Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 17:09

 

Source : www.mediapart.fr

 

Trente mille euros par berceau : les curiosités de la dette

|  Par Hubert Huertas

 

 

 

 

C’est un concours de malice pour chroniqueurs économiques. Depuis que la France a crevé le plafond des 2000 milliards d’euros de dettes, ils s’avancent en rangs serrés, et rivalisent d'images parlantes. Chaque petit Français naîtrait avec une dette de 30 000 euros sur le dos. Un chiffre répété partout, mais qui recèle bien des mystères…

Trente mille euros par tête… « Ça fait cher pour un berceau », disent les uns, « c’est un gouffre », ajoutent les autres, tandis que l’Institut Montaigne propose dans Le Figaro un compteur angoissant qui ne cesse de monter, comme un téléthon à l’envers, dont chaque tour nous rapprocherait de l’explosion finale.

Dans ce concert de métaphores le bon François Lenglet, qui n’est pourtant pas le plus caricatural, se démène sur France 2. Après un reportage qui chiffre à l’euro près la dette de chaque bébé (30 745 euros exactement), il multiplie les métaphores: « Si l’euro était un centimètre, la dette représenterait 26 fois la distance de la Terre à la Lune. »

L’auditeur, le lecteur, le téléspectateur, l’internaute ainsi prévenu, pour ne pas dire rincé par cet orage de statistiques, sera saisi par un vertige cosmique, et prêt à prendre au pied de la lettre la conclusion de ceux qui savent et répètent leurs certitudes, comme un mantra, dans leurs chroniques mécaniques. Entendu sur BFM : « Ces 2000 milliards sont le prix de la lâcheté politique. » Quel type de lâcheté ? Réponse sur le site Atlantico : « Cet argent a servi à faire la fête ! À payer les fonctionnaires ! »

Revoilà donc le credo libéral. Les enseignants, les policiers, les militaires, les magistrats, les agents hospitaliers sont les confettis d’un gaspillage d’État qui nous conduit dans le précipice.

Pourtant ces chiffres, dégustés comme des bonbons par ceux qui les énoncent, mais brandis comme des matraques en direction de ceux qui les reçoivent, n’ont aucun sens absolu. 30 000 euros par bébé ? Ah bon ? Payables quand ? À la sortie de la maternité, en une seule fois ou à la fin de la vie ? Sur quelle durée ? Avec quel intérêt ? Payables à qui ?

Et puis il y a ce message étrange dans une société de marché. Pour les défenseurs du libéralisme pur et dur, qui avaient pourtant adoré les subprimes, la dette serait une calamité en soi. L’équivalent d’un contrat placé sur la tête des nouveau-nés.

Si on suit ce raisonnement, une famille de quatre personnes aux revenus de 60 000 euros annuels, qui emprunterait 250 000 euros pour acheter une maison, se retrouverait frappée par un endettement de 400 % ! Et chacun des membres de la famille devrait donc vivre avec une charge de 62 500 euros, soit l’équivalent de 12 500 biberons. Acheter son logement serait une folie furieuse, emprunter pour sa voiture un acte de démence, et payer son lave-linge en trois fois un signe d’immaturité.

Ainsi les chroniqueurs officiels paraissent-ils éprouver un effroi collectif devant l’usage du crédit, ce qui est nouveau sous le soleil. Et ce n’est pas la seule surprise. Ce qui frappe davantage, c’est de voir les partisans de l’économie ouverte s’alarmer comme des Gaulois d’antan, enfermés dans leurs frontières, en oubliant que des dizaines de pays, au premier rang desquels les États-Unis, vivent avec un endettement supérieur au nôtre et relancent leur croissance. Et si les mondialistes ardents étaient des protectionnistes honteux ?

Enfin, la perspective des 30 745 euros par fontanelle recèle une dernière curiosité, encore plus incroyable. En affichant ce chiffre menaçant pour les prochaines générations, les commentateurs décrivent en fait une société révolutionnaire, strictement redistributive et strictement égalitaire, dans laquelle le PDG du CAC 40 de demain et le futur smicard (si le Smic existe encore) porteront exactement le même fardeau.

Nous en sommes loin. En 2014, la dette par habitant représente trente fois le Smic, mais le trentième du salaire de Carlos Ghosn.

Vivement demain !

 

 

Source : www.mediapart.fr

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22