Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:37

 

humanite.fr - le 9 Novembre 2012

 

 

  

A l’appel de la Confédération Européenne de Syndicats et en France des syndicats CGT, CFDT, FSU, UNSA, Solidaires se tiendra une journée européenne d’actions, de manifestations et de mobilisations.

Chaque jour, dans toute l’Europe, les politiques d’austérité montrent leurs effets néfastes pour les salariés, les retraités et les privés d’emploi, pour la croissance et le bien vivre ensemble.
En France, les stratégies financières des grands groupes et les politiques d’austérité budgétaire ont comme effets : fermetures d’usines, délocalisations, chantage éhonté à l’emploi et aux salaires, précarisation, chômage record, taxation des pensions, restructurations des administrations et des services publics, coupes budgétaires...

Dans toute l’Europe, les syndicats expriment leur ferme opposition aux mesures d’austérité qui font plonger le continent dans la stagnation économique, voire la récession.

Les traitements de choc infligés aux travailleurs, notamment en Grèce, en Espagne et au Portugal, montrent l’impasse de politiques qui conduisent à la destruction des droits sociaux...

La France et l’Europe peuvent sortir de la spirale infernale ! à l’appel de la CES, la journée de mobilisation du 14 novembre permettra aux travailleurs de toute l’Europe d’agir, ensemble et solidairement, pour des conditions de travail et de vie décentes.

 

>>> Lire le communiqué commun des cinq organisations syndicales françaises


Avec les syndicats européens, nous exigeons :
- une véritable coordination des politiques économiques intégrant les dimensions sociales et des mesures de solidarité concrètes vis-à-vis des peuples les plus en difficulté ;
- la négociation d’un « contrat social » européen pour mettre fin au dumping social entre état ;
- des mesures de relance au plan européen pour renouer avec une croissance durable et favoriser l’emploi.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:28

 

Le Monde.fr avec AFP | 12.11.2012 à 16h22 • Mis à jour le 12.11.2012 à 16h34

 

 
Des dizaines de manifestants rassemblés devant le siège du Parti Populaire à Madrid le 12 novembre.

Aux cris de "Assassins", des dizaines de manifestants se sont rassemblés lundi 12 novembre à Madrid sous les fenêtres du parti conservateur au pouvoir en Espagne, dénonçant la vague de milliers d'expulsions de propriétaires endettés qui a tourné au drame avec deux suicides en quinze jours. "Terrorisme immobilier, non !", "Stop aux expulsions", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants, pour beaucoup touchés directement, qui tapaient sur des casseroles.

Environ 350 000 propriétaires surendettés ont été expulsés depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, qui a précipité la crise en Espagne et fait bondir le taux de chômage à 25 %. Mais sous la pression sociale, accentuée après le suicide de deux personnes en quinze jours alors que les huissiers étaient sur le point de les expulser, les petits propriétaires risquant l'expulsion pourraient obtenir un sursis.

 

GEL TEMPORAIRE POUR LES CAS LES PLUS GRAVES

Lundi, l'Association espagnole des banques (AEB) et celle des Caisses d'épargne (CECA) ont annoncé le gel temporaire des saisies dans les cas les plus graves.  "J'espère que nous pourrons parler lundi de l'arrêt temporaire des expulsions qui touchent les familles les plus vulnérables", avait déclaré vendredi le chef du gouvernement, Mariano Rajoy. Des responsables de son Parti populaire devaient rencontrer lundi des représentants de l'opposition socialiste pour tenter de s'entendre sur des mesures d'urgence, qui pourraient inclure un moratoire.

Pas assez pour les militants de la plate-forme PAH, qui aide les personnes menacées d'expulsion et affirme avoir bloqué 463 saisies depuis 2009. Ces derniers exigent que toutes les expulsions de domiciles principaux soient paralysées, et que la saisie du logement suffise à solder la dette, contrairement à la législation espagnole en vigueur, amplement dénoncée.

 

 "PROBLÈMES DE CONSCIENCE"

Ils sont soutenus par un mouvement de protestation sociale croissant, alimenté par le drame des suicides mais aussi un fort sentiment de défiance envers les banques, dont certaines ont été sauvées par des fonds publics. Parmi elles, le géant Bankia, qui fait l'objet d'un sauvetage de près de 24 milliards d'euros. "C'est injuste qu'il faille les aider alors qu'eux refusent de nous aider", dénonce Maria Vivar, retraitée élégante de 70 ans venue manifester car elle risque d'être expulsée pour s'être portée garante du prêt de son fils, aujourd'hui au chômage.

Le malaise s'est même étendu à la police et la justice. Le principal syndicat de policiers, le SUP, a annoncé dimanche qu'il soutiendrait les agents refusant de participer à des expulsions pour "problèmes de conscience". Dans un rapport écrit en octobre, plusieurs magistrats espagnols ont eux dénoncé "des procédures juridiques extrêmement agressives" tandis que des juges sont de plus en plus critiques dans les médias.

Lire : Les juges au secours des expulsés en Espagne


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Espagne
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:23

 

 

LE MONDE | 12.11.2012 à 13h57 • Mis à jour le 12.11.2012 à 16h08 Par Sandrine Morel

 

 

L'association espagnole des banques a annoncé lundi le gel, pour deux ans, des expulsions de propriétaires surendettés dans les cas les plus graves, après deux suicides en quinze jours qui ont provoqué un mouvement de protestation sociale.

Une femme de 53 ans, Amaya Egaña, s'est jetée dans le vide, vendredi 9 novembre, sautant de sa fenêtre, au quatrième étage d'un immeuble de Barakaldo, au Pays basque espagnol. Elle est morte sur le coup. Le 23 octobre, Manuel G., au chômage depuis quatre ans, s'était quant à lui lancé depuis son balcon, au deuxième étage, à Burjassot, près de Valence. Il est hospitalisé, dans un état grave. Le même jour, José Miguel Domingo s'était pendu dans le patio de l'immeuble où il résidait à Grenade, en Andalousie.

Dans les trois cas, ces Espagnols d'une cinquantaine d'années tentaient d'échapper, dans un geste désespéré, à l'arrivée de la police et des huissiers, venus les expulser de leur logement. Depuis le début de la crise économique, en Espagne, près de 400 000 familles ont été expulsées. Des drames devenus quotidiens dans un pays où le chômage frappe un quart de la population active.

Pour répondre à cette hémorragie, le gouvernement avait approuvé en mars un "code de bonnes pratiques" qui incite les banques, sans les obliger, à suspendre les processus d'expulsion dans les cas de dénuement les plus extrêmes, mais il a été très peu appliqué. Devant ces faits divers tragiques, qui ont bouleversé l'opinion publique, Madrid s'est engagé à revoir la législation, comme le leur demandent en outre les associations de magistrats. "Il existe des situations d'injustice si claire que l'on finit par questionner la loi", assure au Monde Edmundo Rodriguez Achutegui, juge au tribunal de commerce du Pays basque et porte-parole régional de l'association Juges pour la démocratie. Dans le cas des expulsions, "la protection donnée aux banques est déséquilibrée par rapport à celle accordée aux clients", poursuit-il.

Confrontés aux drames quotidiens et aux multiples visages que prend la crise en Espagne, les juges d'instance ont le blues. Ces dernières semaines, ils ont exprimé tout haut leurs cas de conscience face au nombre croissant d'expulsions immobilières. Dans un rapport mandaté par le Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) visant à l'"accélération et à la réforme des procédures civiles" et publié fin octobre, le groupe de six magistrats chargé de son élaboration a ajouté une annexe sur le surendettement familial, destinée à aborder le problème des expulsions.

Le texte critique les "mauvaises pratiques des banques" qui ont permis une "extension généralisée du crédit immobilier sans mesurer les possibilités réelles du débiteur". Et propose des mesures destinées à éviter l'"exclusion sociale" des familles "incapables de satisfaire les traites des prêts accordés durant le boom" du fait de la perte de leur emploi ou d'une forte baisse de leurs revenus. Le chômage touche un quart de la population active.

Les magistrats proposent qu'une fois défini le concept de "débiteur de bonne foi" - celui qui n'a pas recherché la spéculation -, il leur soit possible de dicter des moratoires sur les expulsions ou des périodes de carence sur les intérêts, de permettre aux anciens propriétaires de demeurer dans leur logement en échange d'un faible loyer et de permettre, dans certaines circonstances, la saisiedu logement comme moyen d'extinction du crédit. Car, en Espagne, rendre le bien hypothéqué ne suffit pas pour solder la dette. Lorsqu'il est saisi, la banque peut se l'adjuger pour 60 % de sa valeur actuelle et continuer d'exiger la différence. "Dans la plupart des pays européens voisins, la loi offre une seconde chance aux citoyens surendettés en leur permettant de repartir de zéro. En Espagne, non", résume M. Achutegui.

Toutes les associations de magistrats s'accordent pour dénoncer le drame des expulsions. Juges pour la démocratie a accusé les banques de "surcharger les tribunaux" après avoir "agi négligemment avec des opérations financières risquées". L'Association professionnelle de la magistrature (APM), majoritaire, a accusé les banques de transformer les tribunaux en "bureaux de recouvrement".

En attendant que la loi évolue, des juges font preuve d'imagination pour éviter les expulsions. Certains tentent de qualifier le prêt d'"abus de droit" ou qualifient la saisie d'"enrichissement injuste". Ou utilisent des "instruments" pour retarder les saisies, ainsi que l'explique M. Achutegui : chercher un accord avec la banque, poser une question d'inconstitutionnalité... Tout, pourvu que l'on ralentisse au maximum la procédure.

Le juge au tribunal de commerce n0 3 de Barcelone, José Maria Fernandez Seijo, a demandé en 2011 à la Cour de justice de l'Union européenne (Curia) de se prononcer sur la législation espagnole, qui ne permet pas d'empêcher l'expulsion lorsqu'un recours est déposé. "La loi communautaire défend les consommateurs en permettant de suspendre une procédure judiciaire le temps que soit résolu le recours, explique M. Seijo au Monde. Cela pourrait permettre au particulier de garder son logement ou de lui laisser le temps de retrouver un emploi." L'avocate générale de la Curia, Juliane Kokott, s'est rangée du côté du magistrat espagnol en considérant que la loi espagnole "ne constitue pas une protection efficace contre les clauses abusives".

M. Seijo, connu pour sa recherche d'alternative aux expulsions, s'en félicite. "Si le gouvernement ne résout pas les problèmes, c'est peut-être aux juges de le faire", affirme-t-il, reconnaissant qu'il existe un malaise dans la profession, "comme dans toute la société, chez les médecins, les enseignants... Le désespoir est grand".

sandrine.morel@gmail.com

Sandrine Morel

Les banques gèlent les expulsions dans les cas les plus graves

 

 

L'association espagnole des banques (AEB) a annoncé lundi le gel, pour deux ans, des expulsions de propriétaires surendettés dans les cas les plus graves, après deux suicides en quinze jours qui ont provoqué un mouvement de protestation sociale.

 

L'association dit avoir pris, jeudi dernier, "l'engagement de tous ses membres, pour des raisons humanitaires et dans le cadre de leur politique de responsabilité sociale, de bloquer les expulsions pendant les deux prochaines années, dans les cas d'extrême nécessité", selon un communiqué.

 

Elle ne précise pas les critères définissant ces "cas d'extrême nécessité" mais indique avoir été interpellée par "l'alarme sociale générée par les expulsions de propriétaires".

 

Cette annonce survient alors que le gouvernement présente lundi des propositions à l'opposition socialiste afin de s'accorder sur des mesures d'urgence dans ce domaine.

 

L'association des banques explique lundi que son nouvel engagement, pris auprès du secrétaire d'Etat à l'Economie, "a fait l'objet d'un débat intense et profond des banques membres de l'AEB, afin de contribuer à pallier la situation de détresse de beaucoup de personnes, en raison de la crise économique".

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Espagne
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:06

 

http://zad.nadir.org

Dernier ajout : 12 novembre.

 


 

 

La lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes n’a cessé de prendre de l’ampleur au cours des dernières années. Entre autres initiatives, un mouvement d’occupation s’est étendu sur les bâtis et bocages menacés.

Il y un an, face aux menaces croissantes sur les différentes maisons, cabanes et potagers, des habitant.e.s de la ZAD et collectifs solidaires appelaient à une manifestation de réoccupation en cas d’expulsion.

Elle aura lieu le 17 novembre.
Elle partira de Notre-Dame-des-Landes à 11h

Nous appelons tous les collectifs et individuEs qui soutiennent ce projet à commencer à mobiliser et s’organiser dès maintenant à ce sujet.

Pour tous contacts : reclaimthezad@riseup.net

Des informations restent à définir : lieu du rendez-vous, directions pour vous rendre sur le campement la veille. Consultez régulièrement le site web de la ZAD : http://zad.nadir.org

Appel à la manif de réoccupation

Nous vous invitons à relayer l’appel, le tract et l’affiche le plus largement et le plus rapidement possible, afin que chacun-e puisse s’organiser pour venir.

- le texte d’appel
- affiches, tracts, jingles
- l’appel relayé par d’autres
- communiqués de presse

Infos pratiques

- accès et points de rendez-vous
- covoiturage/bus
- hébergement
- programme
- le drapeau de la manif

Besoin de coups de main/de matos

Vous êtes les bienvenu-e-s à participer à la préparation et rejoindre les rendez-vous proposés par les commissions.

Et puis en attendant on cherche d’ores et déjà des cuisines collectives, chapiteaux, musiciens, batukadas, cabanes en kit, matériaux, outils, tracteurs...en vue de la réoccupation.

- tractage et affichage
- liste de besoin de matos
- appel à participation au programme
- appel à hébergement
- prochaines dates d’AG, réunions, chantiers...
- organisation depuis d’autres villes

Des manifs ailleurs le 17
- les manifs en parallèle à celles de NDDL

Histoire

- Les différents textes publiés avant les expulsions pour appeler à la manif de réoccupation

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 16:57

 

Via le site desobeir.net

 

 

Co voiturage : je cherche une voiture

http://nucleaireforum.free.fr/forum/viewforum.php?f=11&sid=1c9e277be4ef19719a479bd34da1108c

 

 

Co voiturage : je cherche un passager


*Pour accéder aux liens, appuyer sur la touche "Ctrl" de votre clavier + cliquer gauche sur la ligne du lien
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 16:52

 

Par Okeanos

12 novembre 2012 - 11:44
(dernière modification le 12/11/2012 - 12:32)

 

La Grèce n’est pas seule…

Imaginons un pays.

 

Une crise financière sans précédent provenant de Wall Street va déstabiliser son économie. En moins d’un an, le pays plonge en récession et la baisse de la production combinée à l’augmentation du chômage de 9 à 14% de la population active vont gravement détériorer les finances de l’état. Ces finances étaient déjà fragiles à cause d’une dette importante contractée de manière plutôt contestable. Mais la nouvelle montée en flèche de l’endettement due à la crise économique inquiète les autorités qui procèdent à un changement de gouvernement et mettent au pouvoir un conservateur issu de la bourgeoisie, économiste formé à la London School of Economics.

Le gouvernement formé par ce dernier a alors un objectif prioritaire : faire baisser la dette du pays et relancer l’économie. La solution leur semble très simple : l’état va devoir économiser en coupant dans les dépenses et en augmentant les impôts. La souffrance engendrée sur les classes les plus pauvres est vue comme un mal nécessaire pour rétablir des finances « saines ».

Mais la situation politique est très instable, et passer de telles mesures au parlement n’est pas évident. C’est donc par une suite de décrets-loi exceptionnels que quatre plans d’austérité vont être successivement appliqués au pays au cours des deux années suivantes.

La liste des mesures prises est sans fin : baisse de 25% des salaires dans le secteur public, baisses à répétition de toutes les allocations sociales (chômage, famille, assurance maladie), augmentations à répétition de l’impôt sur le revenu, de la TVA, et des taxes sur des produits de consommation comme la cigarette et l’alcool.

Cette cure d’amaigrissement très violente du budget de l’état a des conséquences catastrophiques : l’économie s’écroule et le chômage explose de 14% à 22% en un an alors que la production économique (PIB) chute de 7,7%. La société est en état de choc et les orientations politiques se polarisent vers l’extrême gauche et le parti nazi, ce dernier connaissant subitement un succès fulgurant.

Malgré cette évolution, le gouvernement décide d’intensifier l’austérité, étant convaincu que son échec est dû à l’insuffisances des mesures prises. Un nouveau paquet d’austérité est adopté par décret alors que le chômage est à 22%. Dans une déclaration officielle, le gouvernement annonce « qu’il reste maintenant moins de 100 mètres jusqu’à la cible. »

La suite de l’histoire est connue : un an plus tard, le PIB chute à nouveau de 7,5% et le chômage passe à 28%. La radicalisation politique de la population s’intensifie, menant à l’arrivée au pouvoir en 1933 du parti nazi et d’Adolf Hitler, ce dernier s’étant servi de l’effondrement économique et social du pays comme levier pour sa campagne de propagande.

Car en effet, il n’est pas question ici de la Grèce. Cette description factuelle est celle des dernières années de la république de Weimar entre 1929 et 1933, les années sombres qui ont mené au nazisme et à la deuxième guerre mondiale. Le gouvernement dont il est question ici est celui du chancelier Heinrich Brüning, nommé à cette fonction en 1930 par le président fédéral Paul von Hindenburg. Son entêtement à mener une politique d’austérité extrême a fait imploser l’économie et la société allemande en l’espace de deux ans.

Cette expérience de cure d’austérité et ses conséquences, l’accession du parti nazi au pouvoir menant quelques années plus tard à la deuxième guerre mondiale, ne semble en fin de compte pas avoir été aussi traumatisante que cela. Il faut chercher très profond dans les archives internationales des trois dernières années pour trouver des journalistes ou des personnalités médiatiques faisant référence à ce précédent historique pour aborder la problématique actuelle.

Sous l’effet de l’austérité, le taux de chômage en Grèce est passé de 9,5% en juillet 2009 à 12,5% en juillet 2010, 17,8% en juillet 2011 et 25,1% en juillet 2012.

Simultanément, on sait que  le parti néo-nazi grec « aube dorée » est passé de 0,46% des votes aux élections européennes de 2009 à 5,3% aux élections municipales d’Athènes en 2010, puis 6,92% aux élections législatives de Juin 2012, et que 12% des personnes sondées approuvaient l’attitude du parti en mai 2012, part qui atteint les 22% en Septembre 2012.

L’accumulation de ces faits ne cherche en aucun cas à prédire une accession, peu probable, d’un parti néo-nazi au pouvoir d’un pays subissant l’austérité européenne. Les mêmes causes ne peuvent avoir les mêmes effets dans le domaine si aléatoire des comportements sociaux. Ce qui est démontré par contre, c’est que la situation économique et sociale atteinte à l’automne 2012 en Grèce est du même ordre que celle de l’Allemagne en 1933.

Il est alors sidérant et inquiétant de constater que le niveau de préoccupation atteint par les institutions et les politiciens européens ne dépasse pas une sporadique phrase de compassion, pommade cynique servant à faire passer les nouveaux plans d’austérité et de privatisation.

Fin 2010, on a pu s’inquiéter des risques économiques que pourraient amener l’austérité.

Fin 2011, les conséquences dramatiques de ces mesures laissaient espérer une prise de conscience et un virage politique.

Fin 2012, le potentiel destructeur avéré et abouti de cette politique combiné à un aveuglement proportionnel des grands décideurs européens ne laisse plus beaucoup de place à l’optimisme pour les temps à venir.

Le grand traumatisme fondateur qui régit aujourd’hui la politique économique allemande et européenne est la peur de l’inflation et de l’instabilité monétaire. Pourtant, la grande crise d’hyperinflation a eu lieu en Allemagne en 1922-1923, une décennie avant la grande dépression et la montée du nazisme. Dans la conscience collective des décideurs, il semble que l’annulation par l’inflation de toutes les fortunes personnelles d’Allemagne ait un impact bien plus important que la destruction de l’économie et de la société allemande par les politiques d’austérité en 1930-1933.

Quelle explication trouver au fait qu’une erreur si grossière et dramatique soit reproduite 80 ans plus tard exactement à l’identique par l’élite du même pays? La seule différence, de taille, est que cette erreur est aujourd’hui infligée à un autre peuple et non au sien…

On pourra remarquer que le mot « Schuld » en allemand signifie aussi bien « dette » que « faute » ou « culpabilité ». Pour les élites conservatrices germanophones, le fait que les pays surendettés aient « fauté » n’est même plus un rapprochement facile : le concept linguistique est tout simplement équivalent. On peut alors se demander si ce n’est pas un excès d’antique morale religieuse qui pousserait la classe dirigeante allemande à assimiler le « mal nécessaire » de l’austérité à une « punition ».

La question de la responsabilité de ce drame restera probablement longtemps ouverte, mais il y a maintenant urgence à éviter le pire.

Etienne Haug – article à lire sur le site des Chroniques d’un hiver européen

L’article dans sa version anglaise : Similarities

Dans le cas ou vous souhaitez partager cet article, vous devez a minima copier également le texte ci-dessous (en conservant le lien) :
source : OkeaNews

Merci de votre compréhension.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 16:45

 

Challenges.fr - Créé le 03-05-2012 à 06h06 - Mis à jour le 05-05-2012 à 09h36

STRATEGIE Le groupe français conjugue au mieux la complémentarité de ses métiers: l'énergie, la construction, et les concessions d'infrastructures. Un moteur à trois temps très performant.

 

 

 

Chantier Vinci (DR)

Chantier Vinci (DR)

Pour le citoyen moyen, le groupe Vinci est une horreur. Des péages d'autoroutes plus chers d'année en année et des parkings aux tarifs prohibitifs. Ce n'est pas tout. Désormais, un petit pourcentage du ticket d'entrée d'un match de football aux stades du Mans, de Bordeaux ou de Lyon revient au géant français du BTP. Pis, quelques euros d'un billet d'avion pris à Nantes, Quimper, Grenoble ou... Phnom Penh tombent dans son escarcelle. Plus étonnant encore, lorsque la ligne à grande vitesse (LGV) Tours-Bordeaux entrera en service en 2017, Vinci encore touchera sa quote-part!

Car Vinci n'est pas seulement un constructeur. Son business model repose largement sur un deuxième métier: concessionnaire. Aux antipodes de la route suivie par son grand rival dans le BTP, le groupe Bouygues. Son PDG, Xavier Huillard, explique sa stratégie par une image... qui fleure bon le béton: "La granulométrie continue dans le temps." C'est-à-dire? "Lorsque vous bâtissez une maison, pour que votre remblai soit solide, vous devez y mettre des gros, des moyens et des petits cailloux. Et bien, chez Vinci, on fait pareil avec le temps: on mise sur le court, le moyen et le long terme!" Et les résultats de l'année 2011 en témoignent: la granulométrie, ça paie. A près de 37 milliards d'euros, le chiffre d'affaires a augmenté de plus de 10%. Et son bénéfice net de 7,2%, à 1,9 milliard. Comme chaque année, la société redistribuera la moitié de cette manne à ses actionnaires.

Alors, la granulométrie, concrètement, comment cela marche-t-il? Vinci mise sur la complémentarité de trois métiers: les fameuses concessions pour le temps long, la construction pour le moyen terme, et l'énergie pour le court. Recette d'un excellent remblai.

ASF, un achat décisif

C'est connu, le BTP est cyclique. Il faut donc trouver des relais pour faire face aux temps mauvais. Si Bouygues a résolu l'équation en se diversifiant avec TF1, Bouygues Telecom et son ticket dans Alstom, Vinci s'est ouvert aux concessions, ces contrats d'exploitation du domaine public pendant vingt, trente, voire soixante-dix ans! Un bon filon que ces "gros cailloux": quand le BTP ne requiert aucun capital mais dégage une très faible marge (4,6%), les concessions pompent de très grosses sommes au départ mais avec une rentabilité opérationnelle record (41%). Pour le concessionnaire Vinci, le geste décisif est fait en 2006, avec le rachat du réseau autoroutier Autoroutes du sud de la France (ASF) pour 9,1 milliards d'euros. Depuis ce jour, Martin Bouygues n'a de cesse d'ironiser sur son concurrent "rentier". A l'état-major de Vinci, on rappelle que c'est Bouygues qui, pour emporter des marchés de BTP, a recours a des méthodes de rentier. L'Etat et les collectivités locales, qui n'ont plus d'argent en caisse, lancent de plus en plus fréquemment des appels d'offres sous forme de partenariats public-privé (PPP). Par exemple, pour construire le nouveau ministère de la Défense dans le quartier de Balard à Paris, le fameux Pentagone à la française, Bouygues touchera, par exemple, un loyer pendant vingt-sept ans, même si les effectifs et les moyens de l'armée ont été diminués! Une vraie rente que ces montages, selon Xavier Huillard, qui note que "dans un PPP d'hôpital ou de collège, on n'est pas payé en fonction du nombre de patients ou d'élèves, il n'y a pas de risque trafic". Tout l'inverse du métier classique de concessionnaire.

Sur les autoroutes, par exemple, Vinci assume pleinement le fameux risque trafic: si les voitures désertent, Vinci trinque. Et pour gagner de l'argent, il faut investir. Une concession ne rapporte qu'au bout de plusieurs années, voire de dizaines d'années, une fois la dette d'acquisition remboursée. Aussi le secret du bon concessionnaire est-il d'en allonger la durée, chaque année supplémentaire étant l'assurance d'un meilleur bénéfice. C'est l'Etat qui en décide, en fonction de la satisfaction des usagers. Xavier Huillard insiste: "Depuis huit ans, Vinci Autoroutes a dépensé 10 milliards d'euros dans les réseaux qui lui sont concédés. C'est pour cela que nous obtenons des contreparties."

Son excellente réputation rassure le donneur d'ordres public: quand Vinci l'emporte, c'est pour longtemps. Hervé Tricot, président de Lisea, qui gère la concession de la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux, raconte qu'il a été demandé à Vinci de s'engager à ne pas sortir avant dix ans: "Cela n'a posé aucun problème à Xavier Huillard, c'est dans la mentalité du groupe." Une façon de se démarquer des autres. Eiffage n'a-t-il pas revendu 80% de sa participation dans la société Optimet, qui gère quatre prisons, deux ans après leur livraison? Un grand maître d'ouvrage l'assure: "Nous sommes sûrs que Vinci restera aux manettes jusqu'au bout, ce qui n'est pas le cas de ses concurrents."

Principe de sélection

Fort de ce savoir-faire, Vinci n'a de cesse d'élargir son spectre. Dans les aéroports, le ferroviaire ou les stades. Le groupe ne dirait pas non au rachat d'Aéroports de Paris (ADP) que l'Etat pourrait un jour privatiser pour de bon. Histoire de prendre date, Vinci a déjà mis un pied en achetant 3,3% de cette entreprise sous contrôle public, mais cotée à la Bourse de Paris. En revanche, l'eau ou les déchets, pas question : "Il y a bien assez à faire dans les concessions d'infrastructures." Et les ports? Pas pour l'instant: "Nous exerçons toujours en France un savoir-faire avant de partir à l'international." Mais avec les autoroutes, les avions et les voies de trains à grande vitesse, Vinci a déjà maillé son territoire: quelle que soit l'évolution des habitudes de circulation des Français, il s'y retrouve: ce qu'il perd sur la route, il le récupère sur le TGV ou l'avion!

Complémentarité, donc, au sein du pôle concessions, mais complémentarité aussi avec la construction. Du moyen terme qui s'échelonne sur deux à quatre ans. Et où Vinci est le plus rentable. A 4,6% de marge, il dépasse les 3,6% de Bouygues Construction et les 2,4% d'Eiffage. Avec la crise vient la guerre des prix. Xavier Huillard le répète: "Je privilégierai toujours la marge au volume. Ce qui compte, c'est de bien sélectionner les clients." Une attitude vécue comme une forme d'arrogance dans le milieu. "Ils arrivent un peu en terrain conquis, sûrs d'être les meilleurs. J'ai même entendu monsieur Huillard me dire: "C'est à vous de nous désirer" ! "raconte un important donneur d'ordres. Chez Bouygues, on insiste sur la morgue de ce concurrent qui, lorsqu'il perd, "ne comprend pas et brandit très souvent la menace judiciaire". Cet état d'esprit, c'est la botte secrète de Vinci: "Bouygues, c'est l'armée américaine. Nous, c'est la guérilla."

Xavier Huillard est fer de diriger une constellation de PME. Christian Labeyrie, le directeur financier, en soupirerait presque: "Vinci consolide 2 250 sociétés!" En Ile-de-France, par exemple, quand Bouygues s'affiche avec une filiale unique, Vinci en compte huit. Chacune, en principe, a son marché: Sicra pour la préfabrication, CBC pour les bureaux, ou GTM pour la rénovation sociale et les partenariats public-privé. Mais, en réalité, "elles se bastonnent franchement", s'amuse un avocat spécialisé. Sur le terrain, l'efficacité est redoutable. Un concurrent malheureux raconte: "Quand Vinci attaque un marché sur deux fronts, ils ont, évidemment, deux fois plus de chances de gagner!" Xavier Huillard a beau le nier, les exemples ne manquent pas.

Tactique du morcellement

Rien que sur Paris, GTM et Bateg s'affrontent pour construire le siège de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), comme CBC et GTM l'avaient fait pour le campus de l'Ensta et la rénovation du centre sportif de l'Insep dans le bois de Vincennes. GTM vient par ailleurs de gagner la Cité des loisirs de Courbevoie, contre un groupement Dumez et Sicra! Sans doute "un peu limite côté Code des marchés publics", selon un concurrent, la décentralisation est revendiquée par Xavier Huillard: "Grâce à ce système, je suis persuadé que Vinci peut grandir sans grossir. Car le plus grand péril de nos organisations, c'est la menace bureaucratique." C'est aussi sa seule angoisse: "Que l'une de nos filiales pousse trop loin de nous, hors de notre culture..." Faute de contrôle suffisant, certaines entités, en Hongrie ou en Pologne, se sont mises à "diverger".

Autre inconvénient du morcellement: la perte de compétitivité sur les grosses affaires. Sur les contrats à plusieurs centaines de millions d'euros, "nous sommes obligés de trouver un consensus entre nous, ce qui ne correspond pas forcément à l'optimum", reconnaît un baron de la constellation Vinci. Bruno Vieillefosse, responsable du projet du Pentagone à la française au ministère de la Défense, explique que Vinci "a perdu quelques points de marge en se présentant avec quatre sociétés chapeautées d'une autre structure". Pour quelques "points de marge" - qui valent de l'or en période de disette budgétaire -, c'est Bouygues qui a raflé ce marché à 1,8 milliard.

Pour bien colmater son remblai, entre concession et construction, Vinci s'est trouvé un troisième gisement, de microcailloux cette fois: Vinci Energies. Une foultitude de petites affaires - 40.000 euros en moyenne - sur quelques mois, à la rentabilité meilleure que le BTP (5,6%) et peu sensible aux cycles. Climatisation, chauffage, éclairage public, centrales solaires ou réseau de tramway, ce business explose. Comme Xavier Huillard à son évocation: "Les métiers de l'énergie sont superbes! Je ne serais pas étonné si nous doublions la taille de ce pôle dans dix ans."

C'est d'autant plus facile à dire qu'il l'a déjà fait: entre 2005 et 2011, Vinci Energies est passé de 3,5 à 8,7 milliards d'euros. Grâce à une action menée de main de maître par Xavier Huillard lui-même en 2010: l'acquisition de Cegelec. En 2008, le fonds Qatari Diar rafe le dossier en prenant le contrôle. Huillard ne se décourage pas: "Je leur ai fait comprendre que j'étais preneur. Un an plus tard, l'affaire était conclue." Vinci prend le contrôle de la société en offrant au fonds souverain, en échange, un ticket dans son propre capital. Aujourd'hui, le Qatar possède 5,6% de Vinci et, dans le secteur, le groupe a distancé la filiale énergie de Bouygues, ETDE. Mais chez Martin Bouygues, on s'endette 3,3 fois moins, et surtout, remarque un membre de l'état-major de Vinci, "jamais il n'aurait pu le faire, car la participation de 21% de la famille aurait été diluée". La constellation de Xavier Huillard a sa culture propre. Elle n'est pas celle du capitalisme familial.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 19:58

 

 

Par Okeanos

11 novembre 2012 - 13:54

(dernière modification le 11/11/2012 - 21:35)

 

 

Les faits marquants de la semaine :

La Grèce encore a fait la une des médias internationaux au cours des deux dernières semaines, d’abord en raison de l’arrestation du journaliste Kostas Vaxevanis et d’autres cas de censure des médias, puis en raison du nouveau plan d’austérité familièrement connu comme le 3ème mémorandum  et la discussion sur un retard possible de la nouvelle tranche de sauvetage.

La démocratie en rupture : un nouveau sondage publié par  Public Issue montre la profonde déception de la direction politique ainsi que le fonctionnement des institutions démocratiques. ce sondage est arrivé à la fin de la semaine et mettait en évidence les dysfonctionnements du système politique. Seulement 11% de la population grecque estime que la démocratie fonctionne en Grèce.

Un cas monstrueux d’enlèvement et de torture d’un travailleur immigré par son employeur grec dans l’île de Salamine et les actions  judiciaires et policières qui ont suivi mettent en évidence l’incapacité ou le manque de volonté des institutions de l’Etat pour faire face à de tels cas d’une manière humaine.

Les évènements de la semaine :

Pogroms, violences racistes et fascistes et actions anti-fascistes :

La semaine a commencé avec la poursuite des pogroms fascistes contre les migrants dans le quartier Aghios Panteleimonas d’Athènes, qui a commencé le 31 Octobre, après qu’un coiffeur  grec aurait été poignardé par un immigrés dans son salon de coiffure. Les rapports indiquent que les fascistes se promenaient dans le quartier et chassaient les gens dans les rues, dans un cas au moins, sous la direction des membres de l’Aube Dorée. Cela marque un changement de stratégie dans les attaques racistes/fascistes, car la plupart des cas enregistrés suivaient une stratégie qui consiste à isoler un individu au lieu d’attaquer des groupes. Un journaliste de la télévision SKAI a également été agressé alors qu’il réalisait un reportage sur le pogrom dans la soirée du samedi 03 Novembre.

Le même soir, une manifestation antifasciste dans le quartier de Keiramikos à Athènes, dirigée par des membres de la communauté LGBT qui distribuaient des tracts contre l’homophobie, a été attaquée par 15 individus vêtus de noir qui prétendaient être des membres de la l’Aube Dorée. Un militant antifasciste a dû être transporté à l’hôpital avec une luxation de l’épaule et un autre a reçu un coup de couteau. L’un des militants a déclaré: «Nous ne l’avons peut-être pas choisi, mais l’histoire nous a jeté un gant. Il est temps de le prendre.  »

Le dimanche 04 Novembre au matin, un égyptien de 29 ans a été retrouvé battu et enchaîné dans l’île de Salamine près du Pirée. Il avait été enlevé et torturé par son employeur, un boulanger grec, et trois autres hommes depuis le samedi matin, et a réussi à échapper à ses tortionnaires lorsqu’ils ont  quitté l’écurie où il était retenu pendant plusieurs heures. L’auteur et la victime ont été arrêtés, l’auteur  en raison des accusations de torture, et la victime pour ne pas avoir les documents de séjour légal en Grèce.

Le même jour, un article a été publié dans le Herald à propos d’un touriste néo-zélandais qui a déclaré avoir été battu par la police en Crète. C’est le second cas, signalé de violence de la part de la police sur un touriste en Grèce, le précédent étant un touriste sud-coréen qui a deposé une plainte à l’ambassade de Corée. La police a toutefois publié un communiqué de presse indiquant que le Néo-Zélandais n’avaient pas été détenu par la police mais par les autorités portuaires, qui à leur tour ont affirmé que les blessures qu’il avait subies étaient dues à être ne implication dans une bagarre.

Le dimanche soir, un concert a été organisé dans le stade sportif d’Athènes en solidarité avec les 15 antifascistes qui avaient été arrêtés lors d’une manifestation moto / patrouille à Athènes le mois dernier et qui ont affirmé avoir été torturés par la police. Le taux de participation était immense, avec plusieurs milliers de personnes qui n’ont pas réussi à entrer dans le stade qui était plein à ras bord. Le même soir, cependant, la présence d’escouades fascistes a de nouveau été signalée dans le quartier Aghios Panteleimonas d’Athènes. Une nouvelle démonstration de fascistes et une contre-manifestation des anti-fascistes ont eu lieu dans le même quartier, le vendredi, tandis qu’une attaque par l’AUbe dorée sur la jeunesse du parti communiste a été signalée près de Thessalonique, le mercredi. Le leader du parti communiste va intenter  un procès contre les membres de l’Aube Dorée.

Grèves et manifestations :

Le lundi 05 Novembre, les grèves ont commencé pour certains groupes professionnels dans la préparation de la grève générale de deux jours le 06 et 07 Novembre. Il s’agit notamment du métro d’Athènes et le tram, le personnel de l’hôpital public, la Public Power Corporation et des avocats, ainsi que des journalistes qui sont allés en grève contre les modifications proposées à la caisse de sécurité sociale. Ils ont manifesté à Athènes et Thessalonique. Par ailleurs, l’Union des travailleurs de l’administration locale s’est engagée dans une action collective par l’occupation des mairies et des installations municipales et des bâtiments à travers le pays. 14 professions différentes ont été rapportées le jour suivant en milieu de matinée par des membres de la communauté Radiobubble. Ce total est susceptible d’être plus élevé.

Pendant ce temps, le texte du troisième mémorandum a été finalisé et devait être soumis au Parlement. Cela fut retardé par le ministre de la Justice Roupakiotis, qui ne voulait pas signer le document puisqu’il était profondément en désaccord avec certaines des mesures d’austérité proposées. Il a finalement été convaincu de le signer par le chef de son parti, la Gauche démocratique, à l’issue d’une réunion qui a duré plusieurs heures. Les quelques centaines de pages de l’acte constitutif et ses annexes ont finalement été soumis au Parlement et distribué aux députés lundi soir, ce qui a donné environ 48h aux députés  pour le lire avant le vote du mercredi.

La grève générale décrétée par les syndicats et les partis de l’opposition contre le nouveau plan d’austérité a débuté le mardi 06 Novembre avec des manifestations dans tout le pays. Au cours de la grève de deux jours, la communauté Radiobubble a indentifié des manifestations à Athènes, Thessalonique, Mytilène, Komotini, Patras, Héraklion, Chania, Rethymno, Giannena, Volos, Agrinio, Larissa, Kalamata, Preveza, Corfou et Ptolemaida ainsi que les professions de bâtiments publics tels que l’administration fiscale Héraklion, la préfecture de la Crète, la compagnie des eaux de Thessalonique, le Ministère de la Réforme Administrative, le palais de justice de Samos et plus encore.

Une manifestation relativement faible à Athènes s’est rassemblée devant le parlement et s’est dispersée dans le calme après quelques heures, provoquant la déception des dirigeants syndicaux, il a toutefois été noté que tous les transports publics ainsi que les chauffeurs de taxi ont participé à la grève, ce qui a empêché les gens d’atteindre le lieu de la manifestation . Pendant ce temps, le troisième mémorandum a été discuté et approuvé dans les commissions parlementaires des affaires économiques et sociales.

En raison du fait que ce projet de loi a été présenté comme un seul article afin d’empêcher les députés de voter contre des éléments individuels, les membres juniors de la coalition du parti de la gauche démocratique ont pris la décision de voter « présent » sur le mémorandum mais se sont engagés à voter en faveur du  budget 2013 qui sera porté à un vote au Parlement le dimanche (11 novembre). La position de la gauche démocratique, combinée avec plusieurs voix rebelles de la Nouvelle Démocratie et du PASOK ont conduit à des spéculations quant à savoir si le mémorandum allait passer, sur la taille de la majorité gouvernementale et le risque d’un remaniement du gouvernement.

Le coup d’Etat parlementaire

La grève générale s’est poursuivie le mercredi 07 tandis que le troisième mémorandum était discuté lors de la session plénière du Parlement. La journée a commencé avec les députés de l’opposition de SYRIZA et les Grecs indépendants qui ont déposé une motion de rejet déclarant inconstitutionnels le mémorandum et la procédure d’urgence  qui ne permet que 10 heures de débat.

La situation a rapidement évolué pour devenir un cirque(voir ici). Le Président du Parlement, M. Meimarakis a tout d’abord demandé à ceux qui étaient présents dans le parlement à moitié vide se lever s’ils appuyaient la motion d’inconstitutionnalité, et a décidé que ceux qui s’opposaient à elle étaient plus nombreux. SYRIZA a contesté cette décision et a demandé un vote par appel nominal. Une pause d’une demi-heure a été étendu à plus d’une heure et 15 minutes pour permettre aux partis de la coalition du gouvernement de rassembler leurs députés qui étaient absents de la chambre.

Une fois le parlement rempli,  SYRIZA a contesté la procédure suivie par le Président, en lui rappelant que les règles parlementaires permettent une pause de 10 minutes maximum avant un vote par appel nominal. En outre, SYRIZA a souligné que les photographies du vote a montré une nette majorité de ceux en faveur de l’inconstitutionnalité, et a refusé de participer à l’appel indiquant que le vote avait déjà eu lieu, appelant cette  procédure un coup d’Etat.

Après des querelles juridiques et beaucoup de désaccords, SYRIZA a quitté le parlement et un vote par appel nominal a eu lieu :  147 députés ont considéré la procédure constitutionnelle et 47 inconstitutionnelle. Quelques minutes après le vote par appel nominal, il a été annoncé que la Cour suprême a jugé «toutes les mesures difficiles» de la politique d’austérité inconstitutionnelles. Même si cela n’a pas empêché le débat parlementaire de se poursuivre, il est susceptible de constituer une base de recours juridiques au mémorandum à l’avenir.

La manifestation du 7 novembre

Une grande manifestation s’est déroulée devant le parlement alors que les discussions se poursuivaient dans le parlemnt. Des dizaines de milliers de manifestants étaient rassemblés sur la place Syntagma et dans les rues et avenues avoisinantes, tandis que d’autres manifestations ont eu lieu dans d’autres villes du pays. Le groupe parlementaire SYRIZA a quitté le parlement et a déployé une grande banderole disant « vous détruisez le pays, partez maintenant », avant de rejoindre la manifestation. Les manifestants sont resté aussi longtemps qu’ils le pouvaient sur la place, sous une pluie torrentielle, avant le début des affrontements, des manifestants jetant des cocktails Molotov et des fusées éclairantes sur la police et la police répondant par l’usage intensif de  gaz lacrymogènes. Les canons à eau ont été utilisés pour la première fois pour disperser les manifestants. Le centre d’Athènes s’était vidé des manifestants en milieu de soirée, 103 manifestants ont été arrêtés, 5 détenus et 2 ont dû être transférés à l’hôpital.

Le vote du Mémorandum 3

Le cirque des travaux parlementaires a repris pendant la soirée où le ministre des Finances Stournaras a mis en lumière une note manuscrite modifiant les termes du plan d’austérité affectant les salaires et le statut du personnel du parlement. Les employés du parlement ont immédiatement décidé de faire grève, ce qui signifie que la session devait se poursuivre sans eux. Là encore, tous les partis de l’opposition ont contesté la légalité de la procédure, mais en vain. Le vote par appel nominal sur le mémorandum a finalement eu lieu aux alentours de minuit. Le résultat : 153 OUI, 128 NON et 18 ‘PRESENTS’.

6 députés du PASOK et un député de la Nouvelle Démocratie qui ont voté contre la ligne de leurs partis respectifs ont été immédiatement radiés de leurs partie. Il est également intéressant de noter que deux députés ont voté contre la ligne de leur parti Gauche Démocratique.

Le gouvernement de coalition, qui avait commencé avec une majorité de 179 députés après les élections, n’a pu rassembler une mince majorité de 153 voix pour le 3ème mémorandum.

La nouvelle composition du parlement

Jeudi 08 Novembre,  une nouvelle défection était à noter du côté du PASOK, celle du député Mimis Androulakis, qui a annoncé qu’il devenait indépendant. Cela laisse la composition du parlement comme suit: 126 députés pour la Nouvelle Démocratie, 71 pour SYRIZA, 26 pour le PASOK, 20 pour les Grecs Indépendants, 18 pour l’Aube Dorée, 16 pour la Gauche Démocratique, 12 pour le KKE et 11 sans étiquette. Le leader de la Gauche Démocratiques, Fotis Kouvelis, a demandé la démission de deux députés de son parti qui ont voté contre la ligne du parti, ce qu’ils ont refusé.

L’érosion rapide de la majorité gouvernementale a conduit à plus de spéculation en ce qui concerne la possibilité d’un remaniement du gouvernement et même à une perspective d’un effondrement dans les prochains mois.

Les premiers effets du Mémorandum 3 et la poursuite des grèves

L’encre était à peine sèche sur le 3ème mémorandum que 75 employés de la municipalité d’Athènes non diplômés de l’enseignement supérieur ont été informés qu’ils étaient licenciés.

Il a également été rapporté qu’un homme de 60 ans s’est suicidé quand il a découvert que sa pension d’invalidité serait suspendue.

Les actions de grève et de protestation se sont poursuivies avec le syndicat de la Public Power Corporation  qui a occupé les bureaux principaux pour protester contre les hausses prévues du coût de l’électricité. Le métro d’Athènes et les taxis n’ont pas fonctionné par pour le 3ème jour consécutif et les syndicats de journalistes ont annoncé des arrêts de travail sur les questions relatives au changement de leur caisse de sécurité sociale et des conventions collectives ainsi que des cas de censure.

Policiers infiltrés parmi les manifestants : la controverse entre Syriza et le ministre de l’Ordre Public Nikos Dendias

La controverse entre SYRIZA et ministre de l’Ordre public, Nikos Dendias a atteint un nouveau niveau cette semaine après que les députés du  SYRIZA sont descendus dans les rues d’Athènes le mardi matin pour enquêter sur des policiers en civil se faisant passer pour des manifestants. Le site affilié SYRIZA left.gr  a publié un rapport, ainsi que des photos et des vidéos qui montrent que des policiers en civil se font passer pour ces manifestants qui sont souvent responsables d’un grand nombre de détentions préventives avant les manifestations.

En outre, certains des policiers en civil étaient équipés de capuches, ce qui signifie qu’ils peuvent être des agents provocateurs. Nikos Dendias dans un communiqué de presse a décrit les pratiques SYRIZA comme illégal et fasciste, concluant que «le rouleau descente antidémocratique SYRIZA continue ».

Il convient toutefois de noter que, par sa déclaration, le ministre reconnaît implicitement la présence de policiers en civil dans les manifestations. Le bureau de presse SYRIZA a répondu que le ministre de l’Ordre public se préoccupe davantage de diffamer le SYRIZA que de garantir le droit du public de participer en toute sécurité à des manifestations.

Le parquet d’Athènes a ordonné jeudi une enquête contre le site left.gr pour examiner si la publication des photos de policiers en civil viole les lois sur la protection des données personnelles. C’est le même procureur qui a demandé l’arrestation de l’administrateur web de la page Facebook satirique Geon Pastitsios et du journaliste  Kostas Vaxevanis.

Un sondage qui en dit long

La publication du sondage politique jeudi soir a clairement montré la déception des citoyens envers les dirigeants politiques du pays et  le fonctionnement des institutions démocratiques.

Seulement 11% des personnes sondées ont indiqué qu’ils étaient satisfaits de la façon dont les institutions démocratiques fonctionnent en Grèce tandis que 81% ont indiqué qu’ils n’étaient pas satisfaits et 8% qu’ils croyaient que la démocratie était déjà abolie. Le sondage a en outre souligné la déception avec les partis politiques même si le fait que 26% des personnes sondées ont répondu spontanément que les partis politiques et les politiciens sont le principal problème du pays.

Mémorandum signé mais un plan de sauvetage pas encore assuré

L’élément principal du vendredi 09 Novembre a été le débat quant à savoir si la Grèce recevrait la tranche de 31?5 milliards d’euro du plan de sauvetage  en temps voulu. Le gouvernement a répété que le 3ème mémorandum devrait être voté avant le 07 Novembre et le budget 2013 le 11 Novembre pour que les ministres des Finances de la zone euro puissent prendre la décision de libérer la tranche lors de la réunion du le lundi 12 Novembre, en faisant ncore valoir que les caisses de l’Etat seraient vides avant le 16 Novembre.

Le vendredi Cependant les Grecs ont été soumis à une série de déclarations et de contre-déclarations des responsables grecs et européens concernant la tranche d’aide, avec des rumeurs sur le fait que cette tranche pourrait ne pas être versée avant des semaines, voire plusieurs mois. Les décaissement de la tranche d’aide n’est toujours pas connue.

Retour sur l’enquête de Walid, l’égyptien torturé par son patron

L’enquête sur le cas du travailleur migrant égyptien qui avait été kidnappé et torturé par son employeur a continué tout au long de la semaine, avec  la libération du tortionnaire sous des conditions restrictives le jeudi. La victime a témoigné à la cour du Pirée le lundi, tandis que les migrants égyptiens et d’autres ont manifesté devant l’ambassade d’Egypte le vendredi.

Il est apparu que la victime de l’enlèvement et de la torture n’avait pas été arrêté que pour son manque de papiers de séjour légal en Grèce, mais s’est également vu refuser l’accès à une grande partie des soins indispensables et pourraient être menacés d’expulsion. Cela est toutefois devenu une pratique courante par la police grecque, tel que cela a été rapporté par les groupes des droits de l’homme, d’arrêter et de déporter les victimes de violences racistes pour cause d’absence de  titre de séjour.

L’actualité à venir:

Dimanche 11 novembre :  vote du budget 2013 et manifestation à 17h à Athènes, Thessalonique et Heraklion
Mercredi  14 novembre : grèce paneuropéenne contre l’austérité
Samedi 17 Novembre : anniversaire du début de la révolte des étudiants contre la junte

Texte (anglais): @IrateGreek

Traduction et titrage : @Okeanews


L’émission de RadioBubbleInternational (par @IrateGreek) de la semaine en audio (langue anglaise) :

Dans le cas ou vous souhaitez partager cet article, vous devez a minima copier également le texte ci-dessous (en conservant le lien) :
source : OkeaNews

Merci de votre compréhension.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 19:27

 

- le 11 Novembre 2012

 

 

Banderole lors des manifestants de mercredi

   

 

Plusieurs milliers de manifestants affluaient ce dimanche soir devant le Parlement dans le centre d'Athènes pour protester contre le budget de rigueur 2013, qui doit être voté dans la nuit.


En colère contre la poursuite des politiques d'austérité, avec des économies budgétaires de plus de neuf milliards d'euros et une récession de -4,5% prévue en 2013, les syndicats du privé GSEE et du public Adedy ont appelé à des manifestations contre les mesures "antipopulaires" du budget. "Arrêtons la catastrophe, organisons le renversement" (du gouvernement), proclamait une banderole du principal parti d'opposition Syriza (gauche radicale). "Qu'on les chasse", lisait-on sur une autre banderole.

L'autre défilé organisé par le Front de lutte des travailleurs (Pame), proche des communistes, devait rejoindre le cortège des syndicats sur la place Syntagma.

9 milliards de coupes budgétaires

Le projet de budget 2013, qui doit en principe être adopté par les députés de la coalition gouvernementale, droite-socialiste-gauche démocratique, qui ne compte plus que 168 députés sur 300, prévoit des économies de plus de 9 milliards d'euros, dont 7,6 milliards proviennent des coupes dans salaires et retraites.

La manifestation intervient quatre jours après l'adoption par le Parlement d'une loi pluriannuelle 2013-2016 fixant le cap de 18 milliards d'euros d'économies budgétaires sur la période, malgré un rassemblement de quelque 70.000 personnes dans les rues opposées à la rigueur.

  • A lire aussi:

Les députés votent, les manifestants matraqués

Nouveau plan d'austérité voté en Grèce dans la douleur

S.G.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 19:25

 

Nouvel Observateur - Créé le 11-11-2012 à 20h01 - Mis à jour à 20h10

 

ATHENES (Sipa-AP) - Des centaines de manifestants se sont rassemblés autour du Parlement grec dimanche soir alors que les députés devaient voter, avant minuit, sur le projet de budget 2013 qui prévoit notamment une baisse de pensions et de salaires.

Ce vote survient quatre jours après l'adoption de justesse, pour cause de coalition gouvernementale divisée, de nouvelles mesures d'économies d'un total de 13,5 milliards d'euros.

Athènes espérait que l'adoption des nouvelles mesures d'austérité lui redonnerait un peu d'air mais le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a prévenu dimanche que les conditions n'étaient pas encore réunies pour que lui et ses homologues de la zone euro débloquent la prochaine tranche d'aide à la Grèce lors de la réunion de l'Eurogroupe prévue lundi. "Nous voulons tous (...) aider la Grèce, mais nous n'allons pas subir de pressions", a-t-il lancé lors d'une interview accordé à l'hebdomadaire allemand Welt am Sontag.

M. Schäuble a ajouté que les inspecteurs de la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) ne vont peut être pas rendre leur rapport sur la situation de la Grèce lundi. La Grèce affirme que les caisses de l'Etat seront vides le 16 novembre.

Le Parlement allemand doit avoir l'opportunité de "vérifier (les comptes grecs), discuter et décider" avant de débloquer la prochaine tranche d'aide, a ajouté le ministre allemand.

Pendant ce temps, à Athènes, des dizaines de milliers de personnes étaient attendues autour de parlement grec pour une manifestation contre le budget 2013. Lors de la dernière séance parlementaire d'il y a quatre jours, des manifestations contre l'austérité avaient rassemblé 80.000 personnes devant le Parlement, au second jour d'une grève générale. Des affrontements avaient éclaté avec la police, qui a arrêté cinq personnes et fait usage de canons à eau pour la première fois depuis des dizaines d'années.

Selon un sondage publié dimanche par le journal grec To Vima, 66% de la population s'oppose au nouvelles mesures d'austérité alors que 52% des Grecs estiment que le gouvernement devrait avoir plus de temps pour gérer la crise économique que traverse le pays.

Toujours selon ce sondage, réalisé sur un panel de 1.017 personnes, 86% des personnes intérrogées souffrent de difficultés financières après quatre ans de récession. Le taux de chômage a dépassé jeudi la barre des 25%.

ic/AP-v/sb

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22