Palestine

Mercredi 3 décembre 2014 3 03 /12 /Déc /2014 16:48

 

Source : www.bastamag.net


 

Résistance non-violente

Palestine : agriculture bio contre colonisation industrielle et pollution chimique

par Antoine Besson 2 décembre 2014

 

 

 

 

Au Nord-Ouest de la Cisjordanie, la ville de Tulkarem est coincée entre le mur de séparation et un complexe d’industries chimiques israélien venu polluer en toute impunité et protégé par l’armée. Résultat : maladies respiratoires, cancers ou allergies touchent massivement les habitants. Voisin direct de l’usine de Geshuri, la plus importante de la zone, Fayez Taneeb est activiste et fermier. Il s’oppose depuis trente ans à cette colonisation économique et environnementale. Ses armes : la résistance non violente et l’agriculture biologique. Reportage.

La ville de Tulkarem étouffe, littéralement. Située au Nord-Ouest de la Cisjordanie, la cité palestinienne est coincée entre le mur de séparation et un complexe israélien d’industries chimiques. Autour des installations, de part et d’autres des barbelés, la pollution est visible : fumées, déversements d’eau contaminée et de déchets. Les industries opèrent sans autorisation et à l’abri de tout contrôle. « Elles n’ont aucun permis du Ministère de la Santé, et nous ne sommes pas autorisés à visiter les usines », confirme Saïd Hanoon, du Ministère de la santé palestinien.

Une zone de non-droit dont l’histoire commence au début des années 80, quand l’usine d’engrais de Geshuri s’installe à l’ouest de la ville. Autrefois située en Israël, elle avait été contrainte de fermer après que les riverains israéliens se soient plaints de la pollution auprès du tribunal de Kfar Saba. L’usine, propriété d’industriels israéliens, profite alors de l’occupation militaire de Tulkarem pour y relocaliser son activité. Protégée par l’armée, l’entreprise s’installe illégalement sur des parcelles du « waqf islamique », des terres communes destinées à des usages d’intérêt général, et qu’on ne peut normalement ni vendre, ni acheter. En 1995, les accords d’Oslo classent la ville en « zone C », ce qui signifie en pratique que l’autorité palestinienne n’y exerce aucun pouvoir. Geshuri sera suivie par une dizaine d’autres industriels fabriquant plastiques, pesticides ou teintures textiles. Ironiquement, le complexe est appelé Nizzane Ha Shalom : « les bourgeons de la paix »...

Polluer en toute impunité grâce à la colonisation

Des bourgeons bien particuliers pour polluer en paix : « Ils rejettent leurs eaux usées dans cette partie de ma ferme », nous montre Fayez Taneeb, un agriculteur bio palestinien. « Les arbres meurent, on ne peut rien planter. L’année dernière, juste derrière, il y a eu un incendie pendant trois mois entiers, et toutes les fumées toxiques revenaient par ici. » Le propriétaire de l’usine en question aurait pris la décision de brûler des tonnes de déchets plastiques pour éviter d’avoir à payer leur transport hors de son site. De nombreux rapports mettent en évidence des taux de nitrate, d’ammoniaque, d’acide sulfurique ou de soufre bien trop élevés dans l’eau et l’air de la région. Et ce, depuis vingt ans [1]. Dans cette zone agricole, les fermiers voient leurs exploitations dévastées par des particules blanches et par la contamination des nappes phréatiques.

 

 

Preuve de cette toxicité : 40 jours par an, le vente souffle vers l’ouest, donc vers Israël, affectant les cultures d’agriculteurs israéliens. Ces derniers ont protesté et obtenu que l’activité des installations s’arrêtent à cette période. La ferme de Fayez est du côté ouest : il bénéficie donc du privilège des israéliens. Mais les autres agriculteurs et les habitants de Tulkarem, à l’est, n’ont pas cette chance. Quand le vent porte les particules vers la Palestine, les usines opèrent 24 heures sur 24, renvoyant les émissions de leur côté.

Cancers, allergies et maladies respiratoires pour les Palestiniens

« Depuis l’installation des industries, nous avons un nombre significatif de maladies respiratoires, notamment des bronchites asthmatiques, ainsi que des allergies, des maladies cutanées, des conjonctivites… Nous avons aussi eu une augmentation des cas de cancers, en particulier les cancers des poumons », observe Hassan Taneeb, directeur de l’hôpital de Tulkarem. Une étude menée sur cent familles résidant à côté du complexe industriel montre que 90% de ces habitants souffrent de ce type de maladies. Beaucoup ont fini par déménager. Pour Saïd Hanoon, du ministère de la Santé, « si vous regardez les taux de cancer, il y en a quatre fois plus à Tulkarem qu’à Naplouse, qui n’est qu’à 15 km d’ici. Ça montre bien qu’il y a un problème. »

« Nous avons essayé de porter plainte, mais ça n’a pas abouti, raconte Fayez. Nous avons prélevé des échantillons de poussière et d’eau contaminée, mais nous n’avions pas de laboratoire moderne à cette époque, donc nous avons dû les faire analyser par un laboratoire israélien. Et nous n’avons pas eu la permission d’aller chercher les résultats. » Après un rejet d’eau noire acide, les victimes font une autre tentative. Mais les propriétaires de l’entreprise sont prévenus avant la visite du comité d’experts censé constater les dégâts. En trois jours, ils recouvrent la zone contaminée de ciment et en font un parking.

« Le problème principal, c’est l’occupation »

« Le plus gros problème est qu’on ne sait pas exactement ce que font ces usines et quels genres de produits chimiques elles rejettent. L’autorité palestinienne n’a pas de pouvoir dans ces colonies. Difficile dans ces conditions de faire le lien avec les problèmes de santé de la population », déplore Hassan Taneeb. L’absence d’autorité des Palestiniens et la complaisance des tribunaux israéliens sont symptomatiques d’un problème qui dépasse le conflit entre des usines polluantes et des riverains affectés.

Les colonies industrielles israéliennes bénéficient du soutien de l’État, qui leur offre de nombreuses exemptions fiscales si elles s’installent côté palestinien, ainsi que la protection de l’armée. En 2005, une ONG canadienne estimait que plus de 200 installations industrielles israéliennes avaient été délocalisées en Cisjordanie [2]. Saïd Hanoon mentionne sept complexes industriels similaires à celui de Tulkarem en Palestine : « Le problème principal, c’est l’occupation. » Contrôle et limitation des mouvements, des importations, des exportations, exigence de permis révocables, absence d’institutions politiques solides : l’occupation israélienne entrave toute possibilité de développement d’une économie palestinienne viable. Les taux de chômage records (23% en 2012 [3]) garantissent aux entrepreneurs israéliens d’y trouver une main d’œuvre bon marché et docile.

Main d’oeuvre moins chère et docile

Pendant des années, les salariés palestiniens étaient payés 50 à 80 shekels par jour (entre 10 et 16 euros), quand le salaire minimum israélien est de 184 shekels par jour (38 euros). En 2007, un arrêt de la Cour Suprême d’Israël estime que c’est le droit israélien qui doit leur être appliqué. A Tulkarem, il faudra des mois de grève pour qu’en 2010, trois ans plus tard, ce jugement soit enfin respecté. « Il a fallu s’organiser, collecter de l’argent pour soutenir la grève, rester solidaires, se souvient Mohammad Blady, président de la nouvelle fédération des syndicats de Palestine. A un moment, les militaires israéliens m’ont même appelé pour me menacer d’arrêter les travailleurs en grève. »

Aujourd’hui, à Tulkarem, 90% des ouvriers ont obtenu de toucher le salaire minimum israélien. Mais leurs conditions de travail restent très dangereuses : exposition à des produits toxiques, manque de sécurité. Aucun n’accepte d’en parler, de peur d’être licencié. « Il y a des usines qui sont parties de Tulkarem à cause de l’application du droit du travail israélien. Ils vont plus loin en Cisjordanie, avec un nom palestinien, pour ne pas avoir à augmenter les salaires », constate Mohammad Blady.

Résistance non-violente

Une très grande majorité des habitants de Tulkarem veulent se débarrasser du complexe chimique qui détruit leur santé et leurs champs. « Depuis 1984, nous avons organisé plus de 90 manifestations, parfois avec des militants internationaux, et même des députés étrangers, pour protester contre les usines », raconte le directeur de l’hôpital de Tulkarem. Fayez, lui, est allé plaider la cause des habitants au Parlement européen, à l’Assemblée nationale en France, et jusqu’au Haut-commissariat pour les droits de l’Homme à Genève.

Avant d’être fermier, l’homme est un activiste. Il est emprisonné une première fois alors qu’il vient tout juste de terminer le lycée, et qu’il souhaite partir en Jordanie pour poursuivre ses études. Les autorités israéliennes le soupçonnent, à tort, de vouloir rejoindre le Liban et l’OLP (Organisation de libération de la Palestine). Il n’aura pas le droit de quitter le pays, et renonce alors à entrer à l’université. C’est ce qui le conduira à cultiver les terres de son père, et devenir agriculteur. Il s’amuse aujourd’hui de cette carrière inattendue : « Cultiver, c’est comme fumer : on commence un peu par hasard puis on ne peut plus s’arrêter. »

Coordinateur du Comité de résistance populaire de Tulkarem, fermement opposé au « Mur d’apartheid », il est arrêté et envoyé en prison à plusieurs reprises, sans jugement. L’armée israélienne bloque pendant près de deux ans l’accès à sa ferme. Ses cultures sont entièrement détruites à trois reprises, et il subit même des menaces de mort. Déterminé, il ne renoncera jamais à son terrain et à la mobilisation non-violente. « Je me suis intéressé à Gandhi, Mandela, Martin Luther King… »

Ecologie et bio : la voie vers une certaine indépendance ?

Aujourd’hui, il veut résister par l’agriculture biologique. « On ne peut pas changer les industries chimiques si on ne change pas l’agriculture chimique. » Son mantra : « Il y a assez d’eau, d’énergie et de nourriture pour tout le monde, tant que c’est naturel. » On retrouve cette philosophie dans toutes ses pratiques : compost, récupération des eaux, du biogaz, panneaux solaires, banque de semences traditionnelles… Une écologie de résistance.

« Nous avons un message politique et humain. Humain, parce que nous voulons une vie et une nourriture saine. Politique, parce que nous devenons indépendants des entreprises impérialistes qui nous polluent. Elles nous volent trois fois : d’abord en nous vendant des semences modifiées, puis en nous vendant les produits chimiques dont leurs plantes ont besoin, et enfin en nous vendant les médicaments pour nous soigner des maladies qu’ont causées leurs produits chimiques. Avec des cultures naturelles, en devenant autonomes, on peut changer beaucoup de choses. »

Bientôt une première Amap en Palestine

Le bio et la permaculture ne sont pas encore très répandus en Palestine, mais en collaborant avec des universités, en organisant des camps d’été pour les jeunes palestiniens et les étrangers qui lui rendent visite, Fayez compte bien participer à son développement. Son prochain projet : monter un système de livraison hebdomadaire de paniers de légumes bio à des familles, similaire au système français des AMAP.

Son combat contre les usines continue par ailleurs. Sur le plan juridique, une plainte est toujours en cours contre l’appropriation illégale des terres. « Geshuri prétend les avoir acquises en toute légalité en 1982. Mais le palestinien auquel il les aurait achetées est décédé en 1979, en Allemagne. Leur version des faits devrait être difficile à défendre… » Il poursuit aussi ses voyages pour sensibiliser les décideurs et mobiliser l’opinion publique. Sans une pression internationale, impossible de faire plier Israël. A Tulkarem, on nous demande où en est le boycott des produits israéliens en Europe, et si la France reconnaîtra la Palestine. « Un vote, même non contraignant, reflète les aspirations des gens. Nous en avons besoin. »

Antoine Besson, en Cisjordanie

Photo : Mur de séparation à Bethléem (Cisjordanie) / CC Adam Walker Cleaveland

Plus d’infos :
- La ferme de Fayez Taneeb est sur Facebook

 

Notes

[1Voir les études de l’université An-Najah de Naplouse (2011, en anglais). De précédentes études ont été menées en 1995 par le Centre pour la science environnementale et la santé de l’Université de Birzeit, en Cisjordanie. Le Ministère de la santé palestinien a publié, en 1997, un rapport sur l’incinération des déchets des usines.

[2Canadians for Justice and Peace in the Middle East (CJPME), Industrial Zones and Israel’s Colonial Strategy, October 2005.

[3Source.


Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

 

Source : www.bastamag.net

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 13 novembre 2014 4 13 /11 /Nov /2014 19:03

 

 

Source : rue89.nouvelobs.com


 

Club Rue89

13/11/2014 à 12h10

« Nous, réfugiés palestiniens » : découvrez le docu d’Agnès Merlet avec Arte et Rue89

 

 

 

Pour visualiser le documentaire, cliquer ici

 

 

Depuis le mois de septembre, Arte Reportage vous donne rendez-vous tous les samedi à 18h35 pour découvrir les récits de cinéastes, écrivains ou photographes et décrypter l’univers des camps de réfugiés.

 

L’ensemble de leurs travaux sont également déclinés sur le site d’Arte dédié à ce projet.

Rue89, en partenariat avec la chaîne, vous a déjà fait découvrir les documentaires de Pierre Schoeller ( « Le Temps perdu ») et de Régis Wargnier ( « Let my People go »).

Abandon, malédiction, enfermement

Cette fois, Rue89 et Arte vous embarquent pour la banlieue sud de Beyrouth et vous proposent de visionner le documentaire d’Agnès Merlet « Nous, réfugiés palestiniens ».

« La cinéaste a planté le décor de son nouveau film au sein du camp de réfugiés de Burj el-Barajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth. Une ville dans la ville ou s’entassent près de 30 000 personnes.

Avec “Nous, réfugiés palestiniens”, la réalisatrice dépeint le quotidien répétitif des habitants dans ce labyrinthe qu’est le camp, ou jour et nuit, il y a de la vie. Un documentaire dans lequel on décèle des thèmes emblématiques du travail d’Agnès Merlet : sentiment d’abandon, malédiction, enfermement. »

 

 

 

Source : rue89.nouvelobs.com


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 26 août 2014 2 26 /08 /Août /2014 18:42

 

Info reçue par mil

 

RASSEMBLEMENT  DE  SOLIDARITE
CONTRE  LA  BARBARIE  ISRAELIENNE
JEUDI 28 AOUT 2014 à 18 h
DEVANT CARRE d'ART à NIMES

2069 Palestiniens, dont des familles entières, tués depuis le mardi 8 juillet 2014 ...


Tout en poursuivant les massacres à Gaza, Israël accélère la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem. La propagande mensongère israélienne, reprise par les médias, tente de faire porter la responsabilité de la fin de la trêve au Hamas. Mais, outre son gouvernement d'union nationale, c'est l'ensemble du peuple palestinien qui est visé, car aucun Palestinien, aucune organisation palestinienne ne peut accepter que se prolonge le statu quo criminel, en place depuis plus de 7 ans.
GAZA NE PEUT PLUS VIVRE SOUS BLOCUS !  GAZA NE DOIT PLUS VIVRE SOUS BLOCUS !
NON A L'IMPUNITE D'ISRAEL !  DES SANCTIONS CONTRE ISRAEL !

La France et ses partenaires européens portent une lourde responsabilité dans ce qui s'est passé et se poursuit actuellement.
La France doit immé­dia­tement :
  • exiger la levée du blocus de Gaza, terrestre, maritime et aérien
  • cesser toute coopé­ration mili­taire et mettre un embargo total sur les armes à des­ti­nation d’Israël
  • sus­pendre pour ce qui la concerne l’accord d’association UE-​​Israël.
  • pour­suivre ceux de ses res­sor­tis­sants qui se sont rendus cou­pables de crimes ou de com­plicité de crimes de guerre.
  • rap­peler qu’il n’y aura pas de solution poli­tique sans la libé­ration préa­lable de plus de 6800 pri­son­niers pales­ti­niens incar­cérés en Israël en vio­lation des Conven­tions inter­na­tio­nales.
  • cesser de cri­mi­na­liser la soli­darité : interdictions de manifester, inculpations de militants, spé­cia­lement pour les actions de boycott citoyen
Premiers signataires : Association France Palestine Solidarité Nîmes, Comité BDS 30, Union Juive Française pour la Paix, Femmes en Noir Nîmes, Ligue des Droits de l'Homme du Gard, France El Djazaïr,ATTAC Nîmes, APTI, CIMADE Nîmes, Union Syndicale de la Psychiatrie 30,SOLIDAIRES 30, Confédération Paysanne 30,  Ensemble 30!, Parti Communiste Français Fédé du Gard et Section de Nîmes,Jeunesses Communistes du Gard, Parti de Gauche 30, Nouveau Parti Anticapitaliste  30,Front Populaire Tunisien, ... 
JPEG - 43.4 ko
Le village de Johr al-Dik, à l’est de Gaza Ville, pulvérisé par
la fureur destructrice d’Israël - Photo : Reuters
 
Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 17 août 2014 7 17 /08 /Août /2014 17:03

 

Source :  www.mediapart.frk

 

 

Manifestation pour la paix à Tel-Aviv

|  Par La rédaction de Mediapart

A la veille de la reprise de négociations au Caire entre Israéliens et Palestiniens, le camp de la paix s'est mobilisé ce samedi à Tel-Aviv.

 

 

C’est la manifestation la plus importante du « camp de la paix » en Israël depuis le lancement de l’opération israélienne sur Gaza qui a fait plus de 2 000 morts côté palestinien et 70 côté israélien. Samedi 16 août, des milliers d'Israéliens ont manifesté dans la soirée à Tel-Aviv pour appeler leur gouvernement à reprendre les négociations de paix avec l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas. Organisée par le Meretz, un parti d'opposition de gauche, la Paix Maintenant, une ONG hostile à la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens, et Hadash, le parti communiste, cette manifestation, qui s’est déroulée dans le centre de Tel-Aviv, a été très encadrée par les forces de police pour éviter des affrontements avec des contre-manifestants d’extrême droite.

« Cela [la guerre] ne finira pas tant que l'on ne se parlera pas », pouvait-on lire sur une banderole. « Juifs et Arabes refusent d'être ennemis »« Oui à une solution politique », était-il écrit sur des pancartes brandies par les manifestants.

La dirigeante du Meretz, Zehava Galon, a appelé à la démission du premier ministre. « Il a échoué aussi bien pour la sécurité que pour la paix, il doit partir », a-t-elle lancé en accusant M. Nétanyahou d’avoir « entraîné Israël dans une guerre que nous pouvions éviter ». L'écrivain David Grossman a, lui aussi, proclamé qu'il fallait « faire la paix avec l'Autorité palestinienne et négocier avec le gouvernement d'union palestinien »

Une trêve est actuellement observée par Israël et le Hamas qui contrôle aujourd'hui Gaza, en attendant l'issue de négociations qui s'ouvrent ce dimanche au Caire.

 

 

Source :  www.mediapart.frk

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 12 août 2014 2 12 /08 /Août /2014 23:36

 

Source : www.lavie.fr

 

 

Gaza

Quand l'argent de la communauté internationale part en fumée 

 
 Un Palestinien au dernier étage de sa maison , autour le quartier est complètement détruit. La photo a été prise lors du cessez-le feu de 72 heures à l'aube le 8 août 201. Un Palestinien au dernier étage de sa maison, autour le quartier est complètement détruit. La photo a été prise lors du cessez-le feu de 72 heures à l'aube le 8 août 201.

Sur les 4 à 6 milliards de dollars de dégâts dans la Bande de Gaza, après trois semaines de conflit, quelle part représente l'argent de l'aide internationale?

 

C'est sans doute une bonne partie des fonds de l'aide internationale qui est partie en fumée ces dernières semaines tant celle-ci est importante dans les territoires palestiniens.

En 2012, l'aide internationale à la Palestine s’est ainsi élevée à 711 millions d’euros. De 1994 à la fin 2011, l’Union européenne a attribué aux Palestiniens environ 5 milliards d’euros. On sait d'ailleurs déjà que 90 écoles de l'UNRWA, le service de l'ONU dédié aux territoires palestiniens ont été endommagées par les tirs israéliens. Le secteur médical, très aidé par la communauté internationale, a été aussi sévèrement touché avec 12 hôpitaux et 14 cliniques endommagés ou détruits. "Est-ce que nous devons continuer comme cela : bâtir, détruire puis reconstruire pour que cela soit de nouveau détruit?  Nous allons construire de nouveau, mais ce sera la dernière fois..." s'est même écrié le 7 août dernier le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon.

C'est presque devenu une habitude. Dans la Bande de Gaza, des hôpitaux, des écoles sont érigés grâce à l'aide internationale puis endommagés ou détruits, parfois plusieurs fois au gré des opérations israéliennes. C'est le cas par exemple de l'école des Sœurs du Rosaire, un grand complexe scolaire qui accueille 750 élèves. Depuis 2005, l'établissement a été touché six fois. En 2009, lors de l'opération «Plomb durci», un missile avait traversé l'une des salles de classes du troisième étage. Le Japon, la France et les Etats-unis ont participé à sa reconstruction. Mais à peine le chantier terminé, les bombes tombées aux alentours lors de l'attaque de décembre 2012 en ont soufflé toutes les fenêtres...

En Cisjordanie, des destructions ont aussi lieu en dehors des périodes de grosses tensions. Ainsi en avril dernier, des abris destinés à accueillir les Palestiniens victimes des intempéries violentes du début d'année, et financés partiellement par des Etats membres de l'UE ont été démolis par l'Etat israélien. En 2011, ce sont 62 structures financées par l'UE qui avaient été détruites.

Tout cela vient s'ajouter à une longue la liste d'insfrastructures érigées grâce à l'aide internationale et ravagées depuis le début du conflit. Comme le port de Gaza, visé plusieurs fois par Tsahal. Ou bien encore son «aéroport international», bombardé lui aussi plusieurs fois, en ruines aujourd'hui. En 2001, c'est même un laboratoire scientifique antiterroriste palestinien, installé par l'Union européenne auprès de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie qui fut réduit en poussières. Des centaines de millions d'euros d'argent public provenant de la communauté internationale sont ainsi partis en fumée.

Sans que cela ne choque beaucoup de monde. L’Office humanitaire de la Commission européenne (ECHO) a réclamé une fois par écrit, en 2013, des compensations financières après des destructions. Mais il a reçu une fin de non-recevoir des autorités israéliennes. En avril 2012, le Quai d'Orsay avait protesté officiellement contre la destruction par l'armée israélienne de deux citernes financées par la France dans le cadre d'un projet de coopération agricole mené dans la région d'Hébron en Cisjordanie. 

Plus absurde encore: le cas de la centrale électrique de Gaza, détruite le 29 juillet dernier. Un article du Huffington post Etats-Unis affirme ainsi qu'une société américaine y avait des parts. Son investissement y aurait été couvert par une agence fédérale, l'OPIC (Overseas Private Investment Corporation) chargée d'inciter les compagnies américaines à investir dans les endroits politiquement à risque. Or, il se pourrait que celle-ci ait aujourd'hui à débourser jusqu' à 84 millions de dollars, selon les termes du contrat, pour compenser les pertes de la société... payés par l'argent du contribuable américain.

Étonnant quand on sait que chaque année, près de trois milliards de dollars d’aide militaire sont octroyés annuellement par les États-Unis à Israël. Détruire puis reconstruire...

 

 

Coût du conflit Israélo-Palestinien


L'aide de l'Union Européenne à la Palestine en 2012


711 millions d’eurosversésparlacommunautéinternationaleàlaPalestine 227,5 millions d'eurosversésparl'UnionEuropéenne
Pays tiersUE
5 milliards d'eurosSommetotaleverséeparl'UEàlaPalestinesurlapériode1994à2011

Comparaison aide des Etats-Unis aux forces de sécurité palestinienne et aux forces militaires israéliennes en 2012

USA à IsraëlUSA à Palestine 2000150010005000

Les dégats à GAZA

Les dégats matérielles depuis le début des attaques israéliennes à Gaza
Structures menacées de démolition
16000Maisonsdétruitesouendommagées
Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 août 2014 6 09 /08 /Août /2014 23:01

 

 

Info reçue par mail

 

palestine gif
Bonjour,

 

L'Association France Palestine Solidarité Nîmes a le grand honneur d'accueillir à Nîmes, du 5 au 17 août, 6 jeunes Palestiniens de la ville d'Hébron, dont 4 filles : YARA 11 ans, Nadin 12 ans, Tifawt 12 ans, Leen 15 ans et 2 garçons : Ali 13 ans et Ahmed 14 ans.
Ils seront accompagnés de deux responsables de l' A ssociation d'Amitié Palestino-Marocaine d'Hébron :
Brahim LM. Melouki et Mohammad Ziad Aljabari.
Vous êtes invité/e/s à les rencontrer :
  • dimanche 10 août à partir de midi, pique-nique aux Jardins de la Fontaine à Nîmes près de la Tour Magne (chacunE apporte quelque chose à manger et à boire)
  • lundi 11 août, journée aux Saintes Maries de la Mer. RV à 10h au parking du Carrefour Market de Pissevin. Prévoir pique-nique
    promenade en mer avec le TIKI III : RV sur le parking à 16 h (pas au-delà)
  • mardi 12 août, balade au Pont du Gard, organisée et commentée par Claude W 
  • mercredi 13 août, à partir de 18 h soirée à l'initiative du PCF place St Charles 
  • jeudi 14 août, témoignages des enfants à la salle Tango Paseo, rue San Lucar au Mas Carbonnel à Nîmes à partir de 18h30
  • vendredi 15, journée à Avignon organisée par Abdel (contact : 06 51 58 96 12)
Merci de nous faire savoir si vous comptez participer à un de ces évènements, nous pourrons ainsi vous adresser de plus amples informations.

Pour le groupe local de l'Association France Palestine Solidarité,
Nicole ZIANI, présidente

06 24 09 23 70

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 août 2014 6 09 /08 /Août /2014 22:46

 

Source : bdsf34.wordpress.com

 

 

1200 PERSONNES ONT RÉPONDU A L’APPEL DE GAZA : JOUR DE RAGE !!

Nous étions 1200, malgré les vacances à répondre à l’appel de Gaza. Comme toujours une manif combattive et bruyante qui s’est faite entendre des passants ! Nous sommes repassés par le plan Cabanne et avons lancé un appel aux commerçants à ne plus faire du commerce avec Israël !!

En passant devant la place Jean-jaurès nous avons mis un drapeau palestinien sur la statue de Jaurès est déclaré qu’il aurait été du côté de la solidarité avec les Palestiniens !!

A l’arrivée nous avons lu trois messages de la résistance de Gaza adressés aux manifestations en France. Messages très applaudis par les participants.

Nous avons dit que nous ne lâcherons pas Gaza et qu’il était important de rester mobilisés pendant les négociations !!

Levée immédiate du Blocus !!

blocus

  1 boycott carte 

 

 

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 6 août 2014 3 06 /08 /Août /2014 15:35

 

Info reçue par mail

 

 

PALESTINE ! GAZA ! Urgent !
STOP AUX MASSACRES ! 

Rassemblement   
devant Carré d'Art à Nîmes


Stop au massacre de la population Palestinienne par Israël

Cessez le feu immédiat avec retrait des troupes Israéliennes

Levée immédiate du blocus terrestre et aérien de GAZA

Avec les Palestiniens nous exigeons qu'Israël soit traduit devant la Cour Pénale Internationale pour ses crimes - plus de 1800 morts

Soutien total et inconditionnel à la résistance palestinienne

Halte au silence complice de la communauté Internationale!

Justice pour le peuple Palestinien!

Des sanctions pour Israël 



Premiers signataires : 

Association France Palestine Solidarité Nîmes, Union Juive Française pour la Paix, Mouvement des Femmes en Noir, Comité BDS 30 (Boycott, Désinvestissements, Sanctions), Ligue des Droits de l'Homme du Gard, Solidaires 30, FSU 30, ATTAC Nîmes, Confédération Paysanne 30,  ARAC 30,France El Djazaïr, Amicale des Algériens en Europe-Gard, Artisans du Monde, CIMADE, Ensemble!, Parti Communiste 30, Jeunesses Communistes du Gard, Nouveau Parti Anticapitaliste 30, Parti de Gauche 30,   Front Populaire Tunisien...

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 3 août 2014 7 03 /08 /Août /2014 18:20

 

 

Source : www.mediapart.fr


 

A travers le monde, la solidarité avec Gaza

|  Par La rédaction de Mediapart

 

 

 

Les mobilisations en faveur de Gaza se multiplient à travers la planète pour dénoncer l'agression israélienne qui a fait depuis le 8 juillet au moins 1 640 morts côté palestinien. À Paris ce samedi, à Londres, mais aussi à Kuala Lumpur ou à Berlin, ils étaient des milliers à descendre dans la rue ces derniers jours. Tour d'horizon des manifestations de solidarité avec les Gazaouis.

Nouvelle manifestation à Londres contre la guerre menée par Israël : après le rassemblement massif du 26 juillet dernier, qui avait vu quelque 45 000 personnes descendre dans les rues de la capitale britannique, des centaines de manifestants se sont une nouvelle fois rassemblés ce vendredi 1er août devant l'ambassade israélienne située dans les quartiers est de Londres. Comme le raconte le site d'information PressTV, les manifestants appelaient dans le cortège à la fin du massacre des habitants de Gaza par Israël. « Chaque semaine depuis un mois, nous manifestons, raconte ainsi un participant au journaliste. Les gens ont tendance à nous dire : manifester ne fait aucune différence. Nous, nous sommes là pour dire que si, manifester fait la différence. »

La manifestation de Londres n'est qu'une mobilisation parmi d'autres : à travers la planète, de multiples rassemblements ont appelé ces derniers jours à la fin de l'agression meurtrière menée par Israël contre le peuple palestinien.

À Paris, ils étaient plusieurs milliers. Aux cris de « Israël assassin, Hollande complice », 11 500 personnes selon la police ont défilé samedi 2 août après-midi dans les rues de la capitale. « On est là pour dire notre soutien total à la résistance palestinienne et dénoncer ce gouvernement de la honte, aligné sur la position d'Israël », a déclaré Omar Alsoumi, l'un des responsables du Palestinian Youth Movement (PYM), l'une des composantes de la manifestation. Parmi les partis représentés : EELV, le PCF, NPA mais aussi le syndicat CGT.


 

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

"@mikeypsn: Big pro Palestine/Gaza protest at this afternoon pic.twitter.com/jPpWV39yZf"

 


À Kuala Lumpur, la capitale de la Malaisie, quelque 50 000 personnes étaient rassemblées ce samedi 2 août pour dire « stop » au bombardement de la bande de Gaza. 

 

 

View image on Twitter

We're estimating that over 50,000 Malaysians have come out to support today's SAVE THE CHILDREN OF GAZA rally!

 

 

À Madrid, c'est jeudi soir que des milliers de personnes ont défilé jusqu'au siège du ministère des affaires étrangères pour signifier leur colère. Les manifestants accusaient Israël d'être responsable du « génocide » des Gazaouis et ils ont symbolisé cela en déposant des poupées recouvertes de faux sang. Le même jour, le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel Garcia-Maragallo, décrivait la situation à Gaza comme un désastre humanitaire inédit. « Nous sommes face à une catastrophe humanitaire d'une ampleur sans précédent au XXIe siècle », a-t-il dit selon des propos rapportés par l'AFP.

 

 

In Solidarity with #Gaza from #Madrid yesterday
Activists around the world for Palestine
Communauté · 163 143 J’aime
· 1 août, 15:31 ·

In Solidarity with ‪#‎Gaza‬ from ‪#‎Madrid‬ yesterday

 

 

À Berlin, quelque 500 manifestants partis d'Alexanderplatz ont rejoint les quartiers de Mitte puis Kreuzberg ce samedi 2 août « pour la paix pour la Palestine ». Le quotidien de la capitale allemande Berliner Zeitung rappelle d'ailleurs que des mobilisations ont lieu très régulièrement en Allemagne depuis le 8 juillet, lorsque l'offensive israélienne a commencé. La veille au soir, plusieurs dizaines de personnes s'étaient ainsi déjà rassemblées, sur un parcours similaire.

 

 

View image on TwitterView image on Twitter

in Allmost 7000 people took part in the rally! Wake up world!!

 

 

À Perth en Australie, un rassemblement a également eu lieu :

 

View image on Twitter

Solidarity with Gaza March today in Perth Gaza

 

 

Dans certains pays, comme en Algérie où une manifestation en faveur de Gaza avait été interdite le 25 juillet, les hommages aux victimes d'Israël prennent d'autres formes. Une minute de silence a ainsi été respectée à Alger ce jeudi 31 juillet dans les services publics, raconte RFI. Les forces de l’ordre ont arrêté la circulation à midi pile pour une minute. Seules quelques dizaines de personnes étaient réunies en silence devant la wilaya, la préfecture d’Alger. Mais au port, dans les bureaux de poste et les bureaux des syndicats officiels, les employés de l’État se sont recueillis – tout comme les ministres, réunis devant le palais du gouvernement.

Aux États-Unis, des manifestations étaient prévues dans plusieurs villes ce samedi 2 août. À Washington, le rassemblement intitulé « DC4Gaza » (pour « DC for Gaza ») se déroulait à quelques encablures de la Maison Blanche. En début de soirée (soit le milieu de la journée en heure locale), plusieurs centaines de personnes étaient déjà sur place, dans une atmosphère très pacifique, comme le raconte une participante dans une vidée postée sur Twitter. De très nombreuses manifestations se sont déroulées dans différentes villes américaines depuis le début de l'offensive israélienne.

 

 

 

 

Source : www.mediapart.fr

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Palestine
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Présentation

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Images Aléatoires

  • 31
  • DSC00863
  • DSC00893
  • DSC00550
  • DSC00516
  • 22

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés