Notre Dame des Landes

Mercredi 23 avril 2014 3 23 /04 /Avr /2014 23:03

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

 

Notre Dame des Landes : bonne mobilisation, l’expulsion n’a pas eu lieu

Nicolas de La Casinière (Reporterre)

mercredi 23 avril 2014

 

 

Alerte à l’expulsion de Saint Jean du Tertre ! Le message a couru sur la toile et sur le fil, hier. Dès l’aube, ce matin, une centaine de personnes étaient là - et Reporterre. Les gendarmes ne sont pas venus. Récit.


- Saint-Jean-du-Tertre (Loire-Atlantique), reportage

Cinq heures du matin. Des lucioles sillonnent les chemins creux. Des lampes frontales d’opposants rejoignent la ferme menacée d’expulsion, passant les barricades d’engins agricoles, de solides barres de béton de chantiers de travaux publics, de pneus, de tracteurs. « Les traces blanches sur la route, c’est des poteaux électriques en béton, qu’on traîne avec nos tracteurs » signale un paysan. L’appel à mobilisation pour défendre la ferme s’est fait du jour au lendemain. À la demande d’AGO (Aéroport Grand Ouest, consortium dominé par Vinci), propriétaire de certains terrains dont cette ferme, le tribunal de grande instance de Nantes a ordonné mardi l’expulsion de la ferme de Saint Jean du Tertre, occupée depuis le 14 avril. À effet immédiat.

D’où des chaînes de courriels, de textos, d’alertes sur les réseaux militants, paysans, zadistes, citoyens, aux alentours, de reprises sur les médias attentifs comme Reporterre. L’alerte a été lancée avant la décision de justice prononçant l’expulsion : « Malgré les annonces du gouvernement visant à ne pas débuter les travaux avant l’épuisement des recours juridiques, la société AGO et l’État menacent de détruire une nouvelle maison ».

Thermos, raquettes et barricades

Et chacun rapplique avec ses bottes, sa loupiote, son thermos de café chaud... La rosée mouille les bas de pantalons. Des fumigènes dépassent d’un sac à dos. Les raquettes de tennis censées renvoyer les grenades lacrymogènes sont à nouveau de sortie. Certains sont venus dormir sur place. Toute la nuit, des voitures ont rameuté du monde. Les routes convergeant vers la ferme étant toutes barrées et barricadées, les derniers soutiens se garent à la ferme voisine de Bellevue, l’exploitation agricole réinvestie en janvier 2013 par le collectif paysan Copain, juste après le départ de son occupant.

Les infos s’échangent dans la nuit : personne n’a vu de convois de fourgons bleu marine de la gendarmerie. Pas non plus aperçu de camionnette EDF qui viendrait démonter le compteur. Même si une intervention des électriciens publics est bien programmée dans la commune voisine. Les éclats gyrophares sur la route près du bourg de Notre Dame ? Un gars en retard pour embaucher à cinq heures du matin et qui s’est pris le fossé jusqu’à renverser sa voiture sur le flanc. « Et il va comment ? - Un peu groggy, il répétait toujours la même chose, mais sinon avait l’air d’aller ».

Report d’expulsion

Mais question expulsion, ce ne sera pas ce matin. « L’opération qui était effectivement calée dès mardi matin, a été annulée vers 20 heures au plus haut niveau de l’État. Cinq escadrons de gendarmes mobiles ont alors été démobilisés », note Ouest-France. Les 510 militaires ne se sont donc pas venus dans le bocage. Pas cette fois en tous cas. Les abords de la ferme se découvrent au point du jour, détaillant les silhouettes de frondaisons pétillant de chants d’oiseaux du petit matin.

« On va rester là. On n’a pas d’infos sur des mouvements de gardes mobiles, mais on surveille tout le temps », explique un zadiste lors d’une prise de parole après le lever du jour. Il manque un préalable, la venue d’un huissier signifiant l’imminence de l’expulsion mais elle peut être faite en même temps, « c’est vrai qu’aujourd’hui, il n’aurait pas pu passer en voiture. Mais ce sera peut-être demain, ou après demain... » commente une zadiste. « Du coup c’est un appel permanent à soutenir la ferme, tous les jours qui viennent. Ça peut être deux heures de temps en temps, avant d’aller au boulot, une matinée tous les quinze jours, tout est bienvenu... », explique Vincent du collectif Copain.

Le préfet en croisade contre l’impunité...

 

*Suite de l'article sur reporterr

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

 


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 avril 2014 3 23 /04 /Avr /2014 22:53

 

Source : zad.nadir.org

 

Infos du 21 au 27 avril - Mobilsation Ferme du Tertre....

mercredi 23 avril 2014, par zadist

 


Tant que la situation est calme, on continue les infos régulières, mais sur un rythme plus détendu d’un article par semaine, mis à jour tous les jours. Si quelque chose s’accélère, on donnera de nouveau les nouvelles en temps réel et vous pouvez écouter les nouvelles transmises par radio klaxon en streaming.

Si vous voyez des mouvements de police anormaux autour de la zone n’hésitez pas à nous contacter en appelant le numéro d’urgence au 06.43.92.07.01

Mercredi 23 avril

Ce communiqué a été élaboré sur place par des habitant-es, occupant-es, paysan-nes, voisines, complices et plus simplement entre personnes en lutte ensemble :

« Face à une menace claire d’intervention policière sur la ZAD, le mouvement d’opposition au projet d’aéroport a montré sa détermination, son unité et sa capacité à se mobiliser.

Toute la nuit paysan-nes, occupant-es, citoyen-nes ont barricadé ensemble les accès à la ferme de Saint Jean du Tertre dont la destruction avait été planifiée ainsi que protégé les lieux occupés alentours, également menacés.

Des dizaines de tracteur, plusieurs centaines de personnes étaient présentes dès 5h du matin. Cette réction massive et unitaire du mouvement sera systématique face à toute tentative d’intervention sur la zone.

Les collectifs locaux restent vigilants et prêts à mettre en place le blocage de la région pour empêcher toute expulsion ou début de travaux. A l’échelle nationale 200 collectifs prévoient l’occupation de lieux de pouvoir en cas d’intervention.

L’aéroport ne se fera pas ! Sur plave l’occupation du territoire s’intensifie, nous continuons à l’habiter et à le cultiver. Nous déjà, ensemble, dans l’après projet. »

Les résistant-es de Saint Jean du Tertre.

-  18 H : INFO MAISON DU TERTRE/FREUZIERE :

Beaucoup des manifestants sont venus ce matin 5h pour défendre la ferme du Saint Jean du Tertre et la Freuzière, une autre maison proche qui est menacée de l’expulsion ( selon nos informations, ERDF voulait couper aussi leur access en même temps que le Tertre).

Finalement, pour des raisons qu’on ignore, ni flics ni machines ne sont venuese aujourd’hui pour expulser et détruire la Ferme du Saint Jean du Tertre. La Préfecture a "assuré Mercredi midi qu’il n’y avait pas d’intervention prévue "à ce stade", et qu’une intervention n’était pas souhaitable" dans les conditions telles qu’elles sont présentes."

Comme la Préfecture a encore montré qu’elle change sa stratégie suivante, même 2,3 fois a une seule matiné, on maintient la mobilisation pour cette nuit et demain !

Les barricades sur la route de "Chênes de Perrières", dans l’Ouest de la Zad restent sur place. Besoin de renfort et soutien dès que ce soir jusqu’au demain !

Merci à celles et ceux qui sont venues ce matin, c’est rassurant d’avoir encore une fois vu que la mobilisation contre l’aéroport ne faiblit pas !

À demain !

 

- Et une autre nouvelle arrive ce fin matiné : Notre-Dame-des-Landes annulé, l’aéroport de Rennes renforcé ?

- Selon @Prefet44 "pas d’intervention prévue. Le processus prévoit d’abord la notification décision justice"

- InfotraFlic  : Pas plus des infos que ça a l’instant ! Soyons vigilantes quand même....

- URGENT ! Selon une source d’un journaliste qui est revenu sur place à la ferme du tertre, l’intervention sera imminente ! Changement de stratégie dernière minute ? De toute façon, ses confrères journalistes sont au retour à la ferme aussi...

Les barricades restent fermées du coup !!

- Sur Ouest France/Maville ils disent... : Ce mercredi matin, les militants anti-aéroport attendent toujours l’intervention des forces de l’ordre. En vain. L’opération, qui, selon nos informations, était effectivement calée dès mardi matin, a été annulée vers 20 heures au plus haut niveau de l’État. Cinq escadrons de gendarmes mobiles ont alors été démobilisés.

- Les médias bourgoises disent :

PressO :Pas d’expulsion à la ferme de Vigneux ce mercredi

PAR CONTRE : Dans LeFigaro on peut lire : Expulsion d’une centaine de Roms à Nice : Un camp de Roms à Nice est en cours d’évacuation depuis ce matin 7h45, selon Nice-Matin. Une centaine de personnes sont délogées conformément à un jugement en référé du 20 mars. Les logements devraient être rasés par un buldozer déjà sur place.

STOP EXPULSIONS, NI ICI, NI AILLEURS ! EXPULSONS VALLS !!

Solidarité aux familles Roms expulsées !

- 9h30  : pour l’instant, on a l’impression que l’intervention est aussi plombé que leur aéroport.....

- InfotraFlic 09h15  : Tout reste calme sur la Zad et notamment au Tertre et Bellevue !

- Info de collectif "face aux armes de la police" :

S’organiser face aux armes et aux mutilations de la police c’est aussi mettre en commun les différentes expériences et les différents outils qui ont été élaborés ici et là. Nous proposons ici une fiche sur les différentes procédures possible. LIEN

- reçu  : au milieu d’annonces urgentes pour la protection rapprochée de la maison de St Jean du Tertre sur la ZAD, voici un message de Sofie Vinet, initiative artistique pour le parcours "Landes-Art", en soutien à la lutte.

Mieux qu’un carton rouge... les chiffons rouges !

- Images de ce petit matin.... :



- Rennes TV dis sur Twitter  : 8h00 : mobilisation de 200 à 300 zadistes pour protéger la ferme du tertre à #NDDL. Pas d’intervention de la police.

 

- Info reçu  : Franck Dubray, reporter photographe à Oueste France, a twitté vers 20h20 que l’opération de St Jean du Tertre était annulée : https://twitter.com/DubrayFranck/status/458671576247197696 puis de nouveau 10 minutes plus tard : https://twitter.com/DubrayFranck/status/458673137912397824

A prendre avec prudence....

- InfotraFlic :

6h45  : pas des flics à la Paquelais, Notre dame des Landes, Ardillières, Vigneux... Tout reste calme pour l’instant...! Il y a du monde a la Ferme de Saint Jean du Tertre....

Mardi 22 avril

- 20h10 Info reçu : arrivée imminente de CRS... Vue sur la RN 137 (sens Rennes/Nantes) ce soir vers 19h15, une vingtaine de camionnette, ils s’arrêtaient pour une pause pipi ou que sais je à l’aire de treillères...

Sur la ZAD

URGENT : le rendu du procès des occupant-e-s de la ferme de Saint-Jean-du-Tertre est tombé cet après-midi : illes sont expulsables sans délai. Plusieurs sources concordantes nous font penser qu’une intervention est prévue demain mercredi matin pour détruire cette ferme (et uniquement cette ferme). Pour les en empêcher, nous avons besoion d’un soutien massif et diversifié. Nous vous appelons à venir partir de 5h mercredi matin directement à Saint-Jean-du-Tertre ou à Bellevue, ou un départ sera organisé à 5h. Faites passer le mot !. La version des médias : metronews, ouest france, presse océan.

 

 

Source : zad.nadir.org

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 19 avril 2014 6 19 /04 /Avr /2014 23:11

 

Source : www.mediapart.fr

 

Nantes: le chef de la police assume sans réserve les blessés par Flashball

|  Par Louise Fessard

 

 

 

Le bilan des blessés de la manifestation de Nantes contre l'aéroport ne cesse de s'alourdir. Trois hommes ont été grièvement blessés à l’œil par des tirs policiers. Interrogé par Mediapart, le directeur départemental de la sécurité publique assume : « Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels. »

Trois jeunes hommes ont été grièvement blessés à l’œil par des tirs policiers, lors de la manifestation du 22 février à Nantes contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. L'un est éborgné et les deux autres ont peu de chances de retrouver la vue. Sur la page Facebook d’appel à témoignages qui a été créée, plusieurs autres manifestants affirment, photos à l’appui, avoir été atteints par des tirs de Flashball au visage : sur le crâne avec neuf points de suture, sur la joue ou encore à la lèvre. Quatre enquêtes pour violences ont déjà été confiées à la délégation rennaise de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

C'est un bilan particulièrement lourd et inédit pour une manifestation en France. Contacté par Mediapart, Jean-Christophe Bertrand, directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique depuis juillet 2013, a accepté de répondre le 15 avril à nos questions par téléphone. Il assume sans sourciller les violences commises et rappelle qu'une enquête de l'IGPN est en cours. « Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels », déclare Jean-Christophe Bertrand.

Jeudi 17 avril, deux jours après cet entretien, Jean-Christophe Bertrand a incité, dans une note de service révélée par France-3 Pays de la Loire, les policiers blessés à saisir eux aussi la justice en leur annonçant la création d'une structure dédiée pour recueillir leurs plaintes. Il indique avoir lui-même décidé de déposer plainte en tant que directeur départemental: il veut «marquer tout (son) soutien aux fonctionnaires (...) mais aussi pour prendre en compte le caractère exceptionnel d'une manifestation qui a fortement marqué les esprits». Entretien.

Quel était le cadre d’utilisation du Flashball superpro et du Lanceur de balles de défense 40 × 46 (plus puissant et précis) au cours de cette manifestation ?

Jean-Christophe Bertrand : Le Flashball et le LBD ont effectivement été utilisés dans cette manifestation, dans le cadre légal. À savoir dans des situations de légitime défense, quand des fonctionnaires ont été agressés par des jets de divers projectiles, dont des pavés catapultés, des billes d'acier, des boulons, et des cocktails Molotov. Et à certains moments, dans un autre cadre d’emploi, qui est la dispersion des attroupements après que des sommations ont été effectuées.

Les fonctionnaires ont obligation de faire un rapport après chaque utilisation de ces armes. Combien de tirs ont eu lieu au cours de la manifestation du 22 février ?

Je ne peux pas vous dire. Ce sera à l’IGPN de le déterminer lors de son enquête.

La police française est réputée pour son savoir-faire en matière de maintien de l’ordre. Est-ce normal qu'au cours d'une manifestation, trois personnes soient grièvement blessés au visage par des tirs policiers au point, pour l’un, d’avoir perdu un œil ?

Il y avait 20 000 manifestants (50 000 selon les organisateurs, ndlr). Tout ceux qui ont défilé pacifiquement et n’ont pas cherché l’affrontement avec les forces de l’ordre n’ont rien eu. Mais un petit millier de personnes ont voulu en découdre et se sont exposées à une réplique des forces de l’ordre. On peut considérer que trois blessés au visage c’est beaucoup, mais il faut rapporter ce chiffre au nombre de manifestants. Nous encadrons tous les jours des manifestations à Nantes sans avoir à utiliser ces armes, ce qui prouve l’extrême violence de la manifestation du 22 février. Nous n’avions jamais connu ça à Nantes, et rarement dans le reste de la France. Au total, 130 policiers et gendarmes ont été blessés (dont 27 adressés au CHU et un seul cas grave d'un officier d'une CRS souffrant d'une fracture au bras, ndlr).

Il faut attendre les résultats de l’enquête de l’IGPN pour savoir si ces personnes ont effectivement été blessées par des tirs de Flashball et de LBD, et pour savoir ce que ces personnes faisaient au moment où elles ont été blessées. L’un des manifestants blessés à l’œil (Quentin Torselli, ndlr) se trouvait au milieu de gens qui affrontaient les forces de l’ordre. Je me demande ce qu’il faisait là (le jeune homme affirme qu'il reculait et était pacifique, ndlr).

Doit-on en conclure que les forces de l’ordre françaises sont autorisées à crever les yeux de manifestants qui se retrouvent au milieu d’affrontements ?

Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels. La réplique est proportionnée. Si l'on a équipé les forces de l’ordre d’armes non létales, c’est pour éviter que les fonctionnaires n'aient recours à des armes conventionnelles (armes à feu, ndlr).

Mais comment expliquer qu’autant de personnes aient été touchées au visage, alors qu’il est expressément interdit aux fonctionnaires de viser au-dessus des épaules, sauf cas de légitime défense ?

Si la personne bouge entre le moment où le fonctionnaire appuie sur la queue de détente de l’arme et l’impact, il y a toujours un risque que le point d’impact ne soit pas celui initialement visé.

Les policiers et gendarmes ont-ils reçu des instructions particulière quant à l’usage de ces armes avant la manifestation ?

Je rappelle que les fonctionnaires dotés de cette arme, à savoir les CRS, les gendarmes mobiles et les agents de sécurité publique, ont reçu une formation technique et juridique. Donc ils connaissent parfaitement leurs conditions d’usage.

«Je dépose plainte»

 

 

Sur une vidéo filmée par un photographe indépendant, on voit des CRS et un camion à eau poursuivre, gazer et asperger d'eau à haute pression des manifestants qui tentent de secourir Quentin Torselli, blessé quelques instants plus tôt. Y a-t-il eu des entraves aux secours ?

Non, il faut faire attention aux vidéos, car on ne voit pas ce qui se passe derrière les manifestants. La caméra est tournée uniquement vers les fonctionnaires. On ne peut donc pas analyser la scène en toute impartialité. Je ne pense pas que les fonctionnaires dans le camion à eau aient pu entendre ce que criaient les manifestants devant.

 

 

Deux journalistes ont déposé plainte pour violence. L’un d’eux, un photographe, a reçu un tir de Flashball dans le torse après avoir crié « Hé, c’est des journalistes ». Il se trouvait au milieu de plusieurs reporters clairement identifiables par leurs caméras et appareils photo. Pourquoi tirer sur un journaliste ?

Il faut bien analyser les images et le son, parce qu’il n’est pas certain que les fonctionnaires aient entendu ce qu’il criait. Quand des journalistes sont mélangés aux casseurs, c’est assez difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Dans le feu de l'action, il n'est pas facile de trier.

Est-ce normal que des agents du GIPN (Groupe d'intervention de la police nationale) de Rennes soient intervenus en maintien de l’ordre sur la voie publique, cagoulés, sans matricule, ni moyen d’identification ?

Ils étaient identifiés en tant que fonctionnaires de police. De toute façon, personne n’est capable de lire un matricule dans un contexte aussi agité de manifestation. Le GIPN était initialement dédié à la protection de la mairie. En fin d'après-midi, la situation est devenue tellement critique qu’ils ont demandé à venir porter assistance à leurs collègues, qui se trouvaient entre le cours des 50-Otages et le parking de la Petite-Hollande.

Attendiez-vous un milliers de « casseurs », selon le chiffre qui a ensuite été donné par la préfecture de Loire-Atlantique ?

Nous avions des informations de risques d’agrégation de gens violents, ce qui s’est révélé exact. Mais nous n’avions pas de chiffre précis.

Dans une lettre ouverte au ministre de l’intérieur, Françoise Verchère, conseillère générale du Parti de gauche et l'une des responsables du collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport (le Cédépa), s’est étonnée que la police ne soit pas intervenue plus tôt pour interpeller le petit groupe de personnes qui se livrait à des dégradations en tout début de manifestation. Qu’en est-il ?

Je rappelle à Mme Verchère que lorsqu’on est élu de la République, on respecte les lois de la République. En l’occurrence, les organisateurs d’une manifestation sont censés déclarer son parcours auprès des pouvoirs publics. Ce que se sont obstinément refusé à faire les organisateurs de la manifestation du 22 février (plusieurs réunions se sont tenues entre la préfecture et les organisateurs, sans qu'aucun accord n’ait été trouvé, ndlr).

Face à l’absence de dialogue et à leur volonté de passer par le centre-ville, nous avons dû prendre des mesures de blocage des accès en centre-ville. Nous avions donc des forces mobilisées pour verrouiller le centre-ville et que nous ne pouvions pas déplacer pour aller interpeller des gens qui commettaient des dégradations le long du parcours de la manifestation. Il n’y a aucun manichéisme de notre part !

Vous avez annoncé dans une note de service du 17 avril vouloir vous-même déposer plainte. Pourquoi ?

Il y avait un certain nombre de demandes de la part de fonctionnaires qui avaient l'impression d'avoir été oubliés, au vu de la couverture médiatique offerte aux manifestants blessés. D'où mon souhait d'organiser le recueil de ces plaintes. Et, à titre personnel, je déposerai également plainte à l'appui des personnels agressés, en tant que chef de service, comme les textes m'y autorisent. Il y a eu des blessures physiques, comme des acouphènes, et d'autres moins visibles, psychologiques. Plusieurs fonctionnaires souffrent de troubles liés à la violence inouïe à laquelle ils ont dû faire face.

 

Lire aussi

 

Source : www.mediapart.fr

 

 


 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 17 avril 2014 4 17 /04 /Avr /2014 23:26

 

Source : www.lemonde.fr

 

Notre-Dame-des-Landes : la France « mise en demeure » par l'UE

Le Monde.fr | 17.04.2014 à 17h24 • Mis à jour le 17.04.2014 à 17h58 | Par Rémi Barroux

 
 

 

Dans la ZAD à Notre-Dame-des-Landes, en mars 2013

 

Le dossier du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes n'a pas fini d'empoisonner le gouvernement, y compris après le départ de Jean-Marc Ayrault, ex-premier ministre et ardent défenseur du projet nantais.

La Commission européenne a envoyé, mercredi, une mise en demeure aux autorités françaises, « première étape d'une procédure d'infraction » comme l'a précisé au Monde, jeudi 17 avril,  Jo Hennon, porte-parole du commissaire européen à l'environnement.

 IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Bruxelles s'interroge, dans un courrier révélé par le quotidien Presse Océan, sur « l'absence de certaines évaluations d'impact environnemental, qui doivent notamment faire figurer les effets notables probables sur l'environnement, y compris les effets secondaires et cumulatifs ». La directive 2001/42/CE impose aux Etats membres de soumettre à une évaluation stratégique environnementale (ESE) les plans et programmes fixant le cadre pour la construction d'un aéroport.

« Cette évaluation doit être effectuée avant que le plan-programme ne soit adopté », explique M. Hennon. Cette étude n'a pas été faite avant la publication des arrêtés « loi sur l'eau » et « espèces protégées » de décembre 2013 qui « permettent d'initier les travaux d'aménagement de l'aéroport du Grand-Ouest et de desserte routière désormais à tout moment », estime Bruxelles.

C'est une bonne nouvelle pour les opposants à la future plate-forme aéroportuaire qui doit être construite et gérée par Vinci Airports, en remplacement de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique. Malgré le succès de leur manifestation du 22 février, les occupants de la ZAD, zone d'aménagement différé devenue zone à défendre, et leurs soutiens (écologistes, anticapitalistes, agriculteurs) craignaient que les travaux ne démarrent prochainement, la plupart des recours juridiques ayant été épuisés.

PAS D'INGÉRENCE DE L'EUROPE

La mise en demeure de Bruxelles impose au gouvernement de répondre dans les deux mois. Et pourrait, en cas de constatation d'infraction à la réglementation européenne, déboucher sur une astreinte financière. La procédure est encore longue. Et la Commission européenne se garde bien de toute ingérence sur le projet d'aéroport. « Le droit de l'Union européenne, notamment le droit de l'environnement, n'empêche pas la construction d'un aéroport ou de tout autre projet d'infrastructure, précise Jo Hennon. Il n'appartient pas à la Commission de trancher quant à l'opportunite politique ou économique d'un projet d'infrastructure. »

 Mais les projets doivent répondre à des critères, notamment en termes d'impact environnemental, et prévoir les mesures permettant de les réduire. « Cela aboutit à une meilleure prise de décisions, à des projets durables qui suscitent moins de polémiques et de contestations », dit encore le porte-parole du commissaire à l'environnement.

Lire l'enquête : La bataille de "Notre-Dame-des-Colères"

 MANQUEMENT À LA RÉGLEMENTATION

En février 2013, Bruxelles avait déjà demandé au gouvernement français des informations sur le respect des réglementations européennes, à propos de Notre-Dame-des-Landes, notamment sur l'évaluation des incidences du projet sur l'environnement. Après la réponse de la France, la Commission avait dit attendre la publication des derniers arrêtés permettant le début des travaux. Aujourd'hui, la commission précise, dans une note dont Le Monde a eu connaissance, que « les impacts sur l'eau et le milieu aquatique semblent avoir été correctement évalués,  des mesures de compensation semblent avoir été prévues et l'impact résiduel sera à priori limité ».

A la préfecture de Nantes, on se veut serein. « Nous sommes dans la continuité d'un dialogue avec la Commission européenne, explique Mickaël Doré, sous-préfet en charge du dossier de Notre-Dame-des-Landes. Nous avons deux mois pour répondre aux questions et nous y travaillons. Si à la lecture de nos précisions, la Commission se montre insatisfaite, nous pourrions alors entrer dans une démarche contentieuse ».

Il reste le défaut d'évaluation des impacts cumulés de l'ensemble des infrastructures, non pris en compte lors de l'étape de la procédure d'autorisation. Le chantier de l'aéroport et ceux des différentes dessertes, routières ou ferroviaires, n'ont pas été considérés dans leur ensemble mais séparément. Une faute selon Bruxelles et un manquement à la réglementation.

Regarder la situation de Notre-Dame-des-Landes en une carte

 

Carte de situation de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.  Rémi Barroux
Journaliste au Monde

 


 

Source : www.lemonde.fr

 



Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 17 avril 2014 4 17 /04 /Avr /2014 21:01

 

 

Comité ZAD Maison de la Grève, Rennes (35).
Comité ZAD Bammeville, Rouen (76).

 

[nddl-intercomites] INVITATION REUNION INTERCOMITES

 
   

INVITATION À RÉUNION INTER-COMITÉS

 « PRENDRE PLACE »

 

 

            Nous vous écrivons pour vous faire une proposition d'actions collectives qui nous semble importante de réaliser dans les mois à venir afin de continuer et prolonger tout ce que les « no aéroport » ont déjà accomplit. Le 22 février 2014, nous nous sommes retrouvés au cœur de Nantes pour y rester à très nombreux jusqu'à la tombée de la nuit. Malgré l'absurde battage médiatique qui parie sur la division, il ne fait aucun doute que le mouvement tient et se renforce dans la durée.

 

            Sur la zone, on vit à son rythme propre, on crée de nouveaux espaces, des contre-espaces. Avec les réoccupations de terres, les occupations de maisons, le quotidien et la circulation, la Zone à Défendre ne vit pas sur la défensive. Si la ZAD rassemble autant d'énergies, c'est que depuis deux ans, elle a su se déployer sur la zone sans que la zone devienne son propre piège. Elle ne s'est pas essoufflée à l'intérieur de ses frontières.

Combien de personnes se rendent sur place pour discuter, approvisionner ou soutenir une initiative ? Combien vont filer un coup de main pour construire des cabanes ou défendre des barricades ? Combien se sont agitées dans leur ville lors de l'attaque de la Châtaigne ? Voici donc un des aspects les plus enthousiasmants  : d'un côté la zone est forte de ces liens qui se composent sur le territoire, de l'autre elle se diffuse partout où il y a réappropriations d'espaces et de temps. C'est pourquoi nous n'y voyons pas seulement une lutte locale, nous y voyons un mouvement de contestation qui réunit de multiples énergies aux quatre coins de la France. Jusqu'à maintenant les comités ont compté pour la lutte comme force de nombre et de soutien, ils peuvent aujourd'hui la nourrir en devenant source d'initiatives et de propositions. Les récents remues ménages politiciens au sein du PS et des Verts éloignent toujours plus la perspective de voir naître cet aéroport. Chacune de leurs hésitations est une occasion pour nous de prendre l'avantage.

 

            C'est pourquoi nous vous invitons à réfléchir à notre proposition : occuper une place dans le centre d'une ou de plusieurs villes régionales, notamment Nantes.  Cette idée, amener la ZAD en ville, est à développer ensemble dans toutes ses modalités. Pour ce pari, sûrement faut-il nous inspirer de l'occupation de la châtaigne où de nombreux collectifs avaient préparé de quoi monter, en peu de temps, plusieurs structures en kit. Ou encore du 22 février, où l'occupation de la rue semblait aller de soi et où la manif regorgeait de chars et de constructions en tout genre. Nous sommes restés longtemps à discuter, à débattre et à disputer la rue aux autorités. Mais aussi ce sont les divers mouvements « Occupy » qui résonnent évidemment dans notre proposition. Ce sont de profondes contestations qui soufflent de places en parcs, qu'elles soient européennes, méditerranéennes ou américaines. L'idée de cette occupation naît de l'intuition que les temps qui courent sont propices à l'audace : faire place à un campement inédit là où il nous semblerait opportun de le faire.

 

En espérant que cette proposition stimulera vos idées pour trouver les chants qui nous porterons, diffuser l'information, faire vos frites, mettre en branle votre comité, réveiller votre école, votre village, votre boîte pour venir sur ces places :

 

Venez en discuter le SAMEDI 3 MAI, à ROUEN, à 14H au local occupé du comité ZAD (46 rue de Bammeville). 

Il est possible d'arriver la veille et de loger sur place, ainsi que de rester pour le dimanche. Un repas sera préparé pour passer le samedi soir ensemble.

Nous vous invitons à ajouter votre signature de comité si cette proposition vous semble pertinente. N'hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions concernant cette invitation. 

 

Pour nous contacter 

Écrire sur la mailing-list des comités, ou bien répondre directement à cette adresse :

prendreplace@riseup.net

 

 

 

Comité ZAD Maison de la Grève, Rennes (35).

Comité ZAD Bammeville, Rouen (76).

 

 

 

 

 

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 avril 2014 4 10 /04 /Avr /2014 23:22

 

Source : www.reporterre.net


 

Le tribunal nantais assomme les manifestants anti-aéroport et laisse courir la police

Nicolas de La Casinière (Reporterre)

jeudi 10 avril 2014

 

 

 

Le tribunal de Nantes a condamné très lourdement quelques personnes ayant participé à la manifestation du 22 février contre l’aéroport de Notre Dame des Landes. Jugées d’avoir été violentes, mais avec des preuves très ténues. Quant aux policiers qui ont gravement blessé des manifestants avec des flash balls, ils courent toujours.


- Nantes, correspondant

Le 22 février dernier s’est déroulée à Nantes une grande manifestation contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Près de 40 000 personnes y avaient participé, ainsi que 520 tracteurs, mais une confrontation avec la police s’était produite. Le lendemain, la police avait annoncé la mise en place d’une cellule spéciale d’enquête d’une trentaine de fonctionnaires pour attraper ceux que les autorités désignaient comme "casseurs".

Cinq semaines plus tard, passée l’échéance politique sensible des municipales, les enquêteurs ont trouvé. À défaut des fameux « blacks blocs qui voulaient casser du policier et s’en prendre aux mobiliers urbains » stigmatisés par Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, on a pris deux militants connus et deux lampistes. Si la préfecture avait annoncé le jour même huit policiers blessés, le chiffre montant à 129 « contusionnés » le lendemain, tous ont disparu des audiences de la justice.

L’urgence, cinq semaines après

Neuf arrestations ont eu lieu au petit matin du 31 mars, le lendemain même du deuxième tour des élections municipales. Mais deux personnes étaient de suite relâchées - l’une n’était pas à Nantes le jour de la manif, les preuves manquant contre le deuxième. Les gardes à vue ont été renouvelées jusqu’au transfert devant le tribunal correctionnel.

La procédure de comparution immédiate est habituellement utilisée en urgence après des flagrants délits. Là, alors que les faits remontent à plus d’un mois, elle a permis de tenir l’audience le 1er avril, dans la continuité des arrestations.

Charges retenues contre les quatre prévenus : des présumées « violences sur personne détentrice de l’autorité publique ». Mais aucun policier n’est venu témoigner avoir été atteint par un des quatre prévenus. Le reste des charges : fabrication d’un engin incendiaire (un fumigène), participation avec arme par destination (un pavé pour l’un, des cailloux ramassés pour les deux autres), dégradation (pour avoir pénétré dans une boutique de la société publique de transport en commun et pris un T-shirt, après avoir été trempé par les canons à eau de la police). Cette récupération d’un T-shirt sec a été qualifiée de « graves exactions » par le juge à l’audience.

Pastilles et bagdes

Philippe, 53 ans, intermittent du spectacle, casier judiciaire vierge, militant de longue date à la CGT et au DAL (Droit au logement), un des quatre dans le box, a bien reconnu avoir fait « retour à l’envoyeur » des « pastilles lacrymogènes ». Mais il souligne : « Il n ’y a aucun lien entre tous les quatre. Alors pourquoi faire un lot, plus d’un mois après ? »

On l’accuse avec trois clichés, captures d’écran d’un film pris au cœur des nuages lacrymogènes par la télévision locale TV Rennes. Sur une capture d’écran, on le reconnaît debout au milieu de gens masqués qui dépavent des rails du tramway. Un autre cliché présente une personne de dos. Une autre image montre une personne non identifiable mais de gabarit similaire. Des badges sur un blouson sombre. Éléments clef de la perquisition, ces « trois badges que tout le monde peut avoir et que les policiers ont reposé en groupe sur un blouson saisi dans la perquisition » pour recouper avec l’image dans la manif.

Fumigène ou engin incendiaire

« La justice était apparemment plutôt contente d’avoir quelques militants investis, plus idéologiquement conformes, qu’on retrouve régulièrement dans des manifs, que les pékins moyens arrêtés le jour même et traduits aussi en comparution immédiate », explique Me Stéphane Vallée, avocat d’Enguerrand, le militant de 22 ans, sans emploi, qui a été condamné à un an ferme. Il a reconnu « quelques pierres et trois fumigènes dans une période de dix minutes, mais contre le mur anti-émeute, pas sur des personnes » explique sa compagne.

Des traces de son ADN sont retrouvés sur un fumigène trouvé par delà des hautes grilles anti-émeutes barrant la rue fixées au devant des camions de police. S’il a admis en garde à vue avoir fabriqué ce fumigène, quoi de répréhensible pour un produit d’artifice en vente libre, utilisé dans toutes les manifestations syndicales ?


- Fumigène dans une manifestation à Metz -

« La justice fait une interprétation pour considérer que, comme on y met le feu pour l’allumer, ça entre dans la catégorie des engins incendiaires ou explosifs », dit Me Vallée à Reporterre, une semaine après l’audience. Son client a aussi été condamné pour violences : « Il reconnaît avoir lancé un pavé en direction des policiers, mais où sont les violences s’il n’y a pas de victimes ? Personne n’a été atteint par ce projectile dans les rangs des forces de l’ordre, on n’a aucun nom de fonctionnaire se disant victime, rien... »

 

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 8 avril 2014 2 08 /04 /Avr /2014 00:44

 

Source : zad.nadir.org

 

Infos du 7 au 13 avril

lundi 7 avril 2014, par zadist

 


Tant que la situation est calme, on continue les infos régulières, mais sur un rythme plus détendu d’un article par semaine, mis à jour tous les jours. Si quelque chose s’accélère, on donnera de nouveau les nouvelles en temps réel et vous pouvez écouter les nouvelles transmises par radio klaxon en streaming.

Si vous voyez des mouvements de police anormaux autour de la zone n’hésitez pas à nous contacter en appelant le numéro d’urgence au 06.43.92.07.01

Lundi 7 avril

Sur la ZAD

- Plusieurs personnes sont venues hier dans la nuit pour attaquer des Roms qui habitent à La Paquelais (bourg proche de la ZAD). Ces personnes ont détruit une antenne et lancés les poubelles contre la salle collective ainsi qu’un siège en bois qu’ils ont détruits. Courage et solidarité avec nos voisin-e-s Roms.

- Pour l’atelier couture, nous recherchons des tissus (tout coupon), particulièrement pour coudre des toiles de tipi pour les zads, si vous avez des grandes chutes ou des rouleaux, ce serait formidable. Merci de déposer ça à Bellevue.

Dans la lutte contre l’aéroport...

Un reportage sur la lutte de Notre-Dame-des-Landes va être diffusé au journal de 20h sur TF1 ce lundi soir...

...et son monde

- Un Appel aux citadins nantais sans terre soutenu par Sème ta ZAD

- Des nouvelles de la lutte de Belo Monte : Quand les rivières nous enseignent à ignorer les frontières et continuer la lutte

 

 

Source : zad.nadir.org

 

 


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 avril 2014 4 03 /04 /Avr /2014 00:21

 

Source : zad.nadir.org

 

Infos du 31 mars au 6 avril

lundi 31 mars 2014, par zadist

 

 


Tant que la situation est calme, on continue les infos régulières, mais sur un rythme plus détendu d’un article par semaine, mis à jour tous les jours. Si quelque chose s’accélère, on donnera de nouveau les nouvelles en temps réel et vous pouvez écouter les nouvelles transmises par radio klaxon en streaming.

Si vous voyez des mouvements de police anormaux autour de la zone n’hésitez pas à nous contacter en appelant le numéro d’urgence au 06.43.92.07.01

Mercredi 3 avril

Sur la zad

- 16h05 : Toujours les 4 fourgons de GM sur la route de "la haie" et plus qu’une clio aux ardillieres devant maison mitoyenne. Mais aussi voiture grise ordinaire devant la maison fermeé (vigiles ?)...

- 15h40 : Controle de flic au fay de bretagne a la coccinelle ! Infos traflics aussi a suivre sur le stream >> http://deathstar.puscii.nl:8000/klaxon.ogg

- Reçu :

Bonjour à tous,

Un peu fatigués vous aussi des débats stériles post-électoraux ? Allez donc faire un tour sur la Zad, vous y verrez le bocage, les moutons, les gens qui vivent au rythme de ces jours printaniers, en attendant voici des images : http://www.presquilegazette.net/presquilegazette-net-pages/environnement/notre-dame-des-landes/reportages/file-la-laine-file-les-jours-sur-la-zad.html

Bonne journée :)

- 14h10 : Encore toujours une 10ene de porc autour de la maison des ardilleres, autre on ete vu se ballader dans le champs autours, et quelques un qui se cachent, la physionomiste aussi sur place, quelque gendarmes en tenu camouflage et civile et encore toujours la pelleteuse et 2 camions porte chars.
- 10h55 : Pour linstant pas de nouvelles des Ardilleres mais ce qui a été dit c est que la veranda de la maison des Ardilleres a été detruite pour pouvoir murer directement la maison et avoir un meilleur controle dessus. La personne qui habite dans la maison mitoyenne n avait evidemment pas l air tres au courant de ce qu’il se passait.
- 10h04 : A priori ils ont casser la véranda de la maison des Ardillères : Vincitation à la révolte. pour pouvoir mieu la barricader
- 09h34 : Rectification il y a des engins près de la maison des ardillères. Ils débroussaillent autour pour l’instant, des gens sont partis voir. On vous tiens au courant
- 09h02 : Camions et pelleteuses ont pris la direction de la haie, village en face du liminbout
- 8h50 : 1 pelleteuse et 10 camions de GM vu au cimetière de NDDL

Ailleurs

- Appel 13 avril : Gaz de schiste, gaz de couche. Ni ici ni ailleurs, ni aujourd’hui ni demain

- APPEL A MOBILISATION MASSIVE : EXPULSION IMMINENTE DE LA ZAD DU TESTET && C’est officiel, la Préfecture a annoncé que le déboisement était reporté.

Mardi 1 avril

19H30 des nouvelles de la legale team

il y a eu plusieurs comparutions immediates aujourd hui, plusieurs personnes ont été condamnées a 5 ou 4 mois ferme sans mandat de depot. une personne a été condamnée a 1 an ferme avec mandat de depot pour port d’arme et engins explosifs et violence sur agent.
en general, les pesonnes ont été condamnées plus fermement que le requistoire de la procureur.
Toutes les condamnationos se basent plus sur les auditions que sur des preuves reelles.
il y aura un bilan plus precis de la legale team demain ou apres demain.


- Il y a des flics qui étaient signalés en début d’aprèm à La Haie (entre les Ardillères et Fay) et La Paquelais et en fin d’aprèm à l’Epine et à La Paquelais puis Vigneux (3 fourgons de GM à chaque fois). Ils étaient sortis de leur camion mais ne faisaient rien.

- Pas encore des nouvelles de camarades qui passent en comparison aujourd’hui !

- POINTS DE VUE de Jacques Bankir, ancien directeur des aéroports à Air France : Notre-Dame-des-Landes, cet aéroport dont on n’a pas besoin

- Voir le CV du remplaçant de Mr Laplouze Laurent Buchaillat http://fr.linkedin.com/pub/laurent-buchaillat/83/631/759

Extrait : Stage ENA / WWF France septembre 2004 – janvier 2005 (5 mois) Région de Paris , France = Développement d’un projet de solidarité internationale en faveur de la protection de la ressource en eau = Développement d’un projet d’échange de dette publique en faveur de l’environnement

Des nouvelles de la lutte anti nuk
- Week end de prépa de l’AG anti nuk du 6 avril de l’ouest à la grange à Montabot les 4 et 5 avril

Lundi 31 mars

Dans la lutte contre l’aéroport

- 19h deux personnes sont sorties à Nantes. L’une n’a pas de charges et l’autre sera convoquée plus tard. Quatre personnes passeraient en comparution immédiate demain mardi, ce qui est confirmé par les médiasbourgoises collabosdupouvoir. Deux mineurs passeraient devant le tribunal pour mineurs. Tous sont accusés de « violences sur les forces de l’ordre » et/ou de « dégradations ». Voir le résumé.

- 17h Des nouvelles du rassemblement à Nantes. Jusqu’en début d’après midi, les flics n’avaient pas confirmé que des garde à vue ont été notifiées. Il semblerait que jusque là les personnes retenues le soient sur le régime de l’audience dans le cadre d’une enquête préliminaire depuis 6 à 8h ce matin. Une personne s’est fait saisir ordinateurs et habits qui auraient été restitués. Deux mineurs feraient partie des personnes retenues. Les autorités n’ont toujours pas communiqué et les médias disent tous a peu près la même chose

Si vous avez des informations qui n’y sont pas publiées sur les arrestations, merci d’appeler la legal team au 06 75 30 95 45

- Sur Indymedia : soutien contre la rafle suite à la manif du 22

- 14h : pas de nouvelles des camarades arrêté-e-s. Les autorités communiqueraient dans l’après-midi. En résumé, au lendemain de la fin des municipales (tiens tiens), la presse, et donc la préfecture, fait l’état de l’arrestation de 8 à 10 personnes en rapport avec la lutte de l’aéroport et plus précisemment de la manif du 22. Peu de détails pour l’instant, rien ne permet d’indiquer qu’elles seront effectivement poursuivies. Il s’agit en tout cas d’un démonstration de force, visant à intimider le mouvement et racheter un peu de crédibilité à ce gouvernement en déroute. Celui là même qui refuse d’écouter "sa" population et préfère la force, comme on s’en apreçoit encore. Un appel est lancé à se retrouver devant le commissariat de Waldeck-Rousseau le plus rapidement possible pour soutenir les personnes qui se sont fait arrêtées.

- APPEL a Manif a 18h devant la #Prefecture #Nantes solidarité avec les 9 arrestations

- Dédicace à Guignol Lapouze ! C’était chouette, dommage que vous allez partir, on se bien amusé ensemble, n’est pas ? Vous vouz rappelez M. Lapouze, le 16 octobre a 10h30 sur le place de marché à la Paquelais ? Vous avez annonce que les expulsions de la zad se déroulait bien et que tout est fini ?  :) Bon, on éspère vous allez travailler plus serieusement sur Grenoble, les camarades sur place vous attendent ! Bon courage.

- TOUTE LA JOURNEE : APPEL A RASSAMBLEMENT DEVANT COMMISARIAT WALDECK-ROUSSEAU !!!

- 12h - APPEL

Y’a proposition de se rassembler devant Waldeck-Rousseau (commisariat nantes) en solidarité. Quelques personnes s’y rendent déjà. C’est tout ce que l’on peut faire pour les personnes arrétées pour le moment. La legal team est déjà au courant.

- Les merdias et la ACAB44 confirmes "9 interpellations suspectées d’exactions le 22.02"

- 9h30 - ATTENTION ! La Police44 viens de annoncer

#Nantes #NDDL Graves exactions du 22.02 : En cours, opération de #police judiciaire d’envergure. Interpellations dans le 44. On en reparle.

Passez l’info et soyons vigilent ! Article France3

- Ne pas oublier : En cas d’interpellation - La Garde à Vue : Recettes théoriques et pratiques

...et son monde

- Communiqué de presse de la ZAD du Testet du 28 Mars 2014.

- Et leur nouvelle première ministre passera au tribunal, pour provocation a la discrimination, la haine ou la violence :

tout le dossier en pdf :

PDF - 1.1 Mo

- GOODBYE AYRAULT ! T’améne ton aéroport avec toi n’est-ce pas !

petite réprise d’une nouvelle autocollante (très moche, ils sont pas douées ! ) pro-aéroport !

Documents joints

 

Source : zad.nadir.org

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 25 mars 2014 2 25 /03 /Mars /2014 19:06

 

Source : zad.nadir.org


Infos du 24 au 30 mars

mardi 25 mars 2014, par zadist

 


Tant que la situation est calme, on continue les infos régulières, mais sur un rythme plus détendu d’un article par semaine, mis à jour tous les jours. Si quelque chose s’accélère, on donnera de nouveau les nouvelles en temps réel et vous pouvez écouter les nouvelles transmises par radio klaxon en streaming.

Si vous voyez des mouvements de police anormaux autour de la zone n’hésitez pas à nous contacter en appelant le numéro d’urgence au 06.43.92.07.01


Mardi 25mars

- reçu  : Nantaise et photographe, j’ai récemment réalisé quelques photographies de paysages sur la zad. Depuis le 22 février, j’avoue que la zone m’obsède, j’y suis donc venu me promener. J’ai aussi rencontré certains et certaines d’entre vous. Je compte continuer mes images de paysages mais aussi je souhaiterais juxtaposer à mon reportage des portraits. C’est pourquoi je vous sollicite. Révéler la beauté et la richesse du site est une volonté, y apporter des visages de ceux qui défendent et font vivre la zone est important. Tous les militants, agriculteurs, naturalistes, habitants des environs contre le projet d’aéroport seront sollicité. Mon projet porte surtout qu’une autre image de la Zad est possible par des photographies sensibles. Ci-après un lien flickrsur mes images de la manif du 22 février :

- reçu  : bon docu récent sur lamétropolisation à montpellier

- Info reçu de la ZAD d’OLORON : Bonne nouvelle depuis les Pyrénées,les travaux de l’Axe E7 annoncés pour 2015 ne commenceraient pas avant 2016 voir 2017.Le conseil général des P.A. n’a pas les moyens financiers de ses ambitions routières...Cela semble logique tant ce projet de voie rapide entre PAU et OLORON couterait très très chère puisqu’on parle de 450 millions d’euros pour 35 kms !!! Les 5 participants aux journées des 21 22 mars ont quand même réalisé une belle action en faisant réapparaître les rails de la voie férrée OLORON-CANFRANC au milieu d’un rond-point routier et ont tendu une grande banderole où était écrit : NON à l’E7 du XXème siècle capitaliste OUI au CANFRANC du XXIème écologiste

- InfoTraFlic : 2 fourgons de Gms en prochete de la maison aux Ardillières, des gens qui sont autour aussi, petite jeux de chat/souris, dés que les gens s’approchent, les flics font pareil.....

- Quelques infos collectés ...

- Les arrêtés pour le marquage des tritons n’est pas encore signé et AGO veut commencer avant (ils harcèlent la DREAL visiblement) donc se serait bien d’être extrêmement vigilant autour des mares, ce sont des étudiants à priori qui feront les opérations et ils risquent de se faire passer pour des Naturalistes en Luttes donc méfiance. A priori AGO pousse à fond pour démarrer ces opérations juste après le élections ... .

- un ami travaille pour une boite de flexible dans le 49 (désolée je ne m’y connais pas je ne saurai pas dire en quoi ca consiste), apparemment vinci a déjà commencé à envoyer des mails pour informer les sous traitants qu’ils devront prévoir des gens à nddl, sur le chantier, de manière permanente.

- Que fait la justice ? Ça crève les yeux ! Lettre ouverte à Madame Moisson, Procureure de la République au Tribunal de Grande Instance de Bobigny. de collectif 8 Juillet, Montreuil

- InfoTraFlic  : il avait 4 fourgons et plusieurs voitures au parking de la cimitière a NddL. Pourquoi pas pour intervention de fermeture de maison aux Ardillières ? Pas de contrôles.

- il fait moche et aux Ardillières il y a un campement de deux vigiles qui gardent la maison de carrefour.

Lundi 24 mars

- A priori la maison aux Ardillières a été ouverte recemment et aujourd’hui par les forces de désordre et des ouvriers refermé. Pas mal de presence de flics autour de la zad, notamment pour des contrôles routier / ID.

 

Source : zad.nadir.org

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Notre Dame des Landes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

        

  A partir du 12 Oct 2013

                     RV

    chaque mercredi à 18h

          et samedi à 13h 

toujours devant la maison carrée

         

               Rejoignez-nous  !


  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Images Aléatoires

  • DSC00677
  • 5
  • DSC00837
  • DSC00639
  • DSC00873
  • DSC00578

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés