, et tu respires mieux.» Sur Internet, quelques variantes croquignolettes sont proposées comme celle-ci, sur le site de la Confédération nationale du travail (CNT anarchiste) : «Un foulard mouillé dans du vinaigre au cidre de pomme.» Notons aussi que, selon le CRS interrogé, les masques chirurgicaux sont très appréciés chez les forces de l’ordre. Reste, enfin, à ne pas s’affoler lors du jet des gaz : celui qui s’affole respire beaucoup, et, c’est d’une logique implacable, il inhale plus de gaz que les autres.

Mais le manifestant prévoyant ne s’arrêtera pas là : il aura également songé à se protéger l’épiderme. C’est facile : se protéger, c’est ne rien faire, mise à part se laver le matin, quand même. Les coquettes en seront pour leur frais, car elles devront éviter maquillages et lotions de beauté, qui ont tendance à fixer les gaz sur la peau. Dans ce petit guide du Parfait protestataire, on n’oubliera pas non plus que la sueur est le grand ennemi du manifestant : car quand la peau est mouillée, les pores sont dilatés, et le gaz s’y incruste avec plus de facilité.

Masque de ski.
Reste le très délicat problème des yeux, à qui ce satané gaz fait plus mal qu’à tout le reste. Richard Chemoul, ophtalmologue, détaille pourquoi : «Le gaz lacrymogène augmente la sécrétion lacrymale, qui fait pleurer. Et il provoque dans ces larmes une réaction allergique, qui pique énormément, donne les yeux rouges, gonfle les paupières.» Il ne faut donc pas se les frotter, comme le conseillent donc les aguerris «plus on se les frotte, plus on pleure, plus on a mal», atteste le médecin et les rincer abondamment, à l’aide d’un sérum physiologique. Les lentilles de contact sont proscrites, les masques de ski et lunettes de piscine, plutôt conseillés. Gérald, le manifestant, y voit malgré tout un problème : «Les masques, ça fait pitié.» Peut-être, mais on n’est pas obligé de les porter très longtemps : les effets des gaz lacrymogènes durent rarement plus d’une dizaine de minutes.

http://www.liberation.fr/page.php?Article=369186

Un peu de Chimie :
3 agents sont principalement utilisés : le 1-chloroacétophénone (CN), le 2-chlorobenzylidenemalononitrile (CS) et le dibenz[b,f]-1,4-oxapine (CR).
Ces gaz, sous forme de poudre, sont combinés à une base pyrotechnique qui les fait volatiliser sous forme d’un aérosol au contact de l’air frais. A l’état naturel ils sont sous forme solide et au contact de l’eau, ils subissent une hydrolyse.
L’eau est donc l’ami des manifestants.

Toxicité mortelle :
Plusieurs études démontrent la toxicité importante de ces gaz dans un espace confiné. Plusieurs études ont rapporté des décès dus à ces gaz. Ainsi, lorsque une personne reçoit des bombes à gaz lacrymogènes à l’intérieur de son domicile et qu’elle n’arrive pas à se sauver à l’extérieur (cas des personnes âgées et des bébés), elle risque de perdre la vie assez rapidement. Cette issue fatale, lors d’expertise médico-légale, est due soit à une atteinte pulmonaire et/ou une asphyxie.

Toxicocinétique et physiopathologie :
Nous nous excusons pour ces termes scientifiques, mais il faut être précis. Les gaz toxiques sont de puissants irritants des muqueuses et des activateurs des glandes lacrymales. Le CN et le CS sont des agents alkylants, c’est-à-dire réagissent avec les protéines et autres molécules comme l’ADN et les enzymes.
L’effet immédiat est la nécrose tissulaire, l’inactivation de plusieurs enzymes.
Les effets à long terme sont de 3 types :
- l’effet mutagène et donc cancérigène de produits.
- l’effet tératogène : les femmes enceintes risquent donc d’avoir des enfants avec des malformations.
- l’effet nécrosant : une pneumopathologie chronique peut malheureusement s’installer et devenir irréversible.

Ces gaz toxiques sont rapidement absorbés par voie pulmonaire. Une grande partie est hydrolysée puis éliminée par les reins dans les urines. ce qui explique que les insuffisants sont très sensibles à ces gaz toxiques.

Tableau Clinique :
Yeux : On voit apparaître rapidement des érythèmes de la conjonctive, une douleur, une lacrymation, une augmentation de la pression intra-oculaire .Les symptômes diminuent 30 minutes après exposition. _ Parmi les atteintes oculaires qui risquent de s’installer, on notera : une conjonctivite irritante, un ecchymose, un oedème de la cornée, une kératite nécrosante avec perte de substance, une nécrose coagulante, une iridocyclitite et une déformation de l’angle de la chambre antérieure.

Voies respiratoires hautes :
On note une rhinorhée, une irritation et congestion nasale, une bronchorhée, une toux, des éternuements, un goût amer. La brûlure de la langue a lieu rapidement.

Poumons :
Laryngeotrachéobronchite est observée lorsque l’exposition à ces gaz se prolonge. Un enfant développe des râles persistants avec ou sans sifflement, une toux et des sécrétions bronchiques durant 3 à 4 jours après seulement 2 heures d’exposition à ces gaz. les bébés et jeunes enfants avec les personnes âgées sont une population fragile et très sensible à ces gaz toxiques, ainsi que les insuffisants rénaux. Ils peuvent développer une syndrome de dysfonctionnement respiratoire réactif. ce syndrome ainsi que la bronchopneumonie et un oedème pulmonaire peuvent s’installer définitivement.
On peut assister aussi à une fièvre persistante.

Système digestif :
On assiste à des douleurs de crampes abdominales et à des diarrhées. Le foie peut subir une atteinte nécrosante importante de type stéatose.

Système cérébral :
Un oedème cérébral peut s’observer.

Peau :
Brûlures et érythèmes pouvant donner lieu, si exposition prolongée, à l’installation d’un prurit, d’un rash papulovésiculaire et une allergie sensitive à ces gaz. Ces effets chroniques se voient en général quelques jours après exposition répétées.

Sur un plan médico-légal
Vu qu’il y a eu des morts suite à ces gaz toxiques, des enquêtes judiciaires peuvent être ouvertes avec comme partie de dossier des expertises toxicologiques pour asseoir la cause toxique de ces décès. La méthodologie scientifique passe par la recherche de ces gaz et de leurs métabolites dans les urines, le sang et certains organes comme le rein et le foie. Mais un milieu biologique est aussi à privilégier c’est l’humeur vitrée. La technique d’analyse est la chromatographie gazeuse couplée à la spectromètrie de masse.

Traitement :
- Si une bombe lacrymogène est jetée à l’intérieur d’un domicile, on doit quitter rapidement cet espace confiné.
- Le vinaigre (acide acétique), le citron (acide citrique) permettent de diminuer la toxicité de ces gaz en réagissant avec eux. Il est donc conseillé d’imbiber les mouchoirs avec du vinaigre ou du citron pour respirer moins ces toxiques.
- L’eau rajoutée à du savon liquide, à défaut à une lessive permet de laver la peau et donc de diminuer l’effet irritant de ces gaz.
- Si irritation des yeux, laver abondamment avec de l’eau physiologique (se prépare en faisant dissoudre 9 grammes de sel de table NaCl dans 1 litre d’eau bouillie), ou à défaut de l’eau courante.
- Atteinte pulmonaire avec toux, traiter avec de l’ampicilline durant 1 semaine et associer une corticothérapie et des antalgiques.
Pour les bébés, la corticothérapie ne doit pas dépasser 3 jours.
- Pour les cas graves avec détresse respiratoire, prise en charge immédiate en réanimation avec suivi des gaz du sang, monitorage cardiaque et ventilation avec oxygénothérapie et les bronchospasmes traités à l’aminophylline et au salbutamol.
- Il est conseillé aux femmes enceintes d’augmenter la surveillance médicale de leur grossesse et pour les personnes ayant présenté des atteintes pulmonaire, il leur est conseillé de faire des radio pulmonaires à distance de l’exposition à ces gaz toxiques.

http://tiziouzou.ifrance.com/gaz.html

Face aux gaz lacrymogènes :

Parce que ya plein de petitEs nouvelles-aux dans les manifs, et que un bon coup de gaz dans la tronche ça peut faire bien flipper (même les vieilles-vieux !), un petit rappel technique :

Avant de se rendre à une manifestation, se protéger.

Bien se laver avec du savon végétal : les chimiques affectent moins la peau propre. N’utiliser ni maquillage, ni crèmes à base d’huile végétale ou minérale en pensant que votre peau sera protégée, l’effet serait inverse !

Recouvrir le plus possible la peau et les cheveux pour éviter l’exposition au gaz, et autant que possible avec des vêtements imperméables. Vous pouvez utiliser un foulard mouillé dans du vinaigre cidre de pomme ou du jus de citron pour vous recouvrir le nez et la bouche et diminuer ainsi l’effet des gaz.

Protégez vos yeux.
Utilisez des lunettes protectrices qui ne laissent pas passer l’air (comme des lunettes de plongée par exemple). Autant que possible ne portez pas de lentilles de contacts, les chimiques pourraient se trouver coincés et endommager vos yeux.

• Conserver un citron /ou vos dosettes de sérum physiologique dans un sac plastique imperméable au gaz. En cas d’exposition aux gaz :

Restez calmes, ne paniquez pas. Vous êtes solides.
Les effets du gaz lacrymogène peuvent durer de quelques minutes à une heure environ. Les gaz peuvent causer des troubles respiratoires qui cessent assez rapidement.

Ne touchez pas votre visage et ne vous frottez pas les yeux.
Dirigez vous vers un endroit où il y a de l’air pur, ouvrez les yeux, allongez les bras, respirez lentement et profondément. Mouchez vous et crachez les produits chimiques.

Rincez les yeux et la gorge avec de l’eau ou du sérum physiologique. jamais d’alcool d’aucune sorte cela empirerait les effets des gaz

Ceci fera passer la douleur.
Pour un rinçage des yeux efficace, penchez votre tête ou celle de la personne atteinte vers l’arrière et légèrement de côté. Prenez un citron coupé ou une dosette de sérum physiologique dans une main, et à l’aide de votre main libre, ouvrez doucement mais fermement la paupière située du même côté que vous avez penché la tête (si la tête est penchée vers la droite, ouvrez la paupière droite). Pressez votre pouce au-dessus de l’os sourcilier. Placez le goulot de la bouteille à quelques centimètres de l’oeil que vous soignez, et rapidement, envoyez un jet d’eau dans l’oeil.
Dirigez le jet du coin interne de l’oeil vers le coin externe. Le jet d’eau doit être important, le but est d’enlever les agents contaminants, non pas de les diluer. Si vous vous contentez d’hydrater l’oeil la douleur pourrait s’accentuer. Répétez la même procédure sur l’autre oeil.

Après
Prenez une douche tiède et lavez tous vos vêtements avec du détergent à lessive non-biodégradable. Puis mettre des vêtements propres.

Liste médocs
de plus si des personnes peuvent récupérer du matériel médical il ne faut pas hésiter car ont risque d’en manquer cruellement et il n’y en a jamais assez (et si jamais il y en a de trop il sera réutilisé lors des prochain événements qui ne manqueront pas), pour le faire parvenir aux équipes médicales.
http://1libertaire.free.fr/Conseilsmedicmanif.html

Liste du matériel recherche :
bandes
compresses
pansements compressifs
désinfectants (pas d’alcool) les mieux étant Bétadine et Biseptine
du Maalox liquide (utilise contre les gaz)
sparadraps
Biafine (pommade)

à imprimer, photocopier, diffuser

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Se protéger
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 12:05

Les indignés

1 avr


La société aujourd’hui c’est étrange, on voit les riches s’enrichir, les modestes voler aux modestes, et les pauvres ignorés. Alors que nous devrions vivre un réveil de la société civile, une prise de conscience des carences de la société actuelle, nous voyons au contraire les clivages se renforcer, les mini cliques qui se retrouvent autour d’intérêts communs, chacun protège le peu de propriété auquel il a droit. Sa voiture, sa maison, son portable… a à ses yeux plus de valeur que la vie de son prochain. L’égoïsme est bien sur dans la nature de l’homme et l’objet n’est pas de critiquer chaque citoyen individuellement, c’est un réflexe bien compréhensible et plus ou moins dicté par le monde qui l’entoure, mais plutôt de constater combien cette société telle qu’elle évolue exacerbe cet égoïsme.

Mais qu’est-ce qui nous pousse à un tel égoïsme, à un tel renfermement sur nous? La peur? Il n’y a jamais eu autant de forces de l’ordre pour nous défendre (paradoxe, même si on peut douter de la compétence de certaines de celles-ci). Les média? Ne dit-on pas qu’Internet procure un accès à une information plus objective permettant à tout à chacun de s’informer plus indépendamment? La politique? Certaines sociétés occidentales semblent perdre tout intérêt/foie dans les affaires politiques et leurs hommes et femmes qui s’obstinent à brasser l’air inutilement. Ces facteurs auront certainement un impact, pas forcément négligeable, d’autant qu’ils sont omniprésents, mais il y a une cause bien plus profonde à tout cela: l’incompréhension du monde qui nous entoure.

Les thématiques de la course à l’investiture républicaine aux États Unis ou de la campagne des différents candidats à l’élection présidentielle en France, sur fonds de guerre de religion ou de polémiques sur la viande hallal en France montrent que le débat glisse inexorablement vers des thématiques qui visent à diviser les populations. L’initiative de François Hollande sur la taxation à 75%, toute louable qu’elle est, vise encore une fois à stigmatiser une partie de la population, qui de fait cherchera à protéger à son tour sa propriété, ses “droits”, et ne nous le cachons pas, même si cette mesure venait à être mise en place, ils trouveraient certainement une solution pour outrepasser la fiscalité et payer moins d’impôts.

Même ceux qui paraissent les plus “ouverts”, les plus informés, par exemple ceux que certains appellent les bobos en France, finissent par être rattrapés par cette nombrilisation des comportements. Ils voyagent, s’informent, communiquent, consomment de la culture, et pourtant perdent tout contact avec la réalité. Ne parle-t-on pas de quartiers bobos, de magasins bobos, de cafés bobos…? Dupuy et Berberian en ont même fait deux bandes dessinées.

Finalement, les bobos du 19e arrondissement de Paris vont progressivement repousser les classes plus populaires, pour créer un nouveau ghetto, plutôt que de chercher à se mélanger, ces même classes populaires étant bien souvent pour beaucoup une source de danger pour leur propriété. Tout cela ne changera pas tant que nous n’aurons pas choisi d’apprendre à nous connaitre. Il est plus facile de s’enfermer dans son monde, sa culture, ses journaux, ses cafés, mais soyons objectifs et honnête, ce n’est pas durable, pour reprendre un terme à la mode. Ne comptons pas sur les politiques pour essayer de changer cela, ce sont (presque) tous de démagogues qui vous diront ce que vous voulez entendre, comptons sur nous! Nous la société civile, nous les plusieurs millions d’autres qui ne demandons qu’à vivre ensemble. La démocratie est le pouvoir du peuple, reprenons le!

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 11:44

 

Déclaration de principe de la Coalition de Québec et chaudière-Appalaches opposée à la tarification et à la privatisation des services publics

Publié par : Virgil Dupras le avr 1, 2012

Il a été question à l’AG d’hier de savoir si la déclaration de principe de la “Coalition de Québec et chaudière-Appalaches opposée à la tarification et à la privatisation des services publics” était en accord avec les principes d’Occupons Québec, proposition qui fût acceptée à l’unanimité. Voici une copie de cette déclaration (avant que vous le mentionniez, oui, je sais, elle contient beaucoup de fautes de français):

Nous sommes des citoyens et des citoyennes regroupé-e-s en syndicats, en organisations communautaires, en associations étudiantes, en groupes de femmes et en groupes populaire de défense de droits, solidaires, et déterminé-es à ne pas laisser se démanteler nos services publics et nos programmes sociaux, comme le propose le gouvernement Charest.

Depuis les année 90, les gouvernement se succèdent à Québec comme à Ottawa et appliquent les mêmes recettes néolibérales: coupures dans les services publics et les programmes sociaux,partenaraits public-privé (PPP), déréglementation et déresponsabilisation de l’Éta, La gestion publique se soumet ainsi aux exigences d’intérêts particuliers, privatisants les profits et socialisant les déficits.

Notre coalition s’opposera aux privatisations et aux tarifications notamment dans le domaine de la santé, des services sociaux et de l’éducation. Nous proposons un finacement adéquat des services publics et des programmes sociaux dans la perspective d’une lutte contre la marchandisation du bien commun. Le financement des services publics doit se faire notamment par une fiscalité équitable et plus progressive.

En défendant une société fondée sur des valeurs de justice, d’égalité et de respect, nous ferons contrepoids à la droite populiste qui dispose d’outils et de moyens importants, lui permetteant d’être très active et présente dans notre région. Nous appelons ainsi à une revalorisation du bien commun et de lacommunauté en opposition à l’individualisme.

En continuité avec l’importante mobilisation qui s’organise depuis un an en opposition à la pricatisation et à la tarification des services publics, nous voulons rassembler les forces progressistes des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches et exiger que la richesse soit répartie équitablement dans une perspective de lutte à la pauvreté, afin d’assurer une société inclusive pour tous et pour toutes; que la création de la richesse se fasse dans le respect de l’environnement et serve à l’ensemble de la population et non à la seule élite économique.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 11:37

A Fragile World

In March to Athens on 31 March 2012 at 21:06


March to Athens

Day 145-LXXI, from Στράτος to Αγρίνιο, 12 km.

 

Ritual sacrifice

Agrinio, March 31

Dear people,

Three ridges of hills near the river bend were the site of ancient Stratos. From here, the citizens of this town controlled the plain and the entire hinterland of Akarnania until the Romans founded the city of Nicopoli.

What remains today is the theatre and the outlines of the agora. I sit on my rock in the morning sun, right between the two, when the tourist commission of the march comes walking up the hill for a visit.

The agora of ancient Stratos

This town bears the same name as the modern village in the valley, but that’s about as far as similarities go.

We enter the theater, we stand on the stage and comrade Jose Miguel, the archeologist, mic-checks the acoustic. They hear him loud and clear up above.

The theater is a ruin. The seats and stairs have gone, many rocks have been recycled, and the remainder has been invaded by the vegetation. All over the hemicircle where people used to sit and cheer, there are flowers growing by the thousands.

Comrade archeologist in the ancient theater of Stratos

For me, and for others among us with a romantic soul, it couldn’t be better than this. But for José Miguel it’s different. He has studied too much antiquity already, his fingers are itching. He can’t help it. He would like to dig it all up, dust if off, and tell the story.

Alas, some stories are best when left untold.

After the sacrifice, resurrection...

The march breaks up camp and crosses the river into Aetolia. Today we go to town. The town is called Agrinio.

On the road we get honked almost continuously. The last time I witnessed something similar was when the Columna Norte was approaching Madrid. A car stops by, a window rolls down. “March to Athens?”

“That’s us.”

He gives a thumbs up and drives off. The voice of our march is spreading. It seems we have been on television after the demonstration in Preveza.

Arriving in Agrinio

We enter triumphantly in Agrinio. Local anarchists await us. We take the square without any problem with police.

I pitch my tent and take a little tour of the city. It turns out to be an alienating experience. From the looks of it, there’s money going around in this place. All the brands are present, the bars are hip, and aside from that there is little else. The buildings are very recent, they are quickly puzzled together with prefab concrete. It all looks extremely fragile.

In a couple of months time, this city will be different. The brands will have changed, the bars won’t be hip anymore, the buildings will be replaced by new ones that will last even less, etc.

If Agrinio were to be abandoned tomorrow, it would take only a few years for the city to crumble. In a few decades you won’t recognise it as a city any more, and in two thousand years there will be nothing left but polluted soil covered by vegetation. Not even a theater will remain, not even the outlines of the agora.

Agrinio is just an example. Our whole civilization is as fragile as this. It is going to crumble.

When people ask us what we propose as a solution, we say we don’t have any. We don’t propose socialism, or communism or anarchism, or any other -ism. All we want is to exchange ideas with people and think about something completely new.

Comrade Lorenzo

 

Comrade Nicolas

 

Comrade Blanca

 

The Old Man

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 23:27
marches populaires paris 2012

 

http://www.marche-paris-2012.com/marchetoulousecompte-rendu-etape-17-uzerche-chamberet/

[marchetoulouse]Compte rendu étape 17: Uzerche Chamberet

 

Debout là-dedans ! Le soleil s’est levé une nouvelle fois sur une vue panoramique magnifique dont nous profitons depuis le campement que nous avons installé sur les terrasses qui surplombent Uzerche. Il est 9h et une belle journée semble nous attendre. Pourtant, au final, c’est surtout une étrange journée que nous avons vécue, pas très glorieuse même…

Les questions logistiques commencent à devenir compliquées, des petits soucis se présentent.

Vers 11h, après les chocolatines, compte tenu de la nécessaire gestion de logistique, et du travail à distance de certains marcheurs, deux marcheurs seulement se mettent en route, ou plutôt deux cyclistes (en effet, deux vélos sont à notre disposition ce jour-là). Drôle de situation donc.

Après une bonne côte, le pull d’une cycliste se prend dans la chaine et casse le dérailleur. Le vélo a besoin d’une pièce qu’il faut commander et restera donc à Uzerche pour 2 ou 3 jours.

La marche, si on peut encore la qualifier ainsi, est composée d’un unique cycliste (Manu) qui arrive donc en début d’après-midi à Chamberet, très vite rejoint par la voiture de soutien. L’adjoint au maire nous indique un lieu pour poser notre campement, visiblement, il ne veut pas que l’on reste dans le village et préfère nous éloigner et nous isoler du passage… Les gendarmes nous mettent la pression aussi, ils prennent des renseignements bien précis et exigent qu’on leur montre les papiers de tous les marcheurs ce que nous refusons.

Occupy la place du village ! Voilà notre activité du soir, les marcheurs tentent de discuter avec les quelques commerçants, avec plus ou moins de succès. Merci tout de même au boulanger qui nous a donné plusieurs croissants et autres viennoiseries.

Nous mangeons une omelette dans le petit hôtel qui se trouve sur la place, Julien nous joue de la cornemuse ce qui ravit les 2 anglais présents au comptoir. Après avoir évoqué l’idée de marcher de nuit, nous y renonçons malgré la motivation du groupe : les questions logistiques déjà compliquées par les nombreux départs et arrivées quotidiens et un changement quasi quotidien de véhicules ne nous permettaient pas de gérer correctement une demi-étape nocturne.

Un peu de musique, la fin de soirée est tranquille et nous rigolons bien.

Journée spéciale n’est-ce pas ? Mais les marcheurs restent toujours autant motivés et unis ! En avant !

 

 

                                                                    ***************************************************

 

 

[marchetoulouse]Compte rendu étape 13: Souillac Meyssac

 

Les marcheurs sont tous entassés dans un petit salon lors du réveil, 9h et le soleil brille déjà. Un petit déjeuner est prêt et nous attend sur la table de la cuisine. Le temps de se lever tranquillement et nos hôtes viennent manger un petit quelque chose avec nous et discuter autour d’un café.

 

L’étape du jour est un peu particulière… On doit rejoindre des Indignés de Corrèze qui nous ont préparé une « spéciale »…  Ils nous ont apporté des vélos pour faire la descente jusqu’à Meyssac. Tous à vélos ça change!!

On les retrouve à Martel pour manger et on en profite pour faire un petit clin d’oeil aux marcheurs du monde entier… 

Arrivée à Meyssac sans problèmes, on s’active à préparer l’assemblée.
Une trentaine de personnes présentes… La discussion commence… On parle des différentes luttes, des nouvelles pratiques d’agriculture à faire connaître, woofing, culture sur les toits, entre autres…
Longue et riche assemblée, merci aux personnes présentes!

On se décale ensuite sous la halle du village ou soupes, tartes, et boissons nous attendent! Fête populaire ! Pour couronner le tout : il y a des musiciens, un bignou, des flûtes, des guitares, un accordéon, des percus… On chante, on danse, bref on s’éclate! Au top! On peut aller dormir, très tard certes mais dans une splendide maison avec poulailler.

Merci encore à tous les Corréziens !

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche Paris 2012
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 23:21

 

ouest-france.fr - samedi 31 mars 2012

 

 

Manifestation des Indignés à Saint-Brieuc

 

 

Une petite vingtaine de manifestants du mouvement des Indignés a déambulé ce matin dans les rues de Saint-Brieuc. Leur mission : laver les façades des banques. Une action symbolique pour dénoncer les spéculations et l’argent sale. Face à cette intrusion, certains établissements bancaires ont baissé leur grille.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 23:15

 

- Au moment même de l’AG, les Sans-Papiers manifestaient devant l’hôtel de police de Lille-Sud. Après leur occupation du local de l’UMP, 7 sans-papiers ont été arrêtés. Exceptionnellement l’Assemblée générale n’a duré qu’une heure afin de pouvoir rejoindre la manifestation.

- Rappel de la grève générale du jeudi 29 mars contre l’austérité en Espagne. Des manifestants ont été blessés lors d’affrontements avec la police.

- Samedi 31 mars : journée d’action européenne contre le capitalisme.
A guetter : une assemblée populaire des Indignés dans le centre-ville de Lille

- Samedi 31 mars à 14h : participation d’indignés au débat « Le printemps des élections : la démocratie à l’éprevue » organisé par Les Amis de la Vie (hebdo chrétien) de 16h à 20h au Lycée St-Rémi à Roubaix

- Dimanche 1er avril : journée « NATO : GAME OVER » à Bruxelles

- Du 4 au 6 avril à Paris : procès de « Déboulonneurs ». Des manifestations de soutien s’organisent.

- Pas de soupe citoyenne au métro Gambetta ce dimanche 1er avril, mais deux Indignés de Tourcoing se feront « Porteurs de paroles » et recueilleront des témoignages de passants autour de la question : « Qu’est-ce que vous indigne à présent ? »
Bilan lors de la prochaine AG, puis d’autres dates et lieux seront proposés en fonction de son accueil par la population, de sa réussite.

- Mardi 3 avril au 2è étage du Café Citoyen à 19h : à l’appel des Indignés, réunion d’un grand nombre d’associations et de collectifs de la Métropole afin de préparer le 12M à Lille (samedi 12 mai : journée mondiale d’actions des Indignés / Démocratie réelle / Occupy à l’occasion du 1er anniversaire du mouvement)
>> voir plus bas les propositions d’organisation pour le 12 mai

2. ACTUALITES DES MARCHES

- Les marcheurs partis de Marseille ont dépassé Lyon le week-end dernier

- Après des étapes avec assemblées populaires à Lens (campement sur le parvis de l’Hôtel de Ville) et à Arras (campement sur la Grand Place), les marcheurs de Lille sont actuellement à Bapaume… et ont décidé d’y rester ce week-end afin de rencontrer un minimum d’habitants de la région au cours de la Foire du printemps.
Après trois jours non-stop de marche (bon courage !), ils arriveront à Amiens le mercredi 4 avril et y feront étape deux jours.

- Suite au passage de la Marche, motivation d’un groupe d’Indignés à Arras

(commentaire perso : sacrée expérience, cette marche !)

3. ACTIONS / PROJETS DES INDIGNES DE LILLE

- A deux reprises, dans le centre-ville de Lens et de Lille, participation à l’action « Eteindre les néons » à l’appel des Objecteurs de Croissance 62 et 59. Très bonne action, bien soutenue, même par la police !
A Lille, ajout de la mention « Pourquoi attendre le 1er juillet ? » sur le texte d’accompagnement glissé sous les grilles des commerces

- 1er mai : appel à participer aux manifestations

- Proposition de déroulement du 12M dans la métropole lilloise :
• 10h : départ de marches des quartiers et villes de la métropole
• 12h-14h : arrivée des marches et pique-nique Place de la République à Lille
• A partir de 14h : assemblées populaires, ateliers créatifs pour enfants (bracelets…), théâtre de rue (clowns, échassiers…), musique
(NB : proposition à débattre en réunion le 3 avril et lors de la prochaine AG)

- Avant le 12 mai : assemblées populaires dans les quartiers et villes avec tractage pour fédérer les habitants pour le 12M

- Cette semaine : assemblée populaire mercredi 4 avril à 18h dans le vieux Lille, au square du début de la rue de la Monnaie
Assemblées populaires suivantes : Citadelle, Parc Matisse, Bois Blancs, Université de Lille 3…

- Proposition d’une Assemblée populaire en jardin, au Bois de Boulogne le dimanche 8 avril après-midi : lecture, pique-nique, ateliers (« Se nourrir de façon saine ») >> Qui est partant ?

- Autres moyens évoqués pour fédérer pour le 12M : collage d’affiches, grafs, stickers…
- Rappel du 15M : appel à la grève générale mondiale
- Samedi 19 mai : « Occupy Francfort », un groupe d’Indignés est motivé pour aller en Allemagne pour cette journée d’action autour de la BCE, contre l’austérité en Europe >> qui est partant ?
Co-voiturage ? location d’un van ou d’un mini-bus ? location d’un bus avec ATTAC qui appelle à se rendre à Francfort ?

- Rappel de la collecte pour rembourser les tracts déjà tirés et à tirer prochainement >> une Indignée d’Arras bien informée sur le mouvement en Australie nous informe de la technique du « Chapeau magique » à faire passer lors des AG pour dons anonymes (uniquement pour remboursements ou usage à court terme), technique assortie d’une commission (2 ou 3 personnes) de gestion de l’argent récolté (qui est partant ?)

Tu es partant-e pour l’une de ces actions ? Fais-le savoir ici par un commentaire !

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 23:10
Vendredi 30 mars 2012
censureLes faits présentés ci-dessous sont réels. Ils ont servi et servent à atténuer l’impact d’informations dramatiques sur l’industrie nucléaire, voire à faire oublier aux hommes qu’une catastrophe de grande ampleur a lieu sur la Terre, celle qui a commencé il y a un an à Fukushima.
Toutes les astuces utilisées pour cacher les données, pour minimiser les dangers, pour éviter de reconnaître les responsabilités seront évidemment réutilisables pour la prochaine catastrophe qui ne manquera pas d’arriver bientôt, selon les lois statistiques, à l’un des 
                                                                            440  réacteurs répartis tout autour de la planète.
 
Alors voyons, quelles sont ces astuces ?
 
 
1) Effacer les données
 
Au Japon, les données de contamination obtenues via Speedi entre le 11 mars et le 15 mars ont été effacées « par mégarde ». Le système Speedi était sensé alerter la population rapidement en cas de pollution radioactive. Il n’a pas été utilisé, car les données recueillies ont été estimées « surréalistes ».
http://mainichi.jp/select/today/news/20120322k0000m040030000c.html?inb=tw
 
 
2) Etre frappé d’amnésie
 
Haruki Madarame« Je n'ai pas dormi pendant plus d'une semaine, et je ne me souviens de presque rien », a déclaré M. Haruki Madarame, directeur de la NISA (agence japonaise de sûreté nucléaire). Quand on est directeur de la sécurité nucléaire, il n’y a pas besoin d’assumer, il suffit d’être amnésique.
 
 
3) Ne pas communiquer les informations sensibles
 
Si toutefois on ne peut pas faire autrement, attendre plusieurs mois, par exemple avant d’annoncer la fonte des cœurs des réacteurs.
 
rapportcaviardéSi par hasard un organisme de sécurité vous demande la copie d’un rapport, il suffit de le caviarder pour éviter d’être reconnu responsable.
 
 
4) Une fois les cœurs fondus, ne jamais utiliser le mot « corium »  et ne jamais parler de reprise de criticité.
 
Si on en parle par mégarde, se rétracter immédiatement.
 
 
5) Surtout, ne pas diffuser les images des explosions !
 
La vidéo de l’explosion de l’unité 4 n’a jamais été rendue publique.
 
La vidéo de l’explosion de l’unité 3 ne doit plus être diffusée.
Exemples  :
- Le documentaire « Fukushima » (Thierry Lefranc) ne montre aucune explosion. Pourtant cette vidéo est censée expliquer les circonstances de la catastrophe.
 
- « Le déroulement de l'accident de Fukushima Daiichi » (IRSN) ne montre pas l’explosion de l’unité 3. Pourtant, ce film est censé détailler le déroulement de l'accident de la centrale de Fukushima Daiichi.
 
fukushima3Et bien sûr, si une explosion dont on a malencontreusement diffusé la vidéo a une allure bizarre, a un panache noir ou est trop puissante, surtout marteler qu’il s’agit d’une explosion d’hydrogène. Il n’est pas nécessaire d’en dire plus, les gens n’y connaissent rien en explosion nucléaire.
 
 
6) Nier une explosion si elle n’est pas visible
 
Tepco a modifié sa position sur l'existence d'une explosion dans le réacteur 2 et a conclu, 7 mois après les faits, qu'elle n'a pas eu lieu. Il est en effet préférable de nier ce qui ne se voit pas. 3 explosions au lieu de 4, c’est toujours ça de pris.
 
 
7) Faire des tours de magie pour démontrer l’innocuité de la radioactivité
 
401830-yasuhiro-sonoda-occupe-poste-secretairePar exemple, boire en public de l’eau de refroidissement d’un réacteur nucléaire, comme l’a fait Yasuhiro Sonoda, secrétaire parlementaire.
 
 
8) Diffuser des cartes truquées
 
Mabesoone contamination-des-sols-monitoring-aerien mUne carte de contamination du Japon a été diffusée, puis rapidement modifiée. Il ne faut pas affoler inutilement les populations. Il ne faut pas non plus accréditer l’idée que la pollution radioactive ait pu retomber à des centaines de kilomètres de la centrale.
 
 
9) Ne jamais parler de plutonium
 
Ne parler que de l’iode et des césiums, surtout ne pas parler ni rechercher de traces de plutonium, d’américium, de strontium, etc. qui ont des périodes radioactives trop longues. Et si par hasard on retrouve du plutonium, surtout dire qu’il n’est pas dangereux pour la santé et qu’il provient des essais atmosphériques des années 60. Mais en général, il faut éviter de rechercher du plutonium, ça permet de ne pas en trouver, et du coup de ne pas inquiéter la population.
 
Si on est obligé de parler de plutonium, alors il ne faut pas hésiter à mentir, à la télévision, on peut dire n’importe quoi ça passe bien et ça rassure les gens :
« Si vous comparez la toxicité, le plutonium, lorsqu'il est ingéré, n'est pas très différent de celle du sel. » (Tadashi Narabayashi)
 
 
10) Modifier les seuils légaux
 
eau-robinet-verreComme on ne peut pas tout manipuler et que les gens achètent des compteurs Geiger, un moyen radical est de changer les normes. S’il y a trop de radioactivité, il suffit que le gouvernement décrète des seuils plus hauts. Par exemple au Japon, les normes de radioactivité pour l’eau potable ont été relevées : le taux limite était précédemment de 10 Bq/litre pour le césium et l’iode ; il est à présent de 200 Bq/litre pour le césium et de 300 Bq/litre pour l’iode.
Comme la radioactivité est invisible et inodore, tout le monde n’y voit que du feu !
 
Une autre astuce est de déplacer les sondes. Au Japon, on les a remontées entre 20 et 80 m au dessus du sol et de ce fait les mesures ont été plus faibles. Peu importe si cela conduit les enfants japonais à être exposés à 20 mSv/an ‒ comme la limite des travailleurs d’une centrale nucléaire en France ‒ cela ne se verra pas. S’ils tombent malades dans l’avenir, personne ne pourra prouver l’origine des maladies.
 
 
11) Eparpiller les déchets radioactifs dans tout le pays
 
Cette technique est nouvellement expérimentée au Japon, mais ça marche ! Cela a deux avantages : d’abord ça permet d’augmenter en douceur le bruit de fond radioactif général sans créer de manifestation antinucléaire ; la banalisation de la radioactivité est l’avenir de cette énergie ! Ensuite cette dissémination des radionucléides dans l’environnement provoquera des maladies mieux réparties sur l’ensemble du territoire japonais, ce qui permettra de pourfendre l’idée que la région de Fukushima a été plus atteinte que les autres, et donc que globalement, un accident nucléaire n’est pas si catastrophique que ça.
 
<span style= "font-family: Times New Roman; font-size: 12pt;"><span style="font-family: Times New Roman; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: Times New Roman; font-size: 12pt;"><span style="font-family: Times New Roman; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: Times New Roman; font-size: 12pt;"><br> <a href="http://www.dailymotion.com/video/xpkpwd_pression-du-gouv-du-japon-pour-incinerer-les-debris-radioactifs-dans-tout-le-pays-28-01-2012_news" _mce_href="http://www.dailymotion.com/video/xpkpwd_pression-du-gouv-du-japon-pour-incinerer-les-debris-radioactifs-dans-tout-le-pays-28-01-2012_news" target="_blank">Pression du gouv. du Japon pour incinérer les...</a> <em>par <a href="http://www.dailymotion.com/kna60" _mce_href="http://www.dailymotion.com/kna60" target="_blank">kna60</a></em></span></span></span>
 
Si des municipalités refusent de brûler des déchets radioactifs, proposer aux élus de plus grosses enveloppes. L’industrie nucléaire réussit à acheter toutes les consciences, que ce soit pour la construction d’une centrale, l’implantation d’un centre de stockage et maintenant l’acceptation d’incinérer ou d’enterrer des déchets radioactifs n’importe où.
 
 
12) Ne jamais utiliser le terme de catastrophe
 
Préférer les termes « accident » ou « incident » qui sont plus appropriés. L’industrie nucléaire n’a pas les moyens d’assumer une nouvelle catastrophe, Tchernobyl a déjà beaucoup trop coûté.
 
Et surtout, toujours faire l’amalgame avec la catastrophe naturelle provoquée par le tsunami, c’est très important de brouiller les pistes.
 
 
13) Diffuser des articles affirmant que l’accident n’a fait aucun mort.
 
Il est important que ces articles soient écrits par des « experts scientifiques ».
Exemple, l’article de Michael Hanlon publié dans le Daily Telegraph et repris par de nombreux sites francophones, « Tsunami : 20 000 morts - Fukushima Daiichi : zéro mort »
 
Il est primordial de diffuser cette idée que l’énergie nucléaire n’est pas dangereuse. Peu importe s’il y a déjà eu des morts ou s’il y en aura, le seul intérêt visé étant la sauvegarde des profits générés par l’industrie nucléaire.
 
Utiliser les hommes politiques pour diffuser ces mensonges est important, ça fait plus sérieux :
« [Le nucléaire] est une énergie qui n'a tué personne ». (Gérard Longuet)
 
 
14) Si par malheur il y a des morts, ne jamais dire que les personnes sont mortes à cause de la radioactivité.
 
Il existe des tas de noms de maladies, il faut utiliser un de ces noms, c’est assez simple : leucémie foudroyante, infarctus, surmenage, etc.
Sinon, une astuce pour éviter de parler des décès des ouvriers est de ne pas comptabiliser les employés qui font des travaux dangereux, surtout dans les premiers mois. Il suffit d’utiliser massivement des entreprises de sous-traitance, de licencier les ouvriers concernés une fois qu’ils ont terminé leur travail et le tour est joué !
 
 
15) Organiser la vie des territoires contaminés comme si rien ne s’était passé pour faire croire à la population que tout est normal.
 
marathonExemple : organiser des marathons sur les routes et chemins contaminés de la préfecture de Fukushima. Le fait d’utiliser des enfants qui n’ont pas conscience du danger est excellent en termes d’impact visuel : « Si les parents laissent leurs enfants respirer à pleins poumons la poussière de Fukushima, c’est qu’il n’y a vraiment aucun danger », pensent les gens qui ont connaissance de ces évènements.
 
 
16) Effacer des moteurs de recherche les liens directs vers des articles trop sensibles
 
Ce qui est gênant avec l’Internet, c’est que d’autres sites reprennent ces articles et que les internautes peuvent finalement y avoir accès. Il est très regrettable que la population obtienne trop d’informations sur les effets des radiations à faible dose sur la santé car des millions de personnes vivent à côté de centrales nucléaires dans le monde. Désinformer sur les faibles doses est primordial pour l’avenir de l’industrie nucléaire.
Au besoin, il ne faut pas hésiter à neutraliser les scientifiques qui tendraient à prouver ces dangers.
BandazhevskyExemple : le professeur Bandazhevsky, recteur de l'Institut de médecine de Gomel, a été condamné à 8 ans de réclusion après avoir tenté de faire connaître ses résultats sur les faibles doses pour les enfants de Tchernobyl.
 
 
17) Et surtout, il faut à la fois minimiser et positiver ! C’est excellent pour le moral, et ça permet de ne pas à avoir à expliquer l’inexplicable.
 
Quelques exemples :
Ce n’est « pas une catastrophe nucléaire » (Eric Besson, ministre de l’industrie)
 
11 avril 2011 : « Dans trois mois (…) les habitants pourront théoriquement revenir » (Thierry Charles, IRSN)
...phrase en parfaite concordance avec ce que pense Jean-Marc Jancovici : « Il n’y a plus de raison sanitaire, aujourd’hui, d’empêcher le retour des populations évacuées à Fukushima, qui, au final, n’aura fait aucun mort par irradiation. »
 
 « Le corium (...) s’est retrouvé en partie au fond des réacteurs, on verra en quoi ce n’est pas forcément un problème en termes d’impact environnemental. » (Olivier Isnard, IRSN)
 
Il faut aussi bien expliquer à la population que si on reste de bonne humeur, cela stoppe les radiations : selon le professeur Yamashita, Conseiller à la Gestion des risques de santé dus aux radiations dans la préfecture de Fukushima, « Pour dire la vérité, les radiations n'affectent pas les gens qui sourient, mais ceux qui sont soucieux. Cela a été clairement démontré par des études sur des animaux. »
 
« Nous souhaitons que tous viennent au Japon en toute quiétude pour travailler, étudier ou faire du tourisme."
 « Venir au Japon et acheter des produits japonais, y compris ceux produits dans les régions sinistrées, constitue le meilleur soutien à la reconstruction que l’on puisse fournir. » (ambassade du Japon en France)
   
 « Nous avançons assurément vers la reconstruction et la régénération de notre pays » (Ichiro Komatsu, ambassadeur du Japon en France)
 
 
18) Pour finir, une bonne couche de désinformation et le tour est joué !
 
Au cas où tout le reste ne prendrait pas, réaffirmer des mensonges fondamentaux du genre : « L’accident de Fukushima n’est pas un accident nucléaire » (le président de la république française, Nicolas Sarkozy)
 
Puis, produire des vidéos idylliques de ce type pour convaincre définitivement les récalcitrants, en particulier les touristes, pour leur faire croire qu’au paradis de Fukushima, la poussière du sol est propre, et que les enfants peuvent y jouer en toute quiétude.
 

 
 
 
Donc résumons le discours des tenants de l’industrie atomique qui veulent effacer cette catastrophe nucléaire : oui, il y a bien eu un accident à Fukushima dans une centrale nucléaire. Mais bon, c’était il y a plus d’un an. En fait, il n’y a pas eu de mort, et la centrale est depuis longtemps sous contrôle. Le peu de radioactivité qui s’en est dégagé s’est finalement dilué dans l’immensité de l’océan, et de toute manière la radioactivité n’est pas dangereuse pour la santé. Au contraire, elle crée des paradis où il fait bon vivre et se régénérer.
 
Vue comme ça, elle n’est pas belle la vie ?
 
 
 
   

 

 

--------------------------------

 

Mises à jour : astuces en bonus

 

 

19) Décontaminer au maximum les endroits où sont placés les compteurs

 

Exemple 1 : un lecteur de ce blog a remarqué que les taux de radioactivité de la centrale de Fukushima Daiichi avaient chuté au mois de mars 2012. Ainsi, pour éviter que l’on se rende compte que la centrale pollue chaque jour de l’année avec effet cumulatif, il suffit de bien nettoyer les abords des 8 sondes, ce qui permet de faire croire que l’ensemble du site voit son taux de radioactivité décroître.

http://fukushima.over-blog.fr/article-voir-fukushima-32-101800233-comments.html#anchorComment

 

Exemple 2 : après avoir remarqué que ses propres mesures au compteur Geiger étaient nettement plus faibles que celles présentées par les postes de contrôle des radiations du MEXT, un citoyen de Fukushima a prouvé qu'un poste de surveillance des rayonnements est décontaminé secrètement pour réduire les niveaux de rayonnement enregistrés.

http://aweb2u.free.fr/dotclear/index.php?post/2012/03/29/Decontamination-secrete-autour-des-moniteurs-publics

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Fukushima
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22