Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 17:06

 

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 24.08.2012 à 18h15 • Mis à jour le 24.08.2012 à 18h15

 
 
Crédits : AP/Amr Nabil / Amr Nabil

Quelques centaines d'Egyptiens sont descendus vendredi 24 août dans les rues du Caire pour manifester contre le président Mohamed Morsi lors du premier rassemblement de ce type, moins de deux mois après l'arrivée au pouvoir du candidat des Frères musulmans.

Des échauffourées ont opposé les manifestants à des partisans de Mohamed Morsi. Sur la place Tahrir, épicentre de la révolution qui a abouti au renversement d'Hosni Moubarak en février 2011, de jeunes membres des deux camps se sont affrontés à l'aide de pierres, de bouteilles et de bâtons. Des bagarres se sont poursuivies dans les ruelles environnantes.

Les violences ont éclaté place Tahrir lorsque des témoins ont entendu des coups de feu. Selon l'agence de presse officielle Mena citant le ministère de la santé, cinq personnes ont été blessées sur cette place. L'agence cite aussi le témoignage d'un médecin présent place Tahrir affirmant avoir soigné quatre personnes, dont trois blessées par balle.

 "NE VOUS FAITES PAS AVOIR PAR LES FRÈRES"

La ville portuaire d'Ismaïlia, à 120 km à l'est du Caire, a également été le théâtre d'échauffourées, selon un témoin. Les rassemblements organisés par les opposants de Mohamed Morsi dans d'autres quartiers de la capitale égyptienne se sont en revanche déroulés dans le calme, le nombre de manifestants ne dépassant pas quelques centaines, au total, en début d'après-midi.

Les manifestants ont accusé le chef de l'Etat, qui n'appartient officiellement plus à la confrérie islamiste depuis son investiture le 30 juin, de chercher, à son tour, à monopoliser le pouvoir. Le successeur de Hosni Moubarak a abrogé le 12 août une "déclaration constitutionnelle" prise par les militaires avant son élection et qui rognait les prérogatives présidentielles.

"Réveillez-vous, peuple égyptien !", scandait Mahmoud, âgé d'une cinquantaine d'années, aux 200 personnes réunies sur la place Tahrir. "Ne vous faites pas avoir par les Frères." "L'Egypte est pour tous les Egyptiens, pas pour une seule organisation", a-t-il ajouté, debout sur une moto, alors que la circulation continuait autour de lui.

Quelques dizaines de personnes se sont aussi rassemblées devant le ministère de la défense aux abords desquels des affrontements avaient opposé des manifestants et l'armée, il y a quelques mois, lorsque les généraux du Conseil suprême des forces armées (CSFA) assuraient la transition.

ENQUÊTE SUR LES FRÈRES

La police a prévenu qu'elle protégerait les manifestants pacifiques mais réprimerait toute violation de loi, alors que des rumeurs propagées par la presse et les médias sociaux laissaient craindre des attaques contre des locaux des Frères musulmans, ce que les organisateurs ont nié.

Les meneurs, qui souhaitaient marcher vers le palais présidentiel et qui renvoient dos à dos l'armée et les Frères musulmans, demandent aussi l'ouverture d'une enquête sur le financement de l'organisation islamiste. La confrérie se trouve sur le devant de la scène politique depuis la "révolution du Nil" de 2011 après avoir été réprimée pendant les trente années du régime Moubarak.

 Le quotidien libéral Al Masry al Youm a qualifié à la "une" de son numéro de vendredi les manifestations, prévues de longue date, de "premier test pour Morsi".

Plusieurs organisations libérales, généralement opposées aux Frères musulmans, ont pris leurs distances à l'égard de la manifestation, comme le Mouvement du 6-Avril, l'un des fers de lance de la révolution. "Ceux qui veulent renverser les Frères devraient le faire par les urnes", écrit sur Facebook Ahmed Said, dirigeant des Egyptiens libres, un parti libéral ne participant pas non plus à la manifestation.

Accusé notamment par l'opposition libérale de chercher à bâillonner les médias, Mohamed Morsi a donné un gage d'ouverture jeudi en décidant une loi qui a, de fait, annulé la détention préventive d'Islam Afifi. Ce dernier, rédacteur en chef du quotidien Al Dostour, est accusé d'insultes contre le président.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Egypte
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 16:57

 

 


Le Monde.fr avec AFP | 24.08.2012 à 10h32 • Mis à jour le 24.08.2012 à 13h42

 
 
Manifestation contre le projet minier Conga, le 21 août. Les habitants des hauts plateaux craignent que le projet ne les prive de leurs ressources en eau.

Le projet de mine d'or et de cuivre Conga, dans le nord du Pérou, est suspendu jusqu'à ce que la compagnie américaine Newmont fournisse des garanties sur la préservation des ressources locales en eau, a annoncé le premier ministre péruvien, Juan Jimenez, jeudi 23 août.

"Nous nous engageons dans un nouveau scénario, le projet est entré dans une phase de suspension que la compagnie a déjà décidé", a déclaré M. Jimenez à la presse. L'ultimatum lancé par le gouvernement à Newmont s'achèvera dans deux ans. La compagnie Yanacocha, contrôlée par Newmont, "a deux ans pour garantir l'eau" aux habitants de la région de Cajamarca, avait annoncé mercredi le président péruvien, Ollanda Humala.

Ce projet de Cajamarca, le plus grand investissement minier du Pérou avec 3,8 milliards d'euros, prévoit de sacrifier quatre lacs-réservoirs d'altitude pour les remplacer par des lacs artificiels, soulevant nombre d'inquiétudes sur la pérennité des ressources en eau d'une région souvent en proie à la sécheresse.

Manifestation contre le projet minier Conga à Cajamarca, le 22 août.

Un important mouvement de grèves et manifestations depuis fin 2011 a conduit à plusieurs reprises le gouvernement à y décréter l'état d'urgence, et a contraint Newmont à annoncer le 30 novembre 2011 la suspension du projet. Celui-ci avait été réactivé en avril après le feu vert d'un audit environnemental commandé par le gouvernement.

Lire l'article : La révolte contre les projets miniers prend de l'ampleur au Pérou

Le président de Newmont, Richard O'Brien, a récemment reconnu l'absence d'un environnement favorable autour du projet, et s'était engagé à apporter "des modifications significatives" au projet, dans un entretien au Dow Jones Newswire.

Conga, qui devait initialement voir le jour en 2014, avait été approuvé par le gouvernement de l'ancien président Alan Garcia en 2010. Son successeur, Ollanta Humala, avait également soutenu ce projet tout en insistant sur la préservation de l'environnement.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 16:45

 

Le Monde.fr avec AFP | 24.08.2012 à 15h03 • Mis à jour le 24.08.2012 à 15h48

 

 
Six militants de Greenpeace ont pris position sur la structure pétrolière du géant russe Gazprom dans l'Arctique.

Six militants de Greenpeace sont montés sur une plate-forme pétrolière dans l'Arctique appartenant au géant russe Gazprom. L'ONG demande l'arrêt de toute exploitation de cette immense zone dont les réserves sont très convoitées et proteste contre les projets de forage du géant énergétique russe dans la région, a annoncé vendredi 24 août l'organisation écologiste.

Les militants ont rejoint la plate-forme du champ pétrolifère de Prirazlomnoye à bord de canots gonflables aux environs de 4 heures, heure locale (minuit GMT). "Six grimpeurs ont pris position sur la structure et ont interrompu les opérations menées sur la plate-forme", précise l'ONG dans un communiqué. "Les militants sont hors d'atteinte et ont assez de vivres pour tenir plusieurs jours", ajoute-t-elle. Parmi ces militants se trouve notamment Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace International. L'ONG a mis sur YouTube la vidéo de l'assaut de ce matin.

 

 

Sur son compte Twitter, elle suit l'assaut en direct :

L'exploitation du champ de Prirazlomnoye, le premier projet pétrolier russe en Arctique, a été retardée par des difficultés de construction et des dépassements budgétaires. La production doit débuter à la fin de l'année dans ce gisement renfermant des réserves évaluées à 526 millions de barils de brut. "La seule manière d'éviter une marée noire catastrophique dans cet environnement unique, c'est d'interdire définitivement tout forage dès maintenant", a déclaré Kumi Naidoo.

 

 PAS D'IMPACT SUR SES OPÉRATIONS, SELON GAZPROM

Le groupe russe a immédiatement réagi à cette annonce, réfutant un quelconque impact sur ses opérations malgré la présence des militants. "On leur a proposé de monter sur la plate-forme pour mener un dialogue constructif", a indiqué le service de presse du groupe russe, cité par l'agence Interfax. "Mais ils ont refusé et dit qu'ils préféraient s'y accrocher", a-t-il ajouté.

Greenpeace dénonce les dangers de l'exploitation de l'Arctique et a lancé en juin une nouvelle campagne impliquant des acteurs, cinéastes, stars du rock et hommes d'affaires pour faire de l'Arctique un sanctuaire vierge de forages pétroliers et de pêche industrielle. En juillet, des militants de l'organisation ont bloqué les accès du siège du groupe anglo-néerlandais Shell à La Haye pour dénoncer un projet de forage pétrolier dans l'Arctique.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:41

 

AFP PHOTO/PASCAL PAVANI

Le phénomène est peu médiatisé, largement sous-estimé. Il n'intéresse pour ainsi dire personne. Chaque année, près de 3 000 personnes de plus de 65 ans mettent fin à leurs jours, ce qui représente le tiers des 10 499 suicides recensés par l'Inserm en 2009, souligne le journal La Croix dans un dossier sur le sujet.

Plus on monte en âge, plus les chiffres sont alarmants : alors que le taux de suicide dans la population générale française est de 17,1 pour 100 000, il monte à 32 chez les 75-84 ans, et à 44 pour 100 000 chez les 85-94 ans. D'après l'Inserm, les hommes de plus de 95 ans se suicident dix fois plus que la population générale.

"Le suicide du vieillard ne scandalise ni ne fascine", constate dans La Croix le psychiatre Michel Debout (Dans la France du suicide, Stock, 2002). Mais certains faits divers obligent parfois l'opinion, et les responsables politiques, à ouvrir les yeux.

Début août, la ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie, Michèle Delaunay, avait ainsi appelé à la vigilance, après plusieurs suicides de personnes âgées à domicile et en institution. Une résidente d'institution avait notamment mis fin à ses jours en mettant la tête dans un sac en nylon. Dans un entretien à La Croix, la ministre explique vouloir créer un observatoire et faire entrer la culture palliative dans les Ehpad, qui accueillent les personnes âgées dépendantes.

Les explications au suicide des personnes âgées sont nombreuses. L'allongement de la durée de la vie s'accompagne souvent de souffrances physiques, mais aussi psychologiques (deuils, dépendance, sentiment d'abandon, isolement, etc.) plus fortes.

À cela s’ajoute "un sentiment d’inutilité plus prégnant que par le passé", explique dans La Croix Godefroy Hirsch, médecin généraliste en milieu rural, à la tête de l’équipe d’appui départementale de soins palliatifs de Loir-et-Cher. Dans une société qui leur fait peu de place et valorise la performance, "les gens nous demandent : 'À quoi ça sert ?', nous disent : 'Ça ne vaut plus le coup'", raconte-t-il.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:33

 

Le Monde.fr avec AFP | 23.08.2012 à 16h32

 
Le "Xperia play", de Sony Ericcson.

Sony Mobile Communications a annoncé, jeudi 23 août, la suppression de mille emplois en Suède d'ici à mars 2014, dans le cadre du déplacement du siège social de l'entreprise de Lund (Suède) à Tokyo. "Sony Mobile prévoit de réduire sa main d'œuvre d'environ 15 % d'ici à la fin de mars 2014, afin d'améliorer son efficacité opérationnelle, réduire ses coûts et connaître une croissance rentable", a expliqué dans un communiqué le groupe. Actuellement, Sony Mobile Communications emploie environ huit mille personnes dans le monde.

Cette annonce entre dans le cadre d'une restructuration globale de cette filiale, qui fait suite au rachat par Sony des 50 % détenus par l'équipementier Ericsson dans leur coentreprise de téléphone portable, fondée en 2001, Sony Ericsson. Après cette transaction bouclée à la mi-février pour 1,05 milliard d'euros, Sony a rebaptisé sa filiale en Sony Mobile Communications.

"RECENTRAGE"

La fabrication et la vente de téléphones portables figure parmi les domaines jugés stratégiques par Sony qui, déficitaire ces quatre dernières années, mène une politique de recentrage sur ses ressources jugées les plus porteuses. Sony Mobile Communications commercialise notamment le Xperia, un smartphone fonctionnant sous le système d'exploitation Android du groupe informatique américain Google.

En avril, le groupe japonais de l'électronique Sony avait annoncé procéder à 10 000 suppressions d'emplois dans le monde d'ici à la fin de l'année.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:27

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 23.08.2012 à 17h52

 
 
Troisième pays de la zone euro à obtenir une assistance financière, le Portugal a reçu un prêt de 78 milliards d'euros en échange d'un plan de réformes.

Au Portugal, certains bénéficiaires de l'allocation pour la réinsertion sociale  devront exercer une "activité socialement utile", jusqu'à quinze heures par semaine, pour continuer de bénéficier de cette aide, a décidé le gouvernement, jeudi 23 août.

Pour le ministre de la solidarité sociale, Pedro Mota Soares, le revenu social d'insertion (RSI), une allocation qui a pour objectif d'aider les personnes sans ressources jusqu'à ce qu'elles retrouvent un emploi, "est un droit qui comporte aussi des devoirs".

Cette mesure concernera les personnes aptes à exercer une activité professionnelle et qui n'ont pas d'enfant ou de personne âgée à leur charge. Ceux qui refuseront se verront privés du RSI.  Les bénéficiaires seront notamment appelés à participer "au nettoyage de jardins publics, à des travaux de rénovation dans des institutions sociales ou à l'organisation d'évènements sportifs et culturels", a cité en exemple M. Mota Soares.

 PROMESSE DE CAMPAGNE

A la fin de juin, quelque 339 000 Portugais percevaient ce revenu d'insertion, dont le montant moyen s'élevait à un peu plus de 92 euros par mois, d'après des données de la sécurité sociale. Le gouvernement estime pour sa part que près de 60 000 personnes touchent le RSI sans être inscrites dans un centre de recherche d'emploi.

Cette mesure était une promesse de campagne du gouvernement de centre-droit, au pouvoir depuis que le Portugal s'est vu accorder, en mai 2011, une aide internationale de 78 milliards d'euros, en échange d'un vaste programme de rigueur et de réformes pour assainir ses finances publiques. Ce plan d'économies sans précédent comprend notamment une hausse généralisée des impôts et la baisse des salaires des fonctionnaires ainsi que des prestations sociales.

La recette prônée par les créanciers du Portugal, l'Union européenne et le Fonds monétaire international, provoquera cette année une récession économique estimée à 3 % du PIB, alors que le taux de chômage a atteint au deuxième trimestre le niveau record de 15 %.

Lire aussi : Face à l'austérité, les Portugais se rebiffent

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:23

 

 

LE MONDE | 23.08.2012 à 15h16 • Mis à jour le 23.08.2012 à 15h22

Par Intérim (New York, correspondant)

 
La sécheresse qui sévit actuellement aux Etats-Unis a fortement endommagé les cultures.

La sécheresse qui sévit dans plus de la moitié des Etats-Unis a singulièrement compliqué l'exploitation du pétrole et du gaz de schiste. Les sociétés de forage recherchent désespérément les milliers de mètres cubes d'eau nécessaires à la fracturation de la roche, ce qui les oppose maintenant aux fermiers qui essaient de conserver leurs précieuses ressources hydrauliques.

Au Kansas, les entreprises qui ont vu leur approvisionnement en eau limité par l'Etat ont proposé aux agriculteurs de pomper l'eau de leurs étangs ou d'accéder à leurs puits, monnayant des sommes parfois considérables : jusqu'à 85 000 dollars (68 000 euros) par an d'après Select Energy, l'une des entreprises qui se consacrent à ce genre de prospection.

Mais les fermiers sont inquiets car ils ne voient pas la fin de leurs soucis. "Ils ont peur de rester sans eau", déclarait à la chaîne CNN, Jeff Gordon, directeur d'exploitation de la compagnie pétrolière Texas Coastal Energy, qui fore au Kansas depuis un an. Ils pensent d'abord à leur bétail et à leurs récoltes."

Une situation qui crée des tensions. Au Colorado, les agriculteurs se sont vus devancés par les sociétés de forage lors des ventes aux enchères des ressources hydrauliques, une pratique courante dans beaucoup d'Etats. "Elles ont beaucoup plus d'argent et nous concurrencent sur le marché", se plaint Bill Midcap, du syndicat agricole des Rocheuses (Rocky Mountain Farmers Union), qui inclut aussi le Wyoming et le Nouveau-Mexique.

LE BOOM PÉTROLIER MENACÉ

Au Texas, qui souffre de la sécheresse depuis un an, certaines municipalités assises sur le gisement de Barnett Shale, comme celle de Grand Prairie, ont interdit l'utilisation de l'eau dans l'exploitation du pétrole de schiste. D'autres villes ont prohibé son transport.

Car les foreurs ont dû parfois recourir à des solutions extrêmes : acheminer l'eau d'autres Etats par camion (d'aussi loin que la Pennsylvanie), ou creuser leurs propres puits. Dans le cas du pétrole de schiste, c'est une opération encore rentable – le prix du baril dépasse les 90 dollars (72 euros) –, mais ce n'est pas le cas du gaz dont les cours ont chuté de 70 % en quatre ans. Si la sécheresse persiste, elle pourrait menacer le boom pétrolier, en particulier pour les petites entreprises qui ne peuvent faire face à ces coûts supplémentaires.

La technique dite de fracturation hydraulique consiste à injecter un mélange d'eau, de sable et de produits chimiques pour briser les roches.

Il faut donc chercher des solutions. "Ces dernières années, la fracturation hydraulique est devenue un vrai sujet de débat", affirme Brian Werner, porte-parole du Northern Colorado Water Conservancy District. Le groupe écologiste Environment Texas a demandé à ses juristes d'obliger les foreurs à recycler l'eau de la fracturation, normalement inutilisable car mélangée à du sable et à des produits chimiques.

Dans l'Oklahoma, la fracturation hydraulique n'a pas encore posé de problèmes mais l'Etat prévoit une augmentation de la demande en eau de 33 % d'ici à 2050. "C'est une question très sensible sur laquelle nous commençons à nous pencher", assure Brian Vance, de l'Oklahoma Water Ressources Board.

Le Grand Ouest américain n'est pas seul concerné. En Pennsylvanie, où se trouve le gisement de Marcellus, l'un des plus vastes des Etats-Unis (il s'étend de New York à la Virginie), la Susquehanna River Basin Commission a suspendu, le 16 juillet, les permis de prélèvement d'eau dans les rivières, ce qui affecte directement plus de soixante sociétés de forage.

"Les prospecteurs vont devoir apprendre à mieux gérer les ressources hydrauliques, affirme David Brown, directeur de programme à l'Agence américaine océanique et atmosphérique, car l'eau va devenir de plus en plus rare au fur et à mesure que le climat se réchauffe."

 Lire : Le haricot de guar indien dopé par le gaz de schiste (édition abonnés)

Intérim (New York, correspondant)

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Gaz de Schiste
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:19

 

Avertissement : cette vidéo contient des images qui peuvent choquer

 


 

Un homme botté de caoutchouc se tient debout sur le museau d'une vache noire étendue au sol jusqu'à suffocation. Une vache tachetée sur un tapis roulant vomit un liquide jaune en balançant frénétiquement sa tête de droite à gauche. Des dizaines de bovins qui tiennent à peine sur leurs pattes, s'effondrant sous leur propre poids, se voient administrer des décharges électriques à répétition. D'autres, suspendus par une patte au-dessus du sol, se débattent vigoureusement, en attendant d'être égorgés...

Bienvenue dans un des établissements de Central Valley Meat Company, une chaîne d'abattoirs californienne qui fournit, entre autres, McDonald's, le ministère de l'agriculture américain (USDA) et, à travers lui, les cantines scolaires du pays. Ces images choc ont été diffusées mardi 21 août sur la chaîne américaine ABC, rapporte le Huffington Post. L'abattoir avait été infiltré en juillet et en août par un enquêteur d'une société de défense des animaux, Compassion Over Killing.

Mercredi, McDonald's a interrompu ses achats auprès de Central Valley Meat après que les inspecteurs fédéraux de l'USDA ont temporairement fermé l'abattoir, évoquant des preuves de "traitements inhumains du bétail". Quelques jours plus tôt, une autre chaîne de fast-foods, In-N-Out Burgers, avait, elle aussi, annoncé la résiliation de son contrat avec l'abattoir, qui fournit 20 à 30 % de sa viande.

Si McDonald's et l'USDA ont tous deux suspendu leurs achats, ils assurent que la fermeture de l'abattoir n'est pas motivée par des questions de sécurité alimentaire et que la viande qui en provient ne présente aucun danger.

Dans un communiqué, l'USDA affirme que "si certaines images de la vidéo montrent un traitement inacceptable des bovins, elles ne dévoilent rien qui pourrait remettre en question la sécurité alimentaire". Le ministère de l'agriculture américain, qui fournit les cantines du pays, certaines réserves indiennes et des banques alimentaires communautaires, aurait acheté l'an passé 15,7 % de sa viande bovine à cet abattoir.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:11

 

Dix milliards de mètres cubes d'eau, soit un quart du volume du Huang He, le second plus long fleuve chinois. C'est ce que vont engloutir chaque année les 16 immenses centrales à charbon que la Chine est en train de construire dans le nord du pays, déclenchant ainsi une sévère crise de l'eau dans ces contrées des plus arides, préviennent des experts de Greenpeace.

 

Selon un rapport de l'ONG, Thirsty Coal : A Water Crisis Exacerbated, ces centrales d'une capacité totale installée de 600 gigawatts, qui doivent être achevées en 2015, s'avéreront cruciales pour un pays dont la croissance effrénée, et donc la soif d'énergie, repose à 70 % sur ce combustible fossile.

Pour les alimenter, Pékin prévoit de stimuler la production de charbon dans le nord du pays, dans des provinces telles que la Mongolie intérieure, Shanxi, Shaanxi et Ningxia, où la production devra atteindre 2,2 milliards de tonnes, soit 56 % de la production prévue du pays de 3,9 milliards de tonnes d’ici 2015.

La contre-partie de ce boom énergétique, c'est la gigantesque consommation d'eau : 9,975 milliards de m3 seront ainsi engloutis en 2015 par les centrales et les mines, soit 27 millions de m3 par jour, ce qui correspond à un cinquième de la consommation quotidienne nationale en 2009, selon cette enquête de l'Institut chinois des sciences et des ressources naturelles, commandée par Greenpeace. Environ deux-tiers de cette énorme quantité d'eau sera utilisée pour extraire le combustible, le reste servant à faire fonctionner les centrales électriques, notamment à l'aide de barrages.

En conséquence, les provinces du Nord verront leur capacité d'approvisionnement en eau fortement menacée dans trois ans, entraînant des pénuries pour l'agriculture, la consommation des habitants et le fonctionnement des écosystèmes.

Selon l'ONG, les centrales à charbon existantes sont déjà en train de conduire à une désertification de la région. Une récente enquête a ainsi révélé que la superficie affectée par la désertification atteignait 3,98 millions d'hectares au début des années 2000, contre 2,10 millions dans les années 1980. Les ressources en eau par habitant dans ces régions représentent seulement un dixième de la moyenne nationale.

"Dans cette partie du pays, même une seule goutte d'eau est trop précieuse pour être gaspillée. La Chine est en train de vendre le droit de millions de personnes à avoir accès à l'eau pour l'énergie", déplore Li Yan, directeur de campagne énergie et climat de Greenpeace Asie de l'Est.

"Sans compter les énormes émissions de gaz à effet de serre que provoquent ces centrales, et les poussières qui entraînent une pollution dangereuse pour la santé", ajoute-t-il.

"Pour la Chine, l'énergie est vitale, mais l'eau est la vie. Alors que l'énergie peut être, et est déjà générée par des sources renouvelables, l'épuisement de l'eau, lui, est irréversible, poursuit Li Yan. Le gouvernement chinois doit trouver un moyen de sortir de ce dilemme et de protéger cette ressource vraiment indispensable."

Greenpeace exhorte alors Pékin à procéder à une évaluation rigoureuse de l'offre et de  demande en eau, et de reconsidérer son plan énergétique, en fonction la taille et l'emplacement des mines et des centrales électriques.

Audrey Garric

Suivez mon blog sur Facebook et sur Twitter : @audreygarric.

Photos : Lu Guang / Greenpeace

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:01

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 23.08.2012 à 11h55 • Mis à jour le 23.08.2012 à 15h22

 
Mine de charbon en Australie, près de Camberwell.

Le gouvernement fédéral australien a donné, jeudi 23 août, son feu vert au développement d'une gigantesque mine de charbon détenue par le groupe indien GVK, assorti de conditions drastiques pour la protection de l'environnement et de la grande barrière de corail.

Le ministre de l'environnement, Tony Burke, qui avait d'abord émis de sérieuses réserves, a finalement approuvé le projet tout en imposant dix-neuf conditions relatives à la protection de zones humides, d'espèces menacées et de la grande barrière. "Ma décision se fonde sur une évaluation exhaustive et rigoureuse du projet, après consultation de mes services et d'avis scientifiques indépendants", a justifié le ministre.

Lire le reportage en Australie : La grande barrière de corail mise en péril par le charbon

 POUSSIÈRE ET BIODIVERSITÉ

GVK et son associé, le groupe minier australien Hancock Coal, devront notamment établir un programme spécifique de protection du dugong, un gros mammifère marin, des tortues et des oiseaux migrateurs. Ils devront également couvrir les wagons pour limiter la propagation de poussière et consulter tous les six mois les autorités de conservation de la grande barrière.

Localisation de la mine, au nord-est de l'Australie.

Alpha Coal, situé dans le bassin de Galilée, dans l'Etat du Queensland, devrait produire près de 30 millions de tonnes de charbon thermique par an à partir de 2015, pour un investissement initial de 6,3 milliards de dollars (5 milliards d'euros). Contrôlé à 79 % par GVK et à 21 % par Hancock, la mine devrait voir le jour entre 2013 et 2016. Sa durée de vie est estimée à une trentaine d'années.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22