Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 23:15

 

 

http://leurdette.wordpress.com/2012/04/08/samedi-19-mai-manif-a-francfort-au-siege-de-la-banque-centrale-europeenne/

 

 

Du 17 au 19 mai se tiendra une grande mobilisation à Francfort autour du siège de la Banque centrale européenne (plus d’information ci-après). Le collectif pour un audit citoyen appelle à cette mobilisation et le départ pour la manifestation du samedi sera organisé collectivement depuis Paris par plusieurs organisations du collectif.

L’option retenue est le départ en bus le vendredi soir aux alentours de 23h pour arriver le samedi matin (trajet 8h environ) et retour le samedi soir, arrivée à Paris le dimanche matin au coût individuel de l’ordre de 40 euros.

Nous appelons d’ores et déjà tous ceux qui souhaitent participer à cette mobilisation à contacter francfort@audit-citoyen.org pour permettre de centraliser les inscriptions et de cibler au plus vite le nombre de cars dont nous aurons besoin.

Nous vous confirmerons tous les détails pratiques d’ici la mi-avril, ainsi que le programme global des activités. Une permanence téléphonique aura lieu au siège d’Attac tous les jours en semaine de 17 à 19h au 01 56 06 43 62.

NB : Ceux qui souhaitent participer aux activités d’actions et d’occupations pacifiques qui se tiendront les 17 et 18 mai devront s’auto-organiser pour le transport.

***

Samedi 19 mai : Occupons la Banque Centrale Européenne !

Du 16 au 19 mai, dans la continuité des mobilisations des mouvements « Indignés » et « Occupy », se tiendra une grande mobilisation à Francfort, au siège de la Banque centrale européenne.

L’initiative a commencé le 15 octobre, où une première manifestation a eu lieu devant la Banque centrale, rassemblant près de 5 000 personnes au moment où dans le monde entier des manifestations avaient lieu à l’appel des Indignés.

Des mouvements « Occupy » campent depuis ce moment devant la Banque centrale. En janvier et février, à deux reprises, ils ont appelé à des réunions de préparation pour une nouvelle initiative à laquelle ils ont souhaité voir des manifestant-e-s des autres pays les rejoindre.

Fin février, 400 militant-e-s des principales villes allemandes, des mouvements « Indignés », « Occupy » , des organisations de la gauche radicale, Die Linke, des syndicalistes, des mouvements de chômeurs, d’Attac Allemagne se sont réunis. La mobilisation continue et un syndicat d’enseignants vient de décider de se joindre à l’appel.

Des militant-e-s d’Italie, d’Espagne, de Belgique, de Grèce, de Slovénie, d’Autriche, de France, d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique et d’Espagne étaient présents.

Nous pensons que c’est le bon lieu et le bon moment pour réaliser une manifestation européenne exigeant le retrait des politiques d’austérité et du nouveau traité (Pacte budgétaire), la remise en cause de l’indépendance de la Banque centrale et le prêt direct de la BCE aux États en difficulté. Ce sera aussi un moment de mobilisation global pour une Europe démocratique, ouverte au monde, écologique, sociale et solidaire.

Les manifestant-e-s se retrouveront sur place à partir du 17 pour des actions de blocage du quartier financier, puis le 18 pour encercler pacifiquement la Banque centrale et le 19 une grande manifestation internationale aura lieu.

La Joint Social Conference, qui s’était constituée avec de nombreuses organisations issues du Forum social européen, a tenu sa conférence de printemps fin mars. Elle a mis cette journée dans son agenda et ses objectifs. Cette initiative sera une étape importante pour la construction d’un mouvement social européen ! Nous appelons tous ceux qui le souhaitent à s’inscrire au plus vite auprès des organisations du collectif d’audit citoyen pour y participer..

Un transport sera organisé depuis les organisations du collectif. Pour l’instant l’option retenue serait un départ en bus le vendredi soir aux alentours de 23h pour arriver le samedi matin (trajet 8h environ) et retour le samedi soir, arrivée à Paris le dimanche matin, au coût individuel de l’ordre de 40 euros.

L’idée serait d’associer à la préparation et l’organisation de l’évènement les militants des collectifs locaux parisiens et franciliens qui le souhaitent – à titre individuel ou collectif. Une réunion pourrait se tenir à la mi-avril, par exemple au siège d’Attac (21 ter rue Voltaire dans le 11ème). Voici les dates proposées :

http://www.doodle.com/fubfb2wrnavkyk2h#table

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 23:11

Three Times is a Winner

In March to Athens on 8 April 2012 at 16:42


March to Athens

Day 153-LXXIX, Πάτρα.

 

Keep on smiling with thirty euros a day and no paid benefits.

Patras, April 8

Dear people,

At the start of World War II, Greece was invaded by Italy. Mussolini thought he could build a modern, fascist version of the Roman empire around the Mediterranean, and he wanted to show Hitler that he was a worthy ally.

It became a disaster. The Italians were beaten back and humiliated by the Greeks in the mountains of Epirus. After a long winter, the Germans lost their patience, they dismissed the Italians and took care of the question themselves. In a couple of months of Blitzkrieg they rolled through the Balkans and conquered Greece in a single blow.

Despite the war, the Greeks have always nurtured an affectionate relationship with the Italians. But like in many other nations of Europe, the people never really got to trust or to like the Germans.

Now with the crisis, this sentiment has become much stronger. One very popular theory among Greeks is that this whole crisis is part of a greater scheme of conquest. They think that behind it all, it’s the Germans once again.

The theory doesn’t really convince me, because clearly the era of the nation-state is over. But on the other hand, national governments still exist. They effectively serve to protect the interests of their corporations around the world.

I will give you an elaboration of the ‘It’s the Germans’ theory, if only to show that you can write and rewrite history to prove any point you want to prove.

‘There are two ways to conquer a nation. Either through war or through debt,’ John Adams said over two hundred years ago. If the one fails you try the other.

Modern imperialism is based on economic control. The great players in this game all have their own zones of influence. The U.S. in Latin America, France in Africa, Russia in central Asia, and China is quickly spreading its tentacles over the rest of the world.

The Germans have been pretty humble in international politics for half a century. But when the Wall came down in 1989, things started to change, and they changed fast.

In 1990 Germany was reunited, and almost immediately the country started looking for economical Lebensraum in the east. They signed a non-aggression pact with the Russians and they invaded eastern Europe. Not with Panzers and Stukas, but with floods of Deutschmarks.

In 1991 the Germans actively favoured the dissolution of Yugoslavia. They divided and conquered. The D-Mark soon became the currency of reference all over the east.

In 1992, the Maastricht treaty laid the basis for a common currency all over Europe. It was named ‘euro’, but in practice it was a modern version of the Mark. One euro would be worth two D-Marks. The currency was forced on the EU member states without the peoples of Europe being asked for their consent. Only the English and the Scandinavians wisely kept their distance.

By the end of the 1990s the Germans had symbolically moved their political capital back to Berlin, and they had made sure that the European economic policy would be decided by the ECB in Frankfurt.

Any economist could have foreseen that the euro would lead to trouble, because of the structural differences between the ‘strong’ economies of the north, and the ‘weak’ economies of the south. But as long as the economic bubble kept growing in the 2000s, fueled by ever increasing national debt, nobody seemed to care or to notice.

Then the music stopped. It was payback time. The economies of the south were practically bankrupt. Only Germany could help them out, with the support of Sarko’s Vichy-French government and the collaboration of Germany’s Dutch, Austrian and Finnish sidekicks.

Economic conquest was presented as salvation. And it wouldn’t come cheap. All assets were to be ceded. Wages and services would have to be cut. In war time, the conquering army would also have deported part of the population to serve as work force in the German industry. But in times of peace, they wouldn’t even have to resort to cohersion. Economic pressure would suffice. People would emigrate by themselves to look for work. Not just the common work force, but also the intellectual elite would be forced to emigrate and put its talents at the service of the invadors, for lack of possibilities at home. And without an intellectual elite, there will be no-one left to build up an alternative society. With that, conquest is complete.

What’s going on in Greece can be seen as a kind of africanisation. The country is becoming a cheap-labour holiday resort, owned by foreign corporations and run by a collaborationist government. It’s a test case. If it works, then Italy, Spain and Portugal will be next.

Acampada Patras in the morning

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Marche des indignés vers Athènes
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 23:06

 

http://marseille.indigne-e-s.net/2012/04/compte-rendu-de-lassemblee-populaire-du-cours-julien-070412/

08 Avril

Une quinzaine de participants.

  • Ordre du jour :

- discussion libre
- 21 avril
- mailing list
- “assemblée nomade”
- 1er mai
- 12 mai
- groupe constitution/constituante

 

  • DISCUSSION LIBRE :

- Une personne ayant vu la police nous poser des questions a été intriguée et est venue nous rejoindre. Elle suit le mouvement des indignés depuis un moment grâce à Avaaz. La situation financière internationale est ce qui l’indigne le plus. Il juge nécessaire de repartir sur de bonnes bases sur ce sujet. Certaines initiatives existantes lui paraissent être une bonne voie : les SEL, le covoiturage… Il insiste sur le fait qu’il ne faut pas se disperser dans trop de causes et cibler clairement ce que l’on dénonce.
- une proposition est faite : repartir sur des marches pré-assemblées 1 fois tous les 15 jours ou tous les mois.
- il est rappelé que l’aspect démocratie réelle est également très important dans le mouvement des indignés.
- l’avantage du mouvement est qu’il peut se coordonner internationalement mais cela n’empêche pas des initiatives locales. Exemple d’une nouvelle monnaie créée à Avignon en coordination avec la mairie, des agriculteurs et des commerçants notamment (rappel que c’est aussi ce qu’avait fait Lincoln aux E-U pendant la guerre de sécession). Une proposition est donc faite de créer également une monnaie à Marseille ou dans un quartier.
- la situation actuelle est que pour chaque indignation une association existe pour essayer d’y remédier mais manque de coordination entre elles. Les indignés peuvent essayer de rassembler ces mouvements avec notamment l’idée d’un cahier de doléances.
- une explication est faite de ce qui a déjà été fait et de certaines idées en court :
* en lien avec un “paysan” des kiwis ont pu être achetés prix coûtant et des chômeurs les ont revendu avec un petit bénéfice. Un plombier est également disponible pour faire des économies dans ce domaine.
* dans le mouvement des réflexions sont faites sur l’élaboration d’une nouvelle constitution (mode d’organisation et de répartition du pouvoir). Ainsi une personne a imaginé que les décisions dans les communes, les régions ou même dans les entreprises puissent se prendre en assemblée. En revanche, il lui parait difficile de se passer complètement d’une certaine rigidité de l’administration avec des fonctionnaires qui servent à faire tourner la machine.
- l’outil informatique est également important : il permet à certains mouvements de prendre rapidement de l’ampleur (exemple des révolutions arabes). En reprenant les initiatives existantes, les indignés peuvent les coordonner et les faire mieux connaitre pour qu’elles se développent et proposent une réelle alternative.

Des indignés espagnols nous rejoignent et témoignent de leur expérience :
Ils viennent d’une petite ville près de Murcia (sud-est de l’Espagne). Le 15 mai dernier les indignados ont fait parler d’eux à Madrid. Le 16 mai, un mouvement s’est mis en place à Murcia, puis dans la petite ville de laquelle ils viennent où ils ont réussi à rassembler 200 personnes. Ils ont pensé à rejoindre le mouvement de Madrid puis ont finalement décidé de rester sur place pour permettre à tout le monde (jeunes, vieux…) de participer et diffuser le mouvement. Leurs indignations  portent sur la monnaie, l’économie, la santé ou encore l’Europe qui ne prend des décisions que pour les financiers. Actuellement, Sarkozy utilise la situation en Espagne en disant qu’elle s’est empirée avec les socialistes au pouvoir. La vérité c’est une situation qui continue à s’empirer de jour en jour (avec la droite au pouvoir maintenant).
Leurs actions ont été les suivantes :
* action pour élargir la prise de conscience de la situation actuelle
* reconstitution d’une scènes de crimes devant les banques
* ils ont écrit des phrases dans les rues, notamment des articles non respectés de la constitution et des dénonciations de corruption.
A Murcia, le mouvement utilise maintenant un bâtiment vide d’université. Des groupes de travail se sont formés mais le mouvement s’est un peu essoufflé pendant l’hiver. Ils espèrent donc que ça va repartir prochainement, notamment avec la journée internationale du 12 mai.

 

  • 21 AVRIL :

Le programme qui suit est consensué.
Tout d’abord une proposition est faite de faire également une marche qui parte du Cours Julien pour rejoindre la marche de la Belle de Mai au niveau des réformés (ou mobiles) à 16h45. Décision consensuée.

Programme :
16H Départ des manifestations (Place Cadenat et Cours Julien)
16H45 Union des défilés aux réformés
17H30 Arrivée du défilé à la place du Général de Gaulle
17H30 Sketch financier
18H00 Lecture de textes, parole et expression libre – Tirage au sort pour la distribution de 10 livres (recueils de productions d’indignés français/esperanto).http://indigne-e-s.net/reseau-social/groupes/les-indigne-e-s-marseille/assemblee-nomade/files/
19H00 : repas partagé (« banquet populaire ») – si possible 1 personne amène 2 repas (sandwichs, chips…) pour partager, faire connaissance…
20H00 : musique et protestation (sono, scène ouvert, chants)
Texte (Appel):

Nous sommes des citoyens qui nous rassemblons face aux injustices du système actuel. Nous ne trouvons pas normal que, dans un système dit « démocratique », les citoyens soient à la merci des élus, qu’ils n’aient aucun moyen de contrôle sur eux. Nous refusons l’impuissance dont nous sommes les victimes actuellement, le peuple est la base de la société, et il ne pourra pas rester muselé et dépossédé plus longtemps. Nous désirons l’émergence d’un mouvement populaire fort, pour rappeler à tous que le vrai pouvoir, c’est le peuple qui devrait le posséder. Nous invitons tous les sans-voix à prendre la parole, à se rassembler et à s’organiser. Créons notre destin.

  • Ils font leur tambouille électorale et c’est toujours aussi indigeste.
  • Ils ne donnent pas la parole aux citoyens
  • Ils ne construisent pas assez de logement sociaux 
  • Ils détournent l’immobilier de sa fonction de logement pour en faire une source de profit
  • Ils prennent leurs décisions en fonction de l’intérêt d’une minorité
  • Ils augmentent les impôts locaux, nationaux (gaz, électricité, mutuelle….) alors qu’ils baissent les impôts des plus riches et des grosses entreprises.
  • Ils mettent des caméras partout
  • Ils n’appliquent pas les lois de réquisitions des logements vides (50 000 à Marseille)
  • Ils déposent des brevets sur tout ce qui existe, restreignant l’accès aux ressources les plus élémentaires, l’eau, les semences, les médicaments, la culture…
  • Ils réduisent les investissements dans l’éducation, la recherche et tous les services ou produits qui ne leur rapportent aucun profit.
  • Ils font taire les chercheurs qui découvrent des méthodes qui pourraient satisfaire les besoins en énergie de toute la planète
  • Ils manipulent les esprits grâce aux médias
  • Ils nous forcent à déléguer le pouvoir
  • Ils font des guerres aux peuples qui n’ont rien demandé pour piller leur ressources naturelles
  • Ils polluent l’air qu’on respire, la terre que l’on cultive, les réserves d’eau
  • Ils affament, ils austérisent, ils capitalisent et ils martyrisent les peuples du monde
  • Ils ne respectent pas leurs propres lois
  • Ils ne nous représentent pas

A tous les gens du monde, nous, l’ Assemblée Populaire de Marseille qui occupons le Cours Julien, la Belle-de-Mai et toutes les places de notre cité grecque, française, européenne et humaine… vous appelons à affirmer votre pouvoir. Exercez votre droit à vous rassembler pacifiquement; occupez l’espace public, créez un processus pour répondre aux problèmes auxquels nous sommes tous confrontés et générez des solutions accessibles à tous.

 A toutes les communautés désireuses d’agir et qui forment des équipes dans l’esprit de la démocratie directe, nous offrons un soutien, de la documentation et toutes les ressources dont nous disposons. Texte inspiré de la déclaration d’occupation de New York (occupy wall street).

Rejoignez-nous et faites entendre votre voix !

Slogan pour affiche:

21 Avril: Occupons la voix publique  

Organisation, à faire:

Préparer des cartons et de quoi écrire pour fabriquer des pancartes avant le départ des manifestations. – Voir pour avoir un groupe électrogène et une sono dans un caddie lors de la manifestation? Une sono pour la soirée place de Gaulle? – Sur internet trouver des chants protestataires et conviviaux pour avoir de quoi chanter pendant la manifestation et lors de la scène ouverte. – Trouver des artistes prêts à venir se produire. - Présence d’une caméra (réalisation d’un montage) – constituer une équipe vidéo?

 

  • MAIL:

Consensus pour envoyer cette semaine un mail aux abonnés afin de les prévenir des prochaines rendez-vous.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 21:55

 

Dimanche 8 Avril 2012 à 05:00

Guy Sitbon - Marianne

 

Les remugles du printemps arabe sont en train de ruiner des états arabes qui étaient déjà bien affaiblis, de la Syrie à la Lybie en passant par le Mali. Et si cette occurrence correspondait exactement aux voeux occidentaux qui préfèrent voir un émir complaisant ou docile qu'un nationaliste volontariste derrière un puit pétrole ? C'est la thèse de Guy Sitbon.

 

(Un rebelle libyen - Altaf Qadri/AP/SIPA)
(Un rebelle libyen - Altaf Qadri/AP/SIPA)
L’Etat irakien n’existe plus, depuis près de dix ans. L’Etat syrien n’existe plus, son armée s’est métamorphosée en escadrons de la mort alaouites. L’Etat libyen n’existe plus remplacé par plusieurs centaines de groupuscules armés et d’une vingtaine de seigneurs de la guerre régionaux. L’Etat yéménite n’existe plus. On compte désormais deux Soudan en attendant les subdivisions. Le Mali est en voie de disparition.

Jadis, les pays instables se régulaient par des putschs. Crise-coup de force-nouveau gouvernement. Les généraux-présidents passaient, la structure d’autorité restait en place. De nos jours, le modèle s’est donné un nouveau paradigme. Ce n’est plus seulement le gouvernement mais l’Etat tout entier qui disparaît corps et biens. La reconnaissance d’une des forces locales par telle ou telle autre puissance ne change rien à la donne. La reconnaissance du CNT libyen n’ajoute rien à sa zone d’influence, pas même dans la ville de Tripoli.

Nous ne sommes peut-être qu’au tout début de ce processus de dissolution. Des dizaines d’Etats, spécialement en Afrique, ne tiennent (sur un fil) que par l’opération du Saint Esprit. Il suffirait d’un choc pour qu’ils fassent naufrage. L’Angola, le Nigéria (réservoirs pétroliers) feraient bien de numéroter leurs abattis.

Un point commun aux victimes de cette hécatombe, le pétrole, nerf de la planète. Irak et Libye possèdent des réserves incommensurables. La Syrie, jadis dénommée « la Prusse de l’espace arabe », représentait l’axe autour duquel tous les conflits tournaient. Tous les trois ont sombré. Le dernier état pétrolier à tenir encore debout réside en Arabie Saoudite, aux frontières du chaudron yéménite.

Les Etats coulent mais le pétrole se porte bien. Il a suffi de trois mois, en Libye, pour que les pipe-lines reviennent à leur débit régulier. En Irak, la production a retrouvé ses niveaux de 2003, sous Saddam Hussein. Seule différence : il n’y a plus d’état autour des puits pour mener cette stratégie de l’énergie si préjudiciable aux marchés consommateurs. Reste l’Iran et le Venezuela. Ils ne perdent rien pour attendre.

L’Occident n’est intervenu militairement que dans deux pays : l’Irak et la Libye, deux énormes producteurs.

Heureusement pour nous, les autres grosses réserves se situent souvent dans des pays minuscules, Qatar, Émirats arabes unis, Koweit, possessions de leurs émirs qui ne doivent la vie et la survie qu’à la tutelle occidentales. Leur population « nationale » dépasse rarement quelques milliers d’âmes; 90% des résidents, ou plus, sont immigrés. La vigueur de la famille régnante saoudienne serait réduite à pas grand-chose sans son alliance avec les Etats Unis.

En matière de pétrole, l’idéal des Etats consommateurs est un puits au milieu d’un désert possédé personnellement par un émir. Autant d’émirs qu’on veut mais pas de peuple, pas de véritable puissance. Par une divine surprise, deux guerres ont pulvérisé deux mastodontes pétroliers mauvais coucheurs. Kadhafi, Saddam Hussein nous ont tenus à la gorge quarante années durant et plus. Toute honte bue, nous les recevions dans leur tente plantée à l’Elysée ou presque. Nous leur mangions dans la main. Nos armadas aidant, ils ont débarrassé le plancher. Finis au bout d’une corde ou d’un tuyau. Leurs successeurs ? Pas de successeurs. Rien de rien. Un rien salafiste et djihadiste sur les bords mais aussi démuni que divisé. Qu’ils continuent en s’entrégorger tout leur saoul, c’est tout le bien que leur souhaitent les consommateurs.

Peut-on soupçonner les aviations française, britanniques, américaines, danoises, belges, néerlandaise, qatarie et consorts, d’avoir bombardé Kadhafi un œil en coin sur les puits de pétrole ? Quelle calomnie ! Nous avons mené une opération humanitaire. C’est entendu ? Humanitaro-humanitaire. Ça vous ferait mal, pour une fois, de nous créditer d’un bon sentiment ? Une fois, rien qu’une fois.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 21:47

Ainsi notre Europe dite démocratique, celle que l’on croyait animée par les idéaux de progrès et d’humanisme, de liberté et de solidarité, est-elle en train de fabriquer, par les flagrantes injustices sociales que sa désastreuse et contreproductive politique économique engendre, un nouveau type de citoyens : les suicidés, plus encore que les pauvres !

         C’est là ce que vient de démontrer de manière particulièrement criante, en ce matin du mercredi 4 avril 2012, ce geste terriblement tragique par lequel un retraité grec, Dimitris Christoulas, vient de se donner la mort, en se tirant une balle dans la tête sur la très centrale place Syntagma d’Athènes (en face de laquelle se trouve le Parlement grec), pour ne pas crouler davantage sous un poids de dettes qu’il ne pouvait plus honorer suite à la très drastique cure d’austérité imposée par l’encore plus impitoyable diktat des différentes instances financières de la planète.

         Une nouvelle preuve, cet acte dramatique sur le plan humain, de ce que je stigmatisais, il n’y a guère si longtemps, dans une de mes tribunes lorsque j’y dénonçais une Europe dont la faillite politique la menait insensiblement, mais à présent de manière toujours plus visible, vers la dictature économique.

         Carla Grècen’est pas le seul pays de l’Union Européenne, hélas, à devoir subir la très technique et mécanique loi, au détriment de ses citoyens les plus faibles ou démunis, de la haute finance et autres spéculateurs véreux (au premier desquels on placera ces honteux profiteurs de l’inégalité sociale que sont les grands patrons d’industrie lorsqu’ils ne craignent pas de s’auto-délivrer de faramineuses sommes d’argent, en plus de leur salaire déjà mirobolant, en guise de « bonus » et autres « parachutes dorés »). Ainsi, par exemple, l’Italie, pour ce seul trimestre (les trois premiers mois de cette année 2012), a-t-elle déjà pu compter, parmi sa population la plus fragilisée à cause de ces mêmes coupes budgétaires, quinze suicides, que ce soit par immolation ou par pendaison, dus à la pauvreté galopante.

         D’où, cette observation qui, pour cruelle qu’elle soit humainement, n’en demeure pas moins réaliste socialement : cette saisissante mais juste formule par laquelle Antonin Artaud qualifia jadis Vincent Van Gogh de « suicidé de la société », en raison de sa douloureuse existence de peintre mal aimé et sans le sou, ne s’applique plus seulement, désormais, aux artistes maudits ; elle s’applique aussi à présent, et peut-être surtout, à cette nouvelle catégorie de pauvres, toutes professions confondues, que génèrent effectivement, sans le moindre état d’âme, les technocrates en col blanc et complet veston de l’Union Européenne, à Bruxelles, ou du Fonds Monétaire International, à Washington.

         Attention, cependant. Car, plus profondément encore, le tout récent suicide de ce retraité grec, le 4 avril dernier donc, ne s’avère pas, à y regarder de plus près, que le geste définitivement tragique d’un simple désespéré ne sachant plus comment survivre, ou même manger à sa faim, demain. Non : il est d’abord, quand l’impuissance sociale confine à la lucidité morale, un immense et héroïque acte de résistance politique !

Preuve en est le très visionnaire billet, écrit de sa propre main, que ce nouveau martyr des temps modernes qu’est Dimitris Christoulas, pharmacien de longue date, laissa expressément dans sa poche, tel un véritable manifeste idéologique plus encore qu’un testament spirituel, avant de quitter cette ingrate terre : « Je pense que les jeunes sans avenir, dans ce pays, prendront un jour les armes et pendront les traîtres. »

         Certes ne souhaitons pas à l’actuel chef du Gouvernement grec, Lucas Papadémos (un de ces oligarques jadis gouverneur, de 1994 à 2002, dela BanqueCentralede son pays), de finir, lynché par une foule en furie avant que d’être pendu par les pieds en place publique, comme, autrefois, un tyran nommé Benito Mussolini. Mais il n’empêche : ce que cet acte éminemment révolutionnaire de Dimitris Christoulas signifie également – geste, qui plus est, d’une infinie noblesse d’âme, tout autant que de générosité de sentiment, puisque ce malheureux se refusa ainsi, en se donnant la mort au pied d’un très majestueux cèdre, de léguer trop de dettes à ses enfants – c’est peut-être d’abord, à l’instar du sacrifice de l’étudiant Jan Palach lors du « Printemps de Prague » en 1968,  le début de la fin de cet odieux totalitarisme économique que notre Europe pourtant tant aimée est en train, nantie certes des meilleures intentions sociales mais surtout de ses hypocrites alibis financiers, de nous faire vivre quotidiennement.

         Davantage : la portée symbolique, alliée au sens réel, de ce suicide de Dimitris Christoulas, témoin bouleversant de la souffrance de tout un peuple, ressemble étrangement, par-delà l’émotion qu’il aura suscité aux quatre coins du globe, à celui-là même qu’accomplit, en un geste tout aussi emblématiquement fatidique, Mohamed Bouazizi, ce jeune tunisien qui, le 17 décembre 2010, s’immola par le feu, allumant ainsi, grâce lui aussi à ce suicide, l’inextinguible mèche de ce qui allait devenir quelques mois plus tard, à cette même époque de l’année précisément, l’historique « printemps arabe ».  

         D’où, en toute logique, ce sage conseil, comme pour un certain Ben Ali hier, en forme de cri d’alarme : peut-être faudrait-il que nos divers maîtres es libéralisme sauvage « dégagent » eux aussi, pour reprendre un fameux slogan, avant que ces peuples qu’ils auront ainsi contribué à mettre à bout, jusqu’à les faire ployer sous une indigne misère humaine et parfois même les affamer, ne leur fassent vraiment la peau.

         Car, comme le clame aujourd’hui haut et fort la population grecque elle-même, ce suicide de son nouveau, courageux et émouvant martyr, c’est aussi un meurtre politique, fût-il à l’insu des responsables de la nation, qui, comme tel, ne restera pas impuni ainsi qu’en décideront très certainement, lors des prochaines élections législatives, les urnes.

         Hommage et respect, donc, à Dimitris Christoulas, et nos plus sincères condoléances à ses chers enfants pour lesquels, comme il s’est lui-même écrié avant de mourir, il s’est aussi tué !

 

DANIEL SALVATORE SCHIFFER*

 

*Philosophe, auteur de « Critique de la déraison pure – La faillite intellectuelle des ‘nouveaux philosophes’ et de leurs épigones » (François Bourin Editeur).

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 21:40

 

| Par Mathilde Mathieu et Michaël Hajdenberg

 

Le président de l’Assemblée nationale n’a pas trouvé trace d’un prêt immobilier de 3 millions de francs accordé à Nicolas Sarkozy en 1997 pour l’achat de son appartement sur l’île de la Jatte. Dans un courriel adressé à Mediapart, ce vendredi 6 avril, Bernard Accoyer met à bas la version présentée par Nicolas Sarkozy pour expliquer le financement de son ancien logement (revendu en 2006) : alors que l’Assemblée était censée avoir prêté 3 millions de francs, le patron du Palais-Bourbon reconnaît que les prêts immobiliers accordés aux députés ont toujours été plafonnés à un niveau beaucoup plus bas.

Quitte à jargonner un peu, Bernard Accoyer (UMP) confirme nos informations du 29 mars : « Le montant maximum de l’enveloppe, revalorisé chaque année en fonction de l’indice national du bâtiment, s’élevait en dernier lieu à 288 147 € ». Transposée en 1997, cette règle signifie, en clair, que les prêts immobiliers alloués aux députés ne pouvaient pas dépasser 1,2 million de francs. Seuls des « compléments familiaux » liés au nombre d’enfants étaient susceptibles de légèrement gonfler ce montant – un détail que nous avait caché l'Assemblée en octobre, quand nous l'avions interrogée pour la première fois. Dans le cas de Nicolas Sarkozy, ces  « compléments » ont pu atteindre 500 000 francs maximum.

Comme pour remuer le couteau dans la plaie, Bernard Accoyer écrit noir sur blanc : « Le prêt accordé à M. Nicolas Sarkozy au second semestre 1997, en période de cohabitation, n’a pas dérogé aux règles alors en vigueur. »

Au passage, il précise pourquoi une telle opération ne figure pas sur l’acte de vente de 1997 (comme Mediapart l’avait relevé) : avant 2002, les prêts immobiliers de l’Assemblée n’étaient pas nécessairement assortis de « garanties réelles (hypothèque ou privilège de prêteur de deniers) », donc pas forcément inscrits sur les actes notariés.

Mais peu importe : le montage financier, tel qu’initialement présenté par Nicolas Sarkozy à L’Express en 2007, a du plomb dans l’aile. À l’époque, interrogé par nos confrères sur l’acquisition de son logement de 216 m2 pour 5,4 millions de francs, le candidat UMP avait “détaillé” : 270 000 francs en dépôt de garantie, 1,6 million de francs empruntés à la Société générale, et plus de 3 millions auprès de l’Assemblée nationale. Ce scénario est aujourd’hui écarté par le patron du Palais-Bourbon en personne !

Ci-dessous, la réponse de Bernard Accoyer à Mediapart :

 

Un "trou" de presque 2 millions de francs

Jeudi 5 avril, une semaine après notre premier article, Nicolas Sarkozy avait tenté de noyer le poisson lors de sa conférence de presse. Interpellé par Mediapart sur le plafonnement des prêts immobiliers de l’Assemblée, il a publiquement déclaré : « Les prêts dont j’ai bénéficié par l’Assemblée nationale, c’était entre 1995 et 1997. À l’époque, voyez-vous, c’était une majorité de gauche (en réalité de droite –ndlr) qui se trouvait à la tête de l’Assemblée nationale. (…) Adressez-vous à l’Assemblée ! »

 


 

En utilisant un pluriel (« les prêts »), et en étirant la période à examiner (de 1995 à 1997), Nicolas Sarkozy a sans doute voulu suggérer qu’il avait pu atteindre 3 millions de francs en cumulant plusieurs prêts. Une porte de sortie bien pratique que Bernard Accoyer n’avait plus qu’à entrouvrir. Interrogé quelques heures plus tard par Mediapart, le patron du Palais-Bourbon l’a, au contraire, refermée.

Jeudi soir, nous lui avons demandé s’il était possible que Nicolas Sarkozy ait bénéficié, entre 1995 et 1997, de multiples prêts. Et si oui, à quelles conditions ? Sa réponse, rédigée vendredi, mentionne un prêt immobilier unique, accordé au second semestre 1997, et forcément plafonné. Et des sources à la questure (l'instance qui dispose des pouvoirs financiers à l'Assemblée) ont confirmé dans la foulée à Mediapart qu'aucun autre prêt immobilier n'a été octroyé à Nicolas Sarkozy entre 1995 et 1997.

Alors, Nicolas Sarkozy a-t-il pu cumuler son prêt immobilier avec d’autres avantages ? « Il y avait d'autres genres de prêts, mais qui ne pouvaient pas financer l'achat d'un appartement, explique Bernard Derosier (PS), l’un des trois députés questeurs à l'époque. Il y avait des prêts personnels, pour l'achat d'une voiture par exemple. Mais c'était d'une ampleur bien moindre, peut-être 50 000 ou 60 000 francs, je ne me souviens plus très bien. » 

Une somme dérisoire, de toutes façons. Si on additionne le dépôt de garantie de 270 000 francs, le prêt de la Société générale et le prêt immobilier de l'Assemblée nationale plafonné à 1,2 million de francs (plus « compléments familiaux »), c’est un “trou” de quasiment 2 millions de francs qu’il reste à combler pour atteindre la valeur de l’appartement indiquée sur l’acte de vente (5,4 millions de francs).

Faut-il en conclure que Nicolas Sarkozy a menti sur l’ampleur du prêt consenti à l’époque par le Palais-Bourbon pour mieux dissimuler l’indicible : une énorme ristourne du promoteur immobilier ? Un paiement en liquide d’origine illicite ?

Jeudi soir, à l’issue de la conférence de presse du candidat UMP, Mediapart a proposé pour la troisième fois à l’Elysée de communiquer une copie des documents susceptibles de prouver l’origine des 3 millions de francs en question. Aucune réponse.  

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 21:32
| Par Laurent Mauduit


C’est une mesure encore confidentielle dont le candidat Nicolas Sarkozy se garde bien de parler quand il bat les estrades de la campagne présidentielle : Bercy a reçu la consigne de préparer un plan d’austérité sur les crédits budgétaires alloués au logement. Les instructions données visent à réduire d’environ 30 % les montants dédiés actuellement aux aides au logement, qui atteignent aujourd'hui près de 15 milliards d’euros, et à raboter d’environ 600 millions d’euros les crédits inscrits dans deux programmes, celui des aides à la pierre et celui de l’hébergement et accompagnement pour les personnes les plus défavorisées, qui disposent à l'heure actuelle de près de 1,7 milliard d’euros.

Jusqu’à présent, on ne connaissait que les grandes lignes du plan de rigueur que Nicolas Sarkozy voudrait mettre en œuvre s’il était réélu. Et nul n’a vraiment pu prendre la mesure concrète de l’austérité qui, secteur par secteur, en découlerait. Dans son programme (il est ici), le président sortant rappelle ainsi qu’il s’appliquerait à trouver 115 milliards d’euros pour parvenir à l’équilibre des finances publiques en 2016, conformément au programme de stabilité transmis à Bruxelles, dont 40 milliards de recettes supplémentaires et 75 milliards d’euros d’économies sur les dépenses. Sur ces 75 milliards d’euros d’économies à réaliser d’ici 2016, 39 milliards d’euros ont déjà été annoncés dans le cadre du budget de 2012 ou de la Révision générale des politiques publiques (réforme des retraites, réduction du nombre des fonctionnaires, etc.). Nicolas Sarkozy a donc annoncé, dans un curieux euphémisme, qu’il reste 36 milliards d’euros à « documenter ».

Pour ces 36 milliards, le programme de Nicolas Sarkozy ne donne qu’une décomposition générale qui, elle-même, ne permet pas plus de prendre la mesure de la purge sociale qui en découlerait : il est question pêle-mêle de 7 milliards d’euros d’économies sur les dépenses de personnel de l’État et des collectivités territoriales, de 16 milliards sur les dépenses de fonctionnement et d’intervention de l’État, ou encore de 13 milliards d’économies sur les dépenses de l’assurance maladie.

Mais concrètement, quelles seraient les conséquences de ces économies sur la vie quotidienne des Français ? À ce niveau de généralités, les citoyens ne peuvent pas le mesurer. Ils sont de la sorte invités à penser que Nicolas Sarkozy est un gestionnaire avisé et rigoureux, mais ils n’ont pas de raison de penser que ces réductions des dépenses d’intervention de l’État vont, en fait, se traduire par une sorte de guerre aux pauvres.

Guerre aux pauvres

Et c’est tout l’intérêt de ces informations dont a eu connaissance Mediapart sur les scénarios confidentiels sur lesquels travaillent dès à présent les services du ministère des finances, dans un secteur particulier, celui du logement. Elles permettent, dans un domaine au moins, de prendre une mesure très concrète de ce qui est dès à présent dans les tuyaux.


 

Il faut bien mesurer l’importance qu’a le système français de l’aide au logement pour les foyers modestes. Près de 15,9 milliards d’euros de prestations d’aides personnelles au logement ont ainsi été versées en 2010 à environ 6 310 000 ménages, dans le domaine du locatif aussi bien que de l’accession à la propriété. Ces aides, qui sont dégressives en fonction du revenu (elles varient d’environ 40 euros à un peu moins de 400 euros, selon la taille du foyer et selon les régions), profitent donc aux Français les plus démunis. Selon le rapport sur ces crédits présenté à l’automne dernier à l’Assemblée nationale (il est ici, voir en particulier page 20), « 76 % des ménages locataires bénéficiant d’aides au logement ont des revenus inférieurs au Smic et 99 % à deux fois le Smic ». En clair, ces aides, précise le rapport, « figurent parmi les aides sociales les plus redistributives », ou si l’on préfère, parmi les aides qui sont les plus indispensables aux foyers modestes. Plus on est pauvre, plus on est aidé…

Le rapport apporte ces autres précisions : « Les aides touchent en majorité des “petits ménages” : 3,7 millions de ménages sont composés d’une personne seule ou d’un couple sans enfant (…) Les personnes âgées de plus de 65 ans constituent une part importante de ces effectifs (environ 19,5 % des bénéficiaires). Les jeunes de moins de 25 ans non étudiants sont environ 410 000. »

CQFD ! Si 30 % de ces crédits étaient supprimés, ce serait bel et bien une guerre aux pauvres qui serait alors engagée.

En outre, des instructions ont été données pour raboter violemment d’autres crédits, notamment ceux du programme dit 135, qui concerne les aides à la pierre, et ceux du programme dit 177, qui profite à l’hébergement et à l’accompagnement des personnes en grandes difficultés.

Au total, sur ces deux programmes, il s'agirait donc de 600 millions d’euros d’économies qui seraient recherchés sur des crédits qui au total avoisinent 1,7 milliard d’euros. Et dans ce cas-là, ce serait une déclaration de guerre non plus aux pauvres. Non ! Aux super pauvres…

Cela donne-t-il un avant-goût du tour de vis budgétaire que Nicolas Sarkozy engagerait s’il était rééelu ? Si c'est le cas, mieux vaudrait que cela soit clairement annoncé et détaillé avant l'élection...

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 21:24

 

Rue89 - Youpress

Publié le 08/04/2012 à 07h01

Réunion du « Réseau de solidarité des privés d’emplois » de New Fabris, le 30 mars 2012. (Stephane Puccini)

 

Le 31 juillet 2009, épuisés par plus d’un mois de lutte et face à l’intransigeance de Renault et PSA, les salariés de New Fabris jettent l’éponge. Munis d’une maigre prime de 12 000 euros et d’un contrat de transition professionnelle (CTP) leur accordant un an d’indemnités chômage à 95% de leur salaire, ils partent s’inscrire en masse à Pôle emploi.

Christian Estrosi, alors ministre de l’Industrie, se félicite dans les colonnes du Journal du dimanche daté du 2 août :

« Contrairement à ce que disent ceux qui veulent toujours plus, les salariés de New Fabris auront tous les atouts en main pour envisager au mieux l’avenir. […] Je vais tout mettre en œuvre pour contribuer à y créer 400 emplois dans les six à huit mois. »

Las, les 400 emplois n’ont jamais vus le jour. Et trois ans plus tard, seulement 60 des 366 salariés (16%) de New Fabris ont été embauchés en CDI.


Les New Fabris pendant leur mouvement à l’été 2009 (DR)

Felipe Diaz, chef de ligne pendant douze ans chez New Fabris, n’a pas travaillé depuis son licenciement. « Je suis inscrit dans toutes les agences d’intérim de Châtellerault, j’ai encore un rendez-vous demain à Pôle Emploi, je suis prêt à prendre ce qu’on me propose », explique-t-il :

« Je fais plus jeune que mon âge, alors quand j’arrive dans une agence d’intérim ils m’accueillent en souriant. Mais dès qu’ils découvrent que j’ai 58 ans, ils mettent mon dossier sous la pile. »

Depuis trois ans, sa femme et lui se serrent la ceinture. Il a troqué son ancienne voiture contre un modèle plus économique. Mais cet ancien antiquaire ne veut pas baisser les bras :

« J’ai travaillé pendant vingt-sept ans à mon compte. Eugène Fabris, le fondateur de l’entreprise, était un de mes clients. J’avais 45 ans quand il m’a embauché. Ma retraite, je ne la toucherai pas avant 70 ans. Je dois trouver du boulot. »

L’âge, principal handicap des ex-Fabris

En 2009, un tiers des 366 salariés avait plus de 50 ans. Aujourd’hui, ils sont les plus durement frappés par le chômage.

Martine Challumeau, ouvrière licenciée, a décidé de se reconvertir. « A Pôle Emploi, ils me proposait les services à la personne. Mais à mon âge, après 36 ans d’usine, je ne peux pas soulever des personnes âgées » soupire-t-elle. Martine a donc choisi de devenir assistante maternelle. Mais les enfants à garder se font rares… Elle vit donc de petits boulots.

Dominique Laroche, ancien cadre de 58 ans, espère trouver un emploi avant mai 2013. A cette date, ses allocations chômage prendront fin. Ensuite, c’est l’inconnu. Il n’est même pas sûr de pouvoir toucher le RSA.

Trois ans après la fermeture de leur usine, les anciens Fabris au chômage font aujourd’hui face à une nouvelle épreuve : la perte des allocations versées par les Assedic. La plupart arriveront en fin de droits en juillet. S’ils ne trouvent pas d’emploi, beaucoup ne savent pas comment ils pourront joindre les deux bouts.

Ceux dont le mari ou la femme travaillent ne toucheront pas ou peu de RSA. Et tous voient reculer leur âge de départ en retraite suite à la réforme adoptée par le gouvernement en 2010.

Pourtant, Christian Estrosi l’avait promis : les salariés de New Fabris avaient « tous les atouts en main pour envisager au mieux l’avenir »…

Amélie Cano/Youpress


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 21:17

 

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 08.04.2012 à 08h55 • Mis à jour le 08.04.2012 à 08h55

 
 
o Chavez lors d'une messe à Barinas, au Venezuela, jeudi 5 avril.

Le président vénézuélien Hugo Chavez, qui entend briguer un nouveau mandat le 7 octobre malgré son état de santé, a relevé samedi le salaire minimum de près d'un tiers. Le chef de l'Etat, atteint d'un cancer, s'absente régulièrement pour suivre des soins à Cuba, alors qu'Henrique Capriles, chef de file de l'opposition, mène campagne sans discontinuer.

Malgré ce handicap, le promoteur de la "révolution bolivarienne", qui reste très apprécié des plus démunis, conserve un net avantage dans les intentions de vote. "Dans les années 80 et 90, le salaire minimum a été pratiquement gelé, puis l'inflation a explosé (...) Nous y travaillons depuis plusieurs semaines", a-t-il déclaré, annonçant une hausse de 32,25 % du salaire minimum lors d'un Conseil des ministres retransmis à la télévision. La hausse, qui portera le salaire minimum à 362 euros, aura lieu en deux temps, le 1er mai et le 1er septembre. Quatre millions de salariés seront concernés, a précisé le président, qui s'exprimait d'un voix forte et semblait en bonne forme.

 DEUX VOYAGES MÉDICAUX À CUBA EN QUELQUES JOURS

Hugo Chavez s'est de nouveau envolé pour Cuba, samedi, pour y subir un troisième cycle de radiothérapie. Sur sur compte twitter, le chef de file de la gauche radicale latino-américaine, 57 ans, a lancé :" Cap sur La Havane, avec la foi dans le Christ résuscité ! Nous vivrons et nous vaincrons !"

 

 

Revenu de Cuba mercredi après une série de radiothérapies, il avait annoncé vendredi qu'il retournerait le lendemain à la Havane pour son traitement. La nature de son cancer, détecté en juin l'an dernier, n'a jamais été révelée. Il avait été opéré le 26 février dernier à la Havane d'une seconde tumeur cancéreuse dans la même zone pelvienne que celle qui lui avait été retirée en juin 2011, déjà à Cuba. En moins d'un an, il a été opéré à trois reprises et a donc subi deux radiothérapies. Jeudi, il a fondu en larmes lors d'une cérémonie religieuse et a imploré le Ciel de lui prêter vie pour poursuivre sa mission à la tête de l'Etat.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 21:11

 

Le Monde.fr avec AFP | 08.04.2012 à 15h46 • Mis à jour le 08.04.2012 à 15h47

 
Des policiers grecs, le 5 avril.

Policier à louer, 30 euros de l'heure : quiconque en a les moyens peut désormais en Grèce demander le renfort des forces de l'ordre et de leur matériel, une innovation visant à regonfler les caisses publiques, a indiqué dimanche 8 avril le ministère de la protection du citoyen. Le ministère a confirmé dans un communiqué l'adoption fin mars d'une décision ministérielle en ce sens, "dans le but d'amortir le coût d'utilisation du matériel et des infrastructures de la police, et de les moderniser".

Selon l'hebdomadaire Proto Thema, qui a révélé cette réforme adoptée en catimini, la facture varie de 30 euros de l'heure pour un policier, ou 40 pour une voiture de patrouille, à 200 euros pour une vedette ou 1 500 pour un hélicoptère.

Selon le ministère, cette location ne concernera que "des cas exceptionnels", et ne recevra l'aval requis que si elle ne réduit pas les capacités opérationnelles du corps. La gamme de services offerte va de "l'escorte de transports de matériaux dangereux ou d'oeuvres d'art", à "l'accompagnement de personnes" ou le tournage de films.

Ces services étaient "offerts gratuitement" depuis des années, souligne le ministère, de fait régulièrement accusé ces dernières années d'accorder en tout favoritisme et en toute opacité des protections policières coûteuses à l'élite politique et économique du pays. Le ministère se prévaut aussi de ce que cette pratique serait répandue "dans bon nombre de pays de l'Union européenne".

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22