Des milliers de citoyens espagnols, exaspérés par les mesures d'austérité économique et par l'incurie des politiques européens face à la crise, convergent en ce moment de tout le territoire espagnol vers Madrid pour manifester leur mécontentement ce samedi 22 mars.

 

 

1395402704_marchas_de_la_dignidad

 

Depuis fin février, ces manifestants « indignés » marchent au rythme de slogans comme « Non au paiement de la dette », « Pas une coupe budgétaire de plus », « Dehors la "troïka" » (Commission Européenne, Banque Centrale européenne et Fond Monétaire International). Ou bien encore « Du pain, un travail et un toit pour tous ». Un mouvement sans précédent dans l'histoire sociale de l'Espagne démocratique. 
 
L'initiative est partie du Syndicat andalou des Travailleurs (SAT) en septembre 2013. Le but : unir les différentes luttes sociales nationales et manifester l'exaspération collective à Madrid, à deux mois des élections européennes. 
 
« Nous exigeons le départ du gouvernement du PP [Partido Popular, la droite espagnole] et de tous les gouvernements qui répriment les droits sociaux fondamentaux et qui soutiennent la politique de la troïka »
, revendique la Plateforme de coordination des Marches pour la dignité sur son site web. 
 
« Dans toutes les villes, le nombre de personnes qui s'unissent aux colonnes de manifestants a largement dépassé nos prévisions ! »
, se félicite Marta Rodriguez, du syndicat alternatif Assemblée pour la Santé Publique. 
 
De nouveaux campements et « occupations » prévus 
 
Depuis fin février, plusieurs milliers de personnes sont parties de 15 provinces espagnoles et se dirigent vers Madrid à pied, en voiture, en bus ou en train. Sans compter les manifestants des îles Canaries, qui entendent exprimer leur rejet face aux prospections de pétrole sur leur territoire, mais aussi des citoyens solidaires qui manifesteront depuis l'Allemagne, la Belgique, l'Irlande, le Royaume-Uni, le Pérou, le Mexique, le Chili, le Salvador, la France, la Norvège, la République Tchèque et l'Autriche. 
 
« Notre manifestation ne prend pas fin le samedi 22 mars mais commence bel et bien ce week-end ! »
, précise Susana, militante du secteur médical de Madrid. Le mouvement prévoit de renouveler un campement permanent, comme celui de la place de la Puerta del Sol en 2011. Mais ces derniers mois, des lois répressives - comme les lois de Sécurité Citoyenne - ont été adoptées par le gouvernement du PP, en vue de contrôler les manifestations sociales. 
 
« Une commission a été mise en place avec des représentants de tous les collectifs sociaux pour décider des actions que nous allons mener après le 22 mars. Mais cela reste secret par mesure de sécurité », précise Marta. 
Les pompiers de plusieurs villes espagnoles et des collectifs d'avocats se sont organisés pour assurer la sécurité et la défense juridique des manifestants à Madrid en cas de répression policière. Des manifestations sont prévues devant les ministères, la Bourse de Madrid, des succursales de banques et de l'INEM (l'équivalent du Pôle Emploi français). Autant de lieux symboliques des mesures d'austérité européennes, appliquées par le gouvernement espagnol, et qui écornent chaque jour un peu plus l'État-providence pour lequel les citoyens européens se sont tant battus. 
 
Plus d'infos sur le site Marchas de la dignidad 

Source : Leveilleur

 

 

Posté par Nadmiiiz à

 

Espagne : Des milliers d'Indignés contre la politique d'austérité marchent vers Madrid