Appels et pétitions

Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 15:45

 

 

ZAD de Marseille / Occupation du parc Michel Levy rebaptisé Parc Rémi Fraisse / AG à 17h

 
*URGENT : A diffuser très très largement !!!*
 
 
*ZAD de Mars*
 
*Occupation du Parc **Michel Levy*
 
*rebaptisé Parc Rémi Fraisse*
 

*DÉNONÇONS** LA PRIVATISATION DU PARC**,*

*STOPPONS LA DESTRUCTION DES ARBRES CENTENAIRES**!*

*RÉAPPROPRIONS NOUS NOS BIENS COMMUNS!*


*Depuis mai 2013, le **collectif  "Michel Lévy"** a pris le relais des
recours en justice intentés par des riverains du parc. Il se bat pour
éviter que le square Michel Levy et ses arbres plus que centenaires
disparaissent, notamment **un arbre « remarquable »

inscrit dans le fichier national de l’Association A.B.R.E.S*

*Mercredi matin un tractopelle est entré en action et a commencé son œuvre
destructrice! Déjà CINQ petits arbres arrachés et toute une partie

de la montée au parc démolie…*

*Face à la pression des habitants ils tentent de passer en force.*
*Nous ne pouvons laisser continuer un tel scandale, ni laisser place à
d’autres engins, comme des tronçonneuses par exemple !*

*Jeudi au soir (hier), un groupe de zadistes a pris place dans le parc pour
assurer la défense de cet espace verdoyant et conviviale du centre ville.*

*Ce projet est un non-sens et comporte de nombreuses zones d'ombres et
d'irrégularités légales. Le **collectif "Michel Lévy" **a dénoncé à maintes
reprises, mais le Maire de Marseille, Madame Laure-Agnès Caradec adjointe
aux espaces verts, Monsieur Yves Moraine maire du 6/8, comme son
prédécesseur Monsieur Dominique Tian, s'en moquent, comme ils se moquent 

de protéger les quelques parcs du centre ville !*
*Ils restent sourds aux cris émanant  de la population de tous les
quartiers où des situations similaires se produisent.*
*La politique d'urbanisme de la ville est à la merci des promoteurs
immobiliers qui opèrent dans la ville entière une opération spéculative qui
a pour effet de transformer l'âme de cette ville populaire.*

*Nous nous devons de conserver cette espace de nature urbaine pour les
générations présentes et à venir !*

*Nous lançons un appel à une mobilisation générale pour la sauvegarde des
"espaces verts" que l'on détruit, et contre la logique immobilière
spéculative, omniprésente jour aux quatre coins de la Ville !*




*Mobilisation permanente au parc Michel Levy*

*rebaptisé Parc Rémi Fraisse*


*Assemblée générale*

*au parc à 17h !*



*Besoins de monde !!!*


*Besoins de matos en tout genre à déposer sur place !!!*

*(cordes, outils, tentes, couvertures, vivre, peinture,...)*



*Contact :*

collectifzadmarseille@riseup.net


*Site internet en constructrion*


*Infos :*
https://fr-fr.facebook.com/SauvonsLeSquareMichelLevy
https://fr-fr.facebook.com/LaisseBeton

*Pétition :*
https://www.change.org/p/contre-le-projet-de-destruction-du-parc-michel-levy-et-l-abattage-d-arbres-centenaires


ZAD PARTOUT !!!

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 21 janvier 2015 3 21 /01 /Jan /2015 19:10

 

Source : collectif-oxygene.fr

 

 

Collectif Oxygene

 


 

 

Oxylane ou … des barres d’immeubles : dénonçons cette fausse alternative!

 

La municipalité de Saint-Clément-de-Rivière ne manque pas une occasion de présenter la réalisation du projet de centre commercial Oxylane comme un rempart contre l’urbanisation de cette partie du territoire de la commune. Encore récemment le Maire, M. Cayzac, n’écrivait-il pas  dans « le Clémentois n°92″ : « Ce choix d’une implantation économique intégrée sur un secteur lié à l’agriculture répond enfin à une volonté de protéger nos territoires des ambitions urbanistiques galopantes émanant de l’agglomération de Montpellier. » A en croire les élus qui sont à l’origine du projet, l’alternative serait donc entre ce centre commercial et une zone de logements, et même, ajoutent-ils avec des frissons d’horreur, de logements collectifs sociaux. « Si vous n’avez pas Oxylane, vous aurez le Petit Bard« , se plaisent-ils à répéter … à laquelle il est ajouté « Et Montpellier ( ou l’Agglo, quand ce n’est pas la Métropole) vont nous les imposer » .
 
Il faut dénoncer la fausse alternative !

D’une part la municipalité de Saint Clément est elle-même impliquée dans les décisions qui ont amené à la situation actuelle, avec la demande de modifications du POS qui ont rendu ce terrain initialement agricole, constructible (dès 2001) et ouvert à des projets commerciaux (en 2014).

Mais le classement du terrain en zone IINA d tel que décrit dans le POS consultable en Mairie exclut l’éventualité des fameuses barres d’immeubles tant redoutées   » Ne sont admises … que les occupations ou utilisations de sols (suivantes) : Les constructions tertiaires à usage de commerce, d’enseignement, professions libérales, les structures d’accueil, d’hébergement . » (extrait) lien

 

pos

 

Cela signifie donc que, si le projet Décathlon ne se réalisait pas, il serait impossible de construire sur ce terrain de l’habitat collectif, à moins que la Mairie de Saint-Clément ne tienne à faire modifier le POS dans ce sens, ou à donner son accord pour des hébergements de type Sonacotra etc …  ce qu’on a du mal à imaginer!

D’autre part, agiter le chiffon rouge de l’ingérence d’une autres instance, tantôt Montpellier  tantôt l’Agglo, tantôt la Métropole relève de la fable ou de l’intox.

Concernant la construction de logements sociaux, la commune y est soumise comme les autres, c’est la loi qui l’y contraint,  et non les appétits immobiliers démesurés attribués selon le moment à Montpellier, ce qui est juridiquement impossible, ou à l’agglo que Saint-Clément a quitté depuis plus de dix ans, voire à la Grande Métropole qui n’existe pas encore.

L’alternative Décathlon ou barre d’immeubles pour logements sociaux relève donc du fantasme, cela ressemble fort à une manœuvre démagogique pour faire avaler la pilule aux habitants de la commune en faisant passer l’idée que Décathlon/Oxylane  serait une solution de  moindre mal.

Décathlon/Oxylane n’est pas la solution, Décathlon/Oxylane est le problème, il faut le faire savoir!

 

Cet article a été posté dans Alternatives le 13 janvier 2015.

 

 

Source : collectif-oxygene.fr

 


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 18 janvier 2015 7 18 /01 /Jan /2015 18:07

 

Reçu par mail

 

 

Appel à l’action : Solidarité internationale avec les SDF en Hongrie

 

 

Solidarité internationale avec les SDF de Hongrie, de la par du site On vaulx mieux que ça de Vaulx-en-Velin0
Jean Sintes
Pour des liens internationaux sur le droit au logement pour tous.


Appel à l’action : Solidarité internationale avec les SDF en Hongrie
« Etre SDF n’est pas un délit ! »
http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article4188

Source : A Város Mindenkié : mouvement « La Ville est à Tous »
« Etre SDF n’est pas un délit ! »
Appel à l’action : Solidarité internationale avec les SDF en Hongrie
Sous invitons nos amiEs partout dans le monde à joindre notre lutte contre la criminalisation des SDF en Hongrie.
Les élections de 2010 ont apporté une tournure politique entièrement autoritaire et répressive en Hongrie. La démocratie constitutionnelle a été essentiellement abolie : les droits du travail ont été réduits tout comme les droits aux allocations sociales ; un système de travail forcé a été installé ; les chercheurs d’asile doivent subir un régime injustifiable de détention ; une politique pénale a été introduite avec des sanctions chaque fois plus disproportionnées ; la surveillance des fonctionnaires a été autorisée à une échelle jamais vue. Depuis la transition vers le capitalisme en 1990, le niveau de la pauvreté et de l’inégalité n’ont jamais été si haut qu’aujourd’hui.
En dépit de plusieurs années de plaidoyer et de protestation, être SDF est devenu un délit à sanctionner en Hongrie. En novembre 2012, la Cour constitutionnelle a invalidé une loi qui criminalisait le fait de vivre dans la rue, avec l’argument que l’État doit traiter la question du sans-abrisme comme un problème social et non pas comme de la délinquance. En réponse, le parti au gouvernement a décidé de changer la Constitution même, autorisant ainsi les municipalités à punir « la résidence habituelle sur l'espace public». Maintenant, les SDF peuvent être punis par du travail forcé, des pénalités financières, et l'emprisonnement dans la plupart des quartiers de Budapest voire des municipalités environnantes.
Nous, SDF et militantEs du mouvement La Ville est à Tous vous demandons votre aide pour abolir cette loi inhumaine et exprimer votre solidarité avec les SDF en Hongrie. Merci d'organiser une manifestation de solidarité entre les 13 et 15 février en face de l’ambassade ou du consulat de la Hongrie dans votre pays. Veuillez nous envoyer des photos et/ou vidéos pour les diffuser sur notre site internet et sur notre facebook et montrer ici la manifestation internationale contre la guerre menée par le gouvernement contre les pauvres.


Vous trouverez certainement les moyens d’exprimer votre solidarité. Si vous avez des questions ou besoin de plus d’information, contactez-nous à avarosmindenkie@gmail.com.


Merci de votre soutien !


http://avarosmindenkie.blog.hu/2014/01/31/_tre_sdf_n_est_pas_un_delit_appel_l_action_solidarite_internationale_avec_les_sdf_en_hongrie
Notre site : http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/
Quelques chiffres sombres de la Hongrie : 113 personnes sont mortes de froid en décembre 2014.
http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article4187

 

 

 


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 13 janvier 2015 2 13 /01 /Jan /2015 19:07

 

Source : cadtm.org

 

CADTM

 

Avec le peuple grec, vers le renversement en Europe

12 janvier par Por el Cambio en Grecia

 


Les prochaines élections grecs peuvent signifier un point de bouleversement dans le scenario européen. La Grèce a été transformé dans un laboratoire politique et économique des élites européennes, qui ont semé de misère et rassasiement tous les coins du sud de l’Europe. Les recettes économiques basé sur les coupes et l’austérité, qui consiste à payer la dette au prix des droits des citoyens et citoyennes, ont laissé seulement une trace de chômage, pauvreté infantile, désespoir et barbarie. En addition, la menace du retour du fascisme incarné par Aube Dorée, qui ensemble ont emmené des disgrâces et problèmes qui était en apparence dépassé en Europe.

Mais le peuple grec ne c’est pas résigné à être le cobaye de la Troika. Manifestations, grèves, coopératives de travailleurs et solidarité, ont été les réponses à la dictature du capital financier et du marché.

Maintenant une opportunité unique existe pour balancer les responsables politiques du pillage.
Justement quand l’annonce des élections a eu lieu, le Fond Monétaire International a suspendu l’aide (aide qui a été uniquement livré au prix des droits du peuple) jusqu’à savoir qui va être en tête du prochain gouvernement grec. Ceci montre que ceux qui ont profité de la crise aux dépens de la majorité de la population se méfient de la démocratie, et leur respect aux urnes est conditionnée a l’élection de ceux qui défendent ses privilèges. Personne ne vote les marchés, mais eux décident tous les jours sur nos vies et notre futur.

Mais c’est claire qu’il y a des alternatives a leur politiques. La situation du peuple grec n’est pas le produit de lois immuables mais par contre des décisions et intérêts très concrets. La montée de SYRIZA est la preuve qu’une vaste majorité sociale a dit ’ça suffit !’ à la corruption et au pillage qui a eu lieu pendant les dernières années. Une force politique qui a était en contact avec les luttes dans les rues et qui se montre prêt à emmener le bouleversement politique aux institutions. Une transformation qui sera seulement possible si le peuple grec maintient les mobilisations dans les rues, et s’organise dans tous les espaces de la société en même temps qu’il compte avec la solidarité internationale de la citoyenneté européen.

Nous sommes convaincus que le peuple grec va virer les bandits à travers les urnes. Dans ce cas, les difficultés et chantages seront énormes et notre obligation comme citoyens européens est - et sera - de se solidariser avec la démocratie et la volonté de renversement du peuple grec. Leur victoire sera la nôtre, mais leur défaite aussi. Par conséquent nous, les signataires de ce manifeste, faisons un appel a toute la citoyenneté à se solidariser avec le peuple grec et à ne pas permettre que la démocratie soit vaincu par les marchés  ; impulsant ainsi des actions qui ne laisse pas les Grecs et Grecques seuls dans leur chemin vers la conquête de leur souveraineté et leur droits.

Signer l’appel

 

 

 

Source : cadtm.org

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 8 janvier 2015 4 08 /01 /Jan /2015 17:30

 

Info reçue par mail

 

 

Les organisations gardoises suivantes se sont réunies jeudi 8 janvier: LDH,LICRA, OIP, ACAT, Cimade, UD CFDT, UD CGT, ATTAC, PCF, PG, ENSEMBLE, EELV, PS
Elles ont décidé de reprendre l'appel national ci dessous et d'organiser une marche républicaine le Dimanche 11 janvier à 15 H à Nimes Place des Martyres de la Résistance, avenue Jean Jaurès, rue de la République et parvis des arènes 
Elles appellent toutes les associations, organisations syndicales, partis politiques gardois signataires de cet appel à se joindre à cette marche 

« Nous sommes Charlie : Défendons les valeurs de la République ! » 

L’attentat terroriste, qui a décimé hier la rédaction de Charlie Hebdo et coûté la vie à des fonctionnaires de police, est un crime inqualifiable qui porte atteinte aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Nous - associations, organisations syndicales, partis politiques -appelons tous les citoyens à une marche républicaine silencieuse le dimanche 11 janvier à 15 heures, de la Place de la République à la Nation.

Face à la barbarie, défendons les valeurs de la République !

Premiers signataires :

CFDT - CFE-CGC – CFTC - CGT - EELV - Ensemble - Fondation Copernic - Front Démocrate - FSU - Gauche Unitaire – LDH – LICRA – MDP – MODEM- MRAP – MRC - Nouvelle Donne – PCF - PG – PRG- PS- SNJ- SNJ – CGT- SOS RACISME- UDI- UMP – UNSA


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 4 janvier 2015 7 04 /01 /Jan /2015 22:50

 

Info reçue par mail

 

 

Appel à mobilisation
Terrible nouvelle année pour les Roms !

Les familles Roms de la route de Saint Gilles ont reçu de la police,
en ce début de semaine,
la convocation pour le référé expulsion ci-joint,
ce Lundi 5 Janvier 2015 à 15h au Tribunal administratif 16 avenue Feuchères de Nîmes.
Soyons nombreux à venir soutenir les personnes menacées qui ne sont même pas désignées par leurs noms !

 Les Roms ont des droits ! Un cortège de mesures de protection doit précéder toute expulsion !
La charte pour le respect des droits et la dignité des occupants de terrain jointe, signée par toutes nos organisations, détaille tous les textes qui doivent être appliqués par les pouvoirs publics avant toute intervention !


Collectif Solidarité Roms
c° Apti, 8 Bd Sergent Triaire 30000 Nîmes
06 77 19 76 97
06 73 23 53 69

 

Communiqué de presse du Collectif Solidarité Roms.

APRÈS LE CAMP DE LA HONTE, L'ÉVACUATION  HONTEUSE.

A la demande de la société Oc’Via une audience en référé-expulsion à l’encontre des familles Roms installées Route de St Gilles se tiendra Lundi 5 Janvier à 15h  au Tribunal Administratif de Nîmes .

Nous dénonçons depuis des mois les conditions inhumaines dans lesquelles ces familles ont été installées ; les autorités et pouvoirs publics restent sourds aux demandes de relogement ;  la Ville de Nîmes, l’Agglo restent passives devant cette situation scandaleuse ; la Préfecture se refuse à réunir une table ronde  avec tous les acteurs pour trouver une solution stable et durable. Et voilà que les familles Roms sont une nouvelle fois menacées d’évacuation et d’expulsion ! Mais pour aller où ???

Les droits fondamentaux auxquels toute communauté humaine peut prétendre, exigent qu’aucune expulsion ou évacuation ne soit possible SANS QU’AUPARAVANT UNE SOLUTION D’HEBERGEMENT OU DE RELOGEMENT STABLE, DIGNE ET ADAPTÉE AUX BESOINS DE CES CITOYENS NE SOIT PROPOSÉE (Charte pour le respect des droits et la dignité des occupants de terrains)

Telle doit être l’issue de la situation actuelle dont les pouvoirs publics, la Préfecture avec l’aval du gouvernement, les élus locaux et nationaux,  portent l’entière responsabilité.

Pour dire NON au camp de la honte et OUI à un relogement stable et durable. Pour exiger le respect des droits fondamentaux à une vie digne et humaine, nous appelons à un RASSEMBLEMENT le LUNDI 5 JANVIER à 15h devant le Tribunal Administratif de Nîmes , en soutien aux familles Roms menacées d’évacuation et d’expulsion.

c°APTI 8 Bd Sergent Triaire 30000 Nîmes
contact : 06 77 19 76 97

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 27 décembre 2014 6 27 /12 /Déc /2014 00:18

 

Source : www.reporterre.net

 

 

La Ferme des Bouillons est de nouveau menacée par Auchan

Association de Protection de la Ferme des Bouillons

mardi 23 décembre 2014

 

 

Depuis deux ans, la Ferme des Bouillons, où devait s’implanter un centre commercial, résiste et vit grâce à ses occupants qui mettent en œuvre un projet d’intérêt collectif, agricole, culturel et pédagogique. Mais Auchan s’entête à récupérer le site qu’il voulait saccager, et la Ferme est aujourd’hui expulsable. Appel pour se tenir prêts en cas d’expulsion.


Chers amis des Bouillons,

Des soirées contes au coin du poêle et des plantations de patates.
Des vêtements gratuits, des concerts intimistes ou survoltés.
Un marché pour relocaliser, du théâtre pour rire et pour pleurer.
Un repas ou un café partagé sur la terrasse, un jus de pommes dans le poulailler.

Des chantiers peinture, élagage ou menuiserie, des sourires et des constructions. 
Des bébés, des enfants, des ados, des jeunes vraiment jeunes et des jeunes un peu moins jeunes, des vieux jeunes et même des vieux vieux encore jeunes.
Le vrombissement aigu d’une scie circulaire, l’écho étouffé d’une trompette, d’une binette ou d’un braiment d’âne.
Des semis, du repiquage, du désherbage manuel. Beaucoup, beaucoup de désherbage.

… Une ferme qui revit et un projet de centre commercial à la poubelle.

L’échec de Auchan

On en oublierait presque que la Ferme des Bouillons est menacée d’expulsion. La légitimité de l’action des occupants a pourtant été, chose rare, confirmée par des décisions politiques. Le site a été reclassé, de Zone à urbaniser en Zone naturelle protégée, par la municipalité socialiste précédente ; une décision sur laquelle ne reviendra pas la nouvelle municipalité de droite.

Le permis de démolir obtenu par Immochan en juillet 2012 est désormais caduc, et ne pourra pas être renouvelé. Auchan ne peut plus démolir, Auchan ne peut plus construire, mais Auchan s’entête à récupérer le site qu’il voulait saccager, au lieu de reconnaître l’échec de son projet.

Depuis un an, nous élaborons et mettons en œuvre un projet d’intérêt collectif, agricole, culturel et pédagogique ; un projet d’économie alternative, en collaboration avec les acteurs agricoles et économiques du territoire.

Une existence qui reste fragile

Le rendu le 18 décembre par la Cour d’appel de son délibéré est cependant venu confirmer la fragilité de la nouvelle vie que s’est trouvée la ferme. L’occupation de la ferme est sous le coup d’une possible expulsion sans délai depuis avril 2013, et ce rendu de délibéré vient graver cette situation dans le marbre. La fin du parcours juridique décidera-t-elle le préfet à intervenir, comme l’y incite sans relâche le groupe Auchan 

Bien sûr, comme à chaque moment de tension depuis plus de deux ans, nous restons fermes. Les occupants et de nombreux membres ou sympathisants de l’Association pour la Protection de la Ferme des Bouillons se préparent à accueillir les forces de l’ordre. Il s’agit pour nous de déjouer la répression et de faire en sorte que cette tentative d’expulsion se retourne contre Auchan, son empire et son monde. De faire de cette épreuve un nouvel exemple de solidarité et de créativité de nos nouveaux mondes en effervescence. Face à cette menace, aujourd’hui plus pressante et réelle que jamais, notre créativité entre en jeu.

Que l’expulsion ait lieu demain, dans un mois ou plus tard, nous appelons tous nos soutiens, nos amis, tous ceux qui entendent parler de nous pour la première fois et se reconnaissent dans nos luttes, à se mobiliser dès que la nouvelle de l’emploi de la force contre la Ferme des Bouillons leur parviendra. 

Se tenir prêts

Pour être prêts le jour J, prévoyez de réaliser à l’avance vos banderoles et pancartes. “Non à l’expulsion”, “Des champs, pas d’Auchan”, “Soutien à la Ferme des Bouillons” ou tout autre message qui vous paraîtra approprié.

Un texto sera envoyé à ceux qui en feront la demande pour prévenir de l’expulsion. Pour le recevoir, il suffit de remplir ce petit formulaire (une seule fois suffit).
 Les frais d’émission sont à la charge de l’association, merci de vous inscrire uniquement si vous pouvez participer activement et non à titre informatif.

Si vous résidez à proximité de Mont-Saint-Aignan, nous vous invitons à rallier la ferme dans les plus brefs délais. Si vous êtes éloignés, deux possibilités : mettez-vous en route au plus vite, ou montez des opérations symboliques sur votre territoire, comme ce fut le cas avec les opérations “péages ouverts” infligées à Vinci dans la foulée des opérations policières menées sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes à l’automne 2012. Nous luttons contre des accapareurs appartenant au “un pour cent” : renseignez-vous.

- Une vidéo de résistance souriante, réalisée pour l’occasion


Impossible aujourd’hui de prévoir l’issue d’une éventuelle intervention des forces de l’ordre. Aussi, gardez-en tête que si nous étions effectivement expulsés de la ferme, vous serez conviés dans de brefs délais à une manifestation de réoccupation, festive et déterminée.

Cette résistance, il nous faudra la conduire tous ensemble, sur la ferme comme partout ailleurs...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 20 décembre 2014 6 20 /12 /Déc /2014 23:01

 

Source : www.bastamag.net

 

 

 

ça bouge ! Justice

Appel à soutien pour le lanceur d’alerte des « Luxleaks »

par Rédaction 19 décembre 2014

 

 

 

 

 

Antoine Deltour est le principal lanceur d’alerte des « Luxleaks », qui ont récemment révélé un vaste système d’optimisation fiscale des grandes multinationales. Il est actuellement poursuivi par la justice luxembourgeoise. Des ONG, syndicats et associations lancent un appel à soutenir ce lanceur d’alerte, qui par son acte civique a permis de dévoiler les centaines de milliards d’euros qui s’évaporent en toute opacité vers des paradis fiscaux.

LuxLeaks, c’est la révélation de centaines d’accords fiscaux entre le fisc luxembourgeois et des multinationales, confirmant un système d’optimisation fiscale à grande échelle. C’est aussi le nom de l’enquête journalistique menée par l’International Consortium of Investigative Journalism (ICIJ), à partir de ces documents.

L’affaire a causé une belle déflagration et de multiples réactions d’indignation à travers le monde. En portant le sujet des "tax rulings" jusque dans les instances de gouvernance internationales —comme le G20 ou la Commission Européenne–, LuxLeaks a favorisé des discussions qui peu à peu conduiront à une meilleure justice fiscale.

Antoine Deltour est le lanceur d’alerte à l’origine de la révélation d’une grande partie des documents des LuxLeaks. Antoine est aujourd’hui poursuivi devant la justice luxembourgeoise. Il a besoin de votre soutien !

Cet appel à soutien est lancé par la Plateforme Paradis fiscaux et Judiciaires et ses membres : Les Amis de la Terre, Anticor, Attac France, CADTM France, CCFD-Terre Solidaire, CFDT, CGT, CRID, Droit pour la justice, Observatoire citoyen pour la transparence Financière Internationale, Oxfam France, Justice et Paix, Réseau Foi et Justice Afrique Europe, Secours catholique Caritas France, Sherpa, Survie, Syndicat de la magistrature, Solidaires Finances Publiques, Transparency International France

La pétition :

Antoine Deltour assume avoir copié des centaines de "tax rulings", des accords fiscaux conclus par le fisc luxembourgeois pour le compte de multinationales. Des centaines de milliards d’euros s’évaporent des pays où ces firmes mènent leurs activités réelles. Ces sommes colossales sont en fait transférées dans des juridictions où elles sont très peu taxées, notamment au Luxembourg. L’échelle industrielle du système de planification fiscale agressive mis en lumière était jusque-là méconnue. Ces mécanismes n’avaient jamais été décrits avec autant de précision.

Les répercussions de ces révélations sont immenses. En portant le sujet des "tax rulings" jusque dans les instances internationales – comme le G20 ou la Commission Européenne – elles ont favorisé des avancées politiques qui peu à peu conduiront à une meilleure justice fiscale.

Antoine Deltour a agi sans intention malicieuse et de manière totalement désintéressée. Il n’a jamais cherché à monnayer ses informations. Il a seulement souhaité favoriser le débat public sur des pratiques éthiquement condamnables. Son acte civique s’inscrit dans un large mouvement animé de nombreux citoyens, de petits entrepreneurs, d’autres lanceurs d’alerte, de syndicats, d’ONG, de journalistes, de partis politiques et même d’institutions internationales, tous déterminés à agir contre l’opacité de la finance offshore et pour davantage de justice fiscale.

Nous, signataires de cette pétition, déclarons soutenir Antoine Deltour. Le caractère désintéressé de sa démarche, les bénéfices considérables pour les citoyens européens et au-delà pour les Etats eux-mêmes nous apparaissent comme totalement contradictoires avec l’idée même qu’il puisse être condamné autrement que symboliquement. Nous rappelons que dans bien des législations dans le monde et de plus en plus, la démarche d’Antoine ferait l’objet d’une protection et non d’une pénalisation.

- Pour signer la pétition
- Pour relayer cet appel

 


Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

 

 

Source : www.bastamag.net

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 18 décembre 2014 4 18 /12 /Déc /2014 23:13

 

 

Source : bouillons.en-transition.fr

 


Confirmation du jugement en appel : nous restons ferme(s) !

18/12/2014

 

 

Screenshot - 12182014 - 09:08:05 PM

Chers amis des Bouillons,
Des soirées contes au coin du poêle et des plantations de patates ;
Des vêtements gratuits, des concerts intimistes ou survoltés ;
Un marché pour relocaliser, du théâtre pour rire et pour pleurer,
Un repas ou un café partagé sur la terrasse ; un jus de pommes dans le poulailler.
Des chantiers peinture, élagages ou menuiserie, des sourires et des constructions. 
Des bébés, des enfants, des ados, des jeunes vraiment jeunes et des jeunes un peu moins jeunes, des vieux jeunes et même des vieux vieux encore jeunes ;
Le vrombissement aigu d’une scie circulaire, l’écho étouffé d’une trompette, d’une binette ou d’un braiment d’âne.
Des semis, du repiquage, du désherbage manuel. Beaucoup, beaucoup de désherbage.
… Une ferme qui revit et un projet de centre commercial à la poubelle. 
On en oublierait presque que la Ferme des Bouillons est menacée d’expulsion. La légitimité de l’action des occupants a pourtant été, chose rare, confirmée par des décisions politiques. Le site a été reclassé, de Zone A Urbaniser en Zone Naturelle Protégée, par la municipalité socialiste précédente ; une décision sur laquelle ne reviendra pas la nouvelle municipalité de droite. Le permis de démolir obtenu par Immochan en juillet 2012 est désormais caduc, et ne pourra pas être renouvelé. Auchan ne peut plus démolir, Auchan ne peut plus construire, mais Auchan s’entête à récupérer le site qu’il voulait saccager, au lieu de reconnaître l’échec de son projet. Depuis un an, nous élaborons et mettons en œuvre un projet d’intérêt collectif, agricole, culturel et pédagogique ; un projet d’économie alternative, en collaboration avec les acteurs agricoles et économiques du territoire.
Le rendu, aujourd’hui, par la cour d’appel, de son délibéré, est cependant venu confirmer la fragilité de la nouvelle vie que s’est trouvée la ferme.
L’occupation de la ferme est sous le coup d’une possible expulsion sans délai depuis avril 2013, et ce rendu de délibéré vient graver cette situation dans le marbre. La fin du parcours juridique décidera-t-elle le préfet à intervenir, comme l’y incite sans relâche le groupe Auchan ? 
Bien sûr, comme à chaque moment de tension depuis plus de deux ans, nous restons fermes. Les occupants et de nombreux membres ou sympathisants de l’Association pour la Protection de la Ferme des Bouillons se préparent à accueillir les forces de l’ordre. Il s’agit pour nous de déjouer la répression et de faire en sorte que cette tentative d’expulsion se retourne contre Auchan, son empire et son monde.
De faire de cette épreuve un nouvel exemple de solidarité et de créativité de nos nouveaux mondes en effervescence.
Face à cette menace, aujourd’hui plus pressante et réelle que jamais, notre créativité entre en jeu. Nous avons envisagé plusieurs scénarios, que vous trouverez ci-dessous. 
Que l’expulsion soit demain, dans un mois ou plus tard, nous appelons tous nos soutiens, nos amis, tous ceux qui entendent parler de nous pour la première fois et se reconnaissent dans nos luttes, à se mobiliser dès que la nouvelle de l’emploi de la force contre la Ferme des Bouillons leur parviendra. 
Pour être prêts le jour J, prévoyez de réaliser à l’avance vos banderoles et pancartes. “Non à l’expulsion”, “Des champs, pas d’Auchan”, “Soutien à la Ferme des Bouillons” ou tout autre message qui vous paraîtra approprié.
Un texto sera envoyé à ceux qui en feront la demande pour prévenir de l’expulsion. Pour le recevoir, il suffit de remplir ce petit formulaire (une seule fois suffit).
Si vous résidez à proximité de Mont-Saint-Aignan, nous vous invitons à rallier la ferme dans les plus brefs délais. Si vous êtes éloignés, deux possibilités : mettez-vous en route au plus vite, ou montez des opérations symboliques sur votre territoire, comme ce fut le cas avec les opérations “péages ouverts” infligées à Vinci dans la foulée des opérations policières menées sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes à l’automne 2012. Nous luttons contre des accapareurs appartenant au “un pour cent ” : renseignez-vous.
Impossible aujourd’hui de prévoir l’issue d’une éventuelle intervention des forces de l’ordre. Aussi, gardez-en tête que si nous étions effectivement expulsés de la ferme, vous serez conviés dans de brefs délais à une manifestation de réoccupation, festive et déterminée.
LES SCENARIOS
Pour chacun des rôles  évoqués dans ces scénarios, si vous pouvez proposer une aide matériel,  logistique, présentielle… merci de nous contacter en écrivant à : expulsion@lafermedesbouillons.fr.
Plan d’accès de la ferme En élargissant pour prévoir un accès à pied, si la route est bloquée.
Scénario 1 : nous sommes prévenus en avance de l’expulsion
On l’a vu par le passé, ce genre d’évènements peut “fuiter”. Dans ce cas de figure :
Un texto sera envoyé (sur les téléphones fixes aussi) pour prévenir de l’imminence de l’expulsion. Pour le recevoir, il suffit de remplir le même petit formulaire.
Un deuxième texto sera envoyé au début de l’expulsion.
Vous aurez donc la possibilité de nous rejoindre pour ce qui sera vraisemblablement une veillée d’expulsion. La ferme sera habitée par une diversité de personnes plus grande qu’à l’habitude. Ambiance chaleureuse et conviviale garantie ! Un ou plusieurs journalistes seront présents pour assurer la couverture de l’événement.
A l’arrivée des forces de l’ordre, nous serons peut-être en train d’achever la préparation de gâteaux pour nos invités, de débattre de la confiscation de la démocratie par l’oligarchie au pouvoir ou d’écrire une chanson au son des guitares et des dum dum Nous réfléchissons à organiser une animation pour l’occasion (concert, spectacles, discussions, repas…)
Au petit matin, nous supposons que les forces de l’ordre refuseront poliment notre hospitalité en nous invitant à nouveau à quitter les lieux. A ce moment là, celles et ceux qui le souhaitent pourront partir sans être inquiétés de suites potentiellement désagréables à vivre.
D’autres personnes seront présentes sur les lieux avec la ferme intention de rester. Elles ne résisteront pas par la violence mais refuserons de coopérer afin d’étendre la durée de l’expulsion. Lorsqu’ils pénétreront dans les habitations, les pandores auront la joie de découvrir les petites surprises inoffensives que nous leur aurons réservées. 
Scénario 2 : nous ne sommes pas prévenus de l’expulsion
Un texto sera envoyé au début de l’expulsion. Pour le recevoir, il suffit de remplir ce petit formulaire.
Malgré tous nos efforts, nous ne sommes pas toujours dans les meilleures dispositions pour accueillir les visiteurs, particulièrement lorsque nous ne sommes pas informés de leur venue. Ainsi, nous nous excusons d’avance si, à l’arrivée sans tambour ni trompette des argousins, le thé, les petits biscuits et les chansons ne leur sont ni proposés ni offerts. Les habitants qui seront présents ne résisteront pas par la violence à l’emploi de la force publique, mais refuseront de coopérer. Les petites surprises de résistance non-violente que nous aurons pu mettre en fonctionnement dans ce court laps de temps donneront davantage de temps aux soutiens pour arriver sur les lieux.
    
Dans les deux cas : Où iront  les occupants emmenés par les policiers ?
Deux hypothèses
    Hypothèse 1 : Les  occupants sont emportés dans des fourgons pour être conduits au commissariat
Tandis que les premiers occupants seront conduits vers les fourgons les sympathisants les plus proches commenceront à arriver. De la simple pancarte à la banderole en passant par des chorales improvisées ou non, les marques de soutien seront très attendues pour égayer l’atmosphère. Quelques victuailles à partager entre nous et avec les policiers seront les bienvenues ! Un groupe se dirigera ensuite devant le commissariat central de Rouen (prévoir un plan) et éventuellement d’autres lieux pour communiquer sur l’expulsion, discuter et étendre le réseau de soutien. 
Quand les occupants sortiront du commissariat, le réconfort apporté leur sera précieux !
Si nous sommes assez nombreux, un autre groupe ira s’allonger sur le dos (technique du “die in”) sur la route d’accès à la rocade. La circulation ne sera pas bloquée, mais ralentie. La médiation avec la police informera que les personnes allongées resteront  ainsi jusqu’à …h. Spectacle assuré si nous sommes plusieurs dizaines allongés !
Si nous sommes encore plus nombreux…Hypothèse 2 : Les occupants sont ‘déposés’ hors de la ferme : près de la barrière d’entrée ? Plus loin ? 
Les expulsés et celles et ceux qui le souhaiteront iront s’allonger sur le dos sur la route d’accès à la rocade. La circulation ne sera pas bloquée mais ralentie. La médiation avec la police informera que les personnes allongées resteront ainsi jusqu’à …h. Spectacle assuré si nous sommes plusieurs dizaines allongés !
Et si nous sommes très nombreux…
La suite
Nous reviendrons en fin de journée sur le déroulement de la résistance et déciderons des suites à donner ensemble, en fonction de la situation. En cas d’expulsion menée jusqu’à son terme, nous occuperons une place publique, a minima pour la durée de ces échanges. Elle débutera par un die-in de protestation silencieux.
Une manifestation de réoccupation, sur le modèle de celles organisées à Notre-Dame-des-Landes et à Sivens, sera organisée dans les délais les plus brefs.
Cette résistance, il nous faudra la conduire tous ensemble, sur la ferme comme partout ailleurs.
Nous comptons sur le millier de personnes ayant adhéré à notre association, sur les milliers de signataires de notre pétition et sur les milliers d’occupants d’un jour, venus participer à un festival, une projection, un chantier ou un débat ;
nous comptons sur les nombreux collectifs passés par la ferme, militants ou artistes, activistes ou syndicalistes,
sur les copains des autres collectifs Anti-Mulliez, de Gonesse à Orléans, de Cavaillon à Douai,
sur les copains des autres ZAD, de Notre-Dame à Roybon, de Sivens au Keelbeek,
pour vous tenir prêts à rallier la ferme des Bouillons dès le début des opérations d’expulsion,
à multiplier les actions non-violentes sur votre territoire,
à manifester par tous les moyens votre solidarité avec notre lutte et votre détermination à ce que les Bouillons restent ferme(s),
à faire regretter à Auchan de s’être entêté à récupérer à tout prix la Ferme des Bouillons.

Joyeux et créatifs face à la menace du recours à la force, nous restons ferme(s) !

 

 

 

Source : bouillons.en-transition.fr

 

 


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Appels et pétitions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Présentation

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Février 2015
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  
<< < > >>

Images Aléatoires

  • DSC00518
  • 11
  • DSC00880
  • P1330357
  • 21
  • DSC00966

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés