Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 18:19

 

 zad.nadir.org

dimanche 11 novembre 2012, par zadist


On a changé l’ordre de FLash Info, le fil d’info est haute maintenant, les Infos génerales sont dessous


Fil d’infos

 

- 17h14 : journée se passe plutôt calme, des reunions et ateliers a droit a gauche, de tractage sur la site même et des rencontres chouettes sur la fete-crepes au barricade.

autre petite annonce : on recherche des gens qui peuvent photocopier tracts et affiches pour la manif : ils disparaissent aussi vite qu’ils arrivent : si vous avez un super plan photocopies, faites les chauffer : vous pouvez les poser à la Vache rit ou à B17, et ils seront tractés et distribués dans la seconde ! (ils sont disponibles ici)

- 11h55 : ANNONCE : a partir de 14H - "Street-Crépes-Party" à la Barricade sud vers le Phare Ouest - crépes, musique, l’art, jonglage, tout pour passer un bout de dimanche après midi sous la soleil de automne !!!

- 10h50 : phui ;, grasse mat pour tout le monde, on en a besoin :) sinon, tout se passe bien sur la Zad, pas de flicalle, il fait beau, faut construire !!

 

 


 

Pour tous les RDVs à venir, voir ICI

Voir aussi l’agenda de l’Acipa .

il y a besoin de monde pour préparer la manif de réoccupation, : voyez les RDV PAR LÀ-BAS.

Tout les Infos concernante la Manifestation reoccpation le 17 Novembre ICI

ICI des RDV que des camarades de lutte nous ont fait savoir.

Une Carte bonne résolution ICI

LA MANIF DE REOCCUPATION AURA LIEU LE 17 NOVEMBRE ! On a besoin de vous pour la préparer ! Voir ICI. On vous invite notamment à coller les affiches et tracter pour annoncer ça autour de chez vous.

For english translations of the Flash info see HERE All translated english HERE and here different other languages ITALIANO/ ESPAGNOLE ou resiste.squat.net/ NETHERLAND/ Infos in GERMAN

Voir PAR LA pour des infos générales, comment venir sur place, photos et vidéos, bilan de la semaine passée, matos à ramener (mis à jour aujourd’hui lundi 29)...

Un campement est installé dans un champ, entre la Vache Rit et la Rolandière (sur la D81 entre Les Ardillières et Vigneux) On cherche des chapiteaux, barnums, ou autres structures. On cherche aussi des chauffages à gaz ou à pétrole, des matelas et des couvertures. Faites-nous signe si vous pouvez nous prêter ça !

AIDE/HELP  : on en a besoin de traductions en anglais mais également des autres langues. Notamment les Flash infos et l’appel aux actions décentralisées // We could need some help with translations in english but also in other languages, mostly for the flash info since sunday and the call out for decentralized actions !!!!! Thank you !!


Rendez-vous

RDV quotidiens :
- Notre Dame des Landes, à partir de 9h : permanence sur la place de la poste (local des Syndicats - angle opposé à la Mairie) pour déplacement sur la zone
- Nantes, à partir de 10h : vigie citoyenne au Pont Morand
- Nantes, à 19h à présent un soir sur deux : rassemblement devant la préfecture (les prochains : vendredi 9)
- Rennes, à 18h tous les soirs : point à la maison de la grève

RDV Aujourd’hui :

- 11 novembre, Rouen : tractage

rdv 10h place st marc,

- dimanche 11 novembre 2012,NDDL : flashmob en chanson de 14h30 à 16h30 salle des chênes, adosséee à la Mairie de Notre Dame des Landes nous proposons un atelier flashmob sur la chanson de Notre Dame des Landes de Dominique Loquais.

Le COOPA, collectif d’Orvault.

- dimanche 11 novembre, Rochefort en Terre : Soirée projections/discussion autour des tentatives d’expulsions sur la Zad

au Café de la Pente à partir de 20h Rochefort en Terre (56). Voici l’intitulé :

Voilà presque quatre semaines que l’opération César a commencé sur la Zad. Les décideurs et leurs légions ont réussi à raser des maisons, des cabanes, des jardins, mais pas à entamer la détermination des résistants anti-aéroport. Ils aimeraient que leur sale boulot n’ai pas d’écho et que les habitants se divisent mais c’est l’inverse qui se passe. Plus la flicaille ravage la zone, plus les opposants arrivent pour la défendre et reconstruire, plus les liens se font forts. Plus ils annoncent qu’ils maitrisent le terrain et que rien d’important ne s’y joue, plus les témoins et les barricades affirment le contraire, plus les actes et les manifestations de solidarité se multiplient. Nous voulons également afficher notre solidarité avec les occupants de cette Zone A Défendre, en projetant quelques reportages et courts-métrages sur cette lutte. Ces films pourront être l’occasion de discuter des rendez-vous futurs, notamment de la manifestation de réoccupation du 17 novembre, et de s’y préparer.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 18:16

 

zad.nadir.org

dimanche 11 novembre 2012, par zadist

 


A Boulogne sur mer

Rassemblement de soutien à partir de 13h30 devant le théâtre Monsigny de Boulogne-sur-mer

pour celleux qui ne peuvent pas se rendre sur la ZAD, un rassemblement de soutien le même jour !

Boulogne étant la ville de Frédéric Cuvilier, le ministre des transports, celui qui fait de charmantes déclaration à l’assemblé nationale au sujet des ZADistes !

A Rouen

Rassemblement le samedi 17 novembre à 14 h Gare de Rouen En solidarité avec la Zone à défendre de Notre Dame des landes

Collectif de solidarité Zones à Défendre – Rouen / Notre-Dame-Des-Landes

Aéroport de Notre Dame des Landes : Grand Projet Inutile Stop à la répression ! Vinci dégage !

Depuis le mardi 16 octobre, un millier de CRS et de gendarmes mobiles ont investi un coin de bocage de la campagne nantaise. Pourquoi ce déploiement de force ? Pour évacuer les 150 occupant-e-s des maisons retapées et des champs où ils vivent depuis 3 ans, dans une campagne sur les 2000 ha que le projet d’aéroport bétonnerait. Le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, conçu dans les années 60, n’est pas adapté au monde actuel : - le transport aérien, grand émetteur de gaz à effet de serre et réservé à l’élite du monde est injuste et nuisible. - La construction d’un tel équipement (superflu !) est un gouffre financier (530 millions pour VINCI et 3 milliards d’euros minimum d’argent public - apport à la construction de l’aéraoport + desserte et connexion autoroutière + connexions réseau ferroviaire etc - ), alors qu’on nous demande de réduire la dette et qu’on crée tous les jours de nouveaux impôts pour équilibrer le budget de la France. A Nantes, l’aéroport existant est largement sous utilisé (7 rotations max/h, couramment 3/h, pour 34 possibles). - Comme le paquebot France, Superphénix ou encore le Concorde, qui ont fini à la ferraille, une fois les milliards dépensés, ce projet est un grand projet inutile. Il n’est destiné qu’à profiter aux capitaux de VINCI, son constructeur. Face à ce projet, une résistance locale n’a cessé de demander le dialogue et a produit expertises et procédures pour montrer l’aberration économique, sociale et environnementale. Des jeunes ont bâti là-bas un nouveau mode de vie, basé sur l’autosuffisance, le travail collectif, le partage des récoltes, la solidarité : ils ont ouvert une voix à un autre mode de vie. Ils sont installés au sein de la zone réservée à la construction et font l’objet des violences actuelles de la part des forces de l’ordre, alors qu’ils sont pacifistes et soutenus par tous les opposants au projet. La lutte prend désormais une dimension nationale et internationale, qu’il faut renforcer de toutes nos forces.

Le 17 novembre, nous serons présents à Notre Dame des Landes et à Rouen, pour la manifestation de réoccupation de la ZAD [zone d’aménagement différé, rebaptisée zone à défendre] et contre la destruction des expériences collectives d’une autre vie possible. Notre-Dame-des-Landes devient le symbole des résistances qui opposent des alternatives de vie à des projets mortifères et injustes. “Tout y est : accaparement et bétonnage des terres, destruction du bocage, des zones humides et de la biodiversité, augmentation du réchauffement climatique, le tout orchestré au profit d’une multinationale, Vinci, devenue grand aménageur et assurant la confusion entre intérêts publics et privés”.

soutien.rouenlazadetnddl@riseup.net

A Bordeaux

Le samedi 17 novembre, une grande manifestation de réoccupation s’organise sur la Z.A.D. Nous espérons que nous serons nombreux à pouvoir rejoindre les compagnons qui résistent. https://zad.nadir.org/spip.php?article66

Pour les bordelais-e-s qui ne pourraient se déplacer, le D.A.L33, le C.L.A.P33 et O.P.A vous proposent de se rassembler

le même jour à 15h, place Pey-Berland.

Amenez vos tracts et informons les habitants de la Belle Endormie du bouillonnement de Notre Dame Des Landes, de la violence de la précarité dans leur si propre ville.

Bordeaux, le 8 novembre 2012

- Communiqué du Droit Au Logement – D.A.L33 du collectif Contre Les Abus Policiers – C.L.A.P33 de l’Orchestre Poétique d’Avant-guerre – O.P.A

Le 27 octobre 2012, la Ministre du logement a promis de se pencher sur la loi de réquisition et éventuellement de l’appliquer… s’il y avait urgence.

Le lendemain, un sans-abri est trouvé mort de froid à Paris.

Et dans les faits, pour le gouvernement, l’urgence, ce sont plutôt les expulsions et celles-ci vont bon train aux quatre coins de France.

A Bordeaux, Paris, Toulouse, Rennes, Bussière-Boffy, à Notre Dame des Landes…, individus, familles, militantes, paysan-ne-s, demandeurs d’asiles, Rroms… sont jeté-e-s à la rue. http://www.opa33.org/expulsions-par...

Une rue que le Président normal trouve donc plus salubre que les habitats vides légitimement reconquis par ceux qui n’ont pas d’autres choix ; plus salubre donc que les lieux divers animés par ceux qui choisissent une forme certaine d’autonomie.

Ces expulsions sont systématiquement accompagnées d’abus et/ou de violences policières, de pressions juridiques.

Et de violence tout court quand on crame des affaires personnelles, quand on arrache des fenêtres et des portes pour rendre un lieu définitivement inhabitable, quand on mure un bâtiment en laissant gosses et parents sur le trottoir, quand on détruit cabanes, maisons, potagers… pour défigurer la nature et faire voler des avions !

ASSEZ !

La veille, le vendredi 16 novembre, nous vous convions à un concert de soutien pour le D.A.L33. Pour des sous mais surtout pour des rencontres. Rendez-vous à 19h – Bar Tabac – Place St Michel Avec O.P.A (Improvisations) et Breaking Fuel (Rock Progressif) http://gironde.demosphere.eu/node/2110

Depuis quelques mois, il y a eu un vrai changement. La situation s’aggrave. Face à cette dérive, la solidarité reste notre meilleure arme.

Merci de faire tourner dans vos réseaux.

Le Droit Au Logement – D.A.L33 http://dal33.over-blog.com/

Le collectif Contre Les Abus Policiers – C.L.A.P33 http://clap33.over-blog.com/

L’Orchestre Poétique d’Avant-guerre – O.P.A http://www.opa33.org/

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 18:09

 

Faits de société samedi 10 novembre 2012


Ce matin à 11 h, une quarantaine de Lannionnais se sont donnés rendez-vous devant l’hôtel de ville. Ce rassemblement lancé par l’organisation « Alternative libertaire » visait à soutenir les militants opposés au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ces derniers temps, les violences entre militants et force de l’ordre se sont nettement renforcées dans le bocage nantais. En témoignent les expulsions forcées d’habitants, notamment le 16 octobre dernier.

« Il faut étendre la mobilisation à toute la Bretagne »

Constatant l’absence de réactions au niveau local, Serguei. M a pris cette initiative dans « l’urgence. Ce combat dure depuis 40 ans, et là on assiste à une « accélération de l’histoire ». Il faut donc que la mobilisation s’étende à toute la Bretagne pour dénoncer la répression qui s’est abattue sur les ruraux sur place. Depuis longtemps, ils essaient de développer l’agriculture de proximité, mais on veut les chasser au nom d’un projet mégalomaniaque, inutile et coûteux qui va manger des terres et tuer la biodiversité », assure ce membre d’Alternative Libertaire.

Le parti Breton, Solidarités et la CNT ont également uni leur force dans ce combat. Ce samedi, le collectif 35, EELV et l’Alliance Citoyenne organisaient une grande manifestation à Rennes.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 16:24

 

Du collectif de soutien à Notre Dame des Landes

 

 

Bonjour,
 
Pour nous rendre le plus nombreux possible à Notre Dame des Landes. Beaucoup de gens se mobilisent. Voici les dernières nouvelles du stand d'info de Nîmes :
 
Un bus est possible pour la manif de réoccupation à Notre Dame des Landes. Il partira de Millau (Aveyron) le vendredi soir. Il reviendra le samedi soir.
Le prix est de 45 euros l'aller-retour.
On peut envisager le covoiturage pour se rendre de Nîmes à Millau.
Il est nécessaire de donner une réponse AVANT LUNDI à l'organisateur de ce bus, Aurélien, à l'adresse suivante :
 
aurelienorain@hotmail.fr
 
Téléphone : 06 82 25 16 87 / 04 66 32 29 01
 
Autre possibilité, pour rester plus longtemps sur place, le covoiturage pour un départ jeudi et un retour mardi ou mercredi contactez : jerome.gon@gmx.fr
 
Enfin, pour du covoiturage pour la manif et aussi la collecte de matériel de construction, vêtements chauds etc. qui seront amenés là-bas aux occupants, et également pour prévoir l'hébergement là-bas contactez Stéphanie. Elle partira d'Alès, et elle est en contact avec des gens là-bas qui pourront prévoir l'hébergement. Voici son mail : lamie.doulibre@orange.fr

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 12:31

 

 

 

«Prenons la Bastille d'iode», le deuxième rassemblement mensuel antinucléaire en soutien à la population japonaise, aura lieu ce dimanche 11 novembre à la Bastille à 14h, co-organisé par Sortir du nucléaire Paris et Yosomono-net France (le réseau des ressortissants japonais). Il est associé au grand rassemblement organisé par la coalition antinuclaire de Tokyo qui va occuper les quatiers de ministère et du Parlement, ainsi qu'à des actions à Londres, à Berlin, à Berne et à Florence. Notre action en Europe est retransmise en direct sur internet par un média indépendant japonais, IWJ. A Paris, plusieurs interventions auront lieu ainsi que des animations originales : la danse des femmes de Fukushima, kansho odori (que nous avons déjà présenté le 13 octobre lors de notre premier rassemblement), les chants de l'archipel d'Okinawa, l'encerclement de la maquette du Parlement japonais etc. 

Je vais vous présenter mon intervention ici.

"La politique du gouvernement japonais à rebours de l'opionion majoritaire" (2)

Aujourd'hui, ce sont plus de 100 actions qui ont eu lieu un peu partout au Japon pour réclamer l'arrêt du nucléaire, avec un rassemblement gigantesque à Tokyo, à la fois autour du Parlement, de plusieurs ministères et du siège de TEPCO.

Le réseau international de ressortissants japonais, Yosomono-net, organise des actions de soutien à ces mobilisations à Londres, à Berlin, à Berne, à Florence et à Paris. Pour nous, ici, c'est le deuxième rassemblement mensuel co-organisé par Sortir du nucléaire Paris et Yosomono-net France.

Mon intervention porte encore une fois sur "la politique du gouvernement japonais à rebours de l'opinion majoritaire", car cette situation scandaleuse et anti-démocratique perdure alors que la catastrophe de Fukushima est toujours en cours : plus de 160 000 réfugiés de la région de Fukushima sont toujours sans espoir de retour chez eux, et la population est confrontée au problème de la contamination radioactive des aliments, et craint des conséquences sanitaires graves, notamment pour les enfants.

L'immense majorité, plus de 80% de la population japonaise réclame le "nucléaire zéro", en multipliant des manifestations qui dépassent parfois 100 000 personnes. Voir descendre dans la rue des femmes et des hommes "ordinaires", et constater que cela se répète toutes les semaines, notamment devant le Cabinet du Premier ministre, c'est un événement absolument inédit au Japon. Et je ne comprends pas ou, plutôt, je ne comprends que trop, pourquoi les politiques ainsi que les grands médias, notamment la télé et la presse étrangère continuent de faire la sourde oreille à ce phénomène de société.

Actuellement, il n'y a que deux réacteurs en activité au Japon, ceux de la centrale d'Ooi dans la préfecture de Fukui. Et il n'y a pas de pénurie d'électricité. Même si cela coûte économiquement d'importer plus de combustibles fossiles, la population préfère éviter un autre accident nucléaire en demandant l’arrêt de cette centrale et en s'opposant au redémarrage de toutes les autres. Car, début novembre, un sismologue respecté a conclu, après une enquête sur place, à la probabilité très forte de l'existence de failles actives sous la centrale de Ooi, comme d'ailleurs sous d'autres centrales au Japon.

Or, l'autorité de régulation nucléaire (NRA), le nouvel organisme de sûreté mis en place par le gouvernement mi-septembre, a ordonné une nouvelle enquête. Les membres de cet organisme ont été nommé par le gouvernement sans aucune discussion au Parlement, et en dépit de la protestation de l'opinion publique, alarmée en apprenant que sur ses 5 membres 4 sont des pro-nucléaires notoires.

Cet organisme a pondu fin octobre "les nouvelles directives des mesures d'urgence en cas d'accident nucléaire", immédiatement critiquées par les associations et les collectivités locales, parce qu'elles sont basées sur le même schéma d'évacuation de cercle concentrique et ne mentionne aucune mesure concrète comme la distribution de pastille d'iode. Bref, pratiquement aucune leçon de l'expérience de Fukushima n'a été intégrée dans ces directives. De plus, la carte de simulation constituant la base de ces directives, établie par une structure dépendante de l'Autorité de régulation (JNES), comportait plusieurs erreurs qui ont été immédiatement repérées. Cette structure va d'ailleurs présenter un plan de démarrage d'essai du surgénérateur Monju, en contradiction avec l’annonce du "nucléaire zéro à l'horizon 2040" faite par le gouvernement en septembre.

Un autre scandale a éclaté récemment : sur les cinq experts que comprenait la cellule qui détermine les nouveaux critères de sûreté des réacteurs, dépendante de la même NRA (autorité de régulation) quatre ont reçu de l'argent des industries nucléaires (le constructeur Mitsubishi Jûkô entre autres). Par ailleurs, le gouvernement japonais qui va accueillir le Premier ministre indien du 15 au 18 novembre projette de négocier un accord de collaboration pour l'industrie nucléaire.

Tout cela démontre qu’au coeur des centres de décision, personne n'a renoncé à la poursuite du nucléaire. L'autre versant de la politique des autorités japonaises est le déni des conséquences sanitaires de la contamination radioactive dont parlera ensuite Haruko Boaglio, mais je tiens à vous signaler le résultat de l'enquête de Greenpeace concernant des mesures de radioactivité effectuée dans la préfecture de Fukushima. Elle a eu lieu à la mi-octobre dans 410 emplacements de la ville de Fukushima ainsi qu’à IItaté-mura. Ils ont découvert que leurs appareils de mesure affichaient un niveau de radioactivité bien supérieur à celui des moniteurs de mesure installés par les autorités. Il semblerait que les emplacements officiels aient été préalablement décontaminés pour que le moniteur affiche une valeur inférieure à la réalité. Suite aux critiques, le Ministère de l'éducation et des sciences a répondu que 675 moniteurs de mesure affichaient une valeur de radioactivité 10% inférieure, à cause de la batterie qui empêchait une partie des rayonnements ionisants d'atteindre l'appareil. Or, Greenpeace a constaté des cas plus graves ou les chiffres officiels étaient jusqu'à 4 à 5 fois inférieur à leurs mesures. Voici un exemple parmi d'autres de l'attitude des autorités japonaises qui continuent à minimiser ou à camoufler la contamination radioactive en cours.

J'ajoute également un énième mensonge de TEPCO sur les travailleurs intervenant sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi. Chaque jour, 3 000 travailleurs continuent d'intervenir sur le site dans des conditions extrêmement difficiles où le manque de contrôles sur la radioprotection est criant. TEPCO prétendait que 24 000 personnes étaient inscrites sur la liste des intervenants pour assurer le "turn-over"(la rotation). Or, on a découvert que 16 000 personnes étaient déjà rayées de cette liste, soit qu’elles avaient déjà atteint la dose autorisée, soit qu’elles étaient parties à cause des conditions de travail trop dures ou inacceptables. Comment TEPCO pourra-t-il mener à bien les diverses interventions nécessaires qui vont durer au moins 30 ou 40 ans?

La liste de ces mensonges serait trop longue à citer, chaque jour apporte un nouveau fait ou une nouvelle révélation de la mascarade organisée autour de la catastrophe de Fukushima. Or, la presse internationale n'en parle pratiquement plus, les dirigeants ont entériné le fait accompli de la mise en danger de la population par une oligarchie politico-économique. Et les habitants de Fukushima se sentent de plus en plus abandonnés. Comme l'a fait remarquer le jeune Japonais venu à Paris pour le rassemblement du 13 octobre dernier, si l'on accepte ce qui se passe à Fukushima et au Japon maintenant, le sort des habitants de Fukushima sera le nôtre en cas d'accident grave en France. Soyons vigilants et restons informés pour soutenir celles et ceux qui luttent et souffrent là-bas.

Prenons la Bastille d'iode pour une révolution énergétique ! Et allons encercler le Parlement japonais à l'instar de nos amis japonais !

 

Yûki Takahata  le 11 novembre 2012

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Fukushima
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 18:08

 

ouest-france.fr


lemurdelapresse.com

 

 

alvinet.com

 

alvinet.com

 

  alvinet.com


 

  lyonne.fr

 

 

  alvinet.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 17:57

 

 

Photos issue de ".lemensuel.com"

 

Rennes: manifestation contre le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes avant un rendez-vous à haut risque

 

Nouvel Observateur - Créé le 10-11-2012 à 16h40 - Mis à jour à 18h01

 

                                                                                                                                                                                                                  RENNES (Sipa) -- Entre 3.000 et 3.500 personnes, selon les organisateurs, 500, selon la police, ont défilé samedi à Rennes (Ille-et-Vilaine) avec l'appoint d'une centaine de tracteurs pour protester contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans le département voisin de Loire-Atlantique. Les manifestants répondaient à l'appel de collectifs écologistes, de syndicats paysans et de formations de la gauche radicale ainsi que d'Europe Ecologie/les Verts (EELV).

 

"Nous sommes aux côtés de ceux qui mènent le combat, sans états d'âme et sans ambiguïté", expliquait à Sipa René Louail, conseiller régional EELV de Bretagne. "Notre-Dame-des-Landes n'a pas fait partie de l'accord (électoral) entre Europe Ecologie/Les Verts et le PS car aucun accord n'était possible" sur ce sujet, a-t-il ajouté. La ministre du Logement Cécile Duflot avait rappelé fin octobre l'opposition de longue date de son parti à ce projet défendu par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Le chef du gouvernement, député-maire de Nantes jusqu'à sa nomination à Matignon, était la cible principale des manifestants. "Ayrault atterris! Arrête ton projet! Sauve le climat", proclamait une banderole.

Des slogans "non aux expulsions", "la terre aux paysans" ou encore "des moissons, pas de béton" figuraient sur les pancartes accrochées aux cabines de tracteurs. "L'aéroport, c'est au moins 2.000 hectares de terres agricoles sacrifiées, l'équivalent de 50 exploitations, sur des zones humides que la France est censée protéger", a expliqué à Sipa René Pouëssel, de la Confédération paysanne qui avait aussi appelé à manifester.

Pendant plus d'une heure, de nombreux orateurs se sont succédés pour dénoncer un projet "stupide", "destructeur", "insensé au moment où le gouvernement annonce la réduction drastique des subventions aux collectivités locales".

Serpent de mer apparu dans les années 1960, le projet de construction du nouvel aéroport, décidé par la droite mais repris par le gouvernement issu des élections du printemps, est entré dans une phase active ces dernières semaines avec le début des expulsions pour une mise en service prévue en 2017.

Des échauffourées parfois violentes ont opposé sur le site les forces de l'ordre et les opposants au projet.

"Aujourd'hui, il y a une attaque frontale avec la présence de quelque 1.300 policiers et gendarmes. Ce contexte participe à l'amplification de la mobilisation", selon Patrick Anne, un des organisateurs de la manifestation rennaise.

Les opposants ont annoncé une journée de "réoccupation unitaire et populaire" des terres samedi 17 novembre. Plus de 40.000 personnes pourraient se retrouver sur place, selon une source policière, qui confiait que "cela risque d'être beaucoup moins calme qu'aujourd'hui à Rennes".

xcur/sb

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 17:46

 

 

 

Par Okeanos

10 novembre 2012 - 19:53
(dernière modification le 10/11/2012 - 20:06)

 

Mercredi avait lieu le vote du nouveau paquet de mesures d’austérité. Les médias ont beaucoup parlé de ‘mesures votées de justesse’, ‘dans un climat difficile’, avec des ‘manifestations émaillées de violences’.

 

Parlement grec en 2009 (source WikiPédia)

Parlement grec en 2009 (source WikiPédia)

 

Pour ceux qui suivent vraiment l’actualité grecque heure par heure, la journée fut un peu … différente (tout est encore là). Mercredi, au parlement, chacun aurait pu assister a ce qu’on peut appeler un coup d’Etat parlementaire. Rembobinons les évènements et tentons de bien cerner le problème.

En début de journée, les députés du Syriza et  des Gres Indépendants proposent une motion contre le nouveau texte du mémorandum. Syriza et les Grecs Indépendants avaient une objection sur la compatibilité du projet avec la Constitution. Selon les rapporteurs des deux partis, les paragraphes concernant les coupes des salaires et des pensions étaient anticonstitutionnels, ainsi que la procédure d’urgence par laquelle le projet a été déposé au Parlement, puisque celle ci ne laisse que 10 heures de discussions, alors que plusieurs membres du Parlement n’avaient reçu le texte que le matin même.

Il faut noter que le parlement était à moitié vide à cet instant précis.

Le Président du Parlement, M. Evangelos Meimarakis, a demandé aux députés présents à ce moment là de se lever pour indiquer s’ils étaient d’accord avec l’objection. Selon son jugement, ceux qui se sont levés étaient moins nombreux et  il a donc rejeté l’objection. Les députés de Syriza et des Grecs Indépendants ont fortement insisté disant que l’objection avait été approuvée et ils ont demandé un vote nominatif, ce qui a été accepté par le Président.

Accepté, mais pas de vote nominatif immédiat puisque le président du parlement a arrêté la procédure pour 30 minutes, « en accord avec le règlement », comme il l’a mentionné. Sauf que le règlement du parlement ne permet -normalement-  que 10 minutes d’interruption.

Au moins 1h15  plus tard, la session a recommencé avec le vote nominatif en point principal. Le parlement à moitié vide s’était entre temps rempli des députés de la majorité. La pause a donc sans doute permis au parlement de rassembler le maximum de force en présence pour pouvoir voter contre la requête de l’opposition.

Le vote nominatif a évidemment confirmé que le  mémorandum était jugé compatible avec la Constitution, avec 170 voix pour et 47 contre. Les députés de Syriza avaient décidé de  quitter le parlement avant le vote. Sans aucun doute pour avoir un éventuel recours par la suite.

Il est à noter que la Cour Suprême a jugé les coupes sur les salaires des juges comme contraires à la constitution, les salaire des juges étant indexés sur ceux des députés qui eux, n’ont pas bougé. Une autre cour s’est également prononcée contre les coupes additionnelles sur les pensions.

En bref, tout va bien, la Grèce sous troïka continue de piétiner sa constitution et personne ne semble réagir.


En conclusion, petit fait divers d’hier lors des discussions sur le budget 2013. Kyriakos Mitsotakis, député de la Nouvelle Démocratie, frère de Dora Bakoyannis et fils de l’ancien premier ministre Konstantinos Mitsotakis (lui même fils et petit fils de parlementaires, oui on finit par s’y perdre un peu), était présent au parlement et semblait fortement concerné par les discussions puisqu’il a tweeté ceci :

 

 

Il faudrait dire aux hommes et femmes politiques grecs que twitter ne dit pas toujours quand il envoit des tweet quand on joue à des jeux depuis son smartphone.

 

Désespérant.

Dans le cas ou vous souhaitez partager article, vous devez a minima copier également le texte ci-dessous (en conservant le lien) :
source : OkeaNews

Merci de votre compréhension.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 17:34

 

Le Monde.fr avec AFP | 10.11.2012 à 15h19 • Mis à jour le 10.11.2012 à 16h27

 

 
Yannis Stournaras, ministre des finances grec, à la sortie d'une réunion avec la troïka, en octobre.

Selon le site Internet du journal allemand Der Spiegel, la troïka représentant les créanciers de la Grèce (FMI, Union européenne et BCE), réclame à Athènes une liste nominative des fonctionnaires qui seront licenciés d'ici à la fin de l'année.
 

"La troïka s'attend à ce que 2 000 employés de la fonction publique soient licenciés d'ici à la fin de l'année. Et elle ne se contente plus de chiffres. Elle veut aussi les noms et les prénoms", écrit le journal  en citant "une source proche des négociations" entre la Grèce et ses créanciers. Spiegelonline ajoute qu'un représentant syndical lui a confirmé qu'une demande de liste nominative est évoquée.

A Athènes, Antonis Manitakis, ministre de la réforme administrative, a refusé de qualifier "de licenciement" le départ prévu de milliers de fonctionnaires d'ici 2016, lors d'un débat au Parlement sur le projet de budget de 2013 qui doit être voté dans la nuit de dimanche à lundi. "Seule la règle de la mobilité des fonctionnaires peut éviter des licenciements massifs et horizontaux, ce qui est inapplicable, impossible et en tout cas anticonstitutionnel", a dit le ministre.

 125 000 POSTES SUPPRIMÉS D'ICI 2016

Toutefois, le Parlement grec a adopté mercredi un nouveau train d'économies budgétaires de 18,1 milliards d'euros sur quatre ans, réclamées par l'UE et le FMI, une condition préalable pour le versement d'une tranche cruciale de prêts de 31,2 milliards d'euros gelée depuis juin.

La loi sur ces mesures prévoit la réduction du nombre des fonctionnaires d'environ 125 000 au total d'ici 2016, la suppression de postes dans l'administration et "la mise en disponibilité" d'agents condamnés par la justice ou les conseils disciplinaires.

Une manifestation de centaines d'employés des collectivités locales, qui sont considérés comme les plus touchés par la loi, a eu lieu samedi après-midi dans le centre d'Athènes, devant le Parlement où le débat sur le budget 2013 se poursuivait.

La Grèce s'est engagée à poursuivre les réformes structurelles dans le secteur public, fusionner ses organismes publics (universités, hôpitaux, fonds de sécurité sociale, etc), réduire les dépenses des collectivités locales et limiter les dépenses pharmaceutiques, selon la loi votée mercredi.

Aider la Grèce ne "ruinera" pas l'Allemagne, estime son président

 

Le président de la République allemande, Joachim Gauck, a assuré samedi qu'aider la Grèce pour la maintenir dans la zone euro n'allait pas "ruiner" l'Allemagne, "en tout cas pas tant qu'on garde les Grecs au sein de l'euro".

"Je souhaite et j'espère que la Grèce reste membre de la zone euro", a-t-il déclaré dans un entretien à l'édition dominicale du quotidien Die Welt.

Il a également estimé que certaines prises de positions publiques, notamment en Allemagne, ont pu "blesser" les Grecs. Ancien pasteur protestant, M. Gauck a estimé que la Grèce devait surtout aller au bout d'un "dialogue intérieur", d'un "discours autocritique pour savoir: quelle société voulons nous ?".

"Il est difficile, face à un pays qui se trouve dans une situation aussi délicate que la Grèce actuellement, de se présenter comme un donneur de leçon. Tous les sermons qui viennent du dehors nuiront à la réflexion intérieure et autocritique", a-t-il expliqué. - (AFP)

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 17:25

 

 

le 15 novembre à 19H Centre Pablo Neruda  :

réunion débat


UNITE POUR L’ABROGATION DU TSCG,  CONTRE LES MESURES D’AUSTERITE, POUR L’ANNULATION DE LA DETTE.

 

 

            Le 9 octobre le TSCG a été ratifié par une majorité de députés du PS, main dans la main avec ceux de l’UMP (477 pour, 70 contre). La signature de ce traité donne tous les pouvoirs à la Troïka (UE, BCE, FMI) pour imposer ses plans destructeurs. Le 11 octobre, sous la pression du gouvernement, la Loi Organique subordonnant toute loi française à l’application du TSCG a été votée par une majorité encore plus grande (490 contre 34). 

 

 

Au nom de l’objectif de ramener les déficits publics à 3% du PIB puis à 0% en 2017,
> le gouvernement va maintenant faire voter un budget d’austérité.

Ce budget prévoit :

-       une réduction de 30 milliards d'euros du budget de l'Etat,

-       l'accentuation et la planification du démantèlement de la Sécurité Sociale,

-       l'aggravation des remises en cause du code du travail,

-       l'étranglement des finances locales,

-       la poursuite de la privatisation des services publics à tous les niveaux.

 

 

Le gouvernement a déjà mis en place :

Les « emplois d’avenir » (sic !), nouvelle mouture du CPE, organisant la précarisation de la jeunesse, qui ont été votés par la totalité des députés PS, EELV, PG et PCF, malgré le rejet d’amendements conséquents.

 

Le pacte de compétitivité dont la mesure phare consiste en une réduction massive de 20 milliards de la masse salariale globale en faveur des entreprises. Pour y parvenir les entreprises bénéficieront d’un crédit d’impôts équivalent à une baisse de 6 % des cotisations sociales sur les salaires, de 1 à 2,5 SMIC. Le manque à gagner sera financé pour 10 milliards par des économies budgétaires supplémentaires en 2014 et 2015 et pour 10 milliards par la hausse de la TVA.

 

 

Toutes ces attaques sont portées au nom de « la nécessaire réduction du coût de travail », alors que c’est le capital qui nous coûte des milliards d’euros :

-       40 milliards d'évasion fiscale annuelle ;

-       150 milliards de cadeaux fiscaux et autres réductions de charge pour le patronat ces 10 dernières années.

-       46 milliards d’intérêts de la dette versés aux spéculateurs qui sont le premier poste de ce budget 2013. 

Nous n'avons pas besoin de colloques ni d'audits pour dire que cette dette doit être annulée.


>

            Face à cette situation intolérable : organisons-nous !

Afin de rassembler les militants se réclamant de la défense des travailleurs et de la démocratie, d’œuvrer à l'unité pour bloquer les plans et réformes découlant du paiement d'une dette qui n'est pas la nôtre.

Afin de soutenir toutes les mobilisations pour défendre les services publics, contre la casse des hôpitaux, contre la suppression du ticket modérateur, contre la casse des programmes scolaires, des écoles et des universités, contre les plans de licenciements et les fermetures d'usines, contre toutes les suppressions de trains [comme le train Nîmes-Clermont-Paris et la ligne Alès-Bessèges],...

Nous demandons l'abrogation du TSCG et de la Loi organique.

Ce combat exige que soit préservée l’indépendance du mouvement ouvrier, contre toute forme de compromis historique avec le capital, le patronat, la troïka.

Nous proposons de nous constituer en Comité pour l’unité pour l’abrogation du TSCG, l’annulation de la dette, contre les mesures d’austérité.   

 

Afin de gagner l'efficacité nécessaire à l'enjeu de ce combat, il nous apparaît indispensable de fédérer au niveau national tous les comités se donnant une perspective semblable à la nôtre.

Un appel de 414 syndicalistes et élus propose de tenir le 1er décembre à Paris une Conférence Nationale pour l’unité et la résistance contre la dictature de la troïka et du TSCG, réunissant des élus, des militants des organisations politiques et syndicales ouvrières et démocratiques, avec les délégués des comités qui s’étaient formés pour l’unité contre la ratification du TSCG.

 

 

Ces propositions et notre activité sur Nîmes

seront débattues

le 15 novembre à 19H Espace Pablo Neruda  salle 3


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22