Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 18:38

 Dans Actualités AFP, le 11 Mai 2012 .

 

 

Quelques dizaines d'irréductibles manifestants, cousins des indignés espagnols, ont bravé un hiver rude et campent toujours au pied de la BCE, à Francfort, sept mois après. Leur "village" est le plus ancien de ceux installés dans des grandes villes d'Europe, mais la ville aimerait les voir partir.


Pour les touristes, c'est devenu un passage obligé. En plein centre de Francfort au pied de la BCE, impossible de rater le campement des indignés allemands. Une vingtaine de militants campent ici. Les nuits à moins quinze degré sous la tente en ont fait fuir une bonne partie cet hiver, mais pas Stefan. Et ses convictions n'ont pas changé:
- SONORE Stefan, sur place depuis l'hiver (en allemand, 8 sec):
"On en peut plus, on veut du changement et on ne se sent plus vraiment représentés pas les politiques élus"
La vie de cette petite communauté s'est peu à peu organisée. Canapés et fauteuils récupérés améliorent L'ordinaire. La cuisine est faite à tour de rôle, et une "cyer-tente" permet de tisser des liens avec les Indignés du monde entier.
Les militants ont été rejoints par des sans abri et des chômeurs, qui y trouvent un abri et aussi un contact humain
- SONORE sans abri (en allemand, 8 sec):
'Je me sens un peu plus libre, car je sais que je n'ai pas la pression du loyer à payer et ça aide un peu, quand cette pression s'en va'
Dans une capitale financière allemande tirée au cordeau, les indignés soignent leur image. Même l'électricité et l'eau sont payées dans les règles. Un respect qui explique la longévité du camp
- SONORE Mike, sur place depuis le 1er jour (en allemand, 12 sec):
"Ce rassemblement est enregistré à la mairie et nous n'avons aucun problème avec la police.. Du moins beaucoup moins que dans d'autres pays"
Malgré tout, après sept mois, la ville commence à perdre patience, et met la pression pour les faire partir . Convaincus que la crise leur donne raison, Ecoeurés par le pouvoir des banques et de l'argent, les indignés n'ont eux aucune intention de lever le camp.
SHOTLIST
IMAGES TOURNEES LES 10 ET 11 MAI 2012 A FRANCFORT (ALLEMAGNE)
(Source: AFPTV)
- Divers plans du campement des indignés devant le siège de la BCE
EXTRA-RUSHES (52 sec)
////
--------------------------
DEPECHE AFP DE CONTEXTE
Dette-finance-économie-social-manifestations-BCE,PREV
Les "indignés" allemands campent depuis sept mois au pied d'une BCE honnie (ACTUALISATION, REPORTAGE)
Par François BECKER
=(PHOTO+VIDEO)=
FRANCFORT, 11 mai 2012 (AFP) - Après un hiver glacial, les quelques dizaines "d'indignés" qui campent depuis sept mois à Francfort, au pied d'une Banque centrale européenne (BCE) honnie, affichent une fierté d'anciens combattants et l'espoir de voir leur mouvement refleurir avec le printemps.
"En Europe, nous sommes le seul camp important installé depuis aussi longtemps", relève Thomas, l'un des porte-parole désignés du groupe "Occupy Frankfurt", qui comme beaucoup, ne décline pas son nom de famille.
A Londres, Madrid ou New York de l'autre côté de l'Atlantique, les camps des "Occupy", label mondial qui regroupe des "indignés" bien décidés à défendre leurs idées en occupant des lieux publics, ont déjà été démantelés.
Mais, à Francfort, capitale financière de l'Allemagne et ville de la monnaie unique européenne, ces militants anticapitalistes et leur "Place de la révolution multicolore" se sont incrustés sur les photos souvenir des touristes.
La pression est montée vendredi, la ville leur ayant pour la première fois enjoint de plier bagage, au moins temporairement, le 16 mai.
Décision digne d'un pays comme la Russie "où chaque manifestation démocratique jugée politiquement incorrecte est interdite", s'est empressé de réagir un autre porte-parole, Martin Behrshing.
Pour l'instant, impossible de manquer le village d'une cinquantaine de tentes qui serpente le long d'une promenade plantée et les banderoles accrochées au symbole de la ville, une effigie de l'euro haute de 15 mètres.
Par un bel après-midi de mai, une campeuse vêtue d'une robe ample déambule pieds nus sur le gazon, tandis qu'un groupe de cinq punks discutent, assis sur des canapés.
T-shirt gris, jean et liseuse Kindle à la main, Luke Slater, 21 ans, est l'un des plus jeunes, présent depuis le 1er jour. Le camp "prouve que l'on peut vivre en communauté, travailler tous ensemble", déclare ce Canadien, parti sac au dos découvrir l'Europe, et qui a connu les nuits à -15 degrés de l'hiver francfortois.
"Je suis heureux ici même si ce n'est pas toujours facile de tout garder en ordre", ajoute-t-il. Les tentes sont groupées autour d'un espace cuisine et salon, meublé de fauteuils de récupération, et d'une "tente IT" avec accès à internet.
"C'est comme dans un appartement, tes voisins peuvent te rendre fou", résume-t-il.
Après l'euphorie des débuts, le 15 octobre, où plus de 5.000 militants s'étaient réunis, le soufflé est retombé, et ces fameux voisins ont bien changé.
Les campeurs, au nombre de 100 à 150 avant l'hiver, ont pour la plupart plié bagage. Restent aujourd'hui une vingtaine de militants, ainsi qu'une cinquantaine de personnes sans-abri qui y ont trouvé refuge.
Sur place depuis décembre, un Portugais de 23 ans qui se fait appeler "The Spirit", est là car il "n'avait pas d'appartement". "Je suis pour plus de paix, plus d'harmonie, et d'unité", explique-t-il, s'excusant de ne pas pouvoir argumenter plus "clairement", contrairement à ses amis militants.
Les campeurs rencontrés se réjouissent des liens tous azimuts qu'ils ont pu tisser, entre militants anti-frontières, anti-capitalistes ou défenseurs de la cause animale.
Le secret de la longévité du camp? "Nous sommes pacifiques et coopérons avec les autorités", se réjouit Thomas Drillich, un informaticien en congé longue maladie, qui passe ses journées sur le camp mais n'y dort pas.
Depuis le retour des beaux jours, les campeurs nettoient leur domaine. Une benne a retiré le gros des déchets, un potager "anti-Monsanto" est en cours de plantation.
Les organisateurs ont interdit la consommation d'alcool sur place, l'électricité et l'eau sont payés grâce aux dons, et la municipalité contrôle régulièrement l'état des lieux.
fbe/oaa/mr  
----------------
FIN

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 16:52

Publié par Poetes Indignes le 20/05/2012

 

 

 

Voici un reportage nous montrant les dangers de l’uranium et du thorium à des fins militaires. Ceci se passe chez nous, en Europe avec des tirs d’entrainements; alors imaginez quelles sont les conséquences en Irak, au Liban et ailleurs où nous avons utilisés ces métaux lourds. Un véritable scandale que veulent éviter les militaires, les états et même l’OTAN.

 

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 16:47
lefigaro.f - AFP Mis à jour le 20/05/2012 à 18:40 | publié le 20/05/2012 à 18:38  

Les "indignés" du collectif "Occupy Frankfurt" ont retrouvé cet après-midi leurs tentes devant la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort, après en avoir été chassés par la police quatre jours durant, pour des raisons de sécurité.

"Depuis dimanche 13h le camp est de nouveau occupé" a déclaré Thomas, un sympathisant de l'organisation, qui comme beaucoup de ses membres ne donne pas son nom de famille. "Nous avons l'autorisation de camper jusqu'à mercredi, mais les discussions avec la ville vont reprendre dès demain pour obtenir une prolongation" a-t-il ajouté. "Après tout ce qu'il s'est passé ces derniers jours, je n'imagine pas que la ville va nous la refuser", a-t-il encore estimé.

Pour la première fois en 7 mois de présence, les quelque 80 résidents du camp avaient été évacués par la police mercredi dernier -contre leur gré et sous l'oeil des médias- le temps de quatre journées de manifestations d'un collectif plus large d'organisations anti-capitalistes baptisé "Blockupy".

A l'exception d'un défilé samedi dans le centre-ville ayant réuni plus de 20.000 personnes, toutes les manifestations prévues de mercredi à vendredi avaient été interdites par la mairie et par la justice. "Blockupy" avait appelé à bravé ces interdictions, conduisant à plusieurs centaines d'interpellations par la police. Tous les rassemblements, étroitement encadrés en permanence par environ 5000 policiers, se sont toutefois déroulés sans incident notable.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 16:35

 

euronews - 19/05 23:53 CET

 

metro-Madrid.jpg

 

Le metro devenu un produit de luxe à Madrid ? C’est en tout cas ce qu’en disent avec humour ces manifestants, qui ont revêtu leurs plus beaux atours pour protester contre l’augmentation de 30 % du prix des tickets de métro. Le carnet passant de 9,30 euros à douze euros.

“je veux qu’ils sachent que notre salaire n’est pas suffisant, nous ne pouvons pas vivre avec le salaire minimum. Avec l’augmentation du prix des transports, nous ne pouvons pas joindre les deux bouts” explique une jeune femme.

“A la lumière de cette augmentation assez considérable du prix du trajet, en tenant compte du fait que voyager c’est maintenant un luxe digne de l’Orient Express, nous nous sommes habillés en conséquence”, dit un autre.

Une action pacifique, humoristique et originale, qui n’aura peut être guère d’effet… Peu de chances que les prix baissent, mais le mérite d’attirer l’attention et de fédérer la population.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Espagne
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 15:44



 
Lancement de l'agenda en ligne
"Démosphère Gard & Cévennes"
l'agenda alternatif local et politique haut en couleurs !
Débattre-PenserFaire-Créer -- Lutter-Résister-- Festoyer
Vous voulez signaler un événement et que la bonne nouvelle se répande comme une traînée de poudre ?
Saisissez le facilement en cliquant http://gard.demosphere.eu/proposer-rendez-vous
ou envoyez un mail avec le titre, la date, l'heure, le lieu de l'événement à contact@gard.demosphere.eu
Adoptez Démosphère Gard & Cévennes qui ne vivra qu'avec nous tous !
(*) excusez svp les envois de ce message en double
 
On en parlait depuis quelque temps...Démosphère Gard & Cévennes est enfin arrivé !
Démosphère Gard et Cévennes est le nouvel "agenda des luttes et des actions locales" qui permettra aux habitants du Gard et des Cévennes de se rencontrer et d'agir, créer, débattre, lutter, penser, résister, festoyer... pour inventer la société de demain (voir Plus d’infos - qui sommes nous ? : http://gard.demosphere.eu/qui-sommes-nous).

Il s'ajoute à la quinzaine d'autres agendas Démosphère créés après celui de Paris, une référence dans le mouvement social et alternatif et notamment utilisé par le journal Politis (http://www.politis.fr/-L-agenda-militant-.html)

Démosphère Gard et Cévennes permet d'abord de s'informer à chaque instant en toute simplicité et élégance (merci aux créateurs bénévoles du site !). Il permet aussi et surtout à chacun-e d'informer les autres, de proposer des rendez-vous, c’est un outil entièrement participatif.
Les rendez-vous doivent porter sur un sujet "politique" au sens très ouvert de toute forme de conscience de notre vie sociale, être ouvert à tous-tes sans distinction, permettre à chaque participant de s'exprimer, être porteur d'un message de "progrès social, humain et écologique" (voir tous les critères de publication : http://gard.demosphere.eu/charte).

Pour proposer un rendez-vous :
-- envoyez l'information par mail à : contact@gard.demosphere.eu. Pour faciliter la publication, indiquez clairement un titre explicite de l’événement, la date et l’heure, le lieu. Vous pouvez également envoyer des pièces jointes (affiches) ou des références web de l’événement, du texte.
-- utilisez aussi si vous le voulez le formulaire de saisie disponible par le bouton vert « Proposer un rendez-vous » sur la page d'accueil (http://gard.demosphere.eu/proposer-rendez-vous). La saisie est simple. Utilisez les outils de recherche de lieux pour faciliter la géo-localisation de l’événement.
Vos envois seront publiés rapidement par l’équipe Démosphère.

Adoptez Démosphère Gard & Cévennes qui ne vivra qu'avec nous tous !
...diffusez ce mail à toutes les personnes ou organisations susceptibles d’être intéressées par cet outil,
...publiez un lien vers Démosphère Gard & Cévennes sur votre site (http://gard.demosphere.eu/faites-connaitre),
...rejoignez l’équipe Démosphère Gard & Cévennes pour le travail éditorial et la veille. Pour tout contact : contact@gard.demosphere.eu

Bonne et heureuse convergence !
Démosphère Gard et Cévennes est une initiative de plusieurs associations réunies au sein du Forum Social Local du Gard http://fsl30.blogspot.fr/

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 15:42

 

| Par La rédaction de Mediapart

De notre envoyée spéciale à Chicago.


Plusieurs milliers de personnes – 2 500 selon la police locale – ont défilé dans le calme, samedi à Chicago, à la veille du sommet de l'Otan, à l'appel de la coalition antiguerre mais aussi des indignés et des opposants aux politiques néolibérales (voir leur site internet). « Réveillez-vous, nous voulons la liberté ! Dites aux banquiers que nous n'avons pas besoin d'eux », chantaient les manifestants, reprenant un des thèmes du mouvement Occupy Wall Street.

Ils protestaient à la fois contre la tenue du G8 qui se tenait à Camp David, à 100 km de Washington, et contre le sommet de l'Otan, organisé à Chicago, dimanche et lundi. Plus d'une soixantaine de pays y seront représentés pour discuter notamment de l'engagement militaire en Afghanistan.

Samedi soir à Chicago, les forces de sécurité étaient omniprésentes dans le centre-ville et l'une des plus célèbres avenues de la ville était bloquée à la circulation.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 15:33
| Par Lénaïg Bredoux

 

De notre envoyée spéciale à Chicago.

À Francfort, ils étaient plus de 20 000, samedi, à manifester contre l’austérité. « Quand l’injustice devient la règle, la résistance devient un devoir », proclamait une pancarte. Ils étaient quelques milliers à Chicago, la ville de Barack Obama, à la veille du sommet de l'Otan. Les dirigeants du G8 – le club regroupant les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Allemagne, le Japon, la Russie et le Canada – étaient, eux, retranchés à Camp David, à l’abri derrière un impressionnant dispositif de sécurité, dans la résidence de campagne des présidents américains.

 

Manifestation contre l'austérité samedi à Francfort (Allemagne) 
Manifestation contre l'austérité samedi à Francfort (Allemagne)© Reuters

Sous un grand soleil, et dans un cadre champêtre, ils ont défilé devant la presse pour se féliciter – comme à chaque édition – du compromis trouvé après plusieurs séances de travail en petit comité. Sur le fond, les questions économiques y ont pris une large place et le G8 a appelé à soutenir la croissance mondiale, tout particulièrement dans la zone euro, et à y conserver la Grèce (lire ici le communiqué dans son intégralité). Un motif de satisfaction pour le président français qui a fait de la croissance un des axes majeurs de sa campagne.

Mais, tel un commentateur politique, François Hollande a aussitôt relativisé les résultats devant la presse : « Pour rédiger un communiqué, des compromis, des formules doivent être forcément rédigées. Et chacun peut y trouver, c’est le propre de ces sommets, ce qu’il considère comme essentiel : les uns, le rappel de la consolidation budgétaire, d’autres, les réformes structurelles, pour ce qui me concerne, la croissance. Ce qui fait que, souvent, à la fin de ces réunions tous ceux qui s’expriment devant la presse disent qu’ils ont obtenu un grand succès. »

Hollande, lui, a indiqué qu’il ne voulait pas « jouer de ce registre ». Avant de se dédire aussitôt : « En revanche, il apparaît d’évidence que la croissance a été le grand sujet de ce G8. » Le président français, qui a, sur la forme, parfaitement maîtrisé l’exercice, s’est aussi félicité que figure dans le communiqué final la mention d’une nécessaire recapitalisation des banques. Il s’était déjà inquiété, la veille, à Washington, de la santé des banques espagnoles qu’il voudrait voir recapitalisées via le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Quant à la Grèce, le G8 a fermé la porte à un « grexit », – contraction de Grèce et exit inventée par les opérateurs de marché – que le ministre des finances allemand Wolfgang Schaüble et la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, ont semblé encourager cette semaine. Mardi soir, à Berlin, Hollande et Merkel avaient déjà affirmé leur souhait de voir Athènes rester dans l’euro. Mais « dans le respect des engagements pris », précise le G8. Pas question donc d’évoquer une remise en cause, ni même un assouplissement des mesures d’austérité, rassemblées dans un memorandum signé avec « la Troïka » (Commission européenne, BCE, FMI) majoritairement rejeté lors des élections législatives, il y a deux semaines.

« C’est un club de riches et de puissants »

 

Les dirigeants du G8 à Camp David 
Les dirigeants du G8 à Camp David© Reuters.

Interrogé sur le sujet, François Hollande s’est lancé samedi dans explication alambiquée : « Les engagements doivent être tenus. Mais j’ai ajouté que si nous voulons que la Grèce puisse honorer ses engagements, nous devons accompagner la croissance, ce qui suppose des mesures qui ne sont pas une remise en cause des obligations qui pèsent sur la Grèce, mais qui permettent aux obligations d’être facilitées. » Plus tôt dans la journée, le chef de l’État avait plus clairement indiqué que « la Grèce reste dans la zone euro mais doit être accompagnée par l'Europe pour stimuler sa croissance ».

Le président français a par ailleurs marqué une légère différence de ton avec la chancelière Angela Merkel, et insisté sur le respect de la liberté de vote des Grecs. Un tacle indirect aux rumeurs de référendum exigé par Berlin lors du nouveau scrutin prévu en Grèce le 17 juin.

Mais en réalité, Hollande et ses camarades du G8 espèrent que les partis favorables au memorandum, le Pasok et Nouvelle démocratie, sortent vainqueur du prochain scrutin. Candidat à la présidentielle, il ne s’était jamais opposé frontalement aux plans d’austérité imposés au Sud de l’Europe, tout comme il n’avait jamais remis en question les objectifs de réduction des déficits publics en France. Il craint aussi que toute déclaration divergente ne provoque une tempête sur les marchés et… la colère de Merkel. François Hollande ne veut pas non plus sembler donner raison à la gauche radicale grecque. Un scénario qui inquiète les gouvernements de droite ou de coalition, en Espagne et en Italie. Or, le président français mise sur le soutien de ces deux pays lors du conseil européen informel du 23 mai, avant le rendez-vous officiel de fin juin.

Samedi, Hollande a fait plusieurs appels du pied à l’Italien Mario Monti. « C’est vrai que la dimension de croissance a été largement soutenue (au G8 – ndlr), et pas simplement par le président Obama ou moi-même, mais par d'autres participants comme Mario Monti », a-t-il déclaré. Il a également promis qu’il présenterait ses propositions détaillées le 23 mai : « Dans ce paquet, il y aura les eurobonds, et je ne serai pas le seul à les proposer », a-t-il ajouté. Hollande, Merkel et Monti sont convenus de se réunir à Rome pour préparer le conseil de fin juin. Quant à Mariano Rajoy, le premier ministre espagnol, François Hollande pourrait le recevoir à déjeuner mercredi, avant la réunion de Bruxelles.

Quelques heures après son entretien avec Barack Obama vendredi, une journaliste avait rappelé à François Hollande une phrase qu’il avait prononcée en 2003 dans le JDD à propos du G8 : « C’est un club de riches et de puissants, qui émet des vœux et invite parfois à sa table les plus pauvres sans rien changer aux déséquilibres du monde. » Neuf ans plus tard, le socialiste rétorque : « Il y a une différence, c’est que j’y suis maintenant. Ce qui peut me permettre, si j’en faisais le même constat, de faire bouger les choses. » Pas sûr que les manifestants de Francfort ou de Chicago, les Grecs, les Espagnols et les Italiens étouffés par l’austérité, en soient encore convaincus.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 12:47

 

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 17.05.2012 à 14h49 • Mis à jour le 20.05.2012 à 12h39

Par Florence Rosier

 
 
Les épandages aériens sont interdits par une directive européenne de 2009, mais un arrêté du 31mai 2011 autorise les préfets à accorder des dérogations, notamment pour les plantations arboricoles.

Il s'agit d'une étude pilote menée chez 40 enfants, mais ses résultats sont jugés "inquiétants" par le professeur Philippe Grandjean, épidémiologiste, spécialiste de médecine environnementale à l'Institut de santé publique du Danemark et à l'Ecole de santé publique d'Harvard (Boston, Etats-Unis).

Selon les données préliminaires de l'imagerie cérébrale recueillies chez de jeunes garçons et filles âgés de 6 à 11 ans, en effet, un pesticide organo-phosphoré très utilisé à travers le monde, le chlorpyriphos-éthyl (ou chlorpyrifos ou CPF), aurait un impact persistant sur la structure du cerveau des enfants qui, in utero, ont été exposés à des niveaux élevés de ce produit - parce que leur mère a, durant sa grossesse, inhalé cet insecticide, consommé des aliments pollués par celui-ci, voire été contaminée par l'absorption du produit à travers la peau. Le chlorpyriphos est présent dans de nombreux pesticides utilisés en agriculture, mais aussi dans des produits à usage domestique pour les pays qui n'en ont pas interdit l'usage.

Publiée en ligne, le 30 avril, dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), cette étude a été présentée, le 15 mai, lors de la conférence internationale "Programmation prénatale et toxicité" qui se tenait à Paris. L'enjeu : comprendre comment les expositions à des substances chimiques variées durant la grossesse ou les premières années de vie peuvent affecter les fonctions de l'organisme, voire occasionner des maladies (cancers, diabète, obésité...) qui surviennent parfois des années ou des dizaines d'années plus tard.

TROUBLES NEUROCOGNITIFS

"L'amincissement du cortex cérébral que nous observons chez ces enfants, notamment, n'est pas une bonne chose, souligne le professeur Virginia Rauh, principal auteur de ce travail réalisé à l'université Columbia (New York). Surtout lorsqu'on sait que l'épaisseur du cortex est également diminuée dans des affections neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer." Selon cette épidémiologiste, les anomalies cérébrales trouvées chez ces enfants pourraient être associées à des troubles neurocognitifs ou neuropsychologiques durables. Les niveaux d'exposition qui montrent ces effets neurotoxiques correspondant à des usages courants.

 

Pour retracer le niveau d'exposition des foetus, l'équipe new-yorkaise a regardé les taux de CPF dans le sang du cordon ombilical, qui donne une idée des taux d'exposition durant les dernières semaines de grossesse. Ces données étaient issues d'une cohorte de 369 enfants, pour lesquels étaient aussi connus les niveaux d'exposition foetale au tabac et aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, ainsi que les résultats d'un test cognitif global effectué vers l'âge de 7 ans.

Les auteurs ont focalisé leur attention sur 20 enfants qui avaient les niveaux d'exposition foetale au CPF le plus élevé - supérieur à 4,39 picogrammes par gramme - et les ont comparé à 20 enfants moins exposés, les deux groupes ne présentant des niveaux d'exposition foetale élevés ni au tabac ni aux hydrocarbures aromatiques. Résultats : chez les enfants du premier groupe, l'imagerie par résonance magnétique montre un développement cérébral altéré.

Le cerveau des enfants soumis à un niveau d'exposition élevé au CPF semble présenter plusieurs types d'anomalies : un élargissement de certaines régions, associé à de moins bonnes performances aux tests cognitifs à l'âge de 7 ans. De plus, ces enfants présentent des modifications des différences entre sexes normalement observées dans le cerveau, ainsi qu'une diminution de l'épaisseur du cortex frontal et pariétal.

 DES INTERACTIONS AVEC LE TABAC

Le nombre restreint d'enfants inclus dans cette étude est bien sûr une limite. Une extension est en cours sur 450 enfants. De même, les tests neurocognitifs devraient être affinés en vue de préciser les corrélations entre mesures cérébrales et fonctions cognitives. Mais d'autres études vont dans le même sens. "En Equateur, des enfants nés de mères travaillant dans des serres horticoles, exposées à ce pesticide durant leur grossesse, présentent un à deux ans de retard neurocognitif par rapport aux enfants dont les mères ne sont pas exposées", indique le M. Grandjean.

"Le chlorpyriphos-éthyl inhibe l'acétylcholinestérase, l'enzyme qui dégrade l'acétylcholine, un des principaux neurotransmetteurs excitateurs du cerveau. Il augmente ainsi la quantité d'acétylcholine dans le cerveau", dit le professeur Robert Barouki, directeur d'un laboratoire Inserm de pharmacologie-toxicologie à l'université Paris-Descartes. "Le CPF perturbe sans doute aussi la migration des neurones lors du développement cérébral", ajoute M. Grandjean. Autre motif de crainte, "les pesticides interagissent avec d'autres produits chimiques comme ceux du tabac", observe Virginia Rauh. Dans leur classement toxicologique, l'OMS et l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) attribuent au CPF un niveau II, soit une dangerosité modérée.

Médecins, psychologues, enseignants observent chez l'enfant une augmentation des troubles neurocognitifs et comportementaux, notamment des déficits de l'attention. Un accroissement en partie attribuable à la plus grande vigilance accordée à ces troubles et à leur meilleur diagnostic. Mais si cette augmentation est réelle, une origine développementale liée à une exposition à des neurotoxiques pourrait-elle en être une des causes ? "C'est une hypothèse à explorer", admet Virginia Rauh.

"Vous n'avez qu'une seule chance de développer votre cerveau, et c'est pour la vie ! Certes, le cerveau est capable de plasticité, d'un certain degré de compensation, mais son efficience ne sera jamais optimale s'il a été altéré", relève Philippe Grandjean. Selon lui, "l'impact de l'exposition périnatale à divers produits chimiques est un problème de santé publique mésestimé par les pouvoirs publics".

En attendant une prise de conscience élargie, que faire ? "Laver fruits et légumes, d'autant plus s'ils sont consommés par une femme enceinte ou allaitante, ou par de jeunes enfants", conseille Virginia Rauh. Et éviter d'utiliser, en cas de grossesse, des produits phytosanitaires contenant ces produits. En France, au moins un produit contenant du CPF est autorisé dans les jardins : Dursban 5G Jardin (Dow Agrosciences SAS).

Pour en savoir plus : Aux JO de Pékin, le coeur reconnaissant

Florence Rosier

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 11:55

 

« Rabelais sans Momo n’est que ruine de l’Ame ». 22 mars 2012. 7h30 du matin à la Sous-Préfecture de Boulogne-Billancourt. Nous sommes cinq : parent d’élève, avocate, CPE, assistante sociale, bénévole du Réseau Education Sans Frontière 92. Nous sommes venus soutenir Mohamed, un élève de terminale du lycée, de notre lycée, qui vient déposer sa première demande de régularisation.


La file d’attente se forme peu à peu. Sourires gênés. Regards coupables. Airs méfiants. Et en même temps une certaine solidarité qui commence à poindre et s’accentue au fur et à mesure que les heures passent. Dans la queue, une jeune femme sort un papier et demande leur prénom aux personnes présentes. Elle élabore sur un brouillon un ordre de passage, parce qu’il n’y a pas de siège à la Sous-Préfecture de Boulogne. On attend debout.

A l’ouverture des portes à 9h, on nous range en serpentin dans des poteaux de guidage, comme à l’aéroport. Nouvelle attente. On regarde passer les gens qui entrent dans la préfecture, appuient sur un bouton, se voient distribuer des tickets et vont d’asseoir sur des bancs. Et nous, on attend. Debout. Puis on entend :  « Service des étrangers ! Première personne ! ». Puis « Personne suivaaante ! ». Le serpentin se déroule peu à peu.

Premier accueil. Enfin… accueil… Mohamed se présente. Il demande de sa petite voix « Bonjour madame excusez-moi de vous déranger je voudrais déposer un dossier de premi… » il n’a pas le temps de finir sa phrase qu’il est interrompu : « PARLEZ PLUS FORT JE NE VOUS ENTENDS PAS !! ». Il tremble, il est impressionné. Mohamed est un jeune Meudonnais de nationalité ivoirienne, un garçon discret, timide, mais c’est un pilier de la vie lycéenne. Il prépare son bac littéraire et veut être pompier, simplement. Sa vie est en France, auprès de sa famille, pas dans un pays en guerre civile loin de ses amis, de ses proches. Il donne de son temps et participe à toutes les actions humanitaires de son lycée, sans rien demander, sans rien attendre en retour. Il a collecté 13.000 repas l’année dernière pour les banques alimentaires. Il est toujours à l’écoute de ses camarades. Aujourd’hui, il cherche mon soutien du regard. Je l’encourage. Il parvient à terminer sa phrase pour s’entendre répondre que ce n’est pas là qu’il faut faire la queue mais au guichet d’à côté. Autre « bonne » nouvelle, on apprend que ce n’est pas la peine de faire la queue puisque le bureau des étrangers n’est pas ouvert le matin. Il faut donc aller au guichet d’à côté et prendre un ticket pour l’après-midi. Raymond Devos se serait régalé d’un tel scénario. Qu’à cela ne tienne. C’est tellement rien à côté de ce qui nous attend. On prend un rendez-vous, et on revient à 14h.

Cette fois c’est sûr : Mohamed a un ticket. On monte à l’étage avec le précieux sésame. Mohamed est deuxième derrière un candidat au bonheur, visiblement coutumier du lieu, qui s’est déplacé avec une valise de documents, s’excuse mille fois, se justifie pendant vingt minutes sans aucune confidentialité, ce qui semble d’ailleurs ne gêner personne, donne tout ce qu’il a, et au final s’entend dire devant tout le monde, et avec le sourire : « c’est très bien monsieur, c’est mieux que la dernière fois, revenez la semaine prochaine ». (?). Le malheureux n’est même pas choqué. Il ne se rend même plus compte. L’aberrant est devenu normal. Peut-être se satisfait-il d’avoir obtenu un semblant de considération, dans cet univers totalement aseptisé de toute dignité humaine, de la part d’un inconnu à qui il parle derrière une vitre blindée dont la seule ouverture permettant le contact se trouve au ras du comptoir. Pour communiquer, il faut se baisser comme pour laper dans une écuelle.

C’est au tour de Mohamed. Etude du dossier. Premier argument opposé par l’agent qui le reçoit : « il manque une pièce ». C’est curieux, la pièce réclamée ne figure pourtant pas sur la liste. Mais forts de la démonstration à laquelle nous venons d’assister, nous l’avons compris : déposer un dossier de première demande régularisation à la Sous-Préfecture de Boulogne, c’est comme tenter l’ascension de l’Himalaya les yeux bandés et en tongues. Mais nous sommes cinq derrière Mohamed, et fermement décidés à réaliser cet exploit. Il le mérite.
Nous le devons aussi à tous les lycéens qui se sont mobilisés en une gigantesque vague de solidarité. En soutien à la démarche personnelle de Mohamed, ils ont initié une pétition qui a submergé la cité scolaire toute entière. Elle a fait le tour des classes et obtenu, en deux jours seulement, 681 signatures d’élèves, sur 800 lycéens, soit plus de 83 % de l’effectif de l’établissement ! Mieux encore, émus par la démarche des élèves, les adultes de la communauté éducative ont suivi, et ont décidé, eux aussi, de faire une autre pétition en leurs noms, une pétition des adultes de la cité scolaire, toutes catégories de personnel confondues. En plus de la pétition des élèves, la pétition des adultes a elle aussi recueilli plusieurs centaines de signatures. La démarche des lycéens a également amené les présidences des deux fédérations de parents d’élèves à rédiger une lettre commune en soutien à la demande de régularisation de Mohamed ! Les membres de la communauté scolaire sont unanimes. Tous refusent de voir la chaise de Mohamed vide demain. Ce qui se passe au lycée Rabelais est tellement énorme, que cela réconcilie avec l’humanité.

Après une heure trente de tergiversations, justifications, contestations, supplications, objections, argumentations, remise des pétitions , des lettres de recommandations, et le sentiment à peine coupable d’avoir sans le vouloir pris un guichet en otage, le dossier est déposé. Nous avons réussi l’ascension ! Nous avons gravi l’Himalaya. Ca, c’est fait.

Mais pourquoi Mohamed serait-il régularisé aujourd’hui ? C’est vrai, pourquoi... Il n’a sans doute pas plus de talent ni de raisons de l’être que tous ses autres compagnons de galère qui ont fait la queue avec lui ce 22 mars à la Sous-Préfecture de Boulogne. La seule différence, c’est qu’il n’est pas tout seul. Ayons une pensée pour ces hommes, ces femmes, ces enfants, ces familles, exemplaires de courage et de dignité, qui n’ont simplement pas la chance de bénéficier du même soutien que Mohamed.

Et ayons aussi une pensée pour nos jeunes. Car c’est grâce à eux si le dossier de Mohamed pèse son poids aujourd’hui. A ce stade de la procédure, ils ont agi avec humanité, élégance et retenue. Je souhaite à Monsieur le Sous-Préfet que ces 681 lycéens déterminés, leurs enseignants et leurs parents, ne soient pas tentés de se déplacer sous ses fenêtres pour venir scander haut et fort le slogan de leurs pétitions :

« RABELAIS SANS MOMO N’EST QUE RUINE DE L’AME ».

Céline DAMON – Conseillère Principale d’Education au lycée Rabelais de Meudon

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 11:41

 

Succès de la manifestation européenne à Francfort, face à la BCE 
Ce samedi 19 mai, plus de 25.000 personnes ont manifesté à Francfort face à la BCE, à l'appel de mouvements sociaux allemands, rejoints par des mouvements de toute l'Europe.  
Malgré un dispositif sécuritaire disproportionné (avec près de 5000 policiers présents), et malgré l'interdiction et la répression des rassemblements pacifiques prévus par les jeudi et vendredi, la manifestation a été une franche réussite : festive et sans aucun débordement, elle a rassemblé de nombreux nombreux manifestants venus de plusieurs pays européens, dont plusieurs centaines de militants d'Attac venus de France.
Les manifestants ont dénoncé les politiques d'austérité généralisée en Europe, et plus particulièrement les prétendus «sauvetages» négociés par la Troïka (La BCE, la Commission européenne et le FMI) qui mènent les pays surendettés à la banqueroute économique et sociale. Ils ont rejeté le pacte budgétaire, qui grave dans le marbre des traités ces politiques destructrices, et appelé à une réorientation radicale des politiques européennes.
Au lendemain de la défaite de Nicolas Sarkozy en France, et après le score élevé obtenu par la gauche anti-austérité en Grèce, cette mobilisation est le signe de la contestation grandissante en Allemagne et en Europe des politiques austéritaires promues par Angela Merkel. Il s'agit d'une étape dans la convergence des mouvements sociaux européens face aux politiques d'austérité et à l'hégémonie de la finance.
Attac France et le réseau des Attac d’Europe continueront à contribuer à cette convergence en jetant des ponts entre les mobilisations et les mouvements, pour promouvoir les vraies alternatives à la crise et permettre la construction d'une autre Europe, sociale, écologique et démocratique.
Attac France,
A Francfort le 19 mai 2012
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22