Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 14:07

 

Présents : 10


Ordre du jour :
– résumé de la brocante de dimanche .
– que devient le mouvement des Indigné/e/s à nîmes et que fait-on ?


- Heureusement nous étions nombreux ! Il faut savoir qu'une journée de brocante commence à 4h30 et se termine à 17h30. C'était bien sympa mais crevant. Les clients étant rares, la recette s'en est ressentie. Comme rappelé à chaque compte rendu, ne pas hésiter à apporter de la marchandise vendable pour renouveler le stock. L'argent récolté nous sert à financer les tracts et le matériel nécessaire à nos actions.


- Que devient notre Mouvement, que fait-on ?
Nous avons dû rappeler une fois de plus que, faute de mobilisation, notre Mouvement s'essouffle (comme tout collectif, le nôtre doit-il aussi mourir ?) NON ! Nous nous y opposons : nos rencontres hebdomadaires sont nécessaires à maintenir les liens d'amitié et de solidarité qui se sont tissés entre nous au fil des mois, et qui, dans notre société où l'être humain est malmené, sont vitales. De plus, nos actions ont été utiles et doivent continuer. Nous avons donc décidé - hormis mercredi 15 où nous serons à Marseille - de maintenir nos assemblées avec des petits repas à thèmes et de poursuivre nos actions ponctuelles.


NOUS REFUSONS DE CEDER AU CHACUN CHEZ SOI, À L'INDIVIDUALISME QUI SÉVIT ET NOUS ENFERME DANS NOS CASES POUR NOUS EMPECHER DE PARTAGER, DE COMMUNIQUER !!!


RAPPEL : Certains Indignés se sont rendus à la réunion du Comité contre la ratification du TSCG. On a oublié d'en parler à notre assemblée, même si la question a été évoquée lors d'autres assemblées : ce traité ne doit absolument pas être ratifié. Il a été décidé de faire un tract qui sera diffusé. Il a aussi été décidé de faire une réunion publique, début septembre, à Pablo Neruda. Le 21 août, le comité contre la ratification du TSCG se réunit au local Solidaires, 6 rue porte d'Alès, pour
préparer la réunion de Pablo Neruda. En espérant être assez nombreux pour bloquer ce sinistre projet, d'autant que l'arrivée de Hollande rend létargique partis, syndicats, etc.


HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

Repost 0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 13:58

 

http://www.dailymotion.com/video/xslhri_super-mache-paroles-yannis-youlountas-musique-cyril-gontier_music

 

Par EricPhilo - 03-08-2012

 

Nouvelle chanson-vidéo satirique sur la frénésie de la surconsommation

 

 

A diffuser

Super Mâché !

Ceinturée de béton et de bretelles grises,
de ronds-points en boutons sur sa vieille chemise
à carreaux d’un asphalte écrasé de voitures,
se dresse une cravate au-dessus des toitures.

Le sigle de la firme a son propre drapeau
et tout ce qu’elle affirme est dans ses entrepôts :
son tronc décapité régurgite vers la ville
ses infinies dictées de réclames serviles.

Sans visage, son nom ruisselle dans les crânes;
et si l’esprit dit non, la bourse en filigrane
poursuit son adultère effréné dans ce ventre
chaque soir d’inventaire où l’envie fait chantre.

Haro sur les caddies et la gorge de fer,
les barreaux-paradis roulent vers les affaires !
Digérés dans la poche au manège incessant,
Le client devient mioche et le chariot pensant.

Super Mâché !
Tourne dans les rayons, butine les cagets,
valse le papillon au milieu des gadgets,
Super Mâché !
Tant de légèreté d’enthousiasme et d’ardeur !
Musique veloutée et blouses des vendeurs…

Les cliniques besoins se creusent et se remplissent,
dans le champ magicien des articles supplices,
“Qu’importent les crédits, affichent les parois,
dans mon antre ledit consommateur est roi !”

Le temple du bonheur se poursuit dans la viande,
délice du flâneur, et des télécommandes,
Vaisselle, tire-bouchons, soleils électriques,
lunaires baluchons dans la voûte gastrique.

Super Mâché !
Enfin, le bout du monde et son sableux péage :
une caissière blonde offre son bleu rivage,
Super Mâché !
Ses lèvres cinéma, à la foule anonyme
sortant de l’estomac en artifice ultime !

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Photos - Vidéos - Sons
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 22:07

 

http://www.youtube.com/watch?v=LXcN1Dw2xyw

 

 

Publiée le  7 août 2012 par FrIRIB

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 21:55

 

Les signatures se multiplient pour lutter contre l’exclusion des sans-papiers, bientôt privés de leur droit d’accès au système de santé public espagnol. Alors que Médecins du monde, Amnesty International et Red Acoge en ont déjà reccueilli 60 000 par le biais d'une pétition, 900 médecins éspagnols viennent de s’engager à leur tour pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement espagnol qui entend réaliser «près d’un milliard d’euros d’économie par an », grâce à une réforme lancée en avril. «Ma loyauté envers les patients ne me permet pas de manquer à mon devoir éthique et professionnel et de commettre un abandon », affirme le texte diffusé par la société espagnole de médecine familiale et communautaire (semFYC) depuis le début du mois de juillet, afin d'encourager les médecins à devenir « objecteurs de conscience» en s'opposant fermement aux mesures de rigueur qui vont toucher les populations les plus vulnérables.

Pris dans la spirale de la dette, le gouvernement espagnol a annoncé dès le mois d’avril, qu’il comptait s’attaquer au déficit public en réalisant 23,7 milliards d’économie dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Le Parlement espagnol, où le Parti populaire de Mariano Rajoy détient la majorité absolue, a enclenché cette réforme du système de santé à travers un amendement à la loi sur les étrangers, adopté en avril. Ainsi, à compter du 1er septembre, les étrangers en situation irrégulière verront leur accès au système de santé public largement limité: seuls les urgences pour maladie ou accident, le suivi de grossesse, les accouchements et post partum et l’assistance sanitaire aux moins de 18 ans seront encore assurés gratuitement.

Si la situation semble inquiétante, elle apparait surtout « extrêmement décevante», si l’on en croit les observateurs. « Jusque là, le système espagnol était sans aucun doute le plus universel, le plus équitable et le plus ouvert d’Europe», soupire Nathalie Simonnot, membre du réseau international de Médecins du Monde. « Toutes les personnes vivant sur le territoire espagnol bénéficiaient d’un accès complet au système de santé public grâce à la carte sanitaire individuelle, à la seule condition de s’être enregistré dans la mairie de sa commune de résidence. C’était une couverture vraiment universelle », regrette-t-elle. Les ONG dénoncent aujourd’hui une grave régression du droit, sous couvert d’austérité. « Avec ce décret, ils sont en train de casser leur système de santé. C’est à la fois injuste et illogique», grince Nathalie Simonnot.

Un accès au soin limité... ou payant ?

C’est un article publié par le journal El Pais qui a relancé la polémique, mardi 7 août : selon les informations du quotidien espagnol, les étrangers désireux de se faire soigner au sein de l’hôpital public devront désormais s’acquitter d’une assurance annuelle s’élevant à 710 euros. Pour les personnes âgées de plus de 65 ans, celle-ci grimperait même à 1864,80 euros par an. Le même jour, le Ministère de la Santé a en effet esquissé un geste dans se sens, en faisant part de sa volonté de réintégrer les sans-papiers dans le système de santé, à travers un système de “conventions” payantes. Mais celles-ci seraient assorties de fortes restrictions : « Cette somme ne couvrirait pas le remboursement des médicaments », précise Nathalie Simonnot. « De plus, pour en bénéficier, les étrangers devront avoir résidé au moins un an dans le pays ! Quand on connait les parcours migratoires, on comprend bien que cette condition est irréaliste. Les immigrés arrivent souvent par voie de terre, certains fuient des situations de conflit, ils viennent d’achever un voyage éprouvant... et il faudrait en plus qu’ils attendent un an avant de pouvoir se faire soigner ? »

Faire payer des personnes vivant souvent dans la plus grande précarité s’avère paradoxal à bien des égards, d'après la coordinatrice de Médecins du Monde. « On peut se demander comment le gouvernement compte les faire payer : devront-ils se prostituer ? Voler ? Travailler au noir ?», ironise-t-elle.

Pourtant, on peut aussi faire une lecture plus optimiste de cette annonce, qui présente tout de même une avancée par rapport à l’exclusion pure et simple. « Cela laisse de nombreuses possibilités pour payer ces frais. Les gouvernements autonomes espagnols (régions, ndlr) pourraient créer un fond spécial, ou même décider de ne pas les percevoir. »

Cette hypothèse semble plausible, puisque les régions gouvernées par le parti socialiste ont d’ors et déjà fermement pris position contre cet amendement : à Madrid, en Andalousie, dans les Asturies, en Catalogne et au Pays-basque, les sans-papiers continueront de bénéficier de la gratuité des soins. Dans un communiqué publié mardi, le parti des verts catalan (Iniciativa per Catalunya Verds - opposition) interpelle le gouvernement régional, qui « doit clairement souligner qu'il usera de tous les moyens dont il dispose pour que personne en Catalogne ne soit privé de l'assistance médicale », tout en dénonçant le gouvernement espagnol qui semble « chercher à mercantiliser le système de santé ». De même, le gouvernement socialiste basque a rappelé mardi son opposition à un système « basé sur des coupes et des restrictions. »

Interpellé sur le sujet lors du Congrès des députés, le porte-parole du Parti populaire affirme pour sa part que « ce que doivent faire les immigrés illégaux, c’est entrer en Espagne légalement », avant d’ajouter que le pays « ne doit plus être le paradis de l’immigration illégale. »

 

Péril sur le système de santé

Mais dans un pays où les immigrés sont nombreux –en particulier dans les régions agricoles où ils fournissent une grosse partie de la main d’œuvre– les spécialistes de la santé s’accordent à dire qu’un tel décret tient plus du dangereux expédient que de la solution miracle. «C’est une mesure politique qui n’a rien de rationnel. A mon sens, c’est certainement la réponse la plus facile et la plus xénophobe qui est choisie là », tranche le professeur Robert Launois, directeur scientifique du Réseau d’évaluation en économie de la santé (REES).

A ses yeux, exclure la frange la plus sensible de la population est une solution de court-terme, qui peut même s'avérer dangereuse. Caroline Izambert, porte-parole d’Act Up au sein de l'Observatoire pour le droit à la santé des étrangers (ODSE) est du même avis. « En Espagne, de larges secteurs de l’économie reposent sur l’emploi d’une main d’œuvre immigrée, dont beaucoup sont sans-papiers. Ne pas soigner des populations en situation de crise apparait comme un mauvais calcul sur le long terme. Il faudra de toute façon les accueillir quand ils se retrouveront en situation d’urgence. Cela entraînera une multiplication des retards de soins, qui coûtent beaucoup plus cher.» Pour appuyer cette idée, Nathalie Simonnot cite une étude menée en Andalousie, région agricole par excellence, où le système de soin est particulièrement favorable. « On a constaté que plus le système de soin était ouvert, moins les coûts étaient élevés. Pour faire des économies, il faut soigner plus tôt et plus vite », affirme-t-elle.

En réalité, tous redoutent surtout que cette mesure soit la première d’un dispositif plus large, visant à rétrograder l’ensemble du système de soin espagnol.


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Espagne
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 21:44


Il n’y a pas que l’industrie automobile et PSA, la rentrée sociale et la rentrée scolaire, qui animeront le mois de septembre. Pris dans des coupes budgétaires toujours plus importantes, le personnel des hôpitaux public pourrait rejoindre la danse. « Le personnel hospitalier se trouve dans une situation de tension importante. Et si les attentes sont déçues, cela pourrait déboucher sur un mouvement de colère », prévient Christophe Prudhomme, médecin urgentiste CGT santé et porte parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF). « Nous sommes en train de réfléchir à des moyens d’action pour la rentrée », confirme de son côté Henri Lelièvre, chirurgien orthopédiste au Centre hospitalier sud-francilien (CHSF) et président de l’association Sauvons notre hôpital public.

Le centre hospitalier sud francilien (CHSF) 
Le centre hospitalier sud francilien (CHSF)
Car « si on vous met dans une situation où vous ne pouvez pas traiter correctement vos patients» c'est certes pénible pour les malades, mais pour les praticiens aussi «c’est dur psychologiquement et les arrêts maladie se multiplient, poursuit le chirurgien se remémorant l'infarctus de son collègue chirurgien orthopédique. C’est le même mécanisme que le harcèlement. Les gens essayent de compenser le manque de personnel en travaillant plus dur. On aboutit à une situation de souffrance aigüe au travail.»

En juin 2012, le personnel du service orthopédique du CHSF avait déjà sonné la sonnette d’alarme. Tandis que des aides soignantes absentes pour congés ou arrêt maladie n’avaient pas été remplacées et que la direction annonçait que le service orthopédique perdra trois infirmières dès la rentrée, la colère explose et le service se met en grève. Le docteur Lelièvre entame une grève de la faim. Trois heures de jeûne auront suffit pour que le service obtienne le maintien des infirmières, l’ouverture d’un bloc supplémentaire, l’ouverture de 8 lits à la rentrée ainsi que l’embauche de 2 chirurgiens pour novembre. Mais le chirurgien reste sceptique quant à ces annonces.« Pour ouvrir de nouveaux lits, il faut avoir prévu assez d’infirmières ce dont je doute et pour embaucher des chirurgiens, il faut prévoir des salles sinon ils s’en iront, comme d’autres avant », affirme-t-il en précisant que depuis la création du CHSF 9 chirurgiens ont démissionné. « La plupart sont allés dans le privé », déplore-t-il.

L’engagement du gouvernement pris à la fin du mois de juillet d’allouer aux hôpitaux publics une partie des 10 milliards d'euros du grand emprunt laissés vacants par l’ancien gouvernement ne rassure qu’à moitié. Le montant précis de ce coup de pouce reste à déterminer mais une chose est sûre, il ne saura endiguer les déficits des hôpitaux publics qui ne cessent de se creuser. Ils ont en effet triplé en 10 ans pour dépasser aujourd’hui les 24 milliards d’euros. L’hôpital public a vu son nombre de lits passer de 305 000 en 2003 à 270 000 en 2010, selon les données collectées par l’Insee. En attendant des engagements forts de la part du nouveau gouvernement, le malaise dans la fonction publique hospitalière demeure entier.

« Le service orthopédie est le service qui ramère le plus d’argent à l’hôpital. Il n’y a même pas d’argent pour les activités qui rapportent de l’argent. La direction y a pourtant intérêt », déplore Henri Lelièvre selon qui « les économies faites ont coûté de l’argent ».

Loyer de l'hôpital: 51 millions d'euros en 2013

Le cas de l’hôpital sud-francilien, à cheval sur les communes de Corbeil-Essonne et d’Evry, illustre à lui seul les conséquences en terme d’offre de soin des problèmes de financements des hôpitaux publics et de la « privatisation du service public de santé », dénoncé par les syndicats.

Aujourd’hui, sur les 1000 lits prévus lors de sa construction en 2011, environ 900 sont ouverts et seuls 8 blocs opératoires sur 20 sont en état de fonctionner. Des parties entières de cet hôpital démesuré reste inutilisées alors qu’elles sont déjà équipées. Ainsi, une partie de ce qui devait accueillir le service de radiographie, est actuellement occupée par les permanences syndicales. Selon le docteur Lelièvre, l’ouverture des lits et blocs restant permettrait de générer davantage d’activité et donc de renflouer les caisses de l’hôpital, selon le principe de la T2A (tarification à l’activité). C’est d’autant plus vrai qu’en orthopédie, les opérations sont souvent coûteuses.

Mais le fiasco de son démarrage est à l'image du gigantisme du projet.

 

Une salle de réveil du CHSF, équipée mais pourtant inutilisée 
Une salle de réveil du CHSF, équipée mais pourtant inutilisée


Flambant neufs, les 110 000 m2 du CHSF se dressent à côté du Génopole d’Evry et couvrent un territoire de santé de 600 000 personnes. Né pour accueillir la fusion des hôpitaux d'Évry-Courcouronnes et de Corbeil-Essonnes, la construction du CHSF s'est fait dans le cadre du plus gros partenariat public-privé (PPP) dans le milieu hospitalier. Signé en 2006 par le ministre de la santé de l’époque Xavier Bertrand, le contrat qui lie l’hôpital au constructeur, une filiale d'Eiffage, prend la forme d'un bail emphytéotique, ce type de baux immobiliers de très longue durée qui confère au preneur, un droit réel sur la chose donnée à bail: Ainsi dans le cas de cet hôpital, le contrat d'origine prévoit que l’hôpital verse, sur son budget de fonctionnement, 30 millions d’euros par an pour le loyer et la maintenance des locaux. Au bout de 30 ans, l’Etat devient propriétaire des lieux.

Sauf qu’à la livraison en janvier 2011, entre la légionelle retrouvée dans l'eau et les gainages des tuyaux de gaz qui n'avaient pas été séparés, 8000 malfaçons ont été relevées, rendant impossible l’ouverture de l’hôpital au public. Prévu pour l'être au printemps 2011, le CHSF n’a été opérationnel qu’au début de l’année 2012. De nouveaux travaux ont entre temps été effectués, ce qui a engendré un surcoût de 175 millions d'euros répercuté par Eiffage sur le loyer annuel. Ainsi, en 2011, l’hôpital a dû débourser 38 millions d’euros alors que les locaux du CHSF étaient encore vides. En 2012, il s’apprête à payer 46 millions et on parle déjà d’un loyer à 51 millions en 2013. Avec 230 millions euros de budget, l’hôpital, malgré la suppression en cours de route de certains services, comme la radiographie, reste en déficit. Il s’éleverait à environ 20 millions cette année.

Par ailleurs, le contrat prévoit que ce soit Eiffage qui prenne en charge les travaux et réparations à réaliser dans l’hôpital, sans appel d’offre. Résultat : des prix prohibitifs sont pratiqués et viennent alourdir le loyer en fin d’année. Ainsi, au rez-de-chaussée, les deux fenêtres installées pour donner de la lumière à un bureau de secrétaires ont chacune été facturées 26 000 euros. « Eiffage a déjà la rente sur les autoroutes et maintenant sur les hôpitaux avec des marges honteuses, sur le dos de la sécurité sociale », s’indigne Christophe Prudhomme de la CGT. « Le problème du PPP, est que c’est à la fois un produit construit mais aussi un produit financier qu’il s’agit de rentabiliser », ajoute Claude Combrisson, représentant des usagers au sein de l’association Sauvons notre hôpital public.

La cour régionale des comptes estime, dans un rapport de septembre 2010, que le PPP coûtera au final 1,188 milliard d’euros, pour un coût de construction de 344 millions.

 

Interimaires remerciés, salles fermées

Le docteur Henri Lelièvre explique que la situation financière du CHSF pousse la direction de l’hôpital à « faire des économies de bout de chandelle ». La direction a en effet mené une politique de réduction des dépenses et a ainsi économisé 14 millions d'euros en 2010, 20 en 2011 et 29 en 2012, selon les chiffres de la cour régionale des comptes. Cela s'est traduit par la suppression de 160 postes ces trois dernières années.

Les économies touchent notamment le service d’orthopédie. A l’heure actuelle, deux chirurgiens se partagent deux blocs opératoires pour 28 lits ouverts (sur 44 prévus lors de la construction) et trois équipes de trois infirmières se relaient en 3x8.

« Quand il y a eu la fusion des hôpitaux de Corbeil et d’Evry, il devait y avoir trois salles pour opérer, raconte-t-il. C’est ce que l’Agence régionale de santé avait calculé selon l’activité des deux services fusionnés. Il y avait une salle d’opération pour chaque service et nous devions partager une autre salle pour la traumatologie et les urgences. Par la suite, on nous a dit que nous faisions moins d’activité que prévu –forcément avec une salle en moins–, donc la salle n’a pas été ouverte. »

L’activité de l’orthopédie a subi une autre coup de frein avec la suppression des postes d’intérimaires qui travaillaient dans les blocs opératoires. « Donc à  présent, si vous avez une urgence, comme une péritonite, on se débrouille pour vous trouver une place mais si vous avez une opération considérée comme moins importante, comme une fracture de la jambe, vous n’avez pas de salle », explique Henri Lelièvre.

Résultats pour les patients, les délais pour se faire opérer s’allongent. « Si on ne peut pas vous donner de rendez-vous au bout de deux jours, la réaction normale c’est d’aller voir les cliniques privées, nombreuses autour du CHSF, affirme Claude Combrisson, le représentant des usagers de l’association Sauvons notre hôpital public. Mais la majorité des gens qui vont à l’hôpital public ne peuvent pas faire autrement pour des raisons financières. Un gouvernement de gauche se doit de faire quelque chose.»

Les 10 milliards d'euros annoncés seront-ils suffisants ?

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 21:32

 

Les marins naviguant dans les mers tropicales connaissent parfaitement ce moment et le redoutent : cet œil du cyclone où les éléments s’apaisent, annonçant non pas l’accalmie mais le déchaînement à venir. Et il semble que l’économie mondiale est à ce moment-là. Tout paraît suspendu. Les vacances d’été, les jeux olympiques offrent une distraction, tandis que les responsables politiques sont partis en vacances, laissant accroire que tout est sous contrôle. On ne parle de rien. Pourtant, c’est l’été de tous les dangers. Le dérèglement de la crise ne cesse de s’approfondir.

Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles. La plus importante de la journée est la confirmation d’une situation que les Européens ont anticipée depuis plusieurs semaines : l’Europe dans son entier entre en récession. Après la Grèce, l’Espagne, l’Italie , le Portugal, ce sont désormais les économies centrales européennes qui sont atteintes.

La France, selon les estimations de la Banque de France, devrait connaître un recul de 0,1% de son PIB au  deuxième et troisième trimestre. La Banque d’Angleterre a dû reconnaître ce jeudi 8 août, que ses prévisions passées étaient erronées :  après deux trimestres de recul de l’activité, l’économie britannique ne peut plus espérer finir 2012 en croissance, comme la banque centrale l’avait escompté auparavant.

Les statistiques du commerce extérieur allemand, publiés aussi ce jeudi, sont venus confirmer les appréhensions : le moteur allemand, censé entraîner le reste de l’Europe, est lui aussi en train de s’étouffer. Si l’Allemagne enregistre encore un  excédent commercial de 16,2 milliards d’euros au mois de juin, l’essentiel provient d’une chute de plus de 3% de ses importations, alors que ses exportations commencent à baisser. Un ralentissement que connaissent aussi les exportations françaises, accentuant encore le déficit commercial  ( 34,9 milliards d’euros) de la France au 1 er semestre.

Le plus surprenant est que cette dégradation semble prendre tout le monde de court. Des banques centrales aux instituts de statistiques, ils se sont tous trompés depuis le début de l’année, n’anticipant pas la récession, et surtout la vitesse à laquelle elle s’opère. Ainsi le gouvernement français bâtissait il y a un an un budget 2012 sur une prévision de croissance de 2,25% . Celle-ci a été revue quatre fois à la baisse , une dernière fois en juin : il n’était plus question que d’une croissance de 0,3% . Pas sûr que ce chiffre puisse être tenu. En tout cas, les hypothèses de croissance ( 1,2%) sur lesquelles le gouvernement a bâti son projet de loi de finances pour 2013 paraissent déjà hors d’atteinte.

De même, à la mi -2011,  la banque d’Angleterre prévoyait encore une croissance de 2% en 2012. Fin mars, elle avait abaissé ses prévisions à 0, 8% . Maintenant, elle dit croissance zéro et ne s’aventure pas pour 2013.  La banque d’Italie prévoyait encore une récession de 1,4% en 2012 et un rebond de la croissance en 2013. Elle parle désormais d’une chute de  2%  en 2012 et d’une récession qui se poursuit en 2013. Et que dire des prévisions du gouvernement grec ? Au début de l’année, il s’attendait à une récession , la cinquième consécutive, de 4,5%. Les chiffres donnent déjà l’image d’un effondrement de plus 7%. Si cela se confirme, plus de 20% du PIB grec aurait été effacé en cinq ans.

baisse de la production industrielle, de la consommation , hausse du chômage

Toutes ces prévisions pourraient encore être trop optimistes, au vu de la chute économique  en Europe. A plus de 11, 5%, le chômage n’a jamais été aussi élevé dans la zone euro, depuis sa création. Et ce n’est qu’une moyenne qui permet de masquer les 25% de chômage en Espagne les 22% de la Grèce, les 15% du Portugal et de l’Irlande.

La confiance a disparu chez les Européens, hantés par la crise et tétanisés par l’exemple de la Grèce.  La consommation est partout en recul. Symbole : les immatriculations de voitures neuves, secteur industriel encore prépondérant en Europe, ont  chuté de plus de 11% en juin, avec des pointes de plus de 22% en Italie. La production industrielle s’anémie. En Espagne, elle  est en baisse pour le dixième mois consécutif, enregistrant une chute de 12,8% en juin pour les biens d’équipements, et de 11,9% pour les biens de consommation. La production industrielle française était en recul de 2% en mai, celle de l’Allemagne de 0,9% en juin.

Tout cela  laisse anticiper de lourdes conséquences sociales dès la rentrée. Les plans sociaux, qui se sont à peine interrompus en août, risquent de reprendre très vite, au vu de la dégradation économique. En présentant leurs résultats du premier semestre, les grands groupes n’ont d’ailleurs pas caché leurs intentions. Ils renoncent à tout investissement, ont déjà commencé à lancer de nouveaux plans d’économie. Ils ont même commencé à se retirer, au moins partiellement, de l’Espagne , qu’ils jugent pour l’instant sans grande perspective.

La crainte de voir l’économie européenne entraînée dans une spirale totalement récessive n’est même plus un scénario de science-fiction. D’autant que l’Europe, ne tirant aucune leçon de l’effondrement actuel, nourri par les politiques d’austérité appliquées partout en Europe à la fois, a décidé d’en rajouter.

Pour tenter d’éviter la mise sous tutelle du pays, le gouvernement espagnol, qui avait déjà lancé un plan d’économie de 65 milliards d’euros, entend le pousser à 102 milliards, au moment où les régions espagnoles font faillite, où des hôpitaux et des fonctionnaires ne sont plus payés, où des écoles ne pourront peut-être pas rouvrir à la rentrée. En Italie, le gouvernement vient de faire voter un programme de 4,5 milliards d’euros supplémentaires tout de suite. La France veut trouver plus de 12 milliards d’euros d’ici à la fin de l’année. Au terme d’un neuvième plan consécutif de réforme, la Grèce cherche à nouveau 11,5 milliards d’euros de réductions budgétaires, et est prête, pour donner les gages attendus à ses créanciers européens, à briser le tabou du non-licenciement des fonctionnaires, au risque de mettre en péril la fragile coalition gouvernementale, issue des élections de juin.

Loin de rassurer, cette politique  d’austérité généralisée, imposée avec des relents de moralisme, finit par inquiéter : l’Europe n’ouvre aucune perspective à ses concitoyens et suscite de plus en plus le rejet. Même le très orthodoxe FMI en arrive à  émettre des réserves. Dans sa dernière note sur la zone euro, il soutient  la nécessité de ne pas oublier des mesures pour soutenir la croissance , parallèlement aux réformes à entreprendre, sous peine de voir les menaces sur le système bancaire  et sur la zone euro s’intensifier.

Alors que les flux financiers  mais aussi économiques sont en train de se renationaliser au sein du marché unique, l’éclatement de la monnaie unique est désormais une option sur la table, le président de la BCE, Mario Draghi tentant de la conjurer par antiphrase en assurant que l’euro est irréversible. Le président de l’Eurogroup, Jean-Claude Juncker, lui fait un pas de plus dans cette direction, en suggérant que la « sortie de la Grèce de l’euro n’était pas ingérable ».

 

Trois crises en même temps

Trois ans après les premiers problèmes grecs, l’Europe est toujours au même point, tournant en rond, refusant la moindre remise en cause de ses options qui se sont pour la plupart révélées de cuisants échecs, sans avoir rien régler : ni la crise du système bancaire, ni celle des dettes publiques – les taux espagnols , une semaine après l’intervention « décisive » de la BCE sont à 6,8%- , ni celle de l’Europe. On comprend la lassitude des partenaires extérieurs. « C’est une saga, qui continue, qui continue encore », a soupiré le gouverneur de la banque d’Angleterre,  Mervyn King, en assurant qu’il était prêt à faire tout son possible pour aider l’Europe, si elle se décidait à agir.

On comprend aussi la fébrilité d’un Barack Obama, qui multiplie les interventions et les appels auprès de tous les responsables européens. Car sa campagne présidentielle pour le deuxième mandat se joue pour une part en Europe. Un éclatement de la zone euro aurait des répercussions immenses sur l’ensemble de l’économie mondiale, américaine en premier. Le système financier américain, en dépit des précautions qu’il essaie de prendre,  serait le premier touché. Même une récession en Europe est un scénario catastrophe pour le président américain. Déjà, l’activité économique des Etats-Unis se ressent du ralentissement européen : chaque mois, la reprise donne de nouveaux signes d’essoufflement outre-Atlantique.

D’où les pressions de plus en plus affirmées de Barack Obama sur les dirigeants européens pour qu’ils trouvent une stratégie de sortie de crise. L’insistance du président américain est d’autant plus forte que les Etats-Unis ont leur propre crise, mise sous le boisseau grâce à la crise de l’euro. Mais , après l’élection présidentielle, il ne sera plus possible de cacher  la question des finances publiques et celle de fiscalité américaine, rendues encore plus aigues par la paralysie politique provoquée par les Républicains.

« Je pensais qu'il y aurait d'abord la crise européenne, puis la crise américaine. Et ces fous du Tea Party ont été capables de synchroniser la crise américaine avec la crise européenne. Deux crises en même temps » , expliquait l’économiste Robert Boyer dans un entretien à Mediapart , il y a tout juste un an. Sa relecture effraie : nous avons fait du surplace. Un an plus tard, ce sont les mêmes débats. Nous  en sommes toujours à l’austérité, à la règle d’or, à l’absence de vision des dirigeants européens, à la menace destructrice que fait peser la finance sur le monde. Aucune direction ne semble avoir été donnée, aucune mesure efficace prise.

Dans cet entretien sur ce qu’il qualifiait la plus grave crise depuis 1929, Robert Boyer mettait en garde aussi sur l’illusion de compter sur les pays émergents. Il soulignait le danger chinois« Et puis il y a la Chine, confrontée à des déséquilibres considérables. Elle cherche à doper la demande des ménages. Mais pour cela, il faudrait qu'elle distribue du pouvoir d'achat. Or les salariés n'ont aucun pouvoir, et la concurrence entre les provinces est telle, qu'il n'est pas simple de relever le salaire de base. Chaque province cherche à attirer des capitaux, et les banques donnent des crédits aux entrepreneurs. Vous avez donc des paquets de mauvaise dette dans les provinces, que la Banque centrale pourrait décider de racheter, mais cela serait périlleux. La crise est rampante en Chine » assurait-il, en insistant sur cette situation totalement inédite – et explosive- des trois blocs économiques en crise en même temps.

 

Flambée du pétrole et du blé

Tout à sa crise, l’Europe ne prête guère attention aux nouvelles venant de Chine . Mais les prédictions de Robert Boyer semblent se confirmer. En dépit des nombreuses incertitudes pesant sur la fiabilité des statistiques chinoises, celles-ci montrent quand même la tendance : la croissance économique ralentit sec en Chine, tout comme les excédents commerciaux,  qui s’amenuisent au fur et à mesure de la baisse de la consommation en Europe. Les problèmes masqués resurgissent. La bulle immobilière qui a sévi dans tant de provinces est en train d’exploser partiellement. Surtout, la concurrence entre les provinces qui a amené à la multiplication d’usines et d’outils de production est en train de se transformer en crise de surcapacités, exacerbée par l’absence de débouchés extérieurs.

La banque centrale chinoise a pris plusieurs dispositions pour essayer de contenir les déséquilibres et relancer la machine économique. Elle a notamment choisi d’abaisser les réserves légales des banques afin de les inciter à financer plus l’économie. Des mesures pour tenter de temporiser et d’organiser un repli en bon ordre. Mais le gouvernement chinois pourrait être vraiment pris de court, si la dégradation s’amplifiait en Europe et /ou aux Etats-Unis.

Pour compléter ce sombre tableau, deux autres facteurs économiques, eux aussi passés sous silence, pourraient peser lourd dans les mois qui viennent : la hausse du pétrole et celle des matières premières agricoles. Le baril de brent est à nouveau en hausse,  à 112 ,55 dollars, en raison des conflits au Moyen Orient , la spéculation cherchant des valeurs refuges faisant le reste.  Les cours du blé, du maïs, du soja  se sont envolés à l’annonce des mauvaises récoltes américaines, liées à  la sécheresse qui frappent les Etats-Unis. Les spéculateurs se sont bien entendu précipités. Depuis la mi-juillet, ils  ont enregistré respectivement des augmentations de 52%, 35% et 15,9%.  Les augmentations de ces matières premières essentielles ne vont pas tarder à se répercuter très vite dans les prix alimentaires, frappant en premier les pays les plus pauvres.

Comment toutes ces données vont-elles évoluer ? Se combineront-elles ? Ou au contraire, certaines d’entre elles se dissiperont-elles ? Cinq ans après le début de la crise, celle-ci prend à nouveau des allures effrayantes.

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 21:25

 

leparisien.fr

Mehdi Gherdane et Aurélie Ladet | Publié le 08.08.2012, 11h28 | Mise à jour : 20h31

LE PARISIEN

 

Un homme a été hospitalisé mercredi dans la matinée dans un état grave après s’être immolé par le feu dans les locaux de la caisse d’allocations familiales de Mantes-la-Jolie (Yvelines). L’homme, âgé de 51 ans, originaire de la commune voisine de Mantes-la-Ville, s’était présenté dans les bureaux de la Caf, situés dans la cité du Val-Fourré, peu avant 10 heures.

Au cours d’un entretien en tête-à-tête, un conseiller lui a alors appris que le RSA venait de lui être suspendu pour le mois de mai. Il s'agissait, selon la CAF, d'une suspension provisoire, en raison d'un manque de pièces justificatives.

Sans dire un mot, toujours selon un représentant de la CAF, l’allocataire a sorti une bouteille contenant un produit inflammable dont il s'est aspergé avant de mettre le feu. Il s'est aussitôt embrasé. Le personnel et d’autres allocataires présents lui sont venus en aide pour éteindre les flammes. Selon la préfecture, les blessures sont sérieuses mais les jours de la victime ne seraient pas en danger.

Une cellule psychologique a été mise en place pour réconforter le personnel et les témoins de ce drame qui sont en état de choc. Les bureaux de la caisse ont été fermés.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 14:23

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 08.08.2012 à 14h43

 

La centrale nucléaire de Tihange (Belgique) en janvier 1998.

L'Agence de contrôle nucléaire belge (AFCN) a annoncé la mise à l'arrêt de Doel 3, l'un des sept réacteurs exploités par Electrabel, à la suite de la découverte de "potentielles fissures" sur la cuve et n'autorisera la reprise que "si des arguments convaincants sont fournis". Le réacteur était à l'arrêt depuis début juin pour entretien et le combustible nucléaire avait été déchargé.
Il n'y a donc aucun danger pour la population, les travailleurs et l'environnement", insiste l'agence dans un communiqué diffusé sur son site Internet.

"Une nouvelle méthode d'analyses de la cuve au moyen de capteurs ultrasoniques a été réalisée lors de la révision planifiée de la centrale nucléaire de Doel 3. Si les résultats de ces analyses ne sont pas encore complètement établis à ce stade, il apparaît déjà que les capteurs ultrasoniques ont détecté sur la cuve la présence de très nombreuses indications qui pourraient s'assimiler à de potentielles fissures", explique l'AFCN.

 

 ARRÊT MAINTENU AU MOINS JUSQU'AU 31 AOÛT

"Le réacteur est maintenu à l'arrêt tant que les résultats complets n'ont pas été fournis. L'AFCN donnera son opinion après analyse de l'ensemble des informations reçues, sans verser dans la spéculation", précise l'agence. "L'arrêt de Doel 3 sera maintenu (au moins) jusqu'au 31 août 2012", a ajouté l'AFCN. Mais l'Agence de contrôle nucléaire précise que son "opinion finale se basera sur l'évaluation de sûreté du dossier complet, de même que sur les avis de son Conseil scientifique, et sera soumise à un audit international". "L'AFCN donnera seulement une autorisation de poursuivre l'exploitation si des arguments convaincants sont fournis", conclut le communiqué.

Electrabel, filiale belge du groupe français GDF Suez, exploite sept réacteurs sur deux sites : quatre dans la centrale de Doel, près d'Anvers, en Flandres et trois à Tihange, près de Liège, en Wallonie. La Belgique a décidé de sortir progressivement du nucléaire avec la fermeture programmée des unités 1 et 2 de Doel en avril 2016. Doel 3 doit être fermé en 2022 et Doel 4 en 2025. Les trois réacteurs de Tihange seront fermés en 2023 et 2025. Des inspections sont programmées prochainement sur les cuves de la centrale de Tihange. Le réacteur numéro 2 sera mis à l'arrêt en septembre et l'unité 1 en 2013, a indiqué l'AFCN. Les cuves de Doel 4 et de Tihange 3 "devront à terme subir également ce même type d'inspection".

Lire : Belgique : un compromis pour sortir du nucléaire


 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 14:16

 

http://www.youtube.com/watch?v=veMib6xWo-c

 

 

Publiée le 26 juil. 2012 par OfficialOTVQTV

Episode 3 Saison 1
Débat houleux sur la Syrie avec:
Serge Michel, Directeur adjoint des rédactions au Monde
Bahar Kimyongür, auteur de Syriana, la conquête continue
Jean-Baptiste Beauchard, Doctorant et spécialiste du Proche-Orient

http://www.otvqtv.com

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 22:07

 

 

http://globalpresse.wordpress.com/2012/08/06/siemens-pirate-par-des-anonymous-ecolo/

6 Août 2012

 

 

 

 

Le site Internet de la marque Siemens piraté par Anonymous en soutien à l’écologie et aux énergies vertes. La société allemande Siemens vient de gouter à la colère des Anonymous. Le site Internet de cette entreprise vient d’être piraté par des hacktivistes écologistes. 

“Nous nous battons pour les droits de l’homme et contre les grosses sociétés qui détruisent la nature et les cultures anciennes.” a pu lire ZATAZ.COM. Cette attaque est la seconde phase de l’opération Anonymous baptisée Green Rights. Les pirates ont diffusé une partie de la base de données de SIEMENS. Identités, emails, téléphones… Bref, toutes les données qu’une base de données peut enregistrer. Les cybers manifestants sont particulièrement bien organisés. Le fichier a été diffusé, via TOR, afin d’effacer la moindre trace.

Anonymous reproche aux sociétés Sony, Nokia, Siemens, Toshiba, Apple, Intel, … d’être impliquées dans les conflits, au Congo. “Au moins 200.000 personnes sont mortes dans la guerre liée aux minerais au Congo.” explique Anonymous. Pour preuve, les hacktivistes avaient diffusé en juin dernier l’adresse email et les téléphones d’un “commerçant” local. “Citoyens du monde: vos téléphones portables, lecteurs DVD, consoles de jeux vidéo et ordinateurs sont fabriqués avec le sang des hommes et animaux du Congo.” Anonymous demande de changer cette tendance en recyclant nos propres technologies ! L’histoire ne dit pas si ce piratage a été réalisé avec un ordinateur en bois, fonctionnant à l’huile de déchets verts.

 

 

 

http://www.zataz.com/news/22317/siemens–hack–anonymous–Green-Rights.html

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22