Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 17:18

 

marianne.net

 

Quand l’hystérie électoraliste gagne les politiques

Jeudi 26 Septembre 2013 à 18:00 | Lu 435 fois

 

Thibault Le Berre‏

 

Roms, immigration, violence … quand les acteurs de la vie politique dérapent à des fins électorales.


Lionel Cironneau/AP/SIPA
Lionel Cironneau/AP/SIPA

Les propos brutaux et outranciers ne sont pas nouveaux en politique. Mais alors qu’ils étaient cantonnés à un parti politique comme le FN il y a quinze ans, aujourd’hui ils semblent s’étendre à tous les partis. Les phrases proclamées pour soulever l’émoi ou coïncider avec ce que les élus politiques perçoivent comme une attente populaire pullulent.

C’est Régis Cauche, maire UMP de Croix dans le Nord, légitimant la violence quand il déclare : « Si un Croisien commet l’irréparable, je le soutiendrai ».  Ou encore le député-maire de Nice Christian Estrosi invité du « Grand rendez-vous »Europe 1- I-télé- Le Parisien,  lorsqu’il appelle « les maires de France à la révolte » concernant les installations illégales des gens du voyage.

La surenchère électoraliste gagne les hautes sphères de l’Etat. Quand à la manière de Nicolas Sarkozy ou de Claude Guéant, le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, affirme sur France Inter que «  oui, il n’y a qu’une minorité des roms » qui peuvent prétendre à des solutions d’intégration et d’ajouter «  les roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie ».

Personne ne peut nier la délinquance issue de certains campements roms et l’exaspération qu’elle génère parmi les populations locales. Personne ne peut aussi nier la situation de misère sociale et économique subis par les hommes, femmes et enfants discriminés parfois dans leur propre pays d’origine. Mais aborder ce débat avec des propos généralisateurs et excessifs n’est pas une solution pour régler un débat complexe qui mérite d’être traité sereinement. Si le ministre de l’intérieur veut lancer un débat idéologique au sein de son propre camp politique, il peut le faire lors des réunions internes du parti socialiste. Evidemment les répercussions électorales attendues par cette sortie médiatique calculée ne pourraient avoir lieu.

Parfois les propos sont tous simplement absurdes et reflètent une bassesse du débat politique. Eric Doligé, sénateur du Loiret, s’y est essayé lors des journées parlementaires de l’UMP, le 24 septembre.

« Moi je dois vous dire que j’ai un instinct meurtrier en ce moment. Je suis comme la plupart des citoyens, moi je ne supporte plus Hollande et sa bande (…) Mais il faudrait qu’on évite de se tirer dessus entre nous et qu’on fasse tout pour tirer plutôt … enfin moi j’ai une liste de gens que je peux vous donner, sur qui il faut tirer, hein. Il y en a une quarantaine, c’est tous ceux du gouvernement. » Jean-Luc Godin, maire de Marseille et président du groupe UMP au Sénat ajoute avec un humour plus que douteux «  Je peux donner les kalachnikovs », rapporte Europe 1 Le Lab. 

Eric Doligé  a expliqué à  La République du Centre  que « le terme est fort » mais ne il ne « renie pas ses propos ».

Pourtant, les mots ont un sens, encore plus lorsqu’ils sont prononcés en public par des personnalités qui représentent les citoyens français. Ces phrases tendent à renforcer un ressentiment qui existe contre les immigrés, les gens du voyage, les musulmans, les roms. Elles biaisent ces débats et se focalisent dessus. Le meilleur moyen de faire monter la tendance politique que chacun de ses acteurs veulent combattre lors des échéances électorales à venir.


Passes électorales


En réponse aux « instincts meurtriers », de Eric Doligé et à la propositions de Jean-Claude Godin de « fournir les kalachnikov », Marie-Arlette Carlotti, ministre délégué chargée des Personnes handicapées et candidate à la Mairie de Marseille a twitté « Je crains degun (ndlr, expression marseillaise familière pour dire je n’ai peur de personne) »  posant avec un gilet pare-balle.

Cécile Duflot, ministre du Logement, chahuté au sein de son propre camp, a quant à elle accusé, Manuel Valls d’être allé « au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain », aujourd’hui lors des journées parlementaires d’ Europe Ecologie Les Verts. Au début de l'été, Delphine Batho avait été démissionnée pour moins que ça. 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22