Mardi 3 avril 2012 2 03 /04 /Avr /2012 18:28

Rue89 -Les faits du logis

La chance aux concours

Publié le 03/04/2012 à 03h31

Arlette, 94 ans, héberge Mariam, 69 ans de moins (Nora Roger et Floriane Wilbois)

 

A Vitry-sur-Seine, Arlette, 94 ans, habite encore dans la maison où elle est née. A l’intérieur, tout témoigne d’un autre temps : des portraits de famille ornent les murs, les rideaux sont assortis au papier peint usé et les meubles datent du début du siècle dernier. Depuis plus de cinq ans, cette ancienne institutrice passionnée d’histoire loue à Mariam, une étudiante en journalisme de 25 ans, la chambre qu’elle occupait enfant. Une colocation insolite, entre deux caractères bien trempés que plusieurs générations séparent. Rencontre.

Les faits du logis : Arlette, pourquoi avoir décidé d’accueillir quelqu’un chez vous ?

Arlette : J’avais lancé ça comme ça, en l’air, en pensant que cela serait peut-être une bonne idée. Longtemps, j’ai habité avec ma tante, qui a passé toute sa vie dans cette maison, elle aussi. Depuis sa mort, il y a trente ans, je me sentais un peu seule.

Mariam : Arlette a demandé à Marie-Agnès [une voisine, ndlr] si elle connaissait quelqu’un de confiance. Sa fille, Doria, savait que je galérais pour trouver un appartement et c’est elle qui nous a présentées.

Mariam, quelle était votre situation à l’époque ?

Mariam : J’étais désespérée. J’étais prête à aller en foyer de jeunes travailleurs, une des rares solutions qui ne coûtait pas trop cher. A Paris, pour 500 euros, vous ne trouvez que des logements minables. Même en banlieue, ce n’est pas évident. Sans Arlette, j’aurais dû arrêter mes études, c’est une évidence.

Je me souviendrai toujours de l’appel de Doria : « Tu te rappelles d’Arlette, ma voisine ? Tu l’avais croisée lors d’une soirée chez moi, à Vitry… Elle cherche quelqu’un qui pourrait habiter avec elle. » Oh le soulagement ! Si l’on m’avait annoncé que j’avais gagné au loto, cela m’aurait fait moins d’effet ! Premièrement, j’avais enfin une solution. Deuxièmement, le loyer n’était pas cher. Troisièmement, c’était à vingt minutes de ma fac en RER.

Cela n’a pas été trop dur d’ouvrir votre maison à quelqu’un que vous connaissiez à peine, Arlette ?

Arlette : Oh, mais Mariam était encore une petite fille quand je l’ai accueillie. Elle avait 19 ans tout juste… Et puis, j’arrive à cerner les gens assez rapidement, vous savez [rires]. Je lui ai tout de suite fait confiance. J’avais seulement peur qu’elle ne se sente pas à l’aise. Mais après sa première nuit ici, elle m’a dit que son lit était si confortable qu’elle pensait ne jamais pouvoir se lever… Cela m’a rassurée ! Je me suis dit : « Elle aura au moins un lit où elle se plaît. »

Mariam : Et finalement, c’est toute la maison que j’aime… [rires]

Et vous Mariam, quelles appréhensions aviez-vous ?

Mariam : Au début, je me demandais si je pourrais ramener des potes. Arlette, vous vous souvenez de mon ami Hugo ?

Arlette : Non, pas vraiment…

Mariam : Il avait des dreadlocks à l’époque. J’avais peur que vous soyez impressionnée, que vous ne compreniez pas bien son style. Et bien… vous vous êtes entendus comme cul et chemise ! Vous avez passé l’après-midi à discuter. Depuis, quand on fait des soirées entre amis, Arlette reste dans le jardin avec nous jusqu’à trois heures du matin.

Arlette : Tu as encore fait la fiesta me dit ma famille [rires] !

Mariam : Il faut avouer qu’Arlette, c’est quelqu’un d’incroyable, de très ouvert. Et ce, malgré les soixante-neuf ans qui nous séparent.


Un lien quasi filial les unit (Nora Roger et Floriane Wilbois)

Comment vous organisez-vous au quotidien ?

Arlette : Pour les repas, cela dépend des fois.

Mariam : Oui, quand je suis là, on mange ensemble. Sinon, chacune fait sa vie.

Arlette : Au début, j’avais prévu de vous faire votre petit-déjeuner comme le faisaient mes parents. Et puis je me suis vite rendu compte que vous aimiez vous débrouiller toute seule. Je me suis dit : « Après tout, elle prend ce qu’elle veut. Elle mange ce qui lui plaît et puis voilà. »

Mariam : Non, vraiment, il n’y a pas d’organisation particulière. Arlette aime bien aller au marché. Et moi, quand je fais les courses, j’en profite pour ramener six litres de lait avec la petite carriole. Bref, j’aide quand je le peux : un fusible qui saute, une ampoule grillée…

Arlette : D’ailleurs, la télé est encore en panne !

Mariam : Encore ? Bon, je m’en occuperai tout à l’heure.

Arlette : Ah ça, pour la technique, Mariam est douée. Elle me répare tout… Et pour le reste, on sait que l’on peut compter sur les voisins. C’est rare de trouver des gens aussi bien.

Mariam : Oui. Nous ne sommes que deux dans la maison mais les gens du quartier nous aident beaucoup. C’est comme une grande famille. Chacun a une clef du portail pour venir profiter du jardin quand il a un moment de libre.

Comment vous organisez-vous pour le loyer ?

Mariam : Je paye environ 150 euros par mois. C’est un montant important pour moi compte tenu de mes faibles revenus. Je suis boursière et je fais des petits boulots l’été, mais, ça ne suffit pas toujours. Alors, les mois difficiles, Arlette ne me fait pas payer.

Arlette : Oh bah c’est normal. Avec tout ce que vous avez à faire : entre vos études, le travail et les répétitions de musique, vous êtes bien courageuse !

Passez-vous beaucoup de temps ensemble ?

Mariam : Nous vivons ensemble. Ma chambre est au premier étage, mais je n’y reste pas cantonnée. Nous regardons la télévision, nous allons au cinéma ou au concert... Au quotidien, nous ne nous rendons pas vraiment compte du lien surprenant que nous avons tissé. Arlette fait partie intégrante de ma vie. Et puis nous avons un sujet favori toutes les deux : la religion.

Arlette : Ah oui, oui, c’est vrai. Ça c’est notre truc ! [rires]

Mariam : Après le dîner, nous pouvons rester des heures à discuter… J’apprends également beaucoup de choses sur l’histoire de France dont Arlette est passionnée. Elle me transmet son héritage. Ce qui est fou, c’est la distance qu’elle peut avoir par rapport aux événements. Quelque chose qui va complètement me catastropher, va la faire sourire.


Les deux femmes partagent des passions communes (Nora Roger et Floriane Wilbois)

On a le sentiment qu’un lien filial vous unit…

Arlette : C’est exactement ça.

Mariam : On n’a pas du tout un rapport locataire-propriétaire... Cela a peut-être été le cas au début, et encore, je n’en suis pas certaine.

Arlette : On s’est trouvées… Moi qui n’ai jamais voulu me marier et n’ai pas eu d’enfant et Mariam, qui n’a pas souvent vu sa grand-mère.

Mariam : Oui, elle était au Maroc. Aujourd’hui, Arlette c’est un peu ma grand-mère. Mais pas que. C’est une confidente, je lui raconte tout : mes petits soucis, les cours, les histoires de garçons, de copines. Arlette, c’est mon socle. Elle m’a dit une fois que sa plus grande peur était de n’avoir plus personne autour d’elle. M’accueillir, c’est sa façon de ne pas s’éteindre. Quand je serai vieille, j’aimerais bien vivre la même expérience.

Propos recueillis par Nora Roger et Floriane Wilbois.

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Consommer et agir autrement
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Présentation

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Images Aléatoires

  • DSC00720
  • DSC00638
  • DSC00609
  • DSC00558
  • DSC00914
  • 23b

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés