Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 15:51

Publié le 26-08-11 à 15:07    Modifié à 18:09     7 réactions

Le report de ce chantier est un contresens pour les acteurs de terrain : en période de chômage, le secteur peut être créateur d'emplois.

Maison de retraite (JS Evrard - Sipa) Maison de retraite (JS Evrard - Sipa)

La dépendance ? "Traiter ce dossier dans le contexte économique et financier que nous connaissons aujourd'hui, dans l'urgence, ne serait pas responsable", a annoncé François Fillon mercredi 24 août, rompant ainsi brutalement avec l'engagement présidentiel.

A l'Association de directeurs de maisons de retraite et de services à domicile (AD-PA), c'est la consternation. Et l'incompréhension. "Tout le monde est d'accord pour dire que le secteur de la dépendance est créateur d'emplois. Avec ce nouveau report, faute de soutien financier, nous allons en perdre : nombre de services à domicile se retrouvent au bord de la cessation de paiement et vont devoir licencier. Cette décision paradoxale ajoute des difficultés à la crise alors que nous devrions pouvoir créer des postes", a expliqué Pascal Champvert, président de l''association, au "Nouvel Observateur".

"On voit maintenant où mènent ces reports de mois en mois des engagements du président de la République", se désole Pascal Champvert. De fait, les premières promesses du chef de l'Etat sur la dépendance remontent à 2007, au début du quinquennat.

Une série de vœux pieux

Lors des vœux télévisés pour 2011, Nicolas Sarkozy avait promis une année de "réformes utiles", citant notamment celle de la dépendance.

Les vœux télévisés sont décidément l'occasion des engagements à renouveler puisque pour 2010, le chef de l'Etat avait déjà promis "une année de renouveau". Il s'agissait, concernant le dossier de la dépendance, de redonner "un sens au beau mot de fraternité qui est inscrit dans notre devise républicaine".

La promesse de Nicolas Sarkozy remonte donc à 2007. Le président de la République demandait alors à Xavier Bertrand, ministre de la Solidarité, de "mettre en place une cinquième branche de la protection sociale pour prendre en charge la dépendance."

D'ici 2025, le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans devrait augmenter de 25%. La préparation au "papy-boom" devra attendre. Le grand chantier du quinquennat passe finalement par pertes et profits, reporté par le Premier ministre à "début 2012".

Les "mesures d'urgences" à la trappe

Au printemps, le gouvernement avait pourtant annoncé la mise en place de "mesures d'urgence", pour un montant d'un milliard d'euros. Roselyne Bachelot, bottait déjà un peu en touche : il n'y a "pas seulement des questions financières mais aussi d'organisation et de gouvernance", expliquait la ministre des Solidarités en juin dernier.

Dans un entretien à "La Croix" le 24 juin, elle s'avançait pourtant un peu trop : "En pleine période de crise, en voulant garder la bonne gestion des finances publiques, Nicolas Sarkozy a réussi le paradoxe, l'exploit, non seulement de maintenir des politiques de solidarité mais aussi de les amplifier." François Fillon vient de la contredire.

Les "mesures d'urgence" devront encore patienter, alors que les besoins sont de plus en plus criants. Les services d'aide à domicile sont débordés. Les familles et les départements qui financent une grande partie de la prise en charge ont la tête sous l'eau.

Inquiétude des acteurs de terrain

Au-delà de la déception, ce nouveau report inquiète les acteurs de terrains. Dans un communiqué, l'Association de directeurs de maisons de retraite et de services à domicile (AD-PA) s'alarme notamment du risque de suppressions d'emplois dans les services à domicile déjà financièrement fragilisés.

Les associations renouvellent leurs demandes de mesures d'urgence. Depuis 2007, malgré les promesses présidentielles, "quasiment rien n'a été fait", estime Pascal Champvert. Le président attend un véritable soutien de l'aide à domicile mais aussi la suppression du système "Convergence" qui conduit à supprimer des postes dans les services. Il réclame aussi la création de la prestation autonomie et rappelle les difficultés des familles pour financer les places des personnes âgées dans les maisons de retraite. "Nous ne pouvons plus attendre, il faut des décisions rapides", estime-t-il.

Louis Morice – Le Nouvel Observateur

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22