Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 14:12

 

Rue89 - Robes noires 04/04/2012 à 15h08

François Krug

 

Des membres du gouvernement Fillon arrivent à l’Elysée, le 4 janvier 2012 (Benoit Tessier/Reuters)

 

Juste avant les élections, le gouvernement facilite la reconversion de ses futurs ex-ministres et des parlementaires. Ils pourront devenir avocats sans aucun examen, simplement au nom de leur expérience. Les polémiques suscitées par les cas de Jean-François Copé ou de Dominique de Villepin seraient-elles déjà oubliées ?

Le décret paru ce mercredi au Journal officiel est d’apparence très technique, mais sa portée est en réalité très politique. Il crée de nouvelles dérogations aux règles d’accès au métier d’avocat :

  • la voie traditionnelle, celle des étudiants en droit, prévoit une formation et un examen pour décrocher le certificat d’aptitude à la profession d’avocat (Capa) ;
  • des dérogations sont prévues pour les professionnels du droit – magistrats, juristes, notaires, certains hauts fonctionnaires... –, qui peuvent être dispensés de la formation et de l’examen.

Dans un premier temps, le ministère de la Justice aurait simplement voulu ajouter à la liste les assistants des députés et des sénateurs : ils connaissent bien la loi, puisqu’ils participent – dans l’ombre – à leur élaboration.

« Naturel et logique », selon le ministère

Dans la foulée, il était normal d’offrir aussi une dérogation aux députés et aux sénateurs eux-mêmes, nous explique Bruno Badré, porte-parole du ministère :

« Nous avions des discussions avec les représentants de la profession depuis plus de deux ans sur la possibilité de créer une passerelle au profit des collaborateurs parlementaires. La Chancellerie a estimé qu’il était naturel et logique de l’étendre à ceux qui emploient ces collaborateurs. »

La réforme ne s’applique pourtant pas qu’aux parlementaires. Elle profitera aussi aux ministres : le décret évoque toutes « les personnes justifiant de huit ans au moins d’exercice de responsabilités publiques les faisant directement participer à l’élaboration de la loi ».

Une formule « trop imprécise quant à son champ d’application et à la définition des catégories de personnes pouvant en bénéficier », avait estimé en mars le Conseil national des barreaux (CNB), consulté sur le projet. Il avait réclamé « une obligation de formation préalable de vingt heures minimum de déontologie et de réglementation », suivie d’un examen.

Le gouvernement a passé outre l’avis des professionnels. Contacté par Rue89, le CNB n’a pas l’intention de réagir avant la réunion de son bureau, le 10 avril.

La réforme n’ouvre pas le barreau à tous les anciens ministres ni à tous les parlementaires, fait valoir le ministère. Elle maintient en effet une condition, celle du diplôme : les intéressés devront toujours disposer « d’au moins une maîtrise en droit ou de titres ou diplômes reconnus comme équivalents ».

Une interprétation des textes déjà souple

Cette condition avait par exemple empêché le député PS Julien Dray de devenir avocat. En janvier 2010, sa candidature au barreau avait été rejetée, car il ne disposait que d’une licence d’histoire-géo et d’un DEA d’économie.

D’autres ont pourtant bénéficié d’une interprétation plus souple des textes, comme Frédéric Lefebvre. Il disposait bien d’une maîtrise de droit, mais selon Libération, le conseil de l’ordre avait hésité sur son CV :

  • selon les textes en vigueur à l’époque, il aurait dû justifier de huit ans d’expérience comme parlementaire ou/et comme haut fonctionnaire à un poste lié au droit : on avait finalement estimé que ses fonctions de conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur rentraient dans cette catégorie ;
  • avec le décret de ce mercredi, assez flou sur les « responsabilités publiques » qu’il faut avoir exercées, la candidature aurait été acceptée plus facilement.

Cette réforme n’aurait rien changé pour Jean-François Copé, énarque, député de longue date et plusieurs fois ministre. Elle ne change rien, non plus, aux possibilités que le titre d’avocat offre au secrétaire général de l’UMP et à ses confrères siégeant au Parlement.

Le code électoral est formel : pour éviter les conflits d’intérêts, un parlementaire ne peut pas se lancer dans des activités de « consulting » en cours de mandat. Sauf, justement, s’il devient avocat. Jean-François Copé et beaucoup d’autres ont donc pu mettre leur carnet d’adresses et leur influence au service d’entreprises... au risque de confondre leurs activités de législateurs et d’avocats.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 14:07

 

 

 

Le Monde.fr | 03.04.2012 à 20h09 • Mis à jour le 03.04.2012 à 20h09

 
Certains journalistes de "Libé" déplorent que Nicolas Demorand ne soit pas encore parvenu à s'intégrer à la rédaction.

 

"Un an après l'arrivée de Nicolas Demorand, la greffe n'a pas pris." Le constat, dressé par l'assemblée générale des équipes du journal Libération lundi 2 avril, est amer pour la direction. Dans un communiqué accessible en ligne, le personnel du quotidien évoque un "grand malaise" régnant dans la rédaction et qui "tient d'abord au sentiment d'être dépossédés du journal".

Les récriminations sont nombreuses : "des unes raccoleuses", "un traitement éditorial partisan en matière politique, qui semble inféoder le journal au PS", "la mise à l'écart de continents entiers du journal, comme le social, l'environnement, l'immigration"...

Une motion de défiance avait été adoptée à 78 % contre Nicolas Demorand, directeur de la rédaction du quotidien, en juin 2011.

 

 

 

Lundi 2 avril 2012

COMMUNIQUE DE L'ÉQUIPE DE LIBÉRATION

 

Lundi 2 avril, l'assemblée générale convoquée par la SCPL s'est réunie dans la salle du hublot. Une large majorité des personnels de Libération y a participé dans une ambiance calme et résolue.

 

Au cours de cette assemblée, s'est exprimé un grand malaise, qui tient d'abord au sentiment d'être dépossédé du journal. Bien souvent, nous ne nous y reconnaissons plus.

 

La direction semble ne pas avoir de politique relative à chaque domaine du journal, du sport à l'économie, de la politique à la société, du web à la culture. Elle ne tient aucun compte de ce quel es rédacteurs, eux, peuvent en savoir selon leurs compétences et leur aptitude à travailler ensemble.

De là, le sentiment général d'être l'objet d'un mépris, encore accentué par l'attitude autoritaire et arrogante de la direction. Et ce, dix mois après que l'équipe a voté à une large majorité une motion de défiance.

Un an après l'arrivée de Nicolas Demorand, la greffe n'a pas pris.

 

La liste des griefs est longue :-Des Unes raccoleuses qui tantôt défigurent Libération, tantôt vont à l'encontre des valeurs qui ont toujours été les siennes .

 

De pseudos événements basés sur des interviews et non sur des reportages  et enquêtes-

Un traitement éditorial partisan en matière politique, qui semble inféoder le journal au PS-

La mise à l'écart de continents entiers du journal, comme le social, l'environnement, l'immigration.-

Des embauches de cadres répondant à une logique discrétionnaire, sur fond de précarisation croissante des pigistes.- Des divergences évidentes au sein de l'équipe de direction qui conduisent à la confusion tant rédactionnelle qu'organisationnelle.-Des opérations publicitaires contestables lancées sans consultation de la SCPL en dépit des engagements pris par la direction.

Le sentiment prévalent est que l'équipe de direction s'est surtout souciée d'asseoir son pouvoir plutôt que de se mettre au service du journal.

Libération ne se fera pas sans son équipe.

L'équipe demande à entendre la direction sur l'ensemble de ces points, et se déterminera  en conséquence.

 

L'équipe réunie en AG


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 13:01

 

Le Monde.fr | 04.04.2012 à 08h18 • Mis à jour le 04.04.2012 à 11h00

Par Simon Piel

 
 
Des membres du collectif anti-publicité les "déboulonneurs" taguent un panneau publicitaire, le 30 octobre 2010 à Paris.

C'est une audience qu'ils attendaient depuis longtemps. Comme l'occasion trop rare d'une tribune médiatique. Après un report en septembre dernier, le procès en appel de huit membres du collectif des Déboulonneurs, accusé d'avoir dégradé des panneaux d'affichage en y écrivant des slogans anti-publicitaires, s'est finalement tenu ce mardi 3 avril devant la cour d'appel du tribunal correctionnel de Paris. Alors qu'ils avaient été relaxés en premières instance au nom de la liberté d'expression, le ministère public avait fait appel.

"Stop à la propagande marchande", "violence visuelle", "trop de pub", "légitime réponse". Autant d'inscriptions que ces "barbouilleurs", comme ils se nomment, assument avoir écrit sur cinq panneaux publicitaires de l'avenue des Champs-Elysées en janvier 2008. Une action réalisée dans le calme, à visage découvert, comme ils en ont déjà mené de nombreuses. "Une action de désobéissance civile", plaident-ils.

Yvan Gradis, le plus âgé des prévenus, auteur assumé d'une soixantaine de barbouillage, explique : "Le principe de notre activisme est de se lever contre le matraquage publicitaire pour qu'il ne soit pas dit que cette barbarie visuelle est rentrée dans les mœurs avec le consentement de la population."

Nicolas Hervé, l'un des membres du collectif, interpelle le président du tribunal : "Peut-être que demain, vous jugerez avec une affiche publicitaire derrière vous pour payer vos salaires", arguant qu'une bâche publicitaire orne déjà un mur extérieur du palais de justice.

 

L'OMBRE DE JCDECAUX

Leur revendication est simple : la tenue d'un débat public sur le rôle de la publicité et un engagement législatif pour encadrer sa place dans la société. "Le code de l'environnement, qui régit les affichages publicitaires, doit être revu", précisent-ils, en limitant par exemple leur taille à 50 cm par 70. "Un format qui permet de ne pas subir la publicité et d'avoir un geste actif envers elle, et qui est d'ailleurs le format réglementaire pour les associations et les partis politiques."

Autre inquiétude du collectif, la multiplication des supports de diffusion de la publicité, comme les écrans vidéos visibles dans le métro. Dans l'assistance, une vingtaine de personnes venues par solidarité écoutent attentivement.

Amer, Nicolas Hervé explique à la barre comment ils se sont sentis "trahis" par les responsables politiques après le Grenelle de l'environnement, auquel ils ont participé. "Pourquoi le discours avenant de Nathalie Kosciusko-Morizet sur des modifications nécessaires à la loi de 1979 [qui encadraient les règles d'affichages dans l'espace public] pendant les négociations a été suivi de décrets contraires à ses propos ?", interroge-t-il avant d'apporter la réponse lui-même. "Il y a eu des pressions avérées de la part des lobbys. Le Canard Enchaîné, par exemple, a rapporté que Decaux [l'un des leaders mondiaux de l'affichage publicitaire] tenait le stylo" pendant la rédaction de l'accord.

Des pressions dont se souvient à la barre la sénatrice Europe Ecologie-Les Verts du Nord Marie-Christine Blandin, l'une des trois témoins cités par le collectif, qui explique que "lors du Grenelle 2, le bruit courait au Sénat que Decaux était là".


"EXCEPTION DE CITOYENNETÉ"

Céline Ramboz, membre fondatrice du collectif, souligne pour sa part qu'elle en a "marre d'être ciblée", et dénonce le rôle de la société Affimétrie, qui mesure et cible l'audience potentielle des panneaux d'affichage et les occasions de voir (ODV) la publicité. Tel panneau occasionnant tant de contacts visuels sur une semaine, comme autant de données riches d'enseignements pour les annonceurs. "Moi, je suis considérée comme une responsable d'achat d'une enfant de 11 ans, explique-t-elle à la sortie de l'audience. Et avec de telles méthodes qui analysent le déplacement des gens, on peut aisément penser que la publicité pour Kinder se trouvera plus facilement sur le chemin de l'école."

Pour l'avocat général, selon le droit, seuls deux prévenus doivent être condamnés. Les seuls en fait qui avaient été arrêtés en 2008 - les autres s'étant spontanément présentés à l'audience pour revendiquer leur participation à l'action. Il requiert une amende ferme de 200 euros pour Yvan Gradis, et autant avec sursis pour Arthur Lutz. Si la cour considère qu'il faut condamner les huit prévenus, il a également demandé la condamnation de chacun au paiement d'une amende.

"Ce sont des citoyens responsables", enchaîne William Bourdon, une figure du barreau dont le collectif s'est attaché les services. "Comme vous avez pu le constater, ils sont à l'abri de toute attitude insurrectionnelle. Ils ont intégré que la publicité est l'oxygène du marché, (...) mais il s'agit de convoquer ici le devoir de résister à l'oppression."

Citant les printemps arabes, puis Martin Luther King, il appelle de ses vœux la reconnaissance législative d'une "exception de citoyenneté". Avant de demander la relaxe et de conclure sur l'écrivain Georges Bernanos, qui écrivait : "Il faut parfois quelques indisciplinés pour faire un peuple libre." Délibéré le 26 juin.

Simon Piel

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 12:52

 

Le Monde.fr avec AFP | 04.04.2012 à 09h17 • Mis à jour le 04.04.2012 à 10h53

 
 

Quatre-vingts personnes sont mortes dans des violences en Syrie, mardi 3 avril, en majorité des civils tués dans la répression menée par le régime, malgré sa promesse d'appliquer "immédiatement" le plan de paix de l'émissaire international Kofi Annan, selon une ONG mercredi. L'opposition syrienne "ne battrait pas" les forces du président Bachar Al-Assad même si elle était armée "jusqu'aux dents", a estiméde son côté mercredi le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, cité par l'agence Interfax.  Moscou et Pékin soutiennent cependant le plan de paix de Kofi Annan, émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, qui préconise la cessation de toutes formes de violence par toutes les parties sous supervision de l'ONU, la fourniture d'une aide humanitaire et la libération des personnes détenues arbitrairement.

Cinquante-huit civils ont été tués, dont vingt dans la région de Taftanaz, dans la province d'Idleb, dans le pilonnage et les tirs à la mitrailleuse lourde, de même que dans les combats entre soldats et militaires dissidents, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Quinze civils sont morts également dans des attaques de l'armée contre la ville de Homs et d'autres encore ailleurs dans le pays, a ajouté l'OSDH. Dix-huit soldats ont été tués à Homs, à Idleb et à Deraa dans les combats, ainsi que quatre déserteurs à Idleb, selon la même source. Un précédent bilan faisait état de quarante-quatre morts, dont trente et un civils, mardi.

 

INTENSIFICATION DES OPÉRATIONS CONTRE LES FIEFS REBELLES

Le régime a intensifié ses opérations contre les fiefs rebelles malgré sa promesse à M. Annan de procéder "immédiatement" au retrait de ses troupes et de ses chars des centres urbains de façon à l'avoir terminé le 10 avril, avait dit lundi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice, dont le pays préside en avril le Conseil de sécurité. Mme Rice a estimé que le Conseil de sécurité devrait réagir "très rapidement et avec vigueur" si le régime de M. Assad ne tenait pas ses promesses. Le plan Annan préconise, outre la fin des violences, la fourniture d'aide humanitaire, la libération des personnes détenues arbitrairement et la liberté de circulation pour les journalistes.

L'ONU s'apprête à envoyer une équipe en Syrie pour préparer le plan de déploiement des observateurs censés surveiller une éventuelle cessation des hostilités. La Syrie est secouée depuis plus d'un an par une révolte contre le régime, qui la réprime dans le sang. Les violences ont fait plus de dix mille morts, en majorité des civils, selon l'OSDH.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 12:46


 TOUS A VOS CONTACTS !!!!!!!  NE LAISSONS PAS NOTRE MER AUX SPECULATEURS  !!!  REVEILLONS-NOUS !!!! DEMAIN, IL SERA TROP TARD..............

 

URGENT, qu'on se le dise ! ! !
>

Le permis d'exploitation des gaz de schistes au large de Marseille doit être signé le 11 avril 2012.

Grande manifestation le 8 avril à La Seyne sur Mer.

je transfère pour info

 

N'oubliez pas la réunion du dimanche de Pâques à la Seyne sur Mer!

 

Il faut être nombreux pour arrêter la folie des hommes. Surtout celle des spéculateurs de tout poil.

Je transmets un message reçu aujourd'hui concernant ce sujet.

Vous pourrez retrouver le premier message dans le lien ci dessous.

http://cocomagnanville.over-blog.com/article-le-trafalgar-du-gaz-de-schiste-a-la-seyne-sur-mer-102372438.html

 

 

 

Le message transféré:

Ecoutez bien ce reportage, jusqu'au bout car TOUT Y EST DIT et clairement! sur RMC  http://youtu.be/UqmDxNwq47M

La plateforme prévue en Mediterranée est une FOLIE ! La date butoir pour la signature de ce permis est le 11 avril

Voilà pourquoi nous devons être NOMBREUX 3 jours avant: le 8 avril à la Seyne sur Mer et - si vous avez un bateau- au large de Brégançon.

IL Y A URGENCE Voyez ce qui s'est passé en mer du Nord ! Après il sera trop tard ! Tous les marins, tous les terriens seront au rendez vous. A la fois pour dire NON à ce forage et NON au gaz de schiste !   Les pêcheurs de la Seyne sur Mer sont mobilisés pour vous servir 1 000 assiettes des produits de leur mer, la baie de Tamaris (huitres, moules, poisson grillé) et après vous avoir regalé ils défileront avec leurs banderoles dans la rade..et en fanfare! du jamais vu ! Si vous aimez la Méditerranée vous n'avez pas le droit de rester à la maison.. même si c'est le dimanche de Pâques! Venez en famille! Il y a des espaces jeux pour les enfants dans le parc de la Navale, ce parc - lieu de mémoire des anciens chantiers navals- doit devenir le symbole du RENOUVEAU des résistances citoyennes http://www.docgazdeschiste83.org/mer/index.htm

Merci de faire passer le message à tous vos contacts ! Alertez tous les médias que vous connaissez.. car on n'en parle pas !!!

Regardez bien sur la carte c'est à 24 kms seulement derriere Port Cros un parc naturel de protection de la biodiversité

Que se passera t'il en cas d'accident? Faudra t'il évacuer toutes les villes de la côte?

8 avril TRAFALGAZ !  Trafalgar du gaz de shiste! Trafalgar des pétroliers

RESISTONS !! pour dire NON NON ET NON !

Michel B

collectif non au gaz de schiste83

 

http://cocomagnanville.over-blog.com/article-le-permis-d-exploitation-des-gaz-de-schistes-au-large-de-marseille-doit-etre-signe-le-11-avril-2012-102690211.html

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Gaz de Schiste
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 12:41

Through the Lagoon

In March to Athens on 3 April 2012 at 20:28


March to Athens

Day 148-LXXIV, from Χρυσοβέργι to Μεσολόγγι, 18 km.

 

Dusk over the lagoon of Mesolonghi

 

Mesolonghi, April 3

Dear people,

Our tribe is like a family. And like in any other family there are times when we argue among each other. Yesterday’s argument was particularly nasty.

We received a warm welcome in the little village of Chrisovergi. People cheered when we arrived. They brought us food and lots of wine. In the bar on the square anyone who entered got offered beer and tsipouro.

It was too much for some of us. There was already malcontent in the group, and late at night things went completely out of control.

I’m not going to tell you what the argument was about, because it doesn’t matter. It was Lord Alcohol who sparked the pandemonium. It was the first time he showed his evil face since we had camped in Pagani, two days marching from Naples, and like custom he had brought Lady Violence along with him.

I had been doing my things, and I hadn’t noticed how the situation developed. But I was angry with everyone when it went down at two o’ clock in the morning. Angry, because of the horrible image we were leaving as a march in this hospitable little village. But most of all I was angry because people made me regret that I had come along with the march.

I could have spent my night in the arms of a gorgeous school girl, and here I was, listening to my tribal brothers and sisters barking at each other like dogs. The locals had to intervene to get people to calm down. It was disgusting.

This morning I left the square before anybody else. I didn’t want to participate in the hangover assembly that would have to heal the wounds before we marched on.

The alcohol problem is occasional, not structural, so I’m not really worried about it. Maybe we just need to satisfy our violent impulse every now and then.

The Old Man, who was one of the protagonists of the fight, believed it was a result of people being dissatisfied with the decision of the assembly to go to Patras for two days, which had been nobody’s first choice.

If that is so, then I bear my piece of responsibility. I should have done a better job, or I shouldn’t have moderated the assembly at all.

However it be, I walk on, I follow my destiny. After the gorge there is the lagoon. The lagoon is like a womb. In the middle there is the little village of Aetoliko on an island. The island is like an ovum.

There are no traces of tourism here. Instead of clubs and lounges, there are shabby houses, little shops, and mosquitoes. I take a long siesta on the waterside, and then I take the ovary dike through the lagoon to Mesolonghi.

For miles and miles I walk in the midst of the waters. The wind rises, and then the rains come down. There is no escape, the water is on all sides, and the dike is interrupted. I have to turn back.


I reach the island again. And on the outskirts I spot the first traces of misery since I arrived in Greece. Patches of slums on the waterside. Houses built with pallets, covered by corrugated iron and isolated with plastic. It’s not much, but it’s there.
I keep on walking, and by contrast, miles down the road, I reach the ‘sacred town of Mesolonghi’. Truly, this town has reasons to be famous. And sooner rather than later, I will tell you why.

Slums on the outskirts of Aetoliko

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 12:35

http://boris-aubligine.blogspot.fr/2012/03/26032012-omdr-france-occupons.html

26/03/2012

 

Il est amusant de remarquer que pendant que le monde entier voit la France comme le pays des révolutions, les français se voient eux comme inactifs...
Pour introduire cette première dépêche un petit feedback s'impose.

Lorsque les réseaux alternatifs français ont vu les images de la Puerta del Sol après le Printemps Arabe, on a senti comme le pétillement des grandes révolutions dans l'air... d'autant que beaucoup gardent encore en travers l'hystérie du président de l'égo... et la défaite des mobilisations contre la réforme des retraites.
Aussi ça a pris comme un feu de paille, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, la France a été recouverte d'un maillage impressionnant d'AG : presque 100 groupes recensés en novembre 2011... Pourtant....
Pourtant à peine les espagnols ont-ils passé la frontière que le président de l'égo a commencé sa chasse aux sorcières... dès la première étape. Le feu a pris à la Bastille en septembre avec les premiers heurts et violences policières... oui aux pays des droits de l'homme la finance a pris le pas, la starification politique aussi, et lorsque le peuple de France, dans la ville des Lumières mais aussi à Marseille et ailleurs, décide comme les copains d'Espagne d'occuper la place publique et de repenser la démocratie, le haut niveau culturel de l'élite élysée donne pour réponse la matraque. Pourtant, fait intéressant, le peuple n'avait pas posé de questions... assumant parfaitement son autonomie. Que ce président est crispé, que ce président a peur.
Mais c'est mal connaitre les français que de croire que l'histoire en serait restée là. On se souvient alors de l'épisode "Occupons la Défense" et le courage, la persévérance, la Résistance en majuscule des parisiens. Là aussi violences policières quotidienne ! Puis peut-être à force, l'épuisement des troupes par le froid, la pluie... ils n'avaient même pas l'autorisation de garder des cartons sur le camp... du grand n'importe quoi. Et quelle imagination ! Quelle créativité : concevoir une géode pour imposer l'art comme refuge pour les campeurs... mais la CRS sous ordre du gouvernement a profané l'expression artistique au pays de Victor Hugo dans la ville de Notre Dame... entre nous, nous ne sommes plus à ça près. Mais olala, que les français le gardent en mémoire...
A cela s'est ajoutée la phase normale de l'explosion de toute la cristallisation de la France traditionnelle, de la France des réseaux plus vieux encore que ses nobles terres depuis couvertes de béton... Les AG pourries par les tentatives de récupérations en tout genre du petit prétentieux, aux groupuscules politiques, voire aux mouvements sectaires... difficile de faire le tri entre les originaux innovants, les anciens convertis et les lascars en tout genre. Rajoutez à cela un pincée nécessaire de temps de réflexion et d'intégration du concept totalement à dépoussiérer de "démocratie".... du coup appelée "réelle", et vous avez la recette de la marmite française de l'après 15 octobre jusqu'aux gelées de printemps. 
Mais voilà, le peuple français ne lâche rien. N'oublions pas que le peuple français reste à table des heures..... et les médias ont eu beau taire, falsifier, discréditer - évidemment repenser la démocratie pour une meilleure implication populaire n'est absolument pas une revendication c'est bien connu - rien n'y a fait : le peuple de France ne s'est jamais arrêté : il est en marche. 
Alors la situation est particulière puisque une grande partie des français attendent les élections. Mais contrairement à ce qu'il se dit, pas du tout dans une attente passive en prouve les mobilisations anti-gaz de shit, anti-nucléaires, ou encore les nombreuses rebellions syndicales. Bref, si le mouvement en France n'a pas pris comme chez les voisins espagnols, c'est certainement parce que les activistes étaient déjà aux charbons, chacun dans son groupe, et que la France a ses traditions syndicales et il faut du temps avant que chacun accepte de ranger SA bannière pour se réunir ENSEMBLE sous celle d'OMDR. 
Il faut considérer le mouvement en France comme encore très jeune. Il n'a pas encore l'expertise nécessaire aux grandes révolutions : un savoir-faire du penser et agir ensemble à l'échelle nationale. Mais... on trouve déjà une coordination nationale de la diffusion de l'information qui illustre donc que la dynamique est quand même bien lancée. Et fait amusant, on y trouve un équilibre intéressant entre un fourmillement richissime d'informations locales comme internationales et de confrontation d'idées de stratèges pour établir réellement la démocratie horizontale. La recette n'est pas encore au point, mais il serait faux de dire que les ingrédients sont absents... Oui, la France est passé à la cuisine.... elle a donc passé l'étape du jardin et bientôt va entrer dans ses talents les plus forts : la préparation culinaire puis la dégustation générale..... 
Oui, la France gronde... sourdement dans un Etat qui se veut policier mais qui s'épuise... qui dérape... qui ne cesse de prouver quotidiennement sa frayeur. Car la France est un pays brillant, aux cerveaux bien pensants et l'élite française a bien pris la teneur de l'enjeu. Mais le président de l'égo joue la stratégie du mépris pour croire affirmer une force qui a fonctionné peut être il y a 44 ans... et surtout : qui ne lui appartient pas. L'un était général, l'autre est un produit marketing... 
Ainsi la France commence à laver ses récoltes, à les découper en petits morceaux, à les sentir, à les tester entre elles... oui même à les tester entre elles : après le camp de la Défense, il y a eu des mobilisations contre ACTA ou encore en soutien au peuple grec, puis portugais, et encore des opérations pour occuper les banques et dernièrement le 24 septembre une action dans les supermarchés pour que la paysannerie française retrouve une place convenable au sein des géants de la distribution. Le mouvement ne s'est jamais tari. Au contraire, il s'est renforcé. Et maintenant, il y a les marches........... 
Car c'est un virage incroyable que la France vient de prendre : rompre avec les étiquettes médiatiques, rompre même avec les premières définitions administratives de la démocratie réelle : des protocoles décisionnaires à en devenir pire que l'existant. Mot d'ordre : rompre. 
Vous avez interdit les camps ? Et pourtant ils campent. Tous les jours. Mais cette fois ils sont nomades. Et ils sont partis des 4 coins de la France. Ils rendent honneur aux espagnols et font échos à la marche de Bruxelles en route depuis pour Athènes.... 
Ils marchent, comme on reconstruit pas à pas un pays de valeurs. Ils marchent et derrière eux s'érige tout un peuple individu par individu qui revient, qui comprend, qui parle, qui observe et qui fédère. Oui, les marches incarnent pas à pas les valeurs du mouvement. 
Ils marchent et derrière c'est tout le mouvement qui bourgeonne à nouveau du printemps qui est là. Il s'organise et il sait maintenant travailler : accepter ses défauts pour trouver la bonne solution collectivement, mais aussi faire preuve de ses forces et cumuler ses compétences. 
Ils marchent et les autres marchent aussi. Le 15O est si proche que les braises sont bel et bien là. De bonnes braises qui ne se sont jamais arrêtées, qui ont toujours été couvées. 
Aujourd'hui en France ils marchent tous ensemble : Strasbourg, Baiona (Bayonne), Marseille, le Nord, Toulouse, Breizh (Bretagne)... pour converger vers Paris avant la Marche des Banlieues.... 
Ils marchent tous ensemble aussi à préparer le parcours, les accueils, et le premier rendez-vous du 21 avril... "Ils ne nous représentent pas", la veille des élections. Premier test pour le mouvement, premier échauffement sérieux : se mobiliser pour dire stop au bipartisme, stop au processus démocratique actuel qui certes honore le droit de vote mais exclut concrètement le peuple des sphères décisionnelles. Et ne dissertons pas sur les outils justifiant les grands principes de démocratie participative : tous ces organes ne sont que consultatifs. La preuve la plus risible a bien été le Grenelle de l'Environnement aussi désespérant que Copenhague... Alors oui c'est un fait : ils ne nous représentent pas. 
Mais la France ne s'arrête pas à ce programme de marches qui vont toutes se réunir à Paris pour ensuite inviter toutes les classes sociales, toutes les couleurs, tous les peuples, tout le monde. La France ne s'arrête pas à une seule action la veille des élections, non. La France s'inscrit déjà dans la préparation d'un véritable "Printemps Français" qui a déjà commencé nous l'avons dit et qui annonce la couleur : investigation dès le 1er mai pour une grève générale, lancement de la journée de la transition le 5 mai en clin d'oeil à la lame de fond de la philosophie de la permaculture qui est en train de fleurir de partout avec les villes en transition, puis la générale le 12 MAI 2012 pour fêter les un an du mouvement. Oui l'anniversaire pour s'inscrire dans la durée car cette (r)EVOLution n'est pas une mode, elle est un changement socio-culturel. Cette première phase d'actions se terminera le 15 mai avec de nouveaux camps, partout.

 

Une France libre et ouverte au monde. La France a choisi de son propre chef grâce à une bande de bons gaillards aussi créatifs qu'éclairés de partir sur les routes. Il y a aussi un projet en cours de Constituante. Les AG de Metz, Quimper, Nantes, Lyon et Paris ont décidé de s'inscrire dans cette démarche de réflexion qu'elles souhaitent partagée avec le plus grand nombre. Oui, la France agit par elle même dans un mouvement plutôt identifiable par son réseau qui s'entend dans son agrégation via un historique et surtout des valeurs avec au centre la ferme intention de révolutionner la gouvernance actuelle, dans une démarche déterminée, patiente, et non-violente, créative et collective comme en témoigne le collectif Wuat@Freeze et ses actions de sensibilisation à travers la capitale sur les places (dont la Défense) et dans les grandes surfaces, ou encore les teasers de Nomad 07. 
Mais la France s'engage aussi dans la coordination internationale. En effet, elle prépare de concert son "Printemps Français" sur les traces du "Global Change" dans la lignée de la "Route de la Dignité" (Road of Dignity) qui officie l'agenda international de l'appel. Comble du bon sort, Occupy et l'Europe reviennent à communiquer pour travailler ensemble grâce aux connexions de plus en plus nombreuses entre les activistes du monde entier. Et ce qui est formidable en France, c'est que malgré l'explosion de conflits dès l'automne, personne n'a réussi à récupérer ce mouvement. Justement parce qu'il est pacifiste et collectif, et que dans son fort intérieur l'individu affirme sa personnalité dans la donation au groupe et non dans la vanité de son égo. Par conséquent, il est normal de voir en France, pour qui se détache des médias classiques, l'heure de la Révolution Française du 3e millénaire arriver à grands pas : toutes les initiatives présentées convergent avec un naturel effarant vers le même objectif du Printemps Français avec pour apogée le 12 MAI 2012. 
Car ce qui trouble dans ce mouvement quand on le regarde bien de l'intérieur, c'est qu'on sent qu'aucun activiste n’attend le Printemps Français comme le grand soir. On sent plus un profond plaisir à oeuvrer dans ce collectif hétéroclite pour organiser une nouvelle société dont l'oeuvre est notamment de provoquer une mobilisation de conséquence en France afin que le jour du Global Change soit un véritable succès international, mais il serait réducteur de s'arrêter là. Oui on sent qu'il n'y a pas un regard nombriliste de ne vouloir "que" changer la France... Il y a une ambition bien plus profonde et c'est en ça que ce mouvement est inaccessible à qui veut tenter de l'enrayer... Ce mouvement est né pour changer le monde. C'est sa respiration. Il vit pour ça. 
Qui veut comprendre la France doit comprendre sa faculté à prendre le temps de se déchirer pour mieux se retrouver. Un pays aux individus aussi forts et teigneux que sensibles et ouverts. Un pays qui pour l'heure aspire pour très bientôt souffler sa révolte à tous les niveaux et ainsi transformer véritablement les fondements d'une démocratie en dérive. 
Monde, regarde la France, elle s'est mise debout et commence a articuler tous ses membres. Elle s'étire, elle fait sa "gym". 
La France le 12 MAI 2012 sera un cri, un cri collectif, son cri de rassemblement de toutes ses initiatives. Un cri qu'elle veut porter à travers le monde dans cette solidarité internationale. Monde regarde la France : elle bourgeonne, et tu la connais. Toi révolutionnaire du monde entier, tu l'aimes pour ça. Elle a été le détonateur par plusieurs fois de l'histoire de la Liberté, Elle est en route une fois encore. 
Et Monde, cette fois, c'est avec toi qu'elle se dresse. Peuples du monde, soyons debout !   

Boris Aubligine  

Peyroules, le 26 Mars 2012

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 18:01

Lettre d’ATTAC Nîmes 

 

Sommaire :

 

1/ Prochaine réunion du groupe ATTAC Nîmes : mercredi 4 avril à 19h

2/ Initiative d’interpellation citoyenne des candidats: Les marchés ou les citoyens, qui doit décider ?

3/ Grèce : retour de délégation

4/ Forum Alternatif Mondial de l’Eau : un succès !

5/ Les lectures ATTAC

6/ Et toujours : pour recevoir les infos d’ATTAC France, ATTAC pour les Nuls et une bonne source d’information: Basta !

 

 

1/ Prochaine réunion du groupe ATTAC Nîmes, mercredi 4 avril à 19h au 6, rue Porte d’Alès (1er étage) à Nîmes :

 

Réunion du CA (conseil d’administration) d’ATTAC Nîmes : pour participer à la vie de l’association au niveau local et décider des initiatives locales.

N’hésitez pas à venir nous rencontrer, ces réunions sont ouvertes à tout le monde.

Au 6, rue Porte d’Alès (1er étage) à Nîmes.

 

Réunion qui se finit en une conviviale « auberge espagnole » : chacun amène de quoi grignoter, boire un coup et on partage tout.

 

 

2/ ATTAC lance une interpellation citoyenne des candidats à l’élection présidentielle : les marchés ou les citoyens, qui doit décider ?

 

Ratifier sans consulter le peuple ? Les candidats doivent s'expliquer

Quatre candidats de gauche ont répondu à Attac sur la ratification du nouveau traité européen, le « Pacte budgétaire » qui veut engager l'Europe dans l'austérité pour des décennies. Alors que Nicolas Sarkozy prétend que ce traité serait « trop compliqué » pour faire l'objet d'un référendum, François Hollande a refusé de nous répondre. Attac propose une initiative d’interpellation citoyenne pour exiger de ces candidats qu’ils acceptent le débat !

Lire la suite : http://www.france.attac.org/articles/ratifier-sans-consulter-le-peuple-les-candidats-doivent-sexpliquer

 

 

3/ Grève : retour de délégation

Mi-Février, Attac a proposé de mettre sur pied une délégation européenne de mouvements sociaux pour exprimer la solidarité avec le peuple grec, et avec tous les peuples...

Lire le rapport de la délégation

Avec une vidéo par les Mutins de Pangée : «On ne doit rien ! On ne vend rien ! On ne paie rien !», à voir ici :

http://www.france.attac.org/videos/grece-ne-doit-rien-ne-vend-rien-ne-paie-rien

 

 

4/ Succès populaire du Forum Alternatif Mondial de l’Eau à Marseille :

-- Communiqué Attac France
http://www.fame2012.org/fr/2012/03/17/succes-populaire-du-fame/

 

-- Déclaration de la Via Campesina
http://www.fame2012.org/fr/2012/03/18/declaration-via-campesina/

 

-- Déclaration du collectif 13 droits des femmes
http://www.fame2012.org/fr/2012/03/21/c13df/

 

-- Déclaration des organisations africaines
http://www.fame2012.org/fr/2012/03/17/declaration-des-organisations-africaines/

-- Déclaration au sujet de l'eau en Palestine
http://www.fame2012.org/fr/2012/03/17/declaration-palestine/

 

Plus d’infos : http://www.fame2012.org/fr/tag/marseille/

 

 

5/ Les lectures ATTAC :

Les dernières parutions :

·         15 idées reçues sur la fiscalité (ATTAC)

·         Changer d’économie ! Nos propositions pour 2012 (les économistes atterrés)

·         Le piège de la dette publique, comment s’en sortir (ATTAC)

 

Plus d’infos et les autres livres conseillés : http://www.france.attac.org/livres

 

 

6/ Et toujours :

 

> Pour recevoir les infos d’ATTAC France :

 

Il existe 2 listes auxquelles vous pouvez vous inscrire :

 > La Lettre générale :

Liste de diffusion générale d'Attac France. Vous recevrez directement les communiqués, déclarations et autres informations de l’association. (en moyenne 3 à 4 messages par semaine ).

 > La lettre du Conseil Scientifique :

Lettre d’information mensuelle sur les travaux du Conseil Scientifique d’Attac France et de ses membres.

Pour s’inscrire : http://www.france.attac.org/newsletter/subscriptions

 

 

 > Visitez le site d’ATTAC France (refait à neuf il y a quelques mois) !

Régulièrement des nouveautés en ligne, de nouvelles courtes vidéos, interviews, communiqués…sur http://www.france.attac.org/

 

 

> « ATTAC pour les Nuls » par notre groupe local.

En ligne ici : http://local.attac.org/attac30/spip.php?article893

N’hésitez pas à le faire connaître !

 

> Une bonne source d’information : BASTA ! sur bastamag.net !

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre mensuelle de Basta (inscription gratuite mais soutien possible). De très bons articles sur les questions environnementales et sociales, à découvrir d’urgence si ce n’est déjà fait !

http://www.bastamag.net/

La lettre mensuelle de mars 2012 par exemple :

http://www.bastamag.net/newsletter/basta_52.html

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 17:52

 

         marches populaires paris 2012
Marche Paris
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche Paris 2012
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 17:47
marches populaires paris 2012

Après un petit-déjeuner au soleil, nous plions le campement et regardons l’itinéraire, tâches toujours un peu longues et compliquées. Un marcheur du coin, qui nous a rejoint, nous indique le chemin pour sortir de la ville : nous nous retrouvons engagés sur une nationale plutôt bruyante et dangereuse… Qu’importe, quelques marcheurs prennent le temps d’inscrire à la craie des interrogations sur les affiches de campagnes qui décorent les murs. « Sommes-nous en démocratie ? » « Indigné-es… et vous ? », aucune affiche n’échappe au coup de main assuré des marcheurs. Nous ramassons du carton pour en faire des écriteaux que nous brandirons par la suite, encouragés par quelques coups deklaxons et sourires de la part des conducteurs. Pendant ce temps, l’équipe de soutien choisit un coin boisé pour le déjeûner. Nous entamons alors une assemblée interne : l’organisation du groupe y est largement abordée. Un tandem se désigne pour la cuisine, un autre pour l’itinéraire, et encore un autre pour la rédaction du compte-rendu. L’installation et le rangement du campement seront, en revanche, de la responsabilité de tous, puisque nous y vivons tous et que nous avons tous intérêt à nous en occuper. Les marcheurs reprennent la route en début d’après-midi avec une seule idée en tête : quitter la nationale pour un chemin plus agréable. Des habitants nous indiquent un petit chemin de randonnée (« Le chemin de la tombe du marchand ») qui ne rallonge en rien l’itinéraire : parfait ! Pendant ce temps, l’équipe de soutien prépare l’arrivée à Chambôret : ils présentent au peu d’habitant-es qu’ils croisent la démarche citoyenne et résistante des marches… Leur réaction est encourageante, mais ils les informent qu’un super-Loto aura lieu ce soir-là et que, par conséquent, peu de gens seront disposés à participer à l’assemblée populaire. Après une conversation conviviale, toute la troupe se retrouve au bord de l’étang pour installer le campement et manger. Nous discutons de notre arrivée à Paris et de notre point de rencontre avec les autres marches le 21 avril. C’est l’occasion également d’aborder le thème de la désobéissance civile et de la résistance face aux forcesde l’ordre. Les marcheurs ressentent le besoin d’être mis au courant de la réaction collective à avoir en cas de pépin, et d’avoir une « formation » à la désobéissance civile avant l’étape de Paris. Coucher échelonné pour les marcheurs qui, en ce samedi, se remettent d’une rude semaine.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche Paris 2012
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22