Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 21:57

 

http://globalpresse.wordpress.com/2012/08/16/interview-mr-mondialisation-decroissance-3-0/

 

 

 

16 Août 2012  

 

 

 

La voix est rauque et rendue plus grave par un obscur logiciel d’ordinatron. Les mots sont détachés et articulés lentement, la fin de chaque phrase laisse place à une longue pause qui permet à celui qui écoute le temps de réfléchir à la “substantifique moelle” des propos. 

On perçoit au centre de l’image grisée un masque au bec proéminent dodelinant au son de la voix qui semble lui appartenir. Les bords sont floutés, les teintes sont grises et bleues. Si vous êtes un activiste des internets, vous aurez déjà compris de qui je parle. Sinon, vous n’avez qu’à lire le titre de cet article.

La première vidéo de Mr Mondialisation sur sa chaîne Youtube remonte à février 2010. Depuis, il enchaîne reportages d’une quinzaine de minutes et vidéo-clips aguicheurs montés à partir d’images empruntées à des films comme Koyaanisqatsi, Baraka, Life In A Day ou tout simplement à ces publicités que nous affectionnons tant. Ces clips reprennent les codes de la pub TV (montage rapide, synchro avec la musique) et dénoncent le système avec la force des images. Les reportages, quant à eux, ont pour narrateur ledit Mr Mondialisation et suivent l’argumentation précise de ce dernier.

Mr Mondialisation fait partie de ceux qui remettent en cause l’idéologie dominante que la politique de masse nous enseigne : celle de la croissance. L’objection de conscience, la non-violence, la désobéissance civile, la simplicité volontaire, la sobriété heureuse et la décroissance sont autant de concepts que Mr Mondialisation soutient dans ses vidéos, mais aussi sur sa page Facebook. Toujours guidés par la quête du Savoir Ultime qui nous est propre, nous avons décidé d’aller interviewer ce Mr Mondialisation. Une interview réalisée par mail, puisque l’homme masqué est soucieux de préserver son anonymat.

Comment présenteriez-vous ce personnage de Mr Mondialisation ? D’ailleurs, le mot “personnage” vous convient-il ?

Nous aimons dire que Mr Mondialisation est un symbole libre d’interprétation.

Vous êtes combien derrière ce compte ?

Il n’y a pas de réponse définitive à donner à cette question. Le nombre évolue au cours du temps. Une personne est à son origine, mais aujourd’hui, cinq personnes font évoluer le personnage sur différents niveaux, de Facebook à Youtube en passant par le développement web, la communication ou la recherche de documents.

En visionnant toutes vos vidéos, on remarque un fil d’Ariane, que vous tenez depuis maintenant près de deux ans. Une telle continuité est rare, avez-vous eu d’autres projets avant, en rapport avec des sujets de société comme ceux que vous traitez maintenant ?

L’idée du personnage s’est construite autour d’un blog créé en 2004 et dont le titre était « mondialisation ». A cette époque, l’objet de notre indignation n’était pas clair. Alors que notre pensée s’affinait, l’idée du personnage allait germer. La clôture du blog annonça la naissance du concept. En réalité, le terme « Monsieur Mondialisation » était un nom amical que nous donnaient quelques internautes. Une manière de nous souvenir d’où nous venons.

Je vous ai pour ma part découvert avec votre vidéo la plus connue, “Vous êtes l’Evolution !”, à une époque où le mouvement des Indignés et des Anonymous battait son plein. Depuis que vous avez commencé, avez-vous pu constater une certaine prise de conscience de la majorité ?

De la majorité ? Certainement pas. Une augmentation lente de la prise de conscience, oui. Malgré que nous observions une accentuation des témoignages allant dans ce sens, nous pensons que la « conscience globale » ne concerne qu’une minorité, mais une minorité particulièrement active. Nous pensons que la pire arme contre le système totalitaire marchand, c’est le Savoir, même si celui-ci vient bousculer nos croyances les plus profondes.

 

 

 

Vous avez toujours affiché votre soutien aux Anonymous qui, à l’inverse des Indignés, ont été discrédités dans la plupart des médias grands publics, qui les présentaient comme des adolescents boutonneux immatures et irresponsables. Comment vous l’expliquez ?

Les Indignés n’ont jamais représenté une grande menace pour les acteurs du système politico-financier. Anonymous, par contre, est un bras « actif » d’une résistance informatisée, mais fleuretant  parfois avec l’illégalité. Ils incarnent  une désobéissance civile adaptée au monde moderne. Je pense qu’ils ont représenté une menace pour de nombreux acteurs privilégiés de cette société. Sans tomber dans la théorie du complot, les médias avaient des intérêts à orienter l’opinion publique en développant l’idée que les Anonymous étaient jeunes et immatures. Si c’était le cas, je doute que les états unis auraient déployé autant de moyens pour en faire emprisonner.

Lors du “buzz” de cette vidéo sur internet, vous avez touché un nouveau public qui n’a pas toujours été tendre avec vous. Ils critiquaient notamment le fait que vous offriez une vision trop édulcorée voire simpliste des Indignés et des mouvements de contestation en général. Si vous deviez leur répondre une bonne fois pour toutes, vous diriez quoi ?

Ce sont les effets collatéraux habituels du « buzz ». Ce public n’était pas préparé à la philosophie générale de nos reportages. Certains s’attendaient à une révolution éclaire, d’autres y voyaient la main d’Anonymous, certains ont associé le masque à une marque sectaire. Je pense que beaucoup d’utilisateurs n’imaginent pas à quel point gérer une page facebook de dizaines de milliers de membres tout en produisant bénévolement des reportages, est une tâche difficile qui réclame un investissement privé important. Nous prions les profanes de consulter tous nos travaux avant toute réaction.

Etienne Chouard,dont vous semblez assez proche, s’inquiétait dans une interview pour Rue 89

d’être “devenu fasciste sans le savoir”. Le nationalisme est souvent prôné comme remède à la mondialisation, notamment par l’extrême droite. Pourtant, vous proposez une autre alternative. Quelle est-elle ?

Il n’a, en effet, jamais été question d’aborder une logique nationaliste derrière ce masque. C’est d’ailleurs un facteur de critique important envers notre personnage qui évolue dans un contexte favorisant les amalgames. Ceux qui ne sont pas clairement nationalistes sont facilement suspectés d’être des mondialistes infiltrés… Nous ne voulons pas nous positionner dans ces schémas binaires et politiquement orientés. Cependant, nous sommes très clairement en faveur d’une relocalisation des activités économiques vernaculaires. Je pense aux AMAP françaises, à des logiques de permaculture ou réseaux d’échanges. Ces actions ne s’embarrassent pas des logiques politiques.

 

 

Bien évidemment, je me dois de vous demander votre avis sur les élections présidentielles françaises : Qu’avez-vous pensé de l’élection de François Hollande ?

Mr Mondialisation se veut détaché du monde pour mieux l’observer. L’évènement des élections en France ne fut pas un sujet auquel nous nous sommes attardés longtemps. Par contre, nous estimons qu’aucune politique actuelle n’est axée sur la remise en question (ou ne serait-ce que la critique) du dogme économique dominant. Nous les pensons, par définition, inaptes à répondre à des enjeux globaux.

Quel candidat auriez-vous soutenu ? Qui auriez-vous souhaité voir parmi les candidats ?

Je ne vois pas l’intérêt de répondre à une telle question car mon choix se porterait indéniablement vers « le moins pire ». Probablement la personne la plus apte à résister aux sirènes du productivisme. Si nous ne croyons pas aux solutions politiques, nous ne soutenons pas les campagnes d’abstention. Nous estimons qu’il y a mieux à faire pour révolutionner la société.

De quels théoriciens, “penseurs”, intellectuels voire hommes politiques vous sentez-vous proche ?

Citer des auteurs serait prendre le risque de s’enfermer dans un carcan idéologique. Le personnage est libre et peut s’inspirer de tout et de tout le monde, si le discours est raisonnable, tolérant et basés des faits. Toutefois, nous apprécions l’esprit des Lumières. Notre masque peut d’ailleurs être interprété comme un symbole d’humanisme selon certains aspects historiques. Plus techniquement, nous adhérons aux théories scientifiques qui objectent la croissance. Il s’agit souvent ici d’un point de discorde avec nos opposants qui n’admettent pas que l’approche puisse être apolitique et désintéressée.

Vous avez souvent affirmé qu’il y avait très peu de chances que le changement vienne “par le haut”, et qu’il fallait donc se concentrer sur l’évolution des mentalités. Aujourd’hui, y a-t-il des institutions qui peuvent encore faire quelque chose pour freiner la course à la croissance ?

Sans basculement de logique économique, freiner la croissance ne fera qu’accélérer l’effondrement du système ou son adaptation. Paradoxalement, la situation sociale et environnementale nous oblige à reconsidérer notre logique dans l’urgence alors que nos politiciens sont loin de ces préoccupations.

Nous sommes convaincus que les puissances économiques et politiques vont s’accrocher à leur logique jusqu’à la fin, au prix de lourds sacrifices environnementaux et sociaux, comme c’est déjà le cas partout sur terre. Mais nous regrettons cette situation. Il ne nous reste ainsi d’autre choix que le changement des mentalités. Certes, les changements que cela engendre ne sont pas visibles, mais ils existent.

En travaillant sur ce projet de Mr Mondialisation, quel est votre but ultime ?

Nous n’avons pas de « but ultime ». C’est probablement en cela que nous sommes différents de beaucoup de libres penseurs. Le personnage accompagnera la société dans son évolution sans oublier de dénoncer chaque point qui mérite de l’être afin que de plus en plus de citoyens fassent des choix responsables. En réalité, l’idéal de Mr Mondialisation, c’est qu’un jour, il puisse observer le monde sans avoir de raison de s’indigner.

Finalement, c’est quoi votre technique pour intéresser les gens à la décroissance ?

Simplement dire la vérité, qu’elle plaise ou non. Non pas une vérité révélée que nous serions chargés de transmettre, mais des éléments vérifiables et factuels qui poussent les citoyens à ouvrir leur horizon conceptuel et accepter l’idée qu’un autre paradigme de société est non seulement souhaitable, mais possible. D’un point de vue purement sémantique, arrêtons de parler de décroissance, parlons d’objecter la croissance. Car l’objection émane de l’observation des faits. La décroissance a une connotation politique trop marquée pour nous.

Sur Matrack, on parle pas mal de musique donc on aimerait bien connaître votre avis sur ce qui nous est constamment proposé à la télévision et dans les médias en général, sur un plan musical. Au contraire, des artistes et des labels, dits indépendants, sont légions malgré leur faible visibilité, qu’en pensez-vous ?

Il y a une guerre culturelle en ce moment même et j’ignore qui l’emportera. D’un coté, vous avez la méga-machine de l’industrie du spectacle qui a pour objectif de prendre le pouvoir sur l’information numérique dans un but purement économique. Face à la révolution culturelle de l’information, l’industrie n’a pas d’autre choix que le radicalisme. C’est pourquoi nous assistons à un lobbying de plus en plus agressif de leur part, obligeant des états à glisser doucement vers une nouvelle forme de totalitarisme. Dans le pire des scénarios, quelques grandes corporations détiendront le pouvoir économique sur l’art, à l’image d’un futur cyberpunk. Mais si les citoyens se réveillent à temps, la liberté l’emportera. Vous comprenez pourquoi il existe souvent des écarts de qualité entre l’artiste libre et un produit de consommation étudié pour être rentable.

Mr Mondialisation sur les internets

Facebook -> https://www.facebook.com/M.Mondialisation

http://matrack-mag.blogspot.fr/2012/08/interview-mr-mondialisation.html

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 21:44

 

La contestation nucléaire nous réjouit au Pellerin

Le chemin de croix d'EDF en Bretagne ..

 

Lorsqu'à la fin de l'année 1976, le gouvernement de l'époque lance le projet de centrale nucléaire en aval de Nantes, on devine la volonté d'imposer à tout prix cette magnifique technologie à ces têtus de Bretons. Puisque les projets de la pointe Finistère ont échoué, il faut tenter l'aventure près de la grande ville.

 

Pourtant, dès l'annonce de ce projet d'implantation, le conseil municipal du Pellerin vote contre. C'est une première, les élus locaux, forts des colères des communes qui ont eu à subir pareilles sollicitations, choisissent immédiatement le camp de la contestation. Ce qui aurait dû être compris comme un signal clair ne rebute pourtant pas un état désireux d'imposer coûte que coûte l'atome sur tout le pays, y compris en Armorique,cette région de bourriques !

 

Et la sarabande de l'affrontement de David contre Goliath va une nouvelle fois reprendre. Nous allons retrouver ici les mêmes ingrédients qu'à Plogoff et Erdeven. Il n'y a pas de raison que l'opinion publique bretonne ait changé d'avis en si peu de temps. Ce n'est pas parce que, cette fois, ce sont des habitants proches d'une grande ville, que les raisons de l'opposition vont disparaître comme par magie.

 

Tout ce qui fit le succès des combats précédents se renouvelle ici. L'enquête d'utilité publique se traduit par des affiches préfectorales, des mairies barricadées, des manifestations monstres, des vols de documents officiels, des échauffourées contre les force de l'ordre. La tentative de pourrissement par le temps, la peur du bâton de justice n'y feront rien.

 

Pourtant, la volonté du pouvoir ne baisse pas et cette fois encore, il use de moyens disproportionnés et violents pour faire plier ceux qui se dressent devant le Dieu Atome. En 1987 des affrontements dignes de la guerre civile se déroulent dans la ville de Cheix-en-Retz. C'est bien le signe que cette énergie n'est pas au service des populations mais bien de quelques puissances !

 

Cinq militants sont traînés devant le tribunal de Rennes. Ce sont des agriculteurs qui défendent leurs terres et que l'état juge sur les bases d'une loi anti-casseurs proche des lois d'exception. On ne change pas la mentalité d'un pouvoir qui devient autoritaire dès qu'il est question d'énergie nucléaire

 

Les cinq otages d'une justice énergique sont libérés après un procès en appel sous haute tension. Ils sont condamnés à une peine symbolique de 13 jours de détention, le droit inique doit sauver la face. Nous sommes le 15 juin 2000, soit quatre années après le début de la controverse. Il y a des pouvoirs bien longs à la détente. Qu'il est difficile de comprendre qu'une population entière refuse ce qu'on veut imposer de Paris !

 

François Mitterand, en 1981, tient son dernier meeting à Nantes devant 20 000 personnes et annonce : "Il n'y aura pas d'ouverture de nouveaux chantiers nucléaires, en particulier au Pellerin dont le choix suscite une opposition unanime". Le site n'est toutefois pas abandonné immédiatement. Nous savons depuis ce que vaut la parole d'un socialiste en la matière !

 

En 1982, le temps que les braves gens oublient ce qui a été dit, Pierre Mauroy lance des études d'implantation au Carnet. Ce n'est pas parce que la mesure venait des socialistes que les bretons allaient changer d'avis. C'est faire bien peu de cas de leur opiniâtreté et de leurs convictions. Les mêmes batailles allaient reprendre et la police frappe aussi fort sous un gouvernement de droite que de gauche !

 

Les années passent, les gouvernements et les majorités se succèdent. Le pouvoir repasse aux mains de la droite qui relance vraiment le projet. Jacques Chirac lance une enquête d'utilité publique pour le projet du Carnet en 1987. En 1993, Pierre Bérogovoy, premier ministre de l'époque fait semblant d'enterrer le dossier. En la matière, les socialistes ont toujours été beaucoup plus fourbes que les élus de droite, toujours ouvertement favorables au nucléaire.

 

Vous pouvez mesurer le temps que met un tel projet. Le pourrissement est l'arme des puissants. Ils comptent sur la fatigue et l'oubli pour les opposants. Ils noient le poisson, font durer le plaisir, s'amusent d'eux, de déclarations contradictoires en annonces illusoires. Pourtant, dans l'ombre, EDF avance ses billes, fait des travaux sur le terrain.

 

En 1997, après bien des épisodes encore, le préfet lance les travaux. Des manifestations ont lieu dans les rues de Nantes. Le maire, Monsieur Ayrault, alors dans l'opposition au gouvernement de droite, s'exprime clairement contre le projet. Le 6 mai, Lionel Jospin, en campagne à Nantes, confirme :"Si la gauche remporte les élections, il n'y aura pas de centrale au Carnet". Curieux cette manie des socialistes en campagne d'être défavorable au nucléaire pour changer de casquette ensuite !

 

Le mardi 16 septembre 1997, le premier ministre Lionel Jospin, annonce qu'il demande à EdF de renoncer au projet de centrale nucléaire au Carnet. La promesse est tenue mais pour combien de temps ? Le feuilleton peut reprendre à tout moment. En matière de nucléaire, les gouvernements se suivent mais les manières ne changent pas.

 

Il y a toujours bien loin entre les paroles tenues dans l'opposition et les réalités du pouvoir. L'énergie nucléaire dépasse le cadre idéologique. Elle semble faire partie intégrante de la gestion du pays. Des sommes considérables sont en jeu, des intérêts financiers échappent totalement au contrôle de l'état et des citoyens. De ces épisodes confus et contradictoires, du Pellerin au Carnet, nous devons retenir qu'il ne faut jamais croire en la parole d'un politique et qu'EDF est capable d'agir par dessus la tête de ces braves causeurs.

 

Confusément leur.

 

À consulter impérativement :

Le blog de Fukushima :http://fukushima.over-blog.fr/

Le blog officiel de la Caravane :http://caravane-plogoff-fessenheim.overblog.com/

Le blog officieux de la Caravane :http://www.chroniques-ovales.com/

 

 

Caravane à vélo de Plogoff à Fessenheim

des indignés de plus en plus inquiets du nucléaire

 

mercredi 15 aout : arrivée au PELLERIN, lieu d’une opposition victorieuse à l’implantation d’une centrale nucléaire (1976-1981)

 

jeudi 16 aout : arrivée à Mauves-sur-Loire

 

vendredi 17 aout : arrivée à Ingrandes

 

samedi 18 aout : arrivée à Champteussé-sur-Baconne,installation de stockage de déchets dangereux (de Saint-Laurent-des-Eaux, de Chinon)

 

DIMANCHE 19 AOUT : arrivée à La Daguenière

 

lundi 20 aout : arrivée à la centraled’AVOINE

 

mardi 21 aout : arrivée à Tours

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 21:40

 

 

Publié: 16.08.2012 / 03:03

 

Pour info demain sera une une journée internationale de soutien pour libérer les Pussy Riots http://www.freepussyriot.org/ avec des évènements prévus dans le monde entier (cf ci-dessous)
Evènements :

Barcelonahttps://www.facebook.com/events/428870363832253/

Belgrade : http://www.facebook.com/events/353321734744751/

Berlinhttp://www.facebook.com/events/341464445932389/

Brightonhttp://www.facebook.com/events/476321332380904/

Brisbanehttp://www.facebook.com/events/393769817342711/

Bruxelles http://www.amnestyinternational.be/doc/s-informer/actualites-2/article/russie-manifestation-pour-la

Buenos Aireshttp://www.facebook.com/events/271199299647295/

Chicago : http://www.facebook.com/events/408042082576296/

Chisinau/Moldovahttp://www.facebook.com/events/493393557354880/

Copenhagenhttp://www.facebook.com/events/424471940927930/ https://www.facebook.com/events/374520859284447/

Derry, Irelandhttp://www.facebook.com/events/102245836592357/

Dublinhttp://www.facebook.com/events/274613749309206/

Florence (Firenze) : http://www.facebook.com/events/459331887430924/

Genévehttp://www.facebook.com/events/110110862469275/

Göteborghttp://www.facebook.com/events/274179756015202/

Hamburghttp://www.facebook.com/events/427926530583502/

Helsinkihttps://www.facebook.com/events/424531920915641/

Kaliningradhttp://vk.com/event41762298

Köln/Colognehttp://www.facebook.com/events/349557895119950/

Kievhttp://www.facebook.com/events/227350677388464/

Leedshttp://www.facebook.com/events/155657094558291/

Londonhttps://www.facebook.com/events/337559159661689/ http://www.guardian.co.uk/music/2012/aug/13/royal-court-pussy-riot-readi…

Madridhttp://www.facebook.com/events/350516441690013/

Marseillehttp://www.facebook.com/events/347401892005724/

Melbournehttps://www.facebook.com/events/357491980994134/

Mendoza, Argentinahttps://www.facebook.com/events/488788877798731/

Milanhttps://www.facebook.com/events/134453260030214/

Minneapolis : http://www.facebook.com/events/453640387991012/

Montréal http://www.facebook.com/events/388534647880948/

Moscowhttp://www.facebook.com/events/401297053252028/ http://www.facebook.com/events/337847742969653/

München/Munichhttp://www.facebook.com/events/142675212539886/

Murmanskhttp://vk.com/pussyriot51

Nanteshttp://www.facebook.com/events/351885048219480/

New York Cityhttps://www.facebook.com/events/262241200554708/ http://www.facebook.com/events/336406896449171/

Nicehttps://www.facebook.com/events/433177160059098/

Odessahttp://vk.com/event41737295 https://www.facebook.com/events/176445712490602/?context=create

Oslohttp://www.facebook.com/events/408330272558296/

Ottawahttps://www.facebook.com/events/273166786116903/

Parishttps://www.facebook.com/events/477310605615546/

Permhttp://vk.com/event41594563

Portland : http://www.facebook.com/events/454346897919936/

Prague : http://www.facebook.com/events/173074842817417/

Reykjavikhttps://www.facebook.com/events/458139040873098/

Rigahttps://www.facebook.com/events/458755374145273

Samarahttp://vk.com/freepussyriotsamara

San Franciscohttp://www.facebook.com/events/424888970880304/ https://www.facebook.com/events/509970192361811/

Sidneyhttp://www.facebook.com/events/513418808674744/

Stockholmhttps://www.facebook.com/events/345703202177925

St. Petersburghttp://vk.com/freepussyriot170812spb

Tel Avivhttps://www.facebook.com/events/130257380452299/

Toronto https://www.facebook.com/events/306577532773598/

Toulouse http://www.facebook.com/events/431789516864929/

Tournai, Belgium https://www.facebook.com/events/372254449510600/

Tverhttp://vk.com/tverforpr

Västeråshttps://www.facebook.com/events/367931276613819/

Vilinushttp://www.facebook.com/events/450340734998207/

Warszawahttp://www.facebook.com/events/465259630171770/

Washingtonhttps://www.facebook.com/events/418284021540525/?context=create&ref=book…

Wien/Viennahttp://raw.at/raverse/2012/pussy-riot-solitreffen-am-13-08-12

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 21:31

 

+19,5 % d’augmentation du prix du maïs, +26 % pour le blé. En moyenne, le prix des denrées alimentaires a augmenté de 6 % entre juin et juillet, selon les chiffres publiés par l’administration fédérale américaine en charge de l’agriculture (USDA), en fin de semaine dernière.
Les principaux responsables sont connus : vague de sécheresse qui frappe l’Europe du sud et surtout les Etats-Unis, production excessive de bioéthanol, augmentation de la demande alimentaire mondiale. Mais au-delà de ces coupables tout trouvés, une zone d'ombre demeure : quel rôle peuvent jouer les spéculateurs dans ces mouvements soudains des marchés ?

La situation est à ce point inquiétante que le ministère de l’agriculture français évoque dans un communiqué, publié lundi 13 août, la possibilité de réunir le Forum de réaction rapide du G20. Créée en 2011, cette structure internationale, encore jamais réunie, est censée lutter contre la trop grande volatilité des prix des matières premières agricoles. Le risque est une nouvelle flambée incontrôlable des prix entraînant des millions de personnes vers l'insécurité alimentaire, voire la famine, comme ce fut le cas en 2008 lors de la dernière grande crise alimentaire et des émeutes de la faim.

Car du point de vue des marchés financiers, les matières premières restent une valeur refuge dans un contexte de récession mondiale. Ainsi, Le Monde, dans son édition du 14 août, affirme que la Deutsche Bank a réalisé ses meilleurs rendements sur les cinq dernières années sur l’or à égalité avec… le maïs.

Les spéculateurs disposent de plus en plus d’outils pour vendre et acheter sur les marchés de matières premières, notamment agricoles. Aujourd’hui, les produits financiers indexés sur les indices de matières premières sont devenus monnaie courante et s’achètent et se vendent à la BNP Paribas, au Crédit agricole ou encore chez Barclay’s. Le blé, le maïs, le café, le soja sont devenus un placement, au même titre que l’or.

Mais de quoi parle-t-on précisement ? « Un marché de matières premières, c’est comme le marché du dimanche matin, explique Benjamin Louvet, responsable à Prim’Finance, société de gestion de matières premières. Sauf que vous allez voir votre maraîcher ou votre fruitier, vous lui achetez des kilos de pêches mais pour dans trois mois. Vous payez une partie tout de suite et le reste à la livraison. Vous paierez un peu plus cher que le prix du marché parce qu’il y a des frais de stockage. Mais si entre temps, le prix augmente, vous conservez le prix d’origine et réalisez une marge. » C’est ce qu’on appelle un contrat à terme.

À l’inverse, un agriculteur, qui sent que les prix vont baisser, va vouloir vendre au plus vite, alors que ses clients industriels préféreront attendre. « C’est là qu’interviennent les marchés financiers, explique Benjamin Louvet, et c’est pour cela qu’on les a autorisés à intervenir car le rapport de force entre agriculteurs et industriels n’était pas équitable. Pour l’agriculteur, ils vont jouer le rôle d’assureur. »
« Un agriculteur cherche un bon prix pour gagner sa vie. Un industriel cherche un bon prix pour faire des marges supplémentaires. Un financier porte le risque à la place du producteur », conclut-il.

Sauf, qu’entre temps, la dérégulation des marchés financiers des années 1980 est passée par là. « Aujourd’hui, ces produits de garantie ne sont plus vendus à des fins de garantie mais à des fins spéculatives », affirme Juliette Renaud, qui a participé à l’élaboration du rapport de l’ONG les Amis de la Terre intitulé Farming money : How European bank and private finance profit from good speculation and land grabs, publié en janvier 2012.

Selon la FAO, seuls 2 % des acheteurs de contrats à terme se font effectivement livrer de la marchandise. Autrement dit, 98 % des acheteurs de blé ou de soja sur ces marchés à terme n’en voient jamais la couleur. Il reste cependant difficile de connaître les montants de ces contrats. En 2007, ce marché s’élevait à 7 500 milliards de dollars, contre 770 milliards en 2003, selon Olivier De Schutter, le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation. Même tendance exponentielle constatée à la FAO, qui estime que les contrats à terme ont explosé de 40 à 80 % depuis 2008.

Benjamin Louvet reconnait un « appétit des investisseurs » et un « potentiel de performance énorme ». Preuve de cet appétit, les marchés de matières premières se retrouvent inondés de produits dérivés. La BNP Paribas a d’ailleurs créé une filiale en mai 2011, entre autre destinée aux placements sur les marchés de matières premières, Theam.

En ce qui concerne les matières premières, la banque française affiche clairement ses intentions : « doubler le chiffre d’affaires des commodités dérivées sur les trois prochaines années. » Amine Bel Hadj Soulami, directeur des matières premières dérivées de la BNP évoquait, en 2009, 500 millions de dollars de chiffre d‘affaires sur les matières premières dont 8 % dûs aux matières premières agricoles.

Aujourd’hui, la BNP gère une petite dizaine de fonds, qui impliquent des cocktails de produits alimentaires avec tantôt un peu plus de blé, tantôt un peu plus de café ou de sucre. On trouve ainsi le Parvest World Agriculture index fund, le THEAM Harewood Oscillator Commodities, leTHEAM Harewood Oscillator Commodities Core ou encore le BNP Paribas L1 World Commodities. Des fonds aux noms barbares qui représentaient 1,6 milliard d’euros en 2011, dont 380 millions placés sur les marchés de produits agricoles (hors bétail).

Sans compter que quand les autres marchés mondiaux sont en berne, « les matières premières contribuent à atténuer la volatilité globale d’un portefeuille », peut-on lire sur le site de la BNP. Un produit dérivé tel que Easy ETF S&P Ultra-Light Energy, lancé en 2006 par la BNP et composé à 38 % de matières agricoles, s’est apprécié de près de 28 % en 2010.

 

L'orge de brasserie cotée en bourse

  Alors que les contrats à terme sont censés garantir un revenu pour un agriculteur face aux aléas des récoltes, ils se retrouvent à garantir l’argent d’un épargnant face aux risques des marchés. Dans ses placements, Benjamin Louvet ne conseille pas d’aller au-delà de 15 % de placements dans les matières premières, dont seulement 2 % dans les produits agricoles. Il affirme que les banques appliquent ces mêmes proportions. Petit à petit, ces produits financiers se distillent dans les capitaux des investisseurs et dans les épargnes des particuliers.

Malgré un effondrement relatif de ces marchés en 2010, ces produits dérivés ont le vent en poupe. Euronext a par exemple créé un nouveau produit sur l’orge de brasserie, désormais cotée en bourse depuis mai 2011.

Ces produits financiers sont souvent montrés du doigt comme étant responsables de la hausse des prix. Pour les financiers, il n’en est rien. Benjamin Louvet de Prim’Finance assure que « les matières premières agricoles restent marginales aujourd’hui dans les placements financiers ». En effet, les 380 millions placés sur les marchés agricoles ne représentent que 0,2 % des 2 000 milliards d’actifs que possède la BNP Paribas. « L’impact de la spéculation sur les marchés financiers est ridicule », affirme-t-il.

Les financiers le savent, bien malin serait celui capable de dire dans quelles proportions les spéculateurs influent sur le prix des denrées alimentaires. Car la transparence n’est pas de mise. Les chambres de compensation centralisent les échanges de telle façon qu’il est difficile de savoir qui est qui.

« Les conséquences de la financiarisation sur les prix agricoles, c’est le problème de l’œuf et de la poule. On ne sait pas si c’est la hausse des prix qui entraîne de la spéculation ou l’inverse, explique Françoise Gérard, chercheuse au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). Comme ces marchés sont instables, c’est plus intéressant pour les investisseurs. Un marché avec des prix stables n’intéresserait pas les spéculateurs. »

« On pense que dans le futur, les marchés seront plus instables car l’équilibre offre/demande va changer, poursuit Françoise Gérard. La population va augmenter et on ne sait pas si le progrès technique continuera à faire augmenter l’offre. » Il manquera 56,4 millions de tonnes de céréales, dont 20,4 millions de tonnes cette année pour satisfaire la demande mondiale. Les perspectives de tensions toujours plus grandes sur les marchés alimentaires laissent déjà entrevoir de nouvelles hausses des prix.

Reste à espérer que les nouvelles règles de régulation mises en place aux États-Unis tempéreront les effets de la finance sur les prix agricoles. Depuis 2010, il est devenu impossible d’acquérir au-delà d’un certain montant de produits dérivés et d’acheter ou de vendre à haute fréquence.

Pour Juliette Renaud, de l’ONG Amis de la Terre, pour éviter que les crises alimentaires soient récurrentes, il faut aller plus loin, en interdisant les acteurs purement spéculatifs ainsi que certains produits purement financiers comme les ETF. En préalable, l’ONG réclame une plus grande transparence des marchés.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 21:05

 

 

Mediapart 15/08/2012 à 15h06
Blandine Grosjean | Redchef adj Rue89


Jean-François Copé dans la piscine de la villa de Ziad Takieddine au cap d’Antibes, en août 2003 (Mediapart)

 

La veille du 15 août, Mediapart a mis en ligne le dernier volet d’une saga que les journalistes du site ont largement contribuée à mettre en lumière et en scène, dévoilant les enjeux d’un des plus gros scandales politico-financiers français.

« Ils se croyaient intouchables » raconte en détail comment Jean-François Copé, Nicolas Sarkozy ou encore François Léotard sont intervenus dans ce qu’on appelle l’affaire Takieddine, qu’il serait plus juste de nommer l’affaire du financement de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur.

Objet journalistique d’utilité publique

« Ils se croyaient intouchables » est un objet journalistique d’utilité publique. Le gros défaut de l’affaire Takieddine est d’être si compliquée qu’elle finit par décourager les citoyens de comprendre en quoi elle est explosive.

Elle mêle des politiques que l’on croit au-dessus des lois, des épouses en instance de divorce qui balancent, des marchands d’armes douteux, des piscines, des manoirs.... Et de l’argent, beaucoup d’argent, tellement que le citoyen y perd le sens des réalités et finit par croire que ces histoires ont eu lieu dans un monde inaccessible :

« L’argent liquide, qu’il soit là pour payer les salaires des domestiques [de Balladur] ou financer une campagne présidentielle, est le vrai personnage central de l’enquête du juge Van Ruymbeke dans l’affaire Takieddine. Il est partout. Il sort de la bouche des témoins, apparaît sur les relevés des comptes secrets des intermédiaires amis, surgit à l’improviste sur des bordereaux bancaires [...] »

Tant de révélations journalistiques sur ce dossier ont été accueillies avec indifférence qu’on a fini par se demander si la justice elle-même n’avait pas perdu le fil en route. Les journalistes de Mediapart pensent eux, au contraire, que l’intégrité et la pugnacité du juge Van Ruymbeke porteront prochainement ses fruits.

Copé bientôt interrogé par Van Ruymbeke

L’enquête a effectivement progressé ces derniers mois. En mai dernier, son périmètre initial a été élargi à des faits de blanchiment aggravé. Le magistrat est désormais fondé à questionner Jean-François Copé sur les avantages retirés de sa relation « amicale » avec le marchand d’armes Ziad Takieddine durant les années 2000.

« Le calendrier n’est pas bon. Alors qu’il concourt à la présidence de l’UMP, Jean-François Copé devrait être convoqué à l’automne par le magistrat instructeur, selon une source proche de l’enquête. »

Le seul défaut de « Ils se croyaient intouchables » est d’être accessible aux seuls abonnés du site (payant). Nous vous encourageons donc à vous abonner à Mediapart, et publions ici quelques extraits qui, nous l’espérons, vous donneront envie de vous plonger dans l’intégralité des articles et des documents mis en ligne par nos confrères.

 

1 L’affaire

 

« D’après les derniers développements de l’enquête, la religion du juge semble faite pour ce qui concerne le financement politique. L’argent, après avoir été blanchi dans une nuée de paradis fiscaux (Luxembourg, Ile de Man, Iles Vierges britanniques, Liechtenstein, Suisse…), provient des commissions occultes des marchés d’armement du gouvernement Balladur avec le Pakistan et l’Arabie Saoudite.

L’intermédiaire Ziad Takieddine et son associé Abdulrahman El-Assir, lui aussi mis en examen, apparaissent comme les pivots du réseau de détournement d’argent sur les ventes d’armes françaises. Ils ont été imposés dans les négociations grâce au ministre de la Défense François Léotard et ont reçu les commissions grâce à celui du Budget, Nicolas Sarkozy. Deux soutiens majeurs du candidat Balladur en 1995. »

 

2 Jean-François Copé

« L’homme de la piscine »

 

« Le secrétaire général de l’UMP est devenu l’une des figures de l’affaire Takieddine, après la révélation d’une photo le présentant dans la piscine du marchand d’armes.

L’enquête a mis au jour la prise en charge de séjours et de voyages. Elle s’est poursuivie sur l’ouverture du compte n°386315 au Crédit suisse de Genève par la sœur de Jean-François Copé et les conditions du rapatriement officiel de Ziad Takieddine après son accident sur l’île Moustique en 2004. [...]

Jean-Charles Brisard cherchait un nom de code. Il a choisi “ EPOC ”, l’anagramme de Copé, pour désigner les informations à transmettre aux policiers concernant Jean-François Copé. Entendu l’automne dernier sur la campagne d’Édouard Balladur – il a appartenu à la cellule “Jeunes” de l’équipe du candidat – , puis dans l’affaire Takieddine, l’agent de recherche privé veut révéler sans apparaître, mais les policiers ont établi, sans l’en avertir, des procès-verbaux intitulés “ Renseignements fournis par M. Jean-Charles Brisard ”.

Dans ces PV, Brisard pointe les conditions d’achat par l’ancien ministre d’un appartement à Paris, des remises d’espèces par Ziad Takieddine et l’ouverture d’un compte en Suisse par Isabelle Copé, sœur de l’ancien ministre et avocate.

Ces éléments sont a priori de première main. Isabelle Copé est une amie. Brisard est aussi l’auteur d’un mémo accusateur sur un financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Dévoilés en novembre par le JDD, les procès-verbaux de renseignements sont accueillis par les démentis cinglants de Jean-François Copé et ceux, embarrassés, de Jean-Charles Brisard. »


Les couples Copé, Takieddine et Hortefeux devant le yacht du marchand d’armes, en août 2003 (Mediapart)

 

 

3 Nicolas Sarkozy

« Le patron »

 

« Le 5 juillet 2011, en perquisitionnant les domiciles et bureaux de Thierry Gaubert, le juge Renaud Van Ruymbeke a mis un pied où il ne fallait pas. Gaubert, ami et collaborateur de Nicolas Sarkozy pendant quinze ans, est le dépositaire des premiers secrets du président de la République. L’Elysée est touché, le clan est en alerte.

Brice Hortefeux, un autre intime du chef de l’Etat, appelle Thierry Gaubert trois jours plus tard, à 12h30 :

“ Alors je te signale que y a Mediapart qui cherche beaucoup sur Ziad ”, lui dit l’ex-ministre de l’Intérieur.

“ Ah oui ?” semble s’étonner Gaubert.

“ Beaucoup. C’est très étonnant ce qu’ils ont comme éléments d’information ”, enchaîne Hortefeux.

Gaubert : “ Ah bon ?”

Hortefeux : “ Ils ont retrouvé un déplacement de Charon [Pierre Charon, conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, ndlr] en 2005, chez Ziad, avec les billets payés et tout ça. C’est… Je ne sais pas comment ils font les mecs, hein. Je ne sais pas comment ils font.” »

 

 

4 Edouard Balladur

« Le crépuscule du “cardinal” »

 

« La princesse a encore éveillé les soupçons des policiers. Elle avait déjà évoqué deux mois plus tôt les voyages en Suisse, les valises de cash, les paradis fiscaux… Et tout s’est avéré exact. Cette fois, Hélène Karageorgevitch, princesse de Yougoslavie, petite-fille du dernier roi d’Italie (Umberto II), parle d’une “ grande maison avec piscine ”. Le procès-verbal date du 10 novembre 2011. Il y est question des rapports particuliers que son ex-mari, Thierry Gaubert, entretenait avec l’ancien Premier ministre Edouard Balladur.

C’est alors qu’elle s’est souvenue : “ Je me rappelle que Thierry m’a dit que M. Balladur cherchait à acquérir une maison sur les hauteurs de Deauville […] Thierry lui a trouvé une maison à Tourgéville. J’en suis certaine car je l’ai visitée. ”

Et elle ajoute : “ Mon amie Nicola [Johnson, ndlr] pourra également vous le confirmer, ainsi que Ziad Takieddine, car nous étions tous ensemble lors de la visite. ”

Ainsi Thierry Gaubert, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, et le marchand d’armes Ziad Takieddine, tous deux soupçonnés d’être des “porteurs de valises”, tous deux mis en examen pour “ abus de bien sociaux ” et “ blanchiment aggravé ” par le juge Renaud Van Ruymbeke dans l’affaire des ventes d’armes du gouvernement Balladur, ont joué les défricheurs immobiliers pour l’ancien Premier ministre français…

Avec succès : Edouard Balladur et sa femme, Marie-Josèphe, ont acquis le 13 juin 1996 la chaumière de Tourgéville (Calvados) pour 7,3 millions de francs, un an après le départ du “ Cardinal ” – c’était l’un de ses surnoms – de Matignon. »


Capture d’écran de l’annonce concernant l’ancienne maison des Balladur sur le site d’Emile Garcin (Emile Garcin Propriétés)

 

 

5 François Léotard

« Le disparu de Fréjus »

 

« Il est celui qui a signé les contrats. L’ancien ministre de la Défense François Léotard est au cœur de l’enquête du juge Van Ruymbeke sur les ventes d’armes du gouvernement Balladur avec le Pakistan et l’Arabie saoudite.

Le magistrat a accumulé les preuves de son implication personnelle et de celle de son plus proche conseiller de l’époque, Renaud Donnedieu de Vabres, dans la mise en place du réseau Takieddine. A la clé : plus de 80 millions d’euros de commissions occultes. »

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 20:49

 

 

Le Monde.fr avec Reuters | 15.08.2012 à 21h51 • Mis à jour le 15.08.2012 à 21h53

 
José Manuel Sanchez Gordillo entame une marche de trois semaines pendant laquelle il sillonera l'Andalousie, encourageant d'autres maires à ne plus obéir à la politique d'austérité du gouvernement.

José Manuel Sanchez Gordillo, maire de la petite ville de Marinaleda, en Andalousie, est une figure contestataire connue en Espagne, où il participe depuis une trentaine d'années à des actions coup de poing pour dénoncer les inégalités sociales et l'action des partis politiques nationaux. En août, il a fait parler de lui au-delà des frontières espagnoles en dirigeant des razzias dans les rayons de deux supermarchés d'Andalousie pour redistribuer des chariots remplis de produits alimentaires à des ONG locales.  

Jeudi 16 août, cet élu du parti de gauche Izquierda Unida, âgé de 59 ans, que certains ont déjà baptisé "le maire Robin des bois", entame une marche de trois semaines. Il sillonnera l'Andalousie pour dénoncer les mesures d'austérité adoptées par le gouvernement espagnol et convaincre les maires de petites ville comme la sienne de ne pas coopérer.

L'Andalousie est une des régions d'Espagne les plus touchées par la crise, avec 33,92 % de sa population au chômage. Symboliquement, Sanchez Gordillo partira de la ville de Jódar, qui détient le triste record de chômage de la région. "Il y a des personnes qui n'ont pas les moyens de manger. Au XXIe siècle, c'est une honte absolue", a dit le maire à Reuters, expliquant qu'avec sa marche de trois semaines il veut mettre en lumière les conséquences humaines de la situation économique en Espagne.

Le gouvernement du premier ministre Mariano Rajoy prévoit d'économiser 102 milliards d'euros d'ici à la fin de 2014, un total qui inclut le plan de rigueur de 65 milliards déjà annoncé en juillet. Ces économies prévoient notamment des rentrées évaluées à 35 milliards d'euros du fait des hausses d'impôt, dont la TVA à partir du 1er septembre, des coupes dans la fonction publique ainsi que dans les budgets régionaux de la santé et de l'éducation.

 

Lire l'éclairage : " Jusqu'où ira la rigueur espagnole ?"

Parmi les mesures que José Manuel Sanchez Gordillo conseillera aux maires de suivre : mettre un terme aux licenciements et aux expulsions de locataires et ignorer les demandes du gouvernement central quand celles-ci concernent des coupes dans les budgets. Ses actions et sa popularité grandissante dans un contexte de crise énervent passablement les responsables espagnols, Mariano Rajoy en tête. "Vous ne pouvez pas jouer à Robin des bois et au shérif de Nottingham. Cet homme ne cherche qu'à se faire de la publicité sur le dos de tout le monde", a dit Alfonso Alonso, porte-parole du Parti populaire (PP), au pouvoir.

Un tracteur dans la coopérative fermière de Marinaleda.

 

"Ils disent que je suis dangereux, répond M. Sanchez Gordillo. Et les banquiers qui sont disculpés après avoir fraudé ? Ils ne sont pas dangereux ? Et les banques qui empruntent à la BCE à 1 % et revendent cette dette aux Espagnols à 6 %, ce n'est pas dangereux ?" En tant qu'élu du Parlement d'Andalousie, José Manuel Sanchez Gordillo bénéficie de l'immunité parlementaire. Mais il assure être prêt à y renoncer. "Si je finis en prison parce que j'ai pointé du doigt les effets de la crise, ce sera un honneur pour moi", avait-il dit après l'opération contre les supermarchés, qu'il avait conduite, mégaphone à la main, avec le Syndicat andalou des travailleurs (SAT).

Depuis, sept personnes ont été interpellées et le maire de Marinaleda, conforté par le soutien populaire et la médiatisation, a décidé de franchir un palier. "Juan Manuel Sánchez Gordillo n'a sans doute jamais été aussi populaire pendant sa longue carrière de gauchiste utopique", note, ironique, le journal El Pais.

L'intéressé préfère parler des réalisations de sa municipalité de Marinaleda. Il assure que son village de 2 645 habitants connaît le plein emploi grâce aux fermes coopératives qu'il a instaurées pour les chômeurs, parfois en confisquant la terre.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 13:42

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 16.08.2012 à 15h09

Les tours de refroidissement de la centrale nucléaire de Doel en Belgique.

Greenpeace s'est étonnée, jeudi 16 août, de la "différence d'approche" entre la France et la Belgique face à des fissures sur les cuves des réacteurs nucléaires, demandant "une harmonisation européenne" de la doctrine de la sûreté sur ce sujet.

Une "réunion technique" est prévue ce jeudi à Bruxelles entre experts chargés de la sûreté nucléaire en Europe, après la découverte de défauts sur la cuve d'un réacteur de Doel, dans le nord de la Belgique, la semaine dernière. A la suite de la découverte de cette fissure, lors d'un contrôle de la cuve entière, le réacteur a été arrêté et les autorités belges se sont dites "sceptiques" quant à la possibilité d'une relance.

 

Lire l'éclairage : Soupçons sur les cuves de 22 réacteurs nucléaires


 MICROFISSURES

Selon Greenpeace, la cuve d'un réacteur est de fait "un composant difficilement réparable". L'association relève à cet égard la différence d'approche de la France. En effet, selon elle, certains réacteurs français connaissent aussi des "microfissures", que ce soit sur les tubulures ou dans le corps même de la cuve, comme en Belgique.

Ces microfissures – dont la plus grande fait une dizaine de millimètres, selon l'ONG – sont des "défauts sous revêtements", c'est-à-dire des fissures dans le métal de base de la cuve, "apparues lors de la fabrication au moment du recouvrement par la couche d'acier inoxydable". L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), selon Greenpeace, les contrôle lors de la visite décennale, "pour s'assurer qu'elles n'évoluent pas".

Or ce type de défaut a été identifié sur vingt-trois tubulures de douze cuves (notamment Dampierre 4, Saint Laurent, Gravelines 3), et, "plus grave", selon Sophia Majnoni d'Intignano, chargée de campagne à Greenpeace France, sur le corps de la cuve de dix réacteurs, pour l'essentiel sur le réacteur 1 de Tricastin. "Si l'origine n'est pas la même qu'à Doel, la conséquence est la même", souligne-t-elle. 

 

 NORMES DE CONTRÔLE

Par ailleurs, en 2001, des "petites fissures" ont été détectées au niveau de la soudure d'une pénétration de fond de cuve à Gravelines 1, selon Greenpeace, et l'ASN aurait demandé à EDF de vérifier l'ensemble des pénétrations de fond de cuve des réacteurs de 900 et 1 300 MW.

Greenpeace "ne comprend pas une telle différence d'approche entre les régulateurs français et belge", et s'étonne notamment de la position de l'ASN sur une "potentielle réparation" de Gravelines 1, alors que "les soudures sont des zones sensibles" et qu'en 2010 "la position de l'ASN était qu'une réparation sur la cuve était 'difficile'".

Greenpeace demande en outre, à la suite de l'affaire de Doel, qu'une liste complète des réacteurs équipés du même type de cuve "soit publiée au plus vite". Selon l'ASN, aucun réacteur français ne dispose de cet équipement. Greenpeace estime aussi "nécessaire que les normes internationales de contrôle soient renforcées et harmonisées afin que le contrôle de la cuve entière devienne la norme et non plus l'exception". La France effectue un contrôle de la cuve entière à l'occasion des visites décennales.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 14:52

 Quand l'ogre imite le petit Poucet

Des cailloux qui ne passent pas !

 

Notre bonne entreprise fournisseuse d'énergie et créatrice d'emplois de plus en plus intérimaires, à force de nous raconter des histoires a fini par se prendre au jeu de la fable. L'ogre, dans la confusion qui caractérise sa communication, a inversé les rôles. Tel le petit Poucet, il a semé des cailloux irradiés sur le trajet de notre Loire. De cela, jamais nous ne pourrons lui pardonner cette offense faite à notre belle et majestueuse dame Liger !

 

Ce fleuve sauvage a été souillé de présences indésirables, de lourdes menaces pour les ligériens et de radiations sournoises qui diffusent dans son onde pas toujours tranquille. Les tours de refroidissement font désormais partie d'un décor qu'il a fallu retirer du paysage pour que le Val obtienne le label : « Patrimoine de l'Humanité ! ».

 

L'UNESCO, dans sa sage résolution savait qu'il n'était pas acceptable d'intégrer à son classement les souillures effroyables que des fous furieux avaient planté dans la quiétude du Val. Belleville sur Loire, Dampierre en Burly; Saint Laurent des eaux, Chinon sont autant de verrues qui sont venues détruire l'harmonie du fleuve.

 

EDF, entreprise toute puissance avait décidé de jeter un sort au dernier fleuve sauvage d'Europe. La nature souveraine, voilà bien un concept insupportable pour cet ogre qui avait déjà semé deux pavés dans la mare. La Loire embastillée par les barrages hydroélectriques près de Saint Étienne et Roanne, se voyait gratifier encore de ces immondes cadeaux.

 

L'appétit de l'ogre ne pouvait se satisfaire de ces 6 étapes monstrueuses. Il lui fallait achever son parcours funeste vers la mer. Le Carnet, lui dit tout de la commune de Frossay était l'ultime étape avant la mer, cet Océan qui désormais attirerait des envies de plateformes éoliennes . Rien n'est sacré dans notre quête effrénée à l'énergie …

 

Mais voilà, si dans les territoires en amont, les populations acceptèrent les tromperies et les promesses illusoires, au Carnet, le Breton qui sommeille dans tout ligérien vivant en aval de Nantes; s'est dressé contre le projet. Nos voisins du bout de la terre sont bien plus respectueux que les continentaux de la nature. Ils ont refusé l'insupportable !

 

Il n'est pas besoin de revenir sur le récit victorieux. Partout, de Plogoff à Erdeven, du Carnet au Pellerin, nous retrouvons les mêmes ingrédients du succès d'une population en colère contre un État autoritaire et méprisant au service d'une entreprise aux pratiques étranges et obscures. Solidarité, détermination, force de conviction, refus de subir les injonctions, rébellion face aux diktats et à la force sont les clefs de ce nouveau succès.

 

Le Carnet ne sera pas souillé par une centrale nucléaire, ce monument à la gloire du délire des hommes énergivores, cette insulte au paysage, cette lourde menace sur les générations futures, les bretons n'en voulaient pas. Ils nous ont montré la voie, nous n'avons pas su saisir cette opportunité. L'appétit du gain, l'égoïsme d'une génération, la crédulité des élus, l'absence de débat démocratique firent des merveilles sur le parcours amont de la Loire.

 

La Caravane à vélo des indignés du nucléaire aura bientôt l'occasion de croiser ces forteresses inaccessibles, ces établissements sous très haute surveillance où règnent le secret et le mystère. Nous avons bénéficié de quelques fuites, nous savons que des incidents graves ont eu parfois lieu et que jamais la population n'en fut informée.

 

Alors, avant d'aller se jeter dans la gueule de l'ogre, les indignés se réjouissent de saluer les amis du Carnet. Leur détermination leur a permis de ne pas avoir ce vilain caillou à côté de chez eux. Ils ne vivent pas sous la crainte. Puissent-ils nous donner la force de croire qu'un avenir sans nucléaire est possible dans ce pays aux mains d'un lobby sur-puissant !

 

Fabuleusement leur.

 

À consulter impérativement :

Le blog de Fukushima : http://fukushima.over-blog.fr/

Le blog officiel de la Caravane : http://caravane-plogoff-fessenheim.overblog.com/

Le blog officieux de la Caravane : http://www.chroniques-ovales.com/

 

 

Caravane à vélo de Plogoff à Fessenheim

des indignés de plus en plus inquiets du nucléaire

 

DIMANCHE 5 AOUT : départ de Plogoff

 

et ensuite …

 

mardi 14 aout : arrivée au CARNET, lieu d’une opposition victorieuse à l’implantation d’une centrale nucléaire (1982-1997)

 

mercredi 15 aout : arrivée au PELLERIN, lieu d’une opposition victorieuse à l’implantation d’une centrale nucléaire (1976-1981)

 

jeudi 16 aout : arrivée à Mauves-sur-Loire

 

vendredi 17 aout : arrivée à Ingrandes

 

samedi 18 aout : arrivée à Champteussé-sur-Baconne,installation de stockage de déchets dangereux (de Saint-Laurent-des-Eaux, de Chinon)

 

DIMANCHE 19 AOUT : arrivée à La Daguenière

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 14:43
Bas les masques ! 15/08/2012 à 11h47

Rue89 - Olivier Dubois | Journaliste


Nicole, en tenue de superhéros (Olivier Dubois/Rue89)

Quand la nuit tombe, elle se change en superhéroïne masquée, vêtue d’une combinaison de spandex noire et de gants griffus. Cette vraie « ’Catwoman » n’opère pas à Gotham City. Son terrain de chasse : les rues de New York.

Dans les artères de la « grosse pomme », les plus démunis et les animaux errants ont un nouvel ange gardien, son nom : « The Prowler ». Nicole Abramovici est une New-Yorkaise de 31 ans. Cette entrepreneuse de Brooklyn, qui planifie la vie et l’intérieur de ses clients, mène secrètement une double vie : organisatrice professionnelle le jour et superhéros la nuit.

Sa deuxième identité, le « Prowler »


Nicole en superhéros (Olivier Dubois/Rue89)

Contrairement à ses confrères et consœurs des BD et du cinéma, elle n’a pas été, accidentellement, exposée à de la « kryptonite », piquée par une araignée radioactive ou bombardée de rayon gamma. Mais quand le soleil se couche, Nicole laisse place à sa deuxième identité, le Prowler (la rôdeuse), et vêtue comme une superhéroïne de comics, s’enfonce dans la nuit pour accomplir son devoir.

Ses ennemis ? La pauvreté, le dénuement qui frappe les nombreux sans-abri de New York et ceux qui brutalisent les animaux errants.

Ses armes ? Des vêtements propres, de la nourriture et du nécessaire de toilette, qu’elle distribue à ceux qui squattent le pavé, pour les aider à survivre.

Au cours de ses patrouilles nocturnes, elle côtoie pratiquement tout ce que Brooklyn et Manhattan comptent de clochards et de SDF. Les dons, un peu de temps, des conseils d’hygiène, une conversation. Ils ne s’étonnent plus de voir la jeune femme dans son costume extravagant de Prowler :

« Durant mes patrouilles, mon costume est essentiel, quand les sans-abri me voient arriver, ils savent que je ne vais pas les voler. Ma tenue amène sourire et sympathie. Grâce à elle, ils acceptent mon aide plus facilement. »

Les « Superhéros Anonymous »

Cela fait deux ans maintenant et elle n’a jamais été mal accueillie. La découverte de sa double nature, elle la doit à un article paru dans Timeout New York qui relatait les exploits de superhéros qui patrouillaient les rues. Une annonce, en fin d’article, invitait le lecteur à les rencontrer.

Elle s’y rend et découvre les « Superhéros Anonymous », un collectif de supercitoyens qui enfilent collants, masques, gants et sortent la nuit pour accomplir des actions de charité. Leur but est de faire le bien dans ce monde et d’inspirer les autres dans cette voie.


Les superhéros anonymes (Olivier Dubois/Rue89)

Elle y rencontre d’autres héros, à l’instar de « Life », son mentor et le fondateur du mouvement, avec sa dégaine de superhéros des années 50, mi-frelon vert, mi-Spirit ; « Direction man » le héros « multicarte » toujours prêt à orienter les touristes et locaux perdus ou encore « Dark Guardian » maître en arts martiaux qui s’emploie à chasser les dealers de drogue des parcs de la ville.

Le collectif compte plus d’une centaine de membres aux USA et plus d’une dizaine sur New York, mais le Prowler est l’une des rares superhéros femme du groupe. Tous ont rejoint l’organisation pour des raisons banales ou loufoques : par bonté d’âme, parce qu’ils sont fans de comics, certains ont laissé sortir le héros enfoui en eux après avoir visionné des films comme « Kick-Ass » ou « Watchmen », d’autres souhaitent combattre le crime ou les injustices, mais tous partagent le même désir : aider leurs concitoyens.

Assister et servir

Ce phénomène majoritairement américain est une déclinaison des nombreux mythes (cowboys, G.I., superhéros...) produits par « l’Oncle Sam » personnage lui-même allégorique. On sait que l’Amérique à toujours plébiscité les superhéros dans les périodes troublées (guerres, crises, accroissement des inégalités...).

Tout au long de sa vie, Nicole s’est impliquée dans différentes actions de charité, et s’est toujours sentie frustrée par les interférences humaines ou extérieures qui pouvaient limiter ses initiatives :

« Quand j’étais volontaire pour servir les repas aux sans-abri à Thanksgiving, les employés se moquaient car j’étais celle qui venait aider une fois par an. Un jour, j’ai voulu donner ma vieille voiture à une association caritative new-yorkaise, elle n’en a pas voulu ! Ils trouvaient que j’habitais trop loin pour venir la chercher...

Quand je donnais, les gens me disaient que je ne pouvais pas donner ceci, d’autres m’appelaient pour m’inciter à donner cela... maintenant c’est juste entre moi et les sans-abri, moi et les animaux abandonnés. »

Pour vivre héros, vivons masqués

Avec l’aide des ses nouveaux compagnons, elle a construit son personnage. Inspirée par Catwoman, la populaire et sexy adversaire de Batman, que l’on retrouve dans « The Dark Night Rises », dernier opus cinématographique du héros de Gotham, elle peaufine l’identité et le costume de son alter ego :

« Le Prowler comme Catwoman a généralement l’image négative d’une rôdeuse qui hante la nuit, comme un chat errant, pour faire un mauvais coup, je veux en faire une force positive. »

Cette double identité est nécessaire à l’activité de tout superhéros qui se respecte. La plupart des amis de Nicole savent qu’elle donne de son temps pour aider les nécessiteux mais ils n’ont pas connaissance de sa double identité. Ses parents sont au courant mais ne l’ont jamais vue costumée.


Nicole alias The Prowler (Olivier Dubois/Rue89)

MERCI RIVERAINS ! Pierrestrato
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 14:31

 

 Equilibre 15/08/2012 à 12h21

   Elsa Fayner | Journaliste Rue89


Au fond d’une piscine (ajari/Flickr/CC)

 

La croissance reste au fond de la piscine en France, pour ne plus remonter. Le PIB a fait du surplace entre le premier et le deuxième trimestre 2012, a annoncé mardi l’Insee.

En cause : les Français consomment un peu moins qu’au début de l’année, les exportations restent peu dynamiques, tandis que les importations s’accélèrent nettement.

C’est le troisième trimestre consécutif de stagnation. L’Hexagone n’entre pour autant pas en récession : il faut que le PIB recule durant deux trimestres de suite pour que le pays y plonge franchement.

Combien de temps la France tiendra-t-elle en équilibre ? La consommation des ménages – composante clé de la croissance – risque d’être encore un peu plus affectée par les mauvaises nouvelles de cette fin d’été.

1 Les prix à la caisse augmentent

 

Les prix ont certes globalement baissé en juillet. De 0,4%, selon les chiffres publiés mardi par l’Insee. Mais l’annonce est trompeuse. Car les soldes d’été sont passées par là.

Sinon, de juin 2011 à juin 2012, les prix ont crû de 1,9%. Et, dès la rentrée, les vêtements, le mobilier, l’électroménager vont voir leur prix repartir à la hausse. Finis les rabais. Les produits frais, qui sont moins chers en été, vont eux aussi devenir plus coûteux à la rentrée.

Enfin, avec l’envolée des cours des céréales sur les marchés internationaux, les associations de consommateurs craignent une hausse des prix dans les supermarchés, raconte l’AFP.

2 Tout ce qui fume s’envole

 

Les prix à la pompe ont poursuivi leur remontée la semaine dernière. Le diesel – 80% de la consommation française – est revenu à environ 3 centimes de son record absolu de la mi-mars (1,4584 euro), selon les chiffres du gouvernement cités par l’AFP.

Pour l’essence, la hausse a été un peu plus marquée encore. Interrogé mardi 14 sur Europe 1, le ministre de l’Economie a promis des « mesures appropriées ».

Le prix du gaz augmente de son côté de 2% pour le troisième trimestre 2012. C’est moins que les 7% prévus par les fournisseurs. Mais les neuf millions de Français qui utilisent le gaz vont également devoir régler une facture à laquelle ils ne s’attendaient pas.

Le Conseil d’Etat a en effet jugé illégal le gel des prix instauré par le gouvernement Fillon en 2011. Un rattrapage s’impose, étalé sur deux ans :

  • de 38 euros pour un foyer se chauffant au gaz ;
  • et de 5,10 euros pour ceux qui n’utilisent le gaz que pour chauffer l’eau courante, calculent les ministères de l’Economie et de l’Ecologie.

Les paquets de cigarettes, enfin, vont augmenter de 30 à 40 centimes à partir du 1er septembre, a confirmé fin juin le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, sur RMC/BFM TV. Ils vont tous coûter plus de six euros.

3 Pouvoir d’achat en baisse

 

Pendant ce temps, les salaires augmentent de 2,1%. A peine plus que les prix. Cette tendance au rapprochement entre salaires et prix, constatée depuis début 2011, se confirme.

Résultat : pour plus de la moitié des salariés, le pouvoir d’achat a baissé en 2012, selon le service statistique du ministère du Travail (Dares). Pas facile, dans ces conditions, de consommer plus.

4 Emplois en voie de disparition

 

Surtout, les emplois disparaissent depuis 2011. Près de 30 000 ont été détruits cette année, selon les estimations de l’Insee et de la Dares.

Ce trimestre, 10 200 postes ont coulé dans l’industrie. C’est le secteur le plus touché. Mais il n’est pas le seul. Plans sociaux, plans de départ volontaires, départs en retraite anticipée : LeMonde.fr a recensé 84 entreprises et près de 60 000 emplois menacés à travers toute la France.

Premières victimes : les intérimaires. Ce trimestre, plus de 20 000 postes intérimaires ont été rayés de la carte. La nouvelle n’est guère réjouissante quand on sait que l’intérim est considéré comme un indicateur avancé de l’état du marché de l’emploi.

5 L’immobilier bloqué

 

Depuis le début de l’année, le marché de l’immobilier est en chute libre, révèle mardi Le Parisien :

« Les biens à vendre, dans le neuf ou l’ancien, existent bel et bien, les acquéreurs potentiels aussi. Mais le prix du mètre carré et le raidissement des conditions d’obtention des prêts aboutissent à une chute des transactions. »

Des biens peuvent désormais rester jusqu’à un an sans trouver preneur. Dans les zones « tendues » le prix de l’ancien ne baissent pourtant pas.

Quelques bonnes nouvelles

Les prix décollent, les emplois disparaissent, les salaires augmentent à peine plus que les prix et les logements ne circulent plus : tous les éléments d’un blocage durable de la croissance sont en place.

Quelques éléments d’espoir quand même :

  • l’investissement des entreprises est reparti ;
  • les Français gardent des bas de laine bien remplis : en 2011, ils ont épargné 16,8% de leurs revenus, un taux record depuis 1983 d’après l’Insee. Et un niveau très supérieur à la moyenne de la zone euro ;
  • l’intensification des contrôles pour lutter contre la fraude de toutes origines (impôts, emploi, santé) a permis de détecter près de 4 milliards d’euros de fraude en France l’année dernière, selon LesEchos.fr. Des économies pour encourager l’investissement et l’emploi ?

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22