Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 14:16

 

http://www.youtube.com/watch?v=veMib6xWo-c

 

 

Publiée le 26 juil. 2012 par OfficialOTVQTV

Episode 3 Saison 1
Débat houleux sur la Syrie avec:
Serge Michel, Directeur adjoint des rédactions au Monde
Bahar Kimyongür, auteur de Syriana, la conquête continue
Jean-Baptiste Beauchard, Doctorant et spécialiste du Proche-Orient

http://www.otvqtv.com

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 22:07

 

 

http://globalpresse.wordpress.com/2012/08/06/siemens-pirate-par-des-anonymous-ecolo/

6 Août 2012

 

 

 

 

Le site Internet de la marque Siemens piraté par Anonymous en soutien à l’écologie et aux énergies vertes. La société allemande Siemens vient de gouter à la colère des Anonymous. Le site Internet de cette entreprise vient d’être piraté par des hacktivistes écologistes. 

“Nous nous battons pour les droits de l’homme et contre les grosses sociétés qui détruisent la nature et les cultures anciennes.” a pu lire ZATAZ.COM. Cette attaque est la seconde phase de l’opération Anonymous baptisée Green Rights. Les pirates ont diffusé une partie de la base de données de SIEMENS. Identités, emails, téléphones… Bref, toutes les données qu’une base de données peut enregistrer. Les cybers manifestants sont particulièrement bien organisés. Le fichier a été diffusé, via TOR, afin d’effacer la moindre trace.

Anonymous reproche aux sociétés Sony, Nokia, Siemens, Toshiba, Apple, Intel, … d’être impliquées dans les conflits, au Congo. “Au moins 200.000 personnes sont mortes dans la guerre liée aux minerais au Congo.” explique Anonymous. Pour preuve, les hacktivistes avaient diffusé en juin dernier l’adresse email et les téléphones d’un “commerçant” local. “Citoyens du monde: vos téléphones portables, lecteurs DVD, consoles de jeux vidéo et ordinateurs sont fabriqués avec le sang des hommes et animaux du Congo.” Anonymous demande de changer cette tendance en recyclant nos propres technologies ! L’histoire ne dit pas si ce piratage a été réalisé avec un ordinateur en bois, fonctionnant à l’huile de déchets verts.

 

 

 

http://www.zataz.com/news/22317/siemens–hack–anonymous–Green-Rights.html

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 21:59

 

la-croix.com 

  7/8/12 - 18 H 02

 

 

Une page s’est tournée dans le calme : le campement d’« Occupy Frankfurt », installé devant la Banque centrale européenne à Francfort, a été évacué lundi 6 août par la police. Conclusion estivale d’un mouvement commencé en Allemagne à l’automne dernier et qui avait rassemblé devant cette « place forte » symbolique plusieurs milliers de personnes. Là comme ailleurs, après l’Espagne, les États-Unis, la Grande-Bretagne, Israël…, une protestation s’était élevée contre les excès de la financiarisation du monde et les conséquences dramatiques que ces dérives entraînent sur la vie quotidienne de millions de personnes à travers le monde.

Partout, en Europe, le soufflé des « indignés » est désormais retombé. Pouvait-il en être autrement de manifestations dont la marque était l’absence de revendications précises et de leaders ? Un cri de refus peut-il faire naître un mouvement social ? Sans doute pas. La fin de la vague était écrite dans son origine : l’occupation de places publiques, la mobilisation par les réseaux sociaux n’offrent en elles-mêmes pas une alternative.

Mais qu’on s’en réjouisse (passons maintenant aux choses sérieuses) ou qu’on le déplore (comment continuer à faire pression pour une inflexion des politiques publiques ?), ce mouvement mondialisé mais très ancré, à chaque endroit, dans les réalités locales, a déjà laissé des traces durables. Le livre de l’ancien résistant Stéphane Hessel (94 ans) et son succès mondial, en Corée comme en Argentine, ont réactivé, à travers l’éloge de la participation de chacun au débat public, l’exigence d’une démocratie plus directe. Mais aussi, et peut-être d’abord, dans la gestion de la crise financière, l’impératif d’une plus grande équité.

Personne aujourd’hui ne peut prétendre que la disparition des tentes devant la BCE a clos le débat. Les « indignés » de tout poil ont déjà laissé leur marque. Comment ne pas voir que la revendication morale qu’ils incarnaient joue de plus en plus un rôle d’aiguillon pour orienter les choix politiques dans de nombreux pays ? Comment ne pas sentir que le cynisme des marchés est désormais de moins en moins toléré ? Bien sûr, les « indignés » n’étaient pas les seuls à le penser mais, grâce à eux, l’idée s’impose un peu mieux : la crise oblige à des remises en cause profondes, et l’effort pour en sortir devra être mieux partagé.

 

                                                                                                   *********************

  Francfort - Les « indignés » quittent la scène publique sans tapage

  La-croix.com - 7/8/12 - 17h46

 

 

Installés depuis le mois d’octobre devant la Banque centrale européenne à Francfort, les militants anticapitalistes du mouvement « Occupy » ont été évacués par la police.

 

Devant la Banque centrale européenne, ces manifestants protestaient, le 28 juillet, contre l’évac...

(Ralph Orlowski / Reuters)

Devant la Banque centrale européenne, ces manifestants protestaient, le 28 juillet, contre l’évacuation des membres du mouvement « Occupy ». Celle-ci a eu lieu lundi 6 août. Le mouvement, porté par la vague des printemps arabes, a fait long feu.

Leur départ sonne le glas d’un mouvement qui avait essaimé un peu partout en Europe.

Avec cet article

Ils avaient planté leurs tentes, parfois de simples bâches en plastique, dans un square jouxtant le siège de la Banque centrale européenne (BCE), à Francfort. Derrière ce campement désordonné trônait une sculpture bleue en forme de « E » majuscule, pour symboliser l’euro. Elle est toujours là. 

Mais le village improvisé en plein cœur de l’une des capitales financières de l’Europe, lui, a disparu. Une décision du tribunal administratif de Francfort a contraint sa vingtaine d’occupants à plier bagages, lundi 6 août, sous l’œil des policiers.

Dix mois après son installation, la disparition de cette enclave bohème dans un décor de buildings abritant les sièges des plus grandes banques sonne la fin du phénomène « Occupy » en Europe. En guerre contre « le pouvoir du capitalisme, de l’argent et des banques », le mouvement a dû quitter les abords de la cathédrale Saint-Paul, en plein cœur de la City, à Londres, en février.

« Nous sommes les 99 % »

À Paris, les « Occupy » ont été expulsés de l’esplanade de la Défense en décembre, après six semaines d’occupation. À Madrid, leurs camarades des « indignés », avec lesquels ils partagent un même rejet du système économique, ont été évincés de la place de la Puerta del Sol au mois de juin 2011. Si, ici et là, en Grande-Bretagne ou en Allemagne, il reste quelques tentes, elles ne sont que des scories d’un mouvement qui, en Europe, a fait long feu.

Né en septembre dernier à Wall Street, lors d’une manifestation d’un millier de personnes protestant contre les méfaits du capitalisme devant la Bourse de New York, le mouvement « Occupy » se résume à un slogan : « Nous sommes les 99 % », c’est-à-dire la masse, nombreuse et ignorée. Cette définition implique une dénonciation du « 1 % » restant, c’est-à-dire l’élite, les « happy few », qui raflent la quasi-totalité des richesses et du pouvoir, ne laissant que des miettes au plus grand nombre.

Classique, ce constat des inégalités s’accompagne d’un rejet du système politique, des partis, de leur organisation hiérarchique et du fonctionnement démocratique actuel, jugé en panne. Si quelques personnalités sortent du lot, les « Occupy » sont par définition sans visage. « Il y a parmi les membres du mouvement un individualisme très fort, ceux-ci considérant que chacun ne peut-être représenté que par soi-même », explique l’Allemand Tadzio Müller, politologue. Parmi eux, on trouve des étudiants, mais aussi des cadres quinquagénaires ou d’anciens altermondialistes.

Mouvement embryonnaire dans le nord de l’Europe

Porté par la vague des printemps arabes et utilisant les réseaux sociaux pour organiser des rassemblements en vertu du principe selon lequel l’espace public appartient à tous, le mouvement a essaimé un peu partout en Europe et connu son heure de gloire quand, à Francfort par exemple, des centaines de personnes campaient devant la BCE. Mais au final, il n’a pas pris.

Tadzio Müller, qui a soutenu le mouvement à Francfort, livre son analyse pour ce qui concerne son pays : « Le slogan des 99 % n’est pas une réalité ressentie ici et les gens considèrent que la crise est quelque chose d’extérieur. » Une autre raison éclaire, selon lui, le fait que le mouvement soit resté embryonnaire dans le nord de l’Europe : « Dans les médias et le discours politique, les responsables de la crise ne sont pas les banques, mais les peuples du Sud paresseux, or “Occupy” vise les banques », dit-il. Un manque de coordination et de stratégie globale sont aussi des explications.

Les conditions qui ont engendré « Occupy » sont toujours là. « D’autres mouvements vont naître, estime Tadzio Müller. Mais la question demeure : où construire le pouvoir social ? »


MARIANNE MEUNIER

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 21:50

 

 

Le Monde.fr | 07.08.2012 à 12h08 • Mis à jour le 07.08.2012 à 14h12

 

Les mauvais chiffres du chômage, associés à la multiplication des annonces de plans sociaux, mettent sous pression la méthode gouvernementale.

Redoutant un redoublement des radiations durant la période estivale, des associations appellent les chômeurs à la vigilance, échaudées par le précédent de l'été 2011 où le nombre de radiations avait explosé. Le démenti de Pôle emploi n'empêche pas le médiateur national de dénoncer des dysfonctionnements .

En juillet 2011, un mois après le lancement de la dématérialisation des courriers, le nombre de radiations avait littéralement explosé (+25,1 % sur un mois, +7,2 % sur un an), avec près de 48 000 personnes rayées des listes, selon les chiffres de Pôle emploi.

Sanction prononcée à l'encontre de ceux qui manquent à leurs obligations (absence à une convocation, recherche d'emploi insuffisante...), la radiation administrative est la hantise des chômeurs indemnisés, signifiant dans la plupart des cas au moins deux mois d'allocations suspendues. Pôle emploi se défend toutefois de mener une politique volontaire de radiation, chiffres à l'appui : au premier semestre 2012, 39 513 personnes ont été sanctionnées en moyenne chaque mois, moins qu'à la même période en 2011 (41 050). "Les radiations ont même baissé de 12 % entre 2007 et 2011", insiste-t-on.

 LE "PIÈGE" DE LA DÉMATÉRIALISATION

Evoquant une période de vacances "propice aux mauvais coups", notamment pour les chômeurs qui s'absentent, les associations sont pourtant sur leurs gardes, qualifiant la dématérialisation de "piège". Leurs forums recensent des dizaines de témoignages de demandeurs d'emploi narrant peu ou prou la même histoire : quelques semaines après avoir communiqué leur e-mail, ils découvrent qu'ils ont été radiés, l'avertissement préalable ayant atterri via le site de Pôle emploi dans un "espace personnel" virtuel... dont ils ignoraient l'existence.

"La dématérialisation a été catastrophique pour ceux qui ne maîtrisent pas l'informatique. Beaucoup se sont fait radier une, deux, parfois trois fois", confesse un conseiller Pôle emploi de région parisienne. Recours-radiation, piloté par Rose-Marie Péchallat, a ainsi dénoncé fin juillet une campagne de "mailing", adressée à 30 000 demandeurs d'emploi en Rhône-Alpes, afin de les inciter à utiliser la correspondance électronique. Son site a reçu 40 000 visites en juillet, 30 % de plus qu'un mois habituel. "Les conseillers sont prisonniers d'un système informatique qui les déresponsabilise", estime Mme Péchallat, laquelle accuse Pôle emploi de "multiplier les possibilités de perdre les demandeurs d'emploi en route".

 "USINE À GAZ"

"J'ai en mémoire ce qui s'est passé l'été dernier, on veille pour essayer de comprendre le pourquoi de cette psychose", assure Jean-Louis Walter, le médiateur national, qui reçoit des contestations de plus en plus nombreuses. Pour M. Walter, qui pointe du doigt les erreurs dues aux "procédures automatisées", Pôle emploi est devenu "plus qu'une usine à gaz""des personnes trop nombreuses passent à la trappe". "Priver quelqu'un de revenus, c'est très grave", estime le médiateur, qui consacrera une partie de son prochain rapport au sujet et s'apprête à effectuer une tournée des agences .

Sur 40 000 radiés en moyenne chaque mois, environ 8 000 sont réinscrits dès le mois suivant. Un dysfonctionnement parmi d'autres, qui alimente encore la polémique récurrente sur la qualité des statistiques françaises du chômage.

Lire notre éclairage : " Les statistiques sur le chômage comportent des zones grises"


 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 21:42

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 07.08.2012 à 19h29

 

Le Parlement italien a voté mardi 7 août définitivement le décret-loi sur la révision des dépenses publiques, qui devrait permettre à l'Etat d'économiser plus de 26 milliards d'euros sur trois ans et d'éviter une nouvelle augmentation de deux points de la TVA en octobre.

Le Parlement italien a voté mardi 7 août définitivement le décret-loi sur la révision des dépenses publiques, qui devrait permettre à l'Etat d'économiser plus de 26 milliards d'euros en trois ans et d'éviter une nouvelle augmentation de deux points de la TVA en octobre. Les députés ont adopté le décret à 371 votes positifs, 86 négatifs et 22 abstentions.

Une grande partie de ces réductions de dépenses concerne la santé et l'administration publique. Dans le domaine de la santé, ce plan prévoit la réduction d'ici à novembre de 7 000 lits dans les hopitaux régionaux, la diminution de la rémunération des médecins conventionnés, mais aussi l'introduction de nouvelles directives pour les pharmacies.

Baptisée "spending review", cette révision ouvre aussi la voie à un redimensionnement de l'administration publique avec une réduction de 20 % des postes de dirigeants publics et de 10 % du personnel non dirigeant, ainsi qu'un programme d'économies de 4,7 milliards d'euros dans les ministères d'ici à 2015.

RÉDUCTION DU NOMBRE DE PROVINCES

Le gouvernement s'attaque également aux gaspillages de ressources publiques imposant par exemple une réduction de 50 % des dépenses liées aux voitures de fonction et limitant le remboursement des repas des fonctionnaires à 7 euros. Parmi les autres mesures figurent la réduction de 700 millions d'euros en 2012 des transferts aux régions, un chiffre qui grimpera à un milliard en 2013 et 2014, mais aussi la réduction du nombre de provinces.

Ces mesures permettront d'éviter pendant au moins un an une augmentation de la TVA de 2 points, une mesure que le gouvernement souhaitait éviter estimant qu'elle pourrait aggraver la récession. Au lendemain de l'adoption de ce décret en conseil des ministres, dans la nuit du 5 au 6 juillet, Mario Monti avait déclaré que cette loi permettrait des économies de "4,5 milliards en 2012, 10,5 milliards en 2013 et 11 milliards en 2014".

 RENTRÉE SCOLAIRE EN DANGER ?

Cette loi de révision des dépenses publiques qui fait suite à une série de mesures et réformes adoptées à la chaîne depuis l'arrivée au pouvoir de Mario Monti en novembre 2011 a suscité de nombreuses critiques. Le président de l'Union des provinces d'Italie, Giuseppe Castiglione, avait notamment estimé le 23 juillet que ces coupes budgétaires pourraient compromettre la rentrée des classes, car selon lui les régions pourraient ne pas être en mesure de rouvrir les écoles après les vacances.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Italie
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 21:35

 

Le Monde.fr avec AFP | 07.08.2012 à 16h01 • Mis à jour le 07.08.2012 à 16h01 


Selon l'Agence de presse grecque, parmi les dix premières entreprises qui sont à privatiser figure l'ex-site olympique de presse (IBC).

La Grèce va adopter une loi visant à lever les obstacles actuels qui entravent la privatisation des entreprises publiques, a annoncé lundi le ministre des finances, Yannis Stournaras. Le premier ministre conservateur, Antonis Samaras, à la tête d'un gouvernement de coalition droite-gauche "a demandé au secrétaire général du gouvernement d'élaborer un projet de loi qui comprendra 77 actes administratifs visant à faciliter les privatisations", a dit M. Stournaras.

A l'issue d'une réunion de M. Samaras avec les chefs des deux autres partis de la coalition, Evangelos Venizélos, chef des socialistes Pasok, et Fotis Kouvelis, de la Gauche démocratique, sur les privatisations, M. Stournaras a indiqué que cette loi devrait faciliter les cessions au privé des entreprises qui sont sous la responsabilité des ministères des finances, des infrastructures et de l'énergie.

Selon l'Agence de presse grecque (ANA, semi-officielle), parmi les dix premières entreprises qui sont à privatiser figurent l'ancien aéroport d'Athènes (Hellinikon), la loterie publique, les paris sportifs (Opap), la société de distribution et de gestion du gaz naturel (Depa et Desfa respectivement), l'ex-site olympique de presse (IBC) et 48 biens immobiliers.

 

UN "CRIME" POUR L'OPPOSITION

Sous pression des créanciers, Union européenne (UE) et Fonds monétaire international (FMI), dont les experts ont quitté dimanche Athènes après un contrôle des finances publiques, la Grèce est contrainte d'accélérer les privatisations, qui doivent apporter à l'Etat 19 milliards d'euros d'ici 2015 pour accélérer son désendettement. Les créanciers ont à plusieurs reprises noté les retards pris dans le vaste programme de privatisations.

Outre la banque agricole ATE Bank, scindée récemment en deux et dont la partie saine a été reprise par la banque du Pirée au prix de 95 millions d'euros, le pays doit également céder au privé les chemins de fer, la société d'électricité DEI, et la caisse d'épargne.

"Le choix de brader la richesse publique, comme le gouvernement a fait avec l'ATEbank, prive l'économie grecque des outils nécessaires pour la reconstruction du pays, et constitue un crime plus important que celui des coupes horribles dans les salaires", a indiqué la Gauche radicale Syriza, principal parti d'opposition.

Athènes à la recherche de 4 milliards d'économies

 

La Grèce est en train de chercher environ 4 milliards d'euros d'économies pour 2013 et 2014, a indiqué mardi le ministre des finances. Selon lui, les négociations se poursuivraient avec les experts de la troïka, qui ont conclu dimanche une première phase des discussions avec les responsables grecs sur ces nouvelles mesures.

Les experts de la troïka, qui doivent revenir à Athènes début septembre, ont indiqué dimanche qu'"il y avait eu du progrès" dans les discussions avec les responsables grecs. Selon les créanciers, ces mesures sont une condition préalable pour le déblocage en septembre d'une tranche du prêt UE-FMI de 31,5 milliards d'euros provenant du deuxième prêt de 130 milliards d'euros accordé au pays en février.

Les négociations avec la troïka continueront "jusqu'à la fin août", a souligné M. Stournaras, qui n'a pas exclu le chômage partiel d'environ 15 000 fonctionnaires d'ici fin 2012.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 21:26

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 07.08.2012 à 16h23 • Mis à jour le 07.08.2012 à 16h24

 
Affiches contre la cure d'austérité dictée par le gouvernement espagnol, sur un hôpital de Barcelone.

En Espagne, près de 900 médecins ont signé un manifeste où ils s'engagent à "continuer à soigner" dans le service public leurs patients en situation irrégulière, en dépit d'un décret qui limitera à quelques cas l'assistance universelle aux sans-papiers, à partir du 1er septembre.

"Ma loyauté envers les patients ne me permet pas de manquer à mon devoir éthique et professionnel et de commettre un abandon", explique le texte, signé mardi par 870 médecins sur Internet. En le ratifiant, ils entrent dans un mouvement d'"objecteurs de conscience" lancé en juillet par la Société espagnole de médecine de famille et communautaire, qui compte 19 500 médecins membres.

 CRÉATIONS DE "CONVENTIONS" PAYANTES

Ils réagissent ainsi à une mesure controversée du gouvernement conservateur engagé dans un effort de rigueur sans précédent pour tenter de réduire son déficit public jusqu'à moins de 3 % du PIB en 2014.

A partir du 1er septembre, les immigrés en situation irrégulière n'auront plus accès au système gratuit de santé publique. Pour les sans-papiers, seuls les urgences pour maladie ou accident, suivi de grossesse, accouchement et post-partum et assistance sanitaire aux moins de 18 ans seront encore assurés gratuitement.

Cette décision, ajoutée à une mesure visant à limiter le "tourisme sanitaire" des Européens non résidents disposant d'une assurance privée ou couverts dans leur pays d'origine, permettra d'économiser "environ 1 milliard d'euros par an", selon le gouvernement.

Comme en réponse au malaise des médecins, le ministère de la santé a indiqué mardi qu'il travaillait à la création de "conventions" payantes qui permettront notamment aux citoyens non européens "d'être reçus dans le système public". Cette annonce fait suite à une information publiée mardi par le journal El Pais, qui avance que les moins de 65 ans devraient payer 710,40 euros par an. Une somme qui bondirait jusqu'à 1 864,80 euros par an pour les plus âgés.

 

Lire aussi un reportage au Portugal : Un système de santé anesthésié par l'austérité

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Espagne
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 21:19

 

http://www.consoglobe.com/campe-dans-mon-jardin-camping-chez-habitan-cg

Camping chez l'habitant avec Campe dans mon jardin

On ne le répète jamais assez, le Tourisme Responsable, c’est le respect, prendre son temps, aller à la rencontre des gens, profiter de la nature sans la dégrader…

Pour cela, le » camping collaboratif « semble tout indiqué. Si on peut éviter le mode « road trip » en voiture ou caravane, c’est mieux pour la planète. Mais le camping a l’avantage de rapprocher les hommes et de se pratiquer la plupart du temps au contact de la nature. Si vous êtes des adeptes des terrains verts, et  vous ne trouvez pas de camping ? Pas la peine de pratiquer le camping sauvage, interdit d’ailleurs, pensez à camper dans un jardin !

Campe dans mon jardin, convivial et facile

Valeur centrale du service Campe dans mon jardin : la convivialité ! Car le principe de campedansmonjardin.com est simple : proposer une plateforme sur laquelle les adeptes du camping et les personnes qui ont envie de partager leur jardin se rencontrent.

Pour les campeurs, ce service a de nombreux avantages ! Outre le fait de ne détériorer aucune zone naturellement préservée en faisant du camping sauvage, on campe dans un endroit sécurisé, privé.

Les personnes qui accueillent les campeurs apportent convivialité et connaissances du territoire et du tourisme dans la région. En plus, les touristes de passage bénéficient d’un véritablement service personnalisé, plus agréable qu’une aire de camping anonyme !

Pour les heureux propriétaires de jardin, ce service permet d’abord de rencontrer des campeurs des quatre coins de la France et bientôt, des quatre coins du monde. Il s’agit aussi de se rendre utile, de discuter, de partager autour de sa région sans trop de contraintes et de se constituer éventuellement un revenu d’appoint.

Campedansmonjardin : comment ça marche ?

Première chose à savoir sur ce site de consommation collaborative, c’est qu’il est entièrement gratuit.

Les propriétaires de jardin complètent une fiche qu’ils géo-localisent. Ils renseignent la rubrique contact, la description du jardin et éventuellement sa situation touristique.

Ensuite, il reste à ajouter des photos, à préciser le type d’hébergement possible (accueil de tente, de caravane ou de camping-car), les services proposés (animaux acceptés, barbecue, douche, eau, électricité, machine à laver, sanitaires, Wi-Fi…) et à préciser le prix par nuitée (entre 5 et 25€ si les propriétaires de jardin suivent les recommandations de prix du site).

Pour le campeur, il suffit ensuite de rechercher un jardin qui correspond à ses critères et de prendre contact avec les propriétaires. Le site commence à avoir un succès international puisqu’un jardin est recensé en Martinique, un aux Etats-Unis, un en Australie, deux au Canada, 1 à la Réunion et plusieurs dizaines en France.

Quelques questions à Campedansmonjardin.com

1/ Comment est venue l’idée de Campedansmonjardin ?

L’idée de CDMJ est née dans l’esprit des fondateurs alors même qu’ils voyageaient en camping-car sur une longue période. Dans le cadre d’un long voyage, le camping sauvage n’est envisageable qu’occasionnellement et multiplier les étapes dans de coûteuses structures d’accueil devient rapidement prohibitif.

De plus, ces dernières ne permettent que de rares contacts superficiels avec les habitants des régions traversées, ce qui est frustrant. Ainsi est née l’idée de CDMJ : rapprocher campeurs et propriétaires de jardins pour permettre aux premiers de nouvelles alternatives économiques et conviviales en termes d’hébergement de plein air, et aux seconds de faire bénéficier non seulement de leur terrain, mais de leurs connaissances d’une région tout en bénéficiant d’un revenu complémentaire.

2/ Aujourd’hui, combien comptez-vous de campeurs et de propriétaires de jardins inscrits sur votre site ? Quelles sont leurs attentes et motivations premières ?

CDMJ a rencontré un vif succès dès son lancement avec près d’une centaine d’offres permettant de sillonner toute la France, et plus récemment le Canada, les Etats-Unis, l’Australie, l’Espagne et dans les départements d’Outre-mer (Réunion, Martinique). Les campeurs ont récemment découvert ce service convivial et innovant et les premières mises en relation et réservations ont eu lieu. L’audience se développe rapidement.

3/ La consommation collaborative a le vent en poupe en ce moment. Comment convaincriez vous quelqu’un d’encore hésitant sur le service ?

La consommation collaborative a de nombreux atouts : conviviale et humaine, elle permet par ailleurs l’optimisation de l’usage de ressources existantes et sous-exploitées, donc une approche fondamentalement durable et responsable. De nombreux services C to C présentent les mêmes caractéristiques que leur pendant B to C, avec l’aspect convivial, humain et responsable en plus !

4/ Quels sont les retours d’expériences que vous avez déjà reçu ?

Outre les nombreuses félicitations relatives à l’idée et au lancement du service, CDMG satisfait tant des campeurs que des propriétaires de jardin

5/ Quels sont les projets de Campedansmonjardin ? Bientot une appli mobile ?

La priorité de CDMJ est de déployer le service, tant dans la diversification et l’extension de l’offre de jardins que dans l’audience auprès des campeurs et la mise en relation.
Ensuite, il est vrai que la nature même du service rend propice son déploiement sur les mobiles ; on y pense …

Alors que vous soyez campeur ou propriétaire d’un petit coin de verdure, l’aventure vous tente ?

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 22:27

 

http://www.youtube.com/watch?v=DTk402k5nvE&feature=player_embedded#!

 

 

 

Publiée le  6 août 2012 par TheGuymasavi

Pas de subvention d'état pour payer le combat des indignés. Ils ne s'alignent pas dans le jeu politique qui offre des millions d'euros à ceux qui se plient avec complaisance au jeux électoraux. Pour imprimer affiches et tracts, ils font les vides grenier.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nos vidéos
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 22:18

 

Libération

2 août 2012 à 07:39
Manifestation étudiante dans le centre de Montréal, le 1er août 2012.
Manifestation étudiante dans le centre de Montréal, le 1er août 2012. (Photo Olivier Jean. Reuters)

Cette marche nocturne, vite déclarée illégale par la police, coïncidait avec le début de la campagne législative anticipée convoquée par le Premier ministre québécois, Jean Charest.

Quelque dix mille personnes, selon des estimations de témoins, ont marché mercredi soir à Montréal pour protester, au premier jour de la campagne électorale pour les législatives, contre la hausse des droits de scolarité et la loi limitant les manifestations.

Commencée dans l’ambiance festive d’un concert de casseroles dans le centre de Montréal, la marche, faute d’itinéraire annoncé, a été immédiatement déclarée illégale par la police.

Celle-ci a appelé à plusieurs reprises les manifestants à se disperser, sans que ceux-ci obtempèrent.

Les forces de l’ordre ont indiqué vers 23 heures (5 heures jeudi en France) avoir procédé à huit arrestations, dont au moins deux pour jets de projectiles vers les policiers.

Selon des participants, il s’agissait de la centième manifestation nocturne depuis le début du conflit étudiant en février dernier. Trois syndicats étudiants refusent une hausse des droits de scolarité décidée par le gouvernement et approuvée, selon des sondages, par une majorité de Québécois.

Le conflit promet d'être un élément important de la campagne électorale entamée mercredi en vue d'élections législatives convoquées pour le 4 septembre prochain, alors que la principale formation d’opposition, le Parti Québécois (indépendantiste) appuie les étudiants.

Selon des commentateurs locaux, d'éventuels incidents violents lors des manifestations joueraient, sur le plan électoral, en faveur du Parti libéral du Premier ministre sortant Jean Charest, la société québécoise souhaitant majoritairement un retour au calme.

(AFP)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Québec
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22