Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 17:24

 

ouest-france.fr

  samedi 25 août 2012

320 pylônes sur 160 km entre Saint-Sébastien-de-Raids (Manche) et Beaulieu-sur-Oudon (Mayenne). La ligne très haute tension (THT) taille sa route dans la campagne où elle plante ses chandeliers. Il y a un os. Un os en forme de village : Le Chefresne.

Le coin est bossu et touffu. Il n'y a rien de plat au Chefresne : « Ici c'est trois vallées, point barre. » Tout a du relief : les paysages, les gens. Les gens sont même du genre haut perché.

Dans le bois de la Bévinière, d'intrépides alpinistes campent à 8 m sur des plateformes dans les arbres, pour protester contre la THT. Et attendent de pied ferme qu'on vienne les en déloger. Ils ont essuyé un printemps glacial, un été humide mais campent toujours. Ils sont coriaces, les jeunes écureuils.

Coriace aussi Martine Leroy. Haut perchée pareillement : l'agricultrice passe une partie de ses journées au bout de la fourche déployée de son tracteur. La THT surplombera sa ferme sur 1 km : « On me saccage mon outil de travail qui devient invendable. » Martine Leroy, déterminée à ne pas vivre sous 400 000 volts, avec ses vaches, sous le futur pylône 227. Le terrain reste donc inaccessible aux constructeurs de pylônes.

Claude Osmond, son compagnon, y a lâché un taureau noir irascible et sanguin qui fonce sur tout ce qui bouge. Au Chefresne, engraisse le seul taureau à meugler « Mort aux vaches ! ». Tous les jours, des connaissances passent voir la courageuse Martine. Quand ils s'en vont, ils envoient un texto énigmatique aux copains : « Cendrillon toujours dans son godet. » Comprendre : toujours dans son tracteur.

Ainsi va la vie au Chefresne, 305 habitants, tête d'épingle d'une Normandie de carte postale, à la verdure grassouillette, aux collines peignées comme un tweed anglais, le damier de haies vives dessinant une marqueterie chlorophyllée. Pourquoi la ligne THT (rebaptisée par des ricaneurs en « ligne t'es acheté ») bute-t-elle ici ? RTE, la filiale d'EDF, a pourtant mis le paquet. Jamais, dans l'histoire de l'énergie, on avait autant accompagné financièrement un tel ouvrage. Le chantier de 350 millions d'euros arrose généreusement. Et achète même les maisons situées à moins de 100 m du passage de la ligne.

Le Chefresne dispose ainsi d'une coquette promesse de dotation de 197 518 €. Que la commune, au modeste budget de 150 000 €, refuse tout net : « Pas d'argent de la corruption chez nous. »

« Cendrillon toujours dans son godet »

C'est là où il faut faire connaissance avec Jean-Claude Bossard. Bossard le trublion, l'ancien boulanger-pâtissier au sourire en forme de croissant. Bossard, l'original, le non violent, l'inflexible, le voyageur parti à 14 ans, revenu au pays, élu maire à la surprise générale en 2001. Et qui s'y révèle un écologiste « plein d'idées, de bon sens, cohérent ». Il interdit les pesticides, les OGM. Il recouvre le toit de l'église de panneaux solaires : « EDF nous achète 12 000 € de courant chaque année. Je ne me contente pas de refuser la ligne qui part de l'EPR de Flamanville. Je ne suis même pas client. »

Pour le rouleau compresseur nucléaire, habitué à plus de docilité en Manche, le département français le plus atomisé de France, l'adversaire est redoutable car ingérable, insaisissable, inventif. Il a de la moelle, de l'instinct et des nerfs. Début juin, voyant débarquer sept voitures de gendarmerie, Bossard se voit emmener manu militari pour une nuit de garde à vue, ceint de son écharpe tricolore. C'était le 6 juin.

Le 6 juin, d'ordinaire en Normandie, on débarque. Lui, il est embarqué. Il en rit encore. Mais un peu jaune : « La France donne des leçons de démocratie au monde entier ? Moi, j'ai vu que notre démocratie est bien malade. J'en ai démissionné. Comme un joueur de foot qui quitte le terrain parce que l'arbitre triche. »

Depuis, Le Chefresne ne compte plus qu'un élu en place. Des élections sont prévues le 9 septembre mais il n'y a aucun candidat déclaré. Le 9 septembre, Jean-Claude Bossard sera aux abonnés absents : « Je serai en Bolivie, sans téléphone portable. » Il a en tête un tour du monde lent et curieux. Il disparaît du paysage. Ce qui chagrine un peu Laurent Lhermitte, le précieux correspondant d'Ouest-France, en poste depuis 48 ans : « C'est un peu mon fonds de commerce qui s'en va. »

Quand on quitte Le Chefresne, on croise d'étranges et belles ruines : un temple protestant. Oui, en 1553, le seigneur des lieux avait été conquis par les idées nouvelles et épousé la religion protestante. Protestants, au sens civil du mot, ils le sont restés un peu, beaucoup...

François SIMON.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 17:08

 

Le Monde.fr avec AFP | 31.08.2012 à 12h04 • Mis à jour le 31.08.2012 à 15h52

 
Un an et demi après son lancement, les éditeurs de journaux espèrent que l'iPad va les aider à construire un nouveau modèle économique.

Trois groupes d'édition, qui avaient passé un accord avec les autorités américaines en avril pour clore des poursuites sur le prix des livres numériques, vont devoir payer 69 millions de dollars (55 millions d'euros) pour dédommager les consommateurs, selon des détails fournis jeudi 30 août par la justice.

L'éditeur français Hachette et les américains HarperCollins (groupe News Corporation) et Simon & Schuster (groupe CBS) ont accepté de payer cette somme "pour compenser les consommateurs" qui ont acheté des livres électroniques entre le 1er avril 2010 et le 21 mai 2012, ont indiqué les procureurs généraux des Etats du Connecticut et du Maryland dans des communiqués séparés.

Les informations fournies lors de la révélation des faits en avril faisaient état d'une somme un peu inférieure, 51 millions de dollars (40,8 millions d'euros), pour seulement deux de ces éditeurs, Hachette et Harper Collins.

 

 UNE AUTRE PROCÉDURE EN EUROPE

Les éditeurs avaient aussi accepté en avril de changer leurs pratiques pour permettre aux distributeurs de livres électroniques, comme Amazon ou Barnes and Noble, de réduire le prix de leurs titres s'ils le désiraient.

Dans la même affaire, les autorités américaines avaient, en revanche, décidé de poursuivre deux autres éditeurs n'ayant pas accepté de passer un accord, Penguin Group (filiale du britannique Pearson) et Macmillan (filiale de l'allemand Bertelsmann), ainsi que le groupe informatique Apple. La justice américaine a convoqué les deux groupes pour une audience en juin 2013. 

En décembre, la Commission européenne a également ouvert une procédure pour déterminer s'il y a eu une restriction de la concurrence sur le marché européen des livres électroniques.  Selon l'agence Reuters, qui cite une source proche du dossier, Apple et quatre grands éditeurs vont autoriser les distributeurs comme Amazon à vendre des e-books à bas prix pendant deux ans, afin de mettre fin à cette enquête antitrust.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 16:56

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 31.08.2012 à 16h33 • Mis à jour le 31.08.2012 à 16h33

 
 
"La plainte se fonde sur une carence constatée au niveau de la satisfaction des obligations de diligence d'UBS", explique le Fonds Bruno Manser.

La première banque suisse UBS est sous le coup d'une enquête pénale pour soupçon de blanchiment d'argent, a indiqué vendredi 31 août le ministère public de la Confédération (MPC, procureur général), a indiqué une porte-parole du procureur, Jeannette Balmer.

Ouverte mercredi  au regard notamment de l'article 305 bis du Code pénal, qui porte sur le blanchiment d'argent, l'enquête est "en lien avec la plainte pénale déposée à la mi-juin par le Fonds Bruno Manser", une association pour les peuples de la forêt pluviale, a-t-elle précisé, refusant toutefois de donner plus de détails sur l'enquête.

Le Fonds Bruno Manser accuse en effet UBS de blanchiment d'argent provenant de pots-de-vin versés dans le cadre du défrichage des forêts pluviales dans l'Etat malais de Sabah, selon le site Internet de l'organisation installée à Bâle en Suisse. Selon le plaignant, le chef du gouvernement de Sabah, Musa Aman, exigeait des pots-de-vin des groupes forestiers en échange de l'octroi de concessions forestières et d'exportation de bois tropicaux.
 

 71 MILLIONS D'EUROS

"On lui reproche de s'être enrichi illégalement au détriment de la déforestation des forêts tropicales humides à Sabah et d'avoir blanchi plus de 90 millions de dollars US [71 millions d'euros au cours actuel] via des comptes UBS. Musa Aman est client d'UBS depuis 1999 et possédait des comptes auprès d'UBS à Zurich et à Hongkong", affirme ainsi le Fonds Bruno Manser. Et d'ajouter : "La plainte se fonde sur une carence constatée au niveau de la satisfaction des obligations de diligence d'UBS."

Dans les cas graves de blanchiment, la peine sera une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou une peine pécuniaire, selon la loi suisse. En cas de peine privative de liberté, une peine pécuniaire de 500 jours-amende au plus est également prononcée.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 16:41

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 31.08.2012 à 10h40

 
Des manifestants au Chili, mardi 28 août.

En même temps qu'augment la fréquence des manifestations étudiantes contre la réforme de l'éducation, les dénonciations d'abus policiers, y compris de coups et agressions sexuelles sur mineurs, se sont multipliées au Chili. La police, institution éminemment respectée des Chiliens, est notamment accusée d'avoir battu, humilié et dévêtu des lycéens dans une caserne. Les forces de l'ordre affrontent aussi des accusations d'usage disproportionné de gaz lacrymogènes et de canons à eau, fréquemment utilisés pour disperser les manifestations.

Lire : Chili : les étudiants manifestent en masse, nouveaux heurts avec la police

"Ils m'ont fait entrer et retirer mes vêtements. (Puis) ils m'ont fait agenouiller nu", a raconté à des médias locaux Ignacio Muñoz, président du centre des élèves du lycée Maria Luisa Bombal de Rancagua, qui a été retenu menotté pendant cinq heures aux côtés de neuf autres personnes, dont deux mineurs, après l'évacuation de l'établissement qu'ils occupaient. A la suite de cette opération, quatre policiers seront sanctionnés pour n'avoir pas respecté la procédure dans ce type d'intervention, ont annoncé les autorités. Les étudiants interpellés ont quant à eux saisi les tribunaux.

  SUSPENSION D'UN MEMBRE DES FORCES SPÉCIALES

Jeudi, un membre des forces spéciales a été suspendu après la diffusion d'une vidéo le montrant donnant des coups de pied la veille à des élèves délogés d'un immeuble. "Nous souhaiterions un pas supplémentaire, pas uniquement une réaction postérieure. Que l'on puisse affiner les procédures dans ce type d'opérations qui exigent un traitement spécial, parce qu'il s'agit de mineurs", a réclamé la présidente de l'Institut national des droits de l'homme (INDH, autonome), Lorena Fries.

Depuis trois semaines, son organisation a été saisie de trois cas d'abus sur des mineurs en détention. "Nous allons fournir tous les efforts nécessaires pour que ce type de faits ne se reproduisent pas et qu'il y ait plus de contrôles", a assuré de son côté le chef de la police, Gustavo Gonzalez. Mercredi, le président Sebastian Piñera (droite) a affirmé que son gouvernement ne "tolérerait ni les excès ni les abus policiers".

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 16:33

 

 

LE MONDE | 31.08.2012 à 11h48 • Mis à jour le 31.08.2012 à 13h00

Quarante tonnes de déchets PCB sur le "MSC-Flaminia"

 

Par Marie-Béatrice Baudet

 
 
Le MSC Flaminia a été victime d'un incendie puis d'une explosion, le 14 juillet, au large des pointes bretonne et britannique. Le navire long de 299 mètres, qui bat pavillon allemand, a été pris en charge par trois remorqueurs.

Il aura fallu attendre un mois et demi pour que la liste des substances dangereuses transportées par le MSC-Flaminia, porte-conteneurs allemand accidenté au large des côtes bretonnes le 14 juillet, soit rendue publique. Pas par les autorités officielles mais par l'ONG française Robin des Bois.

"Le document est le bon", confirme la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord qui surveille de près le navire appelé à passer le Pas-de-Calais dans les jours qui viennent. Il devrait en effet rejoindre le port allemand de Wilhelmshaven, près d'Hambourg, dont les infrastructures permettraient de l'accueillir en toute sécurité.

Le recensement des "substances dangereuses" est long de cinq pages. Avec une première surprise : la présence de polychlorobiphényles (PCB) – souvent connus par le nom commercial impropre de pyralène – sous forme de déchets. Classés comme "cancérigènes probables", ces dérivés chimiques toxiques sont interdits en France depuis 1987.

Leur destination finale ? Le sud-est de l'Hexagone, plus précisément l'usine Trédi de Saint-Vulbas, dans l'Ain, "seul site au monde agréé pour la décontamination et l'élimination des déchets PCB", précise l'entreprise décidée à jouer la carte de la transparence. 

 HUILES DE TRANSFORMATEURS ET ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

"Les déchets, une quarantaine de tonnes environ, sont à 95 % des huiles usées de transformateurs, faiblement polluées, et pour le reste des équipements de protection individuelle utilisés lors d'opérations de conditionnement des PCB", indique-t-on au siège de l'usine.

Selon le groupe Trédi, ce transport "respecte les règles de la Convention de Bâle" et "a été autorisé par les administrations compétentes des pays concernés – exportateur, importateur et pays de transit".

La marchandise PCB a été embarquée par le MSC-Flaminia au Mexique. Elle provenait de la société SEM Trédi, autre filiale du groupe Séché, agréée dans le pays pour la décontamination des transformateurs.

Si le navire n'avait pas été victime, le 14 juillet, d'un incendie puis d'une explosion – suivie d'une seconde quatre jours plus tard –, il aurait suivi sa feuille de route habituelle, avec une escale au Havre pour décharger les déchets PCB, ensuite transportés par camions jusque sur le site de Saint-Vulbas. Désormais, ils devront être acheminés d'Allemagne.

 

 

Ce ne sont pas les seuls fûts qui intéressent les autorités maritimes françaises et britanniques. La présence de dioxane (éther), d'isopropylamine (un solvant) et de nitrométhane, potentiellement explosif, est également pointée du doigt. Le ministère français de l'écologie avait demandé, début août, au Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre), d'étudier les risques de dispersion dans les eaux – au cas où le bateau coulerait – et de contamination aérienne des substances dangereuses transportées.

RÉSULTATS D'EXPERTISES

D'autres expertises ont eu lieu : celle menée par Smit Salvage, l'entreprise néerlandaise de sauvetage choisie par l'armateur allemand Reederei NSB ; une autre menée par le cabinet Germanischer Lyod ; et une troisième réalisée, le 28 août, par une équipe internationale d'experts qui a fait des prélèvements dans les cales endommagées par les explosions et les incendies, et où des produits se sont déversés. Les résultats devraient être connus très rapidement.

Une grosse moitié des 2 876 conteneurs transportés ont été détruits ou abîmés. Leur cargaison a dû tomber en fond de cale, trempée et dissoute par l'eau des lances à incendie. Selon le groupe Trédi, les conteneurs qui contiennent les déchets PCB n'auraient pas été endommagés.

Marie-Béatrice Baudet

 

 

                                                                         *********************************

 

 

rtl.be

Les déchets polluants du Flaminia ont brûlé, selon les urgences maritimes allemandes

Afp | 31 Août 2012 16h36

 

 

La totalité des déchets de PCB embarqués sur le cargo MSC Flaminia, victime d'une explosion le 14 juillet ayant fait un mort, ont brûlé dans l'incendie, selon le centre allemand des urgences maritimes de Cuxhaven (nord) vendredi.

"Nous partons du principe que les déchets PCB -- qui se trouvaient au coeur de l'incendie -- ont complètement brûlé" dans l'incendie qui a touché le navire, a déclaré à l'AFP Florian Grekel, un porte-parole du centre.

Selon une ONG, le Flaminia avait embarqué 40 tonnes de déchets de polychlorobiphényles ou PCB, un polluant organique dangereux pour l'environnement et potentiellement cancérigène.

Ils étaient "destinés à l'origine pour le sud de la France", a expliqué le porte-parole du commandement allemand sans confirmer des informations du Monde.fr affirmant que leur destination finale était Saint-Vulbas (Ain), citant l'entreprise Trédi qui se présente comme le "seul site au monde agréé pour leur décontamination et élimination".

Selon une porte-parole de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du nord à Cherbourg (nord de la France), les déchets PCB se trouvaient "dans la cale 5 du bateau qui a brûlé à 75%" lors de l'incendie.

Concernant le reste de la cargaison qui comprenait au total 2.876 conteneurs, "une bonne partie a été détruite", a indiqué M. Grekel sans plus de précision. A l'intérieur, se trouvaient différents biens d'équipements pour la maison.

Les résultats complets d'analyse de prélèvements gazeux et aqueux sur le bateau étaient attendus vendredi soir pour être communiqués aux autorités allemandes qui doivent donner leur feu vert au transit vers le port de Wilhelmshaven (nord).

Le bateau qui a fait l'objet d'une inspection au large de l'Angleterre devait entrer dans les eaux françaises au plus tôt vendredi, avant de prendre la route pour l'Allemagne.

L'armateur du MSC Flaminia, un bateau de près de 300 m de long, est l'entreprise allemande NSB qui a reloué le bateau à l'armateur Mediterranian Shipping Company (MSC), dont le siège est en Suisse.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 18:05

 

 A tous, Associations, Syndicats, Partis Politiques,

 

Attac France, qui vient de terminer ses 12ème universités d'été  à Toulouse

                                      

 Appelle à une "campagne éclair"  contre la ratification du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance de l'union économique et monétaire, dit pacte budgétaire.


 

Il va falloir faire vite puisque le gouvernement est décidé à le faire adopter le mois prochain

par le parlement.

L'enjeu est de taille puisque ce Pacte instaurera la règle d'or budgétaire,

c'est à dire l'interdiction de dépasser 0,5%

du déficit public par rapport au PIB, qui implique la compression des dépenses publiques sociales,

et l'interdiction de la transition sociale et écologique.

Il faut tout faire pour que s'installe un vrai débat sur l'enjeu de la non-ratification du pacte budgétaire.

La campagne éclair qu'elle que soit son issue, devra être le point de départ d'une force

que les populations devrons

s'enparer contre les dominants.


Jean Marie Harribey économiste Atterré, sera de passage à Nîmes

pour une soirée sur le Pacte Budgétaire

 jeudi 13 septembre de 19h à 22h à l'Auditorium du conseil Général

 

Nous vous proposons de faire une CO-ORGANISATION de cette soirée telle que nous avions pu en faire avec les Retraites et le CAC30 (l'audit de la dette).

Ce sera l'occasion de démarrer unitairement cette campagne contre le pacte budgétaire, et construire un vrai débat européen.


Il faut se rencontrer trés vite pour coordonner cette soirée.

Savoir qui vous pensez faire venir, tracts, indo médias, etc.....

Nous proposons le jeudi 6 septembre à 18H30

Qu"elle est l'organisation  qui aurait une salle disponible pour tous nous recevoir?


Ce ne sont que des propositions dans l'urgence de la situation,

nous restons ouverts à toutes autres propositions.


Croyez en notre sincère volonté de créer une véritable action unitaire.

 

Attac Nîmes

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 17:51

 

 

Concernant l’article de Lorraine Millot et Laureen Ortiz en date du lundi  27 Aout 2012 :  « le riche avenir du mais toujours vert » :

 Vous nous rapporter qu’au cœur du Nebraska aux USA, « le maïs apprend à pousser sans eau » par le bais des recherches de L’entreprise MONSANTO  « qui teste ici plusieurs centaines  de ses derniers hybrides de mais dont le drought-gard ou MON 87 460 qui est porteuse d’un gène qui l’aide à utiliser moins d’eau lorsqu’elle est en état de stress ».

Il est dommage que vous n’ayez pas compléter votre enquête en allant en Afrique du Sud rencontrer les paysans qui ont perdu durant l’hiver  2008/2009 une surface de  200 000 hectares plantés avec trois variétés transgéniques de maïs de MONSANTO , les plantes de maïs ayant poussé sans épis et n’ayant  produit que des feuilles et des tiges.

Il est dommage que vous n’ayez pas compléter votre enquête en allant en Inde rencontrer certaines organisations paysannes qui ont également souffert des semences génétiquement modifiées. Elles qualifient ces mais transgéniques de MONSANTO de « Thermo-réactifs », ce qui veut dire qu’ils réagissent très mal vis-à-vis de la chaleur et ne produisent pas de grains.

Vous auriez pu alors rencontrer Vandana Shiva, Directrice de la « Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles » dont une des missions essentielles est de s’opposer au brevetage du vivant, à la bio-piraterie et à l'appropriation par les firmes agro-chimiques transnationales des ressources universelles, notamment les semences.
Elle vous aurait alors appris que les paysans ont crée au fil des millénaires des dizaines de milliers de variétés adaptées à « tous les changements climatiques »  car les paysans n’ont pas attendu les multinationales pour utiliser des variétés résilientes. Prenons l’exemple du mais : c’était une plante C4, naturellement adaptée à la sécheresse, que les indiens Hopis semaient dans les déserts du sud-ouest des Etats-Unis et parfois même à 30/40 cm de profondeur dans le sable. Au lieu de proposer ces variétés résistantes, les multinationales des semences ont obligé les agriculteurs  à acheter dès les années 60 des variétés de mais qui nécessitent 1500 litres d’eau pour produire 1 kg de grains secs. Et maintenant ces même multinationales veulent boucler la boucle en proposant des variétés génétiquement  manipulées et brevetées pour résister à la sécheresse, tout en ayant confisqué les variétés traditionnelles et en plaçant des brevets dessus.
  
                                                                                                                                           
V
andana Shiva a récemment créer une liste de plusieurs centaines de variétés ou espèces traditionnelles résilientes de l’Inde qui viennent d’être brevetées par les multinationales qui ont ainsi fait acte de bio-piraterie.

Vandana Shiva vous aurait raconté comment ils se sont battus pendant 11 ans contre les brevets que le gouvernement américain et des entreprises américaines voulaient déposer sur le « neem », un des  arbres dont sa grand-mère déjà connaissait les propriétés insecticides.
Elle vous aurait aussi raconté comment actuellement ils se battent pour « sauver » leur riz basmati de cette emprise. Plus de 1500 brevets ont déjà été déposés sur des espèces agricoles  par les multinationales pour leurs « gènes de résistance au climat ».

Et elle vous aurait rappeler que depuis l'introduction du coton BT en Inde, 200 000 paysans indiens se sont suicidés en dix ans à cause de l'endettement incontournable pour acheter des semences transgéniques et pouvoir simplement planter.

Et vous auriez alors compris que ce que veulent les multinationales qui mettent en place ce système, c'est qu'il n'y ait plus aucune semence libre, c'est être propriétaires de toutes les semences disponibles pour obliger les paysans à les leur acheter. Et pour cela ils transforment les graines du vivant en les rendant stériles ou dégénérescentes ( voir scandales des semences F1) et rendent l’usage des semences traditionnelles illégal.

 Vous semblez totalement ignorer que les multinationales de la semence intentent des procès aux agriculteurs américains mais aussi dans le monde entier et depuis peu en France ( cf. procès de l’association KOKOPELLI )  qui souhaitent semer les graines issues de leurs précédentes récoltes et contre tous ceux et toutes celles qui souhaitent préserver le droit de semer librement des semences potagères et céréalières, de variétés anciennes ou modernes, libres de droits et reproductibles.

 


 

 

Conclusion

Il me semble qu’il n’est plus possible d’écrire ce type de reportage ( ayant hélas ! toutes les caractéristiques d’un publi-reportage…) après la diffusion de films comme « le monde selon Monsanto » par Marie-Monique Robin qui nous explique les raisons et le déroulement d’une enquête qui met gravement en cause la multinationale hautement controversée, ou comme« Solutions Locales pour un désordre global » de Coline Serreau qui nous fait entendre les réflexions des paysans, des économistes qui inventent et expérimentent des alternatives à notre modèle de société embourbé dans des sols devenus morts et des eaux polluées par les pesticides déversés depuis 1960.

Nota : qui suis-je ?
Une citoyenne qui ayant décidé de cultiver un potager s’est rendue compte qu’elle ne trouvaient pas les variétés potagères qu’utilisait son père et qui a décidé un jour de mener l’enquête pour comprendre pourquoi.

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 17:43

 

Par Blandine Parchemal  

 

Monsieur le recteur de l’Université de Montréal,

 

Si votre gestion de la grève étudiante avait déjà été jusqu’ici désastreuse, je ne trouve pas les mots pour décrire votre gestion de la journée d’hier.

 

Certes, nous avions déjà pu gouter aux nombreux courriels refusant d’accorder une légitimité à notre grève et employant abondamment le terme de boycott pour qualifier cette dernière,

Certes, nous avions pu voir votre peu de respect pour l’institution universitaire et son autonomie lorsque que vous qualifiez celle-ci de centre commercial,

Certes, nous avions déjà pu voir votre peu de considération pour la démocratie étudiante et les votes de grève adoptés en Assemblées Générales lorsqu’une injonction a été commandée malgré ces derniers,

Certes, nous avions déjà pu voir par cette décision unilatérale votre peu de respect du principe de collégialité et de l’ensemble de ceux qui constituent l’âme de l’université, à savoir les étudiants, les professeurs, chargés de cours et personnels administratifs,

 

Mais nous n’aurions pu imaginer que vous irez aussi loin.

 

Nous n’aurions pu imaginer que des gardes de sécurité nous filmeraient dans les couloirs, nous montreraient du doigt, nous menaceraient et obligeraient nos professeurs à donner leurs cours et ce, sous peine d’amendes salées,

Nous n’aurions pu imaginer que des corps de policiers se promèneraient dans notre université comme s’il s’agissait d’un lieu à hauts risques, comme si nous étions de dangereux criminels alors que nous sommes de simples étudiants cherchant à faire respecter des décisions prises collectivement et démocratiquement,

Nous n’aurions pu imaginer que des étudiants seraient séquestrés pendant plus de trois heures dans une salle de classe, ce lieu même où l’on est sensé nous apprendre à développer notre esprit critique, nous apprendre à être libre,

Nous n’aurions pu imaginer que notre université ne serait plus une université mais bel et bien une prison où arrestations, gardes à vues et séquestrations sont de mises,

Nous n’aurions pu imaginer vivre des moments aussi traumatisants au sein de ce lieu où nous sommes censés nous épanouir intellectuellement et nous éveiller. Or, en sortant de l’université aujourd’hui, je me suis sentie sans aucune envie, complètement vide, soit l’inverse de ce que devrait susciter en nous une telle institution.

 

Pour toutes ces raisons,

Je demande, sans prime de départ, votre démission cher recteur.

 

Blandine Parchemal

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Québec
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 17:37

 

 

 

Depuis le 27 août, les délateurs dans les transports catalans ont les ailes coupées. Les Chemins de Fer de Catalogne (FGC) viennent de faire marche arrière en retirant d'urgence de leur application mobile un petit ''bouton'' d'inspiration très orwellienne, raconte le quotidien El Pais.

Tout démarre fin juillet, quand l'entreprise publique de transport de cette région catalane* lance un service pour iPhone et Android permettant de dénoncer mendiants, musiciens et autres vendeurs ambulants qui sillonnent les trains de la Catalogne, région autonome d'Espagne. Le nouveau bouton, intégré à l'appli existante de la FGC (consultation d'horaires, destinations, prix...) permet de signaler un délit - à choisir parmi une liste de douze-, et d'indiquer le train concerné ainsi que le numéro du wagon. Également dans le collimateur de la FGC : les ''sans billets'', les sans-gêne qui mettent les pieds sur les sièges ou occupent les places réservées, taggers, fumeurs... soit tous les aspirants aux incivilités.

 

Photo ci-dessous de l'éventail des possibilités :

Capture d'écran du service 
Capture d'écran du service© Miquel Rubio

 

 A la clé, un boulot de dénonciation à plein temps pour l'usager qui s'ennuie lors d'un trajet!


D'un anonymat garanti (mais sans pourcentage sur le montant de la contredanse !), le message d'alerte atterrit dans un service centralisé qui décide ensuite de la procédure à suivre (transmission au chef de train, envoi d'une patrouille...).

Lors de la première semaine de mise en service, 110 signalements ont été reçus. En tête des « balancés » : les resquilleurs, suivis des salisseurs de sièges et enfin des voyageurs qui décollent les tympans du voisin à coup de MP3 poussé à fond. Rien de très nouveau sur la nature humaine (d'un coté comme de l'autre, d'ailleurs).

L'été a beau être une saison idéale pour glisser quelques petites nouveautés réglementaires en douce, il suffit d'un gêneur ne prenant pas ses vacances comme les autres pour sonner l'alerte. Un étudiant de 28 ans en sociologie de l’Éducation à Valencia**, Miquel Rubio, a lancé la polémique en moins de deux semaines depuis une plate forme revendicative : 53833 personnes y ont pétitionné à ce jour, tempestant contre le ''bouton'' de la honte, véritable appel à traquer le pauvre.

Une société de "chivatos''?

Son site est très probablement à l'origine du retrait du service mais la FGC dément avoir agi sous la pression citoyenne. Mauvaise foi? Quoiqu'il en soit, à Barcelone, tout le débat sur la ''dénonciation'' s'en trouve relancé, entre promoteurs et pourfendeurs d'une société de ''chivatos'' (mouchards en castillan). Un leader local du Partido Popular (droite), Alberto Fernandez Diaz, réagissant à cette affaire sur une radio régionale, n'a dit que du bien du mariage des nouvelles technologies et de la participation citoyenne. Il verrait bien un dispositif de ce type s'appliquer aux transports urbains de Barcelone, les TMB.

 Au plus fort de la polémique, Miquel Rubio a interpellé la société publique des chemins de fer. « Qui seront les prochains : les sans-papiers ? Les gays ? Les Noirs ? Les gros ? » Il a aussi précisé au quotidien espagnol avoir fait suivre tous les témoignages postés sur son site au ''Syndic de Greuges'', sorte de défenseur des droits version catalane, qui reçoit les griefs sur le fonctionnement défaillant d'une administration. La réponse de l'institution l'a un peu étonné et il en fait état dans un billet publié le 28 août (en catalan et en castillan).

Le Syndic de Greuges écrit :

Les infractions répertoriées dans l'application sont des délits sanctionnés officiellement par la loi et qu'il importe que les droits de la personne dénoncée soient respectés, quel que soit le moyen par lequel s'effectue la dénonciation.

Et conclut à la fin :

Si vous constatez un quelconque incident conséquemment à l'usage de cette application, vous pouvez porter plainte devant notre institution.

Récemment, une circulaire de la délégation à l’Éducation de Catalogne a autorisé les parents à dénoncer les familles qui auraient inscrit leur enfant frauduleusement dans un établissement afin de contourner la carte scolaire. Avec risque d'exclusion à la clé pour les contrevenants.

El Gran Hermano te está vigilando!
(Faut-il traduire? Big brother is watching you!)

* La Catalogne a un statut de Communauté autonome depuis 2006 et comprend elle-même quatre provinces différentes
** Capitale de la communauté située juste au Sud de la Catalogne

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 17:24

 

Rue89 - Le Yéti

  yetiblog.org
Publié le 30/08/2012 à 18h23

 

 

 

Des foyers de tension du Moyen-Orient, nous ne savons souvent que ce qu’on nous en dit à travers les médias du microcosme. Mais émergent parfois des points de vue iconoclastes exprimés par quelques journalistes opérant en marge des sentiers battus officiels. Voici les opinions de deux d’entre eux, britanniques, sur le conflit syrien.

Le premier, Robert Fisk, est l’envoyé spécial du journal anglais The Independent, dans cette effervescente région.

L’autre se nomme Dan Glazebrook, journaliste indépendant, spécialiste des relations internationales, et collaborant à différents médias comme The Guardian.

Une armée de libération très professionnelle

Dans un article intitulé « La vérité sanglante sur la guerre de Syrie », Robert Fisk rapporte la surprise de l’armée syrienne régulière devant la puissance de feu insoupçonnée de leurs adversaires à Homs. Des « centaines de roquettes », des « milliers d’explosions » qui obligèrent les soldats d’Assad à évacuer leurs positions.

Très professionnellement planifiées sont aussi les offensives menées par une Armée syrienne libre (ASL), loin d’être constituée comme on le dit par les seuls déserteurs de l’armée régulière. C’est le cas de l’assaut qui visa l’école d’artillerie à Alep où étaient supposés entreposés les missiles antiaériens censés répondre à une attaque d’Israël ou de l’Otan.

On est loin des premières manifestations spontanées et non-violentes de la première révolte civile anti-Assad. Même si Fisk rappelle que les caméras d’Al Jazeera avaient dès le début débusqué d’étranges pèlerins solidement armés au côté des manifestants pacifiques.

Nul doute pour Fisk, les forces de l’ASL reçoivent une aide financière et logistique conséquente de l’Occident. Tout comme avaient été financés et armés les combattants moudjahidines d’un certain Ben Laden pour bouter les Russes hors d’Afghanistan dans les années 80.

Fisk se voit ainsi conforté dans sa thèse exprimée lors d’une précédente chronique :

« En fin de compte, toute ce que veulent Israël et ses alliés occidentaux, c’est briser l’Iran – via la Syrie. »

« Sécuriser l’environnement régional »

Citant la répression musclée (ignorée de nos médias) de manifestations chiites à Qatif en Arabie saoudite, Dan Glazebrook est tout aussi catégorique :

« Tout ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient doit être compris dans le contexte de préparation de la guerre contre l’Iran. »

L’objectif, comme en Syrie : « sécuriser l’environnement régional » en réduisant au maximum toutes éventualités de réactions populaires – notamment chiites – contre les intérêts occidentaux de la région après le déclenchement de l’opération finale contre l’Iran.

Pour Glazebrook, la guerre Otan-Iran est bel et bien engagée. Avec l’aide de quelques régimes satellites comme celui d’Arabie saoudite.

 

 

Interview de Glazebrook

Devant de telles assertions, il s’en trouvera bien évidemment pour hurler au conspirationnisme (comme il y en eut pour dénoncer les causes humaines du réchauffement de la planète) et suggérer une trouble faiblesse des « conspirateurs » pour le régime d’Assad.

Ni Fisk, ni Glazebrook ne sont pourtant soupçonnables d’une quelconque empathie pour le régime brutal du dictateur syrien. Fisk n’a pas de mots assez durs pour dénoncer les exactions de l’armée régulière syrienne.

Leurs thèses ont au moins le mérite d’alimenter la réflexion et d’apporter un éclairage différent de celui abondamment diffusé dans nos médias occidentaux.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22