Italie

Samedi 17 mai 2014 6 17 /05 /Mai /2014 23:27

 

Source : www.reporterre.net

 

 

L’incroyable procès où les écologistes sont traités comme des terroristes

Nicholas Bell

samedi 17 mai 2014

 

 

 

C’est un procès ahurissant qui aura lieu à huis-clos jeudi 22 mai à la prison des Vallette à Turin. Quatre militants sont jugés pour destruction de matériel (aucune atteinte aux personnes) dans des conditions dignes d’un procès anti-mafia : en isolement complet depuis leur arrestation, ils seront entendus par vidéo depuis leur cellule.


Le procès qui débutera le jeudi 22 mai prochain à la prison des Vallette à Turin va se dérouler dans des conditions ahurissantes, dignes d’un grand procès anti-mafia. Les inculpés qui sont à l’isolement complet depuis leur arrestation, seront entendus depuis leur cellule par captation vidéo, les membres du jury escortés par des policiers et tout un arsenal de lois antiterroristes appliquées à ces quatre militants alors que les faits relèvent uniquement de la destruction de matériel (aucune atteinte aux personnes) sur le chantier du TGV Lyon-Turin dans la vallée de Susa.

Le document joint, très complet, a été rédigé pour attirer l’attention du public européen sur l’utilisation parfaitement scandaleuse de l’accusation de terrorisme contre quatre militants d’un mouvement populaire de contestation qui n’a cessé de dénoncer la démesure et le coût exorbitant de ce projet de ligne TGV.

PDF - 100.2 ko

- Le document -lien

La Commission européenne partie civile

La portée européenne du procès est encore renforcée par le fait que la présidence de la Commission européenne s’est portée partie civile au titre de ses intérêts dans un projet qu’elle soutient depuis le début. 132 parties civiles seront représentées à ce procès inique, des entreprises de travaux publics aux ouvriers présents sur le chantier le soir où ont eu lieu les faits incriminés.

Il faut absolument empêcher que cette affaire ne soit traitée par la justice italienne que dans le huis-clos de la prison...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 février 2014 7 16 /02 /Fév /2014 19:38

 

Source : blogs.rue89.nouvelobs.com

 

En Italie, on empêche l’avortement et tout le monde « s’en fiche »

Flora Zanichelli - Journaliste

Publié le 16/02/2014 à 11h46

 

 

 


Affiche sur le « mur des horreurs » à Jesi : « A deux mois de grossesse : je suis parfait, comme un grand : j’ai déjà tout, même les germes de mes petites dents. » (L’Espresso)

« Je voyais [la peau, le sang et le tissu] de mon enfant emplir le bocal [posé à côté de moi]. »

Dans le département gynécologique de l’hôpital de Jesi dans les Marches, voici ce que les femmes peuvent lire sur les murs.

Indignée, une habitante a écrit à l’hebdomadaire italien L’Espresso. Ces mots ont fait depuis le tour de la Péninsule.

L’avortement est, en Italie, un thème brûlant. Même si, observent les spécialistes, « c’est un thème brûlant pour lequel personne ne fait rien ».

Avant 90 jours, et après

Dans la Péninsule, l’avortement est réglementé par la loi 194. Voici ce qu’elle stipule dans ses trois articles les plus importants :

  • article 4 : « Pendant les 90 premiers jours, les femmes dont la grossesse, l’accouchement et la maternité comporteraient un risque pour leur santé physique ou psychiatrique, en lien avec leur état de santé ou leurs conditions économiques, sociales ou familiales ou en lien avec les circonstances dans lesquelles est advenue la conception ou en prévision de malformations et anomalies, peuvent se tourner vers un centre de consultation public ou un médecin de confiance. » ;
  • article 6 : « L’interruption volontaire de grossesse, après les premiers 90 jours de grossesse, peut être pratiquée :

– quand la grossesse ou l’accouchement comporte un grave danger de mort pour la femme ;

– quand, suite à des analyses rapportant une grave malformation de l’enfant, la santé physique et psychique de la mère sont en danger. » ;

  • article 9 : « Le personnel sanitaire, sous réserve de l’avoir déclaré au préalable, n’est pas tenu de prendre part [...] aux IVG quand il soulève l’objection de conscience. Le médecin doit le déclarer auprès du médecin en chef. [...]. L’objection peut toujours être révoquée […] mais une telle déclaration ne prendra effet qu’un mois après la présentation au médecin provincial. L’objection de conscience ne peut être soulevée quand leur intervention est indispensable pour sauver la femme d’un danger imminent. »

Des médecins objecteurs de conscience

C’est surtout ce dernier article qui fait débat. Gabriella Pacini est une sage-femme indépendante. Fondatrice de l’association Vita di donna (Vie de femme), elle défend bec et ongles le droit des femmes à avorter :

« L’objection de conscience donne la possibilité aux médecins de faire prévaloir leurs principes moraux. Ce qui a pour effet de fragiliser les patientes auxquelles les soins ne sont pas prodigués de manière objective. »

Sans compter la difficulté à s’imposer dans un hôpital, une équipe, quand la majorité des collègues prend position contre l’avortement. Carlo Flamigni, gynécologue et membre du Comité national de la bioéthique, répète souvent :

« Difficile de jouer les Don Quichotte surtout quand les moulins que vous croisez sont votre chef ou le directeur de l’hôpital. »

En Italie, selon le ministère de la santé, sept médecins sur dix seraient objecteurs de conscience. Un chiffre que l’association qui rassemble les gynécologues défendant la loi 194 – la Laiga – juge « sous-estimé ».

Gabriella continue :

« Cette situation complique tout. L’accès par exemple à la pilule du lendemain, qui ne se prend que sur prescription, et que vous devez obtenir rapidement. Que faire, quand on vous la refuse ? »

Seule, j’ai hurlé « Aidez-moi ! »

Laura Fiore cherche ses mots, bute sur les souvenirs, s’excuse. Cette Napolitaine professeure d’arts a écrit un livre au titre éloquent : « Avorter au milieu des objecteurs de conscience ». En Italie, son histoire est devenue un symbole.

Elle raconte :

« Le 4 juin, cette date restera à jamais gravée dans ma mémoire ».

Ce jour-là, Laura est transférée à l’hôpital à Naples. Elle ne souhaite et ne peut pas garder son enfant, qui souffre de graves malformations. Dans la salle d’accouchement, elle se retrouve seule.

« Ils m’ont mise sur un lit, au fond d’un couloir. Mon mari n’avait pas le droit d’entrer, les médecins étaient partis s’occuper d’autres patientes. »

S’enchaînent des heures douloureuses, jusqu’à l’expulsion du fœtus, qu’elle appelle encore aujourd’hui « sa fille ». Elle se souvient :

« J’ai hurlé “Aidez-moi”, et des médecins ont fini par arriver. »

Quelques jours plus tard, Laura apprend que le médecin chef du département néonatologie a tout fait pour tenter de sauver le fœtus, en vertu d’un paragraphe de la loi 194 qui stipule que « le médecin doit tout faire pour sauver la vie d’un enfant ».

Elle poursuit :

« Même le gynécologue qui me suivait était objecteur. Il ne m’a pas informé des possibilités qui s’offraient à moi. J’ai dû avorter dans l’urgence. »

Pilules périmées et avortements à l’étranger

Mal informées, culpabilisées, les Italiennes arrivent parfois in extremis, à la fin du délai imposé par la loi qui prévoit jusqu’à 24 semaines pour avorter. A Rome par exemple, l’un des rares hôpital public dont le praticien en chef n’est pas objecteur de conscience ne les pratique que jusqu’à 23 semaines.

Alors que les statistiques font état d’une baisse des IVG en Italie, d’autres chiffres circulent, comme les 20 000 avortements clandestins estimés en 2008. « Des chiffres jamais mis à jour depuis », précise Gabriella, « mais qui traduisent une bien triste réalité ». Comme celle de cette jeune mineure, qui, après avoir tenté un avortement médicamenteux avec des pilules périmées, a échoué à l’hôpital, l’utérus dévasté.

Sur son blog, Laura recueille aujourd’hui les témoignages de ces femmes. Sur sa page, des Italiennes lui écrivent anonymement et racontent humiliations ou départs pour l’étranger, la peur au ventre. « Nous nous sommes senties isolées et jugées », assène Laura. L’Espagne, la France et la Suisse sont, pour celles qui peuvent se le permettre, les destinations les plus prisées.

« C’est comme si on s’en fichait »

Dans son cabinet de consultation, Gabriella recueille elle aussi tous les jours ce type de témoignages. Elle qui pilote plusieurs associations et organise des conférences, se heurte à une administration hermétique aux problèmes des femmes, des adolescentes, des étrangères, surtout, privées de repères et parfois en grande difficulté financière :

« C’est comme si on s’en fichait. »


Lors d’une marche antiavortement le 13 mai 2012 à Rome (MISTRULLI LUIGI/SIPA)

Tous les jours, elle court les écoles et les services hospitaliers pour parler de contraception, d’IVG, de droits, même si les faire appliquer relève du parcours du combattant. Gabriella fait tout bénévolement. Non sans une certaine amertume :

« En Italie, dans certains établissements, on enseigne le catéchisme toutes les semaines, mais pour expliquer comment on utilise un préservatif, il faut demander l’autorisation aux parents, se battre pour obtenir une ridicule petite heure. »

Le 6 juin prochain, l’autre association qu’elle gère, « Le Bon médecin est celui qui n’objecte pas », organisera une rencontre avec les autorités concernées. « Nous avons désespérément besoin que les institutions nous soutiennent », soupire-t-elle. « Seules, nous ne sortirons jamais de l’ombre. »

 

 

Source : blogs.rue89.nouvelobs.com

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 3 février 2014 1 03 /02 /Fév /2014 18:21

 

Source : agoravox.tv/actualites/politique

 

par mario du 38 vendredi 31 janvier 2014

Scandale : Acte de dictature en Italie !

 

 

Des évènement très très graves se sont produits ces derniers jours à l'assemblée Italienne dans un silence médiatique Français Hallucinant !!

 

Depuis 10 mois de cette législature, les incidents se succèdent avec des atteintes et transgressions sans précédent à la constitution Italienne de la part des partis majoritaires PD (Social-démocrate comme le PS quoi) et PDL (Parti de Berlusconi avant sa séparation).

 

Il semble qu'un point de non-retour sans précédent dans l'histoire de la République Italienne, ne soit arrivé dans la nuit du 29 Janvier 2014.

 

Les Grillini qui ne cessent de mettre au jour les magouilles et les corruptions des politiques, activisme des Lobbyiste au sein même du parlement et du sénat, ont été bafoué de leur droit le plus élémentaire de s’exprimer.

Un décret de loi IMU-BANKITALIA était en discussion ces derniers jours avec une échéance qui le rendait caduque si non voté avant le 29 Janvier minuit.

Ce décret, comme toujours, cachait sous l’abolition de la tranche d’impôt (IMU) pour les Italiens une ignominie.

Ce décret fourretout est dénoncé par les Grillini car il contient la privatisation, de fait, de la banque d’Italie (BANKITALIA) par l’augmentation du capital de 7.5 milliard d’euros.

Ces 7.5M$ étant pris dans les réserves de la banque, autrement dit, on vole l’argent des Italiens pour le donner aux banques privées actionnaires de BANKITALIA.

De plus, le rendement de ce capital assurait 750 M$ par an aux banques. Autant d’argent qui ne va pas au budget de l’Etat pour construire des écoles, des routes, etc ...

 

Malgré les protestations des Grillini, le décret a été présenté à l’assemblée quelques jours seulement avant l’échéance. Il aurait pu être bien avant ce qui montre la volonté des évènements qui vont suivre.

Le décret n’ayant pas encore été voté ce 29 janvier, les parlementaires Grillini et d’autre de l’opposition soit 170 députés ont choisi de faire de l’obstructionnisme.

Autrement dit utiliser tout leur temps de parole (environ 10 min chacun donc près de 29 heures) pour faire dépasser le débat et louper l’échéance à minuit.

Le coup fourré est arrivé aux environs de 20H00, la présidente du parlement, en violation de tout règlement et du droit le plus élémentaire des députés, a décidé d’arrêter les débats et de faire procéder aux votes.

 

Un vrai scandale institutionnel qui a provoqué la réaction immédiate des Grillini qui ont voulu prendre les bans du parlement en signe de protestation.

Les députés de la majorité les ont alors insultés en les traitant de Fasciste et un député Grillini a même été frappé physiquement, voir la seconde vidéo.

 

 

 

L’agression du député Loredana LUPO (M5S)

 

 

 

 

Aujourd’hui les Grillini ont aussi déposé une demande d’Impeachment du Président Italien qui est normalement le garant de l’application de la constitution Italienne.

 

Au lieu de cela c’est lui qui manœuvre pour maintenir la caste politique en place pour servir les intérêts des banques et des Lobbies.

 

Par ailleurs, les parties majoritaires veulent changer la loi régissant les élections législatives déclarée anticonstitutionnelle, pour s’assurer de conserver le bipartisme !!

 

C’est juste incroyable, et aucune information ne filtre en France pour le moment.

 

Et évidement la presse Italienne, deuxième peau du système, ne cesse de montrer les Grillini comme des violents, des personnes qui ne respectent aucune loi et qui veulent faire payer plus d’impôts aux italiens.

 

Source : agoravox.tv/actualites/politique


 

                                                                               ***********************************

 

 

Source : www.lemonde.fr

 

Les "grillini", 162 inconnus au Parlement italien

LE MONDE | 26.02.2013 à 12h43 • Mis à jour le 27.02.2013 à 15h26 | Par Philippe Ridet

 
La liste de l'ancien comique Beppe Grillo (qui lui-même ne peut siéger au Parlement à cause d'une condamnation pour homicide involontaire après un accident de la route) va propulser 162 jeunes Italiens apolitiques, inconnus pour la plupart, sur les bancs de la députation.

Longtemps, Beppe Grillo, l'ancien comique et fondateur du Mouvement 5 étoiles, les a tenus cachés, loin des caméras et des micros. Interdiction de parler dans les débats télévisés sous peine d'excommunication. "La télé, c'est votre point G !", hurlait-il à celles et ceux qui ont tenté d'enfreindre l'interdiction. Depuis lundi 25 février et le spectaculaire résultat de sa liste à la Chambre des députés comme au Sénat, les "grillini" sont enfin devenus visibles – ils seront 162, au total, au Parlement.

C'est eux, ces jeunes pousses qui ont grandi dans son ombre jalouse, tout en profitant de son abattage, qui doivent le représenter. Beppe Grillo, condamné pour "homicide" dans un accident de voiture qui a causé la mort de trois personnes, ne pouvant entrer dans les institutions politiques en raison des règles d'honnêteté qu'il a lui même édictées, les voilà désormais seuls en scène. De leur leader, on connaissait les talents de bateleur et les propositions démagogiques (salaire citoyen de 1 000 euros pour tous, semaine de travail de 20 heures, etc.), mais eux ?

Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Luca Frusone, originaire de Frosinone (Latium), ne s'attendait pas à devenir onorevole ("honorable"), comme les Italiens appellent leurs parlementaires. A 27 ans, célibataire, il pensait pouvoir terminer sa thèse de droit sur "L'idée de dignité humaine dans les arrêts de la Cour suprême américaine". Il pensait émigrer aux Etats-Unis ou en Amérique du Sud, comme de nombreux jeunes Italiens qui ne trouvent pas de travail correspondant à leurs qualifications. "C'est sûr, ma vie va changer", explique-t-il.

Le droit international devra attendre. Engagé en politique dès la naissance du Mouvement 5 Etoiles en 2009, voilà plusieurs mois que Luca se prépare et potasse le manuel du parfait député. Il a suivi des séminaires, rencontré des économistes, s'est documenté sur Internet. "De toute façon, dit-il, je connais mieux le Parlement que ceux qui en font partie. A chaque fois que j'ai été confronté à un débat avec des élus, je me suis rendu compte qu'ils ne connaissaient rien sur les questions d'environnement ou même d'économie."


UN DANGER, LES GRILLINI ? "LE PARFUM DU POUVOIR LES CHANGERA"

Les "grillini" n'ont souvent rien à voir avec Beppe Grillo. Ce dernier se veut le "porte-voix" de ces hommes et femmes, souvent très jeunes, qui entreront par dizaines au Parlement. Ils sont aussi discrets et timides que leur leader est volubile. Politisés, mais pas politiciens, ils tiennent la droite et la gauche dans la même suspicion. Ils refusent les alliances sur tapis vert, mais se disent déjà disponibles au soutien au coup par coup.

"Si une loi est bonne, nous la voterons, explique Marta Grande, elle aussi nouvelle élue. Nous n'aurons aucun problème à voter les idées justes comme la baisse du coût de la politique, la diminution du salaire des parlementaires ou l'arrêt de la course aux armements."

Dans son programme, le Mouvement 5 Etoiles propose une indemnité de 5 000 euros brut pour les parlementaires, soit un peu moins du tiers de ce que perçoivent les élus italiens, les mieux payés d'Europe. En Sicile, les conseillers régionaux du mouvement élu en novembre 2011 se sont déjà appliqué cette règle. "Si l'Italie est ingouvernable, ce ne sera pas de notre faute", ajoute-t-elle avec l'assurance d'un vieux briscard prêt à faire retomber sur l'autre la responsabilité d'un accord manqué.

Qualifiés "d'antipolitiques" parce qu'ils voulaient renvoyer les politiciens professionnels a casa ("à la maison"), les voilà dorénavant installés dans la cabine de commandement de la République. Pour la détruire ? "Arrêtez de parler de nous comme ça !, se défend Giancarlo Cancelleri, élu en Sicile. Les voix que nous avons recueillies vont bien au-delà d'un vote de protestation. Désormais, nous sommes une force de proposition."

Déjà, les observateurs tremblent. Il y a ceux comme Aldo Cazzullo, journaliste politique du quotidien conservateur le Corriere della Sera, qui imagine les "grillini" filmer avec leur téléphone portable les débats des commissions pour les diffuser aussitôt sur Internet, le seul vecteur de communication de ce parti sans structure ni siège. D'autres, comme le politologue Piero Ignazi, parient, au contraire, sur leur "institutionnalisation". "Leur leader, explique-t-il, ne pouvant être présent au Parlement, chaque élu va devoir voter les lois en son âme et conscience. Le parfum du pouvoir les changera."

Luca Frusone, lui, a bien réfléchi. Pour la séance d'ouverture de la chambre des députés, il mettra une cravate. "Nous ne sommes pas des "aliens", quand même." Un bon signe ?

 Philippe Ridet
Journaliste au Monde

 

 

Source : www.lemonde.fr

 


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 décembre 2013 4 26 /12 /Déc /2013 18:23

 

 

Source : www.mediapart.fr

La maire de Lampedusa dénonce «un holocauste moderne» en Méditerranée

|  Par Carine Fouteau

 

 

 

Après la diffusion d'une vidéo choc sur les conditions de vie indignes dans le centre pour migrants de Lampedusa, Mediapart a rencontré la maire de l'île italienne. Giusi Nicolini critique les politiques migratoires « inhumaines » de l'Union européenne. De Frontex à l'opération Mare nostrum, elle estime que les leçons du naufrage du 3 octobre 2013 n'ont pas été tirées. Elle appelle de ses vœux des changements radicaux pour mieux traiter les demandeurs d'asile.

Lampedusa, de notre envoyée spéciale

Giusi Nicolini est une femme en colère, en rage même, comme hantée par les drames récurrents sur les rivages de l’île dont elle est maire depuis le printemps 2011. Cette écologiste, née à Lampedusa, bout de terre de 20 kilomètres carrés situé à quelques dizaines de kilomètres des côtes tunisiennes, a dû faire face à l’un des naufrages les plus tragiques de la décennie. Le 3 octobre 2013, au moins 300 personnes en provenance de la Corne de l’Afrique sont mortes noyées, en tentant de rejoindre l’Europe. Les corps ont été repêchés, puis alignés sur les quais du port. Certains des survivants sont encore retenus au centre de premier accueil de la ville le temps d’être entendus comme témoins dans le procès engagé contre les présumés passeurs.

Mediapart est allé à la rencontre de cette personnalité bouillonnante qui se retrouve à gérer une situation dépassant largement le cadre des fonctions d’un maire de 6 000 âmes. Giusi Nicolini estime que les politiques migratoires des pays de l'Union européenne doivent être profondément réformées car elles se révèlent « inhumaines » à l'égard de personnes fuyant la faim ou la guerre et « injustes » pour les personnes vivant « dans les lieux de frontière », tels les habitants de Lampedusa. Elle dénonce « un holocauste moderne en train de se dérouler en Méditerranée ». Au moment de notre visite, environ 600 migrants étaient retenus sur l'île, attendant d'être transférés dans un centre d'identification et d'expulsion sur le continent, où leur situation administrative serait examinée. Ce mardi 24 décembre, le gouvernement italien a annoncé son intention de « vider » le centre de ses occupants... En attendant de nouvelles arrivées.

Une récente vidéo filmée par un migrant à l’intérieur du centre de premier accueil de Lampedusa montre des conditions de vie dégradantes (la visionner sous l'onglet Prolonger). Ce centre n’est pas sous votre responsabilité, mais sous celle de la préfecture d’Agrigente. Quelle est votre réaction ?

Du 8 au 15 décembre, 700 migrants environ sont arrivés dans le centre de Lampedusa qui ne dispose que de 250 lits. Les personnes sont entassées sans respect de leur dignité humaine. Le reportage diffusé par une des chaînes de la Rai est vraiment terrible. Il montre une intervention hygiénico-sanitaire. Les gens se dénudent à la vue de tous, comme cela pourrait se produire dans un camp de concentration. C’est une manière totalement inhumaine d’accueillir des personnes qui viennent d’être sauvées de la noyade en mer. Ces personnes ne sont pas des migrants réguliers, arrivés avec un permis de séjour pour des études ou pour faire du tourisme, ce sont des gens qui ont enduré des voyages très longs, atroces, en subissant des tortures, des viols. Les femmes, presque toutes les femmes qui arrivent ici ont été violées durant les voyages dans le désert, ou en Libye, ou dans les centres-camps de concentration. Des enfants, des familles entières débarquent sur l’île. Jusqu’à ce matin, il y avait 52 enfants dans le centre. Environ 80 personnes ont été transférées (vers le continent), donc il en reste 600 aujourd’hui. C’est de la folie! Je n’arrête pas de le dire depuis les premiers jours de mon mandat de maire : je pense que, dans le bassin méditerranéen, Lampedusa est la seule communauté qui n’ait rien fait dont elle puisse avoir honte, qui ait fait son devoir jusqu’au bout. Elle le fait depuis quinze, vingt ans, envers des personnes qui risquent leur vie, envers les vivants, envers les morts. Nous prenons soin aussi des morts quand ils arrivent.

Les naufrages se multiplient aux abords de Lampedusa. Où se situent les responsabilités ?

La vérité a été révélée à tous, en premier lieu, par le pape François lorsqu’il est venu à Lampedusa, puis de manière dramatique par le naufrage du 3 octobre. Cette vérité, je suis indignée de devoir continuer à la dire : un holocauste moderne est en train de se dérouler en Méditerranée. Tous les pays européens sont responsables de cette situation. Nous devons immédiatement changer les politiques d’asile et d’immigration qui conduisent à ces drames. Je demande à mon pays de retirer la loi Bossi-Fini-Maroni (qui a durci les conditions d'accueil des migrants en Italie), d’inspiration sécuritaire. Cette loi ne fonctionne pas. Le centre de Lampedusa en est la démonstration. Notre pays fait des efforts pour sauver la vie des migrants en mer, mais ces efforts sont ensuite, à terre, honteusement, annulés par une manière d’accueillir, ou plutôt d’enfermer, qui ne garantit même pas un lit à ces personnes. Nous les faisons dormir par terre, nous les traitons comme des animaux, dans une logique d’urgence constante.

L’Italie vient de lancer une opération « militaire et humanitaire », baptisée Mare nostrum, consistant en un déploiement de bateaux, d’hélicoptères, d’avions et de drones pour sauver des vies en mer. Quel bilan en faites-vous ?

Le gouvernement Letta, juste après la vague d’émotion du naufrage, qui a suscité une émotion particulière, n’a rien trouvé de mieux que de préparer une réponse militaire à la question des réfugiés. La protection Mare nostrum a assurément renforcé la surveillance et sans doute sauvé des vies, mais ce n’est pas la réponse qu’il faut donner aux voyages de l’espoir, et ce n’est pas même une réponse utile pour prévenir les naufrages : c’est si vrai qu’avec les navires déjà en place, et l’opération Mare nostrum déjà lancée, pas moins de trois bateaux sont arrivés tout seuls à Lampedusa. Ils sont arrivés car ils ont eu de la chance. Mais si ses passagers s’étaient noyés, personne ne l’aurait su. Mare nostrum ne les a pas vus.

 

Dans le cimetière de Lampedusa, d'anciennes tombes de migrants refleuries à l'occasion du naufrage du 3 octobre. (CF) 
Dans le cimetière de Lampedusa, d'anciennes tombes de migrants refleuries à l'occasion du naufrage du 3 octobre. (CF)

Bruxelles, de son côté, a décidé de renforcer les moyens financiers de Frontex, l’agence européenne chargée de la surveillance des frontières. Cette réponse est-elle pertinente ?

Frontex n’a jamais apporté aucune réponse, ni aux voyages de l’espoir des réfugiés et des demandeurs d’asile, ni à la question des migrations dans la mer Méditerranée. Après les drames, je ne crois pas que ses objectifs aient été modifiés : le secours n’est toujours pas spécifié dans sa mission. Frontex continue d'observer la frontière de l'Europe, rien n’a changé.

Je considère insupportable, inacceptable, spécialement dans le temps de crise que nous traversons, le gâchis des ressources financières que l’Europe met à disposition. La réponse aux tragédies est toujours la même : « Nous vous donnons de l’argent. » Mais cet argent est toujours dépensé dans une logique d’exception, sans stratégie, sans structurer ni organiser un système d’accueil stable, humain et digne. Les personnes qui viennent ne peuvent pas retourner dans leur patrie. Ce sont des réfugiés, des demandeurs d’asile qui ne peuvent pas être renvoyés, ce sont des personnes que nous avons le devoir d’accueillir. Nous le savons, mais nous ne pensons à bâtir ni un nouveau système d’accueil, ni des politiques d’intégration qui permettent à ces personnes de constituer pour nous une richesse. Au contraire, nous construisons des centres énormes dans lesquels nous les enfermons. Celui de Mineo, à Catane, est une honte. Quatre mille personnes y sont enfermées en ce moment. Elles y restent un an, un an et demi, dans l’attente d’un permis de séjour. Ce sont des personnes enfermées dans un ghetto, dont nous annulons la personnalité parce que nous les gardons de longs mois sans qu’elles aient aucune activité, dans une attente privée de certitudes.

L’urgence d’Afrique du Nord en 2011 a été gérée en suivant la même logique : nous avons ouvert des camps de réfugiés improvisés, sans regarder à la dépense. En Italie, par exemple, nous avons loué des gîtes ruraux, des campings, des hôtels, à des prix très élevés, et puis le 21 mars 2012 nous avons fermé ces structures, nous avons jeté dans la rue 55 000 personnes, pour moitié tunisiennes, pour moitié originaires d’Afrique subsaharienne. Qu’attendons-nous qu’ils fassent ? Ils iront dans les grandes villes, dormir sous les ponts, vivre d’expédients, devenir du pain bénit pour la criminalité organisée : c’est nous qui construisons le problème.

Ce que les gouvernants doivent avoir le courage de dire aux électeurs, c’est qu’il ne sert à rien de dépenser tout cet argent pour Frontex pour surveiller nos frontières. Il faut leur expliquer que les personnes qui arrivent à Lampedusa, ces mères, ces enfants, viennent parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement. Ils préféreraient rester dans leur pays s’ils le pouvaient. Nous Siciliens avons été les premiers à être obligés d’émigrer. Nous avons pleuré de devoir abandonner nos maisons, nos terres, nos amis, nos parents, nos biens. Nous devons rappeler aux électeurs qu’aucun d’entre nous n’aurait le courage de monter à bord de ces bateaux, en laissant tout derrière soi, sans aucun bagage, avec juste en poche une photo de famille et un certificat de bonne santé pour espérer trouver du travail.

Nous devons comprendre les raisons de leurs départs. Chacun a son histoire. Sur l’île, nous sommes bien placés pour les entendre. Ils nous les racontent quand ils arrivent. Toutes ces histoires sont dignes d’être écoutées et prises en considération. Il est temps pour nous, Européens, de prendre conscience de cette vérité dramatique : ces voyages ne vont pas s’interrompre demain. Ces voyages ont des raisons graves, profondes, qui exigent un changement de cap important dans les politiques économiques et les politiques de coopération. Tant que nous n’aurons pas changé de modèle de développement, tant qu’une partie du monde restera pauvre, exploitée et déchirée par les guerres, ces personnes chercheront ailleurs une vie meilleure. Ces naufrages du développement, dont nous sommes en partie responsables, vont se poursuivre. Le fait de considérer ces personnes, ces morts comme des flux et des chiffres, est une manière de cacher la vérité. C’est une manière de refuser de reconnaître les raisons de leur voyage pour ne pas avoir à agir sur les vraies causes.

Quelle solution préconisez-vous pour empêcher les naufrages ?

La seule manière d’éviter les naufrages, les morts en mer et la traite des êtres humains est d’organiser des modalités de demande d’asile le plus en amont possible, compatibles avec les principes, les valeurs sur lesquelles se fondent les États démocratiques de l’Europe. Les États membres de l’UE reconnaissent tous la Déclaration universelle des droits de l’homme. Contraindre des hommes et des femmes à demander l’asile dans les conditions que nous connaissons actuellement est une façon de leur dénier l’asile, c’est une façon de limiter les flux. La seule manière d’éviter cette situation est de faire en sorte que les réfugiés puissent faire leur demande d’asile avant de monter à bord de ces bateaux dans les pays de transit avec lesquels l’Italie et différents pays ont passé des accords, y compris lorsqu’il s’agissait de dictatures.

Le risque n’est-il pas de faire confiance à des pays, comme la Libye, qui n’ont pas signé la convention de Genève ?

Voyez, ce n’est pas mon problème. Comment concrètement faire en sorte que l’exercice du droit d’asile soit effectif dans un pays tel que la Libye, c’est le problème de ceux qui, durant toutes ces années, ont passé des accords avec la Libye, même du temps de Kadhafi. Le problème serait résolu en faisant faire les demandes directement auprès des ambassades des États membres de l’UE situées dans les pays de transit : la Libye, l’Égypte et la Tunisie notamment.

Est-ce que les pêcheurs de l’île, dont beaucoup sont amenés à aider les migrants en péril, risquent encore d’être poursuivis pour cela ?

Les pêcheurs de Lampedusa mais également les pêcheurs siciliens en général ont dans leur ADN le devoir de secourir en mer. Ils le font comme ils l’ont toujours fait indépendamment des lois existantes. Le délit d’acte favorisant l’émigration clandestine a toutefois une forte incidence sur l’aide que les pêcheurs apportent. Si l’embarcation de migrants n’a pas encore coulé, et si elle est aidée par un pêcheur pour empêcher le naufrage, celui-ci peut être accusé d’avoir favorisé l’émigration clandestine. La marine (militaire) de Lampedusa ne le fait pas. La collaboration est très étroite entre la garde côtière et la marine de Lampedusa, et de nombreux sauvetages se font conjointement, et avec l’aide des pêcheurs. Lors du naufrage du 3 octobre, ces derniers ont amplement donné des preuves de leur abnégation : ils ont participé aux secours, ont abandonné la pêche pour contribuer à récupérer les corps en mer, et de très nombreux autres civils, y compris des plongeurs, ont aidé les garde-côtes, les pompiers, les hommes de l’État, à récupérer les corps bloqués dans la barque. Ces réactions ont été humaines. Ce serait bien que les lois établissent qu’un homme est un homme… qu’un homme à la mer est avant tout un naufragé indépendamment de son statut. L’abolition du délit d’émigration clandestine est une mesure fondamentale et prioritaire que nous devons prendre. Punir un homme, non pour ce qu’il fait mais pour ce qu’il est, est contraire à nos principes juridiques.

La mairie est l'un des bâtiments les plus anciens de l'île. 
La mairie est l'un des bâtiments les plus anciens de l'île.

J’espère qu’après ce que s’est passé à Lampedusa, chacun va retenir qu’un homme en mer qui arrive sur un de ces bateaux qui coulent est avant tout un naufragé, avant d’être un réfugié, un demandeur d’asile, un migrant économique ou un migrant irrégulier. C’est avant tout un naufragé et il doit être traité comme tel. Lorsque nous le portons en terre, nous devons continuer de le traiter comme tel. Au contraire, savez-vous ce qui se passe ? Certains des survivants du naufrage du 3 octobre sont encore sur l’île, retenus à l’intérieur du centre, car ils sont entendus comme témoins dans le procès (contre les passeurs). Ils sont donc placés à la disposition de l’autorité judiciaire. Ce n’est, selon moi, pas une raison pour les garder enfermés à Lampedusa, dans un centre qui actuellement ne garantit pas les conditions minimales de respect de la dignité humaine des personnes.

Vous avez demandé que le centre de Lampedusa reste un centre de premier accueil et que les personnes n’y restent pas plus de 96 heures. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Des personnes sont enfermées depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Pourquoi n’avez-vous pas été entendue ?

Lampedusa est un pont entre l’Afrique et la Sicile, une étape du voyage, une ancre de salut pour les migrants. Il y aurait beaucoup plus de morts si la route n’était pas interrompue par le radeau Lampedusa. La logique même voudrait que cette île ne dispose que d’un centre d’hébergement de premier secours, donc de court séjour. Le centre doit être un lieu de transit, parce qu’il faut héberger les autres, ceux qui arrivent. Sinon, si l’on continue à amasser ceux qui débarquent sans les faire partir, on atteint des chiffres de 100, 200, 300, 400, 500, 700 personnes enfermées : c’est la logique même qui le dit, il ne faut pas être un grand homme d’État pour le comprendre, il faut simplement avoir un peu de bon sens, respecter la logique, respecter surtout les recommandations du ministère de la santé qui a établi en Italie que les temps de séjour appropriés à l’intérieur d’un centre de ce type ne doivent pas dépasser 72 heures.

 

Une statue érigée en hommage aux migrants échoués aux abords de Lampedusa. 
Une statue érigée en hommage aux migrants échoués aux abords de Lampedusa.

Avez-vous encore confiance dans l’action de l’Union européenne ?

Je pense que l’UE sera tôt ou tard contrainte de changer. À un certain point de l’histoire, vient le moment d’effacer les hontes. Les lois sur l’apartheid, les lois raciales ont été supprimées. Chaque fois, le moment de changer les politiques inhumaines arrive. Il suffit de s’en rendre compte. Je crois qu’aujourd’hui l’opinion publique, pas uniquement européenne mais mondiale, s’est rendu compte que les politiques qui sont appliquées en Méditerranée, mais pas seulement là, car il y a d’autres Lampedusa dans le monde, sont des politiques inhumaines. Cela devrait suffire pour établir que le moment de changer est venu, d’y mettre fin. Le temps où l’on pouvait raconter aux gens que les débarquements à Lampedusa sont une invasion, qu’ils constituent un tsunami humain, qu’ils détruiront  notre forteresse Europe, qu’ils mettront en danger notre sécurité économique, le temps où l’on pouvait raconter ces histoires à dormir debout, eh bien, aujourd’hui, c'est fini, on ne peut plus les raconter, ces mensonges, parce que désormais, tous sont pleinement conscients, grâce, je dois le dire, avant tout, au pape François, que les chiffres de migrants qui arrivent d’Afrique sont véritablement dérisoires par rapport aux chiffres de ceux qui entrent illégalement à travers d’autres frontières de notre Europe. Ce n’est vraiment qu’un grain de poussière.

Il ne s’agit pas de migrants en règle. Lampedusa depuis quinze, vingt ans sauve la vie et accueille des réfugiés et des demandeurs d’asile, des gens qui ont fui la guerre, les dictatures, des pays marqués par des urgences environnementales où, en raison du manque de ressources naturelles, il n’est pas possible de survivre. Des gens qui fuient la faim. Enfin, les raisons de ces voyages sont des raisons pour lesquelles les normes que nous nous sommes données prévoient une forme quelconque de protection humanitaire. Si nous les prévoyons, nous devons les donner, sinon, nous devons dire que nous ne sommes pas un pays qui respecte les droits humains. Il n’y a pas de troisième voie. Je pense que c’est le pape François qui a rendu visible ce qui était invisible à la plupart d’entre nous. Auparavant, il était facile d’utiliser cette question des débarquements et de Lampedusa, l’image de Lampedusa transmise par les journaux télévisés, avec des flots de chiffres : 300 migrants ont débarqué dans la nuit, 400. Il était facile, avant le pape François, d’utiliser cette question à des fins de propagande politique pour alimenter les peurs, le racisme, parce que cette tension pour les débarquements existe, parce qu’il s’agit d’un phénomène visible, dont on peut témoigner, que l’on peut montrer. Le hasard a voulu qu’à quelques mètres de Lampedusa se produise le naufrage du 3 octobre. Il ne s’agit pas du plus grand naufrage de la Méditerranée. C’est simplement le plus proche de Lampedusa, si proche qu’il a permis à la mer de nous rendre un grand nombre de corps. Être parvenu à aligner ces cercueils et à les montrer a supprimé tout alibi.

L’Europe ne peut plus se permettre de faire payer à ces gens un prix aussi élevé, pour protéger sa forteresse, qui au contraire implose pour d’autres raisons, liées à un développement malade, liées au pouvoir de la finance, qui ont pris le pas sur le pouvoir politique. Les raisons de la crise ne sont certainement pas imputables aux Noirs qui fuient l’Érythrée, la Somalie. C’est pourquoi je pense qu’aujourd’hui une nouvelle page de l’histoire commence, qui nous conduira nécessairement à changer ces politiques.

 

Des carcasses de bateaux en provenance de Tunisie ou de Libye. 
Des carcasses de bateaux en provenance de Tunisie ou de Libye.

Qu’attendez-vous de 2014, année des élections européennes ?

Mes vœux sont naturellement nombreux, comme pour chacun d’entre nous ; il est évident que depuis Lampedusa, du point de vue de Lampedusa, l’espoir le plus grand, c’est que la mer ne nous porte plus de cadavres, que ces personnes puissent faire leur demande d’asile avant de monter à bord de ces bateaux, au moins dans les pays de transit, et qu’elles puissent arriver directement dans les pays européens qui décident de les accueillir en se fondant également sur des accords que les États devraient passer. Mes pensées vont surtout aux enfants, aux enfants dont les parents s’embarquent sur ces bateaux car ils n’ont pas d’autre choix pour avoir une vie. Aux enfants qui n’ont assurément aucune possibilité de choisir, ce sont leurs parents qui les portent dans leurs bras jusqu’ici. Le vœu le plus grand sans doute est que ces enfants ne finissent pas noyés sans même avoir pu choisir leur destinée. Cela aura une incidence sur mon île, car les politiques inhumaines à l’égard de ces personnes et de ces migrants sont aussi des politiques injustes pour les communautés qui vivent dans les lieux de frontière. Le destin des frontières est injuste, pour nous également. Donc, c’est un vœu unique que je formule, qui pourrait sauver la vie des migrants et changer l’avenir de Lampedusa, et de toutes les Lampedusa du monde.

 

L'interview a été réalisée le 17 décembre à la mairie de Lampedusa. Merci à Paola Pizzicori (à Lampedusa) et à Frédérique Borde (à Paris) pour la traduction. Merci aussi à l'équipe d'Arte présente sur place au même moment que moi pour les lumières, les conditions du tournage ayant été quelque peu chaotiques.

 

 

Lire aussi

 

Source : www.mediapart.fr

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 21 décembre 2013 6 21 /12 /Déc /2013 19:31

 

Source : notavfrance.noblogs.orgn

 

Des nouvelles des arrêté-e-s No Tav du 9 décembre 2013.

 

 


Claudio et Niccolò sont en cellule ensemble. Mattia est en face, désormais en cellule avec une personne arrêtée pendant les émeutes a piazza Castello pendant les journées de blocage de la ville (Turin). Ils sont dans le bloc D, première section. Un section spéciale, protégée. Leur régime prévoit la cellule fermée 24h/24, deux heures de promenade et aucun rapport avec les autres détenus. De 18h à 20h ils ont la « socialisation » tous les trois ensemble (c’est-à-dire qu’ils sont tous les trois enfermés dans une même cellule, ndt).

Chiara est à l’isolement. Cellule fermée. Promenade toute seule. Pas de socialisation.

Le courrier est censuré, retard de cinq ou six jours.

Les parloirs ont été autorisés à tou-te-s ceux/celles qui l’ont demandé, famille et compagnon-ne-s.

N’ENVOYEZ PAS DE TIMBRES, ILS NE LEURS SONT PAS REMIS.

Ils vont bien. Ils ont entendu les saluts et le rassemblement.
Ils sont particulièrement enthousiastes par le bruit et le nombre de voix et de cris lors du rassemblement de samedi.

manifestation devant la prison de Vallette à Turin

manifestation devant la prison de Vallette à Turin 14/12/13

 

Pour leur écrire :

Chiara Zenobi
Niccolò Blasi
Claudio Alberto
Mattia Zanotti

c.c. via Maria Adelaide Aglietta 35
10151 Torino
ITALIA


Quelques actions de solidarité :

Giulianova (Teramo), 11 décembre 2013 : dans la nuit, le siège du parti démocrate recouvert de tags en solidarité avec les No Tav arrêtés. Sur les murs et les vitrines du local on pouvait lire : « Les terroristes c’est vous », « No Tav » et « Mattia, Claudio, Nicco et Chiara Libres ». De la peinture a également été répandue sur les serrures du local.

Piacenza, 13 décembre 2013 : dans la nuit, le siège des chasseurs alpins (militaires) a été recouvert de tags en solidarité avec les incarcérés.

Trento, 13 décembre 2013 : une trentaine de compagnons a bloqué pendant vingt minutes le Frecciargento (train à grande vitesse italien). La banderole déployée sur les rails disait « La lutte No Tav ne s’arrête pas. Liberté pour Chiara, Mattia, Nicco et Claudio ». Pendant le blocage interventions et distribution de tracts.

Turin, 14 décembre 2013 : grand rassemblement devant la prison. Environ 300 personnes sont venues exprimer pendant plusieurs heures leur solidarité à Chiara, Mattia, Niccolò et Claudio, à grand renfort de slogans, pétards et feux d’artifice. Les 25 camionnettes de flics présentes les ont empêchées de s’approcher et le rassemblement s’est terminé par une manifestation aux alentours de la prison que les compagnon-ne-s emprisonné-e-s ont tout de même entendu.

Val Susa, 15 décembre 2013 : rassemblement puis manifestation d’environ 300 personnes dans la petite ville de Bussoleno. De nombreuses personnes sont intervenues au micro pour exprimer leur solidarité à Chiara, Mattia, Niccolò et Claudio.

Toulouse (France), 17 décembre 2013 : blocage du péage de l’autoroute Toulouse/Paris (A620) en solidarité avec les arrêtés du 9 décembre. Mort à l’État qui affame, qui détruit, qui tue. Chiara, Claudio, Mattia , Niccolò, libre tout de suite, de nouveau à nos côtés dans la rue, sur les sentiers de la vallée et ailleurs. À eux va tout notre soutien.

Padoue, 18 décembre 2013 : dans la nuit, le siège du parti démocrate de Padoue a été recouvert de tags : « les terroristes c’est vous, liberté pour les No Tav »

Reçu par mail, 20/12/2013.

 

 


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 14 décembre 2013 6 14 /12 /Déc /2013 23:37

 

Source : blogs.rue89.com

 

Les Italiens dans la rue, ça devait bien arriver un jour...

Flora Zanichelli - Journaliste

Publié le 14/12/2013 à 11h02

 

 

Des étudiants en colère qui prennent d’assaut l’université la Sapienza à Rome où sont réunis des ministres pour une conférence baptisée « l’Italie et la nature », des Italiens fatigués qui siègent devant la chambre des députés à Rome, des manifestations plus ou moins importantes dans tout le pays... Que se passe-t-il exactement en Italie ?

Les faits remontent à ce lundi. Je dis bien les faits et non pas les causes profondes, qui elles, sont enracinées dans le temps depuis au moins deux décennies. Lundi à Turin, les Italiens ont manifesté, bloqué les trains. Bars, boutiques, marchés, tout était fermé. Les manifestants ont pris d’assaut la région Piémont, lançant contre les murs des bouteilles, des pétards, des pierres...

 

 

La manifestation des Forconi à Turin (La Repubblica TV)

En Italie, Turin n’est pas une ville comme les autres. Autrefois berceau de l’industrialisation, elle ressemble désormais à une ville fantôme. C’est ce que racontait à la rentrée l’excellent journaliste d’enquête Riccardo Iacona dans son émission « Presa Diretta ».

A Turin, ville berceau de la Fiat, il y aussi la Saturno, la Global Business... autant d’entreprises qui fabriquaient des petites pièces pour Fiat jusqu’à ce que celle-ci délocalise ces activités. L’équation est tristement simple : moins d’activités + moins de postes de travail = érosion du tissu économique. Selon un journaliste de la Repubblica, Turin perdrait ainsi 500 millions d’euros par an du fait du chômage croissant.

C’est la réalité de la crise : le constat pourrait s’arrêter là. Sauf qu’en Italie, elle est couplée avec des scandales à répétition. Récemment, des conseillers piémontais se sont ainsi fait prendre la main dans le sac : ils détournaient l’argent de la région pour se faire rembourser leurs billets de match de football, leur séances d’UV...

Interviewés par un journaliste du programme « Servizio Pubblico » sur leurs actions, les politiques ont préféré lui fermer la porte au nez ou ignorer ses questions. Cet épisode n’est pas cité au hasard. C’est une situation récurrente en Italie.

Des personnes « exaspérées et fatiguées »

La manifestation en Italie ce lundi a fait forte impression. D’autant plus que les policiers chargés de veiller à la sécurité ont enlevé leurs casques. Aux dires de la préfecture, « pour calmer les manifestants ». Je connais des policiers à Turin : ils travaillent dans des conditions difficiles, entre la guérilla du Val de Suse et délinquance quotidienne. Ils m’ont donc orientée plutôt vers ce témoignage anonyme d’un agent. Voici ce qu’il confiait :

« Moi aussi j’ai enlevé mon casque. Et bien volontiers. Les motifs de la protestation, nous les vivons dans notre propre quotidien. Et si la situation ne change pas, la désobéissance civile se propager bientôt dans les rangs des forces de l’ordre. »

Cet agent gagne 1 300 euros par mois, ses primes ont été supprimées. Sur la place il affirme avoir vu « des personnes exaspérées, fatiguées ». Regroupés sous diverses appellations, « Forconi » (fourches), comité du 9 décembre, les Italiens descendus dans la rue sont étudiants, commerçants, entrepreneurs... Un ensemble très difficile à circonscrire d’autant plus qu’il a été infiltrés par des groupes d’extrême-droite et gauche ainsi que quelques ultras.

Leur point commun : estimer que leur classe dirigeante est incapable de donner une réponse à leurs problèmes. Pire... qu’elle les renforce. Leur seule solution : la disparition complète de la caste politique, la désormais fameuse « casta ».

10% des Italiens possèdent 50% des richesses

En Italie, la défiance envers la politique, nourrie par des décennies de scandales et de berlusconisme, est à son comble. Depuis sa désignation en avril dernier, le président du conseil Enrico Letta peine à réformer le pays. Ses mesures ne convainquent plus une partie des Italiens, durement touchés par l’austérité.

Huit millions d’Italiens vivraient désormais dans la pauvreté. Quant aux jeunes, les perspectives d’emploi s’amenuisent avec plus de 40% de chômage chez les 15-24 ans. Le fossé entre riches et pauvres s’agrandit à mesure que se creusent les inégalités, comme l’explique le journaliste Riccardo Iacona :

« L’Italie est le pays où la richesse privée est la plus importante. Au-delà de la France, de l’Allemagne. Selon une étude de Bankitalia, la somme des maisons, du cash et de l’argent investi dans des titres et d’actions serait de 9 000 milliards d’euros. Soit cinq fois la dette publique italienne. Si l’Italie était une entreprise, personne ne dirait qu’elle est en faillite.

Mais le problème c’est que la dette est à tout le monde tandis que la richesse privée est entre les mains d’un petit nombre. 10% des Italiens possèdent ainsi 50% des richesses privées du pays. Malgré tout, en cette période de crise dramatique et urgente, cette richesse est restée intacte et aucun sacrifice n’a été demandé aux riches et super riches italiens ».

La bureaucratie complique la vie

Le « décret du faire » pris par le gouvernement Letta, censé réformer en profondeur le pays aura du mal à atteindre ses objectifs. La simplification de l’administration italienne qui doit en découler laisse dubitatif plus d’un observateur de la vie politique italienne.

L’émission d’enquête « Report » expliquait :

« La bureaucratie coûte 31 milliards d’euros par an aux PME italiennes. Cependant, l’administration publique accorde les permis et documents avec des mois de retard. Plus que simplifier, la bureaucratie complique la vie des entrepreneurs italiens. Le décret du faire essaie de simplifier les procédures et indemniser les entreprises qui auraient subies des dommages du fait de ces retards. »

Bien vite cependant, on s’aperçoit qu’il sera très compliqué de faire condamner l’administration en raison, notamment, de délais très courts pour porter plainte.

Dans la foulée, la cour des comptes italienne a reconnu que la loi de stabilité financière favorisait les plus riches au détriment des plus pauvres. Une impression confirmée par la suite par l’Institut de statistiques italien. Voilà de quoi creuser davantage la fracture entre les décideurs et leurs administrés.

« [Nous somme] contre le pouvoir politique »

Le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, qui avait réussi jusque-là à catalyser l’exaspération des Italiens, avec des gestes forts, comme le renoncement à la moitié de l’indemnité parlementaire et la création au profit des PME d’un fonds de solidarité avec l’autre moitié, semble aujourd’hui dépassé. Les Forconi et autres ne veulent plus rien entendre. « Se rebeller est un devoir », tel est leur slogan.

Les Forconi sont nés il y a un an en Sicile. Dans un e-mail adressé à Rue89, l’un des membres écrivait alors :

« [Nous sommes] contre le pouvoir politique qui veut détruire l’économie au profit de quelques uns. Nous avons bloqué tout transport d’huile, de nourriture... »

La mobilisation avait duré plusieurs jours, suffisamment pour paralyser la région. Lors d’une manifestation à Palerme, un drapeau italien, « symbole de l’Etat », avait été brûlé. Des rumeurs avaient alors circulé selon lesquelles la mafia avait infiltré la rébellion avant d’être rapidement démenties par ses leaders, choqués par de tels accusations.

« Des faits, pas des promesses »

Aujourd’hui, certains leaders de la manifestation du 9 décembre intriguent la presse transalpine. Qui est donc ce Danilo Calvani, entrepreneur en faillite qui harangue la foule et disparaît à la fin de son discours dans la jaguar « d’un ami » ? Qui sont ces gens qui ont contraint les commerces à fermer voire même menacé une librairie de brûler ses livres ? Sont-ils en marge de la manifestation ? Nul ne le sait.

Ces faits ne doivent pourtant pas minimiser la réalité brûlante que vit actuellement la Péninsule. Le point est qu’aujourd’hui en Italie, l’exaspération sociale est tous les jours sous nos yeux. Ce sont les amis qui ne savent plus quel sera l’avenir de leurs enfants, les professions indépendantes qui morflent, le prix de l’essence qui augmente de manière exponentielle, la santé et l’éducation qui sont bien loin d’être des priorités... Dans ce marasme ambiant, le moindre travers est sévèrement condamné. Prochaine étape, comme aiment à dire une bonne partie des Italiens : « Des faits, pas des promesses. »

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 11 décembre 2013 3 11 /12 /Déc /2013 16:45

 

 

Source : agoravox.tv

  par News360x (son site) mardi 10 décembre 2013  


Les policiers enlèvent leur casque et rejoignent les manifestants - Italie 09/12/2013

 

 

Le 9 Décembre 2013 à Turin en Italie des membres des forces de l’ordre ont rejoint les manifestants anti-taxes qui protestent contre le gouvernement politique actuel et l’augmentation des taxes et des impôts. Certains policiers ont été filmés entrain d’enlever leur casque anti-émeute et ont rejoint les rangs des manifestants. Eux aussi ont voulu crier leur ras le bol. On dénombre une centaine de manifestations organisées dans l’ensemble du pays par des opposants au gouvernement. Si certains policiers ont rejoint le clan des manifestants, il y a tout de même eu certains débordements entre manifestants et policiers.

 

 

 

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 décembre 2013 2 10 /12 /Déc /2013 18:02

 

 

Source : mediapart.fr

En Italie, des manifestations contre la « pression fiscale »

|  Par La rédaction de Mediapart

 

 

Des centaines de manifestations contre les impôts et les taxes ont éclaté dans plusieurs dizaines de villes d'Italie provoquant des heurts avec les forces de l'ordre.

Une centaine de manifestations organisées dans l'ensemble de l'Italie par des opposants au gouvernement, affiliés au mouvement protestataire des forconi, ont défilé lundi 9 décembre contre les taxes et les impôts. Des affrontements ont éclaté avec les forces de l'ordre.  

A Turin, Rome, Milan ou Palerme, des agriculteurs, artisans, commerçants, petits entrepreneurs et chauffeurs routiers ont manifesté contre la « pression fiscale » et bloqué les gares et centre-villes. L'un des porte-parole des forconi, Andrea Zunino a déclaré : « Ce que nous voulons, c'est dire assez à ce qui ne va pas, que le gouvernement s'en aille. Participer à une table ronde ne nous intéresse pas, ils doivent partir, c'est tout. » Des heurts ont opposé les forces de l'ordre et plusieurs dizaines de manifestants. A la fin des mouvements, une petite centaine de personnes s'en est prise au siège d'Equitalia, le centre de recouvrement des impôts à Turin.

Lire sur le Corriere Della Serra

 

 

Lire aussi

Bill Emmott : une sortie de crise libérale pour l’Italie et l’Europe

Par Philippe Riès

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 octobre 2013 1 21 /10 /Oct /2013 20:14

 

 

lemonde.fr

Italie : la place Pia de Rome occupée par des manifestants

Le Monde.fr avec AFP | 21.10.2013 à 03h08 • Mis à jour le 21.10.2013 à 08h47

 
 

 

Des manifestants ont dressé leur camp sur la place Pia de Rome samedi 19 octobre.

 

Des centaines de personnes ont annoncé, dimanche 20 octobre, qu'elles continueraient à camper sur la place Pia, dans le centre de Rome, pour protester contre l'austérité, les expulsions, et pour réclamer des logements moins chers. Une rencontre est prévue mardi entre le ministre des infrastructures et des transports, Maurizio Lupi, et une délégation de manifestants afin de débattre des revendications de ces derniers.

"Nous laisserons les tentes en place jusqu'à notre rencontre avec M. Lupi, mardi, lorsque nous organiserons une autre manifestation pour faire entendre notre voix", a déclaré Luca Fagiano, un représentant des organisateurs de la manifestation.

"Reprenons la ville", peut-on lire sur une bannière plantée dans le camp qui bloque une artère importante de Rome. Une autre bannière proclame : "Stop aux expulsions et aux saisies". "Le camp n'est pas un point d'arrivée, mais le départ de la révolte", affirme un slogan sur le site Web des organisateurs de la manifestation, la Coordination citoyenne de lutte pour le logement.

Lire aussi : "Mobilisations contre l'austérité en Italie et au Portugal"

 

 SEIZE PERSONNES ARRÊTÉES SAMEDI

Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté samedi pacifiquement dans la capitale italienne, afin d'attirer l'attention sur le coût social de la crise économique. Quelques manifestants ont ensuite monté des tentes.

Des heurts ont opposé des manifestants à la police autour du ministère des finances, samedi, et le ministre de l'intérieur, Angelino Alfano, a annoncé l'arrestation de seize personnes et l'expulsion du pays de cinq militants français.

L'Italie s'efforce de sortir de deux ans de récession qui ont fait croître le chômage, notamment des jeunes. Le Parlement italien a commencé l'examen du budget pour l'an prochain, qui comporte de nouvelles coupes sociales. Selon les derniers chiffres publiés, le chômage en Italie a atteint 12,2 % de la population active en août. Il s'agit du taux le plus élevé depuis la création des statistiques du chômage, tant mensuelles (2004) que trimestrielles (1977).

Lire (édition abonnés) : "L'Italie s'enfonce dans la récession"

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

        

      A partir du 17 Mai 2014

                     RV

      chaque mercredi à 18h

        devant la maison carrée

         et samedi à 13h

   sur le terrain de Caveirac

           Rejoignez-nous  !


  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Images Aléatoires

  • Pause
  • DSC00912
  • P1330355
  • Photo0075
  • 43
  • DSC00543

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés