Les marches des indignés vers Bruxelles

Vendredi 9 mars 2012 5 09 /03 /Mars /2012 17:38

Same Old Story

In March to Athens on 7 March 2012 at 22:16


March to Athens

Day 121-XLVII, from Gravina in Puglia to Altamura, 12 km.

 

Altamura, March 7

Dear people,

The amount of stories is endless. I have preferred to talk to you a bit about the briganti while we crossed the mountains of Lucania. Because even though we are peaceful, we share their indignation against the state. And we have adopted their battle cry which we have sung whenever we found ourselves confronted by police or carabinieri… “Hey! Ho! Hahahaha!”

I could also have told you about Padre Pio, the local saint which is venerated all over Italy, but particularly here. I could have told you about local specialties and customs, about the practice of witchcraft…

Camp in Gravina

None of it all. But there is one thing that I still want to touch upon before we march further into Apulia. It’s about the basis of our current economy. Petroleum.

The region of Basilicata – the official name of Lucania – is one of the few territories in continental Europe, maybe the only one, where there’s oil to be found.

I’ve seen the installations here, on one of my previous travels. I’ve seen the chimneys burning away the natural gas 24 hours a day.

It has only been a few decades since the drilling began, but since then things around here have started to change. Real estate values have dropped, the environment has been polluted, and the local underworld which hadn’t previously been active here, started to become attracted by this new ‘market’.

Arrival in Altamura

There’s a strong movement in Basilicata active against the oil industry. People are angry, mainly because they feel colonised. Big oil takes away their resources, but hardly any of the profits return to the local population. Fuel prices here are as high as anywhere else. So yes, times have changed, but one way or another the south has remained a territory of exploitation.

Comrade Max

 

On the Cathedral square in Altamura

 

We reach Altamura, the ‘city of bread’, and we take the central square.

Police arrive. They had been informed by their colleagues from Gravina for a change. They start off on the wrong tone.

‘You weren’t supposed to occupy this square. We had agreed you would put up your tents elsewhere.’

I know nothing of such an agreement, and neither do the people of the vanguard. I answer that we decide ourselves which square to occupy. In this case we put our tents right next to the cathedral.

“And who are you, the duke of Altamura?”

Not quite. I’m a modest person. But the officer doesn’t like me. On the phone with his commander he calls me sfacciato (insolent). At that point I change attitude. I have lived two years in Sicily, enough to take insults very personally.

When the commander and the rest of the local police force arrive, I make it clear that respect is the basis of a fruitful dialogue. “I will not talk to you,” I say to the officer in front of his superiors, “you have failed to show me respect.”

Honestly I don’t like to humiliate someone in public, and in this case it was mainly theatre, but it worked. Police were a lot more reasonable after that.

What followed was the same old story. They don’t want us to camp here. They want us to show documents. They forbid us to make a fire, etc.

The fire is lit under their noses. We refuse documents. They try to insist, they menace to use force. “We can still come to an agreement, but if our superiors in Bari give us the order, we will take you in.”

In the meantime a crowd has gathered around us. They like us. They talk to us. They bring us food and blankets.

“As you wish. But do tell your superiors that if they decide to use force against peaceful citizens, it will be broadcast live on the internet. It will go around all the social networks. The whole world will be able to watch it. So with all the bad publicity that would result from it, your superiors should think twice if it’s really worth the effort.”

It wasn’t, of course. Like many of their colleagues before them, the police very silently retreat, and leave the square to us.

Local public in Altamura

 

Panorama

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 novembre 2011 4 03 /11 /Nov /2011 17:11

  On ne s'en lasse pas ! On en redemande même !

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 26 octobre 2011 3 26 /10 /Oct /2011 01:02

Le Buvard bavard - 22 octobre 2011

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 21 octobre 2011 5 21 /10 /Oct /2011 23:08

Lesoir.be - vendredi 21 octobre 2011, 16:29

La soixantaine d’indignés a quitté dans le calme le stade Georges Pêtre à Evere. « Ils ont été tout à fait corrects et ont nettoyé l’espace qu’ils avaient occupé », a déclaré le bourgmestre de Saint-Josse.

La soixantaine d’indignés installés depuis mardi après-midi dans le stade Georges Pêtre à Evere, a quitté les lieux dans le calme, a indiqué vendredi Jean Demannez (PS), bourgmestre de la commune de Saint-Josse auquel le stade appartient. La date butoir de leur départ était fixée à ce vendredi midi.

« Les indignés ont respecté leur engagement et sont partis aujourd’hui comme ils l’avaient promis. Ils ont été tout à fait corrects et ont nettoyé l’espace qu’ils avaient occupé », a déclaré le bourgmestre.

Les indignés ont quitté les lieux dès la matinée et, avec l’accord du bourgmestre, procéderont samedi au démontage d’un grand chapiteau.

(belga)

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 18 octobre 2011 2 18 /10 /Oct /2011 16:51
Sudpresse

 

Exclusif: les Indignés autorisés à s’installer à Saint-Josse, au stade Georges Petre

Les Indignés au Cinquantenaire. (D. R?)

Les 80 Indignés qui ne peuvent plus, depuis ce mardi matin, installer leurs tentes au parc du Cinquantenaire, à Bruxelles, trouveront refuge à Saint-Josse, sur ses installations du stade Georges Petre (situé sur la commune d’Evere).

Rédaction en ligne

Publié le 18/10 à 13h51

Le collège de la commune vient d’autoriser, ce mardi midi, les Indignés à s’y installer. “ Les douches du stade seront mises à leur disposition ”, nous annonce Jean Demannez, le bourgmestre PS de Saint-Josse. “ Il s’agit d’un terrain privé qui appartient à la commune. Ceci étant, nous avons pris contact avec le bourgmestre d’Evere, Rudi Vervoort. Qui n’a pas exprimé d’objection quant à cette mesure. Bloqués de toutes parts, les Indignés ont pris contact avec nous, et nous avons accepté.”

La police de la zone Nord a aussi été avertie. Elle assurera une présence sur place.

Le complexe Georges Petre est situé en face du Cora de Woluwe-Saint-Lambert, d’un côté et au bout de la rue Colonel Bourg, à Evere, de l’autre.

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 18 octobre 2011 2 18 /10 /Oct /2011 16:45
© photo news 7 sur 7.be -
Une délégation d'"indignés" a visité mardi matin le stade communal Georges Pêtre à Evere, envisageant la possibilité d'y dresser un nouveau campement.

 

© photo news

"Cinq à six militants se sont rendus sur place dans la rue Georges De Lombaerde, mais ils n'étaient pas satisfaits des facilités offertes. Ils sont ensuite retournés au parc du Cinquantenaire", explique Roland Thiébault, de la zone de police Bruxelles-Nord (Saint-Josse/Evere/Schaerbeek).
 
Les "indignés" occupent depuis samedi le parc du Cinquantenaire. Ils ont reçu l'autorisation de la Ville de Bruxelles d'y rester jusqu'à mardi/aujourd'hui. A la suite de négociations avec l'administration communale d'Evere, il a été proposé mardi matin aux militants de bénéficier des facilités mises à disposition par la commune.
 
"Le groupe pensait pouvoir passer la nuit dans le hall des sports, mais ce n'est pas le cas. Il avait cependant des commodités sanitaires à disposition", explique M. Thiébault. Entre 60 et 100 "indignés" au total sont à la recherche d'un hébergement pour la nuit. (belga)

18/10/11 16h00
Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 17 octobre 2011 1 17 /10 /Oct /2011 14:04

spaanserevolutie

Gute Nacht, Freunde…

In Sol on 16 October 2011 at 22:39

October 16

AcampadaBrussels @ Jubelpark

Dear people,

 

Yesterday’s demonstration concludes a chapter of the revolution, or maybe just the prologue. On the day after, many of us say goodbye. People go their own way. Some are returning to Spain, some are hanging around. I go up to Holland.

 

It has been an honour to march with these people, or most of them at least. It will be a pleasure to see them again, wherever, whenever. We are dedicated to the revolution, we are the first wave, we have a bond.

 

Almost five months ago I arrived in Sol, and I camped. “If this is going to be the defining moment of my generation, then I want to be there”.

Since then I have had the pleasure to witness and to document the acampada, the summer of the popular marches and the big demonstrations, the destruction of Sol. Finally the March on Brussels, the occupation of the university and World Revolution Day.

It has been an extraordinary experience. And now it’s time for me, and for many of us, to take a rest.

 

The first winter of the movement is at hand. Revolutionary HQ has been cleared and sealed by the police. The experiment of the free space has been too short to properly evaluate. In this week we were severely handicapped due to sanitary problems and lack of internet. The society might have seemed to be on the edge of collapse, but it could just as easily have selfregulated itself. I’m actually pretty optimistic about that. I’m convinced that we can fruitfully occupy covered spaces as a movement.

I also think these actions should have a clear goal, as opposed to the wild occupation of Revolutionary HQ. Spaces for living. Spaces for meeting. Spaces for study. Spaces for art. There are spaces enough. And together we can make them useful. All it takes is a little fantasy.

People are occupying squares in all the world. Also in Holland occupations are going on, in front of the Stock Exchange in Amsterdam and on the Malieveld in The Hague. We really did come a long way in the last five months. Even my brother, a notorious capitalist, wasn’t ashamed to walk along with the demonstration in Brussels. He doesn’t believe that something like a revolution is really possible. But he believes in evolution, in change for the better.

 

Now that it has started I plan to keep coveering it, but I do not know yet where and when. In the next few weeks I want to try to put my experiences, and the current expansion of the movement into perspective. Then I’ll see.

 

It concludes my chronicles of the march and the initial months of the 15M movement. I thank you, first of all my revolutionary brothers and sisters with whom I have had the pleasure to share this. And of course I thank you, my beloved readers. If it weren’t for all the heartwarming and inspiring comments I received I might never have been able to keep it up until the end. I thank you too for the sporadic negative reactions, because I’m convinced that if something doesn’t meet with opposition it can have little meaning. It’s the same reason why I don’t support the consensus model. If an idea is shared by absolutely everyone, it can hardly be a good idea.

 

I leave you with the image of our outsourced Media Center. People behind computers twenty-four hours a day. Empty bags of crisps on the table. A comrade of mine who wants to remain Anonymous, tells me how it all starts. The march, the occupations, the acampadas, the demonstrations, the whole damn thing. It starts right here.

“You know that the idea for a March on Brussels, has been circulating since February. We did that. We simply started bombing the social networks with messages about a march on Brussels. After that, people began to talk about it, it went around on Facebook, and in the end, a group of people started walking. I was overjoyed the day that the Mediterranean came by right beneath my window.”

I imagine things like Occupy Wall Street being organised in the same way. A couple of nerds behind a computerscreen on a sunday morning, eating donuts. “What shall we do today?”

“Global revolution?”

“Heck, why not? #globalrevolution it is.”

 

Cheers,

Oscar

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 octobre 2011 7 16 /10 /Oct /2011 19:26

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 octobre 2011 7 16 /10 /Oct /2011 19:05

Lis moi avec webReader

* Note: des infos de dernière minute sont régulièrement ajoutées au bas de cet article.


C'est arrivé près de chez vous!


"Contre toute attente", disent certains. "C'était prévisible", rétorquent d'autres. Mais le fait est que sur le coup de midi, personne encore n'aurait pu prédire le succès de la Marche. Or ce sont tout de même près de 10.000 personnes qui ont répondu à l'appel des Indignés à Bruxelles. De nombreux syndiqués, des membres d'associations, des familles et bien d'autres acteurs de la société civile ont finalement rejoint le Mouvement, preuve supplémentaire, s'il en fallait, que les Indignés ne sont que la surface émergée de l'iceberg. Plus de 200.000 personnes se sont mobilisées en Italie, 500.000 à Madrid, plus de 15.000 en Asturie, 6000 devant le siège de la BCE à Francfort et encore des centaines de milliers d'autres sur la planète.

Peu avant ces événements, une information de source officielle tombait ce matin. Après avoir fait la une de la presse d'hier, le policier ayant violenté la jeune marcheuse Niki a été relâché. Stupeur, incompréhension, comment cela est-il possible ? Voilà qui donnait le ton de la journée.

Lien vers l'article de ce matin sur le site lesoir.be
Lien vers l'article du site lalibre.be


La Bourse ou la vie ?

Lorsque peu après 14h nous avons rejoint la queue de cortège au niveau de la Porte de Flandre, la tête de la marche se trouvait déjà au niveau de la Bourse, au bout de la rue Antoine Dansaert. Le camion bigarré des Indignés de Bayonne se trouvait en plein coeur de la marche pour diffuser musique et informations.



Il nous a fallu pas mal de temps pour longer la foule et finalement atteindre le groupe de tête, déjà bien installé sur les marches de la Bourse, elles-mêmes habillées par les banderoles, les slogans et la diversité des couleurs des Indignés. Sur un grand caliquot nous lisions les slogans - "La Bourse ou la vie ?" ... - tandis que des dizaines de chaussures étaient balancées par-dessus les grilles de l'édifice, sous les chants et l'énoncé de la sentence du peuple : "Coupables! Coupables!"


Les Indignés entre ombre et lumière

Le moment est historique car inédit. Au moment où nous marchions, nous apprenions en direct qu'un important dispositif policier profitait de la manifestation comme d'une diversion pour assiéger le bâtiment universitaire HUB qu'occupaient les Indignés depuis le 8 octobre. Les quelques personnes restées sur place dans le Média Center, pour assurer le relais des informations, ont été expulsées sans aucun avertissement. C'est à nouveau le masque des autorités qui tombe. Leur vrai visage est aujourd'hui visible de tous, éclairé par le pacifisme des personnes présentes et le soleil qui s'est enfin décidé à plonger la capitale européenne dans sa lumière.
Il apparaît donc que les autorités souhaitent se débarrasser des Indignés au plus vite. Peut-être craignent-ils - la rumeur a circulé ces derniers jours - que les Indignés ne veuillent prolonger leur séjour sur le site, au-delà du weekend.

La police arrivera-t-elle à ses fins ? Fine stratégie ou pure provocation ? Cette fois en tout cas, les Indignés n'ont plus le choix. Le scénario qui se profile est clairement celui d'une REELLE occupation de l'espace public. Et le Parc du Cinquantenaire - choix initial des Indignés et point d'arrivée de la marche en cours - semble être l'endroit idéal, à deux pas du coeur de la Troïka européenne.

Beaucoup de questions

Comment les Indignés vont-ils gérer les inévitables problèmes logistiques que cette situation va engendrer ? Quelle attitude adopteront les autorités face à ces nouveaux problèmes qu'ils ont eux-mêmes causés ? Et peut-être surtout, quel sera l'écho qu'en donneront les nombreux médias présents dans le Parc ?
Une Assemblée Générale se tient actuellement au Cinquantenaire. Au moment de clôturer cet article, se sont entre 3000 à 5000 personnes qui sont sur place. Des retransmissions en streaming, vers et depuis d'autres villes dans le monde sont aux programme. Les débats et les festivités prévus laissent présager une des nuits les plus longues de l'année.




Dilemne: le retour

Informations de dernière minute

. Les autorités proposeraient aux Indignés de passer la nuit sur le site de l'ULB. Si ces informations sont exactes, c'est la répétition du même dilemne que le 8 octobre... cette question est en cours de discussion.

. Un millier d'indignés n'ont nulle part où dormir cette nuit.
Lien vers l'article de RTLinfo.be

. Des témoignages variés décrivent l'agressivité de la police autour du HUB à Koekelberg. De très nombreuses personnes ont laissé leurs effets personnels à l'intérieur avant de partir pour la manifestation. Les autorités ont fortement dissuadé ces Indignés de récupérer leurs affaires, n'autorisant qu'au compte-goutte l'un(e) ou l'autre à accéder au bâtiment, accompagné d'un policier.

Si vous souhaitez suivre les événements en direct du Parc du Cinquantenaire, voici quelques informations pratiques:

. Sur Twitter, suivez les "hashtags" #15oBxL, #WalktoBrussels ou #AgoraBrussels.
. En vidéo, suivez les "live streamings" sur www.walktobrussels.eu/streams/
Littéralement,

Badi Baltazar & Roland Nasky
http://www.twitter.com/RolandNasky
http://www.twitter.com/BadiBaltazar

 

 

 

 

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les marches des indignés vers Bruxelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Présentation

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Images Aléatoires

  • DSC00592
  • P1330355
  • 29
  • P1330361
  • 1
  • DSC00922

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés