Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:19

 

Avatar of Les Indigné-e-s

 

http://www.occupygeneva.ch/

par Les Indigné-e-s

 

Colloque : Guérilla sociale, guérilla ARTISTIQUE!

24/04/2012 in Actualité

Guérilla sociale et guérilla artistique : Débats et tables rondes en prélude au spectacle “J’embrasse le Monde”


Les 25, 26 et 27 avril 2012 à la Fonderie Kugler, se tiendra un colloque

afin de questionner l’engagement citoyen, les luttes sociales et leurs interfaces avec l’action artistique aujourd’hui face à la crise.

 

 

 

Programme du colloque


Mercredi 25 avril
17h00 ouverture des portes (soirée placée sous le regard de Ramzi Ghorch, peintre)
17h30-19h Conférence gesticulée Juliette Ryser : « Détournement de fond »
19h-19h45 Conférence de Philippe Corcuff : « Repenser mélancoliquement la critique sociale émancipatrice,

à l’écart des séductions de la nostalgie, des pièges du manichéisme et des illusions de l’immédiateté »
19h45-20h30 pause gastronomique
20h30-22h10 Film « A la vie à la mort » de Robert Guédiguian
22h10 Table ronde : « Les gens de peu sont aussi des héros » avec Philippe Corcuff, Christophe Otzenberger,

Bernard Sasia et Manuela Salvi
22h45 Sophie Solo Chansons militantes


Jeudi 26 avril
17h30 ouverture des portes
18h00 Exposé Sterenn Lebayle « Abstention, insoumission civique, création politique»
19h-19h45 conférence de Micky Zimmerman : « Retour sur investissement, croissance sur la misère »
19h45-20h30 pause gastronomique
20h30-22h Film « Fragments sur la misère » de Christophe Otzenberger
22h Table Ronde : « Luttes sociales et dignité » avec Christophe Otzenberger, Bernard Sasia, Philippe Corcuff, Christophe Gallaz, Micky Zimmermann et
Manuela Salvi
22h45 Christophe Gallaz, Souphiene Amiar , Loulou, José Ponce, Malou, lectures textes théâtre engagé et slam


Vendredi 27 avril
18h30 ouverture des portes
19h-19h45 conférence de Mathieu Menguini : « De l’art et de l’agora. Politique de la création,citoyenneté de la réception »
19h45-20h30 pause gastronomique
20h30- 22h00 Film « Rosetta» de Jean-Pierre et Luc Dardenne
22h-22h45 Table ronde : « Témoignages de pratiques » avec Matthieu Menghini, Anne Bisang, Martine Paschoud et Cécile Dalla Torre
22h45 concert performance Greta Gratos

Information complémentaires :

Technique: Michel Zurcher Décors: Florence Magni Remerciements: Librairie Le Rameau d’Or Saveur Bretagne Traiteur Crêpier (www.saveurbretagne.com) Uvavins

Soutien

Département de la Culture et des Sports de la Ville de Genève Fondation Göhner Stiftung

FPLCE – Fondation pour la promotion de lieux pour la culture émergente

 

 

                                                                               ***********************************
Occupygeneva

par Les Indigné-e-s

1er Mai aux Bastions!

24/04/2012 in Actualité

 

 

Bonjour à tous,

Voici les prochaines dates importantes pour le mouvement Occupy Geneve:

Le 1er Mai nous seront présent aux parc des Bastions à l’occasion de la fête du travail! Venez discuter avec nous autour d’une bière. De la documentation sera mis à votre disposition et nous serons là pour répondre à vos questions.

le 15 Mai marquera le retour des Assemblées générales de quartier. Celle-ci aura lieu à la maison des association et portera sur le thème « y’a t-il une éthique dans les caisses de fond de pension? »

Nous pouvons déjà vous annoncer les intervenants suivants:

Roby Tshopp (www.Actares.ch- actionariat pour une économie durable)
Caroline Shum (www.nest-info.ch- caisse de pension éthique et durable)
Un représentant de www.apres.ch (Chambre d’économie sociale et solidaire)
En attente de confirmation confirmation:
Mr. David Hiler (Conseiller d’état en charge des finances du canton de Genève)

Nous posterons l’affiche de l’événement et toutes les informations supplémentaire dans le courant de la semaine prochaine.

Pour finir nous vous rappelons nos réunions de la semaine:

Assemblées générale:

Mardi 20h00 au squat du 10 bis (quartier des grottes)

Jeudi 20h00 Maison des associations (dans le local d’Attac et des Amis du Monde diplomatique)

Samedi 14h00 Parc des Bastions (devant le mur des réformateurs)

Réunions du groupe de travail « Économie, Inégalités sociales, Paradis fiscaux »:

Maison des associations (dans le local d’Attac et des Amis du Monde diplomatique)

Les jeudis pairs de chaque mois de 18h à 20h

(illustration: Clémentine Gilliéron)

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:13

Publié par Poetes Indignes le 24/04/2012

 

Il y a encore quelques années, ils appartenaient à la classe dite « moyenne ». Mais une société de consommation plus agressive que jamais a fait chuter les plus fragiles. Comment et pourquoi la précarité a-t-elle gagné les personnes qui ont un travail ? Fondé sur l’enquête de Barbara Conforti, ce documentaire réalisé par  Pascal Catuogno, grand reporter et journaliste d’investigation, se présente comme une radiographie d’un phénomène social alarmant.

 

 

 

 

 

 

 


http://poetesindignes.wordpress.com/2012/04/24/doc-integral-je-travaille-mais-je-suis-pauvre/

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:01

 

 

[Resf30-info] VOL SPECIAL : 25 AVRIL 2012 à 20 H

RESF-Nîmes et la Cimade-Nîmes organisent un débat après la projection du film de Fernand MELGAR "Vol Spécial"

le 25 avril 2012 au cinéma le Sémaphore à Nîmes, 25 rue Porte de France.
La projection du film commencera à 20 H.

Après "La Forteresse"- Léopard d'Or au Festival de Locarno en 2008, Fernand Melgar porte son regard vers la fin du parcours migratoire : au centre de détention administrative de Frambois en Suisse, des hommes sont emprisonnés dans l'attente de leur expulsion.
A lire en particulier l'article de Nicolas Tavaglione " L'étrange rayon X de Monsieur Melgar" Le courrier du 06/04/2012 et à écouter ( seulement 3 mn) la belle chronique de Philippe Meyer sur France-Culture le 02/04/2012, en cliquant sur le lien suivant : www.volspecial.fr ( aller à liens : Vol spécial, puis Vol spécial : le webdoc ; vous y trouverez bien d'autres choses encore !).
 
Ici, à Nîmes, nous avons un centre de rétention administratif dans lequel sont "retenus" des hommes, des femmes, des familles avec enfants, qui, pour la très grande majorité, n'ont commis aucun délit et à qui on reproche de n'avoir pas de titre de séjour.
Des intervenants au centre de rétention administratif de Nîmes, de la Cimade et de RESF, animeront la soirée.
Venez nombreux pour cette soirée.

Prévente des places au cinéma Le Sémaphore, à partir du jeudi 19 avril 2012.
Pavel
à diffuser largement autour de vous, merci.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 20:55

La délation s'adapte aux nouvelles technologies en Catalogne. Le conseiller catalan d'Intérieur Felip Puig vient d'ouvrir un site web encourageant à la dénonciation de personnes présumées coupables de violences urbaines lors de manifestations. 

Déjà connu pour son hostilité aux mouvements sociaux - il est notamment responsables des violentes charges contre les Indignés de la Place Catalogne de Barcelone en mai dernier, Felip Puig franchit un nouveau pas avec ce site pompeusement intitulé "Collaboration citoyenne contre la violence urbaine".

Des photos de 68 personnes présumées coupables de divers actes de vandalisme (attaques à des banques, incendie de containers, etc.) durant la journée de grève générale du 29 mars dernier, y sont exposées. Trois photos sont disponibles pour chaque individu, une en premier plan, une autre en plan moyen et la troisième est censée montrer la personne en train de comettre un acte de vandalisme. Le gouvernement invite les citoyens à apporter tout élément permettant d'identifier ces personnes.

L'ouverture de ce site a lieu 24h après qu'une association de prévention de la torture a accusé Felip Puig de favoriser l'impunité policière. Les policiers antiémeutes omettent systématiquement leur numéro d'identification lors de leurs interventions.

Si les actes de vandalisme lors de la journée de grêve générale sont indéniables, ils ne concernent qu'une minorité des millions de grévistes qui sont descendus dans la rue mais les gouvernements catalan et espagnol exagèrent leur importance pour justifier un durcissement du code pénal, au moment même où ils appliquent des plans d'austérité draconiens.

Le ministre de l'Intérieur Jorge Fernández Díaz a récemment annoncé que la résistance passive (par exemple lorsque des manifestants se tiennent par les bras pour éviter d'être évacués) serait considérée comme une atteinte à l'autorité. Un nouveau délit d'obstruction aux services publics serait créé, pour répondre aux actions de blocage. L'instigation à des manifestations violentes à travers les réseaux sociaux par exemple, serait punie de la même façon que l'appartenance à une bande criminelle.

De son côté, Puig a promis d'augmenter les effectifs de la police antiémeute, d'installer de nouvelles caméras de vidéosurveillance et envisage une législation permettant la modification du parcours des manifestations.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:31

 

 

 

L'Islande a terminé l’année 2011 avec une croissance économique de 2,1% et devrait, selon les prévisions de la Commission européenne, atteindre le taux de 2,7% en 2013 grâce principalement à la création de nouveaux emplois. 

L'Islande est le seul pays européen qui a rejeté par référendum le sauvetage des banques privées, laissant s’effondrer certaines d’entre elles et jugeant de nombreux banquiers pour leurs crimes financiers mais curieusement les médias français et européens n’en parlent pas ou très peu…


Il n’y a pas de censure officiellement dans les médias presse, radio ou télé mais les journalistes et experts de tous bords, si prompts à parler de ce qui se passe en Egypte, en Lybie ou en Syrie, ne disent absolument rien sur ce qui se passe en Islande. En a-t-on parlé dans les nombreux débats politiques en vue de l’élection présidentielle ? A-t-on vu des images à la TV ? Bien sûr que non car les citoyens européens pourraient avoir la mauvaise idée de s'en inspirer...

 

En Islande, le peuple a fait démissionner un gouvernement au grand complet. Les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu’elles avaient contractée auprès de banques en Grande Bretagne et en Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière.

 

- 2008 : Les banques Glitnir, Landsbankinn et Kaupthing sont nationalisées pour éviter leur faillite plutôt que d’injecter inconditionnellement des capitaux publics, comme en Espagne ou dans les autres pays européens. L’ensemble des dettes de l’Islande égale alors 9 fois son PIB. La monnaie s’effondre et la bourse suspend ses activités après une baisse de 76%.

 

- 2009 : Le FMI, comme à son habitude, exige, en échange de mesures dites "d’ ajustement" des coupures dans les dépenses sociales qui provoquent la colère de la population, la chute du gouvernement et la convocation d’élections anticipées.

 

La gauche remporte la majorité absolue, provoquant l’effondrement du Parti de l’Indépendance, un parti conservateur qui était traditionnellement la force dominante dans le pays et qui ne conserve que 23,7% des voix. Johanna Siguroardottir est choisi pour diriger le gouvernement réunissant des sociaux-démocrates et les écologistes de gauche.

 

La situation économique désastreuse du pays persiste. Par le biais d’une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette et un paiement de 3.500 millions d’euros, montant devant être payé mensuellement par toutes les familles islandaises pendant 15 ans à un taux d’intérêt de 5%. Mais le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.

 

- Janvier 2010 : Le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu’il y aura une consultation populaire.

- Mars 2010 : Le référendum a lieu et le Non au paiement de la dette l’emporte par 93% des voix.

 

Pendant ce temps, le gouvernement essaie de régler juridiquement les responsabilités de la crise. Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent. Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays. Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution en vue de se substituer à l’actuelle qui est une simple copie de la constitution danoise.

 

Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain qui élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se présentent aux candidatures (condition : être majeur et avoir recueilli le soutien d’au moins 30 personnes).

 

- Septembre 2010 : L'ancien Premier ministre Geir Haarde est poursuivi pour négligence dans la gestion de la crise. Interpol émet également un mandat d’arrêt international contre l’ancien président de Sigurdur Einarsson.

 

- Février 2011 : L’assemblée constituante commence ses travaux afin de présenter, en partant des avis collectés dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le pays, un projet de Grande Charte.

 

- Mars 2011 : Suite à quelques critiques concernant la faible participation (36%) pour nommer les membres de l’assemblée constituante, le Premier ministre, en accord avec les chefs des principaux partis représentés au Parlement, met sur pied un comité consultatif pour poursuivre la révision de la constitution. Ce dernier propose au Parlement de nommer un « Conseil constitutionnel » constitué des 25 membres de l’Assemblée constitutionnelle dissoute.

 

- Avril 2011 : Les citoyens disent de nouveau Non à un second référendum sur le paiement de la dette, après que le président islandais Olafur Ragnar Grimsson ait refusé de contre-signer la loi du 16 février 2011 (connue sous le nom de « troisième loi Icesave »). Le nouveau gouvernement de centre-gauche assurait en effet que le nouvel accord Icesave avait été mieux négocié que le précédent mais la population islandaise maintient son refus d'être mise à contribution pour la faillite de banques jugées irresponsables.

 

- Juillet 2011 : Sur la base des rapports du Comité constitutionnel et du Forum national (citoyens), le Conseil constitutionnel adopte à l’unanimité un projet de constitution qui est remis au Parlement le 27 juillet. Ce dernier, chargé d’amender le projet, s’est attelé à cette tâche à l’automne 2011 et les débats se poursuivent toujours.

 

 

Les principales propositions de la nouvelle Constitution


Sur un total de 114 articles et de 9 chapitres, on peut noter en particulier :

 

- Article 15  : Droit à l’information. Les informations et documents détenus par les autorités publiques devraient être disponibles sans exception et l’accès au public à tous ces documents devrait être garanti par la loi.

 

- Article 63 : Création d’un Comité de contrôle de la responsabilité du Gouvernement. Une enquête sur les mesures et décisions du Gouvernement peut être demandée par 1/3 des membres d’Althingi (parlement islandais).

 

- Article 65  : Droit à la consultation directe. 10% des votants peuvent demander un référendum national sur les lois votées par Althingi.

 

- Article 66 : Possibilité d’interpellation directe d’Althingi. 2% des électeurs peuvent soumettre une question au Parlement et un projet de loi peut y être déposé s’il est soutenu par 10% des électeurs.

 

- Article 90 : Formation du Cabinet. Le Premier ministre est nommé par le Parlement.

 

- Article 99  : Indépendance des tribunaux. L’indépendance des tribunaux doit être garantie par la loi.

 

- Article 105 : Autonomie des collectivités territoriales. Les sources de revenus des collectivités territoriales doivent être garanties par la loi, tout comme leur droit de déterminer l’utilisation de ces ressources.

 

La nouvelle constitution devrait être soumise à un référendum, avant le vote par le Parlement. Il devrait avoir lieu le 30 juin en même temps que l’élection présidentielle ou à l’automne.

 

L'Islande n’est certes qu’un petit pays de 320 000 habitants mais elle donne cependant une belle leçon de démocratie aux grands États de l’Europe et du monde. Songeons par exemple qu’en France, la réforme constitutionnelle de 2008 a été entièrement rédigée à l’Élysée et que les parlementaires ne l’ont adoptée qu’à deux voix près après avoir été soumis pendant des semaines à des pressions intolérables de la part du chef de l’État…

 

Photo Creative Commons : Islande par Septentria ((http://www.flickr.com/photos/septentria/2710030627/)

Lien direct article : http://reformeraujourdhui.blogspot.fr/2012/04/nouvelle-constitution-en-islande-la.html

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:26

http://poetesindignes.wordpress.com/2012/04/24/acta-leconomie-le-peuple-et-la-crise/

Publié par Poetes Indignes le 24/04/2012

 

L’ACTA pourrait court-circuiter les travaux de l’UE sur un “Brevet Unitaire Européen” qui est à l’étude, en mettant tous les brevets et droits d’auteurs dans le même sac, pour ensuite créer un “Marché Unique de la Propriété Intellectuelle” dans lequel tous ces droits de propriété intellectuelle (DPI) seraient échangés par portefeuilles entiers, contenant en mélange des  techniques agricoles ancestrales, les semences avec lesquelles les agriculteurs garantissent l’alimentation des populations, des plantes de la Jungle Amazonienne et leurs effets, des molécules sauveuses de vies selon leurs noms et le packaging dans lequel elles sont vendues, des chanteurs et chanteuses de musique vendus aux Majors, idem pour le cinéma, la télévision, l’information, la culture et Internet. À ce sujet il est bon de lire l’avis rendu par le CESE (Comité Économique et Social Européen) le 18 janvier 2012 à Bruxelles. Celui-ci, à 160 votes contre 3 (avec 7 abstentions…), a rejeté l’intrusion de l’ACTA en ce domaine, à plusieurs titres.

 

Il poursuit et complète les différentes lois et règlements qui ont été mis en place de par le monde (surtout le monde industrialisé) depuis une trentaine d’années pour encadrer et légiférer sur les DPI afin de favoriser les acteurs les plus puissants du secteur, tous issus du monde industrialisé, et formuler un avenir rentier pour ceux-ci, aux dépens de tous les autres. Négocié en secret hors contrôle de l’OMC, de l’OMPI et du Parlement Européen il est caduc dès sa présentation.

 

Il est provocateur dans son énoncé (comme tous les traités commerciaux du genre) car il présente les intérêts des plus riches comme précédant ceux des plus pauvres. Il est offensant car il prononce une présomption de culpabilité devant engager une surveillance permanente, avec les meilleurs outils que la technologie peut offrir, de tous et toutes les citoyens et citoyennes dans leurs activités privées ou professionnelles. Il est insultant car il propose des mesures répressives disproportionnées à l’encontre des contrevenants – plus de 90% de la population mondiale !: écoutez (en anglais) le Prof. Julian Kinderlerer en clôture d’une conférence du 11 avril 2012 au Parlement Européen à l’invitation du groupe S&D et du groupe ADLE :

 

« Lorsqu’une loi est enfreinte par l’ensemble de la population c’est la loi qui est stupide, pas le peuple. »

 

Le droit à une alimentation dont les sources et l’usage sont sous contrôle de leurs exploitants et consommateurs est la garantie de l’autonomie alimentaire des peuples. Il est hors de question de la brader sur un marché d’échanges.

 

Le droit à une hygiène sanitaire à prix modique, à la non-discrimination devant l’accès aux soins sont la garantie d’une harmonie sociale entre les générations et aux travers des frontières. Il est hors de question de la soumettre aux plus offrants.

 

Le droit au partage des idées dans des sociétés guidées par le respect de l’autre en un esprit d’égalité et de tolérance, tournées vers un partage accru et plus riche de ces idées pour l’ensemencement de l’avenir qui ne nous appartient pas est une nécessité pour le peuple qui veut oeuvrer au « Summum bonum » de l’Humanité, l’entretien et l’enrichissement de son bien commun.

 

Celui-ci ne se chiffre pas en monnaies sonnantes et trébuchantes, ce n’est pas un trésor dans une caverne de dragon ou une suite de numéros sur un relevé bancaire. C’est notre capacité à travailler et partager ensemble, notre créativité et notre résistance, notre adaptabilité aux défis que la vie nous présente.

 

L’agriculture serait-elle devenue une science si opaque que son devenir dût être mis entre les mains d’entreprises transnationales qui n’ont réussi qu’à défigurer la Terre et à mettre en péril nos santés ? Le don de soins doit-il être subordonné à l’industrie pharmaceutique, dont l’entretien des maladies est la seule ressource… ? Et finalement, pourquoi devrions-nous payer pour chaque partage d’oeuvres qui nous plaisent et éditées par des artistes qui n’étaient à une époque que des troubadours, saltimbanques, trouvères et autres amuseurs de cour ? Sachant que les artistes sont rémunérés à hauteur de 6 à 10% du montant de chaque échange, l’ACTA ne vise qu’à et n’aboutirait qu’à gonfler les poches des multinationales et de leurs actionnaires des secteurs concernés grâce à des ponctions sur l’innovation des hommes et des femmes des pays signataires de l’accord.

 

Comme ceux-ci ont un poids déterminant dans le volume des échanges internationaux c’est l’économie de ces secteurs au niveau mondial qui est mise en péril par l’ACTA. C’est un traité illégal par sa négociation, par sa formulation et son application qui sont a-démocratique, anti-concurrentielle et répressive envers les droits fondamentaux des citoyens du monde entier.

 

L’arsenal des moyens pour sa mise en œuvre est entre les mains – les serres – de ceux qui ourdissent son entrée en vigueur. Non seulement les procédures en termes de DPI sont trop complexes mais elles sont onéreuses ; ce qui implique que seuls les individus ou les entités possédant suffisamment de moyens financiers à même de leur payer des volées d’avocats soient en mesure de profiter de l’ACTA – leurs activités ne sont pas mises en péril puisqu’ils sont les plaignants ; les seuls à y perdre sont leurs concurrents ou les citoyen(ne)s qui partagent des productions tombant sous la coupe de l’ACTA.

 

Il n’y a jamais eu besoin d’un tel traité. Il y a cependant besoin de le rejeter : il y a même urgence… ! Tout autour du monde les manquements du système économique actuel, basé sur des technologies dépassées et un environnement de communication entièrement nouveau et définitivement latéral dans son organisation démontrent leur nocivité envers l’innovation, la créativité et l’harmonie des peuples.

Le peuple est client de ces entreprises ! Elles n’ont aucune loi à lui imposer mais n’ont qu’à subir la sienne ! Comme chacun et chacune sait, « le client est roi… »

 

Source: http://globalpresse.wordpress.com

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:20

 

Rue89 - Pascal Riché

Redchef
Publié le 24/04/2012 à 09h36

Après la « France qui se lève tôt » de 2007, voici donc le « vrai travail » de 2012. Nicolas Sarkozy entend le fêter le 1er mai, à l’occasion d’un très grand rassemblement :

« Le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail, mais la fête du vrai travail. »

L’idée est à peu près la même qu’avec la France qui se lève tôt : trier le bon grain de l’ivraie, les bons Français de ceux qui se lèvent tard, ou qui sont payés sans travailler (les « assistés ») ou qui font semblant de travailler (le « faux » travail, donc).

L’époque où il fallait être un « vrai Français »

L’expression a une petite odeur rance. D’où vient-elle ? Le NPA a mis les pieds dans le plat, pointant des « accents de Pétain ». Une époque où il fallait être un « vrai Français », où la devise nationale commençait par le mot « travail ». Ou le vrai travail était le travail de la terre, vraie elle aussi (elle ne « mentait pas »).


Appel aux travailleurs, discours du maréchal Pétain à Saint-Etienne, le 1er mars 1941 

Le NPA est-il coupable d’une facile « reductio ad petainum » du débat ?

Le maréchal Pétain est le premier dirigeant politique de droite qui ait tenté de récupérer le 1er mai. Ce jour-là était aussi la saint-Philippe ... Le 24 avril ( !) 1941, il a décidé de rendre férié cette journée-là, espérant rallier les ouvriers. Le 1er mai de cette année, il déclarait à ceux de Commentry (Allier) :

« Le 1er mai a été, jusqu’ici, un symbole de division et de haine. Il sera désormais un symbole d’union et d’amitié, parce qu’il sera la fête du travail et des travailleurs. Le travail est le moyen le plus noble et le plus digne que nous ayons de devenir maître de notre sort. »

L’églantine (rouge comme le sang des révolutionnaires et ouvriers) est alors remplacée par le muguet (blanc comme le lys).

Une fête de gauche tordue par l’extrême droite

Après la guerre, la fête est redevenue « républicaine » – le muguet a réussi à survivre, cependant. Mais le 24 avril ( ! !) 1988, au soir du premier tour de la présidentielle, Jean-Marie Le Pen a annoncé qu’il allait célébrer à sa façon le 1er mai, décrété « fête du travail et de Jeanne d’Arc », celle-ci étant dans la mystique de l’extrême droite, depuis toujours, l’incarnation de la résistance à l’étranger (Robert Brasillach, auteur apprécié par Jean-Marie Le Pen, écrivait dans Je suis partout, le 12 mai 1944 : « Jeanne appartient au nationalisme français dans ce qu’il a de plus réaliste, de plus profond et de plus attaché à la terre. »)

Depuis, chaque année, le FN organise ce rassemblement directement inspiré du pétainisme, donc. Marine Le Pen a repris la tradition : elle était l’an dernier la star de la fête, sur le podium installé au pied de la statue de la Pucelle, rue des Tuileries.

Une campagne qui empeste les années 40

L’odeur des années 40 est là, bien présente ; elle ne cesse d’empester cette campagne.

  • en février, un député a accusé le ministère de l’intérieur Claude Guéant de s’appuyer sur des idéologies qui ont conduit aux camps de concentration ;
  • le même mois, Claude Guéant a qualifié le FN de « nationaliste » et « socialiste », histoire de monter qu’il n’était pas le vrai méchant ;
  • puis Arno Klarsfeld, soutien de Sarkozy, a pris la défense de Guéant en accusant le FN d’avoir pour programme une réhabilitation du Maréchal.

Au secours, Pétain revient ! Ce n’est pas la faute de la mondialisation, de la « France qui souffre », de la « peur du déclassement » , des faiblesses du pouvoir d’achat ou de la montée du chômage... C’est la faute des réponses qu’apporte le pouvoir à toutes ces réalités. En glorifiant « l’identité nationale » et le « vrai travail », en affirmant que « toutes les cultures ne se valent pas », en se vantant de sa chasse chiffrée aux immigrés, il ne devait pas s’attendre à autre chose.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:13

 

 

LE MONDE | 24.04.2012 à 14h34 • Mis à jour le 24.04.2012 à 14h34

Par Editorial

 
 

Scènes de la barbarie ordinaire en Syrie : lundi 23 avril, des troupes gouvernementales en convoi blindé ont dévasté un quartier de Hama à la mitrailleuse lourde, fauchant une vingtaine de civils dans leur raid. La veille, un groupe d'observateurs des Nations unies, chargés de superviser le cessez-le-feu décrété le 12 avril et de préparer le déploiement de 300 bérets bleus supplémentaires, s'était pourtant rendu dans cette ville du centre du pays.

Ils s'étaient entretenus avec le gouverneur, un obligé du président Bachar Al-Assad, avant de rencontrer des partisans de l'opposition, sortis en masse pour les accueillir, et pour défier du même coup le régime de Damas. Le message n'a pas échappé au pouvoir, qui, en réaction à une embuscade de l'Armée syrienne libre (ASL) dans laquelle deux officiers ont été tués, a envoyé ses troupes en opération punitive.

Quels enseignements tirer de cette nouvelle poussée de violences, qui porte à près de 230 le nombre de civils tués depuis la proclamation du cessez-le-feu ?

Une évidence, d'abord : la trêve, que les diplomates occidentaux, sans craindre l'euphémisme, qualifient d'"incomplète", n'est jamais entrée en vigueur. Il y a une désescalade. Au lieu de recenser 50 à 100 morts par jour, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui tient cette sombre comptabilité, en dénombre moitié moins. Mais le sang n'a jamais cessé de couler.

Deuxième constat, le régime syrien n'a aucune intention de laisser ses opposants profiter du plan de sortie de crise de Kofi Annan pour se remobiliser. Ce plan, dont le cessez-le-feu est la première étape, impose le droit de manifester pacifiquement. Mais Damas ne permettra pas un retour aux grands cortèges populaires des débuts du soulèvement. L'hécatombe de Hama visait à dissuader ses habitants de redescendre dans la rue, et notamment sur la place Al-Assi, qui fut le théâtre, durant l'été, de gigantesques rassemblements anti-Assad.

La chance de Damas - et c'est le troisième enseignement -, c'est que le front uni de l'opposition s'est brisé sur la militarisation de la révolte. Au sein de l'ASL, une partie au moins des combattants sont opposés au principe du cessez-le-feu et concourent à son échec : 70 soldats réguliers ont ainsi été tués depuis le 12 avril, selon l'OSDH. Cette fraction de l'ASL espère par là passer plus rapidement à l'étape que les Etats-Unis et les pays européens rejettent pour l'instant : l'intervention militaire étrangère.

C'est sur ce champ de mines que les 300 observateurs de l'ONU vont être déployés à partir de la semaine prochaine. Si le nombre de victimes quotidiennes ne baisse pas dans les jours qui suivent, les gouvernements occidentaux devront choisir entre deux mauvaises options : maintenir la mission, au risque de laisser Damas l'utiliser comme paravent à sa politique de répression ; ou rapatrier les observateurs, tout en sachant qu'une guerre civile généralisée pourrait s'ensuivre.

Il reste quelques jours à Damas pour peaufiner son piège. Et guère plus aux Occidentaux pour trouver la parade.

Editorial

 

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 15:07

 

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 24.04.2012 à 13h55 • Mis à jour le 24.04.2012 à 16h19

 
 

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine a annoncé, mardi 24 avril, avoir été mis en examen pour blanchiment d'argent par les juges instruisant le volet financier de l'affaire Karachi.

"Ma mise en examen est inconstitutionnelle et je ne répondrai plus aux convocations des juges", a-t-il déclaré à sa sortie du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, dans le 9e arrondissement de la capitale.

Déjà mis en examen en 2011 pour complicité et recel d'abus de biens sociaux et faux témoignage, M. Takieddine a dénoncé "un acharnement ridicule" de la justice. "Allez chercher ailleurs", a-t-il lancé à l'adresse des magistrats instructeurs Roger Le Loire et Renaud van Ruymbeke, qui ont obtenu l'élargissement de leur enquête à de possibles faits de blanchiment aggravé de 1993 à mars 2012.

 

TAKIEDDINE ACCUSE NICOLAS SARKOZY

"Les juges évitent de chercher là où se trouve" le détournement d'argent, a-t-il ajouté, tout en jugeant par ailleurs suspect que sa convocation ait eu lieu entre les deux tours de l'élection présidentielle.

Ziad Takieddine s'en est par ailleurs pris à Nicolas Sarkozy - dont plusieurs proches sont mis en examen aussi dans ce dossier -, n'hésitant pas à s'adresser aux électeurs pour leur demander de le chasser de l'Elysée. "Je m'adresserai aux Français pour leur dire à qui ils vont avoir affaire s'ils ne font pas les choses qu'on leur offre de faire (...) : éradiquer ce système de corruption qui [les] mène depuis quelques années, depuis 1995, (...)  fortifié aujourd'hui", a-t-il dit aux journalistes.

Il a ainsi proposé aux électeurs de voter pour quelqu'un de "propre", sous-entendu François Hollande, pour lequel il avait déjà annoncé sa préférence auparavant. Il publiera des documents à l'adresse www.takieddine.fr pour "mettre la vérité en face des Français", a-t-il dit à Reuters.

Consulter l'infographie Comprendre l'affaire Karachi en trois minutes

L'avocate de M. Takieddine, Me Samia Maktouf, avait déjà soulevé la nullité du réquisitoire du parquet autorisant l'extension des investigations. "Il vise des faits supposés de blanchiment antérieurs à la loi de 1996, il est donc entaché de nullité", avait-elle déclaré en dénonçant "une procédure inique et un acharnement" contre son client.

Le juges Le Loire et van Ruymbeke enquêtent sur un éventuel détournement de commissions sur des contrats d'armement avec l'Arabie saoudite (Sawari II) et le Pakistan (Agosta) au profit de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995.  


 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 13:32

 

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 24.04.2012 à 14h01

 
 
Photo, prise le 18 mars 2009 à Tours, du nouveau compteur électronique "communicant", baptisé Linky.

 

UFC-Que choisir a lancé mardi une offensive contre le compteur électrique "intelligent" Linky, censé être déployé dans toute la France à partir de 2013. L'association de consommateurs a émis un recours auprès du Conseil d'Etat et une campagne d'information auprès du grand public pour excès de pouvoir contre l'arrêté de généralisation de Linky. Un arrêté qui a été publié en début d'année. L'association démonte plusieurs arguments en sa faveur, comme l'idée que son déploiement serait gratuit pour le consommateur, comme l'a promis le gouvernement l'an dernier.

Lire  notre éclairage "Linky, le nouveau compteur électrique qui crée des tensions"

Si le compteur ne sera pas facturé en tant que tel aux usagers, l'UFC estime que "l'ensemble des consommateurs" le paieront indirectement via le "tarif d'acheminement" (ou Turpe, un prélèvement sur les factures d'électricité censé financer l'exploitation et les investissements dans les réseaux électriques). Et rappelle au passage que le coût de sa généralisation est évalué à 4,5 milliards d'euros par ERDF (filiale d'EDF chargée de la distribution du courant).

 

 "BIEN PEU DANS L'INTÉRÊT DES CONSOMMATEURS"

"Ces compteurs sont bel et bien conçus essentiellement dans l'intérêt exclusif du gestionnaire de réseau et des fournisseurs d'énergie, et bien peu dans celui des consommateurs, en dépit des promesses", justifie l'assocation.

Linky vise à améliorer la gestion et l'usage des réseaux électriques, permettant notamment un suivi de la consommation en temps réel par les opérateurs et les usagers et le lancement de nouveaux services. L'an dernier, le gouvernement avait décidé que ce "compteur intelligent" serait déployé dans toute la France, avec 35 millions de boîtiers à installer après une expérimentation menée à Lyon et en Indre-et-Loire par ERDF.

Mais l'UFC estime que l'expérimentation n'a pas rempli les objectifs espérés, dénonce l'absence d'"affichage déporté" - c'est-à-dire d'un écran installable dans n'importe quelle pièce -, qui aiderait selon elle les particuliers à suivre réellement en direct leur consommation, et évoque une "privatisation de l'accès aux données essentielles de consommation".

 

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22