Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 16:07

 

The Revolution is Already Here

In #globalrevolution on 5 November 2012 at 14:30


Photo by CaptSpaulding

 

Madrid. November 5, 2012.

 

Dear people,

Over twenty years ago, CNN brought us live war in the living room. And not just war, they brought every kind of live news, from all corners of the globe. Television had turned into a real time ‘window on the world’.

Back then, it was amazing. But to make it possible, CNN had to maintain an army of reporters, cameramen, editors and additional crew, working on different news desks in different countries. It was still Internet prehistory, and to lighten up the window with news was a very costly operation.

Now, November 2012, anyone, anywhere, can create CNN on his or her laptop. All you need is a decent Internet connection. The content won’t be provided by professional reporters or cameramen, but by the people themselves.

In occasion of Agora 99 we are launching ‘Occupy the Comms’, the ultimate toolkit for popular news reporting.

Occupy the Comms has been developed over the past five months by a dozen people in New York, California, Brussels, France, Madrid and elsewhere. The beta version has been online for a few weeks.

So what is Occupy the Comms?

In the first place, it’s a statement. The commons belong to everybody. You cannot occupy them. The only thing you can do is make them available, to all, as a means to cover the news and to spread it.

For the last decade and a half, step by step, Internet has offered people all the necessary tools to report on the news themselves. First came weblogs, then came photo and video sharing, then social networking greatly enhanced the quick exchange of information. The latest development has been live stream, the opportunity to broadcast video directly from your mobile phone.

Occupy the Comms is the next step in this evolution. It brings everything together. It allows everyone to participate in a horizontal way. And there’s no catch. Money is not an issue.

In short OtC works on three different levels. The first level is real time news, the second is editing, the third is all-round broadcasting.

The site is structured around groups. You create a group for a certain event. Automated bots can scan the Internet for all content related to that event, like live streams. The users watching those streams can collaborate by creating a pad that indexes what happens at what time and what additional information like photos, tweets and blog posts is available.

On the second level, contributors from around the world can use the primary information to create videos or articles that capture the event from any perspective in word and image. The site features a chat which enables online editors to work together on a project, to divide the tasks, and to minimise the time necessary to finish it.

On the third level, streams and edited content can be broadcast and mixed on specific channels like GlobalRevolution.TV, or any other channel you want to create yourself. Aside from those, they can be distributed through regular outlets like YouTube and Vimeo.

These are the basics. There are even more interesting features which make OtC a formidable weapon of 21st century news reporting.

For one, participation is completely anonymous, if desired. You don’t need a valid email to sign up. A fake one will do. You will not be asked to confirm. All communication is encrypted and will be automatically deleted after an hour. For two, a special application has been developed which anonymises the streamer. He or she will be known only by username. This will ensure the safety of people who are reporting from particularly repressive societies, where news casting is a dangerous activity. For three, the application features direct anonymous group chat from mobile phones. This will allow people not only to coordinate their coverage, but also to prepare and execute specific actions.

In many countries, journalists get threatened, molested or even killed every day, because their reports embarrass the powers that be. Through Occupy the Comms it’s no longer necessary for people to risk their lives to expose the truth.

The most powerful tool of contemporary media is live streaming. It’s still a very recent technology, we have only just started to understand the way it works and the limitless possibilities it creates. Technologically we are already able to live stream HD quality video, capable of matching professional broadcasting. The next step is to package it in a way that can rival any existing television station, and that can break the stranglehold of authorities and corporations on the dissemination of news.

Occupy the Comms creates the potential for popular media to compete with corporate media, and eventually to obliterate them. Corporate media can be made irrelevant by a joint popular effort in the same way that Wikipedia has made the Encyclopaedia Britannica and every other authority-based knowledge repository practically obsolete.

The reasons why this is possible are few and simple. First, we are omnipresent. At the moment there are almost a thousand streamers covering worldwide resistance. This number will keep growing fast. Streamers will invariably get to the scene before their professional colleagues will. Second, and most important, we have an immeasurable economic advantage. Because we don’t need to pay an army of journalists, we are completely cost effective. And third, we will be able to bring the news much quicker than any traditional news outlet. Streams will be live, and collaboratively edited videos or articles can be up in a matter of hours, sometimes even minutes. Once they go viral, we will reach millions of people, and we will ‘define the story’. No corporate medium will be able to manipulate the truth without being exposed almost instantaneously.

The Internet is reaching maturity. We are becoming aware of the full impact this will have, not just on the way we communicate, but also on the very structure of our society.

The nature of Internet calls for a society based on unity, equality and collaboration. It has already cancelled out borders, it has opened the doors to universal knowledge, and it is exposing corruption, manipulation, and oppression. In every sense it is causing a revolution.

Many of the features of OtC have been available for some time, thanks to websites like Facebook, Google, YouTube, Flickr etc. But all of these platforms have a fundamental flaw. They are hierarchical corporate entities. They will sell out data for profit. They will forcefully or voluntarily collaborate with authorities. They will extradite their users to any malevolent government in order to protect themselves, their shareholders, their revenues.

Occupy the Comms is not an organisation, it doesn’t have a board, it doesn’t serve any shareholders. It doesn’t respond to any authority. It’s a toolbox for people, and nothing else.

Obviously this is an enormous potential danger for anyone interested in maintaining the status quo. Powerful people may seek to destroy it. For this reason, most of the effort in developing OtC was spent on security.

The physical machine itself is invisible. It doesn’t have an IP address. It serves to run various virtual machines which host the content and the communications. There is a backup server in a safe country. Neither of the physical machines are located in the United States.

Instant torrents will be created for all the important content which is uploaded. In case of cyberattack, it can easily be mirrored on dozens of other sites. OtC is like a mythological creature. You can cut off its head, but then ten new heads will sprout up on the spot.

The communications part is not yet completely secure. Last month, Anonymous was asked to scan it for holes, and they found more than one. These issues are being addressed. They will be solved. Once they are, it will be extremely hard for even the most advanced intelligence agency to lay their hands on the communications. They would have to freeze the memory of the physical machine. And even if they did, they would have nothing more than a heap of encrypted data, which in general will not be linked to any personal identity, and which will only be related to the last hour of activity.

During the past few weeks I have had the privilege to witness the development of this ground breaking tool. The backbone of the project was created by comrade ‘Jack’, the man who started the Audiovisual commissions of Acampada Sol and Occupy Wall Street, and who continues to play a vital role in training people in the art of tactical media. He is a Russian-born mathematician who used to work as a Wall Street banker. In the 1990s he was among those who created the infamous collateralised debt obligations. “Dude, I was one of the people who built the bomb that blew up the economy.”

With Occupy the Comms, he has created a device that is potentially even more devastating.

OtC was built specifically for tactical media purposes, but its uses go far beyond the coverage of news. Collaborative art, science and entertainment projects are next. With all visual content generated around the world, and the evolving communications possibilities, you will soon be able to make feature length movies and documentaries on practically everything, at home, at zero cost.

Still, Occupy the Comms is very primitive. For the moment it even lacks an accessible, intuitive interface. But appearance is beside the point. Contrary to any institution, OtC doesn’t aim to last. People will create better technology to take its place in the years to come. What counts is that collaborative efforts can cover reality in all its dimensions. They can change our views, and in doing so they can change the world.

The tools to make it happen are already available. The revolution is already here. All you need to do, is plug in, and play the game.

*

Check out the OtC Manual

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 19:19

 

17

1

2

3

15

4

5

6

8

9

10

12

13

14

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 19:10

 

http://owni.fr/2012/11/06/nddl-telecomix-des-hackers-atterrissent-a-notre-dame-des-landes/

 

Le 6 novembre 2012 Sabine Blanc

 

 

Des membres du collectif d'hacktivistes Telecomix ont décidé d'apporter leur soutien aux opposants au projet controversé d'aéroport en Loire-Atlantique. Entre altermondialistes et hackers, la convergence se poursuit.

Autour du site de la ZAD à Notre-Dame-des-Landes

Cette semaine, les opposants au projet d’aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes (NDDL) en Loire-Atlantique, ont reçu deux nouveaux soutiens : l’un assez attendu, de Stéphane Hessel, l’iconique ancien résistant ; plus étonnant, des membres du collectif Telecomix, en l’occurrence plutôt des “agents”, comme ils se nomment, bretons. Ils ont expliqué cet engagement hier, lors d’une conférence de presse en ligne, sur un pad, un éditeur de texte collaboratif.

Telecomix : « hacker pour la liberté »

Telecomix : « hacker pour la liberté »

Telecomix n'a pas de leader, ni de hiérarchie. Ce n'est pas une organisation, mais une "désorganisation" bien réelle qui ...

D’un côté, nous avons les habitants de la ZAD, Zone d’Aménagement Différé, ou Zone À Défendre, selon le bord. Cette zone d’autogestion squattée de façon pacifique depuis trois ans rassemble écolo, décroissants, anti-capitalistes, alter-mondialistes, anarchistes, bref tout ce qui aurait fait frémir Michèle Alliot-Marie quand la chasse aux anarcho-autonomes était une priorité du renseignement français. Une centaine de personnes sur un territoire de 1800 hectares que la préfecture de Loire-Atlantique essaye en vain de déloger depuis le 16 octobre à grands renforts de CRS, en prévision du début des travaux par Vinci, une opération au doux nom de “César”.

De l’autre côté, nous avons Telecomix, qui s’”hacktive” depuis 2009. Ils se sont fait connaître avec des opérations de contournement de la censure en Syrie ou en Égypte, montées via un mode d’organisation particulier, ou plutôt une “désorganisation”, pour reprendre l’expression de Peter Fein, un de ses agents. Ils se définissent ainsi :

Un cluster télécommuniste féministe sociocyphernetique de gens et de bots1 qui aiment internet et les données, s’efforçant toujours de protéger et d’améliorer l’internet et de défendre le flux libre des données. Telecomix, tout comme l’internet, ne connait pas de frontières techniques ou territoriales.

Un organisme siphonophorique2 transmettant son génome à travers des mèmes et l’imitation plutôt que des règles et la régulation.

Ma ZAD rêve d’autogestion

Un mème par définition a des variants et des invariants. Alors qu’est-ce qui relit ces deux univers ? BaN, un des “breizhou” impliqué, avec sa compagne Élodie, donne son point de vue :

La ZAD a un mode de fonctionnement très proche de celui qu’on peut expérimenter dans un cluster comme Telecomix :
- c’est une autre école du hack. Toutes les constructions y sont DIY avec du matériel de récup.
- c’est également une autre forme d’autogestion.
- la moyenne d’age et le côté international est également très proche.
Du coup pas mal de liens se sont créés. En fait nous (Elodie et moi-même principalement) avons été très bien accueillis et on a vite sympathisé. Des projets communs se sont montés, comme monter un WiFi sur la ZAD.
Certains d’entre nous, Kheops, TelecomixDA, n3b…, avons donc assez mal vécu les premiers témoignages de l’opération César.

Le squat ZAD NADIR à Notre-Dame-des-Landes

Élodie renchérit :

Nous avons une volonté d’aller vers l’autogestion, et je me suis pris une grosse claque à la ZAD. Et puis j’aime la philosophie qui règne dans les squats de manière générale – tout le monde participe à la vie commune, les tâches sont réparties sans prise de tête, tout le monde est serviable, poli, les gens sont souriants.

“Inutile, aberrant et ruineux en ces soi-disant temps de crise”

Rebooter les villages

Rebooter les villages

Zone rurale autonome + hackers = hackerland. Une équation somme toute logique, comme nous l'ont expliqué les habitants d'un ...

Et les avions dans tout ça ? Bien sûr, le projet leur semble “inutile, aberrant et ruineux”, explique Élodie. Plus encore, il symbolise un mode de vie à fuir. NDDL a des airs de Larzac. Cette prise de position des agents illustre donc une nouvelle fois la convergence entre les hackers et ce qu’on appellera pour faire court l’altermondialisme et la décroissance.

Sachant que ces réponse n’engagent que leur auteur et pas le collectif, participe qui veut : “Ce n’est pas un soutien officiel de Telecomix, martèle BaN, ça n’existe pas et n’existera sûrement jamais. Mais signaler que des agents Telecomix soutiennent les zadistes, ça touchera peut-être des gens qui ne se sentaient pas concernés.”
Un invariant qu’Okhin, un agent parisien avait déjà rappelé :

Mains sur le clavier et pieds dans la gadoue

Les actions de soutien mêlent numérique et IRL, communication et soutien logistique, mains sur le clavier et pieds dans la gadoue :

Nous mettons à disposition nos ressources (serveurs) et réseaux aux militants dans et en dehors de la ZAD. Nous les formons les militants à la cryptographie, comme à Nantes le week-end prochain et aux pads. Nous les aidons aussi à créer le buzz pour toucher plus du monde.
De façon très concrète, nous collectons et nous apportons des vêtements ou la nourriture sur place.

Notre Dame des Landes, ZAD, la barricade du chemin bellish.

Les cousins Anonymous

Le tout avec une connexion pourrie, en attendant que Kheops, le grand blondinet sorti de son anonymat lors des opérations du Printemps arabe, mette en place d’un réseau WiFi meshé. Pour l’instant, les attaques DDoS et le défaçage, armes classiques de leurs cousins les Anonymous, ne font pas partie de leur palette d’outil. En revanche, le lulz, le refus de se prendre au sérieux, de s’ériger en militant politique traditionnel ennuyeux, oui :

Il n’y a pas de ligne, il n’y a que du datalove. Je vois pas pourquoi il faudrait systématiquement “faire bouger les lignes” en fait. Faisons ce qui nous éclate, parce que ça nous éclate. Le reste suivra. Ou pas.
Et on sauve des chatons.

Avec les Anons, Telecomix partage aussi son côté fluctuant, corollaire de son mode de fonctionnement : focalisé sur les bit(e)s avant de se pencher sur les atomes, d’Occupy Wall Street à l’Afrique.

Et nos Telecomix bhz ont bien l’intention de poursuivre cette évolution : ils préparent leur voyage au prochain Forum social mondial à Tunis, fin mars. Dans leur valise, du data love et un hackerspace improvisé. Mais ils ne prendront pas l’avion à Nantes.


Toutes les photos des internautes via #NDDL

Hackers : bâtisseurs depuis 1959, notre nouvel ebook est en vente sur Amazon.

  1. “agent logiciel automatique ou semi-automatique qui interagit avec des serveurs informatiques”. Wikipedia []
  2. Si on vous dit “méduse”, c’est plus clair ? ndlr []

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:57

 

liberation.fr

6 novembre 2012 à 16:41


Martine Aubry, à la Rochelle, en août dernier.
Martine Aubry, à la Rochelle, en août dernier. (Photo Stéphane Mahe. Reuters)

décryptage L'ex-patronne du PS est convoquée cet après-midi pour une probable mise en examen dans l'affaire de l'amiante. Une histoire qui mêle administration, santé publique et politique.

Par PASCALE NIVELLE, ELIANE PATRIARCA

 

 

L'ex-patronne du PS Martine Aubry est convoquée ce mardi après-midi pour une probable mise en examen dans l'affaire de l'amiante. Une histoire qui mêle administration, santé publique et politique. Que reproche la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy à l’administration française, et en particulier à Martine Aubry, qui fut directrice des relations du Travail (DRT) au ministère du Travail, de 1984 à 1987 ? Décryptage.

L’inertie française

La France n’a pris qu’en 1977 les première mesures de précaution en faveur des travailleurs. Soit 46 ans après le Royaume-Uni, 31 ans après les Etats-Unis, et 13 après la réunion de la Conférence internationale sur les risques liés à l’amiante, à New-York en 1964, où le pneumologue Irving Selikoff présenta une étude accablante sur les cancers de l’amiante. Pour la première fois, un taux maximum d’empoussièrement est préconisé. Selon Martine Aubry, chacun au ministère du Travail - où elle travaillait déjà- se sentait fier, et jugeait les travailleurs «protégés» par ce décret, qu'elle jugeait en avance sur les autres législations.

A la DRT, sept ans plus tard, elle restait persuadée que la France était à l’avant-garde de la protection face à l’amiante. Ce décret a suivi ce qu’elle appelle «la première alerte» : une lettre du Pr Jean Bignon, pneumologue, au Premier ministre Raymond Barre, pour prévenir des dangers de l’amiante et de la désinformation pratiquée par les industriels. «Actuellement, la France est le seul pays du monde occidental à ne pas avoir de réglementation pour l’utilisation industrielle de l’amiante», écrit Bignon début 1977. (...) «Les responsables de cette industrie semblent adopter les normes internationales de moins de 2 fibres/cm3 d’air. Cependant, il faut rappeler que de telles normes ont été établies pour protéger les travailleurs contre l’asbestose (fibrose pulmonaire), mais qu’elles sont sûrement insuffisantes comme protection vis-à-vis du cancer.» Pourtant, le décret adopté dans la foulée par la France va retenir cette valeur limite, recommandée par les industriels, dont on sait déjà qu’elle ne protégera pas du cancer...

Des alertes ignorées par la France

Martine Aubry estime que le ministère du Travail a fait son boulot avec ce décret de 1977, et qu’aucune nouvelle alerte sanitaire ne s’est produite ensuite jusqu’en 1994, et donc y compris durant les presque trois années qu’elle a passées à la DRT. C’est vrai : la nécessité d’interdire l’amiante n’apparaîtra en France qu’en 1994, à la suite de l'étude du scientifique britannique Julian Peto, qui montrait que même une seule exposition de courte durée à l’amiante pouvait provoquer un cancer du poumon ou un mésothéliome (cancer de la plèvre spécifique de l’amiante). A partir de là, les pouvoirs publics se mobilisent et l’amiante est définitivement interdit à compter du 1er janvier 1997. En 2004, le Conseil d’Etat a pointé la responsabilité de l’Etat pour défaut de réglementation spécifique à l’amiante, avant 1977, et pour son caractère tardif et insuffisant après cette date.

Pour autant, il y avait des raisons de s’alarmer bien avant. Depuis les années 1960, de nombreux cas de mésothéliomes avaient déjà été recensés dans la population vivant à proximité des mines, des usines d’amiante ou au contact des travailleurs (comme, par exemple, les épouses qui lavaient les bleus de travail de leur maris). Dès 1978, le Parlement européen avait adopté une résolution dans laquelle est recommandé «un maximum d’efforts pour développer des produits de remplacement sûrs pour l’amiante» et lorsque ces produits seront disponibles, de supprimer progressivement la fibre cancérigène.

La juge reproche justement aux services de l’Etat d’avoir traîné à lancer ces recherches. Faux, réplique pour sa défense Martine Aubry : deux mois après sa nomination à la DRT, une étude sur les produits de substitution a été confiée au Pr Bignon. Son rapport a été rendu en juin 1985, et une circulaire a paru trois mois plus tard, demandant aux inspecteurs du travail de «regarder la prévention des cancers d’origine professionnelle comme une priorité». Mais aucun produit de substitution n’est évoqué dans ce texte.

Il leur est reproché également d’avoir tardé à transposer la directive européenne de 1983 renforçant les mesures de protection : la France ne l’a traduite qu’en 1987. Martine Aubry et ses collègues mis en examen, fournissent le calendrier de leur travail, de 1985 à la signature par le ministre. «Cette directive reprenait pour l’essentiel les dispositions du décret de 1977, les travailleurs étaient donc protégés pendant cette période», disent-ils en substance. Ils soulignent que la France a été le quatrième pays européen à adopter la directive.

En Europe, d’autre pays n’ont pas attendu cette directive. Dès 1970, l’Allemagne a signé un accord volontaire avec l’industrie pour parvenir, en dix ans, à l’abandon de l’amiante. La Suisse et le Danemark l’ont interdit dès 1986 et l’Italie dès 1992. En France, il faudra attendre fin 1996 pour que soit interdite la fibre assassine.

Le CPA ou «le faux nez des industriels»

Ce Comité Permanent de l’amiante (CPA) est au coeur du dossier. «Lieu informel d’informations réciproques», selon la défense, c’est, disent les spécialistes du dossier, l’officine de lobbying où tout s’est décidé, de 1982 à 1996.

En 2005, un rapport d’information sénatorial attribue l’inertie de l’Etat au CPA. Une structure composée de scientifiques, comme les pneumologues Jean Bignon et Patrick Brochard (mis en examen lui aussi), de représentants des industriels, mais aussi des syndicats et des ministères concernés (Travail, Industrie, Santé). Martine Aubry assure n’avoir jamais entendu parler du CPA, même si son bras droit, Jean-Luc Pasquier, y siégeait.

«Modèle de lobbying, de communication et de manipulation», selon le rapport du Sénat, le CPA «a su exploiter en l’absence de l’Etat, de pseudo incertitudes scientifiques qui pourtant étaient levées, pour la plupart par la littérature anglosaxonne la plus sérieuse de l'époque». Pour les sénateurs, le CPA a réussi à «créer l’illusion du dialogue social», et à étouffer toute vélléité de réglementer plus sévèrement l’usage du magic mineral . Selon Martine Aubry, le Comité n’aurait pas pesé sur les décisions. «Rien, aucun fait, aucune présomption de fait ne laisse penser que l’existence de ces réunions a influé sur le contenu ou retardé une réglementation sur l’amiante.» Selon elle, c’est «au sein du Conseil supérieur de la prévention des risques professionnels qu'était sollicité l’avis des partenaires sociaux et des scientifiques sur la définition des politiques de prévention.»

L'écran de fumée de l'«usage contrôlé»

«Le ministère du travail n’a pas compris que le CPA n'était rien d’autre que le faux nez des industriels», assène le rapport sénatorial en 2005. Le CPA aurait «enfumé» pouvoirs publics et syndicats, notamment en répandant le mythe de l'«usage contrôlé de l’amiante». Pour résumer : il suffisait d’encadrer la manipulation de l’amiante, de doter les ateliers d’aspirateurs à poussière et les ouvriers de masques pour pouvoir le travailler sans risques. Les scientifiques siégeant au Comité ignoraient visiblement tout des risques réels et de l’existence de matériaux de substitution : «A l'époque, il avait été dit [...] que l’industrie ne pouvait se passer de l’amiante, aucune solution de remplacement n'étant disponible. Aussi le comité se demandait-il s’il était possible de travailler avec de l’amiante tout en protégeant au maximum les populations exposées», a témoigné le professeur Brochard devant la mission d’information sénatoriale.

Un exemple parmi d’autres de la stupéfiante capacité de manipulation du CPA : En 1986, l’Environmental Protection Agency (EPA), l’agence de l’environnement américaine, propose d’interdire aux Etats-Unis l’usage de l’amiante. Levée de boucliers des industriels américains, immédiatement relayés par leurs homologues en Europe. Illico, comme le montrent les comptes-rendus des réunions, le CPA s’interroge sur la manière de réagir à l'étude américaine, dont «les conclusions sont tellement incertaines qu’on ne peut leur accorder de crédibilité». Le CPA rédige une note d’orientation qui accompagne le rapport de son groupe de travail scientifique. Et transmet tous ces documents aux ministres français de l’Industrie, du Travail, de la Santé et de l’Environnement afin qu’ils les remettent à... l’EPA et au gouvernement américain. L’Etat français se fait alors courroie de transmission au service du lobby de l’amiante.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:49

 

 

 

Plus le temps passe et moins le doute est permis : François Hollande a fait le choix, pour le moins inattendu, de conduire une politique économique, à peu de choses près, identique à celle qu'impulsait Nicolas Sarkozy, au risque de renier ses engagements et de susciter une déception croissante dans les rangs de la gauche.

Poursuite de la politique de rigueur salariale, reconduction de la politique budgétaire d'austérité, création d'une Banque publique d'investissement qui n'est guère autre chose que l'addition d'organismes financiers qui existaient préalablement, abandon de la réforme fiscale promise, qui prévoyait une fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG : on en a déjà eu de nombreux indices au cours de ces derniers mois. Et voilà que le chef de l'État a donné son feu vert à un spectaculaire et nouveau reniement : voulue par Nicolas Sarkozy mais vivement critiquée par le candidat socialiste pendant la campagne présidentielle au motif qu'il s'agissait d'une mesure fiscale injuste, une hausse de la TVA va intervenir au 1er janvier 2014. Ce à quoi va venir s’ajouter un nouveau plan de restrictions budgétaires.

Après un invraisemblable psychodrame autour du dossier de la compétitivité des entreprises, qui a duré plusieurs mois, c'est en effet la mesure la plus spectaculaire qui a été annoncée, mardi 6 novembre, par le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, à l'issue d'un séminaire du gouvernement : un gigantesque allègement d’impôt va être consenti aux entreprises pour un montant à terme de 20 milliards d’euros par an. Il sera financé par de nouvelles économies budgétaires à hauteur de 10 milliards d’euros, et par des relèvements d’impôts à hauteur de 10 milliards d’euros, dont au moins 7 milliards d’euros seront à la charge des ménages, puisqu’ils proviendront d’une réorganisation des taux de TVA.

Voici le plan officiel présenté par Matignon :(*A voir sur le site de Médiapart ou en suivant ce "link"

 

Deux philosophies économiques voisines

Concrètement, la mesure phare du dispositif du gouvernement pour stimuler la compétitivité des entreprises vise donc à « alléger de 20 milliards d’euros par an, avec une montée en charge progressive sur 3 ans », dont 10 milliards d’euros la première année, « les coûts des entreprises via un Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ». Ce système de crédit d’impôt, sur le modèle du Crédit d’impôt recherche, ne sera pas sous conditions, comme le voulait le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, selon lequel l’allègement aurait pu être fonction des efforts d’investissement. Il sera ouvert à toutes les entreprises, en fonction de la masse salariale distribuée.

Voici le détail du dispositif, selon sa présentation officielle : « Le montant du CICE sera calculé en proportion de la masse salariale brute de l’entreprise hors salaires supérieurs à 2,5 fois le SMIC. Les entreprises bénéficieront du CICE pour la première fois sur leurs impôts au titre de l’exercice 2013. L’effet économique sera donc immédiat. Le gouvernement veillera à ce que les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) qui le demandent puissent bénéficier de l’effet en trésorerie de cet allègement dès l’année prochaine. Les entreprises présenteront devant leur comité d’entreprise l’utilisation des marges ainsi créées par ce crédit d’impôt pour investir ou embaucher. Un comité de suivi avec les partenaires sociaux, chargé de dresser à intervalle régulier un constat partagé sur le bon fonctionnement du dispositif, sera mis en place par l’État. Des données seront collectées pour permettre une évaluation précise du dispositif. »

Et pour financer ce dispositif, qui est complété par de nombreuses autres dispositions, le gouvernement a donc décidé de mettre en chantier deux séries de mesures.

En premier lieu, le gouvernement entend durcir encore un peu plus la politique budgétaire d’austérité mise en œuvre pour tenir les engagements européens déjà draconiens pris par François Hollande. De nouvelles économies budgétaires seront donc mises en œuvre, pour un montant de 10 milliards d’euros. Selon Matignon, ces coupes claires ne résulteront pas d’un durcissement uniforme des normes d’évolution des crédits budgétaires, mais de réformes structurelles.

Hors de question à Matignon de parler de « révision générale des politiques publiques », comme le faisait Nicolas Sarkozy. Mais la méthode sera voisine puisque dans l’entourage du premier ministre, on précise que l’on fera un audit des politiques publiques et que cet examen permettra de cerner où sont les gisements nouveaux d’économies.

Et les 10 milliards d’euros complémentaires proviendront à hauteur d’environ 3 milliards d’euros de la réforme à venir de la fiscalité écologique – dont le détail n’est pas encore connu – et de 7 milliards d’euros d’une majoration de la TVA, qui interviendra au 1er janvier 2014.

Voici le détail du dispositif fiscal, tel que l’a présenté Matignon : « Le taux normal de TVA est actuellement de 19,6% et la France compte deux taux réduits de 5,5% et 7%, comme le permet le droit communautaire. Les taux actuels seront remplacés par un triptyque plus lisible : 5%, 10% et 20%.  L’augmentation du taux normal (de 19,6% à 20%) sera partiellement compensée par une baisse du taux réduit (de 5,5% à 5%) qui concerne essentiellement les produits de première nécessité (alimentation, énergie). Le taux intermédiaire qui porte notamment sur la restauration et les travaux de rénovation des logements, sera porté de 7% à 10%. »

Le dispositif du gouvernement présente donc des modalités différentes de celles envisagées par Nicolas Sarkozy. À l’occasion d’une intervention télévisée, le 28 janvier, l’ancien chef de l’État avait annoncé que le taux normal de TVA augmenterait au 1er octobre de 1,6 point, passant de 19,6 % à 21,2 %, et que la CSG sur les revenus financiers serait relevée de deux points, afin de compenser 13 milliards d'euros de baisse des charges patronales.

 

 

 

Mais, par-delà leurs différences, les deux dispositifs s’inscrivent dans des philosophies exactement identiques, d’inspiration libérale. Il s’agit d’offrir aux entreprises un immense cadeau fiscal ou social en demandant aux ménages d’en supporter le prix. Il s’agit donc d’une « politique de l’offre » radicalement à l’opposé de la « politique de la demande » dont la gauche a longtemps été partisane.

Ce gigantesque transfert de revenus envisagé, hier par Nicolas Sarkozy, aujourd’hui par le gouvernement socialiste, pose donc une cascade de questions. D’abord, elle peut apparaître socialement inéquitable et économiquement dangereuse, dans une conjoncture déprimée, avec notamment un pouvoir d’achat qui enregistre actuellement une chute sans précédent depuis 1984.

Et puis, surtout, les modalités de ce transfert sont stupéfiantes, car les socialistes recourent pour ce faire à la TVA, qui est l’impôt injuste par excellence. Il s’agit en effet d’un impôt dont toutes les études disponibles attestent qu’il est dégressif. Autrement dit, il frappe relativement beaucoup plus les revenus modestes que les revenus élevés.

C’est la position constante que les socialistes ont eux-mêmes défendue en permanence au cours de ces trente dernières années. Ils ont usé d’abord de l’argument pour justifier les baisses de TVA voulues par Pierre Bérégovoy dans le courant des années 1980. Puis, ils en ont joué encore quand Alain Juppé a relevé une première fois la TVA en juillet 1995 (de 18,6 % à 19,6 %) et enfin quand Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de le faire, en janvier dernier.

Car c’est effectivement l’une des pantalonnades de ce feuilleton. Quand début janvier, le bruit a couru que Nicolas Sarkozy allait annoncer une mise en œuvre de cette TVA dite sociale – en réalité une TVA anti-sociale –, François Hollande s’est à juste titre insurgé contre ce projet. Et il l’a fait dans des termes très sévères.

 

 

 

Hollande : « Je ne laisserai pas faire »

« Je récuse la méthode et la disposition. Je ne veux pas que les Français soient affligés de trois ou quatre points de TVA. Cela ne protégera pas des importations extérieures et cela aura des conséquences graves sur la croissance », s’insurge ainsi François Hollande le 3 janvier sur France-2. Parlant de « mystification économique » et de « faute sociale », il annonce à l’avance qu’il ne « laissera pas faire ». Et de la parole aux actes ! Sitôt les élections passées, la gauche fait voter par le Parlement l’annulation de la hausse de TVA que Nicolas Sarkozy avait préparée pour le 1er octobre.

Le 23 septembre, à l’occasion d’un entretien avec Mediapart (lire Le plaidoyer d’Ayrault pour le traité européen), Jean-Marc Ayrault avait maintenu le cap. « Des médias se font l’écho d’un possible retour de la TVA sociale pour la future réforme du financement de la protection sociale… », lui avait-on demandé. Réponse indignée du premier ministre : « Non. C’est une invention pure et simple. On vient de supprimer la TVA Sarkozy en juillet au Parlement, ce n’est pas pour la remettre en place. Il y a des discussions sur une fiscalité écologique, mais elle n’a pas encore été arbitrée. Par ailleurs, nous n’augmenterons jamais la TVA, ni la CSG pour combler les trous du budget de l’État. »

Et voilà donc maintenant que l’annulation va elle-même être partiellement… annulée ! On en sourirait presque, si le sujet s’y prêtait, tant la politique économique socialiste prend des sinuosités inattendues.

Car, au début de cet invraisemblable feuilleton de la compétitivité, on avait pu penser que le gouvernement avait seulement fait une bourde grave en confiant à Louis Gallois un rapport sur le sujet – rapport dont on devinait par avance qu’il ne serait qu’une compilation de toutes les études patronales qui existent depuis plusieurs mois en faveur d’un « choc de compétitivité ». On avait d’autant plus de raisons de le penser qu’assez vite Matignon a fait du rétropédalage et a pris ses distances avec ce rapport Gallois, suggérant qu’à peine publié il serait abandonné, comme tant d’autres rapports, « à la critique rongeuse des souris », selon la charmante formule de Marx.

Eh bien non ! C’est la surprise de ce plan : il révèle que le gouvernement et l’Élysée ont finalement cédé au coup de force patronal, comme ils ont cédé auparavant aux soi-disant « pigeons ». À moins que dès juillet, l’Élysée ait su déjà que toute cette mise en scène avait pour seul objet de préparer l’opinion à ce nouveau plan d’austérité et à ce plan fiscal socialement très injuste. À moins encore que François Hollande ait manqué de sincérité, durant la campagne présidentielle, en critiquant le dispositif de Nicolas Sarkozy sur la compétitivité tout en pressentant en son for intérieur qu’il serait peut-être, en cas de victoire, obligé d’en passer par là…

En tout cas, cette volte-face est grave. Car François Hollande est pris effectivement en flagrant délit de reniement. Économiquement discutable, socialement injuste, la réforme engagée constitue d’abord et avant tout une faute morale, car François Hollande fait précisément ce qu’il avait dit… qu’il ne ferait surtout pas ! C’est sa parole qui est ainsi entachée, en même temps que sa sincérité.

Et puis, au-delà, c’est la gauche tout entière qui risque d’être déboussolée. Car, de mois en mois, il apparaît en effet que la politique économique suivie par François Hollande n’est guère différente de celle de Nicolas Sarkozy. À preuve, il y a d’abord la politique salariale qui est restrictive : au 1er juillet dernier, tout juste le gouvernement a-t-il consenti un « coup de pouce » modeste du Smic, presque équivalent à une aumône : l’équivalent de 20 centimes d’euros par jour.

La politique budgétaire est elle aussi marquée par une franche austérité, reprenant exactement les mêmes normes d’évolution pour les crédits que celles prévues auparavant par Nicolas Sarkozy. Et sans doute, avec les 10 nouveaux milliards d’euros de restrictions annoncés, l’austérité va-t-elle même devenir un peu plus affirmée.

Même constat pour la fiscalité ! La grande ambition des socialistes était de reconstruire un impôt général sur tous les revenus, transparent et progressif, au travers d’une fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG. Or, dans sa déclaration de politique générale en juillet, Jean-Marc Ayrault n’a même pas fait mention de cette réforme ambitieuse, se bornant à annoncer un relèvement provisoire à 75 % du taux supérieur de l’impôt sur le revenu pour les ultra riches – une mesure purement cosmétique qui ne rapportera que 200 millions d’euros, autant dire rien du tout.

Au total, tout juste le gouvernement aura-t-il rétabli l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) que Nicolas Sarkozy avait pour moitié vidé de sa substance. Et encore, les socialistes n’ont pas rétabli exactement l’ISF dans sa mouture antérieure : sans que cela ne soit vraiment remarqué, le taux supérieur n’est plus de 1,8 % pour les très gros patrimoines mais seulement de 1,5 %.

Quoi qu’il en soit, le constat risque d’animer de plus en plus fortement les débats de la gauche : en matière de politique économique, les différences entre François Hollande et Nicolas Sarkozy se font indéniablement de plus en plus ténues, quand elles existent encore.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:41

 

Le Monde.fr avec AFP | 06.11.2012 à 12h33 • Mis à jour le 06.11.2012 à 17h01


 

 
Jean-Marc Ayrault, lors de la présentation des mesures sur la compétitivité le 6 novembre.

Au lendemain de la remise du rapport de Louis Gallois, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé mardi 6 novembre une série de mesures pour améliorer la compétitivité de la France. Mesures qui seront intégrées dans "plusieurs projets de loi" présentés au début de l'année 2013.

M. Ayrault a dit qu'il rencontrerait "très rapidement l'ensemble des partenaires sociaux". "Tous les six mois, je réunirai les ministres concernés pour faire le point de l'état d'avancement de ce pacte", a-t-il ajouté. Le premier ministre a annoncé qu'il avait "demandé à Louis Gallois de [lui] donner son concours pour la mise en œuvre de ce pacte". "Il a accepté", a-t-il précisé.

Lire aussi : Vingt milliards de baisse d'impôts sur trois ans pour les entreprises

Selon Pierre Moscovici, ministre de l'économie et des finances, les mesures annoncées vont permettre de créer "plusieurs centaines de milliers d'emplois" et "d'élever le PIB dans ce quinquennat", a-t-il affirmé à l'Assemblée nationale.

  • Un crédit d'impôt de 20 milliards d'euros pour les entreprises

Jean-Marc Ayrault a annoncé un "pacte de compétitivité" basé sur un crédit d'impôt de 20 milliards d'euros aux entreprises sur trois ans. Le crédit d'impôt grèvera le budget 2014, puisque les entreprises l'obtiendront cette année-là sur leur exercice 2013, et les économies budgétaires seront réalisées en 2014 et 2015. Il sera indexé sur la masse salariale déclarée en France pour des niveaux allant jusque 2,5 fois le smic.

Au lieu d'un transfert des cotisations sociales vers la fiscalité, tel que préconisé par Louis Gallois, il s'agirait donc d'un chèque aux entreprises, dans le but de faire progresser leurs marges, qui ont dégringolé ces dix dernières années. Face au risque d'un chèque en blanc, le gouvernement exigera des entreprises la transparence sur l'usage des marges financières qu'elles dégageront grâce au crédit d'impôt. "Les comités d'entreprise devront être régulièrement informés de l'utilisation du crédit d'impôt" et "un comité de suivi du pacte associant l'Etat et les partenaires sociaux sera mis en place pour dresser à intervalles réguliers un constat partagé sur le bon fonctionnement de ce dispositif", a-t-il précisé.

  • Une hausse de la TVA en 2014

Ce crédit d'impôt sera en partie financé par une hausse des taux de TVA en 2014. Le taux principal passera de 19,6 % à 20 % et le taux intermédiaire de 7 à 10 %. Le taux réduit de 5,5 % sera, lui, ramené à 5 %.

Lire aussi : Hausse de TVA sociale : quand le président désavoue le candidat

Le Synhorcat, deuxième organisation professionnelle de la restauration (soumise au taux intermédiaire), a aussitôt dénoncé une décision "brutale" qui sacrifiera "un nombre très important d'emplois". "C'est faire fi de toutes les discussions que nous menons", a tonné Didier Chenet, son président. Une concertation était en cours à Bercy avec la profession à propos du devenir de leur TVA à 7 %, avantage fiscal hérité du quinquennat Sarkozy, mais le gouvernement n'aura pas attendu qu'elle aille à son terme pour trancher. Comme les restaurateurs l'avaient laissé entendre, la "prime TVA" de 2 % du salaire brut annuel, consentie aux salariés en 2009 en échange de la baisse de la TVA, va "sauter", a déclaré M. Chenet.

La Fédération française du bâtiment (FFB), elle aussi soumise au taux intermédiaire, a pronostiqué "la perte d'au moins 20 000 emplois" dans le secteur. Pour la FFB, "cette hausse aura des effets catastrophiques sur l'activité et sur l'emploi, provoquant inévitablement un retour massif du travail au noir". "Elle marquera la fin des engagements en faveur de la rénovation énergétique de 500 000 logements par an et affectera inévitablement l'activité des organismes HLM", a affirmé la fédération présidée par Didier Ridoret, qui demande que le nouveau taux réduit de 5 % s'applique aux travaux sur le logement.

  • 10 milliards d'économies supplémentaires

Autre moyen de financement du crédit d'impôt : les économies de l'Etat. Jean-Marc Ayrault a annoncé  10 milliards d'euros "d'économies supplémentaires dans les dépenses publiques".

  • Un fonds de 500 millions d'euros pour les PME en difficulté

Jean-Marc Ayrault a annoncé la création d'un fonds de 500 millions d'euros pour les petites et moyennes entreprises (PME) "confrontées à des difficultés de trésorerie". Selon le premier ministre, ce fonds permettra de "garantir aux PME et entreprises de taille intermédiaire l'accès aux financements dont elles ont besoin".

  • Démarches administratives simplifiées pour les entreprises

"Nous simplifierons dès 2013 cinq démarches administratives essentielles pour l'entreprise et nous stabiliserons sur la durée du quinquennat cinq dispositifs fiscaux qui sont clé pour l'investissement et la vie des entreprises", a déclaré M. Ayrault. Parmi ces dispositifs fiscaux stabilisés figurent notamment le crédit d'impôt recherche et la contribution économique territoriale (CET).

  • Objectif de "500 000 apprentis" en France

"Nous devons offrir aux jeunes et aux salariés des formations tournées vers l'emploi et l'avenir, a affirmé Jean-Marc Ayrault. Le système éducatif doit former plus de jeunes qualifiés pour les besoins de notre économie à horizon de dix ans. Le pacte comporte plusieurs mesures en la matière (...) Et nous porterons à 500 000 le nombre d'apprentis."

  • Une réforme bancaire en conseil des ministres le 19 décembre

Jean-Marc Ayrault a annoncé qu'un projet de réforme bancaire serait soumis au conseil des ministres le 19 décembre. Dans son engagement de campagne numéro 7, le candidat François Hollande avait promis de séparer les activités des banques "qui sont utiles à l'investissement et à l'emploi" de "leurs opérations spéculatives".

Lire notre entretien avec l'économiste Thomas Piketty : Les mesures du gouvernement constituent une régression intellectuelle et politique considérable

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:34

 

 

Le Monde.fr | 06.11.2012 à 17h11 Par Laurent Zecchini, Jérusalem, Correspondant

 

 

 

Est-le fait du hasard ? Toujours est-il que la concomitance de l'élection présidentielle américaine et l'annonce, mardi 6 novembre, par le gouvernement israélien, de la construction de 1213 nouveaux logements de colons à Jérusalem-Est, assure à ce dernier une large immunité en termes de réprobation internationale. Il n'y a pas si longtemps, une telle relance du programme immobilier dans les territoires censés constituer un jour l'Etat palestinien, aurait provoqué une avalanche de condamnations, tant à Washington que dans les capitales européennes.

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, n'aura pas manqué de remarquer que l'annonce, fin octobre, de la construction de quelque 1500 logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, n'avait suscité aucune réaction d'une administration Obama immergée dans la campagne électorale américaine, pas plus que celle de la création – pour la première fois en sept ans –, de deux nouvelles colonies juives non autorisées.

Tout se passe comme si les dirigeants israéliens avaient décidé de mettre les bouchées doubles avant l'annonce des résultats d'un scrutin peut-être susceptible de changer la tonalité des relations israélo-américaines : s'il est réélu, Barack Obama exercera-t-il davantage de pressions sur Israël, afin de l'amener à une attitude plus conciliante vis-à-vis des Palestiniens ? Sans surprise, ceux-ci ont dénoncé, mardi, cette fuite en avant vers la colonisation, laquelle justifie, selon eux, leur démarche politique aux Nations unies.

 

CHRONIQUE D'UN AFFRONTEMENT ANNONCÉ ?

"Cela nous motive à réclamer tous nos droits en allant à l'ONU pour obtenir le statut d'Etat non membre", a commenté Nabil Abou Roudeina, porte-parole de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne. Chronique d'un affrontement annoncé ? Alors que M. Nétanyahou réunissait mardi son cabinet de sécurité afin d'envisager une série de sanctions pour répliquer à l'initiative palestinienne, son ministre des affaires étrangères, Avigdor Lieberman, mobilise les ambassadeurs israéliens en Europe, avec pour objectif de les inciter à délégitimer la démarche de M. Abbas auprès de l'ONU.

Les Israéliens sont d'autant plus encouragés dans cette voie qu'ils ont successivement obtenu le soutien des "grands" pays de l'Union européenne, tels la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la France et l'Italie, lesquels font de facto chorus avec la position des Etats-Unis (et d'Israël). En substance : la reconnaissance d'un Etat palestinien ne peut être que l'aboutissement de négociations directes israélo-palestiniennes.

Le cas de la France est à cet égard exemplaire. Lors de la visite de M. Nétanyahou à Paris, le 31 octobre, le président François Hollande avait repris presque mot pour mot les propos de son hôte : la France souhaite "la reprise – sans conditions – des négociations" entre Israéliens et Palestiniens, et constate "la tentation de l'Autorité palestinienne d'aller chercher à l'Assemblée générale des Nations unies ce qu'elle n'obtient pas dans la négociation".

 

 CONFORTÉ DANS SA DÉTERMINATION

C'était là un double camouflet pour les Palestiniens : d'abord parce qu'ils demandent l'arrêt de la colonisation pour reprendre des négociations avec Israël (ce que M. Nétanyahou qualifie de "conditions") ; ensuite, parce que M. Hollande semblait signaler ainsi son opposition à la démarche onusienne. A l'aune de l'une des propositions du candidat socialiste à la présidence de la République – "je soutiendrai la reconnaissance internationale de l'Etat palestinien" -, on mesure le chemin parcouru...

Les Palestiniens ont tiré de cet aggiornamento diplomatique de l'Europe, et de la détermination israélienne, la conclusion qu'ils n'ont plus rien à perdre. "Peu importe les pressions auxquelles nous faisons face, nous ne reviendrons pas sur notre décision", a assuré Saëb Erakat, principal négociateur palestinien, ajoutant : "nous ne cherchons pas la confrontation avec l'Amérique ou à isoler Israël, mais à isoler les colonies et l'occupant israélien, et à affirmer le principe de deux Etats".

Mahmoud Abbas ne peut que se sentir conforté dans sa détermination par la réaction de M. Nétanyahou aux propos qu'il a tenus à la chaîne 2 de la télévision israélienne. Au cours de cette interview, qualifiée d'"ouverture politique" par de nombreux observateurs et responsables politiques israéliens, M. Abbas a pris deux engagements, l'un clair, l'autre plus ambigu : le premier est qu'il ne laissera pas se développer une troisième Intifada et un retour à la violence tant qu'il présidera l'Autorité palestinienne ; le second est qu'il ne peut envisager de revenir vivre dans sa maison d'enfance de Safed (au nord d'Israël), puisque celle-ci est aujourd'hui située en Israël.

 

M. ABBAS NE RENONCERA "JAMAIS AU DROIT AU RETOUR" 

Cette remarque, trop vite interprétée comme un renoncement au droit au retour des réfugiés palestiniens – l'un des principaux enjeux du conflit –, a déclenché une cascade de réactions contradictoires : le président israélien Shimon Péres, ainsi que le ministre israélien de la défense, Ehoud Barak, ont salué les déclarations "courageuses" de M. Abbas. M. Nétanyahou et le Hamas, pour des raisons différentes, les ont au contraire fustigées, le premier ministre dénonçant la duplicité du président de l'Autorité palestinienne, et le second l'accusant de brader un droit historique du peuple palestinien.

En Israël, l'ancien premier ministre, Ehoud Olmert, et l'ancienne présidente du parti Kadima (centre-droit), Tzipi Livni, ont immédiatement accusé M. Nétanyahou de torpiller, une fois de plus, les chances de relancer le processus de paix. Mahmoud Abbas a été obligé de faire une mise au point, assurant qu'il ne renoncera "jamais au droit au retour". L'incident doit être ramené à sa juste proportion : MM. Barak et Olmert, ainsi que Mme Livni, cherchent à marquer des points contre M. Nétanyahou, dans le cadre de la campagne électorale israélienne.

De même, Mahmoud Abbas ne cache pas qu'il souhaite peser, à sa manière, sur l'issue du scrutin : lorsque, le 14 octobre, il a assuré qu'en 2008 deux mois de négociations supplémentaires avec M. Olmert (alors premier ministre) auraient suffi pour conclure un accord de paix, il n'ignorait pas qu'il donnait un coup de pouce à l'intéressé, qui hésite toujours à se lancer dans la campagne électorale pour tenter de reconquérir son poste de premier ministre. Quant au droit au retour des réfugiés palestiniens, il ne peut être abandonné à ce stade, pour une raison simple : c'est un élément essentiel de l'inévitable marchandage politique qui se déroulera lorsque les négociations israélo-palestiniennes auront repris.

Laurent Zecchini, Jérusalem, Correspondant

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Palestine
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:23

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 06.11.2012 à 09h43 • Mis à jour le 06.11.2012 à 13h33

 

 

 
Dans la manifestation organisée par le Front des travailleurs Pame, proche des communistes, à Athènes, le 6 novembre.

Aucun transport en commun, services publics fermés : la Grèce tournait au ralenti, mardi 6 novembre dans la matinée, au démarrage d'une grève générale de quarante-huit heures dans les secteurs privé et public pour protester contre la rigueur. Près de 40 000 personnes manifestaient à la mi-journée à Athènes et 20 000 à Salonique.

Dans la capitale, deux défilés, l'un de quelque 15 000 personnes, organisé par le Front des travailleurs (PAME, Panergatiko Agonistiko Metopo), proche des communistes, l'autre par des syndicats du privé GSEE et du public Adedy, ont rassemblé "de 35 000 à 40 000 personnes", a affirmé une source policière.

Les deux cortèges ont conflué place Syntagma, devant le Parlement, dans le centre de la capitale, où est discuté un projet de loi pluriannuel 2013-2016 controversé fixant des économies budgétaires à réaliser, de 18 milliards d'euros, dont la moitié sur la seule année 2013. Le vote de cette loi est prévu pour mercredi soir.

A Salonique, deuxième ville du pays, dans le Nord, le PAME et les syndicats ont également manifesté dans le calme dans le centre de la ville, selon une source policière locale.

 

"ÉPÉE À DOUBLE TRANCHANT"

Le projet de loi pluriannuel (2013-2016), en un seul article de quelque 500 pages au total, porte aussi bien sur un nouveau report du départ de l'âge à la retraite, de 65 an à 67 ans, que sur la suppression des 13e et 14e mois des fonctionnaires. Il prévoit aussi l'abaissement de certaines prestations sociales, le contrôle de gestion des entreprises publiques, l'organisation du système de santé ou encore une dérégulation du droit du travail.

Les bailleurs de fonds internationaux du pays, UE et FMI, ont fait de l'adoption de ces mesures, ainsi que du budget d'Etat de 2013, qui doit être voté dimanche, une condition sine qua non pour envisager de verser la prochaine tranche d'aide du prêt consenti à la Grèce pour lui éviter la faillite.

"Ces mesures sont comme une épée à double tranchant. D'un côté, il ne faudrait pas qu'elles passent, et de l'autre côté elles doivent absolument passer", dit Yannis Levas, 34 ans, qui travaille dans une société cherchant un emploi pour les (nombreux) Grecs désireux de s'expatrier. "Il y a toujours un dilemme pour savoir si nous allons retourner au non à la drachme. Et avec cette excuse nous allons voter les mesures", a-t-il ajouté.
 

"Je pense que toutes ces mesures vont affecter profondément les Grecs car tout est aboli, les droits du travail et tout ce qui a été gagné à la sueur des combats", ajoute Yiorgos Patras, employé de banque. "D'après ce que je vois ils essaient de tout abolir", déplore-t-il. A la veille des élections américaines, le cas de la Grèce et de la crise de la zone euro a été discuté lundi en marge du G20 à Mexico.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:15

 

Par Okeanos

6 novembre 2012 - 11:54

(dernière modification le 6/11/2012 - 18:12)

La Grèce est en grève générale aujourd’hui et demain en réaction au vote du 3ème Mordorandum.

Des manifestations se sont déroulées à Athènes,  à Thessalonique,  mais aussi en province (Patras, Heraklion) et dans certaines  îles.

Une forte présence policière près de la place Syntagma à Athènes a été notée.

Le parlement discutera aujourd’hui du texte du nouveau Mordorandum. Un texte de 500 pages distribué hier aux députés et qui sera voté demain soir. Un bel exemple de processus démocratique.

A noter aujourd’hui :
- Alexis Tsipras et les députés du Syriza ont participé à la manifestation. Le leader du parti a demandé de nouvelles élections ;
- Aucun incident sérieux à noter et PAS de gaz lacrymogène.

Toutes les photos suivantes ont été prises par Nikolas Georgiou et sont disponibles à la vente en haute définition sur le site DEMOTIX :

Comme d’habitude, OkeaNews partage le fil complet des évènements :

 

  1. Le commentaire de Mark Lowen, correspondant à Athènes pour la BBC, donne un bon aperçu de la journée : manifestations calmes et PAS de gaz lacrymogène.
  2. marklowen
    I can't remember such a quiet demo in months of covering #Greece. Street cleaners been and gone, roads reopened and no tear gas in sight!
  3. Fin des manifestations. Rendez-vous demain pour la manifestation #7ngr pour le vote au parlement.
  4. Okeanews
    #Grèce Demain #7ngr le métro sera ouvert après15h pr permettre aux citoyens d'atteindre le centre d'#Athènes pour les manifs prévues #rbnews
    il y a 5 heures
  5. Okeanews
    #Rappel: Manif + importante prévue demain a-m #7ngr#Grèce, pour le vote des nouvelles mesures d'austérité au parlement #rbnews#Grèce
    il y a 5 heures
  6. Okeanews
    #Grèce Tsipras, durant la manifestation d'aujourd'hui, a demandé "de nouvelles élections" #rbnews#6ngr
    il y a 5 heures
  7. Okeanews
    #Grèce TR @IrateGreek: #Grèce Quelques policiers anti-émeute partent aussi de #Syntagma via @Stathisgr#rbnews#6ngr
    il y a 5 heures
  8. Okeanews
    #Grèce La manifestation d'aujourd'hui sur le point de se terminer. Qqs incidents mineurs. Le vote au parlement aura lieu demain #Rebelote
    il y a 5 heures
  9. Okeanews
    #Grèce Manifestation terminée à Thessalonique, pas d'incident #6ngr via @teacherdude:
    il y a 5 heures
  10. Okeanews
    #Grèce Avenue Stadiou ouverte au trafic via @ypopto_mousi#Syntagma#6ngr#rbnews via @IrateGreek:
    il y a 5 heures
  11. Okeanews
    #Grèce MinFin: procédure de vote d'urgence: pas de tps pr une discussion + longue., sinon : défaut. SYRIZA spox: C'est un coup d'Etat.
    il y a 6 heures
  12. A7A4jPkCEAACuDw.jpg
    Okeanews
    #Grèce La police à #Syntagma tjs sur la partie rouge, manifestants remplissent les lignes bleues via @Nikos_K_pic.twitter.com/CLMP5iZO#rbnews
    il y a 6 heures
  13. Okeanews
    #Grèce Quatre canons à eau à l'arrière du parlement. Les manifestants restent paisiblement dans Syntagma #6ngr#rbnews via @Inflammatory_
    il y a 6 heures
  14. A7A_5rKCQAAqPj0.jpg
    Okeanews
    #Grèce TR @VeriasA: Le bloc SYRIZA vient juste d'arriver devant le parlement #rbnews#6ngrpic.twitter.com/Tdm5soAd
    il y a 6 heures
  15. Okeanews
    Le parti des grecs indépendants manifestera demain 17h près du Parlement. Ts les députés sauf le pte parole seront présents. #7ngr#rbnews
    il y a 6 heures
  16. A7A_mWBCIAApolr.jpg
    Okeanews
    #Grèce RT @VeriasA: Scene now outside Parliament; calm cops not wearing masks #rbnews#6ngrpic.twitter.com/9xOp6s1S
    il y a 6 heures
  17. Okeanews
    #Grèce #6ngr plusieurs bâtiments occupés à Heraklion, Crete: Admin régionale, Mairie, Impots,Education via @leftgr#rbnews via @northaura:
    il y a 6 heures
  18. Okeanews
    #Grèce #6ngr 2000-2500 personnes ont manifesté à Yiannena nord #Grèce via @elina3225@catalternative#rbnews via @Inflammatory_
    il y a 6 heures
  19. A7A9vmhCMAAqpgu.jpg
    Okeanews
    RT @northaura: People are packed now in front of the Parliament at #syntagma sq. via @mindthecampic.twitter.com/s6kmOooG#6ngr#Greece#rbnews
    il y a 6 heures
  20. Okeanews
    #Grèce #6ngr MTR @aponenoimenos: un neonazi aurait été reconnu au milieu des manifestants à #Syntagma et aurait été tabassé via @monahus
    il y a 6 heures
  21. Okeanews
    #Grèce Des personnes cagoulées font leur apparition place #Syntagma. Elles avaient été apercues plus tot ds le centre d'#Athènes #6ngr
    il y a 6 heures
  22. A7A5HeoCQAE5EKX.jpg
    Okeanews
    #Grèce La prefecture de Crete est aussi occupée par les manifestants à Heraklion, photo via @krjoanpic.twitter.com/F9gdtwSB#rbnews#6ngr
    il y a 7 heures
  23. A7A44QUCcAAQAHO.jpg
    Okeanews
    #Grèce #Syntagma la police anti-émeute met les masques; syndicats & SYRIZA arrivent av. Stadiou #rbnews#6ngrpic.twitter.com/xzJq977F
    il y a 7 heures
  24. Okeanews
    #Grèce 2000-2500 participants à la manifestation de #Giannena via @Elina3225#6ngr#rbnews via @IrateGreek
    il y a 7 heures
  25. A7A49JPCEAAyGRy.jpg
    Okeanews
    #NoTranslationNeeded#Grèce RT @VeriasA: I don't have sex the government is fucking me everyday #6ngrpic.twitter.com/QJix1U1J
    il y a 7 heures
  26. A7A4jPkCEAACuDw.jpg
    Okeanews
    TR @IrateGreek: #Grèce Carte de #Syntagma. En rouge : la police bloque, bleu : route des manifestants. #rbnews#6ogrpic.twitter.com/nWLwClj1
  27. A7A3_EFCcAAId6f.jpg
    Okeanews
    #Grèce TR @VeriasA: La police anti-émeute garde le parlement #6ngr#rbnewspic.twitter.com/bRSf6CuJ
    il y a 7 heures
  28. Okeanews
    TR @IrateGreek: #Grèce Bureau des impots d'Heraklion, Crete, occupé par les manifestants v @polyfimos#rbnews
    il y a 7 heures
  29. Okeanews
    #Grèce Ch. taxi s'arrêtent, psdt syndicat: «Celui qui agit comme provocateur sera récupéré et remis à la police" #6ngr via @IrateGreek
    il y a 7 heures
  30. Okeanews
    #Grèce Certains blocs de manifestants vont autour de la police. Ch. de taxi vont vers la barrière de police à côté de parlmt. #rbnews#6ngr
    il y a 7 heures
  31. Okeanews
    TR @OzMa13: TR @tasos_hardcore grosse manif à #Patra . ~5-6.000 pers. la marche se termine vers la mairie occupée par les employés #6ngr
    il y a 7 heures
  32. A7A0wyQCEAA4-Ww.jpg
    Okeanews
    #Grèce MTR @News247gr: Tsipras: «Les élections maintenant pour arrêter la destruction." #6ngrpic.twitter.com/81l2vX26
    il y a 7 heures
  33. Okeanews
    Les députés du SYRIZA et leur leader Alexis Tsipras participent à la manifestation #6ngr#rbnews#Athènes #Grèce via @lampos
    il y a 7 heures
  34. A7AwgYYCYAAgrmh.jpg
    Okeanews
    TR @Inflammatory_: "Vous endommagez le pays - partez mtnant", banderole du Syriza pic.twitter.com/825lg8HK via @leftgr#6ngr#rbnews#Grèce
    il y a 7 heures
  35. Okeanews
    #Grèce PAME part de la place Syntagma #rbnews#6ngr via @MakisSinodinos
    il y a 7 heures
  36. A7AwyzxCIAAZGRM.jpg
    Okeanews
    #Grèce Police anti-émeute place Syntagma Photo @MakisSinodinos#rbnews#6ngrpic.twitter.com/vYBxt1a4
    il y a 7 heures
  37. A7AvGXXCYAAPiRJ.jpg
    Okeanews
    #Grèce MTR @Inflammatory_: Rue Patission ds le centre d'#Athènes. Le bloc Syriza pic.twitter.com/RHKTd7nY@mindthecam#rbnews#6ngr
    il y a 7 heures
  38. Okeanews
    #Grèce Il semble que la manifestation à Thessalonique est très importante (@gazakas, @aresburas & +) #rbnews#6ngr via @IrateGreek
    il y a 7 heures
  39. Okeanews
    #Grèce MTR @OzMa13: TR @alterthess 1ere estimation à Thessalonique : 6.000 PAME & 13.500 manifestants #6ngr
    il y a 7 heures
  40. Okeanews
    TR @IrateGreek: #Grèce PAME tjs devant le parlement. Av. Stadiou qui mène à #Syntagma bondée via @polyfimos#rbnews#6ngr
    il y a 7 heures
  41. A7AnXVXCcAAl3VQ.jpg
    Okeanews
    MT @Krotkie: TR @MakisSinodinos: Barrières en metal protegeant parlement et police à #syntagma#grèce #rbnews#6ngrpic.twitter.com/GvxpCEaQ

 

*Suite sur l'article suivant (Même titre, partie 2)...

 

 

Dans le cas ou vous souhaitez partager article, vous devez a minima copier également le texte ci-dessous (en conservant le lien) :
source : OkeaNews

Merci de votre compréhension

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:10

 

 

Par Okeanos

6 novembre 2012 - 11:54

(dernière modification le 6/11/2012 - 18:12)

 

*2ème partie, la partie 1 est visible sur l'article précedent

 

 

La Grèce est en grève générale aujourd’hui et demain en réaction au vote du 3ème Mordorandum.


  1. Okeanews
    TR @IrateGreek: Plus de policiers anti-émeute derrière le parlement via @dikeram #6ngr yfrog.com/esdcjsxj #Grèce #rbnews
    il y a 7 heures
  2. Okeanews
    #Grèce un manifestant serait détenu dans le centre d'#Athènes (rue Marnis). via @Inflammatory_ via @mindthecam #6ngr #rbnews #greece
    il y a 8 heures
  3. Okeanews
    #Grèce RT @Inflammatory_: #rbnews Environ 600 chauffeurs de taxi à Athènes place Karaiskaki ont rejoint la manifestation #6ngr
    il y a 8 heures
  4. Okeanews
    Les travailleurs de PAME devant le parlement pic.twitter.com/GPjMLbXR Travailleurs municpaux marchent vers Syntagma @stathisgr #6ngr #rbnews
    il y a 8 heures
  5. Okeanews
    #Grèce #6ngr MTR @News247gr: Photo d'un agriculteur qui manifeste en tracteur #6ngr pic.twitter.com/h0ghCaGd
    il y a 8 heures
  6. Okeanews
    MTR @Inflammatory_: La police est en mode controles “stop and search” via @koukopoulos #6ngr #greece
    il y a 8 heures
  7. Okeanews
    #Grèce La marche à Mytilene/Lesbos a commencé via @IrateGreek v @blacktom1961 #rbnews #6ngr
    il y a 8 heures
  8. Okeanews
    MTR @IrateGreek: #Grèce @koukopoulos rapporte contrôles ID aléatoires par la police, a vu 2 autre cas près de #Syntagma #rbnews #6ngr
    il y a 8 heures
  9. Okeanews
    Manif à Kalamata. Les manifestants ont une carte de la #Grèce avec un autocollant "Epuisé" pbs.twimg.com/media/A7AmGaa... via @OzMa13 #rbnews #6ngr
    il y a 8 heures
  10. Okeanews
    #Grèce Le batiment de math & physics de l'univ de Thessalonique est occupé par des étudiants v @IrateGreek & @northaura #rbnews #6ngr
    il y a 8 heures
  11. Okeanews
    #Grèce RT @OzMa13: TR @KostasKorelis photo of the metal fence of Police at Vas. Sofias St. pbs.twimg.com/media/A7Ak2xE... #6ngr #rbnews
    il y a 8 heures
  12. Okeanews
    #Grèce GSEE se rassemble à Athénes v @mindthecam pic.twitter.com/SNcRNACr marche PAME v @Stathisgr pic.twitter.com/O3p2g4sM #6ngr #rbnews
    il y a 8 heures
  13. Okeanews
    RT @BruceKnightJD: Starting to hear chants down on street level in #Athens. #6ngr
    il y a 8 heures
  14. Okeanews
    MT @OzMa13: #Greece "future they prepare, doesnt fit us.RiseUp evwhere against austerity of #troika" twitpic.com/barsqo v @krogias #6ngr
    il y a 8 heures
  15. IrateGreek
    #Greece Students' march is reaching Kamara now to join primary-level unions in Thessaloniki. #skg #6ngr #rbnews via @AndreasKakaris
  16. Okeanews
    MTR @IrateGreek: #Grèce Manifestation à Larissa via @hariseldon2 pic.twitter.com/xBDNmFUq #rbnews #6ngr
    il y a 8 heures
  17. Okeanews
    MTR @Inflammatory_: Etudiants de Veroia nord #Grèce manifestent contre coupes ds l'éducation youtube.com/watch?feature=p... #6ngr #rbnews
    il y a 8 heures
  18. IrateGreek
    #Greece Athens TR @mindthecam: #rbnews #6ngr Gathering of primary-level unions in Patision avenue twitpic.com/barrrn
  19. Okeanews
    MTR @IrateGreek: #Grèce Les rues du centre de Thessalonique fermées au trafic via @AndreasKakaris #skg #rbnews #6ngr
    il y a 9 heures
  20. Okeanews
    MTR @IrateGreek: #Grèce Le groupe de PAME part de la place Omonia , photo via @RedRevolution1 twitter.com/RedRevolution1/... #6ngr #rbnews
    il y a 9 heures
  21. Okeanews
    #Grèce MTR @Inflammatory_: Les travailleurs municipaux rue Patision - centre d'#Athènes twitpic.com/barplh @mindthecam #rbnews #6ngr
    il y a 9 heures
  22. Okeanews
    #Grèce A. Papariga,leader du parti communiste (KKE) appelle à la désobéissance civile contre les décisions du gouv et le syst. #rbnews #6ngr
    il y a 9 heures
  23. Okeanews
    MTR @IrateGreek: #Grèce Les rues autour de la place Omonia bloquées en raison du rassemblement de PAME. v @RedRevolution1 #6ngr #rbnews
    il y a 9 heures
  24. Okeanews
    MTR @IrateGreek: #Grèce Grosse présence policière à #Syntagma, photo via @MakisSinodinos #rbnews pic.twitter.com/WTB5F3Qy #6ngr
    il y a 9 heures
  25. Okeanews
    MTR @IrateGreek: #Grèce Les syndicats se rassemblent pour une manifestation à 11h sur l'ile de Mytilene/Lesbos #6ngr #rbnews v @blacktom1961
    il y a 9 heures
  26. Okeanews
    #Grèce MTR @teacherdude: les manifestants se rassemblent à Thessalonique et se préparent à leur marche contre le nouveau #mordorandum #6ngr
    il y a 9 heures
  27. Okeanews
    #Grèce le syndicat PAME est déjà place Omonia à #Athènes youtube.com/watch?v=xG_PDw1...#6ngr #rbnews via @Inflammatory_ & @redrevolution1
    il y a 9 heures
  28. Okeanews
    #6ngr #Grèce Les gens se rassemblent pour la manifestation de PAME (syndicat communiste) à Thessalonique, place Aristotelous #rbnews
    il y a 9 heures
  29. Okeanews
    #Mordorandum3 RT @Linformatrice: #Grèce: Le gvt composé de traîtres s'apprête à imposer à la population un énième plan de rigueur.
    il y a 10 heure

Dans le cas ou vous souhaitez partager article, vous devez a minima copier également le texte ci-dessous (en conservant le lien) :
source : OkeaNews

Merci de votre compréhension.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22