Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 13:27

 

LEMONDE.FR | 09.01.12 | 15h56   •  Mis à jour le 09.01.12 | 15h58

 
 

 

Un ferry SeaFrance, dans le port de Calais.

Un ferry SeaFrance, dans le port de Calais. AP/Michel Spingler


En prononçant la liquidation définitive avec cessation d'activité de SeaFrance, le tribunal de commerce de Paris a assombri encore un peu plus l'avenir de la compagnie maritime. Le tribunal a en effet estimé, lundi 9 janvier, que l'offre de reprise par la coopérative ouvrière n'était pas "valable". Mais les autres solutions de reprise présentent toutes d'importants risques pour les salariés.

Deux solutions émergent pour relancer l'activité de la compagnie : la création d'une coopérative financée par les indemnités des salariés, ou la reprise par un partenaire extérieur. A défaut d'un accord, les 880 emplois de SeaFrance seront définitivement supprimés. Nicolas Sarkozy a déjà annoncé l'organisation, mardi, d'une réunion gouvernementale pour évoquer l'avenir de SeaFrance.

  • La SCOP, économiquement risquée

Les anciens salariés de l'entreprise – désormais officiellement licenciés – peuvent encore choisir de fonder une société coopérative ouvrière (SCOP) pour reprendre l'activité de SeaFrance. Ils pourraient alors investir leurs indemnités de licenciement dans la reprise, une solution préconisée par Nicolas Sarkozy.

Le gouvernement a en effet incité la SNCF à "gonfler" les indemnités versées aux salariés – des primes de 50 000 à 60 000 euros – pour que ces derniers puissent les réinvestir dans une nouvelle coopérative ouvrière. S'ils retiennent cette option, les employés pourront s'associer au groupe Eurotunnel, qui a proposé de racheter les ferries et de les louer ensuite à la SCOP.

Mais cette reprise constitue un gros risque pour les salariés. Si l'exploitation se solde par un échec, ils ne pourront pas récupérer leur investissement. Aujourd'hui, seule une minorité des employés soutiennent le projet de SCOP. Interrogée par Europe 1, Laurence Le Gonidec, membre du collectif des salariés non-syndiqués, justifiait ainsi son choix : "Il a été entendu que ce n'est pas viable économiquement donc je ne vais pas prendre le risque éventuel d'y mettre des indemnités de licenciement."

  • Reprise par un groupe étranger

La ministre des transports et de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, n'a pas caché dimanche, lors d'une réunion interministérielle sur l'avenir de SeaFrance, qu'il existait également la possibilité de "renouer le dialogue avec un repreneur privé ". En l'occurrence, il s'agirait de relancer la proposition de reprise de Louis Dreyfus Armateurs (LDA), associé au danois DFDS.

Mais les anciens salariés de SeaFrance redoutent cette hypothèse. "C'est assez écœurant de la part de l'Etat de préférer liquider une boîte pour peut-être la refiler à un groupe étranger. C'est vraiment dommage que l'Etat privilégie un concurrent étranger plutôt que de tout faire pour garder un pavillon français", s'est ainsi insurgé le trésorier de la CFDT maritime Nord, David Baré. Le syndicat a toujours été hostile à cette candidature, présentée pour la première fois il y a trois ans.

Si cette solution est retenue, les anciens ferries de la compagnie SeaFrance pourraient reprendre la mer, mais les anciens salariés n'auraient pas la garantie d'être employés par la nouvelle compagnie. "Nous pourrions reprendre environ 300 personnes, 240 marins et 60 personnes à terre", a assuré le ministre des transports, Thierry Mariani, au Journal du dimanche. Les autres salariés seraient alors reclassés au sein de la SNCF. Mais la compagnie LDA, connue pour ses tarifs à bas coûts, risque de proposer aux anciens salariés des salaires inférieurs à ce qu'ils touchaient jusqu'à présent.

Enfin, la compagnie peut également disparaître définitivement. Dans ce cas, les 880 anciens salariés devraient trouver un autre emploi, en conservant leurs indemnités de licenciement. Les navires de la compagnie seraient alors vendus pour rembourser une partie des dettes de l'entreprise.

Charlotte Chabas


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

liquidation destockage 09/01/2013 16:15

Vous avez surement des professionnels qui s'occupent de l'écriture de vos articles car les expressions sont bien soignées et le sujet est bien amélioré , ce qui encourage à terminer la lecture
jusqu'à la fin..merci pour cet article!!

democratie-reelle-nimes 10/01/2013 16:42



Comme indiqué au début du texte, l'article est issu du site "Le Monde.fr", c'est donc à leurs journalistes que revient le mérite de cet article et vos compliments...



Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22