Mercredi 24 octobre 2012 3 24 /10 /Oct /2012 20:21

 

Pierre Rabhi dans le bois de Païolive

Pierre Rabhi dans le bois de Païolive

 

Fin mars 2012, j’ai eu la chance de passer trois jours entiers en tête-à-tête avec le paysan et philosophe Pierre Rabhi. La raison de cet entretien réalisé chez lui, à LaBlachère, dans les Cévennes ? Le besoin d’actualiser et prolonger Le chant de la Terre, un ouvrage biographique écrit par les reporters Jean-Pierre et Rachel Cartier il y a dix ans, en 2002.

Alors que la version actualisée du livre sort en librairie demain jeudi 25 octobre, j’avais envie de partager avec vous quelques extraits sonores des 15 heures d’enregistrement que j’ai effectuées à cette occasion.

 

Malheureusement, plus de deux heures de copier-coller sur 3 logiciels différents ont eu raison de ma patience… si bien que cet article ne vous offrira que quelques extraits de l’ouvrage actualisé, et quelques photos… dans l’attente de le compléter ultérieurement, peut être, des quelques pastilles sonores que j’envisageais de vous offrir

Un voyage initiatique

 

Première édition du livre Le Chant de la Terre

Couverture première édition du livre Le Chant de la Terre

 

L’ouvrage de Jean-Pierre et Rachel Cartier narre la vie de Pierre Rabhi et livre toute la richesse du parcours effectué par cet "homme petit, de frêle apparence, le visage barré d'une moustache, chaleureux et toujours parfaitement courtois" né dans le désert de l'oasis de Kenadsa, dans le Sud Algérien. L’émotion des deux reporters est palpable dès le début, ainsi qu’ils en témoignent dès les premières pages : "nous avons rencontré lors de nos pérégrinations, Rachel et moi, de nombreux personnages que nous jugeons extraordinaires mais c'est la première fois que l'un d'entre eux nous accordera une semaine entière sans la moindre interruption, sans le moindre coup de téléphone. Pierre Rabhi est si modeste que lorsqu'on se tient devant lui pour la première fois, on a du mal à croire qu'il ait vécu une vie aussi volontaire et aussi romanesque. Mais dès qu'il se met à parler, on voit se lever dans ses yeux une passion qui est à la fois brûlante et raisonnée. Une passion contrôlée."

Et pour cause, Pierre compare sa vie à "une sorte de voyage initiatique". Son enfance "écartelée" entre deux pays, deux familles, deux religions lui donne l’envie d’être "ouvert à toutes les alliances, à toutes les convergences". Né dans une culture islamique, éduqué dans une société chrétienne et passionné de philosophie, Pierre Rabhi confie qu’il n’a jamais été aussi spirituel que depuis qu’il n’a plus de religion. Pour lui, le surnaturel et le miracle se trouvent dans le vivant : "Si je mets une graine dans la terre, elle grandit, elle donne une plante ou un arbre. Dans un grain de blé, il y a en puissance de quoi nourrir toute la terre. C'est cela le miracle, le surnaturel. Nous sommes tous capables de surnaturel et, personnellement, je n'ai pas besoin d'autre preuve de l'existence de Dieu. Tout est miracle, nous baignons dans le miracle. L'éternité est dans l'instant présent. C'est cela ma religion. En fait, j'ai envie de dire que Dieu est la Vie qui fait pousser l'herbe et grandir l'arbre."


Pierre Rabhi en train de soigner sa terre

Pierre Rabhi en train de soigner sa terre

 

Et voilà ce qui le pousse au plus profond de son être : le besoin de préserver le vivant et de faire cesser les "profanations" dont l’homme se rend responsable. "Les rituels, les dogmes, les institutions ne m'intéressent plus. Je trouve même suspect que, de nos jours, on parle tellement de spiritualité. C'est comme si nous n'étions pas sûrs de ce que nous affirmons, comme si nous avions besoin de nous rassurer. Si nous avions vraiment une certitude profonde, nous ne parlerions pas tant. Nous serions dans la Vie et c'est tout", s’exclamait-il déjà en 2002. Pour être attentif au monde, Pierre Rabhi a donc conçu ses choix de vie en cohérence avec sa pensée et ne cesse depuis de "s’engager" pour promouvoir l’agroécologie et les modes de vie plus respectueux de la terre et du vivant.

 

La politique, en actes

Couverture de la version rééditée du Chant de la Terre

Couverture de la version rééditée du Chant de la Terre

 

C’est de tout cela dont parle le Chant de la Terre, avec un message clef : "la crise que nous vivons n'est pas seulement celle des moyens, elle est celle de l'être humain. Si l'être humain ne change pas, si chacun de nous, honnêtement, ne change pas, il ne servira à rien de changer les techniques et cela d'autant plus que même les meilleures seront vite perverties. »

Au fil des pages, on comprend à quel point les différentes initiatives lancées par Pierre Rabhi cherchent sans cesse à renouer avec l’essentiel. Les colibris, l’association Terre & Humanisme, la fondation Pierre Rabhi, les Oasis en tous lieux, le centre des Amanins ou la ferme des enfants… autant de projets qu’il a insufflés ou inspirés. Il revient également sur son expérience de la candidature à la présidentielle en 2002 : "il s’agissait aussi d’incarner l’utopie (…) et de profiter du débat électoral pour attirer l’attention sur les valeurs et les critères sur lesquels les politiques ne s’arrêtent jamais", à savoir la décroissances, la surconsommation, le progrès, le respect du vivant, l’éducation et la place du féminin dans la société.

Comme je le souligne dans l’ouvrage, il est parfois difficile d’obtenir de Pierre Rabhi des éléments plus détaillés sur le chemin à suivre pour changer le monde. La raison en est simple : le seul changement viable, à ses yeux,  est un profond changement de paradigme. C’est la raison pour laquelle il estime que "nous passons notre temps à corriger les dégâts du système" alors qu’il est possible d’aller plus loin, "de dépasser l’humanitaire de secours pour aller vers l’humanisme qui abolirait la nécessité de l’humanitaire. En abandonnant les approches réparatrices, l’humain devient la première référence si l’on veut définir un vivre-ensemble cohérent. Dans cette tentative, il faut évidemment prendre en compte l’irrationalité des hommes, la part subjective de la nature humaine avec tout ce que cela englobe. La tâche est loin d’être facile, mais elle est et sera de plus en plus irrévocable."

Dans la peau de Pierre Rabhi

Rassurez-vous, le paysan-philosophe n’a pas perdu de son enthousiasme pour autant et rêve d’une approche plus poétique de la politique, qui nous permettrait de revenir aux fondamentaux. Dans le cas d’une problématique telle que le chômage par exemple, se rappeler que ‘tripalium’, en latin, faisait référence au dispositif dans lequel on assujettissait les animaux pour les immobiliser et les ferrer. En revisitant la sémantique, on se rend compte de la force symbolique du terme dans notre psyché. Aujourd’hui, on parle même de matériel humain, de compression de personnel, de dégraissage des effectifs, etc., comme si l’on avait à faire à de la matière !

D’ailleurs, l’écoute accrue dont il bénéficie lors de ses interventions l’encourage au quotidien et lui donne bon espoir en l’avenir. Dans Le chant de la terre, le dernier chapitre a justement pour ambition de regarder avec lui le chemin parcouru depuis dix ans... comment Pierre regarde Rabhi, ou plutôt l’inverse. Avec ses angoisses, ses préoccupations et ses tourments. Avec la flamme et la jeunesse qui l’habitent encore.

Il est touchant, Pierre Rabhi lorsqu’il fait ces confidences… Aussi touchant que lorsqu’il vous emmène faire un tour dans le bois de Païolive, en contrebas de la ferme. Cette forêt ancienne s’étend sur 13000 hectares. Dans ses enchevêtrements de blocs calcaires érodés et d’arbres majestueux, minéral et végétal se lient et se relient intimement pour lui donner un aspect magique, quasi-mystique. La biodiversité y est unique, préservée dans un relief accidenté qui abrite deux mille ans d’histoire. Tantôt enchanteur, tantôt inquiétant, "le bois de Païolive interdit à ceux qui le traversent de rester figés dans leurs certitudes et dans leur confort mental" a déclaré un jour l’écrivain Gil Jouanard. On se dit alors que le lieu était vraiment prédestiné… Mais chut, je m'arrête là et n'en dis pas plus.

A lire en attendant d'avoir le livre (Le Chant de la Terre, paru aux Editions La Table Ronde, 256 pages, 18 euros):

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Informations diverses
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

        

      A partir du 17 Mai 2014

                     RV

      chaque mercredi à 18h

        devant la maison carrée

         et samedi à 13h

   sur le terrain de Caveirac

           Rejoignez-nous  !


  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Images Aléatoires

  • P1330355
  • DSC00888
  • DSC00636
  • 24
  • 11
  • DSC00769

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés