Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 19:23

 

 

Source : https://www.francebleu.fr

 

 

Suite à l'affaire Fillon, les noms des collaborateurs des députés publiés sur le site de l'Assemblée

 

Par Marina Cabiten, France Bleu mardi 21 février 2017 à 14:54

 

 

Les collaborateurs des députés sont désormais listés sur le site de l'Assemblée nationale, suite à l'affaire Fillon - illustration

Les collaborateurs des députés sont désormais listés sur le site de l'Assemblée nationale, suite à l'affaire Fillon - illustration © Maxppp - Vincent Isore

Les noms des collaborateurs parlementaires des députés vont être publiés à partir de mardi sur le site internet de l'Assemblée, a indiqué aux élus socialistes le président de l'Assemblée Claude Bartolone.

Qui sont les assistants parlementaires des députés ? Cette information sera en ligne dès mardi sur le site de l'Assemblée nationale, a annoncé son président Claude Bartolone. Une décision qui fait suite à l'affaire Fillon.

 

Des informations déjà publiques mais désormais centralisées

Claude Bartolone a fait cette annonce lors de la réunion du groupe des députés socialistes et écologistes, à la veille de la fin des travaux parlementaires et dans un contexte d'une demande de transparence dans le sillage de l'affaire du possible emploi fictif de l'épouse de François Fillon comme collaboratrice parlementaire. Les noms des collaborateurs "actualisés régulièrement" figureront sur la page de chaque député sur le site de l'Assemblée nationale, a précisé une source parlementaire.

 

Transparence : @claudebartolone " les noms des collaborateurs de chaque Deputé en ligne dès aujourd'hui sur le site de @AssembleeNat "

L'annonce officielle sera faite mercredi en réunion de bureau de l'Assemblée, sa plus haute autorité collégiale. "Ces noms sont aussi dans les déclarations de début de mandat" remises à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) créée après l'affaire Cahuzac, a rappelé sur Twitter sa collègue Michèle Delaunay.

Rappelons que @claudebartolone à demandé dès sa prise de fonction le contrôle des comptes de l'Assemblee par la @Courdescomptes

Le Sénat publie déjà une liste des noms des collaborateurs. Un dernier bureau se réunit mercredi, mais aucun des points à l'ordre du jour ne porte à ce stade sur la transparence ou la déontologie.

 

 

Source : https://www.francebleu.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 19:06

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Sécurité sociale, médicaments, hôpitaux… Ce que proposent les candidats en matière de santé

 

Alors que les principaux candidats à la présidentielle exposaient, mardi 21 février, leur vision de la santé, à la Mutualité française, à Paris, retour sur leurs principales propositions.

 

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le

 

Cinq candidats à l’élection présidentielle ont donné, mardi 21 février, lors d’un grand oral organisé par la Mutualité française, à Paris, leur vision de la santé pour les prochaines années. Disposant chacun d’une vingtaine de minutes, une partie des candidats au scrutin – Emmanuel Macron, Nicolas Dupont-Aignan, Benoît Hamon, Yannick Jadot et François Fillon – ont présenté successivement leurs propositions en matière de santé et de protection sociale, avant de répondre aux questions de représentants de trois think tanks : la Fondalpol (classée à droite), la Fondation Jean-Jaurès (proche du Parti socialiste) et Terra Nova (étiqueté à gauche).

 

A cette occasion, retour sur les principales mesures préconisées par les principaux candidats en matière de santé.

 

  • François Fillon adoucit son programme

Le candidat de la droite a amendé son programme sur la santé. Dans un entretien au Parisien mardi 21 février, il assure avoir « rebâti, enrichi, améliorer » son projet : « J’ai voulu placer la santé au cœur de mon projet, a-t-il affirmé lors de l’événement organisé par la Mutualité française. Cela m’a valu d’être caricaturé, d’être dénoncé comme le chantre de la privatisation de la Sécurité sociale et le faux-nez des assureurs privés. »

 

Lire aussi :   Sur la santé, François Fillon dévoile un programme plus consensuel

 

Dans le nouveau programme de M. Fillon, il n’est plus question de réserver à l’Assurance-maladie la prise en charge des seules affections graves et des maladies longue durée pour laisser aux complémentaires le remboursement des « petits soins ».

M. Fillon assure désormais que « le niveau de prise en charge des dépenses » par l’Assurance-maladie « ne diminuera pas ». Il propose un objectif, à l’horizon 2022, « d’un reste à charge zéro pour les dépenses les plus coûteuses grâce à un nouveau partenariat entre la Sécurité sociale et les organismes complémentaires ».

 

Lire aussi :   Comment François Fillon a modifié son programme santé

 

Il prévoit désormais la prise en charge « à 100 % des lunettes pour enfants » dès 2017 par l’Assurance-maladie, le « remboursement des téléconsultations », ainsi qu’une « consultation de prévention longue et gratuite tous les deux ans, pour tous les Français ». Il souhaite aussi une augmentation des « aides à l’acquisition d’une complémentaire santé » pour les retraités « les plus modestes ».

M. Fillon maintient par ailleurs ses propositions de revenir sur l’instauration du tiers payant généralisé et d’engager des discussions sur un retour des trente-neuf heures à l’hôpital. Il souhaite également la suppression de l’aide médicale d’Etat, qui serait remplacée par une dispense de frais de santé limitée (hors mineurs) aux urgences et maladies graves et contagieuses.

 

Lire aussi :   François Fillon veut tourner la page de l’affaire Penelope

 

  • Benoît Hamon prône un « droit à la santé universel »

Le candidat du Parti socialiste a fait savoir, mardi, qu’il voulait modifier le financement de l’hôpital : « On ne peut pas gérer un hôpital comme une entreprise », a-t-il lancé sur Europe 1. Les personnels soignants et administratifs « vont mal parce qu’ils ont une surcharge de travail, a-t-il poursuivi. Cette surcharge est en partie liée à la manière dont est financé et fonctionne aujourd’hui l’hôpital ».

Dans ses propositions, l’ancien ministre de l’éducation nationale souhaite « augmenter la part de remboursement de la Sécurité sociale pour les soins dentaires, d’optique et les prothèses auditives ». Il prône également « une renégociation des prix des médicaments, afin de faire baisser le prix des médicaments coûteux ».

 

Lire aussi :   Benoît Hamon et Yannick Jadot tardent à célébrer leur mariage

 

Il s’est prononcé pour un « droit à la santé universel, indépendamment du statut professionnel ou personnel » en étendant l’aide à l’accès aux complémentaires santé aux fonctionnaires, retraités, étudiants et chômeurs longue durée.

Concernant les déserts médicaux, le candidat socialiste souhaite améliorer la répartition des médecins sur le territoire en déconventionnant avec l’Assurance-maladie ceux qui s’installent dans des zones surdotées. L’objectif est de les inciter à s’installer dans des territoires en besoin. Cette mesure avait déjà été proposée, mais rejetée par l’Assemblée nationale à l’automne. Elle avait suscité la colère des syndicats de médecins libéraux qui dénonçaient une attaque à la liberté d’installation.

Benoît Hamon, lors du « grand oral » organisé par la Mutualité française, le 21 février, à Paris.

  • Yannick Jadot fait de la santé « une priorité nationale »

Le vainqueur de la primaire d’Europe écologie-Les Verts annonce dans son programme qu’il souhaite faire de la santé « une priorité nationale ». Comme la plupart des autres candidats, il propose de lutter contre les déserts médicaux « en soutenant l’installation des médecins dans des maisons de santé adossées à des unités de base des premiers soins ». Cette mesure permettra également de « désengorger l’hôpital », selon l’élu écologiste.

Son projet vise à « réorienter notre système de santé vers la prévention et la proximité, lutter en amont contre les maladies chroniques » et, enfin, « réaffirmer la primauté de la Sécurité sociale vis-à-vis des complémentaires ».

Afin de « préserver notre santé », M. Jadot axe son programme sur la lutte contre les pollutions. Il souhaite « interdire le glyphosate et les perturbateurs endocriniens » et « sortir du diesel ». « Les maladies liées à l’environnement sont en train d’exploser, liées à la pollution de l’air, au diesel », a-t-il alerté mardi matin.

Il souhaite par ailleurs maintenir la généralisation du tiers payant, mis en place par le gouvernement socialiste.

 

  • Marine Le Pen souhaite lutter contre les déserts médicaux

Dans le programme de la candidate du Front national, neuf engagements sur 144 sont consacrés à la santé. Mme Le Pen souhaite notamment « garantir la Sécurité sociale pour tous les Français, ainsi que le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’Assurance-maladie ».

L’une des priorités annoncées de la candidate du FN est de lutter contre les déserts médicaux. Elle propose d’instaurer « un stage d’internat dans les zones concernées », de permettre « aux médecins retraités d’y exercer avec des déductions de charges » et d’y développer « les maisons de santé ». Elle souhaite également maintenir les hôpitaux de proximité.

 

Lire aussi :   Marine Le Pen et François Fillon veulent limiter l’accès des étrangers à la protection sociale

 

Pour « éviter le recours massif aux médecins étrangers et permettre le remplacement des nombreux départs à la retraite prévus », Mme Le Pen annonce qu’elle relèvera « le numerus clausus d’accès aux études de santé » si elle est élue.

Dans une interview au Parisien, en janvier, elle précisait qu’elle mettra en œuvre « une véritable politique de lutte contre la fraude sociale », pour réaliser des économies. Elle propose d’instaurer une « carte Vitale biométrique », de multiplier les médicaments génériques et la vente de médicaments à l’unité.

Enfin, comme M. Fillon, Mme Le Pen prévoit de supprimer « l’aide médicale d’Etat (AME) réservée aux clandestins ». Avec ces nouvelles ressources, elle souhaite mettre en place une cinquième branche de la Sécurité sociale consacrée à la dépendance.

 

  • Emmanuel Macron souhaite le remboursement intégral des lunettes

Emmanuel Macron, lors du « grand oral » organisé par la Mutualité française, le 21 février, à Paris.

Mardi matin, le candidat d’En marche ! a affirmé qu’il souhaitait, lui aussi, lutter contre les déserts médicaux. Il propose, à ce titre, de multiplier par deux le nombre de maisons de santé d’ici à 2022.

Il a également promis qu’« aucun soin utile ne sera déremboursé ». Il avait déjà annoncé ces dernières semaines qu’il comptait rembourser à 100 %, d’ici 2022, les lunettes, les prothèses dentaires et les appareils auditifs. Des soins aujourd’hui très peu, voire pas remboursés par l’Assurance-maladie. Il souhaite également que les médicaments soient vendus à l’unité.

 

Lire aussi :   Présidentielle : les audioprothésistes ont l’oreille des candidats

 

Mardi matin, M. Macron a notamment évoqué l’hôpital, « pilier de notre système de santé », qui « coûte trop cher », selon lui. « Nous devons améliorer l’organisation de l’hôpital en le décloisonnant », a-t-il affirmé. Il propose d’investir 5 milliards dans les hôpitaux, « de plafonner à 50 % » la tarification à l’activité (T2A), de « renforcer l’autonomie » des établissements, ou encore « d’élargir » les groupements hospitaliers de territoire pour avoir en amont une meilleure organisation de l’offre de soins.

Le candidat d’En Marche ! a également déclaré que le tiers payant doit être « généralisable » mais « pas généralisé ». Sans donner plus de précision.

 

  • Jean-Luc Mélenchon prône la « Sécurité sociale intégrale »

Une des propositions phares du candidat de La France insoumise est la « Sécurité sociale intégrale ». Avec cette mesure Jean-Luc Mélenchon souhaite un remboursement à 100 % de toutes les dépenses de santé, « dont les soins et appareils dentaires, optiques et auditifs ».

 

Lire aussi :   « Jean-Luc Mélenchon fait un pari keynésien »

 

Durant un meeting, au Mans (Sarthe), en janvier, l’eurodéputé a énuméré ses principales propositions en matière de santé : « La création d’un pôle public du médicament », « une médecine publique, avec des centres de santé publique et des médecins fonctionnaires », ainsi que la suppression des dépassements d’honoraires des médecins.

 

  • Nicolas Dupont-Aignan veut augmenter le numerus clausus

De son côté, le candidat de Debout la France souhaite, comme Mme Le Pen, augmenter le numerus clausus de médecins d’un tiers afin « d’atteindre dix mille praticiens par an » afin de lutter contre les déserts médicaux.

Il propose également de « revoir à la hausse tous les tarifs de remboursement des actes les plus lourds » ainsi que « rembourser à chaque Français âgé de plus de 40 ans un bilan de santé régulier ».

Comme Mme Le Pen et M. Fillon, Nicolas Dupont-Aignan supprimera également l’aide médicale d’Etat s’il est élu. Lui, souhaite la remplacer par une aide médicale exceptionnelle et provisoire qui ne concernerait « que les urgences sanitaires et les maladies contagieuses ».

Et concernant les médecins généralistes, il souhaite mettre fin au tiers payant généralisé et revaloriser la consultation à 35 euros. « En échange, il sera demandé aux professionnels de santé de s’impliquer davantage dans la prévention, le dépistage, les soins primaires surtout dès le plus jeune âge », précise-t-il dans son programme.

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 18:54

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Santé publique

Une alarmante surmortalité due à la grippe et... à l’austérité

 

par

 

 

 

L’épidémie de grippe touche à sa fin mais elle laisse derrière une augmentation alarmante de surmortalité. Les premières estimations de l’agence « Santé publique France », rendue publique mi février, font état d’une surmortalité de 17 000 personnes entre mi-décembre et mi-février. Des chiffres vertigineux qui rappellent ceux de l’hiver 2014-2015 au cours duquel une surmortalité de 18 000 personnes avait été observée, les trois quarts étant liés à la grippe. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont les plus touchées.

 

Des hôpitaux saturés

Pour Olivier Mans, secrétaire fédéral de Sud Santé, le lien entre cette hécatombe et les coupes budgétaires dans le budget des hôpitaux est « évident ». « Le rouleau compresseur des mesures d’austérité, la généralisation des contrats précaires, le manque d’effectifs et de moyens rendent les conditions de travail, et d’accueil, très difficiles », explique le syndicaliste. Mi-janvier, en plein cœur de l’épidémie, la ministre de la Santé Marisol Touraine a concédé que bon nombre d’hôpitaux étaient débordés. « Les services d’urgence sont particulièrement sollicités, aux limites de leurs capacités, a-t-elle alerté, il y a un mois. Les remontées dont je dispose aujourd’hui (…) font état d’une situation préoccupante. » Déprogrammation d’intervention, placement de malades dans des services voisins, chambres simples transformées en chambre double, les équipes hospitalières ont dû ruser pour tâcher d’accueillir tout le monde. « On a aussi dû renvoyer des personnes mourir chez elle », déplore Olivier Mans.

Des échanges de mails entre plusieurs Samu de France auxquels le quotidien Libération a eu accès donnent un aperçu des conditions de travail, et d’accueil dans les services d’urgence : « Pour le CHU de Nice, saturation des urgences. Actuellement 265 passages par jour depuis quinze jours pour une moyenne annuelle de 250 mais surtout 26 % de patients de plus de 75 ans et nécessité de trouver 60 lits par jour. L’hôpital est saturé. » En Gironde, « plusieurs déclarations d’hôpital en tension sur l’ensemble du département de la ­Gironde, sur la métropole de ­Bordeaux […] mais pas uniquement. D’autres services d’urgences sont saturés ».

 

Personnels sous pression, et patients délaissés

À Montélimar, « L’établissement est saturé en ce qui concerne les lits de médecine. Il n’y a jamais de lits réservés pour les hospitalisations non programmées, déplore une responsable du Samu. C’est seulement hier mardi soir, après un affrontement oral plus que violent de ma part, que la décision a été prise d’ouvrir six lits supplémentaires avec rappel de personnels pour cette nuit. Mais aucun renfort aux urgences, pas de décision officielle d’établissement, pas d’ouverture officielle de cette unité pour les prochains jours. En résumé, nous ne sommes pas capables de gérer une simple grippe hivernale. »

« La grippe, c’est un effet de loupe, estime Olivier Mans. La vérité c’est que l’on est incapable de faire face à une urgence sanitaire que ce soit au niveau local, régional ou national. » Minés par la conscience de ne pouvoir répondre à la demande, avec des conséquences douloureuses, voire dramatiques pour les usagers, les personnels « ont mal à leur éthique », dit le syndicaliste. « C’est pour dire cela qu’ils seront dans la rue le 7 mars, à l’appel d’une intersyndicale CGT-FO-Sud, plus encore que pour défendre leurs acquis sociaux. »

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 18:46

 

Source : https://france.attac.org

 

Réforme du marché carbone : 200 milliards d’euros supplémentaires pour les pollueurs

 

 
 
 

Mercredi 15 février, le Parlement européen a voté en faveur d’un projet de réforme du marché carbone européen (ETS) qui délivre de nouvelles aides substantielles aux industries polluantes et conduit l’UE à se doter d’un objectif de réduction d’émission de gaz à effet de serre (GES) bien en-deçà de ce qui devrait être sa juste part. Attac France s’associe à Corporate Europe Observatory et Food & Water Watch pour rappeler que la réforme votée ne permet en rien de résoudre les défaillances structurelles du marché carbone européen, qui reste inefficace et inadapté aux défis climatiques.

Le Parlement de l’UE a adopté des mesures qui représentent environ 200 milliards d’euros en faveur des industries polluantes, sous forme de permis de polluer délivrés gratuitement et de fonds additionnels. Un montant qui pourrait être réévalué à la hausse une fois que les règles sur les subventions actuelles pour les secteurs à forte intensité énergétique, tels que le ciment, seront clarifiées.

Pour Oscar Reyes, du Corporate Europe Observatory, 
« Il semble que le Parlement européen soit très heureux de prolonger ce qui apparaît comme programme de protection sociale pour les grands pollueurs qui pourtant, et depuis trop longtemps maintenant, n’a pas permis de réduire les émissions de GES. Les contribuables européens seront ceux sur lesquels vont reposer ces lourdes subventions versées aux industries polluantes. »

Le vote confirme également l’absence d’ambition au cœur même du système d’échange de quotas d’émissions, qui est l’instrument phare de l’UE en matière de politique climatique.

Pour Frida Kieninger de Food & Water Europe,

« L’objectif annuel de réduction des quotas disponibles de 2,2 pour cent est une capitulation honteuse qui est encore loin de la juste part que l’UE doit mener en matière de lutte contre les dérèglements climatiques prévue par l’Accord de Paris. Il est grand temps que les institutions de l’UE se rendent compte que le marché carbone européen n’est pas adapté aux objectifs poursuivis et qu’il faudrait substituer à ce dispositif une réglementation climatique plus efficace. »

 

Notes 

  • La proposition et les amendements sur lesquels le Parlement européen s’est exprimé.
  • La valeur des permis de polluer délivrés gratuitement et des fonds liés au marché carbone s’élèvera à environ 198 milliards d’euros entre 2021 et 2030. Ce chiffre s’appuie sur une évaluation fixant un prix moyen du carbone de 25 €, réparti comme suit : 135 milliards pour les permis gratuits ; 15 milliards pour le fonds pour l’innovation ; 11 milliards pour le fonds pour les coûts indirects ; 8 milliards pour le fonds de modernisation ; 19 milliards pour la part flexible et 10 milliards pour le fonds de réserve destiné aux nouveaux participants ;

P.-S.

Organisations signataires :

  • Attac France,
  • Corporate Europe Observatory,
  • Food & Water Europe.

 

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 18:30

 

 

Source : https://eric-verhaeghe.entreprise.news/2017/01/31/paradis-fiscaux-comment-le-rsi-sy-enrichit-avec-largent-des-entrepreneurs/

 

 

Paradis fiscaux: comment le RSI s’y enrichit avec l’argent des entrepreneurs

 

 

 

Les paradis fiscaux sont, officiellement, le refuge des méchants capitalistes qui s’enrichissent en échappant à l’impôt. Mais en grattant dans la vie de notre bon régime social des indépendants, chargé d’une mission de service public par l’article L 611-3 du Code de la Sécurité Sociale, on s’aperçoit qu’il s’adonne sans vergogne au même sport. Mais avec l’argent des entrepreneurs.

 

Le RSI, administrateur d’Amundi

Premier point d’étrangeté: en 2014, le Régime Social des Indépendants, ès-qualité, a obtenu un siège au conseil d’administration de la société Amundi, structure de gestion d’actifs créée par deux banques insoupçonnables: le Crédit Agricole et la Société Générale. Les indépendants seront heureux d’apprendre que des liens aussi étroits unissent leur régime de protection sociale, obligatoire et monopolistique, à des banques commerciales et d’investissement.

Si certains ont un doute, on trouvera une mention de cette nomination dans le règlement de l’OPCVM Amundi Euroland Convertibles:

 

 

http://eric-verhaeghe.entreprise.news/wp-content/uploads/sites/11/2017/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2017-01-31-a%CC%80-00.09.46.png

Fin 2014, le conseil d’administration de l’OPCVM a donc connu quelques changements majeurs, avec cette arrivée triomphale du RSI.

 

L’étrange représentant du RSI au conseil d’administration

Les lecteurs les plus vicieux du rapport annuel de l’OPCVM ne manqueront pas de relever cette étrange information donnée en page 14 sur ce fameux Jean-Luc Vitré, démissionnaire, qui cède sa place au RSI:

Traduction: Jean-Luc Vitré, administrateur d’Amundi, a perdu son mandat au cours de l’exercice pour reprendre un autre mandat au titre d’Amundi. Il est subitement devenu représentant du RSI. Et, au passage, on notera sur sa page Linkedin:

 

Du coup, on ne comprend pas trop la combine: le directeur des placements financiers du RSI siégeait au titre d’Amundi dans le conseil d’administration de l’OPCVM qui investit une partie des fonds du RSI.

En tout cas, et sans chercher de complication, cette affaire n’est pas simple.

 

Des investissements dans les paradis fiscaux

En effeuillant le rapport annuel de cet OPCVM qui gérait 200 millions de dépôts en 2015, on va de surprise en surprise. Officiellement, le fonds ne concerne que l’Euroland. Mais la liste des « instruments » montre une réalité un peu différente.

On trouve par exemple cette petite synthèse des opérations:

http://eric-verhaeghe.entreprise.news/wp-content/uploads/sites/11/2017/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2017-01-31-a%CC%80-00.34.22.png
http://eric-verhaeghe.entreprise.news/wp-content/uploads/sites/11/2017/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2017-01-31-a%CC%80-00.34.36.png

http://eric-verhaeghe.entreprise.news/wp-content/uploads/sites/11/2017/01/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2017-01-31-a%CC%80-00.35.08.png

Ben oui, vous l’ignoriez sans doute, mais l’Euroland intègre désormais les Emirats Arabes Unis, les îles Caïmans et Jersey. Accessoirement, les deux derniers sont des paradis fiscaux… où l’argent du RSI peut prospérer en toute bonne conscience.

C’est vrai que l’évasion fiscale est une activité tout à fait louable quand on est chargé d’une mission de service public.

 

Les placements incongrus du RSI

Au passage, on notera que l’OPCVM qui gère les fonds du RSI a placé les dépôts dans des structures tout ce qu’il y a de plus honnête.

Par exemple, Siem Industries est un conglomérat norvégien immatriculé aux Iles Caïmans. C’est donc bien une entreprise de l’UE! On dira la même chose de la société émiratie Aabar, qui possède par exemple la Falcon Private Bank, spécialisée dans les services aux familles les plus riches. Et que dire de Gabriel Finance, spécialisé dans l’immobilier de luxe?

Le monde est merveilleux… le RSI met parfois des entrepreneurs en faillite pour récupérer un argent qui sert à financer des entreprises tout à fait en rapport avec l’objet social du régime. Comme on le voit.

 

 

Source : https://eric-verhaeghe.entreprise.news/2017/01/31/paradis-fiscaux-comment-le-rsi-sy-enrichit-avec-largent-des-entrepreneurs/

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 17:44

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Accueil

Dans un village de la Loire, la haine et les clichés submergés par une vague de solidarité avec les migrants

 

par

 

 

 

 

En septembre 2016, l’annonce de l’ouverture d’un centre d’accueil et d’orientation pour réfugiés, en plein centre du village de Valfleury, dans la Loire, a d’abord généré un torrent de peurs fantasmées, voire de haine. Mais depuis l’arrivée des migrants, contraints de quitter la jungle de Calais, un immense élan de solidarité a gagné la commune rurale et ses environs, à proximité de Saint-Étienne. Depuis trois mois, plus de 220 bénévoles, bien coordonnés par un collectif d’habitants, proposent leur aide sous des formes très variées. A mesure que les migrants sont déplacés, d’autres citoyens, ailleurs, s’inspirent de leur solidarité. Reportage.

Odile et Gilbert se souviennent parfaitement de ce 23 septembre 2016. Les 732 habitants de Valfleury, paisible commune rurale de la Loire, non loin de Saint-Etienne, sont alors invités à une réunion publique, en présence de la mairie et de représentants de la préfecture. Une réunion qui va déclencher peurs, clichés xénophobes, voir haine parmi les habitants. Son objet : l’ouverture d’un « CAO », un centre d’accueil et d’orientation, dans un bâtiment désaffecté du village où sera hébergé une cinquantaine d’hommes en provenance de Calais et de son bidonville évacué. 300 personnes font le déplacement. « Beaucoup n’étaient pas du village, il y avait même une conseillère régionale du Front national », se souvient Gilbert.

Peurs irrationnelles et discours xénophobes émaillent alors la réunion. « Cela devient inquiétant, le pays est envahi », réagit une personne. « Avec tous ces attentats, qu’est-ce qu’ils vont faire ? », interroge une autre. « Je trouve que c’est tout à fait honteux. On se fait envahir silencieusement, c’est inadmissible. Ces gens là quand ils vont voler, piller, violer... Il n’y aura pas de gendarmes », répond une troisième. « Mes enfants ne veulent même pas sortir s’il y a des immigrants », « nos filles vont se faire violer, ça va finir comment ? », entend-on encore [1].

 

Débordés par l’élan collectif

« A un moment, j’ai demandé : "mais que faites-vous de la solidarité ?" Et on m’a répondu : "Vous n’avez qu’à les prendre chez vous" ! », témoigne Odile. Une manifestation est organisée deux jours plus tard. La préfecture décide de réduire le nombre de migrants accueillis à 34 personnes. Les deux septuagénaires, eux, tiennent bon, et refusent de se laisser submerger par la méfiance et la peur.

Les anciens locaux de l’Adapéi transformés en centre d’accueil et d’orientation jusqu’à avril 2017.

 

Dès le lendemain de l’arrivée de la trentaine d’afghans, koweïtiens, érythréens, soudanais, pakistanais et irakiens, Odile et Gilbert se rendent au centre d’hébergement. « Nous voulions les accueillir chaleureusement mais nous ne connaissions pas leurs besoins. » En dépit des barrières de la langue, le couple comprend que les migrants ont, entre autres, besoin de piment, de café et de thé. Gilbert décide de mettre en place un site internet pour coordonner les bonnes volontés, prêtes à aider. Avec Ghislaine et René, un autre couple d’amis de Valfleury, ils initient une première réunion, le 4 novembre, via notamment les paroisses alentours. Une soixantaine de personnes répondent à l’appel ! Des représentants du Secours populaire, du Secours catholique et du CCFD [2] sont aussi présents.

Dans les ruelles du village de Valfleury.

 

Les propositions d’aide concrètes et variées affluent via un questionnaire, réalisé avec les résidents du CAO. Cours de français par des instituteurs à la retraite, traduction, organisation de randonnées, dons de vêtements et de nourriture, coupe de cheveux, aide dans les démarches administratives... Ghislaine, René, Odile et Gilbert doivent organiser le soutien et répartir les bénévoles en commissions de travail (randonnées, langues, transports, animation culturelle, cuisine...). Un « vestiaire » s’ouvre au premier étage du centre, afin de gérer les vêtements et chaussures donnés. « Du matériel a été acheté pour la cuisine », ajoute Ghislaine.

Réunion du collectif citoyen chez Ghislaine et René, avec Gilbert, Odile et Pascale.

Un premier repas partagé est organisé le 19 novembre. « L’un des Afghans est cuisinier dans son pays et il est venu avec deux grands plats de riz. C’était une très bonne soirée », se souvient René. Lors du jour de l’An, le collectif organise un réveillon solidaire. Quatre-vingt dix personnes s’inscrivent. Une semaine plus tôt, pour le réveillon de Noël, le collectif lance « une famille, un migrant » pour que les migrants qui le souhaitent soient invités à diner dans des familles. « Trop de familles s’étaient proposées, il n’y avait pas assez de migrant ! », plaisante René. Le souvenir de la terrible réunion publique, deux mois plus tôt, s’estompe. « Ce qui y a été dit est insupportable, on doit accueillir ces gens. Nous ne voulions pas laisser cette image des habitants de Valfleury, c’est pour cela que nous sommes là aujourd’hui », explique Françoise, qui vient de Saint-Etienne.

Un an plus tôt, la solidarité « bloquée par les politiques »

Les généreuses initiatives ne se tarissent pas avec la nouvelle année. Patrick habite Saint-Christo, un village à trois kilomètres de Valfleury. Mi-janvier, il a organisé un match de foot amical avec son club et les réfugiés. « L’idée, c’était de leur faire changer d’air, de partager un moment de foot avec eux. » Des joueurs leur prêtent des tenues. « Nous avons mélangé les équipes afin de ne pas être les uns contre les autres mais de jouer ensemble. Les bénévoles nous ont dit qu’ils ne les avaient pas vu rire autant depuis bien longtemps. » Patrick attend l’arrivée des beaux jours pour organiser un nouveau match.

L’appel du Pape aux paroisses de France, un an plus tôt, d’accueillir chacune au moins une famille de réfugiés, a joué un rôle précieux. « Dans notre paroisse, nous étions alors environ quatre-vingt à nous être engagés à fournir une aide matérielle, culturelle ou financière », raconte Pascale, professeure d’anglais. Mais les attentats de novembre 2015 changent la donne. « Cet élan de solidarité a été bloqué par les politiques », déplore l’enseignante. Un an plus tard, elle est rassurée de voir autant de personnes motivées pour aider. Fin janvier 2017, ils sont plus de 220 bénévoles à suivre les activités du collectif citoyen de Valfleury. Odile et Gilbert ont presque réussi leur pari.

« Les gens n’étaient pas préparés »

Presque, car si des dizaine de bénévoles viennent des trente kilomètres alentours, se déplaçant même de Saint-Etienne, à Valfleury même, la solidarité demeure timide.Une quinzaine d’habitants seulement participent aux activités de soutien. « La violence est retombée mais il y a une espèce d’indifférence », observe Ghislaine. L’engagement de la préfecture à fermer le CAO d’ici avril encouragerait une forme de « neutralité ». Certains préjugés ont toutefois été dépassés. « Nous sommes dans un village où il ne se passe pas grand chose. Les gens n’étaient pas préparés ; ils ont eu peur, mais j’ai l’impression que cela s’est calmé », confie Chantal, retraitée après avoir tenu le café-restaurant du village pendant dix-huit ans. Il est aujourd’hui à vendre.

Réservée au départ, elle a franchi le pas en contactant le collectif. « Je leur ai dit que s’ils avaient besoin de quoi que ce soit, j’avais du temps de libre et je pouvais rendre service. Je n’osais pas aller au centre toute seule, alors nous y sommes allés ensemble. Ghislaine m’a présentée les résidents. Je n’avais pas apporté grand chose mais nous avons été très bien reçus. Ils m’ont offert le thé. Je suis contente d’avoir fait ce geste. Mon problème, c’est que je ne parle pas anglais. » Depuis, elle dit s’être rendue seule au centre « trois ou quatre fois », pour apporter un peu de nourriture.

Vue du village de Valfleury.

 

« Les gens qui étaient contre l’arrivée des migrants se sont apaisés, confirme Michel Maisonnette, le maire de Valfleury. Ils craignaient que ces migrants, qui étaient des hommes seuls, viennent tout casser. Je comprenais cette crainte, mais j’ai toujours insisté sur le fait que ces gens n’étaient pas des sauvages mais des humains. Et qu’ils n’avaient aucun intérêt à créer des problèmes, car ils n’auraient alors aucune chance d’obtenir le droit d’asile. »

« À partir du moment où l’État nous désigne parce qu’on a un bâtiment disponible, notre rôle est de faire en sorte que tout se passe bien, poursuit-il. C’était inhumain de laisser ces gens passer un hiver de plus dehors. » L’élan de solidarité réjouit le maire qui a lui-même reçu une cinquantaine de propositions dans les jours suivant l’arrivée des migrants : « Ce n’était pas facile de gérer les bénévoles. C’est une bonne chose que les volontaires de Valfleury aient pris ça en main. »

 

Tisser un maillage de solidarités

Mais les bonnes volontés se heurtent parfois à la rigidité des gestionnaires du CAO [3]. Y compris lorsqu’il s’agit de les aider à mieux lire, écrire, et parler en français. Des instituteurs bénévoles viennent trois fois par semaine, et les résidents sont « très motivés » pour pratiquer davantage, selon Pascale, la professeure d’anglais. Une cinquantaine de personnes se sont ainsi portées volontaires pour des cours de conversation, et Pascale était prête à établir un planning. Problème : la direction administrative du CAO a refusé [4].

Les bénévoles redoutent désormais l’éparpillement des quinze résidents restant dans différents centres d’accueil. « Ce qui est précieux pour eux à Valfleury c’est l’entourage, souligne René. Des gens qui passent, s’assoient pour boire le thé... A l’endroit où ils vont être envoyés, ils ne connaissent personne. » De nouveaux liens se tissent donc avec des habitants proches des centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) de la Loire, qui doivent les accueillir. Le collectif lancé par Odile et Gilbert a également contribué à créer Solaré (Solidarité dans l’Ouest lyonnais avec les réfugiés et les exilés). A Valfleury, ce 28 janvier, un nouveau repas est partagé. René est désormais sûr d’une chose : « Un étranger, c’est un ami que tu n’as pas encore rencontré ».

Texte et photos : Sophie Chapelle

Photo de une : Randonnée le 28 janvier sur les hauteurs de Valfleury, après le repas partagé au CAO.

 

 

Notes

[1Écouter à ce sujet le reportage de France Culture dans l’émission Les pieds sur terre, intitulé « La réunion ».

[2Comité catholique contre la faim et pour le développement.

[3A Valfleury, l’association Pierre Valdo a en charge l’accueil des migrants dans les locaux – chaque homme a une chambre avec un lit une place, cuisine collective, douches, machine à laver – ainsi que tout ce qui relève de la santé et de l’administratif. L’association reçoit une aide de l’État de 25 euros par jour et par personne accueillie (voir ici).

[4Contactée, la direction du CAO n’a pas souhaité donner suite à notre demande d’entretien.

 

 

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 14:16

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/200217/le-discours-de-noam-chomsky-le-30-novembre-2016-paris

 

 

Le discours de Noam Chomsky le 30 novembre 2016 à Paris

 

 

Le philosophe Noam Chomsky, figure mondialement réputée de la linguistique et intellectuel engagé à la gauche de la gauche, devait recevoir le 30 novembre 2016 une distinction scientifique à l’Assemblée nationale, à Paris. L'événement a finalement été annulé en dernière minute à la demande du groupe socialiste. Pris de court, les organisateurs se sont donc tournés vers le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris qui a accepté d'accueillir cette cérémonie dans l'urgence. Voici le discours de Noam Chomsky traduit par le site www.les-crises.fr.

 

 

 

L'espèce humaine est sur Terre depuis environ 200 000 ans. C'est un séjour très bref à l'échelle de l'évolution. Durant cette période, les humains ont fait face à de nombreuses crises. Pour s'en tenir à l'Europe et à l'époque moderne, la guerre de Trente Ans au XVIIe siècle fut dévastatrice, exterminant peut-être un tiers de la population de l'Allemagne. Il est inutile de passer en revue les détails de la guerre de Trente Ans du XXe siècle, de 1914 à 1945. Cette guerre abominable prit fin en août 1945; le 6 août, nous apprenions que l'intelligence humaine avait découvert les moyens de mettre un terme à 200 000 ans d'expérience humaine.

 

Il n'y avait aucun doute au fait que la capacité de destruction augmenterait, se diffuserait dans de nombreuses mains, augmenterait le risque d'autodestruction de l'humanité. Il y eut de nombreuses opportunités pour réduire significativement ou même éliminer la menace. La plupart ont été ignorées, parfois de façon vraiment surprenante: je n'ai pas le temps d'entrer dans les détails, mais c'est une histoire stupéfiante. Des opportunités existent encore et éliminer ce fléau n'est pas un rêve utopique, bien que les obstacles soient importants. Il y a beaucoup à dire sur cette histoire révélatrice et les options actuelles, mais mettons cela de côté pour l'instant.

 

Revenons au 6 août 1945. En ce jour sinistre, l'humanité entra dans une nouvelle ère, celle de l'âge nucléaire. Une ère qui a peu de chances de perdurer. La liste des cas où on l'a échappé belle est absolument effarante; nous sommes parfois passés à quelques minutes du désastre final. Ce fut souvent à cause d'accidents ou d'erreurs, dans quelques cas marquants à cause de l'inconscience de nos dirigeants.

 

De plus, juste en ce moment, la menace s'amplifie à la frontière russe, entraînant l'inquiétude des autorités, à juste titre, que la menace d'une guerre nucléaire n'approche le niveau des phases les plus critiques de l'ère atomique. Et l'histoire est sans équivoque: soit nous mettons fin à l'ère atomique, soit l'ère atomique sera notre fin.

 

Certes, nous n'en avions pas conscience en 1945, mais nous savons aujourd'hui qu'une ère nouvelle et néanmoins tout aussi dangereuse a débuté à ce moment-là : une nouvelle époque géologique baptisée l'Anthropocène, une époque définie par l'impact extrême de l'humanité sur l'environnement.

 

Nous savons aujourd'hui que nous sommes bel et bien entrés dans cette nouvelle époque ainsi que dans une période de destruction des espèces, que l'on nomme la 6e extinction, comparable à la 5e extinction qui s'est produite il y a 66 millions d'années lorsqu'un astéroïde a percuté la Terre, détruisant 75% des espèces, mettant fin à l'âge des dinosaures et ouvrant la voie aux petits mammifères, et finalement à l'espèce humaine très récemment.

 

Il ne nous a pas fallu longtemps pour reproduire les mêmes effets que l'astéroïde, à quelques différences près. Lors de la 6e extinction, celle qui est en cours, les grands animaux sont décimés à une vitesse démesurée, une particularité caractéristique de l'histoire humaine qui a moins de 200 000 ans, a contrario des précédentes extinctions.

 

Il y a aujourd'hui un large consensus sur le fait que nous sommes pleinement dans l'Anthropocène, néanmoins il existe certains désaccords sur le moment exact où les changements devinrent suffisamment extrêmes pour marquer le début de cette nouvelle époque géologique. Il y a quelques mois, le groupe de travail officiel sur l'Anthropocène est parvenu à une conclusion sur ce sujet. Et a recommandé au Congrès Géologique International que l'on date le commencement de l'Anthropocène à la naissance de l'âge atomique, à la fin de la Seconde Guerre mondiale en août 1945, c'est-à-dire lorsque les bouleversements radicaux de l'environnement liés à l'impact humain sont devenus véritablement dramatiques. Ainsi, selon leur analyse, l'Anthropocène et l'âge atomique coïncident pour constituer une double menace pour la perpétuation de la vie humaine organisée.

 

On peut, sans exagérer, comparer la fin de la Seconde Guerre mondiale au moment critique où les lemmings, sous forme humaine, se mettent en route et se jettent avec une détermination méthodique dans le précipice, vers leur désastre final. Nous en avons appris beaucoup plus sur cette marche déterminée et méthodique vers le désastre le 8 novembre dernier, une date qui sera peut-être historique à en juger par la gigantesque couverture médiatique et l'examen minutieux que les événements de ce jour ont reçu.

 

Le ton général de la couverture médiatique a été élégamment capturé par la Une de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. Une caricature représentait une énorme tête de Donald Trump, en forme de météorite, fonçant vers une Terre minuscule, avec la bouche béante pour la dévorer, et comme titre : « Das Ende der Welt » (La Fin du Monde). En plus petites lettres, en dessous, on pouvait lire « Wie wir sie kennen », soit « tel qu'on le connaît », donc « La fin du monde tel qu'on le connaît ». Et il y a effectivement des raisons de penser que les événements du 8 novembre sont un signe de la fin du monde tel qu'on l'a connu, même si pour moi ça n'est pas dans le sens de cette caricature et d'autres du même style. Il y a eu en fait deux événements majeurs le 8 novembre dernier.

 

Le premier est l'élection américaine durant laquelle le Parti Républicain a pris le contrôle des 3 branches du gouvernement : le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif, et très bientôt le pouvoir judiciaire avec la Cour Suprême. Cet événement a bénéficié d'une couverture médiatique hors du commun pendant de nombreuses semaines. Il est difficile de trouver une frénésie comparable dans le passé.

 

Le deuxième événement majeur de ce 8 novembre n'a presque pas été couvert par les médias même si on peut démontrer qu'il a une portée bien plus grande que les élections et peut être vu comme un présage de la fin du monde tel qu'on le connaît.

 

Je veux parler d'un événement qui a eu lieu le 8 novembre à Marrakech, au Maroc, à la COP22 où 200 pays se rencontraient pour essayer de continuer les efforts engagés lors de l'accord obtenu à la COP21 de Paris en décembre 2015. A Marrakech, le 8 novembre, l'Organisation météorologique mondiale a présenté une étude évaluant le stade actuel de l'Anthropocène. L'étude indique que les 5 dernières années ont été les plus chaudes enregistrées, et que cette année est destinée à établir un nouveau record. Le niveau des mers monte à une vitesse qui va probablement encore s'accélérer, et ce de façon brutale, en raison de la fonte des calottes glaciaires, qui est bien plus rapide que prévue, en particulier celle de l'Antarctique.

 

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a déjà indiqué que la surface des calottes glaciaires de l'Arctique sur les 5 dernières années est presque 30% en dessous de la moyenne des 30 dernières années. C'est particulièrement notable car cela réduit l'effet bénéfique de la glace polaire qui renvoyait les rayons solaires, et ainsi accélère les effets désastreux du réchauffement climatique, en particulier celui de la montée du niveau des mers. L'étude de l'OMM a également ajouté que la hausse des températures était déjà dangereusement proche du seuil de 1.5°C, qui était établi comme la limite lors de la COP21 à Paris. Elle incluait également d'autres rapports et prévisions dramatiques. Le but à Marrakech était de négocier des façons de mettre en œuvre l'accord de la COP21 en fournissant un plan d'action détaillé. Cela n'a pas fonctionné en raison du second événement du 8 novembre, l'élection américaine.

 

La conférence de Marrakech s'est ouverte et mise au travail le 7 novembre. Le 8 novembre sortait le rapport de l'Organisation mondiale de météorologie. Le 9 novembre, le mandat de la conférence changea complètement. La question qui domina dès lors la conférence fut de savoir si le président élu aux États-Unis retirerait effectivement les États-Unis de l'Accord de Paris comme il avait promis de le faire. Et chacun se posait la question de savoir si l'accord pourrait survivre à un tel coup. La conférence s'est poursuivie avec cette ombre et s'est terminée presque sans résultat significatif. Ce dont nous avons été témoins est très marquant. À la conférence de Marrakech, il y a eu un pays qui a montré la voie pour soutenir les espoirs d'une survie civilisée, la Chine. La Chine est en tête pour porter les espoirs de la survie. En montrant au monde la voie vers le désastre, ce fut le leader du monde libre. C'est le pays le plus puissant dans l'histoire du monde qui a porté un sérieux coup aux espoirs de survie d'une société humaine organisée. Ce n'est pas facile de trouver les mots pour décrire ce spectacle. Tels sont les faits.

 

En fait, ce dont nous avons été témoins ces derniers mois n'est pas moins stupéfiant que la folie électorale des États-Unis qui a fasciné le monde. Mais pour des raisons étranges, ce qui a capté l'attention du monde sont les mots de Mitt Romney « l'intimidation, la cupidité, la frime, la misogynie, les scènes absurdes dignes de l'école primaire de Donald Trump. » Voilà ce qui a fasciné le monde.

 

En attendant, le fait le plus important du processus électoral a à peine été mentionné, à savoir le strict évitement des problématiques dont les deux crises les plus importantes auxquelles l'espèce humaine n'a jamais été confrontée en 200 000 ans sur Terre. La menace de guerre nucléaire et la menace de catastrophes environnementales, n'ont quasiment pas été mentionnées.

 

Le changement climatique n'a pas été entièrement ignoré. Durant la primaire des Républicains, sur laquelle l'attention du monde était braquée, chaque candidat, sans exception, a rejeté les espoirs des conférences de Paris et du Maroc. Et la plupart ont tout simplement nié que ce qui est en train de se passer arrive.

 

Les seules exceptions sont ceux salués comme raisonnables et modérés, comme Jeb Bush, qui a dit que la science est dans l'incertitude, que nous n'avons pas à faire quoi que ce soit, parce que nous produisons plus de gaz naturel grâce à la fracturation. L'autre modéré était le gouverneur de l'Ohio, John Kasich, qui a convenu que le réchauffement climatique était probablement en cours et a ajouté : « Nous allons brûler du charbon dans l'Ohio, et nous n'allons pas nous excuser pour ça. » C'est un déni total.

 

Le candidat élu appelle à une augmentation rapide de l'utilisation des combustibles fossiles, y compris le charbon, le plus dangereux, à l'élimination des réglementations, et, en pratique, au démantèlement de l'Agence de protection de l'environnement, à refuser d'aider les pays en développement qui cherchent à progresser vers l'énergie durable - qui est une pierre fondatrice des conférences de Paris et de Marrakech - et en général à courir vers le précipice le plus rapidement possible.

 

Le déni des Républicains a déjà un impact significatif. On avait espéré que les négociations de la COP21 à Paris aboutiraient à un traité viable mais cet espoir a été abandonné parce que le Congrès des États-Unis, républicain, n'a accepté aucun accord contraignant. Et donc l'engagement était un accord volontaire beaucoup plus faible, évidemment.

 

Et maintenant les suites. La conférence de Marrakech s'est terminée avec un problème réel du fait de l'inquiétude que tout cela soit vain et du fait de la position du leader du monde libre. Là encore, il est difficile de trouver les mots pour décrire ce qui arrive, car c'est à peine mentionné dans la couverture massive de ces problèmes et de ces événements ? À vrai dire, l'impact du réchauffement climatique global pourrait bientôt être plus clairement apparent qu'il ne l'est déjà.

 

Par exemple, prenez le Bangladesh. Rien qu'au Bangladesh, des dizaines de millions de personnes devront fuir les basses plaines dans les années à venir, à cause de la hausse du niveau de la mer et d'un climat plus violent. Cela va créer une crise migratoire qui fera passer celles d'aujourd'hui pour insignifiantes. Le principal climatologue du Bangladesh a déclaré, à juste titre, que ces migrants devraient avoir le droit d'émigrer dans les pays d'où proviennent tous ces gaz à effet de serre. Des millions devraient pouvoir venir aux États-Unis et dans les autres pays qui se sont enrichis en instaurant une nouvelle ère géologique qui pourrait, en fin de compte, être la dernière pour notre espèce.

 

Ces conséquences catastrophiques ne peuvent que croître, non seulement au Bangladesh mais également dans toute l'Asie du Sud puisque les températures qui sont déjà intolérables pour les pauvres augmentent inexorablement, et que les glaciers de l'Himalaya continuent de fondre, menaçant la totalité des réserves d'eau du Sud de l'Asie. On a déjà compté, en Inde, quelque trois cent millions de personnes qui manquent d'eau potable. Un moment de réflexion suffit pour rendre plus qu'évident que ces deux menaces pour la survie commencent à se rejoindre à l'heure actuelle.

 

L'Inde et le Pakistan possèdent, bien sûr, l'arme nucléaire et seront probablement exposés à de sévères manques d'eau dans un futur proche. Ils sont déjà à deux doigts d'entrer en guerre, et les conflits sur l'eau pourraient déclencher la catastrophe. Ils en viendraient sûrement rapidement aux armes nucléaires, avec des conséquences désastreuses pour la région. Et pire encore, un très grand recours aux armes nucléaires pourrait entraîner la malédiction finale de l'hiver nucléaire et de la famine globale. C'est un désastre final pour les espèces sur lequel les scientifiques nous ont alerté depuis des années. Tout cela se produit sans commentaire.

 

Pendant ce temps, à la frontière russe, les deux côtés s'engagent dans des actions provocatrices, dans des escalades militaires dangereuses, et, notez-le bien, à la frontière russe, pas à la frontière mexicaine, il y a une histoire importante là. Et l'Occident qui devrait être le premier dans la lutte sur ces questions existentielles, est dans le désarroi, avec la plus grande partie de sa population pleine de colère, de peur,de méfiance et de mépris pour les institutions établies.

 

Alors la phrase "Das Ende der Welt" n'est peut-être pas complètement inappropriée, si ce n'est pour les raisons attendues. Cependant, bien qu'il soit facile d'évoquer d'autres scénarios sinistres mais malheureusement pas invraisemblables, il y a des raisons aussi d'avoir de l'espoir. Pour rester sur les

 

élections américaines, le Parti républicain a pris le contrôle de la totalité du gouvernement, ils ont en fait obtenu une minorité de votes, 2 millions de moins que les démocrates, bien que le décompte ne soit pas encore fini.

 

Clinton a facilement gagné parmi les jeunes votants et, de manière encore plus significative, une majorité écrasante de jeunes votants a écrit « Sanders » au-dessus des deux candidats officiels et a soutenu ce qu'il appelle une « révolution politique ». C'est une formule intéressante. Sanders est en fait un démocrate honnête et dévoué, favorable à un New deal, et son programme n'aurait pas surpris le général Eisenhower, Dwight Eisenhower, président dans les années 50.

 

Le fait que ses propositions soient décrites comme une révolution politique montre aussi à quel point notre politique s'est décalée à droite pendant l'ère néolibérale. Les élections françaises qui arrivent en sont une autre illustration dramatique. Par ailleurs, de nombreux électeurs de Trump avaient en fait voté pour d'Obama. Dans les élections précédentes ils ont été séduits par les slogans « espoir » et « changement », puis ils ont été désabusés quand il n'y a eu aucun changement et bien peu d'espoir. On peut facilement concevoir la possibilité d'une coalition progressiste qui apporterait le changement et l'espoir qui sont justement réclamés par les victimes de l'agression du néolibéralisme sur les populations de la précédente génération.

 

Et par exemple, durant le pic de ce miracle économique tellement glorifié de 2007, juste avant le krach, les salaires réels des travailleurs des États-Unis étaient bien en dessous de ce qu'ils étaient vingt-cinq ans auparavant quand le programme néolibéral venait juste de commencé. Avec des effets similaires et souvent plus durs en Europe. L'impact de politiques similaires en Europe a été encore plus graves qu'aux USA, et en particulier depuis le krach et les programmes d'austérité destructeurs qui ont suivi, qui peuvent encore être renforcés, en France par exemple. Pour en rester aux États-Unis, certaines décisions de Trump pourraient être sensées, suivant comment elles sont formulées. On peut noter la proposition d'un grand investissement dans les infrastructures, qui sont vraiment terriblement nécessaires aux États-Unis. C'est en fait un des programmes initiaux de l'administration Obama, qui a été torpillé par la machine destructrice républicaine qui était ouvertement dédiée à rendre le pays ingouvernable aussi longtemps qu'ils n'étaient pas aux commandes. Eh bien, maintenant qu'ils sont aux commandes, ils vont peut-être appliquer la politique d'Obama, même si cela se fera de façon bien plus périlleuse que cela ne l'aurait été dans le passé, à cause des mesures d'accompagnement fiscal, à savoir des coupes franches dans les impôts pour les plus riches et pour les entreprises, pas de nouvelles sources de revenu, et une augmentation du budget déjà bien gonflé du Pentagone. Et pour ces raisons, les plans prévoient une augmentation conséquente des déficits. À ce stade, le Parti républicain aura probablement recours aux instructions de Dick Cheney au secrétaire au trésor Paul O'Neil en 2002 : « Ronald Reagan a prouvé que les déficits n'ont pas d'importance. Je veux dire, les déficits que nous, républicains, créons pour gagner le soutien de la population, et laissons à d'autres, de préférence les démocrates, le soin de réparer les dégâts. » La tactique peut marcher, pour un temps au moins. Et quand elle échouera, car elle échouera de manière inévitable, il y aura probablement un recours répugnant à faire des plus vulnérables les boucs émissaires : les immigrés, les Afro-Américains, les Latinos, d'une manière trop familière dans l'histoire, bien connue en France en ce moment.

 

Il est peut-être utile de continuer de commenter le spectacle étrange de l'isolement des États-Unis, le leader du monde libre, à la conférence du Maroc. Cela reproduit aujourd'hui de manière bien plus inquiétante le rejet par les États-Unis du traité de Kyoto sur le réchauffement global qui tua plus ou moins cette initiative. Et de plus en plus, ces dernières années, les États-Unis sont devenus isolés sur d'autres aspects, c'est un développement curieux et significatif des affaires mondiales. Un des exemples les plus frappants est dans l'hémisphère ouest. Il a été longtemps perçu comme « notre petite région par ici », d'après les mots du secrétaire à la guerre du président Roosevelt, Henry Stimson, la région que les États-Unis dirigent comme ils le veulent sans interférence et où toute désobéissance doit être punie. Cela a été un schéma historique pendant longtemps, jusqu'à ce siècle. Au 21ème siècle, les relations ont changé radicalement. Pour la première fois en 500 ans, l'Amérique latine s'est considérablement libérée de la domination occidentale. Au siècle dernier, cela signifiait la domination des États-Unis.

 

Le Fonds monétaire international, qui a pendant longtemps été l'instrument de la politique gouvernementale des États-Unis, a été complètement exclu de la région. Les crédits du FMI ne vont plus en Amérique, ils vont en Europe. Les bases militaires des États-Unis ont disparu. Des organismes récents de l'hémisphère ont exclu les États-Unis et le Canada, et, au Sommet des Amériques en 2015, il a aussi semblé que les États-Unis pouvaient être renvoyés des organisations de l'hémisphère, à cause de sa position sur Cuba, qui était fortement combattue par tout l'hémisphère ; en fait par le monde entier. Et ce furent certainement les raisons qui ont poussé le président Obama vers la normalisation des relations avec Cuba, pour empêcher que les États-Unis soient expulsés de l'hémisphère. Est-ce que ces initiatives seront défaites par l'administration Trump, nous ne le savons pas encore. Et si elles le sont, l'isolation des États-Unis dans l'hémisphère s'ensuivra, les relations sont bien sûr déjà dégradées par l'extrémisme anti-immigrés de Trump.

 

À une plus grande échelle, le même scénario se déroule en Asie. Une des principales initiatives de politique étrangère du président Obama, ce qui a été nommé son pivot en Asie, une tentative de former un espace allié des États-Unis dans la région Asie-Pacifique pour contrer l'influence chinoise. Le Partenariat Trans-Pacifique qui excluait la Chine, à dessein, avait pour but d'ancrer cette structure dans la réalité. Cet accord, le TPP, sera probablement abandonné, alors qu'au même moment en Chine, le RCEP (partenariat économique régional global) des Chinois se développe. Les alliés américains comme le Pérou, l'Australie, le Japon rejoignent le partenariat économique proposé par la Chine. Les États-Unis en seront probablement exclus. Les États-Unis ont pratiquement été les seuls à refuser de rejoindre la Banque Asiatique d'Investissement pour les Infrastructures (AIIB), banque mondiale à laquelle les États-Unis se sont opposés depuis longtemps, mais maintenant rejointe par ses proches alliés, dont la Grande-Bretagne, alors que les États-Unis n'en font pas partie.

 

En même temps, l'Organisation de coopération de Shanghai basée en Chine et le projet chinois de route de la soie se sont étendus, de la Chine vers l'Ouest, et ont intégré des États d'Asie centrale, la Sibérie avec ses ressources, l'Inde et le Pakistan, et probablement bientôt l'Iran et peut être même la Turquie, qui a déjà un statut de partenaire et envisagerait l'adhésion. C'est donc un système qui s'étend de la Chine à l'Europe.

 

Les États-Unis ont demandé un statut d'observateur en 2005, qui a été rejeté.

 

On ne sait pas pour l'instant si Trump annulera l'accord sur le nucléaire avec l'Iran, comme il a menacé de le faire.

 

S'il le fait, il est possible que les autres pays qui font partie de cet accord, des pays européens, continuent à l'appliquer, et peut-être même ignorent les sanctions unilatérales des États-Unis.

 

Si cela arrive, cela augmentera l'isolement des États-Unis, même vis-à-vis de l'Europe.

 

Ce sont des développements assez conséquents, qui sont liés au vaste débat sur le déclin de la puissance américaine.

 

La puissance américaine a atteint son apogée en 1945. À ce moment, les USA détenaient, au moins, la moitié de la richesse mondiale.

 

À cette époque, les autres puissances industrielles avaient été dévastées ou sévèrement touchées, mais les USA eux-mêmes ont grandement bénéficié de la Seconde Guerre mondiale. Le secteur manufacturier ayant pratiquement quadruplé, les États-Unis avaient une sécurité incomparable.

 

Il était clair que cette si écrasante domination ne pouvait persister, et, de fait, elle a subi ses premiers coups sévères en 1949, quand les nationalistes chinois, alliés des États-Unis, ont été expulsés de Chine. Cet événement est appelé « la perte de la Chine » aux États-Unis. Si vous y réfléchissez, c'est une locution intéressante, « la perte de la Chine ».

 

Dans les années suivantes, d'autres puissances industrielles se sont reconstruites des dégâts de la guerre, et la décolonisation a pris une tournure atroce.

 

En 1970, le monde était économiquement tripartite, avec 3 centres majeurs : l'Amérique du Nord, l'Europe, l'Asie du Nord-Est. À l'époque s'appuyant sur le Japon, la Chine s'est hissée à la position de puissance majeure.

 

En 1970, la part américaine du PIB mondial avait diminué jusqu'à environ 25%. Aujourd'hui légèrement moins. C'est le récit standard du déclin de la richesse américaine.

 

C'est néanmoins tout à fait trompeur.

Ça ne tient pas compte des changements importants de l'économie mondiale pendant la période de mondialisation néolibérale. L'appropriation par les entreprises de la richesse mondiale devient une mesure plus réaliste du pouvoir mondial que la richesse nationale. Et la raison en est que le monde s'écarte, encore plus que jamais, du modèle des économies politiques nationales discrètes. Il y a des études récentes, assez intéressantes, de la propriété d'entreprise et elles en tirent quelques conclusions assez frappantes. Il s'avère que dans pratiquement tous les secteurs économiques, fabrication, finance, services, commerce de détail et autres, dans tous ces secteurs, les sociétés américaines sont bien placées dans la possession de l'économie mondiale. Globalement, la propriété des sociétés américaines est de près de 50% du total. C'est à peu près la proportion de la richesse nationale américaine en 1945. Et, bien sûr, ces sociétés américaines sont soutenues par les contribuables américains.

 

J'ai donc une mesure différente du pouvoir économique mondial. Elle n'indique pas trop de changements depuis 1945, excepté dans la nature de la puissance, des faits malheureusement ignorés dans les commentaires habituels mais qui sont tout à fait cruciaux.

 

Dans le domaine militaire les États-Unis règnent bien sur leurs compétiteurs. Les dépenses militaires US sont presque aussi importantes que celles du reste du monde réunies. Les États-Unis sont bien plus avancés technologiquement. Les États-Unis à eux seul ont des centaines de bases militaires dans le monde et des forces engagées partout dans le monde. Là aussi il pourrait y avoir des changements. L'Europe pourrait choisir d'être plus d'indépendante et pourrait faire revivre, d'une certaine façon, la vision de Mikhaïl Gorbatchev d'une maison commune européenne et d'un système de sécurité intégré depuis l'Atlantique jusqu'au Pacifique sans alliance militaire. C'était sa proposition en 1991 et elle a été rejetée par le camp occidental en faveur d'une expansion de l'OTAN jusqu'à la frontière russe avec les conséquences que nous voyons maintenant.

 

Ce concept, le concept de Gorbatchev, a des racines traditionnelles en partie dans les concepts de de Gaulle et en partie dans l'Ostpolitik de Willy Brandt. Cela pourrait se produire et cela pourrait conduire à une détente des tensions très dangereuses qui montent à la frontière russe. Ce serait un développement bienvenu.

 

Il y a évidemment beaucoup plus de choses à dire au sujet des peurs, des espoirs et des perspectives. Les menaces et les dangers sont très réels, les opportunités existent. Et alors que nous y faisons face nous ne devrions jamais négliger le fait que parmi les menaces les plus graves, il y en a deux qui sont les plus sérieuses que les humains aient jamais rencontrées, et qui menacent littéralement la survie de la société humaine organisée. Ce sont des problèmes urgents qui ne peuvent être remis à plus tard, auxquels il faut faire face directement, la charge de les résoudre revenant à votre génération, et il faut s'en occuper rapidement si l'on veut avoir les perspectives d'un avenir décent.

 

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/200217/le-discours-de-noam-chomsky-le-30-novembre-2016-paris

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 14:01

 

 

Info reçue par mail

 

 

 

 

 

La lettre d’ATTAC Nîmes


Mars Attac a 10 ans !!! ---------- Février/mars 2017
 
 
Sommaire :
 
 
 
2/ Vendredi 24 février à 20h (pétantes !): "La Xe République... et quelques facéties de plus" (Théâtre documentaire humoristique de et avec Fred DUBONNET)
 
3/ Samedi 4 mars : Forum « Sortir du capitalisme : luttes locales, nationales, mondiales » (avec intervenants nationaux et internationaux) dans le cycle « Résistances, désobéissances, révolutions : Repenser l’émancipation » et retour sur le 1er forum
 
4/ LE PROGRAMME de Mars ATTAC – 10e édition ! Du mercredi 8 au mardi 14 mars à Nîmes.
 
5/ APPEL : Disponible pour un coup de main pour Mars ATTAC ?
 
6/ CETA : après le vote de Strasbourg, faire échec à la ratification nationale
 
7/ Plus altermondialistes que jamais ! Du 23 au 27 août prochain, Attac organise l’Université d’été européenne des mouvements sociaux à Toulouse
 
8/ Vendredi 24 mars : soirée-débat « un million d’emplois pour le climat » (en préparation).
 
9/ Rappel : ATTAC Nîmes dorénavant sur Facebook ! Faites tourner…
 
 
% % % % % % pour recevoir directement la lettre d’ATTAC Nîmes,
merci d’en faire la demande à nimes@attac.org % % % % % %
 
1/Jeudi 16 février à 20h (Sémaphore, Nîmes): film-débat "Qu'est ce qu'on attend ?" et débat avec le PDG de Vinci (!?) ou...
 
Débat avec le PDG de Vinci, expert en transition de la nature sauvage et hostile en aéroport climatisé… Son jet est en panne, ça sera finalement avec des membres de NIMES EN TRANSITION !
 
Le nouveau documentaire de Marie-Monique ROBIN (Sacrée croissance, Les moissons du futur, Notre poison quotidien, Le monde selon Monsanto...) !
 
Qui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune française ? C'est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit. « Qu'est-ce qu'on attend ? » raconte comment une petite ville d'Alsace de 2 200 habitants s'est lancée dans la démarche de transition vers l'après-pétrole en décidant de réduire son empreinte écologique.
 
 
https://gard.demosphere.eu/rv/3793
 
2/ Vendredi 24 février à 20h (pétantes !) à Nîmes: "La Xe République... et quelques facéties de plus" (Théâtre documentaire humoristique de et avec Fred DUBONNET).
 
Fred DUBONNET, « manipulateur de mots spectaculaires » est de retour à Nîmes ! Nous avons plaisir à l’accueillir pour son nouveau spectacle.
Lieu : Maison du Protestantisme - 3, rue Claude Brousson à Nîmes.
 
Agitons nos neurones dans la bonne humeur !
Suite à une forte, neige six personnes vont se retrouver coincées dans un chalet. En attendant que la tempête passe, elles s’organisent. Contraints de passer la nuit ensemble, six points de vue vont s’affronter, rigoler, se moquer de notre époque. Au fil de la discussion, de ce huis clos va émerger les contours d’un nouveau système...
Ça promet !
 
Interprété par un comédien ce "seul en scène" est du théâtre documentaire. Au passage, il va tordre le cou à la comptabilité nationale, à l’optimisation fiscale et autres cancers de notre époque. Une manière joviale d’affiner notre regard sur le monde, un immense chant d’espoir, d’humanisme et d’humour qui fait du bien là où ça passe.
 
 
Entrée gratuite… sortie à prix libre !
Spectacle suivi d’un verre de l’amitié et de petites choses à grignoter.
 
3/ Samedi 4 mars : Forum « Sortir du capitalisme : luttes locales, nationales, mondiales » (avec intervenants nationaux et internationaux) dans le cycle « Résistances, désobéissances, révolutions : Repenser l’émancipation » et retour sur le 1er forum
 
 
2nd forum du cycle sur le thème « Sortir du capitalisme ? Luttes locales, nationales, mondiales ».
 
Le samedi 4 mars à Nîmes, Foyer Maurice Albaric (27 rue Jean Reboul).
 
Programme :
Accueil à 10h30.
 
11h-12h30 : conférence-débat d’Andreu Coll (militant de Podemos) sur « Ils nous gouvernent mais nous représentent-ils ? ».
 
14h30-17h30 : table-ronde animée par un-e journaliste de Mediapart, avec :
- Carmen Castillo (cinéaste franco-chilienne et ancienne militante de la gauche révolutionnaire chilienne sous le gouvernement de Salvador Allende)
- Andreu Coll (militant de Podemos)
- Philippe Corcuff (politiste, sensibilité libertaire et membre d’ATTAC)
- Gustave Massiah (animateur du Forum Social Mondial et membre du Conseil Scientifique d’ATTAC France).
 
 
ð La vidéo du premier forum (« Les partis politiques sont-ils utiles pour l'émancipation ? » le 21 janvier) en ligne sur le blog du club Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/le-club-mediapart/blog/270117/les-partis-politiques-sont-ils-utiles-pour-les-emancipations
 

Forums co-organisés par l'Université Critique et Citoyenne de Nîmes, la Féria du livre de la critique sociale et des émancipations de Nîmes et ATTAC Nîmes. Avec le soutien de Mediapart.
 
 
 
 
 
 
 
4/ LE PROGRAMME de Mars ATTAC – 10e édition !
Du mercredi 8 au mardi 14 mars à Nîmes.
 

 

 

 

 

 

 

 
Semaine du 8 au 14 mars 2017, avec 2 dates en avant-goût (le 16 et 24 février : voir points précédents) et des intervenant.e.s de tout premier plan !
 
 
Mercredi 8 mars à 20h : Printemps citoyen
Documentaire (France) 2017 - 1h18 - Réal. Ryslaine Boumahdi
 
 
 
 
 
 
« Printemps Citoyen », est une immersion dans un monde où la Démocratie prend des allures d'un autre temps, celui de notre temps le XXIème siècle. Argentine, Islande, Espagne, France, Grèce, Etats-Unis,… Partout dans le monde, nous entrons au coeur de l'innovation démocratique. Nous explorons les différentes solutions, qui sont aujourd'hui en train d'être expérimentées pour améliorer nos Démocraties, secouées par une profonde crise de représentation et gangrenées par la désaffection des citoyens dans le système.
 
Débat avec Kim Jong-un, vénérable président de Corée du Nord s'il n'a pas fui à la fin de ce film...ou avec Yohan DUBIGEON, enseignant chercheur en sciences politiques travaillant sur les expériences de démocratie radicale, et membre d'ATTAC. Son ouvrage La démocratie des conseils sortira à l'automne 2017 aux éditions Klincksieck.
 
 
 

Jeudi 9 mars à 20h : Democracy (sur données personnelles internet)

Documentaire (Allemagne) 2016 - 1h40 – réal. David BERNET.
 
"On dit souvent que les données [personnelles sur internet] sont le pétrole du 21e siècle. Le pétrole a modifié nos vies et les données la modifieront aussi" (extrait du film). Une passionnante bataille de pouvoir, au sein des institutions européennes, autour de notre avenir numérique. "DEMOCRACY prend la forme d'un film à suspense" (Les fiches du cinéma).
 
Débat avec Big Brother (quand il aura fini de vous regarder) ...ou Léa CAILLERE FAGUEYRAC, chargée de l'analyse juridique et politique à la Quadrature du Net.
 
 
 
 
 
 
 
 
Vendredi 10 mars à 20h : This changes eveything (ça change tout !)
Documentaire (Canada, USA) 2017 - 1h29 – réal. Avi LEWIS et Naomi KLEIN
 
Construire un monde meilleur ? Filmé dans 9 pays et 5 continents sur 4 ans, This Change Everything, est une tentative épique pour ré-imaginer l'immense défi du réchauffement climatique. Sept portraits de communautés sur les lignes de front, du bassin de la Powder River au Montana jusqu'aux sables bitumineux de l'Alberta, de la côte sud de l'Inde à Pekin et au-delà : la narration de Naomi Klein (No logo, La stratégie du choc) entremêle ces histoires de lutte, reliant la présence du carbone dans l'air et le système économique qui l'a engendré.

Naomi Klein construit son idée la plus controversée et la plus passionnante : que nous pouvons saisir la crise existentielle du changement climatique pour transformer notre système économique défaillant en un nouveau système radicalement meilleur.
 
Débat avec Donald TRUMP... qui s'est finalement dégonflé devant Aurélie Trouvé, co-porte-parole d’ATTAC France
 
Et vernissage de l’expo photo (voir ci-après) à l’issue du débat
 
 
 
 
 
Lundi 13 mars à 20h : 1336 jours, des hauts, débats, mais debout
Documentaire (France) 2017 - 1h13 – réal. Claude HIRSCH.
 
L'aventure a duré 1336 jours ! 1336 jours pendant lesquels un noyau d'irréductibles se sont battus sans relâche contre Unilever. La grosse multinationale avait en effet décidé en 2010 de fermer son usine de conditionnement de thé et infusion à côté d'Aubagne, estimant qu'elle n'était pas rentable. Mais voilà ! Ces 82 personnes vont non seulement se battre pour que le rideau de fer ne s'abaisse pas définitivement sur les portes de l'usine mais cette bande d'entêtés va utiliser toutes les voies possibles et imaginables pour maintenir leur activité, leur emploi et prouver à ce trust international que l'entreprise reste viable !
 
Débat avec Pierre Gattaz, qui avoue qu'entre deux mouvements sociaux, une bonne verveine SCOP-TI, ça relaxe !
…ou avec le réalisateur et des membres de la SCOP-TI (qui ont repris l’entreprise en coopérative).
 
 
 
 
Mardi 14 mars à 20h : Fuck America (Théâtre) – 1h35
Soirée spéciale en partenariat avec l’Association Pour le Théâtre Populaire (ATP) de Nîmes
Pièce d'Edgar HILSENRATH - Production Théâtre Joliette-Minoterie
 
AUTRE LIEU ( !) : Théâtre Christian LIGER
Réservation directement auprès de l’ATP Nîmes : 04 66 67 63 03 ou http://www.atpnimes.fr/
 
Au commencement, il y a ce « putain de livre », un roman explosif, un ovni littéraire. Une langue qui claque. Une verve féroce, décomplexée, iconoclaste, drôle et bouleversante, qui percute.
Jakob Bronsky, tout juste rescapé de la Shoah, hante une Amérique des laissés-pour-compte et des minables bien loin du rêve de terre promise. Écrivain la nuit, crève-la -faim le jour, il trimballe, de petits boulots en rencontres loufoques, son appétit de vivre, les affres de la création et des fantasmes torrides.
Situations incongrues, dialogues déjantés et acides cultivant jusqu'au bout la consternation désopilante. Le comédien Haïm Menahem et le saxophoniste David Rueff se mettent au service d'une langue virtuose dans un spectacle décoiffant et jubilatoire.
COMÉDIEN Haïm Menahem / SAXOPHONISTE David Rueff / CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE Haïm Menahem / PRODUCTION Théâtre Joliette-Minoterie, Scène conventionnée pour les expressions contemporaines. FUCK AMERICA est publié aux éditions Attila.
 

 

 

 
Et pendant toute la durée de Mars Attac :
 
Exposition photographique - cafétéria du Sémaphore :
"De BNP à Nuit Debout, le peuple passe à l'attaque", de Mikaël, journaliste indépendant.
 
« Retour en images sur les mouvements sociaux et les actions de désobéissance civile qui ont marqué 2015 et 2016 : réquisition citoyenne des chaises de la BNP, actions pendant la COP21, villages Alternatiba, action européenne Ende Geläende en Allemagne (contre une mine de lignite), manifestations contre la Loi Travail, mouvement Nuit Debout, "jungle" de Calais,... Les raisons de se bouger sont nombreuses, alors passons à l'ATTAC sans attendre. A demain dans la rue et à la vie debout, on lâche rien ! »
 
 
Vernissage : vendredi 10 mars à l’issue du débat
 
Pour plus de renseignements :
 
Cinéma le Sémaphore : 25, rue Porte de France, Nîmes
Tél : 04 66 67 83 11 - Web : www.cinema-semaphore.fr
 
ATTAC (Association pour la Taxation des Transactions financières
et pour l'Action Citoyenne) : Tél : 06 33 39 84 76
 
ATP Nîmes: 4, La Placette, Nîmes
Tél : 04 66 67 63 03 - Web : http://www.atpnimes.fr/
5/ APPEL : Disponible pour un coup de main pour Mars ATTAC ?
 
Merci aux adhérent.e.s ou sympathisant.e.s d’ATTAC Nîmes qui peuvent nous aider dans la diffusion des flyers à Nîmes et villages alentours de se faire connaître (en écrivant à nimes@attac.org ou en appelant le 06 33 39 84 76).
Sont notamment visés les lieux de passage (lieux de travail, bars, bibliothèques, commerces…) et événements rassemblant des personnes susceptibles d’être intéressées par notre programme.
 
De même, si des adhérents peuvent nous aider à tenir le stand d’ATTAC Nîmes lors des soirées de projection-débat, merci de se faire connaître de la même manière. Précision : cela n’empêchera pas de voir le film mais une présence est nécessaire à partir de 19h jusqu’à 20h.
6/ CETA : après le vote de Strasbourg, faire échec à la ratification nationale (communiqué du 15/02/17 du Collectif Stop TAFTA)
 
Le Parlement européen a adopté le traité de libre-échange conclu entre l’UE et le Canada (ou CETA) ce midi. 90 % de ce traité entrera en application provisoire à partir du 1er mars, sans approbation des Parlements des États membres.
La phase des ratifications nationales commence donc à partir d’aujourd’hui, et ce sont 38 parlements nationaux ou régionaux qui vont devoir se prononcer sur le traité pour qu’il soit définitivement valide dans l’ordre juridique européen.
La suite.
7/ Plus altermondialistes que jamais ! Du 23 au 27 août prochain, Attac organise l’Université d’été européenne des mouvements sociaux à Toulouse.
 
 
Du 23 au 27 août prochain Attac organise l’Université d’été européenne des mouvements sociaux à l’Université Toulouse Jean Jaurès. C’est un rendez-vous incontournable pour toutes les personnes engagées dans la construction d’un monde plus juste. Pour répondre aux bouleversements considérables que connaissent l’Europe et le monde, nous nous y retrouverons pour débattre, échanger et préparer ensemble les mobilisations à venir !
Plus d’informations sur le site de l’Université d’été européenne des mouvements sociaux : https://www.esu2017.org et la page Facebook.
La suite de l’article.
8/ Vendredi 24 mars à 19h: soirée-débat « un million d’emplois pour le climat » (en préparation).
 
Nous vous tiendrons très prochainement informés des détails de cette soirée qui s’organise autour du récent rapport « un million d’emplois pour le climat » auquel ATTAC France (et bien d’autres !) a contribué.
 
Prenez date d’ores et déjà !
 
RAPPEL : ATTAC Nîmes dorénavant sur Facebook ! Faites tourner…
 
Non sans quelques réflexions, ATTAC Nîmes a décidé de rejoindre Facebook !
Pas que nous ne restions pas critiques de cette multinationale s’accaparant les données internet mais ce réseau social nous permettra de diffuser plus largement les informations de nos initiatives auprès d’un nouveau public potentiel.
 
 
N’hésitez à faire connaître cette page et, pour les personnes qui ont un compte Facebook, à nous rendre visite.

Et merci à Joachim pour la création de cette page !

 

Pour adhérer à ATTAC

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 22:14

 

Source: http://www.marianne.net

 

Eva Joly : "Le rideau de fumée que Fillon essaie de créer est insupportable"

 

Propos recueillis par

 

 

La justice, ils l'ont rendue ou subie. Magistrats, ils l'ont exercée, sans toujours parvenir à leurs fins. Prévenus célèbres, ils ont enduré une double peine, celle de l'humiliation due à leur notoriété s'ajoutant à la rigueur de la sanction. Les uns ont pu se tromper, les autres fauter. Pour "Marianne", ils racontent. Extraits, avec Eva Joly.

"Lorsque j'étais juge d'instruction, certains mis en examen me disaient : « Madame, vous avez détruit ma vie ! » Je leur répondais : « Ce n'est pas moi qui ai détruit votre vie, c'est votre délinquance. » Les politiques sont des justiciables comme les autres, mais ils rêvent encore de privilèges anciens. Le monde a changé, et François Fillon ne l'a pas compris. L'opinion publique exige de la transparence. Quand un candidat prétend aux plus hautes fonctions, il doit accepter ce que les Anglo-Saxons appellent le « scrutiny », cet examen minutieux qui consiste à passer toute votre vie au crible jusqu'à vérifier si vous n'avez pas employé votre baby-sitter au noir quand vous aviez 26 ans...

Pendant très longtemps, les élus ont bénéficié d'un privilège de juridiction qui nourrit leur sentiment d'impunité. A mes débuts comme juge d'instruction, la hantise, c'était de trouver dans le dossier un élu d'une petite commune, car à l'époque il fallait se dessaisir au profit de la Cour de cassation. Vous meniez une instruction pendant cinq ans et il fallait lâcher l'affaire qui ne serait jugée que des années plus tard. Le fait d'être sénateur a aussi pu, parfois, dissuader le parquet d'ouvrir des enquêtes pour ne pas mettre en péril les institutions. On reproche très souvent aux juges d'être instrumentalisés, manipulés. Or, peu importe par quel biais vous parviennent les informations, la seule chose qui compte, c'est si ces éléments sont vrais. Ce que je trouve insupportable dans le cas de François Fillon, c'est le rideau de fumée qu'il essaie de créer pour échapper à ses propres turpitudes."

 

(...)

 

 

>>> Retrouvez l'intégralité de cet article en kiosques.

Vous pouvez également , en version papier ou numérique.

Et pour ne plus rater aucun numéro,  !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source: http://www.marianne.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 22:06

 

Pour Théo et les autres victimes

Rassemblement lundi 20 février
à 18h, devant le Carré d'Art à Nîmes
 

Les faits qui se sont produits à Aulnay-sous-Bois sont inadmissibles.

Le déni par les autorités policières, les déclarations racistes qui en ont suivi sont inacceptables. Inacceptables pour les premiers visés, qui supportent quotidiennement des contrôles dont chacun sait qu’ils n’ont qu’un très lointain rapport avec la réalité de la délinquance. Inacceptables pour toutes celles et ceux qui souhaitent bénéficier d’une police respectueuse des personnes et de leurs droits, garantes des libertés et de la sécurité publique.

Les faits qui se sont déroulés à Aulnay sont d’une exceptionnelle gravité. Mais ils sont loin d’être isolés.

Il est de notre devoir de citoyen de nous mobiliser, afin d'y porter un coup d’arrêt, temps de réaliser qu’au-delà des faits incriminés, c’est l’ordre public lui-même qui est mis en cause, et avec lui, la sécurité de toutes et tous. Pour qu'enfin, justice soit obtenue pour Zyed, Bouna, Theo, Adama, Rémi et les autres victimes de la violence policière. Rassemblons-nous lundi 20 février, à 18h, devant le carré d'Art de Nîmes.

  

 

                                                                          ********************

 

COMMUNIQUE 
 
 
Le FN demande au préfet du Gard de faire interdire le rassemblement citoyen prévu pour Lundi 2 février à Nîmes pour réclamer Justice pour Théo et les autres . Nous appelons tous les démocrates, les associations et partis démocratiques à venir nombreux lundi pour démontrer au FN qu'il ne fait pas la loi dans notre république, et qu'un parti fondé par d'anciens OAS et Waffen SS est mal placé pour donner des leçons de démocratie. 
LUNDI 20 février dans le calme et avec détermination nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs d’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité au racisme et au mépris social, toutes celles et ceux qui jugent urgent de rétablir la confiance entre les citoyens et les forces de police à être présents .
Pietro Truddaiu membre de l'éxecutif du PCF GARD 
Clément Luy responsable départemental des Jeunes Communistes Gard
 
 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22